Evaluation des mécanismes publics de financement de la R&D-Innovation et de leur processus de fonctionnement pour le développement économique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation des mécanismes publics de financement de la R&D-Innovation et de leur processus de fonctionnement pour le développement économique"

Transcription

1 Evaluation des mécanismes publics de financement de la R&D-Innovation et de leur processus de fonctionnement pour le développement économique («autres» ministères) Bruno OMER, expert CT Tunis, 19/12/2013

2 Diagnostic Système National Innovation: TdR1 Expert 1 les aspects financiers et institutionnels des programmes d appui à l innovation sous tutelle de MESRS Diagnostic du SNI Expert 4 les aspects financiers et institutionnels des programmes d appui à l innovation au niveau régional Expert 2 les aspects financiers et institutionnels des programmes d appui à l innovation sous tutelle de MIT Expert 3 les aspects financiers et institutionnels des programmes d appui à l innovation dans les autres ministères Page 2

3 Diagnostic Système National Innovation: TdR2 Méthodologie: Chaque expert procède à: Des entretiens avec des acteurs clefs, L identification des rapports ou documents clefs ainsi que des textes de loi pertinents, La recherche et vérification des données officielles liées aux activités en question, La validation des cas d écoles pour illustrer et approfondir les résultats du diagnostic Page 3 afin de: Identifier des sources d information statistique ou textuelle Acquérir les information en format électronique Rédiger de courts textes pour accompagner ces informations et pour les rendre plus compréhensible et plus accessible à un large public en utilisant: la comptabilité de l état les textes des lois qui gouvernent les activités et les dépenses de R&D-I les règles administratives imposées aux acteurs. ou autres informations jugées nécessaires.

4 Diagnostic Système National Innovation: TdR3 Objectifs: Approfondir afin de généraliser des pré-diagnostics précédents en creusant des exemples de défaillances systémiques, en s appuyant sur des textes précis (en fonction de la facilité, étendue et profondeur d accès atteignable dans différentes institutions) Expliciter les raisons des écarts entre prévisions et réalisations Constituer une première bibliothèque de dysfonctionnements avec possibilités (ou non) de résolution ou améliorations Page 4

5 Page 5 Quelques définitions et principes (1): «Le développement économique est porté par les entrepreneurs et leurs innovations au sein d un système qui est évolutif et en perpétuelle transformation et re-création» On distingue ainsi plusieurs formes d innovation (Schumpeter): la fabrication de biens nouveaux nouveaux produits, équipements, systèmes, composants les nouvelles méthodes de production nouvelles sources de travail, moyens logistiques ou fabrication l'ouverture de nouveaux débouchés nouvelles méthodes de marketing, communication (exemple TIC) l'utilisation de nouvelles matières premières matières révolutionnaires issues de découvertes scientifiques une nouvelle organisation du travail nouvelles formes d organisation, management, coopération

6 Quelques définitions et principes (2): Les principes précédemment énoncés nous ont servi de guides pour nos discussions: Très large acceptation de ces principes :. donc pas de difficultés ou de manque de compréhension sur les définitions et concepts néanmoins, cela restera à valider auprès des principaux acteurs intéressés:. les entreprises, surtout les PMEs!!, ainsi que les entrepreneurs (dispersion des impressions des différents acteurs du système) L aspect Développement Economique Territorial a aussi abordé, mais: Page 6. l instabilité organisationnelle de l Etat se répercute directement sur le potentiel de planification et un quelconque travail de prospective.

7 Analyses SNI Tunisie

8 Analyse Générale (1) Page 8 Vision peu développée pour une politique d innovation, tout du moins peu formalisée en termes d organisation ou expression stratégique Manque d une pratique managériale du MANAGEMENT ET DEPLOIEMENT STRATEGIQUE: Tableaux de bord et indicateurs Approche OBJECTIFS et IMPACTS Cascadage stratégique et mobilisation ressources H Absence systémique de schémas de gouvernance, habituellement remplacés par des schémas de procédures bureaucratique sans responsabilités claires Manque chronique d initiatives de génération et d appels à proposition compétitifs pour des projets collaboratifs stratégiques mettant ensembles différents métiers complémentaires mais aussi des concurrents (taille critique, standardisation)

9 Analyse Générale (2) Page 9 Dépasser les habitudes d appartenance à une institution même dans le cadre de projets initiés ensemble (culture d entreprise trop ou pas assez développée?) Difficulté à initier (méfiance réciproque) des échanges avec les entreprises ou entrepreneurs individuellement Manque d une approche POSITIVE/CONSTRUCTIVE des critiques. Des critiques récurrentes ont déjà été formulées, exemple l approche par trop bureaucratique des instruments de financement pour les entrepreneurs: Peu d appropriation des problèmes déjà identifiés Quelques malentendus systémiques: exemple «Pôles de Compétitivité» approche management de l innovation et fourniture se services d appui à l innovation en lieu et place de «immobilier» et moyens matériels.

10 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I il y a eu beaucoup d'interventions, d ajustements, modifications successives, nouvelles institutions créées pour "améliorer", compléter ou «défendre ses prérogatives». de nouvelles règles sont souvent venues se superposer à d'autres couches précédentes,... résultat: la chaine de valeur n'est pas lisible et n'est pas conçue avec des indicateurs ni systèmes d'évaluation et d'indices de performances, parce qu elle n est pas la résultante d une approche stratégique structurée. ---> on se pose même la question de savoir si c'est un système, car un système a une logique, une structure et des objectifs s orientant vers des directions définies stratégiquement. c'est plus un "ensemble de strates successifs de règles" et d institutions dont on n arrive pas à bien lire les rôles, les objectifs, ni les performances,.. Page 10

11 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme de financement d innovation TIC (pourtant un secteur qui se porte bien et déjà reconnu comme novateur). L initiation est on ne peut plus simple, logique et justifiée: On reprend une idée fiscale déjà implémentée : Page 11

12 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme de financement d innovation TIC constitution d un fonds de développement des communications Page 12

13 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme de financement d innovation TIC valorisation du fonds de développement des communications Page 13

14 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme de financement d innovation TIC modification du taux du fonds des communications Page 14

15 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme, sur des montants importants: Page 15

16 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme de financement d innovation TIC modification du taux du fonds des communications: À défaut de transparence, quelques obligations d affectation Page 16

17 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme de financement d innovation TIC Page 17 modification du taux du fonds des communications: Logique de l intervention: À défaut de transparence, quelques obligations d affectation Limiter à 50% du montant levé les dépenses réaffectée «en interne», au sein du même fonds destiné au «développement et innovation des TIC», à des institutions liées au Min TIC: Montant levé : 100 millions par exemple: Frais de gestion Min Finances: 15% : 15 millions Institutions dépendantes du Min TIC: 50% : 50 millions Fonds à faire gérer aux SICAR via le Min Finances: 35%, 35 millions Frais de gestion SICARs: 5% (?), 5 millions. En principe disponible: projets innovants:32%, sans compter éventuel impact «bureaucratie» Réel =? (estimé rapide : entre 3 5 %) (liste des types de produits à innover!!??!!) ALORS QUE PRINCIPE DE BASE DES FONDS : 99-95% réaffectés à la mission, (suivant frais de gestion interne ou externe par professionnels des fonds)

18 Analyse détaillée: dyfonctionnement mécanismes de financement R&D-I EXEMPLE CONCRET d un mécanisme de financement d innovation TIC Liste activités finançables: Page 18

19 Quelques éclairages sectoriels

20 Ministère du Commerce: Dir. du e-commerce (1) Seulement deux secteurs semblent avoir développé des stratégies nationales d innovation pour appuyer le développement: Le secteur du commerce électronique Le secteur de l artisanat et produits agricoles Pour le secteur du Commerce Electronique: le cadre réglementaire date du 9 août 2000 (Loi ) sur les échanges et le e-commerce, pratiquement en même temps que les initiatives équivalentes en EU Page 20

21 Ministère du Commerce: Dir. du e-commerce (2) Page 21 La stratégie adoptée vise à : Développer une culture e-commerce la plus large possible, surtout pour les PME Moderniser les procédures commerciales en adoptant les TIC: «e-business»; Inciter à l adhésion aux places de marché électroniques (>1800 entr./ Alibaba). Un Plan d Action détaillé a été décidé en Avril 2007: depuis 2 ans une task-force fondée sur le partenariat public-privé commence à mobiliser et redynamiser le secteur en proposant une feuille de route et un Programme d Actions: Coopération internationale: formations, labellisation e-trust (mais pb SMT-SPS) Projet de pépinière e-commerce (mais pb de moyens et ressources) Actions de Communication et Visibilité: séminiares, Guide du Promoteur e-comm, enquêtes consommateurs révélant de fortes prédispositions. MAIS: une initiative commune lancée sur fonds du Min. des TIC pour le e-commerce a été abandonnée par manque d appui institutionnel interne

22 Organisation Interprofesionnelle - >IACE(1) Organisation associative, l institut Arabe des Chefs d Entreprises vise à promouvoir l entreprise et à améliorer l environnement des affaires en formulant des propositions de réformes avec le concours des chefs d entreprises, des universitaires et autres acteurs de la société civile: Lieu de rencontres, manifestations d échange d idées: conférences, journées d études: «Journées de l Entreprise» Appuis aux créateurs d entreprises: conseils, visites, stages Page 22 Services professionnels: La Maison de l Entreprise Le CTGE (Centre Tunisien de Gouvernance d Entreprise) Le Centre de Formation IACE Le CTVIE (Centre Tunisien de Veille et Intelligence Economique) Le CJE (Centre des Jeunes Entrepreneurs) CTEE (Centre Tunisien des Etudes Economiques) Le CTIE (Centre Tunisien d Informations Economiques)

23 Organisation Interprofesionnelle - >IACE(2) Page 23 Visibilité et Outils de Communication novateurs: Les différentes études sont publiées sous forme de bibliothèque électronique et/ou video sur le site de l IACE : Critique du Système National d Innovation: Besoin d un changement radical du modèle de chaine de valeur Problème de motivation/rémunération chercheurs: indicateurs =publications? Mise en relation ENTREPRISE UNIVERSITES: besoin d un système SIMPLE et LISIBLE, et besoin d un suivi d immersion des doctorants Questionnement sur la qualité et adéquation des diplômes supérieurs Demande de transparence et fiabilité des chiffres sur l innovation

24 Ministère du Tourisme (1) Page 24 Pas de Direction Générale STRATEGIE, mais la création récente (il y a 1an) d une Direction Générale - Unité de gestion par objectif (UGO) pour le déploiement de la stratégie de développement du tourisme tunisien à l horizon 2016: 1) la diversification et l innovation du produit touristique, l amélioration continue de la qualité du service et la formation du personnel, 2) le renforcement de la promotion institutionnelle, 3) le recours aux TIC pour la promotion et la commercialisation, 4) une meilleure desserte aérienne au meilleur cout, 5) une refonte de la gouvernance du secteur et, 6) un meilleur accès aux financements de l exploitation et de l investissement. Mais manque chronique de moyens pour la mise en œuvre de l UGO.

25 Ministère du Tourisme (2) Pas de direction de la stratégie ou de l innovation, études prospectives financées par les bailleurs de fonds internationaux. Des initiatives de Mise à Niveau réalisées, mais pas d études d impact Besoins exprimés par la profession pour un système de classement des hôtels, mais déception sur les prévisions de mise à niveau immatérielle: 14 dossiers présenté sur 500 hôtels qualifiables problème de «mentalié»? Page 25 Approche PPP: déjà conceptualisé mais difficulté de démarrage sans une réorganisation de l état en territoires responsables et surtout représentatifs (démocratie? méfiance «hukmu»? )

26 Ex- Ministère de l Emploi (1) (échanges avec Mr Saïs AÏDI, ancien Ministre de l Emploi , + études rapports et documents d analyse) Problématique de l emploi complexe mais des raisons socioéconomiques établies: Déséquilibres régionaux/territoriaux Modèle économique de la dernière décennie incompatible avec les formations de la population, générateur du «paradoxe Tn»: Paradoxe Tunisien: jeunes diplômés plus sujets au chômage Pas de direction de la stratégie ou de l innovation, études prospectives financées par les bailleurs de fonds internationaux. Chomage structurel nouveaux diplômés arrivent sur le marché tous les ans Mais seulement emplois qualifié sont disponibles!!! Page 26

27 Ex- Ministère de l Emploi (2) Chômage amplifié dans les régions (réforme territoire: absence débat) chômage des jeunes > 50-60%! Manque de PLANIFICATION et PROSPECTIVE pour la formation supérieure, certaines spécialités d études sup : chômage = 82% Page 27 Analyse emploi : Secteur informel: personnes Saisonniers: (WorldBank) personnes Temps partiel subi: (W-B) p. CDD: 41% des contrats Politique sociale de l emploi: p. TOTAL: p. (emplois recensés: emplois)

28 Ex- Ministère de l Emploi (3) Etudes prospectives récentes montrent potentiels importants secteurs: TIC: (??) emplois Agro-alimentaire, Logistique, Energie, Santé Tourisme et Artisanat traditionnel et régional Besoin de «remonter la chaine de valeur» de l industrie en intégrant la R&D-I dans le modèle économique en accord avec les donneurs d ordre Européens (Réaliste? Délais? Arguments) Manque politique PME, tous les efforts précédents orientés soustraitance pour grands groupes étrangers. Accompagnement PMEs: LT! InitiativesONG: «adaptation par stages pratiques professionnels» (EFE) Page 28

29 Ministère de TIC (1) Législation d appui et promotion des TIC très (trop?) abondante: Non structurée: modifications, réorientations, détails bureaucratiques, législation essentiellement intégrée dans les Loi de Finances (annuelles, changeantes et évolutives) Manque de transparence Pas d approche structurée d une stratégie avant 2011: Etude EuropaAid P3A-II RDI-TIC Ph. Cousin 2011 Journées TABARKA, Juin2013: débats nationaux Plan Stratégique, Plan d Action, financement et gouvernance public privé à court, moyen et à long terme. Page 29

30 Ministère de TIC (2) Néanmoins il est à remarquer que même en période d instabilité institutionnelle et politique, la couche technocratique du Min TIC continue de proposer des améliorations, corrections ou interprétations règlementaires permettant de solutionner les problèmes sans attendre «des jours meilleurs»: Stratégie TIC-R&D-I initiée, à publier et communiquer en Mars Décrets d aménagement d articles ou initiative Smart Tunisia Plusieurs conventions PPP: Microsoft, Telnet, LINUX Pro Inst Plusieurs initiatives en cours de discussions avec d autres ministères sectoriels pour l utilisation d une partie du fonds de développement des communications pour financer des projets «métiers» mobilisant des TIC (mais lenteur administratives dans le traitement interministériel des dossiers) Pas d initiative «régionalisation», «territoires», débat politique absent. Page 30

31 Ministère de TIC (3) Point de vue sur la problématique du SNI par le Min TIC: Manque de Communication, de Contrôle et de Collaboration (CCC) Manque de sensibilisation et d incitations des entreprises et des structures de Recherche Absence de Gouvernance sectorielle et nationale Absence de la culture de Brevets, Propriété Intellectuelle et valorisation de la Recherche en plus des publications Manque de visibilité locale, régionale et Internationale Absence de grands projets fédérateurs Mécanismes de financements lourds sinon peu conséquents Page 31

32 Ministère de TIC (4) Propositions d amélioration: Professionnalisation du management de la recherche, Mngt Qualité Consolider les interactions et COLLABORATION entre les acteurs Développement Recherche Industrielle et d innovation dans l entreprise Revoir statuts personnel technique de la recherche, mobilité chercheurs Améliorer l environnement propice de l entrepreneuriat innovant Améliorer l environnement propice à l investissement privé dans la R&I Améliorer l accès au financement notamment pour l incubation et l entrepreneuriat innovant Définir une stratégie nationale et des axes de recherche porteurs Afficher une volonté politique claire en TIC Soigner la COMMUNICATION Page 32

33 Analyse constructive et suggestion

34 Analyse constructive? c'est plus un "ensemble de strates successifs de règles" et d institutions dont on n arrive pas à bien lire les rôles, les objectifs, ni les performances,.. Page 34 dans un tel système difficile à lire, ce n'est surement pas facile de gérer les priorités! il faut simplifier fédérer autour d'une démarche de développement économique par l'innovation et ne pas noyer l'innovation dans des mesures et règles bureaucratiques il manque donc une approche concrète, directe, ayant des impacts, du genre INITIATIVES VOLONTARISTES. Il faut d-signaler que les initiatives ne manquent pourtant pas, mais elles sont exclusivement privées et même organisées par certaines sociétés capable de monter leur propre chaine de valeur et de valorisation comme Google, Microsoft, Orange, etc...

35 Analyse constructive? Certaines de ces grandes sociétés, commencent même à rapprocher leurs initiatives «propriétaires», sans même comme résultante d une obligation externe. De plus compte-tenu de la taille du marché Tunisien il est peu probable que même des multinationales décident de déployer un chaine complète en Tunisie à elles toutes seules. Donc indépendamment des principes maintenant internationalement acquis et établis du besoin de COLLABORATION et de "COOPETITION (COOPERATION+COMPETITION)", il faut mobiliser des initiatives fédératrices même pour ces multinationales pour atteindre une taille critique minimale dans leurs approche propriétaires de plateformes de génération de nouveaux projets. Page 35

36 Analyse constructive? C'est le role d'agences ou de services de l'etat que d'initier et appuyer ce type d'initiative collective! Il manque une ARCHITECTURE, qui en plus doit être souple, flexible, non-bureaucratique et rapidement reconfigurable. Page 36

37 .et pour finir une critique positive: ISIS - IRIS - Commencer par des réalisations concrètes et des projets collaboratifs restreints pouvant être étendus soit en termes de nombres d acteurs, soit en termes d envergure des projets, soit en termes de diversité: initiative ISIS en cours de discussion/gestation au pôle El Gazala afin d expérimenter la génération de projets innovants sur toute la chaîne de valeur. Cette initiative testerait des démonstrateurs concrets et des mécanismes déjà existants même si considérés non performants à ce jour quand on regarde leur performance d ensemble actuelle. Page 37

38 .et pour finir une critique positive: ISIS - IRIS L élément central de cette initiative serait la professionnalisation des services d appui et de génération de projets grâce au management de l innovation de bout en bout. Cela permettra aussi de tester et analyser en grandeur réelle une chaine complète d innovation (recensement en cours des éléments composant la «chaîne»). Cette initiative s appuiera donc sur un secteur transversal que sont les TIC et qui sont reconnus et ont un a priori positif à ce jour en Tunisie grâce à leurs performances passées. Page 38

39 .et pour finir une critique positive: ISIS - IRIS - Ils joueraient le rôle de catalyseur pour quelques premiers secteurs applicatifs: Le e-commerce du Ministère du Commerce par exemple est partant pour une telle initiative et des discussions sont en cours pour analyser la faisabilité à court terme. L idée fait suite à de premières expérimentations positives mais non coordonnées, sur la base d essais réels déjà réalisés en privé par certaines grandes entreprises internationales de TIC (mais limitées pour le moment à leur propres «initiatives propriétaires» ) Page 39

40 .et pour finir une critique positive: ISIS - IRIS En cas de signaux positifs, d autres secteurs seraient appelés à participer en parallèle sur le même modèle. Un autre élément d analyse systémique sera l évaluation in-vivo de la performance d un certain nombre d institutions censées jouer des rôles importants dans cette chaîne de valeur; l existence d un management professionnel devrait permettre d évaluer avec recul et neutralité l apport et la performance de telles institutions, de par leurs performances intrinsèques ou liées au rôle qu on leur a désigné et alloué de façon rigide et bureaucratiques. Page 40

41 .et pour finir une critique positive: ISIS - IRIS Composant et acteurs de la chaine de valeur : Supcom, Ecole Centrale Polytechnique?, Ecole de Commerce et MBA BusinessSchools?, Ecoles d'informatique ( Xxxx, Yyyy, Zzzzz, ) CERT (pas besoin de revoir les statuts-type des centres techniques pour l inno) Technopôle El Gazala (vision, capacité et volonté pour devenir le 1er VRAI Pôle de Compétitivité en Tunisie?): private cloud, datacenter, plugfest, Incubateurs, Pépinières (Pépinière e-commerce Min Commerce), Microsoft MIC opérateurs télécom et leurs partenariats avec des constructeurs structurant le marché du développement «libre» ou «semi-libre» Mobility Forum Orange, Java J2ME Mobile Programming (http://www.europadev.com/home/older-projects/business-modelling), droidcon (Google Android), ios Apps Mobile Games development, + Telnet Labs El Gazala, + Alpha Tech (ini-gps, Android,..), Microsoft MIC premières têtes de pont à tester au-delà des TIC s avec d autres secteurs : Départements R- D&I de sociétés industrielles (STEG-Jomaa SOUISSI Directeur Stratégies, Etudes, InfoSystems) + (Hela NACEF, SONEDE, Ministère Agriculture), (Lazhar BENNOUR Ministère Commerce, Resp Nat e-commerce, Karim GHARBI Min Tourisme : Platfeforme e-tourisme) Page 41

42 .et pour finir une critique positive: ISIS - IRIS Composant et acteurs de la chaine de valeur : SICARS: DivaSICAR, Xxxxx, Business-Angels, Autres centres d'appui (normalisation, brevets, propriété industrielles, ) Living Labs/Open Living Labs/SUST-StartUp-System-Tunisia (sustunisia.org) https://www.facebook.com/startupweekendinat CityCamp projects, Tunisia-SAT (Mask, Abou Yassine AYARI, Chérifmh, Winzo, ) Projets et Programmes Européens de recherche et innovation (Smart Cities? smartsantander.eu testbed open for real-world experimental research on IoT and citizen-centric development imbedded in operational real infra networks of the city -electrical, lighting, etc - with socioeconomic, city governance and community services.) Relais de promotion politique par les associations professionnelles type UTICA, Conect, branche SSII UTICA, AICE, etc Page 42

43 Termes de Référence Le Ministère tunisien de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en collaboration avec le Ministère de l Industrie et de la Technologie, a lancé le Projet d Appui au Système de Recherche et d Innovation «PASRI», financé par un don de l Union européenne de L objectif général fixé au PASRI est d «améliorer la contribution de la recherche et de l innovation à la croissance et au développement de l emploi en Tunisie, en renforçant le lien entre la recherche et l entreprise. Il est décliné en trois sous-objectifs correspondant aux actions à mettre en œuvre par les trois composantes retenues pour les actions du PASRI: Renforcer les mécanismes de «gouvernance» du système national d innovation SNI ; Dynamiser le milieu de la recherche, le milieu économique et «l interfaçage» ; Développer les actions de «réseautage» aux niveaux national et international et renforcer la capacité de la Tunisie à intégrer les programmes de recherche européens. Le PASRI est géré par l Agence Nationale de Promotion de la Recherche Scientifique (ANPR) représentée par le Responsable National du Projet. Il est assisté dans ses fonctions par une Unité d Appui au Projet UAPASRI.

Contacts PASRI MEDIA HORIZON : 71 802 557

Contacts PASRI MEDIA HORIZON : 71 802 557 Contacts PASRI Unité d Appui au Projet d Appui au Système de Recherche et Innovation (UAPASRI) Adresse : 50 Av. Mohamed V-B.P N 177-1002 Tunis Belvédère Tunisie Tél/Fax : +216 71 834 855 Email : contact@pasri.tn

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Industrie, de la PME et de la Promotion de l Investissement POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE SAID BENDRIMIA DIRECTEUR D ETUDES/

Plus en détail

LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE

LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE PROGRAMME DE MODERNISATION INDUSTRIELLE LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE TERRITOIRES MÉTROPOLITAINS INNOVANTS : Technopoles et pôles de compétitivité Tunis 19 et 20 juin 2007

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

PÉPINIÈRE D ENTREPRISES

PÉPINIÈRE D ENTREPRISES RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l'investissement. PÉPINIÈRE D ENTREPRISES «INCUBATEUR D ORAN» Siège : 08 rue Frih El Hadj Boulanger

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys Mise en place des projets collaboratifs public-privé dans les TIC à l entreprise Cynapsys 22 Septembre, Pôle Elghazala, Ariana Imed AMMAR Manager AGENDA Présentation de CYNAPSYS Vision et Stratégie de

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1)

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée Le CMI, le Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée,

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

Le Management de l'innovation: un outil stratégique pour le développement de l'entreprise

Le Management de l'innovation: un outil stratégique pour le développement de l'entreprise L avenir prend de la valeur La composante i 9 Projet financé par l Union européenne Le Management de l'innovation: un outil stratégique pour le développement de l'entreprise Salon de l Entreprise, 1 er

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Opportunité de création de technopôles dans les pays du Maghreb

Opportunité de création de technopôles dans les pays du Maghreb «Territoires métropolitains innovants : technopoles et pôles de compétitivité» Tunis, 19 et 20 juin 2007 Opportunité de création de technopôles dans les pays du Maghreb Enseignements à partir de l exemple

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

L AGENCE DE PROMOTION DE L INDUSTRIE ET DE L INNOVATION AU SERVICE DU NOUVEAU CREATEUR ET L ENTREPRISE NOUREDDINE TAKTAK DGA API- TUNISIE

L AGENCE DE PROMOTION DE L INDUSTRIE ET DE L INNOVATION AU SERVICE DU NOUVEAU CREATEUR ET L ENTREPRISE NOUREDDINE TAKTAK DGA API- TUNISIE L AGENCE DE PROMOTION DE L INDUSTRIE ET DE L INNOVATION AU SERVICE DU NOUVEAU CREATEUR ET L ENTREPRISE Par : NOUREDDINE TAKTAK DGA API- TUNISIE Bondy le, 07 / 03 / 2012 AGENCE DE PROMOTION DE L INDUSTRIE

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE)

PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE) Données d entrée du processus : Fiches projet business France, conf /call nationale hebdomadaire PROCESSUS INTERFACE «BUSINESS FRANCE» (COSPE) 1 2 3 Etude des fiches projets «Business France», avec pré-analyse

Plus en détail

Formation de chargés de missions d'évaluation, intervenants dans les organisations (Fonction publique, entreprises, Santé)

Formation de chargés de missions d'évaluation, intervenants dans les organisations (Fonction publique, entreprises, Santé) MASTER PROFESSIONNEL Sciences de l éducation master (bac+5). (ex DESS) Consultant chargé de missions d évaluation Pour devenir intervenant chargé de missions d évaluation : Expert, consultant ou coach

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Eco-conception des produits innovants de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Personnes physiques fiscalement domiciliées en France, PME * de moins de 3 ans.

Personnes physiques fiscalement domiciliées en France, PME * de moins de 3 ans. Personnes physiques fiscalement domiciliées en France, PME * de moins de 3 ans. Aider le créateur à préciser son plan d entreprise et à procéder à des vérifications a minima techniques et juridiques pour

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L INNOVATION

LE FINANCEMENT DE L INNOVATION LE FINANCEMENT DE L INNOVATION DEFINITION L innovation se définit comme l ensemble des démarches scientifiques, technologiques, organisationnelles, financières et commerciales qui aboutissent ou sont censé

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Référencement des acteurs du conseil en Crédit impôt recherche (CIR) et Crédit impôt innovation (CII)

Référencement des acteurs du conseil en Crédit impôt recherche (CIR) et Crédit impôt innovation (CII) Référencement des acteurs du conseil en Crédit impôt recherche (CIR) et Crédit impôt innovation (CII) Pierre Pelouzet, Médiateur des relations inter-entreprises : «l objectif est d aider les porteurs de

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

D2IE GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE. Juin 2012

D2IE GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE. Juin 2012 GUIDE DE L INTELLIGENCE ECONOMIQUE POUR LA RECHERCHE Juin 2012 PIPELINE DE L INNOVATION Limiter aux secteurs économiques non européens Droits de PI Industrie pays tiers $ Breveter avant Publications Coopération

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Cahier des charges / Formation «Diagnostic technologique d une entreprise»

Cahier des charges / Formation «Diagnostic technologique d une entreprise» Cahier des charges / Formation «Diagnostic technologique d une entreprise» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne-Ardenne) Contact : Katia JOSEPH Chargée de mission «Gestion

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 362 By Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Création d entreprises Nouveaux promoteursle parcours d obstacles Les jeunes promoteurs

Plus en détail

Questionnaires aux institutions et entreprises RDI. Dans le secteur des TIC en Tunisie

Questionnaires aux institutions et entreprises RDI. Dans le secteur des TIC en Tunisie Questionnaires aux institutions et entreprises RDI Dans le secteur des TIC en Tunisie Le secteur des TIC est un secteur stratégique pour la Tunisie. Il représente un des moteurs de la croissance et du

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Fiche pratique n 12 Impulsion Conseil

Fiche pratique n 12 Impulsion Conseil Fiche pratique n 12 Impulsion Conseil 2008 CCI d Alençon 10 juillet 2008 - - 1 - - Sommaire Objectifs... 3 Bénéficiaires... 3 Projets et dépenses subventionnables... 3 Prestataire conseil... 4 Montant

Plus en détail

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Pour une stratégie de l'enseignement supérieur à l'horizon 2030 Professeur Abdelhamid Djekoun Recteur de l université de Constantine

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

Les opportunités de collaborations et de business à l international avec le pôle Eurobiomed

Les opportunités de collaborations et de business à l international avec le pôle Eurobiomed Les opportunités de collaborations et de business à l international avec le pôle Eurobiomed Eurobiomed: qui sommes-nous? Les Missions La Valeur Ajoutée - Développer et fédérer un réseau d acteurs dans

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION LICENCE PRO MÉTIERS DU TOURISME ET DES LOISIRS. Hôtellerie Restauration. www.univ-littoral.fr

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION LICENCE PRO MÉTIERS DU TOURISME ET DES LOISIRS. Hôtellerie Restauration. www.univ-littoral.fr DROIT, ÉCONOMIE & GESTION LICENCE PRO MÉTIERS DU TOURISME ET DES LOISIRS Hôtellerie Restauration www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION L objectif est de former de futurs managers de l hôtellerie

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Les aides étatiques pour PME. Les principaux instruments de cofinancement publics en faveur des PME luxembourgeoises

Les aides étatiques pour PME. Les principaux instruments de cofinancement publics en faveur des PME luxembourgeoises Les aides étatiques pour PME Les principaux instruments de cofinancement publics en faveur des PME luxembourgeoises Les aides directes du Ministère de l Économie en faveur des PME luxembourgeoises Chambre

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION

INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION Les Rencontres PACEIM INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION Marseille, 14 avril 2014 Abdelkrim Zemmita Chef du Service Coordination des Programmes de Financement de l Innovation DTAIRD - MICIEN Stratégie

Plus en détail

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM 1 EDITORIAL Depuis l engagement de la Tunisie dans la politique de libéralisation économique, et la signature de l accord d association avec l Union européenne, le Ministère de l Industrie s est lancé

Plus en détail

Rôle des PME dans l économie ivoirienne

Rôle des PME dans l économie ivoirienne MINISTÈRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL Rôle des PME dans l économie ivoirienne Présenté par Monsieur Jean-Louis BILLON Ministre

Plus en détail

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Samedi 23 Novembre 2013 Introduction : le commerce en quelques chiffres 590 000 entreprises Commerce de gros Commerce de détail

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1 MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Atelier n 1 Les Petites et Moyennes Entreprises comme élément de développement de l économie locale et

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D'EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX S O N E D E GOUVERNANCE DE L EAU ECHANGE D EXPERIENCE ENTRE L OCDE ET LES PAYS ARABES

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN La nécessité de définir le cadre d intervention du manager de projet pour le projet EMISE reflète des différences culturelles

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique

Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Appel à projets dans les domaines prioritaires de la recherche scientifique et du développement technologique Dans le cadre de la promotion de la recherche scientifique, l innovation et le développement

Plus en détail

Le financement des PME en Tunisie

Le financement des PME en Tunisie République Tunisienne Ministère de l industrie, de l énergie et des PME Le financement des PME en Tunisie Mohamed AGREBI Directeur Général de la Promotion des PME 1 Introduction 1. Objectifs qualitatifs

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Salon de partenariat Tuniso Camerounais - Sénégalais

Salon de partenariat Tuniso Camerounais - Sénégalais Le Réseau des Experts Consultants Africains pour le Développement Economique Organise La première édition du Salon de partenariat Tuniso Camerounais - Sénégalais 27 30 septembre 2015 à Dakar (SENEGAL)

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTEXTE GÉNERAL L optimisation de la logistique des flux de matériaux de construction est une

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E www.cooperation-tourisme.org Un outil au service du développement territorial Échanger, partager et construire des partenariats

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires

Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires Les Jeudis de l économie Chambre de Commerce et d Industrie Territoriale d Alençon Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires Olivier GAUSSENS Chef projet

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion 1 ère Année 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion LUNDI 08/06/2015 MARDI 09/06/2015 MERCREDI 10/06/2015 JEUDI 11/06/2015 VENDREDI 12/06/2015 SAMEDI 13/06/2015 LUNDI 15/06/2015 MARDI

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013 MASTER ANIMATEUR DE CLUSTER ET DE RESEAUX TERRITORIAUX PRESENTATION DU DIPLOME FRANCO-ALLEMAND 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES A ACQUERIR: Former des animateurs de cluster et de réseaux territoriaux

Plus en détail