Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier"

Transcription

1 Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL SOUS TENSION 1 er trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture logement MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL SOUS TENSION Les différents indicateurs du marché résidentiel ont teinté de gris le début de l année 2013, qui a démarré dans un climat frileux avec des acteurs attentistes et prudents. Les tendances observées en 2012 se sont poursuivies au premier trimestre L activité immobilière a encore sensiblement ralenti sur l ensemble des territoires, malgré des niveaux de taux de crédit toujours historiquement bas (en moyenne à 2,97 % pour les prêts du secteur concurrentiel). Dans un environnement plus que maussade (récession économique avec baisse du PIB français, hausse massive du chômage, baisse du pouvoir d achat des ménages), le marché du logement se fige. Les volumes d opérations réalisées, en baisse continue, reflètent cette situation, sur le marché tant de l ancien que du neuf. Les prix immobiliers, qui ont commencé à s infléchir dans certains secteurs depuis fin 2012, restent malgré tout trop élevés pour toute une partie de la clientèle (notamment celle des primo-accédants), dont les projets d accession à la propriété sont d autant plus inaccessibles que les soutiens publics ont fait l objet d une forte réduction. Le ralentissement observé de l activité est à nuancer, toutefois, selon les marchés. Les disparités se renforcent et traduisent un retour progressif et prudent de la demande aux fondamentaux. La hiérarchie des prix tend à s affirmer et l on constate ainsi que, s ils résistent en général assez bien dans les centres-ville, voire restent orientés à la hausse pour les situations les plus prisées, ils se stabilisent ou baissent sensiblement dans les secteurs périphériques éloignés des agglomérations. De plus en plus, on constate une augmentation des délais de vente et un durcissement des négociations lorsque l offre est inadaptée à la demande (qualité, prix, situation). D un autre côté, le marché du neuf, qui avait été favorisé pendant des années par les dispositifs d incitation fiscale à l investissement locatif, prend le virage du «Duflot» avec lenteur, les investisseurs ne trouvant pas, dans ce dispositif, la même attractivité qu avec le «Scellier», disparu en La baisse du volume des crédits à l habitat entamée depuis deux ans s est poursuivie au premier trimestre 2013 (avec 25,2 milliards d euros, la production de crédit immobilier du trimestre est inférieure de 11,2 % à celle du premier trimestre 2012) et trouve son origine dans la contraction du marché immobilier. Force est de constater aujourd hui que, malgré des besoins qui demeurent importants, le marché immobilier français se bloque et alimente davantage la crise du logement. Le projet de loi urbanisme et logement, qui doit être présenté avant l été en Conseil des ministres, est très attendu. Il viserait à faire évoluer les rapports locataires-propriétaires (encadrement des loyers dans les grandes agglomérations, garantie universelle des loyers, ), à améliorer l information des personnes qui désirent acheter en copropriété, à lutter contre l habitat indigne, à modifier les règles d urbanisme afin de construire davantage et plus facilement IMMOBILIER

2 Point de conjoncture logement IMMOBILIER ANCIEN VOLUMES DE VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2013 L activité immobilière poursuit sa chute avec un volume de ventes en nette diminution dans toute l Île-de-France et une tension sur Paris qui se confirme. Les données détaillées en régions ne sont pas encore disponibles ; toutefois, le total des opérations qui pourraient se réaliser dans l ancien en 2013 est estimé autour de transactions, suivant l hypothèse d une variation annuelle qui pourrait être en recul de 11 %. Sous l influence de plusieurs signaux inquiétants, les acteurs du marché de l ancien s installent dans une posture d attente. Au cours du premier trimestre, les vendeurs ne se décident que difficilement à revoir leurs prétentions, tandis que les acquéreurs jugent les prix trop élevés et sont souvent confrontés à des difficultés pour boucler leur projet de financement. Immobilier ancien : volumes de ventes au 1 er trimestre 2013 (Source : Études CFI/Notaires IDF/Insee.) Ventes 1 er trimestre Variation T Paris appartements ,0 % Petite Couronne appartements ,0 % Petite Couronne maisons ,0 % Grande Couronne appartements ,0 % Grande Couronne maisons ,0 % IDF appartements ,0 % IDF maisons ,0 % Variation Ventes 12 mois (1) annuelle France entière logements ,1% (1) Estimation. Plusieurs facteurs affectent le marché immobilier, qui se grippe dans un contexte général particulièrement anxiogène. Au cours du mois de mai 2013, les statistiques ont officialisé l entrée de l économie française en récession après deux trimestres consécutifs de baisse du PIB. Le niveau atteint par le taux de chômage, de 10,6 % à fin 2012, pourrait s aggraver en 2013 et approcher les 11 % à l horizon Enfin, la consommation des ménages tend à reculer depuis le début de l année. PRIX DE VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2013 Quasiment étales au premier trimestre en Île-de-France, les évolutions de prix sont également presque stables en province, la tendance sur un an demeurant négative. Un repli général en Île-de-France se confirme, même s il est plus modéré dans la capitale et la Petite Couronne. Ainsi, globalement, la moyenne statistique révèle que les prix stagnent à Paris. Les données plus détaillées nous informent que, sur un an, les prix des appartements anciens ont diminué de 0,4 % à 11,5 % dans la moitié des arrondissements. Pour les dix autres arrondissements, les prix moyens sont en hausse, mais la moitié affiche des évolutions contenues entre 0 et + 2 %. Au-delà des moyennes statistiques, l analyse des comportements sur le terrain révèle, dans l ensemble, un retour prudent de la demande aux fondamentaux, qui se traduit par de grandes disparités dans l évolution des prix, dont la hiérarchie tend à se renforcer. Immobilier ancien : variation des prix au 1 er trimestre 2013 (Source : Études CFI/Notaires IDF/Notaires de France/Insee.) Prix moyen Variation trimestrielle Variation annuelle Paris appartements ,0 % 0,1 % Petite Couronne appartements ,7 % 0,8 % Petite Couronne maisons ,0 % 0,5 % Grande Couronne appartements ,2 % 1,4 % Grande Couronne maisons ,7 % 2,0 % Province appartements 0,1 % 1,6v% Province maisons 0,6 % 1,6 % 2 Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 2013

3 MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL SOUS TENSION Sur le marché de l ancien, le décrochage s opère entre : les biens en bon état et correctement situés au sein des unités urbaines dynamiques et bénéficiant d une réelle attractivité ; les logements souffrant de caractéristiques qui les pénalisent comme des défauts physiques, une implantation en situation secondaire, une typologie décalée des besoins des ménages En Île-de-France et en province, si les niveaux de prix se maintiennent en général assez bien dans les centres-ville où ils restent orientés à la hausse pour les situations les plus recherchées, ils se stabilisent ou s ajustent à la baisse dans les secteurs périphériques éloignés des agglomérations. Les baisses de prix constatées affectent plus fortement le logement individuel ; de même, les logements atypiques ou exceptionnels trouvent plus difficilement preneur. Sous la pression de la demande, les cessions se dénouent plus difficilement en zones excentrées et dépourvues de commodités, avec des délais et des marges de négociation qui s accroissent significativement. A contrario, dans les secteurs où l offre demeure insuffisante, les produits recherchés nourrissent les prix à la hausse, mais dans des proportions qui se limitent de plus en plus. Très naturellement, la demande se heurte à des obstacles d ordre financier. Au-delà de certains niveaux de prix plafonds, on constate qu elle ne peut désormais plus franchir le pas. Enfin, depuis l alourdissement de la fiscalité sur les plus-values immobilières, le nombre de transactions a diminué sur certains marchés, à l exemple de certaines zones du littoral en principe plus fortement animées par les transactions sur les résidences secondaires. IMMOBILIER NEUF PRODUCTION DE LOGEMENTS À FIN AVRIL 2013 (France entière) (Source : SOes, ) Constructions neuves et sur bâtiments existants Avril 2013 Nombre de logements autorisés depuis 1 an Logements autorisés Évolution 12 mois glissants (1) Nombre de logements mis en chantier depuis 1 an Mises en chantier Évolution 12 mois glissants (1) Logements individuels purs ,4 % ,9 % Logements individuels groupés ,5 % ,0 % Logements collectifs ,9 % ,0 % Logements en résidences ,9 % ,6 % Total ,2 % ,6 % (1) De mai 2012 à avril 2013) vs de mai 2011 à avril Après une année 2012 de forte chute d activité, le premier trimestre 2013 accuse encore une baisse supérieure à 15 % (en variation annuelle) des mises en chantier de logements commencés, tandis que la baisse du nombre de permis de construire délivrés est plus modérée, à 6,2 %. Le secteur de la promotion immobilière, qui connaît une baisse continue de son activité commerciale depuis 2011, a mis un coup d arrêt aux mises en chantier en abandonnant massivement le lancement de nouvelles opérations. En réponse au renforcement de règles prudentielles favorisé par la montée des risques et des incertitudes économiques, les niveaux de précommercialisation nécessaires avant l ouverture effective des chantiers, qui ont déjà été relevés depuis quelques mois, sont plus difficiles à atteindre. Aussi, les promoteurs prennent-ils la décision de renoncer aux opérations qui ne remplissent pas les meilleures conditions de réussite. Plus généralement, ce secteur d activité souffre d une dégradation de la demande de logements neufs. La mise en place du dispositif Duflot, qui fait suite au Scellier, est récente et ne provoque pas sur les investisseurs d engouement rapide. Bien que d un montant élevé (18 %), l avantage fiscal auquel il donne accès entre dans le plafonnement des «niches fiscales» de euros et intéressera davantage une clientèle de primo-investisseurs, réduisant de facto la cible pour ce type de produit d investissement immobilier. En outre, il reste à convaincre cette clientèle peu aguerrie à ce type d opération de se lancer dans ces placements qu elle ne connaît pas ou mal. IMMOBILIER

4 Point de conjoncture logement COMMERCIALISATION DES LOGEMENTS NEUFS Alors que les ventes étaient en net repli fin 2012, le premier trimestre 2013 affiche une baisse limitée à 3,6 %, pour les appartements, par rapport à la même période de référence de 2012, et une légère progression, pour les maisons, alors que la moyenne annuelle des ventes diminue de plus de 14 % pour l ensemble. Indicateurs d activité du logement neuf (Sources: SOeS, ECLN Programmes immobiliers de cinq logements et plus.) Mises en vente Ventes En cours Les ventes connaissent leur plus bas niveau depuis 2008, et le nombre de logements mis en vente a décroché dans des proportions inquiétantes depuis le milieu de l année Le premier trimestre 2013 s inscrit en retrait de plus de 22 % sur cet indicateur par rapport au premier trimestre de l année passée. C est la traduction chiffrée des orientations prises par les promoteurs qui, en amont, ont préféré abandonner des programmes de logements neufs dont la précommercialisation n était pas suffisante L allongement significatif des délais moyens d écoulement des stocks est révélateur du tassement de l activité commerciale. Si l abandon de programmes de promotion contribue à ne pas accroître l encours physique des logements mis en vente, il n est pas souhaitable pour autant que la production tombe en panne, compte tenu des besoins réels de logements en France Ces chiffres traduisent aussi le retrait des investisseurs du marché du neuf après la fin du dispositif Scellier, qui avait soutenu l activité de ce secteur jusqu en La part des investisseurs dans les ventes a considérablement diminué pour atteindre environ 34 % au cours du premier trimestre La montée en régime des ventes à investisseurs sur la base du dispositif Duflot peut prendre du temps, et l on devra attendre encore pour en tirer les réelles conséquences. PRINCIPAUX INDICATEURS de COMMERCIALISATION HABITAT groupé (Source : études CFI /SOeS, FPI.) APPARTEMENTS MAISONS (habitat groupé) Ventes T et évolution vs T ,6 % ,2 % TOTAL sur 12 mois (T à T1 2013) ,8 % ,3 % Mises en vente T et évolution vs T ,7 % ,9 % TOTAL sur 12 mois (T à T1 2013) ,8 % ,4 % Délai moyen d écoulement T ,5 mois 15 mois Délai moyen d écoulement T ,6 mois 11,4 mois France entière T prix moyen (/m² ou /unité) et évolution /T IDF prix moyen T (/m² ou /unité) et évolution /T ,3 % ,3 % ,4 % ,2 % 4 Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 2013

5 MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL SOUS TENSION Pour les candidats à l accession, la donne est différente. L ajustement des prix de vente, trop élevés pour une partie de la demande confrontée aux limites de sa solvabilité, est devenu crucial. Les prix des maisons proposées en habitat groupé ont diminué plus sensiblement que ceux des appartements, mais le niveau moyen d une maison individuelle, situé autour de euros, demeure inaccessible à la plupart des ménages, sur les marchés où la majeure partie de cette offre est proposée. Que ce soit en collectif ou en individuel, les niveaux de prix représentent un obstacle difficile à franchir, même avec les niveaux historiquement bas atteints par les taux de crédit à l habitat, qui ne suffisent plus à solvabiliser la demande, alors que les conditions d octroi des établissements bancaires se sont durcies. La situation du marché du neuf pourrait bien se bloquer durablement si aucune solution ne vient résoudre l équation où deux variables sont déterminantes : coût du foncier et coût de construction. Le marché attend beaucoup de l ensemble des mesures qui doivent être présentées avant l été en Conseil des ministres dans le projet de loi urbanisme et logement, mais dans la période de restriction budgétaire actuelle du Gouvernement, les leviers d action sont plus difficiles à trouver. Dans tous les cas, il faut encore attendre pour en connaître la teneur exacte et plus encore pour donner des perspectives aux différents acteurs. Le secteur de la maison individuelle en diffus poursuit sa baisse avec un recul des ventes de 27 % sur le premier trimestre 2013 par rapport au premier trimestre de l année Sur douze mois, unités ont été commercialisées, ce qui représente un retrait de 19 % des ventes sur un an. PRINCIPAUX INDICATEURS de COMMERCIALISATION HABITAT INDIVIDUEL DIFFUS (Source : Études CFI /U.M.F./Markémétron.) Ventes mars Évolution mars 2013 vs mars % Évolution T vs T % Total ventes un an glissant Évolution sur 12 mois 19 % LE MARCHÉ DU FINANCEMENT DE L HABITAT Depuis 2011, la baisse des volumes de prêts à l habitat est désormais une tendance lourde à mettre en relation directe avec la mise en conformité progressive des financeurs avec le durcissement des exigences de ratios de solvabilité imposées par les réglementations Bâle II et III, et Solvency II. Le volume des crédits à l habitat engagés avait diminué de 26 % en 2012, et les résultats des premiers mois de l année permettent d estimer, pour 2013, une poursuite de cette baisse de l ordre de 8 %, ce qui porterait les montants de prêts engagés à 110 milliards d euros, tandis que les crédits réellement versés pourraient représenter 97,8 milliards d euros. PRÊTS IMMOBILIERS (y compris travaux) (Source: OFL/CSA/BDF/OPCI.) Face à la montée des incertitudes et avec des niveaux de prix immobiliers élevés, les ménages restent prudents. Dans l espoir d un ajustement, ils reportent leur projet immobilier jusqu à obtention d une réduction des prix par les vendeurs ou, dans le pire des cas, les suspendent purement et simplement, ce qui les détourne du marché du crédit à l habitat Montants engagés (Md ) Montants versés (Md ) IMMOBILIER

6 Point de conjoncture logement Le début de l année 2013 traduit cet attentisme de la demande. Le retour vers le crédit à l habitat pourra nécessiter du temps, et se verra plutôt lorsque les prix immobiliers s ajusteront, mais aussi lorsque les ménages verront quelques signes d éclaircie (emploi, pouvoir d achat) à l horizon. Pourtant, grâce au maintien d un coût de ressources favorable, à des liquidités abondantes sur le marché international et à une politique monétaire accommodante de la BCE, les taux des prêts de crédit immobilier enchaînent record sur record depuis plusieurs mois. Les prêts du secteur concurrentiel s établissent ainsi à 2,97 %, en moyenne, en mai. Mais pendant ce temps, la durée moyenne des prêts a reculé régulièrement, s élevant à 204 mois début 2013 contre 209 en fin d année 2012, soit une diminution de cinq mois. Cependant, la durée des prêts sur le marché du neuf s est relevée à 222 mois, en moyenne, en mai (contre 217 mois en avril), tandis que sur le marché de l ancien, la durée moyenne passait de 215 mois à 213 mois. Dans l environnement macro-économique, qui devrait rester morose en 2013, l activité immobilière risque également de se dégrader encore, sur la même tendance que celle observée au premier trimestre. Les volumes de crédits à l habitat continueront alors à décroître mais dans une moindre importance, cette année, jusqu à une possible reprise progressive à compter de Nombre d opérations dans le neuf EN FRANCE (en milliers) (Sources: Panorama du Financement, CFI études.) Nombre d opérations dans l ancien EN FRANCE (en milliers) (Sources : Panorama du Financement, CFI études Notaires.) , , Total logements Accession 80 44, , , , , Locatif social Locatif privé ,1 41, Perspectives 2013 Le début de l année 2013 confirme ce que les indicateurs économiques laissaient entrevoir l année dernière, à savoir une année difficile pour le marché résidentiel, qui se bloque L économie française affiche une légère récession avec un PIB en baisse de 0,2 % pendant deux trimestres consécutifs. Le chômage progresse inexorablement avec des perspectives pour l emploi qui demeurent négatives. En corrélation avec la baisse d activité sur le marché résidentiel, la distribution de crédits à l habitat poursuit sa baisse. Les ménages adoptent des comportements qui oscillent entre prudence et espoir de voir les prix immobiliers s ajuster à la baisse, ce qui les pousse à l attentisme. La fiscalité sur les plus-values immobilières freine la fluidité du marché résidentiel, et contribue plus particulièrement à scléroser le marché de la résidence secondaire. Le dispositif Duflot, lancé début 2012, n a pas encore produit d effet «booster» sur le marché du neuf et ne produira pas les mêmes impacts quantitatifs que le précédent dispositif compte tenu de ses orientations Le marché résidentiel ne semble pas prêt à recouvrer sa fluidité tant que la demande ne sera pas en mesure de mener à bien les projets immobiliers conformes à ses besoins, correctement loca- 6 Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 2013

7 MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL SOUS TENSION lisés, dans une enveloppe financière adaptée, mais aussi tant que ses anticipations sur l avenir seront jugées trop incertaines. Pour ce qui concerne les prix, si les professionnels du secteur du neuf admettent que ces derniers sont devenus inaccessibles pour une part importante de la demande de logements, ils peinent à revoir leurs grilles de commercialisation, même s ils sont déjà contraints de s y résoudre pour certaines opérations déjà lancées dans quelques grandes villes. Les charges foncières pèsent, certes, lourdement sur les prix de sortie, de même que les coûts de construction. Les professionnels de la promotion immobilière, du bâtiment et de la construction attendent la mise en œuvre concrète de mesures annoncées en mars dans le «Plan d urgence» par le chef de l État, qui porteraient notamment sur la limitation des recours abusifs contre les permis de construire, un moratoire de deux ans sur les nouvelles normes, la TVA à taux réduit sur la construction et la rénovation des logements sociaux Dans l ancien, sous la pression de la demande plus sélective et plus exigeante sur la localisation et la qualité des logements qu elle envisage d acquérir, l offre est conduite à revoir ses prétentions, mais dans des proportions très variables selon les marchés. Lorsque l offre est adaptée à la demande, et qu elle se révèle insuffisante sur certains secteurs, comme à Paris et dans les centres des grandes métropoles régionales, les prix restent sous tension. NOMBRE D OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES : estimations Études Crédit Foncier Immobilier 7 juin 2013 (Sources : Sitadel II, prévisions Modèle Fanie arrêtées au 15 mai estimations Etudes/CFI 7 juin 2013.) LE NEUF (Sources : DAEI/SES/AEREL.) var./ var./2012 Logements mis en chantier ,8 % ,1 % dont locatif dont locatif social dont locatif intermédiaire dont locatif privé accession dont accession avec PTZ résidences secondaires ,0 % 4,8 % 22,2 % 25,5 % 20,9 % 13,5 % 27,0 % ,5 % 10,0 % 36,4 % 24,7 % 4,0 % 2,8 % 14,4 % dont individuels collectifs dont logements en résidence ,6 % 18,8 % 19,4 % ,1 % 5,8 % 5,7 % dont construction neuve ,6 % ,4 % construction existante ,1 % ,3 % Logements mis en chantier hors locatif social ,3 % ,0 % Estimation du nombre d opérations immobilières privées ,0 % ,0 % dont ventes logements promotion immobilière (Source: FPI/modèle Fanie.) ventes de maisons individuelles (Sources: UMF et études/cfi.) auto construction (Estimations CFI.) ,9 % 14,5 % 64,0 % ,7 % 1,6 % 14,8 % L ANCIEN (Sources : notaires/fnaim/etudes Crédit Foncier Immobilier.) var./ var./2012 Nombre de transactions (Source: notaires/insee.) ,9 % ,1 % dont locatif privé accession résidences secondaires des résidents achats des non-résidents Estimation du nombre d opérations du marché résidentiel privé (neuf+ancien) ,3 % 12,0 % 11,0 % 9,5 % ,8 % 11,5 % 10,0 % 9,1 % ,3 % ,4 % IMMOBILIER

8 Crédit Foncier Immobilier développe une plate-forme de services et de conseil à destination des grands propriétaires, professionnels de l immobilier, établissements financiers et particuliers, pour les accompagner dans la valorisation de leur patrimoine. CONTACTS crédit foncier immobilier Nos métiers du conseil et de l expertise Christian de Kerangal, directeur général délégué Tél. : Direction des Études Emmanuel Ducasse, directeur Tél. : Crédit Foncier Conseil et Audit Sandrine Fougeirol du Boullay, directrice Tél. : Crédit Foncier Expertise Philippe Taravella, directeur général Tél. : Serexim, avis de valeur Richard Walter, directeur général Tél. : Nos métiers de la transaction Olivier Boussard, directeur général délégué Tél. : Ad Valorem Investissement Conseil à l investissement Laurent de Franssu, responsable du département Tél. : AD VALOREM BUREAUX Vente et location de bureaux Laurent Vignon, directeur Tél. : MILLESIME BY AD VALOREM Immobilier haut de gamme Dominique Beguet, directeur Tél. : Ad Valorem RÉSIDENTIEL Vente d immobilier neuf Nicolas de Bucy, directeur Tél. : Grégory Moreaux, directeur adjoint Tél. : Ad Valorem Gestion Éric Lucia, directeur Tél. : Crédit Foncier Immobilier. Siège social : 19 rue des Capucines Paris. RCS Paris Photononstop. Conception-réalisation :. 15 implantations, autant de marques d attention Toutes nos études de marché locales sont consultables sur : LILLE ROUEN PARIS RENNES TOURS NANTES LYON BORDEAUX DIJON NANCY CHAMBÉRY TOULOUSE MONTPELLIER MARSEILLE NICE 8 Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 2013

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier REPLI DES VOLUMES ET INFLEXION ATTENDUE DES PRIX 4 e trimestre 2012 Direction des Études Point de conjoncture logement REPLI DES VOLUMES ET INFLEXION ATTENDUE

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

vos contacts CREDIT FONCIER IMMOBILIER

vos contacts CREDIT FONCIER IMMOBILIER vos contacts CREDIT FONCIER IMMOBILIER Direction générale Comité de direction, général délégué Crédit Foncier Immobilier Stéphane Imowicz, général, général délégué Stéphane Imowicz général Tél. : 01 57

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl ÉTUDE CONSTRUCTION EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Avril 2011 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports sarl 231 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon France Tel : +33 (0)4 74

Plus en détail

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter Enquête trimestrielle menée auprès des candidats à l acquisition d un logement dans les 12 prochains mois Communiqué de presse - Octobre 2012-8ème vague - 3ème trimestre 2012 / ANALYSE GLOBALE OCTOBRE

Plus en détail

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?»

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» Etude du marché immobilier du Grand Avignon Intervention : Yohan BREUIL, directeur d agence, Adequation L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» www.adequation.fr Le 07 octobre 2014 Objectifs

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2015 @JFBuet @FNAIM fnaim.fr VOLUME DES VENTES DANS L EXISTANT 2 LÉGÈRE REPRISE DES VENTES DANS L EXISTANT Sources : CGEDD

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 4 e trimestre 13 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif Île-de-France 13 : le levier des

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 2 e trimestre 2014 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France UN MARCHÉ

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain»

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» «Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» Intervention de Laurent Escobar, directeur associé, Adequation et de Véronique Coupanec, consultante siège : Espace

Plus en détail

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Intervention de Laurent Escobar, directeur associé Lille Métropole -

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Le Prisme, Lyon Jeudi 9 février 2012 Siège (Lyon) Agence de Montpellier Agence de Nantes Agence de Nice Espace Eiffel -

Plus en détail

Atelier conférence Au bonheur du logement

Atelier conférence Au bonheur du logement Intervention de Laurent Escobar, directeur associé, Adequation Atelier conférence Au bonheur du logement Les Rencontres de l AURA 30 novembre 2012, Angers siège : Espace Eiffel 18/20, rue Tronchet 69006

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION

CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION 250 collaborateurs Plus de 800 ventes actées en 2011 15 implantations régionales 72 % d'actifs expertisés en tertiaire, 28% en résidentiel

Plus en détail

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Mercredi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr Sommaire Observatoire de la FPI

Plus en détail

L'évolution récente des prix des logements anciens

L'évolution récente des prix des logements anciens L'évolution récente des prix des logements anciens Claude Taffin (DINAMIC) Les Journées de l Economie 14 Décembre 2013 Evolution 1998-2013 des prix des logements anciens (Source : bases notariales) 2 Premiers

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Le lien entre vous et vos projets

Le lien entre vous et vos projets 2011 Le lien entre vous et vos projets www.adequation-france.com Siège (Lyon) Espace Eiffel - 18-20 rue Tronchet 69006 Lyon Tél. 04 72 00 87 87 - fax. 04 27 19 48 80 Agence de Montpellier 133, rue Olof

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 213 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 3 e trimestre 214 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France COUP DE FREIN

Plus en détail

www.vente-appartement-occupe.com LA réponse à une nouvelle demande sur le marché de l immobilier

www.vente-appartement-occupe.com LA réponse à une nouvelle demande sur le marché de l immobilier www.vente-appartement-occupe.com LA réponse à une nouvelle demande sur le marché de l immobilier LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER : État des lieux du premier semestre 2012 Tributaire d un climat économique peu

Plus en détail

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION «Multiplier les points de vue pour voir la situation sous le meilleur angle». Au contact de ses clients Crédit Foncier Immobilier s est forgé la conviction que ses

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Projet de Loi Logement et Urbanisme portant sur : Les professions immobilières Les rapports locatifs La copropriété

Projet de Loi Logement et Urbanisme portant sur : Les professions immobilières Les rapports locatifs La copropriété DOSSIER DE PRESSE Chiffres de l immobilier au Projet de Loi Logement et Urbanisme portant sur : Les professions immobilières Les rapports locatifs La copropriété Sommaire P 2 et 3 Chiffres de l immobilier

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Agence Départementale d Information sur le Logement du Val-de-Marne. La note habitat octobre 2014 Accéder à la propriété dans le Val-de-Marne

Agence Départementale d Information sur le Logement du Val-de-Marne. La note habitat octobre 2014 Accéder à la propriété dans le Val-de-Marne Agence Départementale d Information sur le Logement du Val-de-Marne La note habitat octobre 2014 Accéder à la propriété dans le Val-de-Marne Sommaire page 5 Introduction page 6 Etat des lieux de la propriété

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE LES CHIFFRES DE 2005

LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE LES CHIFFRES DE 2005 Paris, le 17 janvier 2006 LES CHIFFRES DE L IMMOBILIER EN FRANCE Les statistiques immobilières émanant du notariat français proviennent, avec la Base BIEN pour l'ile-de-france et la base PERVAL pour la

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel : Evolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel : Evolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /12 16 avril FRANCE Immobilier résidentiel : Evolutions récentes et perspectives -16 Les ménages se resolvabilisent La correction du marché résidentiel français s est poursuivie en 14. Elle

Plus en détail

Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com

Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com Introduction Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 2 Présentation du 11 e Observatoire du Crédit Sandrine ALLONIER Responsable des études économiques 3 6,00% Evolution des taux des marchés

Plus en détail

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF REDRESSEMENT DES VENTES AU 4EME TRIMESTRE 2014 : LA RELANCE EST A NOTRE PORTÉE MERCREDI 11 FEVRIER 2015, 9 HEURES Palais Brongniart PARIS CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

Tendances récentes dans l ancien

Tendances récentes dans l ancien Trimestriel n 39 janvier 214 Immobilier en France : Attention à la hausse des taux Le marché résidentiel est resté en repli modéré en 213 : volume de ventes en baisse de 2 % dans l ancien comme dans le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le marché immobilier en 2012 EN FRANCE. Conférence de presse du 4 avril 2013 CONTACTS

DOSSIER DE PRESSE. Le marché immobilier en 2012 EN FRANCE. Conférence de presse du 4 avril 2013 CONTACTS Le marché immobilier en 2012 EN FRANCE Conférence de presse du 4 avril 2013 CONTACTS Conseil supérieur du notariat Caroline Gaffet caroline.gaffet.csn@notaires.fr 01 44 90 31 74 Chambre des notaires de

Plus en détail

Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 2015?

Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 2015? MARKETVIEW Résidentiel France, Janvier 215 Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 215? Ventes dans l ancien + 4 % Prix dans l ancien - 1 % Mises en chantier -

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction

Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction 24 avril 2013 Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction 1 Contre toute attente, l année 2012 avait été marquée par un

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Le Bâtiment Basse Consommation «BBC»

Le Bâtiment Basse Consommation «BBC» L investissement Scellier BBC via une SCPI SCPI Corum Patrimoine Ile-de- France Lyon Marseille Nantes SCPI Corum Patrimoine La SCPI : un placement immobilier La Société Civile de Placement Immobilier a

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

LE PARADOXE DUFLOT. ATELIER PRESSE Daniel Znaty Directeur immobilier

LE PARADOXE DUFLOT. ATELIER PRESSE Daniel Znaty Directeur immobilier LE PARADOXE DUFLOT Un dispositif incitatif, une perception négative des Français patrimoniaux, un décollage lent des résultats au rendez-vous pour l UFF ATELIER PRESSE Daniel Znaty Directeur immobilier

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com DOSSIER DE PRESSE POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 1 I. Le Marché de l immobilier

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mardi 25 janvier 2011-1 Les faits marquants

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

PROMOTION IMMOBILIÈRE

PROMOTION IMMOBILIÈRE PROMOTION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PROMOTION

Plus en détail

Activité de l individuel aménagé Année 2013 Activité de la promotion immobilière Année 2013

Activité de l individuel aménagé Année 2013 Activité de la promotion immobilière Année 2013 Activité de l individuel aménagé Année 2013 Activité de la promotion immobilière Année 2013 Jeudi 20 Février 2014 - Orléans Raymond Le Roy Liberge, président de l Association OCELOR Benoît Aiglon, président

Plus en détail

Du Scellier au Duflot

Du Scellier au Duflot 12 décembre 2012 DAEJ/CAB/2012/67 Du au Duflot 1- De nombreux dispositifs d aide à l investissement locatif dans le logement neuf se sont succédés depuis 1986 Depuis 1986, six dispositifs fiscaux de soutien

Plus en détail

ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE!

ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE! ADMINISTRATION DE BIEN-ÊTRE! Depuis près de 20 ans, l ensemble des métiers de Pure Gestion assure la gestion et le bon suivi de vos biens immobiliers. L implication, la maîtrise des enjeux liés aux investissements

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 Dossier semestriel Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 BILAN DE L ANNÉE 2013 : Evolution mensuelle des taux en 2013 : baisse de 0,10% du taux d intérêt sur 20 ans Evolution des taux depuis

Plus en détail

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux APAGL - BELVIA IMMOBILIER - BILLON IMMOBILIER - BOUYGUES IMMOBILIER - CENTURY 21 CM-CIC GESTION IMMOBILIERE - CREDIT FONCIER IMMOBILIER - DAUCHEZ - FFB FNAIM DU GRAND PARIS - FONCIA - FONCIERE LOGEMENT

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Faut-il acheter ou louer son logement?

Faut-il acheter ou louer son logement? Janvier 2013 Faut-il acheter ou louer son logement? Etude réalisée par Asterès pour Meilleurtaux.com «Les petits-déjeuners des experts» Mardi 29 janvier 2013 Contacts : Meilleurtaux.com Sandrine Allonier

Plus en détail

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE CARTOGRAPHIE NATIONALE DES RISQUES LOCATIFS EN IMMOBILIER RESIDENTIEL NEUF «SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE Synthèse avril 2010 PAR TEMPS COUVERT SUR L HEXAGONE. LES DYSFONCTIONNEMENTS

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle N 245, juin 2015 La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle I) Immobilier : un début d année sur les chapeaux de roues +39% au premier trimestre 2015 Au premier

Plus en détail

* Terrains destinés à supporter la construction de logements collectifs. Immogroup Consulting une marque d'eyquem VALUE

* Terrains destinés à supporter la construction de logements collectifs. Immogroup Consulting une marque d'eyquem VALUE LE PRIX DU FONCIER* EN ZONE URBAINE ~~~ UNE CRISE RENFORCEE PAR LES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE ou lorsque la logique économique s oppose à la logique écologique * Terrains destinés à supporter

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

PLH. Synthèse Diagnostic - Enjeux. Programme Local de l Habitat. le PLH de Saint-Etienne Métropole. juin 2010. Programme Local de l Habitat

PLH. Synthèse Diagnostic - Enjeux. Programme Local de l Habitat. le PLH de Saint-Etienne Métropole. juin 2010. Programme Local de l Habitat PLH le PLH de Saint-Etienne Métropole Programme Local de l Habitat Programme Local de l Habitat juin 2010 Synthèse Diagnostic - Enjeux Précisions méthodologiques Une typologie des communes de l agglomération

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché de l investissement 2013 : TOUJOURS

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Jeudi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr OBSERVATOIRE DE LA FPI

Plus en détail

«Comment développer une offre de logements abordables et diversifiés?»

«Comment développer une offre de logements abordables et diversifiés?» «Comment développer une offre de logements abordables et diversifiés?» Espace Eiffel 18/20, rue Tronchet 69006 Lyon tél. 04 72 00 87 87 fax. 04 78 27 70 72 Intervention de Laurent Escobar, directeur associé,

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier L INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER CORPORATE VISE LE RECORD SEPTENNAL 3 e trimestre 214 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché de l investissement

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail