«TROP, C EST COMMME PAS ASSEZ.» LES NOMBREUX PRÉCURSEURS DE LA RÉVOLUTION TRANQUILLE : ÉBAUCHE D UNE CRITIQUE 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«TROP, C EST COMMME PAS ASSEZ.» LES NOMBREUX PRÉCURSEURS DE LA RÉVOLUTION TRANQUILLE : ÉBAUCHE D UNE CRITIQUE 1"

Transcription

1 «TROP, C EST COMMME PAS ASSEZ.» LES NOMBREUX PRÉCURSEURS DE LA RÉVOLUTION TRANQUILLE : ÉBAUCHE D UNE CRITIQUE 1 Alexandre Turgeon, Université Laval Résumé Dans cet article, nous aborderons la dichotomie Grande Noirceur/Révolution tranquille en nous intéressant à ceux que l on surnomme les précurseurs ou artisans, c est selon de la Révolution tranquille, tels qu ils apparaissent ainsi dénommés dans l historiographie québécoise. Par notre analyse, nous faisons ressortir qu en utilisant cette dénomination, ces auteurs œuvrent en fait à rétablir la juste mémoire due à certains individus et institutions qui, ignorés ou méconnus dans l imaginaire collectif, partagent certaines affinités, certains combats mutuels : contre Maurice Duplessis, et pour la modernité. Nous soutenons dans ce texte que ces auteurs en viennent par cette opération à court-circuiter la dichotomie Grande Noirceur/Révolution tranquille, inscrivant cette dernière dans le temps, en antériorité. Mots-clés historiographie, discours, mémoire, Maurice Duplessis, Grande Noirceur, Révolution tranquille, précurseurs, artisans 1 L auteur tient à remercier Ulysse Ruel pour ses commentaires sur une version précédente de ce texte. 1

2 19 juin Le caricaturiste Robert La Palme s éteint à Longueuil, âgé de 89 ans. Pourfendeur acharné de Maurice Duplessis et de son régime, Robert La Palme a œuvré auprès de quelques-uns des plus importants journaux canadiens-français de l époque, dont L Action catholique, Le Canada, Le Devoir et La Presse, du milieu des années 1930 à l orée des années Son décès est souligné par la plupart des caricaturistes québécois qui, chacun à leur manière, saluent le départ de ce maître 2. À ces honneurs posthumes se joignent la publication de deux recueils d entretiens conduits par Jean- François Nadeau et Alain Stanké peu de temps avant la mort du caricaturiste qui livre ses impressions sur tout et sur rien, mais surtout sur le rire, sur l humour. Dans la présentation de celui qui fut également son ami, Jean-François Nadeau y est allé du propos suivant : L idée viendra peut-être un jour à un historien de pénétrer l époque du duplessisme par l analyse des caricatures de LaPalme. Ce serait un travail considérable, mais combien riche, qui mènerait sans doute à conclure, avec Guy Robert, que le caricaturiste fut, en quelque sorte, un des artisans de la Révolution tranquille 3. Dans le cadre de nos recherches à la maîtrise portant sur l œuvre de Robert La Palme dans les années 1940, cette déclaration nous a intrigué, nous poussant justement à nous demander où se situait le théâtre du caricaturiste en rapport à la dichotomie Grande Noirceur/Révolution tranquille. Était-il ou non un artisan de la Révolution tranquille, comme le prétendait Jean-François Nadeau, ou bien l utilisation de ce concept ne relèverait-elle pas plutôt de l anachronisme? Afin de dénouer ce nœud, c est moins le concept lui-même que sa pertinence que nous avons interrogé, alors que nous avons remarqué que les concepts d artisans ou de précurseurs de la Révolution tranquille sont fréquemment sollicités dans l historiographie québécoise. De nombreux ouvrages, en effet, traitant de la question, redoublent d originalité : Adélard Godbout, précurseur de la Révolution tranquille; Georges-Émile Lapalme, précurseur de la Révolution tranquille; 2 Caricatures que l on retrouve dans Alain Stanké, Motobiographie, ou, Le joyeux testament de La Palme : entretiens avec Alain Stanké; suivi de Ma vie de chien avec Lambert Closse : une fantaisie historique de Robert La Palme( Montréal, Stanké, 1997) : Jean-François Nadeau, La Palme : la caricature et autres sujets sérieux (Montréal, Éditions de l Hexagone, 1997)16. 2

3 Jean-Charles Harvey, précurseur de la révolution tranquille; et une variante, Gérard Dion, artisan de la Révolution tranquille 4. À vouloir être plus cliché, il aurait fallu rajouter «l histoire d une vie», et c en aurait été fait de l épitaphe! Pour tirer la chose au clair, nous avons interrogé les écrits d un certain nombre d historiens 5 québécois sans toutefois procéder à un inventaire exhaustif de la situation, privilégiant ici un échantillon d historiens qui se sont explicitement prononcés sur la question 6, quels qu ils soient, où qu on les retrouve, que ce soit dans des livres, des articles ou des comptes rendus, en posant les questions suivantes : 1- De qui s agit-il? 2- Comment les décrit-on? 3- Quel est l objectif de l auteur? Par notre analyse, nous faisons ressortir qu en utilisant cette dénomination, ces auteurs œuvrent en fait à rétablir la juste mémoire due à certains individus et institutions qui, ignorés ou méconnus à tort dans l imaginaire collectif, partagent certaines affinités, certains combats mutuels; contre Maurice Duplessis d abord, pour la modernité ensuite. Par cette opération, ces auteurs en viennent véritablement à court-circuiter la dichotomie Grande Noirceur/Révolution tranquille, inscrivant par le fait même cette dernière dans le temps, en antériorité. Entre «précurseurs», «artisans» et «pères» de la Révolution tranquille Nous reviendrons d abord sur l appellation même d artisan ou de précurseur de la Révolution tranquille, termes jusqu ici associés sans les avoir dissociés l un l autre. À 4 Suzanne Clavette, Gérard Dion, artisan de la Révolution tranquille(québec, Presses de l Université Laval, 2008), 648 p.; Marcel-Aimé Gagnon, Jean-Charles Harvey, précurseur de la révolution tranquille (Montréal, Beauchemin, 1970), 378 p.; Marcel Labelle, Adélard Godbout : précurseur de la Révolution tranquille (Montréal, Lidec, 2007), 60 p.; et Jean-Charles Panneton, Georges-Émile Lapalme, précurseur de la révolution tranquille (Montréal, VLB, 2000), 190 p. 5 Notre propos dépassera d emblée les historiens pour nous intéresser également à ce qu en disent les sociologues, politicologues, et même de «simples» citoyens au sein de l espace public. 6 De par la diversité des œuvres citées et la multiplicité des auteurs mis à contribution, nous considérons toutefois que la présente étude, qui traite d un échantillon, présente malgré tout un portrait somme toute assez représentatif de la situation d ensemble. 3

4 ceux-là, il faudrait toutefois en ajouter un troisième puisqu à précurseur et artisan se joint également le vocable de père de la Révolution tranquille. Ce titre reviendrait apparemment à Georges-Émile Lapalme, chef du Parti libéral du Québec durant les années «[N]otre père de la Révolution tranquille» 7, dira même Michel Sarra- Bournet, où non seulement Georges-Émile Lapalme en vient-il à endosser, par procuration pourrait-on dire, la paternité de la Révolution tranquille, mais le «notre» introduit une nouvelle dimension. Par l emploi de ce prénom possessif spécifique, Sarra- Bournet s approprie en quelque sorte l homme politique et son œuvre. Georges-Émile Lapalme devient non seulement sous sa plume le père de la Révolution tranquille, il est également «notre» père de la Révolution tranquille, le «notre» sous-entendant, on s en doute, les Québécois dans leur ensemble, dont l historien Michel Sarra-Bournet se fait ici le porte-parole 8. Comme nous sommes maintenant rendus à trois termes, nous devons maintenant les définir, de manière à saisir les nuances de chacun et de mieux comprendre le sens que les auteurs leur donnent. Précurseur : «personne ayant ouvert la voie à de nouvelles idées ou de nouveaux mouvements»; artisan : qui est «cause de quelque chose»; et père : «l initiateur d un mouvement, d une doctrine, d une œuvre» 9. On le voit bien, ces trois termes, renvoyant à une même réalité, font appel à une certaine dynamique où l acteur joue ici un rôle fondamental dans un évènement, cet acte s inscrivant en antériorité dans le temps face à l évènement, en l occurrence ici la Révolution tranquille. L articulation de la dynamique 7 «En attendant, pour ceux et celles qui resteraient sur leur appétit, il y a toujours ses généreux Mémoires en trois tomes (Leméac, 1973) où notre père de la Révolution tranquille se ménage le beau rôle. Comme il se doit!», dans Michel Sarra-Bournet, compte rendu de l ouvrage de J.-C. Panneton, Georges-Émile Lapalme, op. cit., Revue d histoire de l Amérique française, 56, 2 (automne 2002) : Il y aurait certes lieu d approfondir davantage cette dimension dans d éventuels travaux, ce que nous ne ferons pas dans le présent article. 9 Nous empruntons ces définitions à Linternaute Encyclopédie, Dictionnaire de la langue française, [consulté le 28 mars 2009]. 4

5 Qu ont en commun ces individus, institutions ou organisations que l on qualifie ainsi de précurseurs, d artisans, voire de pères de la Révolution tranquille? Dans le cadre de notre analyse, nous avons relevé quatre aspects qui s articulent selon une logique bien particulière. Ils sont tout d abord peu connus, sinon méconnus pour cet aspect de leur vie ou de leur carrière, tel Pierre Elliott Trudeau, qui joue ici l exception qui confirme la règle. Dans son cas, on se souvient bien plus du flamboyant premier ministre du Parti libéral du Canada, adversaire de René Lévesque, que de l intellectuel de la revue Cité Libre. Tandis que les Georges-Émile Lapalme, Adélard Godbout, Gérard Dion et autres sont bien peu connus, sinon carrément oubliés dans la mémoire collective. De fait, on constate qu il y a là une volonté de rectifier les faits, de rendre à ces hommes la place qui leur revient dans l histoire, dans la mémoire collective. C est ainsi que Marcel Labelle s exprime, dans le prologue de son ouvrage dédié à Adélard Godbout : Pourtant, Adélard Godbout est oublié, à tout le moins méconnu. Pourquoi? Nous voulons reconnaître l apport de ce réformiste, qui était avant tout un homme d État plutôt qu un politicien, et comprendre pourquoi il est presque disparu de la mémoire collective des Québécois 10. Pour sa part, Jacques Godbout va encore plus loin, s en prenant même aux historiens dans son film Traître ou Patriote 11, alors que le problème est posé sensiblement dans les mêmes termes : «Comment peut-on disparaître de la mémoire collective et même de celle des historiens quand on a été premier ministre du Québec de 1939 à 1944? Voilà pourtant le sort de Adélard Godbout ( ) le précurseur de la révolution tranquille» 12. Pour revenir à Marcel Lebelle, celui-ci conclut même sur ces termes : «Pourquoi ne pas rebaptiser la cinquième centrale la plus puissante du Québec, Centrale de Beauharnois 10 M. Labelle, Adélard Godbout, op. cit., Jacques Godbout [réalisation et scénario], Traître ou Patriote, Montréal, Office national du film du Canada, 2000, Couleur, 83 minutes. 12 Tiré du résumé du film dans «Traître ou Patriote», Office national du film du Canada, 520AND%252520$%257bou%257d%252520AND%252520$%257bpatriote%257d [consulté le 12 novembre 2009]. 5

6 Adélard-Godbout? Ce ne serait que justice pour celui qui fonda Hydro-Québec, symbole de la fierté québécoise.» 13 Suzanne Clavette veut également tirer de l ombre l abbé Gérard Dion dont la revue destinée au clergé, Ad Usum Sacerdotum, «était publiée à cinq cent exemplaires, soit plus du double de la revue Cité libre» 14. Si la revue Cité Libre est à ce point importante dans l histoire québécoise 15, la revue de l abbé Gérard Dion semble l être tout autant, sinon plus, en regard de son tirage bien plus volumineux et considérable, de nous indiquer l historienne Suzanne Clavette. Par ailleurs, à peu près chacun de ces précurseurs partagent un même anti-duplessisme farouche qui les caractérise. Nous cédons une fois de plus la parole à Suzanne Clavette qui, traitant toujours de l abbé Gérard Dion, dresse un panorama fragmentaire mais tout de même fort intéressant et des plus instructifs de la chose : À titre d anti-duplessiste, sa figure est aussi importante que celle du père Georges-Henri Lévesque, doyen de la Faculté des sciences sociales, celles de Gérard Filion et d André Laurendeau au Devoir, celles de Gérard Picard, de Jean Marchand et autres à la CTCC, celles de Jacques Cousineau et de Jeand Auteuil Richard à Relations, celles de Me Jacques Perreault et de Mgr Joseph Charbonneau à l archevêché de Montréal, celles de Mgr Jean-Charles Leclaire et de nombre d aumôniers sociaux, celles de Gérard Pelletier et de Pierre Elliott Trudeau à Cité libre. Bref, il a été de ce petit noyau d opposants à Duplessis 16. Noyau auquel on pourrait rajouter sans se tromper les Georges-Émile Lapalme et Adélard Godbout, pour ne nommer que ceux-là, que ne mentionne pas Clavette. L antiduplessisme peut également être subtil, nuancé, et se retrouver sous une autre forme. C est ainsi que Paul Sauvé, successeur de Maurice Duplessis en 1959, «amorce plusieurs 13 Ibid., S. Clavette, Gérard Dion, op. cit., On lui a d ailleurs consacré, à ce titre, de nombreux ouvrages. Parmi ceux-ci, on pourra consulter : Michael D. Behiels, Prelude to Quebec Quiet Revolution: Liberalism versus Neo-nationalism, (Kingston, Montréal, McGill-Queen s University Press, 1985), 366 p.; Stéphanie Angers et Gérard Fabre, Échanges intellectuels entre la France et le Québec : les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti pris, et Possibles (Québec, Presses de l Université Laval, 2004), 248 p.; Jocelyn Létourneau, «La mise en intrigue. Configuration historico-linguistique d une grève célébrée : Asbestos, P.Q., 1949», Recherches sémiotiques/semiotic Inquiry, 12, 1-2 (1992) : 53-72; et Denis Monière, Le développement de la pensée de gauche au Québec à travers trois revues : Cité libre, Socialisme et Parti pris, mémoire de maîtrise (science politique), Université d Ottawa, S. Clavette, Gérard Dion, op. cit., 3. 6

7 réformes, signe des ententes avec le gouvernement fédéral. Il peut être à juste titre considéré comme étant le précurseur de la Révolution tranquille.» 17 Ces réformes entreprises, ces ententes signées sont le fruit d une politique qui rompt nettement avec l époque précédente, avec le régime précédent. Paul Sauvé, avec son célèbre «désormais» lancé à son arrivée au pouvoir 18, incarne le renouveau et serait ainsi, selon ces historiens aguerris de l Assemblée nationale, le précurseur de la Révolution tranquille. C est d autant plus ironique considérant que Paul Sauvé était l un des hommes les plus influents au sein de l Union nationale, lui qui fut même l orateur de l Assemblée législative lors du premier mandat de Maurice Duplessis de 1936 à En tant que ministre du gouvernement de l Union nationale, Paul Sauvé n était d ailleurs pas très apprécié du caricaturiste Robert La Palme, tel qu il apparaît dans une caricature 19 dormant au volant de son rutilant ministère de la Jeunesse, sous les yeux ébahis des bambins assis sur la banquette arrière. Le caricaturiste n en manquera d ailleurs pas une, dans les années à venir, pour ironiser de telle manière sur le ministère de Paul Sauvé 20. Cela dit, cet anti-duplessisme n est cependant pas suffisant en soi. À lui s ajoutent un combat, un engagement pour la modernité, pour la modernisation du Québec qui s est ou se serait accomplie, c est selon, durant les années de la Révolution tranquille. Démocratisation, progrès, et réformes sont autant d avatars de la modernité que l on retrouve au Québec durant les années 1960, et auxquels on associe ces précurseurs. Toujours selon Marcel Labelle, le mandat d Adélard Godbout, s il en fut un d à peine 5 ans en fut un de multiples réformes, par l adoption de lois et de mesures progressistes : reconnaissance du droit de vote aux femmes; éligibilité juridique des femmes (première avocate et premières conseillères 17 Christian Blais et al., Québec : quatre siècles d une capitale (Québec, Assemblée nationale du Québec, 2008), Alors qu on lui a imputé dans les faits ce mot. 19 Le Canada, le jeudi 2 novembre 1950, Nous sommes revenus sur cette question dans une communication scientifique où nous avons alors montré à quel point Paul Sauvé n était, dans l imaginaire du caricaturiste, qu un ministre comme les autres, qu un ministre parmi tant d autres. Voir Alexandre Turgeon, «Le petit cabinet de Duplessis : l administration du Québec selon Robert La Palme, », communication présentée au colloque Duplessis, son milieu, son époque, Trois-Rivières et Québec, 17, 18 et 25 septembre Inédit. 7

8 municipales); création d Hydro-Québec; début de l électrification rurale; loi sur les relations de travail reconnaissant le droit d association syndicale 21 Et nous mentionnions Paul Sauvé, précédemment. Le journaliste Louis-Guy Lemieux, du quotidien Le Soleil, traitant dans un article des «cents jours de Paul Sauvé» à l occasion de la parution de l ouvrage collectif de Christian Blais, Gilles Gallichan, Frédéric Lemieux et Jocelyn Saint-Pierre, souligne que «[m]algré la courte durée de son mandat, [Paul Sauvé] a le temps d'annoncer un vaste programme de réformes dont la gratuité scolaire et l'assurance-hospitalisation.» 22 Idem pour Gérard Dion, dont les combats pour la démocratisation de notre société et la modernisation du Québec feront de ce pionnier des relations du travail l un des grands artisans de la Révolution tranquille : à preuve, son engagement en faveur de la déconfessionnalisation de la CTCC, de la réforme de notre système scolaire, de l obtention du Code du travail en 1964, du droit de grève dans le secteur public et de la défense des intérêts du Québec 23. Et pourquoi devrait-on rendre hommage à Georges-Émile Lapalme lors du premier d une série de colloques sur les leaders politiques du Québec contemporain? Selon Claude Corbo, [l]e choix de Georges-Émile Lapalme fut inspiré par la volonté de mieux comprendre comment il a pu être le «père de la Révolution tranquille». Cette volonté ne fut pas déçue. Le colloque démontre en effet le rôle non seulement pratique, mais aussi conceptuel joué par Lapalme dans la préparation et la réalisation de cette Révolution tranquille dont le Québec actuel exploite encore les acquis. Certes, la Révolution tranquille fut préparée de longue main par des forces sociales mûrissant lentement sous l effet de l industrialisation et de l urbanisation du Québec, par divers groupes syndicaux, politiques, intellectuels et par l action de nombreuses personnes. [ ] la Révolution tranquille a bien dépassé ses artisans, tant dans ses origines que dans son ultime déploiement. Pourtant, dans ce contexte, Georges-Émile Lapalme a joué un rôle décisif. Chef du Parti libéral du Québec de 1950 à 1958, il a œuvré à la reconstruction et, surtout à la modernisation et à la 21 M. Labelle, Adélard Godbout, op. cit., Louis-Guy Lemieux, «Les cent jours de Paul Sauvé», Le Soleil, 4 janvier 2009, [consulté le 5 janvier 2009]. 23 S. Clavette, Gérard Dion, op. cit., quatrième de couverture. 8

9 démocratisation de ce parti en le rendant capable de prendre le pouvoir sous la direction de Jean Lesage en Encore et toujours, les combats menés et les réformes entreprises ou inspirées par ces personnages sont étroitement associés à ce titre, à cet honneur même de compter parmi les précurseurs, parmi les artisans de la Révolution tranquille. Nous nous arrêterons ici, mais il aurait été possible de continuer sur cette lancée et discourir encore sur ces autres personnages, sur ces autres précurseurs de la Révolution tranquille, et voir comment eux aussi s inscrivent dans cette lignée, dans cette dynamique. Un mot, aussi, pour souligner que nous avons surtout traité d universitaires, mais bien d autres, des «simples» citoyens, emploient ce même vocabulaire sur sensiblement les mêmes individus, qu il s agisse de journalistes ou de blogueurs qui s expriment sur la question. Nous vous épargnons, par ailleurs, les débats à savoir lequel est le père, le précurseur de la Révolution tranquille... Déjà, nous avons mentionné Paul Sauvé et Georges-Émile Lapalme; il faut dire que Jean Lesage et Georges-Henri Lévesque leur livrent une chaude lutte! Un concept dilué, voire dissipé Il est fascinant, justement, de constater à quel point il y a tant de précurseurs, d artisans et même de pères de la Révolution tranquille. Voici quelques noms, cueillis au fil de lectures, notamment sur Internet, lancés ici pêle-mêle : Georges-Émile Lapalme, Adélard Godbout, Robert La Palme, Paul Sauvé, Gérard Dion, Georges-Henri Lévesque, Gérard Filion, André Laurendeau, Pierre Elliott Trudeau, Gérard Pelletier, Gérard Picard, Jean Marchand, Jacques Cousineau, Jean-d Auteuil Richard, Jacques Perreault, Joseph Charbonneau, Maurice Richard, Louis O Neill, Jean Lesage, René Lévesque, Jean- Charles Harvey, Paul-Émile Borduas, Maurice Lamontagne, Jean-Charles Falardeau, Yves Martin, Fernand Dumont, Gérard Bergeron, Léon Dion, Adélard Tremblay, François-Albert Angers, Jean-Paul Desbiens, Gustave Francq, Gratien Gélinas, L Ordre 24 Claude Corbo, «Aux sources de la Révolution tranquille : redécouvrir Georges-Émile Lapalme» dans Jean-François Léonard, dir., Georges-Émile Lapalme (Sillery, Presses de l Université du Québec, 1988), 8. 9

10 de Bon Temps, Le Devoir, Cité libre, Refus global, la Faculté des sciences sociales de l Université Laval, la Société Radio-Canada, le Parti libéral du Québec, les milieux intellectuels et les milieux journalistiques, pour ne nommer que ceux-là. Soit des hommes politiques, des artistes, des intellectuels, des religieux, des laïcs, des journalistes et même des sportifs, tel Maurice Richard, l idole de tout un peuple. À croire que tout le monde, ou presque 25, est précurseur de la Révolution tranquille; cela ne revient-il pas à dire, en somme, que personne ne l est? Suivant le raisonnement que nous venons de présenter, ne pourrait-on pas arguer, à l instar de Michel Vastel 26, que Maurice Duplessis est le père de la Révolution tranquille? Provocateur, il va sans dire que Michel Vastel veut ici lancer un pavé dans la mare en y allant de tels propos, mais l idée n est toutefois pas dénuée de sens. Maurice Duplessis n est certes pas anti-duplessiste, c est l évidence même, mais ces aspects que nous avons énumérés ne sont pas des règles canons, ne l oublions pas. Après tout, Paul Sauvé n était pas un anti-duplessiste au sens strict de la lettre, mais d aucuns le considèrent comme étant non pas l un, mais bel et bien le précurseur de la Révolution tranquille de par les réformes qu il mena de front durant les cent jours où il fut premier ministre du Québec. Dans le même ordre d idées, les réformes de Duplessis sur l impôt, l instauration du drapeau ainsi que son autonomisme face à Ottawa ne furent-elles pas autant de pierres d assises du Québec moderne? Autant de voies à suivre pour ses successeurs? Des libéraux Jean Lesage à Jean Charest en passant par l unioniste Daniel Johnson père et le péquiste Lucien Bouchard, il n y a pas un premier ministre du Québec qui ne se soit pas affiché d un fervent nationalisme québécois, eux qui se font les défenseurs des intérêts du Québec face à Ottawa. D autre part, comme le soutenait l historien René Durocher, les grands projets des années 1960 auraient-ils pu se réaliser sans l impôt québécois, une réalisation de Maurice Duplessis 27? N est-ce pas là un legs qu il nous faut prendre en considération? À ce titre, le chef de l Union nationale n a-t-il pas lui aussi contribué à la 25 On notera l absence sans équivoque possible des femmes de cette liste. C était d ailleurs l un des points soulevés récemment par l historienne Denyse Baillargeon, alors qu elle traitait de la place des femmes dans l historiographie québécoise. Voir Denyse Baillargeon, «L histoire des femmes et les débats historiographiques récents au Québec : une absence remarquée», communication présentée au colloque Femmes, culture et pouvoir : relectures de l histoire au féminin, Sherbrooke, mai Inédit. 26 Michel Vastel, «Le retour de Duplessis», L Actualité, 24, 13, 1 er septembre 1999, René Durocher, cité dans ibid. 10

11 modernisation du Québec? Or cela ne devrait-il pas en faire sinon le père, du moins un précurseur de la Révolution tranquille? Considérant que la Révolution tranquille aurait mis fin aux années noires du régime duplessiste, on voit bien l absurdité de la chose. Ou plutôt, cela ne mettrait-il pas davantage en relief les dangers de l exercice qu est de vouloir donner à un évènement, à un processus des précurseurs, à un point tel qu on en fait la surenchère? N est-ce pas là un défaut, justement, de l historiographie que de faire l histoire en fonction de ce qui est arrivé, de ce que nous savons être arrivé? Il y a eu une révolution, alors il faut découvrir comment cette révolution a éclaté! Une telle manière de faire l histoire s apparente bien sûr à ce que Michel Foucault appelait la généalogie, soit l histoire du présent, en opposition à l archéologie, soit l histoire du passé 28. Ce qui amène, dans le cas présent, les années 1940 et 1950 à ne plus avoir d autre raison d être qu à travers le prisme de la Révolution tranquille, soit de mener, d aboutir à celle-ci. *** Cela dit, une question se pose. Pourquoi ces auteurs, fort nombreux et de multiples horizons, continuent-ils d utiliser ces concepts de précurseur et d artisan de la Révolution tranquille, et de telle manière? Nous inspirant ici de l historien Jocelyn Létourneau 29, ne pourrait-on pas voir dans l utilisation de ces concepts une manière de contourner, de court-circuiter la dichotomie Grande Noirceur/Révolution tranquille? Comme le soulignait avec justesse le politologue Réjean Pelletier, en politique, il n y a pas de génération spontanée 30. Aussi, lorsque vient le temps de traiter de la Révolution 28 Sur ces façons de faire l histoire dans l œuvre de Michel Foucault, on pourra consulter Gérard Noiriel, Penser avec, penser contre. Itinéraire d un historien (Paris, Belin, 2003), en particulier les pages Pour Jocelyn Létourneau, les années 1960 ont vu la communauté de communication de la technocratie prendre le pouvoir au Québec et imposer dans l espace public sa vision, sa conception de la société, de son histoire et de l histoire. Les technocrates auraient ainsi mis de l avant leur projet identitaire (celui du Québécois «porteur de modernité»), le fondant sur les ruines du précédent (celui du Canadien français «porteur d eau») à travers la dichotomie Grande Noirceur/Révolution tranquille. Sur cette question, on consultera J. Létourneau, «L imaginaire historique des jeunes Québécois», Revue d histoire de l Amérique française, 41, 4 (printemps 1989), : Réjean Pelletier, «La Révolution tranquille» dans Gérard Daigle et Guy Rocher, dir., Le Québec en jeu. Comprendre les grands défis (Montréal, Les Presses de l Université de Montréal, 1992),

12 tranquille, et de son historicité, il devient nécessaire de l inscrire, de l ancrer dans le temps, de lui donner une origine, un point de départ. Sauf que les années pré-révolution tranquille sont celles de la Grande Noirceur, coiffées du couvre-chef de l obscurantisme tant religieux qu étatique sous la coupe du «cheuf». Aussi, comment les grandes réformes, les grands projets de la Révolution tranquille auraient-il pu prendre assise dans ce terreau aride, voire stérile? On fait des hommes et des institutions qui sont les instigateurs, les inspirateurs de ces grands projets des précurseurs de la Révolution tranquille; on les sort, en quelque sorte, de leur propre temps. On les aliène de leurs contemporains. Bien qu ils aient vécu lors des années 1940 et 1950, l on dit d eux qu ils n étaient pas des hommes de leur temps, qu ils étaient des précurseurs, des pionniers, des visionnaires. N est-ce pas ainsi, en somme, que ces auteurs déjouent la dichotomie Grande Noirceur/Révolution tranquille, en inscrivant la Révolution tranquille dans le temps, en antériorité, évitant ainsi d en faire un phénomène de génération spontanée, tout en conservant le caractère foncièrement noir, négatif et réactionnaire de la Grande Noirceur. À moins que ces auteurs ne s inscrivent dans une tout autre perspective, celle qui rejette d emblée l idée même de la Grande Noirceur, que la modernité ait été entravée de quelque façon que ce soit, et que Ronald Rudin nomme les révisionnistes dans son ouvrage Faire de l histoire au Québec 31. Dans ce cas, faire de ces individus des précurseurs de la Révolution tranquille ne serait dès lors qu un moyen parmi tant d autres de démontrer qu il n y a jamais eu de Grande Noirceur, de période de recul pour le Québec en insistant ici non pas sur les forces de rupture dans le Québec d après-guerre, mais bien sur celles de continuité. Il s agirait ainsi de passer outre la Grande Noirceur comme période débilitante pour la société dite québécoise et qui se disait, avant les années 1960, canadienne-française. Un projet louable, certes. Les années d après-guerre, si elles furent bien plus que des années de Grande Noirceur, ne peuvent toutefois être réduites au rang de simple prélude aux années 1960, aux années de la Révolution tranquille. Ce ne serait là leur rendre justice. 31 Ronald Rudin, Faire de l histoire au Québec (Sillery, Septentrion, 1998 [1997]),

13 13

Structures sociales et politiques canadiennes

Structures sociales et politiques canadiennes 1 MPIA 6004 Structures sociales et politiques canadiennes Hiver, 2015 K. McRoberts DESCRIPTION DU COURS En hiver, 2015, le principal objet d analyse du cours est le fédéralisme canadien : sa nature, son

Plus en détail

Vidange des fosses septiques 2015 Période du 28 juin au 18 juillet 2015

Vidange des fosses septiques 2015 Période du 28 juin au 18 juillet 2015 Route 287 # civique Nom du Propriétaire Nbr. Gal Type de fosse 5 Complexe municipal 6000 béton (n'extraire que 1050 gallon -selon contrat) Route 132 Est # civique Nom du Propriétaire Nbr. Gal Type de fosse

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant

Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant Discours de Paul Gérin-Lajoie à l occasion du gala-bénéfice soulignant son 90 e anniversaire Bonsoir, D entrée de jeu, je tiens à vous remercier de votre présence ce soir pour fêter ce 90 e anniversaire

Plus en détail

Mémoire présenté à Madame Christine St-Pierre

Mémoire présenté à Madame Christine St-Pierre Mémoire présenté à Madame Christine St-Pierre Ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, à l occasion des journées de consultation tenues au printemps 2008 Par : Le Mouvement

Plus en détail

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile.

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile. Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Le partenariat entre les systèmes d éducation et les entreprises Au personnel de la Direction

Plus en détail

60 e Anniversaire. Programme souvenir 1945-2005

60 e Anniversaire. Programme souvenir 1945-2005 E n 1945, les associations de pompiers des municipalités de Montréal, Verdun, Westmount, Outremont, Québec et Sherbrooke fondent la Fraternité canadienne des employés civiques d incendie, qui devient,

Plus en détail

MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale

MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale Présenté au Comité permanent de modification des lois de l Assemblée législative le 26 novembre 2004 Fredericton, Nouveau-Brunswick Le Conseil économique

Plus en détail

POL 201 La gestion de l État (3 crédits) Hiver 2015 PLAN DE COURS

POL 201 La gestion de l État (3 crédits) Hiver 2015 PLAN DE COURS ÉCOLE DE POLITIQUE APPLIQUÉE Faculté des lettres et sciences humaines POL 201 La gestion de l État (3 crédits) Hiver 2015 Coordonnées de la chargée de cours Annie Chaloux (local A10-1022) Annie.Chaloux@USherbrooke.ca

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

Protégeons le tissu social québécois Et agissons!

Protégeons le tissu social québécois Et agissons! Rendez-vous d échange et d information du mouvement communautaire lanaudois Le 28 octobre 2010 Décodons les médias, pour ne pas se faire manipuler! Santé Gratuité Universa ersalité Services sociaux Éducation

Plus en détail

Les cours en ligne ouverts et massifs de la TÉLUQ, l université à distance

Les cours en ligne ouverts et massifs de la TÉLUQ, l université à distance Les cours en ligne ouverts et massifs de la TÉLUQ, l université à distance Les cours en ligne ouverts et massifs de la TÉLUQ, l université à distance INTRODUCTION À L HISTOIRE POLITIQUE DU QUÉBEC (PROFESSEUR

Plus en détail

*Luttes pour les droits des femmes au Québec

*Luttes pour les droits des femmes au Québec *Luttes 1791 Droit de vote pour les femmes propriétaires Adopté en 1791, l Acte constitutionnel est une loi britannique qui crée le Haut- Canada et le Bas-Canada. Cette loi donne aux propriétaires terriens

Plus en détail

Laurent Bérubé, S.C.

Laurent Bérubé, S.C. ANNEXE II La mission aujourd hui Chapitre provincial, 3 e session 18 avril 2009 L ADOLESCENCE Laurent Bérubé, S.C. I. Profil «Ce qu il y a d émouvant avec les adolescents, c est que tout ce qu ils font,

Plus en détail

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault.

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault. PROCÈS-VERBAL de la première (09-01) assemblée régulière de l année 2009 du Conseil d administration du Collège de Rimouski tenue le mardi 27 janvier 2009, à 17 h, au local G-130 du Cégep de Rimouski.

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Diane Saint-Pierre

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Diane Saint-Pierre Compte rendu Ouvrage recensé : Vincent LEMIEUX et Mathieu OUIMET, L analyse structurale des réseaux sociaux, Québec et Bruxelles, Les Presses de l Université Laval et De Boeck Université, 2004, 112 p.

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 13 JUIN 2012 19 h BUREAU D ARRONDISSEMENT DE BROMPTON SONT PRÉSENTS

Plus en détail

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement La sécurité routière au Québec : les cellulaires au volant, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales Mémoire Présenté à La Commission des transports et de l environnement Février

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

François Pétry Professeur et directeur, Département de science politique, Université Laval

François Pétry Professeur et directeur, Département de science politique, Université Laval Un an plus tard, le gouvernement Marois a-t-il tenu ses promesses? In L état du Québec 2013-2014. Le pouvoir citoyen, sous la direction de Miriam Fahmy, Boréal, 2013, 163-172. François Pétry Professeur

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

Bureau de décision et de révision en valeurs mobilières

Bureau de décision et de révision en valeurs mobilières 2. Bureau de décision de révision en valeurs mobilières 2.1 Rôle d'audiences 2.2 Décisions.. 2. Bureau de décision de révision en valeurs mobilières 24 novembre 2006 - Vol. 3, n 47 6 RÔLE DES AUDIENCES

Plus en détail

LA CULTURE CIVILISTE : OBSTACLE OU ATOUT POUR FAIRE DES AFFAIRES?

LA CULTURE CIVILISTE : OBSTACLE OU ATOUT POUR FAIRE DES AFFAIRES? «Vingt-deuxièmes Entretiens» du Centre Jacques Cartier Rhône-Alpes, 28 novembre 2 décembre 2009 LA CULTURE CIVILISTE : OBSTACLE OU ATOUT POUR FAIRE DES AFFAIRES? Responsables scientifiques : France Barreau

Plus en détail

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE 1 AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE Allocution prononcée par S.E.M. Jacques KABALE, Ambassadeur de la République du Rwanda en France à l occasion de la 21 ème Célébration de la Journée de

Plus en détail

Le Projet héros : authentifier l information en ligne

Le Projet héros : authentifier l information en ligne LEÇON Années scolaire : 4 e à 8 e année (4 e année à 2 e secondaire) Au sujet de l auteur : Matthew Johnson, Directeur de l éducation, HabiloMédias Durée : 2 à 3 heures, plus le temps de présentation (peut

Plus en détail

Processus de création sonore Quelques entretiens

Processus de création sonore Quelques entretiens Processus de création sonore Quelques entretiens De 2006 à 2009, j ai été chargé de projet pour la Phonothèque Québécoise, un organisme sans but lucratif voué à la conservation et à la diffusion du patrimoine

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Marc Morin Direction du développement Direction générale de la sécurité civile et de la sécurité incendie Ministère de la Sécurité publique

Marc Morin Direction du développement Direction générale de la sécurité civile et de la sécurité incendie Ministère de la Sécurité publique Recherche et rédaction : Marc Morin Direction du développement Direction générale de la sécurité civile et de la sécurité incendie Révision linguistique : WWW.SPIQ.CA / Jean-François Daigle Joane Marquis

Plus en détail

Comment présenter une bibliographie ou une réseaugraphie? Il existe plusieurs méthodes de présentation des sources bibliographiques.

Comment présenter une bibliographie ou une réseaugraphie? Il existe plusieurs méthodes de présentation des sources bibliographiques. Comment présenter une bibliographie ou une réseaugraphie? Il existe plusieurs méthodes de présentation des sources bibliographiques. Nous vous proposons ici un modèle local inspiré de diverses manières

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION STADE OLYMPIQUE - SALLE HOCHELAGA MERCREDI 14 MAI 2014 À 15 HEURES Présences Absences Employés Marcel Paul Raymond (président), Robert Bissonnette

Plus en détail

3 e assemblée publique de l'exercice 2007-2008 du conseil d administration CONFÉRENCE RÉGIONALE DES ÉLUS DE LA MAURICIE 25 octobre 2007, à 19 h 00

3 e assemblée publique de l'exercice 2007-2008 du conseil d administration CONFÉRENCE RÉGIONALE DES ÉLUS DE LA MAURICIE 25 octobre 2007, à 19 h 00 3 e assemblée publique de l'exercice 2007-2008 du conseil d administration CONFÉRENCE RÉGIONALE DES ÉLUS DE LA MAURICIE 25 octobre 2007, à 19 h 00 Procès-verbal de la troisième (3 e ) assemblée publique

Plus en détail

Mise en place d une banque de lait maternel au Québec

Mise en place d une banque de lait maternel au Québec 1974 Ouverture banque de lait en Colombie Britannique 1 re banque de lait au Canada Mise en place d une banque de lait maternel au Québec Historique et actions du MAQ Juin 2008 Politique de périnatalité

Plus en détail

Réflexions en marge du règlement visant l interdiction de la conversion en condos dans la Ville de Québec. Présenté à la Ville de Québec

Réflexions en marge du règlement visant l interdiction de la conversion en condos dans la Ville de Québec. Présenté à la Ville de Québec Réflexions en marge du règlement visant l interdiction de la conversion en condos dans la Ville de Québec Présenté à la Ville de Québec Québec, mars 2011 Québec et Est du Québec 1750, avenue de Vitré,

Plus en détail

Procès-verbal de l assemblée générale annuelle 2011 du S.S.S. Bellimont C.S.N.

Procès-verbal de l assemblée générale annuelle 2011 du S.S.S. Bellimont C.S.N. Province de Québec SYNDICAT SOUTIEN SCOLAIRE BELLIMONT Procès-verbal de l assemblée générale annuelle Tenue en plus d une séance Le 15 novembre 2011 à 16 h À la cafétéria de l école secondaire la Rencontre

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

2 Développement international Desjardins 1970-2010

2 Développement international Desjardins 1970-2010 Introduction 2 Développement international Desjardins 1970-2010 Le développement durable, la microfinance ou encore la responsabilité sociale des organisations sont, de nos jours, des sujets qui suscitent

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT - RÉGION DE LA CAPITALE-NATIONALE Commentaires sur La Stratégie de développement durable de l Administration portuaire de Québec 5 février 2014 TABLE DES MATIÈRES Commentaires

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

Se hisser parmi les meilleures organisations

Se hisser parmi les meilleures organisations Se hisser parmi les meilleures organisations Retour sur les lauréats de 2008 Depuis dix ans, les Grands Prix québécois de la qualité soulignent, au terme d un processus rigoureux fondé sur un système de

Plus en détail

RAPPORT ANN UE L 2014-2015

RAPPORT ANN UE L 2014-2015 RAPPORT ANN UE L 2014-2015 TABLE DES MATIÈRES Mots du président et de la direction... 4 Historique... Mission... Territoire... Présentation de l équipe... 5 6 6 7 Les bénévoles experts Processus d action

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

Visions européenne et canadienne.

Visions européenne et canadienne. La jurilinguistique dans le monde académique. Visions européenne et canadienne. Aline Grenon répondante canadienne Introduction Dans un premier temps, il sera question de présenter brièvement la situation

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

PROGRAMME COLLOQUE «RÉINVENTER MONTRÉAL»

PROGRAMME COLLOQUE «RÉINVENTER MONTRÉAL» PROGRAMME COLLOQUE «RÉINVENTER MONTRÉAL» Jeudi 27 avril Salle Marie-Gérin-Lajoie, UQAM 07h30 08h00 Arrivée et inscription Remise du cahier du participant Accueil : Florence Junca-Adenot, responsable des

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Illustration du produit (Le Pays québécois : RFQ) : Par une Maquette Question

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

CONTENU PROJETS SPÉCIAUX. Image de marque. Conclusion du projet Élan 2010. Cahier visibilité

CONTENU PROJETS SPÉCIAUX. Image de marque. Conclusion du projet Élan 2010. Cahier visibilité OCT-NOV. 2008 CONTENU Projets spéciaux p. 1 Membership p. 2 Varia p. 2 Dates à retenir p. 3 Intéressant, original, pratique! p. 3-4 Le bureau national p. 4-5 La rédaction p. 5 PROJETS SPÉCIAUX Image de

Plus en détail

Foire aux questions : grève et lockout

Foire aux questions : grève et lockout Foire aux questions : grève et lockout 1 Aucun syndicat responsable ne débute une ronde de négociations collectives dans l intention d aller en grève (ou de se voir imposer un lockout). Toutefois, l APUO

Plus en détail

Quel sera le parcours des étudiants de 2010?

Quel sera le parcours des étudiants de 2010? Quel sera le parcrs des étudiants de 2010? Les principaux changements Le Programme de formation de l école québécoise (PFÉQ) place l élève au cœur de ses apprentissages. Il vise l élaboration d une vision

Plus en détail

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR

Gabie Paré Jean-Marc Sauvé SECRÉTAIRE DE ORDRE DU JOUR PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L OUTAOUAIS TENUE LE JEUDI 26 FÉVRIER 2009 À 18 HEURES PRÉSENCES : ABSENCES : PERSONNES-

Plus en détail

Liste des expertises professorales par campus

Liste des expertises professorales par campus Liste des expertises professorales par campus CAMPUS DE QUÉBEC NOM, PRÉNOM COURRIEL EXPERTISES BELLEY Serge serge.belley@enap.ca Administration municipale et régionale Aménagement et urbanisme Politiques

Plus en détail

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 1 VILLE DE QUÉBEC Cour municipale de la Ville de Québec

Plus en détail

DOSSIER OPTIMISATION : CONSTATS, ENJEUX, PISTES D ACTION Informations à l intention des membres

DOSSIER OPTIMISATION : CONSTATS, ENJEUX, PISTES D ACTION Informations à l intention des membres DOSSIER OPTIMISATION : CONSTATS, ENJEUX, PISTES D ACTION Informations à l intention des membres Lors de l assemblée générale annuelle du 12 juin 2014, une proposition a été faite par des membres afin que

Plus en détail

RAPPORT ET RECOMMANDATIONS SUR L ACCORD ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL (AÉCG) ENTRE LE CANADA ET L UNION EUROPÉENNE

RAPPORT ET RECOMMANDATIONS SUR L ACCORD ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL (AÉCG) ENTRE LE CANADA ET L UNION EUROPÉENNE RAPPORT ET RECOMMANDATIONS SUR L ACCORD ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL (AÉCG) ENTRE LE CANADA ET L UNION EUROPÉENNE 29 avril 2011 Eau Secours! Créée en 1997, la coalition a pour but de revendiquer et

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle.

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle. 1 Les archives de la Première Guerre mondiale au Canada : un survol Marcelle Cinq-Mars, archiviste, Bibliothèque et Archives Canada Introduction La Grande Guerre fut pour le Canada la première expérience

Plus en détail

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation.

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. 1 Disposition générale La pagination Compter toutes les pages du texte, de la

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Mercredi 13 novembre, Atelier 4 : Travaux de recherche sur les transformations de la culture philanthropique

Mercredi 13 novembre, Atelier 4 : Travaux de recherche sur les transformations de la culture philanthropique Mercredi 13 novembre, Atelier 4 : Travaux de recherche sur les transformations de la culture philanthropique Résumés des conférences De la charité au philanthrocapitalisme? Cinq clefs de lecture socio-politique

Plus en détail

Assurance automobile au Québec. Colloque du 25 mars 2004. Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA

Assurance automobile au Québec. Colloque du 25 mars 2004. Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA Assurance automobile au Québec Colloque du 25 mars 2004 Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA COLLOQUE DU 25 MARS 2004 Les origines et l avenir du régime québécois d assurance automobile Les origines

Plus en détail

Une grande équipe. Le conseil d administration. Un travail précieux et sérieux. Le personnel. Les 3 axes d intervention. Rapport annuel 2008-2009

Une grande équipe. Le conseil d administration. Un travail précieux et sérieux. Le personnel. Les 3 axes d intervention. Rapport annuel 2008-2009 Rapport annuel 2008-2009 2009 Une grande équipe Le personnel : www.servicesjuridiques.org Présenté le 2 juin 2009 Le Conseil d administration - 10 citoyen(ne)s - 2 groupes communautaires - 1 représentante

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

PRÉSENCES. Charles-Antoine Caron

PRÉSENCES. Charles-Antoine Caron PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA COOPÉRATIVE D HABITATION DES CANTONS DE L EST TENUE LE JEUDI 10 MAI 2012 AU MUSÉE DE LA NATURE ET DES SCIENCES DE SHERBROOKE, SITUÉ AU 225, RUE FRONTENAC

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Message du président du conseil

Message du président du conseil 17 Messages du président du conseil et du président et chef de la direction 18 Message du président du conseil Le conseil d administration de la Caisse se réjouit des solides rendements obtenus durant

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER?

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau Les décisions récentes des tribunaux ont clairement démontré qu un avocat ne peut légalement

Plus en détail

COMMENTAIRES RAPPORT FINAL SUR LA PROBLÉMATIQUE DES STAGES PERPÉTUELS

COMMENTAIRES RAPPORT FINAL SUR LA PROBLÉMATIQUE DES STAGES PERPÉTUELS COMMENTAIRES RAPPORT FINAL SUR LA PROBLÉMATIQUE DES STAGES PERPÉTUELS MARCEL FAULKNER REGROUPEMENT DE PARENTS DE PERSONNE AYANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DE MONTRÉAL RPPADIM 911, Jean-Talon Est, local

Plus en détail

Soumettre un manuscrit

Soumettre un manuscrit Soumettre un manuscrit Principes d édition Le manuscrit doit être présenté de la manière la plus uniforme possible Les illustrations doivent être classées séparément. Il ne faut pas les insérer dans le

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même»

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 1989 «La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de

Plus en détail

PROGRAMME. Le développement durable a-t-il un avenir?

PROGRAMME. Le développement durable a-t-il un avenir? PROGRAMME Le développement durable a-t-il un avenir? Colloque international organisé par le Centre de recherche en éthique (CREUM), le Centre d études et de recherches internationales (CÉRIUM), et la Faculté

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

MOT D INTRODUCTION - 2 - Stéphane Lalande, président, et Patrice Gagnon, directeur général. Chers membres,

MOT D INTRODUCTION - 2 - Stéphane Lalande, président, et Patrice Gagnon, directeur général. Chers membres, - 1 - MOT D INTRODUCTION Chers membres, En août 2008, votre association se dotait d un plan d action ambitieux articulé autour de quatre axes de développement. En plus de ce plan, l APDEQ entamait de nombreuses

Plus en détail

INSHS - Journée des entrants au CNRS 23 Juin 2014. Intervention de Marie-Emmanuelle Chessel

INSHS - Journée des entrants au CNRS 23 Juin 2014. Intervention de Marie-Emmanuelle Chessel INSHS - Journée des entrants au CNRS 23 Juin 2014 Intervention de Marie-Emmanuelle Chessel Chères et chers collègues, Bonjour et bienvenue au CNRS! J ai été invitée ici à témoigner de mon parcours de recherche

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Fondation du Barreau

Fondation du Barreau Professeur Frédéric Levesque Faculté de droit - Université Laval Fondation du Barreau L obligation in solidum en droit privé québécois Montréal - 12 juin 2012 Origine - Notion - Régime juridique Lorsque

Plus en détail

L égalité face aux impôts

L égalité face aux impôts L égalité face aux impôts Template www.impots.gouv.fr Voici l impôt payé par trois familles en 2009 : compare les ménages A et B et explique. Revenus annuels : 20 000 Impôts : 1 206 A Revenus annuels :

Plus en détail

Budget 2014. au service du citoyen. Place du citoyen de Chicoutimi. Centre-ville de Jonquière. Centre multiservice de Shipshaw

Budget 2014. au service du citoyen. Place du citoyen de Chicoutimi. Centre-ville de Jonquière. Centre multiservice de Shipshaw Budget 2014 Place du citoyen de Chicoutimi Centre-ville de Jonquière Centre Nazaire-Girard de Laterrière Centre multiservice de Shipshaw au service du citoyen Table des matières Mot du maire... 3 Extrait

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission Première tranche de vécu : l année précédent mon départ de l université, le directeur de mon département obtient du rectorat l

Plus en détail

SÉANCE ORDINAIRE DU 13 JANVIER 2014

SÉANCE ORDINAIRE DU 13 JANVIER 2014 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE MONTPELLIER SÉANCE ORDINAIRE DU 13 JANVIER 2014 PROCÈS-VERBAL de la séance ordinaire du conseil de la municipalité de Montpellier, tenue le 13 janvier 2014 à 19 h 30

Plus en détail

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises 1 Performance hospitalière / sécurité des soins : deux objectifs antinomiques? janvier 2009, par Chauvancy Marie-Claire Rompant avec une histoire fondée sur une logique de moyens, la gestion hospitalière

Plus en détail

Procès-verbal de la réunion du Conseil d administration Société québécoise pour la recherche en psychologie (SQRP)

Procès-verbal de la réunion du Conseil d administration Société québécoise pour la recherche en psychologie (SQRP) Procès-verbal de la réunion du Conseil d administration Société québécoise pour la recherche en psychologie (SQRP) Tenue le 14 juin 2005 à 13h30 par conférence téléphonique Membres en ligne : Stéphane

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Colloque des XIV es rencontres du Réseau international en éducation et en formation (RÉF2015), Université de Montréal, 23 octobre 2015

Colloque des XIV es rencontres du Réseau international en éducation et en formation (RÉF2015), Université de Montréal, 23 octobre 2015 Colloque des XIV es rencontres du Réseau international en éducation et en formation (RÉF2015), Université de Montréal, 23 octobre 2015 Sous le thème Devenir enseignant aujourd hui et demain, ce colloque

Plus en détail

LA PARTICIPATION DES ÉLUS MUNICIPAUX AU DÉVELOPPEMENT COLLECTIF

LA PARTICIPATION DES ÉLUS MUNICIPAUX AU DÉVELOPPEMENT COLLECTIF LA PARTICIPATION DES ÉLUS MUNICIPAUX AU DÉVELOPPEMENT COLLECTIF Résultats du sondage réalisé entre mai et juin 2014 auprès d élus municipaux québécois Préparé par le Chantier sur l évolution des pratiques

Plus en détail

Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche

Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche 1 Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche SOMMAIRE Par la voie de son avocat, le président du syndicat

Plus en détail

L AECG et le juriste canadien et québécois

L AECG et le juriste canadien et québécois Colloque portant sur les négociations en vue de la conclusion d un Accord économique et commercial global entre le canada et l Union européenne. L AECG et le juriste canadien et québécois Organisé par

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA LOI PORTANT RÉFORME DU CODE DE PROCÉDURE CIVILE MÉMOIRE À LA COMMISSION DES INSTITUTIONS

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA LOI PORTANT RÉFORME DU CODE DE PROCÉDURE CIVILE MÉMOIRE À LA COMMISSION DES INSTITUTIONS RAPPORT D ÉVALUATION DE LA LOI PORTANT RÉFORME DU CODE DE PROCÉDURE CIVILE MÉMOIRE À LA COMMISSION DES INSTITUTIONS Québec, le 31 janvier 2008 Me Hubert Reid Avocat QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA RÉFORME DU

Plus en détail