Section 3. Comment favoriser une bonne orientation lors du choix des études universitaires?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Section 3. Comment favoriser une bonne orientation lors du choix des études universitaires?"

Transcription

1 Section 3 Comment favoriser une bonne orientation lors du choix des études universitaires? Frédéric Nils L enseignement supérieur en Communauté française se distinguant par un accès très ouvert, le choix des études supérieures peut s opérer relativement indépendamment des options suivies dans l enseignement secondaire. L absence de cette obligation de continuité/cohérence dans les choix opérés, et l absence d évaluation sanctionnant l admission dans les filières universitaires rendent la problématique de l orientation dans la transition entre les études secondaires et universitaires d autant plus cruciale. Les acteurs de l orientation dans la transition entre le secondaire et l université En matière d information et d orientation lors du passage de l enseignement secondaire aux études universitaires, trois acteurs centraux sont aisément identifiables : les centres psycho-médicosociaux (CPMS), les écoles secondaires et les services d information et d orientation des universités. D autres intervenants ou initiatives occupent une place plus périphérique, tels le Service d Information sur les Études et les Professions (SIEP), le Centre d Information et de Documentation sur les Études et les Professions (CEDIEP), les sites web institutionnels et non institutionnels d information sur les études et les professions, des initiatives des universités comme les formations Relais (Dozot & Wouters, 2002) et Rebond (Aerts & Dozot, 2004), des initiatives sectorielles, comme Technopass (Centre de ressource et de documentation des métiers industriels), et des initiatives ponctuelles émanant d associations (Rotary, Lions, parents d élèves). Parmi l ensemble de ces acteurs, certains sont institutionnels, dépendent des pouvoirs publics et sont régis par des réglementations décrétales ; d autres proviennent du secteur associatif, tout en travaillant de manière plus ou moins étroite avec des intervenants institutionnels ; certains autres encore proviennent du secteur privé. On retrouve parmi ces acteurs des professionnels de l orientation, mais également des personnes qui ne présentent aucune garantie de compétences dans le domaine. Par ailleurs, certains exercent en toute neutralité par rapport à l offre de formation proposée aux usagers alors que, chez d autres, la promotion de certains établissements ou filières de l enseignement supérieur est manifeste. Enfin, les actions proposées peuvent être entièrement gratuites (c est souvent le cas) ou payantes. Les actions d orientation dans la transition entre le secondaire et l université Contrairement à ce qui se passait jusqu'au début des années 1960, où le conseil en orientation prenait généralement une allure très directive et était associé à la passation d une panoplie de tests de compétences, l aide à l orientation d aujourd hui se présente davantage comme un processus non directif d accompagnement du jeune, considéré comme l acteur central de son orientation (Guichard & Huteau, 2001). Cet accompagnement se réalise dans quatre grands domaines : Commission «Réussite» du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Bruxelles : CIUF. 14

2 l exploration et la connaissance de soi, l exploration et la connaissance de l offre de formation et du monde du travail, la maturation d un projet personnel et professionnel et, in fine, l accompagnement dans la prise de décision. En partenariat étroit avec les écoles secondaires qu ils desservent, les CPMS sont actifs dans chacun de ces domaines de l accompagnement, principalement dans le troisième degré de l enseignement secondaire, et parfois aussi plus tôt dans la scolarité. Les agents des CPMS donnent des informations sur les filières de formation dans l enseignement supérieur, organisent des formations visant à aider le jeune dans la maturation de ses projets de vie, accueillent des jeunes dans le cadre d entretiens individuels, font passer des tests d intérêts professionnels (de façon collective en classe, ou individuelle, sous la forme de tests «papier crayon» ou informatisés) et encadrent les jeunes qui le souhaitent dans leur prise de décision. Outre les partenariats entre les CPMS et les écoles secondaires, ces dernières ont, depuis 1997, la possibilité d affecter deux semaines de cours à des activités d information et d orientation durant le troisième degré de l enseignement secondaire. Une enquête récente pilotée par le Conseil de l Éducation et de la Formation de la Communauté française (Avis 101 du CEF, 2008) a permis de récolter des informations à propos de l utilisation faite de ces deux semaines dédiées à l information et à l orientation. Premièrement, une minorité d écoles n en fait aucun usage. Ensuite, certaines écoles travaillent exclusivement en partenariat avec les CPMS pour développer des activités d information et d orientation de base. D autres font appel à des acteurs extérieurs (services d orientation des universités et hautes écoles, professionnels de différents secteurs, membres du Rotary, ) qu elles invitent pour réaliser des activités en leur sein. Une série d écoles utilise les dix jours pour permettre aux élèves de participer à des activités à l extérieur (salons, stages, rencontres, ). Enfin, une part non négligeable des établissements secondaires interrogés rapporte avoir développé un processus d orientation structuré, étalé sur les deux années du troisième degré, comprenant des activités variées et organisées avec des partenaires multiples (CPMS, services d orientation des universités et hautes écoles, services publics comme le FOREM, professionnels du secteur privé, ). Avant de conclure sur ceci, il est important de faire état que le Conseil de l Éducation et de la Formation constate de grandes inégalités entre élèves par rapport à l information et aux activités d orientation, et ce, principalement en fonction de l école fréquentée, de son implantation géographique et de la persistance de stéréotypes sexistes à l égard des femmes et de leurs choix d études. Comme indiqué plus haut, les universités et, plus spécifiquement, leurs services d information et d orientation, sont des acteurs de premier plan dans l aide apportée aux jeunes dans la transition entre le secondaire et le supérieur. Sans prétendre à l exhaustivité, les activités qu ils proposent peuvent comprendre la mise à disposition d un espace documentaire sur les formations et les métiers, des consultations individuelles en matière d information et d orientation, souvent agrémentées de sessions de testing, des formations collectives organisées dans les écoles, des soirées d information, des journées portes ouvertes, des semaines de cours ouverts pendant les congés de Toussaint et de Carnaval, des sessions de sensibilisation à l orientation à destination des enseignants et des parents d élèves, etc. Depuis plus de trente ans, certaines institutions universitaires se sont dotées d un service d information et d orientation, service qui propose la totalité des activités énumérées ci-dessus, alors que pour d autres établissements universitaires, cette préoccupation a été plus tardive, et reste, semble-t-il parfois, moins prioritaire. Le constat qui ressort de ceci est a priori fort positif : beaucoup d acteurs sont impliqués et nombre d actions sont proposées pour accompagner le jeune dans son choix d études. Néanmoins, Commission «Réussite» du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Bruxelles : CIUF. 15

3 trois bémols sont à signaler, comme le souligne d ailleurs le Conseil de l Éducation et de la Formation dans plusieurs de ses avis. D une part, il n existe à l heure actuelle aucune structure permettant de relier entre eux les acteurs de l orientation et de créer des synergies au niveau des activités proposées. D autre part, il y a des inégalités importantes entre les jeunes par rapport à l accès à l offre de service en matière d orientation. Enfin, contrairement à la plupart des pays voisins, où on peut trouver des masters en un ou deux ans, formant à l orientation scolaire et professionnelle, la Communauté française ne propose aucune formation universitaire diplômante dans ce domaine. Dans les différentes facultés de psychologie et des sciences de l'éducation, un seul cours est dédié à cette problématique. De l offre à la demande Selon une enquête récente (2008) réalisée au Salon du Service d'information sur les Études et les Professions (SIEP) à Namur et rapportée par Simonart (2009), les jeunes en fin de secondaire ont les attentes prioritaires suivantes en matière d orientation : (1) être informés et éclairés par rapport aux avantages et inconvénients des formations et professions ; (2) être conseillés, recevoir des suggestions, être mis en correspondance avec un ou des métiers ; (3) être écoutés. Plus spécifiquement, par rapport aux outils d orientation (logiciels, tests, questionnaires), les jeunes s attendent à ce qu ils donnent une direction précise, qu ils fournissent une aide pour une meilleure connaissance de soi, et qu ils mettent en correspondance leur personnalité, leurs aptitudes avec la formation ou la profession future. En outre, les jeunes interrogés ont tendance à accorder une grande confiance aux résultats des tests, surtout s ils sont informatisés. Parallèlement à ces constats relatifs aux attentes des jeunes par rapport aux acteurs de l orientation, des chiffres relatifs à la fréquentation des activités proposées par ces derniers montrent que les grands rendez-vous informationnels comme les salons dédiés à l orientation ou les soirées d information dans les écoles remportent un succès important, les jeunes s y déplaçant habituellement en groupes de condisciples. Par contre, les démarches individuelles telles que les demandes de conseil en face-à-face auprès d un agent d un CPMS ou d un conseiller d un service d orientation universitaire restent plus marginales. Néanmoins, ceux qui effectuent ces démarches s estiment généralement satisfaits à très satisfaits et ont tendance à suivre les conseils donnés. Enfin, dans la recherche réalisée par Moutte (2008) sur un échantillon de rhétoriciens indécis, il apparaît qu un tiers d entre eux ne fait aucune démarche de recherche d information ou de demande d accompagnement avant l inscription dans un programme d études supérieures. Ce dernier constat confirme le résultat de l enquête réalisée à l Université catholique de Louvain en 2001 auprès d étudiants en échec au terme de leur première année : plus de 25% d entre eux déclaraient n avoir pas eu d idée précise sur leur choix d études une semaine avant de s inscrire à l université (Commission de pédagogie de l'ucl, 2002). Orientation et réussite en première année À notre connaissance, une seule recherche a été menée dans un passé récent en Communauté française en vue d évaluer l efficacité de certaines pratiques d orientation au regard de la réussite dans l enseignement supérieur. Cette recherche (Simonart, 2009) va dans le même sens que celles réalisées dans d autres pays et rapportées par Guichard et Huteau (2001) ainsi que Grégoire et Nils (2008) : un choix d orientation basé sur la connaissance de ses compétences est un meilleur gage de réussite que celui fondé sur la connaissance de ses intérêts et/ou la construction d un projet Commission «Réussite» du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Bruxelles : CIUF. 16

4 professionnel. Cela ne signifie cependant pas qu un travail centré sur l exploration de ses intérêts ou la maturation d un projet soit inutile car, comme le rappellent Guichard et Huteau (2001), ce sont les intérêts et les projets qui poussent à fournir des efforts et qui prédisent la satisfaction et l épanouissement. Mais ce sont les compétences qui déterminent le niveau d efficience. En guise de conclusion L orientation des étudiants au moment du choix d un programme d études à l université est du ressort principal des centres psycho-médico-sociaux, des écoles secondaires et des services d orientation des universités. Ces intervenants proposent une grande panoplie d activités, qui rencontrent un bon succès et sont perçues de manière favorable par les usagers. Néanmoins, il existe des inégalités entre les élèves sur le plan de l accès à ces activités. Par ailleurs, nous aurions tous à y gagner si une structure d appui en matière d aide à l orientation était mise en place au niveau de la Communauté française. En outre, l organisation d une formation universitaire dans le domaine de l orientation scolaire et professionnelle est plus que souhaitable. Enfin, la connaissance des compétences à maîtriser en entrant dans un programme d études précis (Leclercq, 2011 ; Romainville & Slosse, 2011) et la possibilité pour un jeune de se voir proposer une évaluation de son niveau de maîtrise de ces compétences devraient occuper une place plus centrale dans la démarche d accompagnement au choix des futurs étudiants universitaires. Bibliographie Aerts, C. & Dozot, C. (2004). Le projet Rebond. Communication au 3e Congrès des Chercheurs en Éducation. Bruxelles. Commission de pédagogie de l UCL (2002). Comprendre l échec pour promouvoir la réussite. Rapport interne. Louvain-la-Neuve : Université catholique de Louvain. Conseil de l Education et de la Formation (2008). Avis 101: Une démarche d orientation au 3ème degré dans le cadre des deux semaines octroyées par le Décret «Missions». Bruxelles : Conseil de l Éducation et de la Formation. Dozot, C. & Wouters, P. (2002). La formation-relais : une contribution à la lutte contre l échec. Régulation et impact du programme. Communication au 19e Congrès de l Association Internationale de Pédagogie Universitaire. Louvain-la-Neuve : Université Catholique de Louvain. Grégoire, J. & Nils, F. (2008). Cognitive measurement in career guidance. In J. Athanasou & R. Van Esbroeck (Eds.). International handbook of career guidance. NY: Springer. Guichard, J. & Huteau, M. (2001). Psychologie de l orientation. Paris : Éditions Dunod. Leclercq, D. (2011). Que savent les étudiants lorsqu'ils entrent dans l'enseignement universitaire? Ce que nous apprend le projet MOHICAN. In Ph. Parmentier (Dir.). Recherches et actions en faveur de la réussite en première année universitaire. Vingt ans de collaboration dans la Commission «Réussite» du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Bruxelles : CIUF. Commission «Réussite» du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Bruxelles : CIUF. 17

5 Moutte, L. (2008). L impact de la restitution dynamique d un test d intérêts professionnels sur le processus d orientation. Mémoire de fin d études non publié. Louvain-la-Neuve : Université catholique de Louvain. Romainville, M. & Slosse, P. (2011). Comment établir un diagnostic des prérequis, précoce et impliquant pour l'étudiant? In Ph. Parmentier (Dir.). Recherches et actions en faveur de la réussite en première année universitaire. Vingt ans de collaboration dans la Commission «Réussite» du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Bruxelles : CIUF. Simonart, G. (2009). De la rhéto au baccalauréat : l orientation des jeunes belges francophones des classes terminales de l enseignement secondaire. Paris : Eurotests Éditions. Commission «Réussite» du Conseil interuniversitaire de la Communauté française de Belgique. Bruxelles : CIUF. 18

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Médiation culturelle de l Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

Projetpro.com. Association pour la promotion du «Projet Professionnel de l Etudiant» «Il ne suffit pas de savoir, encore faut-il savoir où l on va»

Projetpro.com. Association pour la promotion du «Projet Professionnel de l Etudiant» «Il ne suffit pas de savoir, encore faut-il savoir où l on va» Projetpro.com Association pour la promotion du «Projet Professionnel de l Etudiant» «Il ne suffit pas de savoir, encore faut-il savoir où l on va» Internet : www.projetpro.com Association Projetpro.com

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS)

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise

Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, ergonomie et relations sociales dans l entreprise Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

AVIS DU CIUF. 11 juin 2013. Relevé des principes en matière de publicité - Version mise à jour -

AVIS DU CIUF. 11 juin 2013. Relevé des principes en matière de publicité - Version mise à jour - AVIS DU CIUF 11 juin 2013 Relevé des principes en matière de publicité - Version mise à jour - P 2/5 11 juin 2013 RELEVE DES PRINCIPES DEFINIS PAR LA COMMISSION «PROMOTION-INFORMATION» I. OBJECTIF Créée

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources humaines dans

Plus en détail

Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE

Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE Fédération des Étudiants Francophones ASBL - 20 rue de la Sablonnière,1000 Bruxelles - tél

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : Seconde année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Licence Professionnelle Animateur des Technologies de l Information et de l Internet (ATII)

Licence Professionnelle Animateur des Technologies de l Information et de l Internet (ATII) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Animateur des Technologies de l Information et de l Internet (ATII) Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation

Plus en détail

Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales

Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Institut Catholique de Paris Service Communication Fiche Filière / parcours Philosophie Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Collection «Orientation à l ICP : Fiches

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS»

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» MASTER POLITICAL STUDIES AND INTERNATIONAL COOPERATION ETUDES POLITIQUES ET COOPERATION INTERNATIONALE entre : L Université des West

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA QUALITE DES FORMATIONS. Questionnaire d'enquête auprès des étudiants

MANAGEMENT DE LA QUALITE DES FORMATIONS. Questionnaire d'enquête auprès des étudiants MANAGEMENT DE LA QUALITE DES FORMATIONS Questionnaire d'enquête auprès des étudiants Questions communes à toutes les formations (tronc commun) LES PROGRAMMES 1 Les objectifs de la formation et les programmes

Plus en détail

ADMISSION PERSONNALISEE FPSE TITRE D ACCES BELGE Année académique 2011-2012

ADMISSION PERSONNALISEE FPSE TITRE D ACCES BELGE Année académique 2011-2012 Secrétariat des Etudes Place Warocqué 17 B-7000 MONS 00 32 (0)65 37 31 01-02-03-04-56 secretariat.fpse@umons.ac.be ADMISSION PERSONNALISEE FPSE TITRE D ACCES BELGE Année académique 2011-2012 PARTIE A CONSERVER

Plus en détail

Promotion des sites qualifiants en Limousin

Promotion des sites qualifiants en Limousin Promotion des sites qualifiants en Limousin Formation en Travail Social Accueil et accompagnement des stagiaires Etat des lieux des pratiques et des attentes Retour d enquête / Analyse quantitative et

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS

L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS N 227 - JAVAUX Hubert 1 L IMPLÉMENTATION D UN DISPOSITIF DE FORMATION ACCESSIBLE EN PERMANENCE EN FORMATION INITIALE, PREMIERS EFFETS OBSERVÉS Introduction. Le dispositif analysé a pour cadre la formation

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile Section : Bachelier en Automobile Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES et contrôle des aptitudes et des connaissances

REGLEMENT DES ETUDES et contrôle des aptitudes et des connaissances Année 2015/2016 REGLEMENT DES ETUDES et contrôle des aptitudes et des connaissances Application de l'arrêté du 25 avril 2002 relatif au diplôme national de Master et de la décision du conseil d'administration

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité :

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité : Planification Activité : FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES Les directrices et directeurs d école peuvent se servir de la présente liste de contrôle pour vérifier si les ressources

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Organisation du service des inspecteurs de l éducation nationale

Organisation du service des inspecteurs de l éducation nationale Affaire suivie par : Jean JOLY, Inspecteur d académie Téléphone : 01 53.69.31.28 Télécopie : 01 53.69.30.22 JJ/ML À Paris le 02.07.01 02234 Le Directeur de l Agence pour l enseignement français à l étranger

Plus en détail

L élève et la construction de son projet «post-bac»

L élève et la construction de son projet «post-bac» L élève et la construction de son projet «post-bac» Il apprend à se connaître : - Goûts, intérêts, matières et activités préférées - Aptitudes, compétences, points forts, points faibles - Motivation, niveau

Plus en détail

Conseillers en produits et services RH

Conseillers en produits et services RH Conseillers en produits et services RH démarrage mardi 7 avril 2015 Présentation SKEMA BUSINESS SCHOOL SKEMA est une école de management née en 2009 de la fusion du CERAM et du groupe ESC Lille. Une école

Plus en détail

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX

Le logiciel CHOIX dans les Centres P.M.S. de la Communauté française de Belgique LE LOGICIEL CHOIX LE LOGICIEL CHOIX DANS LES CENTRES P.M.S. DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Informations Pédagogiques n 42 - Septembre 1998 2 Parmi les dispositions que le décret «Missions» consacre à la transition

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

Faculté Administration et échanges internationaux

Faculté Administration et échanges internationaux Faculté Administration et échanges internationaux Master 2 - AEI Spécialité Commerce Electronique 23 octobre 2014 Page 1 Plan Faisons connaissance E-commerce : Bilan en 2013 Présentation du Master E-Commerce

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Calendrier du rhétoricien et des évènements d information 2012-2013

Calendrier du rhétoricien et des évènements d information 2012-2013 Version juillet 2012 Calendrier du rhétoricien et des évènements d information 2012-2013 Septembre 2012 A partir du 3 septembre 2012 : Examen d admission aux études de bachelier en sciences de l ingénieur

Plus en détail

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK)

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) 02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) La direction générale pour la formation technique et professionnelle

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** Octobre 2014 Juin 2016. Promotion 2016

PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** Octobre 2014 Juin 2016. Promotion 2016 PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** Octobre 2014 Juin 2016 Promotion 2016 Début de la formation : le lundi 20 octobre 2014 INSCRIPTIONS A L ADMISSION

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

Fiche Info STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE

Fiche Info STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE Fiche Info AIDE JURIDIQUE STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE AIDE JURIDIQUE Fédération des Étudiants Francophones ASBL 20 rue

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017

Plan stratégique 2015-2017. Horizon 2017 Service des bibliothèques et archives Plan stratégique 2015-2017 Horizon 2017 Mise en contexte L environnement dans lequel évoluent les bibliothèques universitaires est en mutation depuis plusieurs années.

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Règlement des études et modalités d'évaluation des étudiants Année universitaire 2015-16

Règlement des études et modalités d'évaluation des étudiants Année universitaire 2015-16 MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Master 1 ère année Mention Islamologie, droit et gestion & Master 2ème année Mention Islamologie, droit et gestion Spécialité Finance islamique Spécialité Islamologie Règlement

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN DIVISION DE L 'ÉCONOMIE ET DE L' ADMINISTRATION PUBLIQUES DES NATIONS UNIES - DÉPARTEMENT DE S AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES OMMENT DÉFINIR LE RÉSEAU? Le Réseau

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/114 DELIBERATION N 08/029 DU 3 JUIN 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DU RÉPERTOIRE

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Bureau d'études et conception technique de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master Bilan de la campagne de suivi menée en 27-28 auprès des diplômés de Master 24-25 Méthodologie Présentation des résultats Définition des indicateurs Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi

Plus en détail

ULIS LP Eiffel Unité Localisée pour l Inclusion Scolaire

ULIS LP Eiffel Unité Localisée pour l Inclusion Scolaire ULIS LP Eiffel Unité Localisée pour l Inclusion Scolaire MF Lagoguey coordonnatrice ULIS Eiffel Reims 1 Les missions de L ULIS LP Formation et Insertion L ULIS s inscrit dans le projet de formation et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues, littératures et civilisations étrangères de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE Spécialité : Professionnelle FINANCES DES COLLEIVITES TERRITORIALES ET DES GROUPEMENTS M2

Plus en détail

STAGE : COMMIS DE CUISINE

STAGE : COMMIS DE CUISINE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION STAGE

Plus en détail