Le documentaire social face à la pauvreté blanche des Appalaches : Eugene Richards, Shelby Lee Adams, Tim Barnwell et Ken Light Maude Oswald

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le documentaire social face à la pauvreté blanche des Appalaches : Eugene Richards, Shelby Lee Adams, Tim Barnwell et Ken Light Maude Oswald"

Transcription

1 1 Le documentaire social face à la pauvreté blanche des Appalaches : Eugene Richards, Shelby Lee Adams, Tim Barnwell et Ken Light Maude Oswald Introduction Territoire géographique autant que symbolique, les Appalaches sont le lieu de tous les fantasmes et de toutes les craintes de la nation américaine. Dès son invention 1, à la fin du XIX e siècle, la région est engluée dans une construction exogène de son image qui impose durablement sa définition d une culture blanche unique évoluant dans un espace homogène. Surtout, elle représente l espace dans lequel le Rêve américain est venu s échouer : terres aux ressources naturelles riches et abondantes, les Appalaches subissent pourtant le paradoxe d une pauvreté endémique. Le charbon, diamant brut au cœur des mines, a dépourvu les populations locales de ses bénéfices directs en enrichissant les propriétaires de compagnies minières souvent extérieures à la région. La mécanisation a permis une utilisation abusive du sol appalachien qui a contribué à décimer les richesses environnementales tout en diminuant le besoin de main-d œuvre de manière drastique. Forcés es à l exil, dès les années 1950, les habitants es quittent les montagnes pour tenter d obtenir une part d un Rêve construit sur les promesses d une réussite sociale individuelle. D autres tentent d y survivre : c est d eux et d elles dont il sera question ici. Aux États-Unis, malgré la permanence de la pauvreté et des chiffres exorbitants en termes humains 2, l État fédéral et la population peinent souvent à admettre la misère dans sa globalité, à l envisager dans sa quotidienneté et à entreprendre des démarches dans une perspective de longue durée. Paradoxe dans une nation où le mythe de la réussite individuelle, s il fait obligatoirement des exclus es, n en demeure pas moins hypothétiquement accessible à chacun e, l indigence semble sujette à un processus d occultation et de réapparition périodique. Sa réintroduction dans l espace public dépend alors de facteurs variables par ailleurs non exclusifs. Événements spectaculaires 3, variabilité des intérêts politiques, actions menées par les institutions publiques ou privées, issues provisoires de débats portant sur sa provenance et ses causes, 1 BATTEAU, Allen Wayne, The Invention of Appalachia, Tucson : The University of Arizona Press, 1990, 239 p., (coll. The Anthropology of Form and Meaning). 2 En 2008, le nombre d habitants es aux États-Unis était de 293'289'504 ; le nombre de personnes en-dessous du seuil de pauvreté était de 38'573'393, ce qui représente 13,2% de la population totale : qr_name=acs_2008_3yr_g00_s1701&-ds_name=acs_2008_3yr_g00_&-redolog=false 3 Les ravages de l ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans, en 2005, en sont un exemple frappant. Pour une analyse détaillée de ce phénomène, se référer à l ouvrage de Romain Huret : HURET, Romain, L Amérique pauvre, Paris : Editions Thierry Magnier, 2010, 121 p., (coll. Troisième culture).

2 2 chaque facteur est un vecteur potentiel pour la redécouverte de la misère souvent par le biais d une forte médiatisation. Consécutivement, l élaboration d outils théoriques permet d établir des jalons normatifs qui, bien qu obligatoirement limités, autorisent l attribution de diverses aides et allocations : même dans les périodes de prise en charge de la misère, l incrédulité et le scepticisme demeurent souvent les guides des débats. Définie par des instances extérieures, la pauvreté est envisagée selon des critères de jugement. Fondée sur les critères partiaux de la morale et de la psychologie, la distinction entre bons nes pauvres et mauvais es pauvres autorise non seulement à justifier un panel de mesures de contrôle répressives et les manquements fréquents du système, mais surtout permet d imputer la responsabilité de cette situation aux pauvres eux/elles-mêmes par un retour au fameux paradoxe de la pauvreté : comment peut-on être pauvre dans le pays le plus riche du monde, si ce n est pour des raisons de déficiences individuelles? Exception à cette règle, le raisonnement à époque particulière, traitement particulier : les positions face à la misère peuvent évoluer, car elles dépendent majoritairement des contextes. La Dépression des années 1930 en est l exemple le plus patent, au vu de l ampleur des réactions positives provoquées au niveau fédéral et dans la population américaine 4. La pauvreté aux États-Unis doit donc être envisagée selon un mécanisme de va-et-vient périodique entre oubli et redécouverte, divergeant dans ses implications autant que dans ses conséquences. Dépendante des contextes social 5, politique 6 et économique 7, elle repose sur des facteurs multiples qui peuvent concourir, de manière ou non autonome, à un traitement actif de ses problèmes ou, au contraire, les reléguer dans l oubli. Les actions à mener dépendent également, dans une certaine mesure, de la capacité même de la population américaine à se positionner et à répondre. La pauvreté, qu elle soit comprise, rejetée, oubliée ou criminalisée, reste subordonnée à ses représentations, aussi arbitraires, partiales et partielles qu elles puissent être. La misère se combat de l extérieur, car elle demeure tributaire des formes, visuelles ou discursives, de transmission de son image. Photographies et discours deviennent donc de puissants instruments dans le processus de sa redécouverte, bien qu ils soient minés par des ambiguïtés propres à chacun e. Dans le cadre spécifique de la photographie, le dogme peu contesté de l objectivité du médium et la croyance en une retranscription fidèle de la réalité en rendent la perception et l interprétation sujettes aux déformations. Le regard porté sur les pauvres est souvent celui des classes sociales supérieures ; par leur vision en plongée, ces dernières opèrent par méthode comparative face à ceux et celles qu elles considèrent comme différents es, en vertu de leurs propres normes et valeurs. Ce processus de distanciation est aussi fonction 4 À l inverse, la reprise économique d après-guerre, signe d une prospérité nationale retrouvée, renvoie la misère dans l oubli jusque dans les années 1960, période de sa redécouverte. 5 Facteurs ethniques au gré des vagues d immigration, difficultés d intégration, ségrégation, précarisation, élargissement du fossé entre riches et pauvres,. 6 Présidences alternées entre Républicains et Démocrates, mise en place de programmes d assistance, prépondérance des relations internationales sur le national, coupes drastiques dans les budgets des domaines sociaux, rôle des États et des structures locales,. 7 Base même des problématiques liées à la paupérisation : économie capitaliste, augmentation des dépenses dans le domaine de la Défense au détriment des allocations sociales,.

3 3 de la proximité, réelle ou symbolique, de la misère. Entassés es dans les ghettos des villes, les pauvres semblent toujours suffisamment proches pour représenter un danger potentiel envers l ordre social, même s il reste toujours possible d en faire abstraction : le propre de la misère est de rester cantonnée dans ses quartiers. Disséminés es dans les campagnes et les montagnes du Sud, ils/elles sont hors de portée, inoffensifs ves, le plus souvent invisibles. Urbaine ou rurale, dangereuse ou bénigne, la pauvreté provoque, paradoxalement, un intérêt voyeur face à des mœurs et manières de vivre souvent hors des normes référentielles. Fascination, notamment, pour la misère des Blancs ches du Sud : semblables, mais si différents es, ceux et celles que l on surnomme White Trash, Rednecks ou Hillbillies autorisent simultanément l ironie, le mépris et la stupeur. Blancs ches, ils/elles renvoient à des questions de classe ; Blancs ches, ils/elles soulèvent la problématique, prégnante aux États-Unis, de la race. Divergeant dans leurs modes de vie, porteurs euses parfois de stigmates physiques 8, incapables de s adapter aux normes sociales et de gravir les échelons de la réussite, les pauvres provoquent le mépris, car ils/elles sont responsables. Ils/elles n appartiennent pas à une minorité, car ils/elles possèdent les mêmes racines et les mêmes avantages que les classes blanches dominantes : comment ont-ils/elles pu, dès lors, accumuler autant d échecs? La raison ne peut qu être celle d une quelconque déficience ; certains facteurs explicatifs peuvent être avancés pour les habitants es des ghettos, mais les Blancs ches pauvres ne peuvent être crédités es d aucune circonstance atténuantes, car ils/elles ont irrémédiablement gâché leurs chances. Dans les Appalaches, la permanence de la pauvreté n est pas le seul fait des populations blanches ; pourtant, le processus d homogénéisation des territoires et des cultures, dès la fin du XIX e siècle, a participé à l invisibilisation des autres groupes ethniques. Dès lors, la fin des années 1980 marque la naissance des Appalachian Studies, champ d études interdisciplinaires conçu dans une optique de résistance face à la prégnance de représentations erronées. Le mythe de l homogénéité géographique est déconstruit en même temps que le concept chimérique d une culture unique, remplacés par la réalité d une diversité topographique, sociale, culturelle et économique d une région non uniquement blanche, mais bien multiculturelle. La dénomination d appalachien ne ne doit donc pas se comprendre au singulier, mais toujours s envisager en fonction de sa pluralité. Bien que les tentatives d une définition géographique de la région n aient jamais abouti à l établissement d un consensus définitif, le découpage des Appalaches qui fait foi aujourd hui est celui de l Appalachian Regional Commission (ARC) 9. Treize États et portions d États 10 font des Appalaches un territoire extrêmement 8 Stigmates dont les causes attribuées sont souvent le fait d une méconnaissance des conséquences de l indigence. 9 Agence gouvernementale créée en 1965 ; 10 Tels que définis par l ARC : Alabama, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Géorgie, Kentucky, Maryland, Mississippi, New York, Ohio, Pennsylvanie, Tennessee, Virginie et Virginie Occidentale : Au cours de notre analyse, nous nous référerons aux Appalaches dans la définition générique du terme, bien que nous soyons consciente qu il participe de l homogénéisation de la région ; il est pourtant le seul terme utilisé par les spécialistes pour décrire l entier de la région sans obliger à une distinction entre chaque État. Les quatre États dont

4 4 diversifié ; de la même manière, la persistance d une croyance en une composition ethnique blanche homogène évince la réalité d un pluralisme des cultures. Le mouvement littéraire des local colorists de la fin du XIX e siècle prolonge en effet la figure préexistante du/de la Blanc che pauvre du Sud, en construisant une nouvelle image d un individu blanc, pauvre, illettré et dangereux : les Hillbillies sont nés es. Boucs émissaires du reste des États-Unis, les Blancs ches pauvres du Sud sont ostracisés es sur la base de leur inaptitude présumée à se conformer aux valeurs et aux normes de la nation, mais aussi parce qu ils/elles vivent à contre-courant, prétendument, d une nation moderne. L image des Appalaches comme une région isolée suspendue entre passé et présent, aux traditions obsolètes, est l un des stéréotypes les plus permanents. L usage de nombreux stéréotypes renforce donc une exclusion symbolique qui perdure aujourd hui encore, notamment parce qu elle demeure le fait de préjugés découlant d une réelle méconnaissance. Les populations appalachiennes n ont donc jamais eu le pouvoir de participer activement au processus de leur définition, créée et perpétuée depuis l extérieur. Face à une pauvreté le plus souvent invisible, la photographie documentaire sociale a le rôle fondamental de participer à sa (re)découverte dans l espace public. Les deux axes du documentaire social, s ils ont une visée testimoniale identique, divergent pourtant dans leurs objectifs : du désir de mémoire à la volonté de changement, l un tend à mettre en images des cultures et des traditions en voie de disparition, l autre ressortant d une veine engagée qui tente, par la monstration, de pousser à l action. Cette tension sous-tend un documentaire social qui n a de cesse, au cours du XX e siècle, de se remodeler et de se redéfinir. Si une tradition canonique se construit autour de figures imposées, elle est, dès les années 1970, fustigée par les tenants es d un nouveau documentaire social qui, comme Allan Sekula ou Abigail Solomon-Godeau, tentent alors d en déconstruire les codes pour permettre un renouvellement des formes et des fonctions du genre. La notion de victim photography développée par Martha Rosler 11 demeure un outil efficient, non seulement pour comprendre les relations de pouvoir qui marquent le documentaire social, mais aussi pour mettre en perspective les différentes formes et fonctions données au documentaire. traitent les quatre ouvrages étudiés ici se situent tous dans les trois parties centrales des Appalaches : Tennessee (Eugene Richards), Kentucky (Shelby Lee Adams), Caroline du Nord (Tim Barnwell) et Virginie Occidentale (Ken Light). 11 ROSLER, Martha, «In, Around, and Afterthoughts (on Documentary Photography)», in ROSLER, Martha, Decoys and Disruptions. Selected writings, , Cambridge, Mass.; London : The MIT Press, 2004, ( ), pp Nous utilisons ici le texte dans sa version non traduite d abord publiée, en 1981, dans l ouvrage suivant : ROSLER, Martha, 3 Works, Halifax : Press of the Nova Scotia College of Art and Design, 1981, 103 p. Une traduction de grande qualité a cependant été faite par Solène Daoudal en 2006 : ROSLER, Martha, «Pensées au cœur, autour et au-delà de la photographie documentaire», in Martha Rosler, Sur/sous le pavé, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2006, ( ), pp

5 5 Dans le corpus choisi ici 12, la tension entre un documentaire social d archivage ou d engagement doit se comprendre aussi en fonction des interstices entre les deux axes, mais aussi de la porosité du documentaire avec les champs du photojournalisme et de la photographie d art. L inclusion des photographes dans l un de ces domaines n est que rarement explicite ; bien plutôt, ils soulèvent la problématique d un flou entre les différents axes et genres qui rend ardue toute catégorisation définitive. Pourtant, il sera important de tenter d établir des indices quant à l orientation donnée à leur travail, afin de comprendre les objectifs qui sous-tendent leurs ouvrages. Face à la pauvreté blanche des Appalaches, les quatre photographes inscrivent leur travail dans des visées divergentes ; si certains entendent témoigner explicitement de la pauvreté qui sévit dans la région, d autres ont une approche d abord centrée sur les populations, les traditions et les cultures régionales. Tous témoignent pourtant, directement ou non, des ravages environnementaux et humains. Alors que toute photographie de la pauvreté est minée par les enjeux éthiques de ses représentations, elle est confrontée, dans les Appalaches, à la prégnance de stéréotypes qui perpétuent, aujourd hui encore, une image négative de la région. Face à cette problématique, les quatre photographes utilisent des stratégies représentationnelles variées qui, dans certains cas, contribuent activement à prolonger l image des Appalaches comme une région isolée, ancrée dans le passé et peuplée de Hillbillies. L optique documentaire testimoniale, qu elle soit de mémoire ou d engagement, peut-elle s accorder à des représentations criblées de stéréotypes? De même, un dépassement de ces derniers est-il nécessaire pour proposer une nouvelle image des Appalaches? Les habitants es de la région, aujourd hui encore victimes des représentations, pourraient avoir un rôle à jouer dans leur mise en image. Le corpus choisi ici n est évidemment pas exhaustif, mais il a été construit en fonction de critères qui nous paraissaient pertinents. La définition temporelle (1980s-2000s), le choix de photographies en noir et blanc, mais aussi l utilisation fondamentale de l écrit ont permis une première sélection. De même, l établissement de critères géographiques restrictifs a exclu certains photographes : il ne nous semblait guère approprié de mener une analyse comparative entre des régions qui, nous l avons vu, ont comme seul élément unificateur leur appartenance à un territoire construit culturellement. Les quatre photographes choisis témoignent tous de la région centrale des Appalaches telle que définie par l ARC. La position dominante, aujourd hui, de Shelby Lee Adams dans la photographie des Appalaches a rendu sa présence incontournable. Insider, Adams se situe dans une optique de témoignage de son peuple ; pourtant, il est le seul, à notre connaissance, à subir des attaques frontales envers le choix de ses sujets et les représentations qu il en donne. Le choix de Tim Barnwell, natif de la Caroline du Nord, nous a paru pertinent au vu de son statut, lui aussi, d insider, mais dont l optique tranche clairement avec celle de Shelby 12 RICHARDS, Eugene, Below the Line : Living Poor in America, Mount Vernon, New York : Consumers Union, 1987, 218 p. ; ADAMS, Shelby Lee et SMITH, Lee, Appalachian Portraits, Jackson : University Press of Mississippi, 1993, 108 p. ; The Face of Appalachia : Portraits from the Mountain Farm, New York ; London : W.W. Norton & Co., 2003, 157 p. ; LIGHT, Ken et LIGHT, Mélanie, Coal Hollow. Photographs and Oral Histories, Berkeley & Los Angeles ; London : University of California Press, 2006, 139 p.

6 6 Lee Adams. Inversement, le Californien Ken Light a une approche ancrée dans une distance obligatoire avec ses sujets ; ainsi, le choix du photographe de traiter les Appalaches par le biais du charbon et des conséquences sur la région nous a semblé intéressant, au vu de la centralité de ce dernier dans le quotidien des Appalaches, mais aussi de la nation américaine, dépendante de ces ressources naturelles. Enfin, le statut de photoreporter d Eugene Richards, figure renommée de la photographie engagée, nous a paru intéressant en ceci qu il permettait d offrir un regard et une pratique aux enjeux spécifiques. Le choix de tout corpus est évidemment restrictif et subjectif ; cependant, il permet de confronter les représentations et les stratégies d une sélection de photographes qui, s ils ne peuvent être considérés comme étant représentatifs de la photographie des Appalaches, fournissent pourtant des pistes de lecture quant aux images imposées, jusqu à aujourd hui, à une région inventée. Maude Oswald Décembre 2010 Maude Oswald

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction... 9

SOMMAIRE. Introduction... 9 SOMMAIRE Introduction............................................ 9 Chapitre 1 Quels sont les fondements de la puissance américaine dans l économie mondiale? 1. Les fondements intérieurs de la puissance

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Images et réalités du modèle américain dans «West Side Story» (1961)

Images et réalités du modèle américain dans «West Side Story» (1961) Terminale Les grands modèles idéologiques des années 1950 Images et réalités du modèle américain dans «West Side Story» (1961) Réalisée par Robert Wise et Jerome Robbins et mise en musique par Léonard

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

En quoi habiter une ville d un pays développé est-il différent d habiter une ville d un pays en développement?

En quoi habiter une ville d un pays développé est-il différent d habiter une ville d un pays en développement? G3. HABITER LA VILLE En quoi habiter une ville d un pays développé est-il différent d habiter une ville d un pays en développement? Introduction. Observer deux photographie et décrire. I - Étude de cas.

Plus en détail

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

Améliorer le régime d imposition canadien des produits du tabac

Améliorer le régime d imposition canadien des produits du tabac Le 1 er août 2014 Améliorer le régime d imposition canadien des produits du tabac Mémoire prébudgétaire de la Compagnie de Tabac Sans Fumée Nationale présenté au gouvernement du Canada Sommaire Dans le

Plus en détail

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques inc. (RCRPP) 600 250, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1P 6M1 Tél. : 613-567-7500 Téléc. : 613-567-7640 Site Web : www.cprn.org Les soins de santé de

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Retraites. Ce qu il reste à préserver

Retraites. Ce qu il reste à préserver Le COR préconise un autre système de retraite Ce qu il reste à préserver Depuis la loi de 2003 portant réforme des retraites, certains s entendent à considérer que tout est perdu et qu il ne servirait

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin

Problématique. À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau. par Catherine Séguin À propos du «réveil religieux» dans le Québec du XIXe siècle : où se loge le vrai débat? - Louis Rousseau par Catherine Séguin Problématique Cette note critique répond à un article de René Hardy «À propos

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

ROBERT FRANK DANS LES LIGNES DE SA MAIN

ROBERT FRANK DANS LES LIGNES DE SA MAIN ROBERT FRANK DANS LES LIGNES DE SA MAIN Philippe De Jonckheere est né le 28 décembre 1964, il est toujours en vie. Il fait remarquablement semblant d être informaticien pour ne pas avoir à être vraiment

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Comment revaloriser l enseignement qualifiant?

Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Adam Patrick Charlot Celine Nava Diego Scaramozzino Pauline Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Principes de politique et d organisation scolaire Titulaires : M. Demeuse, N. Friant 3 e Bachelier

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission Première tranche de vécu : l année précédent mon départ de l université, le directeur de mon département obtient du rectorat l

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006)

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) NVIS 2c CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) Ce texte est provisoire et fragmentaire. Il vise à alimenter une discussion sur les éléments qui

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

des propositions concrètes pour sortir de l impasse

des propositions concrètes pour sortir de l impasse Communiqué de presse, 30/05/2007 Etats généraux des chiffres du chômage et de la précarité : des propositions concrètes pour sortir de l impasse A l appel de la plupart des organisations syndicales de

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S1/4 ORIGINAL : anglais DATE : 26 octobre 2001 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

La culture d entreprise

La culture d entreprise La culture d entreprise INTRODUCTION Vues de l extérieur, toutes les entreprises se ressemblent : des ateliers, des entrepôts, des bureaux, des mouvements incessants d hommes et de marchandises. Pourtant

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

Les données primaires Les données traitées

Les données primaires Les données traitées 1 Madame, Messieurs, Au cours de mon DEA portant sur la refonte de bdb, base de données Beuvray, je me suis aperçue qu une réflexion plus générale serait à menée sur le traitement de l information archéologique.

Plus en détail

QUEL SYSTÈME DE SANTÉ DEMAIN?

QUEL SYSTÈME DE SANTÉ DEMAIN? ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé QUEL SYSTÈME DE SANTÉ DEMAIN? Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1, Simone SANDIER 1 Il est courant d entendre et de lire que le système de santé français

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Le modèle idéologique américain. Puissance et influences

Le modèle idéologique américain. Puissance et influences Le modèle idéologique américain Puissance et influences Le modèle idéologique américain INTRODUCTION : «Le rêve américain» I LES VALEURS DU MODELE AMERICAIN A La liberté B La poursuite du bonheur : la

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

La banque de données

La banque de données La banque de données Comme les navigateurs du XIXe siècle cherchant à remplir les blancs de la carte La voile est surprenante parce qu elle se déroule dans l incertain, dans une nature évolutive instable,

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

A propos de l enseignant Introduction aux réseaux sociaux

A propos de l enseignant Introduction aux réseaux sociaux A propos de l enseignant Introduction aux réseaux sociaux Sebastian BERVOETS Sebastian BERVOETS Chercheur CNRS - Greqam Me contacter sebastian.bervoets@univmed.fr 1 A propos du cours Objectifs du cours

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Crédit et protection sociale en France et aux USA

Crédit et protection sociale en France et aux USA Crédit et protection sociale en France et aux USA Adrienne SALA Comparant France et États-Unis, Gunnar Trumbull montre que le développement du marché du crédit à la consommation s explique par des coalitions

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable On entend par «aménagement raisonnable» les modifications et ajustements nécessaires et appropriés n imposant pas de charge disproportionnée ou indue apportés,

Plus en détail

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle.

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle. 1 Les archives de la Première Guerre mondiale au Canada : un survol Marcelle Cinq-Mars, archiviste, Bibliothèque et Archives Canada Introduction La Grande Guerre fut pour le Canada la première expérience

Plus en détail

Fontaine Marcel Duchamp 1917. Sophie BONNET Conseillère pédagogique arts visuels Charente

Fontaine Marcel Duchamp 1917. Sophie BONNET Conseillère pédagogique arts visuels Charente Fontaine Marcel Duchamp 1917 Marcel Duchamp (1887-1968) Fontaine, 1917 Urinoir, en porcelaine manufacturée 63X48X35 cm Ready-made Multiples localisations On dit que non car ce n est qu une «pissotière»!

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Capital in the twenty- First Century

Capital in the twenty- First Century Capital in the twenty- First Century 21 2013 9 2014 3 19 20 20 21 Capital in the twenty-first Century 20 19 18 20 80~90 World top income Database 1/4 1/4 XVi 20 90 2000 2010 / / 90% 100% 20 90 1/3~1/2

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Participant e s : Nathalie Janz (Adjointe Enseignement et Affaires étudiantes), Marie-Paule Charnay

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

La construction historique de la notion du «profane»

La construction historique de la notion du «profane» La construction historique de la notion du «profane» Sezin Topçu Centre Alexandre Koyré École des Hautes Études en Sciences Sociales sezin.topcu@damesme.cnrs.fr Colloque «Sciences en Société au XXIème

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale À la lumière des chiffres astronomiques faisant état du niveau de consommation et des problèmes de surendettement qui en découlent, nous mettons généralement l accent sur les dangers d une telle situation

Plus en détail

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?»

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» «Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» Yvan Allaire, Ph. D. (MIT), MSRC Président du conseil Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques (HEC-Concordia) Mihaela Firsirotu, Ph.

Plus en détail

1-1- positions diplomatiques des Etats Unis «gendarmes du monde» Quelles sont les manifestations de la présence militaire américaine dans le monde?

1-1- positions diplomatiques des Etats Unis «gendarmes du monde» Quelles sont les manifestations de la présence militaire américaine dans le monde? 1-1- positions diplomatiques des Etats Unis «gendarmes du monde» Quelles sont les manifestations de la présence militaire américaine dans le monde? Séance 1 : Les Etats-Unis, seule «puissance globale»

Plus en détail

SE LIBERER DU SURENDETTEMENT

SE LIBERER DU SURENDETTEMENT SE LIBERER DU SURENDETTEMENT L endettement et le surendettement sont des problèmes de plus en plus présents et importants dans nos sociétés industrialisées. Le dangereux, bien qu attrayant cocktail composé

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

POUR UN SAVOIR FEMINISTE : LE DIVORCE BELGE

POUR UN SAVOIR FEMINISTE : LE DIVORCE BELGE Trente ans d histoire du féminisme en Belgique autour de l Université des femmes (2/2) POUR UN SAVOIR FEMINISTE : LE DIVORCE BELGE Par René Begon, chargé de projet en éducation permanente au CVFE La notion

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

SLOW DOWN AND MOVE OVER RALENTISSEZ ET CHANGEZ DE VOIE

SLOW DOWN AND MOVE OVER RALENTISSEZ ET CHANGEZ DE VOIE SLOW DOWN AND MOVE OVER Aux États-Unis, la presque totalité des États ont adopté une loi «Move Over» dans le but de protéger les travailleurs qui s affairent en bordure des routes. Ainsi, dans les États

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail