FICHE TECHNIQUE N 7 IMMOBILISATIONS CORPORELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FICHE TECHNIQUE N 7 IMMOBILISATIONS CORPORELLES"

Transcription

1 FICHE TECHNIQUE N 7 V 2 Septembre 2004

2 Nb. Pages : 2/136 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème M. Soulié FCE 7 ème M. Caumeil FCE 6A M. Nouvel FCE 6B M. Tanguy FCE 7A Mme Brosse FCE Doctrine comptable Liste DRB Identification du document Préparé par : G. Cabane et C. Kreckelbergh / FCE 7A Version : 2 Référence : FT N7 V 2 Logiciel : MS-Word pour Windows Documents en référence Documents en annexe - - 2/136

3 Nb. Pages : 3/136 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA FICHE TECHNIQUE PLAN COMPTABLE ANNOTE Bilan Compte de résultat REGLES ET PRINCIPES FONDATEURS Périmètre et critères d inscription au bilan Définition d une immobilisation corporelle Notion de contrôle Définition Impact de la notion de contrôle Illustration de la notion de contrôle Fait générateur de l enregistrement d une immobilisation corporelle au bilan de l Etat Date de comptabilisation d une immobilisation corporelle Précisions sur le moment du transfert des risques et avantages Distinction entre immobilisations, stocks et charges Distinction entre charges et immobilisations corporelles Distinction entre stocks et immobilisations corporelles Règles d évaluation Coût d entrée dans le patrimoine Immobilisations acquises à titre onéreux Immobilisations détenues dans le cadre d un contrat de location -financement Immobilisations produites par les services de l État Autres cas Immobilisations acquises ou mise à disposition à titre gratuit Immobilisations acquises par voie d échange Immobilisations co-financées Immobilisations construites dans le cadre de délégation de maîtrise d ouvrage aux établissements publics Éléments particuliers à prendre en compte Coûts de remise en état d une immobilisation Études liées à une immobilisation corporelle Dépenses ultérieures Principe général Application de ce principe Dépenses ultérieures considérées comme immobilisations Dépenses ultérieures considérées comme charges Evaluation posterieure Règles d évaluation postérieure à la comptabilisation initiale Pour les biens ayant une durée d utilisation déterminable : amortissement et test de dépréciation en cas d indice de perte de valeur /136

4 Nb. Pages : 4/ Amortissement Dépréciation Pour les biens ayant une durée de vie indéterminable Parc immobilier et terrains Infrastructures routières et ouvrages d art associés Tableaux, oeuvres d art et assimilés Provisions pour remise en état Comptabilisation des variations de valeur Comptabilisation de l utilisation des biens Dépréciation Comptabilisation des variations de valeur des actifs évalués en valeur de marché (parc immobilier et terrains non spécifiques) Comptabilisation des variations de valeur des actifs évalués au coût de remplacement déprécié (infrastructures routières) Comptabilisation des provisions pour remise en état Évaluation lors de la sortie de patrimoine Sortie de bilan Cessions génératrices de trésorerie Cessions non génératrices de trésorerie Cas particuliers Maintien au bilan d actifs encore détenus bien que non utilisés Transaction de cession-bail La transaction débouche sur un contrat de location-financement La transaction débouche sur un contrat de location simple SCHEMAS USUELS DE COMPTABILISATION Évaluation initiale : acquisition et production d immobilisations Fait générateur de l enregistrement au bilan Règles de comptabilisation Acquisition à titre onéreux Acquisition en pleine propriété Acquisition par voie de location-financement Immobilisations produites Autres cas Acquisition ou mise à disposition à titre gratuit Acquisition par voie d échange Évaluation à la clôture Tableau de synthèse des modalités d évaluations à la clôture par catégorie d immobilisations Amortissement des immobilisations Date d enregistrement Écritures comptables Amortissement et retraitement de la redevance annuelle de crédit-bail Réévaluation et réactualisation d immobilisations particulières Terrains et parc immobilier non-spécifiques Tableaux, oeuvres d art et assimilés Coût de remplacement déprécié des infrastructures routières Dépréciation des immobilisations Provisions pour remise en état Sortie d immobilisations du patrimoine /136

5 Nb. Pages : 5/ Fait générateur de la cession Règles de comptabilisation d une cession Tableau récapitulatif des types de cessions des biens Cession génératrice de trésorerie Cession d une immobilisation amortissable Cession d une immobilisation réévaluée annuellement en valeur de marché Cession d une immobilisation propriété de l Etat et contrôlée par une entité incluse dans le périmètre du compte 26 «participations et créances rattachées à des participations» Cas particulier de la cession-bail Cession non génératrice de trésorerie Il existe une contrepartie comptabilisable Il n existe pas de contrepartie comptabilisable Cession entre services de l État (ministères) Cas particuliers Contrôle interne - orientations PARTICULARITES COMPTABLES Traitement d ouverture Périmètre d ouverture Méthodes d évaluation retenues pour l établissement du bilan d ouverture Cas général : évaluation au coût d acquisition Règles d évaluation particulière pour certains biens Valeur de marché Coût de remplacement déprécié Valeur symbolique ou coût de reproduction à l identique Cas particulier des tableaux, œuvres d art et assimilés Écritures comptables d intégration des stocks d immobilisations lors du bilan d ouverture Rapprochement comptabilité générale et comptabilité budgétaire Imputation budgétaire Écarts entre le résultat budgétaire et le résultat comptable ETATS DE RESTITUTION-ANNEXES GLOSSAIRE Actif Actifs corporels Inscription d un actif au bilan Actif amortissable Utilisation Charge d utilisation du parc immobilier non spécifique Coût Amortissement Montant amortissable Valeur résiduelle Dépréciation /136

6 Nb. Pages : 6/136 Perte de valeur Valeur brute Valeur actuelle Valeur vénale Valeur d usage Valeur de marché Marché actif Juste valeur Contrat de location financement Notion de contrôle REFERENCES ET TEXTES ANNEXES /136

7 Nb. Pages : 7/ OBJET DE LA FICHE TECHNIQUE L objet de cette fiche technique est de présenter le périmètre, les règles et les traitements comptables relatifs aux immobilisations corporelles. Cette fiche précise le périmètre d application ainsi que les méthodes d évaluation déclinées selon les différentes catégories d immobilisations corporelles. Elle traite enfin des règles et procédures indispensables en termes de gestion et de contrôle. L opération d évaluation du parc immobilier menée depuis le début de l année sera accompagnée à compter de septembre d une expérimentation sur les modalités de réévaluation du parc immobilier. Cette expérimentation, menée dans six départements permettra de valider les modalités pratiques de réévaluation du parc immobilier et de préciser le rôle des acteurs dans le processus de suivi comptable des immobilisations corporelles. Parallèlement, des ateliers techniques sont ou vont être prochainement menés avec quelques ministères. Les travaux réalisés au cours de ces ateliers, centrés notamment sur le matériel militaire, les infrastructures et le matériel technique, permettront d affiner les modalités pratiques de comptabilisation des immobilisations corporelles. Ces ateliers seront étendus en tant que de besoin à d autres ministères. 7/136

8 Nb. Pages : 8/ PLAN COMPTABLE ANNOTE 2.1 BILAN 10 COMPTES D INTEGRATION, ECARTS DE REEVALUATION, D EQUIVALENCE ET RESERVES 102 Ecart d intégration lié au passage à la comptabilité d exercice 1022 Immobilisations corporelles Ce compte retrace la contrepartie des immobilisations corporelles liées à la constitution du bilan d ouverture. 103 Compte de contrepartie d actifs 1031 Contrepartie des immobilisations mises à disposition de l État à titre gratuit ou quasigratuit Ce compte retrace la contrepartie au passif du bilan du compte «Bâtiments mis à disposition de l État à titre gratuit ou quasi-gratuit» pour les immobilisations n appartenant pas à l État et mis à sa disposition gratuitement ou en vertu d un loyer symbolique. C est le cas notamment des bâtiments mis à disposition de l État par une collectivité locale dans le cadre d une convention de partage conformément aux lois de décentralisation. 105 Écart de réévaluation Les écarts de réévaluation sont la contrepartie au bilan de corrections en hausse ou en baisse de la valeur comptable antérieure d éléments d actifs Ecart de réévaluation des terrains et du parc immobilier non-spécifique Les terrains et le parc immobilier non spécifiques sont comptabilisés au bilan pour leur valeur de marché. Celle-ci est évaluée (ou réactualisée) chaque année. Les variations de valeur constatées peuvent être positives ou négatives. Les variations de valeur positives sont enregistrées au débit du compte d immobilisations concerné par le crédit du compte 1051 «Ecart de réévaluation du parc immobilier non-spécifique» Les variations de valeur négatives sont enregistrées au crédit du compte d immobilisations concerné par le débit du compte 1051 «Ecart de réévaluation du parc immobilier non-spécifique» 1052 Ecart de réévaluation des infrastructures routières Les infrastructures routières non concédées sont évaluées au bilan pour leur coût de remplacement déprécié. Ce coût fait l objet d une estimation annuelle. Le compte 1052 enregistre les éventuelles variations de valeurs positives constatées en contrepartie du compte «Infrastructures routières et ouvrages d art associés» 8/136

9 Nb. Pages : 9/ SOLDE DES OPERATIONS DE l EXERCICE 121 Résultats des opérations concernant le budget général, les comptes spéciaux du Trésor et les budgets annexes. Ce compte peut être utilisé en contrepartie du compte 1051 lors de cessions d immobilisations dont le résultat de cession est constaté directement en situation nette. 15 PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES 152 Provisions pour charges 1527 Provisions pour remise en état Ce compte retrace les coûts futurs de démantèlement et de dépollution de biens contrôlés par l Etat et qu un règlement ou un engagement l oblige à remettre en état. Il est décliné dans les sous-comptes suivants : Provisions pour démantèlement Provisions pour dépollution Autres Le compte «Provisions pour démantèlement» est crédité par le débit du compte 21 d immobilisation concerné si le coût de remise en état répond aux critères d identification d un actif et si la dépense est liée à une obligation de démantèlement dès l acquisition de cette immobilisation. Il est débité par le crédit du compte 21 en reprise de provision quand cette dernière devient sans objet. Le compte est crédité par le débit du compte «Dotations aux provisions pour démantèlement» quand les dépenses bien que répondant aux conditions d inscription d une provision ne sont pas liées à une obligation de démantèlement dès l acquisition de cette immobilisation et peuvent être constatées ultérieurement. Le compte est débité par le crédit du compte «Reprise sur provisions pour charges de démantèlement» quand la provision est devenue sans objet. Le compte «Provisions pour dépollution» est crédité par le débit du compte 21 d immobilisation concerné si le coût de dépollution répond aux critères d identification d un actif et si la dépense est liée à une obligation de dépollution dès l acquisition de cette immobilisation. Il est débité par le crédit du compte 21 en reprise de provision quand cette dernière devient sans objet. 9/136

10 Nb. Pages : 10/136 Le compte «Provisions pour dépollution» est crédité par le débit du compte «Dotations aux provisions pour dépollution» si les dépenses répondant aux conditions d inscription d une provision ne sont pas liées à une obligation de dépollution dès l acquisition de cette immobilisation et peuvent être constatées ultérieurement. Le compte est débité par le crédit du compte «Reprise sur provisions pour dépollution» quand la provision est devenue sans objet. 16 EMPRUNTS ET DETTES ASSIMILES 167 Dettes assorties de conditions particulières Ce compte enregistre la dette en capital constituée par les contrats de location-financement. Il retrace la dette de l'état, vis à vis du bailleur, résultant de l'obligation d'effectuer les paiements futurs au titre de la location. Au moment de la signature du contrat, les biens détenus par voie de locationfinancement sont comptabilisés au bilan à l'actif et au passif au crédit du compte 167 pour un même montant égal à la valeur vénale du bien. En conformité avec le tableau d amortissement financier, le compte 167 est débité en fin d année en contrepartie du compte 6112 «Redevances sur contrat de location-financement» afin de retracer le remboursement en capital de la dette Contrat de location-financement mobilier 1672 Contrat de location-financement immobilier 21 Seules les immobilisations corporelles contrôlées par l État sont enregistrées au compte 21 «Immobilisations corporelles» Il s agit des immobilisations dont il a la maîtrise des conditions d utilisation, du potentiel de service et/ou des avantages économiques dérivés de cette utilisation. En pratique sont considérées comme contrôlées : - Les immobilisations appartenant à l État et sur lesquelles celui-ci exerce un réel contrôle. Il s agit essentiellement des immobilisations utilisées par ses services ainsi que des immobilisations pour lesquelles il a consenti une location simple à un tiers à l exclusion des immobilisations affectées à un établissement public et de celles concédées. En effet, dans ces deux cas, l État a transféré le contrôle de ces immobilisations aux organismes concernés. Par exception, les tableaux, œuvres d art et assimilés et les monuments gérés par le Centre des Monuments Nationaux sont considérés comme contrôlés par l Etat. - Les immobilisations ne lui appartenant pas mais dont il a la maîtrise des conditions d utilisation, en vertu par exemple d un contrat de location-financement ou assimilé (bail emphytéotique par exemple) ou d une mise à disposition à titre gratuit ou quasi-gratuit. Les biens du parc immobilier de l Etat sont classés selon leur caractère «spécifique» ou «non spécifique» : Les biens «non spécifiques» regroupent ceux qu il est possible d affecter à des usages multiples tant par les services de l Etat que par des tiers (utilisation banalisée). Ils sont évalués à la valeur de marché. 10/136

11 Nb. Pages : 11/136 Par différence, tous les autres biens sont dits «spécifiques (utilisation non banalisée) et sont évalués à l euro symbolique ou au coût de reproduction à l identique. En dehors de l inscription de l une ou l autre de ces valeurs figées au bilan, les travaux immobilisables réalisés sur ces biens sont inscrits au bilan et font l objet d un amortissement. 211 Terrains Ce compte retrace les terrains contrôlés par l État. Selon leur nature, ils sont enregistrés dans les différents sous-comptes suivants : 2111 Terrains appartenant à l État Ce compte regroupe les terrains appartenant à l État qui ne sont ni remis en affectation ou en dotation ou en gestion, ni concédés Terrains non-spécifiques Les terrains non-spécifiques regroupent les terrains qu il est possible d affecter à des usages multiples et qui de ce fait, pourraient être cédés à des tiers pour des utilisations comparables ou différentes moyennant des aménagements limités (à titre d exemple, les terrains à bâtir, les terrains militaires, les champs d exercice, les camps d entraînement, les labours, les plantations) Ces terrains sont suivis en valeur de marché au bilan et font l objet d une réactualisation annuelle et de réévaluations quinquennales Terrains spécifiques Ce compte regroupe des terrains particuliers tels les cimetières ou des éléments naturels tels les lacs, les étangs, les sources, les landes, les plages, les dunes Ces biens sont comptabilisés à l euro symbolique lors du bilan d ouverture. En dehors de l inscription de cette valeur, sont inscrites au bilan les dépenses immobilisables (travaux) réalisées sur ces biens. Ces dépenses font l objet d un amortissement Terrains financés par contrat de location-financement ou assimilé. Ce compte retrace les terrains dont l'état n'est pas propriétaire mais dont il dispose par contrat de location-financement ou assimilé. Au moment de la signature du contrat, les terrains détenus par voie de location-financement sont comptabilisés au bilan à l actif et au passif pour un même montant égal à la valeur vénale du bien Terrains mis à disposition de l État à titre gratuit ou quasi-gratuit 11/136

12 Nb. Pages : 12/136 Ce compte retrace les terrains n appartenant pas à l État et mis à sa disposition (gratuitement ou en contrepartie d un loyer symbolique). Cette catégorie comprend notamment les terrains mis à la disposition de l État par une collectivité locale dans le cadre d une convention de partage conformément aux lois de décentralisation lorsque celle-ci transfère à l État la responsabilité du contrôle sur ces terrains Terrains non-spécifiques 21142Terrains spécifiques 213 Constructions Ce compte retrace les constructions qui comprennent essentiellement les bâtiments, les installations, agencements, aménagements et les ouvrages d infrastructures. Sont concernées les seules constructions contrôlées par l État Bâtiments Ce compte retrace les éléments considérés comme bâtiments tels les fondations et leurs appuis, les murs, les planchers, les toitures ainsi que les aménagements faisant corps avec eux Bâtiments appartenant à l État Ce compte retrace les bâtiments appartenant à l État qui ne sont pas remis en affectation ou en dotation, ni concédés Bâtiments non-spécifiques Le parc immobilier non-spécifique regroupe les immeubles qu il est possible d affecter à des usages multiples et qui, de ce fait, pourraient être cédés à des tiers pour des utilisations comparables ou différentes moyennant des aménagements limités. Ces locaux, utilisés pour des activités non spécifiques de l État, sont des locaux banalisés abritant des activités administratives, industrielles, commerciales ou des logements de fonction (bureaux, logements, garages, entrepôts...). Par extension, cette catégorie comprend également les locaux relativement faciles à adapter ou à reconvertir en vue d autres activités (commissariats, tribunaux, locaux techniques...). Ces biens sont comptabilisés pour leur valeur de marché et font l'objet d'une réactualisation annuelle et de réévaluations quinquennales Bâtiments spécifiques Cette catégorie regroupe : - les biens qui ne disposent pas d un potentiel de service mesurable car il est lié à la nature intrinsèque du bien, à caractère historique ou culturel, qui n a pas d équivalent sur le marché (obélisque de la Concorde, cathédrales.) ; - les biens utilisés pour des activités spécifiques de l État et qui ne pourraient être reconvertis à des usages banalisés qu au prix de très lourds travaux. 12/136

13 Nb. Pages : 13/136 Ces biens sont comptabilisés à l euro symbolique ou au coût de remplacement déprécié Ce compte se décompose en deux sous-comptes : Bâtiments spécifiques à l euro symbolique Lors du bilan d ouverture. En dehors de l inscription de cette valeur, sont inscrites au bilan les dépenses immobilisables (travaux) réalisées sur ces biens. Ces dépenses font l objet d un amortissement Bâtiments spécifiques au coût de remplacement déprécié La liste des catégories de biens considérés comme spécifiques est présentée en annexe. Les biens ne figurant pas sur cette liste sont des biens non-spécifiques Bâtiments financés par contrat de location-financement ou assimilé Ce compte retrace les bâtiments dont l'état n'est pas propriétaire mais dont il dispose par contrat de location-financement ou assimilé. Au moment de la signature du contrat, les bâtiments détenus par voie de location-financement sont comptabilisés à l actif et au passif pour un même montant égal à la valeur vénale du bien. Lors des évaluations postérieures, ces biens font l objet de réactualisations annuelles et de réévaluation quinquennale Bâtiments mis à disposition de l État à titre gratuit ou quasi-gratuit Ce compte retrace les bâtiments n appartenant pas à l État et mis à sa disposition à titre gratuit ou quasi-gratuit. C est le cas notamment des bâtiments mis à disposition de l État par une collectivité locale dans le cadre d une convention de partage conformément aux lois de décentralisation lorsque celui-ci a la maîtrise des conditions d utilisation du bien et du potentiel de services et/ou des avantages économiques dérivés de cette utilisation. Ces bâtiments sont enregistrés au débit du compte par le crédit du compte 1022 «Immobilisations mises à la disposition de l État à titre gratuit ou quasi-gratuit» Bâtiments non-spécifiques Bâtiments spécifiques 2138 Ouvrages d infrastructures Ce compte retrace les ouvrages contrôlés par l État, destinés à assurer les communications sur terre, sous terre, par fer et par eau ainsi que les barrages et les pistes d aérodrome Infrastructures routières et ouvrages d art associés 13/136

14 Nb. Pages : 14/136 Le compte «Infrastructures routières et ouvrages d art associés» retrace les routes et ouvrages d art associés appartenant à l Etat et non concédés, évalués au coût de remplacement déprécié Autres infrastructures Ce compte retrace les autres infrastructures non recensées par la direction des routes Autres infrastructures appartenant à l Etat Autres infrastructures non spécifiques Autres infrastructures spécifiques Autres infrastructures financées par contrat de location-financement ou assimilé Autres infrastructures mises à disposition de l Etat à titre gratuit ou quasi-gratuit Autres infrastructures non spécifiques Autres infrastructures spécifiques 214 Constructions sur sol d autrui Ce compte retrace les constructions contrôlées par l Etat sur des terrains qu il ne contrôle pas. 215 Installations spécialisées Ce compte regroupe des installations spécialisées non mobiles affectées à un usage spécialisé. Ce compte est ventilé entre les différents sous-comptes suivants : 2151 «Installations spécialisées appartenant à l Etat» «Installations spécialisées non spécifiques» «Installations spécialisées spécifiques» 2152 «Installations spécialisées financées par contrat de location-financement ou assimilé» 2154 «Installations spécialisées, mises à disposition de l Etat à titre gratuit ou quasi-gratuit «Installations spécialisées non spécifiques» 21542«Installations spécialisées spécifiques» 216 Matériel technique, industriel et outillages 14/136

15 Nb. Pages : 15/136 Ce compte regroupe le matériel et l outillage technique tels les outils, les machines y compris le matériel technique et le matériel roulant de voirie. Ce compte est ventilé entre les différents sous-comptes suivants : 2161 «Matériel appartenant à l Etat» «Matériel d atelier et de garage» (banc technique, compresseur électrique, appareil de levage ) «Matériel d impression et de reprographie» (presse offset, rotative, plieuse, cercleuse, assembleuse.) «Matériel d incendie, de défense et de sécurité civiles» (véhicules incendie, canadairs, hélicoptères, matériel nautique.) «Matériel d analyses et de mesures» (mesures de pollution, de crues, de météorologie ) «Matériel de voirie et de travaux publics» (matériels des parcs et des DDE) «Matériels et engins spécifiques (hors transport)» (grues de quai, bateaux de la DGDDI, simulateur de vol, citerne à eau ) «Autres matériels techniques» (Il s agit du matériel d entretien, de nettoyage, de chauffage ) 2162 «Matériel financé par contrat de location-financement» Ce compte est structuré comme le compte Le matériel roulant, flottant et destiné au transport de personnes, marchandises ou produits est imputé sur le compte 2182 «Matériel de transport» 217 Matériel militaire Ce compte retrace les biens à vocation militaire tels les chars, avions militaires, sous-marins. Selon leur nature, ils sont enregistrés dans les différents sous-comptes suivants : 2171 «Équipements militaires complets» Ce compte retrace les équipements complets c est-à-dire en configuration opérationnelle «Sous-ensembles et accessoires» Ce compte retrace les sous-ensembles ou accessoires d équipements militaires complets dont la valeur ou la durée de vie justifie une inscription en immobilisations corporelles. 15/136

16 Nb. Pages : 16/ «Équipements d environnement et de servitude» Ce compte retrace les équipements indispensables à la mise en œuvre des équipements militaires complets (équipements de manutention, simulateurs, équipements de production d énergie) 2178 «Autres équipements militaires» Ce compte regroupe les équipements qui n ont pu être ventilés dans les trois comptes précédents. 218 Autres immobilisations corporelles 2182 «Matériel de transport» Ce compte retrace le matériel de transport. Il comprend tous les véhicules et appareils servant au transport des personnes et des marchandises, matières et produits, à l'exception des véhicules utilisés par les services de l'équipement (voirie). Même ventilation que le «Matériel appartenant à l Etat» «Automobiles» «Camions» «Motocycles et cycles «Matériel fluvial et naval» «Matériel ferroviaire» «Matériel aérien» «Matériel spatial» «Autres matériels de transport» «Matériel financé par contrat de location-financement» 2183 «Matériel informatique et de télécommunications» Le matériel informatique et de télécommunication comprend les serveurs, les logiciels indissociables, les autocommutateurs Même ventilation que le «Matériel appartenant à l Etat «Matériel informatique» «Matériel de télécommunications» «Matériel financé par contrat de location-financement 2184 «Matériel de bureau» «Matériel appartenant à l Etat» 16/136

17 Nb. Pages : 17/ «Matériel financé par contrat de location-financement» Le matériel de bureau comprend tous les matériels destinés à faciliter les travaux administratifs tels les machines à écrire, les photocopieurs numériques «Mobilier» Ce compte retrace les meubles et objets assimilés utilisés soit à vocation de rangement permanent, soit destiné à faciliter les commodités du personnel «Tableaux, œuvres d art et assimilés» Ce compte retrace les tableaux, œuvres d'art et assimilés, propriété de l Etat, y compris ceux dont la conservation est assurée par un tiers de droit public ou de droit privé. Pour les biens acquis avant le bilan d ouverture (2006), seuls ceux qui ont pu être valorisés à partir des archives de la Réunion des Musées Nationaux sont inscrits au bilan de l Etat ; pour les biens acquis après le bilan d ouverture (à compter de 2006), la comptabilisation s effectue pour leur coût d acquisition «Autres immobilisations corporelles» Ce poste comprend les animaux et les immobilisations qui ne sont pas isolées dans les autres postes d'immobilisations «Animaux» «Divers, autres immobilisations corporelles» 22 IMMOBILISATIONS MISES EN CONCESSION Ce compte retrace les biens corporels remis au concessionnaire ou assimilé à l occasion d une délégation de service public ou d une autorisation d occupation du domaine public. 221 Terrains Ce compte retrace les terrains (dont agencements et aménagements) contrôlés par l Etat. 223 Constructions Les constructions comprennent essentiellement les bâtiments, les installations, agencements, aménagements et les ouvrages d infrastructures. 224 Constructions sur sol d autrui Ce compte retrace les constructions mises en concession sur un terrain non contrôlé par l Etat. 225 Installations spécialisées 17/136

18 Nb. Pages : 18/136 Ce compte retrace les installations spécialisées non mobiles affectées à un usage spécialisé. 18/136

19 Nb. Pages : 19/ IMMOBILISATIONS EN COURS 231 Immobilisations corporelles en cours Le compte 231 et ses subdivisions par catégories d'immobilisations retracent les coûts accumulés constatés sur les immobilisations dont la fabrication, assurée par un tiers ou produite par l'etat, est en cours. A l'achèvement des travaux, ce compte est soldé par le débit du compte d'immobilisation concerné. 238 Avances et acomptes versés sur commandes d immobilisations corporelles Ce compte retrace les avances et acomptes versés à des tiers pour l'acquisition d'immobilisations en cours de production Avances versées sur commandes d immobilisations corporelles Les avances sont versées avant tout commencement d'exécution de la commande, et remboursées par précomptes sur les sommes dues ultérieurement à titre d'acomptes ou de solde. Le compte 2381 est alors crédité par le débit du compte 2382 ou du compte 21 concerné Acomptes versés sur commandes d immobilisations corporelles Les acomptes sont versés au fur et à mesure de la justification de l'exécution des commandes. A réception et comptabilisation de la facture, le compte 2382 est crédité par le débit du compte /136

20 Nb. Pages : 20/ AMORTISSEMENTS ET ASSIMILES DES IMMOBILISATIONS 281 Amortissement des immobilisations corporelles Ce compte retrace les dépréciations de valeur d'un bien qui résultent notamment de l'usage, du temps, du changement de technique... Le compte 281 (et ses sous-comptes spécialisés par catégories d'immobilisations) est crédité, en fin d'exercice, des dotations aux amortissements par le débit du compte de dotation 681 concerné. Lors de la sortie d'une immobilisation (cession, destruction ou réforme d'un bien amortissable), il est débité du cumul des amortissements réalisés sur celle-ci par le crédit du compte d'immobilisations 21 concerné. 282 Utilisation du parc immobilier non spécifique Contrepartie de la charge d utilisation du bien exprimée en pourcentage de la valeur de marché, le compte 282 «Utilisation du parc immobilier non spécifique» est crédité en contrepartie du débit du compte 682 «Charge d utilisation du parc immobilier non spécifique» et fait l objet d une contrepassation immédiate avec transfert à l écart de réévaluation (compte 1051«Écart de réévaluation du parc immobilier non-spécifique») Pour ce faire, il est débité par le crédit du compte La valeur comptable du bien à l actif du bilan de l Etat n est pas impactée par cette opération. 29 DEPRECIATIONS DES IMMOBILISATIONS Les dépréciations constatent que la valeur actuelle d une immobilisation est devenue notablement inférieure à sa valeur comptable qui ne correspond plus aux avantages économiques ou au potentiel de services résiduels dans le cas où l immobilisation continue d être utilisée. 291 Dépréciations des immobilisations corporelles Lors de la constitution d'une dépréciation d'une immobilisation ou lors de la variation en augmentation d'une dépréciation déjà constituée, ce compte est crédité en contrepartie du débit du compte de dotation concerné. Lors de l'annulation d'une dépréciation devenue sans objet ou lors de la variation en diminution de cette dépréciation, il est débité par le crédit du compte de reprise sur dépréciation approprié. En cas de ré-appréciation de la valeur comptable d un bien, ce compte est débité par le crédit du compte de reprise sur dépréciation approprié. 293 Dépréciations des immobilisations en cours Ce compte retrace les éventuelles dépréciations des immobilisations en cours. 20/136

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Avis portant plan et règles de fonctionnement des comptes et présentation des états financiers des entités d assurances et /ou de réassurances.

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES -

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Page : 1 - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Permanence des méthodes Changements de méthode : Les engagemetns de retraite sont comptabilisés, désormais, en incluant les charges sociales. La régularisation

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS Catherine Boënnec, Christine Closier, Xavier Girard, Françoise Léauté, Chantal Marquer, Eric Wallet, Solange Le Buffe I.E.N. DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS ET DES PASSIFS DOSSIER

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 9 IMMOBILISATIONS FINANCIERES : PRETS ET AVANCES

FICHE TECHNIQUE N 9 IMMOBILISATIONS FINANCIERES : PRETS ET AVANCES FICHE TECHNIQUE N 9 IMMOBILISATIONS FINANCIERES : PRETS ET AVANCES V2 SEPTEMBRE 2004 Nb. Pages : 2/57 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction M.

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE 1. OBJECTIF La politique de capitalisation et d amortissement sert à l identification et à la comptabilisation

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot Exercices d analyse financière avec corrigés détaillés Béatrice et Francis Grandguillot 5 e édition 2010-2011 Béatrice et Francis GRANDGUILLOT sont professeurs de comptabilité-gestion et de fiscalité dans

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 3 PLACE ARNOLD BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat C.D. 63 B.P. 4 67116 STRASBOURG-REICHSTETT 03 88

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Activation des frais de constitution d'une société

Activation des frais de constitution d'une société I. Frais d'établissement Sont portés sous cette rubrique, s'ils ne sont pas pris en charge à un autre titre durant l'exercice au cours duquel ils ont été exposés, les frais qui se rattachent à la constitution,

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Plan comptable marocain www.lacompta.org

Plan comptable marocain www.lacompta.org Plan comptable marocain www.lacompta.org Comptabilité pour étudiants et professionnels Raccourcies : cliquez sur un compte pour afficher ses sous comptes CLASSE 1 : COMPTES DE FINANCEMENT PERMANENT 11

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 87 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. AVANT PROPOS... 4 2. INTRODUCTION AUX IMMOBILISATIONS... 5 2.1. NOTIONS GENERALES...

Plus en détail

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale COURS 470 Série 17 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires 1 LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires PREAMBULE Depuis le 1 er janvier 2007, le nouveau système d'information «Budgétaire, Financier

Plus en détail

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M52

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M52 1 INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M52 TOME 1 + ANNEXES VERSION EN VIGUEUR AU 1 ER JANVIER 2014 2 SOMMAIRE TOME I LE CADRE COMPTABLE...5 TITRE 1 LA NOMENCLATURE PAR NATURE...6 CHAPITRE 1 LE PLAN DES

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT La plupart des immobilisations corporelles qui figurent à l actif de l entreprise se déprécient soit à cause de l usure qu elles subissent (c est le cas des

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES 2011

COMPTES CONSOLIDES 2011 COMPTES CONSOLIDES 2011 Les chiffres clés 2011 Développement Patrimoine au 31/12/2011 Livraisons 2011 En cours de construction 2011 Projets en étude au 31/12/2011 59 904 logements 1 198 logements 2 054

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 1 EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 S O M M A I R E COMPTES CONSOLIDES Bilan consolidé...4 Compte de résultat consolidé...6 Tableau de flux de trésorerie consolidé...7 NOTES ANNEXES

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

L ENTREE DES IMMOBILISATIONS DANS L ENTREPRISE. Evaluer les immobilisations (acquises ou produites).

L ENTREE DES IMMOBILISATIONS DANS L ENTREPRISE. Evaluer les immobilisations (acquises ou produites). L ENTREE DES IMMOBILISATIONS DANS L ENTREPRISE Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Evaluer les immobilisations (acquises ou produites). Etre capable de distinguer : charges, immobilisations

Plus en détail

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - OPÉRATIONS ÉCONOMIQUES COURANTES A. OPÉRATIONS DIVERSES A l aide de l annexe 1, comptabiliser au journal de la SARL PROGOLF

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

BILAN ACTIF 9 090.00 34 704.56 34 704.56 9 090.00 70 000.00 53.97 70 053.97 9 090.00 104 758.53

BILAN ACTIF 9 090.00 34 704.56 34 704.56 9 090.00 70 000.00 53.97 70 053.97 9 090.00 104 758.53 BILAN ACTIF ACTIF Eercice N Eercice N-1 20/06/2013 12 20/06/2012 11 Brut Amortissements et Provisions Net Net Ecart N / N-1 Euros % IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement Frais de recherche

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-15 du 22 octobre 2002

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-15 du 22 octobre 2002 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-15 du 22 octobre 2002 Relatif aux règles comptables applicables aux sociétés d épargne forestière (SEF) L assemblée plénière du Conseil national de la comptabilité

Plus en détail

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée)

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) Voici les documents de synthèse conformes au Plan Comptable Général. Pour les rendre accessibles, nous n en avons reproduit que les lignes rencontrées

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses

Plus en détail

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 185 T AVENUE DE FABRON CZ MR GAUTHIER BERNARD COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat Le

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes Ce Plan Comptable des Associations est extrait du Plan Comptable Général 1999 et il intègre les nouveaux comptes issus de l'arrêté du 8avril 1999

Plus en détail

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS Définition des stocks Typologie LA GESTION DES STOCKS Les indicateurs de gestion des stocks Les documents de gestion des stocks Les méthodes de gestion des

Plus en détail

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07 REGLEMENT N 00-03 DU 4 JUILLET 2000 RELATIF AUX DOCUMENTS DE SYNTHESE INDIVIDUELS DES ENTREPRISES RELEVANT DU COMITE DE LA REGLEMENTATION BANCAIRE ET FINANCIERE Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-01 Passifs 1. Définition et conditions de comptabilisation 2. Evaluation des passifs 3. Informations à porter en annexe 4 Plan et fonctionnement des comptes

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 1, cours Xavier Arnozan 33000 BORDEAUX BILAN ACTIF 31/12/2013 31/12/2012 Brut Amort.dépréciat. Net Net Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE

Plus en détail

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES Objectif(s) : o Conséquences comptables des opérations de cessions, o Aspects fiscaux. Pré-requis : o Maîtrise des amortissements et provisions,

Plus en détail

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS 3 États financiers Comptes consolidés au 31 décembre 2005 5 Rapport des Commissaires aux comptes 111 Comptes individuels d Électricité de France résumés

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail