Éditorial. Pierre Lambert

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éditorial. Pierre Lambert"

Transcription

1 Éditorial PRÉFET DES CÔTES D ARMOR Mon arrivée dans les Côtes d Armor a été marquée par l organisation de l accueil du public qui a assisté, depuis les falaises de Fréhel, au départ de la Route du Rhum le 2 novembre dernier. Je félicite et remercie tous les services qui ont efficacement œuvré à l accueil et à la sécurité des très nombreux spectateurs. Grâce à vous, la journée s est passée sans incident pour le bénéfice du plus grand nombre. Sommaire : Le dossier : Vente à distance et démarchage : de nouveaux droits pour le consommateur- p. 2 et 3 Silence vaut acceptation - p. 4 Les futurs contrats de ville dans les Côtes d Armor - p. 4 La campagne de collecte 2014 des algues vertes - p. 5 Ouverture du compte twitter de la préfecture - p. 5 Enquêtes usagers 2014 (Qualipref) - p. 6 Chiffres clés - p. 6 Directeur de publication, Pierre Lambert, préfet des Côtes d Armor avec la collaboration De Gilles Quénéhervé sous-préfet, directeur de Cabinet du Service Départemental de la Communication Interministérielle (SDCI) Frédéric Maignan Jean-Christophe Amory Sylvie Corbel La fin de l année va être marquée, pour les services de l Etat, par le suivi actif des principaux enjeux économiques et sociaux du département : soutien à l économie agricole ; appui aux investissements des entreprises à la faveur du pacte de responsabilité et du crédit d impôt - compétitivité et emploi ; promotion des emplois d avenir, des contrats aidés, ainsi que de l apprentissage ; plan de relance de la construction ; élaboration des contrats de ville de Saint-Brieuc, Dinan, Lannion et Guingamp ; lutte contre la délinquance et l insécurité routière. L importance de la ruralité et des innovations en matière numérique et culturelle, a été mise en valeur dans le cadre des Assises qui ont eu lieu à Plélan-le-Petit le 17 novembre, sous la présidence de Madame Pinel, ministre du logement, de l égalité des territoires et de la ruralité et en présence des ministres chargés de la culture, de la fonction publique et de la décentralisation et du numérique. La pertinence des innovations soutenues par le conseil général des Côtes d Armor en matière de télémédecine en EHPAD ou du cartable numérique en faveur des déficients visuels a été souligné lors de cette journée qui invite l Etat et les acteurs locaux à se mobiliser pour favoriser le développement rural, l accès de tous aux services et lutter contre l isolement en appui aux initiatives engagées par le conseil général des Côtes d Armor. J aurai l occasion de saluer ces initiatives lors de visites de terrain que j effectuerai dans les prochaines semaines, en relation avec les élus et les acteurs associatifs les plus concernés. Pierre Lambert SDCI - Courriel : - Site :

2 : Fotolia - Guillaume Duris Vente à distance et démarchage : de nouveaux droits pour le consommateur La Direction départementale de la protection des populations (DDPP) et les associations de consommateurs des Côtes d Armor sont régulièrement sollicitées par des consommateurs victimes de pratiques abusives lors de démarchage à domicile ou de vente à distance. Ces fraudes continuent à se développer sur de nouveaux segments de consommation tels que les énergies vertes (panneaux solaires, éoliennes, ballons thermodynamiques ) mais persistent aussi sur des thèmes plus classiques : ravalement de façades, vente de salons dans des magasins sous bail précaire, contrat de téléphonie, Si nul ne conteste l intérêt que présentent ces méthodes de «vente à distance ou hors établissement» notamment pour les personnes éloignées des centres commerciaux ou celles dont la mobilité est réduite, il y a toujours quelques opérateurs indélicats qui profitent de la crédulité ou de la faiblesse de certains. Les abus consistent en la vente de biens ou de services inutiles,ou à des prix prohibitifs, ou encore en un non respect des engagements tels qu ils figurent dans le contrat. La nouvelle loi Hamon sur la consommation vient de renforcer les droits des consommateurs dans le domaine des contrats conclus à distance ou hors établissement, formules qui, dans le code de la consommation, se substituent désormais aux notions de "vente par correspondance" et de "démarchage à domicile". Ces dispositions sont entrées en vigueur le 13 juin Quelques définitions Contrat à distance (art.l ) : tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur, dans le cadre d un système organisé de vente ou de prestation de services à distance, sans la présence physique simultanée du professionnel et du consommateur, par le recours exclusif à une ou plusieurs techniques de communication à distance jusqu à conclusion du contrat. Contrat hors établissement commercial (HEC) (art. L ) : tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur : a) dans un lieu qui n est pas celui où le professionnel exerce son activité en permanence ou de manière habituelle, en la présence physique simultanée des parties, y compris à la suite d une sollicitation ou d une offre faite par le consommateur ; b) ou dans le lieu où le professionnel exerce son activité en permanence ou de manière habituelle ou au moyen d une technique de communication à distance, immédiatement après que le consommateur ait été sollicité personnellement et individuellement dans un lieu différent de celui où le professionnel exerce en permanence ou de manière habituelle son activité et où les parties étaient, physiquement et simultanément, présentes ; c) ou pendant une excursion organisée par le professionnel ayant pour but ou pour effet de promouvoir et de vendre des biens ou des services au consommateur ; Il est important de noter que ces mesures ne s appliquent pas sur les foires et salons. En revanche, la loi Hamon prévoit que les contrats signés dans le cadre de ces manifestations mentionnent expressément la non existence de ce droit de rétractation. Les mesures de protection du consommateur Obligations d information précontractuelle Préalablement à la conclusion d un contrat de vente, le professionnel communique, au consommateur, notamment les informations suivantes : 1. les caractéristiques et le prix du bien ; SDCI - Courriel : - Site : 2

3 2. lorsque le droit de rétractation existe, les conditions, le délai et les modalités d exercice de ce droit, ainsi que le formulaire type de rétractation ; 3. le cas échéant, les conditions d expédition du bien (qui en supporte les frais). Le droit de rétractation Le professionnel fournit au consommateur sur papier ou, sous réserve de l accord du consommateur, sur un autre support durable, un contrat qui est accompagné du formulaire de rétractation. Pour les contrats HEC, le professionnel ne peut recevoir aucun paiement ou aucune contrepartie, sous quelque forme que ce soit, de la part du consommateur avant l expiration d un délai de 7 jours à compter de la conclusion du contrat. Le consommateur dispose désormais d un délai de 14 jours pour exercer son droit de rétractation. Ce délai court à compter de la conclusion du contrat ou de la réception du bien lors d un contrat à distance. L exercice du droit de rétractation s exerce par l envoi du formulaire d annulation du contrat par courrier recommandé avec accusé de réception et, lorsqu il s agit d une vente à distance, par le renvoi du bien dans les 14 jours suivant la communication de sa décision de se rétracter. Nouvelles dispositions en matière de démarchage téléphonique Prospection commerciale : le professionnel doit au préalable décliner son identité et la nature commerciale de l appel. Il adresse ensuite sur papier ou support durable une confirmation de l offre formulée au téléphone. Le consommateur n est engagé qu après signature et acceptation par écrit ou consentement par voie électronique. Possibilité de s inscrire sur une liste d opposition au démarchage téléphonique. Interdiction des numéros masqués. Sanctions et recours Les sanctions varient en fonction des manquements constatés : des amendes administratives plafonnées à ou peuvent être infligées aux contrevenants par la DDPP en cas de défaut d information du consommateur ou d obstacle au droit de rétractation. En cas de non respect du formalisme du contrat ou de paiement anticipé pour les contrats HEC, une peine de deux ans d emprisonnement et une amende de peuvent être prononcées par le tribunal correctionnel ainsi que des interdictions d exercer pendant cinq ans. Les victimes peuvent se porter partie civile pour obtenir réparation du préjudice subi. La DDPP est l administration qui recueille les plaintes des consommateurs en la matière. Les services de police et de gendarmerie peuvent être également contactés. Le rôle des associations de consommateurs En écho au travail effectué par les enquêteurs de la DDPP dont le rôle est de faire réprimer les abus devant la justice pénale, les associations de consommateurs prennent en charge un grand nombre de plaintes dans ce domaine afin de les regrouper pour obtenir des règlements amiables de litiges ou, en cas d échec, de les porter à l arbitrage de la justice civile le plus souvent par le biais d un référé pour un règlement rapide du dossier. Elles peuvent notamment obtenir la reconnaissance de la nullité du contrat. Deux associations du département ont particulièrement œuvré dans ce domaine : l association UFC-Que choisir de Saint Brieuc qui a traité plus de 300 plaintes de consommateurs contre des installateurs de panneaux photovoltaïques et l association «Consommation, logement et cadre de vie» (CLCV) qui a traité 27 dossiers dans ce même secteur. Dans beaucoup de cas l annulation des contrats a pu être obtenue avant la pose des panneaux. Pour la majorité des dossiers, le recours devant le tribunal de grande instance a été nécessaire pour aboutir à un règlement des litiges. Les permanences d accueil des associations de consommateurs des Côtes d Armor figurent sur ce site : SDCI - Courriel : - Site : 3

4 Depuis le 12 novembre 2014 la loi n du 12 novembre 2013 visant à simplifier les relations entre l Administration et les citoyens est entrée en vigueur pour l Etat et ses Établissements Publics Administratifs (le 12 novembre 2015 pour les Collectivités Territoriales et leurs Établissements Publics). Le principe est que le silence gardé par l Administration sur la demande d un usager pendant deux mois vaut acceptation. Toutefois, la règle du «silence vaut rejet» continue à s appliquer pour : des exclusions de droit portant : - sur les demandes à caractère financier - sur les demandes individuelles :. qui ne tendent pas à l adoption d une décision, comme le zonage d un Plan Local d Urbanisme ;. qui ne sont encadrées par aucun texte ;. les réclamations et les recours administratifs ;. les rapports entre l Administration et ses agents. des exceptions définies par décrets en Conseil d Etat et en Conseil des Ministres pour des motifs de bonne administration. des demandes incompatibles : - avec les engagements internationaux et européens ; - avec la protection des libertés et principes constitutionnels et la sauvegarde de l ordre public. des décrets en Conseil d Etat vont définir, par domaine d intervention, la liste des dérogations et exceptions à l application de ce nouveau principe. Les futurs contrats de ville dans les Côtes d Armor Créés par la loi de programmation du 21 février 2014, les nouveaux contrats de ville devront être signés à l échelle intercommunale d ici juin Ils ont vocation à formaliser l engagement de leurs signataires à axer leurs moyens d intervention au profit des habitants des quartiers affectés par la concentration de pauvreté et à soutenir des projets à dimension sociale, urbaine et économique jusqu en Dans les Côtes d Armor les quartiers suivants sont susceptibles d être concernés : Lannion Trégor Communauté Quartier de Ar Santé- les Fontaines à LANNION Silence vaut acceptation Quartier de Ker Uhel à LANNION Saint-Brieuc Agglomération Quartier du Point du jour/waron/saint-jouan/tour d Auvergne à SAINT-BRIEUC Quartier du Plateau/Balzac/Ginglin/la Ville Bastard à SAINT-BRIEUC Quartier de la Croix Saint-Lambert/Ville Oger à SAINT-BRIEUC Quartier de l Iroise à PLOUFRAGAN Dinan Communauté Quartier de la Fontaine des Eaux. Certains autres quartiers tels le Roudourou à Guingamp ou les Côteaux à Plédran, qui étaient précédemment inclus dans la géographie prioritaire d intervention de la politique de la ville ou d autres territoires urbains présentant des concentration de pauvreté pourront faire l objet d une veille active et donner lieu également à une contractualisation. Les signataires sont l Etat, l intercommunalité concernée, les communes, le Département, la Région. Peuvent également signer ces contrats, la Caisse des dépôts, les offices HLM, les organismes de protection sociale, les chambres consulaires et les autorités organisatrices de la mobilité. SDCI - Courriel : - Site : 4

5 La campagne de collecte 2014 des algues vertes La campagne annuelle de ramassage s étale de fin avril-début mai, au plus tôt, aux premiers jours de novembre. Les opérations sont assurées par les communes ou les structures intercommunales qui, dans la plupart des cas, font appel à des entreprises spécialisées, tant pour le ramassage que pour le transport. Cette année, comme en 2013, les premiers échouages ont été plus tardifs. Les premières interventions ont été effectuées à partir du début du mois de juin, soit un mois plus tard comparativement aux années 2010 à Par ailleurs, la baisse des quantités ramassées, amorcée en 2010, se confirme. En effet, en 5 ans (2009 à 2014), les échouages ont été presque divisés par trois sur les plages du département. A titre d illustration, les quantités ramassées cette année représentent seulement 60 % des quantités collectées en Le niveau total d algues vertes ramassées en 2014 a été atteint les années précédentes dès fin juin (2010 à 2012) ou fin juillet (2013). Si ces données doivent être relativisées dans la mesure où les épisodes tempétueux de cet hiver ont contribué à disperser quelque peu les stocks de nitrates, il faut se féliciter de ces progrès indéniables qui témoignent notamment des efforts de la profession agricole pour réduire les substances nutritives utilisées et de la mobilisation de l ensemble des acteurs impliqués dans la mise en œuvre du PLAV qui doit impérativement demeurer intacte afin de parvenir à atteindre les objectifs fixés. Ces données à l échelle départementale cachent cependant une disparité de situations. Certaines communes habituellement impactées ont été épargnées cette année (Binic, Etables-sur-Mer, Saint-Quay-Portrieux, Paimpol) ; d autres ont été touchées par quelques échouages d ulves alors qu elles n avaient pas eu l occasion de faire face à des marées vertes depuis plusieurs années (Plouha, Plouézec, Trévou-Tréguignec). Dans la baie de Saint-Brieuc, les quantités ramassées avoisinent les tonnes alors qu elles atteignaient tonnes l an passé. En revanche, un peu moins de tonnes auront été ramassées dans la lieue de Grève en 2014 alors que tonnes avaient été collectées en Année Tonnage d algues vertes collectées Années de mise en ouvre du plan de lutte contre les algues vertes (PLAV) Ouverture du compte twitter de la préfecture Afin de promouvoir davantage la communication des services de l État dans le département, Pierre LAMBERT, préfet des Côtes d Armor a ouvert un compte Twitter qui permettra notamment de : relayer l actualité des actions du préfet au citoyen, diffuser les politiques du gouvernement, informer les citoyens sur l activité des services de l État, disposer d un moyen de communication efficace en cas de situation d urgence. Vous êtes cordialement invités à vous abonner dès à présent au compte SDCI - Courriel : - Site : 5

6 Enquête usagers 2014 (Qualipref) Dans le cadre de ses engagements Qualipref, la préfecture des Côtes d Armor mène tous les ans une enquête de satisfaction auprès des usagers des services de délivrance des titres. En juin 2014, 560 usagers ont répondu à notre questionnaire. Les résultats détaillés sont accessibles sur le site Internet de la préfecture (www.cotes-darmor.gouv.fr - Rubrique «La démarche Qualipref»). Dans l ensemble, les usagers sont très satisfaits de la prestation des services de la préfecture. Voici les principaux résultats de cette enquête : Thème Taux d usagers satisfaits ou très satisfaits Taux d usagers insatisfaits ou très insatisfaits Accueil téléphonique 85,5 % 14,5 % Accueil physique 94,5 % 5,5 % Site Internet 81,5 % 18,5 % Satisfaction générale sur l accueil 96,7 % 3,3 % Pour les usagers, le secteur qui reste désormais à améliorer est l accueil des personnes à mobilité réduite. Sur ce thème, la préfecture a prévu de mener dès la fin de cette année des travaux importants d accessibilité du hall d accueil. La préfecture remercie vivement ses usagers d avoir pris quelques instants pour renseigner le formulaire d enquête. Leur avis sur la qualité de l accueil est très précieux, notamment pour la mise en œuvre d actions d amélioration. Il est d ailleurs rappelé qu il est possible de transmettre une suggestion ou son avis à la préfecture tout au long de l année via le site internet Les Côtes d Armor en quelques chiffres Sécurité routière Du 1 er janvier au 31 octobre 2014 Chiffres 2014 comparés à 2013 Nombre d accidents % Nombre de tués 24-4% Blessés hospitalisés % Blessés non hospitalisés % Sécurité publique Du 1 er janvier au 31 juillet 2014 Chiffres comparés à ceux de 2013 Atteintes volontaires à l intégrité physique des personnes % Atteintes aux biens % Escroqueries et infractions économiques et financières % Emploi Situation au 30 septembre 2014 Nombre de demandeurs d emplois de catégorie A : Moins de 25 ans 17,8% Femmes 47,7% Plus de 50 ans 25% 415 contrats «emploi d avenir» du 1/01/2014 au 2/11/2014 (pour un objectif annuel fixé à 462) 362 contrats de génération depuis le 17 mars 2013 SDCI - Courriel : - Site : 6

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I)

Demande d indemnisation adressée à la. Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) Nous sommes là pour vous aider Demande d indemnisation adressée à la N 12825*03 Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions 1 (C.I.V.I) (Articles 706-3 à 706-15, R 50-1 à R 50-28 du code de procédure

Plus en détail

Les nouvelles obligations du droit de la consommation résultant de la loi du 2 avril 2014

Les nouvelles obligations du droit de la consommation résultant de la loi du 2 avril 2014 Les nouvelles obligations du droit de la consommation résultant de la loi du 2 avril 2014 La nouvelle loi sur la consommation transposant la Directive 2011/83/UE relative aux droits des consommateurs 1

Plus en détail

A ADRESSER PAR VOIE POSTALE UNIQUEMENT

A ADRESSER PAR VOIE POSTALE UNIQUEMENT DEMANDE D INSCRIPTION A L EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI SESSION 2016 (CCPCT) (Article 3 de l arrêté du 3 mars 2009 relatif aux conditions d organisation de l examen

Plus en détail

Annexe 2 Compte rendu du CLU Lannion. 9 novembre 2015

Annexe 2 Compte rendu du CLU Lannion. 9 novembre 2015 Annexe 2 Compte rendu du CLU Lannion 9 novembre 2015 Ordre du jour 1. Présentation de la démarche Qualipref 2. Résultats des indicateurs de qualité 3. Résultats de l enquête de satisfaction 4. Plan d actions

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION À TITRE GRATUIT COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX - ATELIER D ECO SOLIDAIRE

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION À TITRE GRATUIT COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX - ATELIER D ECO SOLIDAIRE CONVENTION DE MISE A DISPOSITION À TITRE GRATUIT COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX - ATELIER D ECO SOLIDAIRE ENTRE : La Communauté Urbaine de Bordeaux (Cub), Etablissement Public Administratif créé par la

Plus en détail

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014)

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014) CONTRATS A DISTANCE/ CONTRATS HORS ETABLISSEMENT/DEMARCHAGE TELEPHONIQUE Nouvelles dispositions issues de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 1/ Dispositions antérieures à la loi du 17 mars 2014 Rappel :

Plus en détail

Comité local des usagers de la sous-préfecture de Dinan. 5 novembre 2015

Comité local des usagers de la sous-préfecture de Dinan. 5 novembre 2015 Comité local des usagers de la sous-préfecture de Dinan 5 novembre 2015 Ordre du jour 1. Présentation de la démarche Qualipref 2. Résultats des indicateurs de qualité 3. Résultats de l enquête de satisfaction

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA?

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Des ressortissants de l Union Européenne Qui sont âgés de 22 ans révolus Qui présentent

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

DEMARCHAGE ET VENTE A DOMICILE

DEMARCHAGE ET VENTE A DOMICILE DEMARCHAGE ET VENTE A DOMICILE 23/05/2014 Attention les dispositions contenues dans la présente note ne s'appliqueront plus pour les contrats signés à compter du 14 juin 2014 en application de la loi Hamon

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier

Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier Travail préparatoire interne à l État : Mise en place de l équipe interministérielle Constitution du point de vue de l État sur la situation des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

Les dossiers...de VivArmor. Algues vertes et baie de Saint-Brieuc

Les dossiers...de VivArmor. Algues vertes et baie de Saint-Brieuc 2002 Les dossiers......de VivArmor Algues vertes et baie de Saint-Brieuc Algues vertes et baie de Saint-Brieuc par Yannick GEFFRAY C est au début des années 70 que des communes du littoral breton ont approuvé

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement L habitat COMPRENDRE Gérer un litige lié à des travaux dans un logement Les bons réflexes à adopter en cas de différend avec un professionnel Édition : avril 2015 Des informations juridiques à connaître

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

OFFRE PREALABLE DE CREDIT ACCESSOIRE A UNE VENTE

OFFRE PREALABLE DE CREDIT ACCESSOIRE A UNE VENTE - Siège Social : Eagle Way, Brentwood, Essex CM13 3AR (Grande-Bretagne), CONJOINT ou CO- SOLIDAIRE Sécurité Sociale/SIRET/RC/RM de série d immat. Date de 1 ère immat. bre de mensualités (*) 0 - PERTE EMPLOI

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéosurveillance

Charte déontologique de la vidéosurveillance Charte déontologique de la vidéosurveillance Ville de Clichy Préambule Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre davantage aux demandes sociales de sécurité et de prévention,

Plus en détail

REFERE LIBERTE. Devant le Tribunal Administratif de PARIS. 7 Rue de Jouy, 75004 Paris REFUS D ECHANGE D UN PERMIS DE CONDUIRE.

REFERE LIBERTE. Devant le Tribunal Administratif de PARIS. 7 Rue de Jouy, 75004 Paris REFUS D ECHANGE D UN PERMIS DE CONDUIRE. REFERE LIBERTE Devant le Tribunal Administratif de PARIS. 7 Rue de Jouy, 75004 Paris Absence de réponse à un recours hiérarchique. Touchant à une liberté fondamentale à un droit constitutionnel. Saisine

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

LE DÉMARCHAGE. sa nouvelle appellation : «Les contrats conclus hors établissement» www.conso-briard.org - contact@conso-briard.org

LE DÉMARCHAGE. sa nouvelle appellation : «Les contrats conclus hors établissement» www.conso-briard.org - contact@conso-briard.org Gajus - Fotolia LE DÉMARCHAGE sa nouvelle appellation : «Les contrats conclus hors établissement» UFC QUE CHOISIR NORD & OUEST 77 Centre Social & Culturel G. Brassens, place du Bois de Grâce 77420 CHAMPS

Plus en détail

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Ouverture de la formation Diplôme ouvert en formation continue. Ouvert aux avocats inscrits au tableau. Durée 4 séminaires de 30h, à effectuer au maximum sur 4

Plus en détail

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année.

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAMPING-CAR PARK Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. PRÉAMBULE

Plus en détail

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 08/07/02 LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 MESURES ET ORIENTATIONS PROPOSEES PAR LE LIVRE BLANC SUITES

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

PREFECTURE DE LA MARNE DEMANDE D INSCRIPTION A L EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI (CCPCT) - ANNEE 2015 -

PREFECTURE DE LA MARNE DEMANDE D INSCRIPTION A L EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI (CCPCT) - ANNEE 2015 - PREFECTURE DE LA MARNE DEMANDE D INSCRIPTION A L EXAMEN DU CERTIFICAT DE CAPACITE PROFESSIONNELLE DE CONDUCTEUR DE TAXI (CCPCT) - ANNEE 2015 - - Article 3 de l arrêté du 3 mars 2009 relatif aux conditions

Plus en détail

Gajus - Fotolia LE DÉMARCHAGE. sa nouvelle appellation : «Les contrats conclus hors établissement» UFC-Que Choisir

Gajus - Fotolia LE DÉMARCHAGE. sa nouvelle appellation : «Les contrats conclus hors établissement» UFC-Que Choisir Gajus - Fotolia LE DÉMARCHAGE sa nouvelle appellation : «Les contrats conclus hors établissement» UFC-Que Choisir UFC Que Choisir - Mai 2014 Les grandes nouveautés issues de la loi sur le consommation

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Relais assistants maternels Juin 2013 1/6 2/6 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation de service

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Bureau de la Protection des Locaux d'habitation Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013 Commission des services juridiques Mot du Président Au nom du personnel et de la direction de la Commission des services juridiques,

Plus en détail

GUIDE LA PUB SI JE VEUX!

GUIDE LA PUB SI JE VEUX! GUIDE LA PUB SI JE VEUX! Édition 2011 Sommaire Avant-propos Ce que vous devez savoir Vos droits Comment éviter de recevoir des publicités? La prospection commerciale par courrier électronique, télécopie

Plus en détail

«Faire de votre avocat un. partenaire privilégié»

«Faire de votre avocat un. partenaire privilégié» «Faire de votre avocat un partenaire privilégié» Les domaines d expertise le droit du travail Que vous soyez employeur ou salarié, le Cabinet Geronimi vous représente ou vous assiste tout au long de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DANS LES COMMERCES DE MENDE

DOSSIER DE PRESSE DANS LES COMMERCES DE MENDE COMMUNICATION DOSSIER DE PRESSE LA PREVENTION DES CAMBRIOLAGES DANS LES COMMERCES DE MENDE LUNDI 14 AVRIL 2014 A 15 H 30 En présence de : Guillaume LAMBERT, préfet de la Lozère, Commissaire Christophe

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 20 mars 2015 de présentation du décret n 2015-282 du 11 mars 2015 relatif à la simplification de la procédure civile, à la communication électronique et à la résolution amiable des différends

Plus en détail

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse Monsieur LABORIE André 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Tél : 05-61-25-10-97. Saint Orens le 9 octobre 2007 Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne.

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES 2011

RAPPORT D ACTIVITES 2011 RAPPORT D ACTIVITES SERVICE D AIDE AUX TUTEURS FAMILIAUX RAPPORT D ACIVITES Depuis 1997, les associations UDAF22 et ACAP (anciennement ADT) se sont dotées d un dispositif d aide aux tuteurs familiaux.

Plus en détail

- Fournir aux victimes d escroqueries un service d assistance et d information sur les démarches à effectuer pour le dépôt de plainte.

- Fournir aux victimes d escroqueries un service d assistance et d information sur les démarches à effectuer pour le dépôt de plainte. Eléments d information relatifs au plan de lutte contre les escroqueries Escroqueries : un plan de prévention pour contrer le phénomène Alors que la délinquance a chuté de 4,10% en 2007, les escroqueries

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère de la santé, de la Jeunesse et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Direction de la

Plus en détail

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments 1 Projet de loi sur l immigration présenté en Conseil des ministres le 23 juillet 2014 NOR : INTX1412529L Synthèse des principaux éléments ❶ Titres de séjour Catégories de titres de séjour Le visa de long

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N Assurer la complémentarité entre la prévention, la répression et la solidarité

Plus en détail

La prestation de service ordinaire (PSO) /HV Fonditions générales Action sociale - Aides aux partenaires Juillet 2013

La prestation de service ordinaire (PSO) /HV Fonditions générales Action sociale - Aides aux partenaires Juillet 2013 La prestation de service ordinaire (PSO) onditions générales Action sociale - Aides aux partenaires Juillet 2013 2/9 L objet de la convention La convention a pour objet de : prendre en compte les besoins

Plus en détail

Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. CHAPITRE PREMIER.

Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. CHAPITRE PREMIER. Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Vu la constitution du 2 juin 1972, modifiée et complétée par la loi n 75-1 du 9 mai

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALE DE VENTE 1/5

CONDITIONS GÉNÉRALE DE VENTE 1/5 CONDITIONS GÉNÉRALE DE VENTE 1/5 La société CLOTAIRE, ayant son siège social au 40, rue de la Tour d Auvergne, 75009 PARIS (France) est inscrite au registre du commerce et des sociétés de Paris sous le

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES?

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES? INC document FICHE PRATIQUE J. 196 Août 2011 LE PRÊT PERSONNEL Vous souhaitez emprunter une somme d argent pour en disposer librement, sans qu elle ne soit affectée à un achat déterminé? Orientez-vous

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Ciculaire du 11 mars 2011 relative à la présentation des dispositions relatives à la contravention de dissimulation du visage dans l espace public Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET DU «JEU SMS - Noisettes à poêler»

REGLEMENT COMPLET DU «JEU SMS - Noisettes à poêler» REGLEMENT COMPLET DU «JEU SMS - Noisettes à poêler» Article 1 : Société organisatrice La société LUSTUCRU FRAIS, Société par Actions Simplifiée au capital de 2 591 633, 29 euros, ayant son siège social

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LE REPRESENTANT DE L ETAT ET LES COLLECTIVITES TERRITORIALES

CONVENTION ENTRE LE REPRESENTANT DE L ETAT ET LES COLLECTIVITES TERRITORIALES CONVENTION ENTRE LE REPRESENTANT DE L ETAT ET LES COLLECTIVITES TERRITORIALES SOUHAITANT PROCEDER A LA TELETRANSMISSION DES ACTES SOUMIS AU CONTROLE DE LEGALITE 02/12/05 1 1. PARTIES PRENANTES A LA CONVENTION...

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

REGLEMENT. Carte du territoire de St-Brieuc Agglomération

REGLEMENT. Carte du territoire de St-Brieuc Agglomération REGLEMENT 1 - Règles de fonctionnement du réseau 2 - Règlement intérieur de chaque médiathèque Le présent règlement s exerce dans toutes Les Médiathèques de la Baie. Du fait de l offre de collections ou

Plus en détail

Site Avenir PRO Charte des conditions d utilisation du service d offres d emplois et de stages par les annnonceurs

Site Avenir PRO Charte des conditions d utilisation du service d offres d emplois et de stages par les annnonceurs Site Avenir PRO Charte des conditions d utilisation du service d offres d emplois et de stages par les annnonceurs Les présentes conditions d utilisation s appliquent à toutes les personnes utilisatrices

Plus en détail

Contrat de mandat entre Nounou and Co et le particulier employeur

Contrat de mandat entre Nounou and Co et le particulier employeur Contrat de mandat entre Nounou and Co et le particulier employeur Entre les soussignés : Nounou and Co, EIRL mandataire de services à domicile, agréée qualité pour le service aux personnes sous le numéro

Plus en détail

Loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Synthèse explicative relative au Titre III, Chapitre Ier, «Simplification et modernisation de l aménagement commercial» Fusion du

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

GUIDE LES RECOURS EN MATIÈRE DE LISTE ÉLECTORALE (JANVIER 2014)

GUIDE LES RECOURS EN MATIÈRE DE LISTE ÉLECTORALE (JANVIER 2014) GUIDE LES RECOURS EN MATIÈRE DE LISTE ÉLECTORALE (JANVIER 2014) 1 Table des matières Propos introductifs 3 PARTIE I. LE CONTENTIEUX DE LA LISTE ELECTORALE CONSULAIRE 5 I. Le recours formulé par le ministre

Plus en détail

La prise illégale d'intérêts. > Observatoire Smacl des risques de la vie territoriale

La prise illégale d'intérêts. > Observatoire Smacl des risques de la vie territoriale La prise illégale d'intérêts 1.Eléments statistiques 2.Eléments constitutifs du délit 2. Eléments constitutifs de l'infraction > Les personnes concernées Les personnes dépositaires de l'autorité publique

Plus en détail

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne Dossier de presse Saint-Brieuc, le 21 juillet 2014 Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne La communauté de santé de Bretagne se mobilise pour la télémédecine, au service des

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre?

Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? En ce qui concerne le champ d application de la loi : Qu implique la création du Service des «Gardiens de la paix»? Est-ce une obligation? Quelle procédure faut-il suivre? La commune n est pas obligée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Plan de relance du logement. Paris, le vendredi 29 août 2014

DOSSIER DE PRESSE. Plan de relance du logement. Paris, le vendredi 29 août 2014 DOSSIER DE PRESSE Plan de relance du logement Paris, le vendredi 29 août 2014 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre DOSSIER DE PRESSE Mardi 11 décembre 2012 L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre - 12 décembre 2012 de 10h à 12h Point presse à 12h Médiathèque d Orléans

Plus en détail

LES CONDITIONS JURIDIQUES D EXERCICE D UNE ACTIVITE COMMERCIALE

LES CONDITIONS JURIDIQUES D EXERCICE D UNE ACTIVITE COMMERCIALE LES CONDITIONS JURIDIQUES D EXERCICE D UNE ACTIVITE COMMERCIALE Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

Conseil général des Côtes d Armor. (Études supérieures ou formations sanitaires et sociales) 2012-2013

Conseil général des Côtes d Armor. (Études supérieures ou formations sanitaires et sociales) 2012-2013 Conseil général des Côtes d Armor Prêts (Études supérieures ou formations sanitaires et sociales) 2012-2013 u Le prêt Le prêt est destiné aux étudiants de l enseignement supérieur dont la famille est domiciliée

Plus en détail

Bilan sécurité routière Mercredi 4 février 2015 14h45

Bilan sécurité routière Mercredi 4 février 2015 14h45 DOSSIER DE PRESSE Bilan sécurité routière Mercredi 4 février 2015 14h45 Dossier de presse ordre public et sécurité routière Page 1 de 14 Bilan Sécurité routière 2014 Le bilan de l année 2014 est encourageant

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

Dossier de Presse. Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne

Dossier de Presse. Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne Dossier de Presse Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne 13 octobre 2014 Communiqué de presse «Bretagne Très Haut Débit» Rennes, le 13 octobre 2014 Le projet «Bretagne Très Haut Débit», porté par Mégalis

Plus en détail

Formulaire d inscription aux registres :

Formulaire d inscription aux registres : Formulaire d inscription aux registres : I - Des transporteurs publics routiers de marchandises et des loueurs de véhicules industriels avec conducteur II - Des transporteurs publics routiers de personnes

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS. 3ème TRIMESTRE 2009

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS. 3ème TRIMESTRE 2009 RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS 3ème TRIMESTRE 2009 SOMMAIRE Budget Page 3 Communauté de communes Page 11 Services communaux Page 14 Terrains communaux page 15 Urbanisme page 16 2 Budget Objet : Centre

Plus en détail

Vous divorcez, vous vous séparez?

Vous divorcez, vous vous séparez? Service Com&Doc - Crédit image : drx - Fotolia.com - Imprimerie Caf35 - Mars 2014 Vous divorcez, vous vous séparez? 5 questions pour mieux comprendre Vous informer et vous aider dans vos démarches Vous

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE Les infractions au code de la route

GUIDE JURIDIQUE Les infractions au code de la route Dans le cadre de la politique de lutte contre l insécurité routière menée par le Gouvernement et inscrite dans la loi depuis 2003, les contrôles de la vitesse ont été multipliés et se sont automatisés.

Plus en détail

L Assurance Maladie, assureur responsable, met tout en œuvre pour ne pas faire supporter à la collectivité, des frais qui ne lui incombent pas.

L Assurance Maladie, assureur responsable, met tout en œuvre pour ne pas faire supporter à la collectivité, des frais qui ne lui incombent pas. DOSSIER DE PRESSE 1 L Assurance Maladie, assureur responsable, met tout en œuvre pour ne pas faire supporter à la collectivité, des frais qui ne lui incombent pas. Qu est-ce que le recours contre tiers?

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOSURVEILLANCE

PROJET DE CHARTE DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOSURVEILLANCE Hôtel de Ville 10 place Victor Hassebroucq BP 80479 59208 Tourcoing Cedex Tél. : 03 20 23 37 00 Fax : 03 20 23 37 99 Direction de la Concertation, Tranquillité Habitants et Prévention 16 rue Paul Doumer

Plus en détail