L UNION CFE-CGC CRÉDIT AGRICOLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L UNION CFE-CGC CRÉDIT AGRICOLE"

Transcription

1 L UNION CFE-CGC CRÉDIT AGRICOLE UNE FORCE AU SERVICE DES SALARIÉS DE TOUTES LES SOCIÉTÉS DU GROUPE CRÉDIT AGRICOLE Des organisations représentatives qui portent des noms différents : SNB SNECA CGC CASA. Vos représentants syndicaux ont constitué au sein du Crédit Agricole, une UNION sous la bannière CFE-CGC. Dès les années 1995, les représentants des différents syndicats du Groupe Crédit Agricole, affiliés à la CFE-CGC, ont ressenti le besoin de renforcer entre eux les échanges afin de mieux appréhender l ensemble des nombreux métiers du Groupe et leurs différentes problématiques. Ainsi, l Union apporte à chacun de ses membres plus de pertinence dans ses missions de représentation du personnel au sein de son entité. Par ailleurs, l Union est aussi un vecteur d expression au niveau Groupe : dès que nécessaire nous parlons d une même voix dans toutes les instances, ou lors des Assemblées Générales de Crédit Agricole S A., par exemple. Toujours avec ce souci de vision du Groupe, l Union a ainsi décidé de s adresser aujourd hui, pour la première fois, à chacun des salariés du Groupe pour apporter un éclairage, pour «parler vrai» sur le panorama social actuel. 1

2 Crédit Agricole SA Il est clair qu un projet de restructuration voire de démantèlement de Crédit Agricole SA est en cours. La structure cible n est pas annoncée. L inquiétude des salariés est légitime. Des questions de statuts, de pérennité de l emploi, de mobilité, de couverture sociale, de cotisations retraites se posent, nous restons très vigilants. Accord GPEC groupe (Gestion Prévisionnelle de l Emploi et des Compétences) (Crédit Agricole SA et ses filiales) signé en juillet. 6 mois de négociations parfois tendues avec la RH Groupe qui, au départ, proposait un accord type vitrine sans magasin derrière. Nous avons obtenu un texte qui a l ambition de répondre aux problématiques de mobilité, d emploi, d évolution des métiers et des compétences, de formation il faut maintenant le faire vivre et aboutir à des actions concrètes, visibles pour les salariés du groupe. La NAO (Négociation Annuelle Obligatoire), un des grands moments révélateur de la détérioration du dialogue social depuis quelques années. L année dernière : 0% d augmentation générale, baisse des augmentations individuelles, baisse du variable. Pour 2013, la Direction a proposé une augmentation de 1% de la masse salariale destinée aux seules mesures individuelles. PAS de mesures GENERALES et PERENNES. En valeur absolue, cela représente une enveloppe de 1,6M. La CGC a demandé :. au titre de 2011 et 2012, de garantir à chacun une augmentation de 2% de son salaire fixe de base, l inflation sur cette période ayant été de 4% ;. au titre de 2013, de consacrer aux augmentations générales et pérennes pour tous les salariés hors COMEX, une enveloppe équivalente, au choix de la direction, à : la charge des retraites chapeau en 2011, au coût du risque de 2 journées ouvrées chez EMPORIKI. Prochain round de négociations : Mardi 13 Novembre, qui consacrera très certainement la perte de pouvoir d achat organisée très froidement depuis plusieurs années. Télétravail, nous avons signé un accord en février dernier. A ce jour nous approchons doucement les 150 «télétravailleurs». Les Directions qui y croient font avancer cette nouvelle manière de travailler, les résultats sont positifs : pour les salariés et leur manager c est gagnant / gagnant! Mais, à notre grand regret, il reste encore des directions réticentes. Temps de transport, depuis notre installation à Montrouge, les salariés vivent quotidiennement l allongement de leur temps de transport et la diminution du nombre de moyens dont ils disposaient à Montparnasse. L austérité est de mise : objectif économies de charges, coupes claires dans les budgets, peu d investissements dans les outils, non remplacement des postes, augmentation de la charge de travail avec des moyens en diminution bref il faut payer la facture de nos aventures hors frontières. Les salariés de Crédit Agricole SA vivent ce fardeau chaque jour. En toile de fond : une évolution du fonctionnement de la maison telle qu elle génère un développement très inquiétant des Risques Psychosociaux. AMUNDI Au 1 er semestre 2012, AMUNDI augmente ses encours (+5,2%), baisse ses frais de personnel (-2,1%), augmente son résultat (+2,4%). Objectif : compter dans les 10 plus gros acteurs mondiaux dont l encours est >1.000 Milliards d USD. Moyens : vendre des produits de qualité à des prix bas. Conséquences : un coefficient d exploitation sous pression <54% à fin juin 2012 (ce qui, pour l industrie, est déjà l un des meilleurs au niveau mondial). Ces résultats sont obtenus au prix de réorganisations successives, souvent menées dans la précipitation et avec un manque de communication. Les organisations syndicales sont parfois dans l obligation de ne pas rendre d avis pour obtenir un minimum d information. Ce temps est mis à profit pour qu un début de dialogue voit le jour et que ces réorganisations ne soient pas trop subies. Un rapport d expertise sur les conditions de travail indique un manque de concertation avec les équipes. La Direction confond information et concertation. Les managers N+1 sont les plus impactés car, souvent, ils ne savent pas comment se situer dans l organigramme. Ils sont proches des équipes. D après les salariés, il existe chez Amundi 2 niveaux de management : un management de proximité jugé fiable par les équipes et un management de direction très loin des réalités de terrain qui se partage des territoires et des bonus. Certains services ressentent un malaise constant : des salariés vivent dans l inquiétude, la crainte. Les mots qui reviennent sont : «no man s land, ambiance malsaine, incompréhension totale, équipes à cran, équipes en vrac». Le coefficient d exploitation justifie-t-il le mal être de ces collègues et la destruction de l esprit de l entreprise? 2

3 CA-CF (Sofinco Finaref) Une actualité sociale plus que chaude. «Le plan d adaptation» induit une casse sociale très importante : 490 suppressions de postes avec une promesse de 236 créations de postes, 90 mobilités géographiques et / ou fonctionnelles, fermeture de 6 agences. La Direction ne donne pas de visibilité sur les possibilités de reclassement dans d autres entités du Groupe. Voilà une belle opportunité de passer aux travaux pratiques annoncés lors du lancement de la négociation GPEC(Gestion Prévisionnelle de l Emploi et des Compétences). Il faut rappeler qu au début les échanges sur le plan de sauvegarde de l emploi ont commencé au tribunal devant le peu d entrain de la Direction à fonctionner de manière transparente. Bel exemple de dialogue social et de respect des salariés! CAL&F (Leasing et Factoring) salariés vont arriver à Montrouge en novembre. Après une action judiciaire du CHSCT et des organisations syndicales, les plans ont été revus, les salariés seront installés avec un nombre de m2 plus conforme aux normes. L intervention d experts a permis d obtenir une surface plus «décente» par salarié, encore un bel exemple de dialogue social! Une réorganisation en cours : le Leasing et le Factoring auront un réseau commercial commun. 1 ère conséquence, 11% des effectifs réseaux supprimés (44 postes) et 69 salariés devant se reconvertir. D où des craintes, sur l avenir de leurs métiers, la perte de leurs compétences et de leur savoir-faire. Un objectif de diminution des encours de 500 M en 2013, après 1,2 Mds en Des conséquences prévisibles en termes d emploi et des inquiétudes fortes sur le niveau d activité. CHEUVREUX Avec la crise, et après bien des errements stratégiques dont les salariés ne sont pas responsables comme la dépossession de Cheuvreux d'activités lucratives, le Groupe CRÉDIT AGRICOLE a pris la décision d'abandonner la première entreprise de France dans son secteur d'activité et de procéder à sa vente sans autre considération. Conséquence : il est envisagé la suppression de 290 postes sur 358 à Paris. Le sort des filiales et succursales n est pas encore connu (350 personnes). Les 290 postes concernent essentiellement des fonctions supports ; au sein de ces dernières, 90% des postes support de Cheuvreux seront supprimés. Le groupe a une belle carte à jouer pour démontrer que la GPEC (Gestion Prévisionnelle de l Emploi et des Compétences) négociée en début d'année avec la direction générale, et dans laquelle les salariés du groupe ont placé des grands espoirs, n'était pas qu'un gros os à ronger lancé aux organisations syndicales. Alors que les négociations se poursuivent avec nos dirigeants dans un cadre préparatoire aux PSE (Plan de Sauvegarde de l Emploi), alors que le personnel à la destinée incertaine était promis aux oubliettes du pôle emploi par un texte insensible, des solutions ont été avancées afin que le Groupe démontre qu'il est Socialement Responsable. Le CRÉDIT AGRICOLE veut se débarrasser de «son jouet» devenu encombrant, soit! Qu il apporte maintenant aux salariés délaissés et à leur famille les moyens de se reconstruire dans un contexte économique et social dégradé et pour tout dire dans une profession aujourd'hui totalement détruite. CA-CIB Notre entité est celle qui souffre le plus de la réduction de voilure qui n est probablement pas terminée. Une navigation à vue au milieu du brouillard, le cap n est pas lisible! La décision gouvernementale sur la scission banque/bfi reste à venir avec toutes ses conséquences, les évolutions des contraintes réglementaires ne sont pas encore finalisées : l inquiétude des salariés est grande. Quelle BFI demain? Pour faire quoi? Comment? Le plan de départ est en cours de réalisation : sur 439 postes 55 restent à supprimer. Les dossiers validés se répartissent de la manière suivante : 20% mobilité interne, 30% retraite, 50% mobilité externe. 197 salariés ont présenté un dossier de substitution. 3

4 LCL Alors que les résultats commerciaux et financiers sont encore au rendez-vous, le climat social ne s améliore pas. La Direction joue avec le Code du Travail en refusant des consultations en CCE, CE et/ou CHSCT, résultat : des actions en justice qui tendent à donner raison aux Organisations purement contestataires La NAO (négociations annuelles obligatoires) de la semaine prochaine devrait démarrer sur des bases très étroites, en tous cas inférieures à l an passé. Raisons évoquées : certes LCL n a jamais gagné autant d argent mais cela ne devrait pas durer et il faut participer aux efforts du Groupe (Emporiki). Les salariés, dans un passé pas si loin, ont déjà largement payé pour le Cinéma Américain (MGM), aujourd hui on nous demande de payer pour les Tragédies Grecques Dans les deux cas, la faute en revient pourtant aux seuls Dirigeants à qui la note n a jamais été présentée bien au contraire La nouvelle pilule d amaigrissement 2012 sera d autant plus amère que l année dernière, le Plan Moyen Terme «Centricité Client» prévoyait sur 3 ans un développement qu on n espérait plus à LCL (500 embauches et création de 90 nouvelles agences). Ces perspectives redonnaient aux salariés du cœur à l ouvrage après toutes ces années de pressions sur les salaires, de réorganisations perpétuelles, d incitation aux départs anticipés ou aux préretraites et de déménagements incessants. Le rêve aura été de courte durée. A quand la juste récompense des salariés aux efforts de productivité qui leurs sont demandés au quotidien? B for Bank Bforbank a fêté ses 3 ans d existence. La feuille de route fixée par les actionnaires reste inchangée: nous continuons la stratégie de conquête pour la clientèle livret avec une ambition de multi-équipement. En ce début de 4 ème trimestre 2012, l actualité sociale est marquée par une charge importante de travail et de nombreux projets avec une échéance courte pour l ensemble des collaborateurs. Ceux-ci restent très mobilisés pour atteindre leurs objectifs mais nous devons rester très vigilants sur la gestion du stress, la pression mise sur certains services et le respect des valeurs inculquées depuis le début de l aventure bforbank. SILCA SILCA, entité de production informatique au service des filiales du Groupe Crédit Agricole SA. Dans cette période difficile, force est de constater que SILCA, production informatique du groupe CA SA, n échappe pas à la règle. Comme beaucoup d entités aujourd hui, construire des relations équilibrées et pacifiées avec les IRP (Instances Représentatives du Personnel) sont de vains mots. Nous ne faisons pas exception à la règle. Seuls comptent les clients et la réduction des charges au détriment de l emploi, des conditions de travail et des frustrations qui s ensuivent, voire des risques de santé pour nos collègues. Sous couvert de réductions de charges, on n hésite plus à délocaliser les activités qui, hier, étaient réalisées par du personnel interne. Nous pensions à tort que les engagements sociaux de nos dirigeants étaient inscrits dans le code génétique du Crédit Agricole. Le constat, c est que notre informatique part au Maroc et autres destinations exotiques compromettant le devenir de nos emplois pour une économie somme toute discutable sur le long terme Dernière actualité, nous venons de prendre connaissance des résultats de l expertise mandatée par le CHSCT concernant les entretiens annuels réalisés via l outil complété du nouveau référentiel de compétences. Le bilan est sans appel, d autant que toutes les entités utilisant cet outil sont concernées de près ou de loin par les conclusions. Dans l attente d un plan d actions précis répondant aux préconisations de l expert, nous avons demandé de suspendre l utilisation du système d évaluation tant que le CHSCT n aura pas été valablement consulté. Sauf à nier le rôle des IRP, une réponse défavorable serait préjudiciable pour tous, mais sur ce point, nous savons que le bon sens à de l avenir! PACIFICA C est une tradition de cette structure, le dialogue reste toujours présent. Par contre, le climat se détériore fortement : non reconnaissance financière depuis 2008 (perte du pouvoir d achat), forte pression sur les conditions de travail des salariés, 8% de progression du chiffre d affaires depuis le début de l année sans augmentation des moyens. La mobilisation et la motivation des salariés sont visibles. Par contre, le stress fait des dégâts, les départs augmentent. 4

5 BGPI (CA Indosuez Private Banking) La BGPI a pris récemment son nouveau nom "CA Indosuez Private Banking" et, à cette occasion sa fonction au sein du Métier a été redéfinie comme l'élément majeur au sein du Groupe CA pour la gestion des grandes fortunes en France. Gageons que ce nouveau challenge permettra de lui fournir les moyens pour atteindre ses objectifs, maintenir sa rentabilité pour assurer son futur et son développement. Néanmoins, d'ores et déjà des inquiétudes existent à la suite de la modification du périmètre d'intervention commerciale et des adaptations de fonctionnement afin de se mettre en cohérence avec le schéma organisationnel au niveau mondial de l'activité «banque privée». Gouvernance et méthodes de management CAISSES REGIONALES Nos dirigeants ont une attitude contestable, allant jusqu à affirmer qu il ne faut pas confondre notre modèle coopératif avec l économie sociale et solidaire (Dominique Lefebvre, Président de la FNCA, les Echos du 25/10/12). Il ajoute : «L économie sociale et solidaire a pour finalité la solidarité. Nos coopératives sont inscrites dans l économie concurrentielle» Rayer en une seule phrase toute l histoire du Crédit Agricole est osé! La raison est simple : continuer à bénéficier de notre modèle qui dilue toute responsabilité des dirigeants en raison d une carence de contrôles tant interne qu externe tout en s affranchissant des contraintes et des règles que sont notamment le poids des actionnaires et le risque de sanction que supportent tous les dirigeants salariés de structures capitalistes. Les directeurs généraux et présidents de caisses régionales qui ne suivent pas les directives n ont aucun avenir professionnel dans l institution, ce qui n était pas vrai avant la mise sur le marché du «véhicule coté». Nous assistons donc à des dérives de management préjudiciables à la pérennité du Crédit agricole, notre volonté est bien de refonder notre Gouvernance. NICE Nouveau système informatique unifié des caisses régionales, NICE révolutionne les habitudes. Nous y sommes favorables car il apportera un vrai plus pour nos clients. Pour autant, sa mise en œuvre est source de stress pour tous les salariés des caisses régionales et du GIE informatique CATS. Nous avons interpelé nos directions sur les risques que comporte cette «bascule»informatique sur la santé des collaborateurs et avons été à l origine de la mise en place d une expertise visant à accompagner le changement et anticiper les impacts. Les premières bascules prouvent la pertinence de l expertise et de la mise en place d une commission de suivi démultipliée dans chaque caisse régionale. Fusion des Sociétés de Prestation Monétique et maintenance informatique La monétique et la maintenance du matériel informatique des Caisses Régionales sont confiées à différentes structures qui emploient environ 1500 salariés. Les dirigeants des Caisses Régionales ont décidé de regrouper ces moyens afin de réaliser des économies d échelle et homogénéiser les statuts. Pourquoi pas? Nous veillerons à ce que le statut social de la future structure préserve bien les acquis sociaux des salariés concernés. Réorganisations de Caisses Régionales Un nombre important de Caisses Régionales présente actuellement à leurs salariés des projets de réorganisation de sièges et d agences. Nous sommes tout à fait conscients que les structures doivent s adapter aux évolutions de l environnement. Attention toutefois à ce que les prérogatives des CHSCT et CE soient bien respectées. En effet, au delà des mobilités induites, nous constatons une nouvelle forme de «mise en compétition» lorsque des postes sont supprimés : postuler de nouveau sur son métier sachant que tous ne seront pas retenus Bel exemple de mise sous pression et qui permet aux Directions de faire leur marché impunément. Nous demandons que les DRH proposent plutôt des solutions alternatives en amont. 5

6 LES QUESTIONS QUE NOUS NOUS POSONS Notre modèle mutualiste est en train de disparaître, nous l observons au sein de chacune de nos entités dans la dérive dangereuse des modes de management ; les valeurs de respect humain sont de plus en plus oubliées par nos dirigeants, la brutalité et le cynisme sont de mise dans un certain nombre d entités, les salariés tendent à n être que des lignes anonymes dans le compte de résultat. La Gouvernance du Groupe va-t-elle réagir? Quelle organisation, quel périmètre, quelle viabilité économique, quelles conséquences en terme d emploi pour le futur pôle immobilier du Groupe et les autres pôles en cours de constitution? NICE aura des prolongations structurantes pour les autres entités du groupe, tant dans les métiers informatiques que dans les filiales, la transparence n est pas de mise sur ce sujet. Y a- t-il une stratégie définie? Les principes d organisation sont-ils arrêtés? Après les ventes, le plan d adaptation, les plans de sauvegarde de l emploi, les fermetures, les coupes claires que restera-t-il? Quel sera notre futur modèle de Banque Universelle? Quelle organisation pour le Groupe dans ce contexte de crise économique? Quelles perspectives, quel avenir pour tous les salariés du Groupe quand on constate les coupes sombres réalisées dans les effectifs, y compris des activités tout à fait rentables et utiles au service de nos clients? Vous voulez réagir à notre communication sur les thèmes abordés, nous faire des suggestions, ouvrir d autres sujets. Cette adresse E.mail est à votre disposition (en toute confidentialité bien sûr) : L UNION SYNDICALE CFE-CGC GROUPE CREDIT AGRICOLE UNE FORCE A VOTRE SERVICE Novembre

ACCORD GROUPE SUR LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES PREAMBULE

ACCORD GROUPE SUR LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES PREAMBULE ACCORD GROUPE SUR LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES PREAMBULE Les parties signataires du présent accord visent à définir au niveau du groupe Crédit Agricole S.A. (France) (*) une

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES Adoptée par la Réunion du comité exécutif des 11-12 juin 2014 Introduction Messages-clés

Plus en détail

I. Spéculation et prises de risques

I. Spéculation et prises de risques Le 24 mai 2011 Objet : réponse au questionnaire du 14 avril 2011 I. Spéculation et prises de risques 1. Votre groupe bancaire a t il des filiales, ou participations dans des filiales, domiciliées dans

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

LA BANQUE UNIVERSELLE DE PROXIMITÉ CHIFFRES CLÉS

LA BANQUE UNIVERSELLE DE PROXIMITÉ CHIFFRES CLÉS LA BANQUE CHIFFRES CLÉS UNIVERSELLE 2013 DE PROXIMITÉ PROFIL UN GROUPE BANCAIRE DE RÉFÉRENCE Le groupe Crédit Agricole est le premier financeur de l économie française et l un des tout premiers acteurs

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

@ Credit_Agricole LA BANQUE UNIVERSELLE DE PROXIMITE

@ Credit_Agricole LA BANQUE UNIVERSELLE DE PROXIMITE @ Credit_Agricole LA UNIVERSELLE DE PROXIMITE CHIFFRES CLÉS 2014 PROFIL UN GROUPE BANCAIRE DE RÉFÉRENCE Le groupe Crédit Agricole est le premier financeur de l économie française et l un des tout premiers

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux

CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Autumn Conference Cheuvreux CREDIT AGRICOLE S.A. Georges Pauget Directeur général Autumn Conference Cheuvreux 24 Septembre 2008 1 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies

Plus en détail

Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004

Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004 Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004 Crédit Agricole S.A. 3 ans après son introduction en bourse Jean Laurent Directeur Général 1 Sommaire Le groupe Crédit Agricole La stratégie mise en œuvre

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 de seuil d effectifs de personnel En bref Une opération de restructuration s accompagne en général d une modification des effectifs des entités concernées

Plus en détail

Ensemble, Concrétisons vos ambitions

Ensemble, Concrétisons vos ambitions CEGID DRH en temps de Crise 11 mars 2009 Ensemble, Concrétisons vos ambitions Olivier LAURENT Associé 1 Qui sommes nous? Cabinet de conseil, créateur de solutions sur mesure pour vous accompagner dans

Plus en détail

La suppression du poste de gardien

La suppression du poste de gardien La suppression du poste de gardien Comment ça marche Comment ça marche? Pourquoi supprimer? Avantages et inconvénients? Quelles économies? Cadre légal et réglementaire Réduction n est pas suppression Si

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

La crise dans les entreprises : Groupama, Crédit Agricole, Madrange, Stalaven,

La crise dans les entreprises : Groupama, Crédit Agricole, Madrange, Stalaven, La crise dans les entreprises : Groupama, Crédit Agricole, Madrange, Stalaven, A/ Groupama ne voit pas la sortie du tunnel Plusieurs cessions d actifs financiers et immobiliers réalisés en décembre 2011

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

N 39 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / PRÉPARER LE CHANGEMENT D ÉQUIPE AU CE PAGE 3 JANVIER FÉVRIER 2013

N 39 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / PRÉPARER LE CHANGEMENT D ÉQUIPE AU CE PAGE 3 JANVIER FÉVRIER 2013 DOSSIER / PRÉPARER LE CHANGEMENT D ÉQUIPE AU CE PAGE 3 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 39 JANVIER FÉVRIER 2013 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Identification des risques psychosociaux

Plus en détail

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M.

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M. ACCORD NATIONAL DU 15 NOVEMBRE 2006 SUR LES ASPECTS SOCIAUX DES RESTRUCTURATIONS ET REGROUPEMENTS DE MOYENS DANS LES CAISSES REGIONALES DE CREDIT AGRICOLE ET LES ORGANISMES ADHERANT A LA CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Paris, le 17 mai 2006 Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Résultat brut d exploitation : 1 502 millions d euros (+ 46,7 %) Résultat net part du groupe : 1 385 millions d euros (+ 53,0 %) Coefficient

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Syndicat National de la Banque et du crédit

Syndicat National de la Banque et du crédit Syndicat National de la Banque et du crédit Affilié à la Confédération Française de l Encadrement - CGC FORMATION SYNDICALE 1er semestre 2013 Constructif Libre Professionnel Apolitique SNB/CFE-CGC 2, rue

Plus en détail

Le sort du mandat des représentants du personnel en cas de transfert d entreprise

Le sort du mandat des représentants du personnel en cas de transfert d entreprise Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 des représentants du personnel En bref L objet de cette fiche est la présentation du sort du mandat des représentants du personnel. Il est indispensable de

Plus en détail

Parlons Indosuez Private Banking

Parlons Indosuez Private Banking Parlons Indosuez Private Banking Dans un monde où l instantanéité de l information entrave parfois l observation et la réflexion, nous vous proposons un instant privilégié au cœur de notre univers de Banquier

Plus en détail

le groupe en bref Chiffres clés 2012

le groupe en bref Chiffres clés 2012 le groupe en bref Chiffres clés 2012 profil Le groupe Crédit Agricole est le leader de la banque universelle de proximité en France et l un des tout premiers acteurs bancaires en Europe. Premier financeur

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

Parlons Indosuez Private Banking

Parlons Indosuez Private Banking Parlons Indosuez Private Banking Dans un monde où l instantanéité de l information entrave parfois l observation et la réflexion, nous vous proposons un instant privilégié au cœur de notre univers de Banquier

Plus en détail

La vie en copropriété

La vie en copropriété UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 1 tout savoir sur La vie en copropriété Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013 Argumentaire CFTC Illustration : Ogerepus - Fotolia.com ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013 CE QUE DIT L ACCORD 2 - LES 12 POINTS POSITIFS QUI SÉCURISENT L EMPLOI - LES 3

Plus en détail

INTRODUCTION... 3. I. Qui est concerné?... 5. II. Qu est-ce qui change pour le salarié?... 8. III. Qu est-ce qui change pour l employeur?...

INTRODUCTION... 3. I. Qui est concerné?... 5. II. Qu est-ce qui change pour le salarié?... 8. III. Qu est-ce qui change pour l employeur?... INTRODUCTION... 3 I. Qui est concerné?... 5 II. Qu est-ce qui change pour le salarié?... 8 III. Qu est-ce qui change pour l employeur?... 12 IV. Et maintenant?... 14 2 INTRODUCTION La création du compte

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 12 mai 2015

Compte rendu de la réunion du 12 mai 2015 Compte rendu de la réunion du 12 mai 2015 COMPTE RENDU DE LA COMMISSION NATIONALE EMPLOI HYPERMARCHES Présents pour la Direction : Mesdames Agnès Bekourian et Joanne Jeannoutot Délégation Force Ouvrière

Plus en détail

La Base de Données Unique

La Base de Données Unique Formation, Expertise et Conseil pour les CE et CHSCT La Base de Données Unique Paris, le 23 septembre 2014 Jean-Pierre Yonnet Le 2 ème volet de la LSE Le deuxième volet de la loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

CONSTAT PSE. PSE : ENQUÊTE CHSCT Les élus FO à vos côtés 35H00 VILLAGES QUID DE LA MUTUELLE. ORGANIGRAMME FO «Nouve lle organisation»

CONSTAT PSE. PSE : ENQUÊTE CHSCT Les élus FO à vos côtés 35H00 VILLAGES QUID DE LA MUTUELLE. ORGANIGRAMME FO «Nouve lle organisation» CONSTAT PSE PSE : ENQUÊTE CHSCT Les élus FO à vos côtés 35H00 VILLAGES QUID DE LA MUTUELLE ORGANIGRAMME FO «Nouve lle organisation» CONSTAT PSE Le 17 avril 2015 les Comités d Entreprise de Club Med CMSA

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Paris, le 22 mars 2011 Bilan Social des Entreprises Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Le bilan social est un document extrêmement utile pour une équipe syndicale. Beaucoup de renseignements

Plus en détail

Le sort du mandat des représentants du personnel en cas de transfert d entreprise

Le sort du mandat des représentants du personnel en cas de transfert d entreprise Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 des représentants du personnel En bref L objet de cette fiche est la présentation du sort du mandat des représentants du personnel. Il est indispensable de

Plus en détail

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 1 PLAN Propos introductifs I.Les modalités de la restructuration des entreprises

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations Accompagnement RH des projets de transformation des organisations La conduite d un projet de réorganisation : Un exercice complexe ET délicat! Confrontée à une dégradation continue de sa compétitivité,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU CCE EXTRAORDINAIRE Des CCE EXTRAORDINAIRES du 15/07/2015 et 28/07/2015 RESTRUCTURATION SUITE SUITE SUITE

COMPTE-RENDU DU CCE EXTRAORDINAIRE Des CCE EXTRAORDINAIRES du 15/07/2015 et 28/07/2015 RESTRUCTURATION SUITE SUITE SUITE COMPTE-RENDU DU CCE EXTRAORDINAIRE Des CCE EXTRAORDINAIRES du 15/07/2015 et 28/07/2015 RESTRUCTURATION SUITE SUITE SUITE PROJET RELATIF A LA CREATION d UNE FILIALE de RESTAURATION RAPIDE : STARBUCKS COFFE

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale DIRECCTE Analyses Pays de la Loire octobre 2014 La négociation collective d entreprise en 2013 dans les Pays de la Loire E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale des entreprises, de

Plus en détail

Les formations courtes. Gamme Ressources Humaines

Les formations courtes. Gamme Ressources Humaines Les formations courtes Gamme Ressources Humaines Architecture de la gamme RH Forte de son expérience de formation, de son corps professoral et de ses relations avec le milieu professionnel, l'essec a lancé

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Les dispositions sont applicables aux entreprises de 50 salariés et plus, en

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL DU 04 NOVEMBRE 2011 CLASSEMENT DES CONSERVATIONS DES HYPOTHEQUES DECLARATION LIMINAIRE

GROUPE DE TRAVAIL DU 04 NOVEMBRE 2011 CLASSEMENT DES CONSERVATIONS DES HYPOTHEQUES DECLARATION LIMINAIRE Union SNUI - SUD Trésor Solidaires Boîte 29 80 rue de Montreuil 75011 PARIS - Tél. 01.44.64.64.44 Fax 01.43.48.96.16 union@snuisudtresor.fr snuisudtresor.fr GROUPE DE TRAVAIL DU 04 NOVEMBRE 2011 CLASSEMENT

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

Gérer ensemble vos situations économiques complexes et urgences managériales

Gérer ensemble vos situations économiques complexes et urgences managériales Gérer ensemble vos situations économiques complexes et urgences managériales Delville Management LES DATES CLES 2015 2013 180 missions de transition menées à bien Ouverture de la filiale Delville Management

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Plan de développement 2006 2008. Une ambition de croissance forte en France et à l international. Conférence de presse.

Plan de développement 2006 2008. Une ambition de croissance forte en France et à l international. Conférence de presse. Plan de développement 2006 2008 Une ambition de croissance forte en France et à l international Conférence de presse 14 décembre 2005 1 - Crédit Agricole S.A. en 2005 2 - Positionnement Des transformations

Plus en détail

RIPOSTE. un an de changement. RelanceR la production, l emploi et la croissance. Secrétariat national à la Riposte

RIPOSTE. un an de changement. RelanceR la production, l emploi et la croissance. Secrétariat national à la Riposte Un an d'actions Page 1 Investir dans l'économie Page 5 À venir Page 5 Secrétariat national à la Riposte 7 mai 2013 un an de changement Depuis un an, la gauche est au travail pour redresser la France, dans

Plus en détail

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services»

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» Le Comité d Entreprise Européen, réuni en séance extraordinaire le 10 décembre 2008,

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail

Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org Le travail, source

Plus en détail

Licenciement économique

Licenciement économique Ces textes ont été élaborés par la Filpac. La loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (Journal officiel du 16 juin 2013, NOR : ETSX1303961L) Licenciement économique Refonte

Plus en détail

GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES AGENTS DE MAITRISE ET DES TECHNICIENS SUPERIEURS. COMITE REGIE D ENTREPRISE Séance du 27 novembre 2013

GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES AGENTS DE MAITRISE ET DES TECHNICIENS SUPERIEURS. COMITE REGIE D ENTREPRISE Séance du 27 novembre 2013 GROUPE RATP SYNDICAT DES CADRES, DES CRE Déclaration CFE-CGC Groupe RATP Consultation sur le projet d avenant au protocole d accord en faveur de l insertion et de l alternance à la RATP La CFE-CGC est

Plus en détail

Qu est-ce que la formation économique en entreprise?

Qu est-ce que la formation économique en entreprise? Volume 1, numéro 2 Qu est-ce que la formation économique en entreprise? Jean Sylvestre Directeur général, Fondation de la formation économique Fonds de solidarité FTQ Avec la collaboration de Michel Blondin

Plus en détail

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective Repères revendicatifs Fiche n 20 : Droit à la représentation collective La CGT propose Le droit pour tous les salariés à une représentation collective quels que soient leur statut, l entreprise et sa taille.

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

La Loi n 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi est parue au journal officiel du 18 août 2015

La Loi n 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi est parue au journal officiel du 18 août 2015 DROIT SOCIAL Le mois d août n a pas été de tout repos pour le droit du travail puisque deux lois ont été publiées : La Loi n 2015-990 du 6 août 2015 dite «Macron» pour la croissance, l'activité et l'égalité

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR arahan - Fotolia.com Malgré un défaut de représentativité des syndicats signataires, le Gouvernement a décidé d appliquer

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents mode d emploi(s) twitter.com/dtalents, source de ressources 2 MODES D EMPLOI(S) 1. Sans Dtalents 2. Avec Dtalents Les 4 atouts principaux de Dtalents : Un engagement social total : garantie et paiement

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Un ANI pour Innover " Julien Pelletier, Anact!

Un ANI pour Innover  Julien Pelletier, Anact! Un ANI pour Innover Julien Pelletier, Anact Fréquences des modalités d indicateurs de vécu au travail Performance= E+C+O Tensions au travail et pression psychologique Mon travail demande de travailler

Plus en détail

Projet de Loi Logement et Urbanisme portant sur : Les professions immobilières Les rapports locatifs La copropriété

Projet de Loi Logement et Urbanisme portant sur : Les professions immobilières Les rapports locatifs La copropriété DOSSIER DE PRESSE Chiffres de l immobilier au Projet de Loi Logement et Urbanisme portant sur : Les professions immobilières Les rapports locatifs La copropriété Sommaire P 2 et 3 Chiffres de l immobilier

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

NEGOCATION ANNUELLE OBLIGATOIRE DU 22 MARS 2011

NEGOCATION ANNUELLE OBLIGATOIRE DU 22 MARS 2011 NEGOCATION ANNUELLE OBLIGATOIRE DU 22 MARS 2011 Pour la direction : Mrs BURON-TRINTIGNANT-MASSET-CIAPPARA Les directeurs des magasins de : Pontault Combaut - St pierre des corps Chambourcy - Armentiere

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Principes de Comptabilité ACC 201 Semestre I 2009-2010 Prof : Abdallah FICANI

Principes de Comptabilité ACC 201 Semestre I 2009-2010 Prof : Abdallah FICANI Université Antonine Faculté de Gestion et des Affaires 1 ère année de Licence Principes de Comptabilité ACC 201 Semestre I 2009-2010 Prof : Abdallah FICANI 1 Chapitre I : L ENTREPRISE ET SON PATRIMOINE

Plus en détail

SOMMAIRE LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE COMITÉ DE DIRECTION

SOMMAIRE LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE COMITÉ DE DIRECTION 2 15 2 13 52 LE CONSEIL D ADMINISTRATION 72 2 10 2 12 42 Président Alain David (11) 12 Vice-Présidents Jean-Michel Lemétayer (16) Alain Laplanche (8) Marie-Françoise Bocquet (9) 2 14 2 16 32 82 62 2 11

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

CorDial Social 2010 : Les politiques RH dans la crise économique et financière

CorDial Social 2010 : Les politiques RH dans la crise économique et financière CorDial Social 2010 : Les politiques RH dans la crise économique et financière Constat / Propositions CorDial : un outil de Dialogue actionnarial Objectif de notre démarche Repérer une évolution dans la

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

La retraite complémentaire obligatoire des salariés du secteur privé

La retraite complémentaire obligatoire des salariés du secteur privé La retraite complémentaire obligatoire des salariés du secteur privé L Agirc et l Arrco au service des entreprises et des salariés L AGIRC ET L ARRCO, VOTRE RETRAITE, ON Y TRAVAILLE L Agirc et l Arrco,

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

COMPTE RENDU RAPIDE DU CCE EXTRAORDINAIRE DU 24/03/09

COMPTE RENDU RAPIDE DU CCE EXTRAORDINAIRE DU 24/03/09 COMPTE RENDU RAPIDE DU CCE EXTRAORDINAIRE DU 24/03/09 Direction : M. MARGNES (Président du CCE) M. BONNET - Mme COTTIN NAZON, FO : AM. LAFOND M. MARINO JC. THIESSON P. VINCENT CFDT CGT CFE-CGC Avant de

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail