actupolice Mars - Avril - mai 2014 le mag n 11 numéro mars, la réponse! ZSP: état des lieux Zones POLICE patrimoine DE LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "actupolice Mars - Avril - mai 2014 le mag n 11 numéro 24 18 mars, la réponse! ZSP: état des lieux Zones POLICE patrimoine DE LA"

Transcription

1 Mars - Avril - mai 2014 actupolice n mars, la réponse! le mag numéro 24 ZSP: paf ROissy : état des lieux Zones, AMICALE POLICE patrimoine SinistrEes POLICE DE LA

2 SOMMAIRE ÉDITO 4 Action syndicale «Le pacte de responsabilité annonce la tempête!» 8 Scanner Henri Martini Secrétaire Général Pour contacter la rédaction, une seule adresse : 10 LA COlonne 16 Reportage Le mariage corse 17 Le dîner 18 REPORTAGE L Amicale Police Patrimoine 22 GRAND PARIS 24 Dossier spécial 17 d or, zsp 38 CRS 40 JURIDIQUE 42 Reportage PAF ROISSY 44 PORTRAIT Audrey Rossat 46 Vos droits Femmes enceintes 48 Chroniques Les femmes dans la police 50 LU pour vous 52 grille de traitement Directeur de Publication : Henri Martini Secrétaire national communication : Paul Le Guennic Rédacteur en chef : Paul Le Guennic, Timothé Artale Conception et réalisation : Timothé Artale, Stéphane Battaglia Comité de rédaction : Franck Fievez, Frédéric Chauvin, Stéphane Liévin, Catherine Macaine Imprimerie : Easy-Print, 56 avenue des Martyrs de la Résistance, Bruges UNITé sgp police, , avenue Galliéni, Bagnolet ISSN : X CPPAP : 0616 S Tirage : exemplaires 18 mars, la réponse Formée de colère et d incompréhension la réponse est venue de la rue. Ce 18 mars, les salariés des secteurs privé et public ont manifesté en nombre pour dire STOP à l austérité. Marre de tant d années de bobards accumulés. Assez de chômage de masse. Refus de tant d incertitude et de précarité qui touchent le plus grand nombre de concitoyens. Ils l ont dit massivement! Certains ont fait grève, tous sont solidaires. La mobilisation syndicale est rassurante, elle met en lumière et à vif une exaspération grandissante et le refus d abdiquer devant une crise présentée sans solution, une crise-alibi prétexte à tous les reculs. Les policiers aussi se sont mobilisés, ils connaissent comme tant d autres, directement ou indirectement, la précarité. Un pouvoir d achat en chute libre, une quatrième année de gel du point d indice pour toute la fonction publique, du jamais vu! Dans ces conditions comment relancer la consommation? Les régimes de retraite, pris en otage d une vision libérale, mécanique et désespérément stérile, identique aux solutions présentées en 2003 et Travailler encore plus longtemps et mourir vite! C est sans doute cela la solution une plongée dans le passé. Mais le pire est à venir : 30 milliards d euros d exonérations de cotisations patronales, retirées sur la branche famille, au nom d un prétendu «pacte de responsabilité» privilégiant le donnant-donnant. Qui va compenser? Des solutions toujours ressassées, toujours avortées, et au bout du compte un horizon social barré par une obstination économique érigée sur des perspectives illisibles, c est cela que la rue dénonce. Ce 18 mars 2014 doit interpeller le gouvernement, l inviter à une réaction de bon sens et non à une mise en scène supplémentaire sur l autel d un dialogue social galvaudé. Salaire, retraite, sécurité sociale... la politique est faite pour faire bouger et changer la vie des gens ; ce ne sont pas des recettes libérales usées jusqu à la corde qui modifieront le cours des choses. Que des organisations présumées syndicales puissent prêter leur concours à écrire et signer un scénario de la sorte doit également interpeller les consciences. Force Ouvrière et ses alliés n ont pas choisi de se rendre au théâtre en «bonne compagnie», mais de dénoncer cette mascarade. A chacun sa conception du syndicalisme! ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

3 Action SYNDICALE «Le pacte de responsabilité annonce la tempête!» Henri Martini, Secrétaire Général d UNIté sgp POLICE - FO Le 18 mars 2014 sur l ensemble du territoire, des centaines de milliers de manifestants ont répondu à l appel de Force Ouvrière et des organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires. Cette journée de protestations a rencontré un franc et incontestable succès. La mobilisation apporte la réponse attendue : celle des salariés et des fonctionnaires, des chômeurs et précaires, des familles en quête d avenir pour leurs enfants. L accumulation de colères sonne comme une alarme aux oreilles d un gouvernement, qui est parvenu à fédérer tous les mécontentements. Confrontés à un recul social sans précédent, les manifestants refusent clairement l overdose. Salaires, chômage, réforme des retraites, services publics, ces sujets et bien d autres étaient et resteront au centre des préoccupations. L absence de politique sociale génère une grande déception, mais un cap a été franchi avec le «pacte de responsabilité». Il faut désormais se rendre à l évidence, c est une régression sociale méthodique, calculée, qui est programmée pour le plus grand nombre. Ce sont les services publics qui vont aussi payer l addition. Une logique économique vieille comme le monde. Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, a condamné très durement la politique d austérité conduite sans relâche, gouvernement après gouvernement. Qualifiant le pacte de responsabilité de pacte de complaisance, Mailly n économise pas non plus les syndicats signataires d un relevé de conclusions. 30 milliards de suppressions de cotisations patronales pour favoriser l emploi Après des dizaines d années d aides en tout genre, QUI peut encore croire à ce mauvais sketch? 30 milliards de suppressions de cotisations patronales sur la branche famille pour inciter les patrons à augmenter les salaires et les effectifs quand l Etat gèle toute augmentation du point d indice depuis 4 ans et probablement jusqu en 2015 au moins. De qui se moque-t-on? Aux 50 milliards d économies annoncées par le Président de la République, l écho répondra : réduction des dépenses de l Etat et destruction des services publics. La curée qui s annonce doit être combattue avec la dernière des énergies. Le pacte de responsabilité, censé aider l emploi, est en fait un cadeau au grand patronat du privé Ce pacte coûte 30 milliards ; les services publics vont en faire les frais Cela n a pas empêché la CFDT et la CFTC de signer cette farce. 4 ACTUPOLICE Le mag - Juillet - août - septembre 2012 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

4 Action SYNDICALE soutenez Vous aussi, Killian, 12 ans atteint d une maladie rare Le bureau départemental de la Loire se fait le devoir de relayer l appel aux dons lancé par deux collègues, Aline Raynaud et Olivier Cressens, parents de Killian. Killian est âgé de 12 ans. Il est atteint d une maladie génétique rare, le syndrome d Angelman, un trouble sévère du développement neurologique. 6 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 Pour FO, le refus est ferme Extrait de l interview de Jean-Claude Mailly pour Le Monde du 14/03/2014 «Dans les périodes de crise, une part importante de l activité syndicale est une activité de résistance. Résister, c est un élément de progrès. On n accepte pas que les salariés paient les conséquences d une crise dont ils ne sont pas responsables.» Plusieurs policiers se sont réunis autour de cette famille afin de fonder une association qui a pour objectif de fournir à Killian le matériel médical et pédagogique dont il a besoin. Afin d optimiser son action, cette association se lance dans une aventure de grande ampleur en produisant le CD d un conte pour enfant, œuvre de l artiste breton Alan Simon, parrain de l association. Le conte musical est intitulé «Le petit Arthur : Le trésor extraordinaire du Capitaine Kid». La famille compte beaucoup sur les fonds récoltés. D avance, merci pour votre solidarité. + d info : Fabrice Galatioto Départemental 42

5 Scanner Méthode anticorruption Au Vénézuela, le ministre de l Intérieur et de la Justice a diffusé son numéro de téléphone portable aux policiers de terrain. La consigne? Dénoncer leurs supérieurs malhonnêtes! Le ministre vénézuelien entend nettoyer les rangs de la police, considérée comme corrompue et donc inefficace dans la lutte contre la criminalité. Une grande figure nous a quitté Roland Barbarin nous a quitté. Il était le président de l association des anciens combattants et résistants de la préfecture de police, ainsi que l ancien président de l association générale des retraités de la police nationale. Ce fervent syndicaliste aura marqué des générations de militants. Permis de foncer Au début de l année, les policiers britanniques ont reçu le permis de foncer en véhicule, sans risquer d être sanctionnés par des amendes pour excès de vitesse. Ce passe-droit n est valable qu en mission, et soumis à un stage d entraînement à la conduite rapide. Sont également concernés les espions, les pompiers et les ambulanciers. Avant cette mesure, personne n était autorisé à dépasser les limites autorisées. Les drones : un problème croissant Aujourd hui, n importe qui peut s acheter un drone. Cette prolifération n est pas sans poser problème : mal contrôlé, un drône qui tombe du ciel peut tuer... et même s il ne tombe pas, il peut troubler l ordre public. Dans toute la France, les procédures pour «conduite d un aéronef non conforme aux règles de sécurité», ou tout simplement «mise en danger de la vie d autrui» s accumulent. Pour rappel, le cadre réglementaire d utilisation d un drône est défini par des arrêtés d avril L échec d une enquête n est pas un dysfonctionnement Pour la Cour de cassation, l échec d une enquête de police n est pas l expression d un fonctionnement défectueux de la justice. En conséquence, cela ne permet pas à la victime d être indemnisée par l Etat. La Cour rappelle que les services de police judiciaire n ont pas d obligation de résultat, mais seulement d effectuer les mesures qu ils peuvent raisonnablement mettre en oeuvre. Ainsi, la victime qui se plaignait qu une enquête n ait abouti à aucun résultat deux ans après les faits a été déboutée de sa demande. FIchier commun police/gendarmerie Un nouveau fichier commun à la police et la gendarmerie va être créé en France. Ce fichier recensera tous les objets et véhicules signalés volés (FOVeS). L arrêté du JO prévoit que ce fichier sera autorisé pour une durée de deux ans, à l issue de laquelle une évaluation sera effectuée. Smells like shit A Roubaix, les 40kg de scellés de cannabis entreposés dégagent une odeur insupportable, très puissante. A force d en respirer, des collègues ont été contrôlés positifs! UNITE SGP POLICE - FO milite auprès du ministère pour que la justice prenne en charge ces scellés! La police municipale du Cannet (06) a mis en place un long guichet vitré pour que les personnes puissent signaler des incidents depuis leur véhicule. Seul impératif pour le conducteur : arrêter le moteur devant la vitre. Le «Police Drive» est né. Carrières et rémunérations La négociation sur les carrières et rémunérations de la fonction publique s engagera en mai et devrait se terminer en mars %...des Français estiment que la justice fonctionne mal selon un sondage BVA. Un niveau de défiance jamais atteint depuis ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

6 La Colonne Fédération De la FSGP à la FSMI Le 12 mars 2014 le congrès national de la Fédération des Syndicats Généraux de la Police Force Ouvrière s est réuni à Paris au siège de la confédération FO. L assemblée statutaire servait notamment le renouvellement des instances nationales et la préparation des élections professionnelles de Le Bureau fédéral élu est composé par les représentants des syndicats affiliés, et dirigé par Henri Martini, par ailleurs Secrétaire général UNITE SGP POLICE - FO. La fédération évolue et modifie son nom VAL d OISE On nous évoque souvent les risques psycho-sociaux et particulièrement une procédure de mise en œuvre d une détection rapide afin d éviter le «point de non-retour». Cette prise en compte est louable, mais nous sommes toujours étonnés de sa mise en application. Les risques psycho-sociaux, avant de les détecter, il suffit d éviter d en créer. Après tout, c est au travail de s adapter à l homme, non l inverse. Garde d enfant malade Nous sommes souvent confrontés à des refus systématiques de journées d ASA afin de garder un enfant malade. Ces demandes de journée ne posent aucun problème dans d autres administrations. Dans la police, elles sont une source de stress supplémentaire pour nos collègues, refoulés avec leurs demandes. Quels sont les critères d attribution? Ils sont complètement aléatoires et restent invariablement à la discrétion du chef de service. Il suffirait simplement de les accorder en FEDERATION DE SYNDICATS DU MINISTERE DE L INTERIEUR FORCE OUVRIERE, et poursuit son activité syndicale avec l ambition d ouvrir plus largement aux syndicats inclus dans ce périmètre. Des négociations s ouvriront prochainement dans le but de constituer la liste Force Ouvrière qui sera présente pour les élections au comité technique ministériel. Le bureau national Ces risques psycho-sociaux faciles à réduire... sur présentation d un certificat médical, au même titre que l ensemble de la fonction publique. Une manière simple pour prévenir un risque psycho-social! La garde d enfant malade pose plus de problème dans la police que dans les autres administrations. Le bureau fédéral de la FSMI, réuni dans les locaux de la confédération. Report de repos Un point également générateur de risques psycho-sociaux est l utilisation abusive du report de repos. Quelle autre profession travaille le dimanche sans compensation? Cette interprétation d un texte ou l exceptionnel devient banalité dérive maintenant sur une suppression de la permanence. Jusqu où iront certains chefs de service afin de rendre une copie propre sans trop d heures à restituer? Ce problème vient se rajouter à une liste déjà longue : problèmes d effectifs, problèmes de locaux, sentiment de travailler pour rien, soupçons permanents. Le bureau départemental UNITE SGP POLICE - FO dénonce les dérives et manquements de la part d une administration qui se préoccupe plus de ses statistiques que des conditions de travail de son personnel. L administration a le devoir de réduire les risques. Voici deux cas faciles à régler. Fred Jung Départemental 95 VAR Il faut une réforme de la procédure disciplinaire! Dans la fonction publique, rien ne s efface ni ne s oublie. Deux collègues du Var l ont appris à leur dépends. Il y a trois ans, alors qu ils patrouillent, ils sont envoyés sur un différend. Le requérant s avère être un officier du commissariat, en pleine dispute avec sa femme. A l exception de la qualité du requérant, rien que du banal. Le temps passe, et voilà qu un beau jour les demandes d explication tombent du ciel : se pourrait-il que les collègues aient couvert une faute non avérée de l officier? Sur quelle base se fonde cette paranoïa, nul ne le sait. Toujours est-il que la suspicion d un décideur est suffisante pour infliger un blâme. C est si beau, une dictature dans un Etat de droit... Notre bureau départemental s est saisi de cette affaire, avec toute la difficulté qui consiste à se replonger dans des faits insignifiants datant de plus de deux ans. Et vous, vous faisiez quoi le 8 janvier 2011 à 15h00? Vous ne savez pas? Hé bien, dans la fonction publique, il le faut! Evidemment, nos recherches ont abouti à l innocence des fonctionnaires incriminés. Dossier en main, nous sommes donc allés voir les strates décisionnaires. Qui nous ont débouté, sans réelle justification. S adapter au système ou adapter le système? Devant un système aussi partial, notre mission syndicale consiste à utiliser tous les moyens pour défendre les intérêts et les droits de nos collègues. Tribunal administratif, médiateur de la police nationale... Nous avons finalement obtenu gain de cause. Pourtant, au-delà d une victoire sur ce cas, il faut bien discerner un échec : l échec d un système administratif qui peine à se montrer impartial dès qu il s agit de procédure disciplinaire. Considérez ceci : en France, seuls deux faits sont imprescriptibles : les crimes contre l humanité... et les fautes administratives! Comparaison peu flatteuse, qui démontre pourtant le peu d estime des pouvoirs publics vis-à-vis de leurs fonctionnaires. Ajoutons à cela que les «fautes administratives» en question ne sont définies dans aucun code, et que leur dénomination dépend bien souvent de l imagination fertile des chefs de service. En dépit de ces multiples difficultés, notre bureau départemental a trouvé une réponse adaptée en attaquant régulièrement en justice. C est long et compliqué. En ce début d année, nous apprenons que la ministre de la Justice défend un nouveau projet visant à augmenter les droits des personnes gardées à vue. Il est grand temps d augmenter les droits des fonctionnaires, de faciliter leurs moyens de se défendre! Jean-Bernard Soriano Départemental 83 En France, seuls deux faits sont imprescriptibles : les crimes contre l humanité... et les fautes administratives! 10 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

7 La Colonne C.R.S. Objectif métiers méthodes de travail Les alchimistes de la statistique MIDI-pyrénées Ces DDSP qui rêvent d un Etat totalitaire... Pour la 4 e année, au parc des expositions de Chalon-sur-Saone, la police nationale a tenu un stand recrutement, représenté par la CRF Dijon et la CRS 43. Pendant 4 jours, ce pôle «sécurité» a été très fréquenté par les visiteurs. Collégiens et lycéens ont pris d assaut le stand police pour connaître les différents métiers proposés. La Police Technique et Scientifique en particulier est un corps très prisé par les visiteurs, et fait l objet de nombreuses questions. Durant le week-end, ce sont des familles entières qui se sont arrêtées au stand. Pour beaucoup, il s agit de découvrir un métier diversifié et tourné vers les citoyens, loin des clichés télévisés. Yves et Valéry ont inlassablement répondu aux questions sur les concours, les filières police... Mais, surtout, ils ont partagé leur expérience en tant que C.R.S., corps qu ils représentent avec ses valeurs républicaines. Au salon Objectif Métiers, Yves et Valéry représentaient fièrement la police nationale. Franck Lombard Régional Est CRS Les hauts gradés de la gendarmerie se targuent régulièrement de leurs bons résultats. Pour comprendre le secret de leur prétendue «réussite», il faut comparer les méthodes d enregistrement qui permettent de définir le sacro-saint ratio «faits constatés / faits élucidés». Dans la police, par habitude, on traîne des boulets Dans la police nationale, les chiffres d enregistrement sont fiables, en dépit d un management problématique. Formatés par dix ans passés de politique du chiffre, des hiérarques policiers ont conservé l inutile habitude de demander à leurs subalternes de rédiger des Compte-Rendus d Enquête (ou CRE) pour des infractions non prouvées, voire classées sans suite par le parquet car non constituées. Même alourdi par ces boulets statistiques, toutes les informations sont traitées via le programme de rédaction des procédures police, puis centralisées sur un seul logiciel, l Etat4001, dont les données semblent refléter la réalité du terrain. Dans la gendarmerie, on voyage léger Nos amis gendarmes ont des pratiques différentes pour alimenter les faits constatés. Passons rapidement sur le «shootage» en zone police : quand une affaire ne les intéresse pas, ils expliquent à la personne qu il faut aller déposer plainte au commissariat du lieu de commission des faits, ou parce que le plaignant habite en zone police. Un classique agaçant et bien connu. Mais ce n est pas la technique la plus subtile! Ces policiers militaires utilisent fréquemment un procès verbal de renseignement judiciaire. L arnaque, c est qu il s agit d un fichier parallèle de leur logiciel de rédaction. Quels faits sont enregistrés sur ce document non officiel? Les infractions peu importantes contre X (petits préjudices, vols de vélos, dégradations...), pour lesquelles les assurances n interviendraient pas, ou ne demandent pas forcément de compte-rendu d enquête, et qui, au final, seraient classées vaines recherches. Puisqu ils ne sont pas enregistrés sur le logiciel «officiel», tous ces faits -un bon paquet, mine de rien!- disparaissent dans cette broyeuse virtuelle qu est le procès verbal de renseignement. Les statistiques se retrouvent donc allégées de cette part de la délinquance. La mécanique est bien huilée. Si finalement ils venaient à identifier ou interpeller les auteurs de ces faits «dissimulés», bizarrement la procédure est aussitôt enregistrée sur le logiciel de rédaction de procédure. Retour rapide à la voie officielle... D où un meilleur ratio «faits constatés / faits élucidés». Ce splendide classeur est fourni avec le PV de renseignement judiciaire de la gendarmerie Notre ministre connaît-il les subtilités d utilisation des différents LRP? On nous rabâche depuis quelques années la fameuse parité police / gendarmerie. Pourquoi ne passerait-elle pas par les méthodes de travail? Voici notre proposition : un seul et unique logiciel pour la police et la gendarmerie, ainsi qu un organisme indépendant rattaché au ministère de la Justice, afin de contrôler la réalité des plaintes et des CRE après identification. Michel Chouippe- Mace Départemental adjoint 33 investigation A la DDSP du Gers, on ne s embarasse pas de scrupules. C est par note de service interne que la DDSP 32 ordonnait aux policiers de relever les coordonnées des personnes contrôlées sur la voie publique, afin de notifier ces informations sur la main courante (MCI), qu elles soient verbalisées ou pas. Ordre manifestement illégal Quiconque fait l objet d un contrôle routier de routine se voit fiché dans la MCI, avec identité, adresse, immatriculation, date et heure du contrôle. Les Etats totalitaires n osaient pas le faire, la DDSP 32 n a pas hésité. Cette instruction, bien entendu, a interpellé nos collègues. Troublés, ils nous ont fait part du problème moral et légal que suscite cet ordre. Dès lors, nous avons eu une première explication avec Mme la DDSP du Gers, lui signifiant notre opposition, évoquant même la réaction épidermique de la CNIL eu égard à cette initiative. NOrd ZSP, acte II Le 11 décembre 2013, le ministre de l Intérieur annonçait la création de 16 nouvelles Zones de Sécurité Prioritaires dont celles de Lens, quartier de la Résidence et Maubeuge, quartiers Sous le bois, Louvroil et Hautmont. Cette annonce était l aboutissement du travail de notre syndicat, afin de faire reconnaître la dangerosité du métier de policier dans ces secteurs. Fin de l acte I. Fidèles à nos revendications, nous avons, dès le début de l année, entamé l acte II, qui consiste à obtenir des moyens et des effectifs supplémentaires. Nous avons sensibilisé Dans les jours qui ont suivi, l ordre de poursuivre cette «mission» s est fait encore plus pressant. Nous avons donc saisi le secteur des conditions de travail, au bureau national de notre syndicat, qui a immédiatement saisi la Direction Centrale, laquelle a sifflé la fin de la récréation. Pendant ce temps, ailleurs... Notre détermination demeure invariable et les mêmes résultats sont observés dans toute la région. A Montauban, le DDSP demandait aux collègues de rendre compte de toute rencontre entre collègues hors service. Après notre intervention syndicale, sa note a été modifiée et le paragraphe incriminé retiré. Il devra satisfaire son voyeurisme ailleurs ; nous lui suggérons Internet. A Lourdes, un officier menaçait par note de service de baisser leur notation à ceux qui ne se ressaisiraient pas pour produire de l activité en interpellations et en contraventionnel. Nous avons saisi la DG, qui n a pas la classe politique sur ce constat simple : maintenant que le gouvernement est d accord avec nous sur le fait que ces secteurs sont dangereux, il faut se donner les moyens de prévenir les risques pour les policiers, ainsi que se mettre à niveau pour assurer la mission de sécurité publique. Nous avons déjà rencontré les maires des communes concernées, et nous maintiendrons la pression afin que les engagements soient menés à terme. Thierry Depuyt Régional Nord - Pas de Calais - Picardie apprécié cette interprétation des consignes nationales d abandon de la politique du chiffre A Rodez, le DDSP a décidé d imposer aux collègues de présenter un prévisionnel congés annuels 2014 de mai à septembre exclusivement! Nouvelle intervention avec effet immédiat : retrait de cette disposition. Sa réforme du calendrier romain a misérablement échoué. A Toulouse, au CP Nord, un officier exigeait 5 jours de délais préalable pour poser un repos Recadrage immédiat et application des textes. Depuis début janvier, nous en sommes à 9 interventions du même type, avec 100% de réussite. Les dictateurs en herbe ont beau s acharner, leurs tentatives de s ériger en chefs absolus ne réussiront pas sur cette région. Notre organisation syndicale y veille farouchement. Didier Martinez Régional Midi- Pyrénées Notre délégation reçue par le maire de Lens Notre délégation reçue par le maire de Maubeuge 12 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

8 La Colonne Analyse Syndicalisme et politique : des droits et des devoirs! judiciaire Réforme pénale : la récidive MEURTHE-ET-MOSELLE Des rats! La concurrence syndicale a suffisamment agité l épouvantail politique à l occasion de chaque période précédant un scrutin professionnel pour que nous ne versions pas à notre tour dans ce type de démagogie indigne d une organisation syndicale majoritaire. Pour autant, notre statut nous oblige à n éluder aucune question. La relation entre le monde syndical et le monde politique en est une. Débattons-en! Revenons en 2009! Nous formions l union syndicale historique UNITE SGP POLICE sous l égide de Force Ouvrière. Nos concurrents nous versaient des tombereaux de fumier sur la tête. Rien ne nous était épargné, aucune manœuvre calomnieuse, aucune grosse ficelle pour chercher à politiser le débat. L évocation de la confédération CGT-FO leur faisait perdre toute raison. Tous les coups même les plus grotesques étaient permis. Cela n empêchait pas notre rassemblement syndical de l emporter en janvier Que reste-t-il de la propagande d Alliance d il y a 4 ans? Rien! Finalement, que reste-t-il de cette infamante propagande? Rien! Il n est rien dans l attitude de la confédération Force Ouvrière qui soit susceptible de nuire aux intérêts des policiers que nous représentons majoritairement. Bien au contraire. La concurrence a donc changé son fusil d épaule. Puisque l étiquette politique de 2010 n a pas fonctionné, ils essayent maintenant celle de la collusion avec le pouvoir. Les courroies de transmission nous voient tel le «SAV du ministère». Ils osent tout! Ils semblent oublier que notre organisation syndicale n a, elle, jamais tenu compte de la couleur politique aux commandes du pays pour signer un accord ou envisager un mouvement social de grande envergure. Il en a été ainsi en Sous un gouvernement de gauche, nous appelions à descendre dans la rue et arrachions alors un accord historique. Il en a également été ainsi en Sous un gouvernement de droite cette fois, les policiers descendaient à nouveau dans la rue à notre appel pour poursuivre la contestation des accords iniques signés par Alliance. Et surtout pour obtenir l équivalence catégorie B pour les gradés et gardiens. Il en a été ainsi ces derniers mois, sous un gouvernement de gauche. Notre organisation syndicale a contesté, dans la rue, la stigmatisation des policiers, le port du RIO, la dégradation de conditions de travail, la perte du pouvoir d achat... Dans le même temps souvenezvous de 2008 cette concurrence si agitée sur le plan rhétorique bradait purement et simplement les conditions de travail des policiers. Quand on veut donner des leçons, encore faut-il ne pas vouloir faire du passé table rase! Quand on prétend défendre le navire des conditions de travail des policiers, encore faudraitil éviter de percer des trous dans la coque! Dans ce contexte, il nous serait facile de montrer du doigt le secrétaire général d Alliance qui choisit d être candidat sur une liste UMP aux élections municipales. «Police : Comment Alliance fait alliance avec l UMP» titrait Frédéric Ploquin dans les colonnes de Marianne. Il nous serait si aisé de rebondir sur cette polémique sans nuance. Tel n est pas notre choix! Chaque policier sous certaines conditions peut fort heureusement s engager politiquement, syndicalement, philosophiquement ou encore religieusement. C est heureux dans une grande démocratie telle que la nôtre. Quelle serait donc cette société où l on montrerait du doigt un fonctionnaire pour ses idées si tant est qu elles soient républicaines? Chaque collègue fut-il militant syndical peut s engager dans la vie politique au service de tous. Qui serions-nous pour nier cela?! En revanche, tout militant syndical doit laisser ses opinions aux portes des locaux syndicaux pour se consacrer à la défense de sa profession. Par ailleurs, ce militant ne doit pas prêcher, dans ses engagements politiques, l inverse de ce qu il revendique lorsqu il prétend représenter et défendre ses collègues. Nous y veillons farouchement! Comment, par exemple, lorsqu on défend une vision régalienne des questions de sécurité, vendre simultanément, dans le cadre d un programme électoral, une municipalisation outrancière de la sécurité? Où est la cohérence? La nuance ne peut pas nuire au débat syndical. Encore faut-il faire confiance à l intelligence collective et ne pas chercher à flatter les instincts les plus grégaires. Nous avons toujours fait le choix de cette confiance dans l entendement de chacun. Pendant que certains enfument, agitent, surfent sur les peurs et mélangent syndicalisme et politique, nous construisons, nous réfléchissons et nous proposons des solutions face aux véritables défis de notre temps. C est pour cela que vous nous avez élus, c est pour cette indépendance d esprit que vous nous faites confiance depuis tant d années. Stéphane Liévin Délégué national communication La garde des sceaux a présenté un projet de loi relatif au droit à l information dans le cadre des procédures pénales (afin de transposer la directive 2012/13/UE du Parlement européen et du Conseil du 22 mai 2012). Ce projet entrera en vigueur le 1 er juin 2014, à l exception des mesures d assistance d avocat pour les suspects entendus librement (1 er janvier 2015) Augmentation des droits Les gardés à vue bénéficieront de davantage de droits : information précise de l infraction qui leur est reprochée ; explication des motifs de la garde à vue ; accès aux mêmes pièces du dossier que l avocat. En outre, les gardés à vue et toute autre personne privée de liberté au cours de la procédure pénale recevront une déclaration écrite énonçant leurs droits. Renforcement des droits Le projet prévoit d informer du droit au silence et du droit à un interprète. Sont concernées : les personnes mises en examen ou ayant le statut de témoin assisté ; les personnes prévenues devant le tribunal correctionnel ou accusées devant la cour d assises. Délai pour le droit à la défense Les personnes poursuivies par citation directe ou COPJ bénéficieront d un délai allant de 10 jours à 3 mois avant la date d audience. Elles auront le droit d obtenir la copie du dossier dans un délai d un mois à compter de la demande. De plus, elles pourront demander des actes supplémentaires au tribunal, qui devra confier le supplément à un juge d instruction ou statuer par jugement motivé s il refuse. Assistance d un avocat En cas de comparution immédiate ou de COPJ, les personnes présentées devant le procureur pourront être immédiatement assistées par un avocat, dont les observations pourraient conduire le procureur à donner une autre orientation à la procédure. Notre avis... Pour UNITE SGP POLICE - FO, cette nouvelle réforme pénale a un goût amer de récidive, la récidive de ce qui va dans le mauvais sens. Le premier des besoins en matière judiciaire est la simplification de la procédure. Or là, c est tout l inverse. Une réforme ambitieuse toucherait donc très logiquement à la dématérialisation du dossier d enquête. Là, il s agit de rajouter du papier et des contraintes. On ne pourra pas continuer à déséquilibrer la procédure pénale sans encourir des conséquences graves. Nul ne nie ici l importance des droits de la défense, mais ceux-ci n ont pas arrêté d être amélioré ces dernières années, tandis que l officier de police judiciaire doit faire toujours plus avec toujours moins de moyens. Aujourd hui déjà, la lourdeur des procédures, le temps requis nuisent au bon fonctionnement des services de police, et donc aux victimes. En la matière, la France a déjà du retard. Pour en sortir, il faudrait prendre en main le système, au lieu de se faire infuser des modifications issues de régimes pénaux européens inspirés de pays étrangers. Leslie Rival Déléguée nationale investigation On connaît tous l état général des locaux de police. Notre organisation travaille activement à lutter contre cette insalubrité. Aussi, quand nous avons appris qu il y avait des rats au commissariat de Laxou, nous avons immédiatement exigé la tenue d un CHSCT extraordinaire, au cours duquel nous avons demandé des mesures immédiates. Dératisation, changement des faux plafonds, rebouchage de plaques d égouts, tout a été effectué. Pourtant, quelques semaines plus tard, les rats sont de retour. Jamais démotivé lorsqu il s agit de défendre nos collègues, notre bureau départemental a demandé -et obtenu- de nouveaux travaux, cette fois avec des moyens plus importants, notamment la présence d une caméra thermique, afin de repérer la présence des rats ainsi que les chemins qu ils utilisent. Des délégués de notre syndicat seront présents afin d assurer le suivi des travaux. A Laxou comme ailleurs, le combat pour l amélioration des conditions de travail bat son plein. Abdel Nahass Départemental ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

9 Lemariage Reportage Corse Devine le dîner qui vient dîner mercredi! Notre invité du mercredi soir est le chef de la Sûreté Départementale de la Drôme (26), plus connu sous le sobriquet de Verbalisator. Prenez place, ça va refroidir. Le conflit Police / Gendarmerie en Corse ne se limite pas à la P.J. et aux Sections de Recherche. D autres brigades en font les frais, sans pour autant être médiatisées. C est notamment le cas des unités cynophiles. A l origine de ce fiasco, un mariage forcé, en Première étape : héberger tous les chiens policiers dans le camps de gendarmerie de Colonna d Istria. Ce mariage n est pas gratuit, la mariée est exigeante ; les gendarmes y gagnent l accès au stand de tir police (avant, ils tiraient dans la montagne!). Actuellement, ils réclament l accès pour l ensemble des effectifs de la région. La suite viendra en 2010, lorsque la mutualisation opérationnelle est mise en place. La direction police fait de nombreux efforts d adaptation : achat d un troisième véhicule, équipement pneus neige, frais d essence pour se rendre chez les gendarmes... etc. Pourtant, à la fin de la lune de miel, le constat fait mal : la mariée est moche, a un sale caractère, et en plus, elle est infidèle! Ce bâtiment va être redécoupé, afin que policiers et gendarmes ne se côtoient plus... C est le nouveau caprice de la gendarmerie. Les accords préalables étaient clairs : la gendarmerie s occupe des interventions en matière de stupéfiants, de recherche d armes et de personnes ; la police s occupe de la recherche d explosifs, sur l ensemble du département sans limitation géographique. Tout cela fonctionnait bien, jusqu à ce qu un maître-chien gendarme, spécialisé en explosifs soit parachuté de nulle part, il y a quelques semaines. Depuis, les policier subissent les conséquences d un divorce imposé... Il va leur être imposé de faire chambre à part. Le bâtiment va être redécoupé pour que policiers et gendarmes n aient pas de contact! Pour cela, un lavabo va être installé dans la cour, pour les policiers. Les véhicules administratifs, bien qu enregistrés, sont contrôlés... Les chiens sont mieux traités que ça! De mauvaise foi en mensonges, la gendarmerie maintient ce statu quo qui lui a permis de gagner du terrain, des fonctions et du matériel, sans respecter ses propres engagements. A quoi sert le coordonnateur? La Corse sert de laboratoire dans le mariage de deux Institutions qui ne se ressemblent pas, et donc ne s assemblent pas. Cette histoire nous permet au moins de comprendre le choix de leur symbole, la grenade : dure à l extérieur, instable à l intérieur... tôt ou tard, elle finit par exploser. Croyez-le ou non, mais sélectionner notre invité pour ce premier dîner du mercredi n a pas été chose facile. Non pas que les candidats soient rares, non! C est tout l inverse : il y en a pas mal, à tous les grades et dans tous les corps. La difficulté est ailleurs. Pour ce premier dîner, nous voulions un compétiteur, un champion. Quelqu un capable de transformer la sottise en discipline artistique. Quelqu un capable de faire émerger une douce folie de la plus quelconque des bassesses. Ce mercredi soir, donc, notre invité sera le chef de la Sûreté Départementale de la Drôme. Son hobby est très particulier : ce commissaire a décidé de se mettre à la verbalisation des stationnements! Dans cette nouvelle fonction, il a acquis une rigueur très professionnelle, ce qui lui a valu le surnom de «Verbalisator». Bon forcément, en lisant ça, vous vous dites qu il y a un loup, et vous avez raison. N allez pas croire que notre Verbalisator national passe son temps à écumer les cités à risque pour pruner des multirécidivistes... Verbalisator : 50% commissaire, 50% radar 100% à côté de la plaque Bah non, le courage a ses raisons que seules les limites des raisons de son courage ignorent... ou quelque chose comme ça. Enfin, bref, tout ça pour dire que sa cible de prédilection présente moins de risques de lui faire prescrire des jours d ITT. Verbalisator a décidé d augmenter ses chiffres sur le dos d une de ses connaissances de travail, et pas n importe qui : le départemental adjoint d UNITE SGP POLICE - FO! Officiellement, c est une coïncidence. Qui s est déjà répétée trois fois. Bon, soit, la méthode est affinée, alors il n y a pas d erreur possible. Justement, si. Deux ans d école, quand même! La dernière prune date d une manifestation organisée par notre syndicat... alors qu une déclaration d occupation de la voie publique avait été très régulièrement déposée en préfecture. On a connu des amateurs qui s en sortaient mieux. Vous ne le connaissiez peut-être pas, mais Verbalisator est une célébrité locale. Il a réussi à exterminer l ambiance au sein de la SD 26. Avec cette assurance et cette fierté qui caractérisent nos invités du mercredi soir, il considère très certainement que le délégué syndical est responsable du mécontentement consécutif à la restructuration inutile des groupes. De toute évidence, si les demandes de mutation dans ce service se mettent à pleuvoir comme vache qui pisse, il y a bien un fautif, mais qui? Rassurez-vous, Verbalisator mène l enquête. 16 Le bureau régional Corse Et vous, vous inviteriez qui? Vous pensez faire plus fort que notre poulain? Contactez-nous sur ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

10 Reportage L Amicale Police Patrimoine Mémoire vivante de la police Les origines Tous deux fils d un brigadier-chef parisien et neveux d un CRS, Dominique et Laurent Chagrot ont en commun la passion de l automobile et de l Histoire. Leurs premières actions en matière de sauvegarde du patrimoine l ont été dans un cadre administratif ; grâce à la compréhension du directeur de l époque, monsieur Luc Rudolph, des acquisitions ont débuté, permettant d envisager la reconstitution d un parc roulant destiné à témoigner de notre histoire auprès des jeunes recrues, du commissaire à l ADS. Grâce à leurs contacts, ils font l acquisition d une authentique traction de 1939, originellement affectée au Quai des Orfèvres à l époque où Louis Jouvet tournait le film éponyme. Malheureusement, des modifications d organigramme, des problèmes de personnes ont mis fin à la seule tentative connue pour essayer de créer un musée roulant. Une autre difficulté résidait aussi dans la prise en charge de la restauration de ces véhicules : le manque d effectifs au sein de la DOSTL empêchait de consacrer des heures/fonctionnaires à celle-ci, alors que les policiers de terrain voyaient les voitures de patrouille immobilisées en attente de réparation. Dès lors, la forme associative apparaissait la plus pérenne pour la sauvegarde envisagée, à l instar de tous les plus grands musées automobile, au sein desquels c est une association qui interface et assure gestion et recherche de partenariats. C est la raison pour laquelle, en 2007, les frères Chagrot créent une association, l Amicale Police Patrimoine (A.P.P.) Les objectifs L Amicale a pour objectif d attirer l attention du public avec de belles voitures restaurées et, plus avant, de proposer une plongée dans l histoire de la «maison». Cela permet de véhiculer une autre image de l institution à travers une approche ludique et un contexte convivial, celui des grands rassemblements festifs. L association se consacre entièrement à l évènementiel, et délègue entretien et restauration à des partenaires : concessionnaires automobiles et, surtout, des lycées professionnels : celui de Camille-Jenatzy de Paris (réfection du moteur et châssis de notre future 2 CV du secours routier) et celui des frères Moreau de Quincy-sous-Sénart (panier à salade). Ainsi, l A.P.P. sera à nouveau présente cette année, et pour la 4 e fois, au Mondial de l Automobile, sur un stand gracieusement mis à notre disposition par son Commissaire Général, monsieur Thierry Hesse ; homme pour lequel auto rime avec passion et rêve, que les membres de l A.P.P. tiennent à remercier dans ces lignes... Les moyens L A.P.P. ne dispose d aucune aide et d aucune subvention de la part de la tutelle ; à l évidence, le patrimoine de la police n inspire pas les hiérarques et technocrates. Le patrimoine automobile est tout aussi abandonné que le patrimoine humain ; aussi, l A.P.P. a à cœur de recueillir le témoignage des anciens, pour les mettre en ligne sur le site Internet. Les cotisations des adhérents, 25 euros/an, alimentent un faible budget, essentiellement destiné au fonctionnement de base : timbres, imprimante, déplacements. Quelques dons sont perçus de la part de sociétés sensibles à l action de l association, qui espère également pouvoir louer des véhicules pour des tournages. 18 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

11 interview Michel Bouillé, Rencontre avec le vice-président de l Amicale Police Patrimoine Contact : Peux-tu te présenter? Bonjour, je m appelle Bouillé Michel. Je suis de la nomination de septembre 68 Jeune élève gardien, j ai été affecté au 5 e district, puis pendant trois années à la Brigade de Direction en Tenue (BAC). Notre territoire couvrait Paris et ses trois départements... très vaste! Par la suite, affectation à l état-major de la D.S.P. (pool dactylo-17 PS-salle de commandement), mais «la rue» me manquait. En 1978, création de la C.C.S.M. (Compagnie Centrale de Sécurité du Métropolitain). Pas de radio, juste un téléphone en bout de quai, et des kilomètres de couloirs. Bref, mieux valait être en forme! En décembre 1981, je rejoignais les Services Techniques et après quelques années passées au B.O.S.T (état-major) je retournais pour 8 ans sur la voie publique à la Brigade de Contrôles Techniques: bruits, fumées et pollution. Après trente années bien remplies, en 1998 je prenais ma retraite... sans laisser complètement notre «maison». Qu as-tu fait à ta retraite? Depuis maintenant 3 ans, je suis vice-président de l Amicale Police et Patrimoine : il s agit d une association, loi de 1901, qui s est donnée pour mission de sauver la mémoire de la police nationale : matériels, uniformes et bien sûr les véhicules, grâce auxquels nous sommes maintenant très connus dans le milieu des collectionneurs. L amicale participe-t-elle à des évènements? Le bilan sur 2012 : 33 participations à diverses manifestations et journées évènementielles, soit 85 journées d occupation! Bilan 2013 : 35 participations dont certaines sont marquantes : 5 sorties caritatives (3 pour le Téléthon, 2 pour des associations ), participation en tenue au mariage d un collègue, sortie à Beaune, invités au festival international du film policier. Notons aussi la journée du patrimoine, où nous étions présents avec notre car PS dans la cour d honneur du ministère de l Intérieur. Il y a aussi eu le salon MILIPOL, avec un très grand succès : les visiteurs ne s attendaient pas à croiser dans les allées 2 îlotiers... et, cerise sur le gâteau, franchissement de la ligne d arrivée par nos 2 hirondelles, à Tours, pendant l étape du Tour de France. Le but de l amicale : sauver la mémoire de la police nationale Pourrais-tu raconter une anecdote? Lors de notre première grande sortie en province, je me trouvais en tenue képi, bâton blanc et étui de pistolet (vide!!) avec mon comparse «Big Moustache», place Carnot à Beaune, en attente de l ouverture du festival du film policier. Se présente un livreur, qui nous demande de l autoriser à stationner quelques instant pour déposer de la marchandise. Nous acceptons en lui précisant que si le chef arrive nous serions dans l obligation de verbaliser Quelques minutes passent, notre livreur arrive rapidement, et me voit avec le carnet de P.V. en mains. Je lui explique que mon carnet date de 1970 et qu il est en francs. Devant son étonnement je lui précise que nous sommes en uniforme des années 1960 pour le festival du film policier. Le livreur est revenu l année suivante nous dire un petit bonjour. Où sont entreprosés les matériels et véhicules? Notre principal souci est le stationnement de nos véhicules. Etant parfaitement identifiables, nous nous devons de leur assurer un stationnement sécurisé. Pour cela, l un de nos sponsors héberge quelquesuns de nos véhicules dans ses ateliers. De même, nous «squattons» des emplacements dans des commissariats de grande banlieue. Idem pour nos tenues et accessoires : une partie du sous-sol d un poste nous a été attribuée Un grand merci à toutes et à tous. J en profite pour lancer un appel à tous ceux qui liront ces lignes : si vous avez, au sein de votre commissariat, service ou direction, des places disponibles, appelez-nous! Quelle vision as-tu de la police aujourd hui? Mais où sont nos policiers en tenue? Il y en a de moins en moins sur la VP... De temps en temps, nous trouvons à un carrefour un effectif en train de verbaliser des automobilistes. La répression est là. L automobiliste est traqué. Ok, de quelques millions d automobiles en 1970 nous sommes passés à plus de 29 millions. L immunité n est certes plus de mise, mais la politique du chiffre est évidente et, heureusement, les syndicats sont là pour la dénoncer. Nous sommes très loin d une police de proximité. Aujourd hui où en sommes nous? Le lien avec la population passe par le carnet de P.V. J en suis consterné, nous devons retourner à nos bases. Bien sur c est utopique de croire au retour d une police à l ancienne, mais l îlotage est et reste le meilleur moyen pour connaître un secteur. Bon courage aux jeunes (ou moins jeunes) collègues encore en activité. Notre amicale a aussi pour objectif de rapprocher les générations de policiers. Nous comptons dans nos rangs tant des actifs que des retraités, et aussi quelques «civils» avec une bonne mentalité! D ailleurs, notre site rencontre un très grand succès (200 visites/jour). Nous souhaitons continuer à accueillir dans nos rangs toutes celles et ceux pour qui la mémoire de l institution n est pas un vain mot ; qui nous aideraient à poursuivre notre action, nous accompagneraient sur nos manifestations où l accueil chaleureux du public est le meilleur des encouragements. En un mot, par vos adhésions, vous soutiendrez une «certaine idée de la police». Sachez enfin que nous recherchons des képis, casquettes plates, insignes PP, numéro d arrondissements ou des compagnies de circulation, des banlieues, étuis de pistolet, baudriers, mousquetons noir et blanc, des cabriolets (ancêtres de nos menottes!!!), pèlerines, bâtons blanc, crispins et gants blancs... Plus tous accessoires qui nous manquent pour porter nos uniformes d époque avec le maximum de fidélité et reconstituer «l histoire». D avance merci. 20 ACTUPOLICE Le mag décembre - janvier - février 2014 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

12 GRAND PARIS Gaël Trichet : «Ce que la structure ADS du SGAP de Paris peut faire pour vous.» Mutations intra-sgap de Paris Qui es-tu? Quelle est ta fonction? Je m appelle Gaël Trichet, j ai été ADS en province de 2005 à 2008, puis je suis devenu Gardien de la paix dans le 93. Depuis, je suis référent de la structure ADS du SGAP de Paris. Mon rôle et de procéder à la coordination des dossiers concernant les ADS sur l ensemble du SGAP de la demande de changement de service au problème disciplinaire, en passant par les conditions de travail. Sans oublier bien entendu les infos pratiques, que ce soit dans le domaine des concours, des formations ou reconversions. Comment fonctionne cette structure ADS? Cette structure a eu pour effet de créer un engouement auprès des ADS, et les problématiques remontées par nos collègues sont nombreuses. Pour y répondre, je travaille de concert avec la cellule logement ainsi que la cellule médicale du SGAP de Paris, mais également avec les référents ADS de chaque département. Quelles victoires avez-vous obtenu? Nous avons déjà réussi à obtenir le changement de département pour de nombreux ADS. De plus, nous défendons chaque demande de changement de service. Nous assurons également un accompagnement durant l audition administrative ou le passage en conseil de discipline. C est une autre victoire en soi ; cela démontre que les ADS ne sont pas seuls, qu ils peuvent être assistés efficacement. Grâce au travail du bureau national, nous avons obtenu le retrait du report de repos et la mise en place du passeport d avenir professionnel. Quels sont les objectifs à atteindre? Les ADS de la BRF souffrent d un manque d effets vestimentaires, le départemental de Paris ainsi que la région a saisi et lancé les procédures syndicales afin d obtenir gain de cause. La carte de transport reste un objectif à nos yeux crédible même si nous sommes dans une période de restriction budgétaire à tout niveau. Et, surtout, nos collègues ADS doivent savoir qu ils ne sont pas seuls, qu à travers moi toute l organisation syndicale du SGAP de Paris d UNITE SGP POLICE travaille et agit pour défendre leurs intérêts. Contact : blocage intolérable Depuis la mise en place du Grand Paris et la police de l agglomération parisienne, les mutations à l intérieur du SGAP, voire au sein d une même direction, sont toujours difficiles à obtenir pour les collègues. Hormis les rares appels à candidatures, les policiers du SGAP de Paris, qui veulent muter de Paris en direction d un commissariat de petite couronne sur candidatures spontanées, se voient systématiquement opposer des avis défavorables de la part de leur Chef de Service ou des Directions actives. Ne parlons pas des collègues de la DOPC qui, en dehors du mouvement SAPO, sont bloqués dans cette «direction prison» Nous sommes saisis et intervenons syndicalement tous les jours pour décanter des situations de collègues souhaitant muter au sein du SGAP, pour des motifs souvent d ordre personnel et familial. Au moment où les recrutements reprennent, après quatre années de «vaches maigres», UNITE SGP POLICE, en audience dans toutes les directions actives et à la DRH, demande de réels mouvements de mutations inter-sgap, à hauteur d au moins deux par an, pour permettre aux collègues de changer d arrondissement, de direction ou de circonscription dans des délais corrects. Rocco Contento Départemental Paris ACTUPOLICE Le mag JUIN - juillet - août

13 ZSP: Zones, SinistrEes POLICE DE LA Suivez le syndicat UNITE SGP POLICE - FO dans les coulisses de la police, pour cette nouvelle édition des trophées «17 d or», intitulée ZSP : Zones Sinistrées de la Police. Le 17 est le numéro d urgence de la police. Notre but est de montrer l importance d effectuer des travaux! Notre organisation n en est pas à son coup d essai! Très impliquée dans l amélioration des conditions de travail, nos actions 17 d or ont récemment permis de débloquer des fonds pour les services suivants : CSP Deuil-La-Barre (95) CSP Sarcelles (95) CSP Taverny (95) CSP Gonnesse (95) CSP Lyon 2 e (69) CSP Longwy (54) CSP Berck (62) CRS 5 Massy (91) CRS 48 Chatel-Guyon (63) De la réparation-entretien à la reconstruction complète des services, nous sommes fiers de militer pour offrir de meilleurs locaux aux policiers ainsi qu une image plus soignée auprès du public. Il reste pourtant tellement à découvrir! Dossier spécial

14 S t Amand les Eaux Vaucresson CRS n 2 17 d or dans la catégorie : «Bouge de là!» 17 d or dans la catégorie : «Meilleur parc d attraction» La mairie de Saint-Amand-les- Eaux a convenu d un accord avec le ministère de l Intérieur: deux ans de gratuité des locaux, ainsi qu un terrain pour construire un nouveau commissariat. C était il y a sept ans. La période de deux ans de locaux gratuits est terminée... et prolongée de force par une administration bien décidée à ne pas payer. La somme de a tout de même été engagée pour une «étude de réalisation» du nouveau commissariat, et le permis de construire a été déposé. Le temps est passé, tout cela est caduque. Depuis, le terrain se porte bien, merci pour lui, mais aucun commissariat n a poussé dessus. Que de l herbe ; au prix de l étude inutile, ça fait cher le brin d herbe. La mairie, quant à elle, ronge son frein. On verrait bien une allée piétonne qui passerait au milieu de ce bâtiment pour relier au centre-ville. Manque de bol, il y a encore des policiers qui y travaillent, dans ce qui ressemble furieusement à un taudis, puisque tout le monde se rejette la responsabilité des travaux d entretien. Et, bien entendu, plane sur nos collègues la menace d être expulsés, puisque les locaux ne sont plus à eux. Bref, bienvenue à Saint-Amand-les-Eaux! Réparer des fenêtres cassées avec du matériel de bureau : pas si simple! Flash info : aujourd hui, l indice de qualité de l air sera de zéro. Comme hier. Le cantonnement CRS de Vaucresson, c est bien simple, vous ne pouvez pas le louper. Quand vous arrivez au centreville, dirigez-vous vers le quartier ultra-pavillonaire. Là, ouvrezvotre fenêtre : parmi les manoirs, les villas et les châteaux, vous Visitez le jardin botanique. Il n est pas à l intérieur, il est sur le toit. Hé! Ce serait pas le décor de «Bienvenue chez les Ch tis»? allez aisément repérer ce léger fumet de moisissures humides. Suivez-le. Voilà, vous êtes arrivés à la CRS n 2, récemment élu meilleur parc d attraction! Il faut dire que ce que vous voyez là, vous ne le verrez nulle par ailleurs. Ne vous laissez pas intimider par le bâtiment principal, allez directement dans les quelques hectares derrière celui-ci. Champignons, mousses sauvages et autre bizarreries n attendent que vous. Pour toute réservation effectuée avant la fin de l année, un fût anti-bactérien offert! Le matelas d un dortoir. Le spectacle de mycoses sauteuses reprendra à 14h30. Tout-en-un : on dirait des WC turcs, mais non, c est bien une douche. Là, il a plu, alors les égouts remontent. Du coup, ça fait aussi bidet. C est pratique, les archives. Ca couvre les trous dans le plafond! Cette planche empêche la rampe de pendre dans le vide, ce qui, évidemment, la rendrait moins utile. Le chenil est fermé! Les chiens ont préféré se faire la malle. Le parking fait aussi office de terrain de cross (moto non fournie). N hésitez pas! Venez découvrir cette authentique maison de hobbit!

15 Lyon 7 e arr Béziers 17 d or dans la catégorie : «Génie civil» 17 d or dans la catégorie : «Poulets rôtis» En arrivant devant le commissariat, vous avez droit à deux entrées. Choisissez celle de droite, et tout s arrête ; choisissez celle de gauche, vous restez au pays des merveilles, et... Bon, OK, on arrête de plagier. Mais il faut avouer que le commissariat de Lyon 7 e a un côté irréel. Composé de deux ailes séparées, les gens passent leur temps à faire des allers-retours entre les bâtiments. Pour la police, c est encore plus problématique : les cellules de garde à vue sont dans une aile, les bureaux d enquête dans l autre. Il faut donc régulièrement descendre la rue, sur le trottoir, avec les personnes gardées à vue. Vainqueur du prix «Watt le phoque» Bien évidemment, des petits malins ont déjà compris le truc : pour tenter de mettre un terme prématuré à une garde à vue, il suffit de monter une embuscade sur le trottoir. Il existe bien une cave qui relie les deux bâtiments, mais la mairie s oppose à son utilisation. Motif : trop dangereux (pour eux, puisque le couloir donne aussi sur le bâtiment de la mairie). Vivement que quelqu un invente les portes à digicode. Ah, on nous informe en régie que c est la mairie qui nous héberge à titre gratuit. Quelle gentillesse! On est tellement troublé en sachant ça qu on n ose plus parler des autres problèmes de ces locaux. On va donc se contenter de vous les montrer en photo. Faux plafonds, vrai trous. Le local d entretien avec l avocat fait penser à une mini classe de primaire. Au bout de dix bonnes réponses, vous avez droit à un bon point. Si l enfer existe, nous pensons l avoir trouvé. Situé plein sud, le commissariat de Béziers est dépourvu de tout système de ventilation ou de climatiseur. Nous avons réalisé ce reportage en plein hiver. Sous un soleil hivernal plus que timide, il faisait déjà très chaud, à tel point que certains travaillent en manches courtes. La question qui vient normalement : comment ça se passe en été? Un policier sur place nous répond : «c est simple, on cuit! Il fait tellement chaud que certains plaignants font des malaises. Alors, on prend les plaintes dans le couloir, à l ombre.» Cette particularité ne doit pas occulter l état de délabrement avancé des locaux. Electricité, hygiène... tout fout le camp! Deux de ces prises ne fonctionnent plus. Saurez-vous trouver lesquelles? Dès l entrée, le ton est donné : «Interphone en panne. Signalezvous à la fenêtre sur la droite SVP». Ou, en français courant, «Bienvenue en enfer». Les toilettes du public sont... comment dire? Renversantes. Cet appareil sèche les mains et défrise les cheveux. En même temps. Au sous-sol, la salle de repos. C est quoi, le truc au fond? D ici déjà, ça schlingue la non-conformité! Le vasistas au-dessus de l échelle, c est la sortie de secours! Pas le peine de se déhancher, il y a des barreaux de l autre côté! Le vice est poussé au max avec cet indicateur de secours au plafond. Magnifique. Nous, on applaudit, la larme à l oeil! Le chaterton sert à allumer la lumière sans se prendre une châtaigne. Le coin cuisine. Evier pété, plaques hors d usage et frigos condamnés. Mangeons dehors... Pour une raison qui nous échappe, l urine reste collée à la faïence.

16 Paris 1 er arr Poste S t Eustache Verdun 17 d or dans la catégorie : «Trou à rats» 17 d or dans la catégorie : «Vaste fumisterie» Les invasions de rats se succèdent et ne se ressemblent pas au poste de St Eustache. Il faut dire qu ils se sentent très certainement plus à l aise dans ces locaux pourris que les policiers qui y sont affectés. Et comme une image vaut mille maux... Verdun, c est l histoire d un commissariat oublié par l histoire. Déjà après la seconde Guerre Mondiale, des archives de tracts syndicaux dénonçaient la vestusté du bâtiment! C était il y a plus de cinquante ans... Ca rouille, les dalles de plafond en plastique? Si vous êtes allergique, un conseil : ne venez pas. Ces granulés orange qui pullulent dans les douches restent un mystère pour la science. Les vestiaires sont censés être en travaux. Sauf que ça fait des années qu on n a pas vu un ouvrier. L accueil. Avec ses poteaux rouillés et ses meubles écaillés, on est direct dans l ambiance. Un espace de travail qui optimise la concentration. Implanté dans un ancien hôtel de passe (sans blaguer), le commissariat n est pas adapté pour remplir une mission de sécurité publique. Sa structure même part en sucette : le plancher s affaisse, la façade se fissure et les escaliers menacent de s effondrer. Allez, puisqu on vous aime bien, on va aussi vous raconter une anecdote. Il y a quelques mois, un individu gardé à vue s est trouvé porteur de la galle. Afin de nettoyer sa cellule, un policier est allé dans l armoire de la femme de ménage. Il y a trouvé une cartouche de désinfectant en fumigène. Hélas, à l image du commissariat, la cartouche était hors d âge et contenait du Lindane, un produit toxique interdit depuis 25 ans... Depuis, la cellule est condamnée, et il a fallu la poncer sur 5 cm pour retirer toute trace du produit... Sous la partie gris clair du sol, ce sont les fosses septiques. Quand elles remontent, le sol se fragilise. C est ainsi que la jambe d un policier s est enfoncée jusqu au genou. Bon appétit! Ce n est pas une illusion d optique : le plancher du couloir et les marches penchent dans le même sens! Les paris sont ouverts : quand la toiture va-t-elle s effondrer? Cette structure métallique sert à soutenir les escaliers, pour éviter qu ils s effondrent. Promis, si on découvre du pétrole, on partage. Ces prises électriques sont très recherchées par les antiquaires. Un beau jour, un bout de plafond est tombé. Et la vie a continué.

17 Pau Herblay 17 d or dans la catégorie : «A peu de choses près...» 17 d or dans la catégorie : «C est d la bombe, bébé!» Par manque de place au commissariat, un 4 e étage a été construit début Malgré un coût plus élevé, les aménagements handicapés ont été faits : toilettes handicapés, largeur des portes aux normes, etc. Mais sans ascenseur, ils ne peuvent pas monter au 4 e..c est ballot! Pourquoi pas d ascenseur? La réponse est fulgurante : d après les rapports d analyse, l ascenseur n a pu être installé dans la cage d escalier... parce qu il dépasse de 1 cm. Effectivement, on aurait préféré ne pas avoir la réponse, ou alors juste un bobard moins ridicule. Mais, à bien y regarder, cette anecdote très «fonction publique» résume assez bien l état d esprit général... Le commissariat aurait pu être en bon état si le sol n était bourré d amiante ; si les sanitaires n étaient pas aussi dégueulasses; si les bureaux n étaient pas si étriqués ; si les femmes avaient mieux qu un algeco au fond du garage en guise de vestiaire... Sous ces dalles de sol éclatées, de l amiante. Marchez sur la pointe des pieds! Un lavabo spécial «espace réduit». Un urinoir «artisanal» : une bassine en plastique et un rouleau de PQ. Le point d eau en dessous des fusibles, c est stylé. Absurde, mais stylé. Ce placard est en réalité un bureau prévu pour 11 personnes. Record à battre. La stèle illisible entourée de mauvaises herbes et cloturée par un portail rouillé, c est le monument aux morts.tellement désolant qu on n a pas le coeur à faire une blague... Lors de la précédente édition de ce reportage-photo, nous avions évoqué le commissariat d Herblay sans lui décerner de 17 d or. Quelle erreur! A l époque, nous étions jeunes et naïfs, ActuPolice était sur le point de naître. Visuellement, ce commissariat était mal en point, sale, mais dans cette catégorie il était surclassé par d autres, bien pires. C est-à-dire que la vraie richesse du commissariat d Herblay n est pas accessible au néophyte : son vrai problème, c est son installation électrique. Il fallait le savoir! Maintenant, on sait. Et depuis qu on connaît l ampleur du problème, Herblay a gagné son billet d entrée pour ce reportage national. Pas sûr que les policiers qui y travaillent s en réjouissent ; en tous cas, pas depuis que nous avons mis à jour la véritable bombe dans laquelle ils déambulent tous les jours! Bon nombre de radiateurs ne chauffent plus. Et comme meuble, c est encombrant. Les indicateurs de sortie de secours sont tous en panne. Même pas un dessin avec une flèche pour vous montrer la sortie en cas d incendie! Certaines ampoules claquent tout le temps. Celles-là, on ne les remplace plus. Il arrive que les néons explosent et laissent des traces de brûlure. Ils sont tellement susceptibles! Ce panneau électrique est un bijou : protections inexistantes, fils dénudés qui pendouillent, triphaseurs à l air libre, absence de fusibles... si votre doigt effleure le moindre élément, vous mourrez. Pour ouvrir la porte du garage, on utilise ce bout de bois avec un clou qui fait contacteur. Ces fils dépassent du boîtier. Esquivez-les!

18 Vitrysur-Seine Basse- Terre Prix Kommandantur 17 d or dans la catégorie : «Brouillon de vrai commissariat» 17 d or dans la catégorie : «Nou Pa Trouvé Pli Mal Fouti Ki Sa Bastè*» *plus délabré que Basse-Terre, ça n existe pas! En arrivant à Vitry, on était prévenus : «c est vieux, c est usé. Ca fait des années qu on nous promet des rénovations. Là, ils ont refait quelques bureaux. Depuis, plus rien!». Là-dessus, le ton était donné. En revanche, on ne s attendait pas à tomber en pleine république bananière. Je vous demande un instant, mon collègue de bureau me parle : - Oui, tu veux quoi? - Faudrait que tu leurs expliques comment ça se passe d habitude, sinon on pige rien. - Pas bête. Vous êtes encore là? Alors voilà : en général, quand on arrive dans un commissariat pour prendre des photos, on prévient le chef de service de notre intervention. Etant dans notre droit, il ne s agit que de courtoisie. Nos interlocuteurs le savent. Cette fois, c est différent. Appel téléphonique préalable : personne. Frapper à la porte du bureau : personne. Tous ceux qui croisent notre chemin nous demandent si la chef de service est au courant de notre démarche, avec de la tension dans la voix. Forcément, ça met le doute. Pourquoi cette crainte maladive? C est alors que se présente un haut gradé, qui nous déclare solennellement que la chef de service est informée de notre présence (!), et qu elle nous interdit strictement de prendre des photos! - Comment on appelle quelqu un qui interdit des choses qu il n est pas en mesure d interdire? - Ca dépend. C est un magazine tout public? - Ouais. - Alors je peux rien dire. Cette singularité mérite une récompense honorifique. Nous décernons donc à Vitry le prix Kommandantur. Bien entendu, il ne doit pas faire d ombre au 17 d or, qui, lui, vient récompenser l état déplorable des locaux, que vous pouvez constater sur les photos que nous n avons pas eu le droit de prendre. En voyant les plafonds, on a pensé à un bombardement, mais y a pas d impact au sol... Ces photos représentent la même porte. A l intérieur, un simple bouton poussoir. A l extérieur, un digicode. Il est donc plus facile de sortir que de rentrer. C est comme ça que certains suspects arrivent à s évader... Cet espace minuscule est multifonction : bureau, cuisine, zone pour décharger son arme, local d entretien avec avocat... Passons rapidement sur l emplacement en plein centre-ville, qui bloque les véhicules de police durant les heures de pointe... Concentrons-nous plutôt sur le délabrement avancé des locaux, qui présentent de nombreuses fissures, y compris sur des murs Depuis l accueil, vous pouvez accéder au local des armes, farouchement gardé par une porte fine et une fenêtre. Servez-vous! Le soleil tape, les installations encaissent. La clim a déclaré forfait au 3 e round. porteurs. La thèse de l effondrement est si probante que bon nombre de policiers, à la fin de la journée, se considèrent comme des «survivants», des rescapés. Heureusement que la peinture tient encore les murs. Voilà pour les fondations. La toiture n est pas en reste : à chaque pluie, des fuites d eau importantes se répandent sur le sol et au milieu des installations électriques. Le commissariat de Basse-Terre finira-t-il par s écrouler ou par brûler? Si personne ne fait rien, nous aurons la réponse bientôt. Tous les murs, mêmes les porteurs, ont été touchés par les tremblements de terre. Lézarder au soleil, y a que ça de vrai! Les fuites d eau en continu pourrissent la structure du bâtiment et rendent le sol glissant. Au passage, elles arrosent le système électrique. A vous maintenant! Dessinez la suite de cette fantastique histoire.

19 N oublions pas... Par manque de place, nous n avons cité que les principales caractéristiques des services mentionnés. Les problèmes sont en réalité bien plus nombreux ; ceux ci-dessous sont vérifiés à peu près partout. le parking! le mobilier! Quoi de plus réconfortant, quand on est victime, que de s assoir sur un siège qui devait partir à la déchetterie? les cellules! les absurdités! Avouez-le, vous aviez envie de le voir, ce fameux fumigène utilisé à Verdun. Hé bien le voici! 5 places. Les autres, débrouillezvous! Qui aurait pu un jour penser que les gens prendraient leur voiture pour aller au commissariat?! Quelle hérésie! Peu importe où vous allez, il y a une règle : les vestiaires, c est toujours une calamité! Le mobilier est souvent issu de la récupération des encombrants. A vot bon coeur, m sieurs dames! La frontière entre les camps de prisonniers de guerre et les cellules de gardés à vue est souvent mince. Une boîte de secours dans un couloir. Rien pour la casser ou l ouvrir. A l intérieur, une clef : personne ne sait à quoi elle sert. Pour se garer, il faut prendre le parking payant. Travailler coûte cher. Etre victime aussi... Cette boîte de concentré de tomate sert de poubelle... Les commentaires ont été désactivés par le modérateur. Il faut le dire, sans les bizarreries Kafkaïennes, la fonction publique perdrait de son charme. Cette fenêtre est dotée de poignées permettant de l ouvrir dans plusieurs positions. Mais à 2m50 au dessus du sol, personne n y a accès. Félicitations aux lauréats de cette édition des «17 d or»! Voici qui clôt ce reportage-photo. La science n est pas encore assez avancée pour nous permettre de partager avec vous les odeurs des lieux mentionnés. Rassurez-vous, vous n y perdez rien! Nous espérons que le spectacle vous a plu. Sachez en tout cas qu il n est pas du goût des fonctionnaires qui travaillent jour après jour dans des locaux infâmes. En infligeant ces conditions de travail à leurs salariés, des sociétés privées seraient traduites en justice. Le mot des auteurs Ce reportage-photo n a pas pour but de mettre à mal les fonctionnaires de tous grades travaillant dans les services en question. Les problèmes dénoncés dépendent de décisions non prises à un niveau supérieur. Ce reportage est diffusé au plan national ainsi que sur notre site Internet. La Direction Centrale, le Préfet ainsi que les maires des communes concernées en sont rendus destinataires. Aucun rat n a été blessé durant le tournage ACTUPOLICE Le mag septembre - octobre - novembre

20 C.R.S. Montagnards Notre blocus face aux pompiers C ela fait plus de 60 ans que CRS et gendarmes assurent avec professionnalisme la mission du secours en montagne. Preuve de leurs compétences et de l efficacité de leur travail, ces deux unités, reconnues par tous les acteurs du milieu montagnard en France mais aussi à l étranger, forment les groupes de secours en montagne de nombreux pays. Or, depuis peu, sans en comprendre les raisons, et en totale contradiction avec la circulaire KIHL de 2011, les Services Départementaux d Intervention et de Secours (SDIS) des pompiers font pression dans de nombreux départements pour intégrer, voire s approprier cette mission. L intervention -non requise- des pompiers diminue l efficacité et augmente le coût des missions Dernièrement les préfets des Alpes Maritimes et des Pyrénées Orientales ont pris des décisions favorables aux SDIS, qui désorganisent et diminuent l efficacité du secours en montagne, en plus d en augmenter le coût. Les chiffres parlent d eux-mêmes : 300 interventions montagnes pour 32 agents CRS et gendarmes dans les Alpes Maritimes et 240 pour 29 agents de ces deux mêmes unités dans les Pyrénées-Orientales. Au regard de ces résultats, on est en droit de s interroger sur l utilité d intégrer un troisième acteur dans un dispositif qui a fait ses preuves. De surcroît, cette mission nécessite, en plus de la qualité de secouriste, une qualification judiciaire et une grande disponibilité que n ont pas les sapeurs-pompiers, pour la plupart volontaires. Nous avons donc saisi le ministre de l Intérieur, afin de lui faire part du désarroi des sauveteurs. Dans notre courrier, nous avons expliqué la réalité des faits face à un système ou l intérêt porté à la victime semble aujourd hui sensiblement s éloigner des valeurs primordiales à ce type de mission. Ceci est d autant plus navrant que les plans de secours ne sont pas respectés lors de l attribution des interventions par les Centres Opérationnels Départementaux d Incendie et de Secours (CODIS), avec pour conséquence des délais de prise en charge des victimes qui ne cessent d augmenter. Il nous apparaît urgent de réaffirmer, indépendamment de toute notion d appartenance institutionnelle, l exigence de la qualité du service public qui est désormais mise à mal. Nous demandons instamment au ministre de l Intérieur de considérer que l évolution de la situation autour des plans de secours spécialisés doit reposer sur la volonté de maintenir les acquis de systèmes pris en exemples pour leur bon fonctionnement. A ce titre, nous sollicitons une intervention du ministre, pour faire en sorte que le résultat produit par les nombreuses années passées à construire des dispositifs de qualité en ce qui concerne le secours en montagne, ne soit pas bradé au profit d aspirations partisanes, ne correspondant pas aux attentes de nos concitoyens. Emmanuel Freyche Délégué CRS Montagne 38 ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin 2014 Photos : DGPN/SICoP ACTUPOLICE Le mag avril - mai - juin

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi

Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi Vous venez de vous faire flasher par un radar automatique et vous souhaitez contester? SauverMonPermis vous fournit un guide précis pour mener

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE L accueil est assuré 24 h sur 24 au 0 820 30 3000 * ou 06.86.55.24.01 Victimes &

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE PREFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE Le 17 janvier 2011 PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE par Monsieur Jean DAUBIGNY, préfet de la région Pays de la Loire,

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

POINT D'INFORMATION MENSUEL

POINT D'INFORMATION MENSUEL POINT D'INFORMATION MENSUEL - avril 2013-1 Sommaire Passage d un élève en classe supérieure - page 3 Application de la règle du sursis en matière de sanction disciplinaire - page 3 IMPORTANT : date de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Signature de la convention de sécurisation des bijouteries

DOSSIER DE PRESSE. Signature de la convention de sécurisation des bijouteries Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention de sécurisation des bijouteries Mardi 2 décembre 2014 à 10 h

Plus en détail

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Du lundi 23 mars au vendredi 27 mars 2015 École des officiers de la gendarmerie nationale Melun (Seine-et-Marne) L INHESJ L Institut national des hautes

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3252 Convention collective nationale IDCC : 1539. COMMERCES DE DÉTAIL DE PAPETERIE, FOURNITURES DE BUREAU,

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DE PROJET A LA VILLE DE SAINT JEAN DE VEDAS

DEMANDE DE SUBVENTION DE PROJET A LA VILLE DE SAINT JEAN DE VEDAS DEMANDE DE SUBVENTION DE PROJET A LA VILLE DE SAINT JEAN DE VEDAS NOM DE L ASSOCIATION : INTITULE DU PROJET POUR LESQUEL LE DOSSIER EST DEPOSE : DATE D ENREGISTREMENT A LA MAISON DES ASSOCIATIONS (partie

Plus en détail

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Année 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Pour les subventions de fonctionnement : date limite de dépôt : 31 Octobre 2015 Pour les subventions exceptionnelles :

Plus en détail

Règlement des mutations

Règlement des mutations GdB Règlement des mutations Règlement adoption : CD du 16/03/12 entrée en vigueur : 01/05/12 validité : permanente secteur : ADM remplace : Chapitre 2.3-2013/1 nombre de pages : 6 5 grammes de plumes,

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires Les particularités des rémunérations des réservistes militaires PRESENTATION Pour favoriser le développement et l attractivité de la réserve militaire, les rémunérations versées aux réservistes sont exonérées

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL Consternant mais réel constat dans le secteur associatif : la représentation du personnel dans nos structures reste anecdotique, en dépit des obligations légales

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 8 Le droit de la famille et les femmes immigrantes, réfugiées ou sans statut FR 008 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Consultation des avocats de Paris

Consultation des avocats de Paris Consultation des avocats de Paris Sondage Ifop pour l Ordre des avocats de Paris Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

IMPORTANT. Election des représentants au conseil d administration de la CNRACL du 20 novembre au 4 décembre 2014

IMPORTANT. Election des représentants au conseil d administration de la CNRACL du 20 novembre au 4 décembre 2014 Fédération des personnels des services publics et des services de santé FORCE OUVRIERE 153-155 rue de Rome 75017 PARIS ( 01 44 01 06 00 - * fo.sante-sociaux@fosps.com - fo.territoriaux@fosps.com 8 www.fosps.com

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Année:. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Nom de l association:.. Cadre réservé à l administration Date d arrivée du dossier à la Communauté de Communes

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

«Je suis cohabitant, je n ai droit à rien» Attention, chaque situation est particulière, il y a un calcul à faire qui est différent pour chacun

«Je suis cohabitant, je n ai droit à rien» Attention, chaque situation est particulière, il y a un calcul à faire qui est différent pour chacun A toutes personnes au chômage, exclues ou pas du chômage, dois-je aller, puis-je aller au CPAS? OUI Ne vous laissez par gagner par des rumeurs du genre : «Je suis cohabitant, je n ai droit à rien» Attention,

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Puis-je refuser l accès au magasin? OUI Magasin = votre propriété Liberté de vendre ou non Uniquement critères objectifs (et pas :

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière DEVENEZ UN HÉROS POUR L association Prévention Routière 1 Notre mission Créée en 1949, l'association Prévention Routière est reconnue d'utilité publique en 1955. Elle conduit ses actions dans de multiples

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS Le Manifeste des Avocats Collaborateurs (MAC www.notremanifeste.com) est un syndicat qui a pour objet la défense des intérêts des avocats collaborateurs et des avocats en installation, ainsi que la défense

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Aides à l embauche des jeunes et des seniors

Aides à l embauche des jeunes et des seniors COMMUNICATION - INFORMATION Juillet 2011 Aides à l embauche des jeunes et des seniors Des mesures visant à développer l emploi des jeunes et des salariés de plus de 45 ans viennent d être créées (Décret

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Préparé par EU Athletes, l association européenne des jeux et paris en ligne (EGBA), la Remote Gambling Association (RGA) et l association européenne

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

D P E L P AC A E C M E EN E T N ENTREPRISE

D P E L P AC A E C M E EN E T N ENTREPRISE PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE Récapitulatif de la démarche Cette démarche s inscrit dans le cadre de la Loi sur l Air et des mesures liées à la limitation de l usage de l automobile contenues dans la

Plus en détail

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire LES SERVICES DE L ETAT SE MOBILISENT POUR LUTTER CONTRE LES CAMBRIOLAGES DANS LA LOIRE our ceux qui en sont victimes, un cambriolage est un vrai traumatisme

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION COCuMONT Mémoire et Patrimoine REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES 1.1. Membres actifs : Les membres actifs sont admis lors du paiement de la cotisation annuelle. Ils bénéficient de tous

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage TEST D'ACCÈS AU DALF CO. ÉPREUVE ÉCRITE 1 : COMPRÉHENSION ÉCRITE Lisez attentivement le document ci-dessous, puis répondez aux questions : Sécurité routière : les Français amorcent un virage Systématisation

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Renforcer l action du médecin du travail

Renforcer l action du médecin du travail 1 Réforme de la médecine du travail : l avis du Conseil Économique et social mars 2008, par serge cannasse Le Conseil économique et social a rendu son avis sur la médecine du travail. Son diagnostic est

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Le juge est là pour me protéger

Le juge est là pour me protéger Le juge est là pour me protéger Guide à l usage des enfants et adolescents pour se repérer dans une procédure judiciaire Ce guide appartient à : NOM :... Prénom :... Date de naissance : / / Sommaire Est-ce

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Situation n o 18 Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT

Situation n o 18 Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT Suite à une altercation avec sa supérieure hiérarchique, une femme de chambre exerce son droit de retrait. Le secrétaire CHSCT l incite à maintenir

Plus en détail

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité»

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité» OIJJ LONDRES 7.11.12 LES JEUNES, LA CRIMINALITE ET LA SOLIDARITE : LES IMPLICATIONS POUR LE CHANGEMENT par Madame Dominique ATTIAS Pour pouvoir exercer, le futur avocat se présente en robe devant le Premier

Plus en détail

La Vie Hospitalière et Sociale

La Vie Hospitalière et Sociale La Vie Hospitalière et Sociale CFTC - Fédération CFTC Santé Sociaux Secteur Medico-Social Supplément au journal n 288 n 2014/ 2, Paris, le 29 Janvier 2014 Tirage au duplicateur au Siège de la Fédération

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Demande de carte professionnelle

Demande de carte professionnelle Demande de carte professionnelle Live VI du code de la sécurité intérieure Ce formulaire vous permet d effectuer votre demande de carte professionnelle dématérialisée. Valable cinq ans, la carte professionnelle

Plus en détail

I. La définition du harcèlement moral au travail

I. La définition du harcèlement moral au travail 1 Protection du fonctionnaire Harcèlement moral au travail NOR : MENH0700398C RLR : 610-7 e CIRCULAIRE n 2007-047 DU 27-2-2007 MEN DGRH B Lien : bulletin officiel n 10 du 8 mars 2007 Texte adressé aux

Plus en détail

L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE

L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE Mardi 14 juin 2016 L essentiel du projet de loi Le projet de loi relatif

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-08-00004 DATE : 31 décembre 2009 LE COMITÉ : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD THÉROUX

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL CAISSE D'EPARGNE NORD FRANCE EUROPE ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL Entre les soussignés, - La Caisse d'épargne Nord France Europe, dont le siège est situé à LILLE,

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G (1) L établissement d un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises ou établissements où sont employés habituellement au moins 20 salariés. Règlement intérieur Voir commentaire -1 Le règlement

Plus en détail

INFORMATIQUE ET LIBERTES

INFORMATIQUE ET LIBERTES INFORMATIQUE ET LIBERTES MARCIN SKUBISZEWSKI skubi@skubi.net http://www.skubi.net c Marcin Skubiszewski Informatique et libertés 1 INFORMATIQUE ET LIBERTES De quoi parlons-nous? de données nominatives

Plus en détail