Le documentaire social face à la pauvreté blanche des Appalaches : Eugene Richards, Shelby Lee Adams, Tim Barnwell et Ken Light Maude Oswald

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le documentaire social face à la pauvreté blanche des Appalaches : Eugene Richards, Shelby Lee Adams, Tim Barnwell et Ken Light Maude Oswald"

Transcription

1 1 Le documentaire social face à la pauvreté blanche des Appalaches : Eugene Richards, Shelby Lee Adams, Tim Barnwell et Ken Light Maude Oswald Introduction Territoire géographique autant que symbolique, les Appalaches sont le lieu de tous les fantasmes et de toutes les craintes de la nation américaine. Dès son invention 1, à la fin du XIX e siècle, la région est engluée dans une construction exogène de son image qui impose durablement sa définition d une culture blanche unique évoluant dans un espace homogène. Surtout, elle représente l espace dans lequel le Rêve américain est venu s échouer : terres aux ressources naturelles riches et abondantes, les Appalaches subissent pourtant le paradoxe d une pauvreté endémique. Le charbon, diamant brut au cœur des mines, a dépourvu les populations locales de ses bénéfices directs en enrichissant les propriétaires de compagnies minières souvent extérieures à la région. La mécanisation a permis une utilisation abusive du sol appalachien qui a contribué à décimer les richesses environnementales tout en diminuant le besoin de main-d œuvre de manière drastique. Forcés es à l exil, dès les années 1950, les habitants es quittent les montagnes pour tenter d obtenir une part d un Rêve construit sur les promesses d une réussite sociale individuelle. D autres tentent d y survivre : c est d eux et d elles dont il sera question ici. Aux États-Unis, malgré la permanence de la pauvreté et des chiffres exorbitants en termes humains 2, l État fédéral et la population peinent souvent à admettre la misère dans sa globalité, à l envisager dans sa quotidienneté et à entreprendre des démarches dans une perspective de longue durée. Paradoxe dans une nation où le mythe de la réussite individuelle, s il fait obligatoirement des exclus es, n en demeure pas moins hypothétiquement accessible à chacun e, l indigence semble sujette à un processus d occultation et de réapparition périodique. Sa réintroduction dans l espace public dépend alors de facteurs variables par ailleurs non exclusifs. Événements spectaculaires 3, variabilité des intérêts politiques, actions menées par les institutions publiques ou privées, issues provisoires de débats portant sur sa provenance et ses causes, 1 BATTEAU, Allen Wayne, The Invention of Appalachia, Tucson : The University of Arizona Press, 1990, 239 p., (coll. The Anthropology of Form and Meaning). 2 En 2008, le nombre d habitants es aux États-Unis était de 293'289'504 ; le nombre de personnes en-dessous du seuil de pauvreté était de 38'573'393, ce qui représente 13,2% de la population totale : qr_name=acs_2008_3yr_g00_s1701&-ds_name=acs_2008_3yr_g00_&-redolog=false 3 Les ravages de l ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans, en 2005, en sont un exemple frappant. Pour une analyse détaillée de ce phénomène, se référer à l ouvrage de Romain Huret : HURET, Romain, L Amérique pauvre, Paris : Editions Thierry Magnier, 2010, 121 p., (coll. Troisième culture).

2 2 chaque facteur est un vecteur potentiel pour la redécouverte de la misère souvent par le biais d une forte médiatisation. Consécutivement, l élaboration d outils théoriques permet d établir des jalons normatifs qui, bien qu obligatoirement limités, autorisent l attribution de diverses aides et allocations : même dans les périodes de prise en charge de la misère, l incrédulité et le scepticisme demeurent souvent les guides des débats. Définie par des instances extérieures, la pauvreté est envisagée selon des critères de jugement. Fondée sur les critères partiaux de la morale et de la psychologie, la distinction entre bons nes pauvres et mauvais es pauvres autorise non seulement à justifier un panel de mesures de contrôle répressives et les manquements fréquents du système, mais surtout permet d imputer la responsabilité de cette situation aux pauvres eux/elles-mêmes par un retour au fameux paradoxe de la pauvreté : comment peut-on être pauvre dans le pays le plus riche du monde, si ce n est pour des raisons de déficiences individuelles? Exception à cette règle, le raisonnement à époque particulière, traitement particulier : les positions face à la misère peuvent évoluer, car elles dépendent majoritairement des contextes. La Dépression des années 1930 en est l exemple le plus patent, au vu de l ampleur des réactions positives provoquées au niveau fédéral et dans la population américaine 4. La pauvreté aux États-Unis doit donc être envisagée selon un mécanisme de va-et-vient périodique entre oubli et redécouverte, divergeant dans ses implications autant que dans ses conséquences. Dépendante des contextes social 5, politique 6 et économique 7, elle repose sur des facteurs multiples qui peuvent concourir, de manière ou non autonome, à un traitement actif de ses problèmes ou, au contraire, les reléguer dans l oubli. Les actions à mener dépendent également, dans une certaine mesure, de la capacité même de la population américaine à se positionner et à répondre. La pauvreté, qu elle soit comprise, rejetée, oubliée ou criminalisée, reste subordonnée à ses représentations, aussi arbitraires, partiales et partielles qu elles puissent être. La misère se combat de l extérieur, car elle demeure tributaire des formes, visuelles ou discursives, de transmission de son image. Photographies et discours deviennent donc de puissants instruments dans le processus de sa redécouverte, bien qu ils soient minés par des ambiguïtés propres à chacun e. Dans le cadre spécifique de la photographie, le dogme peu contesté de l objectivité du médium et la croyance en une retranscription fidèle de la réalité en rendent la perception et l interprétation sujettes aux déformations. Le regard porté sur les pauvres est souvent celui des classes sociales supérieures ; par leur vision en plongée, ces dernières opèrent par méthode comparative face à ceux et celles qu elles considèrent comme différents es, en vertu de leurs propres normes et valeurs. Ce processus de distanciation est aussi fonction 4 À l inverse, la reprise économique d après-guerre, signe d une prospérité nationale retrouvée, renvoie la misère dans l oubli jusque dans les années 1960, période de sa redécouverte. 5 Facteurs ethniques au gré des vagues d immigration, difficultés d intégration, ségrégation, précarisation, élargissement du fossé entre riches et pauvres,. 6 Présidences alternées entre Républicains et Démocrates, mise en place de programmes d assistance, prépondérance des relations internationales sur le national, coupes drastiques dans les budgets des domaines sociaux, rôle des États et des structures locales,. 7 Base même des problématiques liées à la paupérisation : économie capitaliste, augmentation des dépenses dans le domaine de la Défense au détriment des allocations sociales,.

3 3 de la proximité, réelle ou symbolique, de la misère. Entassés es dans les ghettos des villes, les pauvres semblent toujours suffisamment proches pour représenter un danger potentiel envers l ordre social, même s il reste toujours possible d en faire abstraction : le propre de la misère est de rester cantonnée dans ses quartiers. Disséminés es dans les campagnes et les montagnes du Sud, ils/elles sont hors de portée, inoffensifs ves, le plus souvent invisibles. Urbaine ou rurale, dangereuse ou bénigne, la pauvreté provoque, paradoxalement, un intérêt voyeur face à des mœurs et manières de vivre souvent hors des normes référentielles. Fascination, notamment, pour la misère des Blancs ches du Sud : semblables, mais si différents es, ceux et celles que l on surnomme White Trash, Rednecks ou Hillbillies autorisent simultanément l ironie, le mépris et la stupeur. Blancs ches, ils/elles renvoient à des questions de classe ; Blancs ches, ils/elles soulèvent la problématique, prégnante aux États-Unis, de la race. Divergeant dans leurs modes de vie, porteurs euses parfois de stigmates physiques 8, incapables de s adapter aux normes sociales et de gravir les échelons de la réussite, les pauvres provoquent le mépris, car ils/elles sont responsables. Ils/elles n appartiennent pas à une minorité, car ils/elles possèdent les mêmes racines et les mêmes avantages que les classes blanches dominantes : comment ont-ils/elles pu, dès lors, accumuler autant d échecs? La raison ne peut qu être celle d une quelconque déficience ; certains facteurs explicatifs peuvent être avancés pour les habitants es des ghettos, mais les Blancs ches pauvres ne peuvent être crédités es d aucune circonstance atténuantes, car ils/elles ont irrémédiablement gâché leurs chances. Dans les Appalaches, la permanence de la pauvreté n est pas le seul fait des populations blanches ; pourtant, le processus d homogénéisation des territoires et des cultures, dès la fin du XIX e siècle, a participé à l invisibilisation des autres groupes ethniques. Dès lors, la fin des années 1980 marque la naissance des Appalachian Studies, champ d études interdisciplinaires conçu dans une optique de résistance face à la prégnance de représentations erronées. Le mythe de l homogénéité géographique est déconstruit en même temps que le concept chimérique d une culture unique, remplacés par la réalité d une diversité topographique, sociale, culturelle et économique d une région non uniquement blanche, mais bien multiculturelle. La dénomination d appalachien ne ne doit donc pas se comprendre au singulier, mais toujours s envisager en fonction de sa pluralité. Bien que les tentatives d une définition géographique de la région n aient jamais abouti à l établissement d un consensus définitif, le découpage des Appalaches qui fait foi aujourd hui est celui de l Appalachian Regional Commission (ARC) 9. Treize États et portions d États 10 font des Appalaches un territoire extrêmement 8 Stigmates dont les causes attribuées sont souvent le fait d une méconnaissance des conséquences de l indigence. 9 Agence gouvernementale créée en 1965 ; 10 Tels que définis par l ARC : Alabama, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Géorgie, Kentucky, Maryland, Mississippi, New York, Ohio, Pennsylvanie, Tennessee, Virginie et Virginie Occidentale : Au cours de notre analyse, nous nous référerons aux Appalaches dans la définition générique du terme, bien que nous soyons consciente qu il participe de l homogénéisation de la région ; il est pourtant le seul terme utilisé par les spécialistes pour décrire l entier de la région sans obliger à une distinction entre chaque État. Les quatre États dont

4 4 diversifié ; de la même manière, la persistance d une croyance en une composition ethnique blanche homogène évince la réalité d un pluralisme des cultures. Le mouvement littéraire des local colorists de la fin du XIX e siècle prolonge en effet la figure préexistante du/de la Blanc che pauvre du Sud, en construisant une nouvelle image d un individu blanc, pauvre, illettré et dangereux : les Hillbillies sont nés es. Boucs émissaires du reste des États-Unis, les Blancs ches pauvres du Sud sont ostracisés es sur la base de leur inaptitude présumée à se conformer aux valeurs et aux normes de la nation, mais aussi parce qu ils/elles vivent à contre-courant, prétendument, d une nation moderne. L image des Appalaches comme une région isolée suspendue entre passé et présent, aux traditions obsolètes, est l un des stéréotypes les plus permanents. L usage de nombreux stéréotypes renforce donc une exclusion symbolique qui perdure aujourd hui encore, notamment parce qu elle demeure le fait de préjugés découlant d une réelle méconnaissance. Les populations appalachiennes n ont donc jamais eu le pouvoir de participer activement au processus de leur définition, créée et perpétuée depuis l extérieur. Face à une pauvreté le plus souvent invisible, la photographie documentaire sociale a le rôle fondamental de participer à sa (re)découverte dans l espace public. Les deux axes du documentaire social, s ils ont une visée testimoniale identique, divergent pourtant dans leurs objectifs : du désir de mémoire à la volonté de changement, l un tend à mettre en images des cultures et des traditions en voie de disparition, l autre ressortant d une veine engagée qui tente, par la monstration, de pousser à l action. Cette tension sous-tend un documentaire social qui n a de cesse, au cours du XX e siècle, de se remodeler et de se redéfinir. Si une tradition canonique se construit autour de figures imposées, elle est, dès les années 1970, fustigée par les tenants es d un nouveau documentaire social qui, comme Allan Sekula ou Abigail Solomon-Godeau, tentent alors d en déconstruire les codes pour permettre un renouvellement des formes et des fonctions du genre. La notion de victim photography développée par Martha Rosler 11 demeure un outil efficient, non seulement pour comprendre les relations de pouvoir qui marquent le documentaire social, mais aussi pour mettre en perspective les différentes formes et fonctions données au documentaire. traitent les quatre ouvrages étudiés ici se situent tous dans les trois parties centrales des Appalaches : Tennessee (Eugene Richards), Kentucky (Shelby Lee Adams), Caroline du Nord (Tim Barnwell) et Virginie Occidentale (Ken Light). 11 ROSLER, Martha, «In, Around, and Afterthoughts (on Documentary Photography)», in ROSLER, Martha, Decoys and Disruptions. Selected writings, , Cambridge, Mass.; London : The MIT Press, 2004, ( ), pp Nous utilisons ici le texte dans sa version non traduite d abord publiée, en 1981, dans l ouvrage suivant : ROSLER, Martha, 3 Works, Halifax : Press of the Nova Scotia College of Art and Design, 1981, 103 p. Une traduction de grande qualité a cependant été faite par Solène Daoudal en 2006 : ROSLER, Martha, «Pensées au cœur, autour et au-delà de la photographie documentaire», in Martha Rosler, Sur/sous le pavé, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2006, ( ), pp

5 5 Dans le corpus choisi ici 12, la tension entre un documentaire social d archivage ou d engagement doit se comprendre aussi en fonction des interstices entre les deux axes, mais aussi de la porosité du documentaire avec les champs du photojournalisme et de la photographie d art. L inclusion des photographes dans l un de ces domaines n est que rarement explicite ; bien plutôt, ils soulèvent la problématique d un flou entre les différents axes et genres qui rend ardue toute catégorisation définitive. Pourtant, il sera important de tenter d établir des indices quant à l orientation donnée à leur travail, afin de comprendre les objectifs qui sous-tendent leurs ouvrages. Face à la pauvreté blanche des Appalaches, les quatre photographes inscrivent leur travail dans des visées divergentes ; si certains entendent témoigner explicitement de la pauvreté qui sévit dans la région, d autres ont une approche d abord centrée sur les populations, les traditions et les cultures régionales. Tous témoignent pourtant, directement ou non, des ravages environnementaux et humains. Alors que toute photographie de la pauvreté est minée par les enjeux éthiques de ses représentations, elle est confrontée, dans les Appalaches, à la prégnance de stéréotypes qui perpétuent, aujourd hui encore, une image négative de la région. Face à cette problématique, les quatre photographes utilisent des stratégies représentationnelles variées qui, dans certains cas, contribuent activement à prolonger l image des Appalaches comme une région isolée, ancrée dans le passé et peuplée de Hillbillies. L optique documentaire testimoniale, qu elle soit de mémoire ou d engagement, peut-elle s accorder à des représentations criblées de stéréotypes? De même, un dépassement de ces derniers est-il nécessaire pour proposer une nouvelle image des Appalaches? Les habitants es de la région, aujourd hui encore victimes des représentations, pourraient avoir un rôle à jouer dans leur mise en image. Le corpus choisi ici n est évidemment pas exhaustif, mais il a été construit en fonction de critères qui nous paraissaient pertinents. La définition temporelle (1980s-2000s), le choix de photographies en noir et blanc, mais aussi l utilisation fondamentale de l écrit ont permis une première sélection. De même, l établissement de critères géographiques restrictifs a exclu certains photographes : il ne nous semblait guère approprié de mener une analyse comparative entre des régions qui, nous l avons vu, ont comme seul élément unificateur leur appartenance à un territoire construit culturellement. Les quatre photographes choisis témoignent tous de la région centrale des Appalaches telle que définie par l ARC. La position dominante, aujourd hui, de Shelby Lee Adams dans la photographie des Appalaches a rendu sa présence incontournable. Insider, Adams se situe dans une optique de témoignage de son peuple ; pourtant, il est le seul, à notre connaissance, à subir des attaques frontales envers le choix de ses sujets et les représentations qu il en donne. Le choix de Tim Barnwell, natif de la Caroline du Nord, nous a paru pertinent au vu de son statut, lui aussi, d insider, mais dont l optique tranche clairement avec celle de Shelby 12 RICHARDS, Eugene, Below the Line : Living Poor in America, Mount Vernon, New York : Consumers Union, 1987, 218 p. ; ADAMS, Shelby Lee et SMITH, Lee, Appalachian Portraits, Jackson : University Press of Mississippi, 1993, 108 p. ; The Face of Appalachia : Portraits from the Mountain Farm, New York ; London : W.W. Norton & Co., 2003, 157 p. ; LIGHT, Ken et LIGHT, Mélanie, Coal Hollow. Photographs and Oral Histories, Berkeley & Los Angeles ; London : University of California Press, 2006, 139 p.

6 6 Lee Adams. Inversement, le Californien Ken Light a une approche ancrée dans une distance obligatoire avec ses sujets ; ainsi, le choix du photographe de traiter les Appalaches par le biais du charbon et des conséquences sur la région nous a semblé intéressant, au vu de la centralité de ce dernier dans le quotidien des Appalaches, mais aussi de la nation américaine, dépendante de ces ressources naturelles. Enfin, le statut de photoreporter d Eugene Richards, figure renommée de la photographie engagée, nous a paru intéressant en ceci qu il permettait d offrir un regard et une pratique aux enjeux spécifiques. Le choix de tout corpus est évidemment restrictif et subjectif ; cependant, il permet de confronter les représentations et les stratégies d une sélection de photographes qui, s ils ne peuvent être considérés comme étant représentatifs de la photographie des Appalaches, fournissent pourtant des pistes de lecture quant aux images imposées, jusqu à aujourd hui, à une région inventée. Maude Oswald Décembre 2010 Maude Oswald

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 INFOS JURIDIQUES Flash sur le Droit du Travail Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 La notion de cadre supérieur en droit luxembourgeois La présente publication a pour

Plus en détail

«Tout le problème avec la dette n est pas son niveau absolu. C est la capacité du pays à rembourser et avec quoi. Avec les programmes d ajustement structurel destinés à fournir des capitaux pour payer

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Efficacité du développement

Efficacité du développement Efficacité du développement Pour une véritable responsabilité mutuelle Par Mary Robinson Nous présentons ici une version abrégée de l allocution d ouverture prononcée par Mary Robinson au Forum de haut

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

Protéger ses inventions par brevet

Protéger ses inventions par brevet Protéger ses inventions par brevet 1 - Que peut-on protéger par brevet? L objet de la protection Les conditions de brevetabilité Les exclusions à la brevetabilité 2 - Comment protéger votre invention?

Plus en détail

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne mars 2011

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne mars 2011 IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne Site de Montrouge 1 ères Rencontres Régionales Européennes L innovation dans les politiques et pratiques de l intervention sociale en Europe Appel à communication

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Coordination des politiques internationales Citoyenneté et Immigration Canada

Coordination des politiques internationales Citoyenneté et Immigration Canada COMMENTAIRE DU GOUVERNEMENT DU CANADA SUR LE LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE : UNE APPROCHE COMMUNAUTAIRE DE LA GESTION DES MIGRATIONS ÉCONOMIQUES Coordination des politiques internationales Citoyenneté

Plus en détail

Quand les caissières cessèrent d encaisser

Quand les caissières cessèrent d encaisser Quand les caissières cessèrent d encaisser Sophie BERNARD Si les conditions de travail des salariés de la grande distribution sont souvent mises en cause par les médias et les sociologues, c est en revanche

Plus en détail

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT URBAIN DURABLE une analyse de Franco Bianchini NOVEMBRE 2008 PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le INTRODUCTION Tenerife, Tchernobyl, Concorde, AZF Tout accident se révèle aujourd hui insupportable, quels qu en soient l échelle ou le nombre de victimes, à l image des accidents d anesthésie ou de transfusion.

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

une gouvernance repensée & favorable à l autodétermination Enjeu Le financement Les pistes de solutions

une gouvernance repensée & favorable à l autodétermination Enjeu Le financement Les pistes de solutions Le financement Les Premières Nations ne disposent pas de ressources financières autonomes qu elles pourraient utiliser selon leurs spécificités, leurs priorités et leurs besoins réels. Sources de financement

Plus en détail

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau par Catherine Séguin Problématique Cette note critique répond à un article de René Hardy «À propos

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

L assurance-emploi et les compétences gouvernementales. Louise Aucoin

L assurance-emploi et les compétences gouvernementales. Louise Aucoin L assurance-emploi et les compétences gouvernementales Louise Aucoin 1 Historique Le partage des pouvoirs En 1867 La Loi constitutionnelle Confère aux provinces la compétence exclusive en matière de gestion

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Sous-section 2.3: Relevé de notes Principes de fonctionnement

Sous-section 2.3: Relevé de notes Principes de fonctionnement Sous-section 2.3: Relevé de notes Principes de fonctionnement Considérations : Il est peu probable que l on s éloignera, dans un avenir rapproché, du modèle traditionnel de relevé de notes au Canada. Par

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail

> Rectorat d Orléans-Tours. Rapport de jury. Concours de recrutement SAENES Classe supérieure 2013

> Rectorat d Orléans-Tours. Rapport de jury. Concours de recrutement SAENES Classe supérieure 2013 > Rectorat d Orléans-Tours Rapport de jury Concours de recrutement SAENES Classe supérieure 2013 Organisation générale du concours Première session du concours de SAENES Classe supérieure organisé dans

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Les USA : «Des origines du peuplement à aujourd hui»

Les USA : «Des origines du peuplement à aujourd hui» Les USA : «Des origines du peuplement à aujourd hui» Géographie Thème 2 : «VIVRE aux U.S.A : rêve ou cauchemar?» 3 ème année générale ANNéE ACADéMIQUE 2010-2011 Exercice de synthèse : Objectif : Réaliser

Plus en détail

Master en urbanisme et aménagement du territoire

Master en urbanisme et aménagement du territoire Institut supérieur d'urbanisme et de rénovation urbaine Master en urbanisme et aménagement du territoire L ISURU propose une formation unique de Master en urbanisme et aménagement du territoire (120 ects)

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE 1 ère année de Sciences Économiques (L1) Théories économiques 1 : Valeur et répartition (Division III) Cours de Mme Ai-Thu DANG Le cours comprend trois parties : -

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Rapport du séminaire

Rapport du séminaire Rapport du séminaire «La culture comme acteur du développement social et économique» Organisé par le Chantier de l économie sociale en collaboration avec l Association culturelle du Sud-Ouest et l Alliance

Plus en détail

FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO

FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO Appel à propositions de la revue ethnographiques.org Date limite de soumission : 15 janvier 2016 (Numéro à paraître printemps 2017) Depuis une vingtaine d années, les pratiques

Plus en détail

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions Facilitateur du changement une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions 1 CHANGER La créativité n emprunte jamais des chemins connus, préparons-nous au changement

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Diversité des expressions culturelles

Diversité des expressions culturelles Diversité des expressions culturelles 1 IGC Distribution limitée CE/07/1.IGC/RI REGLEMENT INTERIEUR PROVISOIRE DU COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Les étrangers et les minorités ethniques dans la campagne électorale Une analyse de la couverture médiatiques des élections fédérales de 2007

Les étrangers et les minorités ethniques dans la campagne électorale Une analyse de la couverture médiatiques des élections fédérales de 2007 Les étrangers et les minorités ethniques dans la campagne électorale Une analyse de la couverture médiatiques des élections fédérales de 2007 fög Département de recherche opinion publique et société, Université

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Quels services financiers pour les plus pauvres?

Quels services financiers pour les plus pauvres? Quels services financiers pour les plus pauvres? Cette préoccupation devient de plus en plus importante dans l objectif de renforcer l économie rurale ; elle a toujours été présente dans le champ du développement

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

1 GOB André et DROUGUET Noémie, La muséologie, Paris, Armand Colin, 2010, p. 69.

1 GOB André et DROUGUET Noémie, La muséologie, Paris, Armand Colin, 2010, p. 69. POSTULA Jean-Louis, Le musée de ville, une nouvelle catégorie muséale?, Thèse en Histoire, art et archéologie, réalisée sous la direction du Professeur André Gob, soutenue le 26 mars 2013 à l Université

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

N 2355 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2355 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2355 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 février 2010. PROPOSITION DE LOI visant à préciser la notion d

Plus en détail

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Document distribué aux participants du Carrefour formation du 12 février 2014. 1. Entre normes et tradition,

Plus en détail

CÉGEP MARIE-VICTORIN SCIENCES HUMAINES : PROFIL INDIVIDU

CÉGEP MARIE-VICTORIN SCIENCES HUMAINES : PROFIL INDIVIDU CÉGEP MARIE-VICTORIN SCIENCES HUMAINES : PROFIL INDIVIDU 1 re SESSION (formation spécifique seulement) 320-101-MV : L ESPACE MONDIAL Le cours L espace mondial est un cours d initiation à la géographie.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Première partie. Gérer la comptabilité à l âge classique

TABLE DES MATIÈRES. Première partie. Gérer la comptabilité à l âge classique PRÉFACE... 7 PROLOGUE... 11 INTRODUCTION... 13 La problématique de recherche... 14 Le plan de l ouvrage... 17 Les sources mobilisées... 19 Première partie Gérer la comptabilité à l âge classique CHAPITRE

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Normes comptables pour les organismes sans but lucratif

Normes comptables pour les organismes sans but lucratif Normes comptables pour les organismes sans but lucratif Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie III Historique et fondement des conclusions Avant-propos Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en

Plus en détail

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914)

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) Résultats d apprentissage spécifiques Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) programme d études - histoire du canada 1231 (version provisoire 2011) 45 RAS 1 L élève devra examiner

Plus en détail

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Offre de formation continue par tutorat en ligne destinée aux professionnels de l orientation et du développement de carrière Un groupe composé de deux

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

(Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE PARLEMENT EUROPÉEN

(Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE PARLEMENT EUROPÉEN 4.8.2011 Journal officiel de l Union européenne C 229/1 II (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE PARLEMENT EUROPÉEN Règlement de la conférence

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS

LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS Annexe 002 - Page 1 de 6 LE FINANCEMENT DE L EFFECTIF DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS AGRÉÉS AUX FINS DE SUBVENTIONS 1 La présente annexe précise les modalités générales de financement des établissements privés

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

Projet de réaménagement

Projet de réaménagement Projet de réaménagement De Place L Acadie et de Place Henri-Bourassa Mémoire de Jocelyne Cyr commissaire scolaire Circonscription de Cartierville Commission scolaire de Montréal Déposé le 18 février 2009

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données Règlement d INTERPOL sur le traitement des données TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE... 7 Article 1 : Définitions... 7 Article 2 : But... 8 Article 3 : Objet... 8 Article 4 : Champ d application... 8 TITRE

Plus en détail

Résumé Fiche de lecture L Île du Dr. Moreau. Rédigée par Jobin Eslahpazir

Résumé Fiche de lecture L Île du Dr. Moreau. Rédigée par Jobin Eslahpazir Résumé Fiche de lecture L Île du Dr. Moreau Rédigée par Jobin Eslahpazir Le 21 février 2011 2 Introduction Le roman de L Île du Dr. Moreau de H. G. Wells, constitue sans aucun doute l un des romans phares

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Audit indépendant du comité consultatif du système de serveurs racine du DNS

Audit indépendant du comité consultatif du système de serveurs racine du DNS Audit indépendant du comité consultatif du système de serveurs racine du DNS Rapport à l intention de l ICANN (Société pour l attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet) Résumé et Recommandations

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail