LES ÉTUDES DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE SUR LE MÉDICAMENT. Impact économique de la modification des conditions de remboursement des SMRi en 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ÉTUDES DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE SUR LE MÉDICAMENT. Impact économique de la modification des conditions de remboursement des SMRi en 2006"

Transcription

1 LES ÉTUDES DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE SUR LE MÉDICAMENT Impact économique de la modification des conditions de remboursement des SMRi en 26 Juin 27

2 PLAN DE L'ÉTUDE Résumé Préambule Note méthodologique Médicaments déremboursés au 1 er mars Analyse des quantités Evolution du nombre de boîtes vendues (prescrites et non prescrites) de médicaments déremboursés au 1 er mars Répartition des boîtes vendues en automédication ou sur prescription parmi les médicaments déremboursés au 1 er mars Evolution du nombre de boîtes vendues (prescrites et non prescrites) des médicaments déremboursés au 1 er mars 26, par classe thérapeutique de niveau Trois premières classes thérapeutiques vendues en 26, parmi les classes déremboursées au 1 er mars Dix premiers médicaments vendus en 26 parmi les médicaments déremboursés au 1 er mars Analyse du chiffre d'affaires Evolution du chiffre d'affaires et du nombre de boîtes délivrées (prescrites et non prescrites) des médicaments déremboursés au 1 er mars Evolution du chiffre d'affaires des médicaments déremboursés au 1 er mars 26, à volume de vente constant Evolution du coût moyen de chacune des composantes du prix public TTC des médicaments déremboursés Tableau récapitulatif de la contribution à la croissance du prix public TTC des médicaments déremboursés entre février et Contribution à la croissance du prix public TTC moyen des médicaments déremboursés entre février et Evolution de l indice moyen des prix par classe thérapeutique, base 1 : prix moyen de la classe en février Baisse du taux de remboursement des veinotoniques au 1 er février Analyse des quantités Evolution du nombre de boîtes vendues (prescrites et non prescrites) des médicaments veinotoniques Evolution du nombre de boîtes de veinotoniques délivrées en automédication Dix premiers médicaments vendus en 26 parmi les veinotoniques dont le taux de remboursement est passé à 15 % au 1 er février Analyse du chiffre d'affaires Evolution du chiffre d'affaires et du nombre de boîtes délivrées (prescrites et non prescrites) des médicaments veinotoniques Evolution du chiffre d'affaires des veinotoniques, à volume de vente constant Analyse des remboursements Part des veinotoniques dans les remboursements du régime obligatoire et dans le ticket modérateur Evolution des montants remboursés par le régime obligatoire et du ticket modérateur des veinotoniques Décomposition des effets prix, volume, taux et structure dans l évolution globale du ticket modérateur et des remboursements du régime obligatoire (médicaments veinotoniques) Répartition de la base de remboursement entre le ticket modérateur et le régime obligatoire Evolution des remboursements de veinotoniques entre le régime obligatoire (ALD et hors ALD) et le ticket modérateur Conclusion

3 LES ÉTUDES DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE SUR LE MÉDICAMENT Impact économique de la modification des conditions de remboursement des médicaments à Service Médical Rendu insuffisant (SMRi) en 26 RÉSUMÉ Médicaments déremboursés Les déremboursements se sont traduits par un effondrement des prescriptions (- 5 % entre 25 et 26). L automédication a augmenté (+ 33 % entre 25 et 26) mais n a pas compensé la baisse des prescriptions. Les médicaments déremboursés (84 % des ventes en quantité) comprennent essentiellement des médicaments de l appareil respiratoire (fluidifiants bronchiques et autres expectorants), de l appareil digestif et du système nerveux central (phytothérapie contre les troubles mineurs du sommeil). Le chiffre d affaires de ces médicaments a diminué dans de moindres proportions que les volumes vendus (- 41 %) du fait de l augmentation importante des prix de ces médicaments (environ 36 %), à la suite de leur déremboursement. Veinotoniques La baisse du taux de remboursement des veinotoniques de 35 % à 15 % et la baisse autoritaire de leurs prix d en moyenne 12 % se sont traduites dans les faits (26 versus 25) par : Une baisse des quantités de 21 % liée au changement de comportement des médecins ; Une baisse du chiffre d affaires de 3 % ; Un transfert des prescriptions vers les veinotoniques moins chers ; Une diminution des montants remboursés par le régime obligatoire de 55 % ; Une diminution du ticket modérateur de 13 %. Les patients utilisent les veinotoniques lorsqu ils leur sont prescrits. L automédication est restée très faible (5 % des boîtes délivrées en 26), même si elle a fortement augmenté en 26 (+ 29 %). En 26, les 1 premiers veinotoniques vendus représentaient 76 % de l ensemble des boîtes de veinotoniques vendues (avec ou sans prescription). Une boîte de veinotoniques sur 1 est encore remboursée à 1 % par l assurance maladie, dans le cadre des affections longue durée, ce qui représentait 37 millions d euros en 26. Conclusion En 26, l augmentation du taux de participation de l assuré pour les médicaments à service médical rendu insuffisant s est traduit par un recul des prescriptions sans que les patients ne se tournent pour autant vers l automédication. Il pourrait être envisagé, sur la base de cette observation, qu il existe une corrélation positive entre le taux de remboursement d un médicament, sa prescription par le médecin et son utilisation par le patient. 4

4 PRÉAMBULE À la suite de la publication du décret du 27 octobre 1999 relatif aux médicaments remboursables et modifiant le Code de la Sécurité sociale, la Commission de la Transparence a évalué, entre 1999 et 21, le niveau de Service Médical Rendu (SMR) de l ensemble des médicaments remboursables. Sur les 4 49 spécialités évaluées, 835 se sont vu attribuer un SMR insuffisant pour justifier une prise en charge par la collectivité. Le Code de la Sécurité sociale prévoit en effet (article R 163-3) que «les médicaments dont le service médical rendu est insuffisant au regard des autres médicaments ou thérapies disponibles ne sont pas inscrits sur la liste» des médicaments remboursables. Ces médicaments n ont pas été déremboursés, mais ont fait l objet d une baisse de leur taux de remboursement et d une baisse de leur prix. Par la suite, la Commission de la Transparence a procédé à une réévaluation des médicaments dont le SMR avait été qualifié d insuffisant, en trois vagues : 1) En 23, sur 6 médicaments n ayant pas leur place dans la stratégie thérapeutique. 2) En 25, sur 245 médicaments à prescription médicale facultative (PMF). 3) En 26, sur 133 médicaments à prescription médicale obligatoire (PMO). L objet de la présente étude est d évaluer l impact des décisions prises par le Ministre de la Santé à la suite de la réévaluation de la deuxième vague de médicaments sur les pratiques de prescription des médecins et de consommation des patients, ainsi que sur les remboursements dans le cas des veinotoniques : Baisse du taux de remboursement des veinotoniques de 35 % à 15 % à compter du 1 er février 26 jusqu au 31 décembre 27 (ces médicaments seront déremboursés à compter de cette date). Déremboursement total des autres médicaments réévalués, à compter du 1 er mars 26. Cette étude consiste en une observation du marché de ces médicaments toutes choses égales par ailleurs : elle ne tient pas compte des transferts de prescriptions éventuellement intervenus sur d autres classes à la suite de la modification des conditions de remboursement de ces médicaments. En effet, les données dont nous disposons ne permettent pas d'analyser ces transferts éventuels. Enfin, cette étude s'inscrit dans un contexte politique et concurrentiel qu'il convient de préciser. En effet, la majeure partie des mutuelles a choisi de suivre les recommandations de la Haute Autorité de Santé et de ne pas prendre en charge le ticket modérateur des médicaments remboursés par le régime obligatoire à 15 % (vignette orange). NOTE MÉTHODOLOGIQUE L objet de cette étude est d observer le marché des médicaments à SMRi dont le taux de remboursement a été modifié en 26. Les médicaments concernés par l étude ont été identifiés sur la base des listes publiées au JO (deux arrêtés du 17 janvier 26 publiés au JO du 25 janvier 26). Les variables étudiées sont issues des données IMS Health. Elles ont été extraites CIP par CIP et mois par mois de à : - ventes en quantité : unités vendues en officine sur prescription et hors prescription ; - ventes en valeur : chiffre d affaires réalisé à partir d une prescription et sans prescription ; - prix public TTC ; - prix fabricant hors taxe des médicaments déremboursés ; - montants remboursés par le régime obligatoire des veinotoniques ; - montant du ticket modérateur, défini comme la différence entre la base de remboursement et le montant remboursé par le régime obligatoire ; - taux de prescription des veinotoniques dans le cadre des affections longue durée (ALD). L analyse de l évolution des prix a été faite sur la base du calcul de la moyenne des prix CIP par CIP pondérés par les quantités vendues pour chacune des deux listes de médicaments, mois par mois de janvier 26 à pour les veinotoniques et de février 26 à pour les médicaments déremboursés. Pour une facilité de lecture, l impact de la modification des conditions de remboursement des médicaments à SMRi a été chiffré sous la forme d une comparaison entre les deux années civiles 25 et 26. Pour l interprétation des résultats, il convient néanmoins de prendre en compte le fait que les modifications des conditions de remboursement sont intervenues au 1 er février et au 1 er mars 26. Par ailleurs, cette analyse n intègre pas les éventuels transferts de prescription susceptibles d être intervenus sur d autres classes à la suite de la modification des conditions de remboursement de ces médicaments. 5

5 1. MÉDICAMENTS DÉREMBOURSÉS AU 1 er MARS Analyse des quantités Le déremboursement de ces médicaments a eu pour conséquence immédiate un effondrement des quantités vendues. Elles ont ainsi chuté de 5 % entre 25 et 26, passant de près de 213 millions de boîtes vendues en 25 à 16 millions en 26. Les ventes des médicaments déremboursés au 1 er mars 26 sont cycliques avec un pic en automne et en hiver et un ralentissement au printemps et en été. Cela s explique essentiellement par le fait que les trois premières classes déremboursées concernent des médicaments dont l utilisation est plus forte en hiver qu en été. L impact des médicaments de la pathologie hivernale est particulièrement fort puisque cette classe représente à elle seule 4 % des boîtes vendues en 26. Évolution du nombre de boîtes vendues (prescrites et non prescrites) de médicaments déremboursés au 1 er mars 26 en millions de boîtes Unités délivrées sur prescription Unités délivrées en automédication 1 5 Automédication : + 33 % en 26 juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 Prescriptions : - 61 % en 26 Les médecins ont massivement cessé de prescrire ces médicaments et les patients se sont très partiellement tournés vers l automédication. Néanmoins, l augmentation de l automédication n a pas permis de compenser l effondrement des quantités vendues. En effet, si l automédication a augmenté de 33 % entre 25 et 26, cela n a représenté que 8 millions de boîtes vendues en plus en 26, alors que 115 millions de boîtes prescrites de moins ont été délivrées en 26 par rapport à 25. 6

6 Le graphique suivant montre l augmentation de la «part de marché» de l automédication dans les ventes des médicaments déremboursés au 1 er mars 26. Répartition des boîtes vendues en automédication ou sur prescription parmi les médicaments déremboursés au 1 er mars Unités délivrées sur prescription juillet 24 janvier 25 Unités délivrées en automédication juillet 25 Alors qu une boîte sur dix était délivrée dans le cadre de l automédication en août 25, aujourd hui, c est une boîte sur deux qui est délivrée en automédication. Les médicaments déremboursés au 1 er mars 26 comprennent essentiellement des médicaments de l appareil respiratoire (fluidifiants bronchiques et autres expectorants, ex : BRONCHOKOD Gé, HEXALYSE), de l appareil digestif (ex : ULTRA LEVURE) et du système nerveux central (analgésiques, ex : EFFERALGAN VIT C, phytothérapie contre les troubles mineurs du sommeil, ex : SPASMINE). janvier 26 } } 5 % Automédication 5 % Prescriptions Évolution du nombre de boîtes vendues (prescrites et non prescrites) des médicaments déremboursés au 1 er mars 26, par classe thérapeutique de niveau 1 en millions de boîtes Appareil respiratoire (pathologie hivernale) Appareil digestif Système nerveux central (dont phytothérapie) Dermatologie Appareil locomoteur 2 Appareil cardiovasculaire juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 Divers Ces trois classes représentent en 26, 84 % des boîtes vendues parmi les médicaments déremboursés au 1 er mars, soit près de 9 millions de boîtes. Les ventes de chacune de ces trois classes ont diminué de moitié en 26. 7

7 Trois premières classes thérapeutiques vendues en 26, parmi les classes déremboursées au 1 er mars 26 Rang Classe thérapeutique Nombre de boîtes vendues en 26 % cumulé Évolution (millions de boîtes) par rapport à 25 1 Appareil respiratoire 43, 4 % - 49% 2 Appareil digestif 28,3 67% - 48% 3 Système nerveux central 17,6 84% - 47% Total trois premières classes 88,9 84 % - 49 % Total médicaments déremboursés au 1 er mars 26 16,3 1 % - 5 % Les ventes des médicaments déremboursés sont également concentrées sur un faible nombre de médicaments. Dix premiers médicaments vendus en 26, parmi les médicaments déremboursés au 1 er mars 26 Rang Médicament Nombre de boîtes vendues en 26 % cumulé Évolution (millions de boîtes) par rapport à 25 1 EFFERALGAN VIT C 5,6 5 % - 49 % 2 BRONCHOKOD GE 4,9 1 % - 43 % 3 ULTRA LEVURE 4,6 14 % - 38 % 4 SPASMINE 4,3 18 % - 48 % 5 EUPHYTOSE 4,1 22 % - 39 % 6 HEPTAMYL 3,7 26 % - 51 % 7 CYSTINE B6 BAILLEUL 3,4 29 % - 63 % 8 HEXASPRAY 3,4 32 % - 44 % 9 OLIGOSOL LITHIUM 3,1 35 % - 48% 1 HEXALYSE 2,5 37 % - 35% Total 1 premiers 39,6 37 % - 47 % Total médicaments déremboursés au 1 er mars 26 16,3 1 % - 5 % En effet, sur les 151 médicaments commercialisés en 26 (soit 256 spécialités) et déremboursés au 1 er mars, les dix premiers médicaments concentrent près de 4 % des quantités vendues en 26. 8

8 1. 2 Analyse du chiffre d affaires Le déremboursement de ces médicaments s est traduit par une diminution du chiffre d affaires proportionnellement moins importante que celle des quantités. Évolution du chiffre d affaires et du nombre de boîtes délivrées (prescrites et non prescrites) des médicaments déremboursés au 1 er mars 26 en millions d euros Chiffre d affaires juillet 24 Unités délivrées janvier 25 juillet 25 janvier en millions de boîtes En effet, le chiffre d affaires d un médicament dépend du nombre de boîtes vendues et du prix du médicament. Les médicaments remboursables sont soumis à un système de prix administrés, généralement stables dans le temps. L évolution du chiffre d affaires est donc directement proportionnelle à celle des volumes vendus. C est d ailleurs ce que l on observe sur le graphique ci-dessus. Au total, le chiffre d affaires généré par les médicaments déremboursés au 1 er mars a diminué de 41 % entre 25 et 26, passant ainsi de 657 millions d euros à 384 millions d euros, alors que les volumes ont diminué de 5 % sur la période. Le graphique suivant présente l indice du chiffre d affaires avec pour base 1 le nombre de boîtes vendues à chaque période. Évolution du chiffre d affaires des médicaments déremboursés au 1 er mars 26, à volume de vente constant juillet 24 janvier 25 juillet 25 Médicaments remboursés : soumis au système de prix administrés + TVA 2,1% janvier 26 Médicaments déremboursés : prix libres + TVA 5,5 % Augmentation des prix Ce graphique permet d observer l évolution du chiffre d affaires des médicaments déremboursés au 1 er mars 26, à quantités vendues constantes : en neutralisant ainsi l une des deux variables qui composent le chiffre d affaires (le nombre de boîte vendues), on met en relief l évolution de l autre variable (les prix). Il apparaît clairement que les prix ont augmenté dès le déremboursement des médicaments, assez rapidement entre mars et août 26 pour se stabiliser à partir d août. 9

9 Au total, on constate une augmentation moyenne des prix de ces médicaments d environ 36 % entre février 26 et qui a permis de compenser en partie la perte de chiffre d affaires induite par la baisse des quantités vendues. En fait, le déremboursement de ces médicaments s est traduit par une augmentation de leur taux de TVA de 2,1 % à 5,5 % et par leur sortie du système de prix administrés, permettant à chacun des acteurs de la chaîne de distribution du médicament (laboratoires pharmaceutiques, grossistes répartiteurs, pharmaciens) de leur appliquer la marge de leur choix. Le graphique suivant présente l évolution des principales composantes du prix public TTC des médicaments déremboursés (prix fabricant hors taxe, marges grossistes et pharmaciens et TVA) entre février 26 et. Évolution du coût moyen de chacune des composantes du prix public TTC des médicaments déremboursés 2,5 Prix fabricants hors taxe Marge grossistes + pharmaciens TVA 2, 1,5 1,,5 février 26 mars 26 avril 26 mai 26 juin 26 août 26 septembre26 octobre26 novembre 26 Le prix fabricant hors taxe moyen de ces médicaments a augmenté de 16 % entre février 26 et alors que la marge de distribution (grossistes et pharmaciens) a augmenté de 55 %. Au total, le prix public a progressé de 36 % sur la période. 1

10 Le tableau suivant présente la répartition de l augmentation du prix moyen des médicaments déremboursés entre les différents acteurs (industriels, distributeurs et État), calculée à partir d une comparaison du prix moyen observé en février 26 (système de prix administrés et TVA à 2,1 %) à celui observé en (système de prix libre et TVA à 5,5 %). Tableau récapitulatif de la contribution à la croissance du prix public TTC des médicaments déremboursés entre février et Février-6 Décembre-6 Différence Contribution à la croissance Prix fabricant hors taxe moyen 1,8 2,9,29 26 % Marge moyenne grossistes + pharmaciens 1,19 1,84,65 6 % TVA moyenne,6,22,16 14 % Prix public TTC moyen 3,5 4,15 1,1 1 % La contribution à la croissance de chacune des composantes du prix public TTC est présentée dans le graphique suivant. Contribution à la croissance du prix public TTC moyen des médicaments déremboursés entre février et TVA 14 % Prix fabricant hors taxe 26 % Marges grossistes + pharmaciens 6 % Ce sont les marges de distribution (grossistes et pharmaciens) qui ont le plus contribué à la croissance du prix public moyen des médicaments déremboursés, suivis par les fabricants et par la TVA. Nous ne disposons pas de données suffisamment précises pour connaître la répartition de la marge de distribution entre les grossistes et les pharmaciens. Cependant, à titre d information, lorsque ces médicaments étaient remboursables et que les marges étaient administrées, la marge des pharmaciens était 2,5 fois plus importante que celle des grossistes. 11

11 Le graphique suivant présente, mois par mois, l évolution de l indice moyen des prix par classe thérapeutique avec comme base 1 le prix moyen de la classe en février 26 (mois précédant le déremboursement de ces médicaments). Évolution de l indice moyen des prix par classe thérapeutique, base 1 : prix moyen de la classe en février 26 (1) 17 Appareil respiratoire 16 (pathologie hivernale) 15 Appareil digestif 14 Système nerveux central (dont phytothérapie) 13 Dermatologie 12 Appareil locomoteur février 26 avril 26 juin 26 août 26 octobre 26 Appareil cardiovasculaire Divers Ensemble des classes } Trois premières classes en volume de vente Les prix ont tous augmenté, quelle que soit la classe thérapeutique mais dans des proportions variables selon les classes. Ainsi, les prix des médicaments de l appareil digestif ont connu la plus forte augmentation jusqu en août 26 (+ 59 % entre février et août). Rappelons qu en 26, ces médicaments représentaient 28 millions de boîtes vendues pour un chiffre d affaires de 112 millions d euros. Il s agissait, en valeur, comme en volume, de la deuxième classe des médicaments déremboursés au 1 er mars 26. Les médicaments de l appareil cardiovasculaire sont ceux dont les prix ont le moins augmenté sur la période : «seulement» de 1 % entre février et. Enfin, les médicaments de classe «divers» sont, avec les médicaments de l appareil digestif, ceux qui ont connu la plus forte croissance de leurs prix depuis leur déremboursement. Il s agit essentiellement de DAZEN (2) comprimés 1 U (B/4) et de médicaments utilisés en ophtalmologie (VITARUTINE collyre 1 ml, DIFRAREL E dragées B/24 et OPHTALMINE collyre 2 ml). Les quantités vendues de ces médicaments sont néanmoins très faibles (24 boîtes vendues en 26 pour un chiffre d affaires de 1,3 million d euros). (1) L'indice moyen des prix par classe thérapeutique mesure ici l'évolution du prix moyen d'un "panier de biens médicaments" acheté par le patient, à chaque période. (2) Indiqué en traitement d appoint des oedèmes post-traumatiques ou post-opératoires et en traitement d appoint des troubles de la sécrétion bronchique. 12

12 2. BAISSE DU TAUX DE REMBOURSEMENT DES VEINOTONIQUES AU 1 er FÉVRIER 26 Les veinotoniques limitent la dilatation de la veine mais n ont pas d action sur la maladie veineuse et sont principalement indiqués dans le traitement de l insuffisance veineuse chronique et/ou des hémorroïdes. Le taux de remboursement des veinotoniques est passé de 35 % à 15 % à compter du 1 er février Analyse des quantités Plus de 74,5 millions de boîtes de veinotoniques ont été vendues en 26 (avec ou sans prescription) contre près de 94 millions en 25, ce qui représente une diminution de 2,6 %. Les ventes de veinotoniques sont très cycliques. Le graphique ci-dessous, qui porte sur les données de à, montre qu elles augmentent très significativement avant l été, dès le mois de février pour diminuer progressivement à partir du mois de juillet. La baisse du taux de remboursement des veinotoniques intervenue au 1 er février 26 s est traduite par une rupture de ce cycle avec une reprise des ventes retardée de février 26 à avril 26. Les ventes ont naturellement continué de progresser jusqu en juillet pour entamer leur régression annuelle dès le mois d août. Il est cependant intéressant de constater que le pic de n a pas atteint le niveau des pics observés en juillet 24 et 25. Les ventes ont, en effet, diminué de 24 % entre juillet 25 et. On observe ainsi que la baisse du taux de remboursement des veinotoniques a conduit les médecins à modifier leurs comportements de prescription. Ce sont en effet essentiellement les prescriptions de veinotoniques qui ont chuté. Évolution du nombre de boîtes vendues (prescrites et non prescrites) des médicaments veinotoniques en millions de boîtes Unités délivrées sur prescription Unités délivrées en automédication - 24 % entre juillet 25 et 6 4 9,5 millions de boîtes 9,5 millions de boîtes 7,2 millions de boîtes 2 juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 Les veinotoniques sont des médicaments à prescription médicale facultative. Il apparaît néanmoins sur ce graphique que les patients les achètent essentiellement lorsqu ils leur sont prescrits. En effet, l automédication représente une part très faible de la délivrance de veinotoniques avec 5 % des boîtes délivrées en 26, contre 3 % entre 24 et

13 Le graphique suivant montre que la délivrance de veinotoniques en automédication est également très cyclique avec un pic plus important en que les années précédentes : les patients se sont donc partiellement tournés vers l automédication à la suite de la baisse du taux de remboursement des veinotoniques au 1 er février 26. L automédication s est développée en 26 puisqu elle a augmenté de 29 % par rapport à 24 et 25, mais la délivrance de veinotoniques en automédication reste malgré tout très faible par rapport aux prescriptions de veinotoniques. Évolution du nombre de boîtes de veinotoniques délivrées en automédication 6 5 Unités délivrées en automédication juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 Remarque : le 1 er janvier 28, ces médicaments seront totalement déremboursés et pourront, puisqu ils ne sont pas soumis à prescription médicale obligatoire, faire l objet d une publicité directe auprès du public. Cet assouplissement réglementaire pourrait avoir un impact significatif sur le développement de l automédication dans la pathologie veineuse. Près d une centaine de spécialités veinotoniques étaient commercialisées en 26, mais les ventes étaient concentrées sur un faible nombre de spécialités. Les dix premiers médicaments veinotoniques concentrent 76 % des quantités vendues en 26. Dix premiers médicaments vendus en 26 parmi les veinotoniques dont le taux de remboursement est passé à 15 % au 1 er février 26 Rang Médicament Nombre de boîtes vendues en 26 % cumulé Évolution par rapport à 25 (en millions de boîtes) 1 DAFLON 14,1 19 % - 2 % 2 ENDOTELON (B/2) 11,2 34 % - 18 % 3 GINKOR FORT 9,9 47 % - 21 % 4 ESBERIVEN FORT 5,5 55 % - 18 % 5 CYCLO 3 3,9 6 % - 22 % 6 DIFRAREL 3,2 64 % - 18 % 7 VEINAMITOL 3,1 68 % - 32 % 8 HIRUCREME 2,2 71 % - 13 % 9 CIRKAN, voie orale 1,8 74 % - 17 % 1 VELITEN 1,6 76 % - 19 % Total 1 premiers veinotoniques 56,7 76 % - 2 % Total médicaments veinotoniques passés à 15 % au 1 er février 26 74,5 1 % - 21 % DAFLON se situe à la première place des veinotoniques. En 26, une boîte de veinotoniques délivrée sur cinq était du DAFLON. Ses ventes ont diminué de 2 % entre 25 et 26, ce qui représente 3,5 millions de boîtes délivrées en moins. 14

14 2.2 Analyse du chiffre d affaires Le chiffre d affaires des médicaments dépend de deux variables : les quantités vendues et les prix publics. Les veinotoniques sont des médicaments remboursables, leurs prix sont donc administrés et relativement stables dans le temps. Évolution du chiffre d affaires et du nombre de boîtes délivrées (prescrites et non prescrites) des médicaments veinotoniques en millions d euros juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier en millions de boîtes - 31 % entre -21% juillet 25 } et Chiffre d affaires Unités totales Néanmoins, la baisse du taux de remboursement des veinotoniques s est accompagnée, à la même période par une baisse autoritaire des prix qui s est traduite par une diminution du chiffre d affaires proportionnellement plus importante que celle des quantités. Au total, le chiffre d affaires a diminué de 29,6 % entre 25 et 26 alors que les quantités ont diminué de 21 % sur la période. Evolution du chiffre d affaires des veinotoniques, à volume de vente constant Baisse des prix juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 Les veinotoniques ont ainsi vu leur prix baisser d en moyenne 12 % au 1 er février 26. Les prix sont restés stables depuis, contrairement aux prix libres des médicaments déremboursés au 1 er mars. 15

15 2.3 Analyse des remboursements L analyse qui suit présente le ticket modérateur comme la différence entre la base de remboursement et les remboursements du régime obligatoire. Le ticket modérateur présenté ne correspond donc pas à celui qui a été effectivement remboursé par les organismes d assurance complémentaire. Les mutuelles, par exemple, ont, dans leur majorité, choisi de respecter les recommandations de la Haute Autorité de Santé et de ne pas prendre en charge le ticket modérateur des médicaments remboursés à 15 %. Les veinotoniques représentent une plus forte part des dépenses pour les assureurs complémentaires que pour le régime obligatoire. Part des veinotoniques dans les remboursements du régime obligatoire et dans le ticket modérateur Part des remboursements de veinotoniques dans les remboursements du régime obligatoire Part des remboursements de veinotoniques dans le ticket modérateur 2 1 Les remboursements de veinotoniques ont naturellement suivi la progression des quantités vendues, avec une rupture de leur cycle de remboursement en février 26 et une reprise moins importante que les années précédentes du fait de la baisse des quantités vendues et de la baisse des prix. Evolution des montants remboursés par le régime obligatoire et du ticket modérateur des veinotoniques en millions d euros juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 Remboursement Sécurité sociale Ticket modérateur. TM de 13 % en 26. RO de 55 % en 26 Les remboursements du régime obligatoire ont diminué de 55 % en 26. Le ticket modérateur des veinotoniques aurait dû augmenter compte tenu de la baisse de leur taux de remboursement par le régime obligatoire. On observe néanmoins une diminution de 13 % du ticket modérateur sur l ensemble de l année

16 Le tableau suivant présente la décomposition de chacun des effets (prix, volume, taux, structure) dans l évolution globale du ticket modérateur et des remboursements du régime obligatoire. Décomposition des effets prix, volume, taux et structure dans l évolution globale du ticket modérateur et des remboursements du régime obligatoire (médicaments veinotoniques) Régime obligatoire Ticket modérateur Effet global - 55,4 % - 12,6 % Effet prix - 11,2 % - 11,2 % Effet taux de remboursement - 35,1 % + 26,3 % Effet quantité prescrites - 16,7 % - 16,3 % Effet structure - 7, % - 6,9 % Il apparaît ainsi que les remboursements du régime obligatoire ont diminué sous l effet de quatre facteurs : la baisse du taux de remboursement de 35 % à 15 % ; la baisse des quantités prescrites ; la baisse des prix ; une modification de la structure de prescription vers des veinotoniques moins chers. Le ticket modérateur, quant à lui, a diminué, malgré un effet taux positif, sous l effet de la diminution du nombre de boîtes prescrites, du prix des veinotoniques et d un transfert des prescriptions vers des veinotoniques moins chers. Enfin, le graphique ci-dessous présente une répartition de la prise en charge de la base de remboursement entre le ticket modérateur et le régime obligatoire. Il montre que le taux réel (3) de prise en charge par le régime obligatoire s est effondré en février 26, à la suite de l application de la baisse du taux de remboursement, mais il montre également qu il reste néanmoins supérieur à 15 %. Cet écart s explique par le maintien de la prise en charge de ces médicaments dans le cadre des affections longue durée (prise en charge à 1 %). Répartition de la base de remboursement entre le ticket modérateur et le régime obligatoire % juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 Remboursements Sécurité sociale Ticket modérateur (3) Le taux réel de prise en charge se distingue du taux réglementaire (15 %) dans la mesure où il intègre la prise en charge à 1 % des médicaments dans le cadre des affections longue durée. 17

17 En 26, plus de 7 millions de boîtes de veinotoniques ont été prescrites dans le cadre d une ALD, contre 11,9 millions en 24 et 11,4 millions en 25. En valeur, les remboursements de veinotoniques, dans le cadre des ALD sont passés de 67 millions d euros en 24, à 37 millions d euros en 26, soit 1 % des remboursements. Évolution des remboursements de veinotoniques entre le régime obligatoire (ALD et hors ALD) et le ticket modérateur en millions d euros juillet 24 janvier 25 juillet 25 janvier 26 RO en ALD RO hors ALD TM (hors ALD) CONCLUSION Les mesures prises par le Ministre de la Santé à la suite de la publication de l avis de la Haute Autorité de Santé relatif à la deuxième vague de réévaluation des médicaments à service médical rendu insuffisant ont entraîné un véritable changement de comportement de prescription chez les médecins. Ils ont en effet massivement cessé de prescrire les médicaments déremboursés. Dans le cas des veinotoniques, il reste une marge de progression importante dans la mesure où ces médicaments demeurent prescrits malgré l avis de la Haute Autorité de Santé de septembre 25. Mais les prescriptions de veinotoniques ont néanmoins fortement diminué, dès la baisse de leur taux de remboursement. Il pourrait être envisagé, sur la base de cette observation, qu il existe une corrélation positive entre le statut de remboursement d un médicament et l opportunité de sa délivrance sur prescription. Par ailleurs, si les patients se sont partiellement tournés vers l automédication, celle-ci est restée largement insuffisante pour compenser la baisse des volumes de prescription. En d autres termes, les patients achètent ces médicaments s ils leur sont prescrits et ils leur sont de moins en moins prescrits puisque moins bien remboursés. Le déremboursement des médicaments au 1 er mars 26 s est également traduit par une augmentation très importante de leurs prix, du fait de la libéralisation des marges des différents acteurs de la chaîne de distribution et de l augmentation de leur taux de TVA. Cette augmentation des prix n a pas non plus permis de compenser, en terme de chiffre d affaires, la baisse des quantités vendues. A contrario, la baisse du taux de remboursement des veinotoniques s est accompagnée d une réduction de leurs prix, ce qui, associée à la baisse des prescriptions, s est traduit par une diminution des remboursements du régime obligatoire et, dans de moindres proportions, par une diminution du ticket modérateur. 18

18 La politique du médicament de la Mutualité Française La Mutualité Française développe une politique du médicament centrée sur la qualité et l utilité, qui vise à : promouvoir un meilleur usage du médicament ; développer l utilisation de la DCI ; développer l usage des médicaments génériques ; responsabiliser les adhérents face à l automédication ; veiller à ce que le niveau de prise en charge d un médicament soit en adéquation avec sa performance scientifique évaluée par la Haute Autorité de Santé. Depuis plusieurs années, la Mutualité Française se mobilise ainsi auprès de nombreux acteurs : les adhérents des mutuelles en les sensibilisant aux différentes thématiques liées au médicament (service médical rendu insuffisant, dénomination commune internationale (DCI), génériques, automédication ) ; les professionnels de santé, en les incitant par exemple à prescrire en DCI ; les pouvoirs publics, en préconisant, par exemple, le déremboursement des médicaments dont le service médical rendu a été reconnu insuffisant ; les autorités européennes en intervenant dans le processus d élaboration de la politique européenne du médicament (Collectif Europe et Médicament, Association Internationale de la Mutualité). L amélioration de la qualité des soins passe par une allocation des ressources adaptée aux besoins de santé et par une information éclairée des patients. La Mutualité Française en chiffres La quasi totalité des mutuelles santé (régies par le code de la Mutualité). 38 millions de personnes protégées. 1 élus et 55 salariés. 2 services de soins et d accompagnement mutualistes. Un poids économique de l ordre de 2 milliards d euros en 25 dont 14,4 milliards d euros en complémentaire santé. Les médicaments représentent 1/3 des dépenses des mutuelles. Mutualité Française rue de Vaugirard Paris FNMF DCI Régie par le Code de la Mutualité Juin 27 ciem.fr 772

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT

Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT Édition 2013 LE MARCHÉ DU MÉDICAMENT EN FRANCE LES VENTES DE MÉDICAMENTS en pharmacie Évolution des dépenses par origine de prescriptions 21,8 21,5 20,5

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

Marché des médicaments

Marché des médicaments Résumé La Mutualité Française publie chaque année le Mémento du médicament, qui fournit aux décideurs mutualistes et aux acteurs de la politique du médicament les données clé du marché du médicament et

Plus en détail

AVIS 16 novembre 2011

AVIS 16 novembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 novembre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2006 (JO du 28 février 2008) POLERY ADULTES, sirop Flacon

Plus en détail

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Point d information mensuel 19 octobre 2007 Pour comparer les pratiques françaises à celles de quatre autres

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 SERVICE SOCIAL (Circ. 7908) Le 20 novembre 2014 N 21/2014 COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 Le décret daté du 18 novembre 2014 définissant le nouveau

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La politique du médicament Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale du Vaucluse CRESS PACA Date & Lieu : Avignon, lundi 11 avril

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Point presse Suppression de la vignette pharmaceutique au 1 er juillet 2014 Mardi 20 mai DOSSIER DE PRESSE -----------------------------------------------

Plus en détail

Le graphique ci-dessous représente l offre et la demande pour le médicament Zinzin utilisé dans le rhume.

Le graphique ci-dessous représente l offre et la demande pour le médicament Zinzin utilisé dans le rhume. Problème 1 Le graphique ci-dessous représente l offre et la demande pour le médicament Zinzin utilisé dans le rhume. Q1 En l absence de remboursement de Zinzin, quels sont la quantité échangée et le prix?

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Fiche n 8 : le médicament

Fiche n 8 : le médicament mars 2004 Fiche n 8 : le médicament La France est le pays européen qui consomme le plus de médicaments; la dépense moyenne par habitant est égale à près de 1,5 fois celle de l Allemagne ou de l Espagne.

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

2.4. Les médicaments de la «liste en sus»

2.4. Les médicaments de la «liste en sus» 2.4. Les médicaments de la «liste en sus» Dans le cadre de la tarification à l activité (T2A), le financement des médicaments administrés au cours d un séjour hospitalier est assuré selon plusieurs modalités.

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1148 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste du 31 juillet 2013 relatif à l évolution de

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

Le Médicament Mémento - édition 2010

Le Médicament Mémento - édition 2010 Le Médicament Mémento - édition 2010 Le Mémento Médicament de la Mutualité Française fournit chaque année aux acteurs du système de santé, les principales données sur le marché du médicament et son financement

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Commission de régulation de l énergie

Commission de régulation de l énergie Commission de régulation de l énergie Délibération du 28 juillet 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR : CRER1518070X Participaient à la

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1414311D Intitulé du texte : décret relevant le plafond des ressources prises en compte pour l attribution de la protection complémentaire en matière

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Décembre 2011 Accidents du travail et maladies professionnelles : chiffres de la sinistralité 2010

DOSSIER DE PRESSE Décembre 2011 Accidents du travail et maladies professionnelles : chiffres de la sinistralité 2010 DOSSIER DE PRESSE Décembre 2011 Accidents du travail et maladies professionnelles : chiffres de la sinistralité 2010 Contact presse : L Assurance Maladie Risques Professionnels Planchard Marie-Eva marie-eva.planchard@cnamts.fr

Plus en détail

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014 Direction des programmes DPAC Novembre 2014 Sommaire Services assujettis à la contribution réglementaire Définitions et obligations Assiettes et contribution réglementaire Ensemble des services de télévision

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments 144 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 4 : Renforcer l efficience du système de soins et développer la maîtrise médicalisée des dépenses Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 XYZALL 5 mg, comprimé pelliculé Boîtes de 14 et de 28 Laboratoires UCB PHARMA DCI lévocétirizine Date de l'amm

Plus en détail

25/03/2010. I DROIT DE SUBSTITUTION: CAS FRANCAIS 23 décembre 1998: tardif et bien encadré. Les médicaments génériques dans le monde (2006)

25/03/2010. I DROIT DE SUBSTITUTION: CAS FRANCAIS 23 décembre 1998: tardif et bien encadré. Les médicaments génériques dans le monde (2006) «L AVENEMENT DU MEDICAMENT GENERIQUE ET LES EVENTUELLES MESURES D ACCOMPAGNEMENT. QUELLES INCIDENCES POSSIBLES SUR LA VIABILITE SOCIO ECONOMIQUE DE LA PHARMACIE D OFFICINE? Abderrahim Derraji Rédacteur

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 16 mars 2000 (JO du 24 mars 2000). LEVOPHTA 0,05 POUR CENT, collyre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 mai 2012 DESERNIL 1,65 mg, comprimé B/20 (CIP: 302 982-0) Laboratoire CENTRE SPECIALITES PHARMACEUTIQUES Méthysergide (maléate de) Code ATC : N02CA04 (alcaloïde de

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

CONTEXTE LEGISLATIF 1

CONTEXTE LEGISLATIF 1 CONTEXTE LEGISLATIF 1 L envol des taxes en assurance santé depuis 2006 2 LA PORTABILITE Mécanisme de maintien temporaire des garanties santé et prévoyance pour les chômeurs qui bénéficiaient de ces couvertures

Plus en détail

TIERS PAYANT ETENDU SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 77 -

TIERS PAYANT ETENDU SP SANTE NOTE TECHNIQUE - N 77 - TIERS PAYANT ETENDU SP SANTE NOTE TECHNIQUE N 77 DESTINATAIRES : Les correspondants Documentation déclarés BOULOGNE, le octobre 04 Madame, Monsieur, Nous vous adressons la note technique N 77. Elle a pour

Plus en détail

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Point d information 10 mars 2011 Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Depuis 2004, la progression des dépenses d assurance maladie et notamment des soins de ville s est

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires 20 novembre 2014 Complémentaire santé : actualité économique Point d actualité : évolutions règlementaires Frais de soins de santé : réforme des contrats responsables Prévoyance : portabilité des droits

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTB1404278A Intitulé du texte : Arrêté actualisant pour 2015 les tarifs maximaux de la taxe locale sur la publicité extérieure Ministère à l origine

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

«IPhEB-Monthly» Avril 2013 (publication Juillet 2013)

«IPhEB-Monthly» Avril 2013 (publication Juillet 2013) «IPhEB-Monthly» Avril 2013 (publication Juillet 2013) Editeur responsable : Luc Vansnick, 11 rue Archimède 1000 Bruxelles Strictement réservé aux Administrateurs de l IPhEB et au Comité directeur de l

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES Votre syndrome d'apnée du sommeil peut provoquer une somnolence et une baisse de votre vigilance dans la journée. Sans une prise en charge

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA... 3 II. L ACTIVITE EN 2013... 5 FORMATION... 6 1) LE BUDGET DU FAFCEA... 6 Les dépenses de formation par secteur en 2013... 8 A.

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Avis 14 décembre 2011

Avis 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 14 décembre 2011 TOPLEXIL 0,33 mg/ml SANS SUCRE, solution buvable édulcorée à l acésulfame potassique B/1 flacon en verre brun de 150 ml avec dispositif doseur polypropylène

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE?

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? FREROT Mathilde Interne de santé publique Université de Bourgogne 27/01/2014 Séminaire inter-régionale 2014- Économie de

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR

Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments. Ifop pour Groupe PHR Les Français et le projet de loi de déremboursement des médicaments FD/GM N 113338 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44

Plus en détail

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6)

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 septembre 2013 AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux Assises du Médicament GT 6 Sabine Bonnot Chargée de mission Politique des produits de santé 6 avril 2011 Sommaire: -

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 9 septembre 2001 (avis de renouvellement

Plus en détail

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire DEPENSE FISCALE N 560104 Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire SOMMAIRE 1. IDENTITE DE LA DEPENSE...1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments Présenté par Pierre Marion AGENDA Évolution des régimes d assurance médicaments La tendance actuelle Statistiques sur l utilisation des

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Comité Francéclat - Société 5 GfK. Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009

Comité Francéclat - Société 5 GfK. Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009 Comité Francéclat - Société 5 GfK Montres et bijoux précieux Synthèse des ventes France 2009 Paris le 9 février 2010 Etude Comité Francéclat Toute publication ou diffusion de résultats extraits de cette

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

LES TRANSPORTS Enjeux et résultats. Journée des instances paritaires du 20 novembre 2008

LES TRANSPORTS Enjeux et résultats. Journée des instances paritaires du 20 novembre 2008 LES TRANSPORTS Enjeux et résultats Un enjeu économique important : En 2007, le régime général a remboursé 2,3 milliards d euros au titre des transports. Dépenses de transports remboursées en 2007 par le

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

PHARMACIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

PHARMACIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 PHARMACIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PHARMACIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PHARMACIE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PHARMACIE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PHARMACIE... 11 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 13

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

Une politique du médicament au service de la sécurité sociale

Une politique du médicament au service de la sécurité sociale MÉDICAMENT Une politique du médicament au service de la sécurité sociale Thierry Wathelet, secrétaire adjoint de la Fédération des maisons médicales, médecin généraliste à la maison médicale Espace santé

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail