Le Président de la République, Chef de l'etat, Son

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Président de la République, Chef de l'etat, Son"

Transcription

1 NUMERO 8672 JEUDI 6 Février FCF l Météorologie La couverture nuageuse se maintiendra, avec possibilité de précipitations, selon les services de la Météorologie Nationale P. 7 l Commémoration du 9 ème anniversaire du décès du Président Gnassingbé Eyadema, à Niamtougou au Togo Le Chef de l Etat a quitté, hier matin à destination de Kara, puis de Ouagadougou l Elh Zakari Gado/ONEP Le Président de la République, Chef de l'etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, a pris part, hier le 05 février 2014, à Kara, au Togo, à la cérémonie de commémoration du 9 ème anniversaire du décès du Président Gnassingbé Eyadema et effectuera, du 5 au 6 février 2014, une visite de travail et d'amitié à Ouagadougou, au Burkina Faso. son départ à l éroport international Diori Hamani de Niamey, le Chef de l Etat a été salué par les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires, avant d être accompagné au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM. Brigi Rafini. Le Chef de l'etat est accompagné, dans ce déplacement, notamment de : -M. Moussa Moumouni Djermakoye, Président du CESOC ; - M. Cheffou madou, Médiateur de la République ; Le Chef de l Etat peu avant son départ - M. Hamid lgabit, mbassadeur Itinérant ; - bouba lbadé, Ministre d'etat à la Présidence de la République ; - Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, Directrice de Cabinet djointe en Second du Président de la République ; -M. Hassane Harouna Maiga, mbassadeur du Niger à Lomé l Déclaration de Nouakchott relative à la création de la compagnie communautaire l Le ministre en charge de l Intérieur et de la Sécurité Publique M. Massoudou Hassoumi, répond aux questions de Christophe Boisbouvier, dans la Rubrique Invité d frique de RFI l rchives/onep Vers la création d'une compagnie aérienne commune sous-régionale P. 3 «Je pense que les députés prendront leurs responsabilités le moment venu» P. 3 Journée Internationale «Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines» Une réduction progressive de la prévalence nationale du phénomène P. 2

2 2 Ouvert en 2003 avec à l époque 45 élèves, le centre de formation professionnelle et technique de Koira Tégui, compte pour l année scolaire en cours, 218 apprenants dont 27 filles. Ces élèves suivent des formations en électricité industrielle, mécanique automobile, construction métallique, menuiserie bois, bâtiment, génie civil et agriculture. Il y a quelques mois, lors d une de ses visites dans le centre, le ministre des enseignements professionnels et techniques, M. Chaibou Dan Inna avait demandé aux responsables de lui faire la situation des besoins de cet établissement. Ce qui fut fait. Et aussitôt, les financements ont été débloqués sur le budget national pour la construction d un mûr de clôture, de deux ateliers de formation, et de deux blocs de latrines. C est pour voir l évolution de ces réalisations que M. NTION l Visite du ministre des enseignements professionnels et techniques au centre de formation de Koira Tégui Satisfaction des différents acteurs Le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques, M. Chaibou Dan Inna s est rendu, hier, au centre de formation professionnelle et technique sis au quartier Koira Tégui de Niamey. Le ministre était dans cette école pour voir les réalisations que l Etat vient de financer, notamment la construction d un mur de clôture, de deux ateliers de formation, et de deux blocs de latrines. La ministre en charge de la promotion de la femme a indiqué que, selon l Organisation Mondiale de la Santé, les Mutilations Génitales Féminines sont une pratique séculaire, essentiellement en vigueur en frique. u Niger, l existence de la pratique a été confirmée en 1986 par une thèse de doctorat en médecine et en 1992 lors de l enquête primaire réalisée par l ONG CONIPRT, puis en 1998 par l Enquête Démographique et de Santé du Niger (EDSN 1998) révélant une prévalence nationale de 5%. «Selon les résultats de la dernière Enquête Démographique et de Santé (EDSN 2012), la pratique des MGF survient avant l âge de 5 ans et elle est plus fréquente dans la région de Tillabéry, avec une prévalence régionale de 9%, dépassant de loin la moyenne nationale qui est de 2%. Selon la même source, la prévalence régionale de Niamey est de 2% et celle de Tahoua est de 1%», a affirmé. u regard de leurs graves conséquences sanitaires et psychologiques, les MGF/excision constituent un véritable problème de santé publique et d atteinte aux droits humains fondamentaux des filles. C est pourquoi, «il convient de conjuguer nos efforts pour éliminer ces pratiques culturelles néfastes», a appelé Dr Maïkibi La délégation ministérielle dans le jardin du centre Kadidiatou Dandobi, avant de rappeler que les résultats des Enquêtes Démographiques et de Santé révèlent une réduction progressive de la prévalence nationale des MGF de 5% en 1998 ; 2,2% en 2006 et 2% en Pour la ministre en charge de la promotion de la femme, ces résultats concrets sont indéniablement issus des efforts conjugués du gouvernement, des agences du système des Nations Unies et des acteurs de la société civile notamment le CONIPRT qui est la référence nationale en matière de lutte contre les MGF et qui mène inlassablement le combat contre cette pratique, qu elle a salué de passage leur soutien. «Je voudrais féliciter et encourager au passage le Comité Nigérien sur les pratiques néfastes (CONIPRT); car, à ce jour, cette ONG avec l appui des acteurs a obtenu des résultats satisfaisants avec 176 exciseuses reconverties et qui mènent aujourd hui d autres activités dans les Régions de Diffa, Tillabéry et Niamey», s es-t-elle réjouit. Pour sa part, selon la ministre Dr Maïkibi Kadidiatou Dandobi, le gouvernement est déterminé à relever le défi de la «tolérance zéro aux MGF» en synergie avec la communauté Internationale et les organisations de la société civile. insi, le gouvernement a procédé à l adoption d instruments juridiques nationaux et internationaux et la résolution mondiale réprimant les MGF, suivie de leur application, concrétisant la volonté politique à bannir le fléau du territoire nigérien. Il s agit notamment de la loi n du 13 juin 2003 du nouveau code pénal, en vigueur, et l adoption de la Résolution 67/146 de l ssemblée Générale des Nations Unies sur l Interdiction mondiale des MGF votée le 20 décembre Chaibou Dan Inna est retourné dans ce centre où les responsables et les élèves l ont accueilli avec satisfaction. «vec ce mur de clôture, les élèves peuvent désormais suivre les apprentissages, dans le calme et la sérénité. vant, la cour servait de passage aux populations riveraines qui viennent au marché du quartier», a indiqué le directeur du centre. Les deux ateliers et les blocs de latrines qui sont en finition ont été visités par le ministre qui a marqué sa satisfaction par rapport à l exécution des travaux, bien suivis par les bénéficiaires dont certains sont des techniciens en la matière. Les délégués des élèves ont salué la bonne collaboration qui existe entre eux et le ministre Chaibou Dan Inna. Ils ont saisi l occasion pour remettre au ministre et au directeur de la formation professionnelle et technique des témoignages officiels de satisfaction. «Nous vous remercions de votre présence ici, et nous souhaitons que nos rapports continuent dans le même sens, car depuis que vous êtes là, nous enregistrons des acquis», a dit Oumarou Yabilan Chaïbou, le secrétaire général de l Union des Instituts et Ecoles Professionnelles et Techniques. De son côté, le ministre des enseignements professionnels et techniques, a salué le sens de responsabilité dont font montrent les élèves en ne se souciant que de leurs études. «Je m étais engagé pour que votre école soit clôturée, afin que vous ayez le calme nécessaire pour étudier. C est fait aujourd hui. Nous nous sommes aussi engagés dans l amélioration de vos conditions d études, à travers la construction des «Je puis vous assurer par ma voix de tout le soutien des autorités de la 7ème République qui fait de la promotion des droits humains en général et celle des droits de la femme une de ses priorités. Enfin, je réitère mes sincères remerciements aux Partenaires Techniques et Financiers pour leurs salles de classe et d atelier, de latrines, dont les travaux sont sur le point d être achevés. S il plait à Dieu, nous allons continuer dans le même sens, et, ici, et ailleurs, sur l ensemble du pays. Ce que nous nous souhaitons, c est que vous puissiez travailler, car c est sur vous que le Niger compte», a dit M. Chaibou Dan Inna face aux élèves, leur rappelant également que leur sort constitue «une préoccupation constante» pour le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou et le premier ministre Brigi Rafini. ussi, il a réitéré l engagement des autorités à doter les écoles et centres de formation de locaux propres, et pour que les effectifs des élèves soient sensiblement augmentés. «Je vous remercie pour le témoignage de satisfaction, et considérez que je vous décerne aussi un témoignage de satisfaction, à vous élèves, à l administration de la formation professionnelle, pour votre sens de responsabilité», a conclu le ministre Chaibou Dan Inna. l Souley Moutari l Message de la ministre en charge de la population à l occasion de la Journée Internationale «Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines» Une réduction progressive de la prévalence nationale du phénomène Le Niger célèbre ce jeudi, la 11 ème édition de la Journée Internationale «Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines» ou excision. Le thème retenu cette année est : «Synergie d actions des gouvernements, de la Communauté Internationale et de la société civile pour accélérer l atteinte de la tolérance zéro aux MGF». cette occasion, la ministre de Population de la Promotion de la Femme et de la Protection de l Enfant, Dr Maïkibi Kadidiatou Dandobi, a livré, hier, un message dans lequel, elle a déclaré que les résultats des Enquêtes Démographiques et de Santé révèlent une réduction progressive de la prévalence nationale des MGF avant d exhorter tous les acteurs à relever le défi du phénomène transfrontalier des MGF pour l éradiquer. Dr Maïkibi Kadidiatou Dandobi l Seini Moussa Stagiaire/ONEP l Kader madou/onep appuis multiformes et plus particulièrement aux agences du système des Nations Unies qui nous ont toujours accompagnés dans ce noble combat», a conclu la ministre en charge de la promotion de la femme. l Seini Seydou Zakaria l Sécurité alimentaire La France continue de soutenir le Niger dans la prise en charge des crises alimentaires La France réaffirme son soutien au Niger en octroyant en 2014 une aide alimentaire et humanitaire de près d un (1) milliard de FCF au profit du Programme limentaire Mondial (PM) de la FO et du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et des Crises limentaires. Le Comité Interministériel pour l ide limentaire (CI) française s est tenu le 31 janvier dernier à Paris et a décidé d un nouvel appui au Niger pour un montant de 984 millions de FCF (soit environ 1.5 million d euros). Cette aide alimentaire permettra d appuyer trois projets. Un premier appui, à hauteur de 395 MFCF permettra la mise en place d un projet conjoint PM FO pour des interventions communes de restauration de terres pour les populations les plus vulnérables affectées par les crises. Un deuxième appui de 390 MFCF au PM permettra la prise en charge de la malnutrition qui pourrait s aggraver au cours de cette année. Enfin, un troisième appui de 200 MFCF soutiendra le Dispositif National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et des Crises limentaires dans sa campagne annuelle d achats de céréales aux petits producteurs. Ces achats facilitent la réalisation de distributions gratuites ciblées auprès des personnes les plus vulnérables pendant la période critique de la soudure. La France renouvelle ainsi son soutien au peuple nigérien dans un contexte alimentaire difficile et entend, au-delà de la prise en charge des crises, appuyer le redéveloppement d actifs productifs par des projets résilients de soutien à la restauration des terres dégradées. (Source : Service de presse de l mbassade de France au Niger)

3 NTION 3 l Le ministre en charge de l Intérieur et de la Sécurité Publique M. Massoudou Hassoumi, répond aux questions de Christophe Boisbouvier, dans la Rubrique Invité d frique de RFI «Je pense que les députés prendront leurs responsabilités le moment venu» De passage à Paris, le ministre de l Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des ffaires Coutumières et Religieuses, M. Massoudou Hassoumi, était mercredi matin, l invité de Radio France Internationale (RFI), dans sa rubrique Invité d frique de Christophe Boisbouvier. Nous publions ci-dessous l intégralité des questions posées par Christophe Boisbouvier et des réponses apportées M. Massoudou Hassoumi. M. Massoudou Hassoumi, bonjour. Bonjour Monsieur Boisbouvier. Le directeur du renseignement américain James Clapper affirme que le Sahel est devenu un incubateur pour les groupes terroristes et que les quatre pays les plus exposés aux risques d une attaque sont la Mauritanie, le Mali, le Tchad et le Niger, comment réagissez-vous? Vous savez, je me méfie des généralisations, dans un certain sens il a raison mais il faut restreindre ça. Je pense qu il aurait dû de manière plus précise dire que le Sud libyen est un incubateur de groupes terroristes, là c est précis. Mais je pense que la prise de conscience de la menace que constitue le Sud libyen est aujourd hui assez forte, parce que le Président de la République du Niger depuis un certain temps a toujours stigmatisé cette zone, ou ce sanctuaire là comme une menace. ujourd hui nous avons l impression qu il a été entendu, puisque ce message est relayé par les officiels français, le ministre de la Défense et le Chef d état major de l armée française, qui parle même de la nécessité d une intervention dans le sud libyen. Je pense donc que ce message est entendu, cette intervention rentre dans l ordre du possible. Les puissances qui sont intervenues en Libye pour renverser le Colonel Khadafi à la suite duquel la Libye est devenue aujourd hui le principal sanctuaire «Sur instruction des Chefs d'etat, Ibrahim Boubacar Keita, Issoufou Mahamadou et Mohamed Ould bdel ziz, les ministres en charge de l'aviation civile de la République du Mali, de la République Islamique Mauritanie et de la République du Niger se sont réunis les 25, 26 et 27 à Nouakchott à l'effet d'asseoir les actions pratiques relatives à la création d'une compagnie aérienne commune ouverte aux différents pays de la sous région. Les ministres ont chargé une commission d'experts composée de : Issa Saley Maiga et dama Koné (Mali); Hassena Ould Ely et boubekrine Seddigh (Mauritanie) ; Seydou Yayé madou et Ibrahim Issa Moussa (Niger), à l'effet d'élaborer la feuille de route relative au projet de création de cette Compagnie aérienne terroriste, doivent faire le service après vente et dans le cas de ce service après vente il est tout à fait légitime que la France, les Etats-Unis interviennent pour éradiquer la menace terroriste dans le Sud de la Libye. u Niger vous avez accepté que l armée française déploie des drones et des hélicoptères pour renforcer la surveillance des djihadistes, est-ce que c est le prix à payer pour éloigner cette menace? D abord ce n est pas une question nouvelle parce que j ai lu qu il y a des bases françaises que nous avons autorisé au Niger, comme ci c était une question nouvelle, ce n est pas une question nouvelle. Dans le cadre de l intervention française au Mali, des troupes françaises, des avions français, Niamey a conçu une des bases de l intervention française au Mali. Donc par conséquent ces dispositifs français et aussi américains étaient là depuis longtemps, en place. Tant que cette menace existe nous avons besoin de la présence de nos alliés, de nos amis pour participer à la lutte contre le terrorisme. Est-il vrai que plusieurs officiers supérieurs de l armée nigérienne sont mécontents de ne pas avoir été prévenus à l avance du renforcement Mais ce n est pas vrai, ce dispositif existait depuis longtemps, il y a deux ans que ce dispositif est en place dans le cadre de l intervention au Mali. commune. ussi des orientations relatives aux attentes des ministres ont été données à cette commission qui s'est réunie immédiatement les 26 et 27 à Nouakchott. Les ministres ont entériné les conclusions des travaux de cette commission à savoir : VISION : Renforcer les liens de coopération entre les Etats et améliorer la connectivité en vue de promouvoir les investissements, le développement du tourisme et les échanges culturels et commerciaux. XES STRTEGIQUES : - Renforcement des liens de coopération entre tes Etats ; - Mise en place d'un instrument communautaire d'intégration ; - Baisse du coût du transport aérien y compris celui afférent au «HDJ» et à la «OMR» ainsi que la facture transport du budget des différents Etats - Soutien à la promotion de l'investissement y compris le développement de la recherche et de la prospection minière et pétrolière ; - Promotion du tourisme et du développement des échanges culturels et commerciaux entre les différents peuples. ction urgente proposée : Pour les ministres Installer la Commission chargée de la création de la compagnie et demander à la Mauritanie de designer un coordinateur pour ce projet. ctions à mener par la commission - Elaborer dans un délai de deux semaines un budget destiné au fonctionnement et à la couverture de frais afférents aux études préliminaires et à la prise en charge du comite d'experts. - Mise en place de la sous-commission juridique composée de juristes et de fiscalistes des différents pays, en vue de réaliser l'étude afférente à la forme juridique de la compagnie ainsi que son statut et son organisation et ce en conformité avec les législations des différents pays et les Mais il n y a pas de grogne dans l armée? Il n y a pas de grogne dans l armée, l armée quand elle grogne, ça se voit, mais c est une pure invention. L armée a participé, vous savez depuis que nous sommes là, il y a un conseil national de sécurité qui se réunit tous les mardis, une fois par semaine avec l ensemble des responsables militaires et des forces de sécurité. Et toutes les décisions sont prises dans ce cadre là et il n y a pas eu de ressentiment quelconque au niveau de l armée, bien au contraire, jamais l armée nigérienne n a été aussi équipée. Et nous pensons que c est de la propagande qui a été faite. Vous voyez comment on peut manipuler, mais ces gens là sont connus. Et je pense que dans le désarroi, dans leur défaite politique, ils essaient de faire des appels du pied à l armée, ce que nous n acceptons pas et je pense qu ils seront démasqués et isolés comme tels. Vous parlez de l opposition? Je parle de monsieur Hama madou et de monsieur Seyni Oumarou qui, ouvertement, appellent à l interruption du processus démocratique, du mandat démocratique régulier par l intervention armée. Et ils ont une démarche tout à fait irresponsable. lors vous parlez de Hama madou, dans une interview à Jeune frique, le président de l ssemblée nationale s étonne que vous ayez autorisé les Français à réinstaller une base au Niger sans consulter le Parlement Il était là le président de l ssemblée, ça fait deux ans qu il y a des avions français à Niamey dans le cadre des opérations au Mali. Le débat parlementaire a eu lieu sur la situation au Mali, le gouvernement nigérien a été soutenu dans sa démarche, y compris avec lui. Maintenant il essaie d attraper n importe quoi et fait feu de tout bois. Et quand vous accusez Hama madou et Seyni Oumarou de vouloir interrompre le processus démocratique, l accusation est grave, estce que vous n y allez pas un peu fort? Mais ils l ont dit, ils l ont dit publiquement. ttention ce n est pas moi qui les accuse, ils l ont dit, mieux ils appellent à la haine ethnique, ils appellent dans des meetings publics. Ils appellent à l interruption du processus démocratique par la force et ils le justifient ; ils disent que c est normal qu ils le fassent, et ils le font publiquement. dispositions régionales connexes; - Mise en place de la sous-commission exploitation composée de spécialistes en opération, et de commerciaux des différents pays, en vue de réaliser l'étude des signes ['établissement du réseau potentiel ; - Mise en place de la sous-commission financière composée d'experts des différents pays, en vue de réaliser un busines plan sur la base des livrables des différentes commissions ; - Mise en place d'un système de gestion des interfaces des différentes commissions. - Les membres de chaque souscommission composée de deux (2) représentants par Etat doivent être communiqués au plus tard le mercredi 5 février 2014 au pays coordinateur du projet. Dans les meetings? Dans des meetings! En quelle langue? Ils le font en langue nationale Ils appellent aussi les gens à chasser les ils considèrent que ceux qui sont aux pouvoirs actuellement sont des étrangers à Niamey, ils doivent retourner chez eux. Vous voyez ce genre de thématique dangereuse que nous ne connaissons pas, que nous n avons pas l habitude de voir, c est les premiers à le faire. Et j en viens justement à la question des journalistes, c est parce que ces journalistes là ont relayé ce message publiquement dans des débats à la télévision qu on les a mis en garde à vue pour les entendre. Reporters sans Frontières a dénoncé un durcissement de votre gouvernement à l égard de la presse. Mais non justement Reporters sans Frontières n est pas informé. Est-ce que la liberté d appeler à la haine ethnique, d appeler à l interruption du processus démocratique, est permise aux journalistes? Chez nous la Constitution l interdit, et le code pénal le réprime. Et donc le Procureur a demandé à les entendre. Il n a pas fait de poursuite, il ne les a pas emprisonnés, il les a libérés, mais c est un avertissement. Personne ne sera inquiété, mais il y a des limites. Hama madou est toujours président de l ssemblée nationale, est-ce que vous allez tenter de le faire tomber de son perchoir? Je pense qu il ne mérite plus d être président à l ssemblée après avoir eu des propos séditieux et irresponsables, donc je pense que les députés prendront leurs responsabilités le moment venu. (Source RFI) l Déclaration de Nouakchott relative à la création de la compagnie communautaire ctions pratiques pour la création d'une compagnie aérienne commune sous-régionale Dans le cadre du projet de création d une compagnie aérienne commune entre les Etats du Mali, de la Mauritanie et du Niger, les ministres en charge de l viation civile des trois pays se sont réunis du 25 au 27 janvier dernier à Nouakchott, en Mauritanie. C est ainsi que le Mali a été représenté par le ministre bdoulaye Koumaré, la Mauritanie, par le ministre Yahya Ould Hademine, et le Niger par le ministre de Transports, M. Saley Saidou. l issue de trois jours d intenses travaux, la réunion a rendu publique une déclaration dite de Nouakchott, dont nous publions ci-dessous, l intégralité. M. Massoudou Hassoumi méditer l Ibro Youka/ONEP - Les résultats des travaux des différentes sous-commissions doivent être restitués à une date déterminée par la commission ne dépassant pas le 31 Mai Mesures d'accompagnement - Doter cet instrument des sécurités organisationnelles et juridiques afin de pérenniser son existence ; - Faire bénéficier la future compagnie des avantages d'un régime favorable à définir dans la convention de création de la compagnie ; - Encourager les offices de tourisme et les différentes chambres de commerce à des actions concertées de type échanges, foires, voyages culturels et «éductours», etc.». Comme dans toute démocratie, le pluralisme politique et syndical, s est accompagné dans notre pays, d un pluralisme associatif. La situation est telle qu il est fort à parier que même les services compétents de l Etat ne sauront fournir des chiffres précis sur le nombre des Ongs, associations, réseaux, et autres structures qui se créent chaque jour. Mieux, très peu de ces structures sensibilisent les citoyens dans le sens du respect de leurs devoirs citoyens, comme payer l impôt et les taxes, respecter la loi, le bien public Il est certes bien de réclamer tout le temps ses droits, mais fautil aussi se demander si l on s acquitte convenablement de ses devoirs.

4 4 NNONCES VIS DE VCNCE DE POSTE NER/NY/SSR 2013/FT-019-Bis Titre : ir Movement ssistant Type de contrat : Fixed Term Durée : Un (01) an Grade : GS5 Unité : UNHS Lieu d'affectation: Niamey Date de publication : 06 février 2014 Date de cloture : 20 février 2014 Cadre Organisationnel : Le personnel travaille au Bureau du Programme limentaire Mondial (PM), Niger. Il est sous la supervision du CTO. ttributions et responsabilités djoint du CTO chargé de l administration et des relations avec les usagers; ssurer l intérim du responsable des services aériens humanitaires des Nation Unies au Niger pendant son absence ; Superviser tous les gent UNHS à Niamey ; Représenter le CTO à des réunions pendant son absence ; Superviser et remplacer l agent de réservation pendant son absence ; Remplacer pendant leur absence, l opérateur radio ; le ir Movement ssistant à l aéroport de Niamey ; l gent en charge des cargos ; Traiter tous les vols cargo organisés par le PM et l UNICEF ; Dispachter les vols selon le routing le plus rentable ; Elaborer les statiques mensuelles de l operation en qui concerne : les heures de vols ; les passagers transportés ; le fuel utilisé ; les cargos transportés ; Préparer quotidiennement le «Tasking Order» que l on transmet aux pilotes; Faire le suivi des validités de nos contrats avec les fournisseurs de carburants, du service Handling de l aéroport et les autorisations de survol et atterrissages des avions. QULIFICTIONS Education : voir un diplôme bac + 3 dans le domaine du tourisme, du marketing commercial, de la logistique, des transports aériens ou dans un domaine équivalent. Expérience : voir au moins quatre (03) années d experience avec deux (2) années d expérience dans le domaine du transport aérien. voir une bonne présentation et le sens des relations avec la clientèle. Connaissance informatique : Maîtrise de logiciel informatique Langue : Maîtrise du Français et bonne compréhension de l anglais. COMPOSITION DU DOSSIER Les pièces suivantes devront figurer dans le dossier : Un curriculum vitae; Une lettre de motivation; Une copie des diplômes obtenus ; Noms et coordonnées de trois (3) personnes de référence. Le candidat devra être de nationalité nigérienne. Le dossier complet sera envoyé à l adresse au plus tard le 20 février 2014 à 17h30mn avec la mention «vis de vacance au poste de ir movement ssistant GS5». Seuls les candidats présélectionnés seront contactés. Prière de ne pas envoyer une même candidature doublement. VIS DE VCNCE DE POSTE NER/NY/SSR 2013/FT-018-Bis Titre : ir movement ssistant Type de contrat : Fixed Term Durée : Un (01) an Grade : GS6 Unité : UNHS Lieu d'affectation: Niamey Date de publication : 06 février 2014 Date de clôture : 20 février 2014 Cadre Organisationnel : Le personnel travaille au Bureau du Programme limentaire Mondial (PM) à Niamey, Niger. Il est sous la supervision du CTO. ttributions et responsabilités djoint du CTO chargé de l administration et des relations avec les usagers; assurer l intérim du responsable des services aériens humanitaires des Nation Unies au Niger pendant son absence ; représenter le CTO à des réunions pendant son absence ; superviser et remplacer l agent de réservation pendant son absence ; remplacer pendant leur absence, l opérateur radio ; le air movement assistant à l aéroport de Niamey ; l agent en charge des cargos ; Traiter les vols cargo organisés par le PM ; Dispatcher les vols selon le routing le plus rentable ; Elabore les statiques mensuelles de l opération en qui concerne : les heures de vols ; les passagers transportés ; le fuel utilisé ; les cargos transportés ; Préparer quotidiennement le «Tasking Order» transmis aux pilotes ; Faire le suivi des validités des contrats avec les fournisseurs de carburants, du service Handling de l aéroport et les autorisations de survol et atterrissages des avions. Le ir movement ssistant est chargé en plus de ses missions habituelles d'agent de trafic, de la supervision des agents de trafic de l'intérieur. Il lui incombe également la production des statistiques mensuelles de l'opération, ainsi que la rédaction de certains rapports d'activités. Il peut être amené à remplacer le CTO en cas d'absence de celui-ci, devenant ainsi O.I.C de l'opération. Education : voir le niveau Bac + 3 ou un diplôme dans le domaine du tourisme, du marketing commercial, des transports aériens. QULIFICTIONS Education : voir un diplôme bac + 4 dans le domaine du tourisme, du marketing commercial, des transports aériens, de la logistique, ou dans un domaine équivalent. Expérience : voir au moins quatre (04) années d experience avec deux (2) années d expérience dans le domaine du transport aérien. voir une bonne présentation et le sens des relations avec la clientèle. Connaissance informatique : Maîtrise de logiciel informatique Langue : Maîtrise du Français et bonne compréhension de l anglais. COMPOSITION DU DOSSIER Les pièces suivantes devront figurer dans le dossier : Un curriculum vitae; Une lettre de motivation; Une copie des diplômes obtenus ; Noms et coordonnées de trois (3) personnes de référence. Le candidat devra être de nationalité nigérienne. Le dossier complet sera envoyé à l adresse au plus tard le 20 février 2014 à 17h30mn avec la mention «vis de vacance au poste de ir movement ssistant GS6». Seuls les candidats présélectionnés seront contactés. Prière de ne pas envoyer une même candidature doublement.

5 u Niger, l élevage emploie plus de 87 % de la population et 20% vivent exclusivement des activités pastorales. L organisation du présent atelier, traduit tout l intérêt que le Niger accorde aux questions liées au secteur de l élevage. Cette activité est selon, le ministre de l Elevage M. Mahaman Elhadj Ousmane, essentielle pour la sécurité alimentaire de nombreuses familles nigériennes. «Il permet l'approvisionnement alimentaire et l'économie locale de nombreux pays africains et constitue un puissant facteur d'intégration des économies de notre espace» ajoute-t-il. Le ministre de l Elevage a, à cet effet, souligné que la tenue de cet atelier intervient au moment où l'année 2014 a été placée sous le signe de l'action et de la mise en œuvre effective de l'initiative 3N, «les Nigériens Nourrissent les Nigériens». Mahaman Elhadji NTION 5 l telier d enrichissement et de validation du document du Programme National de Développement Pastoral (PNDP) Pour soutenir la redynamisation et la croissance du potentiel pastoral au Niger L organisation des Nations Unies pour l limentation et l griculture (FO) en collaboration avec le ministère de l Elevage, organise depuis hier à l hôtel Terminus de Niamey, un atelier d enrichissement et de validation du document de Programme National de Développement Pastoral (PNDP). Les objectifs assignés à cette rencontre sont entre autres de dégager des pistes nouvelles qui mettent l accent sur la création de pôles de développement pastoral, une gestion axée sur les chaînes des valeurs et l'augmentation substantielle des revenus tirés de l'élevage en vue de renforcer les capacités de résilience des communautés pastorales. C est le ministre de l Elevage Mahaman Elhadji Ousmane qui a présidé la cérémonie d ouverture, en présence du représentant de la FO, et de plusieurs participants. En posant la première pierre de la construction de la cité irtel Niger, le ministre de l Urbanisme et du Logement, M. Salissou Habi Mahamadou, a salué cette noble initiative de STU S et ses partenaires. Le ministre a indiqué que cette initiative prend en compte le souci des autorités d assurer aux Nigériens des logements décents. Cette initiative de promotion immobilière a également été saluée par le ministre des Postes, des Télécommunications et de l Economie Numérique, M. bdou Mani, ainsi que par La table de séance à l ouverture de l atelier Ousmane a également précisé que l atelier intervient au lendemain du lancement à Ouagadougou le 31 janvier 2014 sous l'égide du CILSS et de la Banque Mondiale du Projet Régional d'ppui au Pastoralisme au Sahel (PRPS), qui s'inscrit dans la droite ligne du Forum de Nouakchott autour du thème Construire la résilience au Sahel, des opportunités pour le pastoralisme. Il a en outre rappelé que le Niger vient d'être doté d'une Stratégie de Développement Durable de l'elevage (SDDEL ) dont la vision est de faire en sorte qu à l horizon 2035, l'élevage contribue significativement à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et améliore les conditions socioéconomiques des populations à travers une gestion durable de l'environnement dans notre pays. Poursuivant dans la même lancée, le ministre Mahaman Elhadji Ousmane a rappelé les pertinentes Déclarations de N Djamena et de Nouakchott qui ont clairement reconnu que le pastoralisme est, et demeure un moyen de réduire la vulnérabilité et l'insécurité alimentaire, tout en favorisant la cohésion, la prévention des conflits et la sécurité. «Du reste, le cadre pour une politique pastorale en frique adopté en février 2011 à ddis-beba par nos Chefs d'etat a mis en lumière la nécessité d'impliquer pleinement les pasteurs dans les processus de développement national et régional dont ils sont supposés bénéficier» a ajouté le ministre. Il faut à ce niveau noter qu un programme dénommé «Habbanayé», défini comme un moyen de solidarité qui permet de reconstituer un troupeau perdu, sera mis en place au cours de la ministre Déléguée au Développement Industriel, Mme Kafa Rékiatou Christelle Jackou. Pour leur part, la directrice générale de la Banque tlantique, le directeur général de STU S et le directeur général de irtel Niger, ont eux aussi intervenu pour magnifier la synergie d ensemble qui a abouti à la pose de la première pierre de ce projet d une si grande portée. C est d ailleurs dans des termes élogieux que la présidente de l association irtel Ladies, Mme Moudi Salamatou, a apprécié le projet. «Plus qu un simple projet de construction de logements, notre projet est une œuvre de volonté et de cœur, conduite grâce à un partenariat extrêmement réussi avec la société STU S, qui nous accompagne depuis l acquisition des parcelles, et qui a conçu pour nous, un projet de construction des plus intéressants» a- t-elle dit. Elle a exprimé toute la reconnaissance des agents de irtel, car «en ces temps si difficiles, il n est pas permis à tout le monde d avoir aisément sa propre maison. ujourd hui, notre œuvre se concrétise grâce à l effort indéniable de la STU S et l appui précieux de la Banque tlantique, mais aussi et surtout, grâce à l appui du management d irtel sous la houlette de notre directeur général, qui a été le premier supporter de notre projet» a cette année Pour le representant de la FO, madou Ouattara, les réflexions menées au Niger ont permis d'élaborer une stratégie de développement durable à long terme, couvrant la période ( ), et de son plan d'action adopté par le Gouvernement. C est pourquoi, il a souligné toute l importance que revêt le Programme National de Développement Pastoral (PNDP) pour le Niger. insi dira-t-il, «la proposition du Programme National de Développement Pastoral (PNDP) soumis à cet atelier de validation vise à traduire concrètement la stratégie de développement durable de l'élevage dans le cadre d'une association mutuellement avantageuse qui préserve les l Pose de la première pierre de la cité irtel ou Cité lain Kahasha ajouté la présidente de irtel Ladies. Mme Moudi Salamatou, a indiqué que la société STU S est aujourd hui un modèle dont la jeunesse doit s inspirer. Cette société STU S dont le mérite est unanimement salué par ses partenaires, a beaucoup de réalisations à son actif : quatre (4) lotissements à Niamey, un (1) lotissement à Zinder, un (1) lotissement à Diffa, deux (2) lotissements à Maradi, et un (1) lotissement en cours à Dosso. En outre, STU S a initié et concrétisé plusieurs projets avec au bout une totale satisfaction de ses partenaires. Il s agit entre autres des projets réalisés avec le personnel du système l Kader madou/onep ressources naturelles». Le représentant de la FO a également indiqué que la mise en œuvre de ce programme va permettre de créer un environnement favorable permettant de répondre plus efficacement aux besoins des populations nigériennes. La modernisation de l'élevage à travers la création de centres de services pastoraux, va servir de modèle pour les agropasteurs tout en mettant à leur disposition les intrants et les services dont ils ont besoin pour entamer la modernisation effective de l'agriculture et de l'élevage (intrants agricoles, zootechniques et vétérinaires, géniteurs améliorés, services de santé animale de proximité, commercialisation du bétail et des produits animaux et formation pratique). De même, M. madou Ouattara a précisé que ce programme permettra de renforcer la présence de l'etat dans les zones pastorales peu peuplées du Niger de manière à contribuer plus efficacement à la stratégie de développement et de sécurité dans les zones sahélosahariennes adoptée aussi par le Gouvernement. Le représentant de la FO, a enfin estimé, un soutien à l élevage qui demeure incontournable, pour traduire en actes l engagement des autorités à mettre fin aux crises alimentaires répétitives. Zeinabou Bissoundi STU S déroule ses projets de construction de logements Samedi dernier, la société STU S, en collaboration avec irtel Niger et la Banque tlantique, a procédé à la pose de la première pierre des travaux de construction des logements des agents de irtel Niger sis à Gabagoura. La cité qui portera désormais le nom du directeur général de irtel Niger, M. lain Kahasha, comptera plus d une centaine de logements. l occasion de cette cérémonie, les membres du gouvernement présents, ont effectué une visite sur le site de construction de 150 logements sociaux en BTC, une belle initiative de STU S. Consultez le site de l ONEP au : Lors de la cérémonie de pose de la 1 ère pierre des Nations Unies, avec les agents des Impôts, et avec le ministère de la Défense Nationale. Mieux encore, pour accompagner l Etat dans sa politique de l habitat, STU S a lancé un vaste programme de construction de 1000 logements sociaux dans toutes les régions du Niger. Une cité de 150 logements, qui a reçu la visite des ministres, est en construction sur le site de Gabagoura. Les 50 premiers logements sont déjà construits et seront bientôt livrés aux bénéficiaires. STU S a annoncé que ce programme s étendra progressivement aux autres régions du pays. l Oumarou Moussa l do Youssouf/ONEP

6 6 NNONCES VIS DE VCNCE DE POSTE NER/NY/SSR 2013/FT-010-Bis Titre: Cargo ssistant Type de contrat : Fixed Term Durée : Un (01) an Grade : GS2 Unité: UNHS Lieu d'affectation : Niamey Date de publication : 06 Février 2014 Date de cloture : 20 Février 2014 Cadre Organisationnel : Le personnel travaille au Bureau du Programme limantaire Mondial (PM), Niger. Il est sous la supervision de l ssistant (M). ttributions et responsabilités ssistant Cargo, chargé du protocole, responsable de bureau de l aéroport de Niamey. Traitement des cargos des vols UNHS Contrôle de sureté du contenu des cargos Encaissement des frais des cargos Distribution des manifestes aux autorités aéroportuaires ssister le service handling lors de check-in des passagers ssister les passagers aux formalités police Organiser le Chargement des bagages dans l avion Organiser l embarquement des vols Prendre la prévision météo du jour ssister nos membres d équipage et quelques staff internationaux du PM pour les formalités polices à leur première entrée au Niger. QULIFICTIONS Education : voir terminé les études secondaires Expérience : voir travaillé dans le domaine du transport aérien. voir au moins trois (03) années d expérience dont deux (02) ans en tant que manutentionnaire. voir une bonne présentation et le sens des relations avec la clientèle. Connaissance informatique : Maîtrise de logiciel informatique Langue : Maîtrise du Français et bonne compréhension de l anglais. COMPOSITION DU DOSSIER Les pièces suivantes devront figurer dans le dossier : Un curriculum vitae Une lettre de motivation Une copie des diplômes obtenus Noms et coordonnées de trois (3) personnes de référence Le candidat devra être de nationalité nigérienne. Le dossier complet sera envoyé à l adresse au plus tard le 20 Février 2014 à 17h30mn avec la mention «vis de vacance au poste de Cargo ssistant». Seuls les candidats présélectionnés seront contactés. Prière de ne pas envoyer une même candidature doublement. VIS DE VCNCE DE POSTE NER/NY/SSR 2013/FT-011-Bis Titre : Fleet Management ssistant Type de contrat : Fixed Term Durée : Un (01) an Grade : GS5 Unité : dministration Lieu d'affectation: Niamey Date de publication : 06 Février 2014 Date de cloture : 20 Février 2014 Cadre Organisationnel : Le personnel travaille au Bureau du Programme limentaire Mondial (PM), Niger. Il est sous la supervision du Chargé de l dministration. ttributions et responsabilités 1. Fournir l'appui dans la gestion des véhicules PM y compris l'assurance et la gestion des données de base des véhicules; 2. Organiser de manière opportune et efficace la maintenance des véhicules PM; s assurer que les véhicules sont en bon état de marche. Les documents d assurance et ceux des conducteurs doivent être à jour; 3. Établir un système de contrôle et de suivi du stock de pièces de rechange, lubrifiants, pneus et leur utilisation appropriée; 4. Dresser une liste complète des besoins en pièces de rechange et tenir un registre précis de tous les articles utilisés; 5. Établir un système de contrôle et de suivi du carburant et son utilisation appropriée; 6. Surveiller les véhicules en déplacement par un système de GPS (STMTIC) mis au point à cet effet ; 7. Enregistrer toutes les opérations effectuées sur les véhicules PM; 8. Entretenir de bons rapports avec les garages, maisons d assurance, service péage etc. et s assurer du bon déroulement des prestations (livraison, coût financier et assurance); 9. Vérifier l authenticité de toutes les factures, faire les SES/GRN et les transmettre aux finances pour paiement ; 10. Faire des rapports mensuels de la situation technique et du carburant des véhicules; 11. Veiller à l utilisation des équipements et des véhicules du PM dans un environnement sécurisé ; 12. Superviser et guider les chauffeurs; 13. Remplacer l assistant administrateur en cas d absence ; 14. ccomplir d autres tâches relatives au bon fonctionnement du parc auto et à la gestion du carburant et toute autre tâche demandée par le superviseur. QULIFICTIONS Education : Bac + 3 ans en Finance, Economie dministration, Gestion ou Informatique. Expérience: Deux années d expérience professionnelle avec au moins une année dans le domaine de la gestion de Parc utomobile. Connaissances informatiques : Bonne maîtrise de l outil informatique (Word, Excel, ccess, PowerPoint, Internet etc.) Langue: Maîtrise du Français et bonne connaissance de l anglais Références : Donner l adresse et le contact de 3 personnes comme référence Les candidats qualifiés et intéressés peuvent envoyer un dossier composé comme suit: Une lettre de motivation Un curriculum vitae Une copie des diplômes obtenus Noms et coordonnées de trois (3) personnes de référence Le candidat devra être de nationalité nigérienne. Le dossier complet sera envoyé à l adresse au plus tard le 20 Février 2014 à 17h30mn avec la mention «vis de vacance au poste de Fleet Management ssistant». Seuls les candidats présélectionnés seront contactés. Prière de ne pas envoyer une même candidature doublement.

7 Ces curieuses pluies enre-gistrées, hier, sur plusieurs localités de notre pays, ont suscité beaucoup d interrogations chez les Nigériens. Nombre d entre eux se demandent si notre pays ne subit pas les effets directs des changements climatiques, actuellement au centre des principales préoccupations environnementales à travers le monde. En tout cas, le fait est là. On assiste à un retour précoce de la pluie depuis la semaine dernière. Plusieurs localités ont été déjà arrosées. C était le cas des localités qui se trouvent dans le nord-est de la région de Maradi et au sudest de l der où une forte pluie s est abattue dans la nuit du 29 et du 31 janvier 2014 avec des hauteurs atteignant 30 millimètres à certains endroits d après les services de la Météorologie nationale. La nuit du mardi à mercredi, ce sont les régions du fleuve, de l der et de l ïr qui ont été arrosées avec 0,4 millimètre à l aéroport de Niamey, 1 millimètre à Tahoua et de 0,8 millimètre à gadez. D après M. Katiellou Lawan Gaptia, chef Division SOCIÉTÉ 7 l Situation météorologique au Niger La couverture nuageuse se maintiendra, avec possibilité de précipitations, selon les services de la Météorologie Nationale Notre pays assiste ces derniers temps à des phénomènes climatiques inhabituels. En plus des alternances de période de froid et de chaleur, des couvertures nuageuses suivies de précipitations sont enregistrées dans certaines localités du Niger dont les dernières datent d hier. Ces précipitations ont intéressé les régions du fleuve, de l der et de l ïr d après M. Katiellou Lawan Gaptia, chef Division Coopération de la direction de la Météorologie Nationale. M. Katiellou Lawan Gaptia Un couvert nuageux enveloppe une bonne partie du pays Coopération de la direction de la Météorologie Nationale, ces pluies localisées sont liées à la mousson. Cela s explique par un courant assez fort qui se situe à 11 km à l altitude qu on appelle le jet tropical qui est né d un contrasse entre les températures au niveau de l équateur dans les zones tropicales. Donc, cette situation est due à la recherche, ou à la création d un équilibre à travers un échange d énergie entre le tropique et le nord où il y a moins d énergie. insi, la création de cet équilibre qui constitue en lui-même un courant constitue une dépression énergétique qui amène les deux courants : la masse d air qui se trouve au niveau de l équateur qui suit un mouvement vers le jet et la masse d air qui quitte l équateur vers le tropique. C est, explique M. Katiellou Lawan Gaptia, au niveau de cette rencontre que les deux courants favorisent la formation des nuages qui occasionnent des précipitations, même si, précise-t-il, ce n est pas à chaque formation de nuages qu il y a des précipitations. Les précipitations plus ou moins importantes dépendent de l intensité qui caractérise les deux courants pendant leur rencontre et c est ce qu on appelle pluie des mangues qui est spécifiquement liées à cette activité de jet dit-il. Les raisons qui expliquent que ces précipitations ne couvrent pas l ensemble du pays, sont seulement dues à la position du Front Inter Tropical (FIT). M. Katiellou Lawan Gaptia, chef Division Coopération de la direction de la Météorologie Nationale, indique par ailleurs que ces précipitations peuvent persister longtemps avec toujours possibilité de pluies ça et là. La couverture nuageuse va continuer, mais pas sur l ensemble du pays, c est par endroit. Les zones les plus concernées sont les régions du fleuve, l der, l ïr et un peu la bande sud du pays, précise-t-il. li Maman (stagiaire) REPUBLIQUE DU NIGER CBINET DU PREMIER MINISTRE CELLULE D'NLYSE ET DE PROSPECTIVE EN DEVELOPPEMENT COMMUNIQUE La Cellule d'nalyse et de Prospective en Développement (CPED) a le plaisir d'informer le public et les candidats des résultats de l'avis de recrutement des 20 Jeunes Professionnels Spécialisés, lancé en octobre Sur 456 dossiers enregistrés, 72 candidats ont été présélectionnés pour passer des entretiens. Suite à ces entretiens, les candidats dont les noms suivent sont déclarés admis et classés par ordre de mérite, il s'agit de:

8 8 NNONCES Marchés Publics PLN PREVISIONNEL DE PSSTION DES MRCHES PUBLICS Gestion : 2014 Numéro du plan : 001 utorité contractante : Ministère des Enseignements Secondaires Légende: MI: vis à Manifestation d'intérêt ; ON: ppel d'offres National ; OR: ppel d'offres Restreint ; CF: Consultation de Fournisseurs ; SQFC: Sélection basée sur la Qualité Technique et le Coût ; DMP/DSP: Direction des Marchés Publics et des Délégations de Service Public ; DRFM: Direction des Ressources Financières et du Matériel ; DGE: Direction Générale des Enseignements ; DEP: Direction des Etudes et de la Programmation ; DEXCO: Direction des Examens, des Concours et de l'orientation ; DSI: Direction de la Statistique et de l'informatique

9 ETRNGER 9 l Rwanda/Génocide La cour d'assises de Paris se penche sur le parcours de Simbikangwa La cour d'assises de Paris s est penché hier, mercredi sur le parcours de Pascal Simbikangwa dans les années ayant précédé le génocide de 1994 au Rwanda, au deuxième jour du procès historique de cet ancien officier rwandais, qui s'est ouvert mardi. Tassé dans un fauteuil roulant, l'ancien capitaine rwandais Pascal Simbikangwa a comparu mardi devant la cour d'assises pour le tout premier procès en France lié au génocide, vingt ans après les massacres dans lesquels le rôle de Paris a souvent été critiqué. Kigali, très critique de l'attitude française autour du génocide, a qualifié l'ouverture de ce procès historique de "bon signe", même tardif. La défense, dénonçant "l'inégalité des forces" avec l'accusation et "un dossier très fortement à charge", a demandé que la procédure soit déclarée nulle. Mais cette demande de dernière minute, fustigée par l'avocat général qui y a vu une tentative d'"insinuer que la justice française ne serait pas en mesure de juger", a été rejetée par la cour après une heure de délibéré. Pascal Simbikangwa, 54 ans, paraplégique depuis un accident en 1986, est jugé pour complicité de génocide et de crimes contre l'humanité, accusé d'avoir incité, organisé et aidé les massacres qui firent quelque morts en 100 jours, entre avril et juillet 1994, notamment en organisant des barrages et en armant les miliciens qui les tenaient. Il nie en bloc les faits, pour lesquels il risque la perpétuité. "J'ai été capitaine dans l'armée rwandaise puis dans les services de renseignement", a dit dans une courte déclaration à la cour ce petit homme dégarni, vêtu d'un blouson marron clair et d'un pantalon de survêtement blanc. Puis le président, Olivier Leurent, a dressé durant près de deux heures un tableau du contexte historique au Rwanda, sans éluder le soutien militaire apporté par la France au régime hutu d'avant le génocide, avant d'évoquer le parcours de Pascal Simbikangwa et les faits qui lui sont reprochés. "Enfin ce procès arrive. On attend que Pascal Simbikangwa rende des comptes à la justice et maintenant il va falloir convaincre des jurés populaires", Portrait de pascal Simbikangwa avait déclaré avant l'audience lain Gauthier, président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), qui avait porté plainte contre l'ancien capitaine quelques mois après son arrestation. Simbikangwa avait été interpellé en 2008 sur l'île française de Mayotte où il vivait sous une autre identité, pour une affaire de trafic de faux papiers. lors qu'il était recherché par Interpol, la justice française a refusé son extradition vers Kigali, comme elle l'a toujours fait, et le juge donc elle-même aujourd'hui, au nom de la "compétence universelle" prévue par des accords avec le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Le procès, exceptionnellement filmé pour l'histoire, doit durer six à huit semaines. Les deux premières doivent retracer le contexte ayant conduit au massacre de centaines de milliers de Tutsi, ainsi que de Hutu modérés, par les milices endoctrinées et armées par le régime du président hutu Juvénal Habyarimana, dont l'assassinat le 6 avril fut l'événement déclencheur du génocide. Simbikangwa reconnaît sa proximité avec le premier cercle du pouvoir hutu, "l'akazu" (petite maison), dont de nombreux responsables ont été condamnés pour leur rôle dans le génocide. Mais il réfute toute implication dans les massacres. Les autorités rwandaises, issues de l'ex-rébellion tutsi qui a pris le pouvoir en 1994 en mettant fin au génocide, se sont réjouies du procès. "L'histoire est en marche. Nous nous sommes toujours demandé pourquoi ça avait pris 20 ans (...) c'est tard, mais c'est bon signe", a déclaré à l'fp à Kigali le ministre rwandais de la Justice, Johnston Busingye. Pour le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, "c'est une bonne chose que ce procès ait lieu". La défense dénonce, elle, un procès politico-diplomatique, à quelques semaines de l'anniversaire du génocide et alors que Kigali et Paris se sont rapprochés, après trois années de rupture des relations diplomatiques (2006/09). Elle dit craindre une condamnation pour l''exemple". (FP) l Côte d'ivoire Les dozos, ces alliés encombrants pour l'etat Parfois coiffés de masques d animaux ou recouverts de grigris, tous portent un fusil: les dozos, chasseurs traditionnels accusés de multiples crimes, sont devenus des alliés encombrants pour le pouvoir de Côte d'ivoire. Les coiffes les plus extravagantes sont de sortie lorsque les dozos se rassemblent par centaines à Kani (nordouest), fin 2013: toques, perruques, fausses tresses cousues sur casquettes, bonnets phrygiens, chapeaux surmontés de boules, de miroirs, de colifichets... Certains dozos ont recouvert leurs habits de toile de dizaines de grigris et d'amulettes. D'autres paradent le torse enroulé dans des cartouchières gorgées de munitions, leurs longs couteaux fièrement exhibés. L'identité multiple du dozo, forgée depuis des siècles, est ainsi résumée. Connaisseur savant de la nature, qu'il apprend et comprend grâce à de longues années d'initiation, supposément doté de pouvoirs magiques, comme celui de résister aux balles, le dozo reste avant tout un chasseur traditionnel, que l'on retrouve ailleurs en frique de l'ouest, comme au Mali, au Burkina Faso ou encore en Guinée. "vant, le dozo était le protecteur dans le village, c'était l'élément de sécurité. C'était aussi un médecin traditionnel. En cas de maladie compliquée, les gens avaient recours au dozo. Si des animaux féroces attaquaient le village, Communiqué de décès Les familles Feu bdallah ould Mahamoud à Téra, Bankilaré, Nyjoumbouctou et Bamako, Feu Oumarou Mohamed Boujoumé à Toumbouctou, Bamako, et balak, Feu Hamadel Moumoun Sadikou à Ny et Tajayé Bouyé Mohamed Dedéo dit Hamadi à Ny Bamako et Toumbouctou, Mr Soumana Sanda à Ny, Mr Kimba Soumana Cissé à Say Issa Cissé Ny et Say Ibrahim Cissé Ny et Say, Moussa Cissé à Ny et Say Yacouba Ousseini à Téra, Oumarou liou Modibo à Ny, Rougga Dottia Manou à adiga (Gaya), Feu liou Mahamane à diga, Feue Chatou Manou dite Binguelle à Gaya, Hadjia Hadiza Mahamane dite Poummarièl à Ny, Hadjia Hadiza Hassane à Ny, Hadjia issa liou dite Djanati à Maradi, Hadjia Haoua liou à Gaya, Boubacar liou dit Roua Gaya, Elhaj bdoulaye Mahamane à Ny, Salifou Sidikou à Ny et Kouré Ont le regret d'annoncer le décès de leur petite fille, fille, sœur, épouse, mère, tante : Tata bdallah le mardi 4 févier 2014, l'enterrement a eu lieu le même jour au cimetière de Haro banda on l'appelait également", raconte Bakari Ouattara, secrétaire général des dozos de Côte d'ivoire. Ce prestige demeure dans les villages, même s'il s'est passablement étiolé. En cause, les bouleversements qu'ont connus les dozos ces dernières décennies. commencer par leur nombre. L'Etat ivoirien recensait dozos en Le ministère de l'intérieur les évalue à hommes aujourd'hui. Bien davantage que les forces de sécurité ivoiriennes. De "faux dozos" ont ainsi opportunément rejoint les rangs de la confrérie pour jouir de ses privilèges lors de la crise politico-militaire de , explique un connaisseur du dossier. partir de 2002, la Côte d'ivoire se retrouve coupée en deux, entre un Sud favorable au régime du président Laurent Gbagbo et un Nord contrôlé par une rébellion pro-lassane Ouattara. Laurent Gbagbo ne reconnaît pas la victoire de son rival à l'élection présidentielle fin 2010, entraînant une crise politique et une guerre civile de plusieurs mois, qui a fait plus de morts. Originaires du Nord, tout comme lassane Ouattara, les dozos s'engagent majoritairement en sa faveur, contribuant à renverser l'ancien chef de l'etat en avril De nombreux méfaits leur sont imputés. En juillet 2011, des déplacés d'une ethnie pro-gbagbo affirment qu'ils ont pris part au massacre d'au moins six d'entre eux à Duékoué (Ouest). La presse ivoirienne les accuse en septembre d'avoir tué deux policiers et un gendarme à Yamoussoukro (centre). "Les dozos ne sont impliqués ni de près ni de loin" dans ces meurtres, proteste Bakari Ouattara, qui rappelle que "l'habit dozo se vend au marché". Début décembre, ils sont l'objet d'un rapport accablant de l'onuci, la mission de l'onu en Côte d'ivoire. Les dozos ont tué au moins 228 personnes et en ont blessé 164 entre mars 2009 et mai 2013, affirme l'onuci. Ces chasseurs, également coupables d'"extorsions" lorsqu'ils établissent des barrages sauvages, constituent un "danger" pour leurs "victimes" comme pour "la démocratie ivoirienne", assène Eugène Nindorera, chef de la division des droits de l'homme de l'onuci. Dans certaines provinces, soutient-il, ils se substituent même aux forces de sécurité, absentes, ou combattent à leurs côtés. "Nous sommes dans un pays pauvre. Nous savons que le gouvernement n'a pas les moyens d'installer la police ou la gendarmerie dans nos villages. Donc nous nous sommes organisés pour pouvoir veiller sur nos populations et nos biens", répond Bakari Ouattara, rêvant les dozos en "auxiliaires de la police et de la gendarmerie". Les ONG et l'opposition ne le voient pas de cet œil, mais estiment que le régime d'lassane Ouattara est trop redevable aux dozos pour pouvoir les sanctionner. Le pouvoir actuel paie plutôt le laxisme des régimes précédents, explique Daniel Bamba Cheikh, le directeur du cabinet du ministre de Une parade des dozos l'intérieur. "ujourd'hui, on se plaint que les dozos aient été à la guerre (...) alors qu'on les a laissé prospérer", s'indigne M. Bamba, "surpris" qu'on attende "qu'un problème aussi ancien se résolve d'un claquement de doigt". L'Etat ivoirien a massivement eu recours à cette corporation dans les années 1990 pour pallier sa propre "passivité" vis-à-vis de l'"insécurité", avant de leur tourner le dos, confirme dans un rapport le sociologue Fahiraman Rodrigue Koné. Les autorités assurent vouloir maintenant faire rentrer les dozos dans la rang. Les chasseurs ont accepté "d'être gérés par l'etat", "désarmés" et de "retourner à leur vocation originelle" de "scoutisme à l'africaine", déclare M. Bamba. Un recensement de leur population démarrera prochainement, afin de démasquer les faux dozos, qui seront réinsérés dans la vie civile, poursuit-il. Le président Ouattara, lors de ses vœux début janvier, s'est en tout cas montré très clair. Les dozos, a-t-il affirmé, doivent "se consacrer à leurs activités originelles en évitant de vouloir accompagner les forces régulières". (FP)

10 10 NNONCES VIS DE VCNCE DE POSTE NER/NY/SSR 2013/FT-028-Bis Titre : Senior Programme ssistant (Pipeline/Rep) Type de contrat : Fixed Term Durée : Un (01) an Grade : GS6 Unité : Programme Lieu d'affectation: Niamey Date de publication : 06 février 2014 Date de clôture : 20 février 2014 Cadre Organisationnel: The Senior Programme ssistant (Pipeline/Rep) will work at WFP, Niger CO. He will be under the supervision of the Programme Officer. ttributions & responsibilities Preparing IPFs (Import Parity Forms) and ssignment Plans for new contributions ensuring that all contributions under ongoing projects are entirely programmed; Coordination with relevant Units/HQ to ensure purchase requisitions, purchase orders, sale certificates (upstream/downstream sales) are finalized; Regular monitoring of grants and ensure grant closure dates (TOD:TDD) are respected and extensions requested if necessary; Preparing monthly pipeline reports for ongoing grant extension; Regular update of the pipeline situation for ongoing projects; Preparing budgets for funding proposals in line with the pipeline situation; ssisting in the Standard Project Report process ensuring that deadlines are respected. ssist with writing other related reports as requested. ssisting in the annual partnership data collection process ensuring that deadlines are respected. ssuming the charge of secretary for the Projects Review Committee (PRC). Expected results: Well prepared analytical work; well written accurate information about WFP s programs and activities. Critical Success Factors: Good analytical skills; skills in developing sources for data collection; good interpersonal skills; ability to work in a multicultural team environment; ability to meet deadlines and remain cool under pressure. Qualifications: Education: University degree in social sciences, international relations, communications, or other related fields. Language: Fluency in both oral and written communication in French and English. Experience: t least four years of postgraduate professional experience in a related field to the above specified education. Specific requirement: Good computer skills (Microsoft Windows, Excel, Word), proficiency in Word & especially Excel; ability to draft and explain histograms; ability to draft project proposals. Desirable skills and/or experience: General knowledge of UN system policies, rules, regulations and procedures governing administration; Familiarity with software such as publisher, pagemaker; ability to make PowerPoint presentations; familiarity with internet; basic knowledge in result based management. The candidate should have Niger nationality. pplicant should submit a covering letter, a detailed CV and copies of certificates to Deadline date: 20 février 2014 by hrs. Please mention the title of the Post in your submission. pplicants will be contacted only if they are under serious consideration. VIS DE VCNCE DE POSTE NER/NY/SSR 2013/FT-022-Bis Titre : Telecommunication ssistant Type de contrat : Service contract Durée : Un (01) an Grade : SC4 Unité : UNHS Lieu d'affectation: Niamey Date de publication: 06 février 2014 Date de cloture : 20 février 2014 Cadre Organisationnel : Le personnel travaille au Bureau du Programme limentaire Mondial (PM) à Niamey, Niger. Il est sous la supervision de l ssistant (M). ttributions et responsabilités SSURER ET VERIFIER L COMMUNICTION VEC LES STTIONS RDIO DES SOUS BUREUX ; SSURER LE SUIVI PERMNENT DE TOUT MOBILE EN DEPLCEMENT ET INFORMER LE CHRGE DE SECURITE ET/OU ICT DE TOUT INCIDENT VERIFIER ET MINTENIR LES PPREILS DE COMMUNICTION DU BUREU (VHF/HF) ; SSURER L BONNE SISIE ET LE CLSSEMENT DES DONNEES; SSURER L COMMUNICTION VEC LES VIONS; GERER LES MOUVEMENTS DES EQUIPEMENTS ICT; SSISTER L INSTLLTION DES VHF ET HF; SSURER TOUTE UTRE TCHE QUI DEMNDEE DNS LE DOMINE DE SES COMPETENCES; CLSSER TOUS LES DOCUMENTS UNHS. QULIFICTIONS Education : voir le niveau bac plus une formation complémentaire dans les domaines suivants : Opérateur radio; Navigateur aérien; Technicien télécom; gent d'opération. Expérience : u moins un (01) an d expérience en Opérateur radio, Navigateur aérien, Technicien télécom et gent d'opération Connaissance informatique : Maîtrise de l outil informatique (Word, Excel, Internet). Langue : Maîtrise du Français et bonne compréhension de l anglais. COMPOSITION DU DOSSIER Les pièces suivantes devront figurer dans le dossier : Un curriculum vitae; Une lettre de motivation; Une copie des diplômes obtenus ; Noms et coordonnées de trois (3) personnes de référence. Le candidat devra être de nationalité nigérienne. Le dossier complet sera envoyé à l adresse au plus tard le 20 février 2014 à 17h30mn avec la mention «vis de vacance au poste de Telecommunication ssistant». Seuls les candidats présélectionnés seront contactés. Prière de ne pas envoyer une même candidature doublement.

11 NNONCES 11 Mariage Les Grandes Familles Feu Idrissa lfari à Tientinga-Foulbé et Niamey ; Feu bdoulaye lfari à Ny et Tientinga-Foulbé ; Mamoudou lfari Chef du Village de Tientinga-Foulbé ; bdourahamane li à Ny et Tientinga-Foulbé ; li Oumarou à Ny et Tientinga-Foulbé ; Hassane Dirarou à Niamey et Guéladio ; bdoulaye Diallo à Niamey et Tchela-Foulbé ; Sadou Yero à Tchela-Foulbé Les Grandes Familles Sambo madou à Tientinga Foulbé ; Bouba madou à Tchampegoré; Hama madou à Ny et Tientinga-Foulbé; Hassane bdou à Tchampegoré ; Boubacar Kourido à Ny et Tientinga-Foulbé ; madou madou à Tchampegoré Parents, mis et Connaissances ont la joie de vous faire part du Mariage de leurs Enfants : Mr Boureima bdoulaye Electricien Bâtimat Niamey et M lle Zeinabou SamBo dite Debo Sirey à Tientinga-Foulbé Les cérémonies religieuses ayant déjà eu lieu, le foyandi aura lieu le dimanche 09 février 2014 au domicile de feu bdoulaye lfari sis au quartier Karadjé derrière la Samaria. La semaine traditionnelle débutera le même jour chez le jeune marié à Karadjé. Etude de Maître Djibo Hamsa Garba, Notaire, à la Résidence de Niamey (République du Niger), RUE LI 18. BP : 2444, Tel : VIS DE PERTE vis est donné par l'etude de Maître Djibo Hamsa Garba Notaire, à la Résidence de Niamey (République du Niger), RUE LI 18, de la perte de l'cte de Cession d'immeuble Non Bâti de la parcelle D de l'îlot 1738, lotissement Couronne Nord, au nom de M R Soumana Bonto. Prière à toute personne qui l'aurait retrouvé de bien vouloir le déposer au service des affaires domaniales de la Communauté Urbaine de Niamey ou à l'étude ci-dessus indiquée Pour avir le Notaire Maître Djibo Hamsa Garba ETUDE DE MITRE MDOUGOU BOUBCR NOTIRE L RESIDENCE DE NIMEY BOITE POSTLE Tel NIF: 3696 VIS DE PERTE Monsieur KIMB IDE, Commerçant, demeurant à Niamey né vers 1975 à Tougouzefa/Ouallam/NIGER ; de nationalité nigérienne porte à la connaissance du public de la perte de l cte de Cession d Immeuble numéro 93044, parcelle H, Ilot 8628, Lotissement TCHNGREY ; d une superficie de quatre cents (400) mètres carrés ; au nom de Monsieur HMDOU HSSNE. Prière à toute personne qui l aurait retrouvé de le déposer à l Etude du notaire soussigné. Pour avis LE NOTIRE MITRE MDOUGOU BOUBCR VIS DE PERTE vis est donné par l'etude de Me MHMNE NKOBO, Notaire à Niamey B.P , Tél , de la perte du titre foncier n 2591 du Niger, au nom de Monsieur HMIDOU BNI. Toute personne qui l'aurait retrouvé est priée de bien vouloir le déposer à l'etude ci-dessus indiquée. SOCIETE NIGERIENNE D ELECTRICITE PPEL MNIFESTTIONS D INTÉRÊT PPUI L PREPRTION D UN PROJET PHOTOVOLTIQUE SERVICE DE CONSULTNTS SOCIETE NIGERIENNE D ELECTRICITE PPEL MNIFESTTIONS D INTÉRÊT MITRISE D ŒUVRE DES TRVUX D EXTENSION ET DE RENFORCEMENT DU RESEU ELECTRIQUE NIMEY ET L RELISTION DE LIGNES DE LISON DNS LES REGIONS DE ZINDER, TILLBERY ET THOU U NIGER La Société Nigérienne d Electricité (NIGELEC) a sollicité un concours financier de l gence Française de Développement (FD), et a l intention d utiliser une partie du montant de ce concours financier pour effectuer les paiements au titre du contrat suivant : ppui à la préparation d un projet photovoltaïque. Les services comprennent entre autres i) une étude de préfaisabilité, incluant une estimation du productible et une étude de dimensionnement des équipements d intégration au réseau existant et une étude de stabilité du réseau ; ii) une analyse économique ; iii) une analyse financière ; iv) un appui au choix du montage financier (DBO ou BOT) ; v) une assistance dans la sélection d un prestataire privé. Les services se dérouleront sur une durée calendaire de trois (03) mois après le lancement de la mission ; soit entièrement au Niger, soit «en chambre» et au Niger. La NIGELEC invite les candidats à manifester leur intérêt à fournir les services décrits cidessus. Les candidats intéressés doivent fournir les informations justifiant qu ils sont qualifiés pour exécuter les services (brochures, références concernant l exécution de contrats analogues, expérience dans des conditions semblables, disponibilité des connaissances nécessaires parmi le personnel, etc.). Les candidats peuvent s associer pour renforcer leurs compétences respectives. La NIGELEC dressera une liste restreinte d environ quarante cinq (045) candidats, présélectionnés sur la base des candidatures reçues, auxquels elle adressera le Dossier d ppel d Offres pour la réalisation des services requis. Les manifestations d intérêt doivent être déposées à l adresse ci-dessous au plus tard le 04 mars 2014 à 10 heures. NIGELEC Division Courrier 201, venue du Général de Gaulle (PL30) BP Niamey République du NIGER Téléphone : Fax: La Société Nigérienne d Electricité (NIGELEC) a sollicité un concours financier de l gence Française de Développement (FD), et a l intention d utiliser une partie du montant de ce concours financier pour effectuer les paiements au titre du contrat suivant : Etudes, suivi et contrôle des travaux dans le cadre du projet d extension et de renforcement du réseau électrique du Niger. Le Maître d Œuvre devra entre autres : i) passer en revue les études techniques et les Dossiers d ppel d Offres réalisés par le Maître d ouvrage, ii) participer à la définition et au suivi de la politique de branchements en zone rurale (domestiques, sociaux, économiques) et du choix de types de comptages iii) formuler, si nécessaire, des recommandations pour l amélioration des Dossiers d ppel d Offres, iv) appuyer la NIGELEC dans la passation des marchés, v) assurer le suivi et le contrôle des travaux et rédiger les rapports d avancement. Les services s étaleront sur toute la durée d exécution des travaux. Ils se dérouleront soit entièrement au Niger, soit «en chambre» et au Niger. La NIGELEC invite les candidats à manifester leur intérêt à fournir les services décrits cidessus. Les candidats intéressés doivent fournir les informations justifiant qu ils sont qualifiés pour exécuter les services (brochures, références concernant l exécution de contrats analogues, expérience dans des conditions semblables, disponibilité des connaissances nécessaires parmi le personnel, etc.). Les candidats peuvent s associer pour renforcer leurs compétences respectives. La NIGELEC dressera une liste restreinte d environ cinq (05) candidats, présélectionnés sur la base des candidatures reçues, auxquels elle adressera le Dossier d ppel d Offres pour la réalisation des services requis. Les manifestations d intérêt doivent être déposées à l adresse ci-dessous au plus tard le 04 mars 2014 à 10 heures. NIGELEC Division Courrier 201, venue du Général de Gaulle (PL30) BP Niamey République du NIGER Téléphone : Fax:

12 12 NNONCES UNION ECONOMIQUE ET MONETIRE OUEST FRICINE La Commission PROJET D PPUI L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DNS LES PYS MEMBRES DE L UEMO (PES) N DU PROJET : P- Z1 - ID N DU DON : VIS MNIFESTTION D INTERETS RELTIF L SELECTION D UN CONSULTNT (BUREU D ETUDES) POUR L FORMTION DIDCTIQUE SOUS REGIONLE DE NIVEU SUPERIEUR DES ENSEIGNNTS FORMTEURS DNS LES DISCIPLINES LIEES UX NOUVELLES FILIERES PORTEUSES DES INSTITUTIONS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DNS LES PYS DE L UEMO. 1. La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest fricaine a obtenu un don du Fonds fricain de Développement (FD) en diverses monnaies pour financer le Projet d ppui à l Enseignement Supérieur dans les pays de l UEMO et a l intention d utiliser une partie des sommes accordées pour financer le contrat relatif à la formation didactique sous régionale de niveau supérieur des formateurs des enseignants dans les disciplines liées aux nouvelles filières porteuses des institutions d enseignement supérieur dans les huit (8) pays membres de l UEMO. 2. La formation didactique sous régionale de niveau supérieur des formateurs des enseignants consistera à renforcer les capacités des enseignants formateurs des institutions d enseignement supérieur dans le domaine de la didactique des disciplines de niveau supérieur afin de constituer un pool de formateurs qui contribueront à améliorer les prestations des enseignants par une animation régulière à l intention de leurs pairs. 3. Les services prévus au titre de ce contrat se déclinent comme suit : - Une phase préparatoire de la formation à effectuer consistant à : (i) Identifier les grands axes de besoins de formation didactique des enseignants chercheurs des nouvelles filières en conformité avec les standards internationaux en matière de formation académique et professionnelle ; (ii) Elaborer un cadre conceptue(i) justifiant la pertinence et l efficacité de la formation bâtie sur les besoins de formation didactique des enseignants chercheurs ; (iii) Elaborer le plan de formation des formateurs fondés sur l ingénierie pédagogique définissant les profils de formation, les compétences fondamentales à développer chez les enseignants chercheurs, les objectifs de la formation, précisant le calendrier, la durée et le contenu de la formation, ainsi que les noms des enseignants, le plan d évaluation des acquis des stagiaires et l impact attendu de la formation six mois après sa réalisation; (iv) Préparer le programme de formation, les modules, les méthodes, les manuels de formation, ainsi que d autres matériels didactiques y afférents. Les programmes de formation combineront la formation des enseignants à l utilisation des TICs dans l enseignement, aux exposés formels, à la production par les apprenants de supports de formation et d outils d évaluation de leurs étudiants sur la base de cas réels, aux séances pratiques de préparation et de pratique de cours en ligne, aux manipulations de logiciels, aux discussions et aux résolutions des cas réels ou d école, aux visites de terrain pour les cas pratiques et à la revue des sources bibliographiques ; B- Une phase d organisation de la formation didactique sous régionale de niveau supérieur des enseignants formateurs consistant à : (i) Organiser une formation didactique de niveau supérieur à l intention de deux (2) enseignants par discipline par pays, soit seize (16) personnes par discipline, faisant au total 352 enseignants dans l espace UEMO. Cette formation qui sera réalisée au niveau sous régional pendant quinze (15) jours permettra la mise en place de cellules pédagogiques dans les universités publiques. (II). ssurer les services d organisation de la logistique des 352 participants venant des huit (8) pays membres de l UEMO à destination de Ouagadougou au Burkina FSO où se déroulera la formation (transports aériens et intérieurs, accueil et hébergement, frais de subsistance etc). (iii) Une phase d évaluation et de soumission de rapport consistant à : (i) Développer et appliquer un système d évaluation continue et finale des participants en relation avec les objectifs de la formation ; (ii) Soumettre au Département du Développement Social et Culturel (DDS) de la Commission de l UEMO un rapport d exécution de la formation. La durée globale de la mission pour l exécution de toutes les activités contractuelles est estimée à quatre vingt (80) jours. La période prévisionnelle d exécution de la mission sera d octobre à décembre La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest fricaine invite les Consultants à présenter leur candidature en vue de fournir les services décrits ci-dessus. Les Consultants intéressés doivent produire les informations sur leur capacité et expérience démontrant qu ils sont qualifiés pour les prestations (raison sociale, coordonnées, nom du représentant, documentation, référence de prestations similaires, expérience dans des missions comparables, disponibilité de personnel qualifié, etc.). Les Consultants peuvent se mettre en association pour augmenter leurs chances de qualification. 5. Les critères d éligibilité, l établissement de la liste restreinte et la procédure de sélection seront conformes aux «Règles et Procédures pour l utilisation des Consultants» de la Banque fricaine de Développement, Edition Mai 2008, mise à jour en juillet 2012 qui sont disponibles sur le site web de la Banque à l adresse : http: // L intérêt manifesté par un consultant n implique aucune obligation de la part de l Emprunteur de le retenir sur la liste restreinte. 6. Les bureaux d études intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires à l adresse mentionnée ci-dessous, au point 7, aux heures d ouverture de bureaux suivants: de 8 heures à 12 heures, heures locales. 7. Les manifestations d intérêt devront être déposées à l adresse mentionnée ci- dessous au plus tard le 21 février 2014 à 16 heure locale et porter expressément la mention «Réponse à la Manifestation d intérêts relative à la sélection d un bureau d études pour la formation didactique sous régionale de niveau supérieur des enseignants formateurs dans les disciplines liées aux nouvelles filières porteuses des institutions d enseignement supérieur dans les huit (8) pays membres de l UEMO, dans le cadre du Projet d ppui à l Enseignement Supérieur dans les pays membres de l UEMO» : l attention du Projet d ppui à l Enseignement Supérieur dans les pays membres de l UEMO La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest fricaine Projet d ppui à l Enseignement Supérieur dans les pays de l UEMO 380, venue du Professeur Joseph KI-ZERBO 01 BP 543 Ouagadougou 01 Burkina Faso Tel : (226) Fax : (226) Le Commissaire chargé de l intérim Essowé BRCOL

13 l Vient de paraître IDRISS LOM, le caïman noir du Tchad, suivi de L PSSION DE BBEMB, poème épique, suivi de NEO-FRICNTHROPOS bdoulaye MMNI présentation de J.D. Pénel, Préfaces de Maïkorema ZaKari et d'ousmane Tandina Coll. Ecrite l'frique ISBN : ,15, 50 euros, 142 p. CULTURE 13 bdoulaye Mamani est mort accidentellement, à l'âge de 61 ans, en juin 1993 ; voici donc vingt ans. En dehors de ses écrits politiques (dispersés ça et là, mais jamais regroupés), il est essentiellement connu pour son roman Sarraounia (1980). Ses autres œuvres, pourtant fort belles, ont moins de notoriété : poésies (Poémérides, 1972; Œuvres poétiques,1993), "pièces de théâtre (Le balai, 1973) et nouvelle-(une nuit au Ténéré; 1987). En réalité, -ces textes sont loin de représenter la production littéraire réelle de l'auteur : cinq romans, deux nouvelles, des essais, des poèmes restent à ce jour inédits. C est dès son jeune âge que Yacouba s est découvert cette corde qui, aujourd hui fait sa renommée. Et il l a très vite accroché à son arc. La flûte en bandoulière, parfois une calebasse entre les jambes (lorsqu il n y a personne pour le faire), Yacouba Moumouni n hésite jamais à entonner une chanson. «Je suis né avec la chanson», aime t-il dire. «Ce n est pas que je l ai appris comme ça. J ai toujours chanté quand je mène une activité, uniquement pour me donner le courage de le mener à terme. Quand je marche au pâturage, au champ, j ai toujours chanté et sans le savoir, ma voix s est rodée». Mais, c est en 1992 que Yacouba a commencé à chanter pour un public au centre de formation et de promotion musicale (CFPM- Tayya). En 1995, Il fonde Mamar Kassey et depuis ses débuts, le succès ne s est jamais démenti. ujourd hui, Yacouba Moumouni et son groupe sont considérés comme les meilleurs ambassadeurs de la musique nigérienne à travers le monde. En plus de la flûte, cet artiste joue aussi avec un nouvel instrument qu il nomme «Kamele Ngoni». S il est une chose que Denké Denké aime, c est la liberté. «J ai toujours utant dire que la partie non publiée est bien plus volumineuse que la partie éditée à ce jour. En outre, les textes qu'il a pu éditer dans des journaux en lgérie, lors de son exil dans ce pays, restent inconnus. Il importe donc de sortir de l'oubli cette œuvre. C'est dans cette intention que le présent ouvrage entreprend de faire connaître trois textes : un exposé historique sur le plus grand souverain du Kanem Bornou, Idriss laoma, qui vécut au XVIe siècle ; une épopée, Babemba, qui retrace la manière dont ce chef sénoufo s'opposa jusqu'à la mort aux troupes françaises, à Sikasso, en 1898 ; enfin Néo- fricanthropus, poème dans la détesté qu on me donne des ordres. Depuis mon enfance jusqu à l âge de 30 ans, on m a toujours donné des ordres. ujourd hui, je vole de mes propres ailes et j ai du temps pour mes affaires», dit-il. Yacouba Moumouni, est berger durant son enfance. Lorsqu il quitte sa famille à la mort de son père pour rejoindre la capitale Niamey, c est auprès de la chanteuse Hamsatou Danté qu il exerce le métier de boy. La patronne, décelant le potentiel du jeune garçon, lui enseigne alors la musique. Il devient par la suite apprenti mécanicien et étudie en parallèle avec le flûtiste Harouna Marounfa. En 1990, il entre au Centre de formation et de promotion musicale (CFPM) et se produit avec l'orchestre Takeda, dirigé par bdoulaye lassane. Denké Denké a quatre albums à son actif : «Denké Denké», «latoumi», «On va voir ça» qui n est pas sorti en Europe et récemment «Taboussizé» lancé en décembre dernier en Europe. «Taboussizé», le dernier album, sorti sous le label Innacor/L utre Distribution, fait référence à un de ses amis d enfance qui a été élevé à l étranger. Une fois au pays, ce dernier a été obligé par les parents de son père à adopter leur culture. Ce n était pas sans diffi- veine politique de l'auteur, qui expose ses idéaux sur l'frique, tels qu'on pouvait l'imaginer et l'espérer dans les premières décennies après les Indépendances, à l'époque du socialisme africain. Ces trois textes font découvrir de nouveaux aspects d'bdoulaye Mamani : en effet, si Sarraounia aborde l'histoire, c'est par le biais de la fiction romanesque, alors qu'idriss laoma se présente comme un petit essai pour vulgariser un personnage historique à l'intention du grand public ; si bdoulaye Mamani poétisait depuis sa jeunesse, jamais il n'avait créé une longue épopée (de près de mille vers), à la manière de la tradition, Yacouba Moumouni alias Denké Denké cultés. L enfant n ayant pas survécu à la terre de ses ancêtres, cette vision a marqué à jamais la mémoire du chanteur. u fil des albums, Denké Denké et son groupe Mamar Kassey continuent d évoluer. Ils ont aujourd hui dépassé les frontières du Niger et de l frique pour s imposer au reste du monde. près leur passage sur scène, les médias s emparent du phénomène nigérien. RFI, Télérama, et d autres chaines s en sont donné à cœur joie. Le dernier album du groupe a même figuré parmi la sélection des meilleurs albums africains 2013 (LES INROCKS - Sélection "Meilleurs albums 2013"). «J ai beaucoup tourné dans le monde, mais celle qui m a le plus marqué, c est celle que j ai effectué à Rabat au Maroc, au festival de Sawira où j ai chanté devant une foule de plus de personnes. Récemment, j ai été très content de jouer à fricolor à Paris», nous a confié Yacouba Moumouni, un sourire de satisfaction au coin. Précisément sur le site de ce festival, le groupe Mamar Kassey est perçu comme un courant qui «entraîne le spectateur dans un flux de vie et d énergie où rites ancestraux et progrès cohabitent naturellement. Délivrée de la rigidité des codes par un esprit d ouverture, respectueux de l oralité, l essence de la tradition irrigue toutes les compositions du groupe. Elle se propage à la vitesse de la lumière à travers le tempo de la calebasse et du tambour «Kalangou». Elle unit dans un jeu de subtils contrastes les lignes mélodiques de la guitare électrique et du petit luth «Komsa». Elle parle dans le chant et la voix de la flûte «Seysé» qui rebondit en funambules sur la ligne d une basse sous haute tension. Mamar Kassey joue avec beaucoup de brio et de professionnalisme des arrangements bien exécutés soutenant la belle et puissante voix de Yacouba, comme dans Babemba, ni même un développement semblable à Neo-fricanthropus. Voilà pourquoi, le lecteur, qui a fréquenté les premiers ouvrages d'bdoulaye Mamani, est assuré, en parcourant cette publication, de le voir apparaître sous un jour nouveau et complémentaire en attendant que la partie immergée de son œuvre ne fasse surface par la suite. Service Promotion - Diffusion Virginie ROBERT Editions L'Harmattan - 5 Rue de l'ecole Polytechnique Paris Tel mail : l Yacouba Moumouni alias Denké Denké Digne ambassadeur de la musique nigérienne à travers le monde De tous les artistes nigériens, Yacouba Moumouni alias Denké Denké est certainement le plus connu, aussi bien ici au pays qu à l étranger. Ses compositions portent fondamentalement, les caractéristiques de la culture nigérienne. Utilisation d instruments traditionnels (flûte typique de la tradition des bergers peulhs, le kalango : tam tam d aisselle connu dans les milieux haoussa et djerma, le komsa et le molo : instruments à corde et la calebasse, tous largement utilisés dans les traditions musicales nigériennes), chants tirés du répertoire local peul et songhaï, tels sont, les principaux éléments qui caractérisent les compositions de cet artiste. Et pour couronner le tout, Yacouba Moumouni, reflète de par son habillement, toute la culture peulh et songhaï (à travers les grands boubous et surtout les pagnes Téra-Téra). utant dire que cet expetit berger peulh, devait nécessairement, peut être sans l avoir prévu, devenir le grand artiste qu il est aujourd hui. pleine de sensualité et de chaleur avec une identité nigérienne authentique fortement affirmée par un jeu subtil, performant des luths «Komsa» et «Molo» traditionnels et d un tambour d aisselle (Kalangou)». Sitôt rentré au bercail, Yacouba Moumouni et son groupe se remettent au travail. Il faudrait honorer un agenda chargé. Juin-juillet-août 2014 et avril-mai 2015, des tournées internationales ont déjà été prévues. Né vers 1966 à Téra (région de Tillabéri), Yacouba Moumouni est marié à une femme et père de neuf (9) enfants. l M. S. bandé Moctar VIS D INSERTION vis est donné par l Etude Notariale BOUBCR mina, sise à Niamey (NIGER), 31, rue de la Libye, Boîte Postale 675, Téléphone : : Qu aux termes des décisions de l ssemblée Générale Mixte de la «BNQUE GRICOLE DU NIGER» «BGRI» S, au capital de dix milliards ( ) de FCF, ayant son siège social à Niamey/Niger, venue de l OU PLCE TOUMO, Boite Postale , immatriculée au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier sous le numéro RCCM-NI-NI-2010-B-1936, tenue en date du 05/01/14 à son siège social à Niamey/NIGER, il a été décidé. -De la nomination sous réserve de l avis de la commission bancaire au poste d administrateur de la Banque de : Mr. bdou Maidagi, représentant de l Etat du Niger; Dr kilou hmet Baringaye, représentant de la CNSS ; Mr. Sidi bdou, représentant de la CIM ; Mr Hassane Oumarou Bawa, administrateur (non actionnaire). -D instruire l actionnaire majoritaire à convoquer le Conseil d dministration dès réception de l avis de la commission bancaire pour désigner le Président du Conseil d dministration dont la vacance de poste a été constatée. -En conséquence de ce qui précède ; DEPOT U GREFFE Le procès-verbal des décisions mixtes a été déposé au Greffe du Tribunal Régional Hors Classe de Niamey ce jour 05 février POUR VIS ET INSERTION

14 14 NNONCES Marchés Publics PLN PREVISIONNEL DE PSSTION DES MRCHES PUBLICS Gestion : 2014 Numéro du plan : PPM/01/MEP/2014 utorité contractante : Ministère de l Enseignement Primaire, de l lphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l Education Civique Légende: ON : ppel d offres national OR : ppel d offres Restreint MI : vis à manifestation d intérêt SQTC: Sélection basée sur la qualité technique et le coût DIES: Direction des Infrastructures et Equipements Scolaires DRFM : Direction des Ressources Financières et du matériel DMPDSP : Direction des Marchés Publics et des Délégations de Service Public DESS/O : Direction de l Evaluation, du Suivi des cquis Scolaires et de l Orientation DREP : Direction Régionale de l Enseignement Primaire INDRP : Institut National de Documentation, de Recherche et D animation Pédagogique

15 Cataracte : le seul traitement est chirurgical Une personne sur deux de plus de 60 ans souffre d'une opacité du cristallin, appelée cataracte. La seule façon de traiter ce défaut de vision passe par la chirurgie. L'opération consiste à retirer le cristallin et à le remplacer par une lentille. Chirurgie de la cataracte : une opération très fréquente L'opération de la cataracte est l'intervention chirurgicale pratiquée le plus fréquemment en France et dans les pays développés. Rien de plus normal si l'on tient compte du vieillissement de la population et du fait que cette maladie n'a pas d'autre traitement possible. L'opération se déroule en ambulatoire : vous vous présentez le matin à jeun et une fois la cataracte enlevée (cela prend en général moins d'une demiheure), vous rentrez chez vous le jour même avec simplement un pansement sur l'oeil, après une courte période d'observation post-opératoire. Cette opération totalement indolore se pratique le plus souvent sous anesthésie locale : vous êtes tout à fait éveillé mais votre œil est insensibilisé avec des gouttes qui anesthésient sa surface. Dans certains cas, une piqure permet de limiter les mouvements de l'œil car vous ne devez pas bouger les yeux quand on opère. Le chirurgien fait une petite incision pour livrer passage à une sonde qui émet des ultrasons qui vont pulvériser le cristallin malade. Il implante ensuite le cristallin artificiel par cette même incision effectuée de façon à ne nécessiter aucun point de suture. Comme le souligne le Dr lbou- Ganem, chirurgien ophtalmologiste et membre de la Société française d'ophtalmologie, "il est même désormais tout à fait possible, lors d'une opération de la cataracte, de corriger tous les défauts de vision en même temps (par exemple myopie et presbytie). près avoir enlevé le cristallin, on le remplace par un implant multifocal qui I N C R O Y B L E M I S V R I Un bijoutier repousse ses braqueurs avec un parapluie Un bijoutier d'snières (Hauts-de- Seine), victime d'une tentative de braquage mercredi matin, a pourchassé ses agresseurs à l'aide de son parapluie, a-t-on appris de sources concordantes. Dans la matinée, deux hommes, dont l'un était casqué, ont fait irruption dans ce commerce du centre-ville en pointant une arme sur son gérant, selon une source proche de l'enquête. "Je les ai chassés du magasin avec mon parapluie, et je leur ai couru encore après dehors. J'ai pris ce que j'avais sous la main", a raconté, stoïque, le bijoutier de 47 ans, déjà braqué en Les agresseurs ont aspergé leur victime de gaz lacrymogène, avant de prendre la fuite sans avoir eu le temps de prendre des bijoux. L'un d'eux a pu être maîtrisé quelques minutes plus tard par des passants, avant d'être interpellé par la police. Il a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire des Hauts-de- Seine. FP 21 mars - 19 avril 23 juillet - 21 aout 22 nov dec. SCIENCES ET TECHNOLOGIE 15 corrige à la fois la vision de loin et la vision de près. La qualité optique des lentilles ne cesse de s'améliorer pour que la chirurgie de la cataracte soit complètement réfractive, c'est-à-dire de corriger tous les défauts de vision qui obligent le patient à porter des lunettes". noter, en outre, que si les deux yeux doivent être opérés de la cataracte, ce sera à 8 jours d'intervalle. Chirurgie de la cataracte : les suites de l'opération Un traitement à base de collyres associant plusieurs principes actifs (antiinflammatoire, antibiotique, corticoïde) est prescrit dès le soir de l'intervention. Mais, malgré la toute petite incision, l'oeil opéré reste un œil fragile. Il est donc impératif de prévoir une vie tranquille dans les 3 à 4 semaines qui suivent la chirurgie, de préférence chez soi. Il faut éviter tout effort violent ou soulèvement de charges et ne pas se frotter les yeux (donc toute atmosphère poussiéreuse est à proscrire). Il est préférable également de porter des lunettes de soleil pendant quelque temps pour atténuer la plus grande sensibilité à la lumière, tout à fait normale après l'opération. La reprise du travail et de la conduite automobile sont souvent rapidement autorisées en fonction de l'évolution de la vue. Les complications possibles Les complications de l'intervention sont exceptionnelles et les infections sont rarissimes depuis qu'on utilise une injection d'antibiotiques en fin d'intervention. Mais il n'y a jamais de chirurgie sans risque : "Statistiquement, le taux de complication après une opération de la cataracte est très faible. Il est inférieur à 3 pour 1000, ce qui est très rassurant" souligne le Dr Yves Bokobza, chirurgien ophtalmologiste à Paris. Certains "effets secondaires" sont possibles : un hématome du blanc de l'œil (qui va disparaître en quelques jours), une sensibilité accrue à la lumière, une sensation de sable dans l'œil, un larmoiement ou une vision dédoublée. Le plus souvent, ces effets secondaires régressent après quelques jours. " En revanche, une douleur intense est anormale. Elle peut témoigner soit d'une poussée de tension oculaire, qui impose un traitement adapté, soit d'une infection ou d'une inflammation aigue, très exceptionnelles mais beaucoup plus sérieuses. Elles imposent une prise en charge urgente, le plus souvent en service hospitalier" insiste le Dr Bokobza. " Enfin, une altération de l'acuité visuelle qui fait suite à une amélioration, doit inquiéter : elle peut témoigner d'un œdème de la cornée ou de la rétine (le plus souvent transitoires) ou de complications plus graves. Il faut alors consulter sans attendre."* (Top Santé) Manger trop de sucre augmente le risque de crise cardiaque Boire trop de boissons sucrées, manger régulièrement des desserts et des sucreries pourrait augmenter le risque d'avoir une crise cardiaque selon une nouvelle étude scientifique américaine. Une consommation excessive de sucre raffiné augmenterait le risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire d'après une étude du Centres for Disease Control and Prevention d'tlanta (Etats-Unis) publiée dans la revue spécialisée Le Journal of the merican Medical ssociation (JM). Les chercheurs ont examiné les données médicales, la consommation de sucre et les taux de mortalité liés à un problème cardiaque de dizaines de milliers de personnes aux États-Unis. Ils ont constaté un lien entre la quantité de sucre consommée et les risques de maladies cardio-vasculaires. Manger du sucre augmente le risque de développer des maladies cardiovasculaires En effet, le Dr Quanhe Yang, directeur de l'étude a conclu que «les personnes qui ont consommé un quart de leurs calories quotidiennes en sucre ajouté ont trois fois plus de risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire que les personnes qui consommaient moins de sucre.» «Bien sûr, le sucre en soi n'est pas dangereux. Nous en avons besoin pour répondre aux besoins énergétiques de l'organisme. Mais lorsqu'il est consommé en excès, il va contribuer au gain de poids et augmenter les risques de maladies cardiovasculaires» explique-t-il. Et il rappelle que «l'organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande que le sucre ajouté fasse moins de 10 % de l'apport calorique total quotidien. Il s'agit de 70g pour les hommes et 50 g pour les femmes.» L'industrie alimentaire sensibilisée sur les dangers de l'excès de consommation de graisses saturées a eu tendance à remplacer dans ses produits les graisses par du sucre. La majorité des produits alimentaires industriels comportent trop de sucre. Ils contiennent plus de 22,5 g de sucres pour 100g, alors que les aliments à faible teneur en sucre ne comportent que 5 g ou moins pour 100 g. (Top Santé) Cancer : quand le sport réussit à réduire la fatigue des malades Pas de qualificatifs. La sobriété de mots justes suffit amplement. «vec ce cours de karaté, j'ai arrêté de scruter mes pieds, j'ai relevé la tête et là, je me suis rendu compte que je pouvais regarder devant.» Ce jour-là, comme Patrick, ils sont une dizaine à soigneusement replier leur kimono à la fin d'un cours un peu particulier. Loin d'un quelconque club sportif, ils se trouvent au 6e étage de l'hôpital des Peupliers à Paris H O R O S C O P E B E L I E R TUREU G E M E U X C N C E R Le bonheur est à En mode séduc- Ça a fait du bien de se Un projet de votre portée. tion, vous ferez un longue date semble sans-faute. confier, même pour Impos- Prenez conscience en bonne voie pour sible de résister à les plus secrets de ce que vous se votre charme! concrétiser. avez. L I O N V I E R G E d entre vous. B L N C E yez confiance. S C O R P I O N Vous saurez vous Vous serez proche Vous aurez la sen- u travail, vous de vos émotions faire respecter et serez un maillon tout en sachant les sation d évoluer. essentiel. Les in- ferez-en sorte que contrôler, pour ne formations votre avis soit pris pas vous laisser C est lent, mais ça submerger quand passeront par en compte. ça arrive. avance! vous. S G I T T I R E CPRICORNE V E R S E U P O I S S O N S Vous aurez une Vous ne laisserez Vous vous sor- Rallongez la liste longue pas les autres don- pause-déjeuner ou comme le bras de ner leur avis. Pour- tirez d une situa- avancez la fin de chose à faire. Mais comme vous avez tant question déco journée au travail, le bras long, on d intérieur, ça tion fragile au mais en tout cas, vous aidera dans pourrait vous être prenez un peu de vos tâches! utile... niveau finances. temps pour vous. 20 avril - 20 mai 22 aout - 21 sept. 22 dec janvier 21 mai - 21 juin 22 sept oct. 21 janv, - 18 fevrier 22 juin - 22 juillet 22 oct nov. 19 fev mars dans la cafétéria transformée comme chaque semaine, une fois les tables poussées, en salle de sport. Cinq hommes, quatre femmes, souffrant tous d'un cancer, chacun à des stades différents dans leur traitement. «Le cancer du sein a été diagnostiqué en novembre, raconte Valérie, j'avais très peur de la chimiothérapie, mais quand j'en ai eu marre de traquer les infos à ce sujet, j'en ai cherché sur cancer et sport. J'en faisais beaucoup avant, mais je n'arrivais plus à me motiver. La Cami, fédération sport et cancer, fut une découverte. J'ai déjà fait deux cures de chimiothérapie, mais plus je bouge, moins je me sens fatiguée», raconte-t-elle. L'histoire de la Cami est née il y a quinze ans de la rencontre entre un médecin, des patients et un sportif de haut niveau. «Tous nos patients étaient fatigués, ils perdaient confiance, leur corps ne répondait plus. C'est ainsi que l'on a décidé de créer pour eux des clubs de sport», raconte Thierry Bouillet, oncologue au CHU vicenne de Bobigny. L'inspiration vient du Canada, mais en France à l'époque, tout est à construire. Jean-Marc Descotes est son allié. Le karatéka qui arrête la compétition cherche à donner des cours. Le cancérologue lui envoie trois patients et ça marche. «Qu'est-ce que je n'ai pas entendu au début quand j'ai annoncé que l'on proposait du karaté à des malades», raconte le médecin. (LeFigaro.fr) ETUDE DE MITRE MDOUGOU BOUBCR, Notaire à la résidence de Niamey, Tél : BP : NIF : 1345/R VIS DE PERTE II est porté à la connaissance du Public de la perte de l'acte de cession d'immeuble non bâti N , du lotissement Route Ouallam, d'une superficie de six cents (600) mètres carrés, parcelle N de l'îlot 3719 au nom de Monsieur DN HOU IDI BDOU. Prière à toute personne qui l'a retrouvé de le déposer à l'étude du Notaire soussigné. Pour vis le NOTIRE PHRMCIES DE GRDE Du Samedi 1 er au Samedi 8 Février 2014 CIndépendance CMali Béro CChateau 8 CLiberté CCentrale CNi ima CCité Caisse CLiptako CDendi CGamkallé Cbdoul Karim CTénéré C2 ème rrondissement CWadata CYantala CCollège Mariama CDar Es Salam CPopulaire Talladjé CPop. Hôpital (sauf les dimanches) NUMEROS UTILES Renseignements : 12 Réclamations: 13 SMU: 15 Police Secours: 17 Sapeurs Pompiers : 18 Hôpital : Médecins de nuit :

16 16 peine intronisé, le nouveau président du Barça, Josep Maria Bartomeu, montre les dents. On ne touche pas aux bijoux du Barça. Même le PSG et sa surface financière sans limite ou presque. Bartomeu s'est montré très clair dans le Canal Football Club : "Messi n'est pas à vendre." lors que la J'ai voulu me faire justice, je n'aurais pas dû", a souvent répété Zidane au cours de sa carrière. Cet acte de contrition, Cristiano Ronaldo ne va pas s'y prêter après son expulsion de dimanche, "injuste" aux yeux des Merengues. Mais le Portugais a la réputation de ne pas savoir tenir ses nerfs lorsque les défenseurs adverses le chahutent un peu trop à son goût ou lorsque la frustration s'empare de lui. Comme dimanche à San Mames, comme huit mois plus tôt face à l'tlético Madrid, au bout d'une finale de Coupe du roi perdu face à l'ennemi intime du Real. Lorsqu'il évoluait à Manchester, une partie de l'ngleterre considérait Cristiano Ronaldo en "drama queen", volontiers enclin à se poser en victime et à surréagir. "Il ne peut s'en prendre qu'à lui-même", assénait sir lex Ferguson à l'été 2007, après un accrochage entre l'ailier portugais et un joueur de Portsmouth. Depuis, le Portugais semblait mieux se contrôler. vant ses deux pertes de contrôle face à l'tlético et l'thletic, il n'avait pas reçu de carton rouge en trois ans et demi. Puis un vieux démon est venu contraster les accomplissements de son génie. C est dur, de voir le Barça et l tletico devant soi en championnat quand on évolue au Real. presse espagnole évoquait des approches du PSG l'été dernier, la direction catalane a fermement nié : "Il n'y a eu aucun contact", a répliqué Bartomeu. "Il n y a rien du tout. Le PSG n a jamais contacté le Barça pour Messi." Et si l'rgentin n'a pas encore prolongé, pas de panique : il n'y a pas de malaise Messi à SPORTS l Liga Ronaldo, l'autre génie du foot qui peine à tenir ses nerfs Comme beaucoup de génies avant lui, notamment Zidane, Cristiano Ronaldo évolue sur un fil et, parfois, perd ses nerfs. Il semblait mieux se contrôler. Il a rechuté. Le monde les reconnaît pour leur génie créatif. Cette capacité à inventer une passe ou un dribble, à exécuter le geste parfait, à transcender une technique irréprochable. Ils peuvent aussi user pieds et poings à des fins bien moins gracieuses. Les grands joueurs du XXIe siècle n'échappent pas à Barcelone. Le président du Barça, qui envisage de lui offrir un contrat à 20 millions d'euros par saison, le répète : "Il est l un de nos joueurs les plus importants du club. Il a un contrat jusqu en 2018, et nous savons par sa famille qu il est très content dans notre club." Le discours est clair et offensif. Pas certain que cela suffise à briser le rêve des dirigeants du PSG de signer Messi. (Eurosport) la règle : ils reçoivent Ballons d'or et cartons rouges. Cristiano Ronaldo l'a encore illustré dimanche soir, toutes griffes dehors lors d'un accrochage avec Gurpegi. Un mois après son nouveau sacre, le Portugais n'en est pas à son coup d'essai. Et il s'inscrit dans une lignée. À bientôt 29 ans (il les célébrera mercredi), Cristiano Ronaldo a reçu huit cartons rouges (4 à Manchester United, autant avec le Real), dont cinq directs. C'est beaucoup plus que Lionel Messi (une seule expulsion, pour sa première sélection avec l'rgentine), c est comparable avec le bilan de Ronaldinho au même âge, c est moins que le passif de Zinedine Zidane (10 rouges, dont 8 directs à 29 ans). Surtout, Cristiano Ronaldo, aux tâches défensives limitées, est plus souvent exclu que Fabio Cannavaro, seul défenseur à avoir inscrit son nom au palmarès moderne du Ballon d'or et seulement expulsé six fois à 29 ans. (Eurosport) Barcelone prévient le PSG : "Messi n'est pas à vendre" Le nouveau président du Barça, Josep Maria Bartomeu, a mis les choses au point avec le Paris Saint-Germain : il ne compte pas vendre Lionel Messi. Cristiano Ronaldo (à gauche) Lionel Messi LE SHEL Place du Petit Marché ; BP Niamey (R. Niger) Tél : /87 ; Télécopieur : Site web : Directeur de Publication MHMDOU DMOU Direction de la Rédaction et des Centres Régionaux (DR/CR) Directeur : ssane Soumana ; Rédacteur en chef: Idé Fatouma Rédacteur en chef djt: Siradji Sanda Secrétaire de Rédaction: Oumarou li Direction Technique (DT) Directeur: Issa Madougou ; Réd. en chef informatique: M. S. bandé Moctar Réd. chef informatique adjt: Inoussa Oumarou Direction Commerciale (DC) Directeur: Morou Hamadou Chef service Communiqué et Pub : lhassane ssilila Direction dministrative et Financière (DF) Directeur: M. Ibrahim Garba Mahamane Chef service Recouvrement: Mme do Haoua Hachimou Composition : ONEP Tirage : 4000 exemplaires MOTS C R O I S E S du H O R I Z O N T L E M E N T V 1. Exploitant artisanal de l or; E R 2. Grossit l Oubangui Fabuliste grec; T 3. Sept romains Non mérité; I 4. Dedans Vieux sigle postal Lentilles; C 5. Pas pour de chastes oreilles Cardinaux opposés; 6. Possessif Céréale; L E 7. Vieux bovidé Ville du Maroc Tour réduit; M 8. Monarque par intérim Stylo à bille; E 9. Exhiba Réfutée; N 10. Opérations de choix. T érations; 2. Filtre naturel Os de capitaine; 3. Marque du fer Imperturbable; 4. Voyelles Club parisien de foot Centre de mélée; 5. Congé d église Grande surface parisienne; 6. Comme le paresseux Insère; 7. Drogue Elle s enfonce en tournant Négation; 8. Peuple du Ghana et du Togo Obtenu sans engrais; 9. Forme de pouvoir (inversé) Note Possessif; 10. Moyens de subsistance. Solution du numéro précédent S O U R I S M C T E E T I C R E C O N T G I E U X O N U F N S U N E F S T E S R T T L R M I R E I O U T S O L U B L E S U T I C L I F T R E S S I M R C

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Intervention du ministre de l'intérieur. sur la sécurité routière. 5 janvier 2012

Intervention du ministre de l'intérieur. sur la sécurité routière. 5 janvier 2012 Intervention du ministre de l'intérieur sur la sécurité routière 5 janvier 2012 La lutte contre l insécurité routière constitue une grande cause nationale. C est une priorité majeure pour le Gouvernement

Plus en détail

Dossier de candidature. «Middle management en sécurité privée»

Dossier de candidature. «Middle management en sécurité privée» 2011 2012 Dossier de candidature Cycle de spécialisation «Middle management en sécurité privée» fåëíáíìí k~íáçå~ä ÇÉë e~ìíéë íìçéë ÇÉ i^ p Åìêáí Éí ÇÉ ä~ àìëíáåé En complément de la sécurité publique,

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP Mission menée par M. Djibo Bagna, PCA du ROPPA et membre du Comité de pilotage du GAFSP Du 08 au 11 septembre 2012 1 PLAN DU RAPPORT ABREVIATIONS...

Plus en détail

Discours de Monsieur le Président de la BOAD. - Excellence, Monsieur le Ministre de l Economie et des. Finances, Excellences, Messieurs les Ministres,

Discours de Monsieur le Président de la BOAD. - Excellence, Monsieur le Ministre de l Economie et des. Finances, Excellences, Messieurs les Ministres, Signature de l accord de prêt relatif au financement partiel du projet de securite alimentaire par l aménagement des bas fonds et le renforcement des capacités de stockage au Bénin Discours de Monsieur

Plus en détail

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON UNION EUROPEENNE EUROPEAN UNION COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE CAMEROON EUROPEAN UNION COOPERATION Programme d Appui à la Société Civile Civil Society

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION MISSION PERMANENTE DE TUNISIE GENEVE QUATRIEME CONFERENCE DES ETATS PARTIES A LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE L EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR

Plus en détail

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS Dans le cadre de l élection présidentielle du 15 avril 2015, la Haute Autorité de l Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Du lundi 23 mars au vendredi 27 mars 2015 École des officiers de la gendarmerie nationale Melun (Seine-et-Marne) L INHESJ L Institut national des hautes

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Discours d ouverture du Dr Ibet OUTHMAN Issa, Président du Conseil d administration (PCA) du CORAF/WECARD

Discours d ouverture du Dr Ibet OUTHMAN Issa, Président du Conseil d administration (PCA) du CORAF/WECARD 4 ème Semaine scientifique agricole du CORAF/WECARD et 11 ème Assemblée Générale Discours d ouverture du Dr Ibet OUTHMAN Issa, Président du Conseil d administration (PCA) du CORAF/WECARD Cérémonie d ouverture

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEEE DES INVESTISSIEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ NIGER

INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEEE DES INVESTISSIEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ NIGER INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEEE DES INVESTISSIEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ NIGER COMMUNIQUÉ FINAL Niamey, le 28 février 2015 Dans le cadre de la tournée des

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE :

TERMES DE REFERENCE : MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité de Coordination des Programmes Emploi (UCP-Emploi) -----------------------

Plus en détail

Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma

Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma A l'invitation de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef

Plus en détail

fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ

fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ 2011 Dossier de candidature Cycle d expertise «Security Manager» fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ L analyse de l environnement global de l activité des entreprises démontre

Plus en détail

ANNONCE DE VACANCE DE POSTE. de la population hôte dans la Zone de Santé de PWETO (Katanga, RD Congo) Postes vacants

ANNONCE DE VACANCE DE POSTE. de la population hôte dans la Zone de Santé de PWETO (Katanga, RD Congo) Postes vacants ANNONCE DE VACANCE DE POSTE Page 1 Projet : Projet d appui d urgence à la lutte contre le choléra au sein des IDPs et de la population hôte dans la Zone de Santé de PWETO (Katanga, RD Congo) Postes vacants

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI ACECA INTERNATIONAL SARL SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE 1310 Avenue du Dr. KWAME N KRUMAH Sis Immeuble MABUCIG 01 BP 4318 Ouagadougou 01 Tél. : (226) 50-31-37-44 Fax : (226) 50-31-25-98 E-mail : aceca@fasonet.bf

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER

RAPPORT DE L ATELIER République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail ---------------- AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT AUTORITE NATIONALE DU MDP CÔTE D IVOIRE En partenariat avec : UNEP RISOE CENTER UNION EUROPEENNE

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Sécurité numérique 2013-2014. Cycle de spécialisation. Dossier de candidature. Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice

Sécurité numérique 2013-2014. Cycle de spécialisation. Dossier de candidature. Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice Dossier de candidature Cycle de spécialisation Sécurité numérique 2013-2014 Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice L information est désormais au cœur des actifs immatériels

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Discours de M. le Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle

Discours de M. le Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle المملكة المغربية وزارة التشغيل والتكوين المهني Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et de la Formation professionnelle Direction du Travail Célébration de la 90 ème Anniversaire de la Création de l Organisation

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE : JURISTE (AFFAIRES JURIDIQUES INSTITUTIONNELLES) - 10000523

AVIS DE VACANCE DE POSTE : JURISTE (AFFAIRES JURIDIQUES INSTITUTIONNELLES) - 10000523 AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 011-551 7700 Fax: 011-551 7844 Website: www. africa-union.org AVIS DE VACANCE DE POSTE : JURISTE (AFFAIRES JURIDIQUES

Plus en détail

Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice

Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice 2012 2013 Dossier de candidature Cycle de spécialisation Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice L information est désormais au cœur des actifs immatériels de l entreprise et

Plus en détail

«Security Manager» 2014

«Security Manager» 2014 Dossier de candidature Cycle d expertise «Security Manager» 2014 Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice Cycle d expertise «Security Manager» 2014 C y c l e d expertise «Security

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

VU le décret n 2012-1038/PRES du 31 décembre 2012 portant nomination du Premier Ministre ;

VU le décret n 2012-1038/PRES du 31 décembre 2012 portant nomination du Premier Ministre ; Décret 2014-582 PRES/PM/MEF du 10 juillet 2014 portant création, attributions, organisation, composition et fonctionnement du dispositif institutionnel de préparation du Projet pôle de croissance du Sahel.

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Entre le Service Départemental d Incendie et de Secours du Jura, ci-après dénommé le SDIS, représenté par Monsieur Christophe PERNY,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES LIÉES À L EXPLOITATION DES BÂTIMENTS» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement de la Francophonie

Plus en détail

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus»

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus» DESCRIPTION DU POSTE Titre du poste Sous les ordres du Responsabilités opérationnelles Site Grade et niveau Salaire mensuel Durée du contrat Coordinateur/coordinatrice des opérations Directeur pays Encadrement

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali 1. Introduction 2. Situation de la recherche terminologique 3. Nécessité de la recherche terminologie; 4. Le Bureau de

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE OFFICIELLE DU FORUM WASH CAREER DAY

A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE OFFICIELLE DU FORUM WASH CAREER DAY DISCOURS DE MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL DU PROGRAMME USAID WA-WASH A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE OFFICIELLE DU FORUM WASH CAREER DAY Ouagadougou, Burkina Faso 23 avril 2015 1 Monsieur le

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

BANQUE DE CANDIDATURES

BANQUE DE CANDIDATURES BANQUE DE CANDIDATURES POSTES À LA DIRECTION D ÉTABLISSEMENT (liste d admissibilité) 2010-2011-C-01 (Secteur jeune) ou 2010-2011-C-02 (Secteur adulte) La Commission scolaire De La Jonquière étudiera, au

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES

INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES S E N E G A L INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES New York, le 15 juillet 2008 ***** 2 Monsieur le

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice PREMIER MINISTERE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Visa -DGLTE -DBC -CF Décret n 092-2007 / PM fixant les attributions du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports et l

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

CLIMAT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITES D INVESTISSEMENT AU NIGER

CLIMAT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITES D INVESTISSEMENT AU NIGER CLIMAT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITES D INVESTISSEMENT AU NIGER 1 Présenté par: BONZOUGOU ABDOULLAHI Conseiller Technique du Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé Plan de la Présentation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

«Sécurité des usages numériques»

«Sécurité des usages numériques» Cycle de spécialisation «Sécurité des usages numériques» 2014 2015 Dossier de candidature L information est désormais au cœur des actifs immatériels de l entreprise et constitue un élément clé de sa performance.

Plus en détail