Travailler en dehors de nos frontières page 33. Editorial page 3 La faillite de la classe politique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travailler en dehors de nos frontières page 33. Editorial page 3 La faillite de la classe politique"

Transcription

1 6 décembre 2011 Travailler en dehors de nos frontières page 33 Editorial page 3 La faillite de la classe politique Actualité page 7 ICT Luxembourg Plateforme de coordination Opinion page 47 Actions et retombées

2

3 Sommaire Echo des entreprises 7, rue Alcide de Gasperi Luxembourg-Kirchberg B.P L-1013 Luxembourg Service publicité: (+352) Editeur:Fedil a.s.b.l. Business Federation Luxembourg R.C.S. Luxembourg F Paraît 6 fois par an Abonnement annuel 17 EUR (Luxembourg) 20 EUR (Etranger) Directeur: Nicolas Soisson Rédacteur en chef : Jo Clees Ont collaboré à ce numéro: Jo Clees, Tom Hermes, Marc Kieffer, Romain Lanners, Magalie Lysiak, Georges Santer, René Winkin HenriWagener Conception: Vidale-Gloesener Impression et mise en page : Imprimerie Centrale S.A. La reproduction des articles est autorisée moyennant indication de la source Editorial La faillite de la classe politique 51 Zoom Waagner Biro Actualité ICTluxembourg nouvelle plateforme de coordination entre associations du secteur TIC /Budget 2012 Un cocktail explosif entre crise mondiale et insouciance luxembourgeoise /Gulf Le retour d un mythe / Ceratizit- Visite de Son Altesse Royale le Grand Duc héritier /Office du Ducroire 50 ans d existence / UEL- Publication de l annuaire de la compétitivité 2011 / LSC Résultats 2011 et nouvéautés 2012 / Luxaviation devient actionnaire majoritaire de Fair Jets GmbH / myenergy days 2 e édition en mars 2012 / CB-Ceratizit Inauguration d un nouveau Centre de compétences / ILNAS-Le management de l énergie via la normalisation Focus Travailler en dehors de nos frontières Opinion 12 e edition du Prix de l environnement de la Fedil / UEL Appel à l unité nationale pour engager une politique de réformes / Actions et retombées par René Winkin / Data protection rules in the digital era par Romain Lanners Carteblanche Konflikte managen? Mit Mediation! von Susanne-Eve Kossmann écho des entreprises 1

4 A09/09I Wenn Eaton Moeller steuert, fließt Wasser für Millionen Duschen so ressourcenschonend wie möglich. Die zuverlässige Versorgung mit Trinkwasser macht ein gutes Stück unserer Lebensqualität aus nicht nur während der morgendlichen Dusche. Weltweit setzen deshalb viele Wasserversorgungsunternehmen konsequent auf Technologie von Eaton Moeller. Innovative Produkte wie der neue Softstarter DS7 sorgen dafür, dass Pumpen schonend und energiesparend arbeiten und dass Wasser selbstverständlich fließt. Zuverlässigkeit ist das entscheidende Kriterium in allen Leistungsklassen, unter allen Betriebsbedingungen. Wann und wo immer Menschen den Wasserhahn aufdrehen Eaton Moeller schaltet, schützt, steuert, überwacht und treibt an. Bei den führenden Herstellern von Pumpentechnik wie auch in Ihrer Branche: Eaton Moeller Sàrl - 12, rue Eugène Ruppert - L 2453 Luxembourg Tél :

5 Editorial La faillite de la classe politique Al issue du sommet européen du 9 décembre, 23 Etats membres ont réussi à se mettre d accord sur un «pacte budgétaire»qui servira de base à l établissement d une union budgétaire entre les pays signataires. Ce pacte comprend un transfert de souveraineté non négligeable. En effet, la soumission pour approbation d un projet de budget aux instances européennes avant l enclenchement de la procédure nationale constitue un pas conséquent. En outre, l inscription d une règle d or dans les constitutions nationales limite fortement la marge de manœuvre des politiciens nationaux. Dans le contexte de crise de gouvernance et de confiance actuel, un tel transfert de compétences est devenu essentiel afin de rassurer les marchés financiers et de sauver l Euro. La crise de confiance en notre monnaie unique est une crise de confiance en la capacité des Etats de la zone euro à gérer leurs finances publiques. Des règles communes strictes sont devenues le seul moyen de ramener les Etats à la raison, qui ont tous, à divers degrés et sous diverses formes, dépensé au-dessus de leurs moyens et manqué à leur mission de gestionnaire raisonnable de leurs ressources. Le Luxembourg n échappe pas à ce constat. Une récente étude de la fondation «Marktwirtschaft»nous rappelle l étendue de la dette implicite ou «cachée» générée par nos systèmes sociaux. Un niveau d endettement allant au-delà de 1000% du PIB devrait nous laisser songeur, surtout que les solutions, à savoir une réelle réforme de ces systèmes, sont à notre portée. Force est de constater que la classe politique n arrive pas à énoncer de telles réformes qui puissent apporter des solutions viables et valables à long terme. Les systèmes sociaux ne sont pas la seule source de problèmes dans notre pays. L explosion des coûts salariaux résultant du système d indexation automatique des salaires est un sujet abondamment documenté et discuté lors des réunions du comité de coordination tripartite. Le gouvernement partage entièrement le constat établi par la délégation patronale. Cependant, face à une délégation syndicale négationniste, il n arrive pas à aller de l avant et de formuler des solutions durables pour maintenir la compétitivité de notre économie. Le simple report d une tranche indiciaire afin de garantir un intervalle d un an entre deux tranches n est pas une solution durable, c est un témoignage d impuissance. L impuissance d un gouvernement et d une classe politique entière qui n arrive pas à prendre des décisions courageuses dans l intérêt de tous et qui préfère céder à des intérêts primaires court-termistes. Les créateurs de la tripartite avaient pour objectif le sauvetage et le renforcement de l économie nationale, un souci que toutes les parties prenantes autour de la table partageaient. De nos jours, et depuis le déclenchement de la crise, cet objectif n est plus partagé par tous et la tripartite est devenue une mascarade. De l avis des organisations patronales, les responsables politiques doivent faire preuve d un désir réformateur sérieux et d une volonté de prendre de décisions. Dans les pays européens le plus touchés, les technocrates ont remplacé les politiques au gouvernement. Les gouvernements des autres Etats concernés par la crise de confiance se sont auto-sanctionnés par un transfert de compétences. Nous assistons à la faillite d une classe politique en Europe, consommée dans certains pays et amorcée dans d autres. Dans le cas du Luxembourg, la faillite n est pas prononcée, mais il ne reste que peu de temps au gouvernement de se ressaisir et de mettre en œuvre les réformes nécessaires. Le spectre du couperet européen, sous la forme du semestre européen, plane au-dessus de leurs têtes. Nicolas Soisson, directeur de la Fedil écho des entreprises 3

6 Zoom Waagner Biro Stage systems made in Luxembourg Fondée en 1987 par Jean-Marie Schiltz et Roland Jacoby sous le nom de Guddland digital, la société était spécialisée dans l automatisation des procédés industriels à ses débuts. Après plusieurs réalisations dans le domaine des systèmes d ordinateurs pour les entreprises du secteur industriel, Guddland digital a accepté un premier projet pour l installation d un système de pilotage de coulisses dans le domaine du théâtre en Cette réalisation dans le théâtre d Oberhausen en Allemagne fut le début d une longue série qui a mené les collaborateurs de Waagner-Biro jusque dans les théâtres les plus renommés du monde. Dès le début, l essentiel des projets a été réalisé en collaboration avec la société autrichienne Waagner- Biro, spécialisée dans la construction métallique. En vue de consolider la position sur le marché international et d accroitre les compétences, les fondateurs ont décidé d associer Waagner Biro à hauteur de 51% à Guddland digital en 2002 et pour garantir une présence unifiée sur les marchés, le nom du groupe Waagner Biro a été intégré en 2003, adoptant la dénomination Waagner Biro Luxembourg stage systems S.A. (WBL). Le produit-phare der WBL est le system Computer Aided Theatre (CAT). Développé et programmé en 1989 dans les ateliers de la société à Rodange, ce système de contrôle des coulisses pour le théâtre a constamment été perfectionné et amélioré et il est actuellement produit dans la quatrième génération. Le système de pilotage et de contrôle des coulisses de théâtre CAT est ainsi destiné à contrôler par ordinateur toute la machinerie scénique d un théâtre, et donc de manœuvrer les différents éléments de la scène:décors, faux plafonds,murs,podiums,plateaux tournants, aussi bien avant que pendant et après les spectacles. De cette façon CAT est capable de diriger des coulisses de 200 tonnes au millimètre près. Comme les acteurs, musiciens et les membres du personnel d entretien sont obligés de circuler en permanence sous des charges suspendues, qui peuvent avoir un poids très important, les attentes à ces installations en matière de sécurité sont très importantes et des consignes de sécurité très exigeantes ont été définies dans ce domaine très spécifique. Ainsi, toutes les suspensions doivent pouvoir soutenir au moins quatre fois leur poids, chaque moteur est contrôlé et surveillé par deux ordinateurs. Si un de ces moteurs manquerait de fonctionner, un deuxième prendrait le relais. Au fil du temps, la maniabilité, le design et les performances de CAT ont été améliorés et la petite société est devenue l un des leaders mondiaux dans son domaine. Elle emploie actuellement 23 collaborateurs qui sillonnent en permanence le monde entier pour installer des unités de scènes de théâtre et de concert. Ainsi, WBL a entre autres équipé les tables de contrôle du CAT d écrans tactiles pour faciliter l utilisation et améliorer l ergonomie, la société a développé une version portable sans fil de l unité de contrôle pour permettre aux techniciens de diriger les installations tout en se déplaçant. C est pour honorer ces innovations que WBL a été récompensée à deux reprises, en 1993 et en 2002 par le Prix de l innovation de la Fedil. A signaler que tous les éléments, aussi bien hard- que software sont développés au siège de la société à Rodange. Par la suite, ils sont 4 écho des entreprises

7 assemblés en externe tandis que la mise au point, le réglage et le paramétrage, de même que l entretien sont effectués à dans les ateliers à Rodange. Dans le but d offrir toujours des installations à la pointe de la technologie à ses clients, les ingénieurs de WBL sont en permanence à la recherche de produits innovants afin de posséder le système le plus progressif du marché. A côté de la sécurité, la fiabilité des installations est un critère primordial dans ce domaine. Afin de garantir cette fiabilité, toutes les installations CAT sont en permanence reliées via Internet au siège de WBL. Ceci permet de fournir un support immédiat en cas de problèmes et d effectuer de petites opérations de maintenance à distance. Actuellement, WBL est en train de développer un système de théâtre virtuel, qui permet une visualisation 3D de la salle de spectacle, de la scène et des décorations. Ainsi, toute la programmation et le déroulement des mouvements sur scène peuvent être simulés et visualisés en 3D, pendant que les travaux peuvent continuer sur la scène, ce qui constitue un gain de temps et de main d œuvre considérable. Dès la construction des coulisses, il est désormais possible de simuler la scène et d avoir un aperçu de la scène depuis chaque siège du théâtre. Des adaptations sur les coulisses ou au déroulement peuvent d abord être simulées avant de les effectuer sur les coulisses. Des changements sur les coulisses ou sur le déroulement du spectacle peuvent être effectués de façon rapide et les travaux de montage et de démontage deviennent superflu. Désormais, une centaine de théâtres et de salles de concert à travers le monde mais aussi un nombre considérable de bâteaux de croisière sont équipées des installations CAT, parmi eux des institutions aussi renommées comme la «Staatsoper Wien», le «Théâtre Bolschoi Filal»de Moscou mais aussi la Salle de concert Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte (Philharmonie) et bientôt l Elbphilharmonie à Hambourg. Mais WBL n est pas seulement actif sur les marchés européens. Les installations de la société gèrent les scènes de théâtres au Venezuela, au Brésil, en Chine au Japan ou en Australie pour n en citer que quelques-uns. écho des entreprises 5

8 Next DeADLiNeS: PoStDoc _ PhD PhD and Postdoc Grants for Public-Private Partnerships See what s behind. Through its AFR Grant Scheme, the National Research Fund Luxembourg (FNR) supports PhD and Postdoc researchers in Luxembourg and abroad. Next to offering grants for research projects carried out in public research institutions, AFR strongly encourages research projects performed as public-private partnerships (PPP) with Luxembourg-based companies. The salaryof the PhD or Postdoc researcher who will work on a research project as a member of the company s staff will be paid through the AFR-PPP grant scheme, whereas the full costs of the research will be borne by the company. In order to benefit of the financial support for PPP under AFR, an innovative research project needs to be developed jointly by the PhD/Postdoc candidate, the private company and a public research institution in Luxembourg or abroad. AFR contributes to the development of human resources in Luxembourg research, translated in the long term by an increased number of qualified researchers pursuing a research career beyond their period of AFR funding. Interested in hosting an AFR fellow during his or her PhD or Postdoc training? Go and see what s behind on Activities/Public-Private-Partnerships-under-AFR or send an to AFR FUNDING SCHEME FOR PHDS AND POSTDOCS (AIDES À LA FORMATION-RECHERCHE) INVESTIGATING FuTuRE CHALLENGES

9 Actualité ICTluxembourg nouvelle plateforme de coordination entre associations du secteur TIC Le 9 juillet 2011 la plateforme de coordination entre les fédérations du secteur des technologies de l information et de la communication (TIC), portant le nom de «ICTluxembourg», a été présenté officiellement à la presse. Cette initiative a vu le jour en janvier 2011 avec la signature d un «mémorandum of understanding» entre Fedil-ICT et APSI. D autres partenaires clés du secteur TIC ont rejoint la structure durant l année en cours, à savoir l ABBL, l Association des PSF de support ou encore l association EuroCloud Luxembourg. Si ICTluxembourg bénéficie par ce biais d un haut degré de représentativité du secteur, elle reste néanmoins ouverte à d autres partenaires potentiels. L objectifcommun de tous les partenairesest de donner plus de visibilité au secteur TIC qui est aujourd hui un des vecteurs de croissance de l économie luxembourgeoise représentant plus de 7% du PIB du Luxembourg et 6% de l emploi total dans le secteur privé. Le Luxembourg se classant parmi les leaders au niveau des benchmarks ICT internationaux, un nombre croissant d acteurs internationaux, notamment de l industrie des services électroniques et audiovisuels, choisissentleluxembourgcomme plateforme pour leur expansion au sein de l Europe. Les perspectives de croissance du secteur sont donc positives. S y greffe la volonté de mieux défendre les intérêts du secteur TIC sur le plan national et international, ceci par un renforcement des synergies et échanges entre les différents associations membres. Ainsi ICTluxembourg compte parler d une seule voix et figurer comme l interlocuteur privilégié du gouvernement sur les sujets horizontaux clés pour le développement futur du secteur TIC. Une des premières actions consistera dès lors à déterminer une liste des sujets d intérêts communs de toutes les organisations professionnelles du secteur qui permettra de fixer un plan d action à mener. Une des missions principales qui a d ores et déjà été retenue par les partenaires est de mieux vendre les atouts de la place à l étranger. Selon Gérard Hoffmann, président de Fedil-ICT «Il est important que le secteur privé soutienne le gouvernement et notamment LFB proud to promote ICT dans les démarches de de positionnement du secteur TIC et sa promotion à l étranger». Les responsables d ICTluxembourg D autres sujets prioritaires concernent la promotion des métiers et compétences dans le domaine de l e-business permettant d assurer la croissance continue du secteur ou encore l attractivité du cadre réglementaire avec comme exemple le futur cadre réglemetaire sur l archivage électronique. Cette liste sera adaptée en fonction de l actualité. A l occasion de la conférence de presse, les partenaires ont également attiré l attention sur certains enjeux clés pour le développement futur du secteur. Au niveau des enjeuxconjoncturels figurentenpremier lieu la fortedépendance vis-à-vis du secteur financier qui devrait pousser les acteurs à trouver de nouveaux marchés en promouvant leurs compétences à l étranger. Parmi les enjeux structurels, ICTluxembourg a mis le point sur la nécessité de continuer à investir dans les infrastructures TIC et à stimuler la création de «niches de compétences»par des mesures législatives ou fiscales encore une stratégie cohérente en matière d innovation et de recherche. En tant que plateforme de concertation, ICTluxembourg fonctionne selon unmodèle consensuel. Leconseil qui est l organe décisionnel est composé par les présidents des associations membres en l occurrence Nicolas Buck (APSFS), Amal Choury (EuroCloud Luxembourg), Jean Diederich (APSI), Marc Hemmerling (ABBL) et Gérard Hoffmann (Fedil-ICT). La communication est pris en charge par Claude Lüscher de l APSI et secrétariat général est assuré par Romain Lanners, conseiller à la Fedil-Busines Federation Luxembourg. écho des entreprises 7

10 boshua TERRASSEMENT TRAVAUX DE VOIRIE TRAVAUX D INFRASTRUCTURE POUR ZONES INDUSTRIELLES ET LOTISSEMENTS BATTAGE DE PALPLANCHES PAR VIBRO-FONCAGE PIEUXFORESENBETONARME DEMOLITIONSMETALLIQUESET DEBETONARME TRAVAUXENBETONARME FOURNITUREDEBETONSPREPARES Baatz Constructions S.àr.l. 98, rue du Grünewald. L 1912 Luxembourg tel fax BAATZ GENIE CIVIL CONSTRUCTIONS

11 Actualité Budget 2012 Un cocktail explosif entre crise mondiale et insouciance luxembourgeoise Après analyse du projet de budget 2012 du gouvernement, la Chambre de commerce tire la sonnette d alarme et se demande comment la coalition gouvernementale entend affronter les défis de la profonde crise économique mondiale persistante. La politique budgétaire menée par le gouvernement, empreinte d insouciance, remet aux calendes grecques le retour à l équilibre budgétaire et laisse le pays sans marge de manœuvre au cas où la crise des pays de la zone Euro perdurerait. Cette négation des réalités économiques ressemble de la part du gouvernement à une attitude d insouciance - pour ne pas dire plus - face à une situation de crise extrêmement grave. Même en espérant que le pire pourra être évité et que la crise en zone euro trouvera des solutions suffisamment ambitieuses et durables, la Chambre de commerce se serait attendue à un signal fort de la part des auteurs du projet de budget et se demande ce qu il adviendrait en cas de crise durable et prolongée. Il faudrait d une manière générale repenser la politique sociale en faveur de l emploi. La mise au travail constitue un rempart contre la pauvreté et contribue au bien-être des travailleurs (solidarisation, perception de contribuer à la Les responsables de la Chambre de commerce lors de la présentation de l avis société, valorisation de l individu, etc.). La Chambre de commerce relève que, suite au niveau élevé du SSM, de nombreuses personnes à plus faible valeur ajoutée sont d emblée exclues du marché du travail et, partant, dépendent entièrement de la collectivité, et donc des transferts sociaux, afin de subvenir à leurs besoins. La Chambre de commerce propose un véritable changement de paradigme dans la mesure où, au lieu de financer intégralement l inactivité, à travers les allocations de chômage et le RMG, il conviendrait de subventionner, si nécessaire, partiellement le travail. Ainsi, un chômeur non-qualifié pourrait se voir attribuer un contrat de travail en entrepriseet être rétribué, par exemple, à 60% - 65% du SSM, la différence pouvant être étant financée par l Etat. Une entreprise pourrait ainsi employer une personne à plus faible valeur ajoutée, l Etat pourrait réaliser des économies potentiellement substantielles et la personne concernée serait valorisée à travers le travail. La Chambre de commerce demande par ailleurs un audit complet sur le fonctionnement, les performances et les résultats des initiatives sociales en faveur de l emploi. Ces structures d insertion comportent des dépenses budgétaires d environ 50 millions d euros en 2012, sans indication aucune quant à leur capacité de réintégrer les demandeurs d emploi sur le premier marché du travail. De nombreuses mesures sont par ailleurs susceptibles de créer des situations de concurrence déloyale au détriment d entreprises commerciales. Finalement, la Chambre de commerce propose de renoncer à l indexation des salaires en Au-delà de la dégradation continue de la compétitivité sous-jacente au système d indexation intégral, la Chambre de commerce relève que ce dernier a également comme conséquence de renchérir lapolitique budgétaire, sans en augmenter lapertinence ou l efficience et d exacerber les différentiels salariaux et partant de porter atteinte aux objectifs en matière de cohésion sociale. Photo : CC écho des entreprises 9

12 MENG ENTREPRISE ASS AN DENG? Ginn et an ärer Entreprise Pappen oder Mammen? Wat maacht Dir, fir dass si Famill a Beruff besser ënnert een Hutt kréien? De Site megafamily.lu hëlleft Iech di richteg Mesuren ze treffen, déi Är Salariéen an d Performancen vun Ärer Entreprise ënnerstëtzen.

13 Actualité Gulf Le retour d un mythe Au milieu des années 1980, le logo Gulf, à ce moment une des premières marques du secteur pértolier au Luxembourg, disparaissait suite à la réorganisation internationale du groupe. En 2001 deux groupes d entrepreneurs locaux, l un constitué par les frères Reiff et Joseph Meyer, l autre par Claude Baer et ses associés, tous actifs depuis longtemps dans le secteur pétrolier, unissaient leurs forces et savoirfaire à Luxembourg, pour former un groupement qui allait être actif non seulement dans tous les domaines de la distribution pétrolière classique, mais également dans des activités et commerces associés, tels alimentaire, horeca, énergies renouvelables, etc, ainsi que dans l immobilier. En 2010, ce groupement d entrepreneurs a réalisé un chiffre d affaires annuel de 250 millions d euros, avec un capital investi en 10 ans de près de 49 millions d euros. Il compte actuellement 266 salariés. Dans la même année 2001, anniversaire centenaire de Gulf, ce groupe obtient la licence de la marque pour le Luxembourg et couvre depuis lors tous les canaux de la distribution pétrolière au Grand-Duché. A elles seules, les activités de la marque Gulf représentent aujourd hui environ 150 emplois au Luxembourg. A ce jour 11 stations-service sous marque Gulf ont fait leur réapparition dans le pays et en 2012 deux autres vont suivre. Par ailleurs, Gulf peut miser sur un réseau de cinq revendeurs de combustibles et de carburants, qui assurent plus de livraisons par an sur l ensemble du territoire national. Le groupe assure également sa logistique, en disposant de son propre entrepôt de stockage et de douze camions pour la distribution de combustibles, l approvisionnement des stations-service et la livraison de carburants aux PME luxembourgeoises. Autre activité du groupe, et fleuron historique de la marque Gulf, la commercialisation de lubrifiants est assurée dans tout le Luxembourg, dans les régions allemandes limitrophes ainsi que dans le sud et dans l est de la Belgique. Outre un stockage permanent de litres de lubrifiants, le groupe assume la livraison et l installation de matériel de pompage, l entrepôt et le transfert de fluides mécaniques, de même que l aménagement clés en main d ateliers de garage. Si toutes les décisions tant financières que commerciales concernant l ensemble des activités de la marque sont prises, suivies et assurées par les actionnaires-administrateurs locaux, le groupe attache dans ce domaine la même importance au choix de ses partenaires, et privilégie les opérateurs nationaux, avec lesquels il entreprend des partenariats stratégiques. Ainsi, en 2008, une alliance a été conclue avec le groupe Cactus, deuxième employeur privé au Grand-Duché, pour l exploitation des shops des stations-service Gulf, et la même année sept boutiques Gulf sont passés sous le label Cactus Shoppi. Entre-temps, il existe dix-huit Cactus Shoppi au Luxembourg et deux nouvelles ouvertures sont prévues en L objectif pour les partenaires Cactus et Gulf, est, en associant leurs forces et leurs expériences, de proposer un concept de proximité, de tôt le matin àtard le soir, avec une offredefrais,boulangerie,platsàemporter,etc,qui n arien à envier au supermarché. Photo: Gulf Octavie Modert entrourée des responsables de Gulf Luxembourg écho des entreprises 11

14 LEASING Optez pour le leasing de la BCEE! Optimisez le financement du matériel que vous utilisez dans l exercice de votre profession. La BCEE vous propose, plutôt que d acheter votre matériel, de le louer en recourant à un contrat de leasing. Ainsi vous préservez votre trésorerie et vous bénéficiez en plus d avantages fiscaux décisifs. Intéressés? Nos conseillers PME sont à votre disposition pour tout renseignement supplémentaire. Vous pouvez également effectuer directement une demande d offre de leasing en ligne sur notre site Banque et Caisse d'epargne de l'etat, Luxembourg, établissement public autonome, 1, Place de Metz, L-2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B tél. : (+352)

15 Actualité Ceratizit Visite de Son Altesse Royale le Grand-Duc héritier SAR le Grand-Duc héritier en compagnie de Nicolas Soisson et Jacques Lanners, président du directoire de Ceratizit Le groupe Ceratizit, une société aux racines luxembourgeoises et représentée à l échelle internationale dans plus de 50 pays, est très honoré d avoir accueilli Son Altesse Royale le Grand-Duc héritier à son siège social à Mamer. La visite a eu lieu le 6 décembre 2011 en présence de Nicolas Soisson, directeur de Fedil - Business Federation Luxembourg. Après une présentation générale de l entreprise fabriquant aujourd hui entre et références en carbure de tungstène au niveau mondial, Jacques Lanners, président du directoire du groupe Ceratizit, a guidé la visite du site de production et expliqué les processus de fabrication des produits en carbure ; de la préparation de la poudre, en passant par la mise en forme et le frittage, jusqu à l expédition des pièces finies. Ceratizit est un pionnier et acteur global pour des solutions avancées à base de matériaux durs. Le siège social se situe à Mamer. Dans des secteurs industriels ciblés, la société Ceratizit, représentée à l échelle internationale dans plus de 50 pays, est leader du marché mondial pour des produits en carbure de tungstène uniques et novateurs destinés à la protection contre l usure et aux outils coupants. Les clients de Ceratizit proviennet des domaines aussi variés que de l industrie automobile, de la construction mécanique, de l industrie pétrolière, des techniques médicales, de l électronique ainsi que de la construction de moules et de matrices. Avec plus de 400 brevets et plus de employés, dont au Luxembourg, Ceratizit est présent sur l essentiel des marchés mondiaux. Photo : Ceratizit écho des entreprises 13

16 Actualité Office du Ducroire 50 ans d existence Entouré de nombreuses personnalités, l Office du Ducroire a fêté un demi-siècle de confiance réciproque Voilà 50 ans que l Office du Ducroire (ODL) est au service des entreprises luxembourgeoises exportatrices. Entourée de nombreuses personnalités et de plus de 250 participants, clients et partenaires commerciaux, l équipe de l ODL a fêté ce demi-siècle de confiance réciproque. C est dans une salle comble et en présence de Son Altesse Royale le Grand-Duc héritier, que l ODL a fêté dignement ses 50 ans le 2 décembre 2011, dans les locaux de la Chambre de commerce. Créé en 1961, l ODL a pour objet de favoriser les relations économiques et financières internationales dans l intérêt du Luxembourg, notamment par la couverture de risques dans le domaine de l exportation, de l importation et des investissements à l étranger. L ODL met à la disposition des entreprises ses produits d assurancecrédit, sa connaissance des spécificités locales des marchés ainsi que ses partenaires officiels. Depuis la convention de coopération entre l ODL et l Etat du 29 avril 2002, portant création du Comité pour la promotion des exportations luxembourgeoises (COPEL), l ODL assume le soutien des exportations luxembourgeoises par l intermédiaire d une participation partielle aux frais depromotion, d exposition et de formation à l exportation. Dans son allocution d accueil, Pierre Gramegna, directeur général de la Chambre de commerce, a souhaité la bienvenue à tous. La conquête de nouveaux marchés étant l un des défis majeurs des entreprises, Pierre Gramegna a rappelé le rôle et la mission primordiale de l agence pour promouvoir les exportations luxembourgeoises et s est félicité du partenariat et de la collaboration étroite avec la Chambre de commerce depuis ses débuts, il y a 50 ans. Après un bref survol historique de l organisation présenté par Etienne Reuter, président de l ODL, ce dernier a dévoilé le nouveau logo de l ODL - Luxembourg Export Credit Agency. Il a aussi annoncé qu en temps de crise, l ODL relevait le défi de continuer à épauler les entreprises luxembourgeoises à prendre pied sur les marchés lointains à fort potentiel de croissance en mettant aussi àprofit l adhésion de l ODL depuis octobre 2011 au réseau international des assureurs-crédit «Union de Berne». Luc Frieden, ministre des Finances, Jeannot Krecké, ministre de l Economie et du Commerce extérieur et Michel Wurth, président de la Chambre de commerce se sont ensuite succédés à la tribune et ont souligné les nombreux domaines d expertise de l ODL en matière de commerce extérieur, avant de saluer le travail et l engagement de son président et de l équipe en place. Les allocutions ont été suivies par la remise de l «Export Award», un nouveau prix lancé par l ODL, la Chambre de commerce du Grand-Duché de Luxembourg, en partenariat avec les deux agences de promotion «Luxembourg for Business (LfB)» et «Luxembourg for Finance (LfF)». Ce prix récompense des PME luxembourgeoises qui se sont démarquées par leurs initiatives et résultats en matière d internationalisation de leurs activités. Le prix, qui s adresse aux PME de tous les secteurs économiques, se place dans le contexte des actions que la Chambre de commerce mène en matière de sa politique de soutien aux PME. L «Export Award», dont c était la première remise ce 2 décembre 2011 à l occasion du 50 e anniversaire de l ODL, sera décerné tous les deux ans. Quatre entreprises ont ainsi été distinguées. Codiprolux S.A., une société spécialisée dans les anneaux de levage articulés, a remporté le premier prix d une valeur de euros. Un deuxième prix de euros a été attribué à Hein S.à.r.l., une entreprise leader au Benelux et en Allemagne dans la conception et la fabrication de fours pour boulangeries et pâtisseries. Un troisième prix a été remis à deux entreprises arrivées exaequo : Fallprotec S.A., spécialisée dans l équipement pour la sécurité des travaux en hauteur et BPM-Lux, active en logistique e-commerce et réexpédition de courriers et colis. Chacune d entre elles s est vue décerner un prix d un montant de euros. Photo : CC 14 écho des entreprises

17 Actualité UEL Publication de l annuaire de la compétitivité 2011 L UEL vient de publier l annuaire de la compétitivité Il s inscrit dans l analyse comparative à laquelle l UEL procède tous les ans à la suite de la présentation du rapport «Une paille dans l acier» par le professeur Fontagné en 2004, étude consacrée aumodèle dedéveloppement del économie luxembourgeoise. L annuaire de la compétitivité offre un panorama clair et synthétique de la situation compétitive du Luxembourg, à travers 23 indicateurs repris largement dudit rapport Fontagné (9 indicateurs de compétitivité-coût, 7 indicateurs de compétitivité hors coût et 7 indicateurs de niveau de vie/ cohésion sociale). Ce rapport renseigne ainsi sur les aspects économiques et financiers du pays en comparaison européenne, il développe par ailleurs des indicateurs sociaux portant sur la protection sociale, l emploi et le non-emploi et apprécie le coût et la performance du système d éducation et de la recherche, bref il présente une image synoptique qui permet de se faire une opinion sur l évolution du Luxembourg en Europe. Tout comme la Banque centrale du Luxembourg et le Statec, l UEL conclut à une sérieuse dégradation de la situation économique pour la plupart des secteurs. Au-delà des causes conjoncturelles et internationales (crise de la dette, crise de l euro etc.), des facteurs aggravants sont purement internes et augmentent la vulnérabilité économique du Luxembourg : inflation structurellement plus élevée, dégradation spectaculaire du coût salarial unitaire par rapport à nos pays voisins, réduction continue de l excédent de notre balance des paiements, déficit structurel du budget de l Etat, hausse continue du chômage (nombre total, longue durée, jeunes, seniors), chute de la rentabilité des principaux secteurs traditionnels, etc. L annuaire de la compétitivité de l UEL a également voulu tenir compte des développements économiques et sociaux récents et a ajouté des projections, pour autant que celles-ci étaient disponibles, pour l année En effet, la crise de confiance qui sévit aux niveaux mondial et européen et les incertitudes sur les marchés financiers annoncent une longue période de difficultés économiques dans les pays développés et auront forcément des répercussions importantes sur le Luxembourg. Cette situation est particulièrement préoccupante pour le secteur financier ainsi que pour les entreprises à activités exportatrices et pour toutes celles qui évoluent dans le contexte concurrentiel de la grande région. Face aux incertitudes planant sur la zone euro et à l aggravation de la situation économique, selon la mise en garde toute récente de l OCDE, il est indispensable pour l UEL que des réformes structurelles d envergure soient engagées sans plus tarder afin derevigorer de façon durable l économie nationale, d assainir ainsi les finances publiques et de pérenniser nos systèmes sociaux dans un souci de maintien de la cohésion sociale. Photo : UEL Les responsables de l UEL lors de la présentation de l annuaire de la compétitivité écho des entreprises 15

18 Assurez votre capital humain, le plus précieux de votre entreprise Votre assurance Vie Groupe Foyer Vie, véritable partenaire de votre entreprise, vous propose sa gamme de solutions et de services pour la mise en place d un régime complémentaire de pension. Nous construisons pour vous des solutions sur mesure adaptées à votre politique salariale et modulées au gré des besoins complémentaires d épargne et de prévoyance de vos salariés. Avec advantis, votre entreprise est unique. VIE Äert Vertrauen a sécheren Hänn 12, rue Léon Laval - L-3372 Leudelange - Tél.:

19 Actualité LSC Résultats 2011 et nouveautés 2012 Dans le cadre d une conférence de presse qui a eu lieu le 26 octobre 2011 dans les locaux de la Chambre de commerce, la Luxembourg School for Commerce (LSC), l organisme de formation de la Chambre de commerce, a présenté son bilan pour 2011 et ses nouveautés pour Les chiffres clés de l année 2011: inscriptions enregistrées au 30 septembre 2011 pour les activités de formation professionnelle continue, respectivement 901 nouveaux contrats d apprentissage pour les diverses professions gérées par la LSC. Pour 2012, la LSC entend développer davantage son offre de formation et intensifier son investissement en matière de promotion du lifelong-learning. Lors de son intervention, le président du conseil de gérance de la LSC, Fernand Ernster, a mis en avant l approche stratégique de la LSC qui consiste à regrouper sous un même toit, d importantes compétences en matière de l apprentissage, de la formation professionnelle continue et de la formation universitaire. La LSC constitue dès lors un vrai guichet unique en matière de formation au Luxembourg. Fernand Ernster s est déclaré confiant quant aux perspectives de développement de la LSC, compte tenu du nombre de formations proposées, respectivement du degré de qualité élevé véhiculé par ces dernières. Il a souligné à cet égard le dévouement des quelque 250 formateurs mobilisés par la LSC pour assurer la mise en œuvre de son programme de formation. Roger Thoss, membre du comité de direction de la LSC, a relevé que la LSC s engage activement à promouvoir l apprentissage auprès des entreprises, mais aussi auprès des jeunes. Les résultats sont très encourageants : à ce jour 901 nouveaux contrats d apprentissage ont été enregistrés par la LSC pour la rentrée scolaire En ce qui concerne l implémentation de la réforme de la formation professionnelle, Roger Thoss a souligné la bonne collaboration avec les responsables du ministère de l Education nationale et de la Formation professionnelle. Au niveau de la formation professionnelle continue, inscrits au 30 septembre 2011 confirment l efficacité du système de formation adopté par la LSC. L année 2011 a été marquée par le lancement d une trentaine de nouvelles Jean J. Schintgen, Jean Junck, Pierre Gramegna, Fernand Ernster, Roger Thoss, et François Koepp lors de la conférence de presse formations, dont notamment une formation innovante par distance ciblant le futur travailleur désigné en matière de sécurité et de santé au travail embauché par une entreprise ayant moins de 16 salariés. Cette offre de formation est accessible via le site web Jean Junck, membre du comité de direction de la LSC, a présenté les avantages de cet outil tout en rappelant que le cadre légal impose aux entreprises concernées comme date limite le mois d août 2012 pour réaliser cette formation. Le programme de formation de l année 2012 se caractérise par des évolutions importantes au niveau de l offre de formation. Ainsi, le catalogue du premier semestre 2012 se traduit par le lancement de nouveaux domaines de formation parmi lesquels la «Stratégie d entreprise» et la «Responsabilité sociale de l entreprise (RSE)». D autre part, l offre au niveau des domaines «Capital humain», «Comptabilité et finance», respectivement «Langues»a été renforcée. Photo : LSC écho des entreprises 17

20 La compagnie de confiance depuis cdc construction s.a.

21 Actualité Luxaviation devient actionnaire majoritaire de FairJets GmbH La compagnie d aviation d affaires luxembourgeoise Luxaviation a annoncé sa prise de participation majoritaire dans FairJets GmbH. A la suite de cette prise de participation majoritaire, l ensemble de la flotte issu du nouveau groupe Luxaviation passera à 17 appareils, incluant tous types de jets. FairJets continuera à exercer ses activités depuis Paderborn et Luxaviation depuis Luxembourg. L effectif des deux sociétés sera entièrement maintenu pour partager les compétences et les meilleures pratiques, ainsi que pour avoir une base saine assurant la croissance future. Actuellement, les deux sociétés ont des modèles d entreprise distincts, mais complémentaires, etl association de leurs activités permettra à l ensemble du groupe de gérer les coûts, d augmenter sa croissance et de se positionner comme groupeur sur le marché européen de l aviation d affaires. Les deux sociétés conserveront leurs CTA (certificat de transporteur aérien) respectifs, permettant ainsi d enregistrerles appareilsenallemagne ou au Luxembourg en fonction des exigences des banques assurant lefinancement et des propriétaires d avions. «Nous sommes très fiers de travailler en étroite collaboration avec l équipe de FairJets qui a réussi à devenir assez rapidement l un des plus grands exploitants d avions d affaires en Allemagne et qui a une excellente réputation auprès des clients, des banques et des propriétaires d avions. Cet investissement est parfaitement en accord avec l objectif de croissance de Luxaviation et avec sa volonté de construire une entreprise d aviation d affaires fiable et rentable fournissant un excellent service à une clientèle européenne», déclare Patrick Hansen, directeur général de Luxaviation. «Nos modèles d entreprise sont complémentaires, nos marchés et nos compétences aussi. FairJets a toujours occupé une position importante sur le marché allemand et a toujours su séduire les propriétaires d avions tandis que Luxaviation a développé un excellent réseau de vente à travers l Europe, ce qui permet aux deux sociétés de mieux adapter la demande à la capacité de la flotte», confirme Dr Dirk Bruse, directeur général de FairJets. Les deux sociétés se sont entendues pour développer leurs propres services de maintenance et de formation afin d augmenter leur souplesse d exploitation, de réduire leur coûts et de garantir l assurance qualité. Cependant, dans les mois à venir, Luxaviation devra décider si de tels investissements doivent être réalisés au Luxembourg ou à Paderborn, décision reposant sur des facteurs externes tels que le financement et l espace disponible des deux aéroports. Photo:Luxaviation écho des entreprises 19

22 mars mars mars myenergy days 2012 le salon de la rénovation énergétique Luxexpo /Kirchberg

23 Actualité myenergy days 2 e édition en mars 2012 myenergy, la structure nationale pour le conseil en énergie, vient d annoncer le réédition des myenergy days, le salon dédié à la rénovation énergétique. La deuxième édition des myenergy days, rendez-vous qui s adresse aux professionnels et aux particuliers, se tiendra du 2 au 4 mars 2012 à Luxexpo - Kirchberg sur une surface d exposition revue à la hausse de m 2. Le salon myenergy days est une initiative née de la volonté de créer une nouvelle plate-forme d échanges pour les professionnels et le grand public sur le thème de la rénovation énergétique, qui a été mise sur pied par myenergy avec le soutien d un grand nombre de partenaires, comme la Fedil Business Federation Luxembourg, la CDM, l OAI, la FDA, la CDC, le Service des sites et monuments nationaux et le ministère du Logement. Cette formule semble avoir fait recette lors de la première édition en attirant une cinquantaine d exposants et environ visiteurs sur deux journées et demie. Cela s explique sans doute par une tendance croissante à vouloir s investir davantage dans un mode de vie plus durable et soucieux de l environnement. Les économies d énergies représentent une démarche fondamentale en ce sens et l initiative de sensibilisation et d information menée par myenergy a pour but de mettre en lumière le potentiel d économies réalisable dans le secteur de l habitation. En parallèle ce salon souhaite présenter les opportunités et le potentiel d innovation offert aux professionnels actifs dans le secteur de la rénovation. L édition 2012 débutera le vendredi 2 mars 2012 matin avec un programme de conférences thématiques adressées aux professionnels, avant d ouvrir ses portes au grand public l après-midi. L espace principal du salon sera dédié aux stands d exposition des participants et sera agencé en trois domaines thématiques: l enveloppe du bâtiment, la technique du bâtiment et les services. myenergy proposera par ailleurs un programme de présentations thématiques venant compléter le volet exposition, apportant ainsi une plus-value au salon en termes de contenu informatif. L aspect concret de différentes techniques de la rénovation énergétiqueseraillustrépar desdémonstrations pratiques opérées par des artisans et producteurs. Les visiteurs moins âgés seront accueillis dans l espace jeunes, où ils pourront participer à tout un programme d expériences, de bricolages et de jeux sur le thème de l énergie. myenergy days est donc un événement principalement axé sur la promotion des prestations spécialisées des PME artisanales actives dans le domaine de la rénovation énergétique et du secteur commercial y afférent. L appel aux entreprises désireuses de participer en tant qu exposants est donc lancé ; toutes les informations pratiques peuvent être consultées sur le site et les formulaires d inscription sont également téléchargeables dans l espace exposants. Le délai d inscription est fixé au 20 janvier écho des entreprises 21

24 Actualité CB-Ceratizit Inauguration d un nouveau Centre de compétences à Tianjin La cérémonie d ouverture du Centre de compétences Un an après la création de la joint-venture de CB Carbide, basée à Taïwan, et de CERATIZIT, ayant son siège social au Luxembourg, CB-Ceratizit Luxembourg S.A. ouvre sa première Tooling Academy en Chine. À travers l ouverture d un centre d essais et de formation innovateur en Asie, la joint-venture créée il y a un an seulement prévoit d atteindre une croissance annuelle de 30% sur le marché asiatique et de faire preuve d excellence opérationnelle en matière de service, de qualité et d innovation. Le lancement, en octobre 2010, de la joint-venture CB-Ceratizit a permis au groupe Ceratizit d étendre sa présence sur le marché asiatique, lequel connaît une croissance fulgurante. Le succès de cette stratégie a été démontré au cours de l année passée. CB-Ceratizit reprend les anciennes activités de production et de vente de CB Carbide et de Ceratizit en Chine, à Taïwan, en Corée, dans l Asie du Sud-Est et en Australie. Elle commercialise aujourd hui des pièces d usure et des barreaux, ainsi que des solutions d usure et d outils coupants sophistiquées. «L augmentation significative des ventes et de la production en Asie peut être essentiellement attribuée à la joint-venture, et cette tendance semble bien se maintenir», explique Jacques Lanners, membre du conseil d administration et CEO de Ceratizit. En vue de renforcer davantage son expansion régionale ainsi que ses activités de vente, et de tirer profit de son savoir-faire technologique, la joint-venture a inauguré une Tooling Academy à Tianjin, en Chine, à la fin du mois de novembre «Cette Tooling Academy créera non seulement une valeur exceptionnelle pour tous nos clients, mais elle perfectionnera en outre la formation de nos collaborateurs», assure Leo Wu, membre du conseil d administration et responsable de la division coupe de CB-Ceratizit. L ouverture de ce centre de compétences à Tianjin représente une étape importante pour les deux partenaires et constituera sans aucun doute un facteur clé de l excellence de CB-Ceratizit en matière de service. Photo : Ceratizit 22 écho des entreprises

