Acquisitions et partenariats dans les BRIC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acquisitions et partenariats dans les BRIC"

Transcription

1 Acquisitions et partenariats dans les BRIC Résultats de l enquête réalisée conjointement par PricewaterhouseCoopers et l ARFA (Association des Responsables en Entreprises) Résultats présentés lors du cinquième «Printemps de l ARFA» le 10 juin 2010

2

3 Remarques préliminaires Répartition de l échantillon des participants par secteur d activité (en nombre de participants) Services aux entreprises Energie & Environnement Biens de consommation Cette enquête a été réalisée conjointement par PricewaterhouseCoopers et l ARFA (Association des Responsables de Fusions-Acquisitions en Entreprises) entre janvier et juin 2010 auprès des responsables de groupes français ayant des expériences M&A dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) : Technologies Industrie lourde Automobile Total : 39 participants Elle vise à comprendre la stratégie de développement des groupes français dans les BRIC, les difficultés et bonnes pratiques identifiées dans la conduite des transactions jusqu à l intégration de la cible, ainsi que les perspectives de transactions dans ces pays. Ingénierie & Construction Chimie 2 3 Elle a été réalisée au moyen d un questionnaire (une trentaine de questions au total) dont l intégralité des réponses figure dans ce document. Banque 2 Au total, 39 entreprises de tous secteurs (voir tableau ci-contre) ont répondu à notre enquête, soit un taux de retour satisfaisant de 42 % : Nous nous sommes entretenus de visu avec 17 entreprises, les 22 autres ayant retourné par courrier notre questionnaire. Les entreprises ayant répondu à notre enquête par entretien ont accepté que des extraits de ceux-ci soient reproduits dans ce document mais n ont pas souhaité être nommées pour des raisons de confidentialité. Sur les 39 participants à notre enquête figurent 18 entreprises du CAC 40, 16 du SBF 120 et 5 entreprises non cotées (PME-PMI). Acquisitions et partenariats dans les BRIC 3

4

5 Sommaire Motivations stratégiques et modes d implantation dans les BRIC 6 Les difficultés spécifiques des transactions dans les BRIC 12 L exécution des transactions dans les BRIC 22 Les principaux défis à relever post-acquisition 30 L évolution récente de l environnement des transactions dans les BRIC 36 Remerciements 40 A propos de PricewaterhouseCoopers et de l ARFA 42 Acquisitions et partenariats dans les BRIC 5

6 Motivations stratégiques et modes d implantation dans les BRIC

7 Le Brésil apparaît comme le pays des BRIC où les groupes français interrogés ont le plus d expérience en termes de M&A Comment appréciez-vous votre niveau d expérience dans les différents pays des BRIC? Brésil Chine Fort Moyen Faible 47 % 44 % 14 % 47 % 39 % 9 % L expérience des entreprises françaises en matière d acquisitions et partenariats dans les BRIC reste faible, les deux tiers des répondants estimant en moyenne leur niveau d expérience comme moyen ou faible tous pays confondus. 47 % des groupes français interviewés considèrent avoir un fort niveau d expérience en termes de M&A au Brésil. Le Brésil est souvent considéré comme mature en termes d organisation et de réglementation des transactions. Russie 25 % 31% 44 % Malgré le fort potentiel de développement qu offre un pays comme l Inde, plus de 86 % des entreprises françaises considèrent avoir un niveau d expérience en M&A moyen ou faible dans ce pays. Inde 14 % 44 % 42 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % «Ce qui est prioritaire pour nous, c est de rattraper le temps perdu en Inde. Etant donné que nous avons peu d expérience dans ce pays, nous menons une politique assez prudente qui consiste à tester l appétence de nos produits par l intermédiaire de distributeurs ou d agents à qui nous proposons un rapprochement quand tout se passe bien.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 7

8 La principale motivation d un investissement dans les BRIC est l accès à de nouveaux marchés pour soutenir leur croissance Quelles sont les principales motivations stratégiques de vos transactions dans les BRIC? Acquérir des unités de production pour adresser le marché Accès à un nouveau marché/acquisition de parts de marché Elargir un réseau de distribution Disposer d une base low cost pour l exportation 30 % 23 % Important 56 % 18 % 37 % Moyennement important 21 % 77 % 52 % Peu important 40 % 23 % Tous les répondants considèrent que leurs transactions dans les BRIC sont principalement motivées par l accès à de nouveaux marchés. 56 % des répondants souhaitent par ces investissements acquérir des unités de production afin de mieux adresser la demande des marchés locaux. La recherche d une capacité de production à bas coût pour l exportation ou l intégration verticale d un fournisseur ou d un sous-traitant n apparaissent pas comme une priorité (respectivement 77 % et 97 % de réponses dans les catégories «peu important» et «moyennement important»). Accéder à un savoir faire Intégrer verticalement un fournisseur / sous 11 % 6 % 3% 9 % 91 % 80 % 97 % «L objectif stratégique d une présence dans ces pays n est plus seulement d accompagner nos clients sur leur site de production mais de gagner des parts de marché en adressant directement la clientèle locale.» 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 8 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

9 En majorité, les investisseurs cherchent à prendre une participation majoritaire ou à acquérir d une cible lorsque cela est possible Quelle structure de transaction mettez-vous en place le plus couramment dans les BRIC? Une prise de participation majoritaire Une acquisition à de la cible Un investissement direct («greenfield») Une acquisition d'actifs («asset deal») Un accord commercial avec un partenaire local Une prise de participation minoritaire voulue Une prise de participation minoritaire imposée Une prise de participation croisée 18 % 18 % 3 % 6 % 3 % 9 % Fréquemment Parfois Jamais 37 % 37 % 27 % 49 % 39 % 46 % 62 % 88 % 49 % 49 % 39 % 70 % 55 % 36 % 12 % 14 % 14 % 20 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 49 % des répondants réalisent le plus fréquemment une prise de participation majoritaire dans les BRIC. Prendre une participation majoritaire dans ces pays est souvent perçu comme une manière de prendre le contrôle et de limiter les risques (différence culturelle, intégration, etc.). Dans un nombre plus limité de cas, les entreprises acceptent d être minoritaires parce que cela est imposé par la réglementation locale. Le mode d implantation reste fortement lié au contexte réglementaire et au niveau de développement de chaque pays : - L Inde et la Russie ont développé un tissu industriel bien avant l arrivée des grands groupes occidentaux, fournissant des cibles d acquisition avec des positions bien établies sur leurs marchés. - La Chine se caractérise par un développement économique plus récent associé à des restrictions et contraintes réglementaires souvent complexes favorisant l implantation au travers de partenariats. «Nous avons structuré l acquisition de manière progressive (25 % puis 50%, 75%, etc.) en fonction de l atteinte des objectifs convenus avec le vendeur. Cela a permis un alignement des exigences de chacun (transfert d actifs aux normes pour l acheteur, obtention de cash pour le vendeur); la transaction a duré 18 mois et fut un succès.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 9

10 Les projets d investissement dans les BRIC devraient s accélérer dans les prochaines années, une majorité de répondants recherchant activement des opportunités dans ces pays Au cours des deux prochaines années, vous envisagez de : Rechercher activement des projets de croissance externe dans les BRIC Réaliser des investissements seulement si l'opportunité se présente Stopper ou ralentir les projets d'investissement dans les BRIC 3 % 25 % 69 % L attractivité des BRIC pour les années futures est confirmée : 69 % des répondants envisagent de rechercher activement des projets de croissance externe dans ces pays : - Certains groupes français déjà implantés depuis longtemps dans ces pays souhaitent capitaliser sur leur expérience dans les BRIC en recherchant activement davantage de projets de croissance. - D autres étant présents dans les BRIC depuis moins longtemps recherchent des projets de croissance dans le but de rattraper leur retard. - Seulement 3 % souhaitent stopper ou ralentir leur projets d investissement dans les BRIC. Non répondant 3 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % «Nous recherchons activement des projets dans les BRIC, c est un axe de développement qui fait partie intégrante de la stratégie de notre entreprise [ ] La zone asiatique prend une place significative dans notre métier, nous ne pouvons pas rester les bras croisés.» 10 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

11 La démographie et les pôles de développement qu offre la Chine sont souvent mis en exergue par les personnes interviewées qui considèrent ce pays comme le plus attractif Selon vous, quels pays parmi les BRIC présentent l attractivité la plus forte en termes d investissements dans les prochaines années? Chine Attractif 78 % Moyennement attractif 22 % La Chine est considérée comme le pays des BRIC le plus attractif (100% des répondants considèrent ce pays soit comme attractif ou moyennement attractif). La démographie et les pôles de développement qu offre ce pays sont souvent mis en exergue par les personnes interviewées. Inde 69 % 28 % 3 % L Inde est également un pays considéré comme très attractif malgré un tissu industriel plus éclaté et des autorités locales ne favorisant pas l émergence de pôles de développement comme c est le cas en Chine. Brésil 58 % 36 % 6 % Peu attractif Russie 17 % 42 % 41 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % Le Brésil est souvent considéré comme disposant d un important potentiel de développement avec des pratiques comparables à celles d un pays développé. La Russie est estimée comme le pays le moins attractif des quatre, principalement en raison du manque de visibilité sur certaines pratiques commerciales et d une réglementation très contraignante en termes de droit des joint-ventures. «Même si ces 4 pays représentent des enjeux énormes en termes de développement, la réalité sur le terrain présente des situations qui n ont absolument rien à voir. Seul le Brésil offre un potentiel énorme avec un contexte transactionnel comparable à celui d un pays développé.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 11

12 Les difficultés spécifiques des transactions dans les BRIC

13 En comparaison avec les pays occidentaux, le point de difficulté d une transaction dans les BRIC le plus fréquemment cité est la réalisation des due diligence En comparaison avec les pays occidentaux, comment jugez-vous le degré de difficultés des étapes d une transaction dans les BRIC? Les due diligence 52 % 39 % 9 % Les négociations La finalisation du contrat d'acquisition et le closing La valorisation de la cible L'intégration de la cible post-acquisition L'iidentification et l'approche de la cible 21 % 39 % 36 % 30 % Difficile 51 % 36 % Moyennement Difficile 55 % 6 % 55 % 67 % 49 % 43 % Facile 9 % 3 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80% 52 % des répondants considèrent difficile la réalisation des due diligence. Ceci s explique probablement par la nature des deux principales causes de difficulté citées par les répondants comme impactant l exécution d une transaction dans les BRIC : la mauvaise qualité de l information et le manque de transparence dans les flux économiques de la cible. A contrario, l identification et l approche de la cible sont considérées par 43 % des répondants comme faciles (seuls 21 % considèrent ces éléments comme difficiles). En effet, la plupart des entreprises s implantent dans les BRIC au travers d acquisitions ou de JV avec un partenaire commercial connu depuis longtemps. La plupart des interlocuteurs dans les BRIC ne sont pas familiers avec les processus transactionnels tels qu ils existent dans les pays occidentaux. Les pratiques sont perçues comme en voie d amélioration en Chine et en Inde alors qu il subsiste une marge de progression en Russie. «Les ajustements de prix en Chine sont un vrai challenge. En effet, les vendeurs statuent sur une valorisation mais si celle-ci vient à être révisée, ils ne savent pas faire et nous sommes coincés. Nous avons donc renoncé à faire des ajustements de prix en Chine.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 13

14 Une grande importance est attachée à la réalisation des due diligence considérées par les répondants comme la seule source d information relativement bien structurée Par rapport à une transaction réalisée dans un pays occidental, quelle importance attachez-vous à la réalisation des due diligence dans le cadre d une transaction dans les BRIC? 64 % des répondants accordent une grande importance à la réalisation des due diligence. Supérieure 64 % Les due diligence apparaissent comme le moyen le plus fiable de minimiser les risques avant de signer une acquisition. Certains acheteurs précisent pouvoir préserver leur intérêt au travers de garanties de passif. Similaire 36 % La réalisation des due diligence est souvent plus longue que dans les pays occidentaux. De plus, les répondants précisent qu un petit investissement (ex : entreprise familiale en Inde) requiert autant de temps qu une acquisition plus significative. Inférieure 0 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % «Étant donné le manque de fiabilité des procédures locales d établissement et de contrôle des comptes, notamment pour des raisons fiscales ; il est nécessaire d approfondir les due diligence et d avoir quelqu un localement, capable de visiter la cible, et de se faire une opinion sur la rentabilité de la cible à partir d éléments extra-comptables.» 14 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

15 La mauvaise qualité de l information et le manque de transparence dans les flux économiques de la cible sont des difficultés courantes dans les BRIC Quelles sont en général les causes des difficultés rencontrées dans l exécution d une transaction dans les BRIC? Souvent Parfois La mauvaise qualité de l'information 65 % 35 % La mauvaise qualité de l information (65 %) et le manque de transparence dans les flux économiques de la cible (62 %) sont des difficultés courantes dans les BRIC. Le manque de transparence dans les flux économiques de la cible La législation et le rôle des autorités locales Les différences culturelles dans l'approche et le timing des négociations Le manque d'expérience M&A du vendeur La transparence des montages proposés Le crédit du partenaire ou du vendeur 62 % 49 % 53 % 38 % 16 % 68 % 6 % 63 % 38 % 3% 48 % 6 % 41 % 3% 59 % 16 % Jamais 31 % Le rôle des autorités locales (en Chine notamment) et le poids des procédures administratives sont cités par 49 % des interviewés : lorsqu elles disposent déjà d une implantation, certaines entreprises s organisent en s appuyant sur leurs cadres locaux qui ont pour mission de gérer les relations avec les autorités afin de faciliter le processus de décision. Les différences culturelles et le manque d expérience M&A des vendeurs ont fait échouer plusieurs transactions dans les BRIC, soit parce qu ils ne respectent pas certains engagements (engagements de confidentialité par exemple), soit par des attentes déraisonnables en termes de valorisation, soit par un manque de stratégie claire. 0 % 20% 40% 60 % 80 % «Le principal problème vis-à-vis des autorités dans ces pays-là, c est notre doute sur notre capacité à faire valoir nos droits en cas de litige. Risque de se faire exproprier, risque de propriété intellectuelle, etc. Au moment de la transaction, c est beaucoup de complications inutiles et stériles de la part des autorités locales.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 15

16 L accord sur les principes de gouvernance semble être le point de négociation le plus difficile lors d une JV. Malgré tout, peu d entreprises renoncent à sa création Lorsque la législation ou votre stratégie vous incite à réaliser une joint-venture (JV) avec un acteur local : a. Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la négociation de la joint-venture? b. Ces difficultés vous ont-elles conduit à renoncer à la mise en place d une joint-venture? Souvent Parfois Jamais L'accord sur les principes de gouvernance de la JV 65 % 29 % 6 % Souvent 11 % La mise en place de mécanismes de sortie de la JV 53% 37% 10 % Parfois 67 % La valorisation des apports 52 % 39 % 9 % Jamais 8 % La définition des clauses de nonconcurrence 40 % 43 % 17 % Non répondant 14 % La complexité du montage proposé 20 % 47 % 33 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60% 70 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 16 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

17 En plus de s avérer souvent difficiles lors de la négociation de la JV, les principes de gouvernance apparaissent également contraignants dans leur mise en œuvre Lorsque la législation ou votre stratégie vous incite à réaliser une jointventure (JV) avec un acteur local : c. Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la gestion de la joint-venture? Un tiers des répondants estiment souvent avoir été confrontés à la mise en œuvre des principes de gouvernance dans une joint-venture. La mise en œuvre des principes de gouvernance de la joint-venture Le maintien d'une bonne communication avec le partenaire Souvent Parfois Jamais 33 % 50 % 17 % 25 % 68 % 7 % Le choix du partenaire est le plus souvent réalisé en étroite collaboration avec les opérationnels qui bénéficient d une bonne connaissance des acteurs locaux et de leur positionnement. Les difficultés de mise en œuvre des principes de gouvernance sont à apprécier dans ce contexte qui devrait pourtant être de nature à faciliter la gestion de la joint-venture. La réalisation de la sortie de la jointventure 21 % 46 % 33 % Le respect des clauses de nonconcurrence 14 % 31 % 55 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % «Une JV ce n est pas fait pour durer, soit on en sort soit on décide de l intégrer. Pour que l opération s effectue avec succès, il faut que le deal soit bétonné sur les aspects de gouvernance et de sortie.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 17

18 Réaliser une transaction dans les BRIC s avère déroutant, même si des améliorations semblent être observées notamment en Chine et en Inde Comment appréciez-vous le degré de difficulté pour réaliser une transaction dans les différents pays des BRIC? Difficile Moyennement difficile Concernant l exécution d une transaction, trois groupes se distinguent au regard du degré de difficulté estimé par les répondants : Russie Inde 53 % 78 % 47 % 22 % - La Russie pour laquelle 78% des répondants considèrent qu il est difficile de réaliser une transaction. - Le second groupe est constitué de l Inde et de la Chine avec respectivement 53 % et 49% des répondants qui évaluent comme difficile le degré de difficulté pour réaliser la transaction. Chine 49 % 49 % 2 % - En revanche, le Brésil, paraît plus simple à appréhender, avec un degré de difficulté jugé difficile par seulement 16% des répondants. Brésil 16 % 63 % Facile 21 % Le processus transactionnel dans les BRIC reste difficile pour les investisseurs issus des pays occidentaux, même si des améliorations semblent être observées notamment en Chine et en Inde, alors que le niveau de difficulté en Russie reste stable. 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % «Une de nos transactions a échoué après plusieurs mois car le vendeur n était pas conseillé et n avait pas établi de stratégie de cession ; cela s est traduit par des stop and go auxquels se sont ajoutés des malentendus liés à des difficultés de traduction.» 18 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

19 Les transactions dans les BRIC conduisent les entreprises à solliciter davantage de ressources externes que dans les pays occidentaux En comparaison avec une acquisition de taille similaire réalisée dans un pays occidental, avez-vous recours à : Plus de conseils externes Oui 55 % Non 45 % Au global, la moitié des répondants (50 %) considèrent que la réalisation d une transaction dans les BRIC mobilise un niveau similaire de ressources à celui constaté dans un pays occidental. En revanche, la répartition de ces ressources, entre ressources internes et externes, n est pas appréciée comme identique d après une large part de répondants. Plus de ressources internes Au total, le même niveau de ressources que dans un pays occidental 47 % 50 % 53 % 50 % La réalisation de transactions dans les BRIC requiert plus de ressources externes (55 %) afin notamment de mieux appréhender les différences culturelles, de mieux traiter des informations d une moindre qualité que dans les pays occidentaux et d élaborer un business plan commun. 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % «En Chine et en Russie, il y a des sujets comme les ressources humaines par exemple sur lesquels nous ferons davantage appel à des compétences externes que d habitude. A noter que nous enverrons des cadres de notre groupe pour apprécier la qualité des équipes sur place et nous y passerons aussi beaucoup plus de temps que dans un pays où l environnement est plus balisé.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 19

20 Les avocats, les fiscalistes et les auditeurs apparaissent comme les conseils externes les plus importants Quel type de conseils considérez vous comme important dans les BRIC? Avocats 97 % 3 % Fiscalistes Auditeurs Conseil en droit environnemental Lobbyistes Conseil en droit social Banquiers d'affaires Conseil en intégration 11 % 11 % 29 % 29 % 23 % 17 % 31 % Important 86 % 83 % 37 % 49 % 63 % 72 % 58 % 34 % Moyennement important 22 % 14 % 17 % Peu important 14 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 97 % des répondants considèrent les avocats comme les conseils externes les plus importants. En effet, la complexité juridique impose une plus grande attention portée aux contrats. La qualité des due diligence (juridiques, fiscales et financières) suppose une implication et une collaboration plus étroite des équipes de l acheteur avec ses conseils de manière à bien apprécier les risques liés à la transaction. Le recours à des banquiers d affaires pour identifier des cibles et négocier avec celles-ci semble peu fréquent (11 % «important»). Ceci s explique par la présence encore limitée des banques d affaires dans les BRIC, conjuguée au fait que les investisseurs occidentaux initient la plupart des transactions grâce à leurs réseaux personnels. Le recours à des banquiers d affaires apparaît cependant plus fréquent en Russie. «Nous avons recours à des conseils externes pour les problématiques classiques auxquels nous sommes confrontés sur tous les deals et dans toutes géographies. Il s agit des auditeurs, des fiscalistes, des juristes qui nous aident à mieux appréhender le contexte spécifique de la transaction.» 20 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

21 Les entreprises cherchent à travailler avec des conseils basés dans le pays de la transaction et disposant aussi de correspondants en France Vous cherchez à travailler avec des conseils : (Plusieurs réponses possibles) Basés dans le pays de la transaction et de nationalité locale Basés dans le pays de la transaction et de nationalité française 36 % 78 % La plupart des répondants (78 %) cherchent à travailler avec des conseils basés dans le pays de la transaction et de nationalité locale. Cependant, ils préfèrent que le cabinet conseil bénéficie d un réseau international afin de pouvoir travailler avec un correspondant français qui sera leur principal interlocuteur tout au long de la transaction. Basés en France 8 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % 90 % «Nous travaillons toujours avec des cabinets internationaux bénéficiant d une présence dans les BRIC. Cette présence donne l avantage d avoir déjà des liens avec la cible ou du moins de disposer d informations à son sujet. Le consultant relais à Paris reste notre interlocuteur principal tout au long de la transaction.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 21

22 L exécution des transactions dans les BRIC

23 Les premiers contacts avec le vendeur/partenaire permettent de poser les bases de la transaction telles que la compréhension réciproque des objectifs de chaque partie D après votre expérience, les premiers contacts avec le vendeur/ partenaire et l information initiale fournie avant les due diligence vous ont-ils permis de réaliser les étapes suivantes? Comprendre les objectifs du vendeur/partenaire Faire une première analyse de la rentabilité de la cible Réaliser une première valorisation de la cible 31 % 33 % Souvent 53 % 42 % 61 % Parfois 44 % Jamais 25 % 3 % 8 % 53 % considèrent que les premiers contacts entre les deux parties de la transaction et l information initiale fournie avant les due diligence permettent principalement d échanger sur les attentes de chacun. A ce stade, les analyses de rentabilité restent approximatives à cause de la qualité médiocre de l information primaire disponible. Ces premiers contacts conduisent parfois à rédiger une lettre d intention et d après nos entretiens avec les responsables M&A, le niveau d engagement de cette lettre dépend beaucoup du degré d information obtenu et n engage généralement que très peu l acheteur. Rédiger une première lettre d'intention 31 % 47 % 22 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % «Nous rédigeons le plus souvent une lettre d intention avant même les due diligence. Nous prenons bien évidemment garde de ne pas beaucoup s engager si l information dont on dispose n est pas satisfaisante.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 23

24 Les principaux éléments critiques relevés par les due diligence lors d une transaction dans les BRIC concernent la rentabilité de la cible et la qualité des prévisions Sur la base de votre expérience, quels sont les principaux éléments révélés par les due diligence lors d une transaction dans les BRIC? Une remise en cause de la rentabilité historique de la cible et le retraitement des comptes historiques La remise en cause du business plan de la cible Souvent 66 % 60 % Parfois 34 % 37 % Jamais 3 % Les principaux éléments critiques relevés par les due diligence lors d une transaction dans les BRIC concernent la rentabilité de la cible (66 %) et la qualité du business plan (60 %) avec tous les aspects classiques tels que l évolution prévue des volumes et des prix mais aussi le séquencement du plan et les coûts de développement. La non-conformité de la cible en matière de réglementation (légale, sociale, environnementale ) Un manque de transparence sur des arrangements informels avec des tiers ou des "related parties" 57 % 57 % 37 % 37 % 6 % 6 % Les entreprises interrogées sont parfois amenées à faire des abattements significatifs sur le business plan. La plupart du temps, les vendeurs surestiment le potentiel de développement de leur entreprise. Des risques fiscaux significatifs 49 % 49 % 2 % Des challenges d'intégration post-acquisition significatifs 32 % 65 % 3 % 0% 20% 40% 60% 80% 100% «Dans ces pays, la remise en cause du business plan de la cible est souvent un élément relevé par les due diligence. Nous sommes parfois amenés à faire des abattements significatifs sur les prévisions préparées par les vendeurs.» 24 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

25 La communication avec les autorités locales est un élément clé pour la réalisation de la transaction Pensez-vous que la communication avec les autorités locales est un élément clé de la transaction? 58 % 42 % 58 % des répondants considèrent que la communication avec les autorités locales est un élément clé pour la réalisation de la transaction. Ainsi en Chine, la communication avec les autorités locales est d autant plus importante lorsqu il s agit d un secteur qui concerne beaucoup d emplois dans le pays (ex : le secteur de l automobile). En Inde, la communication avec les autorités locales est un sujet plutôt régional que national, les différentes régions de l Inde se livrant à une véritable concurrence entre elles. Oui Non «Afin de gérer au mieux les risques liées aux pratiques illégales, nous avons rencontré les autorités fiscales avec le vendeur pour demander un agrément ; le vendeur a versé une soulte pour solde de tout compte ce qui a permis de régulariser la situation auprès des autorités. Nos avocats locaux nous ont conseillé de faire ainsi plutôt que de demander une garantie au vendeur et une mise sous séquestre d une partie du prix.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 25

26 Les relations avec les autorités locales sont gérées par des conseils externes locaux et par les entreprises au travers de leurs équipes locales Comment gérez-vous vos relations avec les autorités locales? Grâce à l'assistance de conseils externes locaux Par vous-même ou avec vos équipes locales OUI 73 % 72 % NON 27 % 28 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % Etes-vous en relation avec les autorités locales tout au long du processus transactionnel? 71 % Près des trois quarts des répondants gèrent leurs relations avec les autorités locales, tant grâce à l assistance de conseils externes locaux qu avec leurs équipes locales. Dans les BRIC, il est nécessaire de maintenir des relations avec les autorités locales tout au long de la transaction. 71 % des répondants soulignent qu une relation régulière avec les autorités locales (et pas seulement pendant la transaction) est essentielle pour que le Groupe soit mieux intégré et accepté dans le pays. Oui 29 % Non «Pendant la transaction, nos relations avec les autorités locales sont le plus souvent gérées par nos avocats mais en dehors de ça, nous assurons cette relation avec les équipes de nos filiales locales. Il est très important de maintenir de bonnes relations avec les autorités locales et pas seulement pendant la transaction.» 26 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

27 47 % des entreprises interrogées conduisent le plus souvent des investigations sur l intégrité des actionnaires Au cours d un projet de transaction dans les BRIC, conduisez-vous de manière générale des investigations sur l intégrité : Souvent Parfois Jamais Des actionnaires 47 % 42 % 11 % Les investigations le plus souvent menées sont celles sur l intégrité des actionnaires (47 %) et du management de la cible (39 %). En Russie, la structure de l actionnariat est souvent compliquée, les acquéreurs mènent souvent des investigations pour apprécier sa composition. Du management 39 % 53 % 8 % En Inde, les investigations sur l actionnariat sont moins systématiques car les interlocuteurs sont souvent les actionnaires eux-mêmes. Des clients 9 % 50 % 41 % En Chine, la situation est encore différente puisque l actionnaire est souvent représenté par les autorités locales. Des fournisseurs 6% 44 % 50 % Certaines entreprises préfèrent limiter leurs investigations sur l intégrité des fournisseurs et des clients mais prennent d autres types de protections, comme des garanties de passif par exemple. 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % «Pratiquer une enquête sur les antécédents des actionnaires et sur les transmissions passées du capital de la société cible est important dans certains pays. Aussi, il fait s assurer que les actions appartiennent bien à la personne avec qui nous négocions. Dans tous les cas, si nous percevons le moindre problème éthique, le deal est immédiatement écarté.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 27

28 Les répondants estiment que dans les BRIC, une transaction sur quatre aboutit Quelle est votre estimation du taux de succès des transactions dans les BRIC (i.e. nombre de transactions conclues / nombre de projets étudiés)? Taux de succès 26 % Le taux de succès moyen des transactions dans les BRIC (i.e. nombre de transactions conclues/ nombre de projets étudiés) apprécié par les participants de notre enquête est de 26 %. Ce taux plutôt satisfaisant s explique principalement par le fait que de nombreuses entreprises françaises investissent dans ces pays au travers de participations au capital d entreprises locales connues de longue date (ex : rapprochement avec un distributeur, sous-traitant, etc.). Par rapport aux pays occidentaux, comment estimez-vous le taux de succès des transactions dans les BRIC? Supérieur 11 % Bien que ce taux de succès soit considéré comme relativement similaire (44 %) à celui des pays occidentaux, la durée du processus d acquisition est souvent plus longue, notamment dans le cas de prise de participation progressive. Similaire Inférieur 36 % 44 % Non répondants 9 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % «Le taux de succès dans ces pays est assez élevé finalement car nous connaissons déjà les acteurs du secteur et souvent nous collaborons déjà ensemble avant même la JV ou l acquisition.» 28 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

29 Le désaccord sur le prix d acquisition est une raison d échec plus fréquente que les différences culturelles entre acheteur et vendeur Sur la base de votre expérience, quelles sont en général les principales raisons d échec des projets de transactions dans les BRIC? Un désaccord sur le prix entre acheteur et vendeur Des incertitudes sur des éléments clés impactant la valeur* La différence culturelle entre acheteur et vendeur Des risques (fiscaux, sociaux ) trop importants Le rôle des autorités et de la législation locale Le crédit des dirigeants/des problèmes éthiques dans la gestion de la cible Des coûts et challenges d'intégration postacquisition trop importants 19 % 12% 6 % Souvent Parfois Jamais 37 % 52 % 51 % 46 % 59 % 70 % 71 % 36 % 54 % 46 % 49 % 18 % 22 % 23 % 2 % 9 % 18 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % (*) : propriété des actifs, rétention des employés, transparence des flux d information avec les sociétés affiliées Les raisons d échec de transactions les plus souvent citées sont liées à des divergences quand à la valorisation : un désaccord entre acheteur et vendeur (52 %) ou des incertitudes sur des éléments clés impactant la valeur (51 %). Ainsi, selon les répondants de l enquête, les attentes des vendeurs en termes de prix sont souvent déraisonnables. Dans la négociation, les vendeurs tentent de survaloriser l accès à un marché dont le potentiel de croissance est significatif. L actionnariat des cibles dans les BRIC étant souvent familial, les différences culturelles apparaissent souvent (46 %) comme une raison d échec. En effet, les acquéreurs qui ne parviennent pas à créer un climat de confiance ou de respect mutuel avec la famille voient souvent leurs transactions échouer. «Un désaccord sur le prix entre le vendeur et l acheteur est souvent une raison d échec de la transaction. Mais le prix n est ni plus ni moins qu une question de point de vue. Nos interlocuteurs dans les BRIC vont accorder une grande valeur à des choses que vous ne soupçonnez même pas. En Chine par exemple, ils accordent beaucoup d importance à ce que le Parti Communiste soit représenté dans l entreprise. Ils sont tous très nationalistes. Il ne faut pas négliger ce point lors de la transaction.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 29

30 Les principaux défis à relever post-acquisition

31 Les différences culturelles apparaissent comme un frein majeur à la phase d intégration Quels sont les principaux challenges d intégration post-acquisition dans les BRIC? 9 % La compréhension réciproque des 59 % 32 % différences culturelles La préservation de la clientèle Le respect des normes éthiques dans les pratiques commerciales et d'achat Le changement de la politique RH et le maintien des personnes clés La formation du personnel et le changement des méthodes de travail Le respect de la législation industrielle et environnementale 18 % 40 % 40 % 37 % 29 % Souvent Parfois Jamais 59 % 51 % 43 % 49 % 49 % 17 % 11 % 14 % 20 % 23 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % La phase d intégration révèle que pour 59 % des répondants la compréhension réciproque des différences culturelles est considérée comme un des principaux challenges d intégration post-acquisition. La préservation de la clientèle (40 %) apparait comme un challenge important post-acquisition. Un élément clé consiste à intégrer dans la conception des produits, les demandes spécifiques du marché local. Le maintien des personnes clés fait partie des challenges d intégration : d après les répondants, il faut savoir être innovant pour mettre en place des plans de rétention efficaces. «Notre acquisition au Brésil était gérée par des managers américains depuis les USA. Ceci s est traduit par un démarrage lent et difficile. L arrivée d un manager brésilien, comprenant les différences culturelles a clairement facilité l intégration.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 31

32 La rétention du top management est la principale difficulté liée aux ressources humaines rencontrée post-acquisition Quelles sont les principales difficultés liées aux ressources humaines rencontrées post-acquisition? La rétention du top management 31 % 60 % 9 % L'équilibre entre la prise de contrôle et la délégation de pouvoir au management en place L'obstacle de la langue dans la communication La rétention de la force de vente malgré le changement des pratiques commerciales Souvent Parfois Jamais 29 % 23 % 21 % 57 % 49 % 63 % 20 % 30 % 8 % 100% 100% Les entreprises qui ont rencontré des difficultés liées à la rétention du top management (31 %) considèrent avec du recul qu elles ont probablement eu tendance à imposer leurs idées sans suffisamment se préoccuper de savoir si la cible y adhérait. Le processus d intégration et les méthodologies propres à la grande entreprise doivent être clairement définis en amont de l intégration pour être acceptés par la cible. De plus, la cible ne doit pas subir le processus d intégration mais y apporter le plus rapidement possible sa contribution. La gestion des attentes en matière d'augmentation de salaires et autres avantages La restructuration de la cible en termes d'effectifs La mise en place d'une politique de rémunération basée sur la performance 15 % 52 % 33 % 9 % 55 % 36 % 6 % 56 % 38 % 0 % 20 % 40 % 60% 80 % La deuxième difficulté liée à l organisation des ressources humaines est l équilibre entre prise de contrôle et délégation de pouvoir au management en place (29 % répondent souvent), traduisant la difficulté de mettre en place des structures de gouvernance. «Etre majoritaire au capital ne suffit pas ; il est également indispensable de prendre le pouvoir en pratique en plaçant très rapidement et au plus haut niveau de l équipe de direction des hommes dont la fidélité vous soit garantie.» 32 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

33 Dans le cadre de la prise de contrôle de la cible, la majorité des répondants cherchent à placer des cadres de leur groupe aux postes de CEO et CFO Dans le cadre de la prise de contrôle de la cible, cherchez vous à placer des cadres de votre groupe : (Plusieurs réponses possibles) Vous cherchez à conserver un management local et à ne pas envoyer d'expatriés 47 % 61 % des répondants placent des cadres de leur groupe aux postes de CEO et CFO, en ayant soin pour les investissements industriels, de placer un directeur d usine afin de garantir la qualité de la production. D après les répondants de notre étude, les autres postes se négocient souvent au cas par cas : Aux postes de CEO et CFO A tous les postes clés du management 22 % 61 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % - Le directeur des ressources humaines et le responsable commercial seront le plus souvent des responsables locaux. - Le responsable qualité pourra aussi bien être un cadre local qu un cadre du groupe acquéreur, suivant l importance des enjeux au moment de la transaction. - Les achats représentent une fonction très sensible pour laquelle les entreprises souhaitent souvent aussi placer des cadres de leur groupe. «Dans les BRIC, la première chose à mettre en place c est un directeur d usine. Ensuite, il faut mettre en place un contrôleur pour garantir que les comptes soient sous contrôle.» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 33

34 Les difficultés d intégration dans les BRIC sont supérieures à celles rencontrées dans les pays occidentaux mais de manière globale, le retour sur investissement est conforme voire supérieur aux attentes Par rapport aux pays occidentaux, les difficultés d intégration post-acquisition dans les BRIC sont : Jugez-vous, de manière globale, le retour sur investissement des transactions que vous avez réalisées dans les BRIC : Supérieures 53 % Supérieur aux attentes à court ou moyen terme 3 % Similaires 36 % Supérieur aux attentes sur le long terme 28 % Conforme aux attentes 47 % Inférieures 6 % Inférieur aux attentes 6 % Non répondants 5 % Non répondants 16 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 34 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

35 Acquisitions et partenariats dans les BRIC 35

36 L évolution récente de l environnement des transactions dans les BRIC

37 L environnement des transactions dans les BRIC ne semble pas avoir beaucoup évolué récemment Lors de vos récents projets dans les BRIC vous avez constaté : Peu ou pas de changement avec vos expériences précédentes La spécialisation des conseils en transaction locaux L'amélioration de l'environnement général des affaires (qualité de l'information, mise en place et respect de la législation ) OUI 63 % 56 % 50 % NON 37 % 44 % 50 % Les transactions dans les pays des BRIC attirent beaucoup d entreprises françaises mais l environnement des transactions ne semble pas évoluer rapidement. En effet, 63 % des répondants estiment qu il y a peu ou pas de changement au regard de leurs expériences précédentes. De plus, 56 % des répondants estiment que l expérience des autorités locales en matière de transactions ne s est pas améliorée. Une expérience accrue des autorités locales en matière de transactions Un renforcement de l'environnement concurrentiel sur les transactions qui se traduit par une hausse des exigences du vendeur 44 % 42 % 56 % 58 % Pour une majorité de répondants (61 %), les opportunités de transactions dans les pays des BRIC font défaut. Lorsqu une opportunité existe, l environnement est assez concurrentiel et se traduit par une hausse des exigences du vendeur. Une augmentation des opportunités de transaction 39 % 61 % Un développement des prises de participation croisées 12 % 88 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % «C est en Chine que l environnement des transactions évolue. Ils comprennent que le montant de la transaction n est pas tout. Ils ont compris l importance des garanties financières, des garanties d emplois, des ajustements de prix, etc. Et il y a des data room en Chine aujourd hui, ça n existait pas il y a 5 ans!» Acquisitions et partenariats dans les BRIC 37

38 La majorité des entreprises n ont pas fait évoluer leur organisation au regard de leurs expériences M&A dans les BRIC Vos expériences de transactions dans les BRIC ont-elles conduit votre organisation à évoluer sur les points suivants : Vous n'avez pas changé votre organisation interne L'adaptation de vos processus de décision d'investissement aux spécificités des BRIC Le recours à des conseils ou comités stratégiques externes Le recrutement de cadres familiers des transactions dans ces pays et ayant une expérience internationale Le développement de cellules de contrôle des risques spécialisées dans ce type de projet Le recrutement de responsables M&A dédiés aux projets dans les BRIC 18 % 17 % 32 % 40 % 38 % OUI 62 % 82 % 83 % 60 % 62 % 68 % NON 38 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 62 % des entreprises interrogées soulignent que leurs expériences de transactions dans les BRIC ne les ont pas conduites à changer leur organisation en interne. Par exemple : - 60 % des répondants estiment que leur processus de décision d investissement n est pas adapté aux spécificités des BRIC. - La majorité des répondants (68%) n ont pas recruté de cadres familiers des transactions dans ces pays et 83% n ont pas recruté de responsables M&A dédiés aux projets dans les BRIC. «Étant donné le nombre croissant de dossiers et nos expériences passées, nous avons changé notre processus interne d évaluation : nous avons un groupe dédié aux projets dans les BRIC au niveau Corporate avec lequel nous avons un débat avant d initier la moindre investigation sur une cible.» 38 Acquisitions et partenariats dans les BRIC

39 Acquisitions et partenariats dans les BRIC 39

40 Remerciements

41 Accor Air Liquide Alstom Arc International Arkema BNP Paribas Bureau Veritas Mersen (ex Carbone Lorraine) Danone EDF Eramet Essilor International Faurecia FCI Imerys JC Decaux Legrand L Oréal Onduline Peugeot Publipost Renault Rexel Roquette Safran Saint-Gobain Sanofi-aventis Schneider Electric Seb Société Générale Sodexo Sperian Protection Technip Thales Valeo Vallourec Veolia Vivendi Zodiac Acquisitions et partenariats dans les BRIC 41

42 A propos de PricewaterhouseCoopers et de l ARFA

43 A propos de PricewaterhouseCoopers PricewaterhouseCoopers («PwC») réalise en France des missions d audit, d expertise comptable et de conseil pour des entreprises de toutes tailles, publiques et privées, privilégiant des approches sectorielles et assurant confiance et valeur ajoutée pour ses clients et l ensemble des parties prenantes. PwC et Landwell & Associés, cabinet d avocats correspondant de PwC, rassemblent en France 3800 personnes dans 24 bureaux. PwC fait référence au réseau PricewaterhouseCoopers, constitué d entités légalement autonomes et indépendantes, membres de PricewaterhouseCoopers International Limited. Dans le monde, plus de personnes travaillent en réseau dans 151 pays, partageant points de vue, expériences et solutions pour proposer des perspectives innovantes et des conseils adaptés à chaque problématique. PwC a réalisé un chiffre d affaires mondial de 26,2 milliards de dollars (au 30 juin 2009). En France, PwC a totalisé 628 millions d euros de revenus pour l exercice clos le 30 juin A propos de l ARFA Créée en 2003, l ARFA regroupe les responsables qui exercent une fonction dans le domaine des Fusions-Acquisitions en entreprise. L Association propose notamment de : permettre des échanges entre responsables Fusions- Acquisitions d entreprises en toute indépendance vis-à-vis des intermédiaires (consultants, transaction services, banques d affaires) ; les échanges portant essentiellement sur les bonnes pratiques et les organisations, réaliser ou superviser pour le compte des membres des études ou des enquêtes sur certains aspects des Fusions-Acquisitions, faciliter les mouvements de personnes entre entreprises au sein de la fonction, participer à la réflexion sur les aspects réglementaires dans le but de faciliter les opérations, échanger des indicateurs d activité sur la base des éléments fournis par les membres de l Association et dont la diffusion serait strictement limitée aux membres, établir des contacts avec des associations équivalentes dans d autres pays, établir des échanges avec le milieu universitaire. Elle compte aujourd hui une cinquantaine de membres issus de grands groupes français et étrangers. Deux tiers des entreprises du CAC 40 y sont représentées. Acquisitions et partenariats dans les BRIC 43

44 «Les informations contenues dans cette publication ne peuvent en aucun cas être assimilées à des prestations de services ou de conseil rendues par leurs auteurs ou éditeurs. Aussi, elles ne peuvent être utilisées comme un substitut à une consultation rendue par une personne professionnellement compétente. Cette publication est la propriété de PricewaterhouseCoopers. Toute reproduction et /ou diffusion, en tout ou partie, par quelque moyen que ce soit est interdite sans autorisation préalable. PricewaterhouseCoopers Advisory Avril Tous droits réservés».

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Réussir vos projets de développement en Turquie

Réussir vos projets de développement en Turquie www.pwc.fr/turkey-business-group1 Réussir vos projets de développement en Turquie Turkey Business Group Partenaires de votre réussite sur le marché turc Turkey Business Group La Turquie reste une destination

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Réussir vos projets de développement en Inde

Réussir vos projets de développement en Inde www.pwc.fr/india_business_group Réussir vos projets de développement en Inde India Business Group Partenaires de votre réussite sur le marché indien India Business Group L Inde, un pays devenu incontournable

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59 Communiqué de presse Contact : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs Carrières ENQUÊTE - Contrôleurs de gestion : une rémunération à géométrie variable Le baromètre des fonctions financières DFCG - Michael Page - Option Finance Combien d années d ancienneté avez-vous dans

Plus en détail

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Il n y a rien dans le monde qui n ait son moment décisif, et le chef-d oeuvre de la bonne conduite est de connaître

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise.

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise. EXPERTISE EXPERTISE COMPTABLE Libérer de la Gestion Quotidienne, Développer la Stratégie d Entreprise. De l'audit au conseil et à la mise en place de missions d'expertise comptable, S&A vous apporte une

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires M. Matthieu Cassone I. Tour d horizon i. Une Boutique M&A c est quoi? a. Des Experts en quoi? b. Quel est leur modèle économique? II. Méthodologie

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Sommaire 1. Etre prêt pour l aventure 2. Créer ou reprendre? 3. Identifier la cible 4. Structurer votre projet d entreprise 5. Planifier votre

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Environnement juridique des affaires en Chine et évolutions récentes. Matthieu Bonnici Avocat

Environnement juridique des affaires en Chine et évolutions récentes. Matthieu Bonnici Avocat Environnement juridique des affaires en Chine et évolutions récentes Matthieu Bonnici Avocat 3 décembre 2008 Les investissements en Chine en quelques questions Est-il trop tard pour investir en Chine?

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

transition for success management

transition for success management transition management Manager de transition est un métier qui ne s improvise pas. Les conditions qui garantissent le succès du changement sont multiples et complexes. Fontenay Managers a contribué à développer

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015 PRESENTATION GENERALE Juin 2015 Table des matières 1. UN CONSEIL DEDIE POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOS OPERATIONS DE HAUT DE BILAN 2. LES DIFFERENTES PRESTATIONS DE SERVICE 3. LES ACCREDITATIONS DE MJE

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 41 ème édition Novembre 2014 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation»

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation» Résultats de l enquête Atlant-Kis «Innovation et services à l innovation» Le diagnostic du projet Atlant Kis Méthodologie proposée par la Navarre, coordinateur du projet Adaptable aux contextes régionaux

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 17 ème édition mai 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents

Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents Spécialisés dans le placement de candidat(e)s expérimenté(e)s pour tous les métiers de la banque et de l assurance,

Plus en détail

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 CONSEILS JURIDIQUES Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 Olivier Dunant Avocat, LL.M. Responsable du département juridique olivier.dunant@eycom.ch Tel. +41 58 286

Plus en détail

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Présentation presse Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Le pourquoi de l étude Contexte Un marché du conseil en profonde mutation Une décroissance du chiffre d affaire en 2002 et

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons.

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Le progrès implique toujours des risques Frederick B. Wilcox Qu est-ce qui vous empêche de dormir? La peur de ne pas être payé? L accès au financement

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET Cabinet de conseil sur les opérations de cession, acquisition et levée de fonds 14, rue Marignan 75008 Paris - Tel: +33 1 42 96 58 41 - Fax: +33 1 46 22 51 27 - E-mail: info@2acapital.com

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement Petit déjeuner débat : L expert-comptable : acteur du capital investissement Organisé par : le Conseil Régional de l Ordre des Expert Comptables de Casablanca et des Régions du Centre, Tensift et Sud,

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment Votre Capital Humain Votre première richesse Conseil Coaching Formation Assessment Créé en 2009, le Cabinet Ellitis propose son accompagnement aux organisations publiques et privées, dans les domaines

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Robert Half Banque & Assurance : le partenaire de vos recrutements

Robert Half Banque & Assurance : le partenaire de vos recrutements Robert Half Banque & Assurance : le partenaire de vos recrutements Spécialisés dans le placement de candidat(e)s expérimenté(e)s pour tous les métiers de la banque et de l assurance, nous sommes depuis

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com Rsa Corporate Finance Visitez notre site web www.groupe-rsa.com La puissance d un réseau mondial doté d une forte implantation nationale Le Groupe Rsa, membre du du 9 ème réseau mondial Crowe Horwath International

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Paris, le 20 novembre 2014 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au sein du Groupe BPCE, présente les résultats de son 41

Plus en détail

Pôle les Missions de Demain. Développer les missions

Pôle les Missions de Demain. Développer les missions Pôle les Missions de Demain Développer les missions dans les E.T.I. Serge Yablonsky Expert comptable Mailys Ferrere Directeur d investissement FSI Olivier Picquet Directeur général Lise Charmel Annabelle

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application NB : Le schéma ci-après présente de manière synthétique la répartition des activités par type de prestation

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances

Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances pour Les salariés et le changement : conduite, adhésion, résistances Juin 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A La perception globale du changement B Le vécu du changement au

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011 Baromètre Generali CSA LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE Synthèse n 1100079 Avril 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

PRESENTATION DE LA SOCIETE

PRESENTATION DE LA SOCIETE PRESENTATION DE LA SOCIETE Cabinet de conseil sur les opérations de cession, acquisition et levée de fonds 14, rue Marignan 75008 Paris - Tel: +33 1 42 96 58 41 - Fax: +33 1 46 22 51 27 - E-mail: info@2acapital.com

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

Synthèse de notre offre. Page 1

Synthèse de notre offre. Page 1 Synthèse de notre offre Page 1 Notre cabinet Nous vous accompagnons sur plusieurs thématiques 99 Advisory conseille les équipes dirigeantes du monde financier dans leurs prises de décisions et dans la

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

effigest UN OEIL EXPERT SUR VOTRE ENTREPRISE Cabinet d expertise comptable Fiscalité et Gestion de Patrimoine Paie Social Expertise Comptable

effigest UN OEIL EXPERT SUR VOTRE ENTREPRISE Cabinet d expertise comptable Fiscalité et Gestion de Patrimoine Paie Social Expertise Comptable Fiscalité et Gestion de Patrimoine Paie Social Expertise Comptable Commissariat aux Comptes UN OEIL EXPERT SUR VOTRE ENTREPRISE Dans un environnement économique et législatif en constante évolution, votre

Plus en détail

Vous êtes actionnaires? objectif. CAsh. Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements

Vous êtes actionnaires? objectif. CAsh. Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements Vous êtes actionnaires? Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements Vous êtes actionnaires? Vous avez investi dans une entreprise et vous vous posez 4 questions essentielles

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

Robert Half Technologie : Le partenaire de vos recrutements

Robert Half Technologie : Le partenaire de vos recrutements Robert Half Technologie : Le partenaire de vos recrutements Fondé en 1948, Robert Half International est le leader mondial du recrutement spécialisé. Nous possédons l expérience et les contacts nécessaires

Plus en détail

CHIFFRES CLES 1- CLIENTS. Typologie des Entreprises Clientes 1. Grands Groupes Internationaux 58% 2. Fonds d Investissements 38% 3.

CHIFFRES CLES 1- CLIENTS. Typologie des Entreprises Clientes 1. Grands Groupes Internationaux 58% 2. Fonds d Investissements 38% 3. CHIFFRES CLES 1- CLIENTS Typologie des Entreprises Clientes 1. Grands Groupes Internationaux 58% 2. Fonds d Investissements 38% 3. PME / PMI 04% Taille des Entreprises ou des Business Units 1. CA < 30

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Recherche de financements publics

Recherche de financements publics Recherche de financements publics Sommaire Des experts au service des entreprises Les associés...3 Primo Finance : spécialisée dans la recherche de subventions...4 Un service innovant au coeur des préoccupations

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Ou de la nécessitéde structurer sa communication pour répondre aux attentes de son banquier. Présentation AIBT du 9 Novembre

Plus en détail

20123 Milan Via Gonzaga 7 Tél. : + 39 02 80 54 649 Fax : + 39 02 80 54 679

20123 Milan Via Gonzaga 7 Tél. : + 39 02 80 54 649 Fax : + 39 02 80 54 679 ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES SUR LE MARCHE ITALIEN 75017 Paris 121, avenue de Villiers Tél. : + 33 (0)1 53 93 93 00 Fax : + 33 (0)1 45 63 20 06 20123 Milan Via Gonzaga 7 Tél. : + 39 02 80 54 649 Fax

Plus en détail