L observatoire des loyers à Munich

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L observatoire des loyers à Munich"

Transcription

1 L observatoire des loyers à Munich ou le modèle allemand face à la crise Jean-Pierre Schaefer Ingénieur économiste, Caisse des Dépôts Observatoire des Loyers Allemagne Marchés immobiliers Dans un marché dont on nous dit qu il ne connaît pas de tension, l Allemagne semble faire là aussi office de bon élève européen en matière de pression immobiliére. Mais si on évoque le mécanisme du miroir des loyers ayant contribué à la stabilisation des loyers, la situation semble évoluer dès La connaissance des loyers est du point de vue de l économie immobilière un gage de fonctionnement optimal, facilitant la fluidité du marché du point de vue des locataires et la rationalité économique du point de vue des bailleurs. Le cas des miroirs de loyers allemands fait régulièrement l objet d analyses comme exemple d un outil de connaissance partagé, qu il soit produit par enquête ou par concertation entre les acteurs de l immobilier. Le cas du miroir de loyers de Munich semble intéressant par le souci accordé à une description précise de la qualité du bien immobilier. Ces miroirs vont-ils contribuer à stabiliser des marchés immobiliers allemands qui, longtemps modèles de stabilité, connaissent des tensions croissantes? Cette situation, sans doute liée à une production neuve sensiblement inférieure aux besoins sur certaines métropoles vont-elles perturber la recherche de consensus entre partenaires qu illustrent les miroirs de loyers? Evaluer les niveaux de loyers conduit à une appréciation de la qualité du bien et des services associés, ce qui devrait faciliter les choix des locataires et aider les propriétaires à mieux aligner la qualité relative de leur bien par rapport à la concurrence. Sur le plan social réduire l asymétrie de l information entre propriétaires et bailleurs facilite l accès au logement, bien qui n est pas seulement un objet économique banal mais un besoin fondamental en lien avec l équilibre personnel et familial. Des observatoires de loyers existent, au moins ponctuellement, dans divers pays mais les dispositifs fonctionnant en Allemagne présentent des spécificités qui justifient de présenter leur organisation et de s interroger sur leur rôle dans le fonctionnement actuel des marchés immobiliers. Après le calme, la tempête? L Allemagne est un pays où le statut locatif est prédominant, particularité que l on rencontre dans les pays d économie rhénane (Suisse, Autriche, Pays-Bas). Analyser l origine de cette situation dépasse le cadre de cet article, car cela renvoie à des éléments multiples où se mêlent l histoire (reconstruction après la guerre et solidarité entre groupes sociaux), les choix de société (primat donné à l investissement industriel productif de biens réels, rôle d appoint de l immobilier visant un rendement modeste mais stable), la géographie et l urbanisme (droit des sols, réglementation foncière, attachement à la sphère régionale). On peut se limiter à indiquer que le marché immobilier allemand était considéré, à l aune des comparaisons internationales, comme globalement équilibré entre offre et demande. Depuis une quinzaine d années un rythme élevé de démolitions (de l ordre de logements) fut même justifié par une offre jugée pléthorique dans des zones en dépeuplement, cette situation est en train de changer sur les marchés des grandes métropoles allemandes. 38 janvier - février 2013 I études foncières n 161

2 L observatoire des loyers à Munich Après une phase de production de logement importante au moment de la réunification ( logements produits en 1995), la production neuve a fortement décru (BBSR 2011) sous en 2009 et 2010, soit très en dessous du niveau des pays comparables (France, Pays-Bas). La stagnation démographique globale a sans doute conduit à sous-estimer une croissance du nombre de ménages inégalement répartie sur les marchés des grandes métropoles allemandes. Cette situation, et un parc abondant et de qualité sont traditionnellement évoqués pour expliquer que les marchés immobiliers allemands n ont pas connu la forte poussée de prix et de loyers observée depuis 2000 dans les pays voisins. Structurellement, l accession reste onéreuse, rapportée au revenu moyen. En revanche l offre locative est abondante, et de qualité stable. Globalement le marché locatif apparaissait offreur et la relation propriétaires locataires relativement «sereine». Les baux sont sans limitation de durée, à l instar des Pays-Bas (contre trois ans en France). En fait dans le contexte des marchés allemands, le propriétaire cherche à conserver son locataire (Vorms, 2010). Dans certains marchés détendus, la revente d un logement locatif serait plus aisée avec un locataire que sans 1. Les loyers des dix principales métropoles allemandes sont en moyenne bien inférieurs à ceux des grandes villes européennes de taille et d importance comparables. Le taux d effort (ratio loyer sur revenu), proche de 20 % (pour un studio), semble beaucoup plus faible que dans les pays voisins (Duebel, 2012), de même un loyer moyen national de 7 /m 2 sur le stock et 8,50 /m 2 en relocation pour un 70 m 2 (BulwienGesa, 2011) apparaît comme fort attractif. Mais depuis 2011, les marchés changent, et vite : Une hausse moyenne des prix de vente de 12 % en cinq ans à l échelle nationale (Der Spiegel, 2012) recouvre des situations locales contrastées, avec une hausse des prix forte à Hambourg, Berlin, Munich, voire Francfort. Quoiqu encore décalée en intensité, la hausse des loyers de relocations semble se profiler. C est dans ce contexte en pleine évolution que doit être replacé le miroir de loyers de Munich. Observer l ordinaire La force d attraction de la Ville de Munich en fait l un des marchés les plus actifs d Allemagne. Le «Miroir de loyers de Munich» est une publication officielle de la Ville, préfacée par le maire et l adjoint aux affaires sociales. Cet observatoire est présenté comme une base réglementaire et juridique pour l appréciation des loyers des nouvelles mises en location, destiné à éviter les conflits portant sur les loyers en cours, conflits «synonymes de coûts juridiques élevés». Une nouvelle location ne peut pas être fixée à plus de 20% du loyer local de référence pour un bien équivalent. 1 - Cette situation différente de la France où un bail en cours conduirait à une baisse de valeur de revente, et encore plus avec les Etats Unis d Amérique où le bail du locataire devient caduc lors du changement de propriétaire. études foncières n 161 I janvier - février

3 Tableau 1 Indices des prix immobiliers en Allemagne Indices BulwienGesa AG Allemagne entière valeur 2011 hausse annuelle hausse appartement neuf 70 m /m 2 1,20% 7,30% maison de ville 100 m ,10 % 4,30 % location neuve 70 m 2 8,51 /m 2 1,10% 5,20% Relocation 70 m 2 7,02 /m 2 2,20% 4,60% Sources : BulwienGesa AG La municipalité a fait le choix d établir un observatoire «qualifié», établi sur une base scientifique par l Institut de sondage TMS sous contrôle de L. Fahrmeir, de l Institut de statistique de l Université de Munich. Le terme de qualifié le désigne comme une référence juridiquement opposable pour donner les loyers locaux de référence («ortsüblich»). Ce n est pas le cas d un Observatoire de loyers «ordinaire», établi par consensus entre partenaires comme celui de Cologne (Vorms & Bosvieux 2010). L observatoire des loyers couvre tout le territoire de la Ville, qui avec 1,45 million d habitants sur 310 km 2 est la troisième ville d Allemagne par la population et la sixième en superficie. L observatoire repose sur un échantillon de 3000 observations du secteur privé libre. La mise à jour est prévue tous les deux ans. L échantillon des loyers a été relevé en janvier 2010 avec l appui des services municipaux du foncier, du cadastre, de l urbanisme et des affaires sociales. Les partenaires sont deux associations des locataires de Munich et les fédérations des propriétaires immobiliers de Munich et environs et des propriétaires de l arrondissement de Munich. L observatoire est orienté avant tout vers les logements familiaux courants dont les baux datent de 2006 à 2009, pour lesquels un échantillon (de locataires joignables au téléphone) statistiquement valable est obtenu. Aussi sont exclus du champ de l observation les logements couverts par toute forme de conventionnement liés à des aides publique, les logements de fonction, les centres d hébergement, les foyers de jeunes et d étudiants et les sous location. L observatoire ne porte pas sur les maisons individuelles ni sur les logements dits isolés. Les autres situations atypiques éliminées sont soit luxueuses, tels les logements de dernier étage avec terrasses soit au contraire inconfortables, logements en sous-sol, dépourvus du confort de base (cuisine, salle de bain et toilette) ou dont les équipements sont partagés avec d autres logements. Ainsi le champ de l observatoire ne couvre pas les biens exceptionnels, du haut comme du bas du marché par manque d échantillon statistiquement significatif. De même il exclut le champ de situations avec services associés (comme les meublés) ou de relations contractuelles spécifiques comme la sous-location. L édition de cet observatoire comporte des indications concernant l économie d énergie mais il n apparaît pas encore possible de mesurer nettement leur impact sur les loyers, ce sujet devra être approfondi dans les éditions ultérieures de l observatoire. Pour tous les types de logements absents de l observatoire, une hausse de loyer devra être justifiée par comparaison avec un logement similaire, à charge pour le bailleur de l identifier. L observatoire peut servir d indications par quartier, mais ne sera pas opposable juridiquement. Minutieuse méthodologie La première étape estime des charges de fonctionnement forfaitairement en fonction de ratio mensuel en /m 2 détaillés selon quinze rubriques 2. Le miroir ne mesure que des loyers «froids», sans charges, mais ces charges forfaitaires sont mises en regard dans l estimation du loyer moyen du logement équivalent du secteur. Dans la deuxième étape, le loyer mensuel net de charges en /m 2 est établi par classe de taille du logement et l année de construction, la fourchette des loyers allant de 8 à 15. Pour 11 tranches d âge, par pas de deux m 2, le loyer de base au m 2 est calculé de 20 à 160 m 2. Il s agit donc d une approche extrêmement minutieuse, qui laisse néanmoins supposer que pour certaines surfaces, le calcul est obtenu par interpolation. La détermination de la tranche d âge peut être revue si, tout en conservant le gros œuvre, l immeuble a fait l objet d une profonde rénovation. Au vu de l abaque (figure 1) l âge semble avoir 40 janvier - février 2013 I études foncières n 161

4 L observatoire des loyers à Munich en réalité peu d impact, sauf pour la génération qui est sensiblement moins chère ; cette période de forte construction cumulait pauvreté architecturale et médiocrité technique en Allemagne comme en France. Les petites surfaces (20 à 30 m 2 ) reviennent 30 à 70 % plus cher au m 2 que le reste du parc. La courbe des prix au m 2 marque un palier vers 70 m 2-90 m 2 ce qui veut dire que dans cette tranche de taille l augmentation du loyer est presque proportionnelle à la surface. Au-delà le tassement du loyer au m 2 se poursuit. La relation prix et surface permet d afficher des écarts moins spectaculaires en terme de prix au logement, 300 pour 20 m 2, 400 pour 30 m 2 et 645 pour 60 m 2. La troisième étape porte sur la qualité du bien. Des suppléments ou abattements sont calculés selon l emplacement, l équipement et l état du logement. Les quatre niveaux de qualité d emplacement prennent en compte les équipements de proximité, les nuisances (industries, installations militaires), bruit etc. La qualité est définie non seulement par l adresse, mais aussi par la qualité d ensemble de l îlot (donc l arrière du bâti). La Ville est divisée en 25 quartiers, classés sur 4 niveaux (simple, moyen, bon, excellent). La typologie architecturale conduit à des moins-values pour les différentes générations d avant 1978, avec des nuances selon la hauteur et la densité du bâti. Les terrasses orientées Sud et ouest de plus de 5 m 2 apportent une plus-value. Des défauts dans le confort sanitaire (eau chaude, chauffage, salle de bain) entraînent des moins-values. A l inverse une cuisine équipée ou vaste, une salle d eau supplémentaire, des sols rénovés apportent des plus-values. Il en est de même pour d autres caractéristiques comme étage élevé, hauteur sous plafond supérieure à 2,6 m, chauffage au sol, vide-ordures. L absence d interphone pénalise presque autant que l absence d ascenseur. Le cumul des plus et moins-values, soit pas moins d une trentaine de correctifs possibles, est limité dans des fourchettes minimum maximum elles-mêmes dépendantes de l âge (<1948, 48/77, > 1978). Une quatrième étape du calcul introduit des facteurs correctifs supplémentaires portant sur le quartier, le chauffage, l équipement sanitaire et les sols, la cuisine, la consommation d énergie, Figure 1 Loyers à Münich en /m 2 selon la taille du logement et l âge de l immeuble 16 /m 2 15 /m 2 14 /m 2 13 /m 2 12 /m 2 11 /m 2 10 /m 2 9 /m 2 8 /m 2 20 m 2 40 m 2 60 m 2 80 m m m m m 2 Construit < Construit depuis 2008 Source : Mietspiegel für München Eau, nettoyage public, enlèvement des déchets, taxe foncière, assurances responsabilité civile, ramonage de cheminée, éclairage commun, ascenseur, buanderie, concierge, espaces verts, nettoyage des parties communes, déneigement, entretien de chaufferie, chauffage, ECS, frais d antenne/câble (au logement). études foncières n 161 I janvier - février

5 les équipements de luxe. Ces correctifs sont eux-mêmes inscrits dans une fourchette de tolérance (de 1 à 2 ), fourchette qui elle-même est croisée avec la surface et l âge du bâtiment. L étape finale consiste à additionner les charges, les loyers de base de référence et ajouter/retrancher les plus-values et moins-values, vérifier qu on se situe bien dans la fourchette corrective prévue pour aboutir au «loyer moyen de référence du secteur pour ce type de logement» complété par une fourchette d incertitude. Une notice de 24 pages présente les huit tableaux de la méthode de calcul complète. Le service municipal du logement fournit toutes les informations sur le miroir, son utilisation et sur la réglementation du secteur locatif. Un bureau spécifique traite du chauffage dans le cadre d un «miroir du chauffage» et de la production de passeport énergétique (DPE) nécessaire pour la vente comme pour la location. Globalement, une fois dépassée l impression de complexité du calcul, on aboutit pour la période à des loyers qui apparaissent très raisonnables selon des standards internationaux. Mais tout cela ne va-t-il pas changer dans la prochaine édition du miroir de loyer, au vu de la hausse des prix qui semble s observer en Allemagne en relocation dans les trois grandes métropoles? Face à la hausse des marchés Un indice immobilier (BulwienGesa, 2012) mesure sur 125 villes cinq segments de marchés résidentiels. Cet indice composite fut à la baisse de la réunification jusqu en 1997, suivi d une lente remontée, mais généralement en dessous de l inflation. Ce n est que depuis 2008 que l indice amorce une croissance qui semble dépasser l inflation et qui en 2011 a affiché une hausse nettement au-dessus de la moyenne des vingt années précédentes. Cette croissance est sensible dans le Sud et à l Ouest (Munich en tête suivi de Francfort) et faibles dans le Nord et à l Est (Kiel, Brême, Liepzig, Dresde). On retient qu un loyer neuf est à 8,50 /m 2 et un loyer de relocation de 7, ce qui mesuré en moyenne sur 125 villes confirme l impression de marchés «raisonnables». De même selon le Ministère chargé du logement (BBSR) 3 - Même s ils ne sont plus de statut d utilité publique, les organismes regroupés dans la Fédération GdW sont en grande partie contrôlés par des collectivités locales, ou des entités devant combiner souci de l intérêt général et gestion équilibrée les loyers 2010 se situaient sur une échelle de 4,5 à 9 /m 2, les loyers dépassant 8 sur moins d une dizaine de marchés. Et pourtant les articles dans la presse (Der Spiegel, 2012) se multiplient actuellement pour souligner à la fois les hausses ponctuelles et les disparités régionales. Sur le plan strictement de la démographie, au sein même d une Bavière tirée par la croissance Munichoise, les franges rurales Nord et Est sont en déprise, à l instar de la Thuringe voisine et de la Saxe. A l Est Berlin et le Brandebourg disposent d un certain dynamisme tandis que la Poméranie et la Saxe Anhalt sont en baisse de population à l horizon 2025 (BBR 2012). Et à l ouest les évolutions démographiques sont y compris en Rhénanie ou en Westphalie du Nord. En terme d immobilier (donc de ménages), la croissance est sensible sur la Bavière et le Bade Würtemberg (sauf zones rurales) et à Hambourg, Munich et Berlin. Des contrastes sont sensibles à des niveaux très fins comme une tension de marché à Brème contrastant avec la détente dans le port voisin de Bermerhaven où le chômage est élevé. La carte des marchés immobiliers à l échelle des 430 arrondissements est une vraie peau de léopard. Pour l année 2013, les prévisions varient entre une stabilité globale (compte tenu du ralentissement économique en Europe) et des hausses localisées suscitées par des taux d intérêt faibles et un regain d intérêt de la part d investisseurs (notamment les étrangers d Europe orientale et balkanique) pour l immobilier valeur refuge. Bibliographie Deux ans après les analyses des experts, les milieux politiques évoquent depuis 2012 une offre faible comme facteur susceptible d accroître la tension des marchés. Les analyses fédérales estiment à moins de logements la demande nouvelle jusqu en 2025, souvent concentrée dans des îlots. D autres estimations (Pestel Institut, 2012) évoquent un besoin global beaucoup plus considérable dans le secteur locatif. D un côté, la vacance reste en effet significative dans des régions rurales en déprise, et pas seulement à l Est. Inversement une tension la plus visible se manifeste sur les prix de vente du neuf, avec une production qui semble orientée vers le haut de gamme (à Hambourg ou Munich) au détriment de l offre en gamme moyenne. L important parc des organismes de logements locatifs à vocation sociale 3 est en grande partie sorti du conventionnement (à l issue du remboursement des prêts) et seuls 1,6 millions de logements sont classés «sociaux». Ces organismes vont-ils suivre la hausse des loyers, la freiner dans leur parc libre ou relancer leur production locative? Après dix ans d arrêt de la production en logement social, Cologne va en relancer, de même à Hambourg, à Brème et surtout à Berlin. Là encore c est du côté de Munich que se tournent les regards, la Ville imposant un quota de 30 % logements sociaux dans les nouveaux projets. Mais encore faudrat-il que la production soit significative. La stabilité des marchés immobiliers en Allemagne : un autre mythe en voie d extinction? 2012, «Stadtluft macht arm, immobilienpreise», Der Spiegel, n 47, pp.84-86, BBSR, 2010, «Wohnungsmärkte im Wandel», Bonn, BBSR, 16p., BulwienGesa AG, 2012, «Immobilienindes », BBSR, 2011, «Wohnungs und Immobilienmärkte in Deutschland 2011, Bonn, BBSR, 20p. Duebel, H.-J., 2012, «Marché Immobilier en Allemagne», Finpolconsult Conférence Dinamic, décembre ROllot C., 2012, «Le miroir des loyers allemand un paradis pour locataires», Le Monde, 14 avril VON JUNG, 2012, «Münchner Modell», Der Spiegel, n 49, Vorms, B., Rougier I., Girometti, L., Couëtoux du Tertre I., 2011 «Marché transparent, marché pacifié, le rôle des miroirs de loyers en Allemagne», ANIL Habitat Actualité, 12p. Landeshaupstadt München, 2011, Mietspiegel für München de/rathaus/stadtverwaltung/sozialreferat/wohnungsamt/mietspiegel.html 42 janvier - février 2013 I études foncières n 161

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes :

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : 2. Le marché locatif Activité globale Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : - Une activité relativement

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES. Observatoire de l Economie. Immobilier 2013

INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES. Observatoire de l Economie. Immobilier 2013 INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Observatoire de l Economie Immobilier 213 Données 26-213 Publication 214 IMSEE janvier 214 2 Sommaire Lexique... 4 1. Généralités... 5 1.1.

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Sur quoi se base-t-on pour calculer ma taxe d habitation? Quel que soit l impôt considéré, taxe d habitation et taxe foncière sur les propriétés bâties

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES 4 note n 4, mars 2005 OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E DITORIAL I NTRODUCTION Selon l enquête «ménages» réalisée par le CEPS/Instead en 2003, le parc locatif représente moins de

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Opportunité d investissement n 12

Opportunité d investissement n 12 Opportunité d investissement n 12 EN BREF Objectif de collecte : 91 100 Montant de la part : 5 061 Nombre de parts : 18 Rendement annuel avant impôt : 5 % Type de bien : T1 26m² Localisation : Gaillard

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin HABITAT Obore er su RAPPORT D ETUDE 12/08 en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin Loyers de mise en location dans le parc privé de la région Mulhousienne en 2008 Ce document constitue

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

Province, régions et tendances d avenir

Province, régions et tendances d avenir Province, régions et tendances d avenir Kevin Hughes Économiste régional Marché de l habitation : notre savoir à votre service PLAN Marché de l habitation : notre savoir à votre service I Facteurs qui

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Niveaux des loyers 2014

Niveaux des loyers 2014 Numéro MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ 4 Septembre2015 Niveauxdesloyers2014 MétropoleNiceCôted Azur ObservatoiredesLoyers desalpes Maritimes 5rueduCongrès 06000Nice

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Fonds de logement intermédiaire Un nouvel instrument au service de la production de logements. Paris, le 25 juillet 2014

Fonds de logement intermédiaire Un nouvel instrument au service de la production de logements. Paris, le 25 juillet 2014 Fonds de logement intermédiaire Un nouvel instrument au service de la production de logements Paris, le 25 juillet 2014 Le logement intermédiaire Le contexte Comment proposer une offre locative abordable

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Indicateurs immobiliers

Indicateurs immobiliers Indicateurs immobiliers Préface Chers lecteurs, Suite à l internationalisation et la professionnalisation correspondante du marché de l immobilier, l utilisation et l interprétation d indicateurs immobiliers

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Loyer basé sur les coûts: mode d emploi

Loyer basé sur les coûts: mode d emploi Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral du logement OFL Loyer basé sur les coûts: mode d emploi 5 e Forum des coopératives suisses d habitation 27 septembre

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière F Variation de la valeur foncière et des transactions PRIVÉ Rôle d évaluation foncière Variation entre 2007 et 2011 2 Différence avec le prix de vente 3 Transactions 2000-2010 Vente de copropriétés et

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 25 mars 2015 Indice des prix des logements 4 trimestre 2014 o L indice belge des prix des logements augmente de 1,0% au quatrième trimestre 2014 par rapport au trimestre

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E : N O M B R E & T Y P O L O G I E D E S L O G E M E N T S TYPOLOGIE & SURFACES La typologie

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Le marché locatif privé en Mayenne 2011

Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Adil 53 01-07-2012 SOMMAIRE 1 - Introduction P 4 2 - Zoom sur le Département P 5 3 - Le fichier locatif en Mayenne P 6 4 - Le marché locatif sur Laval Agglomération

Plus en détail

GROUPE TREVI Etude sur les charges de copropriété Synthèse ------------------

GROUPE TREVI Etude sur les charges de copropriété Synthèse ------------------ TREVI Services S.A. Av. Léopold Wiener 127 Téléphone +32 (0)2 675.85.85 Facsimilé +32 (0)2 675.73.23 www.trevi.be GROUPE TREVI Etude sur les charges de copropriété Synthèse ------------------ Quelles est

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 RUBRIQUE Fiscalité Décret 2012-1532 du 29 déc. 2012 NOR : ETLL1240760D Journal officiel du 30 déc. 2012 Loi de finances pour 2013 du 29 déc. 2012 NOR : EFIX1234869L

Plus en détail

Observatoire départemental de l habitat du Doubs

Observatoire départemental de l habitat du Doubs Habitat Note de conjoncture - N 13 - Mai 2015 Observatoire départemental de l habitat du Doubs La vacance dans le parc locatif du Doubs en 2014 Contexte et objectifs La vacance locative, dans une situation

Plus en détail

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête:

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête: Code des obligations (Bail à loyer) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du..., arrête: I. Le titre huitième (Du bail à loyer) du code des

Plus en détail

LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE

LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE ESSEC Business School Mastère Techniques Financières - 2011 COURS : GESTION DE PATRIMOINE LA DEFISCALISATION IMMOBILIERE Samuel DRUGEON Charles MOATI Karim SOYAH Introduction La crise a incité la plupart

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

La solvabilité des ménages de Caen la mer

La solvabilité des ménages de Caen la mer AUCAME Caen Normandie SERVAT O hab No ita t v em IRE OB b re 2 0 1 5 La solvabilité des ménages de Caen la mer face au marché immobilier local Novembre 2015 Sommaire Le logement : premier poste de dépenses

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC

CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de la SIC INFO PRESSE Contact presse Tél. : (687) 25 81 92 Nouméa, le vendredi 5 octobre 2012 CONFERENCE DE PRESSE Cynthia Ligeard, Pascal Vittori et Annie Beustes Cession partielle du patrimoine locatif aidé de

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7.1. Une forte progression des prix de l accession jusqu en 2008 Les prix d achat ont presque doublé dans l individuel comme dans le collectif

Plus en détail

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts INVESTIR EN LOI DUFLOT Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts Optimisons ensemble votre patrimoine LA LOI DUFLOT La loi de finances de 2013 définit un nouveau

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux Mai ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE Les logements en copropriété Jean Bosvieux L enquête logement de l INSEE ne s intéresse pas aux copropriétés en tant qu unités statistiques ; cependant, elle repère et décrit

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

copies revues et corrigées

copies revues et corrigées Robien et Borloo, copies revues et corrigées Dans le neuf, des dispositifs toujours attrayants L ancien conventionné, plus intéressant avec travaux Le risque de suroffre demeure toujours présent L investisseur

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont légèrement détendus au cours de l année 1995. Dans un contexte de vive concurrence entre établissements

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Bilan 2013 : un marché en forte dépression Perspectives 2014 : malgré des blocages

Plus en détail

LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ

LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ QUI PAYE QUOI? Salaire du gardien ou de la femme de ménage, paiement de l électricité des parties communes ou assurance de l immeuble : la copropriété a besoin d argent pour

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013

GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013 GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE 2013 GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013 La loi Duflot La LOI DUFLOT est accessible aux investisseurs depuis le 1er janvier 2013. Ce dispositif de défiscalisation consiste

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Bien assuré Bien loué. La sécurité de mon patrimoine La garantie de mes loyers

Bien assuré Bien loué. La sécurité de mon patrimoine La garantie de mes loyers Bien assuré Bien loué La sécurité de mon patrimoine La garantie de mes loyers Louer en toute tranquilité GRL, Garantie des Risques Locatifs Les transformations du marché du travail, l'entrée plus tardive

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Où se situe mon immeuble par rapport au niveau moyen des charges de copropriété?

Où se situe mon immeuble par rapport au niveau moyen des charges de copropriété? TREVI Services S.A. Av. Léopold Wiener 127 1170 Bruxelles Téléphone +32 (0)2 675.85.85 Facsimilé +32 (0)2 675.73.23 www.trevi.be TREVI GROUP Baromètre des charges de copropriété 2010 Que coûte en moyenne

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

REF : 170715 VILLE : Rennes. T1 22 M 2 Rue du Général Maurice Guillaudot Rennes 35000 INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 5 000

REF : 170715 VILLE : Rennes. T1 22 M 2 Rue du Général Maurice Guillaudot Rennes 35000 INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 5 000 REF : 170715 VILLE : Rennes T1 22 M 2 Rue du Général Maurice Guillaudot Rennes 35000 INVESTISSEMENT POSSIBLE À PARTIR DE : 5 000 CARACTÉRISTIQUES DU BIEN T1 22 M 2 REF 170715 Type de bien... T1 Neuf /

Plus en détail

Plus que jamais moteur de

Plus que jamais moteur de PATRIMOINE L Allemagne est redevenue l économie la plus stable de la zone euro. Y placer son argent, que ce soit dans l immobilier résidentiel, tertiaire ou dans les marchés boursiers, séduit de plus en

Plus en détail

PRESENTATION DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006

PRESENTATION DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 PRESENTATION DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 Christelle MINODIER Principales caractéristiques Christelle MINODIER 1 Place dans le dispositif statistique Une des principales enquêtes de l INSEE Par son ancienneté

Plus en détail

à la demande de Monsieur GRIFFON Julien

à la demande de Monsieur GRIFFON Julien à la demande de Monsieur GRIFFON Julien 1, AVENUE DE LA PAIX - 35000 RENNES 07 mars 2014 Evalia 15 RUE DU RUISSEAU - 75018 Paris Tél : 01 02 03 04 05 julien.griffon@evalia.com INTRODUCTION Descriptif de

Plus en détail

MALGRÉ la stabilité de l âge médian de la décohabitation depuis trente. Les conditions de logement des ménages jeunes

MALGRÉ la stabilité de l âge médian de la décohabitation depuis trente. Les conditions de logement des ménages jeunes Les conditions de logement des ménages jeunes Jean-Claude Driant (Creteil), Bénédicte Casteran (Insee), Sophie O Prey (Insee) MALGRÉ la stabilité de l âge médian de la décohabitation depuis trente ans,

Plus en détail