Objet :Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion du syndicat intercommunal à vocation transports urbains de Bourges.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objet :Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion du syndicat intercommunal à vocation transports urbains de Bourges."

Transcription

1 Objet :Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion du syndicat intercommunal à vocation transports urbains de Bourges. Monsieur le Président, En application de l'article L du code des juridictions financières, la chambre régionale des comptes du Centre a examiné la gestion du syndicat intercommunal à vocation transports urbains de Bourges (SIVOTU) que vous présidez depuis le 19 juillet Ses vérifications ont porté sur l'organisation institutionnelle du syndicat, sur la gestion du service exploité dans le cadre d'un contrat de gérance, sur la situation financière et la tenue des comptes, sur les procédures d'acquisition des matériels roulants, sur les dépenses de personnels propres au syndicat, sur les recettes de publicité et les dépenses de communication et sur la manière dont le contrôle s'exerce à l'égard du gérant. Elles ont donné lieu le 14 avril 1999 à un entretien préalable avec le magistrat rapporteur. Dans sa séance du 25 mai 1999, la chambre a retenu des observations provisoires auxquelles vous avez apporté réponse le 13 août En conséquence, la chambre, dans sa séance du 29 octobre 1999 a arrêté les observations définitives qui suivent et qu'elle me prie de vous communiquer. I - L'OBJET DU SIVOTU ET SES MODALITES DE FONCTIONNEMENT Le syndicat intercommunal à vocation transports urbains de Bourges (SIVOTU) a été créé par arrêté préfectoral du 12 novembre 1982 après délibérations concordantes des communes de Bourges, La Chapelle Saint Ursin, Fussy, Pigny, Saint Florent sur Cher, Saint Germain du Puy, Le Subdray et Trouy. Créé juste avant la parution de la loi d'orientation de transports intérieurs du 30 décembre 1982, le SIVOTU est devenu l'autorité organisatrice des transports en commun pour l'agglomération de Bourges. Il concerne une population d'environ habitants. La chambre relève que le conseil municipal de la commune de Saint-Doulchard, laquelle faisait fonctionner une ligne de bus dans le cadre d'une convention signée le 12 mars 1984 avec le SIVOTU, a décidé, le 17 mai 1999 d'adhérer à ce syndicat et d'entrer de ce fait réellement dans le périmètre des transports urbains de l'agglomération. Pour la période examinée, le comité syndical était composé de 7 délégués titulaires représentant la ville de Bourges et de 2 délégués titulaires pour les 7 autres communes adhérentes, soit au total 21 délégués titulaires. Les délégués de la ville de Bourges disposent de 2 voix, tandis que ceux des autres communes d'une seule. Toute adhésion ou tout retrait d'une ou plusieurs communes entraîne une modification des statuts de manière à préserver la parité des voix entre la ville de Bourges et les autres communes. En cas de partage des voix, celle du président est prépondérante. Cette double disposition donne à la ville de Bourges les moyens juridiques de conserver une certaine maîtrise du fonctionnement du syndicat. Par ailleurs, par délibération du

2 19 juillet 1995 le comité syndical a délégué une partie de ses attributions au bureau composé de cinq membres depuis octobre 1996, deux étant impérativement choisis parmi les délégués de la ville de Bourges. L'objet du syndicat défini à l'article 2 des statuts, annexés à l'arrêté précité concerne en premier lieu " l'organisation et le fonctionnement du service public des transports urbains ", dont l'exploitation est assurée en gérance, le syndicat achetant les autobus et fixant les tarifs de transports. Ce gérant est la Compagnie des Transports de Bourges (CTB) à qui, par convention du 1er juillet 1981, la ville de Bourges avait confié, à effet au 1er janvier 1982, l'exploitation en gérance de ses services de transports publics de voyageurs. Le SIVOTU créé en novembre 1982 étant devenu l'autorité organisatrice des transports en commun de l'agglomération, un avenant applicable au 1er janvier 1983 a substitué le SIVOTU à la ville de Bourges dans la convention de juillet Suite à une délibération du comité syndical du 27 février 1987, un nouveau contrat a été conclu avec la CTB à effet du 1er avril Renouvelable par tacite reconduction pour une période de cinq ans, ce contrat a été dénoncé en 1995 et une mise en concurrence organisée selon les modalités de la loi du 29 janvier Le nouveau contrat de gérance signé le 12 juin 1995 pour neuf ans et six mois avec la CTB, candidat moins disant, a pris effet au 1er juillet 1995 et demeure en vigueur. Conformément à la loi du 22 juillet 1983, le SIVOTU est également devenu l'autorité organisatrice des transports scolaires à l'intérieur du périmètre de transports urbains. Depuis le 1er janvier 1995, la totalité des prestations de transports scolaires se trouve incluse dans le contrat de gérance du 12 juin Ces prestations ne sont toutefois pas assurées directement par le gérant. Le montant sous traité s'élève à près de 4,5 millions en 1995 dont 93 % confié à la même société. Le SIVOTU a précisé que les autobus urbains n'étaient pas, pour des raisons de sécurité et pour des considérations mécaniques, adaptés aux transports scolaires effectués sur de longues distances et que l'achat d'autocars ne se justifiait pas économiquement en raison d'une utilisation réduite au matin et au soir. La chambre sans méconnaître ces contraintes, suggère néanmoins aux autorités syndicales d'introduire au contrat de gérance une clause tendant à imposer une mise en concurrence minimale pour les prestations sous-traitées. Par ailleurs, le syndicat a également pour objet, depuis une modification du 14 janvier 1993, " la réalisation et le financement des programmes d'investissement nécessaires à l'accomplissement de cette mission ". En vertu de l'article 3 des statuts, il " assure en outre la réalisation et le financement des investissements qui lui sont confiés par les communes membres, ainsi que le remboursement à ces mêmes communes des investissements qu'elles auront été amenées à réaliser dans le cadre des attributions visées à l'article 2 ". Il résulte de ces dispositions que seuls les travaux d'entretien et de réparation des matériels sont exécutés par le gérant, l'extension et le renouvellement des équipements étant réalisés directement par le SIVOTU. Le même article 3 des statuts institue le versement transport, taxe parafiscale affectée au transport et à laquelle sont assujetties les entreprises de plus de 9 salariés situées à l'intérieur du

3 périmètre de transport urbain. Ce versement transport a été fixé au taux de 1 %, correspond au maximum prévu pour les agglomérations de plus de habitants. Cette ressource peut être complétée, si nécessaire, par des participations financières des communes membres calculées en fonction de leur population et du nombre de kilomètres parcourus sur leur territoire. A ce jour, le versement transport collecté est suffisant pour renouveler les investissements et combler le déficit annuel constaté au compte transports établi par le gérant. II - LA SITUATION FINANCIERE DU SIVOTU Les recettes réelles de fonctionnement du syndicat, limitées à ce jour au produit du versement transport et aux subventions destinées à couvrir intégralement les dépenses spécifiques des transports scolaires, ont progressé de 21 % entre 1993 et Après une forte progression jusqu'en 1996, le versement transport semble se stabiliser à un niveau proche de 41 millions. Les dépenses courantes de fonctionnement ont progressé de 30,7 millions en 1993 à 40,9 millions en Elles comprennent essentiellement la prise en charge du déficit du compte transport tenu par le gérant (voir ci-après) lequel est passé de 22,6 millions à 37,6 millions entre 1993 et La subvention d'équilibre versée par le syndicat en 1996 représentait ainsi 56 % des recettes totales du compte transport contre 41 % en Les amortissements, les frais financiers et le coût des transports scolaires constituent les principales autres dépenses de fonctionnement. Parmi les dépenses courantes de fonctionnement, la chambre a relevé des factures correspondant à l'achat de chèques carburant de 50 F et de 100 F mandatées pour un montant de F en 1993 et pour environ F en 1994 et Ces chèques étaient attribués au premier vice-président et aux agents de la ville de Bourges exerçant une activité accessoire rémunérée pour le compte du SIVOTU. A titre d'exemple, selon un certificat administratif établi le 24 avril 1995, 10 bons d'essence d'une valeur unitaire de 100 F ont été affectés à l'usage du premier vice-président. De telles pratiques permettent de contourner les règles applicables aux frais de déplacements des élus notamment en matière de contrôle du service fait. De même, l'attribution de chèques au personnel qui remonte à une note du président du 22 avril 1989 décidant " l'attribution forfaitaire mensuelle à l'ensemble du personnel de bons d'essence correspondant à une somme de 500 F au titre de la vérification des lignes du réseau et des lignes de transports scolaires " est tout aussi irrégulière en ce sens qu'elle accorde un avantage " de caractère indemnitaire " de façon peu transparente et sans délibération du comité syndical seul compétent en la matière. L'ordonnateur en fonction jusqu'en juillet 1995 a souhaité relever l'ancienneté de cette pratique. S'agissant de l'année 1995, il a évoqué la nécessité, pour le viceprésident, d'utiliser son véhicule personnel lors de plusieurs déplacements effectués localement et à Paris afin de recueillir des conseils concernant un important contentieux ou relatifs à l'évolution envisagée du syndicat. La chambre prend acte de l'abandon de ces pratiques depuis le deuxième semestre En ce qui concerne l'investissement, la chambre note que les recettes réelles comprennent, outre

4 les amortissements et les prélèvements sur recettes de fonctionnement, les subventions destinées aux transports scolaires, le cas échéant les participations des communes aux travaux d'équipement, le produit des aliénations des biens réformés et la TVA reversée par le gérant. Le prélèvement sur recettes de fonctionnement, soit 10,9 millions en 1993, 10,5 millions en 1994, 8,5 millions en 1995 et 5,9 millions en 1996 constitue l'essentiel des ressources d'investissement. Le SIVOTU n'a pas emprunté au titre des exercices 1993 à La chambre relève à cet égard que les restes à réaliser sur emprunts représentaient près de 7 millions en 1993 et 1994, alors que le SIVOTU n'aura finalement mobilisé aucun emprunt durant ces mêmes années. Cette situation s'explique par la présence simultanée de restes à réaliser importants en dépenses d'investissement. Ces ressources sont destinées principalement à l'achat des autobus qui fait l'objet des observations ci-après, et dans une moindre mesure, aux travaux de bâtiment et de génie civil. En conclusion, après une année 1993 déficitaire, les résultats globaux du SIVOTU sont positifs de 1994 à La trésorerie a évolué de 3,6 millions au 31 décembre 1993 à 13,2 millions au 31 décembre Le SIVOTU a toutefois eu recours, en début d'exercice, à des crédits de trésorerie afin de verser au gérant le premier acompte semestriel destiné à couvrir le déficit prévisionnel du compte transport. La chambre constate par ailleurs la progression régulière du déficit du compte transport entre 1994 et 1996 et dans une moindre mesure la poursuite de cette tendance après 1996, alors que depuis la même année, le produit global du versement transport est stabilisé. L'ordonnateur en fonction jusqu'en juillet 1995 a tenu à rappeler que l'équilibre de gestion était atteint sans participation des communes membres du syndicat et que les ratios d'endettement et de gestion satisfaisants traduisaient un réel dynamisme du point de vue de la fréquentation et du service rendu. III - LES MARCHES D'ACQUISITION D'AUTOBUS La chambre a examiné les marchés passées entre 1993 et 1996 pour l'acquisition des nouveaux autobus, prérogative réservée au SIVOTU, conformément aux statuts du syndicat et aux contrats de gérance successifs. S'agissant du programme de 1993, par délibération du 9 novembre 1992, le comité syndical a autorisé son président à lancer un appel d'offres ouvert pour l'acquisition de 4 véhicules standard neufs, à négocier l'acquisition d'un véhicule d'occasion et à signer les marchés correspondants. Trois offres ont été déposées dans les délais requis. L'offre de la société retenue était d'un montant unitaire de 1,54 million TTC, alors que celle de la société moins disante d'un montant de 1,33 million TTC était éliminée au motif qu'elle ne répondait pas au cahier des charges du fait de l'absence d'une 3ème porte dans les véhicules proposés. Le

5 montant du marché signé pour 6,14 millions correspond à l'achat de 4 autobus neufs, auquel s'est ajouté le coût d'un véhicule d'occasion d'un montant de 1,21 million. La chambre relève que le règlement particulier d'appel d'offres et l'avis de publicité prévoyaient l'acquisition de 4 autobus, une variante permettant de proposer un ou plusieurs véhicules d'occasion récents à la place de véhicules neufs. Par délibération du 25 juin 1993, le comité syndical a adopté un avenant autorisant la fourniture supplémentaire de 2 autobus neufs au prix unitaire initial. Le montant du marché se trouve ainsi majoré de 3 millions et porté à 10,4 millions TTC, soit une augmentation supérieure à 40 % bouleversant l'économie du marché. En définitive, 7 autobus ont été acquis dont un d'occasion alors que la mise en concurrence effective n'a porté que sur 4 autobus. Les raisons de cet avenant ont été exposées en ces termes selon la délibération précitée du comité syndical : "M. le directeur de la CTB nous a indiqué que le parc de véhicules actuel répondait tout juste aux besoins et qu'il serait judicieux, si le SIVOTU disposait de moyens financiers nécessaires, de procéder à l'acquisition de deux véhicules supplémentaires dès cette année". La chambre rappelle l'article 255 bis du code des marchés publics selon lequel : sauf en cas de sujétions techniques imprévues ne résultant pas du fait des parties, avenants et décisions de poursuivre ne peuvent bouleverser l'économie du marché ni en changer l'objet. De plus, l'article 272 du même code prescrit "de déterminer les prestations objet des marchés dans leur consistance et leurs spécifications avant tout appel à la concurrence ou négociation". La chambre a pris acte des explications fournies par l'ordonnateur en fonction jusqu'en juillet 1995 selon lesquelles le remodelage du réseau dans le cadre d'un contrat de modernisation conclu avec le ministère des Transports était à l'origine de la nécessité technique de doubler le nombre d'autobus sur une partie des lignes. Elle observe que ces informations ne figuraient pas dans la délibération du 25 juin L'année suivante, le syndicat a utilisé la technique des tranches fermes et conditionnelles pour ses nouvelles acquisitions. Cette procédure plus respectueuse du code des marchés publics au regard de la définition du besoin permet en outre de dimensionner les achats de l'exercice aux disponibilités budgétaires réelles. Les conditions de dévolution du marché de 1994 appellent cependant d'autres observations. Tout d'abord, le 7 janvier 1994, le comité syndical a autorisé le président à lancer un appel d'offres ouvert pour l'acquisition de 4 véhicules neufs, alors que le marché prévoyait une tranche ferme de 4 autobus et une tranche conditionnelle de 6 autobus. Ensuite, l'examen des procès verbaux de dévolution fait apparaître que la mise en concurrence n'a pu être effectuée. Lors de sa réunion du 16 mai 1994, la commission d'appel d'offres a en effet constaté que seule la société finalement retenue avait fait parvenir une proposition, trois autres sociétés ayant déclaré ne pas pouvoir donner suite après avoir retiré un dossier de consultation.

6 La commission a cependant décidé de transmettre l'unique soumission pour examen détaillé au gérant. Lors de sa seconde réunion du 1er juin 1994, la commission d'appel d'offres a déclaré la seule société ayant répondu attributaire pour les tranches ferme et conditionnelle. La chambre constate que ce marché d'un montant proche de 16 millions a été attribué suite à l'examen d'une seule offre alors que l'un des candidats aurait été en mesure de répondre si les délais de livraison avaient été mieux adaptés et qu'un autre n'a pas présenté d'offre en raison de la nécessité d'une troisième porte dans ces véhicules, contrainte qui ne pouvait être satisfaite dans les délais imposés. La société attributaire s'était pour sa part engagée à livrer les quatre premiers autobus au 31 juillet En troisième lieu, le rapport du représentant légal en date du 6 juin 1994 est peu explicite. A la rubrique "consistance de l'opération" il est indiqué "lot unique tranches ferme et conditionnelle", le nombre de bus n'est pas indiqué mais uniquement l'enveloppe financière de 6,4 millions pour la tranche ferme et de 9,6 millions pour la tranche conditionnelle. L'ordonnateur en fonction jusqu'en juillet 1995 a précisé que l'appel d'offres avait bien respecté le code des marchés publics et n'avait pas fait l'objet de remarques du contrôle de légalité. Il a insisté de nouveau sur l'urgence d'acquérir de nouveaux autobus et sur l'intérêt pour le SIVOTU de posséder un nombre conséquent de véhicules similitaires présentant des caractéristiques techniques innovantes mises au point en partenariat entre les autorités responsables en matière de transport et le ministère des Transports. La chambre relève que l'appel d'offres lancé en 1996 a permis au SIVOTU de recueillir trois propositions chiffrées et que les tranches ferme et conditionnelle ont été attribuées à deux candidats différents. IV -LE COMPTE TRANSPORT ET LES RELATIONS DU SIVOTU AVEC LE GERANT Conformément à l'article 6 du contrat de gérance, le gérant tient pour le compte du SIVOTU et conformément au plan comptable applicable en la matière, la comptabilité d'exploitation dite compte transport dont il assure également la gestion administrative, fiscale et financière. En application de l'article 26 du même contrat, un expert comptable est mandaté par le SIVOTU pour vérifier annuellement le compte transport établi par le gérant. Les produits de la billetterie et de la publicité constituent les principales ressources du compte. S'agissant de la billetterie, l'examen de l'activité du réseau permet de constater une progression des kilomètres parcourus et du nombre total de voyages effectués jusqu'en 1994, puis une diminution sensible en 1995 et 1996, le niveau d'activité et de fréquentation de 1996 étant proche de celui de La baisse de la fréquentation s'est poursuivie en 1997 et 1998 suivant en cela une tendance nationale. Toutefois l'amélioration constatée fin 1998 a conduit à intégrer au budget de 1999 une augmentation de la fréquentation de 2 %. Tout en restant prudent, le syndicat estime que le renforcement de la sécurité, entrepris sur les lignes les moins sûres, pourrait participer à la

7 consolidation de cette amélioration. En ce qui concerne les recettes de publicité, la chambre relève que la liquidation judiciaire prononcée le 13 octobre 1995 de l'entreprise chargée de la collecte, l'agence Berry Publicité, a généré une perte de F correspondant aux recettes publicitaires non recouvrées des trois premiers trimestres de l'année La chambre note également que le nouveau contrat signé le 19 février 1996 avec la société France Bus Publicité apparaît plus favorable que l'ancien, le reversement au compte transport étant de 60 % du montant HT des recettes publicitaires encaissées contre 55 % préalablement. En outre, un minimum annuel garanti indexé, soit F pour 1999, est prévu contractuellement. Il n'en demeure pas moins qu'un décalage croissant entre ces ressources et les charges d'exploitation s'est institué au cours de la période contrôlée, suscitant l'augmentation du déficit et donc de la subvention d'équilibre versée par le SIVOTU et alimentée principalement par le versement transport demandé aux entreprises. Selon le gérant trois éléments principaux expliquent cette évolution : la baisse sensible de la fréquentation constatée depuis 1994 comme dans la majorité des réseaux français de même taille, les dispositions adoptées dans le cadre de la politique sociale et salariale de l'entreprise pour lesquelles le SIVOTU a apporté son aval et le développement de la communication entrant dans le cadre de la politique de promotion soutenue par le SIVOTU. Sur ce dernier point, la chambre relève que depuis la liquidation judiciaire de l'agence Berry Publicité en novembre 1995, le programme d'action et de promotion du réseau géré est désormais mis en oeuvre directement par le gérant ce qui a permis de supprimer les frais de commission de cet intermédiaire qui étaient calculés sur la base d'un taux de 15 %. Elle observe également que les montants annuels des actions de promotion et de communication sont passées de 1,7 million à 3,8 millions entre 1993 et 1995 ce qui correspond à une augmentation de 122 %. Ces actions ont notamment concerné des opérations de promotionpublicité lors de manifestations sportives importantes et durant le Printemps de Bourges. Ainsi, en 1995, le montant des dépenses de "sponsoring" versé au Football Club de Bourges a atteint 1,5 million, la SARL organisant le "Printemps de Bourges" ayant perçu pour sa part 0,8 million. Ces dépenses, en importante progression jusqu'en 1995, ont contribué à accroître le déficit du compte transport. La chambre a noté que le nouvel exécutif du SIVOTU a réduit les dépenses de communication à 2,19 millions dès 1996, ce qui représente une diminution de 42 % par rapport à l995, puis à 2 millions en 1997 et à 1,7 million en Suite à une délibération du comité syndical du 11 juin 1998, le contrat de gérance du 12 juin 1995 prévoit désormais que les " dépenses de publicité dont le montant est supérieur à F TTC sont soumises à l'accord préalable du bureau " et que " le gérant rend compte au comité, une fois par an, de l'utilisation des crédits spécifiques de publicité engagés et affectés au compte transport au cours de l'année ".

8 La chambre prend acte des mesures prises par le SIVOTU en vue de mieux maîtriser les dépenses de promotion et de communication du réseau. Elle relève par ailleurs que les résultats du compte transport ont pu être affectés, notamment en 1994 par des investissements effectués par le gérant pour le compte du SIVOTU. Le 11 avril 1994, le SIVOTU a émis un mandat de F destiné à rembourser au gérant l'achat TTC d'une Renault 21 " GTX alizée ", mise en service en janvier 1994 et attribuée, selon les indications portées sur le fichier des immobilisations, au premier vice-président. Un autre mandat n 103 de ,76 F en date du 16 mars 1995 a permis d'effectuer le remboursement TTC d'une Renault 19 " Baccara " mise en service le 13 juin 1994 et dont l'utilisation n'a pas été précisée. Enfin, le mandat n 234 du 22 juin 1995 a permis de restituer au gérant F. Cette somme correspondait à l'achat d'une Laguna " Baccara " avec sellerie cuir, lecteur CD et radio téléphone d'une valeur de F TTC et de deux fourgonnettes Renault acquises respectivement pour F et F HT. Selon l'état des immobilisations, la Laguna mise en service en novembre 1994, était utilisée par le directeur de la CTB. La chambre remarque que les certificats administratifs de l'ordonnateur joints au mandat 234 destiné à intégrer rétroactivement la dépense de F dans la comptabilité du SIVOTU ont été établis le 22 juin 1995 soit 7 mois après l'achat de la Laguna "Baccara" mais quelques jours seulement avant la date d'effet du nouveau contrat de gérance fixé au 1er juillet suivant, et juste avant la mise en place du nouveau comité syndical intervenue le 19 juillet La chambre considère qu'il n'appartenait pas au gérant de se substituer au SIVOTU pour acquérir de nouveaux véhicules. En effet, l'article 5 du contrat en vigueur jusqu'au 30 juin 1995 indique : " le renouvellement et le développement des matériels et des équipements " est défini par le programme d'action pluri-annuel arrêté par le SIVOTU avec le concours du gérant. L'article 7 précise : " le SIVOTU met gratuitement à la disposition du gérant tous les biens meubles et immeubles nécessaires à l'exploitation des services. Il en assure le financement. Ces biens sont sa propriété ". Le rôle d'intermédiaire joué par la CTB apparaît d'autant plus surprenant s'agissant de la Renault 21 " GTX alizée " que celle-ci était à disposition du premier vice-président et non de l'exploitant du service. S'agissant de la Laguna " Baccara ", la chambre s'interroge sur les raisons de la prise en charge de la facture dans les comptes du gérant alors que celle-ci était libellée au nom du SIVOTU. Elle considère que seule une délibération du comité syndical pouvait autoriser l'achat d'un véhicule de fonction " haut de gamme " destiné à la direction de l'exploitant du service. Elle note que ce véhicule destiné à une utilisation dans le périmètre des transports urbains de l'agglomération de Bourges avait effectué kilomètres lorsque le SIVOTU l'a revendu début décembre La procédure utilisée a en outre permis de s'affranchir du code des marchés publics. En effet, la mise en concurrence minimale prévue par l'article 321 dudit code, lorsque le montant prévisionnel

9 des acquisitions annuelles envisagées dépasse F TTC, n'a pas été mise en oeuvre alors que les acquisitions totales des véhicules ont dépassé F en 1994, compte non tenu du fourgon " Master " Renault acquis directement par le SIVOTU F en juillet 1994 et aménagé en véhicule publicitaire moyennant F. La chambre prend acte de la revente, fin 1995, de trois des véhicules achetés directement par le gérant, dont la Laguna de direction, les nouveaux gestionnaires du SIVOTU ne les considérant pas indispensables au bon fonctionnement du service. Elle note que le gérant a indiqué "ne pas contester le caractère inadapté de l'application des procédures d'acquisition des matériels dans les cas évoqués par la chambre ; situation à laquelle il a été remédié par la suite". Elle relève enfin que l'ordonnateur en fonction jusqu'en juillet 1995 a précisé que la CTB avait tardé à demander le remboursement au SIVOTU des véhicules en cause et avancé deux explications : d'une part "le rabais accordé par le fournisseur de la CTB n'aurait pu être imposé à l'ensemble des concurrents dans le cadre d'une procédure marché public", d'autre part "les véhicules de type tourisme n'ont pas été assimilés à des véhicules utilitaires". La chambre rappelle à cet égard que les dispositions du 4ème alinéa de l'article 7 du contrat en vigueur lors de ces acquisitions imposaient que les achats soient effectués conformément aux dispositions du code des marchés publics. S'agissant des relations entre le SIVOTU et le gérant, la chambre observe par ailleurs que les contrats de gérance successifs ont prévu que le SIVOTU assure l'équilibre financier du compte transport par le versement en janvier et juillet d'acomptes semestriels égaux à la moitié du déficit prévisionnel figurant au budget établi par l'exploitant et approuvé par le syndicat. Elle note que jusqu'en 1997, le SIVOTU devait recourir au début de chaque exercice à un crédit de trésorerie pour honorer le dispositif contractuel prévoyant le versement dès janvier d'un acompte couvrant 6 mois de déficit prévisionnel. Sur un plan plus général, elle relève en premier lieu que selon l'article 2 du contrat de gérance, la CTB doit mettre en oeuvre la politique des transports urbains définie par le SIVOTU, ainsi que des mesures susceptibles d'améliorer la gestion en recherchant en permanence les moyens de réduire les charges d'exploitation et notamment les dépenses de personnels. Aucun document formalisé ne traduit la stricte application de ces dispositions. Tout en adhérant à l'analyse de la chambre sur le contenu de ses obligations, la CTB a rappelé que les nombreuses réunions organisées avec le syndicat participaient à la réalisation des objectifs contractuels. Elle a aussi indiqué qu'un rapport annuel d'activités retrace l'ensemble des mesures prises par la collectivité et leurs conséquences sur l'organisation du réseau. L'exécutif actuel du syndicat a indiqué quant à lui que les réunions de travail fréquentes, notamment entre le premier vice-président et le nouveau directeur de la CTB répondaient au souci d'améliorer

10 l'exploitation et de réduire les charges conformément à l'esprit de la convention. Il s'est néanmoins engagé à formaliser les dispositions prévues à l'article 2 du contrat lors de la séance du comité syndical au cours de laquelle sera présenté le budget primitif de l'an Par ailleurs, la chambre rappelle que le compte transport est annuellement vérifié par un expert comptable. Elle souligne l'intérêt de répercuter au gérant les remarques faites à l'occasion de ces vérifications lorsqu'elles sont de nature à améliorer la qualité de la gestion du service public de transport de voyageurs conformément aux objectifs recherchés selon l'article 2 du contrat de gérance. La chambre observe également que l'article 5 de la convention fixe la rémunération de la CTB à un forfait annuel de F HT révisable en fonction de l'index ingénierie auquel s'ajoute une prime liée à la qualité de la gestion et dont le montant initial était de F. Le calcul de cette prime prend en considération le nombre de voyages réalisés sur le réseau urbain et le nombre de kilomètres parcourus par heure de travail agent. La chambre observe que la part de rémunération du gérant liée à la qualité de la gestion reste limitée. Elle estime que celle-ci pourrait être renforcée dans la mesure où le gérant ne prend aucun risque financier, les pertes financières de l'exploitation étant systématiquement compensées. Dans sa réponse l'ordonnateur en fonction jusqu'en juillet 1995 a indiqué que le versement d'une prime liée à la qualité de la gestion ne s'imposait pas réglementairement et que la qualité de la gestion du gérant ne faisait aucun doute. La chambre note que dans ces conditions, il n'aurait pas été anormal que la qualité de la gestion résultant du "savoir faire" du gérant soit davantage prise en compte dans le calcul de cette rémunération. Enfin, la chambre relève que l'article 6 du cahier des charges annexé au contrat traite pour sa part du programme d'action pluriannuel, établi pour 5 ans. Ce programme comporte divers objectifs tels que l'évolution du trafic, la qualité et la consistance du service, les actions de promotion, la création d'infrastructures, le renouvellement et le développement des matériels et des équipements, les moyens de financement. Des indicateurs permettant de mesurer le degré de réalisation de ce programme sont par ailleurs envisagés. Le gérant participe à l'élaboration de ce programme pluriannuel et rend compte annuellement au syndicat de son état d'avancement. Le SIVOTU a indiqué que ce programme n'avait pas été formalisé et que les véhicules étaient renouvelés en fonction des nécessités et de leur âge selon les possibilités budgétaires. La chambre souligne néanmoins l'intérêt d'élaborer le programme d'action pluriannuel prévu par le cahier des charges et dont l'objet n'est pas limité à la simple programmation des investissements des matériels roulants. La CTB, tout en insistant sur l'étroite concertation existant d'ores et déjà entre la collectivité et son gérant, a indiqué partager l'avis de la chambre sur l'importance de l'élaboration d'un programme pluriannuel. L'exécutif actuel du syndicat s'est pour sa part engagé à formaliser les dispositions prévues à l'article 6 du contrat lors de la séance du comité syndical au cours de laquelle sera

11 présenté le budget primitif de l'an Conformément à l'article L du code des juridictions financières, les observations définitives doivent être communiquées à l'assemblée délibérante, dès sa plus proche réunion. Elles devront faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de celle-ci et être jointes à la convocation adressée à chacun de ses membres. Ces observations, qui sont transmises au préfet et au trésorier-payeur général du département, deviennent communicables aux tiers qui en font la demande, dès la tenue de la réunion susvisée. Je vous prie donc de bien vouloir informer le greffe de la Chambre de la date que vous retenez. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération distinguée. Dominique MALEGAT-MÉLY Monsieur Serge LEPELTIER Président du syndicat intercommunal à vocation transports urbains de Bourges Hôtel de Ville 11 rue J. Rimbault BOURGES Cedex

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ Madame le Maire de DOUARNENEZ Mairie 29100 DOUARNENEZ Par lettre du 24 février 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission. Par lettre du 2 mars 2001, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion des exercices 1994 et suivants de votre établissement, conformément

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a Monsieur PERRACHON Liquidateur de la Société d'aménagement du Morbihan 10, rue Saint-Tropez Boite postale 55 56002 VANNES CEDEX Par lettre du 17 septembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002 La Présidente PP/PC à Monsieur le Président du Syndicat Intercommunal du collège de La Monnerie-le-Montel Hôtel de ville 63650

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens.

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. Publication au JORF du 24 septembre 1959 Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959 le Premier ministre, Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. version consolidée au 27 décembre

Plus en détail

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre à Monsieur Philippe VITU Directeur de la maison de retraite de Villeloin-Coulange " Les Baraquins " 36, rue des Loges 37450 VILLELOIN-COULANGE

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

L'objet de la présente lettre porte sur la mise en ouvre du contrôle interne et la gestion des services d'eau et d'assainissement.

L'objet de la présente lettre porte sur la mise en ouvre du contrôle interne et la gestion des services d'eau et d'assainissement. M. Jean-Claude WEISS Maire de Notre-Dame-de-Gravenchon Hôtel de ville Place d'isny BP 29 76330 Notre-Dame-de-Gravenchon Monsieur le Maire, En application de l'article L. 211-8 du code des juridictions

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

C20 G/MCL 1/2. NOISIEL, le 27 octobre 2009

C20 G/MCL 1/2. NOISIEL, le 27 octobre 2009 C20 G/MCL 1/2 Le Président NOISIEL, le 27 octobre 2009 N /G/72/09-0937 E N 09-0211 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président,

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président, N/Réf. : BO818802 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de la SEMASCL (SEM pour la promotion et la gestion

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR La Ville du Mans, représentée par Monsieur Patrick DELPECH, Adjoint au Maire en

Plus en détail

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise :

Deux réformes transforment les règles et les procédures appliquées aujourd hui par les institutions AGIRC et ARRCO dans le domaine Entreprise : Le 18/09/2015 CIRCULAIRE Sujet : Domaine Entreprise Versement des cotisations à compter du 1 er janvier 2016 Déclaration des rémunérations Madame, Monsieur le Directeur, Deux réformes transforment les

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES Création d'un Fonds de Garantie des Assurés Loi n 2000-98 du 31 décembre 2000 portant loi de finances pour l année 2001 (1). Article 35 Est crée un fonds intitulé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel 2 ème Section Département du Pas-de-Calais Budget primitif 2012 non voté N 2012-0097 Article L. 1612-2

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 Cette décision sera mentionnée dans les t~hl~::: dl ~0cuei! LEBON REPUBLIQUE FRANÇAISE SR SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES TRANSPORTS PUBLICS DE CANNES LE CANNET

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

S T A T U T S * * * 2. d inciter, d organiser et de mettre en œuvre toutes actions de formation et d information.

S T A T U T S * * * 2. d inciter, d organiser et de mettre en œuvre toutes actions de formation et d information. S T A T U T S * * * ARTICLE 1 - DÉNOMINATION Sous la dénomination TV FRANCE INTERNATIONAL, il est formé entre les soussignés et toutes les autres personnes qui auront adhéré aux présents statuts, une Association

Plus en détail

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin STATUTS 2014 / 2026 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, les

Plus en détail

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques

Opéra de Dijon. Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques Opéra de Dijon Cahier des clauses administratives particulières Marché TECH20151 Acquisition de matériaux de construction bois et sidérurgiques 1 4 Article 1 Objet et décomposition du marché 4 Article

Plus en détail

ACTE D ENGAGEMENT VALANT CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES

ACTE D ENGAGEMENT VALANT CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE PASSE SELON LA PROCÉDURE ADAPTEE ACQUISITION LICENCES ORACLE ET MAINTENANCE ASSOCIEE Communauté d Agglomération AMIENS METROPOLE Pôle Modernisation de l Administration HOTEL DE VILLE BP 2720 80027

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur la gestion de la mutuelle de retraite

Plus en détail

FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT

FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT FOURNITURES COURANTES BATIMENT PEINTURE PETIT EQUIPEMENT MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Ville de Châtel-Guyon 10 rue de l Hôtel de Ville BP 54 63140 CHATEL-GUYON CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire.

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire. Fiche 41 otions clés sur les documents budgétaires Deux sortes de documents peuvent être distingués : d une part, ceux qui prévoient et autorisent, ce sont les budgets au sens strict et d autre part, les

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire,

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire, Le Président TOULOUSE, le 10 juillet 2008 Réf. : GO8095011 Monsieur le Maire, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU C.S.A. DE LA BA 123

REGLEMENT INTERIEUR DU C.S.A. DE LA BA 123 REGLEMENT INTERIEUR DU C.S.A. DE LA BA 123 CHAPITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1-1 CHAMP D'APPLICATION Le règlement intérieur a pour objectif de doter l'association d'un règlement, applicable à toutes

Plus en détail

Article 57. Article 58

Article 57. Article 58 Article 57 Ilestcréé, sous la dénomination de «Agence nationale de l'assurance maladie», un établissement public doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Article 58 L'Agence nationale

Plus en détail

DELIBERATIONS APPROUVEES LORS DE LA SEANCE DU COMITE SYNDICAL DU LUNDI 6 JANVIER 2014

DELIBERATIONS APPROUVEES LORS DE LA SEANCE DU COMITE SYNDICAL DU LUNDI 6 JANVIER 2014 Siège social : Mairie de Taverny 2, place Charles de Gaulle 9555 TAVERNY CEDEX Bureaux : Zone industrielle Rue de Pierrelaye 95550 BESSANCOURT Tél. : 0 34 8 30 8 Fax : 0 34 8 30 0 DELIBERATIONS APPROUVEES

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

25,2 millions d'euros.

25,2 millions d'euros. PREFECTURE DE LA REGION AUVERGNE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Pour la sélection d'un opérateur financier chargé de la gestion d'un fonds de participation européen régionalisé financé principalement

Plus en détail

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale.

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale. COMMUNE D'EYMOUTIERS EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Situation financière : Le montant du budget de fonctionnement (environ 17 millions de francs) est atypique par rapport aux communes

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 29 MAI 2015

CONSEIL MUNICIPAL DU 29 MAI 2015 CONSEIL MUNICIPAL DU 29 MAI 2015 - Approbation du schéma de mutualisation de Laval Agglomération - Extension des compétences de Laval Agglomération en matière de lecture publique - Règlement intérieur

Plus en détail

DELIBERATION N CP 14-483. Du 18 juin 2014

DELIBERATION N CP 14-483. Du 18 juin 2014 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 1 CP 14-483 DELIBERATION N CP 14-483 Du 18 juin 2014 PARTICIPATION DE LA REGION ILE DE FRANCE AU SIPPEREC (SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE LA PERIPHERIE DE PARIS POUR L ELECTRICITE

Plus en détail

C.C.A.P. CONTRATS D'ASSURANCES DE LA VILLE DE FEYZIN

C.C.A.P. CONTRATS D'ASSURANCES DE LA VILLE DE FEYZIN C.C.A.P. CONTRATS D'ASSURANCES DE LA VILLE DE FEYZIN LOT N 1 : MULTIRISQUE PATRIMOINE IMMOBILIER ET CONTENU LOT N 2 : RESPONSABILITE CIVILE ET PROTECTION JURIDIQUE LOT N 3 : FLOTTE AUTOMOBILE LOT N 4 :

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Messieurs les Sous-Préfets de St-Amand-Montrond et de Vierzon pour information

Messieurs les Sous-Préfets de St-Amand-Montrond et de Vierzon pour information Préfecture du Cher Direction des Collectivités Locales et des Affaires Financières Bureau des Affaires Budgétaires et Financières PREFET DU CHER Affaire suivie par Mme VOLUT - 02 48 67 36 29 Bourges, le

Plus en détail

Monsieur le Président,

Monsieur le Président, Le Président TOULOUSE, le 29 décembre 2006 N/Réf. : BO6 344 01 Monsieur le Président, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy Article 1 er Dénomination Durée Siège Objet Accusé de réception Ministère de l intérieur 68488072 I. Il est constitué, une Association régie par la

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

En tout état de cause, il vous est loisible de communiquer ce rapport d'observations définitives au conseil d'administration de l'adefpat.

En tout état de cause, il vous est loisible de communiquer ce rapport d'observations définitives au conseil d'administration de l'adefpat. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES N/Réf. : GO510401 TOULOUSE, le 20 avril 2005 Monsieur le président, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières, je vous adresse,

Plus en détail

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne.

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le 4 novembre 2005 par la Chambre territoriale des comptes sur la gestion de la commune

Plus en détail

Comités d'entreprise : Nouvelles règles en matière de publication et de certification des Comptes Annuels JUILLET 2015

Comités d'entreprise : Nouvelles règles en matière de publication et de certification des Comptes Annuels JUILLET 2015 Comités d'entreprise : Nouvelles règles en matière de publication et de certification des Comptes Annuels JUILLET 2015 2 SOMMAIRE NOUVEAUTES 2015 UNE COMPTABILITE ADAPTEE A LA TAILLE DU COMITE D ENTREPRISE

Plus en détail

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement ARC 04 2014 www.unarc.asso.fr Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU DIRECTION DE LA PROPRETE ET DE L EAU DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF De l exercice 2011 DPE 2010-38 DF 2010-24 BUDGET ANNEXE DE L EAU PROJET DE DELIBERATION SECTIONS D EXPLOITATION ET D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Cahier des Clauses Particulières (CCP)

Cahier des Clauses Particulières (CCP) Cahier des Clauses Particulières (CCP) MISSION DE CONSEIL, D'ASSISTANCE JURIDIQUE PERMANENTE ET DE REPRESENTATION EN JUSTICE DANS LE DOMAINE DU DROIT PUBLIC _ Marché n 11 050 FCS MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES

Plus en détail

VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE MAISON DES VIGNERONS ET DU TERROIR CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION

DEMANDE DE SUBVENTION DEMANDE DE SUBVENTION FONDS NATIONAL D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE REGION : Centre Département : CHER (18) INFORMATIONS CONCERNANT LE PROJET Intitulé du projet et résumé de l objet :.....

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Communauté de Communes du Pays Granvillais - Service des Marchés publics 197 Avenue des Vendéens BP 231 50402 Granville Cedex Tél: 02 33 91 38 60 ACHAT

Plus en détail

LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU

LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU LISTE DE PIÈCES JUSTIFIATIVES POUR LE CONTRÔLE DE PREMIER NIVEAU Cette liste définit les documents que vous devez nous présenter dans le cadre du contrôle de premier niveau des dépenses (contrôle de 1er

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance E-01 Règlement relatif à la gestion financière Anciennement «Règlement relatif à la gestion financière R-2» adopté par le C.A. le 24 avril 1985 Révisé par le C.A. les 11 décembre 2001 et 24 février 2009

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 01 165 de l'autorité de régulation des télécommunications en date du 9 février 2001 sur les décisions tarifaires n 2000396 et n 2001423 relatives au prix des communications à destination de certains

Plus en détail

N 5 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE,

N 5 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE, N 5 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procèsverbal de la séance du 14 juin 1994. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE, relatifà /'amélioration

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction R Ressources Unité R3 Comptabilité et finances ANNEXE 3.A: METHODOLOGIE D'EVALUATION DE LA CAPACITE FINANCIERE DES CANDIDATS

Plus en détail

A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003. La Présidente. Monsieur le Président du Centre. départemental de gestion. de la fonction publique du Cantal

A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003. La Présidente. Monsieur le Président du Centre. départemental de gestion. de la fonction publique du Cantal A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003 La Présidente à Monsieur le Président du Centre départemental de gestion de la fonction publique du Cantal Monsieur le Président, Le rapport d'observations arrêté

Plus en détail

%&#'!" &#($"! &&)#&* *+,-

%&#'! &#($! &&)#&* *+,- 1 Place des Champs de Vignes 31600 EAUNES ******** : 05.61.08.70.23 : 05.61.08.80.11!" # $#%# & %&#'!" &#($"! &&)#&* *+,- MARCHÉ PASSÉ EN APPLICATION DES ARTICLES 26 ET 28 DU CODE DES MARCHÉS PUBLICS "&./'&

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ;

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ; DECISION N 003/13/ARMP/CRD DU 09 JANVIER 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA DEMANDE SPECIALE D AUGMENTATION DU TAUX DE BAISSE DU MONTANT D UN MARCHE DANS LE

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

LA MEMOIRE DE BORDEAUX - PROJET DE BUDGET 2013 -

LA MEMOIRE DE BORDEAUX - PROJET DE BUDGET 2013 - LA MEMOIRE DE BORDEAUX - PROJET DE BUDGET 2013 - DEPENSES RECETTES Comptes nature prévision 2012 prévisions 2013 Comptes nature prévision 2012 prévisions 2013 2183000 investissement 7010000 ventes et publications

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE

COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE COMMUNAUTE EUROPEENNE DE L'ENERGIE ATOMIQUE COMMUNAUTE EUROPEENNE DU CHARBON ET DE L'ACIER Agence d'approvisionnement LA COMMISSION DE CONTROLE RAPPORT RELATIF AUX COMPTES

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 27 mai 2013

Délibération au Conseil Municipal du lundi 27 mai 2013 5 Délibération au Conseil Municipal du lundi 27 mai 2013 Conclusion de marchés pour fournitures diverses et prestations de gardiennage, éventuellement reconductibles, pour la Direction des ressources logistiques

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE Vu le code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L.1431-1 à L. 1431-9

Plus en détail

SENAT ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatifà certaines dispositions législatives. des livres premier et II du code des juridictions financières.

SENAT ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatifà certaines dispositions législatives. des livres premier et II du code des juridictions financières. PROJET DE LOI ORGANIQUE adopté le 27 avril 1994 N 113 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 PROJET DE LOI ORGANIQUE ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatifà certaines dispositions législatives des livres premier

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Convention type «lieu de vie et d accueil» Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Entre, d'une part, le Conseil général des Vosges,

Plus en détail

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 Document réalisé en avril 2010 mise à jour février 2013 Sources : sites http://www.legifrance.gouv.fr/ http://carrefourlocal.senat.fr

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

Décrète : Chapitre I Dénomination - Objet - Siège

Décrète : Chapitre I Dénomination - Objet - Siège Décret exécutif n 10-227 du 21 Chaoual 1431 correspondant au 30 septembre 2010 portant création, organisation et fonctionnement du centre algérien de développement du cinéma. Le Premier ministre, Sur le

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles D.99 23 à D.99 26 ;

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles D.99 23 à D.99 26 ; Décision n 01 355 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 avril 2001 demandant à France Télécom d apporter des modifications à son offre de référence pour l accès à la boucle locale

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de Grimaud - Service des marchés publics Hôtel de Ville 83316 GRIMAUD Tél: 0494556913 FOURNITURE ET INSTALLATION D EQUIPEMENTS FUNERAIRES Mairie

Plus en détail

CTF/TFC.8/6 24 octobre 2011. Réunion du Comité du fonds fiduciaire du FTP Washington, D.C. 4 novembre 2011. Point 6 de l ordre du jour

CTF/TFC.8/6 24 octobre 2011. Réunion du Comité du fonds fiduciaire du FTP Washington, D.C. 4 novembre 2011. Point 6 de l ordre du jour CTF/TFC.8/6 24 octobre 2011 Réunion du Comité du fonds fiduciaire du FTP Washington, D.C. 4 novembre 2011 Point 6 de l ordre du jour PROPOSITION DE REVISION DES PAIEMENTS AU TITRE DES SERVICES D'APPUI

Plus en détail

VILLE DE FROUARD. Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD. Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) Marché N 2009.01.01 Article 1 Objet de la consultation Dispositions

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE 2010/034 PRESENTS : 21 VOTANTS : 24 AMMAR CEAUX BEGASSAT Mesdames OTTIN DELPIAS OBJET : Reprise anticipée du résultat 2009 Monsieur PERRIMOND L instruction comptable M14 prévoit que les résultats de l

Plus en détail

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues.

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues. LOD N 00/07 Nouméa, le 14 décembre 2000 Organisme : Office Territorial de Retraites des Agents Fonctionnaires (OTRAF) Examen de la gestion Exercices : 1996 et suivants OBSERVATIONS DEFINITIVES 0. - INTRODUCTION

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

Réf. : FO801401. Monsieur le Maire,

Réf. : FO801401. Monsieur le Maire, Réf. : FO801401 Monsieur le Maire, Vous voudrez bien trouver ci-joint le texte des observations relatives à l'association " Service social du personnel territorial et assimilé de la ville de TOULOUSE "

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. Le Président N /G/150/06-0655 E NOISIEL, le 30 mai 2006 N 06-0210 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 27 juin 2013 Personnel - Délégation de service public pour l'exploitation du restaurant administratif de la Chauvinière - Désignation de l'exploitant Direction Ressources

Plus en détail

Projet de loi relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise. Article 1 er

Projet de loi relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise. Article 1 er RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social NOR : Projet de loi relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise Article

Plus en détail

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er :

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er : Association de loi 1901 «groove line» STATUTS I-L association : Article 1 er : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES REPUBLIQUE FRANCAISE Mairie de Lèves - Service des Marchés Publics 4 Place de l Eglise 28300 LEVES Tél: 02 37 18 01 80 FOURNITURE ET INSTALLATION D

Plus en détail