Rapport environnemental période

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport environnemental période 2002-2004"

Transcription

1 Rapport environnemental période

2 1 Un engagement renforcé en faveur de l environnement Notre Aéroport a pour ambition d être une plate-forme aéroportuaire dynamique, attractive et ouverte sur le monde, qui participe au rayonnement de sa région. Au cours des trois dernières années ( ), l Aéroport International de Genève (AIG) a enregistré une augmentation du nombre de passagers et du nombre de destinations, tout en préservant une stabilité du nombre de mouvements d avions. L accroissement général des activités, associé à des événements ponctuels tels que le sommet du G8 en juin 2003, a sollicité une mobilisation accrue des ressources. Durant cette période, la majeure partie des mesures environnementales préconisées par l Office fédéral de l aviation civile (OFAC) dans sa décision d approbation du règlement d exploitation de l AIG du 31 mai 2001 a été mise en œuvre et réalisée. Dans certains domaines, l AIG a même choisi d aller au-delà des mesures prescrites. Ces actions, menées dans le cadre du système de management environnemental (SME), ont permis de renforcer encore la maîtrise des impacts environnementaux. Afin de garantir une exploitation des activités aéroportuaires respectueuse des principes du développement durable, un système de management intégré a été mis en place. Il contribue à assurer la cohérence des actions des trois piliers économique, social et environnemental. Nous nous donnons les moyens de concrétiser nos ambitions et de consolider notre rôle d entreprise moderne, compétitive et responsable. L AIG veut poursuivre son engagement sur la même voie, dans le dialogue et la concertation, afin d assurer l amélioration continue de la performance environnementale de ses activités. A strong commitment to the environment It is the ambition of our Airport to be a dynamic, attractive and cosmopolitan air terminal which contributes to the influence of the region as a whole. Over the past three years ( ), Geneva International Airport (AIG) has recorded an increase in the number of passengers and destinations, while maintaining a stable number of aircraft movements. The general increase in activity associated with one-off events such as the G8 summit in June 2003, has required an enhanced mobilisation of resources. During this period, most of environmental measures recommended by the Federal Office of Civil Aviation (FOCA) in its decision to approve the operating regulations of AIG on 31 May 2001 have been implemented. In some areas, AIG has even exceeded the recommended measures. Such actions, taken within the framework of the Environmental Management System (EMS), have made it possible to control even further the impact of the Airport activities on the environment. To guarantee that Airport activities are carried out in conformity with the principles of sustainable development, an integrated management system has been put in place. This helps ensure consistency of actions in the three areas: economic, social and environmental. We are giving ourselves the means to achieve our ambitions and consolidate our role as a modern, competitive and responsible company. AIG intends to carry on with its commitment, in a spirit of dialogue and cooperation, to ensure the ongoing improvement of its environmental performance. Carlo Lamprecht Conseiller d État Président du Conseil d administration Jean-Pierre Jobin Directeur général Carlo Lamprecht State Councillor President of the Board of Directors Jean-Pierre Jobin Director General

3 2 Politique environnementale

4 3 Environmental Policy of Geneva International Airport Geneva International Airport (AIG), in collaboration with its partners on the Airport platform, is committed to offering its customers a safe and efficient service that fully meets their expectations whilst respecting the principles of sustainable development. With regard to environmental protection, AIG undertakes to: comply with environmental regulations in force and anticipate new developments prevent and limit the environmental impact of air traffic and Airport activities by: -evaluating and monitoring noise levels, taking measures to reduce noise on the Airport platform and in surrounding built-up areas -minimising the release of pollutants into the air, water and ground -controlling the consumption of energy and natural resources -preventing risks related to dangerous substances to the environment -limiting the production of waste and encouraging selective sorting -preserving natural habitats on the site integrate environmental factors at all levels and for all parties concerned by: -communicating its commitment to the environment and its environmental performance -involving and motivating employees to ensure that they play an active role in controlling the environmental impact of their activities, under hierarchical responsibility -encouraging partners on the site to curb the environmental impact of activities for which they are responsible -cooperating with suppliers and subcontractors who share the ethical values of AIG maintain a dialogue with the competent authorities, local residents, representatives of nearby towns, residents and environmental associations by: -sharing information -practising a policy of active cooperation -meeting requirements in a detailed manner AIG is working to integrate the Environmental Management System (EMS) throughout the company s internal organisation and to continuously improve its environmental performance. General management ensures that the necessary resources are allocated and that all proceeds from environmental surcharges are paid into an environment fund dedicated to environmental protection measures. Geneva, April 2005

5 4 Exploitation et mouvements Mouvements - passagers stations de sports d hiver des Alpes suisses et françaises par vols charters ou de ligne, constituent des périodes de grandes affluences. Lors de la période considérée, une pointe de fréquentation de l Aéroport a été enregistrée le samedi 3 janvier 2004 avec plus de passagers. En 2003, l Aéroport a connu deux périodes d activités exceptionnelles: le sommet du G8 à Evian au début juin qui a engendré de nombreux mouvements, notamment des vols d hélicoptères au-dessus de la région, et le Sommet mondial sur la société de l information (SMSI) en décembre à l occasion duquel de nombreux chefs d État ont été accueillis sur notre plate-forme. Superficie Pistes Statut Partenaires du site Personnels Situation Le nombre de mouvements d avions sur l Aéroport est resté stable ces trois dernières années (de à ), alors que le nombre de passagers a progressé de 7.6 à 8.5 millions. Le taux de remplissage des avions paraît ainsi en progression, signe positif du point de vue environnemental. Les décollages et atterrissages ont lieu préférentiellement en direction du sud-ouest (piste 23) en raison du régime des vents dominants 340 hectares Piste principale: m (orientation 23 05) Piste en gazon: 750 m (utilisée par temps sec par l aviation légère) Établissement public autonome depuis 1994, au bénéfice d une concession fédérale d exploitation renouvelée par la Confédération suisse en 2001 pour une période de 50 ans 150 instances et sociétés personnes, dont 600 pour l AIG A 5 km du centre-ville de Genève Accessibilité Liaison directe avec le réseau ferroviaire suisse, le réseau de transports publics (urbain et interurbain) et le réseau autoroutier Zone de chalandise Tracés radar piste 23 (23 janvier 2004) 1.5 millions d habitants vivant à moins d une heure de l Aéroport (6 millions à moins de deux heures) en Suisse et en France et de l approche sur le lac. En 2003, la piste a été utilisée de manière presque équivalente dans les deux sens suite aux nombreuses journées de bise (vent du nord-est). Pointes et périodes exceptionnelles Les week-ends de la saison d hiver (mi-décembre à mi-avril), au cours desquels les skieurs se rendent en nombre dans les Passagers (mio) Adaptation de l infrastructure aéroportuaire D importants travaux de réaménagement du front de l aérogare (470 m), qui ont duré six ans, ont été achevés à fin 2004 avec la mise en service des deux dernières nouvelles salles d embarquement frontales (NSEF) affectées au secteur français de l aérogare. Le plan directeur a été ainsi réalisé dans sa presque totalité, dans les délais et le budget prévus. Evolution des passagers et mouvements d avions Mouvements

6 Limitations du trafic nocturne L Aéroport reste ouvert en permanence, conformément aux exigences de la concession fédérale d exploitation de l AIG. Cependant le trafic est strictement réglementé entre 22h00 et 06h00: 22h00-06h00: interdiction des vols non commerciaux; 22h00-24h00: limitation des décollages aux vols commerciaux dont les émissions sonores ne dépassent pas un certain seuil; 00h00-06h00: couvre-feu nocturne (aucun vol programmé), régime dérogatoire pour les vols en retard sur l horaire jusqu à 00h30 et au-delà pour les vols tels que les vols sanitaires et les vols d État autorisés par l OFAC. La proportion des mouvements nocturnes (entre 22h00 et 06h00) reste faible: 3.5% en 2002, 3.7% en 2003, 3.2% en 2004, avec une majorité d atterrissages (83% des mouvements nocturnes en 2004). Vols diurnes 96.8% Répartition horaire des atterrissages et décollages (2004) nocturnes 3.2% 5h - 6h 0.2% 0h - 5h 3.1% 23h - 24h 20.0% Décollages 17% 22h - 23h 76.7% Atterrissages 83% 5 Dès lors, 10 positions en front de l aérogare (Aile Ouest et NSEF) complètent les 11 positions au contact (munies de passerelles télescopiques) déjà existantes. Cette adaptation de l infrastructure aéroportuaire répond à l évolution du trafic aérien. Les nouveaux bâtiments sont conçus pour limiter la consommation énergétique et les toitures sont partiellement végétalisées. Respect des servitudes aéronautiques Durant l hiver , les engagements pris par la France conformément à la Convention internationale de 1956 ont été appliqués sur le territoire français adjacent à la piste principale. Douze hectares de la forêt de Ferney-Voltaire qui borde l Aéroport sur sol français font l objet d un programme de coupe et d abattage d arbres sous l autorité de l Office national des forêts français (ONF). Au terme de cette première phase d intervention, d importantes mesures de compensation (reboisement) seront mises en œuvre pour préserver la qualité du site. Bilan financier Le chiffre d affaires de l AIG a progressé au cours des trois dernières années pour s élever à CHF 229 millions en Un programme d investissement mesuré et une bonne maîtrise des dépenses de fonctionnement ont permis à l AIG de réaliser un bénéfice substantiel ces trois dernières années, dont la moitié a été versée à l État de Genève. Passenger movements The number of aircraft movements at the Airport has remained stable over the last three years (from 164,000 to 166,000), whereas the number of passengers has increased from 7.6 to 8.5 million. Large influxes are experienced every year at weekends during the winter season, when skiers make their way in large numbers to the winter sport resorts of the Swiss and French Alps. In 2003, the Airport experienced two periods of exceptional activity: the G8 summit in Evian and the World Summit on the Information Society (WSIS). Adaptation of Airport infrastructure Important work to develop the front of the Airport (470 m) was completed at the end of 2004 as the two most recent new frontal departure lounges assigned to the French section of the Airport were put into service. This ensured that the master plan was completed almost in its entirety, on time and on budget. The Airport now has 10 aircraft frontal stands to supplement the 11 airbridged aircraft stands already in existence. This adaptation of the Airport infrastructure meets the growth in air traffic. The new buildings are designed to optimise energy consumption and their roofs are partially covered with vegetation. Compliance with aeronautical constraints During the winter of , undertakings made by France under the International Convention of 1956 were applied on French territory adjacent to the main runway. Twelve hectares of Ferney-Voltaire forest adjoining the Airport on French soil are part of a tree felling program carried out by the French National Forestry Commission. Important compensation measures will be taken to preserve the quality of the site. Finance Turnover of AIG has increased over the last three years (CHF 229 million in 2004). A reasonable investment program and permanent control of operating costs allowed AIG to make a substantial profit, half of which was paid to the state of Geneva.

7 6 Système de management environnemental Principales réalisations Initialisation du processus de certification de l AIG selon la norme internationale ISO 14001:2004 Renforcement des liens avec les autres systèmes de management de l AIG Renforcement de la communication environnementale Plan environnemental Le Système de management environnemental (SME) de l AIG est optimisé conformément aux exigences d ISO 14001:2004, en synergie avec le système de management intégré de l AIG La concrétisation du SME est étendue par une meilleure intégration de la composante environnementale dans les activités et les projets mis en œuvre à l AIG Une communication adaptée aux parties intéressées valorise le SME, principalement ses actions concrètes Les premières cartes documentées (couches) du Système d information du territoire de l Aéroport de Genève (SITAG) en relation avec l environnement sont exploitables La vision à long terme de la protection de l environnement sur la plate-forme aéroportuaire est déterminée, définissant ainsi les éléments de progression de la performance environnementale Management environnemental intégré dans la gestion d entreprise La parole à un membre de la Commission consultative pour la lutte contre les nuisances dues au trafic aérien (CCLNTA) Pour le premier magistrat de Ferney-Voltaire, ville dont la situation limitrophe avec l Aéroport est exceptionnelle grâce à un rideau végétal d envergure, il est indispensable voire primordial de préserver cet espace, avec la faune et la flore encore présentes dans ces lieux, au bénéfice de l ensemble de la population. L équilibre entre progrès, modernité et développement des activités dans le respect du cadre de vie sera le combat du 21 ème siècle. Les multiples tâches à accomplir au sein de la CCNLTA sont bien amorcées. Les nuisances liées à l activité humaine des transports aériens bien cernées: du bruit, des déchets, des odeurs, de l eau, des sols, du choix des énergies propres, des risques majeurs, des milieux naturels, toute une panoplie et une batterie de mesures sont d ores et déjà soit mises en place, soit en cours d institutionnalisation. L insonorisation côté Ferney (France) sera enfin effective grâce à des mesures spécifiques tendant à donner aux riverains de l aéroport des réponses les plus équitables possibles. L indépendance de vue et d orientation de cette commission devrait à l avenir pouvoir s affranchir de la tutelle de l AIG dont l objectif principal est d ordre économique. Néanmoins l effort conséquent déployé depuis maintenant plusieurs années et la ligne suivie, sont révélateurs d une volonté manifeste d identification claire au bénéfice de l environnement. Que notre commission joue pleinement son rôle à l avenir, c est un gage de bonne santé pour l AIG et les populations qui l entourent. Pierre-Etienne Duty Maire de Ferney-Voltaire, Membre de la CCLNTA Conscient de l influence de ses activités sur l environnement, l AIG mène une politique active de limitation des impacts environnementaux liés au trafic aérien et aux activités aéroportuaires. Une démarche de certification de son Système de management environnemental (SME) selon la norme internationale ISO 14001:2004 a été initiée en Elle permet d assurer aux parties intéressées que le SME mis en place en 1997 est approprié et efficace, que l entreprise est conforme aux exigences normatives et que la performance environnementale s améliore de manière continue. Dans le souci de fournir des prestations respectant les principes du développement durable, le SME est englobé dans un système de management intégré pour tout l AIG. Articulé autour du système de management de la qualité de l AIG certifié selon ISO 9001:2000 en 2003, il permet de coordonner les actions de gestion de la qualité, de la sécurité d exploitation, de la santé et de la sécurité au travail, ainsi que de l environnement.

8 7 Responsabilités L engagement de la direction générale de l AIG pour la protection de l environnement est décrit dans sa politique environnementale (cf. p.2), élément central du SME actualisé en avril Sous la responsabilité des cadres, chaque collaborateur/trice a un rôle actif à jouer en respectant les procédures environnementales et en mettant en pratique les programmes environnementaux dans ses tâches quotidiennes, dans les limites des impératifs opérationnels. La division environnement et affaires juridiques est chargée de développer et promouvoir le SME auprès des collaborateurs/trices de l AIG et des partenaires de la plate-forme aéroportuaire. Communication Un dialogue permanent est maintenu avec les autorités des communes avoisinantes et les associations de riverains et de protection de l environnement au sein de la Commission consultative pour la lutte contre les nuisances dues au trafic aérien (CCLNTA). La communication avec les riverains et le grand public se développe et se renforce. Dans ce sens, la rubrique du site Internet de l AIG (www.gva.ch) dédiée à l environnement est périodiquement révisée et des supports de communication ont été créés en remplacement de «Environnement Info»: «GVAEnvironnement», bulletin environnemental semestriel destiné à un large public, en particulier les habitants des communes avoisinantes, publié pour la première fois au printemps 2004; Informations spécifiques, destinées aux membres de la CCLNTA et autres spécialistes. En complément, les publications internes de l Aéroport (magazines «23-05» et «Nous AIG», brochures ciblées) intègrent de manière régulière les activités de protection de l environnement mises en œuvre par l AIG. Boucle d amélioration continue (roue de Deming) Enrichissement Revue de direction Contrôle - actions correctives Audits Act Agir Check Vérifier Plan Planifier Do Faire Planification Objectifs et programmes Mise en oeuvre et fonctionnement Environmental management integrated in corporate administration Aware of the effect of its activities on the environment, AIG conducts an active policy of limiting environmental impact resulting from air traffic and Airport activities. The first step toward certification of its Environmental Management System (EMS) in accordance with international standard ISO 14001:2004 was initiated in With a view to providing services that adhere to the principles of sustainable development, the EMS is part of the integrated management system of AIG as whole, based on a quality management system certified to ISO 9001:2000 in Responsibilities The commitment of AIG general management to environmental protection is described in its environmental policy, a key element of EMS updated in April Under the responsibility of managers, all employees play an active role in adhering to environmental procedures and implementing environmental programs in their day-to-day tasks, subject to imperative operational limits. The environment and legal affairs division is responsible for developing and promoting the EMS among AIG employees and partners on the Airport site. Communication An ongoing dialogue is maintained with local authorities as well as residents and environmental associations within the consultative commission on action to control nuisances caused by air traffic. Communication with local residents and the general public is developing and growing stronger. In this context, the section of the AIG web site (www.gva.ch) dedicated to the environment is periodically updated and information media have been created, such as «GVAEnvironnement» (half-yearly environmental bulletin aimed at a wide public), and specific information intended for members of the consultative commission and other specialists. In addition, the Airport s internal publications regularly feature environmental protection activities implemented by AIG.

9 8 Lutte contre le bruit Une préoccupation constante Mesurer et réduire l impact sonore du trafic aérien et des activités aéroportuaires constitue une préoccupation constante pour l AIG. La gêne sonore induite par le trafic aérien représente l un des aspects environnementaux les plus sensibles. L AIG s applique à mettre en œuvre, à tous les niveaux, des mesures pour réduire l exposition des populations riveraines de l Aéroport au bruit des aéronefs, en collaboration avec les autorités fédérales compétentes en matière d aviation civile et les compagnies aériennes. Les domaines d actions La lutte contre le bruit s articule essentiellement autour de quatre domaines d actions. Elle implique un examen des différentes solutions pour réduire les émissions sonores dans le respect des contraintes opérationnelles, en appliquant notamment des mesures à la source du bruit, des mesures d aménagement et de gestion du territoire, des procédures d exploitation à moindre bruit et, le cas échéant, des restrictions d exploitation. Chacun des acteurs concernés a une responsabilité propre dans l application de mesures adaptées à ces domaines d actions. L État fixe les règles d aménagement du territoire pour les zones requérant une protection accrue contre le bruit, toutes sources confondues. De même, la réglementation fédérale impose certaines restrictions opérationnelles, par exemple la réglementation applicable aux vols de nuit (après 22 heures) et l interdiction des aéronefs les plus bruyants sur les aéroports suisses. L Office fédéral de l aviation civile (OFAC) veille à ce que les aérodromes, l espace aérien et les installations de contrôle de la circulation aérienne soient utilisés de manière ordonnée et écologique. Les procédures d approche et de décollage sont établies en concertation entre l AIG, Skyguide et l OFAC à partir des règles de sécurité et opérationnelles (fluidité du trafic aérien), en tenant compte notamment des exigences en matière de lutte contre les nuisances sonores. Mesure et identification du bruit des aéronefs Principales réalisations Renouvellement du système de mesure et d indentification automatique du bruit des aéronefs (MIABA) Interdiction aux avions du «chapitre 2» OACI d opérer sur les aéroports suisses Installation de 7 systèmes fixes supplémentaires de fourniture d énergie aux avions en stationnement (GPSS) Initialisation d une étude sur la question des mouvements nocturnes Élaboration d un concept de mesures d isolation acoustique des locaux à usage sensible au bruit autour de l Aéroport, y compris un dispositif spécifique pour les habitations sises en France voisine Initialisation du processus d insonorisation de 140 habitations riveraines de l Aéroport En 2003, l AIG s est équipé d un nouveau système de mesure et d identification automatique du bruit des aéronefs (MIABA). Le système est organisé selon un réseau de 15 stations microphoniques fixes installées dans les communes proches de l Aéroport. Il contribue à une meilleure appréciation de la charge sonore liée au trafic aérien. En outre, MIABA permet de visualiser, d enregistrer et d analyser les trajectoires au décollage et à l atterrissage des aéronefs équipés de transpondeur. Évolution de la charge sonore Les mesures effectuées par MIABA confirment une tendance à la baisse des niveaux sonores malgré l augmentation générale des activités liées au trafic aérien. Cette tendance s explique par plusieurs facteurs. D abord, les avions opérant sur l Aéroport sont de moins en moins bruyants. Par ailleurs, différentes restrictions opérationnelles interdisent l accès aux avions les plus bruyants. Enfin, la mise en œuvre d un programme de lutte contre le bruit basé sur des mesures actives et passives, ainsi que des actions ponctuelles, contribuent à renforcer cette tendance.

10 9 Satigny Genthod Poste de surveillance du bruit Evolution des niveaux sonores mesurés aux postes de surveillance du bruit Satigny Genthod Réduction du bruit du trafic aérien: mesures actives Les mesures actives sont prises pour réduire le bruit à la source. Les aéronefs sont classifiés en fonction de leur performance acoustique sur la base des recommandations de l Organisation de l aviation civile internationale (OACI), périodiquement révisées. Ces recommandations font partie intégrante de la réglementation suisse. L exploitation des avions du «chapitre 2» est interdite en Suisse depuis avril 2002 et les appareils de 1 ère génération du «chapitre 3» font l objet d une surveillance particulière. Par exemple, les avions les plus bruyants ne sont plus autorisés à virer à droite au dessus du Pays de Gex lorsqu ils décollent en direction du sud-ouest (piste 23). A permanent concern Measuring and reducing noise disturbance caused by air traffic and Airport activities is a permanent concern of AIG. Noise disturbance is one of the most sensitive environmental aspects. AIG is committed to taking steps to reduce the exposure of local residents to aircraft noise, in conjunction with the Federal Office for Civil Aviation (FOCA) and airlines. Measurement and identification of aircraft noise In 2003, AIG acquired a new automatic noise measuring and identification system, based on a network of 15 fixed microphone stations installed in communities near the Airport. The system makes it possible to display, record and analyse the take-off and landing paths of aircraft equipped with a transponder. Noise level evolution Measurements confirm a downward trend in noise levels despite the general increase in air traffic activity. This trend can be explained by several factors. Firstly, aircraft operating at the Airport are less and less noisy. Furthermore, a range of operating restrictions prohibits access to the noisiest aircraft. Lastly, implementation of a noise prevention program based on active and passive measures, as well as one-off actions, helps to reinforce this trend.

11 10 Surtaxe bruit Une surtaxe bruit pénalise économiquement les compagnies aériennes qui exploitent des appareils encore bruyants. Afin de maintenir l effet incitatif, cette surtaxe est réévaluée périodiquement pour tenir compte des évolutions technologiques. Evolution du produit de la surtaxe bruit (CHF) *Révision de la classification 1997 Surtaxe avions à réaction * Réduction du bruit du trafic aérien: mesures passives Les mesures passives complètent les mesures actives en atténuant les effets du bruit produit par le trafic aérien et les activités aéroportuaires. Ces mesures sont prises en adéquation avec l évolution du trafic. Réduction du bruit des avions en escale Des systèmes fixes de fourniture d énergie aux avions (GPSS) équipent les 21 positions de stationnement. Les 7 derniers GPSS ont été installés entre 2002 et 2004 (cf. chapitre qualité de l air). La charge sonore est ainsi sensiblement réduite suite à la limitation de l utilisation des moteurs auxiliaires embarqués (APU), particulièrement bruyants. Analyse des mouvements nocturnes Une analyse des mesures de réglementation additionnelle des mouvements nocturnes susceptibles d être appliquées à l Aéroport a débuté en 2004, afin de stabiliser voire réduire l impact sonore du trafic aérien dans les communautés riveraines aux heures sensibles (entre 22 heures et 6 heures). Plan environnemental Les procédures fondées sur la jurisprudence du Tribunal Fédéral de 1995 sont menées à leur terme En Suisse, la phase 1 (obligatoire) du concept d insonorisation des logements est achevée, la phase 2 (engagement volontaire) est lancée En France (engagement volontaire), la phase 1 du concept d insonorisation des logements est achevée, la phase 2 est lancée Les mesures additionnelles de réglementation des mouvements nocturnes sont mises en œuvre La classification des aéronefs aux fins de la surtaxe bruit est revue L impact de l aviation légère sur l environnement est qualifié et quantifié Le cadastre des émissions sonores liées à l exploitation de la plate-forme aéroportuaire (bruit au sol) est initié Courbes d exposition au bruit (enveloppantes) en vigueur

12 11 Reduction of air traffic noise: active measures Active measures are taken to reduce noise at source. Aircraft are classified according to their acoustic performance on the basis of recommendations by the International Civil Aviation Organisation (ICAO), which are periodically updated. These recommendations are integral part of Swiss regulations. Operation of «chapter 2» aircraft has been prohibited in Switzerland since April 2002 and 1 st generation «chapter 3» aircraft are subject to special monitoring. For example, the noisiest aircraft are no longer allowed to bank to the right above nearby French communities after taking off toward south west path. Noise surcharge A noise surcharge penalises airlines economically for the use of noisy aircraft. To maintain this incentive, the surcharge is revised periodically to take account of technological developments. Reduction of air traffic noise: passive measures Passive measures supplement active measures by reducing the effects of noise produced by air traffic and airport activities. These measures are taken according to air traffic flows. Programme d insonorisation des habitations L AIG a élaboré à partir de 2002 un concept de mesures d isolation acoustique des habitations sises autour de l Aéroport, déclaré conforme par l OFAC en La mise en application du concept comprend deux phases. La première phase (exigence légale) intègre les habitations les plus exposées aux émissions du trafic aérien, circonscrites dans un périmètre défini par un niveau sonore supérieur aux valeurs d alarmes (VA) de l annexe 5 de l Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB). Depuis 2003, une procédure d insonorisation a été initiée pour près de 140 bâtiments sur les 200 (environ logements) sis dans le périmètre des VA et répondant aux critères du concept. Dans le cadre de la deuxième phase (engagement volontaire), le concept sera étendu à d autres habitations, dans l ordre décroissant de la gêne sonore subie et dans la limite d une enveloppe budgétaire prédéfinie. Les habitations sises sur territoire français seront prises en compte dans les limites déterminantes du Plan d exposition au bruit (PEB), en cours d élaboration sous l autorité de l État français. Le dispositif spécifique d insonorisation des habitations situées en France voisine (sur la commune de Ferney-Voltaire) vise non seulement une égalité de traitement entre les riverains suisses et français proches de l Aéroport, mais également entre les riverains de l Aéroport et des aéroports de l Hexagone. Reduction of aircraft noise during stopovers Ground Power Supply Systems (GPSS) to aircraft are available at all 21 parking stands, and 7 GPSS were installed between 2002 and The noise level is therefore reduced considerably due to the restricted use of Auxiliary Power Units (APU), which are particularly loud. Analysis of night movements Analysis of additional regulatory measures concerning night movements likely to be applied to the Airport began in 2004, with a view to stabilising or reducing noise disturbance caused by air traffic in local communities at sensitive times (between 10pm and 6am). Residential soundproofing program In 2002, AIG formulated a concept of soundproofing measures for residences located near the Airport, which obtained FOCA approval in Implementation of the concept is a two-phase operation. The first phase (legal requirement) pinpoints residences most exposed to air traffic noise, contained within a perimeter specified by a noise level greater than the alarm values of appendix 5 of the Ordinance for Noise Protection. Since 2003, a soundproofing procedure has been initiated in nearly 140 of the 200 buildings (around 1,000 dwellings) located in the alarm value perimeter that meet the concept s criteria. As part of the second phase (voluntary undertaking), the concept will be extended to other residences, in decreasing order of noise disturbance and subject to a predetermined budgetary ceiling. Residences located on French territory will be taken into account strictly according to the Noise Exposure Plan currently being drawn up by the French authorities. Special soundproofing provisions for residences located in nearby France (community of Ferney-Voltaire) aim not only to ensure equality of treatment between Swiss and French residents living near the Airport, but also between residents living close to the Airport and French airports.

13 12 Qualité de l air Trafic induit Mesure de la qualité de l air Station de mesure EOLE La qualité de l air sur le site aéroportuaire est évaluée en continu grâce à deux équipements fixes situés en bordure de piste à l endroit où la poussée des réacteurs des avions est maximale. Les concentrations de dioxyde d azote (NO 2 ), dioxyde de souffre (SO 2 ) et ozone (O 3 ) sont mesurées depuis 1996 par un système optique (DOAS) dont le faisceau traverse la piste. Les teneurs en PM10 sont mesurées depuis l été 2004 par un appareil à microbalance (TEOM). Les polluants atmosphériques Les polluants présents dans l air proviennent de sources diverses, en particulier les mouvements d avions, les activités aéroportuaires et le trafic routier. Les émissions gazeuses se dispersent, se diluent ou se transforment, notamment en fonction des conditions climatiques. Certaines émissions ont un impact local (oxydes d azote NO x émis au sol, particules fines), d autres ont un impact plus global (NO x émis en altitude, ozone O 3, dioxyde de carbone CO 2 ). Il est ainsi difficile d identifier la source de la pollution mesurée en un point, une source pouvant influencer la qualité de l air à des kilomètres de distance. Ce phénomène est particulièrement vrai pour l ozone, qui provient de la transformation sous l effet du rayonnement solaire de polluants «primaires» tels que les oxydes d azote (NO x ) et les composés organiques volatils (COV). Les concentrations d ozone augmentent en été. En Suisse, 36% des émissions globales de particules fines en suspension inférieures à 10 micromètres (PM10) sont émises par le trafic dans son ensemble (routier, ferroviaire, aérien). Le trafic aérien représente quant à lui 2.3% des émissions de PM10. Les immissions gazeuses mesurées par l AIG sont validées par le Service cantonal de protection de l air et intégrées dans le Réseau d observation de la pollution atmosphérique du canton de Genève (ROPAG). Les immissions de dioxyde d azote (NO 2 ) mesurées à cet endroit atteignent la valeur limite de l Ordonnance sur la protection de l air (OPair), comme pour certaines autres stations de mesure du ROPAG situées en milieu urbain et suburbain. Principales réalisations Mise en place d un réseau de 16 capteurs passifs pour la surveillance des teneurs en NO 2 sur le site et à ses abords Installation d un système de mesure des particules fines en suspension (PM10) Installation de 7 systèmes fixes supplémentaires de fourniture d énergie aux avions en stationnement (GPSS) Acquisition de 4 véhicules de service électriques et 2 hybrides (électrique - essence) Entrée en vigueur du plan de mobilité des personnels de l Aéroport Réseau de capteurs passifs Un réseau de 16 capteurs passifs a été installé en 2003 dans l enceinte de l Aéroport et au-delà, dans l axe de la piste, afin de mieux évaluer l effet du trafic aérien et des activités aéroportuaires (en particulier véhicules de service et démarrage des moteurs d avion) sur les teneurs en NO 2. Les concentrations gazeuses les plus fortes sont mesurées à proximité des positions de stationnement des avions et des voies de circulation des véhicules de service, ainsi qu au niveau des parkings extérieurs de l Aéroport. Sous les trajectoires des avions, les teneurs en NO 2 restent nettement inférieures aux valeurs limites de l OPair. La diminution des concentrations de NO 2 avec l éloignement de la piste suggère une influence limitée du trafic aérien sur la qualité de l air aux abords du site.

14 13 DOAS TEOM 20 Capteurs passifs (moyenne annuelle mesurée) inférieure à 30 µg/m 3 comprise entre 30 et 40 µg/m 3 supérieure à 40 µg/m 3 Immissions mesurées par la station EOLE Moyenne annuelle (µg/m 3 ) Valeur limite NO 2 SO 2 Moyenne annuelle (µg/m 3 ) O Air quality measurement EOLE measuring station Air quality on the Airport site is continuously evaluated by means of two fixed installations located on the edge of the runway at the point of greatest thrust of aircraft engines. Concentrations of nitrogen dioxide (NO 2 ), sulphur dioxide (SO 2 ) and ozone (O 3 ) have been measured since 1996 by an optical system (DOAS) which emits a beam across the runway. PM10 concentrations have been measured since the summer of 2004 by a microbalance device (TEOM). Gaseous emissions measured by AIG are validated by the Cantonal Air Protection Service and integrated in the atmospheric pollution observation network of Geneva canton. Emissions of NO 2 measured at this location reach the legal value, as do a number of other measuring stations. Interprétation des mesures La qualité de l air sur le site aéroportuaire et aux alentours (niveau local) s avère être influencée de manière prédominante par le trafic routier et par les activités aéroportuaires. L influence du trafic aérien est plus globale, les polluants émis lors du décollage et de l atterrissage étant rapidement dispersés. Network of diffusive samplers A network of 16 diffusive samplers was installed in 2003 within the Airport enclosure and beyond, along the trajectory of the runway, to obtain a better assessment of the effect of air traffic and Airport activities on concentrations of NO 2. The highest gaseous concentrations are measured near aircraft stands and service vehicle circulation routes, as well as in the Airport s external car parks. Under aircraft flight paths, concentrations of NO 2 remain well below the legal maximum values. The reduction of NO 2 concentrations as distance from the runway increases suggests that air traffic has a limited effect on air quality in the vicinity of the site.

15 14 Actions entreprises Surtaxe sur les émissions gazeuses Une surtaxe sur les émissions gazeuses est perçue depuis 1998 sur les aéroports de Zurich et Genève. Elle a certainement contribué à dissuader les compagnies aériennes d opérer en Suisse avec des avions trop polluants. A l avenir, l effet bénéfique devrait être plus global lorsque davantage d aéroports européens auront adopté un tel système de surtaxe. Réduction de la pollution des avions en escale A ce jour, les 21 principales positions de stationnement d avions sont équipées de systèmes fixes de fourniture d électricité et d air climatisé (GPSS). Les 7 derniers GPSS ont été installés entre 2002 et L usage des moteurs auxiliaires embarqués (APU), bruyants et polluants, par les avions en escale fait l objet d une réglementation stricte et est ainsi fortement réduit. La diminution sensible de la pollution et du bruit des avions au sol liée à l installation de ces systèmes justifie l investissement important réalisé. Selon une première évaluation, la consommation de kérosène liée aux APU a été réduite de tonnes grâce à l utilisation de 19 GPSS en 2004, limitant ainsi les émissions de CO 2 ( tonnes), de NO x (-38 tonnes) et de CO (-48 tonnes). Plan environnemental L utilisation des systèmes de fourniture d énergie aux avions en stationnement est optimale sur toutes les positions d avions équipées Les émissions gazeuses liées aux véhicules de service de l Aéroport sont restreintes Les émissions gazeuses liées au trafic aérien, au trafic induit par les activités aéroportuaires et aux infrastructures sont quantifiées Les immissions de dioxyde d azote (NO 2 ) liées au trafic aérien et aux activités aéroportuaires sont modélisées et cartographiées pour les horizons 2010 et 2020 Des mesures incitatives renforcées favorisent l usage des transports publics et des modes de transport non polluants par les personnels de l Aéroport et les passagers Renouvellement des véhicules de service L AIG poursuit le renouvellement progressif de sa flotte de véhicules par des véhicules éco-compatibles. Entre 2002 et 2004, 6 véhicules électriques ou hybrides (électrique- essence) ont été acquis.

16 15 Plan de mobilité des personnels de l Aéroport L amélioration de la desserte de l Aéroport par les transports publics et la mise en place d un plan de mobilité pour l ensemble de l Aéroport font partie des priorités de l établissement. L AIG s est engagé à atteindre à l horizon 2020 un taux de 45% d utilisation des transports publics et des modes de transports non polluants par les personnels de l Aéroport et les passagers aériens. A cette fin, des mesures d incitation à l usage des transports publics sont mises en place pour les personnels des instances et sociétés aéroportuaires. Depuis avril 2002, les bus des transports publics genevois (TPG) sont libres d accès dans toute la zone aéroportuaire pour les employé-e-s des entreprises participantes. Depuis avril 2004, les collaborateurs/trices du site aéroportuaire bénéficient d abonnements annuels de transports publics à prix réduits, subventionnés par l AIG. Un service gratuit de navettes, la Navette Personnels Aéroport (NPA), permet aux nombreux employés aux horaires irréguliers de se rendre très tôt le matin sur leur lieu de travail, en dehors des horaires réguliers des transports publics. En complément, des avantages sont accordés sur le service d auto-partage Mobility. Conjointement, les tarifs des abonnements de parking ont été augmentés pour renforcer l effet incitatif des mesures et financer les prestations en faveur des transports publics. D autres actions adaptées, notamment à l attention des passagers aériens, seront mises en œuvre au cours des prochaines années selon un plan de mesures à long terme. Interpretation of measurements Air quality on the Airport site and its vicinity is shown to be affected predominantly by road traffic and Airport activities. The influence of air traffic is more global, and pollutants released during take-off and landing are rapidly dispersed. Actions taken Gaseous emissions surcharge A gaseous emissions surcharge has been levied since 1998 at Zurich and Geneva airports. This has certainly helped to dissuade airlines from operating in Switzerland with excessively polluting aircraft. In the future, the beneficial effect should be more global when more European airports adopt this type of surcharge. Ground services To date, all 21 main aircraft stands are equipped with fixed systems for the supply of electricity and conditioned air (Ground Power Supply Systems - GPSS). The last 7 GPSS were installed between 2002 and The use of noisy and polluting Auxiliary Power Units (APU) by aircraft during stopovers is strictly regulated. Considerable reduction of pollution and noise caused by aircraft on the ground thanks to the installation of these systems justifies the important investment they represent. According to an initial assessment, consumption of kerosene for APU has been cut by 6,000 tonnes thanks to the use of 19 GPSS in 2004, thereby limiting emissions of CO 2 (- 19,000 tonnes), NO x (-38 tonnes) and CO (-48 tonnes). AIG continues gradually to modernise its fleet of vehicles with environmentally-friendly vehicles. Between 2002 and 2004, 6 electric or hybrid (electric-petrol) vehicles were purchased. Mobility plan Better public transport services to the Airport and the introduction of a mobility plan for the Airport as a whole are among the establishment s priorities. AIG is committed between now and 2020 to attain a 45% rate of utilisation of public transport and non-polluting means of transport by Airport personnel and airline passengers. For this purpose, measures encouraging the use of public transport are in place for employees of Airport authorities and companies. Since April 2002, employees of participating firms are provided freeof-charge access to buses of the Geneva public transport system within the Airport area. Since April 2004, Airport staff have benefited from reduced-price annual season tickets for public transport, subsidised by AIG. A free shuttle service enables employees working irregular hours to reach their place of work early in the morning. At the same time, car park tariffs have been increased to strengthen the incentive not to use cars and to help finance initiatives encouraging the use of public transport. Other appropriate measures, aimed particularly at airline passengers, will be introduced over the next years.

17 16 Gestion de l énergie Consommation de ressources La fourniture d énergie La chaleur et l eau chaude pour la majeure partie des bâtiments aéroportuaires (52% des surfaces chauffées) sont produites sur le site au moyen d une centrale thermique à l huile extra légère. La production de chaleur pour les autres bâtiments est assurée par le chauffage à distance des Services industriels de Genève (37%), des installations de chauffage au gaz (7%) et des chaudières individuelles (4%). L électricité et l eau sanitaire sont achetées par l AIG pour la majeure partie du site aéroportuaire; la moitié environ est redistribuée aux autres instances et sociétés. Suivi des consommations Consommation (MWh) Indices (MWh/m 2 ) Electricité Consommation totale d énergie Energie thermique Surfaces chauffées Consommation d énergie rapportée aux surfaces chauffées Electricité Energie thermique Surfaces (m 2 ) L adaptation de l infrastructure aéroportuaire (cf. chapitre exploitation et mouvements) génère de nouveaux besoins en énergie et en ressources. En outre, des conditions climatiques exceptionnelles (été caniculaire et hiver rigoureux) ont été observées en 2003 et Néanmoins, les consommations d énergie thermique sont relativement stables depuis 1999, malgré l augmentation des espaces chauffés et l amélioration du confort. Les consommations d électricité sont en légère augmentation, alors que la consommation d eau est en diminution. La légère tendance à la baisse des consommations de carburants s est poursuivie ces trois dernières années, en particulier grâce au renouvellement progressif du parc automobile par des véhicules plus petits et moins polluants. Le pic observé en 2003 s explique notamment par les mouvements liés au sommet du G Principales réalisations Modernisation des installations de chauffage et de climatisation Établissement d un plan de mesures de réduction des consommations énergétiques et des émissions de CO 2 en collaboration avec les partenaires de l AIG au sein du groupe Genève sous l égide de l Agence de l énergie pour l économie (AEnEC) Plan environnemental Les mesures visant à améliorer l efficacité énergétique et à diminuer les émissions de CO 2 sont mises en œuvre conformément au calendrier défini dans la convention d objectifs de l AEnEC D autres mesures améliorant l efficacité énergétique et renforçant l utilisation d énergies renouvelables sont déterminées Consommation (litres) Consommation (litres/passager) Consommation d eau Consommation de carburant Total carburants véhicules Essence Diesel

18 17 Réduction des émissions de CO 2 L AIG s applique à réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO 2 ) et à améliorer l efficacité énergétique liée aux infrastructures aéroportuaires au sein d un groupement de sept entreprises genevoises sous l égide de l Agence de l énergie pour l économie (AEnEC). Avec ses partenaires du groupement, l AIG élabore un diagnostic du fonctionnement de ses installations, un bilan des actions réalisées depuis 1990 et un plan de mesures de réduction des consommations d énergie d ici Cette démarche donne suite à la ratification par la Suisse du protocole de Kyoto et à l entrée en vigueur de la loi fédérale sur le CO 2 en La Confédération suisse s est engagée à réduire d ici 2010 les émissions de CO 2 de 10% par rapport au niveau de La réussite de cet objectif se base dans un premier temps sur la mise en œuvre de mesures volontaires par les milieux économiques. En parallèle, un concept énergétique global pour l Aéroport est en préparation, en collaboration avec les autorités cantonales. Modernisation des installations de chauffage et de climatisation La modernisation et le remplacement progressif d une partie des systèmes de chauffage et de production de froid par des installations plus performantes améliorent l efficacité énergétique. Il s agit en particulier de la récupération de chaleur et de froid, ainsi que de la régulation des débits d air au sein des réseaux de chauffage et de climatisation. Les meilleures technologies disponibles sont intégrées en amont des nouvelles installations ou adaptées aux infrastructures existantes. Elles concernent notamment l isolation thermique et l éclairage (puits de lumière, pare-soleil, détecteurs de présences pour la mise en route des tapis roulants et des lumières). Un système de chauffage au gaz a été installé en 2004 pour les locaux du centre d aviation générale en remplacement de la chaudière au mazout. Ce système produit simultanément de la chaleur et de l électricité (500 MWh/an) et réduit d autant les pertes d énergie. Utilisation d énergies renouvelables L électricité fournie à l Aéroport par les Services industriels de Genève (SIG) est d origine hydroélectrique. Environ KWh/an sont produits par l AIG au moyen de panneaux solaires photovoltaïques depuis La fourniture d eau chaude pour le bâtiment des sapeurs d aviation est assurée depuis 2002 par une installation solaire thermique ( KWh en 2004). Monitoring of consumption Adaptation of the Airport s infrastructure and exceptional climatic conditions generated new requirements for energy and resources. Nevertheless, the consumption of thermal energy has been relatively stable since Electricity consumption is up slightly, while water consumption is down. The slight downward trend in fuel consumption has continued over the last three years, thanks in particular to gradual renewal of the vehicle fleet with less polluting models. Reduction of CO 2 emissions AIG is committed to reducing emissions of carbon dioxide (CO 2 ) and improving its energy efficiency within a group of companies under the aegis of the Energy Agency for the Economy. With its partners, AIG is preparing a detailed breakdown of its installations, a summary of actions taken since 1990 and a plan of measures to reduce energy consumption between now and This approach follows Switzerland s ratification of the Kyoto agreement and entry into force of the federal law on CO 2 in 2000 (commitment by the Swiss Confederation to reduce CO 2 emissions between now and 2010 by 10% compared to the level in 1990). Modernisation of heating and air conditioning installations The modernisation and gradual replacement of some heating and cooling systems with more efficient installations is improving energy efficiency (recovery of heat and cold and regulation of air flows within heating and air conditioning networks). The best available technologies are integrated upstream of the new installations or adapted to existing infrastructures, particularly with regard to insulation and lighting. A gas heating system which simultaneously produces heat and electricity was installed in 2004 on the premises of the general aviation centre to replace the fuel oil boiler. Use of renewable energy Electricity supplied to the Airport is hydroelectric. Around 3,200 KWh/year are produced by AIG by means of solar panels. Hot water for the firefighters building has been supplied since 2002 by a thermal solar installation ( KWh in 2004).

19 18 Protection des eaux Les eaux de ruissellement La plate-forme aéroportuaire est subdivisée en deux bassins versants: celui du Nant-d Avanchet, dont les eaux sont traitées dans la station d épuration d Aïre gérée par les Services industriels de Genève et celui du Vengeron, dont les eaux s écoulent dans le Lac Léman. La nappe phréatique située à 40 m de profondeur est protégée des infiltrations par une couche marneuse de 30 m d épaisseur (peu perméable). Aucun impact des activités aéroportuaires sur la qualité de la nappe d eau souterraine n a été mis en évidence. Vers une gestion globale des eaux Séparateurs à hydrocarbures La planification de l évacuation des eaux de l Aéroport est appréhendée globalement par l établissement d un Plan général d évacuation des eaux (PGEE). Un mandataire, retenu suite à un appel d offres public en 2003, est en charge du projet. Le diagnostic du système d assainissement existant a débuté en août L élaboration d un concept général d évacuation des eaux se déroulera ensuite jusqu en Les solutions retenues seront mises en œuvre ultérieurement. Le projet PGEE a pour but d assurer la pérennité du système d assainissement de l Aéroport et de répondre aux nouvelles exigences légales en matière de protection des eaux. Les résultats sont intégrés directement au Système d information du territoire de l Aéroport de Genève (SITAG) propre à l AIG. En 2002 et 2004, 2 séparateurs à hydrocarbures ont été réalisés dans la zone du centre d aviation générale de l aire nord, en complément des 8 premiers ouvrages exécutés auparavant. A ce jour, la majeure partie des aires de mouvement est ainsi sécurisée. Les eaux de ruissellement du tarmac transitent par les séparateurs qui retiennent les hydrocarbures et les matières solides. En cas de déversement accidentel d hydrocarbure, par exemple une fuite de kérosène du réservoir d un avion, une citerne de rétention d environ 50 m 3 permet de stocker temporairement le liquide polluant. L entretien périodique des séparateurs est sous la responsabilité de la division technique de l AIG. Déglaçage des aires de mouvement Principales réalisations Préparation et lancement de l étude de planification de l évacuation des eaux de l Aéroport (Plan général d évacuation des eaux, PGEE) Construction de 2 séparateurs à hydrocarbures Plan environnemental Quantité de produits Dépatinol (Iitres) Urée (kg) Acétate de potassium (Iitres) Formiate de sodium (kg) Le système d assainissement de la plate-forme aéroportuaire répond aux exigences de la protection des eaux, notamment en finalisant le PGEE Le dépatinol et l urée ont été abandonnés au profit de l acétate de potassium et du formiate de sodium Hivers

20 19 Déglaçage des aires de mouvement - dégivrage des aéronefs Les produits de déglaçage des aires de mouvement (formiate de sodium et acétate de potassium) sont régulièrement utilisés lors de la période hivernale, en particulier pendant les hivers 2003 et 2004 suite aux abondantes chutes de neige. Ces produits se dégradent naturellement lors de leur écoulement hors du périmètre de l Aéroport. Par basses températures, les avions sont aspergés avant chaque décollage d un produit de dégivrage biodégradable, le propylène glycol. La récupération des résidus par une balayeuse-aspiratrice suite à chaque opération de dégivrage permet de réduire sensiblement le volume de produit entraîné dans les eaux de ruissellement. Towards the global management of water Planning of water drainage at the Airport is apprehended globally within the framework of a general water drainage plan. A diagnosis of the existing drainage system was started in August The elaboration of a general concept of water drainage will continue subsequently until The solutions chosen as a result will be implemented at a later date. The aim of this project is to ensure the sustainability of the Airport s drainage system and to meet new water quality requirements. The results are directly incorporated in the information system of the territory of Geneva Airport. Hydrocarbon separators In 2002 and 2004, two hydrocarbon separators were installed in the zone of the general aviation centre in the northern area of the Airport to accompany the first 8 installations put in place earlier. To date, most of the runways and taxiways are protected in this way. Runoff water from the runways and taxiways is directed through separators that retain hydrocarbons and solids. In the event of an accidental spillage of pollutant, for example leaking kerosene from an aircraft s fuel tank, a reservoir with a capacity of around 50 m 3 allows the temporary storage of liquid pollutant. Periodical maintenance of separators is the responsibility of the technical division of AIG. Quantité de produits Dégivrage des aéronefs Propylène glycol (Iitres) Eau (Iitres) De-icing of runways and taxiways - de-icing of aircraft De-icing products used for runways and taxiways (sodium formate and potassium acetate) are used regularly in the winter months, particularly during the winters of 2003 and 2004 as a result of heavy snowfall. These products decompose naturally in the course of their runoff outside the Airport perimeter. When temperatures are low, aircraft are sprayed before take-off with a biodegradable de-icing product (propylene glycol). Recovery of residues by means of a suction sweeper after each de-icing operation significantly reduces the volume of product carried away by runoff water Hivers

SGR Services de gestion des risques

SGR Services de gestion des risques Title: Safety Achievement Financial Incentive System (SAFIS) Titre : Système d incitation financière à la sécurité DIRECTIVE Effective / En vigueur: 01/05/2008 Release / Diffusion No. 003 Page 1 of / de

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

Rassegna del 05/02/2014

Rassegna del 05/02/2014 Rassegna del 05/02/2014... 04/02/14 africanmanager.com 1 4-02-2014 : L aéroport de Monastir se dote du système de navigation européen EGNOS 04/02/14 airtrafficmanagement.n et 2 1 ENAV tests first EGNOS

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

European Aviation Safety Agency

European Aviation Safety Agency Page 1 of 6 European Aviation Safety Agency EASA SPECIFIC AIRWORTHINESS SPECIFICATION for as specified in Section I This Specific Airworthiness Specification is issued in accordance with Regulation (EC)

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

Guideline for the Index of the Quality of the Air

Guideline for the Index of the Quality of the Air Guideline for the Index of the Quality of the Air Report EPS 1/AP/3 April 1996 iii Readers Comments Comments regarding the content of this report should be addressed to: Tom Furmanczyk Pollution Data

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

FEE SCHEDULE / BARÈME DES FRAIS

FEE SCHEDULE / BARÈME DES FRAIS Titre : Lunettes prescrites Effective / En vigueur: 01/01/2015 Release / Diffusion No. 013 Page 1 of / de 5 GLOSSARY WorkSafeNB means the Workplace Health, Safety and Compensation Commission or "the Commission"

Plus en détail

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda.

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda. Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda Synthèse Synthèse L énergie solaire thermique représente une source de

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

n 30 octobre - novembre - décembre

n 30 octobre - novembre - décembre BULLETIN - - LE BOURGET n 30 octobre - novembre - décembre sur le trafic aérien en Île de France 2014 S O M MAI R E Trafic des aéroports................ p.2 Configurations..................... p.2 Répartition

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

PLEASE NOTE. For more information concerning the history of these regulations, please see the Table of Regulations.

PLEASE NOTE. For more information concerning the history of these regulations, please see the Table of Regulations. PLEASE NOTE This document, prepared by the Legislative Counsel Office, is an office consolidation of this regulation, current to December 14, 2013. It is intended for information and reference purposes

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL AN-Conf/12-WP/77 10/10/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 Point 6 : Direction future 6.1 : Plans

Plus en détail

Le management de l énergie. L expertise Swiss Electricity

Le management de l énergie. L expertise Swiss Electricity Le management de l énergie L expertise Swiss Electricity Objectifs Construire une vraie politique de management de l énergie Inscrire les actions d amélioration dans la durée Faire la chasse systématique

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL A BY-LAW CONCERNING THE CHIEF ADMINISTRATIVE OFFICER En vertu de l autorité que lui confère la Loi sur les municipalités, L.R.N.-B.

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1816-A

Secrétariat du Grand Conseil M 1816-A Secrétariat du Grand Conseil M 1816-A Date de dépôt : 24 juin 2010 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et MM. Sylvia Leuenberger, Morgane Gauthier, Jean Rossiaud, Catherine

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat

La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat La Convention des Maires Un engagement pour une politique européenne énergie et climat Namur, 21 Octobre 2015 Elodie Bossio, FEDARENE Bureau de la Convention des Maires La Convention des Maires en chiffres

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

GUEST AMENITY PORTFOLIO

GUEST AMENITY PORTFOLIO GUEST AMENITY PORTFOLIO Eco-green Creation Production Distribution 28 29 COSMETIC REGULATIONS & USERS SAFETY We guarantee the safety and conformity of all our cosmetic products, including their traceability.

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains

ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains Exemple 3 = Jura : Un exemple pratique qui montre l intérêt pour les communes Michel Hirtzlin, chef de service SID SOMMAIRE 1. Brève introduction 2. Le processus

Plus en détail

REGLEMENTATIONS ET NORMALISATION AERONAUTIQUES

REGLEMENTATIONS ET NORMALISATION AERONAUTIQUES REGLEMENTATIONS ET NORMALISATION AERONAUTIQUES Daniel ALBIER Certified Aviation Auditor Consulting and Training Services Tel 06 80 16 66 12 daniel.albier@wanadoo.fr Sommaire Contexte et enjeux actuels

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Can operational planning decrease distribution costs? - La gestion prévisionnelle pour diminuer les coûts de distribution?

Plus en détail

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de l agriculture OFAG Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy, Federal Office

Plus en détail

Technical Service Bulletin

Technical Service Bulletin INTRODUCTION: Technical Service Bulletin June 25, 2009 Title: M.I.L. "ON" DTC P0AC0, P0AF, P0A7F, AND/OR P0AFA Models: 04-09 Prius Some vehicles may exhibit a M.I.L. ON condition with one or more of the

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * ***

* * * * * * * * * * * * * * * * * *** RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 19 août 2010 Demandeur : Association pétrolière et gazière du Québec Référence : (i) Gaz Métro-1,Document

Plus en détail

Rapport environnemental 2002. A é r o p o r t I n t e r n a t i o n a l d e G e n è v e

Rapport environnemental 2002. A é r o p o r t I n t e r n a t i o n a l d e G e n è v e Rapport environnemental 2002 A é r o p o r t I n t e r n a t i o n a l d e G e n è v e Message de la Direction 4 Message from the management Politique environnementale 6 Environmental Policy L Aéroport

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

PARIS ORLY. Votre contact / Your contact: et / and:

PARIS ORLY. Votre contact / Your contact: et / and: GPS 2 22 21 E 48 44 20 N Votre contact / Your contact: et / and: Accueil : Téléphone de courtoisie Reception: Courtesy phonew Cabines téléphoniques publiques Public phone kiosks AÉROPORT DE TT CAR TRANSIT

Plus en détail

Addressing the implementation challenges of regional integration. Intégration régionale : comment répondre aux défis de mise en œuvre

Addressing the implementation challenges of regional integration. Intégration régionale : comment répondre aux défis de mise en œuvre Addressing the implementation challenges of regional integration Intégration régionale : comment répondre aux défis de mise en œuvre Intégration régionale: défis migratoires L intégration régionale est

Plus en détail

Choosing Your System Not sure where to start? There are six factors to consider when choosing your floor heating system:

Choosing Your System Not sure where to start? There are six factors to consider when choosing your floor heating system: Choosing Your System Not sure where to start? There are six factors to consider when choosing your floor heating system: 1.Which to choose: the cable or the mat? True Comfort offers two types of floor

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

Embarquez à Marseille!

Embarquez à Marseille! Embarquez à Marseille! TRANSFERT ORGANISÉ PAR LA COMPAGNIE Certaines compagnies de croisière prévoient des transferts depuis l aéroport Marseille Provence ou la gare Saint-Charles jusqu au terminal d embarquement

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles RESUME Le projet MITECH propose une offre globale pour traiter l enveloppe des maisons construites entre 1949 et 1974 afin de

Plus en détail

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves Sainte-Foy, le 16 juin 2005 Monsieur Pierre Corbeil Ministre 600-0117 Cabinet du Ministre des Ressources naturelles, de la faune 5700, 4 e avenue ouest Bureau A-308 Charlesbourg (Québec) G1H 6R1 Objet

Plus en détail

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Société en commandite Gaz Métro CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Taux de la contribution au Fonds vert au 1 er janvier 2009 Description Volume Coûts Taux 10³m³ 000 $ /m³ (1) (2)

Plus en détail

LISTE DES PAGES EFFECTIVES

LISTE DES PAGES EFFECTIVES Page : LPE 1 sur 2 LISTE DES PAGES EFFECTIVES Chapitre Page No d édition Date d édition No de révision Date de révision CCL 1 de 6 00 Février 2012 00 Février 2012 2 de 6 00 Février 2012 00 Février 2012

Plus en détail

Bilan énergétique des bâtiments

Bilan énergétique des bâtiments Bilan énergétique des bâtiments Résultats et synthèse de l enquête Plan de la présentation 1. CONTEXTE GENERAL: SITUATION ENERGETIQUE SUISSE - Evolution de la consommation - Secteurs de consommation -

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français Resolution proposed by the website working group Available in: English - Français EN Proposers: 31 st International Conference of Data Protection and Privacy Commissioners Madrid, Spain 4 6 November 2009

Plus en détail

AVIATION D AFFAIRES EXECUTIVE AVIATION VOLS SPECIAUX SPECIAL FLIGHTS PRISE DE VUES AERIENNES AIR TO AIR IMAGES

AVIATION D AFFAIRES EXECUTIVE AVIATION VOLS SPECIAUX SPECIAL FLIGHTS PRISE DE VUES AERIENNES AIR TO AIR IMAGES AVIATION D AFFAIRES EXECUTIVE AVIATION VOLS SPECIAUX SPECIAL FLIGHTS PRISE DE VUES AERIENNES AIR TO AIR IMAGES Aérovision est une compagnie aérienne française qui opère depuis 1994. Basée sur les aéroports

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Alternative Fuels Regulations. Règlement sur les carburants de remplacement CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to May 11, 2015 À jour au 11 mai 2015

Alternative Fuels Regulations. Règlement sur les carburants de remplacement CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to May 11, 2015 À jour au 11 mai 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Alternative Fuels Regulations Règlement sur les carburants de remplacement SOR/96-453 DORS/96-453 Current to May 11, 2015 À jour au 11 mai 2015 Published by the Minister

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Industrial waste heat recovery

Industrial waste heat recovery Industrial waste heat recovery Osmann Sari, Jin Hu Beat Welling Fabrice Rognon Pierre Krummenacher HOCHSCHULE LUZERN Kyoto Copenhague Protocols Increasing Energy consumption Global Warming CO 2 Emission

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD 60839-2-5 Première édition First edition 1990-07 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section 5 Détecteurs

Plus en détail

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS OPPA investigated in March 2013 its members, in order to design a clear picture of the traffic on all devices, browsers and apps. One year later

Plus en détail

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001?

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet

Plus en détail

26 novembre 2000 Votation populaire cantonale Message du Grand Conseil du canton de Berne. Initiative sur la consommation de carburant

26 novembre 2000 Votation populaire cantonale Message du Grand Conseil du canton de Berne. Initiative sur la consommation de carburant 26 novembre 2000 Votation populaire cantonale Message du Grand Conseil du canton de Berne Initiative sur la consommation de carburant Initiative sur la consommation de carburant L initiative législative

Plus en détail

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Information aux medias Saint-Denis, France, 17 janvier 2013 L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Des revenus liés au Cloud estimés à près d un milliard d euros d ici 2015

Plus en détail

Le projet SOX chez Alcatel

Le projet SOX chez Alcatel Le projet SO chez Alcatel Forum CERT-IST, 08/06/2006 Présentation SO Page 2 Qu est-ce que SO? Le projet SO Le champ d application L organisation Le déroulement La vie après SO La Loi Sarbanes-Oxley Page

Plus en détail

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes A sa création, en 2005, la FORCE 06, rattachée à l ONF, constituait une unité de forestiers-sapeurs dédiée aux travaux d entretien des infrastructures de Défense des Forêts Contre l Incendie (DFCI) et

Plus en détail

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 ACTION INTERSECTORIELLE SUR L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET LES JEUNES Le 14 aôut, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN

Plus en détail

Vincent van Steenberghe

Vincent van Steenberghe LES OUTILS D EVALUATION DES IMPACTS ECONOMIQUES DE LA TRANSITION BAS CARBONE: ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Vincent van Steenberghe SPF Environnement- Service Changements Climatiques Congrès des Economistes

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE RSE - AERONAUTIQUE

POLITIQUE SECTORIELLE RSE - AERONAUTIQUE POLITIQUE SECTORIELLE RSE - AERONAUTIQUE 1. Champ d application La présente politique (la «Politique») s applique à tous les financements et investissements et plus généralement à toutes les interventions

Plus en détail

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP A joint institute between LIRMM and NXP Un laboratoire commun LIRMM-NXP ISyTest, Institute for System Testing In the fast-moving world of integrated systems, test solutions are faced with two major issues:

Plus en détail

La définition des micro, petites et moyennes entreprises

La définition des micro, petites et moyennes entreprises La définition des micro, petites et moyennes entreprises Salle de Presse de la Commission 8 mai 2003 Présentation de Pierre Vigier Direction générale des entreprises 08/05/2003 1 19 330 millions d entreprises

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 1 CHAPTER 1 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 1 CHAPTER 1 ASSENTED TO SANCTIONNÉE Third Session, Fortieth Parliament, 59-60 Elizabeth II, 2010-2011 Troisième session, quarantième législature, 59-60 Elizabeth II, 2010-2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 1 CHAPITRE

Plus en détail

Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning

Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning Le partenaire de vos exigences The partner of your requirements Spécialiste reconnu de la robinetterie industrielle, SLIMRED est devenu un partenaire

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

LOI SUR L ORGANISATION JUDICIAIRE

LOI SUR L ORGANISATION JUDICIAIRE JUDICATURE ACT FEES AND ALLOWANCES REGULATIONS R-031-96 In force April 1, 1996 LOI SUR L ORGANISATION JUDICIAIRE RÈGLEMENT SUR LES HONORAIRES DROITS ET INDEMNITÉS R-031-96 er En vigueur le 1 avril 1996

Plus en détail

Carol A. LaRonde Courtier Immobilier Inc. & Laura Pittaro Courtier Immobilier Inc. RE/MAX Royal (Jordan) Inc. 450-458-7051

Carol A. LaRonde Courtier Immobilier Inc. & Laura Pittaro Courtier Immobilier Inc. RE/MAX Royal (Jordan) Inc. 450-458-7051 Chambre immobiliere du grand Montreal CIGGM Greater Montreal Real estate Board GMREB. REVUE DE PRESSE CIGM Les résultats publiés par la Société Canadienne D hypothèque et de logement dans son cadre d analyse

Plus en détail

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France Gain sur les émissions

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration

Solution d hébergement de SWIFTAlliance ENTRY R7 Politique de Sauvegarde et de Restauration Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration Avril 2012 I- Introduction Le présent document présente la politique de sauvegarde et de restauration à adopter

Plus en détail

GROUPE D EXPERTS SUR LES MARCHANDISES DANGEREUSES (DGP)

GROUPE D EXPERTS SUR LES MARCHANDISES DANGEREUSES (DGP) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL DGP/25-WP/25 31/8/15 GROUPE D EXPERTS SUR LES MARCHANDISES DANGEREUSES (DGP) VINGT-CINQUIÈME RÉUNION Montréal, 19 30 octobre 2015 Point

Plus en détail

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Newsletter n 2 «Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Prix «Towards Class A» Editorial La Towards Class A newsletter électronique vous informera sur les activités

Plus en détail

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD Première édition First edition 1987-12 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section trois Prescriptions

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE TERRITOIRE DE LA CÔTE OUEST

CONFÉRENCE DE PRESSE TERRITOIRE DE LA CÔTE OUEST CONFÉRENCE DE PRESSE TERRITOIRE DE LA CÔTE OUEST Jeudi 28 mai 2015 PRÉSENTATION DES NOUVEAUX BUS DU RÉSEAU KAR'OUEST PRÉSENTATION DE LA CARTE DE VIE QUOTIDIENNE Sommaire Communiqué de presse..page 3 11

Plus en détail

Equipements spéciaux A chaque métier sa station

Equipements spéciaux A chaque métier sa station Equipements spéciaux A chaque métier sa station Créateur de solutions Special equipment range A specific fuel solution for every business Vos stations mobiles PLUG & PLAY gérables à distance Your PLUG

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

Atomic Energy Control Board Cost Recovery Fees Remission Order

Atomic Energy Control Board Cost Recovery Fees Remission Order CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Atomic Energy Control Board Cost Recovery Fees Remission Order Décret de remise des droits pour le recouvrement des coûts de la Commission de contrôle de l énergie atomique

Plus en détail

BY-LAW 7. Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS

BY-LAW 7. Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS BY-LAW 7 Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS HONORARY BENCHERS 1. Convocation may make any person an honorary bencher. DISBURSEMENTS 2. A bencher

Plus en détail