25 Actualité FNR Conférence sur la coopération scientifique avec la Russie Les relations scientifiques, technologiques et économiques avec la Russie se sont développées de manière significative ces dernières années. Afin de stimuler les coopérations bilatérales dans la recherche et le développement, des scientifiques russes de renom ont pu présenter leurs compétences à une audience luxembourgeoise lors de la «Russian Hightech Conference and Exhibition»le 19 octobre à la Chambre de commerce. Issu des contacts entre les gouvernements luxembourgeois et russe, cet événement a également mis en lumière des acteurs clés du paysage de la recherche et de l innovation au Grand-Duché. Plus de 100 participants ont répondu présents à l invitation à cette conférence organisée par le Centre cultureletscientifique russe, le Fondsnationaldelarecherche et Luxinnovation (FNR), l Agence nationale pour la promotion de l innovation et de la recherche. Réel moment d échanges, l événement apermis aux entreprises etchercheurs luxembourgeois d initier ou de consolider des collaborations internationales dans de nombreux domaines technologiques. Ils ont également pu découvrir les produits et technologies de pointe des centres de recherche et universités russes présents. L objectif de la conférence était notamment d augmenter la visibilité de la recherche luxembourgeoise afin de favoriser la mise en place de partenariats public-privé internationaux et la création de réseaux d experts transfrontaliers. Pierre Decker, premier conseiller de gouvernement auprès du ministère de la Recherche, a souligné la volonté du gouvernement de renforcer les collaborations scientifiques internationales. «Cette journée nous donne une opportunité inédite de mieux connaître la diversité des compétences des institutions russes représentées» a-t-il dit. Alexander Schulgin, ambassadeur de la Fédération de Russie au Luxembourg, a également manifesté l intérêt de son pays de renforcer les liens dans les domaines de la recherche et de l innovation avec le Grand-Duché. La journée a été rythmée par l intervention de prestigieux orateurs issus d organismes de renom tels que l Académie russe des sciences, la Fondation russe pour la recherche fondamentale et l Institut de Moscou sur l acier et les revêtements. Les orateurs ont notamment abordé les thématiques des matériaux et nanocomposites ainsi que des technologies de l information et de la communication, entre autres celles liées au domaine du spatial. Du côté luxembourgeois, Yves Elsen, président du Luxembourg Space Cluster, a présenté le secteur spatial. Les participants ont également pu apprécier l intervention de Georges Thielen, président du Luxembourg Materials Cluster. Photo : Luxinnovation La délégation russe entourée des représentants du FNR et de Luxinnovation écho des entreprises 23

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

La situation des frontaliers au Luxembourg page 37

La situation des frontaliers au Luxembourg page 37 1 février 2011 La situation des frontaliers au Luxembourg page 37 Editorial page 3 Les effets de la crise persistent Zoom page 8 Hitec Innovation «made in Luxembourg» Opinion page 44 Réception dunouvel

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

Artisanat sans frontières

Artisanat sans frontières Artisanat sans frontières Soutien aux entreprises participant à des foires/salons/missions économiques à l étranger 7 février 2013 ENSEMBLE REUSSISSONS VOTRE ENTREPRISE 1 Mot de bienvenue Monsieur Tom

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution.

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution. LA LETTRE AUX ACTIONNAIRES ÉTÉ 2009 N 2 MESSAGE DU PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE Madame, Monsieur, Cher actionnaire, J ai le plaisir de vous présenter le deuxième numéro de notre lettre aux actionnaires. Dans

Plus en détail

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 :

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 : 6 avril 2011 Contribution des Secrétariats du Conseil central de l'economie et du Conseil national du Travail a l'attention du Premier Ministre, en vue de l'élaboration du plan national de réformes de

Plus en détail

Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise

Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise Loi du 5 juin 2009 relative à la promotion de la recherche, du développement et de l innovation

Plus en détail

Les différentes formes de soutien après la création de l entreprise.

Les différentes formes de soutien après la création de l entreprise. AFFAIRES INTERNATIONALES L ENGAGEMENT DE L EUROPE EN FAVEUR DES PME ENTERPRISE EUROPE NETWORK - L EUROPE A LA PORTE DE VOTRE ENTREPRISE Les différentes formes de soutien après la création de l entreprise.

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Le Microsoft Innovation Center à Mons c est parti!

Le Microsoft Innovation Center à Mons c est parti! Le Microsoft Innovation Center à Mons c est parti! 2009 sera l année du MIC. Les statuts fondateurs du MIC ont été signés le 19 Décembre 2008 et l ouverture officielle est prévue le 4 Mars prochain, la

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

ITU Telecom World 09 5 au 9 octobre 2009 à Geneva Palexpo

ITU Telecom World 09 5 au 9 octobre 2009 à Geneva Palexpo ITU Telecom World 09 5 au 9 octobre 2009 à Geneva Palexpo APPEL A PROJETS TELECOM 2009 Sommaire Présentation d... 3 à TELECOM WORLD 2009..4 Stand. 5 Communication...7 L offre et le prix...8 Appel à projets...9

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT)

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT) Québec, le jeudi 4 août 2011 L Honorable James H. Flaherty Ministre des Finances du Canada Objet : Consultations pré-budgétaires fédérales Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique

Plus en détail

Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014

Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014 Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014 Caisse Nationale des Prestations Familiales du Grand-Duché de Luxembourg Présentation de la CNPF Depuis l entrée en vigueur de la loi du 19 juin 1985

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers au 31 décembre 2012 de BGL BNP Paribas

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers au 31 décembre 2012 de BGL BNP Paribas u Luxembourg, le 4 avril 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers au 31 décembre 2012 de BGL BNP Paribas Des résultats opérationnels solides hors éléments exceptionnels Des résultats commerciaux

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances

Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances Présentation aux journées professionnelles de formation de l ANDML Le 9 juin 2010

Plus en détail

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France 300 Introduction entretiens menés auprès de chefs d entreprises Avec 66 millions d habitants et un PIB culminant à 2 600 milliards

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Yves Guay Directeur Direction des relations internationales Université de Montréal

Yves Guay Directeur Direction des relations internationales Université de Montréal COLLABORATIONS INTERNATIONALES EN RECHERCHE Yves Guay Directeur Direction des relations internationales Université de Montréal 1 ADARUQ - Novembre 2013 «Pour maintenir la présence internationale du Québec

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Initiative «Digital Lëtzebuerg» Pour la définition, l élaboration et la mise en œuvre d une stratégie numérique globale pour le Luxembourg 1.

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail.

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail. MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2013 Un ZOOM sur les métiers Chef de chantier - Conducteur de travaux Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie RAPPORT ANNUEL

La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie RAPPORT ANNUEL La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie 2007 RAPPORT ANNUEL MISE EN GARDE À L ÉGARD DES DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Le présent rapport renferme des déclarations prospectives visant la Compagnie, ses

Plus en détail

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial Communiqué de presse Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial PARIS 18 MARS 2015 Une reprise encore à confirmer, des

Plus en détail

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI. Monsieur le Président du Syndicat de la librairie française, cher Matthieu de Montchalin, Mesdames et Messieurs les élus,

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI. Monsieur le Président du Syndicat de la librairie française, cher Matthieu de Montchalin, Mesdames et Messieurs les élus, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, à l occasion des 3 e Rencontres nationales de la librairie, à Lille, le lundi 22 juin 2015 Monsieur le Président du Syndicat

Plus en détail

10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012. Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie

10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012. Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie 10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012 Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie La ré-industrialisation de la France passe par le développement

Plus en détail

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DOSSIER DE PRESSE

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 1 PRÉAMBULE La réforme de la formation professionnelle sera effective à compter du 1 er janvier 2015. Elle poursuit l ambition d

Plus en détail

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com 1 La 1 ère Edition du Salon du Web et de l Intelligence Economique, c est : Un RDV pour analyser l impact du Web sur l économie

Plus en détail

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes Inventons l avenir ensemble Fonds de dotation de l École des Mines de Nantes Imaginons et construisons l avenir ensemble Dans un monde hautement concurrentiel et globalisé, sujet à de profondes mutations

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Construisez votre stratégie patrimoniale

Construisez votre stratégie patrimoniale Allianz Life Luxembourg Construisez votre stratégie patrimoniale Avec des produits et des services taillés sur mesure en fonction de vos besoins Le groupe Allianz dans le monde Allianz Life Luxembourg

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel.

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. Sommaire 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. 3. relaxnews : une entreprise qui se développe, recrute,

Plus en détail

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français rotection igoureusement. Celle-ci se définie essous. Aucun visuel ou texte ne doit des logotypes. Rexel Energy in Motion Français Rexel, Building the future together Notre mission La mission de Rexel est

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile.

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile. Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Le partenariat entre les systèmes d éducation et les entreprises Au personnel de la Direction

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE 16 janvier 2015 Dossier de presse I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE Les missions respectives actuelles des deux agences, quoique par nature différentes, tendent vers un même objectif : celui de l internationalisation

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Aménagez différemment... Business Solutions Mobilier

Aménagez différemment... Business Solutions Mobilier Aménagez différemment... Business Solutions Mobilier Le groupe La force d un leader international Business Solutions > 49 000 collaborateurs > Présent dans 48 pays > 15,5 milliards de dollars de CA > 3e

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Sage 30 pour les petites entreprises

Sage 30 pour les petites entreprises Informations France : 0 825 825 603 (0.15 TTC/min) Informations Export : +33 (0)5 56 136 988 (hors France métropolitaine) www.sage.fr/pme Sage 30 pour les petites entreprises Abordez votre gestion en toute

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Élaborer son. production. En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS

Élaborer son. production. En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS Élaborer son budget de production En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS Édito Conçu par le Pôle juridique du Centre national du

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

NEWSLETTER. Dette grecque : la CEC montre une longueur d avance au Sommet social tripartite.

NEWSLETTER. Dette grecque : la CEC montre une longueur d avance au Sommet social tripartite. NEWSLETTER 72 2011 Sommaire Editorial 1 Activites de la CEC 2-3 Affaires Europennes 4-5 Dialogue Social Europeen 5 editorial Dette grecque : la CEC montre une longueur d avance au Sommet social tripartite.

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business.

HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business. 1 HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business. Table des matières 3 HOTELA : le portrait Par des entrepreneurs pour des entrepreneurs 4 HOTELA : les assurances

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Cent jours pour la culture

Cent jours pour la culture NOTE n 134 - Fondation Jean-Jaurès - 22 mai 2012 - page 1 Les GRECs* * Groupes d études et de recherches sur la 1 Pourquoi cent jours? Parce que de ces cent jours dépendent les mille qui suivront. 2 A

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Sage 30. La solution de gestion avancée dédiée aux petites entreprises

Sage 30. La solution de gestion avancée dédiée aux petites entreprises Sage 30 La solution de gestion avancée dédiée aux petites entreprises Entrez dans le monde de Sage Avec plus de 300 000 utilisateurs, 20 millions de bulletins de paie édités chaque année, plus de 50 000

Plus en détail

Bruxelles Invest & Export

Bruxelles Invest & Export Bruxelles Invest & Export Réserve d Attachés économiques et commerciaux (h/f) Règlement de sélection 2012 CODE FONCTION 1259 I. CONTEXTE DE LA FONCTION Né de la fusion d Invest in Brussels et de Bruxelles

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 99 15 mai 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 99 15 mai 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1473 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 99 15 mai 2009 S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Dossier de presse : Lancement officiel. 4 mai 2004 à 9h. Ancien Ministère des transports 11, rue Notre Dame Luxembourg

Dossier de presse : Lancement officiel. 4 mai 2004 à 9h. Ancien Ministère des transports 11, rue Notre Dame Luxembourg Dossier de presse : Lancement officiel 4 mai 2004 à 9h Ancien Ministère des transports 11, rue Notre Dame Luxembourg Sommaire Communiqué de presse Page 3 Présentation powerpoint du Guide Page 4 Les documents

Plus en détail

CIPS Bulletin. Discours sur l état de la nation

CIPS Bulletin. Discours sur l état de la nation Luxembourg, le 7 mai 2015 CIPS Bulletin Discours sur l état de la nation «Nous sommes sur la bonne voie» : c est ainsi que le Premier Ministre Xavier Bettel a introduit le discours sur l état de la nation

Plus en détail

Dossier de presse 2011. Contact presse Carole BASSON carole.basson@sage.com Tél. : +33 (0)5 61 00 09 62

Dossier de presse 2011. Contact presse Carole BASSON carole.basson@sage.com Tél. : +33 (0)5 61 00 09 62 Dossier de presse 2011 Contact presse Carole BASSON carole.basson@sage.com Tél. : +33 (0)5 61 00 09 62 Sommaire Sommaire... 2 Sage : la gestion au service des entreprises... 3 Une présence mondiale...

Plus en détail

Comment choisir son STATUT JURIDIQUE? édition 2015. Proposé par :

Comment choisir son STATUT JURIDIQUE? édition 2015. Proposé par : Comment choisir son STATUT JURIDIQUE? édition 2015 Proposé par : TABLE DES MATIÈRES 1. CRÉER SON ENTREPRISE, LE PROJET D UNE VIE 2. 3. 4. CHOISIR ENTRE ÊTRE AFFILIÉ À LA SÉCURITÉ SOCIALE OU DÉPENDRE DU

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Le salon «GR Business Days 2012» : le rendez-vous incontournable des PME & start-ups innovantes de la Grande Région

Le salon «GR Business Days 2012» : le rendez-vous incontournable des PME & start-ups innovantes de la Grande Région Le salon «GR Business Days 2012» : le rendez-vous incontournable des PME & start-ups innovantes de la Grande Région Niels Dickens Luxembourg le 24 mai 2012 GR Business Days GR Business Days: Introduction

Plus en détail

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE LPA UNE PRESENCE FORTE EN CHINE Shanghai Francfort PARIS Guangzhou Hong Kong AlgER CASABLANCA Créé il y a 25 ans, Lefèvre Pelletier & associés (LPA)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales DOSSIER DE PRESSE Du réseau social au local, c est capital! Contact Presse Julien Boissier contact@clubcapitales.com 06 09 69 51 98 Octobre 2013 www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales QUI?

Plus en détail

France : 2 ans de sursis avec mise à l épreuve

France : 2 ans de sursis avec mise à l épreuve En Bref France : 2 ans de sursis avec mise à l épreuve Dans le cadre du semestre européen, et à l issue des revues approfondies initiées par le mécanisme d alerte de la procédure pour déséquilibres macroéconomiques

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Conférence numérique franco-allemande «Accélérer la transformation numérique de nos économies» 27 octobre, Paris

Conférence numérique franco-allemande «Accélérer la transformation numérique de nos économies» 27 octobre, Paris Conférence numérique franco-allemande «Accélérer la transformation numérique de nos économies» 27 octobre, Paris Déclaration commune Les ministres allemand et français de l économie sont convenus de mettre

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail