LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET L'ACTE DE VENTE D'IMMEUBLE. Jacques POURCIEL Notaire, président honoraire du Conseil supérieur du Notariat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET L'ACTE DE VENTE D'IMMEUBLE. Jacques POURCIEL Notaire, président honoraire du Conseil supérieur du Notariat"

Transcription

1 LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET L'ACTE DE VENTE D'IMMEUBLE Jacques POURCIEL Notaire, président honoraire du Conseil supérieur du Notariat Le droit de l Environnement depuis bientôt 30 ans, influence de plus en plus la pratique notariale. J ai eu l occasion, au cours de ces dernières années, d étudier les relations pouvant exister entre la protection de l environnement et la pratique notariale. D abord en 1992 à l occasion d un congrès international, puis en 1994 à l occasion d un congrès national. A cette époque nous avions mis en évidence, tout ce qui pouvait alors concerner cette question et nous avons, ce faisant, provoqué une prise de conscience collective, dont l'appropriation par le Notariat est restée assez lente, jusqu à ce que des mesures pouvant paraître anodines à des environnementalistes et touchant aux parasites, à l amiante, au plomb, soient devenues des questions incontournables, lors de la rédaction d'un acte de vente d'immeuble. La vente immobilière est, bien sûr, particulièrement concernée par la protection de l'environnement. En effet tout bien constituant un élément de l environnement, peut être un agent actif ou passif à l égard de l environnement. Un agent est actif s il engendre des contraintes pour son environnement Un agent est passif s il subit des contraintes liées à son environnement. Sur la base de cette distinction, une démarche pratique nous conduit tout d abord à nous intéresser au bien immobilier objet d une réglementation destinée à favoriser la protection de l environnement, puis nous serons conduit à nous intéresser à la réglementation régissant le milieu protégé dans lequel se trouve le bien immobilier. I- Les réglementations applicables A/ Les installations classées. La législation sur les installations classées résulte d'une loi, déjà ancienne, celle du 19 juillet 1976, désormais codifiée dans le code de l'environnement. Elle concerne: - les installations qui peuvent présenter des dangers ou des inconvénients, soit pour la commodité du voisinage, soit pour la santé, soit pour la sécurité, soit pour la salubrité publique, soit pour l agriculture, soit pour la protection de la nature et de l environnement, soit pour la conservation des sites ou des monuments. - les activités agricoles, industrielles, artisanales, commerciales ou de service. Il existe une nomenclature des installations classées, et, la création d une telle installation nécessite une autorisation délivrée par le Préfet, après enquête publique. Sont des installations classées en milieu rural, certaines installations d élevage, de stockage de grains, ou de produits chimiques de traitement. Une installation classée peut faire l objet d une décision de fermeture, ou de suspension d exploitation: - si elle présente un danger - et si l exploitation en est interrompue pendant plus de 2 ans, l autorisation d'exploiter se périme. Un changement d exploitation doit être porté à la connaissance de l administration, dans le mois de son intervention. 1

2 Lorsqu une installation est arrêtée à titre définitif, le Préfet doit en être informé, et il fait alors établir un état des lieux. Des travaux de remise en état peuvent être prescrits. Si un bien immobilier fait l objet d une vente, alors qu une installation y est exploitée par un autre que le vendeur, la responsabilité du vendeur pourra être recherchée en sa qualité de propriétaire. Par exemple au cas de troubles de voisinage. Il importe donc de fournir toutes informations utiles à l acquéreur, et s assurer que l exploitation respecte la réglementation en vigueur. Une autre situation doit être plus largement évoquée, elle concerne la vente d un immeuble ou d un terrain dans lequel a été exploitée une installation classée ou stocké des déchets, ou encore un terrain exploité au titre du code minier. Aux termes de l article L'article L du Code de l'environnement, " tout vendeur d un terrain ayant supporté une installation classée doit porter à la connaissance de l acquéreur l existence passée de cette exploitation et faire savoir à cet acheteur quels dangers ou inconvénients résultent de cette exploitation pour autant qu il les connaisse." L information doit être expresse. A défaut d avoir donné cette information, l acheteur pourra soit poursuivre la résolution de la vente ou se faire restituer une partie de prix, il peut aussi demander la remise en état du site aux frais de vendeur lorsque le coût de cette remise en état ne paraît pas disproportionnée par rapport aux prix de vente. Il reviendra aux tribunaux d apprécier ce qu il en est. Une rédaction minutieuse des clauses de l acte, incombant au notaire, doit répondre à toutes les prescriptions des textes.. B/ Protection contre l exposition à l amiante Un décret du 7 février 1996 modifié par le décret du 12 septembre 1997, a créé, pour la première fois, pour les propriétaires d immeubles bâtis, personnes morales ou personnes physiques, l obligation de rechercher la présence éventuelle d amiante dans les immeubles construits avant le 1 er juillet Depuis ce texte a été maintes fois modifié, en amplifiant les obligations de recherches d'amiante, à la charge des propriétaires Le dernier état de cette évolution impose pour certains immeubles: - les immeubles de grande hauteur ; - les établissements recevant du public - les immeubles de bureaux; - les immeubles destinés à l'exercice d'une activité industrielle ou agricole; - les immeubles collectifs d'habitation (qu'ils soient ou non en copropriété), mais uniquement en ce qui concerne les locaux de travail et les parties à usage commun. La recherche d'amiante ne se limitant pas aux seuls flocages calorifugeages et faux plafonds, elle concerne divers éléments structurels ou divers équipements de l'immeuble et s'étend à tous les "matériaux et produits" dont la liste est donnée par les textes. Les résultats de cette "recherche" doivent être consignés dans un dossier technique A l occasion d une vente immobilière, tout vendeur a une obligation d information, envers l acquéreur de l immeuble. Le diagnostic doit être fait par un technicien, dont la responsabilité professionnelle est assurée 2

3 Au cas de présence d amiante, il doit être établi un dossier technique tenu à disposition de tout occupant. Tout contrevenant est passible d une amende. Pour le notaire rédacteur de l'acte de vente: soit un diagnostic technique a été établi et il doit être porté à la connaissance de l acquéreur, soit il ne l'a pas été, et dans ce cas l acquéreur doit exiger qu il soit fait, toute autre solution est à rejeter. Deux précisions doivent être données concernant les immeubles en copropriété. Les syndic de copropriété, en général dans les délais prescrits, ont fait procéder aux investigations prescrites par la loi, pour rechercher la présence d'amiante, mais le plus souvent ces investigations ont été limitées aux seules parties communes, et il est dès lors indispensable de faire établir un diagnostic pour les parties privatives. Si le vendeur ne remplit pas son obligation d'information, toute clause d'exonération de garantie des vices cachés est inopérante. C/ Lutte contre les termites La loi du 8 juin 1999 a mis en place un dispositif dont la portée est nationale. Préalablement certains Préfets ou certains Maires avaient mis en place des mesures de lutte contre les termites Désormais la loi qui a été suivie d un décret d application du 03 juillet 2000 porte obligation de déclarer les foyers d infestation qui ont pu être découverts. Dès qu il a connaissance de la présence de termites dans un immeuble bâti ou non bâti, l occupant de l immeuble contaminé en fait la déclaration à la mairie, du lieu de situation. A défaut d occupant, cette déclaration incombe au propriétaire et au syndicat concernant les parties communes d un immeuble en copropriété. Le Préfet, par arrêtés pris sur proposition des communes délimite les zones contaminées ou susceptibles de l être. La publication de l arrêté est organisée par décret, qui prévoit notamment que les arrêtés sont adressés aux chambres départementales des notaires et au Conseil Supérieur du Notariat. La loi prévoit qu en cas de vente d un immeuble situé dans une zone délimitée, la clause d'exonération de garantie des vices cachés prévue par l article 1643 du code civil ne peut être stipulée, si le vice caché est constitué par la présence de termites, qu à la condition qu un état parasitaire du bâtiment soit annexé à l acte authentique constatant la réalisation de la vente. L état parasitaire doit avoir moins de trois mois. L état parasitaire doit être conforme à celui défini par l arrêté ministériel par application de l art 6 du décret. Si le vendeur ne remplit pas son obligation d'information, toute clause d'exonération de garantie des vices cachés est inopérante D/Lutte contre le saturnisme C est au détour de la loi sur "les exclusions" du 23 juillet 1998 qu a été introduit dans notre droit, un dispositif de lutte contre le saturnisme. Le nouveau texte prévoyait la délimitation des zones à risque d exposition au plomb, par le préfet. 3

4 A l occasion de la mise en vente d un immeuble affecté en totalité ou en partie à l habitation, construit avant 1/1/1948 et situé dans une zone à risque, le vendeur avait une obligation de renseignements au profit de l acquéreur. D une part il faut annexer aux actes, promesses unilatérales et les contrats constatant une vente un état de risque d accumulation de plomb établi depuis moins d un an faute de quoi le vendeur demeurera garant des risques liés au plomb toute clause contraire est interdite. D autre part, lorsque l état révèle une accessibilité de plomb, le vendeur ou son mandataire, en pratique le notaire, en informe le Préfet du département qui prend éventuellement des mesures prévues par les art L32-2 et L32-4 du code de la santé publique. Un nouveau constat de risque d'exposition au plomb applicable est désormais applicable à l'ensemble du territoire. Aux termes du nouvel article L du Code de la santé publique, l'état des risques d'accessibilité au plomb (ERAP) est remplacé par le constat de risque d'exposition au plomb (CREP). L'objet de ce constat est de présenter un repérage des revêtements contenant du plomb et le cas échéant, de dresser un relevé sommaire des dégradations du bâti. Il est établi par un professionnel indépendant et assuré. À ce constat, est annexée une notice d'information dont le contenu sera précisé par un arrêté des ministres chargés de la santé et de la construction (C. santé publique, art. L mod.). Fait notable, alors que l'ancien état des risques d'accessibilité au plomb ne concernait que certaines zones à risque, le nouveau constat devient obligatoire pour les mutations d'immeubles concernés situés sur l'ensemble du territoire français. Enfin, si le constat de risque d'exposition au plomb fait apparaître la présence de facteurs de dégradation précisés par arrêté des ministres chargés de la santé et de la construction, il appartiendra désormais à l'auteur du constat d'en transmettre immédiatement une copie au représentant de l'état dans le département (C. santé publique art. L nouv.). Immeubles concernés. Fait nouveau, le constat de risque d'exposition au plomb est désormais requis pour tout immeuble à usage d'habitation construit avant le 1er janvier 1949 et non plus avant L'article L nouveau du Code de la santé publique précise que le constat doit être annexé à toute promesse de vente ou, à défaut de promesse, à l'acte authentique de vente de tout ou partie d'immeuble à usage d'habitation construit avant le 1er janvier À défaut, aucune clause d'exonération des vices cachés ne peut être stipulée à ce titre (C. santé publique art. L , al. 2, nouv.). Lorsque les locaux sont situés dans un immeuble soumis au statut de la copropriété, seules les parties privatives affectées au logement sont concernées par le nouveau texte. Il y a là un retour en arrière par rapport à l'ancienne solution. Le texte exclut également les immeubles mixtes de son champ d'application. Toutefois, le dernier alinéa du nouvel article L du Code de la santé publique précise qu'en tout état de cause, les parties à usage commun d'un immeuble collectif affecté en tout ou partie à l'habitation, construit avant le 1er janvier 1949, devront avoir fait l'objet d'un constat de risque d'exposition au plomb à l'expiration d'un délai de quatre ans à compter de la date d'entrée en vigueur de la loi du 9 août 2004, soit avant le 12 août Il est à noter à ce stade de l'exposé que diverses mesures récentes, contribuant à l'émergence d'un véritable diagnostic de l'immeuble vendu, ont une relation directe avec la protection de l'environnement, il s'agit des mesures concernant le contrôle des systèmes d'assainissement, du contrôle des performances énergétiques des équipements de chauffage et de production d'eau chaude et des installations de gaz. 4

5 II- La réglementation s appliquant au milieu dans lequel se trouve l immeuble On peut opposer deux types de milieux celui qui peut être hostile pour l immeuble et ses occupants, et le milieu que l on veut protéger. A- Milieux à risques Il s agit d abord de périmètres de protection, puis de zones exposées aux risques naturels. 1- Les périmètres de protection pour risques technologiques Il incombe aux préfets de définir les zones dans lesquelles il n est pas souhaitable de voir se développer une urbanisation d habitat en raison de la présence d établissements industriels ou commerciaux pouvant faire courir des risques à la population, risques pour la santé ou pour la vie. Lorsqu il existe un document d urbanisme communal, le Plan Local d'urbanisme doit définir les zones présentant des risques liés à des installations dangereuses art L123-1 du code de l urbanisme, et celles exposée des nuisances art R Il est dès lors assez facile dans la pratique d obtenir des informations. Il n en va pas de même lorsque communes ne sont pas dotées d un PLU. En effet, le préfet peut par arrêté motivé, créer un périmètre de protection dans lequel toute autorisation de bâtir est soumise à des règles particulières rendues nécessaires par la présence d installations classées. Par contre, quand il s agit d un immeuble vendu en l état, les acquéreurs doivent être informés de l existence d un périmètre de protection par une mention dans l acte de vente La création de tels périmètres de protection peut s accompagner de la création de servitudes d utilité publique génératrices d indemnité, sans que cela ait un caractère systématique ou obligatoire. 2- les zones exposées aux risques naturels A la suite des divers événements intervenus dans les années 90, relayés par les médias, tels qu inondations, coulées de boue, brusque montée des eaux, les pouvoirs publics, soucieux de leur responsabilité, ont initié un systématisation de l'identification des zones à risques naturels, c est l objet notamment de la loi du 2 février 1995, dont il faut quand même dire qu elle avait été précédée notamment par le décret du 12 novembre1981, sur la prévention des risques naturels moyens et de la loi du 22 juillet Il revient aux représentants de l état d élaborer des Plans de Prévention des Risques naturels prévisibles tels que les inondations, mouvements de terrains, avalanches, incendies de forêt, séismes, éruptions volcaniques, tempêtes, cyclones. Un PPR vaut servitude d utilité publique (art 40-4 de la loi du 4/7/1987 repris par la loi du 2/2/199): il est annexé au document d urbanisme communal. Son élaboration et sa mise en oeuvre nécessitent la définition de règles et de sanctions. Les règles concernent les constructions existantes et celles à venir, et imposent des mesures de prévention ou de protection spécifique, toute infraction est peut être sanctionnée. Tout PPR est obligatoirement repris dans les documents d'urbanisme communaux. Tout acquéreur doit être parfaitement informé à ce sujet car les effets d'un PPR sont loin d'être neutres. 5

6 Non seulement à tout moment les populations peuvent faire l'objet d'une évacuation, mais et c'est beaucoup plus délicat, l'etat peut envisager de recourir à une expropriation lorsque des vies humaines peuvent être menacées, et que la mise en oeuvre des moyens de sauvegarde et de protection pourront s'avérer plus coûteuse que des indemnités d'expropriation. Est annexé à tout acte de vente, un état des risques naturels et technologiques, cet état signé par vendeur et acquéreur, en outre le vendeur doit déclarer sous sa responsabilité tout sinistre qui aurait pu atteindre l'immeuble indemnisé ou non, à peine de nullité. B Les milieux à protéger Ce sont essentiellement les zones de montagne, les zones littorales, forêts, zones humides, mais aussi, plus largement, tout espace naturel présentant un intérêt particulier en raison de sa nature, sa faune ou sa flore, et enfin la protection de l'eau et de la forêt. 1) les zones de montagne La loi du 9/1/85 dite loi Montagne au-delà de la définition des massifs montagneux français détermine les orientations à prendre pour protéger le milieu, et éviter de réduire abusivement la superficie des terres exploitables à titre agricole. Une place a été ouverte aux directives territoriales d'aménagement. L'intérêt attaché au maintien et au développement de l'agriculture, l'emporte sur tout autre, de là, le contrôle des Sociétés d'aménagement Foncier et d'etablissement Rural est renforcé, et les règles d'urbanisme doivent comporter des dispositions particulières pour préserver les paysages et milieux caractéristiques de l'espace naturel montagnard. La loi est venue assouplir ces règles en admettant la création de hameaux nouveaux, et l'ouverture de nouvelles zones à l'urbanisation après accord de la chambre d'agriculture et la commission des sites. Par ailleurs il est permis d'envisager les changements d'affectation de bâtiments existants. Le contrôle de l'urbanisation se trouve par là même renforcé, notamment au cas de projet d'unité touristique nouvelle. 2) les zones littorales Elles ont fait l'objet d'une attention particulière de la part des pouvoirs publics, loi de 1963, alors qu'il n'existait même pas des documents d'urbanisme locaux. La loi Littoral du 3 janvier 1986, a pour objet l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. Elle contient donc diverses règles limitant la constructibilité et régissant le sort des constructions existantes. Si les projets d'un acquéreur risquent d'être entravés par la législation applicable, il existe une procédure d'intervention du Conservatoire du Littoral, établissement susceptible de préserver les intérêts des propriétaires, en se substituant à l'acquéreur. Enfin aux titres des zones littorales, il faut rappeler qu'il existe des servitudes de passage, pour l'intérêt des piétons pour longer le littoral et y accéder. Ces servitudes doivent bien sur être expliquées à tout acquéreur, même si elles s'appliquent de plein droit comme résultant de la loi. 6

7 3) les espaces naturels d'intérêt Tous les espaces naturels sont bien sûr dignes d'intérêt, et méritent une attention particulière pour maintenir leurs équilibres, mais certains ont plus particulièrement attiré l'attention pour devenir l'objet d'une réglementation. Certaines zones présentant un intérêt écologique, par la faune et la flore qu'elles contiennent, elles ont fait l'objet d'un inventaire repris au niveau européen au titre de l'agenda Peuvent être citées : a) les ZNIEFF: Zones Naturelles d'intérêt Ecologique Faunistique et Floristique: le classement au titre d'une telle zone n'a pas de réelle portée juridique, sauf à ce qu'il soit pris en compte lors de l'élaboration des documents d'urbanisme locaux ou d'un projet d'aménagement. b) plus contraignante est la réglementation applicable aux "espaces naturels sensibles" définis par la loi du 18 juillet 1985, car elle confère au département outre un droit de préemption pour intervenir sur le marché foncier, la possibilité de prendre des mesures de sauvegarde pour les bois forêts et parcs. c) doit être signalée ici la faculté offerte au Préfet de prendre un arrêté de biotope art. R du code rural pour définir une zone dans laquelle il importe de préserver un biotope c'est-à-dire l'ensemble des êtres vivants dans un milieu donné tout au plus animal que végétal. L'arrêté de biotope peut contenir des prescriptions limitant l'exercice du droit de propriété, en interdisant par exemple le broyage des végétaux, l'écobuage sur les sentiers. La publication d'un tel arrêté, qui ne vaut pas servitude d'utilité publique, ne fait l'objet que d'une publication au titre d'un recueil des actes administratifs. d) pour terminer il faut évoquer la situation particulière des "zones de réserve" D'abord les réserves naturelles : Elles sont créées à l'initiative publique ou privée par décret en Conseil d'etat, dans le premier cas, par arrêté préfectoral dans le second cas, et elles peuvent affecter des périmètres contigus. Prenons par exemple la Camargue ou la Grande Brière. Le classement en zone de réserve, a pour effet d'édicter des limitations au droit de propriété, en interdisant par exemple, la chasse ou la pêche, les activités agricoles, industrielles ou commerciales. La gestion de ces réserves est le plus souvent confiée à des établissements publics, mais peut l'être aussi à des associations des propriétaires de la zone concernée. Aux termes de l article L du code rural, quiconque aliène, loue ou concède un territoire classé en réserve naturelle, est tenu de faire connaître l existence du classement. Cette notification incombe tout naturellement au notaire rédacteur de l acte au titre des formalités postérieures. e) Les réserves de chasse et de pêche plus connues du grand public mériteraient à elles seules une étude particulière que nous ne ferons pas ici. Les mutations d immeubles dans de telles réserves doivent être accompagnées d une information complète de l acquéreur sur le régime applicable. 7

8 4-. La protection de l eau L actualité a eu dans ce domaine un effet déterminant dans la prise en compte de la protection de l eau, ce qui a conduit à la loi sur l eau du 3 janvier 92. L'eau fait partie du patrimoine commun. Sa protection, sa mise en valeur, et le développement de la ressource, dans le respect des équilibres naturels, sont d intérêt général. Même si le sujet est des plus intéressants, je limiterai mon propos en signalant deux questions qui me paraissent importantes, l une concerne les prélèvements d eau, l autre la protection des zones de captage. -a) Le régime des prélèvements d'eau ne relève pas de l'exercice d'un droit élémentaire attaché au droit de propriété, mais nécessite une procédure d autorisation sur laquelle intervient un arrêté préfectoral ou un arrêté en Conseil d Etat. Ces autorisations ont un caractère personnel et doivent faire l objet d une attribution en cas de mutation d un fonds. Les prélèvements peuvent concerner les eaux superficielles, les eaux souterraines. -b)la protection des zones de captage: La présence de nitrates générés par les activités agricoles, la pollution de l eau ont conduit les pouvoirs publics à une politique de protection des zones de captage. -La définition des zones de captage, plus ou moins proche du point effectif du prélèvement, s accompagne de la nécessité d'une déclaration d utilité publique publiée à la Conservation des Hypothèques. Il peut y avoir une convention entre l établissement assurant la distribution de l eau et les riverains, moyennant une indemnité, pour imposer par exemple à des agriculteurs de conduire des cultures saisonnières, ou avec des particuliers pour adapter leurs installations d assainissement ou du pluvial. 5-La protection de la forêt Sauf autorisation, les forêts privées ne peuvent pas faire l objet d un défrichement ou d un arrachage. L autorisation est temporairement délivrée pour cinq ans. Nous avons vu ainsi, l essentiel de ce qui touche au droit de l'environnement en matière de vente immobilière, je n ai pas été totalement exhaustif et ai laissé de côté quelques réglementations particulières CONCLUSION L'incidence de toutes ces réglementations, sur l'immeuble objet d'une vente, apparaissent plus clairement, au terme de cet exposé. Certes il incombe au vendeur de donner toutes les informations nécessaires et utiles à l'acquéreur, mais ce vendeur, sans être nécessairement de mauvaise foi, peut aisément être défaillant dans l'exécution de son obligation d'information. Dés lors, vous l'aurez bien compris, l'intervention d'un notaire est devenue essentielle pour assister le vendeur et sécuriser ainsi l'opération de vente.. 8

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission.

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission. DOSSIER VENTE Dossier de diagnostic technique L obligation de fournir un dossier de diagnostic technique s inscrit dans l obligation générale pesant sur le vendeur d informer l acquéreur sur les caractéristiques

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept.

Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. Tableau d'information sur les diagnostics immobiliers publié le 7 août 2012 19:59 par Christophe RONCHETTI [ mis à jour : 21 sept. 2012 14:45 ] 1 - Les diagnostics immobiliers obligatoires pour une vente

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 10200 Réalisé par FRANCK MAY Pour le compte de EX'IM - EURL DIAGNOS'IM

Plus en détail

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Le dossier de diagnostic technique DDT permet à l acquéreur ou au locataire de mieux connaître les éléments essentiels du logement pouvant avoir des conséquences sur la sécurité

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Port Haut 78 130 LES MUREAUX RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8, le bourg

Plus en détail

Rappel des droits et obligations

Rappel des droits et obligations GAZ Norme XP P 45-500 A compter du 1er novembre 2007 le vendeur d'un logement équipé d'une installation intérieure au gaz naturel ou GPL datant de 15 ans ou plus devra produire un diagnostic gaz de l installation

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Quai Bucherel 95 500 PONTOISE RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8, le bourg

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES 7 rue Mercure 94 700 MAISONS-ALFORT RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8,

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AU DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DISPOSITIONS RELATIVES AU DIAGNOSTIC TECHNIQUE DISPOSITIONS RELATIVES AU DIAGNOSTIC TECHNIQUE Article 16 Le chapitre III du titre III du livre Ier du code de la construction et de l'habitation est complété par les articles suivants : Art. L. 133-4.

Plus en détail

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000)

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000) Article L1334-1 (Loi nº 2004-806 du 9 août 2004 art. 72 Journal Officiel du 11 août 2004) Le médecin qui dépiste un cas de saturnisme chez une personne mineure doit, après information de la personne exerçant

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION DIAGNOSTIC OBLIGATOIRE - TRANSACTION Depuis le 1 er juillet 2007, un DPE doit être annexé au contrat de location

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES 24-26 quai d Austerlitz 75 013 PARIS RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 15/IMO/0204 Date de réalisation : 16 avril 2015 (Valable 6 mois)

Plus en détail

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN Les diagnostics dans l habitat Tableau récapitulatif 11 Contrat de risque d exposition au plomb Diagnostic de performance énergétique Etat mentionnant la présence ou l absence

Plus en détail

Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire

Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire Généralités A quoi sert cette nouvelle obligation? L objectif est d assurer une transparence totale lors de transactions immobilières

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE À L OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BÂTI

LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE À L OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BÂTI LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE À L OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BÂTI L article L271-4 du code de la construction et de l habitation prévoit qu en «cas de vente de tout

Plus en détail

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs SOMMAIRE 5 Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs 5 1. Besoin de caractérisation des biens et produits 6 2. Apparition des diagnostics «obligatoires» 9 3. Documents d expertise ne pouvant

Plus en détail

Les obligations du vendeur

Les obligations du vendeur Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

partie en construction

partie en construction ETAT «TERMITES» & ETAT PARASITAIRE 1 ère partie : o Généralités sur les insectes xylophages o Généralités sur les insectes xylophages o Généralités sur les termites de France et Outremer o Le type de dommages

Plus en détail

LES NOUVEAUTES EN MATIERE DE REGLEMENTATION «AMIANTE» A PROPOS DES ARRETES DU 12, 14 ET 21 DECEMBRE 2012

LES NOUVEAUTES EN MATIERE DE REGLEMENTATION «AMIANTE» A PROPOS DES ARRETES DU 12, 14 ET 21 DECEMBRE 2012 LES NOUVEAUTES EN MATIERE DE REGLEMENTATION «AMIANTE» A PROPOS DES ARRETES DU 12, 14 ET 21 DECEMBRE 2012 DROIT IMMOBILIER Le 1 er janvier 2013 sont entrées en vigueur de nouvelles dispositions relatives

Plus en détail

AMIANTE: utilisation et localisation dans le logement

AMIANTE: utilisation et localisation dans le logement Diagnostic AMIANTE AMIANTE: utilisation et localisation dans le logement 1- Calorifugeages 2- Flocages 3- Amiante ciment plaques 4- Amiante ciment conduits 5- Dalles vinyle Dans quels cas est-ce obligatoire?

Plus en détail

Etat des Risques Naturels et Technologiques

Etat des Risques Naturels et Technologiques Etat des Risques Naturels et Technologiques Articles L 125-5 et R 125-26 du code de l environnement 1. Cet état des risques est établi sur la base des informations mises à disposition par arrêté préfectoral

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Commande n 5404 Mode EDITION** Réalisé par David BARDY Pour le compte de KINAXIA Date

Plus en détail

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement ARC 04 2014 www.unarc.asso.fr Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Diagnostic de l installation existante d assainissement non collectif (ANC)

Diagnostic de l installation existante d assainissement non collectif (ANC) Communauté de Communes du Pays d Etain 29 allée du champ de Foire 55400 Etain Diagnostic de l installation existante d assainissement non collectif (ANC) dans le cadre d une vente immobilière conformément

Plus en détail

4. Les nouvelles dispositions applicables en cas de travaux de démolition d' immeubles où se trouvent des matériaux contenant de l'amiante

4. Les nouvelles dispositions applicables en cas de travaux de démolition d' immeubles où se trouvent des matériaux contenant de l'amiante AMIANTE SOMMAIRE: NOTE IMPORTANTE : l'ensemble de ce chapitre traite de la réglementation amiante à partir des décrets initiaux de février 1996, dont le décret 96-97 ; ce décret qui a été modifié au fil

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT Avec la collaboration des Instituts du C.S.N L AVANT-CONTRAT En principe, l'accord sur la chose et sur le prix vaut vente; mais toutes les conditions d'une vente sont rarement réunies lorsque les parties

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE A L'OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BATI

LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE A L'OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BATI MAJ 03/07/12 Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LE DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE (DDT) IMMOBILIER OBLIGATOIRE A L'OCCASION DE LA VENTE D IMMEUBLE BATI L'article L271-4 du code de la construction

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 13/ABCD/145 Réalisé par SARL ABCD Diagnostics Date de réalisation

Plus en détail

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs DIRECTION GÉNÉRALE DE LA PRÉVENTION DES RISQUES L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le parcours de vente les obligations du vendeur d un bien immobilier De manière générale, le vendeur d un bien immobilier a une obligation d information. À cet effet, la loi lui impose de remettre

Plus en détail

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Françoise Labrousse, Avocat au barreau de Paris (flabrousse@jonesday.com) Mathieu

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Commande n 3505 Date de réalisation : 23 septembre 2011 (Valable 6 mois) Mode COMMANDE

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique ½ journée amiante Dreal Bourgogne Dijon, le 20 novembre 2014 La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique Énora PARENT, Cerema Ministère de l'écologie,

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Fonctionnaire délégué, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme,

Plus en détail

LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION

LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION PLOMB dans les revêtements - Lutte contre le saturnisme - Bail d habitation

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER IMMOBILIER LE PARCOURS DE VENTE LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER De manière générale, le vendeur

Plus en détail

Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION

Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION Édition février 2014 PROPRIÉTAIRES, GESTIONNAIRES DE PATRIMOINE IMMOBILIER, SOCOTEC VOUS AIDE À RÉPONDRE À VOS OBLIGATIONS

Plus en détail

Perrot - Doucet-Bon - Barrut

Perrot - Doucet-Bon - Barrut Kit Vendeur Les pièces obligatoires Pour préparer le compromis de vente de son bien immobilier, il faut dans tous les cas réunir : le titre de propriété le dernier avis de taxe foncière la liste des biens

Plus en détail

ARRÊTÉ PRÉFECTORAL D URGENCE. N 2015027-0011 du 27 janvier 2015 LE PRÉFET DE VAUCLUSE CHEVALIER DE LA LEGION D'HONNEUR

ARRÊTÉ PRÉFECTORAL D URGENCE. N 2015027-0011 du 27 janvier 2015 LE PRÉFET DE VAUCLUSE CHEVALIER DE LA LEGION D'HONNEUR PREFET DE VAUCLUSE Direction départementale de la protection des populations Service prévention des risques techniques Affaire suivie par : Isabelle ABBATE Téléphone : 04 88 17 88 84 Télécopie : 04 88

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds.

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds. CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds Article R1334-14 Les articles de la présente sous-section s'appliquent à tous les immeubles

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

ANNEXE DU REGLEMENT. 1 place de stationnement pour 30 m2 de surface hors oeuvre nette (SHON).

ANNEXE DU REGLEMENT. 1 place de stationnement pour 30 m2 de surface hors oeuvre nette (SHON). ANNEXE DU REGLEMENT CHAPITRE 1 : STATIONNEMENT Lors de toute opération d'occupation du sol, des aires de stationnement, dont les normes minimales sont définies ci-dessous, doivent être réalisées, sauf

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Document valable jusqu au : 2 octobre 2012 RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES SOMMAIRE - Déclaration de l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

État des RISQUES Naturels et Technologiques

État des RISQUES Naturels et Technologiques État des RISQUES Naturels et Technologiques Pays Basque : Résidence PHAROS 7 Bis, Rue du Pont de l Aveugle 64600 ANGLET Tél : 05.59.52.20.93 Fax : 05.59.42.05.65 Page 1 / 10 Art. L. 125-5 I du Code de

Plus en détail

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013

LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS - 2013 Mail : planning-immodiag@gmail.com LES S S - 2013 LES S S - 2013 VENTE Le DPE : Diagnostic de Performance Energétique Amiante Termites Electricité Gaz L ERNT : Etat des Risques Naturels et Technologiques

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du code de l'environnement

Etat des risques naturels et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du code de l'environnement 225 Route du Bouleau 69126 BRINDAS RC : Lyon 422 828 608 : 04 72 72 70 70 : 04 72 72 70 71 http://www.pprn.fr Etat des risques naturels et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

NOTE D'INTRODUCTION AU PPRI AVEC MESURES IMMEDIATEMENT OPPOSABLES DE LA COMMUNE DES ARCS SUR ARGENS

NOTE D'INTRODUCTION AU PPRI AVEC MESURES IMMEDIATEMENT OPPOSABLES DE LA COMMUNE DES ARCS SUR ARGENS Avertissement NOTE D'INTRODUCTION AU PPRI AVEC MESURES IMMEDIATEMENT OPPOSABLES DE LA COMMUNE DES ARCS SUR ARGENS La présente note a pour objet de présenter les différents documents constituant le PPRI

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Dossier de demande de dérogation. à l'urbanisation limitée. application de l article L 122-2. du code de l urbanisme

Dossier de demande de dérogation. à l'urbanisation limitée. application de l article L 122-2. du code de l urbanisme Direction départementale des territoires de la Drôme Service Aménagement du Territoire et Risques Pôle Planification Dossier de demande de dérogation à l'urbanisation limitée application de l article L

Plus en détail

Compromis de vente immobilier

Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier 2/7 Entre les soussignés : (nom(s), prénom(s), profession, domicile, TVA) 1....... Et (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale, siège social)

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE SUR MER PIECE 3 REGLEMENT

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE SUR MER PIECE 3 REGLEMENT PREFECTURE DU CALVADOS direction départementale de l'équipement Calvados service urbanisme PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE

Plus en détail

Novembre 2014. Diagnostics obligatoires et facultatifs en copropriété

Novembre 2014. Diagnostics obligatoires et facultatifs en copropriété Novembre 2014 Diagnostics obligatoires et facultatifs en copropriété SOMMAIRE Introduction à quoi servent les diagnostics? domaines d intervention encadrement de la profession Vente et location Zoom sur

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 1 >> L ÉCRITURE DE L ARTICLE 12 DU RÈGLEMENT DES PLU Yves Pittard, avocat honoraire Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 Au nombre des préoccupations que les PLU doivent prendre en

Plus en détail

Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) de la petite mer de Gâvres. Réunion Publique à Port-Louis DDTM56/SPACES/PRN

Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) de la petite mer de Gâvres. Réunion Publique à Port-Louis DDTM56/SPACES/PRN Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) de la petite mer de Gâvres Réunion Publique à Port-Louis DDTM56/SPACES/PRN 12 octobre 2015 Plan de prévention des risques littoraux Introduction Les littoraux

Plus en détail

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R.

PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE LE PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE, Vu le code de l environnement, et notamment ses articles L. 515-12 et R. 515-24 à R. DIRECTION RÉGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMENAGEMENT ET DU LOGEMENT PRÉFET DE LA HAUTE-CORSE Arrêté instituant les servitudes d'utilité publique dans le périmètre des deux cents mètres autour de l'installation

Plus en détail

ERNMT. Mission n 31022337 MISSION PROPRIETAIRE MANDATAIRE

ERNMT. Mission n 31022337 MISSION PROPRIETAIRE MANDATAIRE articles L271.4 à L 271.6 du code la construction et de l habitation Seuls les rapports de diagnostics demandés par le vendeur ou un mandataire figurent dans le présent dossier. L existence et le contenu

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

Rapports de diagnostic immobilier MESURAGE - ETAT PARASITAIRE - PLOMB - AMIANTE. Contenu et mentions recommandées

Rapports de diagnostic immobilier MESURAGE - ETAT PARASITAIRE - PLOMB - AMIANTE. Contenu et mentions recommandées Rapports de diagnostic immobilier MESURAGE - ETAT PARASITAIRE - PLOMB - AMIANTE Contenu et mentions recommandées Ce document est le fruit du travail de la commission technique de la FIDI auquel a été associé

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009 CAUE 07 Les outils de l action foncière 23 avril 2009 Me Sébastien BOURILLON Avocat au Barreau de Lyon / 15 place Jules Ferry 69006 LYON Tél. 06 50 83 16 05 / Courriel : bourillon@bourillon-avocat.fr L

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SON BIEN IMMOBILIER. Troisième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SON BIEN IMMOBILIER. Troisième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SAVOIR VENDRE SON BIEN IMMOBILIER Troisième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2003, 2007 De Particulier à Particulier,

Plus en détail

PROCÉDURE D AUTORISATION D UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI)

PROCÉDURE D AUTORISATION D UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI) PROCÉDURE D AUTORISATION D UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI) Le stockage de déchets inertes est régi par une procédure d autorisation spécifique prévue par différents textes législatifs

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Ministre, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme, du Patrimoine

Plus en détail

La loi Grenelle - plan d actions national et grille de détermination des installations à risque

La loi Grenelle - plan d actions national et grille de détermination des installations à risque Les rencontres de l'eau en Loire Bretagne Assainissement Non Collectif : Enjeux et perspectives en Loire Bretagne 12 avril 2011 La loi Grenelle - plan d actions national et grille de détermination des

Plus en détail

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT Code de la Santé Publique (Articles R1334-14 à R1334-29 et R1336-2 à R1336-5) Exposition à l amiante dans les immeubles bâtis (Décret n 2003-462 du 21 mai 2003 modifié par les décrets n 2004-802 du 29

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr

Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr L information des acquéreurs et des Locataires sur Les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration de sinistre Ministère de l'écologie, du

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi Alur Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi ALUR - Principales dispositions en copropriété 13/15 Objectif : Les principales dispositions

Plus en détail

COMPROMIS DE VENTE ENTRE LES SOUSSIGNES. M. (nom et prénom)... demeurant à...

COMPROMIS DE VENTE ENTRE LES SOUSSIGNES. M. (nom et prénom)... demeurant à... COMPROMIS DE VENTE ENTRE LES SOUSSIGNES M. (nom et prénom)... demeurant à... et (en cas de pluralité de propriétaires) M. (nom et prénom)... demeurant à... agissant en qualité de propriétaire(s) ci-après

Plus en détail

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023

ARRETE COMPLEMENTAIRE N 2012-178-0023 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Service protection de l'environnement GRENOBLE, LE 26 JUIN 2012 AFFAIRE SUIVIE PAR : Michelle LEDROLE : 04.56.59.49.61 : 04.56.59.49.96 ARRETE

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. REFERENCES N dossier : 00001072 N client : 00043 Date : 08/12/2010 (Valable 6 mois)

Plus en détail

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF : ANC Objectifs : Protection de la santé et de la salubrité publique Préservation

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis.

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. PROJET DE LOI adopte, 22 Juin 1965. N 101 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1964-1965 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. Le

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE. Modification simplifiée

MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE. Modification simplifiée MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE Modification simplifiée Adresse postale : Direction Départementale des Territoires du Loir-et-Cher 17, quai de l'abbé Grégoire 41012

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 7 Mai 2006 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy L Obligation d information en cas de vente d un terrain pollué ou potentiellement pollué Parmi les obligations à respecter

Plus en détail

Loi ALUR et Sites Pollués Quels changements? Quelles perspectives?

Loi ALUR et Sites Pollués Quels changements? Quelles perspectives? Loi ALUR et Sites Pollués Quels changements? Quelles perspectives? La loi ALUR et les transferts de responsabilité Quels types de clauses intégrer dans les contrats toutes phases confondues des projets?

Plus en détail

QUELS DIAGNOSTICS? Avant de vous engager, consultez votre ADIL

QUELS DIAGNOSTICS? Avant de vous engager, consultez votre ADIL Acheter ou vendre un logement QUELS DIAGNOSTICS? Avant de vous engager, consultez votre ADIL V ous achetez ou vous vendez un logement : plusieurs diagnostics, constats ou états, réunis prochainement dans

Plus en détail

Décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008. La Vente d immeuble à rénover

Décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008. La Vente d immeuble à rénover UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER Décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008 La Vente d immeuble à rénover Le décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008, paru au Journal Officiel du 18 décembre 2008, vient préciser

Plus en détail

(CGI, article 1586 A extrait) (CGI, article 1384)

(CGI, article 1586 A extrait) (CGI, article 1384) TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES Prolongation par les départements de la durée d exonération des logements à usage locatif appartenant aux organismes HLM et SEM. (CGI, article 1586 A extrait) "Pour

Plus en détail