Fixed Income in the Euro Zone

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fixed Income in the Euro Zone"

Transcription

1 09 Avril 2014 Fixed Income in the Euro Zone La lettre obligataire trimestrielle d Allianz Global Investors Éditorial FRANCK DIXMIER CIO FIXED INCOME EUROPE Les investisseurs en zone euro sont confrontés depuis quelques mois à une accumulation d incertitudes d ordres macroéconomiques ou géopolitique. Dans ce contexte d instabilité, les taux Bund ont retrouvé des niveaux proches des plus bas, mais -fait remarquable- cette performance de l ultime actif sans risque de la zone euro ne s est pas produite au détriment des autres classes d actifs obligataires : depuis le début de l année le crédit et la dette souveraine périphérique ont surperformé les emprunts d Etats cœur. Nous y voyons la preuve d un degré de maturité plus élevé dans le marché, ou après des mois d alternance «risk on / risk off» caricaturale, les investisseurs se concentrent sur l analyse des risques spécifiques dans une démarche plus discriminante. C est assurément une bonne nouvelle pour les gestions actives. En termes de politiques monétaires, la Réserve Fédérale américaine (FED) et la Banque Centrale Européenne (BCE) sont de plus en plus «behind the curve» 1 mais ce terme ne désigne pas la même réalité selon que l on se place du côté américain ou européen. La FED, fidèle à son mandat et conformément à sa «forward guidance» 2 ne devrait pas monter ses taux avant mi 2015 ; d ici là, le rattrapage attendu en termes d activité - après les premiers mois de l année perturbés par une météo calamiteuse - devrait se traduire au deuxième semestre par des chiffres de croissance trimestrielle élevés et c est là que les choses sérieuses commenceront. Convaincre les marchés que la hausse des FED Funds interviendra dans un horizon lointain quand la croissance est molle est une chose mais dans un contexte d accélération de l activité cela en est une autre. Nous ne doutons pas de la crédibilité de la FED, mais au fur et à mesure qu elle accumulera, comme annoncé, son retard dans la normalisation des taux, il est probable que des primes de risque se forment sur la partie court terme de la courbe des taux américains. A sa façon la BCE est également «behind the curve», mais dans un sens opposé par rapport à la FED. Avec un indice des prix de mars publié à 0.5%, l inflation en zone euro n arrête pas de surprendre à la baisse et flirte dangereusement avec des niveaux de déflation. Face à ce risque, la BCE se doit d agir et ne respecterait pas son mandat de stabilité des prix en restant inerte. QE 3 or not QE? la BCE face à une situation extraordinaire se doit d être innovante! 1 Behind the curve : en retard sur le marché 2 Le forward guidance consiste à annoncer et à s engager sur la trajectoire future du taux directeur. 3 QE : Le terme assouplissement quantitatif, traduction de l anglais quantitative easing, désigne un type de politique monétaire dit «non conventionnel» auquel peuvent avoir recours les banques centrales dans des circonstances économiques exceptionnelles, telles que des crises économiques et financières de grande ampleur.

2 Grandes tendances macroéconomiques Notre scénario de base s appuie toujours sur la conviction que la baisse des marchés émergents n affectera pas la reprise de la croissance en cours au sein du monde développé. Les indices des directeurs d achat (PMI) et de confiance laissent présager d une poursuite de l expansion économique aussi bien aux États-Unis qu en Europe. Graphique 1 : taux de change EUR-USD (courbe bleue) comparé au différentiel de taux d intérêt entre les États-Unis et l Allemagne sur deux années (courbe noire) États-Unis La Fed a décidé de revoir la nature de sa forward guidance, privilégiant un focus plus qualitatif que quantitatif. La banque centrale fondra notamment ses prévisions sur les conditions du marché de l emploi, les pressions inflationnistes et les données financières. La Fed a fait passer un message plus ferme que prévu. Les anticipations relatives au PIB n ont que légèrement été revues à la baisse, mais les prévisions des taux des Fed Funds ont été revues à la hausse. En outre, la présidente de la Fed, Janet Yellen, a suggéré que la première hausse des taux pourrait survenir 6 mois après la fin du tapering (soit en mars 2015). Dans les semaines à venir, les difficultés liées à la rudesse de cet hiver et aux variations saisonnières devraient s estomper. Il est fort possible que ces facteurs contribuent à renforcer la possibilité de surprises positives sur le front des statistiques macroéconomiques. Les marchés n ont que faiblement réagi à la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC), d où un risque de sousestimation de la détermination de la Fed. Source : AllianzGI, Bloomberg Mars 2014 La vigueur persistante de l euro accentue les pressions désinflationnistes et nourrissent les craintes de déflation sur les marchés. De notre point de vue, ces craintes ne sont pas fondées, car la croissance économique de la zone euro devrait empêcher l inflation de se transformer en déflation. Nous détaillons ci-après notre point de vue et notre analyse des causes de la vigueur persistante de l euro. La vigueur de l euro : «L histoire de deux bilans» Pourquoi le taux de change EUR-USD augmente-t-il? Les cours des marchés des changes développés dépendent principalement des écarts entre les taux d intérêt. Or, il ressort d une analyse des données historiques que le taux de change EUR-USD ne devrait pas être aussi élevé. (voir le graphique n 1). La force de l euro semble s expliquer par le degré d expansion du bilan de la Fed face à celui de la BCE. (cf. graphique n 2). Graphique 2 : Taux de change EUR-USD comparé au différentiel de bilans de la Fed et de la BCE Europe Les indices PMI indiquent une expansion économique soutenue, mais la vigueur de l euro renforce les pressions désinflationnistes. La déflation ne constitue toutefois pas encore une menace. Source : AllianzGI, Bloomberg Mars

3 La politique agressive de QE menée par la Fed contribue à la faiblesse du dollar américain face à l euro. Graphique 3 : l indice Euro PMI (à 12 mois) par rapport à l évolution de l inflation La Fed a acheté des obligations à hauteur de milliards de dollars sur le marché secondaire au moyen de son programme d assouplissement quantitatif (QE). Autrement dit, la Fed a inondé les marchés de dollars. Quant à la BCE, ses LTRO (Long Term Refinancing Operation - Technique de financement des banques à long terme) représentent environ 1,000 milliards d euros. Toutefois, les banques européennes ont remboursé la quasi-totalité des sommes empruntées au cours de l année dernière. Cette situation s est traduite par une contraction du bilan de la BCE et une baisse du volume d euros sur le marché. La vigueur de l euro accroît les pressions déflationnistes. Mario Draghi a déclaré qu une hausse durable de 10 points de base de l euro sur un an pourrait se traduire par un Source : AllianzGI, Bloomberg Mars 2014 repli de 0,5% de l inflation. Toutes choses égales par ailleurs, l inflation en Europe atteindrait donc 0,3% dans un an. La BCE craint qu un euro trop fort accentue les pressions désinflationnistes et que l inflation ne cède finalement la place à la déflation. À moyen terme, la déflation n est pas à redouter. Nous pensons certes que la désinflation se prolongera, sans pour autant croire à un scénario déflationniste. En effet, l optimisme visible dans les indices PMI européens (un niveau supérieur à 50 suggère une expansion économique) devrait prévenir la baisse des prix et permettre une légère hausse de l inflation au cours des prochains mois, grâce aux anticipations de croissance économique. Chine et Japon La Chine rentre progressivement dans l univers des marchés développés. La croissance du pays est moins axée sur les exportations, tandis que la consommation intérieure augmente. À long terme, cela entraînera un ralentissement de la croissance. La dette du secteur privé ainsi que la détérioration de la balance des comptes courants représente un problème majeur à court terme. Cependant, du fait de son faible niveau d endettement, la Chine peut mettre à profit ses finances publiques pour en atténuer l impact. La situation du Japon est quant à elle plus préoccupante. Malgré une forte augmentation de la masse monétaire, la croissance n accélère pas de manière significative. En outre, les balances extérieures ont souffert de la dépréciation du yen. Le scenario de base reste inchangé avec une reprise qui s accélère au second semestre En revanche, la hausse de la TVA et des salaires constituent des enjeux clés pour le pays. Il devient de plus en plus probable qu un ralentissement en Chine coïncide avec une croissance inférieure aux attentes au Japon. Le cas échéant, les répercussions d un tel scénario affecteraient substantiellement les économies développées. Politique d investissement Duration : position neutre Les rendements des emprunts d État allemands à 10 ans se situent toujours entre 1,50% et 1,70%. Dans l ensemble, la partie court-terme de la courbe de taux devrait rester bien ancrée, sous l influence directe de la politique monétaire. Les taux d intérêt dans l Union européenne devraient rester faibles, selon les rumeurs qui spéculent autour d un potentiel programme de QE de la BCE. Ces paris reposent sur les affirmations de la Bundesbank, qui a reconnu qu une politique de QE et des taux de dépôts négatifs étaient effectivement des solutions en cours d étude. 3

4 Dans la zone euro, le risque géopolitique causé par l intervention de la Russie en Crimée et en Ukraine préoccupe toujours les investisseurs. En revanche, les indicateurs avancés et le sentiment économique confirment une reprise solide dans la zone euro, aussi bien pour les pays core que la périphérie (voir graphique ci-contre). Par conséquent, nous restons surpondérés sur l Espagne et l Italie. Après la pluie, le beau temps : les pays de la zone euro rebondissent suite aux réformes engagées Le sentiment économique repasse au-dessus de sa moyenne de long terme À l heure actuelle, les fondamentaux ne sont pas assez robustes pour justifier une hausse des taux dans la zone euro. Une croissance toujours inférieure à la moyenne, la désinflation et les craintes entourant les pays émergents expliquent ce phénomène. Nous n avons donc aucune raison de revoir notre position neutre en termes de duration. Nous sommes déjà short sur les emprunts d État allemands et longs sur les actifs risqués ; aussi, nous ne souhaitons pas renforcer notre exposition à ce risque en réduisant la duration de nos portefeuilles. Néanmoins, nous conservons notre position longue sur des options acheteuses afin de couvrir les risques extrêmes. Nous privilégions également un positionnement short sur les bons du Trésor américains à 10 ans face aux futures sur emprunts d État allemands. Positionnement sur la courbe des taux : Neutre Allemagne : neutre France : aplatissement du segment de 10 à 30 ans Italie : aplatissement du segment de 10 à 30 ans Espagne : neutre Obligations indexées sur l inflation : position longue D après notre scenario privilégié, la zone euro devrait échapper à la déflation. En revanche, nous pensons que le taux d inflation restera faible jusqu en Son niveau reste proche du seuil de déflation et il est vulnérable aux chocs extérieurs. Aucun des pays de la zone Sondage de la Commission européenne sur le sentiment économique au sein de la périphérie de la zone euro : Italie, Espagne, Grèce et Portugal ; pas de date pour l Irlande. Moyenne de long terme = 100. Source : Commission européenne. Source: Berenberg Bank mars 2014 euro ne présente un HICP (Harmonised Index of Consumer Prices - Indice des prix à la consommation) supérieur à 2%. L inflation «core» est déjà négative en Espagne et au Portugal. Les fondamentaux laissent présager d une hausse modérée et régulière de l inflation «core» suite à la récente reprise de la dynamique de consommation. On note en effet une amélioration des indicateurs de confiance et des indices PMI, quoiqu à un niveau modéré. La BCE se tient prête à intervenir dans le cas où la situation s aggraverait. Son action, indépendamment de la forme qu elle prendra, sera bien accueillie par le marché des obligations indexées sur l inflation et entraînera une pentification de la partie court-terme de la courbe de ces titres. Les valorisations demeurent faibles. Les prévisions de la BCE pour le quatrième trimestre 2016 sont de 1,5% tandis que le segment 2ans-1an de la courbe des swaps atteindrait 1,25%. Le momentum s accélère pour le taux d inflation, ce qui devrait permettre de soutenir le point mort. Indexation : neutre Sélection géographique : surpondération de l Italie Nous conservons un positionnement long, conforme à nos anticipations de stabilisation des taux d inflation et d absence de déflation. Pays de la zone euro : Revue du marché et perspectives Positionnement inchangé, long sur les pays périphériques par rapport aux pays core. Le changement de ton du FOMC dans son discours sur le calendrier et l ampleur de la possible hausse des Fed Funds n a que faiblement impacté les spreads dans la zone euro, contrairement à la situation observée en mai 2013, lorsque les actifs risqués avaient corrigé et les spreads s étaient élargis. Le marché obligataire semble considérer la périphérie comme «la nouvelle valeur refuge assortie d un spread intéressant». En effet, les actifs de la zone euro (à haut rendement) pourraient devenir une option de choix, dans un contexte de détérioration des pays émergents (la Chine plus précisément) et de transition prochaine dans la politique monétaire américaine. La crise ukrainienne a perdu de son caractère menaçant à en croire le 4

5 sentiment de complaisance sur le marché obligataire et le marché d actions. Les événements géopolitiques sont toujours difficiles à anticiper, mais nous pensons qu une position longue sur les options d achat sur le Bund reste la meilleure solution. Ainsi, nous pouvons profiter d une volatilité extrêmement faible et nous couvrir contre le risque que M. Poutine ne laisse pas l Ukraine rejoindre l OTAN. Suite aux élections municipales en France et aux Pays-Bas, les élections européennes programmées en mai pourraient agir en catalyseur : bien que des résultats en hausse pour les partis anti-euro et anti-européens soient probablement déjà anticipés, l ampleur de ce phénomène pourrait surprendre (et inquiéter) les marchés. Les résultats du FN en France, du PVV aux Pays-Bas, de l AFD en Allemagne (absence de seuil aux élections européennes), de Lega Nord, FI et M5S en Italie, de Syriza en Grèce seront suivis de près afin de mieux comprendre l importance qu accordent les électeurs à la «crise de l euro». Nous maintenons néanmoins notre surpondération sur l Italie, l Espagne et la Belgique, notre sous-pondération sur l Autriche, le Portugal, les Pays-Bas et l Allemagne, ainsi qu une position neutre sur la France, l Irlande et la Finlande. Obligations sécurisées : surpondération Nous restons surpondérés, dans l ensemble, sur le marché des obligations sécurisées. L allocation géographique intègre une surpondération des titres espagnols et irlandais, ainsi qu une sous-pondération des obligations sécurisées suédoises, finlandaises et autrichiennes. Le positionnement reste neutre par ailleurs. D un point de vue fondamental, les effets positifs des actions menées par les agences (Espagne et Irlande) et la Troïka (Portugal) favorisent une surperformance continue des obligations sécurisées périphériques. Les agences de notation Moody s et Fitch ont modifié leur méthode de notation relative aux obligations sécurisées afin de prendre en compte le traitement préférentiel accordé dans la directive sur le redressement et la résolution des défaillances bancaires européennes. Selon la méthodologie de Moody s, le point d ancrage de la notation des obligations sécurisées est la note de crédit intrinsèque (BCA), relevée de zéro à deux crans, et celle de la dette senior non sécurisée, relevée de zéro à un cran. Du point de vue de la réglementation, la Commission européenne a déclaré être prête à s opposer aux recommandations et à attribuer le niveau 2 aux obligations sécurisées dans le cadre de l éligibilité au ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio - actifs liquides), si la situation l exigeait. Différentes options sont en outre à l étude, dont une baisse de la limite de 40% pour les actifs de niveau 2 et une diminution du haircut appliqué aux obligations sécurisées. Obligations supranationales : Neutre Nous conservons une position neutre sur les obligations supranationales. Ce segment devrait continuer de bénéficier de fondamentaux robustes et rester attrayant, grâce à une exposition diversifiée aux emprunts d État européens (effet du ratio LCR). Obligations d agences gouvernementales : Neutre Nous restons neutres sur les agences gouvernementales. Une baisse de l offre nette au cours de l année conjuguée à une demande constante, liée à l introduction des nouveaux critères du ratio LCR pour 2015, devrait renforcer l appétit des investisseurs pour ces actifs. Marchés des changes : optimistes sur l USD Nous sommes toujours optimistes sur l USD. Mais la question qui se pose, est de savoir pourquoi le dollar américain ne s est pas apprécié plus fortement? 1. Il faudra encore attendre un an avant que le taux de change américain n augmente fortement. 2. Les réévaluations plus restrictives de la Fed au cours des 12 derniers mois n ont pas eu d effet d appréciation durable sur l USD face aux autres grandes devises. 3. Le discours accommodant de la BCE ne s est toujours pas traduit dans les faits. L euro reste fort et stable pour le moment. En dépit de ces trois facteurs, nous restons optimistes sur l USD. Nous pensons que le durcissement du ton de la Fed contribuera à rendre le dollar plus sensible à de futures surprises positives dans les statistiques. Crédit : Neutre Les facteurs techniques sont favorables : les rachats sont supérieurs aux nouvelles émissions. Mais les valorisations ne sont pas attrayantes. La performance depuis le début de l année reste positive. Les segments high yield (haut rendement) et investment grade (de notation AAA à BBB-) ont respectivement généré +2.33% et 1,91%. L intérêt pour cette classe d actifs ne faiblit pas, comme l attestent la demande et la performance des nouvelles émissions. Toutes les obligations sont largement sursouscrites et vendues à leur valeur nominale, même lors d une augmentation du volume émis. Les nouvelles émissions sont nombreuses, mais la demande reste 5

6 supérieure à l offre, notamment du fait des rachats. En effet, les émissions du premier trimestre représentent 135 mds d euros (contre 117 mds d euros au premier trimestre 2013). Ce chiffre reste bien inférieur aux 166 mds d euros de rachats prévus. Les rachats sont supérieurs au volume de nouvelles émissions Nous conservons notre positionnement NEUTRE sur le crédit au sein de nos principaux portefeuilles de la gamme. Source : SG Cross Asset Research/Credit 6

7 Glossaire Approche d investissement : Nous examinons dans chaque zone (Etats-Unis, Zone euro, pays émergents), à moyen et à court termes, les variables suivantes : potentiel de croissance, risque d inflation, politique monétaire, potentiel des taux longs, appétit pour le risque. Breakeven : Voir inflation anticipée. Bund : Obligation du Trésor allemand. Sauf précision, d une durée de vie résiduelle de 10 ans. Duration : Durée de vie moyenne d une obligation, ou d un portefeuille d obligations, tenant compte de tous les flux qui en résultent : coupons, et remboursements partiels ou intégraux. Plus une obligation à 10 ans sert des coupons élevés et donne lieu à des remboursements partiels, plus sa duration est courte. Plus ses coupons sont faibles et son remboursement proche de l échéance, plus sa duration est longue, ou élevée. Eonia (Euro OverNight Interest Average) : Moyenne des taux monétaires au jour le jour (voir ce mot) en zone euro. Euribor : Taux de référence du marché monétaire pour des durées allant d une semaine à deux ans. Haircut : Le haircut est un pourcentage qui est déduit de la valeur de marché de titres donnés en collatéral dans le cadre d un prêt garanti par des titres. Il a pour but de réduire le risque de perte en cas de défaut de l emprunteur. Inflation anticipée : Elle correspond à la différence entre le taux du marché obligataire sur une certaine durée, et le taux réel (hors inflation) tel qu il résulte de la valeur de marché d une obligation indexée à l inflation de même durée. Jour le jour : Fait référence à une durée de prêt ou d emprunt de 24 heures, renouvelable indéfiniment. Marché Monétaire : Marché de la trésorerie. Les banques y placent à court terme leurs disponibilités, ou y empruntent à court terme les fonds dont elles ont besoin. Voir aussi Eonia, Euribor, jour le jour. OAT : Obligation du Trésor français. Sauf précision, d une durée de vie résiduelle de 10 ans. Obligation indexée à l inflation : Obligation dont le capital est indexé régulièrement sur l inflation, celle du pays d émission ou de la zone euro. Le taux de rémunération, calculé sur le capital majoré de l inflation, correspond donc à une rémunération réelle (hors inflation). Obligation sécurisée : Obligation émise par une banque, à laquelle est attaché une «sécurité», c est-à-dire une garantie, le plus souvent des prêts hypothécaires. Spread : Différence de taux entre deux obligations de même échéance, la première offrant souvent un risque supérieur à la seconde. Treasuries : Obligations du Trésor américain. Sauf précision, d une durée de vie résiduelle de 10 ans. Variable : Voir approche d investissement. Toutes les données indiquées dans ce document ont pour sources : Datastream, Reuters, Boursorama. Sauf indications contraires, les variations mentionnées sont calculées d un mois sur l autre. Sauf indications contraires, elle concerne les indices établit par des organismes d évaluation communément reconnus (INSEE, IFO - Institut für Wirtschaftsforschung, ZEW - Zentrum für wirtschaftsforschung, GFK - Gesellschaft für Konsumforschung, etc.). Les variations hebdomadaires d indices actions, les taux à 10 ans et les cours de change mentionnés dans cet article sont calculés ou constatés le dernier jour ouvré de la semaine précédente. Tout investissement comporte des risques. La valeur et le revenu d un investissement peuvent diminuer aussi bien qu augmenter et l investisseur n est dès lors pas assuré de récupérer son capital investi. Les avis et opinions exprimés dans la présente communication reflètent le jugement des gérants à la date de publication et sont susceptibles d être modifiés à tout moment et sans notification. Certaines des données fournies dans le présent document proviennent de diverses sources et sont réputées correctes et fiables, mais elles n ont pas été vérifiées de manière indépendante. L exactitude ou l exhaustivité de ces données/informations ne sont pas garanties et toute responsabilité en cas de perte directe ou indirecte découlant de leur utilisation est déclinée, sauf en cas de négligence grave ou de faute professionnelle délibérée. Les conditions de toute offre ou contrat sous-jacent, passé, présent ou à venir, sont celles qui prévalent. Ceci est une communication publicitaire; éditée par Allianz Global Investors France S.A, une société anonyme de gestion de portefeuille, dont le siège social se situe 3 boulevard des Italiens Paris, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro , agréée par l Autorité des Marchés Financiers (www.amf-france.org). La reproduction, publication ou transmission du contenu, sous quelque forme que soit que ce soit, sont interdites. 7

Fixed Income in the Euro Zone

Fixed Income in the Euro Zone 12 Janvier 2015 Fixed Income in the Euro Zone La lettre obligataire trimestrielle d Allianz Global Investors Editorial Nous y sommes! FRANCK DIXMIER CIO FIXED INCOME EUROPE La Banque Centrale Européenne

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

Fixed Income in the Euro Zone

Fixed Income in the Euro Zone 11 Octobre 2014 Fixed Income in the Euro Zone La lettre obligataire trimestrielle d Allianz Global Investors Editorial L environnement économique et financier s est brutalement obscurci ces derniers temps,

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Fixed Income in the Euro Zone

Fixed Income in the Euro Zone 14 Juillet 2015 Fixed Income in the Euro Zone La lettre obligataire trimestrielle d Allianz Global Investors Éditorial Vers une Union européenne et un euro plus robustes FRANCK DIXMIER DIRECTEUR MONDIAL

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués

Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Perspectives des marchés financiers 2014 : le risque de ne pas s exposer aux actifs risqués Stratégie et investissement Il est essentiel de prendre des risques mesurés : privilégiez une prise de risque

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Fonds commun de placement CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Exercice du 01/07/2013 au 30/06/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire?

Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire? Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire? Journée des Expertises d Allianz Global Investors 15 octobre 2013 Présentation réservée aux clients professionnels

Plus en détail

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014 A la recherche de rendement Les obligations Haut Rendement Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit Juin 2014 Des taux historiquement bas Un taux allemand à 10 ans aujourd hui inférieur à 2 % < 2

Plus en détail

Les stratégies d investissement. avance ou en retard sur la courbe? Une gestion active s impose aussi aux portefeuilles.

Les stratégies d investissement. avance ou en retard sur la courbe? Une gestion active s impose aussi aux portefeuilles. Les stratégies d investissement obligataire en avance ou en retard sur la courbe? Une gestion active s impose aussi aux portefeuilles obligataires. Juillet 2012 Comprendre. Agir. 2 Sommaire 4 Analyse de

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE DANS TOUS SES ETATS. Emmanuel Carré Maître de conférences Université Paris XIII

LA POLITIQUE MONETAIRE DANS TOUS SES ETATS. Emmanuel Carré Maître de conférences Université Paris XIII LA POLITIQUE MONETAIRE DANS TOUS SES ETATS Emmanuel Carré Maître de conférences Université Paris XIII PLAN DE LA PRESENTATION 1. POLITIQUES MONETAIRES NON CONVENTIONNELLES EN THEORIE 2. POLITIQUES MONETAIRES

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé

La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé Apériodique n 14/21 7 mars 2014 La BCE ferme la boîte à outils, mais ne jette pas la clé La BCE a laissé ses taux directeurs inchangés lors de sa réunion de mars, contrairement à notre prévision d une

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement Mars 2014 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres économiques récents aux Etats-Unis indiquent

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels La patience de la Fed bientôt à bout? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients A lors que la grande majorité

Plus en détail

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 130 125 120 115 110 105 95 90 Rendement depuis 31/12/2014 (% changement en EUR) MSCI Europe MSCI EMU MSCI United Kingdom ( ) MSCI World ex-europe ( ) MSCI

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 BulletinMensuel n 3 1 M a r s 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais et russe http://www.aft.gouv.fr

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE JEAN-FRANÇOIS PONS* BENJAMIN QUATRE** Depuis la publication de la première mouture des accords de Bâle III en décembre 2010, et tout

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

PALATINE TRESORERIE PREMIERE

PALATINE TRESORERIE PREMIERE PALATINE TRESORERIE PREMIERE FCP à vocation générale MONETAIRE COURT TERME RAPPORT ANNUEL DE GESTION 30/03/2012 - I - CARACTERISTIQUES OPCVM d OPCVM : Inférieur à 10% de l actif net Objectif de gestion

Plus en détail

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs Graphique 1 Certaines banques centrales se sont engagées à procéder à un nouvel assouplissement monétaire substantiel en recourant à des mesures non traditionnelles Variation des actifs détenus par les

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre.

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre. Objet : votre épargne salariale Evolution du FCPE ETOILE SELECTION 75 [Civilité], Nous souhaitons vous informer d une modification au sein du Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) ETOILE SELECTION

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011

Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011 Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011 31, rue des Poissonniers - 92200 Neuilly-sur-Seine tel.: 01 55 62 19 80 - fax : 01

Plus en détail