BURKINA FASO SUPPORT DE COMMUNICATION DE MONSIEUR LE DIRECTEUR GENERAL DES IMPOTS SUR LES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BURKINA FASO SUPPORT DE COMMUNICATION DE MONSIEUR LE DIRECTEUR GENERAL DES IMPOTS SUR LES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012"

Transcription

1 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DE LA LEGISLATION ET DU CONTENTIEUX SUPPORT DE COMMUNICATION DE MONSIEUR LE DIRECTEUR GENERAL DES IMPOTS SUR LES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012 BURKINA FASO 1

2 INTRODUCTION... 3 I- LES MESURES D AJUSTEMENT TECHNIQUES... 4 I.1 En matière d Impôt sur les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles (IBICA)... 4 I.2 En matière d impôt sur les sociétés (IS)... 6 I.3 En matière d impôt sur les bénéfices des professions non commerciales... 6 I.4 En matière de taxe sur la plus- value immobilière (TPVI) I.5 En matière de droit d enregistrement... 7 II- MESURES D AMELIORATION DU RENDEMENT DE L IMPOT... 8 II.1 L institution de la taxe spécifique sur les revenus de transactions de titres miniers... 8 II.2 La soumission des contrats de cession et autres formes de transaction de titres miniers à la formalité de l enregistrement II.3 Les précisions relatives aux exclusions du droit à déduction en matière de taxe sur la valeur ajoutée III - LES MESURES DE PORTEE SOCIALE ET D AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES... 9 III.1 Exonération de droit de douane et de TVA pour l importation de matériaux destinés à la construction de logements sociaux agréés... 9 III.2 La reconduction du programme d importation de véhicules neufs à usage de taxis et de transport de marchandises en franchise de droit de douane et de TVA CONCLUSION ANNEXE : extrait de la loi de finances 2

3 INTRODUCTION Les mesures fiscales contenues dans la loi N.-2011/ AN du 24 novembre 2011 portant loi de finances pour l exécution du budget de l Etat gestion 2012 consistent prioritairement en des ajustements d ordre technique pour améliorer la lisibilité et l applicabilité de quelques dispositions. La limitation de la portée de la plupart de ces mesures à l aspect technique s explique par la nécessité d assurer une certaine stabilité du dispositif fiscal après l adoption des mesures de la réforme globale de la politique fiscale courant janvier Néanmoins quelques petites innovations ont été introduites pour contenir l évasion fiscale dans certains secteurs. Quant aux mesures d allègement fiscal qui sont préconisées, elles se veulent réduites et temporaires au regard des objectifs de mobilisations de recettes assignés cette année à la DGI. Ils s élèvent à F CFA, soit une progression de % par rapport aux prévisions de l année Les réaménagements opérés par la loi de finances peuvent être regroupés en trois catégories de mesures. Les mesures d ajustement technique, les mesures de renforcement du rendement de l impôt et les mesures de portée sociale ou d amélioration du climat des affaires. 1- Les mesures d ajustement techniques concernent : - l Impôt sur les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles ; - l impôt sur les sociétés ; - l impôt sur les bénéfices des professions non commerciales ; - la taxe sur la plus value immobilière ; - les droits d enregistrement ; 2- Les mesures de renforcement du rendement de l impôt portent sur : - l institution de la taxe spécifique sur les revenus de transactions des titres miniers ; - la concision dans la délimitation du bénéfice du droit taxe sur la valeur ajoutée ; la soumission des contrats de cession des titres miniers à la formalité de l enregistrement ; 3

4 3- Les mesures de portée sociale et d amélioration du climat des affaires concernent : - l exonération de droit de douane et de TVA pour l importation de matériaux destinés à la construction de logements sociaux agréés ; - la reconduction du programme d importation de véhicules neufs à usage de taxis et de transport de marchandises en franchise de droit de douane et de TVA. I- LES MESURES D AJUSTEMENT TECHNIQUES 1 I.1 En matière d Impôt sur les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles (IBICA) Mention expresse des obligations et sanctions en matière de l IBICA. En matière d impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux, il est prévu des obligations et des sanctions qui sont communes aux entreprises relevant du régime du réel normal et du réel simplifié d imposition. Des précisions ont été rendues nécessaires pour éviter des erreurs d interprétation des dispositions y relatives. Ces modifications n emportent nullement dune aggravation de sanctions. Il s agit notamment : De la précision à l article 18 du code des impôts du lieu de la tenue de la comptabilité et d installation du siège social pour le régime du réel normal d imposition (RNI). Il faut faire un parallèle avec l article 25 du code des impôts qui impose cette obligation de manière expresse pour les contribuables du RSI alors que l article 18 relatif au RNI n en faisait pas une évocation explicite. Ce complément met par ailleurs en conformité notre dispositif avec l article 120 de l Acte Uniforme du 17 avril 1997 de l OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d intérêt économique. En effet, l amendement apporté à l article 18 rappelle aux succursales d entreprises résidentes de pays non membres de l OHADA qu elles sont 1 Cette terminologie est employée parce qu il s agit d améliorer un dispositif existant pour une application plus harmonieuse ou plus efficace et non pas la création d un nouvel impôt. 4

5 tenues après deux ans d existence de se transformer soit en société de droit burkinabè, soit d être rapportées à une société burkinabè préexistante, sauf dérogation expresse accordée par les autorités compétentes; De la mise en conformité du dispositif de sanctions prévu en raison de la non production de documents communs au régime du réel normal et du régime du réel simplifié. Dans sa rédaction ancienne, l article 24 qui traite des sanctions pour défaut de tenue de comptabilité conforme aux prescriptions du droit comptable en vigueur dans l espace UEMOA et de production des documents devant accompagner la déclaration annuelle de résultats fait référence aux contribuables du régime du réel normal mais pas à ceux relevant du régime du réel simplifié d imposition. Les obligations étant communes il est apparu nécessaire d affirmer que les contribuables du réel simplifié d imposition sont aussi concernés par les sanctions pour défaut de tenue de comptabilité conforme aux prescriptions du droit comptable en vigueur dans l espace UEMOA et de production de documents tels : - la liasse des états financiers et états annexés. - la liasse fiscale ; - l'état annuel des salaires ; - l'état annuel des commissions, courtages, ristournes, honoraires, droits d'auteur et autres rémunérations versées à des tiers ; - l'état annuel des amortissements ; - l'état annuel des provisions ; - le relevé détaillé des loyers d'immeubles passés en charges. Ces documents sont très importants dans le dispositif de contrôle et de recoupement d informations. Da précision expresse à l article 25 de l obligation d indiquer l identité de la personne qui tient la comptabilité de l entreprise pour les entreprises relevant du régime du réel simplifié d imposition. Le dispositif de sanction pour le défaut d indication de l identité de la personne qui tient la comptabilité était applicable aux contribuables relevant du RSI alors que la mention expresse de l obligation n était pas faite en ce qui les concerne.. 5

6 Cette obligation est liée à la nécessité de disposer d états financiers fiables aussi bien pour l administration fiscale que pour bien d autres administrations (INSD) et institutions (BCEAO) qui tiennent des statistiques de portée majeure pour l Etat. De la précision du délai de dépôt des états financiers par les contribuables relevant du régime du réel simplifié d imposition. Les états financiers et tous autres documents exigés des entreprises relevant du réel normal d imposition et du réel simplifié d imposition en matière d impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux doivent être déposés en vue du paiement de l impôt dans le même délai, à savoir le 30 avril au plus tard de l année qui suit celle de la clôture de l'exercice comptable. La mention expresse n en était pas faite pour ceux du régime du réel simplifié d imposition. I.2 En matière d impôt sur les sociétés (IS) La mention expresse de sanction en cas de manquement aux dispositions de l article 74 relatives à la qualité des personnes intervenant dans l établissement des états financiers. On note qu aux termes de l article 22 du code des impôts, le défaut d indication des noms des personnes chargées de tenir la comptabilité est sanctionnée. Cette même obligation existe en matière d impôt sur les sociétés instituée par la loi /AN du 29 janvier 2010 portant création d un impôt sur les sociétés. Cependant, si une sanction est prévue en cas de manquement à cette obligation en matière d impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux, elle n est pas expressément indiquée en ce qui concerne l impôt sur les sociétés. Pour combler cette insuffisance, un ajout a été rendu nécessaire à l article 74 de la loi instituant l IS. Cette mesure qui est entrée en vigueur le 1 janvier 2012 s applique aux déclarations de résultats de l exercice clos au 31 décembre 2011 I.3 En matière d impôt sur les bénéfices des professions non commerciales La mention expresse de sanctions à l article 52 du code des impôts. Les sanctions applicables en matière d impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux sont les mêmes que celles applicables aux professionnels soumis au BNC. 6

7 On constate qu en matière d impôt sur les bénéfices des professions non commerciales les amendes prévues en cas d omission, d insuffisance ou d inexactitude, relevées dans les renseignements dont la production est prévue dans la déclaration réglementaire annuelle de résultats et dans les différents documents à joindre, n ont pas été expressément mentionnées. Il en est de même des amendes pour retard de production de la liasse des états financiers. Les mêmes obligations étant requises dans les deux cédules d imposition, (I/BICA et BNC), les sanctions y relatives doivent être identiques. Aussi l article 52 du code des impôts a-t- été complété pour prendre en compte cet ajustement. I.4 En matière de taxe sur la plus- value immobilière (TPVI). L exonération des personnes morales effectivement soumises à l IS de la TPVI. Aux termes de l article 182 du code des impôts, le champ d application de la taxe sur les plus-values immobilières concerne tant les plus-values réalisées par les personnes physiques que celles réalisées par les personnes morales. Une observation stricte de cette disposition et du principe d imposition des revenus de toute nature réalisés par les personnes morales sous la cédule unique de l impôt sur les sociétés aboutit à une double imposition de ce type de revenu des personnes morales soumises à l impôt sur les sociétés. Pour corriger cette situation les personnes morales effectivement soumises à l impôt sur les sociétés bénéficient de l exonération de la taxe sur la plus-value immobilière. Cette exonération a été étendue aux plus-values immobilières des personnes physiques soumises à l impôt sur les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles ou à l impôt sur les bénéfices des professions non commerciales pour les biens inscrits dans leur patrimoine d exploitation. I.5 En matière de droit d enregistrement La Liquidation des droits d enregistrement des marchés sur le prix hors taxe. L alinéa 5 de l article 279 du Code de l Enregistrement, du timbre et de l impôt sur les valeurs mobilières disposait que pour la liquidation des droits d enregistrement des marchés, le montant toutes taxes comprises doit servir de base de calcul. Cette formulation qui visait à simplifier le mode de calcul a eu pour conséquence d aggraver la charge fiscale des contribuables qui ne manquent pas de la dénoncer et d invoquer le principe des droits acquis. 7

8 En effet, à la faveur du dialogue instauré par la rencontre Gouvernement-Secteur privé, la loi n /AN du 19 décembre 2003 portant loi de finances pour l exécution du budget de l Etat- Gestion 2004 avait consenti la liquidation des droits d enregistrement sur le montant hors taxe. La modification apportée au dispositif vise à faire du prix hors taxe la base de liquidation tant du droit d enregistrement que de la TVA. II- MESURES D AMELIORATION DU RENDEMENT DE L IMPOT II.1 L institution de la taxe spécifique sur les revenus de transactions de titres miniers Jusque là, et conformément à l article 2-5) du code des impôts les personnes physiques qui réalisent des plus-values au titre de la cession de permis d exploitation minière et d autorisation d'exploitation de carrières et de cession des droits sur le permis sont soumis à l impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux. Ce dispositif exigeait des obligations de tenue de comptabilité et de déclaration par des personnes physiques qui n étaient toujours des commerçants, les titres pouvant être détenus par de simples particuliers. Ainsi malgré l existence d une matière importante les transactions liées aux titres miniers n étaient que peu ou pas du tout fiscalisées. Ainsi, les cessions de titres miniers, en l occurrence les permis de recherche minière, génèrent d importants profits sans qu en pratique un impôt ne soit perçu, ni au titre du transfert de propriété ou de jouissance ni au titre des plus-values. Beaucoup de transactions impliquant de très importantes sommes sont ainsi effectuées en la matière, notamment par des personnes physiques, à l abri de toute fiscalité. En effet, une bonne partie des permis de recherche délivrés aux personnes physiques fait l objet de cession à des prix nettement plus élevés que les droits acquittés. En vue de fiscaliser effectivement les gains provenant des opérations réalisées sur les titres miniers, il est préconisé l institution d une taxe spécifique au taux de 20%. Cette option permettra de cerner cette catégorie de revenu, qui échappe à l impôt du fait de l inadaptation des textes actuels à la particularité des opérations qui sont réalisées. 8

9 L application de cette modalité d imposition justifie l abrogation du point 5 de l article 2 du code des impôts qui prévoyait l imposition à l I/BICA des revenus liés à ces transactions ceci pour éviter une double imposition. II.2 La soumission des contrats de cession et autres formes de transaction de titres miniers à la formalité de l enregistrement. La perception de la taxe spécifique sur les revenus des transactions des titres miniers mentionnée ci-dessus est confiée au receveur en charge de l enregistrement. En conséquence, il apparaît nécessaire d instituer une obligation d enregistrer les actes relatifs à ces transactions. A défaut de l application d un droit proportionnel de mutation aux contrats de cession et aux autres formes de transactions portant sur les titres miniers, en raison de la politique d amélioration du climat des affaires, l enregistrement au droit fixe de 4000 francs a été retenu. Cette formalité permettra à l administration fiscale de disposer d informations utiles en vue de la perception de la taxe. II.3 Les précisions relatives aux exclusions du droit à déduction en matière de taxe sur la valeur ajoutée. L article 329 bis du code des impôts cite les biens et services exclus du droit à déduction. Il est de principe que l exclusion concerne tant les biens cités en principal que leurs accessoires et pièces détachées. L évocation expresse des accessoires et pièces détachées n apparaissant pas dans l énoncé actuel de l article sus rappelé, cela laisse à penser que l exclusion ne s étend pas à ces biens. Pour lever toute confusion, l article a été reformulé Pour souligner de façon expresse l exclusion du droit à déduction de la TVA afférente aux pièces détachées et accessoires. III - LES MESURES DE PORTEE SOCIALE ET D AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES III.1 Exonération de droit de douane et de TVA pour l importation de matériaux destinés à la construction de logements sociaux agréés Dans le cadre de l accompagnement de l activité de promotion immobilière, la loi N /AN du 20 novembre 2008 et ses textes d application ont été adoptés. Ces textes prévoient notamment l octroi 9

10 aux promoteurs immobiliers agréés d avantages fiscaux pour l importation des principaux matériaux de construction en vue de la réalisation de logements sociaux. Lesdits avantages fiscaux doivent être fixés chaque année dans la loi de finances et tenir compte des fluctuations économiques des coûts des principaux matériaux de construction du moment. Aussi la loi de finances, gestion 2012 a-t-elle consenti l exonération des principaux matériaux de construction au profit de promoteurs agréés pour participer à l exécution du «programme logements sociaux et économiques» lancé en juillet 2007 par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre. Pour 2012, les principaux matériaux retenus pour bénéficier de cette facilité sont constitués de ciment, de fer à béton et de tôles et de profilés métalliques destinés à la construction d une tranche de 2500 logements. Il importe de souligner que pour la réalisation de ce programme de logements dont le coût est estimé à quatre vingt milliards ( ) de francs CFA, le Gouvernement a noué des partenariats tripartites engageant la Banque de l habitat du Burkina Faso et des promoteurs privés. Ce partenariat devrait permettre d offrir des logements de qualité à des prix intéressants et de couvrir les besoins de la population cible dont l éligibilité aux logements sociaux est conditionnée, selon la loi, par la perception d un salaire inférieur à cinq fois le SMIG. III.2 La reconduction du programme d importation de véhicules neufs à usage de taxis et de transport de marchandises en franchise de droit de douane et de TVA L opération d importation de véhicules en franchise de droits et de la taxe sur la valeur ajoutée pour le renouvellement du parc automobile instituée par les lois de finances initiale et rectificative, gestion 2011, constitue une opportunité de renouvellement d une part du parc des véhicules de transport public urbain, en l occurrence les taxis et d autre part des véhicules de transport de marchandises y compris les hydrocarbures. Les entrepreneurs du secteur n ont pas pu bénéficier de la mesure pour des raisons diverses. 10

11 En ce qui concerne le renouvellement du parc de taxis, il faut dire que l âge des véhicules à importer a fondé quelque réserve. Toutefois, avec la sensibilisation et les concertations qui ont été engagées, cette difficulté se dissipe et les besoins d acquisition de véhicules neufs se manifestent. S agissant de l opération d importation des véhicules de transport de marchandises en franchise de droit de douane et de TVA, la loi /AN du 24 mai 2011 qui l a instituée a prévu son expiration au 31 décembre La limitation avait pour but de rattacher l impact de la mesure à l exercice budgétaire Toutefois, à ladite date, les opérateurs intéressés par la mesure n auront pas achevé toutes les procédures en vue de bénéficier de la mesure. En conséquence, pour assurer un impact significatif de ces mesures tant sur le parc de taxis que celui de véhicules de transport de marchandises, la reconduction desdites a été autorisée au titre de l année CONCLUSION Au total, ces mesures sont de portée réduite en raison de la nécessaire stabilisation de notre dispositif fiscal après l adoption des réformes de janvier 2010 et dans l attente de la réalisation du code général des impôts qui demeure l un chantier majeure de la DGI en cette année Pour terminer, Je vous de prie de recevoir mes vœux de bonne santé physique et financière pour vous-même et pour vos entreprises pour que l objectif d une mobilisation optimum des recettes fiscales soit atteint dans des conditions satisfaisantes pour tous. 11

12 ANNEXE : ETRAIT DE LA LOI DE FINANCES 12

13 Article 11 : Pour compter du 1 er janvier 2012, le 5 de l article 2 du code des impôts est modifié et rédigé ainsi qu il suit : Article 2-5 nouveau : Abrogé. Article 12 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 18 du code des impôts est complété in fine par un paragraphe 3 rédigé ainsi qu il suit : Article 18 nouveau : Sous réserve de l application des dispositions de l article 120 de l Acte uniforme du 17 avril 1997 de l OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d intérêt économique, toute entreprise industrielle, commerciale ou agricole installée au Burkina Faso doit y posséder son siège et y tenir sa comptabilité. (Le reste sans changement). Article 13 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 24 du code des impôts est complété et rédigé ainsi qu il suit : Article 24 nouveau : Une amende fiscale de cinq cent mille ( ) francs CFA est applicable au contribuable dont l'exploitation a été déficitaire et qui n'a pas souscrit aux obligations imposées par les articles 18 et 19 ci-dessus et celles prévues aux 2 et 3 de l article 25 ciaprès. Il est appliqué une amende de un million cinq cent mille ( ) francs CFA aux entreprises conventionnées ou bénéficiant d'un régime temporaire d'exonération qui ne fournissent pas les documents prévus aux articles 18 et 19 ci-dessus et aux 2 et 3 de l article 25 ci-après. Article 14 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 25 du code des impôts est complété et rédigé ainsi qu il suit : 13

14 Article 25 nouveau : Les personnes physiques qui relèvent du régime du bénéfice du réel simplifié sont tenues de déclarer chaque année, au plus tard le 30 avril, le montant de leur résultat imposable afférent à l'exercice comptable clos au 31 décembre de l'année précédente, au moyen d'un imprimé conforme au modèle prescrit par l'administration. 1- Sauf dispositions contraires, l'impôt est établi et les résultats imposables sont déterminés dans les conditions prévues par les articles 8 et suivants en matière d impôt sur les sociétés. 2- Les contribuables soumis au régime du bénéfice du réel simplifié doivent tenir une comptabilité conforme aux dispositions prévues par le système normal ou le système allégé du Système comptable ouest africain (SYSCOA). 3- A l'appui de leur déclaration annuelle réglementaire de résultats, les contribuables doivent joindre les documents ciaprès : - la liasse des états financiers et états annexés annuels normalisés du système normal ou du système allégé du Système comptable ouest africain (SYSCOA) ou, le cas échéant, du système comptable particulier qui leur est applicable. La liasse est établie en trois exemplaires destinés respectivement à l administration fiscale, à la Centrale des bilans et à l Institut national de la statistique et de la démographie ; - la liasse fiscale ; - l'état détaillé des comptes de charges et de produits ; - l'état annuel des salaires ; - l'état annuel des commissions, courtages, ristournes, honoraires, droits d'auteur et autres rémunérations versées à des tiers ; - l'état annuel des amortissements ; - l'état annuel des provisions ; - le relevé détaillé des loyers d'immeubles passés en charges, avec indication de l'identité et de l'adresse des bailleurs. 4- Les entreprises industrielles, les importateurs, les grossistes et les demi-grossistes doivent joindre à leur 14

15 5- déclaration annuelle de résultats la liste de leurs clients avec lesquels le montant cumulé des ventes réalisées au cours de l'exercice comptable est au moins égal à cinq millions ( ) de francs CFA. La liste doit indiquer pour chaque client le n IFU, l'identité complète, notamment les nom et prénom (s) pour les personnes physiques, la forme juridique et la raison sociale pour les personnes morales, les adresses géographique et postale, le numéro de téléphone et le montant total des ventes réalisées. 6- Les personnes morales qui optent pour l impôt sur les bénéfices industriels commerciaux et agricoles doivent joindre à leur déclaration annuelle de résultats, copie des actes modificatifs de leurs statuts. Elles doivent produire également, dans les sept mois de la clôture de l'exercice, les procès-verbaux des délibérations de leurs organes statutaires relatifs au dernier exercice clos. 7- Toute entreprise industrielle, commerciale ou agricole installée au Burkina Faso doit y posséder son siège et y tenir sa comptabilité. Des dérogations peuvent être accordées par le ministre chargé des finances. 8- Les personnes physiques doivent indiquer les nom et prénom(s) ainsi que l'adresse complète du ou des comptables et experts chargés de tenir leur comptabilité ou d'en déterminer ou contrôler les résultats généraux, en précisant si ces techniciens font ou non partie du personnel salarié de leur entreprise. Au cas où ces techniciens ne font pas partie du personnel salarié de l'entreprise, ils doivent être inscrits au tableau de l'ordre des experts comptables et comptables agréés. Les personnes dont la comptabilité est tenue par un centre de gestion agréé ne sont pas concernées par ces dispositions. Elles peuvent joindre à leur déclaration les observations essentielles et les conclusions qui ont pu leur être remises par les experts comptables ou les comptables agréés chargés par eux, dans les limites de leur compétence, d'établir, contrôler ou apprécier leur bilan et leur compte de résultat. 15

16 9- Les sanctions prévues par les articles 20, 22 et 23 cidessus sont applicables mutatis mutandis aux manquements constatés dans l'accomplissement des obligations prévues par le présent article. Article 15 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 52 du code des impôts est complété et rédigé ainsi qu il suit : Article 52 nouveau : 1- Toute omission, insuffisance ou inexactitude relevée dans les renseignements dont la production est prévue dans la déclaration annuelle de résultats, la liasse des états financiers et états annexés normalisés du Système comptable ouest africain (SYSCOA) et les états, listes et relevés qui doivent être joints à la déclaration annuelle de résultats est passible d'une amende de vingt mille (20 000) francs CFA par nature d infraction relevée. 2- Le défaut de production de la déclaration annuelle de résultats dans les délais prescrits est sanctionné par une amende de deux cent mille ( ) francs CFA. Les amendes prévues au présent article sont doublées lorsque les infractions relevées ne sont pas régularisées dans les trente jours suivant la réception d'une mise en demeure. 3- Lorsqu un contribuable s abstient de souscrire la déclaration des bénéfices imposables visée à l article 51-1 ci-dessus, le montant des droits mis à sa charge ou résultant de la déclaration déposée tardivement est assorti d une majoration de 10%. Celle-ci est portée à 25% en cas de récidive dans le délai de répétition visé à l article 53 du livre de procédures fiscales. La majoration ci-dessus ne peut être inférieure à cinquante mille (50 000) francs CFA. Lorsque ladite déclaration est déposée après l envoi d une lettre recommandée ou la remise en mains propres d une mise en demeure, la majoration encourue est de 25%. En cas de récidive dans les conditions visées à l alinéa précédent et/ou de recours à la procédure de taxation d office prévue à l article 27 du livre de procédures fiscales, la majoration est portée à 50%. 16

17 Si la déclaration n est pas déposée dans les trente jours d une mise en demeure, la majoration encourue est de 100% des droits dus. La majoration ci-dessus ne peut être inférieure à cent mille ( ) francs CFA. 4- Lorsque la déclaration visée à l article 51 ci-dessus laisse apparaître une base d imposition ou des éléments servant à la liquidation de l impôt insuffisants, inexacts ou incomplets, le montant des droits mis à la charge du contribuable est assorti d une majoration de 25% en cas de bonne foi, de 50% lorsque la mauvaise foi est établie et de 100% en cas d agissements constitutifs de manœuvres frauduleuses. En cas de récidive dans le délai de répétition visé à l article 53 du livre de procédures fiscales, les compléments de droits sont majorés de 50%, de 100% et de 200%. 5- Le défaut ou l insuffisance dans le paiement ou le versement tardif de l impôt donne lieu au versement d une majoration de 10% du montant des droits différés, augmentés d un intérêt de retard au taux de 1% par mois ou fraction de mois écoulé entre la date limite visée à l article 50-3 ci-dessus et celle de versement tel qu il est dit à l article 124 du livre de procédures fiscales. 6- Une amende fiscale de cinq cent mille ( ) francs CFA est applicable au contribuable dont l'exploitation a été déficitaire et qui n'a pas souscrit aux obligations imposées par l article 51-1 ci-dessus. Article 16 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 182 du code des impôts est modifié et rédigé ainsi qu il suit : Article 182 nouveau : Il est institué au profit du budget national une taxe sur les plusvalues réalisées par les personnes physiques ou morales lors de la cession à titre onéreux ou de l expropriation des immeubles bâtis et non bâtis, et des droits immobiliers. Sont exonérées de la taxe : 17

18 Article 17 : - les personnes physiques soumises à l impôt sur les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles ou à l impôt sur les bénéfices des professions non commerciales pour les biens inscrits dans leur patrimoine d exploitation ; - les personnes morales soumises effectivement à l impôt sur les sociétés ; - les plus-values passibles de la taxe spécifique sur les revenus de transaction de titres miniers. Cette taxe est à la charge du cédant, nonobstant toute disposition contraire. Pour compter du 1 er janvier 2012, il est créé un article 186 du code des impôts rédigé ainsi qu il suit : Article 186 nouveau : 1. Il est institué au profit du budget national une taxe spécifique sur les plus-values de cessions de titres miniers et les revenus liés aux autres formes de transaction portant sur lesdits titres dénommée «taxe spécifique sur les revenus de transaction de titres miniers». 2. La taxe spécifique sur les revenus de transaction de titres miniers est due par les personnes physiques ou morales lors de la cession ou à l occasion de toutes autres transactions à titre onéreux portant sur lesdits titres. Elle est à la charge du cédant, nonobstant toute disposition contraire. Les revenus ainsi taxés ne sont pas pris en compte dans la détermination du bénéfice imposable à l impôt sur les sociétés, nonobstant les dispositions de l article 10 de la loi n /AN du 29 janvier 2010 portant création d un impôt sur les sociétés. Toutefois, la taxe n est pas due s il s agit de transmission par son titulaire d un permis d exploiter à une société de droit burkinabè pour la continuité de l exploitation, aux conditions prévues à l article 18 du code minier et sous réserve que le transfert s opère gratuitement au profit de la société d exploitation dès sa création. 3. La base d imposition de la taxe est constituée : 18

19 - pour la plus-value de cession par la différence entre le prix de cession ou la valeur vénale du titre et le prix d acquisition ; - pour les revenus tirés des autres formes de transaction par le prix réclamé. 4. Le taux de la taxe est fixé à 20%. La perception de la taxe est opérée par le receveur chargé de l enregistrement et du timbre lors de la présentation de l acte à la formalité de l enregistrement. 5. La taxe spécifique sur les plus-values et autres revenus sur les transactions portant sur les titres miniers est établie et recouvrée sous les mêmes conditions et sanctions que les droits d enregistrement en matière de mutation de jouissance, d usufruit ou de propriété de meubles et d immeubles. Article 18 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 329 bis du code des impôts est modifié et rédigé ainsi qu il suit : Article 329 bis nouveau : Est exclue du droit à déduction la taxe sur la valeur ajoutée afférente aux biens et services ci- après : Les véhicules conçus pour le transport des personnes et les véhicules à usage mixte dont le nombre de places assises, y compris celle réservée au conducteur, est supérieur ou égal à trois et inférieur à dix lorsqu'ils ne sont pas affectés : - au transport public de personnes ; - au transport du personnel sur le lieu du travail ; - au transport de la clientèle des établissements hôteliers ; - à l'enseignement de la conduite ; - à la location, y compris dans le cadre d'une opération de crédit-bail ; - lorsqu'ils ne sont pas destinés à être revendus en l'état. L exclusion s applique également aux parties et pièces détachées ainsi qu aux accessoires desdits véhicules. Article 19 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 74 de la loi n /AN du 29 janvier 2010 portant institution de l impôt sur les sociétés est complété in fine par un alinéa 4 rédigé ainsi qu il suit : 19

20 Article 74 alinéa 4 nouveau : Toute infraction aux obligations ci-dessus est sanctionnée d'une amende de cinq cent mille ( ) francs CFA. En cas de récidive, l'amende est portée à un million ( ) de francs CFA. Article 20 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l article 249 du code de l enregistrement, du timbre et de l impôt sur les valeurs mobilières est complété in fine par un alinéa 6 rédigé comme suit : Article 249 alinéa 6 nouveau : 6- Nonobstant les dispositions de l article 32 du présent code, le contrat ou l accord par lequel le titulaire d un titre minier confie, cède ou transmet, partiellement ou totalement, les droits et obligations résultant dudit titre. Article 21 : Pour compter du 1 er janvier 2012, l alinéa 5 de l article 279 du code de l enregistrement, du timbre et de l impôt sur les valeurs mobilières est modifié et rédigé comme suit : Article 279 alinéa 5 nouveau : Le droit est liquidé sur le prix hors taxe sur la valeur ajoutée ou sur l évaluation de l ensemble des travaux, fournitures, ouvrages ou services imposés au soumissionnaire qui en règle le montant. Article 22 : Il est autorisé au titre de l année 2012 l importation de matériaux de construction en exonération du droit de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée pour l exécution des projets immobiliers agréés conformément aux dispositions de la loi n /AN du 20 novembre 2008 portant promotion immobilière au Burkina Faso. 1- Les matériaux éligibles ainsi que les spécifications techniques et les quantités autorisées par logement au titre de l année 2012 sont arrêtés comme suit : 20

21 DESIGNATION UNITE QUANTITE PAR LOGEMENT NOMBRE DE LOGEMENTS QUANTITE TOTALE Ciment Tonne Fer à béton Tonne 1, Tôle bac ml Tôle ondulée peinte 3m de long feuille Tôle galva lisse de 4m de long feuille Profilés métalliques H de 70 Barre U de 40 Barre Lame 8/10 Barre Tôle de 8/10 Barre Fer plat de 30 Barre Tube carré de 30 Barre Fer plat de 20 Barre Fer inégal Barre 4, Tube rectangulaire de 40X27 Barre Article 23 : 2- Le bénéfice de l exonération est accordé aux projets immobiliers agréés conformément aux dispositions des articles 2 et 5 du décret n /PRES/PM/MHU/MEF du 20 avril 2009 portant contenu du projet immobilier et ou foncier et sa procédure d approbation. 3- Le non respect ou la réalisation partielle du programme entraîne l exigibilité immédiate des impôts et taxes sans préjudice des sanctions prévues. Les dispositions de l article 42 de la loi n /AN du 02 décembre 2010 portant loi de finances pour l exécution du budget de l Etat, gestion 2011 sont reconduites pour l année En conséquence est reconduit pour l exercice 2012 le programme spécial d importation de véhicules neufs en franchise de droit de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée pour le renouvellement du parc automobile de taxis. Le nombre de véhicules admis au titre du programme ainsi que les conditions d acquisition et d utilisation desdits véhicules sont fixés par décret pris en Conseil des ministres. 21

22 Article 24 : Les dispositions de l article 3 de la loi n /AN du 24 mai 2011 portant institution d une exonération à titre exceptionnel du droit de douane (DD) et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l importation de véhicules de transport de marchandises, y compris les véhicules de transport d hydrocarbures sont modifiées ainsi qu il suit : Article 3 nouveau : Le régime douanier et fiscal prévu à l article 1 ci-dessus est valable pour l année

COMMENTAIRES DES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012

COMMENTAIRES DES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DE LA LEGISLATION ET DU CONTENTIEUX COMMENTAIRES DES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES GESTION 2012

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT Le Gouvernement du Burkina Faso a obtenu dans le cadre de sa politique de lutte contre la pauvreté

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

Épreuve n 4 : droit fiscal

Épreuve n 4 : droit fiscal Épreuve n 4 : droit fiscal Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents et/ou une ou plusieurs questions. Durée

Plus en détail

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent.

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. Pour permettre l établissement des états de liquidation, une déclaration signée, affirmée sincère

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN TUNISIE. Sommaire ********

LE REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN TUNISIE. Sommaire ******** LE REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN TUNISIE Neïla CHAABANE Assistante à la Faculté des Sciences Juridiques Tunis II Sommaire I Les obligations lors du démarrage de l activité. A) La procédure

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS

REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS N 51275 # 04 N 2777-D-Not @internet-dgfip DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE LIBÉRATOIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Note commune n 20/ 2014 R E S U M E

Note commune n 20/ 2014 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune n 20/ 2014 Objet : Commentaire des dispositions des articles 5, 6

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Diplôme de Comptabilité et de Gestion DCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é r e n t i e

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

LOI N 2013/004 DU 18 AVRIL 2013 FIXANT LES INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LOI N 2013/004 DU 18 AVRIL 2013 FIXANT LES INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LOI N 2013/004 DU 18 AVRIL 2013 FIXANT LES INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN L Assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION? N 2777-D-NOT N 51275 # 07 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUÉS ET LES INTÉRÊTS

Plus en détail

Ouvrir un compte bancaire à l étranger

Ouvrir un compte bancaire à l étranger Ouvrir un compte bancaire à l étranger Contributeurs EURES EURES est un réseau européen créé en 1993 par la Commission européenne avec l objectif de favoriser la libre circulation et la mobilité dans l

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars Loi n 2013-54 du 30 décembre 2013, portant loi de finances pour l année 2014 (1). Au nom du peuple, L assemblée nationale constituante ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

Atelier de Droit fiscal Patrick Fumenier

Atelier de Droit fiscal Patrick Fumenier Atelier de Droit fiscal Patrick Fumenier Principes généraux du système fiscal français Principes généraux du système fiscal français Impôt sur les bénéfices (BIC/IS) Impôt payé sur les bénéfices réalisés

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES L assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

NOTE D INFORMATION LOI DE FINANCES N 110-13 POUR L ANNEE BUDGETAIRE 2014 DISPOSITIONS FISCALES

NOTE D INFORMATION LOI DE FINANCES N 110-13 POUR L ANNEE BUDGETAIRE 2014 DISPOSITIONS FISCALES NOTE D INFORMATION LOI DE FINANCES N 110-13 POUR L ANNEE BUDGETAIRE 2014 DISPOSITIONS FISCALES Cette note d information a pour objet de présenter les principales mesures fiscales contenues dans la Loi

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

SCPI Renovalys 2. Editorial. SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 13 Décembre 2013

SCPI Renovalys 2. Editorial. SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 13 Décembre 2013 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 13 Décembre 2013 Editorial Toute l équipe d Avenir Finance Investment Managers adresse ses meilleurs vœux aux associés de la SCPI

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D

P A T R I C K M I C H A U D P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE ANALYSE PRATIQUE DE LA CIRCULAIRE DE BERNARD CAZENEUVE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCLARATIONS RECTIFICATIVES

Plus en détail

Note de présentation de la loi de finances complémentaire pour l année 2012

Note de présentation de la loi de finances complémentaire pour l année 2012 Note de présentation de la loi de finances complémentaire pour l année 2012 La loi de finances complémentaire pour l année 2012 comporte, outre les dispositions budgétaires et les dispositions diverses,

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-3-04 N 124 du 4 AOÛT 2004 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. EVALUATION DES BIENS. PRINCIPE. OBLIGATIONS DES REDEVABLES. DELAIS POUR

Plus en détail

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts [NB - Ordonnance n 83.024 du 15 mars 1983 fixant les conditions de possession et de détention et réglementant l exploitation

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel)

Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel) Les différents régimes fiscaux : micro entreprise, réel normal, réel simplifié (mini réel) Public concerné : Tout public Descriptif : Il existe trois régimes d'imposition : la micro entreprise, le réel

Plus en détail

Loi-cadre n 18-95 formant charte de l investissement promulguée par le dahir n 1-95-213 du 14 joumada II 1416 ( 8 novembre 1995).

Loi-cadre n 18-95 formant charte de l investissement promulguée par le dahir n 1-95-213 du 14 joumada II 1416 ( 8 novembre 1995). Loi-cadre n 18-95 formant charte de l investissement promulguée par le dahir n 1-95-213 du 14 joumada II 1416 ( 8 novembre 1995). (BO N 4336 du 6-12-1995) Titre Premier Objectifs de la charte de l'investissement

Plus en détail

Retour au menu MinJustice. Table des matières

Retour au menu MinJustice. Table des matières Retour au menu MinJustice Table des matières Livre I : Impôts d Etat Partie I : Impôts sur les revenus et assimilés Page Titre 1. Impôts sur les personnes morales 3 Titre 2. Impôts sur les revenus non

Plus en détail

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle

Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Les nouveaux charmes discrets de l entreprise individuelle Intervenants René KERAVEL Expert-comptable Commissaire aux Comptes Olivier SALAMITO Consultant fiscal Infodoc-experts Sommaire Introduction Spécificités

Plus en détail

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE MINISTÈRE DU TRAVAIL ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE BURKINA FASO UNITÉ - PROGRÈS - JUSTICE Arrêté n 2008-008/MTSS/SG/DGPS relatif à l affiliation, à l immatriculation des travailleurs et autres assurés au régime

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Droit fiscal. Chapitre 6 - Les règles applicables aux entreprises partiellement soumises à la TVA... 43

Droit fiscal. Chapitre 6 - Les règles applicables aux entreprises partiellement soumises à la TVA... 43 Sommaire Droit fiscal Chapitre 1 - Introduction générale au droit fiscal... 7 PARTIE 1 - La taxe sur la valeur ajoutée Chapitre 2 - Le champ d application de la TVA... 15 Chapitre 3 - La territorialité

Plus en détail

ORGANISATION DE LA DGI

ORGANISATION DE LA DGI ORGANISATION DE LA DGI La Direction Générale des Impôts (DGI) est une structure centrale du ministère chargé des finances. Elle est chargée de l élaboration et de l application de la législation fiscale

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE NON PERCUE RECUPERABLE (TVA NPR) APPLICABLE DANS LES DOM (C.G.I., art. 295 A ) NOR : ECE L 10 30014J

Plus en détail

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI Sources rapports Sénat Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire Article 15 de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Le présent article vise

Plus en détail

Rencontres Gouvernement Secteur Privé 2013 Actualité Juridique 2012-2013

Rencontres Gouvernement Secteur Privé 2013 Actualité Juridique 2012-2013 Présenté par : Pierre ABADIE Auteur d ouvrages juridiques Expert comptable Conseil juridique pierre@abadie.bf 1 Impôt sur les sociétés (IS) : suppression de la limite de déductibilité des rémunérations

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Conseil. 1. Maison à usage d'habitation, locaux commerciaux ou terrain non bâti avec engagement de bâtir dans un délai de 7 ans :

Conseil. 1. Maison à usage d'habitation, locaux commerciaux ou terrain non bâti avec engagement de bâtir dans un délai de 7 ans : Conseil I - CONTEXTE BANCAIRE L'Etat Marocain, voulant juguler les mouvements sauvages de capitaux, a institué des règles quant à l'investissement en devises sur le territoire. L'office des changes doit

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE FISCAL Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code catégorie Nombre

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 I-1-03 N 118 du 7 JUILLET 2003 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES FUSIONS ET OPERATIONS ASSIMILEES (C.G.I., art. 54 septies,

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié)

ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié) ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié) CLASSE 1: COMPTES DE CAPITAUX 10 Capitaux propres 101 Capital souscrit 106 Réserves 1061 Réserve légale 1063 Réserves statutaires 1069 Autres réserves 11 Résultat

Plus en détail

Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore.

Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore. LOI N 58-90 RELATIVE AUX PLACES FINANCIERES OFFSHORE. Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore. Article premier

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES À retourner obligatoirement au CGA74 avec la déclaration 2031 ou la 2065 NOUS VOUS RAPPELONS QUE VOUS NE DEVEZ PAS ENVOYER VOTRE DÉCLARATION BIC PAPIER

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES MESURES

LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES MESURES ACTUALITES 2014 N 1 KPMG Algérie 06 janvier 2014 LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES MESURES 2 SOMMAIRE 1. Généralisation de la règle 49-51% sur les activités d importation pour revente en l état 2.

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 D-2-01 N 196 du 5 NOVEMBRE 2001 4 F.E. / 29 - B INSTRUCTION DU 29 OCTOBRE 2001 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). AMORTISSEMENT

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS

DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS DISPOSITIONS RELATIVES A LA TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS mis à jour jusqu au 31 décembre 2007 1 TAXE SUR LES ACTES ET CONVENTIONS Chapitre premier : Champ d application I.- Définition A compter du

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise)

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise) INFOMATIONS GENERALES OGBIC01 Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au sein du cabinet Mail du cabinet ou de la personne à contacter au sein du cabinet Renseignements divers L'adresse

Plus en détail

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont :

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont : LOUEUR EN MEUBLES 23/07/2012 Selon les articles 632 et 633 du Code de commerce, l activité seule de loueur en meublé n est pas de nature commerciale et, hormis le cas où des prestations de service d hôtellerie

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008

A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008 Lois 33546 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif au patrimoine des Hautes Ecoles organisées par la Communauté française A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008 Vu le décret du 9 septembre

Plus en détail

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL 1. La Contribution Globale Unique (CGU) Régime de fiscalité global représentant les impôts suivants : impôt sur le revenu assis sur les bénéfices industriels et commerciaux, impôt

Plus en détail

----------- ----------- ----------- LOI N 008-2010/AN PORTANT CREATION D UN IMPOT SUR LES SOCIETES

----------- ----------- ----------- LOI N 008-2010/AN PORTANT CREATION D UN IMPOT SUR LES SOCIETES BURKINA FASO IVE REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE QUATRIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2010/AN PORTANT CREATION D UN IMPOT SUR LES SOCIETES 2 L ASSEMBLEE NATIONALE Vu la

Plus en détail

Quels sont les délais consentis au contribuable pour régler ses dettes fiscales? personnes?

Quels sont les délais consentis au contribuable pour régler ses dettes fiscales? personnes? 1 Qu est ce que le code de recouvrement? 2 Comment est-on informé de l existence de dettes fiscales à payer? p. 1 1 Qu est ce que le code de recouvrement? 3 Quels sont les délais consentis au contribuable

Plus en détail

Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande

Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande N 12156*03 Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande Vous trouverez dans ce dossier : Des informations pratiques pour vous aider à le remplir Une demande

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 30 JUIN 2015 N 12/2015 BÉNÉFICES NON COMMERCIAUX OBLIGATIONS DÉCLARATIVES ET DE PAIEMENT Les dates limites de déclaration et de paiement de certains impôts et taxes sont harmonisées

Plus en détail

Nature de L obligation

Nature de L obligation CALENDRIER DES PRINCIPALES OBLIGATIONS FISCALES Date limite Nature de L obligation 2 janvier Droits de timbre payés au moyen de machines à Paiement des droits dus au mois précédent. Dispositions du Code

Plus en détail