Sociologie de l habitat en France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sociologie de l habitat en France"

Transcription

1 Sociologie de l habitat en France François MADORE Séminaire LEROY MERLIN NANTES 13 janvier 2005

2 L objectif de la conférence est de montrer comment, au delà de quelques évolutions générales qui remodèlent la façon d habiter, ce qui se traduit entre autres par une exigence accrue de confort et de surface au sein des résidences principales, la sociologie de l habitat en France est commandée par deux grandes tendances : La première, qui s est épanouie au cours de la seconde moitié du XX e siècle, est marquée par le développement d un modèle résidentiel promotionnel ou ascendant, fondé sur l accession à la propriété, plus particulièrement en maison individuelle. La seconde est caractérisée par un mouvement de diversification des structures sociodémographiques depuis les années soixante, ce qui se traduit par une demande accrue pour le logement locatif, l habitat collectif et une localisation urbaine centrale ou péricentrale. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 2

3 NOTE MÉTHODOLOGIQUE Cette note méthodologique précise à la fois les sources utilisées et les principaux termes techniques employés au cours de cette conférence. Lorsque un terme défini dans cet encadré apparaît pour la première fois dans le texte, il est repéré à l aide d un *. Toutes les définitions données sont celles retenues par l Insee. Les sources Les données utilisées sont, pour l essentiel, issues de l Insee, en particulier de l enquête logement. Celle ci est réalisée tous les quatre à cinq ans depuis Elle est considérée comme le socle du dispositif statistique sur le logement en France. La dernière enquête date de 2002 (L échantillon porte sur logements), les sept précédentes datant de 1970, 1973, 1978, 1984, 1988, 1992 et Les autres sources utilisées en provenance de l Insee sont le recensement de la population, l état civil et l enquête emploi. Les principales définitions portant sur le logement Logement : local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Logement individuel ou maison individuelle : construction qui ne comprend qu un logement. Logement collectif ou appartement : construction qui comprend au moins deux logements. Logement neuf : logement achevé au cours des quatre années civiles précédent l enquête logement de l Insee. Pour l enquête 2002, sont donc considérés comme neufs les logements achevés au cours des années 1988 à 2001 inclus. Logement ancien : logement achevé depuis plus de quatre ans par rapport à la date de l enquête logement de l Insee. Pour l enquête 2002, sont donc considérés comme anciens les logements achevés avant Résidence principale : logement occupé de façon permanente et à titre principal par le ménage. Il y a ainsi une identité entre le nombre de résidences principales et le nombre de ménages. Accédant : ménage propriétaire de sa résidence principale à qui il reste, à la date de l enquête logement de l Insee, des prêts relatifs à l acquisition de ce logement à rembourser. Non accédants : ménage propriétaire de sa résidence principale qui n a pas, à la date de l enquête logement de l Insee, des prêts relatifs à l acquisition de ce logement à rembourser. Acquéreur récent : ménage ayant acheté sa résidence principale au cours des quatre années civiles précédent l enquête logement de l Insee. Pour l enquête 2002, sont donc considérés comme acquéreurs récents les ménages ayant acquis leur logement au cours des années 1988 à 2001 inclus. Les principales définitions portant sur les ménages Ménage : au sens statistique, un ménage est défini comme l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Le nombre de ménages est alors équivalent à celui des résidences principales. Un ménage peut ne comprendre qu une seule personne. Ne font pas partie des ménages les personnes vivant dans des habitations mobiles (y compris les mariniers et les sans abri) et la population des communautés (foyers de travailleurs, maisons de retraite, résidences universitaires, maisons de détention...). Couple : ménage constitué de deux personnes de sexe différent, cohabitant dans un même logement, mariées ou non. Famille : partie d un ménage comprenant au moins deux personnes et constitué soit d un couple avec ou sans enfants, soit d un adulte avec un ou plusieurs enfants. Dans une famille, l enfant doit être célibataire (lui même sans enfant). Famille monoparentale : ménage comprenant un parent isolé et un ou plusieurs enfants célibataires (n ayant pas d enfant), quel que soit l âge du ou des enfants (avant 1990, seuls les enfants âgés de moins de 25 ans étaient comptabilisés). Les principales définitions portant sur les zonages statistiques Unité urbaine : agglomération de population définie comme un ensemble d habitations comprenant au moins habitants et où aucune habitation ne doit être séparée de la plus proche de plus de 200 mètres. Aire urbaine : ensemble de communes d un seul tenant et sans enclave, constitué d un pôle urbain et d une couronne périurbaine. Pôle urbain : unité urbaine offrant au moins emplois et qui n est pas située dans la couronne périurbaine d un autre pôle urbain. Couronne périurbaine : ensemble de communes rurales ou d unités urbaines dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui ci. Communes périurbaines : ensemble comprenant les couronnes périurbaines et les communes multipolarisées. Communes multipolarisées : ensemble comprenant les communes rurales et les unités urbaines situées hors des aires urbaines, dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule d entre elles, et qui forment avec elles un ensemble d un seul tenant. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 3

4 Introduction : une exigence accrue de confort et de surface La proportion du parc de résidences principales* disposant de tout le confort, c est à dire possédant à la fois un WC intérieur, une douche ou baignoire et un chauffage central selon la définition retenue par l Insee, s est considérablement accrue en France au cours des trois dernières décennies du XX e siècle, passant d un tiers seulement en 1970 aux neuf dixièmes en En réalité, c est souvent le troisième élément (le chauffage central) qui est absent, car l enquête logement de 2002 montre qu une proportion désormais infime (2,5 %) des résidences principales est dépourvue du minimum de confort sanitaire, c est à dire de WC intérieurs et d au moins une douche ou une baignoire. Cette banalisation du confort s explique doublement : d une part, c est le minimum exigé depuis plusieurs décennies pour toutes les constructions ; d autre part, un gros effort de réhabilitation voire de rénovation a été réalisé pour généraliser ce confort. Or, la notion de confort est beaucoup plus large, car si l on veut apprécier la qualité intrinsèque d un logement*, on doit prendre en compte bien d autres indicateurs, comme l isolation phonique, thermique ou encore la disposition et l orientation des pièces. Ainsi, l enquête logement de 2002 montre que désormais le bruit est, en termes de perception de la qualité de l habitat, la source majeure d insatisfaction des Français. Un ménage* sur trois se plaint du bruit le jour et un sur cinq la nuit. La source de bruit la plus souvent incriminée est liée à la circulation, mais les habitants des collectifs* font aussi souvent référence au bruit en provenance des logements voisins et des parties communes de l immeuble. De fait, la proportion de ménages se plaignant du bruit est approximativement le double parmi ceux qui résident en logement collectif. Parallèlement à cette progression du confort des résidences principales, leur taille moyenne, appréciée à partir de la surface habitable, a beaucoup progressé ces trois décennies en France, passant de 68 m2 en 1970 à 90 m2 en Or, comme dans le même temps, la taille moyenne des ménages a diminué de 3,1 personnes à 2,4, la surface moyenne par personne a nettement progressé, de 22 m2 à 37 m2 : chaque individu du ménage a donc gagné 15 m2 d espace habitable en trente ans. Bien évidemment, cette moyenne cache une profonde disparité entre les maisons individuelles*, nettement plus spacieuses, et les appartements* : 108 m2 et 4,8 pièces en moyenne pour les premières, contre 65 m2 et 3 pièces pour les seconds en De ce fait, la surface moyenne par personne est de 41 m2 pour les maisons individuelles, contre 31 m2 pour les appartements. Aussi, l augmentation de la taille des résidences principales depuis 1970 s explique pour partie par la progression de la maison individuelle dans le parc de logements : en 2002, 57 % des résidences principales sont des maisons, contre 49 % en François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 4

5 L accession à la propriété ou le concept de modèle résidentiel promotionnel 1. Le développement de la propriété d occupation du logement Plus d un ménage sur deux est désormais pr opriétaire de sa résidence principale Le taux de propriétaires occupants a progressé en France des années cinquante à la décennie quatre vingt, passant de 35 % en 1955 à 45 % en 1970 et 54 % en Puis, pendant une décennie environ, ce taux a stagné à 54 % ( ), avant d augmenter de nouveau entre , puisque 56 % des ménages sont propriétaires en 2002 de leur résidence principale. Depuis 1970, si le taux de propriétaires occupants a gagné onze points (45 % à 56 %), la proportion de locataires d un local loué vide n a reculé que de deux points seulement (40 % à 38 %). De fait, c est surtout la part de ménages ayant un autre statut qui a fortement régressé, perdant neuf points (15 % à 6 %). Les logés gratuitement ne représentent désormais plus que 4 % du total, contre 11 % en 1970, et les «autres» 2 % contre 4 %. Des conditions d accession transfor mées par l essor du crédit immobilier et les politiques de solvabilisation Si l accession à la propriété a connu un tel essor ces cinquante dernières années en France, c est pour partie le résultat des transformations des conditions de l offre de financement. Deux faits méritent d être soulignés. D une part, le développement de la propriété d occupation de la résidence principale en France n a été rendu possible que grâce à l essor du crédit immobilier. Ce recours à l emprunt a complètement modifié à la fois les modalités et le calendrier d acquisition du logement : l héritage est en très net recul et l âge auquel la moitié de la génération devient propriétaire a fortement diminué, passant de 56 ans pour la génération 1908 à 34 ans pour la génération 1952, soit un abaissement de 22 ans (Laferrère, 1999). D autre part, le développement important de la propriété d occupation de la résidence principale en France a été encouragé par la mise en place de politiques publiques de solvabilisation de la demande, dont les deux figures emblématiques ont été l instauration en 1977 du Prêt aidé à l accession à la propriété (PAP) couplé à l Aide personnalisée au logement (APL), puis la mise en place le 1 er octobre 1995 du Prêt à taux zéro (PTZ). De 1977 à 1995, environ 1,5 million de ménages ont pu accéder à la propriété grâce à un prêt PAP et environ ménages ont bénéficié à ce jour d un prêt à taux zéro. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 5

6 2. La démarche d accession des ménages : une réalité aux multiples facettes Accession à la pr opriété, cycle de vie et cycle matrimonial : plutôt un choix de couple marié avec enfant(s) En première instance, toutes les études montrent que le désir d accession à la propriété est fortement corrélé au cycle familial des ménages, par un processus conjoint d adaptation de la taille du logement et de la famille*. En clair, l accession traduit le souhait de posséder un plus grand logement, que l on trouve essentiellement sur le marché de l accession, lorsque la famille s agrandit. Ainsi, le passage du statut de locataire à celui de propriétaire est plus souvent un projet de couple* que de personne seule, et de couple avec enfant(s) que sans enfant : Selon l enquête logement de 2002, les couples sont majoritairement propriétaires de leur résidence principale, à hauteur de 70 % pour les couples sans enfant et de 62 % pour les couples avec enfant(s). Les premiers, étant plus âgés que les seconds, sont essentiellement des non accédants, tandis que les couples avec enfant(s) sont surtout accédants. À l inverse, seule une minorité de personnes seules et de familles monoparentales* est propriétaire de sa résidence principale, à hauteur des quatre dixièmes pour les premières et du tiers pour les secondes. Par ailleurs, l accession est corrélée également au cycle matrimonial des ménages, le développement de la propriété d occupation du logement renvoyant à un type de ménage dominant, celui du couple marié avec enfant(s). Cette double influence du cycle familial et matrimonial se lit très bien lorsque l on observe le statut d occupation des couples âgés de 30 à 39 ans en France (enquête logement 1996) : la proportion de propriétaires double entre les couples composés de deux célibataires et sans enfant (30 %) et les couples mariés avec enfant(s) (58 %). Accession à la pr opriété et amélioration du statut sociopr ofessionnel En second lieu, cette volonté d accéder à la propriété s inscrit dans un contexte d amélioration générale du niveau de vie des ménages. Ainsi, la progression beaucoup plus rapide, depuis les années soixante, des catégories moyennes et supérieures que des couches modestes au sein de la société française a été un puissant vecteur de développement de la propriété d occupation du logement : En 1962, les catégories modestes (employés et ouvriers) étaient 2,3 fois plus nombreuses que les catégories moyennes et supérieures (artisans, commerçants, chefs d entreprise, cadres et professions intellectuelles supérieures, professions intermédiaires), avec respectivement 11,1 millions contre 4,9. Or, en 1999, ce rapport n est plus que de 1,4 (14,9 millions contre 10,7), car la progression des secondes a été 3,5 fois plus rapide : % contre + 34 %. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 6

7 Certes, la part des employés et des ouvriers dans la population active française est relativement stable (58 % des actifs en 1962 et encore 57 % en 1999), l évolution divergente des ouvriers (en baisse) et des employés (en hausse) se compensant. Mais, dans le même temps, la proportion de catégories moyennes et supérieures a fortement augmenté, passant de 27 % à 41 %, l amenuisement des agriculteurs exploitants ayant profité exclusivement à ces catégories. Cette progression plus rapide des catégories moyennes et supérieures que des couches modestes au sein de la société française, combinée au développement important de l activité féminine et donc des couples biactifs (le taux d activité féminine des ans est passé de 45 % en 1962 à 74 % en 1999), a accru considérablement la capacité d autonomie économique des ménages, donc leur possibilité d épargne et d investissement. Or, l enquête logement de l Insee montre bien que le revenu joue un rôle discriminant dans l accès à la propriété, le taux de propriétaire occupant augmentant régulièrement avec le niveau de vie du ménage. En 2002, il passe de 29 % pour les ménages qui appartiennent au premier décile, c est à dire pour les 10 % de ménages dont le revenu annuel total par unité de consommation est le plus faible, à 75 % pour les ménages appartenant au dernier décile. Les ménages ont donc développé des trajectoires résidentielles ascendantes en faisant correspondre à l amélioration de leur statut socioprofessionnel une forme d habitat plus valorisée. Ce parcours résidentiel dit ascendant renvoie au statut valorisant, tant socialement que symboliquement, de la propriété d occupation d un logement. Autres dimensions de l accession : forte prédisposition des non salariés à accéder et lignées familiales de propriétaires Même si le schéma résidentiel promotionnel est fortement lié au statut social, plusieurs études mettent néanmoins en garde contre un raisonnement strictement économique. Yvonne Bernard (1995) souligne combien «il serait regrettable de se limiter à traiter l acquisition d un logement en termes de marché relié à des intérêts financiers. Les facteurs psychologiques interviennent pour une part importante dans les motivations des propriétaires occupants. Devenir propriétaire signifie d abord stabilité et sécurité [ ] Le désir de propriété est également associé au besoin de perpétuation». Deux exemples font ressortir quelques unes des caractéristiques du statut d occupation du logement non directement corrélées au niveau de vie des ménages. D une part, les non salariés semblent fortement attachés à la propriété d occupation de la résidence principale. En 2002, deux catégories socioprofessionnelles se distinguent par l importance de la proportion de propriétaire occupant : les agriculteurs, à hauteur des trois quarts (77 %), et les artisans, commerçants, chefs d entreprise et professions libérales, à hauteur d un peu plus des deux tiers (69 %). Ainsi, la possession de l outil de travail ou l indépendance dans l exercice de la profession semble aller de pair avec une forte volonté d être propriétaire de sa résidence principale. Cette association révèle sans doute une sorte de prédisposition socioculturelle à accumuler un patrimoine, gage de sécurité pour des populations dont le revenu n est jamais garanti, et la retraite encore moins. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 7

8 D autre part, la reproduction intergénérationnelle semble avoir une certaine influence sur le statut d occupation de la résidence principale. Paul Cuturello (1990) l a bien montré, en étudiant une génération (les 39 ans) de propriétaires et de locataires de la région Provence Alpes Côtes d Azur. Ainsi, «quand on est fils ou fille de parents propriétaires, on a deux chances sur trois d être soi même propriétaire de sa résidence principale», alors que «quand on est fils ou fille de locataire on a une chance sur deux d être soi même locataire». Par ailleurs, en tenant compte des effets d alliance au sein du couple, l héritage familial perdure, révélant ainsi la concentration des alliances «entre soi» des familles de propriétaires. Les ménages ont donc tendance à reproduire leur statut résidentiel d origine et en particulier le statut de propriétaire, indépendamment de leur niveau de vie. 3. L accession à la propriété : plutôt une maison individuelle, de plus en plus souvent ancienne Le rêve de l accession à la pr opriété en maison individuelle Pour les Français, l accession à la propriété s envisage essentiellement dans le cadre d une maison. Ainsi, entre inclus, parmi les acquéreurs récents* de leur résidence principale, c est à dire les ménages ayant acheté leur résidence au cours des quatre années civiles précédent l enquête, la proportion d acquéreurs en maison individuelle s élève aux trois quarts (73 % exactement), alors que ce type d habitat ne représente que 57 % du total des résidences principales en Sans surprise, tous les sondages réalisés en France depuis plusieurs décennies montrent invariablement la préférence des Français pour la maison individuelle en accession. L un des derniers en date, réalisé par le Centre de recherche pour l étude et l observation des conditions de vie (Credoc) pour le compte de l Union nationale des constructeurs de maisons individuelles (Uncmi) en 2004, auprès de personnes, souligne cette double préférence des Français pour le pavillon et l accession : 82 % des personnes interrogées souhaitent résider dans une maison et les trois quarts considèrent que la propriété d occupation d un pavillon est la solution idéale en matière de logement. Les ménages mettent en avant les avantages suivants pour justifier ce plébiscite en faveur de la maison individuelle : un logement «sur mesure», «idéal pour les familles avec des enfants» et offrant un «environnement maîtrisé», c est à dire limitant les problèmes de bruit et les conflits de voisinage. En clair, ces arguments sont les mêmes que ceux qui avaient été mis en évidence par les travaux conduits par l équipe de sociologues (Raymond et al., ; Haumont, ) qui, au milieu des années soixante, a montré que l engouement des Français pour le pavillonnaire tenait principalement à sa grande «plasticité» par rapport au collectif, ce qui permet de réaliser des «logements adaptés aux besoins profonds des habitants». François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 8

9 Un marché de l ancien devenu prépondérant Les Français accèdent de plus en plus à la propriété en achetant un logement ancien*, c est à dire, au sens de l enquête logement de l Insee, une résidence principale achevée depuis plus de quatre ans. Entre 1998 et 2001, 75 % des acquéreurs récents se sont tournés vers le marché de l ancien, alors que cette proportion était encore minoritaire jusqu en Au total, entre et , période au cours de laquelle la part de l ancien est passée de 47 % à 75 %, le nombre d acquéreurs récents de leur résidence principale dans le neuf* a reculé d un tiers ( à ), alors qu il a plus que doublé dans l ancien ( à ) : Trois séries de raisons peuvent être avancées pour expliquer cette part de plus en plus prépondérante pour l accession à la propriété dans un logement ancien : D une part, la détente des marchés immobiliers, liée au doublement du parc de logement en un demi siècle (de 14,4 millions d unités en 1954 à 28,7 millions en 1999), favorise le passage d une économie de flux à une économie de stocks dans l adéquation de l offre et de la demande. D autre part, à cette importance du stock de logements disponibles se surimpose le goût de plus en plus prononcé des Français pour l ancien, symbole d une montée en puissance de la dimension patrimoniale dans la société. Enfin, la place désormais prédominante des financements libres dans l économie du logement facilite une acquisition dans l ancien, alors que dans un souci de concilier efficacité économique et objectif social, l aide à la pierre est réservée essentiellement au logement neuf (cela est amené à évoluer dès 2005 avec l ouverture du PTZ à l acquisition dans l ancien sans obligation de travaux). Le système de valeurs idéologiques opposant le pavillon en accession et le collectif en location Deux systèmes de représentation et de valeurs, le premier associant la maison individuelle et la propriété, le second liant l habitat collectif et la location, s opposent depuis la seconde moitié du XIX e siècle (Dezès, ). La thèse favorable à l accession et au pavillon est une émanation de l idéologie patronale et bourgeoise du XIX e siècle. Elle est le fruit de la rencontre entre la peur des désordres sociopolitiques résultant de l émergence des concentrations ouvrières nées en milieu urbain avec la révolution industrielle et d une réaction paternaliste visant à favoriser l intégration sociale des ouvriers afin de conjurer cette crainte : De cette conjonction, s est progressivement développé un «modèle pavillonnaire de réforme sociale», consistant «à donner à une classe ouvrière urbaine dépensière et imprévoyante (selon les témoignages des observateurs sociaux de la seconde moitié du XIX e siècle) le goût paysan de l épargne et de l acquisition, le réflexe quasi capitaliste de la recherche d un investissement lucratif» (Dezès, ). François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 9

10 En ce sens, la propriété d une maison individuelle est considérée comme un élément de stabilisation des familles, un vecteur d intégration dans la vie économique et sociale de la nation, un «moyen idéal de contrôle social et de préservation de l ordre social» (Allain, 1992). La thèse favorable à l habitat collectif et au locatif est également issue du XIX e siècle. Elle s est développée en opposition à la promotion d une idéologie prônant à la fois l essor du pavillonnaire et de la propriété. La critique de l idéologie pavillonnaire part du postulat que le pavillon et la propriété ne seraient que des subterfuges utilisés par les classes dirigeantes pour asservir encore plus les ouvriers, en substituant ainsi à la menace révolutionnaire les vertus d un système qui intègre selon une stratification verticale. Selon Friedrich Engels, qui fut sans doute l un des premiers pourfendeurs de l idéologie pavillonnaire, «ce n est pas la solution de la question du logement qui résout la question sociale, mais bien la solution de la question sociale, c est à dire l abolition du mode de production capitaliste, qui rendra possible celle de la question du logement» ( ). 4. Les effets ségrégatifs générés par l accession à la propriété Le rôle de la contrainte foncière et la dynamique périurbanisation de Ce sont les espaces urbains périphériques qui, pour l essentiel, ont été le support de cette dynamique d accession à la propriété en maisons individuelles, qui s est exprimée avec force dans la société française au cours de ces dernières décennies. De fait, le dynamisme démographique des aires urbaines est moins le fait, depuis 1975, des pôles urbains*, dont la progression est faible, que des communes périurbaines*, qui enregistrent une forte augmentation de leur population, bien que ralentie depuis 1982 : En se référant à la définition des aires urbaines françaises en 1990, le taux d évolution annuel des pôles urbains est divisé par neuf entre et (+ 1,89 % à + 0,21 %). Dans le même temps, ce taux est multiplié par 4,3 (+ 0,56 % à + 2,39 %) pour les communes périurbaines. La hiérarchie des taux s est donc complètement inversée en peu de temps. Dans les années soixante, la population des pôles urbains augmentait 3,4 fois plus vite que celle des couronnes périurbaines. Entre 1975 et 1982, la croissance démographique est au contraire 11,4 fois plus élevée dans le second espace. Depuis 1982, les pôles urbains continuent à croître lentement, tandis que la dynamique de périurbanisation se ralentit. Toutefois, les communes périurbaines continuent à progresser trois fois et demie plus vite que les pôles urbains. Parallèlement à cette déconcentration des lieux de résidence à l échelle des aires urbaines, «la périurbanisation de l emploi est moins prononcée» (Lainé, 2000). De fait, comme la plupart des périurbains gardent leur emploi en ville, les migrations alternantes ou pendulaires augmentent fortement depuis une quinzaine d années. En 1999, les migrants alternants représentent 60,9 % des actifs occupés en France, alors qu ils n étaient que 46,1 % en Les actifs des communes périurbaines sont les plus mobiles (77,9 %), contre 56,4 % pour ceux qui résident dans un pôle urbain. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 10

11 Bien évidemment, cette dissociation croissante entre la résidence et l emploi n a été rendue possible que par la généralisation de l usage de l automobile. L accession des catégories modestes, puissant moteur d étalement ur bain Pour nombre de ménages modestes désireux d accéder à la propriété d une maison individuelle, la seule alternative réaliste, compte tenu des coûts du foncier en milieu urbain, a été de s éloigner de la ville pour faire construire. De fait, la politique de solvabilisation de la demande en accession menée par les pouvoirs publics, en rencontrant le désir de posséder un pavillon chez les Français, a non seulement puissamment contribué à l étalement périurbain mais également au renforcement de la division démographique et sociale des aires urbaines. En effet, ce sont à la fois les couples avec enfants et les individus insérés professionnellement (les «in»), mais plutôt représentatifs des couches moyennes ou modestes, qui inscrivent de préférence leur cursus résidentiel aux marges des villes. L exemple de l aire urbaine* de Nantes est très éclairant pour illustrer les effets ségrégatifs de l étalement périurbain. Une typologie des communes ou parties de communes, tenant compte du poids respectif dans la population des différentes catégories socioprofessionnelles, a ainsi été réalisée, à partir des données du recensement de Elle montre que plus on s éloigne du pôle urbain et plus le profil des communes devient populaire. La diversification des structures sociodémographiques et ses conséquences sur la demande en logement 1. Une moindre progression de la propriété d occupation du logement depuis 1988 : le tassement du nombre d accédants Une rupture dans le rythme de progression de la propriété d occupation du logement est intervenue en France à partir de la fin des années quatre vingt : Entre 1970 et 1988, le nombre de propriétaires a augmenté annuellement de + 2,5 %, contre une croissance limitée à + 1 % seulement pour les locataires. Autrement dit, pendant les années soixante dix et les trois premiers quarts de la décennie quatre vingt, la cohorte des propriétaires progressait deux fois et demie plus rapidement que celle des locataires. À partir de 1989 et jusqu en 2001, la situation évolue nettement, avec une progression quasiment identique du nombre de propriétaires (+ 1,4 % par an) et de l effectif des locataires (+ 1,3 %). François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 11

12 Cette diminution quasiment de moitié du rythme d augmentation des propriétaires à partir de 1989 s explique par le tassement du nombre d accédants* : En effet, si l effectif des accédants a augmenté de façon exponentielle entre 1970 et 1988, passant de 2,328 millions à 5,557, soit un taux de croissance annuel moyen de + 5 %, depuis cette date le nombre d accédants a reculé et stagne désormais autour de cinq millions. Au contraire, depuis 1988, l effectif des propriétaires non accédants* augmente rapidement (+ 2,8 %), passant de 5,829 millions à 8,581 en 2002, étant donné l arrivée à terme progressive des prêts contractés par les générations importantes d accédants qui se sont succédées depuis le début des années soixante dix. Cette moindre progression de la propriété occupante en France depuis la fin des années quatre vingt, du fait du tassement du nombre d accédants, n est pas vraiment guidée par un changement de valeur ou de signification des différents statuts d occupation du logement. En effet, le désir de propriété reste fort, l accession en maison individuelle étant toujours considérée comme l un des principaux symboles de promotion sociale, comme le montre l enquête conduite par le Credoc en Toutefois, s il y a permanence des attributs symboliques et sociaux associés au statut de propriétaire, notamment en pavillon, une conjonction de facteurs a pu favoriser cette baisse de l accession à la propriété. Autrement dit, si le modèle résidentiel promotionnel reste une référence ou du moins l horizon résidentiel de nombre de ménages, il est néanmoins confronté à un mouvement de diversification des structures sociodémographiques, qui se traduit par une demande accrue pour le logement locatif, l habitat collectif et une localisation urbaine centrale ou péricentrale. 2. Les transformations de la structure des ménages : atomisation et fragilisation des couples Une vie en couple moins fréquente et plus tar dive au sein des jeunes générations La taille moyenne des ménages français diminue depuis les années soixante : elle est passée de 3,1 en 1962 à 2,4 en Cette évolution est la conséquence à la fois de la raréfaction des familles nombreuses et de la forte progression des personnes seules. Leur nombre a plus que doublé entre 1968 ( ) et 1999 ( ) et elles représentent désormais près d un tiers des ménages (31 % exactement), contre un cinquième en 1968 (20 %). C est entre 20 et 35 ans (avec les 75 ans et plus) que la part des personnes seules a le plus augmenté entre 1968 et Ainsi, selon l enquête logement de l Insee, entre 1984 et 1996, la proportion d hommes et de femmes vivant en couple dans un logement indépendant passe de 60 % à 45 % pour ceux qui sont âgés de 24 à 27 ans. Non seulement la vie en couple est plus tardive, mais elle est également moins fréquente chez les jeunes, comme l illustre la diminution de la proportion de personnes vivant en couple parmi les trentenaires (de 84 % à 79 % pour les ans entre 1984 et 1996). François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 12

13 Cette mise en couple plus tardive et moins fréquente des jeunes générations est liée à des facteurs complexes : Le départ du domicile familial n est plus synonyme, comme dans les années soixante, de mise en couple, et encore moins de mariage. La poursuite de la scolarisation retarde la vie en couple. Selon une étude réalisée en France auprès de femmes nées entre 1963 et 1966, l âge médian de mise en couple est décalé de 4,2 ans entre celles dont le niveau de diplôme est inférieur au CAP et les diplômées de l enseignement supérieur (20,2 ans contre 24,4) (Galland, 1995). Les difficultés d insertion professionnelle diminuent la probabilité de vivre en couple. Ainsi, à chaque poussée du chômage correspond une montée de l âge de formation des couples, le phénomène inverse étant observé lors d une décrue. Enfin, cette mise en couple plus tardive et moins fréquente chez les jeunes générations renvoie aussi à une volonté d indépendance et de réussite sociale. Le recensement de 1999 montre ainsi que plus une femme appartient à une catégorie sociale élevée et plus sa probabilité de vivre seule augmente : elle n est que de 9 % pour les ouvrières mais atteint 21 % pour les cadres. Des couples plus fragiles : r uptures d unions et familles monoparentales L augmentation des ruptures d unions, dont témoigne la progression du nombre de divorces, passé de en 1968 à en 2002, a également favorisé une hausse des personnes seules, principalement entre 30 et 50 ans. Elle atteste par la même occasion de la fragilisation de la vie en couple, tout en renouvelant la configuration des familles monoparentales et en favorisant l essor des familles recomposées. La famille monoparentale n est pas un fait nouveau dans la société française. En revanche, la nouveauté vient de la place qu elle occupe et des modalités de sa constitution : D une part, les familles monoparentales sont en progression très sensible, bien que celle ci soit difficile à quantifier, dans la mesure où leur définition a changé au recensement de la population de 1990 (jusqu en 1982, seuls les ménages ayant des enfants de moins de 25 ans étaient comptabilisés comme familles monoparentales, alors que depuis 1990, cette limite d âge a disparu). Cependant, quelle que soit la définition retenue, leur progression est rapide, avec un taux d évolution annuel moyen respectivement de + 2,3 % ( ) et + 2,4 % ( ). De fait, au dernier recensement, leur part dans le total des familles avec enfant(s) s élève à 20 %. D autre part, cette augmentation importante des familles monoparentales résulte principalement de la multiplication des ruptures d unions, témoignage de la précarisation de la vie de couple. En effet, la majorité des familles monoparentales est issue désormais d un divorce, alors que jusque dans les années soixante dix, le veuvage était à l origine de plus de la moitié de ces familles. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 13

14 Un mariage moins fréquent et plus tardif Le cadre du mariage, tout en demeurant lar gement dominant, n est plus le modèle exclusif de vie à deux. En effet, le nombre de couples non mariés enregistre une croissance exponentielle depuis la fin des années soixante en France, de l ordre de + 10 % par an en moyenne au cours de la période , et encore + 4 % entre 1990 et Leur nombre est ainsi passé de en 1968 à en 1999 et ils représentent désormais 18 % des couples, contre 3 % seulement en Cette progression des couples non mariés résulte d une désaffection partielle vis à vis du mariage, dont le nombre a chuté de en 1972 à en 1995, avant de se relever légèrement à partir de 1996, avec approximativement unions célébrées annuellement depuis cette date, voire en 2000 ( en 2003). En relation avec le recul du nombre d unions célébrées, l âge moyen au premier mariage a beaucoup augmenté depuis le début des années soixante dix en France, passant pour les hommes de 24,5 ans en 1972 à 30,4 ans en 2002 et pour les femmes de 22,5 ans à 28,3 ans, soit une hausse de 6 ans quasiment dans les deux cas. Le mariage n est donc plus considéré comme l acte fondateur du couple et de la famille, mais consacre plutôt la transformation d un couple non marié en couple marié. Ainsi, en 1970, dans plus de 80 % des cas, les conjoints débutaient leur vie commune suite au mariage. C est désormais le cas d un couple sur dix seulement. Le mariage devient ainsi un moyen institutionnel de régulation de la vie en couple parmi d autres. 3. Les modifications structurelles du marché du travail La difficile insertion pr ofessionnelle des jeunes pas ou peu qualifiés Si la population active française a connu une croissance assez soutenue de ses effectifs entre 1962 et 1999, à un rythme de + 0,9 % par an, passant de 19,3 millions à 26,5, le nombre d emplois offerts n a progressé que de + 0,5 % par an seulement, passant de 19,1 millions à 23,1. Ce décalage a donc engendré une vive augmentation du chômage de la décennie soixante-dix au milieu des années quatre-vingt-dix, où le taux de chômage a culminé à plus de 12 % de la population active, avant de repasser sous la barre des 10 % (9,7 % en 2003 selon l enquête emploi). Le gonflement des statistiques du chômage s explique donc d abord par la forte progression démographique de la population active et secondairement par le ralentissement de la croissance économique. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 14

15 Cependant, le chômage affecte inégalement les individus, touchant plus souvent (enquête emploi 2003) : Les femmes que les hommes (10,9 % contre 8,7 %). Les jeunes que les plus vieux (16,5 % pour les ans, mais moins de 9 % pour les 30 ans et plus). Les sans qualifications et les peu diplômés, ce qui confirme que le diplôme reste la meilleure garantie contre le chômage. Ainsi, il est clair que la montée du chômage depuis le milieu des années soixante-dix a surtout affecté les catégories populaires : depuis 1975, si le taux de chômage des cadres a peu évolué, il a quasiment triplé pour les employés et les ouvriers, principales victimes des restructurations de l appareil productif national. La multiplication de l emploi précaire et la montée des incertitudes Parallèlement à la progression du chômage, la structure du marché de l emploi s est modifiée depuis les années soixante-dix et surtout quatre-vingt : L emploi temporaire (contrat à durée déterminée, intérim, apprentissage et contrats aidés du type CES) s est multiplié. De 1982 à 2003, selon l enquête emploi de l Insee, sur le total des salariés, la proportion de salariés en CDD hors contrats aidés est passée de 1,7 % à 7,5 % et la part des salariés en intérim de 0,7 % à 2,2 %. Ces formes d emploi temporaire représentent 2,864 millions de salariés en 2003, soit 13,2 % du total des salariés (secteur privé et public). Parallèlement, le travail à temps partiel s est beaucoup développé : il occupe 16,5 % des actifs occupés en 2003, soit 4,024 millions d individus, contre seulement 4,6 % en La durée hebdomadaire de travail des salariés à temps partiel est de 23,2 heures contre 38,8 pour ceux qui sont à temps complet. Ce temps partiel concerne essentiellement les femmes, car il est peu répandu chez les hommes : la proportion d actives ayant un emploi à temps partiel atteint presque le tiers en 2003 (29,9 %), contre un vingtième seulement chez les hommes (5,4 %). Par ailleurs, plus d un quart (27,5 %) des actifs à temps partiel, soit approximativement 1,1 million, souhaiteraient travailler davantage en Un récent rapport de l Assemblée nationale en date du 23 novembre 2004, rédigé par la députée UMP Marie Jo Zimmermann, présidente de la Délégation aux droits des femmes, dresse un état des lieux du phénomène en France, montrant comment des travailleurs à temps partiel, «majoritairement des femmes, viennent grossir les rangs des travailleurs pauvres». Au total, près de quatre millions d actifs occupés, soit 16,2 % du total, occupent un statut précaire (intérimaires, apprentis, CDD, contrats aidés, stagiaires) ou sont affectés par le sous-emploi (c est-à-dire aimeraient travailler plus) en Toutefois, le taux de chômage et les statistiques portant sur l emploi précaire et le sousemploi ne permettent de rendre compte que partiellement de la diffusion des processus de précarisation au sein de la société française. Cet embarras à dessiner avec netteté les frontières de l insécurité sociale est corroboré par de nombreuses analyses : François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 15

16 Ainsi, la publication en 1997 du rapport commandé à Henri Guaino, du Commissariat général au plan, a révélé que sept millions de personnes étaient affectées par les difficultés d emplois. Quant à Éric Maurin (2002), il souligne que «la montée des incertitudes n est pas réservée à une fraction particulière du salariat et que les frontières entre les emplois les plus et les moins exposés sont loin d être étanches». Par ailleurs, le récent rapport que les deux économistes Pierre Cahuc et Francis Kramarz viennent de remettre au gouvernement «pour proposer des solutions concrètes permettant de réduire le chômage et le sous emploi» révèle que «la France est le pays industrialisé où le sentiment d insécurité de l emploi est le plus élevé». Enfin, selon une étude de l Insee, le taux de chômage ne traduit que très imparfaitement l instabilité des parcours professionnels, puisque dans un quart des ménages, au moins un adulte de 17 à 59 ans a connu le chômage au cours d une période allant de janvier 1993 à octobre 1994 (Cases, Lagarde, 1996). Cette segmentation accrue du marché de l emploi est le fruit conjoint d une plus grande flexibilité dans l organisation du travail et des politiques de l emploi mises en œuvre par les pouvoirs publics, à travers des formules comme les Contrats emploi solidarité, les Contrats de qualification ou les emplois jeunes. 4. Des itinéraires résidentiels plus diversifiés et moins linéaires, favorables à l habitat collectif et locatif Du fait des transformations de la structure des ménages et des modifications structurelles du marché du travail, les itinéraires résidentiels sont devenus plus diversifiés et moins linéaires. Au mouvement de diversification des structures sociodémographiques à l œuvre au sein de la société française correspond une demande accrue pour le locatif, l habitat collectif et une localisation urbaine centrale ou péricentrale, puisqu une proportion grandissante de ménages ne correspond plus au profil type de l accédant à la propriété. L existence de cette demande, parallèlement au désir de posséder son pavillon, confirme la forte segmentation du marché immobilier. D une part, le retard dans la formation des couples et dans la constitution d une descendance, mais aussi la fragilisation de ces couples rendent beaucoup plus incertaine, pour un nombre croissant d individus, une perspective d accession à la propriété en maison individuelle, tandis que pour d autres ce projet sera différé. N oublions pas que «plus que les raisons économiques, c est l absence de projet familial qui fait obstacle au projet d accession», comme l ont souligné Isabelle Bertaux-Wiame et Anne Gotman (1993). Autrement dit, l acquisition de la résidence principale suit, beaucoup plus qu elle ne précède la mise en couple et la naissance des enfants. D autre part, la précarité croissante du marché du travail et la montée du chômage, qui touche tout particulièrement les jeunes générations mais pas seulement, aussi bien que l obligation de mobilité de la population active, induisent une plus grande réticence visà vis de l investissement à long terme comme l immobilier. Cette évolution, qui risque de perdurer car structurelle, ne peut que dissuader certains ménages d accéder à la propriété, en les éloignant du profil type de l accédant. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 16

17 Par ailleurs, la question du logement des ménages les plus fragilisés économiquement et socialement se pose avec d autant plus d acuité que le «parc locatif social de fait», c est àdire cette portion dégradée du parc locatif privé qui accueillait traditionnellement les plus bas niveaux de vie, se réduit comme peau de chagrin, avec la dynamique de réhabilitation du parc ancien. Conclusion En guise de conclusion, retenons trois idées fortes qui ressortent à l examen des principales tendances qui guident la sociologie de l habitat en France : 1. En France, comme dans bien d autres pays, l accès à la propriété du logement semble jouer un rôle essentiel dans les stratégies résidentielles des ménages, surtout pour les couples mariés biactifs et avec enfant(s) en bas âge, car non seulement ce parcours permet d accéder à un logement plus grand, mais il est associé de surcroît à un schéma résidentiel ascendant, conférant à la fois une position sociale valorisante et une certaine sécurité. En lien avec cette prédilection pour l accession, se dessine le rêve de la maison individuelle, qui recueille la préférence d une nette majorité de ménages en France. 2. Si les Français envisagent l accession essentiellement sous l angle du pavillonnaire, ils se tournent de plus en plus vers un logement d occasion. Cet essor de la dynamique immobilière dans l ancien a bien évidemment favorisé l activité de réhabilitation et d entretien de l habitat, qui génère désormais plus de chiffre d affaires que la construction neuve, car il est fréquent que l acquisition d un logement ancien soit l occasion, pour les nouveaux propriétaires, de réaliser des travaux. 3. Enfin, si le rêve de l accession à la maison individuelle demeure l horizon résidentiel de la majorité des Français, le principe de réalité impose à un nombre croissant de ménages de différer la concrétisation de ce projet, étant donné la montée des incertitudes tant dans la sphère professionnelle que dans la vie personnelle, avec de multiples formes de précarisation, aussi bien sur le marché du travail que dans la vie de couple. François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 17

18 Références bibliographiques Allain R., 1992, La maison et la ville en Bretagne, Université de Rennes II, Thèse de Doctorat d État, 1348 pages. Bernard Y., 1995, «Ménages et modes de vie», in Ascher F. (dir.), Le logement en questions, La Tour-d Aigues, L Aube, p Bertaux-Wiame I., Gotman A., «Le changement de statut résidentiel comme expérience familiale», in Bonvalet C., Gotman A. (dir.), 1993, Le logement une affaire de famille, Paris, L Harmattan, p Cases C., Lagarde P., 1996, «Activité et pauvreté. Une tranche de vie des personnes de 17 à 59 ans», Insee Première, n 450. Commissariat général au plan (commission présidée par Guaino H.), 1997, Chômage : le cas français, Paris, La Documentation française, 179 pages. Cuturello P., 1990, «Statut du logement et réseau familial», in Bonvalet C., Fribourg A.-M. (dir.), Stratégies résidentielles, Paris, Ined, p Dezès M.-G., 2001, La politique pavillonnaire, Paris, L Harmattan, 314 pages (édition originale en 1966, Paris, Centre de recherches d urbanisme). Engels F., 1957, La question du logement, Paris, Éditions sociales, 125 pages (édition originale en 1872). Galland O., 1995, «Une entrée de plus en plus tardive dans la vie adulte», Économie et Statistique, n , p Laferrère A., 1999, «L occupation des logements depuis 1945», in Insee, Données sociales. La société française, Paris, Insee, p Haumont N., 2001, Les pavillonnaires. Étude psychologique d un mode d habitat, Paris, L Harmattan, 150 pages (édition originale en 1966, Paris, Centre de recherches d urbanisme). Lainé F., 2000, «Péri-urbanisation des activités économiques et mouvements d emploi des établissements», in Mattéi M.-F., Pumain D. (dir.), Données urbaines 3, Paris, Anthropos, p Maurin É., 2002, L Égalité des possibles. La nouvelle société française, Paris, Seuil, 78 pages. Raymond H., Haumont N., Dezès M.-G., Haumont A., 2001, L habitat pavillonnaire, Paris, L Harmattan, 114 pages (édition originale en 1966, Paris, Centre de recherches d urbanisme). François Madoré \ Institut de géographie de l Université de Nantes (IGARUN) \ UMR 6590 ESO pour LEROY MERLIN 18

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours La primo accession à la propriété (avec PTZ) de 22 à nos jours ADIL 47 Etude réalisée en avril 213 par l ADIL 47 1 Historique de l accession aidée Depuis 1995 (en substitution des prêts PAP), le Prêt à

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain?

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Etude de l Institut CSA pour Guy Hoquet L immobilier Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 2000 personnes

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Les besoins en logements des ménages

Les besoins en logements des ménages Conflans-Sainte-Honorine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Observatoire Seine Aval Les besoins en logements des ménages de Seine Aval Poissy La Note n 3 Des ménages plus nombreux, des besoins en logements accrus

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux Mai ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE Les logements en copropriété Jean Bosvieux L enquête logement de l INSEE ne s intéresse pas aux copropriétés en tant qu unités statistiques ; cependant, elle repère et décrit

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Les communes de des quartiers aux profils

Les communes de des quartiers aux profils Les communes de des quartiers aux profils Les quartiers qui composent les cinq communes de l Ouest présentent des caractéristiques très contrastées : des zones denses d habitat social quasiment saturées,

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France. Bruno Palier

Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France. Bruno Palier Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France Bruno Palier Le système de protection sociale actuel, Un schéma (Gazier, Palier, Périvier) Au cœur de ce système, un homme employé

Plus en détail

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N Infos migrations Secrétariat général à l immigration et à l intégration Numéro 21 - février

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES FAMILLES EN DEUX SEVRES

OBSERVATOIRE DES FAMILLES EN DEUX SEVRES OBSERVATOIRE DES FAMILLES EN DEUX SEVRES FAMILLES ET HABITAT SYNTHESE DE L ENQUETE 2011 Page 1 Plus que jamais d actualité, le logement ou l habitat dans son ensemble reste un refuge pour la famille, un

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER

LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER Dans la zone d emploi du Genevois français, un «ménage actif» sur deux est concerné par le travail frontalier. Les

Plus en détail

Mobilité et précarités

Mobilité et précarités Mobilité et précarités JP Orfeuil Université Paris Est et Institut pour la ville en mouvement Observatoire national de la précarité énergétique, 22/03/ 2013 1 Plan Le statut de la mobilité Le statut de

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Département des Landes (40) - Dossier complet

Département des Landes (40) - Dossier complet Département des Landes (4) - Dossier complet Chiffres clés Évolution et structure de la population Département des Landes (4) POP T - Population par grandes tranches d'âges 211 26 Ensemble 387 929 1, 362

Plus en détail

Centre ville. Chiffres clés. Bretagne Decré - Cathédrale. Guist'hau. Graslin - Commerce. Dobrée - Bon Port. Madeleine - Champ de Mars

Centre ville. Chiffres clés. Bretagne Decré - Cathédrale. Guist'hau. Graslin - Commerce. Dobrée - Bon Port. Madeleine - Champ de Mars Bretagne Decré - Cathédrale Guist'hau Graslin - Commerce Dobrée - Bon Port Maleine - Champ Mars Gloriette - Feyau C OMPOSÉ DE SEPT micro-quartiers, le Centre ville allie vieux quartiers populaires, constructions

Plus en détail

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future Thierry Eggerickx " 1. La définition des territoires ruraux en Wallonie 2. Diversité et évolution démographique récente

Plus en détail

LE «logement idéal» vu par les consultants

LE «logement idéal» vu par les consultants LE «logement idéal» vu par les consultants de l ADIL-Espace Info Energie du Loiret 2012 Du 3 e trimestre 2011 au 1 er trimestre 2012, l ADIL-Espace Info Energie du Loiret a interrogé ses consultants, quel

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement Bénéficiaires des aides au logement Le dispositif d aide au logement comprend trois allocations principales : l APL (Aide personnalisée au logement), l ALF (Allocation de logement dite «à caractère familial»)

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Français et la géolocalisation Principaux enseignements Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8 Ville de Rennes Quartier «Gare» n 8 Le quartier 8 : Gare est composé de 2 secteurs : le secteur Albert de Mun - Coutenceau Gaétan Hervé Jean Baptiste Barré Haut Quineleu et le secteur Margueritte Villeneuve

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

Les migrations polynésiennes en France

Les migrations polynésiennes en France Les migrations polynésiennes en France n mars 1999*, 13 000 personnes nées en Polynésie française résidaient en France métropolitaine. Ce nombre est en forte croissance. C est avant tout une population

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

La face cachée des «Tanguy»

La face cachée des «Tanguy» La face cachée des «Tanguy» Les jeunes en hébergement contraint chez leurs parents 05 DÉCEMBRE 2015 La face cachée des «Tanguy» Dans le film d Etienne Chatiliez, le jeune «Tanguy» se complaît jusqu à un

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Cinquante ans d évolution des conditions de logement des ménages. Alain Jacquot*

Cinquante ans d évolution des conditions de logement des ménages. Alain Jacquot* Cinquante ans d évolution des conditions de logement des ménages Alain Jacquot* Le parc de logement a doublé en cinquante ans, en réponse à une situation très dégradée au sortir de la seconde guerre mondiale.

Plus en détail