"A 100 jours du passage à l'euro : où en est-on?"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""A 100 jours du passage à l'euro : où en est-on?""

Transcription

1 SPEECH/98/173 Yves-Thibault de SILGUY Membre de la Commission responsable des affaires économiques, monétaires et financières "A 100 jours du passage à l'euro : où en est-on?" Sous-Commission monétaire du Parlement européen Bruxelles, le 21 septembre 1998

2 Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, Permettez-moi, tout d abord, de vous remercier pour votre invitation à venir m exprimer devant la Sous-Commission monétaire pour essayer de répondre à la question : à cent jours du passage à l euro, où en est-on? La naissance de l euro se produit dans une période quelque peu agitée. Mais, paradoxalement, c est une chance pour l Europe si elle sait réagir. En effet : 1. Les crises asiatique et russe constituent des éléments d incertitude pour l économie mondiale ; 2. toutefois, l Europe, dans ce contexte troublé, demeure un pôle de stabilité ; 3. aussi doit-elle saisir cette opportunité pour devenir un acteur à part entière et non plus un observateur sur la scène internationale. Telles sont les trois idées que je souhaiterais développer devant votre Assemblée. I. Les crises asiatique et russe sont des facteurs d incertitude A. Tout d abord, en Asie, selon les pays, la situation est différente : 1) il se manifeste une tendance à la stabilisation, en Asie du Sud-est. Ainsi, depuis le début de l année, le won coréen et le baht thaïlandais se sont appréciés d environ 20 % ; le ringgit malaisien et le dollar de Singapour et de Hong Kong sont restés stables. En outre, la Corée et la Thaïlande respectent les conditions de mise en œuvre des programmes conclus avec le FMI pour faire face à la crise. Un accord a également pu être trouvé entre le Fonds monétaire et l Indonésie en août dernier pour la mise en œuvre d une nouvelle tranche d aide d 1 milliard de dollars. 2) autre élément stabilisateur dans la région : la Chine ; elle a fait preuve d un remarquable sens de ses responsabilités. En effet, la Chine a résisté à la tentation de dévaluer le yuan, en dépit des pressions résultant de la dépréciation du yen. 3) En revanche, il existe un facteur d incertitude avec le Japon. Il disparaîtra seulement si ce pays restaure la confiance, retrouve le chemin de la croissance et met pleinement en œuvre les réformes nécessaires, notamment en matière financière et bancaire. B. En Russie, les facteurs d instabilité persistent. La crise russe est sérieuse et il ne faut pas s en cacher l ampleur, même si les principales hypothèques ont été levées sur le plan politique, avec la nomination de M. PRIMAKOV à la tête du gouvernement. Tout dépendra désormais de la capacité de la Russie à adopter un programme cohérent de réformes, comprenant : - la mise en place d un système efficace de recouvrement des impôts, - l assainissement du système bancaire et financier, - le respect des obligations souscrites envers les créanciers de la Russie, - la stabilisation du rouble. 2

3 Les orientations de la nouvelle équipe gouvernementale non totalement formée à ce jour seront, à cet égard, décisives. Les aspects les plus visibles de la crise pour l économie russe sont les suivants : - une très forte dépréciation du rouble, qui dépasse désormais 50 %, le rouble s échangeant environ à 12 RUR pour un dollar ; - une reprise de l inflation à un rythme soutenu, de l ordre de 15 % par mois à compter du mois d août, ce qui correspond à un taux annuel de 500 %, avec un sommet à 35 % durant la première semaine de septembre ; - une révision à la baisse des perspectives de croissance, avec, sur un mois, une chute du PIB de 8%, de la production industrielle de 6,3% et de la production agricole de 17,2%; - une quasi banqueroute du système bancaire à la suite du défaut de paiement du gouvernement russe sur la dette interne ; - une situation budgétaire très précaire, les revenus pour le mois d août étant inférieurs de près de la moitié à ce qui était prévu dans le cadre du programme FMI : les impôts ne rentrent plus dans les caisses de l Etat ; - enfin, des comptes extérieurs déséquilibrés par la chute du prix du pétrole et la croissance continue des importations : le déficit des comptes courants est désormais de 1,4 Mds de dollars. Il est clair qu un rétablissement de la situation des finances publiques devra être à la base de tout programme. La communauté internationale attend le programme économique des autorités russes. Sa présentation est un des éléments de retour à la confiance et à la stabilité pour la Russie. Aussi, ce programme sera-t-il soigneusement analysé et jugé à la lumière des critères suivants : - capacité à apporter une solution au problème de la dette et à restaurer la confiance des investisseurs internationaux ; - crédibilité des mesures adoptées pour assainir la situation budgétaire et améliorer, notamment, le système de recouvrement de l impôt ; - mise en place des structures institutionnelles nécessaires au bon fonctionnement de l économie de marché et réforme en profondeur du système financier. La succession et l accumulation de ces crises sont préoccupantes car elles sont sources d incertitudes. C. Trois domaines d incertitudes : quels sont-ils? Ils sont, pour l essentiel, au nombre de trois. 1) Le niveau du dollar : il s est déprécié de 8% en un mois sous l effet conjugué de plusieurs facteurs : - le climat politique qui prévaut aux Etats-Unis, - une confiance plus forte dans l économie européenne, - l anticipation d un assouplissement de la politique monétaire américaine, - les récentes déclarations de M. GREENSPAN, 3

4 - et les effets de contagion de la crise russe sur les économies latinoaméricaines. L exposition des banques américaines y est élevée (70 Mds de dollars) et elles représentent 40 % des débouchés pour les exportations américaines. 2) la volatilité des marchés boursiers : elle n épargne en ce moment aucun segment du marché. Les bourses des pays émergents ont subi, - quoiqu à des degrés variés -, les conséquences des événements d Asie du sud-est et de Russie. Dans leur recherche d une plus grande sécurité, les opérateurs ont préféré se réfugier sur les marchés obligataires européen et américain. Et pourtant la qualité et le contenu des politiques menées dans de nombreux pays d Europe centrale et orientale ou d Amérique latine justifieraient, sans doute, une analyse plus fine de la part des investisseurs. Mais, en définitive, au-delà de réactions passagères, ce sont les fondamentaux qui déterminent le comportement des marchés. Et cette constatation est plutôt rassurante. De même, la volatilité des bourses européennes et américaines apparaît hors de proportion par rapport à l évolution des fondamentaux économiques. En Europe notamment, l arrivée de l euro offre aux investisseurs la garantie d une économie stable et bien gérée et de marchés financiers en plein développement. La poursuite de la politique d assainissement des déficits publics en Europe, c està-dire le retour à l équilibre de nos finances publiques prévu par le Pacte de stabilité et de croissance va libérer quelque 120 à 150 milliards d euros par an. Cette épargne, désormais inutile pour financer les dettes publiques devrait tout naturellement aller sur les marchés d actions. 3) Les effets sur le commerce international L impact de la crise russe sera principalement ressenti, au plan commercial, par les pays de la CEI, car les économies sont encore assez étroitement dépendantes de la Russie sur le plan des échanges. En revanche, il sera plus limité pour les pays baltes et les pays d Europe centrale et orientale, qui ont déjà, dans la perspective de leur adhésion, très largement réorienté leur commerce extérieur vers l Union européenne. L Union elle-même n effectue qu une part modeste de ses échanges avec la Russie (3,5% de ses exportations et 4 % de ses importations). En outre, l'évolution du commerce international reste marquée par la baisse tendancielle du prix du pétrole dont le prix est désormais inférieur à ce qu il était avant le premier choc pétrolier ainsi que la diminution sensible du prix des matières premières (- 35% depuis le début de l année). Dans ces conditions, le risque de contagion, vers l Europe, des crises russe et asiatique par le vecteur du commerce international reste modéré. Et, que constatons-nous en Europe aujourd hui? II. L Europe est un pôle de stabilité et elle peut le rester Les efforts de saine gestion entrepris ces dernières années ont jeté les bases d une croissance tirée par la demande interne, moins sensible qu auparavant aux effets négatifs d une crise internationale. Les politiques conduites en Europe depuis 1993 réussissent. Il faut les poursuivre : un cavalier ne change pas de monture au milieu du gué. 4

5 A. A cent un jours de l arrivée de l, la croissance en Europe est soutenue Rappelez-vous! Quelle était la situation en 1993, lorsque le traité de Maastricht est entré en vigueur? La croissance était omniprésente dans le monde, sauf en Europe, qui traversait une grave récession. Les déficits publics dépassaient 6% du PIB. L inflation était élevée (4%) et le chômage progressait rapidement. Nombreux étaient les docteurs Diafoirus qui, en guise de remède, proposaient d aggraver le mal, c est à dire, de creuser encore un peu plus les déficits. La poursuite du processus d union économique et monétaire était jugée vaine et périlleuse : l euro devait être sacrifié. Heureusement, ces écueils ont été évités grâce à la détermination et à la persévérance des gouvernements et de la Commission et au soutien sans faille du Parlement européen. L euro naîtra dans 101 jours, conformément au calendrier et aux conditions prévus par le traité. Et pourtant l euro est déjà une réalité. Au milieu des turbulences de ces dernières semaines, la stabilité monétaire en Asie de la zone euro est parfaite. L euro protège l Europe. C est déjà son premier succès. Si l Europe est protégée, c est aussi grâce à la confiance retrouvée dans son économie, résultat de la pertinence de notre politique économique. Les déficits publics sont, en effet, tombés, en moyenne européenne, de 6,1% du PIB en 1993 à 2,4% en Fait notable, cette réduction a été obtenue, dans la plupart des Etats membres, essentiellement au moyen d une réduction des dépenses publiques, passées de 52,4% du PIB en 1993 à 48,7% en L amélioration spectaculaire de la situation des finances publiques a permis de redynamiser la croissance en libérant l épargne au profit de l investissement, en rassurant les investisseurs et les consommateurs, et en contribuant à créer un cadre attractif pour l épargne internationale. Hier, les capitaux quittaient l Europe pour aller s investir en Asie ; aujourd hui, ils affluent en Europe. Ce phénomène est d ailleurs davantage lié à l avènement de l euro qu à la crise asiatique, puisque les investissements directs sur le territoire européen ont cru de 36% l année dernière. Conséquence : l activité économique a cru de 2,6% en 1997, contre 1,8% en Elle devrait atteindre 2,8% cette année et se maintenir à un niveau soutenu en Et ce n est pas la publication de tel ou tel mauvais chiffre qui changera fondamentalement le cours des choses. En effet, les principaux clignotants de l économie sont au vert : la consommation devrait croître de 2,3% cette année, contre 1,5% l année dernière. Les investissements progresseront de 4,3% en 1998, contre 2,1% en Le taux d utilisation des capacités de production demeure élevé : cela contribue à soutenir durablement l investissement. Enfin, fait extrêmement important, les enquêtes d opinion montrent que la confiance des industriels et des consommateurs a retrouvé son niveau de 1989 et qu elle est plus forte dans la zone euro que dans le reste de l Europe. La reprise en cours est donc essentiellement endogène, c est à dire tirée par l investissement et la consommation plus que par les exportations. De par ses 5

6 sources, elle est donc assez peu exposée aux effets négatifs des crises russe et asiatique. Les pertes à l exportation sont, par ailleurs, en partie contrebalancées par l effet positif sur les taux d intérêt de l afflux de capitaux. La baisse des taux stimule elle même la consommation et l investissement et contribue ainsi à alimenter une croissance tirée par le dynamisme du marché européen. Mais une situation bonne ou mauvaise d ailleurs n est jamais définitivement acquise. B. L Europe doit poursuivre ses efforts et réduire ses déficits structurels. C est nécessaire. A cette fin, l effort doit être poursuivi en vue d atteindre, à moyen terme, l équilibre budgétaire ou un léger excédent, conformément à l objectif fixé par le pacte de stabilité et de croissance. Le Japon et la Russie doivent restaurer la confiance. L Europe, elle, doit la préserver. Dans un contexte international mouvant, il est indispensable que l Europe puisse maintenir la confiance des opérateurs économiques. Déroger aux engagements pris donnerait un signal très contreproductif aux marchés. Or, en 1998, la France, l Allemagne, l Espagne, l Autriche et le Portugal ont encore un déficit budgétaire proche de 3%. S agissant de la dette, l Italie et la Belgique présentent des taux d endettement encore très élevés. Certes, en moyenne, le déficit budgétaire de la zone euro devrait atteindre 2,4% en 1998 et 2% en Mais ce bon résultat apparent doit être interprété avec précaution : il résulte moins d un effort volontaire de réduction des dépenses publiques que d un simple effet mécanique de l accélération de la croissance sur les rentrées fiscales. Les analyses de la Commission montrent que les déficits structurels, - c est à dire, corrigés des variations dues à l amélioration de la conjoncture - au sein de la zone stagnent aux alentours de 2% en 1998, et probablement encore au même niveau en Si la conjoncture internationale connaissait une nouvelle détérioration, les déficits nominaux pourraient alors repartir à la hausse. Il est donc urgent de mettre à profit le retour de la croissance pour consolider l amélioration des comptes publics, pour reconstituer la marge de manœuvre budgétaire qui fait encore défaut et mettre ainsi l Europe à l abri d un renversement de conjoncture. Mais, au-delà des aspects conjoncturels, il faut savoir saisir les opportunités qu offre toujours une situation difficile. Or, la naissance de l euro, dans ce contexte, fournit à l Europe une chance historique de participer au concert international. L Europe, dotée de sa monnaie, doit se donner, maintenant, les moyens de jouer, sur la scène monétaire et financière internationale, un rôle à la mesure de son poids dans l économie mondiale. Mais il faudra bientôt songer à réorganiser les relations monétaires internationales pour leur donner plus de stabilité. III. L Europe doit devenir un acteur à part entière sur la scène internationale 6

7 Que peut faire l Europe en la matière? Elle peut agir de trois façons : Tout d abord c est le plus urgent! sortir de la crisse russe. A. La recherche de solutions à la crise russe L Union est présente dans la recherche de solutions à la crise en Russie. La déclaration adoptée par les ministres des Affaires étrangères, lors de leur réunion informelle à Salzbourg, les 5 et 6 septembre dernier, est à cet égard un acte de volonté politique. La troïka des affaires étrangères s est rendue à Moscou, jeudi 17 septembre, pour examiner avec le nouveau gouvernement russe les modalités selon lesquelles l Union peut apporter une aide, concrètement, à la Russie. Ceci est une manifestation concrète de cette volonté politique. Ces modalités avaient été examinées par la Commission européenne, dès sa réunion du 3 septembre, et avaient fait l objet d une note d information qui préconisait trois pistes d action : - une réorientation des programmes Tacis vers certains secteurs prioritaires, notamment l aide dans le domaine institutionnel, budgétaire et financier; - un soutien accru au secteur privé, bancaire surtout, en particulier via des cofinancements avec la BERD ; - un renforcement de la coordination au sein de l Union, d une part, entre l Union et ses partenaires du G7, d autre part. Une mission Présidence/Commission se rend également à Moscou demain pour faire un «état des lieux» dans le domaine économique et financier et prendre un premier contact avec les autorités russes avant même l adoption d un programme économique par le nouveau gouvernement. Après cette «fact finding mission», il est prévu une visite du Président à Moscou, début octobre, ainsi qu un Sommet Union européenne/russie, le 27 octobre à Vienne. Même si la solution est d abord entre les mains des russes, l Europe doit les aider. Elle est présente et disponible. Il lui appartient, maintenant, d agir, avec les autorités russes de manière déterminée, responsable et crédible. Au-delà de la crise russe, l Europe doit participer activement à la réflexion en cours sur une nouvelle architecture du système monétaire international. B. Participer activement à la réflexion en cours sur une nouvelle architecture du système monétaire international Au préalable, je voudrais rappeler le soutien apporté par l Union aux institutions financières internationales et notamment au FMI, dont les Etats membres détiennent 30 % des quotes-parts, contre 18 % pour les Etats-Unis. La mission du Fonds monétaire est essentielle pour le maintien de la stabilité internationale. Il faut l aider dans l accomplissement de cette tâche difficile et non le dénigrer. Cela n exclut pas, bien sûr, de réfléchir à la façon dont pourrait être adapté le fonctionnement du système monétaire international. Les travaux des Sommets du G7 de Lyon et de Birmingham fournissent, à cet égard, des lignes directrices intéressantes et prometteuses. Le Président CHIRAC, au mois d août dernier, le Président CLINTON, plus récemment, et le Premier Ministre Tony BLAIR, aujourd hui même à New York, ont présenté, dans ce cadre, des propositions. 7

8 Elles reflètent bien la nécessité d une adaptation du système actuel, pour répondre, en particulier, à deux interrogations : - comment assurer une pleine légitimité des instances actuelles (G7 notamment), face au souhait exprimé par les pays, dits «émergents» d Amérique latine et d Asie, d être mieux représentés sur la scène monétaire internationale? - Que faire pour renforcer l efficacité du fonctionnement actuel des institutions et, notamment, pour améliorer le processus décisionnel dans des institutions telles que le FMI? A cet égard, la proposition française de donner un plus grand pouvoir décisionnel au Comité Intérimaire du Fonds monétaire me semble devoir être pleinement soutenue. Reste à examiner selon quelles modalités cette proposition pourrait être concrétisée : ne faut-il pas aller jusqu à un transfert de certaines compétences du Conseil d administration au Comité Intérimaire? Ceci mérite aujourd hui réflexion. La suggestion du Président CLINTON de mandater le «G22», qui regroupe à l initiative des Etats-Unis, le G7 et les pays émergents les plus représentatifs, pour réfléchir à une nouvelle architecture du SMI doit également être étudiée attentivement. L idée d associer les pays émergents à la prévention et à la résolution des crises internationales mérite évidemment d être soutenue. Mais, créer une nouvelle enceinte multilatérale informelle est-il indispensable ou nécessaire si les instances du FMI jouent à l avenir pleinement leur rôle? Par ailleurs, L idée d une plus grande synergie entre le FMI et la Banque mondiale mérite également d être encouragée mais il convient toutefois, à mon sens, de conserver la spécificité de chacune de ces deux institutions, afin de leur permettre d accomplir leurs missions respectives. Enfin, que ce soit pour aider à résoudre la crise russe ou pour adapter le SMI à l évolution du monde, l Union jouera un rôle actif dans ces débats si elle est en mesure de défendre une position commune et de s exprimer d une seule voix sur la scène monétaire internationale. C. Assurer la représentation externe de la zone euro La question de la représentation externe de la zone euro sera abordée, pour la première fois, par «l euro 11» élargi à 15, et par l Ecofin lors de sa réunion informelle de Vienne, à la fin de cette semaine. Comme j ai déjà eu l occasion de le dire devant vous, il s agit là de l un des chantiers essentiels du «post 2 mai». Des solutions devront être trouvées, tant dans les instances formelles, comme le FMI, que dans les instances informelles, comme le G7 Finances. Deux principes devront, à mon sens, présider à la recherche de solutions : la représentativité et l efficacité. Cela implique, notamment, que les compétences de l ensemble des institutions communautaires (Conseil, Commission, BCE) soient respectées. Cela implique, également, que des solutions pratiques soient trouvées avant le 1er janvier Pour sa part, la Commission agira pour que des positions communes, définies sur sa proposition, permettent à l de parler un seul langage. 8

9 Conformément au traité, elle veillera également, en participant à la représentation externe de la zone euro, en fonction de ses compétences et de ses prérogatives, mais aussi des spécificités de chacune de ses instances, à ce que ces positions communes soient exprimées d une seule voix. Conclusion Pour terminer, je voudrais souligner que la crise actuelle, loin de constituer une menace pour l Europe, nous apporte trois enseignements essentiels : - nous avions raison, le 2 mai dernier, en décidant la liste des onze participants à l euro et en fixant les parités bilatérales qui seront retenues le 31 décembre pour le passage à la monnaie unique, - nos politiques économiques sont les seules possibles pour consolider en Europe une croissance saine, durable, non-inflationniste et créatrice d emplois, - nous devons maintenant «transformer l essai» - comme disent les rugbymen et faire de l euro, non seulement un bouclier protecteur, mais également un instrument de l existence, de la force et du rôle de l Europe dans le monde. L expérience de ces dernières années nous prouve que les optimistes ne sont pas nécessairement des rêveurs, à condition, comme le disait Jean Monnet, qu ils soient déterminés. Je suis confiant dans la capacité de l Europe à relever également ce défi. Je vous remercie de votre attention. 9

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire

Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire Crise de la Grèce, euro et perspectives Argumentaire Le gouvernement grec a annoncé un plan de rigueur qui prévoit notamment de baisser le déficit public à 8,7% en 2010 avant de le ramener dans les limites

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent 9 avril Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent Un fort degré d inquiétude persiste à l égard des pays émergents depuis environ un an La réduction

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international

Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international SPEECH/98/201 Yves-Thibault de SILGUY Membre de la Commission chargé des affaires économiques, monétaires et financières Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international Conférence sur

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Cette note est la suite d une première note sur la crise de la Grèce. Une prochaine note sera consacrée au plan d aide à la Grèce et à ses conséquences (suppression

Plus en détail

M. Jean-Claude TRICHET, Gouverneur

M. Jean-Claude TRICHET, Gouverneur RAPPORT EXERCICE 1998 RAPPORT ADRESSÉ À MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET AU PARLEMENT PAR M. Jean-Claude TRICHET, Gouverneur SOMMAIRE 1. Le contexte international et l évolution économique de

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Quel avenir pour l industrie chimique en France? Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Le 1 er avril 2011 Vincent Lépine Vice-président Répartition globale de l actif et gestion des devises Agenda A Déséquilibres mondiaux croissants

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or Chapitre 1 Le SMI 1.1 Les origines historiques du SMI actuel 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or L étalon change-or (Conférence de Gênes - 1922) Caractéristiques : Chaque monnaie nationale

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise Le billet de Michel Fried novembre 2009 L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise La question qui agite aujourd hui les responsables des politiques économiques des grands pays industrialisés

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DE LA BERD

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DE LA BERD DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DE LA BERD AM102f-X 1 Discours d ouverture du Président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement à l occasion de l Assemblée annuelle à Tbilissi

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

La fin des crises dans les pays émergents?

La fin des crises dans les pays émergents? http://www.asmp.fr Académie des sciences morales et politiques. La fin des crises dans les pays émergents? Intervention de M. Jacques de Larosière lors d un séminaire organisé par le CEPII sur le thème

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.6.2013 COM(2013) 341 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie (élaboré conformément à l

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Monsieur le président de l Association des diplômés, Monsieur le président du Club Finance, banque et assurance, Mesdames et messieurs,

Monsieur le président de l Association des diplômés, Monsieur le président du Club Finance, banque et assurance, Mesdames et messieurs, Intervention d Alain Lambert, Ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Groupe professionnel ESSEC Finance Banque et Assurance mardi 13 mai 2003 Monsieur le président de l Association des diplômés,

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 11 FEVRIER 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. ETATS-UNIS L ISM manufacturier chute lourdement, les services se redressent légèrement L ISM Manufacturier baisse

Plus en détail

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie Par Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Octobre 2010 1/16 Après deux décennies d efforts d investissements, financés principalement

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail