l Écho du Claude Guéant en phase avec nous P.4 Assemblée générale 2011 Le Préfet de Police de Paris, toujours à nos côtés P.8 Édito Le poids des mots

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Écho du Claude Guéant en phase avec nous P.4 Assemblée générale 2011 Le Préfet de Police de Paris, toujours à nos côtés P.8 Édito Le poids des mots"

Transcription

1 N 27 Juillet 2011 Assemblée générale 2011 l Écho du Édito Le poids des mots P.3 L ANAS prendra ses responsabilités P.5 ANAS - ministère Des préoccupations communes P.8 Le SNIPAT ne fait pas défaut P.9 Les mises à disposition ont un sens P.11 Ecoutetoxicomanie : Coups de gueule P.13 ANAS - Alpha- Espoir : aux jeux de Londres P.14 Des militants à l honneur P.10, 17 & 18 En route pour 2014! P.19 C est quoi, les PAMS? P.26 Trimestriel d information du personnel de la Police nationale et du ministère de l Intérieur Association Nationale d Action Sociale des Personnels de la Police Nationale et du Ministère de l Intérieur Claude Guéant en phase avec nous P.4 Assemblée générale 2011 Le Préfet de Police de Paris, toujours à nos côtés P.8

2 LES COULISSES DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L ANAS Une équipe formidable! Félicitations à toute l équipe du restaurant administratif de l ANAS, quai de Polangis, à Joinville-le- Pont. Non seulement ils ont assuré l intendance de A à Z, mais ils n ont pas bronché quand, à plusieurs reprises, ils se sont retrouvés avec plus de couverts que prévus. Et non seulement le service était parfait, mais la cuisine était très réussie. Bravo à tous, ceux qui sont là d habitude, comme les renforts, et aussi les volontaires qui se sont spontanément présentés pour donner un coup de main durant trois jours. C est aussi cela, la solidarité! 2

3 l Écho du Édito Juillet 2011 N 27 Tirage exemplaires Directeur de publication Joaquin MASANET Rédacteur en chef Pierre WILLEM Rédaction : 18, quai de Polangis - BP Joinville-le-Pont cedex Tél : Fax : IMPRIM 33 ZA du Haut Vigneau Rue de la source Gradignan Cedex Photos ANAS DR Association Nationale d Action Sociale des personnels de la Police Nationale et du ministère de l Intérieur Reconnue d utilité Publique Décret du 13 octobre 1977 J.O. du 21 octobre 1977 BUREAU NATIONAL Président National Joaquin MASANET Vice-Président Bernard LAYES Secrétaire Général Jacky VINCENT Trésorière Générale Natacha RENAUD Secrétaires Nationaux René DUNAL Secrétaire national en charge de l établissement de santé du Courbat Thierry SALQUES Secrétaire national, adjoint à la trésorerie générale Pierre WILLEM Secrétaire national en charge de l'administration générale Internet : Le poids des mots L ANAS et le ministère de l Intérieur ont des préoccupations communes ; L ANAS est un acteur incontournable de l action sociale du ministère de l Intérieur. Ces deux phrases, prononcées par Emmanuel Bordeau, conseiller aux affaires sociales du ministre de l Intérieur, et par Pierre Derrouch, sous-directeur de l action sociale de la DRCPN, à la tribune de notre Assemblée générale 2011, qui s est tenue mi-juin à Joinville-le-Pont, sont un éditorial à elles seules. J y ajoute bien volontiers les paroles réconfortantes, prononcées quelques jours plus tard par le ministre lui-même, au cours de l audience qu il nous accordait place Beauvau. Chacune de ces prises de position, vous les trouverez, développées, dans le cours de ce journal d été. Mais, je tenais à les mettre en exergue dès maintenant, tant elles résument parfaitement les liens qui nous unissent à certains représentants de l Administration, les actions qu ils ont déjà, chacun dans leur rôle, initiées, afin de donner assez d outils à l ANAS, afin qu elle puisse accomplir au mieux sa mission sociale. Ces paroles, et celles qu elles accompagnent, confirment les promesses de l Administration et nous confortent dans notre détermination. Elles fixent aussi les responsabilités qui sont les nôtres, mais de cela nous avons toujours été parfaitement conscients. La plupart des interlocuteurs que je cite ici savent très bien une chose, nous avons une haute idée de l importance de la parole donnée et de son respect. Ils savent que, de notre côté, quand nous donnons la nôtre, nous la tenons, contre vents et marées. J ajouterai à ces quelques citations, choisies au hasard, celle de Pierre Derrouch, concernant les détachements : les mises à disposition ont un sens, celui de la solidarité. Le représentant de la sous-direction de l action sociale a en effet bien compris que les détachements ne constituent pas, pour l ANAS, un simple effet comptable, technique. Nous ne les réclamons pas pour avoir des intervenants à moindre coût. L ANAS a toujours été fière de tenir l une de ses devises phare : L ANAS, des policiers au service des policiers. Et lorsque M. Derrouch note qu il s agit SURTOUT de solidarité, je renvoie aux deux mots qui accompagnent notre logo, depuis si longtemps, Fraternité Solidarité. Notre attachement à ce système de fonctionnement ne va pas plus loin. D ailleurs, les collègues qui nous rejoignent périodiquement, quelle que soit leur spécialité, sont eux aussi très fiers de venir nous donner un coup de main, à aider des collègues en difficulté, à encadrer des enfants de collègues afin qu ils puissent eux aussi passer des vacances que leurs familles ne pourraient peut-être pas leur offrir, tant leurs difficultés sont de plus en plus grandes Difficultés c est bien là l autre mot qui est revenu si souvent, durant les trois jours de nos travaux, dans la grande salle des congrès de l Hôtel de Ville de Joinville-le-Pont, sympathiquement mise à notre disposition par le maire de la localité. Difficultés au quotidien, à exercer son métier de policier difficultés à affronter des directives qui n ont plus rien à voir avec la protection des citoyens ; difficultés tout simplement à joindre les deux bouts, pour se loger, pour se nourrir, pour se déplacer, pour VIVRE, tout simplement! Que ceux qui pensent que la vie dans la Fonction publique, vue du côté d un policier de base, est un long fleuve tranquille, ne se contentent pas des reportages lénifiants de la télévision, des médias en général. Qu ils viennent nous voir, qu ils aillent au contact des policiers de leur quartier, eux qui se plaignent parfois à juste titre, souvent sans fondement d une police trop lointaine Ils verront Peut-être même comprendront-ils quelle est la vraie vie des gardiens de la paix. On est plus proche de NYPD blues que des Experts Miami. Camus écrivait qu être policier, c était être au centre des choses. Et bien nos collègues ont aujourd hui l impression d être au centre de plein de choses, sauf celles pour lesquelles ils ont voulu être policiers. De plus, comme ce sont des citoyens comme les autres, ils sont, eux aussi, au centre de toutes les difficultés que rencontrent leurs concitoyens. Il n y a d ailleurs aucune raison pour qu il en soit autrement. Voilà pourquoi l ANAS existe depuis si longtemps. Voilà pourquoi elle est reconnue et aidée par l Administration du ministère de l Intérieur. Voilà pourquoi elle continuera à faire ce qu elle a toujours fait : apporter la solidarité et la fraternité à toutes celles et ceux qui, sur le territoire français, participent à la sécurité de nos concitoyens. Et, comme je n oublie pas que nous sommes début juillet, et qu en plus, comme l an dernier, cet Écho du policier sera distribué dans nos centres de loisirs et de vacances, je vous les souhaite agréables, reposez-vous bien! Joaquin MASANET Président national 3

4 La vie de l Association L ANAS REÇUE PAR LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR Claude Guéant en phase avec nous! Joaquin Masanet, président de l ANAS, accompagné de Bernard Layès, vice-président, a été reçu place Beauvau, par Claude Guéant, ministre d État, ministre de l Intérieur. L heure n était ni aux réclamations, ni aux promesses. C est donc pour que nous expliquions à M. Guéant ce qu était l ANAS et comment elle fonctionnait que celui-ci nous a accordé une audience, au lendemain de notre Assemblée générale de Joinville. Il nous appartient désormais de mettre au point notre cahier de doléances, afin de préparer une prochaine rencontre. Mais, d ores et déjà, le ministre de l Intérieur nous a assuré qu il était pleinement en phase avec l ANAS, ce qu elle représentait, et les nombreuses réalisations qu elle compte à son actif. M. Guéant, qui a tenu à faire remarquer que point n était besoin d en dire beaucoup pour se comprendre, tant le président de l ANAS et lui se connaissent depuis longtemps, nous a aussi fait part L ANAS présenté au député maire de Dunkerque Une délégation de représentants de l ANAS, tant au niveau national, départemental que local, a été reçue par M. Michel Delebarre, député maire de Dunkerque. Les représentants de l association lui ont expliqué comment et par qui avait été créée l ANAS et quels étaient ses objectifs. L élu s est montré très attentif à nos préoccupations et intéressé par notre mode de fonctionnement. De leur côté, les représentants de l ANAS ont été sensibles à l accueil chaleureux de M. Delebarre. De gauche à droite : Thierry Depuyt (Trésorier ANAS 59) Michel Delebarre (Député maire de Dunkerque) Fabrice DanelL (Président ANAS 59) Pierre Willem (Secrétaire national ANAS) Fabrice Fournier (ANAS Dunkerque) 4 de la confiance qu il avait dans les responsables de notre association. De notre côté, un sommaire des derniers bilans d activité de l association lui a été présenté par Joaquin Masanet. Celui-ci a évoqué, au passage, quelques-uns des événements particulièrement marquants, survenus récemment, et auxquels l ANAS a participé, en apportant son aide immédiate aux victimes Joaquin Masanet a aussi rappelé la vocation exclusive de l ANAS à promouvoir une action sociale de proximité, ouverte au plus grand nombre. Le président de l ANAS a aussi déclaré que celle-ci doit également s adapter, en permanence, à l évolution des problèmes socio-professionnels des agents, parce que nous désirons être le partenaire privilégié du ministère de l Intérieur. À l issue de la rencontre, Joaquin Masanet a souhaité remettre au ministre, la médaille d honneur de l ANAS, pour - justement - souligner l exemplarité du partenariat qui nous unit. M. Guéant a également été cordialement invité aux vœux traditionnels de fin d année de l Association.

5 LE SOCIAL TOUJOURS PLUS SOLLICITÉ L ANAS saura prendre ses responsabilités C est sous le double signe du devoir accompli mais, aussi, de l appréhension des mois à venir, que s est tenue l AG de l ANAS à Joinville le Pont. L e sentiment du devoir accompli, concerne l ANAS tout entière, délégués, responsables de centres de vacances, personnels du siège et du centre du Courbat, bénévoles, détachés. Seule une immense satisfaction peut nous accompagner, quand on analyse le travail qui a été fait cette dernière année, les améliorations qui ont été apportées à nos centres, les résultats qui ont été obtenus, notamment en termes de fréquentation de nos lieux de vie et de loisirs Mais, passés ces moments de bonheur, c est aussi un sentiment d effroi qui nous étreint, face aux situations individuelles dramatiques que nous rencontrons, toujours plus nombreuses, toujours plus graves. Pour certaines de ses interventions, l ANAS c est un peu comme les restos du cœur On voudrait bien, À la tribune, Joaquin Masanet en compagnie du Préfet de Police de Paris, M. Michel Gaudin. le moment venu, pouvoir mettre la clé sous le paillasson de ces activités-là, afin de nous consacrer aux plus riantes. Seulement voilà, entre les difficultés du métier de policier, la pression qui s exerce sur nos collègues, auxquels certains membres de la hiérarchie demandent toujours plus avec moins de moyens, entre les conditions de travail au quotidien, les dangers que certains policiers courent, chaque jour, entre les conditions économiques du pays qui, malgré les quelques frémissements que certains nous vantent, ne s arrangent pas, pour les plus démunis d entre nous, entre les jeunes qui n arrivent pas à joindre les deux bouts et certains anciens (et ça, c est nouveau!) qui viennent nous voir totalement désemparés, il y a de quoi se poser des questions, voire baisser les bras. L ANAS N A JAMAIS BAISSÉ LES BRAS Mais, à l ANAS, on ne baisse jamais les bras, on ne les baissera jamais! Grâce à l excellent partenariat que nous avons mis en place, ces dernières années, avec l Administration, nous allons continuer à répondre présent, quand nos collègues nous demandent de l aide. Nous allons continuer, contre vents et marées, sans nous préoccuper des jalousies que nos actions suscitent, qui se traduisent par des tentatives de déstabilisation, des crocs en jambes incessants. Comme son nom l indique, comme son histoire en témoigne, et contrairement à ce que certains feignent de croire, à l ANAS nous ne faisons pas de politique, nous faisons du social. Et si nous y L ACCUEIL DU VAL DE MARNE Une Assemblée générale symbolique Dolorès Dambrin C est la présidente départementale, nouvellement élue, qui a accueilli l AG à Joinville le Pont Je tenais, bien entendu, à souhaiter la bienvenue au bureau national, au conseil d administration, ainsi qu aux représentants de chaque département présents à cette AG. La situation géographique de celle-ci, à Joinville le Pont, est symbolique, puisque le siège administratif de l ANAS se situe dans ce cadre idyllique. C est dans cet environnement que nos anciens ont montré la voie, nous indiquant un chemin à suivre, celui de la fraternité et de la solidarité. Aujourd hui, cette construction n est pas chose facile, dans un monde où l individualisme et l égoïsme deviennent communs. Notre association a pour but de faire partager notre philosophie à nos jeunes adhérents, et de la faire découvrir à ceux qui ne la connaissent pas encore. Je n oublie pas nos anciens, et je les remercie, très chaleureusement pour leur fidélité. Avant de conclure, la présidente de l ANAS 94 souhaitait alors que l Assemblée générale 2011 incarne l unité, en rassemblant toutes les bonnes âmes, afin d améliorer les conditions sociales des mandants de l ANAS. Je tiens particulièrement à remercier notre président national et notre secrétaire général, pour leur écoute et leur générosité. 5

6 Joaquin Masanet, accompagné de M. Pierre Dartout, Préfet du Val de Marne réussissons, c est parce que nos collègues en ont besoin, de plus en plus besoin! Ce partenariat avec l Administration vient d être renouvelé pour cette année, et nous sommes en train de mettre en place la convention pour 2012, jusqu en FRÉQUENTATION EN HAUSSE C est, bien évidemment, parce que nos collègues et leurs familles, cherchent le meilleur rapport qualitéprix, pour offrir aux leurs des vacances, des colonies pour les enfants, à moindre coût, tant ils sont obligés de serrer leur budget, au jour le jour. REMISE À NIVEAU Mais, s ils ont été plus nombreux à fréquenter nos structures la saison dernière, c est aussi parce que nous leur offrons le meilleur de ce que nous avons. Outre les améliorations ponctuelles (une piscine à Arcachon, une autre en Bretagne, un Zodiac à Hyères, quinze bungalows entièrement refaits à Cannes la Bocca, des chalets de bois installés aux Moutiers, quatre mobile homes achetés à Camiers, quatre autres à Rivesaltes et à Fabregas, des infrastructures remises à niveaux partout ailleurs), nous avons revisité tous nos centres afin de les mettre aux nos infrastructures hôtelières soient mises à leur disposition, pour l organisation de séminaires, de rencontres, de colloques. Leur ouverture aux gendarmes, aux pompiers, aux policiers municipaux, et aussi aux gardiens de prisons, leur permet d être pratiquement ouverts à plein-temps. De plus, certains partenariats ont pour effet d augmenter la fréquentation de nos structures. Il s agit notamment des conventions entre la Fondation Jean Moulin, la DFPN, le COS de Nantes, la SRIAS Bretagne, la SRIAS Toulouse, etc. Et tous ces nouveaux partenaires sont entièrement satisfaits des prestations qui leur sont offertes. JOINDRE LES DEUX BOUTS Et pourquoi croyez-vous que nos centres de vacances et de loisirs obtiennent tant de succès? Pour les mêmes raisons que celles que j évoquais au début de cette intervention : parce que les plus démunis 6 Et si cela est possible, outre le travail fourni par chacun de ceux qui, à l ANAS, s occupent de ce dossier, c est aussi grâce à l écoute de nos interlocuteurs, au ministère de l Intérieur et à la Direction générale de la Police nationale, que je veux ici remercier. Je ne peux, en effet, passer outre l accueil qui nous est fait, tout au long de l année, par M. Dufour et ses collaborateurs, et par Frédéric Péchenard, le Directeur général de la Police nationale. C est grâce à ce partenariat que nos centres de vacances et de loisirs peuvent correctement fonctionner. Ceux qui sont chargés de vous présenter les différents rapports sur la gestion de chacun de ces centres, vous donneront dans le détail les résultats obtenus. Mais, sachez d ores et déjà que, partout, nous enregistrons des indices de fréquentation en hausse. Et ce n est pas pour rien. Pendant la lecture de son rapport, Jacky Vincent, secrétaire général de l ANAS normes. Cela a été fait partout et ça continue! Les différentes commissions chargées de contrôler ces normes sont passées partout! Et elles nous ont donné partout quitus de ce qui avait été fait! Comment, dès lors, ne pas être satisfait? NOMBREUSES CONVENTIONS Nous avions demandé aux responsables de nos centres de tout faire pour que ceux-ci soient ouverts à l année. Là encore, la volonté et la détermination de chacun ont été totales. Résultat? Les centres ANAS sont de plus en plus fréquentés, en dehors des périodes de vacances. Des conventions ont été passées avec d autres administrations, avec des collectivités, pour que Au micro, Bernard Layès, vice-président de l ANAS d entre nos collègues, ceux qui n ont pas forcément de parents, de grands parents, propriétaires d une maison familiale, dans une riante province, ceux qui n ont pas les moyens financiers de s offrir des clubs de vacances à l étranger, tous ceux qui, je le répète, ont du mal à joindre les deux bouts, et bien tous ceux-là savent que dans les centres ANAS, ils trouveront un rapport qualité-prix sans égal avec, en plus, la convivialité et la fraternité Là aussi, l ANAS remplit pleinement son rôle! Et elle compte bien continuer! Pas pour elle, pas pour le plaisir d exister! NON! Juste pour apporter un peu de réconfort à ceux qui n ont pas toujours les moyens de le faire par eux-mêmes

7 La trésorerie fait ses comptes, grâce à Natacha Renaud au créneau, pour emporter tel ou tel morceau Alors, une fois encore, donnons-nous tous les moyens de remplir notre mission sociale. Et rappelons-nous, rappelons-le à tous ceux qui se poseraient encore des questions sur le bien fondé de nos actions et de nos existences : ce que nous faisons, nous ne le faisons pas LE COURBAT, EN POINTE Je voudrais évoquer aussi un autre centre, l un des plus anciens et des plus solides piliers de l ANAS, je veux parler du Courbat. C est notre fierté de pouvoir faire encadrer par d autres policiers, des collègues dans la peine, touchés par la maladie ou blessés. Le ministère de l Intérieur ne s y est pas trompé, ces dernières années, en nous proposant de recevoir aussi, les personnels blessés, pour leur rééducation. Je n ajouterai qu un détail : au moment où d autres centres de soins ferment des lits, l ANAS, au Courbat, est appelée à en ouvrir d autres. Ça ne s invente pas! Et ce n est sans doute pas pour rien! Et, au cas où certains ne l auraient pas compris, où qu ils soient, rendons à César ce qui lui appartient: dans ces différents dossiers, les interventions de Nicolas Sarkozy, ministre de l Intérieur et, depuis, Président de la République, nous ont été d une aide incontestable. On peut ne pas être d accord sur tout, sans pour autant oublier ce qui a été fait, au moment où cela a été fait! AIDES INDIVIDUELLES ACCRUES Je ne serais pas complet, si je ne vous parlais pas des réseaux de l ANAS. Et, pour commencer je veux évoquer le Réseau Jeunes, notre service du logement et celui dédié au secours individuel et familial. Si je commence par eux, c est tout simplement parce que ça colle directement à mon propos précédent. Jamais à travers eux, l ANAS n a distribué autant d aides, dans la mesure de ses moyens. Jamais, nous n avons résolu autant de problèmes de logements pour nos jeunes collègues (en Ile-de-France, surtout), que ce soit pour des solutions provisoires ou d autres, plus pérennes Je voulais donc rendre hommage à toutes celles et tous ceux qui se donnent à fond pour faire tourner ces structures. Là encore, l ANAS remplit totalement sa mission. Et on ne voit pas comment on ferait autrement! COUP DE CHAPEAU Restent nos fidèles d APEL, d Écoute Toxicomanie, d ALPHA Espoir, toujours là, toujours aussi efficaces, malgré les difficultés, et les incompréhensions. C est quand on voit dans quels problèmes se débattent nos collègues touchés par le handicap, ou la dépendance, quelle qu elle soit, que l on comprend mieux tous les mérites de ceux d entre nous qui ont décidé de donner leur vie pour les aider. Et quand je dis leur vie, certains qui débarqueraient parmi nous pour la première fois, pourraient penser que j exagère. Et bien non! Quand je me tourne vers les collègues et amis qui animent ces réseaux, depuis si longtemps, je mesure le temps qui passe, les heures, les jours, les semaines, les années, que chacun d entre eux a donnés pour son combat, pour les autres. Et on peut même se poser une question simple : chacun d entre nous en ferait-il autant? Pour tout cela, chers camarades : MERCI ENCORE BEAUCOUP À FAIRE À la lecture de chacun des rapports d activités de 2010, on comprend mieux le chemin parcouru, les belles avancées obtenues cette année. Mais, si les travaux de l Assemblée générale de Joinville le Pont, dans un premier temps, entérinaient l année passée, ils se sont aussi tournés vers l avenir. L ANAS a encore beaucoup à faire! Je sais que je peux compter sur chacun d entre vous, comme vous savez que vous pouvez compter sur moi, à chaque fois qu il faudra monter pour nous, mais pour tous ceux qui ont besoin de nous, policiers, administratifs, techniques, scientifiques, employés du ministère de l Intérieur. Chaque jour plus sollicités, ils ont largement droit à ce que nous faisons pour eux! Et, on l a vu, ils sont de plus en plus nombreux! Joaquin MASANET Président de l ANAS Discussion au sommet pour la participation de l ANAS aux jeux olympiques Handisport 2012, à Londres : Jacky Vincent, Gilles Mardel, chargé de mission Handisport, Dominique Demoen, secrétaire général FSPN. Une médaille pour le député maire de Joinville Olivier Dosne, député maire de Joinville, qui avait mis sa grande salle des congrès à la disposition de l ANAS, accueillant les nombreux délégués de cette dernière avec la plus grande attention, a été médaillé par le président de l association, Joaquin Masanet. 7

8 LE CONSEILLER SOCIAL DU MINISTRE À LA TRIBUNE ANAS et ministère de l Intérieur, des préoccupations communes Emmanuel Bordeau, conseiller social de Claude Guéant, représentait celui-ci à l AG de l ANAS à Joinville le Pont. Emmanuel Bordeau L e représentant du ministre a d abord tenu à souligner le plaisir qu il avait à nous retrouver, à la mairie de Joinville-le-Pont, pour bien mettre l accent sur l importance du Un Préfet de Police en famille 8 Michel Gaudin, Préfet de Police de Paris, a souvent dit qu il se sentait en famille parmi les représentants de l ANAS. L amitié personnelle qui le lie au président de celle-ci, Joaquin Masanet, n est sans doute pas pour rien dans cette réflexion, mais il est un fait : M. Gaudin, ancien Directeur général de la Police nationale, aujourd hui Préfet de Police du Grand-Paris, sait parfaitement quelles sont les actions de l ANAS et avec quelle abnégation chacun des membres de l association accomplit sa tâche. C est sans doute la solidarité développée pour les policiers qui plaît bien à M. Gaudin, qui ne manque pas une occasion de nous le faire savoir partenariat entre le ministère de l Intérieur et l ANAS. Pour lui, L ANAS et le ministère de l Intérieur ont des préoccupations communes : d abord, améliorer les conditions de vie des agents du ministère et de leurs familles. Différents domaines contribuent à cette amélioration comme la restauration, le logement, les loisirs, ainsi que l aide face à des situations difficiles. Emmanuel Bordeau a d ailleurs rappelé dans quel cadre se situait le partenariat, comme vous le savez, par un arrêté du 22 juin 2009 le ministère de l Intérieur a confié à l ANAS la mission d offrir des prestations sociales. LES OBJECTIFS DU COURBAT À l appui de sa démonstration, il citait alors les réseaux de l association, le groupe jeunes et le service logement. Le partenariat avec l ANAS fonctionne bien. Chaque année, nous signons la convention d objectifs et de moyens, en parfait accord. Emmanuel Bordeau a aussi abordé les loisirs des agents du ministère. Ainsi, les centres de vacances ANAS ont un rôle social important. L ouverture de ceux-ci, à l ensemble des personnels du ministère de l Intérieur est primordiale. Nous apprécions également les partenariats de l ANAS, qui ont pour effet d augmenter la fréquentation des centres, notamment les conventions entre la Fondation Jean-Moulin, la DFPN, la SRIAS Bretagne et la SRIAS Toulouse, etc. Le conseiller social a ensuite abordé l un des piliers de l ANAS, en expliquant que tout le monde, dans la police, connaît l établissement de santé du Courbat, 80 hectares au cœur des châteaux de la Loire, un lieu privilégié de repos, de détente, de rééducation, de réadaptation et de remise en forme. Et Emmanuel Bordeau a rappelé l objectif de l ANAS dans ce domaine. Cet établissement de santé, qui compte actuellement 56 lits, a un projet d agrandissement pour arriver à une capacité d accueil de 80 lits pour prendre en compte les personnels du ministère de l Intérieur blessés en service.

9 LE REPRÉSENTANT DU SGP-UNITÉ POLICE La police va mal, de plus en plus mal! C est Francis Masanet qui représentait nos collègues syndicalistes du SGP-FO-Unité Police à la tribune de la dernière assemblée générale de l ANAS, à Joinville-le-Pont. En quelques mots, il a résumé pourquoi les organismes sociaux, et plus particulièrement l ANAS, risquent bien d être de plus en plus sollicités par les policiers et les employés du ministère de l Intérieur. La Police nationale va mal, de plus en plus mal. Des problèmes de plus en plus graves se posent dans les commissariats. Exemple : 18 millions d heures supplémentaires sont impayées qui ne le seront jamais! Personne ne nous empêchera de réfléchir à tous ces problèmes. J ai mes convictions de citoyen, personne ne m en empêchera!. Et pour Francis Masanet, le rôle du syndicalisme s en trouve accru. Le syndicat n est pas mort! Le syndicalisme ne doit pas accompagner, un syndicaliste doit être debout, pas couché! Un syndicalisme couché n est pas un syndicalisme d avenir!. Francis Masanet SGA Unité SGP-FO Le SNIPAT-FO ne fait pas défaut En guise de discours, Bernard Meynier, secrétaire général du syndicat des personnels administratifs, techniques et scientifiques à tirer un bilan de onze ans d activité Bernard Meynier SG SNIPAT À la tribune de Joinville le Pont, notre camarade a d abord tenu à nous dire combien c était un honneur, une fierté de s exprimer devant vous, au soir de ce long parcours à la tête du SNIPAT-FO. En prenant la responsabilité du syndicat majoritaire des personnels administratifs et techniques de la Police nationale, en novembre 2000, je me suis immédiatement rapproché de toi, et de toutes les composantes syndicales que tu dirigeais, et que tu as su mener à L Union, sous une même bannière a-t-il déclaré à Joaquin Masanet. RELATIONS RENFORCÉES Bernard Meynier a ensuite voulu rappeler que ce partenariat ne s est jamais éteint et, qu au contraire, les liens se sont renforcés, au grand dam de l Administration, qui tend à préférer la division à l union. Mais il n y a pas eu que le partenariat syndical. Durant toutes ces années, j ai voulu un SNIPAT solidaire, humain, un SNIPAT qui tend la main aux collègues, bref un SNIPAT qui s en tient à des principes, à des règles 9

10 doute été une autre manifestation forte des liens qui unissent le SNIPAT et l ANAS, pour le bien de nos collègues. SE SERRER LES COUDES La salle de la mairie de Joinville-le-Pont de conduite, qui se trouvent être les mêmes que celles de l ANAS. C est la raison pour laquelle le SNIPAT a toujours œuvré pour la promotion de l ANAS auprès de ses mandants, et plus encore, puisque nous venons, lors de nos derniers échanges sur la Commission Nationale d Action Sociale, de faire connaître l ANAS à nos collègues de préfectures. Pour le secrétaire général du SNIPAT-FO, les relations de ce dernier et de l ANAS n ont fait que se renforcer, la tenue de son dernier congrès statutaire, en 2008 au centre ANAS de Hyères, en ayant été une illustration claire. De plus, l article de l Écho du Policier, affirmant que le SNIPAT serait toujours chez lui à l ANAS, a sans aucun Notre amitié n est plus à démontrer mais, si je devais retenir une chose, et vouloir que l on ne retienne que cela, c est que l ANAS est née de la bonne volonté de quelques uns, qui ont fait des sacrifices personnels importants, qui ont mobilisé une participation financière, pour construire quelque chose que l Administration aurait pu faire, mais qu elle n a jamais fait. Et cette bonne volonté, cet esprit de solidarité, c est ce qui manque le plus au monde dans lequel nous vivons. Alors, face à l individualisme croissant, à l apologie du chacun pour soi, il est évident que nos adhérents respectifs, nos militants respectifs, nos délégués respectifs, ne peuvent que se serrer les coudes. Merci à toutes et à tous, et longue vie à l ANAS, longue vie au SNIPAT, longue vie à la solidarité et à notre amitié! Bernard MEYNIER Secrétaire général du SNIPAT-FO 10 HOMMAGE À UN GRAND MILITANT Bernard Meynier, un modèle pour nous tous C est avec beaucoup de plaisir, d honneur et d estime, que je rends hommage à notre camarade et grand militant Bernard Meynier. Ami de longue date, militant syndicaliste et associatif de haut rang, combatif, constructif, et toujours prêt à œuvrer à l amélioration sociale des personnels techniques, scientifiques et administratifs de la Police nationale. Bernard connaît tous les rouages de l Administration, côté scène et côté coulisses. Il a su défendre ce Corps, indispensable au bon fonctionnement du ministère de l Intérieur, malgré toute la complexité et la technicité qu entraîne la gestion des dossiers des personnels administratifs. Eh oui! Il ne faut pas l oublier, mes amis, les personnels administratifs, techniques et scientifiques remplissent un rôle primordial dans les structures opérationnelles de la Police nationale et des préfectures. Bernard nous a toujours soutenus dans nos combats syndicaux. Et son aide est précieuse, car il représente le syndicat ULTRA majoritaire de ce corps. Il n y a pas de secret, disponibilité, efficacité, sens de l écoute, respect des collègues et connaissance des structures institutionnelles, sont les secrets de cette réussite. Bernard n aspire pas au repos. Au-delà du combat syndical, il répand autour de lui des valeurs de solidarité et de fraternité, essentielles à la vie en commun, dans notre société. Car, dans ce métier, il est important d être entier et de ne pas faire semblant! À un tel niveau, on ne peut pas se cacher derrière des apparences. Bernard est une pierre angulaire du monde syndical, qui maîtrise aussi bien le volet politique des dossiers, que leur maîtrise technique. Son engagement pour l ANAS est total et ne date pas d hier. Je pourrais vous parler de lui durant des heures. C est pourtant difficile pour moi, car c est un ami personnel. Je voudrais juste dire, en résumé, qu en lui, nous avons tous un modèle. Vous pouvez me croire! Merci Bernard!

11 LE REPRÉSENTANT DE L ADMINISTRATION EN TRIBUNE Pierre Derrouch : Les mises à disposition ont un sens A vant Emmanuel Bordeau, c est Pierre Derrouch, sous-directeur à l action sociale de la DRCPN qui représentait le ministère de l Intérieur à la tribune de notre AG, apportant avec lui le meilleur souvenir et les vœux du ministre, Claude Guéant. Pour le représentant de la SDAS, l ANAS est un des acteurs incontournables de l action sociale de la DRCPN. C est vrai historiquement, mais aussi depuis l arrêté de 2009 puis, ensuite, avec les conventions de moyens et d objectifs 2009, 2010 et Nous travaillons d ailleurs au renouvellement de celles-ci pour la période , un travail constructif et transparent, qui devrait aboutir au renouvellement. Pierre Derrouch aborda ensuite un sujet qui semble parfois poser des problèmes organisationnels à certains. Pour ce qui concerne les mises à disposition, alors que l environnement a changé, au travers de la RGPP, la direction générale de la Police nationale a fait le pari inverse. Pas seulement pour des raisons statutaires, mais aussi parce que les mises à disposition ont un sens, celui de la solidarité. L ÉCOUTEDEL ANAS Puis, M. Derrouch a expliqué que sa présence était le témoignage de la considération de l Administration et des actions de cette dernière. Il a ensuite expliqué combien le travail de nos centres de loisirs et de vacances était reconnu, au travers, notamment, des améliorations que nous y avons apportées. Il a aussi souligné, rendant ainsi hommage, entre autres intervenants, aux réseaux de l ANAS, les capacités d écoute, de soutien, d accompagnement envers ceux qui sont fragilisés par les difficultés du métier de policier. Il a évoqué notre accompagnement des familles et des collègues désemparés lors de certains drames, alors que l entourage baisse parfois les bras. M. Derrouch a rappelé comment s articulaient les tâches de la SDAS. LA SOLIDARITÉ DE L ANAS Le ministre a créé une sous-direction de l action sociale en lui fixant une mission de reclassement et de reconversion, et un bureau de la santé et de la sécurité au travail. M. Derrouch a ensuite évoqué les problèmes de santé au travail. C est une des préoccupations du DGPN (la prise en compte du stress, la prévention des risques, le sommeil, les horaires). Le directeur général a rappelé tout cela à ses directeurs. Enfin, le sous-directeur à l action sociale a abordé un sujet très sensible dans les rangs policiers, les suicides de collègues. Cela concerne chacun d entre nous et ne peut laisser indifférent. Il en va de la solidarité, qui est une des valeurs essentielles de ceux qui ont décidé de servir les citoyens, au premier rang, les policiers. L ANAS s emploie chaque jour à l exercice de cette solidarité 11

12 LES RETRAITÉS TOUJOURS À NOS CÔTÉS Militer à l heure de l Europe 12 ANAS JEUNE Ils sont partout! Président national de l UNRPN, René Espanol, excusé, s est fait représenter par son vice-président. Q uelques jours avant l AG de l ANAS, L Union nationale des retraités de la Police nationale, venait de terminer sa 28 e Assemblée générale, à Anglet (64). Lors de cette AG, la motion des vœux et résolutions a fixé la feuille de route de l association pour les deux prochaines années. Les sections présentes, ou représentées, ont confirmé l orientation de l association pour notre attachement à l UNSA Retraités, afin que nos collègues retraités du ministère de l Intérieur puissent faire entendre leur voix, auprès des plus hautes instances administratives et politiques de notre pays. Plus encore, avec l UNSA Retraités, nous sommes présents au niveau européen, puisque son actuel secrétaire général adjoint André Clavelou, représentera l ensemble des Unions confédérales de retraités de France, durant quatre ans, Ne cherchez pas, pour tous, à l ANAS, comme dans les services, c est de Greg dont on parle. Responsable du réseau ANAS Jeunes, Grégory Gaillochon a présenté le fruit d un an de travail de sa sympathique équipe. Outre les nombreux avantages que celle-ci déniche pour les policiers (jeunes et moins jeunes) et leurs familles, l une des tâches qu ils accomplissent le mieux c est d accueillir dans les services actifs les tout jeunes policiers, dès leur sortie d école. Grâce à l ANAS Jeunes, ceux-ci se sentent un peu moins isolés dans le grand bain. au sein du bureau de la FERPA, (Fédération Européenne des Retraités et Personnes Âgées). ÉCHANGES D EXPÉRIENCES Le secrétaire général, Jean Paul Tripogney, siège au bureau du Conseil National des Retraités et Personnes Âgées (CNRPA), instance qui chapeaute les Coderpa, comités départementaux des retraités et personnes âgées. Les CODERPA siègent au niveau du département, et donnent leur avis sur le plan de la gérontologie. Ils visitent les EHPAD (Établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes). Ils sont les relais des retraités, auprès des conseils généraux qui, au travers de leur action sociale, gèrent les APA (allocation perte d autonomie). Il est très important d y siéger, afin de confronter nos points de vue, avec d autres retraités, du secteur public comme du secteur privé, de faire part de notre expérience et de profiter de celle acquise par les autres collègues retraités, dans d autres secteurs d activité que la police ou le ministère de l Intérieur. LA SAGESSE DES ANCIENS Enfin, l UNRPN a renouvelé son partenariat avec l UNSA Police, toujours fidèle à notre tradition d appartenance à un syndicalisme autonome, où chacun se détermine et défini ses orientations, selon sa propre sensibilité, sans subir un quelconque diktat de la confédération, sur sa ligne de conduite. Nous leur sommes reconnaissants de nous avoir offert un poste à la CNAS, pour y représenter les retraités et veuves de notre ministère. L UNRP est une association plus que cinquantenaire, pour laquelle la sagesse et l éthique des anciens, l emportent sur toute autre considération. C est ainsi qu elle affirme son profond attachement au syndicalisme autonome. En deux assemblées générales, la démonstration a été faite, par les délégués euxmêmes, que l on ne bouscule pas l ordre et l héritage établis par nos prédécesseurs, aussi facilement que Jean-Claude Pruvost certains ont pu le penser. Notre partenariat avec l ANAS est, pourrais-je, dire ancestral, tant nous sommes solidaires de toutes vos activités sociales, sur le plan des vacances et des loisirs, comme sur le plan social pour les collègues. AVEC L ANAS, UN LIEN ANCESTRAL Faire connaître l UNRP, comme faire connaître l ANAS, est un devoir d entraide de tout militant de nos deux associations. L affaiblissement de nos structures ne peut être ressenti que comme un affaiblissement du devoir d entre aide et de solidarité des uns, vis-à-vis des autres. Un repli sur soi, empreint d égoïsme et de petitesse, n élève pas la valeur morale de l individu. Bien au contraire, il tend à abaisser celui-ci vers la négation de l autre. En croyant ainsi se placer audessus du lot, il s écroule sans s en rendre compte dans les bas-fonds de la médiocrité. Gardons-nous de tomber dans de tels travers. Nous ne serions pas dignes de l héritage laissé par nos anciens, les pères bâtisseurs de nos associations. Chers collègues militants de l ANAS, je vous souhaite de bonnes réflexions pour faire progresser le social dans notre maison police car, demain, les attentes et les besoins, des actifs comme des retraités, seront encore plus criants!. Jean-Claude PRUVOST Vice président de l UNRP

13 LE RAPPORT D ACTIVITÉ D ECOUTE TOXICOMANIE Coups de gueule! Pour concrétiser le bilan des activités du réseau pour 2010, il ne faut pas hésiter à faire le parallèle entre celles-ci et les mots partage et écoute signaler dans un curriculum vitae que cette mise en place avait été réalisée par le propriétaire de ce site. J ose supposer que cette initiative avait seulement pour but d accréditer les compétences de ce personnage en matière d addiction (il n avait pas besoin de cela). LE CŒURETL ENVIE Gilbert Éveno Ces deux mots se ressemblent et ils ont une signification identique. Ils apportent un sens à notre vie de militant. Ils n empêchent pas les mouvements d humeur, en voici deux. Il était important que vous les entendiez aujourd hui. Je ne voudrais pas que l un d entre vous puisse me reprocher une erreur de jugement et une absence de communication. Pour ce premier coup de gueule, un rappel s impose. Voici maintenant dix ans que le Réseau Écoute Toxicomanie a été créé. L APPUI DE JOAQUIN MASANET Pour y arriver, il aura fallu attendre dix ans d interventions, mêlées d incertitude, pour convaincre les responsables de l époque. Avec le recul, j ai vite compris les difficultés qui existait, à cause de la peur de parler, chez nos collègues touchés par le problème lié à l usage de produits modifiant le comportement (C était le terme employé à l époque, et le titre de notre première affiche). La mise en place d une telle structure n est pas le fait isolé de votre serviteur qui, malgré sa hargne, sa détermination, n aurait pas réussi seul. Pour y arriver, il aura fallu la volonté d une équipe qui avait conscience de la nécessité d un tel réseau. Avec l appui total de notre actuel président, à l époque secrétaire général du syndicat policier, Joaquin Masanet, et du président de l ANAS du moment, Marc Duchène, nous avons pu relever le défi. C est pourquoi, pour notre Assemblée générale, j ai voulu présenter le réseau, tel qu il a été conçu, et non me servir d un site Internet, pour Pour mettre un terme à cette grave erreur de communication, et freiner les élans de cet ego trop disproportionné, je veux citer tous les collègues qui ont participé à cet avènement à mes côtés, afin qu ils restent gravés dans l esprit anasien. Pour éviter de quelconques priorités, j ai choisi d en faire la liste par ordre alphabétique. Il s agit de : Jean-Pierre Brin Goux, de Léon Dugloch, de Vincent Fait, de Pierre Ferrandis, de Jean-Paul Grégoire, de Joël Ligier, de Jean-Claude Pruvost, de Bruno Viers, de François Momeux (hélas parti trop vite). C est cette équipe qui, après une formation, et avec beaucoup de cœur et d envies, a démarré l écoute téléphonique et fait évoluer le réseau dans leurs régions respectives. Sans eux, je ne serais pas là C est pourquoi je leur suis et serai éternellement reconnaissant. Certains sont toujours présents et restent actifs. Encore, merci! SALLES DE SHOOT Avant d exprimer mon deuxième coup de gueule, il est bon de rappeler et d affirmer que je ne suis pas la personne capable de régler les problèmes de toxicomanie, d un coup de baguette magique. Dans ce domaine, même les donneurs de leçon n ont pas la science infuse. Pour ma part, c est en tant que parent, investi depuis 30 ans dans ce milieu, et depuis 20 ans sur le terrain, que je réagis. Dans un genre tout à fait différent, mais qui concerne mes activités quotidiennes, je voudrais m élever contre certaines décisions sur la mise en place de salles de shoots, et vous demander d y faire attention dans vos régions. Elles pourraient être prises par les politiques de différentes tendances. Pourquoi doit-on s opposer à l expérimentation des salles d injection de drogues? Tout d abord, une expérimentation doit être effectuée par des experts. Et, à ma connaissance, les personnes supposées être à l origine de celle-ci n ont jamais ou rarement - été confrontées aux problèmes de la drogue. Seuls les utilisateurs de ces produits pourraient considérer le bien fondé d une telle mise en place, ce sont les seuls experts en la matière. RETOUR D EXPÉRIENCE Sortir de la drogue, ce n est pas les accompagner dedans, encore moins leur en faciliter l accès. Nulle intoxication ne peut être traitée par le produit qui l a créé. Ensuite, dans les propositions de mise en place de salles de shoots, il n est fait état que d expérimentation à réaliser en France. Des essais sont pratiqués dans neuf États à travers le monde. Et déjà, certains souhaiteraient faire marche arrière. Pourquoi, dès lors, ne pas attendre la publication de leurs résultats, pour nous permettre de les analyser de façon critique? Ensuite, l argument principal des pro salles de shoots serait qu elles permettent de lutter contre la propagation du SIDA et des hépatites virales. Le libre accès, et même la gratuité des seringues servant à pratiquer l injection, existent depuis longtemps. Dans certaines grandes villes, et même de plus petites, des structures fixes et mobiles 13

14 existent, où l héroïnomane peut bénéficier de certains services. LA LUTTE AFFAIBLIE De plus, en organisant le fonctionnement de ces salles d injection, on pratiquerait officiellement une désobéissance à la loi du 31 juillet 1970, puisque ces drogues illicites seraient administrées dans des structures officiellement organisées, gérées et financées par les pouvoirs publics, dans des zones qui seraient donc de non droit. La mise en place de ces centres affaiblirait la lutte contre les drogues. Elle risquerait de rendre l usage de cellesci plus acceptables, et de retarder ainsi l accès au traitement de la dépendance. Mais où va-t-on? À ce rythme, nous risquons, dans une prochaine décennie, de voir des drogues d une pureté irréprochable vendues sur place. Le toxicomane ne pourrait plus la revendre, pour récolter sa dîme, il faudrait la lui offrir, comme la Méthadone et le Subutex. Ainsi, l héroïnomane verrait ses exigences exaucées, à travers la liberté d accès et la gratuité de son héroïne, avec la légalisation d un produit. ERREUR IRRÉVERSIBLE L objectif à privilégier, c est le sevrage, en s aidant de produits de substitution à doses dégressives (Méthadone, Subutex), en veillant à empêcher les détournements qui permettent à l héroïnomane d acquérir son héroïne, aux frais de la Sécurité Sociale. En conclusion, ce projet d installation de salles de shoots constituerait une erreur grave, irréversible, vis-à-vis de l évolution des toxicomanies, spécialement chez les jeunes. Mes chers camarades, je vous demande de prêter une oreille très attentive à ce dossier. N hésitez pas à faire remonter les sollicitations, ou informations, que vous seriez appelés à recevoir de la part de responsables politiques qui, à mes yeux, s ils développaient cette idée, deviendraient irresponsables. Gilbert EVENO Responsable du réseau Écoute Toxicomanie ALPHA ESPOIR L ANAS aux jeux Handisport de Londres Grâce à la persévérance des formidables animateurs du réseau ANAS-Alpha Espoir, un partenariat a été signé avec Handisport. Fabrice Thoraval C ette initiative doit aboutir à la présence de membres du réseau ANAS-Alpha Espoir, en 2012 à Londres, à l occasion des jeux paraolympiques. Un encouragement de plus pour nos collègues handicapés mais aussi pour les animateurs du réseau. Éric Nondedeo Joëb Fidaly 14

15 ORPHÉOPOLIS, PARTENAIRE INCONTOURNABLE 90 ans d une œuvre sans pareil Le président de l Orphelinat mutualiste de la police dresse ici un rapide tour d horizon des actions de son association, pour l année écoulée. Denis Pattyn V ous l avez peut-être suivi dans notre magazine, nous avons poursuivi notre opération de distribution d ensembles informatiques, commencée fin 2009, à destination de nos orphelins. Il s agit d une nouvelle prestation, validée par notre AG Nous l avons mise en place en organisant des événements sur neuf sites de métropole, et sur les quatre situés dans les DOM. Nous avons ainsi distribué 1000 ordinateurs portables, dont neuf accompagnés de logiciels éducatifs et de sacoche. Notre AG de 2010 ayant validé la pérennisation de cette prestation, nous avons distribué, en cette fin d année dernière, 240 nouveaux ensembles informatiques. Nous avons ainsi pu partager, avec les enfants et les familles, des moments merveilleux de bonheur. LA MAGIEDENOËL Nous avons aussi mis en place des arbres de Noël régionaux, dans chacune de nos huit régions administratives et les DOM. Là encore, de belles journées ont été vécues par toutes et tous. Elles ont permis aux familles de partager ces instants festifs, et la magie de Noël, avec les enfants. Nous y avions d ailleurs associé la distribution des ordinateurs J en profite pour dire un grand merci à nos animateurs de région, qui les ont mis en place. Et j en fais de même pour les remercier pour tout le travail, effectué au long de l année, auprès des familles et pour l organisation des sorties récréatives pour nos protégés. Ces dernières (elles sont aussi relatées dans notre magazine) sont aussi des moments privilégiés pour tous, mais surtout pour nos enfants car des liens se créent, lors de ces rencontres. Toujours dans le cadre de Noël, pour la troisième année consécutive, un groupe d enfants (19 cette fois-ci) a été invité au Noël de l Élysée. 600 enfants venus de tous horizons ont ainsi pu, avec les nôtres, participer à cette journée (spectacle à Mogador, puis distribution des cadeaux à l Élysée par le Chef de l État et son épouse ; ensuite acheminement à la gare en bus, escortés par les motards). UNE ANNÉE CHARGÉE 2010 aura aussi été marquée par l ouverture complète de notre village de Nancy. C est une belle satisfaction, après tous les doutes qui nous avaient étreints et l ouverture partielle de deux maisons, sur quatre, en Aujourd hui, nos trois villages fonctionnent quasiment au complet, ainsi que nos quatre appartements de suite, à Montpellier et Bourges, et nos deux appartements à Rosny. Nous sommes fiers de l offre que nous proposons aux familles qui en expriment le besoin. APEL Le canabistrot tue aussi Avec l esprit d à propos qu on lui connaît (ou que certains découvrent), Patrick Jacquet, responsable du réseau APPEL, a rebondi, en présentant le bilan de son réseau en tribune, sur les propos de Gilbert Eveno concernant les salles de shoot (page 13). Pour ce qui concerne les addictions, il ne faut pas oublier le bistrot du coin, qui provoque à lui seul morts par an. Le canabistrot tue aussi! 15

16 Joaquin Masanet médaillé 16 Créée en 1905, longtemps connue et reconnue sous le nom de mutuelle amicale des cadres de la Police nationale et de la sécurité intérieure (MACPN-SI), reconnue d utilité publique depuis 1935, l Amicale des cadres de la Police nationale et de la sécurité intérieure s intitule ainsi depuis C est à ce titre que son Président, Christian Piquet, a remis à Joaquin Masanet la médaille de son association, à l occasion de l AG de l ANAS. Intériale, l accompagnement En l absence de son Président, Pascal Baubat, absent pour des problèmes familiaux, c est son adjoint, Laurent Da Silva qui a présenté leur mutuelle, Intériale, née de la fusion de deux autres organes. Le maître mot de notre partenaire: accompagnement. Qu il s agisse des personnels du ministère de l Intérieur en activité ou retraités, Intériale est à leurs côtés, soutenue par l ANAS sera une année importante, marquée principalement par l anniversaire des 90 ans de nos mutuelles. 90 ans d engagement, de générosité et de solidarité! Nous aurons, à cette occasion, une forte pensée pour nos pères fondateurs, bâtisseurs d une œuvre au service de ces enfants victimes de la vie. En 1921, ils n imaginaient certainement pas que l OM (comme on l appelait à l époque) existerait encore, neuf décennies plus tard. Mais nous rendrons aussi hommage à tous les adhérents, donateurs ou militants, qui ont contribué à sa pérennité. 2011, ANNÉE ÉLECTIVE Nous venons de finaliser un recueil historique, qui retrace nos 90 ans d actions sociales. Je suis sûr que vous serez nombreux à vouloir vous le procurer, dès sa sortie. Nous avons décidé d en donner la primeur à nos AG, à la mi-juin. Dans l attente, vous pouvez d ores et déjà retrouver, et découvrir, des documents d archives sur notre site Internet (www.orpehopolis.fr dans votre espace adhérents) sera aussi l occasion d un grand rendez-vous, festif et solennel, à Disneyland. Nous le partagerons avec les enfants et les familles. Cette opération est en préparation pour le mois d octobre, et nous ne manquerons pas de vous la relater. Nous continuerons bien sûr nos actions, et l organisation des rendez-vous décrits un peu plus haut est aussi une année élective, avec le renouvellement, au mois d avril, de nos délégués de section, représentants de nos adhérents aux AG. Ce sera aussi le cas lors de nos Assemblées générales de juin à Mandelieu, avec le renouvellement de la moitié des membres de nos conseils d administration. Ces moments démocratiques sont très importants pour nos mutuelles. ANAS ET ORPHEOPOLIS, INCONTOURNABLES Vous l avez compris, l année en cours compte beaucoup de travail en perspective, et des moments intenses à vivre, au sein de la grande famille de cœur que représente Orpheopolis. La stabilité financière étant revenue, nous espérons maintenant une stabilité politique. Elle ne pourrait que confirmer la sérénité retrouvée au sein de notre œuvre. Nous sommes, tous deux, l ANAS et ORPHEOPOLIS, des acteurs incontournables du social, au sein de nos professions à risque. Aussi, continuons à mobiliser le plus grand nombre autour de cette belle SOLIDARITÉ, dont nous sommes le reflet! Ainsi, nous ne laisserons pas sur le bord de la route ceux qui auront été victimes d un accident de la vie. Comme dans toute famille, nous partageons des moments de bonheur, mais parfois aussi des moments plus difficiles. Aussi, je terminerais avec une pensée pour notre ami et administrateur Laurent Geslin, décédé le 6 janvier, suite à un accident cardiaque survenu le 12 décembre dernier. Je pense aussi à Josette, son épouse, et à Alexandre (12 ans, handicapé) et Emma (4 ans) ses enfants. Et merci à l ANAS de nous avoir, une fois encore, accueillis lors de son Assemblée générale. Denis PATTYN, Président Orphépolis

17 TIGRE BLANC Histoire d une belle réussite Émue, Séverine Fleurot, d abord présidente du Tigre Blanc, puis viceprésidente aujourd hui, revient sur cinq ans d une belle expérience J anvier 2006 Après avoir vécu plus de 30 ans à Paris, j arrive dans le lyonnais, au mois de décembre, sous 20 cm de neige. Ça commence bien! N ayant aucune attache dans la région, je m inquiète de faire garder mes deux enfants. Je suis affectée à la PTS. Le site est superbe, un immense parc de plus de 5 hectares, des lapins qui gambadent sur les pelouses, des locaux modernes. Et comble, du bonheur, une structure, présente sur le site depuis une dizaine d années, accueille les enfants de fonctionnaires. Très vite, je décide de m investir dans l association le Tigre Blanc, qui fait office de comité d entreprise mais qui, surtout, a la lourde tâche de gérer un accueil de loisirs. Les débuts furent difficiles : peu de moyens, des locaux vieillissants, une gestion anarchique, et peu d enfants qui fréquentent la structure. LE COUP DES PORTE-CLÉS Avec les bénévoles, nous retroussons nos manches. J engage un nouveau directeur à plein-temps, une politique de communication est lancée. Le centre, asthmatique, reprend un peu d air. Mais cela ne suffit pas. En novembre 2009, nous avons besoin d aide extérieure, pour sauver l accueil de loisirs. Je tape aux portes, auprès du directeur de l INPS, M. Weigel, qui m écoute longuement, décroche son téléphone, et m obtient un rendez-vous avec le SDAS, M. Derrouch, puis auprès du sous-directeur de la PTS qui me propose de vendre des médailles et des porte-clés. (Selon mes calculs à l époque, il nous aurait fallu ventes annuelles pour être sauvés!). La colle commence à prendre. On nous dirige vers une grosse association, (m explique-t-on), l ANAS. Super! Et combien de bénévoles travaillent pour cette asso? RENCONTRE AVEC L ANAS Janvier 2010, descente du TGV. Une voiture nous prend au vol, arrivée à Joinville, rencontre avec l équipe Les noms défilent, les visages aussi. Les poignées de mains et les bises s accumulent. Visite des locaux, nous grimpons au sommet de la tour, où se trouve notre bienfaiteur. Une goutte de sueur perle à mon front. L enjeu est de taille, le personnage aussi. Derrière son bureau, Jo absorbé, signe des courriers. Silence. Il lève les yeux, deuxième goutte de sueur. Son visage s illumine alors d un sourire. Il se lève, ouvre les bras, me serre contre lui, tape l épaule de mes collaborateurs, nous fait asseoir. Je baisse les yeux sur une coupe de champagne, nous levons nos verres. L entraide, qui définit si bien l ANAS, s applique désormais pour nous. JE VOUS REMERCIE TOUS! Séverine FLEUROT TIGRE BLANC À L HONNEUR Un nouveau maillon de la chaîne de solidarité Au nom du conseil d administration de l ANAS, son président Joaquin Masanet, a tenu à remercier, lors de l AG annuelle de Joinville-le-Pont, l ancienne présidente, actuelle vice-présidente du Tigre Blanc, Séverine Fleurot. Joaquin Masanet a voulu rappeler comment s était fait le rapprochement entre les deux associations. Nous nous sommes rencontrés, avec son équipe, fin 2009, pour essayer de les aider à continuer leur formidable travail à Écully, au siège de la Police Technique et Scientifique. Nous avons élaboré ensemble une convention, dans l intérêt des enfants des personnels du ministère de l Intérieur, qui ont la chance d être accueillis au Tigre Blanc. Pour mémoire, le dernier Écho du policier, présentait le Tigre Blanc sur deux pages, et je vous invite à découvrir cette structure sérieuse, efficace, qui partage nos valeurs de solidarité, de fraternité et d équité. Un nouveau maillon vient rejoindre cette grande chaîne de solidarité, nécessaire, et même vitale à tous les personnels du ministère de l Intérieur. Merci à toi, Séverine, merci à Gérard Lagarde, à Thomas Jouvet et à votre directeur et vive le Tigre Blanc! 17

18 DES MILITANTS À L HONNEUR Geneviève Gendre, un engagement sans faille J e voudrais rendre hommage à Geneviève Gendre. À quelques jours de sa retraite bien méritée, je veux la remercier pour son engagement syndical, plus particulièrement pour son implication dans le volet social de celui-ci. Grâce à Geneviève, de nombreuses avancées ont vu le jour, par l intermédiaire de la CLAS 75 (commission locale d Action Sociale). Je pense, par exemple, à la remise de récompenses aux fonctionnaires qui se sont particulièrement fait remarquer, durant l année, par un acte courageux. Geneviève a toujours donné la parole aux représentants de l ANAS, lors des réunions de la CLAS 75. Lors de ces réunions, les échanges sont riches et nombreux. La question sociale est importante, et elle ne laisse pas de place à l improvisation. En effet, il faut connaître les textes juridiques, mais aussi les services de police et les rouages de l Administration. Et SURTOUT, il faut savoir développer un sens aigu des rapports humains. Le Préfet de police de Paris ne s est pas trompé sur l engagement de Geneviève, puisqu il est venu, en personne, lui remettre la médaille de la Préfecture de police et de la fondation Louis Lépine. Alors, à notre tour maintenant de te remettre cette modeste médaille de la grande maison ANAS. Merci pour tout, bonne retraite et prompt rétablissement à ton époux. 18 Jean Morelli, 62 ans avec l ANAS! C est un membre actif depuis 1949, que l ANAS a voulu honorer. Jean Morelli est aujourd hui âgé de 85 ans. Il est entré dans notre Administration, via le concours de gardien de la paix, en Il a ensuite été affecté à la CRS 3. Puis il a parcouru la France, en prenant des postes dans plusieurs Compagnies républicaines de sécurité, avant d obtenir le concours d inspecteur de police. Sa première affectation dans ses nouvelles fonctions, il la prend à Rouen, en En 1968, il rejoint l Ile-de-France, sa région d origine et intègre la PJ de Versailles. Il y restera jusqu à son départ à la retraite, en Durant toutes ces années d un parcours à l ancienne, qui pouvait voir un gardien de la paix issu de n importe quel milieu social, franchir les différents grades pour se retrouver inspecteur de police, et même commissaire, Jean Morelli a toujours accompagné l ANAS. Il a fait partie des pionniers qui ont fait vivre notre association, dans des moments pas toujours évidents. Voilà pourquoi l ANAS se devait de lui rendre hommage. Olivier Vergès, homme du concret L e travail exceptionnel d Olivier pour l ANAS et donc, pour les collègues, son engagement et son dévouement font honneur aux valeurs fondamentales de l ANAS. Il s est toujours montré disponible. Nous savions pouvoir compter sur lui. Le développement des foyers dans les Hauts de Seine (à Clichy, Colombes, Asnières ou au lotissement de Garches) n aurait jamais abouti sans la volonté d Olivier Vergès. Sa ténacité a permis à de nombreux collègues de retomber sur leurs pieds, lorsqu ils en ont eu besoin. L action d Olivier s est toujours inscrite dans le concret. C est donc tout naturellement que le Président de l ANAS lui a remis la médaille de cette dernière. Un honneur amplement mérité.

19 FACE À LA CONJONCTURE En route pour 2014! À l issue de la dernière AG de l ANAS, il revenait à Joaquin Masanet de clore les débats A vant d entrer dans le vif du sujet, c est-à-dire dans les projections d avenir pour l ANAS, je voudrais, après avoir adressé mes plus vifs remerciements à tous les participants de cette AG, à tous ceux qui ont aidé à sa réalisation, adresser quelques mercis particuliers : À M. le Préfet de Police de Paris, d abord. Pour sa fidélité, lui qui a toujours répondu présent, à chaque fois que notre association l a sollicité. Lui pour qui, je le sais, l ANAS est avant tout une grande famille Cette relation, entre Michel Gaudin et moi, dure depuis que j ai eu à mener, ailleurs, d autres combats. L estime que nous avons l un pour l autre n a pourtant jamais varié, tout en sachant rester chacun à notre place Je voulais aussi remercier Emmanuel Bordeau, conseiller social auprès du ministre. Pour sa présence parmi nous, bien entendu, mais aussi pour le témoignage personnel d amitié et d estime qu il nous apporte, et aussi pour celui de la solidarité ministérielle, dont il se fait le messager Lui aussi, je le connais depuis longtemps. Et c est une amitié qui ne s est jamais démentie! [ ] REMERCIEMENTS ET PROSPECTIVE [ ] Je voulais aussi remercier tous les présidents départementaux de l ANAS, les délégués, les élus, les responsables des centres, les bénévoles, tous ces militants qui œuvrent à la pérennité de notre action. Je voulais encore remercier tous les collaborateurs de l ANAS, permanents ou ponctuels, et tous ceux qui ont travaillé à la réussite de cette AG, notamment l équipe de restauration (cuisine et service). Chacun doit tout de même savoir que des volontaires se sont présentés, sur leur repos, leurs congés, hors détachement, pour se mettre à notre disposition. Je n oublie pas, parmi eux, le jeune personnel de l école hôtelière, venu nous rendre visite et qui a enfilé le tablier, vu l ampleur de la tâche. Ces remerciements transmis, passons maintenant à la prospective. Une fois encore, les travaux de notre assemblée générale ont été intenses et constructifs.[ ] L ANAS ASSUME SES RESPONSABILITÉS [ ] Nous en ressortons en possession d une feuille de route claire, complète et détaillée. Et nous nous Au centre de la photo, de gauche à droite : M. Normand, adjoint au SDAS, M me Fournier, SDAS de la Préfecture de Police et M. Lantéri chef des politiques sociales à la SDAS. y tiendrons! Y a plus qu à comme disent ceux qui parlent beaucoup sans trop agir. Mais, comment ne pas y aller alors que, dès l ouverture de nos travaux, le sous-directeur de l Action sociale de la DRCPN, déclarait, à la tribune de cette AG, que l ANAS était l acteur incontournable de l action sociale du ministère? Nous le savions déjà, mais c est encore mieux quand c est un représentant de notre principal partenaire qui vient le rappeler! Ceci nous va droit au cœur, mais nous rappelle d autant plus à nos responsabilités! Nous les assumerons avec nos moyens, mais aussi avec ceux, MM les représentants de l Administration, que vous mettrez à la disposition de celle que vous considérez, à juste titre, comme l incontournable, l indispensable interlocuteur du social policier! 19

20 20 D ailleurs, je note qu il nous a été confirmé, à cette même tribune, ce que je vous indiquais dans mon discours d ouverture : c est-à-dire qu après avoir signé avec nous la convention de partenariat pour 2011, nous étions en bonne voie pour mettre en place, avec le ministère, d un seul coup, celle qui courra de 2012 à 2014! Ce n est pas rien! Une réunion de travail était d ailleurs prévue à ce sujet le 12 juillet [ ] ÉVITER LES MALENTENDUS [ ] Entre-temps, j avais moimême évoqué cela (entre autres sujets) avec M. Claude Guéant, rencontré le 17 juin (lire page 4). Je savais le ministre de l Intérieur, totalement à l écoute de nos préoccupations, pour que cette rencontre porte ses fruits. Car, à notre écoute, il l était déjà, avant même d être notre ministre, dans les différents postes qu il occupa auparavant Puissent certains des membres de son Administration bien (mieux?) assimiler la pensée ministérielle, pour ce qui concerne le travail mené avec nous, afin d éviter tout malentendu de dernière minute, et qu ils puissent rester dans le droit fil de ce que pense M. Guéant à notre égard Mais, avant de nous projeter totalement dans 2012, 2011 n est pas terminée, loin de là! Nous entamons à peine la période des vacances d été. Cette année 2011 doit donc être celle du renouveau, dans la continuité de ce que nous avons entrepris dans nos centres de vacances et de loisirs [ ] L ANAS AU JO DE LONDRES [ ] Grâce aux nombreuses transformations entreprises, tant au niveau des structures que de l organisation, grâce aussi à celles à venir, vous le savez maintenant, l AG nous l a démontré : la fréquentation de ces centres a été multipliée! Il nous faut donc continuer dans ce sens, y compris au travers des nombreux partenariats que nous avons lancés. Au passage, je remercie tous ces partenaires, dont les représentants nous ont accompagnés tout au long de ces trois jours. J évoquerai un point particulier dans l aménagement de nos centres, un point qui nous tient à cœur : l accessibilité du maximum d entre eux aux personnes à mobilité réduite. L ANAS fait tout ce qu elle peut pour obtenir des résultats tangibles dans ce domaine. Ce n est jamais assez, mais nous faisons tout pour améliorer chaque situation! [ ]. S ADAPTER À LA CONJONCTURE [ ] Dans la continuité de ce chapitre, je vous signale que l ANAS a passé un accord avec Handisport, afin que notre association soit partenaire privilégié des jeux paraolympiques de Londres, en Nous y voilà donc, à 2012, aux objectifs fixés par notre Assemblée générale. L ANAS doit se pencher prioritairement sur l accueil de nos collègues dans ses centres. À ce titre, et compte tenu de la conjoncture économique, nous réfléchissons à

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

SYLVIA PINEL. Jeudi 9 janvier 2014

SYLVIA PINEL. Jeudi 9 janvier 2014 SYLVIA PINEL MINISTRE DE L ARTISANAT, DU COMMERCE ET DU TOURISME Discours Discours Vendredi 10 janvier 2014 N 340 Discours de Sylvia PINEL ministre de l Artisanat, du Commerce et du Tourisme lors de la

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009 Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement Samedi 14 novembre 2009 Congrès départemental du Comité du Rhône de la Fédération sportive et culturelle

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE CABINET DE FREDERIK BERNARD MAIRE DE POISSY Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE Fête du personnel - 31 mai 2013 Hôtel de ville 1 Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

L e s a m e d i 1 8 j a n v i e r 2 0 1 4. DISCOURS PRONONCE PAR M. Le Président

L e s a m e d i 1 8 j a n v i e r 2 0 1 4. DISCOURS PRONONCE PAR M. Le Président C é r é m o n i e d e s v œ u x d e l A g g l o m é r a t i o n d A g e n L e s a m e d i 1 8 j a n v i e r 2 0 1 4 DISCOURS PRONONCE PAR M. Le Président Monsieur le Maire de Boé, Cher Christian, Mesdames

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE NUMÉRO 86 AOÛT 2012 DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE M le Hommage anonyme des Maîtres de Chiens Guides Même si le chien guide est une aide précieuse et efficace pour nos déplacements,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis,

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis, Chers Amis, Hopipharm fait escale en 2011 sur la côte atlantique et nos confrères de l Ouest nous font le grand plaisir de nous accueillir dans leur belle ville de Nantes pour ces trois journées intenses

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage Remarques de S.E. Kaoru Ishikawa Gala / Assemblée générale annuelle de la Croix-Rouge canadienne Loews Le Concorde Hotel, Québec Le 18 juin 2011 19 h Dîner Gala I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

Plus en détail

DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC. Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers participants,

DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC. Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers participants, DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers Votre présence remarquée dans cette salle me procure une joie et une satisfaction

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Script de vente Ruban pour la famille et les amis

Script de vente Ruban pour la famille et les amis Script de vente Ruban pour la famille et les amis Ce bref script de vente instructif vous est proposé à titre de référence. C est un complément au Guide de vente Ruban MD et aux autres outils de la Trousse

Plus en détail

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE PREFECTURE DE LA REGION MIDI-PYRENEES Profils & Parcours Ecole régionale de la 2 e chance Midi-Pyrénées Enquête de satisfaction des élèves Résultats 2008 Mars 2009 UNION EUROPÉENNE Sommaire 1 - Champ

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy

Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy Cérémonie des mentions au Brevet et au Baccalauréat 20 septembre 2013 1 Bonsoir à tous, Avec les élus de la municipalité, nous avons souhaité vous recevoir

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS Municipales 2014 31 janvier 2014 Catégories : Non classé Laisser un commentaire

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

Voici une nouvelle Brève d AMA Diem que j espère vous lirez avec plaisir.

Voici une nouvelle Brève d AMA Diem que j espère vous lirez avec plaisir. AMA Diem Aime le jour, avec et malgré la maladie! Brève de septembre 2013 Chers Amis, Voici une nouvelle Brève d AMA Diem que j espère vous lirez avec plaisir. Ces derniers mois ont été très chargés en

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Signature de l accord-cadre sur les pesticides utilisés par des professionnels en zones non agricoles Mesdames et Messieurs Je suis

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative.

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. 1 Conférence Nationale du Sport 20 novembre 2008 Discours de Guy Drut, Membre du CIO Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. L occasion qui est donnée aujourd hui de rassembler les différents

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

1. Approbation du procès-verbal de l'assemblée générale du 23 mars 2010

1. Approbation du procès-verbal de l'assemblée générale du 23 mars 2010 Procès-verbal de l Assemblée générale de l AETOC - Association d entraide de personnes souffrant de troubles obsessionnels-compulsifs du 15 mars 2011 de 18 h. 45 à 21 h., Association Parole, 1 rue du Vieux-Billard

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales http://www.unsa.org/_ Bagnolet, le 29 mai 2013 Aux secrétaires généraux des unions régionales Aux secrétaires généraux des unions départementales Aux secrétaires généraux des organisations syndicales adhérentes

Plus en détail

Soirée des vœux du samedi 11 janvier 2014

Soirée des vœux du samedi 11 janvier 2014 Soirée des vœux du samedi 11 janvier 2014 J ai le plaisir et l honneur, au nom du comité directeur, de vous présenter tous nos vœux de bonheur et de santé pour cette année 2014 à vous-même et à ceux que

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème Collège Jean MONNET 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr Le STAGE en 3ème Livret à destination des élèves Quel stage puis je faire? J hésite : vente,

Plus en détail

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1 Les aînés regroupés de Charlesbourg 7260, boulevard Cloutier, Québec, G1H 3E8 http://www.caabcharlesbourg.org/arc arc@caabcharlesbourg.org Décembre 2011 Volume 4 no. 1 1. Éditorial Gérald Lavoie Président

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

avec les Travailleurs Handicapés

avec les Travailleurs Handicapés avec les Travailleurs Handicapés POUR LA PREMIÈRE FOIS LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS SONT PLEINEMENT ACTEURS DE L INTÉGRATION L expérience collective au service du handicap dans l entreprise SI VOUS CHERCHEZ

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

Dossier de partenariat. Challenge de création d entreprise. Concours Handibusiness IDF 2015

Dossier de partenariat. Challenge de création d entreprise. Concours Handibusiness IDF 2015 Dossier de partenariat Challenge de création d entreprise Concours Handibusiness IDF 2015 Présentation Présentation AADSP, structure de service à la personne initiatrice du concours Handibusiness Accompagner,

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI

MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI Monsieur Le Représentant du Président de la République de Côte d Ivoire, Monsieur Le Représentant du Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail