Eveil historique et géographique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eveil historique et géographique"

Transcription

1

2 Eveil historique et géographique " L éveil et la formation par l histoire et la géographie constituent des domaines privilégiés où les élèves prennent conscience des problèmes de société et d environnement. " (Socles de Compétences, 1999, p. 75) Ces deux disciplines, qui visent la construction de repères spatiaux, temporels et sociaux, doivent aussi permettre de sensibiliser les élèves à leur responsabilité de citoyen. Grâce à des compétences qui leur permettront de s ouvrir au monde et de développer leur esprit critique, ils pourront prendre conscience qu ils occuperont plus tard une place active dans la société. Les objectifs de l histoire et de la géographie ont évolué avec le temps. Auparavant, le sens premier était la transmission de connaissances par l enseignant et la restitution de faits, noms, dates par les élèves, après une mémorisation pure. Actuellement, si on lit les documents officiels, le but de l histoire est d étudier le passé de l homme pour éclairer le présent et préparer l avenir. La géographie a évolué également dans le sens où, de descriptive, elle est devenue relationnelle en prenant en compte les interactions entre l homme et son espace. Les apports de l histoire permettent d expliquer des faits, de comprendre des localisations ainsi que des mutations économiques, sociales, politiques De même, l étude de la géographie ne peut s envisager sans établir de liens avec le passé. Ces disciplines s inscrivent donc dans une démarche plus ouverte. Elles sont devenues le terrain de mise en place de méthodes associées à l acquisition de savoirs. Savoirs et savoir-faire se complètent donc et ne se distinguent plus dans le processus d apprentissage. Les finalités de la «formation historique et géographique comprenant la formation à la vie sociale et économique» sont donc bien de «former l enfant en qualité de citoyen responsable, c est-à-dire une personne qui s inscrit dans le milieu où il vit, qui s y 1

3 pose des questions, qui cherche des réponses, qui se découvre par ce fait même, qui souhaite devenir acteur de son milieu, son environnement.» 1 Cet élève doit alors acquérir progressivement des compétences qui s apparentent à une démarche de recherche documentaire, être doté de clés de lecture du monde qui l entoure et être acteur de son apprentissage. Acteur de son apprentissage Pour motiver l élève à apprendre, l enseignant prévoira d abord des situations proches de l intérêt de l enfant pour son environnement et privilégiera des activités qui ont une signification à la fois par leur contenu et par leur forme. Ces mises en situation seront choisies en fonction de la maturité psychologique de l élève, en démarrant par le milieu proche, en l élargissant ensuite au vécu des parents et grands-parents pour arriver à l utilisation d informations de même type, puisées dans certaines périodes conventionnelles illustratrices d un fait. De plus, pour éveiller la curiosité de l élève, il est intéressant de le mettre en situation d enquêteur. Face à un problème, il a besoin d une réponse que seules les traces du passé ou l observation d un milieu peuvent lui apporter. L élève entreprend donc une démarche de recherche, pour résoudre le problème posé. Selon Meirieu 2, il est nécessaire de «créer l énigme» pour faire émerger le désir d apprendre. Enseigner, c est faire découvrir. Mais cette découverte doit être demandée par l élève. «Un apprentissage s effectue quand un individu prend de l information de son environnement en fonction d un projet personnel» (Meirieu). Eveiller à la curiosité est donc une première étape essentielle dans le processus de recherche. De plus, faire émerger une problématique va déstabiliser les premières impressions de l élève. En étant confrontées avec d autres, ses représentations seront remises en cause. 1 Servais-Delvaux, M., Pistes didactiques de la Commission Histoire-Géographie, Service général de l'inspection. 2 Meirieu, P. (1989). Apprendre oui, mais comment? (4è éd.). Paris : Editions ESF 2

4 «Apprendre et comprendre, c est relier du nouveau à ce que l on sait et voit déjà. C est donner du sens à cette nouveauté». 1 Pour rendre l élève acteur de son apprentissage et lui permettre de construire son savoir à partir de la situation-problème, une démarche scientifique est utile. Elle lui permet d utiliser des savoir-faire communs à l éveil historique et géographique pour acquérir des compétences. Ces compétences sont : se poser des questions construire une démarche de recherche rechercher de l information exploiter l information et en vérifier la pertinence structurer les résultats de sa recherche, valider sa recherche communiquer transférer à des situations nouvelles agir et réagir. (Socles de compétences, 1999, p. 90) Démarche active de recherche 1) Se poser des questions et construire une démarche de recherche Cette première étape peut réellement constituer un apprentissage car elle n est pas facilement accessible pour tous les élèves. Pourtant, un jeune enfant pose beaucoup de questions mais des recherches ont montré qu il en pose de moins en moins quand il fréquente l école. Apprendre à s interroger sur son environnement ou son passé aide à développer la curiosité et la motivation. L élève peut ainsi être invité à - reformuler l objet de recherche - sélectionner les questions utiles - dresser l inventaire de ce qu il croit connaître et de ce qui lui reste à découvrir 1 Moniot H. (1995). Didactique de l Histoire. Paris : Nathan Pédagogie. 3

5 - élaborer un plan de recherche. 2) Rechercher l information Il est ensuite nécessaire de trouver des réponses aux questions posées en cherchant véritablement l information là où elle se trouve et en l analysant selon un autre point de vue que le sien. L élève peut alors : - interroger des personnes ressources - utiliser des instruments de travail - lire des documents variés - visiter des musées, des expositions. Des stratégies doivent alors être apprises en classe pour aider l élève à effectuer une recherche efficace : utiliser un dictionnaire, lire un tableau de données, lire un écrit informatif Pour mieux approcher l information, il faut également pouvoir lire une trace du passé (objet, habitat, monument, peinture, récit) ou lire un espace proche (le vivre, le lire quand il est dessiné ou représenté sur une image géographique ou une photo). Ces savoir-faire peuvent alors être intégrés à la recherche. 3) Exploiter l information et en vérifier la pertinence L élève peut : - décoder l information recueillie - la sélectionner - la situer dans l espace et dans le temps. Pour mieux exploiter l information récoltée, l élève a besoin de repères et de représentations du temps et d espace, à intégrer dans la recherche. Il a également besoin d outils représentant ce temps et cet espace, construits par lui-même pour les réutiliser ensuite. 4

6 4) Structurer les résultats de sa recherche et valider sa démarche de recherche Une bonne structuration mentale est nécessaire pour énoncer les résultats obtenus. L élève est alors invité à structurer les réponses aux questions posées au départ. Il peut aussi évaluer les pratiques qu il a mises en œuvre pour obtenir ces résultats, en les confrontant avec ceux de ses pairs. 5) Communiquer les résultats de la recherche L élève peut alors communiquer aux autres ses réponses sous la forme d un exposé oral, d un écrit, d un graphique 6) Transférer à des situations nouvelles Il pourra ensuite réinvestir ce qu il a appris (savoirs et savoir-faire) dans d autres situations, qui lui permettront de mettre en relation les éléments du monde qui l entoure pour mieux le comprendre. 7) Agir et réagir Toutes les phases de cette démarche de recherche aideront l élève à - faire preuve d esprit critique - accepter la différence - prendre des initiatives - se montrer solidaire. Les phases de travail individuel et collectif seront donc privilégiées pour favoriser des échanges entres les différents acteurs de la classe. Visiter le site du Grand-Hornu permet d aborder l éveil historique et géographique. En effet, l espace rencontré, créé au départ par Henri De Gorge pour remplir une fonction de production, a été de plus en plus structuré, modifié par les générations suivantes suite aux impératifs économiques, politiques et sociaux. 5

7 Les élèves peuvent donc s interroger sur un milieu (partie d un territoire étudiée à l échelle locale sur lequel vit une communauté qui organise ce territoire et qui est marquée par son histoire 1 ). Lors de l animation pédagogique, un accès à ce milieu est possible de manière immédiate (traces du site industriel, coron) mais également de manière médiatisée (documents anciens, maquettes ). Etudier le milieu exemplaire du Grand-Hornu, qui a valeur de patrimoine, permet d apprendre aux élèves à s interroger sur les habitants qui vivaient à un endroit et à un moment bien précis en replaçant les traces observées dans leur contexte d origine. Ils peuvent ainsi prendre conscience de l évolution de cet espace et de l influence exercée sur la vie des hommes et des femmes d aujourd hui. Le milieu du Grand-Hornu contient des ressources intéressantes pour approcher la réalité spatiale et temporelle ainsi que les aspects socio-économiques d un quartier à fonction industrielle du XIXème siècle. Participer au module «Charbonnage» aidera les élèves de votre classe dans leur enquête. En effet, ils pourront rechercher de l information pour l exploiter ensuite en classe afin de répondre à un questionnement. Il est donc suggéré aux enseignants qui désirent réserver une animation de rencontrer les guides afin de collaborer à la préparation de celle-ci. 1 Définition provenant du Programme d étude du milieu destiné au premier degré de l enseignement secondaire, édité par la Fédération de l Enseignement secondaire catholique, p. 7 6

8 Apports du module Dans un premier temps, en participant à ce module, les élèves peuvent identifier euxmêmes diverses traces du passé telles que des fossiles, outils et accessoires du mineur, images d époque Si nécessaire, le guide peut être consulté comme personne ressource. Ainsi, loin d une visite muséale traditionnelle, ce module permet une approche pédagogique active et interactive. Comment? Grâce à un matériel concret, l action est privilégiée ainsi que l utilisation des cinq sens. Les enfants découvrent de manière ludique une maquette animée montrant les différents postes de travail et le fonctionnement d un charbonnage. Une maquette géologique représentant une coupe transversale du sous-sol lors de la formation du charbon leur permet de se la représenter concrètement. Des modèles réduits, invitant à explorer les divers champs d utilisation du charbon, peuvent être manipulés. De même, les élèves reconnaissent et différencient, par le toucher, diverses formes de roches carbonifères. Un montage audio constitué de bruitages liés à l exploitation minière permet de s immerger dans l ambiance sonore de l époque industrielle et de différencier ces bruits de ceux rencontrés actuellement. Dans un deuxième temps, la visite du site en lui-même, sous forme ludique, aide les élèves à s y repérer et à acquérir une vue d ensemble du projet urbanistique du Grand- Hornu. 7

9 Ils sont ensuite invités à structurer les informations récoltées sur une maquette ou un plan. 2 Le module "Charbonnage" peut être complété par le module "Balade et Découvertes". En effet, après avoir rencontré un espace ayant une fonction économique, les élèves peuvent découvrir un espace à fonction résidentielle lors de la visite du coron, développé en lien avec ce site industriel. De plus, une visite du terril peut être également une source d'informations permettant de compléter l'étude de ce milieu particulier qu'est le Grand-Hornu. 2 Document 1, en fin de dossier 8

10 Compétences visées dans ce module Eveil historique et géographique Rechercher l information en recourant à des sources adéquates et diversifiées : traces du passé, médias Lire une trace du passé : déterminer son origine et la rattacher à un mode de vie déterminé, à son contexte. Lire un plan en utilisant des éléments de la légende : pictogrammes, représentation par des couleurs Utiliser des représentations de l espace : espace auquel on a eu un accès direct. Situer par rapport à soi et à des repères visuels. Caractériser : - la fonction d un espace auquel on a eu un accès direct (ici, fonctions industrielle et résidentielle) - sa structuration (surface bâtie et non bâtie) - sa dynamique (évolution de l utilisation des espaces). Eveil et initiation scientifique Dans les domaines : énergie, sol, hommes et environnement Recueillir des informations par des observations qualitatives en utilisant les cinq sens et par des observations quantitatives. Repérer et noter correctement une information issue d une photo, d un croquis réaliste. 9

11 Exploitations possibles en classe dans le cadre des cours de géographie et d histoire ou de celui d étude du milieu Diverses formes d'enquêtes permettant la construction des savoirs en éveil historique et géographique sont possibles en y intégrant la participation au module. 1) Démarrer l enquête : faire face à la situation complexe Une manière de débuter l enquête en classe peut s envisager comme suit. Les élèves reçoivent l image d un lieu faisant partie du site ou d un objet utilisé dans le module «charbonnage» 1. Aucune indication ne leur est fournie et ils doivent noter un maximum d informations quand ils le rencontrent lors de l animation. Ils peuvent ensuite se documenter chez eux ou en classe. Cependant, l enquête peut également démarrer en classe à partir des représentations des élèves. Ceux-ci sont invités à dessiner leur conception d un charbonnage ou à décrire comment ils imaginent la vie des mineurs, de leur famille L investigation peut aussi débuter par l analyse d une trace (iconographique ou écrite) ou les réactions par rapport à un extrait de film traitant de la mine. Exemples de documents à utiliser pour permettre aux élèves d être interpellés : - image du Grand-Hornu au XIXème siècle 2 - photo du coron 3 - image du Grand-Hornu au XIXème siècle et actuellement 4 - etc. Vous trouverez divers documents à la fin de ce dossier. Les élèves émettent donc des hypothèses au sujet de ces documents ou objets. 1 Document 32 2 Document 9 3 Bibliographie 4 Document 9 10

12 2) Se poser des questions Des questions de recherche peuvent ensuite être abordées afin de déterminer le mode de vie des gens vivant autour de ce site industriel, au XIXème siècle. Ces questions peuvent se rapporter à : - des activités nécessaires pour répondre à des besoins (se loger, produire, échanger, travailler) - des rapports sociaux (soumission, luttes engagées pour les combattre, solidarité). Au départ du milieu du Grand-Hornu, les élèves peuvent ainsi être invités à formuler une question qui met en évidence l influence de l espace ou du temps sur la vie de l homme. Exemples : - Pourquoi avoir construit un charbonnage à cet endroit? - Pourquoi avoir construit un tel quartier résidentiel à cet endroit? - Pourquoi ce quartier est-il composé de maisons identiques? - Pourquoi le charbonnage du Grand-Hornu a-t-il cessé ses activités? - Comment les conditions de travail ont-elles évolué entre la création du Grand- Hornu et sa fermeture? - Pourquoi les mineurs du Grand-Hornu étaient-ils privilégiés par rapport à ceux d autres charbonnages? - Qu a apporté Henri De Gorge au niveau des conditions de travail? Et au niveau des conditions de vie? Quels avantages retirait-t-il de ces apports? - Etc. 3) Rechercher et exploiter l information La sélection des informations, pour trouver des éléments de réponse aux questions, peut ensuite commencer lors de la participation au module, en observant et analysant les diverses traces et en posant des questions à l animateur. Elle peut également se prolonger en classe et être envisagée de diverses manières : Par une tâche: - Les élèves analysent un texte, une image, un extrait de film. - Ils recherchent une information dans des documents livresques, en 11

13 équipes. - Ils construisent une ligne du temps et y situent la création du Grand- Hornu, avec ses diverses étapes. Ils comparent ensuite les échelles utilisées par chacun. 1 - Ils situent le site sur différentes cartes de Belgique. Ils peuvent également le situer par rapport à leur ville ou à une autre ville principale, en s orientant par rapport aux points cardinaux. La distance réelle, à vol d oiseau, peut également être calculée. Par une compétence: Lire une trace du passé pour l identifier et la classer en fonction de sa nature ou pour déterminer son origine et la rattacher à un mode de vie. Les documents peuvent être : - iconographiques (gravure, carte postale, photographie, peinture, film) - schématiques (plan, carte, graphique) - écrits (journal, témoignage, facture) - oraux (témoignage). Exploiter des sources historiques pour distinguer un document original d un document reconstitué - Distinguer un témoignage du passé d un exposé d histoire actuel. - Distinguer un document construit (carte d atlas historique, restitution archéologique) d un véritable témoignage historique (carte ancienne, dessin d époque). Exploiter des sources historiques pour comparer deux documents de même nature ou de natures différentes traitant d un même sujet - Comparer trois plans du site à des époques différentes, quand le charbonnage était encore en activité et dans l état actuel. Enoncer ce qui a changé, les bâtiments disparus ou remplacés. 2 1 voir également la ligne du temps sur le site du Grand-Hornu ( 2 Documents 2, 3 et 4 12

14 - Comparer des documents iconographiques représentant le site à deux époques différentes. 2 - Comparer des cartes de voies de chemins de fer autour du Grand-Hornu, à des époques différentes. 3 - Confronter les paroles d'une chanson de l'époque avec des documents iconographiques ou écrits. 4 - Comparer divers documents parlant des habitations du Grand-Hornu. 5 - Comparer le milieu de vie d un enfant mineur du Grand-Hornu au XIXème siècle avec sa propre maison. - Analyser et comparer les budgets d'une famille de mineurs et d'une famille ouvrière actuelle ou les budgets d'une famille bourgeoise et d'une famille de mineurs à la même époque (sous forme de tableaux de données, par exemple). 6 Représenter ces données par des graphiques pour mieux les comparer (histogrammes, «camemberts»). - Comparer, à partir d'un extrait de document vidéo, les conditions de travail des enfants mineurs à l'époque des charbonnages et aujourd'hui dans le monde. - Décrire la vie quotidienne d'un enfant mineur au XIXème siècle et la comparer avec sa vie actuelle. 2 Document 9 3 Document 11 4 Document 16 5 Documents 17, 18, 19 et 20 6 Document 22 13

15 4) Structurer les résultats de sa recherche Valider sa recherche Communiquer les résultats Après avoir sélectionné les informations recueillies, les élèves peuvent expliquer certaines conditions de vie du mineur au XIXème siècle. Ils communiquent ensuite les résultats obtenus lors de leur enquête, sous forme de conclusion : - exposé oral - rapport écrit avec support de photos prises sur le site, de documents iconographiques et de tableaux de données - panneaux explicatifs - maquette - graphique Les recherches peuvent être réalisées en groupes, autour d une même question. Les résultats peuvent ensuite être comparés. Pour aborder ce milieu sous divers aspects, chaque groupe peut également présenter les résultats répondant à des questions différentes pour chacun. 14

16 Documents 15

17 Document 1 : informations pratiques Adresse : ASBL Grand-Hornu Images 82, rue Sainte-Louise B-7301 Hornu Tél : +32(0)65/ Fax : +32(0)65/ Ouverture : Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h. Parking gratuit. Informations : Service pédagogique : +32(0)65/ Réservation : Laurence Lelong : +32(0)65/ Marie-Jeanne Vanaise : +32(0)65/ Prix d accès au site : 2 euros par élève. Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans. Gratuit pour les accompagnants : 1 accompagnant pour 10 élèves. Prix par module : 40 euros Ces modules peuvent être combinés pour constituer une journée entière de visites. Des cahiers pédagogiques pour chacun des modules sont rédigés par compétences et sont disponibles auprès du service pédagogique au prix de 2 euros. 16

18 Document 2 : Plan du Grand-Hornu en 1920 Plan des établissements du Grand-Hornu vers 1920 dressé par Léon PLAETENS (document Léon Plaetens) 17

19 Document 3 : plan du site Plan du site pour la construction du MAC's,

20 Document 4 : plan axonométrique Plan axonométrique du Grand-Hornu,

21 Document 5 : La formation du charbon Il y a environ 300 millions d années, l aspect de la surface terrestre est bien différent de ce qu il est aujourd hui. Les mers dominent encore largement les continents. L Europe ne possède ni les Pyrénées, ni les Alpes, Le climat dans nos régions est chaud et humide. De luxuriantes forêts constituées en grande partie par des fougères arborescentes se développent. Leurs débris s accumulent dans l eau stagnante ; leur décomposition est très lente et incomplète. Sur le fond des marais se forment des couches de tourbe. A certains moments, ceux-ci sont envahis par des alluvions provenant du débordement des cours d eau. L argile et le sable qui se décomposent sur la tourbe la mettent à l abri de l air et assurent sa conservation. Puis la forêt inondée réapparaît. 20

22 Une nouvelle couche de tourbe se forme et ainsi de suite. Toutes n ont pas toujours la même épaisseur. Cette alternance de dépôts de tourbe et de sédiments s est poursuivie durant plusieurs millions d années. C est le processus qui a donné naissance au charbon. Des phénomènes d échauffement et de pression dus au poids des couches qui se superposent sont la cause des différences de composition des types de houille. Extrait du dossier pédagogique " le Grand-Hornu" de la Fondation Roi Baudouin. 21

23 Document 6 : Le charbon roi Par rapport au rayon de la planète, l écorce terrestre, c est-à-dire la première couche, apparaît bien mince : 33 Km sur les 6500 Km de l ensemble. Mais c est la partie la plus importante parce qu elle nous est la plus proche et aussi parce que nous pouvons exploiter un grand nombre de ses ressources. Ainsi, actuellement, la richesse d un pays se mesure moins à sa superficie qu aux matières utilisables à partir du sous-sol. On le voit donc, les caractéristiques et les utilisations des houilles sont fort liées aux conditions d évolution dans les gisements. On peut exploiter, par un même puits, plusieurs variétés de charbon. Les plus gras et les flénus sont fournis par les veines les plus proches de la surface. Une autre distinction est établie d après le calibre : on parle couramment de 10/22, de 20/30 suivant la grosseur en millimètres des morceaux. Il y a aussi une grande diversité dans les conditions d exploitation. Toutes les veines ne sont pas exploitables, notamment en raison de leur faible épaisseur. Ces faibles épaisseurs rendaient très pénible le travail des ouvriers mineurs. Elles furent un obstacle à l emploi des machines extractives à haut rendement. En outre, l épaisseur des veines est variable, ce qui est compréhensible quand on se rappelle les conditions de formation. De plus, leur allure est irrégulière en raison des plissements qui ont affecté tous les bassins mais surtout à cause des failles. Il a sans cesse fallu adapter les points d exploitation. Trois autres facteurs aggravent les difficultés. Le plus connu est évidemment le "grisou". Le percement des galeries permet le dégagement de ce gaz prisonnier, avec tous les dangers d explosion qui en résultent. Ensuite, il y a l eau. Souvent, elle suinte de partout. D ailleurs, les galeries sont toujours en pente afin qu elle puisse s écouler, soit vers l extérieur, soit vers les machines de pompage ou d exhaure. Enfin, il y a la chaleur. A 1300 mètres, elle est "naturellement" d au moins 40 C. Pour l abaisser, pour éviter l accumulation éventuelle du grisou, on fait circuler dans les puits et dans les galeries de puissants courants d air réfrigérés. Certaines fosses possèdent, en surface, de puissants "frigos". Il faut encore ajouter le bruit, les poussières, l obscurité, l isolement ou la promiscuité. Facteurs physiques et facteurs humains sont toujours mêlés dans la mine. Obtenu par distillation des houilles grasses, le coke a ouvert au charbon de terre de très importants débouchés industriels, particulièrement dans la sidérurgie. Découvert en Grande-Bretagne en 1709, il a gagné le continent européen à partir de Son utilisation a permis de freiner la disparition des grandes forêts, exploitées intensivement jusqu alors pour produire du charbon de bois. Aussi, les sites sidérurgiques d Ardenne et d Entre Sambre et Meuse ont-ils été délaissés au profit 22

24 d autres, établis près des gisements de charbon à coke ou à proximité de voies navigables. A côté de la fabrication de l acier, le charbon est intervenu dans bien d autres domaines industriels. C est le charbon qui alimente les chaudières qui produisent la vapeur utilisée comme source d énergie. Ces "machines à vapeur", on les trouve partout : dans les mines pour l exhaure et la remontée du charbon, dans les forges, dans l industrie textile (métiers à tisser), dans les moyens de transport. Les besoins en transport se sont considérablement accrus. C est donc presque naturellement qu on pensa à doter de machines à vapeur les bateaux puis les chemins de fer. A partir de 1840, comme une toile d araignée, le chemin de fer couvre toute l Europe et derrière chaque locomotive, il y a le "tender", un petit wagon de charbon dans lequel on puise pour alimenter la chaudière. Le dénominateur commun à tous ces produits de l époque industrielle est le charbon même lorsqu on ne le voit pas directement comme dans le cas des gaz de cokeries qui alimentèrent une industrie chimique de plus en plus diversifiée. Le charbon est donc un produit roi du XIXe siècle, mais son règne s accompagne d un désastre en matière d environnement. En effet, à l époque, on se moque du respect de la nature et on ignore ce que représente la pollution. Beaucoup de régions "vertes", comme le Borinage, avec ses chaumières et ses prairies paisibles, se transforment en quelques dizaines d années en une terre noire de poussière et de fumée. Les déchets de charbon eux-mêmes ne peuvent être éliminés et sont entassés en petites montagnes : les terrils. Si aujourd hui nous les voyons couverts de verdure, ils étaient à l origine noirs et fumants. Extrait du dossier pédagogique " le Grand-Hornu" de la Fondation Roi Baudouin. 23

25 Document 7 : les fossiles Empreinte d'une fougère fossile dans un morceau de charbon. Extrait de Ceux de la Mine. Bruxelles. 1949, p. 21. Paysage marécageux à l'époque carbonifère (W. Kukuk) Extrait de Aus dem Geologischen Museum des Ruhrberghaues, Bochum,

26 Document 8 : Un charbonnage au début du XIXème siècle : Le Grand-Hornu Avant la Révolution française, il y avait déjà à Hornu une petite entreprise dont le propriétaire avait acheté à l abbaye de Saint-Ghislain, propriétaire du sol, le droit d exploiter le charbon. En 1810, c est Henri De Gorge, un industriel du Nord de la France qui, profitant d une période de prospérité due à la demande en charbon pour les machines à vapeur et la fabrication de gaz d éclairage, rachète la petite industrie. Il fait une bonne opération : son exploitation est bien située, près de la route Mons-Valenciennes, de celle de Saint-Ghislain vers Tournai (avec débouché vers la Flandre), de la Haine qui sera remplacée par le nouveau canal de Mons à Condé. De Gorge va développer son industrie : il y aura bien sûr le charbonnage mais aussi des ateliers où, utilisant le charbon extrait, on fabrique des machines à vapeur, des locomotives, on travaille le bois dont on a besoin dans la mine, on répare les outils, et même, pendant un moment, on produit du sucre de betterave. Beaucoup d entreprises du début du XIX ième siècle ont trouvé un toit dans des bâtiments anciens abandonnés : par exemple la filature Tiberghien dans l ancienne abbaye de Saint-Denis en Brocqueroie, près de Mons. Mais pour un charbonnage, il faut absolument installer l entreprise là où est le charbon et donc construire des édifices nouveaux. Henri De Gorge voit grand et a les moyens de réaliser ses projets. Il en imagine un qui lui permettra à la fois d avoir de beaux bâtiments industriels et d attirer la maind œuvre dont il a besoin en la logeant juste à côté des lieux de travail. Ce sera la cité ouvrière du Grand-Hornu. Pour construire cet ensemble il a recours à un architecte tournaisien, Bruno Renard, qui a fait de solides études à Paris et qui s intéresse aux problèmes d organisation de l espace où les hommes vivent en groupe, c est-à-dire aux problèmes d urbanisme. Bruno renard prévoit un ensemble qui est à la fois beau (grands espaces, majesté, cour d honneur), pour la partie des ateliers et des bureaux, et pratique pour la partie habitation des ouvriers. De plus, on a prévu un ensemble de bâtiments d usage communautaire : école, magasin, salle des fêtes, de sorte que l ouvrier est encadré par son entreprise à chaque instant de sa vie. Pour l époque, c est tout à fait exceptionnel. Les habitants de la cité du Grand-Hornu sont des privilégiés par rapport à l ensemble des ouvriers du Borinage. Il s agit d une industrie modèle, aussi différente de la réalité quotidienne que la voiture de Formule I l est d une Deux Chevaux! En effet, dans tout le Borinage, les autres charbonnages ont été construits sans réflexion préalable, sans que l on édifie volontairement de beaux bâtiments. 25

27 Ce qui compte, c est le côté pratique et bon marché des constructions. Le Grand-Hornu actuel est très différent de ce qu il était en 1830 : on a démoli une partie importante des bâtiments. vous ne voyez pas tout ce qui, à l époque, enlaidissait l endroit : o o o les tas de charbon les fumées le manque d hygiène vous n entendez pas le bruit des machines, vous ne devinez pas l agitation et le mouvement. on a embelli l endroit : o o par l aménagement de la cour par l intégration d éléments artistiques. Extrait du dossier pédagogique " le Grand-Hornu" de la Fondation Roi Baudouin. 26

28 Document 9 : Le Grand-Hornu au XIXème siècle et actuellement Le Grand-Hornu au milieu du XIXème siècle. Extrait de la Belgique industrielle, Bruxelles, Le Grand-Hornu aujourd'hui 27

29 Document 10 : Le Grand-Hornu au cœur d'un réseau de communications A partir du moment où un produit connaît le succès, les demandes dont il est l objet nécessitent des moyens d exportation. Dès le Moyen-Âge, on exporte la houille du Borinage en empruntant la Haine, dont le cours sinueux et la faible profondeur ne permettent d utiliser que de petits bateaux. Au XVIII ième siècle, le gouvernement autrichien décide d aider l exportation vers la France par la construction de la route Mons-Valenciennes, longeant la Haine mais rectiligne. Au début du XIX ième siècle, Napoléon double la route par le canal de Mons à Condé qui donne enfin à tous les puits d extraction de la rive gauche la large voie d exportation souhaitée. Mais il faut encore amener le charbon au canal dans de bonnes conditions. Ce sont des voituriers qui chargent dans des charrettes tirées par des chevaux la marchandise qu ils conduisent au rivage, système lourd et lent. Henri De Gorge, propriétaire du Grand-Hornu emploie pour cela 160 chevaux. Il décide de recourir à un procédé nouveau venu d Angleterre et plus économique : le chemin de fer. Les rails posés en 1829 entre le Grand-Hornu et le canal permettent aux chevaux de tirer plus facilement des trains de wagonnets Il ne faudra donc plus que 24 chevaux. Mais il faudra donc aussi moins de transporteurs. La ligne est longue de 1,8 Km et l écartement des voies est de 0,90m. Les ornières (rails) de fer ont été fixées sur des dés de pierre. En octobre 1830, quelques mois après l inauguration, la peur de perdre son emploi et la misère provoque une émeute appelée par la suite le pillage De Gorge dirigé surtout contre le nouveau chemin de fer. Détruit, celui-ci sera restauré et remis en fonction, surveillé par une milice privée composée de 200 soldats. Vers 1835 pourtant, un nouveau perfectionnement intervient : le cheval tracteur est remplacé par la locomotive dont la première est fournie par l établissement John Cockerill à Seraing. Plus tard, l établissement du Grand-Hornu fabriquera lui aussi des locomotives. Après 1835, l idée de De Gorge fait tache d huile. De 1836 à 1841, les principaux charbonnages se relient au canal par leur propre ligne de chemin de fer, précédant ainsi la création du grand réseau voyageurs qui se met en place à partir de 1840 environ. Ce réseau permettra d amener au Borinage des ouvriers venus parfois de loin. C est le cas des trains d ouvriers flamands du XX ième siècle. Extrait du dossier pédagogique " le Grand-Hornu" de la Fondation Roi Baudouin. 28

30 Document 11 : Voies de chemin de fer en 1890 et 1909 Carte des chemins de fer industriels destinés au service des houillères du Bassin de Mons, Mons, Etablissement géographique (après 1860) ( Bibliothèque Royale Albert 1 er, Bruxelles, Cartes et Plans). 29

31 Le réseau de chemin de fer du Borinage en Extrait de "Histoire des chemins de fer belges dans la Province de Hainaut ", dans Année du Cheminot, Mons, 1973, p.5. 30

32 Document 12 : Le travail du mineur Lorsqu il s enfonce dans le sol, le mineur sait que de nombreux dangers le guettent. Il sait qu il doit compter avec la chance mais aussi que la moindre distraction peut lui coûter la vie. C est le cas déjà pendant la descente, qui s est faite, des siècles durant, avec des échelles. Les chutes étaient fréquentes et les déplacements longs et fatigants, si bien que le système des échelles n a jamais permis d atteindre de très grandes profondeurs. Lorsqu on installe, au début du XIX ième siècle, des machines à vapeur dans les charbonnages, elles vont actionner un treuil auquel est suspendu un tonneau, le cuffat. Les mineurs y prennent place et descendent ainsi au fond rapidement et sans fatigue. Mais les chutes demeurent fréquentes. Le troisième moyen de descente, toujours actionné par le treuil relié à la machine à vapeur, est la cage, sorte d ascenseur dont l ouverture est barrée par une grille. Les endroits de descente sont faciles à repérer en surface puisqu on élève de grandes roues de métal, les châssis à molettes, sur lesquelles vient s enrouler le treuil. Jusqu à la fermeture des puits, tout le paysage du Borinage est hérissé de ces hautes tours. Depuis, elles ont été démolies mais il en subsiste une à Frameries. Grâce à la cage, on peut atteindre des profondeurs qui dépassent de loin 1000 mètres. Au fond de la mine, l ouvrier doit compter avec deux ennemis toujours présents: l eau et le grisou. L eau est partout : elle ruisselle et jaillit en trombe si le pic a touché une poche. Parfois, c est elle qui gagne et l on doit abandonner le travail dans les veines noyées pour creuser ailleurs. Souvent on lutte contre elle avec des pompes dont l installation coûte très cher et qui fonctionnent aussi à la vapeur. Quant au grisou, c est l ennemi par excellence. Ce nom désigne l hydrogène carboné qui explose au contact de l air et qui est particulièrement répandu dans le bassin du Borinage. Au début du XIX ième siècle, on connaît encore très mal les caractéristiques du grisou qui explose au contact d une flamme. Or, les mineurs s éclairent à l aide de torches ou de petites bougies fixées directement sur leur casque. L invention d une lampe de sécurité par le chimiste anglais Davy emprisonne hermétiquement la flamme et contribue à diminuer les risques. Mais parfois des mineurs distraits ouvrent leur lampe pour ranimer la flamme qui s est éteinte et provoquent une explosion. De plus, ce type de lampe ne devient obligatoire qu en Outre ces dangers particuliers aux mines de charbon, il y a, au fond, des conditions de travail très pénibles. Le charbon est comme emprisonné dans une veine entre deux bancs de rocher. Ces veines ne sont pas très larges, il faut les entamer, puis les suivre en progressant souvent à genoux, parfois couché sur l épaule, en recevant sans cesse des morceaux sur la tête et le corps, aveuglé par la poussière qui colle aux yeux. Le charbon est remonté par le cuffat mais avant cela il faut l amener de l endroit 31

33 d extraction au cuffat par un traîneau qui peut provoquer des écrasements s il est mal manœuvré. EXEMPLE DE CATASTROPHE : L Agrappe Le puits de l Agrappe, situé sur le territoire de Frameries, détient au XIX ième siècle le record des accidents mortels au point qu on l a surnommé la Sinistre Fosse. On y compte 84 dégagements de grisou entre 1847 et 1908 avec deux véritables catastrophes en 1875 et La plus terrible est celle du 17 avril Un coup de grisou tue 121 personnes, hommes, femmes et enfants. Lorsque les secours s organisent, on remonte des morts en grand nombre mais aussi quelques survivants grièvement brûlés au visage et à l intérieur du corps. Quelques-uns auront pourtant de la chance : l explosion a eu lieu un jeudi matin. Or, le samedi soir, 5 survivants sont repérés à 350 m de profondeur à proximité du puits de descente. On parvient par-là à leur acheminer un peu de lait et du vin chaud au moyen d une lampe attachée à un fil de cuivre et le lendemain, ils sont ramenés au jour. L enquête de justice qui suit la catastrophe permet d établir les responsabilités : la colonne de gaz partie du fond est venue s enflammer en surface parce qu elle y a trouvé un foyer imprudemment allumé près du mécanicien Le tribunal n y voit pas de responsabilité de la part des exploitants ; c est le résultat d un hasard malheureux, voilà tout. Du coup, les familles des victimes ne peuvent réclamer le moindre dommage et à une époque où la sécurité sociale n existe pas, elles sont réduites à demander la charité. C est pour rassembler un peu d argent que l on imprime et vend des vues panoramiques de la catastrophe et des images souvenir. La réputation de la Sinistre Fosse restera encore longtemps. Montrant leurs enfants, les femmes des mineurs ont l habitude de dire : C est pour l Agrappe comme on dit : C est pour la prochaine catastrophe. Extrait du dossier pédagogique " le Grand-Hornu" de la Fondation Roi Baudouin. 32

34 Document 13 : le travail à la mine Texte 1 «Pour l ouvrier des mines, le jour c est la nuit, le ciel la voûte basse d une étroite et sombre prison, le soleil, la petite lampe de sécurité qu il porte et dont les rayons l éclairent et le conduisent au sein de l obscurité. [ ] Une fois qu il a touché le fond du gouffre, il se livre sans hésiter à un travail aussi pénible que dangereux. Tantôt couché sur le flanc, tantôt la tête en bas, quelquefois le corps à demi plongé dans l eau, il poursuit hardiment sa tâche et arrache d énormes blocs de houille des parois des galeries souterraines. L inondation, le feu grisou, la chute d une pierre, mille causes de mort le menacent sans cesse.» Hubimont, O. Essais d Histoire sur les industries principales de Morlanwelz-lez-Binche. Texte 2 «Dans un vacarme assourdissant fait par le marteau pic et le ventilateur à air comprimé, dans l obscurité qu un brouillard de poussière rend plus opaque encore, dans une chaleur de four, trois hommes travaillent, trois hommes ahanent. L un arrache le charbon qu un autre charge dans un chariot, le troisième façonne un bois à coups de hache. La lueur rougeoyante des lampes se reflète sur leurs corps presque nus ruisselant de sueur. Celui qui frappe la veine s arrête à tout moment et, à l aide d un mètre en fer, il prend des dimensions. - Regardez un peu si c est bien la hauteur et le niveau de la bille, dit-il à un autre. Et il présente son pic horizontalement. - Hausser au mur, crie celui qui façonnait le bois. - Faut encore frapper, alors. Viens me remplacer ; il fait malsain ici et je n en peux plus. - Minute, le temps de prendre une chique, j arrive! Et il s emplit la bouche de tabac Ainsi que chaque matin, ces hommes se sont retrouvés au travail, terriblement fatigués.» Malva, C.(1937). Borins. Mons : Editions des Cahiers de Rupture. Réédition : Rue des Usines n 2-3, mai

35 Document 14 : Schéma du charbonnage Coupe dans un charbonnage des années 60. Extrait de L'industrie charbonnière belge, dans l'industrie belge en gros plan, 12 (édité par FEB). 34

36 Document 15 : Descendre dans la mine Coupe dans une mine. Extrait de Eug. VAN BLEMEL, La Belgique illustrée, t.2, Bruxelles, 1882, p.37. Dessin en coupe du bâtiment de surface du Grand-Hornu montrant le mécanisme de la remontée. D'après une planche de l'atlas annexé au Mémoire sur le nouveau mode d'extraction appliqué aux mines du Grand-Hornu (Annales des Travaux publics en Belgique). 35

37 Document 16 : Chanson du mineur Extrait du dossier pédagogique " le Grand-Hornu" de la Fondation Roi Baudouin. 36

38 Document 17 : L'habitation du mineur Au début du XIX ième siècle, les maisons des mineurs borains sont encore fortement marquées par les activités agricoles. Ce sont en fait des maisons paysannes, des chaumières sur le sol desquelles on répand parfois un peu de paille. Elles sont bien souvent situées loin des charbonnages. Mais lorsque le développement industriel s accroît, lorsque le charbonnage concentre l essentiel des activités, on assiste au regroupement des ouvriers le plus près possible de leur lieu de travail. Les maisons, petites et basses, presque toutes semblables, s alignent à perte de vue dans des rues presque identiques qui se coupent à angle droit et forment des corons. Ces maisons sont sombres car la poussière de charbon salit les façades. Pour les égayer, il y a cependant les tuiles rouges du toit et les couleurs vives dont on a peint la porte et les volets. Et puis derrière la maison, il y a la tache verte du potager.dans la journée, ces rues sont bien calmes puisque la plupart de leurs habitants sont au travail. Dans la maison à un seul étage, chauffée au rez-de-chaussée par un poêle alimenté grâce au charbon de la société, vit toute la famille et souvent aussi un pensionnaire supplémentaire : le logeur. C est un ouvrier célibataire qui trouve ainsi la possibilité de se loger à bon compte et qui est une source de revenus supplémentaires pour la famille. Il est non seulement logé mais aussi nourri et blanchi. Le sol du rez-de-chaussée est, dans les cas favorables, couvert de grandes dalles. Sinon, c est de la terre battue. Il y a, dans la pièce où l on vit, un poêle rond qui sert à la fois pour le chauffage et pour la cuisson des aliments. On peut également trouver des meubles de bois blanc, peu nombreux et souvent abîmés par un long usage, au mur une ou deux images pieuses, un calendrier et parfois, un élément de luxe : l horloge coucou. L'hygiène nous paraîtrait bien rudimentaire: pas de salle de bain. Le mineur se décrasse dans une cuve de bois que sa femme remplit d'eau qu'elle doit préalablement chauffer. Les toilettes sont, au mieux, au fond du petit jardin ou bien elles sont communes aux habitants du coron. A l'étage, toute la famille s'entasse comme elle peut pour la nuit adultes et enfants dans la même chambre très souvent. Ils couchent non dans des lits mais sur des paillasses garnies de couvertures. On aère très peu les chambres de peur d'y faire entrer le froid alors qu'elles ne sont pas chauffées. Comme dans tout le reste de la maison, on s'éclaire à la chandelle et, plus tard dans le siècle, à l'aide d'une lampe à pétrole. Les maisons modestes sont généralement lavées à grande eau une fois par semaine, ce qui demande un effort particulier puisqu'il n'y a pas l'eau courante. La maison de la cité du Grand-Hornu constitue un luxe inaccessible pour l'immense majorité des mineurs borains. Elle est plus grande, plus aérée que l'habitation moyenne et surtout, elle permet aux membres de la famille d'éviter la promiscuité qui est l'habitude ailleurs. Extrait du dossier pédagogique " le Grand-Hornu" de la Fondation Roi Baudouin. 37

39 Document 18 : maquettes Reconstitution du rez-de-chaussée d une maison de mineur vers Dessin Valérie Gevers pour la Fondation Roi Baudouin. Appartement d aujourd hui (d'après "La maison - Son architecture et son rôle à travers les siècles", voir bibliographie) 38

40 Document 19 : Une habitation au Grand-Hornu Au Grand-Hornu, la superficie moyenne d une maison est de 55 m 2. Une famille se composant généralement de 6 personnes, on voit aisément que cela représente 9,16 m 2 par personne. Un petit jardin d un à deux ares est annexé à chaque habitation. L eau était fournie par des puits (un pour chaque maison) et les habitants pouvaient s approvisionner en eau chaude grâce à une machine à vapeur pour l épuisement des eaux de mines. Les commodités étaient situées dans le jardin ; pour l écoulement des eaux usées, il devait y avoir au mieux des fosses d aisance, au pire des puits perdus. Le chauffage se faisait par des poêles à charbon. L éclairage au gaz fut installé dans les rues dès 1850 mais n entra pas dans les habitations afin de mettre à l abri des nombreux accidents qui auraient pu être causés par la négligence. L éclairage électrique fut installé à l extérieur et dans les maisons à partir de Un fournil était aussi installé dans chaque maison pour permettre aux ouvriers de cuire leur pain. Plus tard, la société établit une boulangerie centrale qui entra en activité dès D après Fr. ROELANTS DU VIVIER, Les ateliers et la cité du Grand-Hornu de 1820 à 1850, U.C.L., Mémoire, Plan des maisons ouvrières au Grand-Hornu Grand-Hornu Images 39

41 Document 20 : Grand-Hornu les maisons de la cité 1 Après l acquisition des terrains nécessaires, le déploiement des artères de la cité fut mené rapidement, depuis les rues de Wasmes et Sainte-Louise, jusqu à celles de Sainte-Victoire et du Grand-Hornu. Il fut réalisé parallèlement à l édification des bâtiments principaux, si bien qu en dix ans, de 1822 à sa mort, De Gorge fit construire quelque 400 maisons. D autres à ce moment étaient encore en chantier, mais par la suite on n en construisit plus que quelques-unes. Vers 1840, il y avait quelque 435 habitations. Celles-ci furent louées aux employés, aux porions et aux travailleurs de la mine ou de l atelier des machines. En gros, le loyer des maisons les plus courantes oscillait autour de 1,60 francs, ce qui était un peu inférieur au salaire d une journée dans le cas des ouvriers. Donnant sur les rues rectilignes, munies de trottoirs et pavées, de 12 mètres de large, ces maisons ont en général 8 à 10 mètres de longueur de façade, 9,5 mètres de hauteur et 6 mètres de profondeur. Outre la salle de séjour, une cuisine et une chambre au rez-de-chaussée, elles offrent trois chambres à l étage, une cave voûtée et à l arrière, dans un petit jardin d un à deux ares, une petite remise, un puits et des commodités. Certaines d entre elles sont plus spacieuses ou différentes, brisant ainsi l uniformité excessive tout en répondant à la diversité relative des besoins : Place Verte notamment, puis à proximité du château, rue De Gorge ; au grand carrefour aux angles rabattus des rues des Arts, du Grand-Hornu et Sainte-Victoire ; ou encore rue du Grand-Hornu. Si à l origine, ces maisons furent couvertes de plates-formes bitumées, dès le milieu des années 1830, on remplaça les toits plats par des toits de tuiles en bâtière. Carte postale ancienne Collection Marcel Capouillez 1 Watelet, H.(1989). Le Grand-Hornu, Joyau de la Révolution industrielle et du Borinage. Grand-Hornu images. 40

42 Document 21 : La cité du Grand-Hornu 1 La cité du Grand-Hornu s organise dans un rectangle de 500 m sur 400. On remarque d abord la place principale ou «Place Verte», d où partent de larges rues bordées de maisons bâties en un alignement militaire. C est en 1819 que commença la construction des maisons. Dès 1825, 175 maisons étaient déjà habitées et, le 1 er septembre 1832, on compte 395 maisons en location, 27 en chantier et les travaux se poursuivent. Six à dix personnes qui accueillent souvent un logeur venu de loin, vivent dans ces maisons de six pièces comptant également une cave, une réserve à charbon et un jardinet. Un four et un puits sont aussi prévus pour chaque ensemble de dix logements. Pour retenir la main-d œuvre, pour mieux l exploiter et l avoir à disposition ou parce qu il a le cœur social, Henri de Gorge a fait installer des lavoirs et des bains. Il fait distribuer l eau chaude. Il fait créer une école de filles et une école de garçons tenues par des religieuses. Il y a des salles de réunion aussi, une bibliothèque gratuite, une fanfare et une compagnie de sapeurs-pompiers. En 1853 est aménagé un cimetière et, en 1858, un hôpital tenu par des sœurs de Saint-vincent. Dans cet ensemble, Henri De Gorge a également une maison, plus vaste que les autres, bien sûr, et décorée de pilastres. La cité du Grand-Hornu a certes subi les outrages du temps et des hommes, mais elle est toujours là, vivante, habitée. C est, sans doute, la première cité d habitations sociales aussi importante du monde entier. Carte postale ancienne Collection Marcel Capouillez 1 Pizzoferrato, L. (1987). L industrialisation au XIXe siècle : le Grand-Hornu. CES Saint-Luc. 41

43 Document 22 : Le budget des familles d'ouvriers à différentes époques Budget ouvrier en 1845 En % Nourriture 76,2 Loyer 8,9 Habillement 5,6 Chauffage, éclairage 7,0 Divers 2,3 Budget ouvrier en 1886 En % Nourriture 66,6 Loyer 7,6 Habillement 16,4 Chauffage, éclairage 4,5 Divers 4,9 Budget ouvrier en 1903 En % Nourriture 60,6 Loyer 11,3 Habillement 10,4 Chauffage, éclairage 10,0 Divers 6,7 Budget ouvrier en 1924 En % Nourriture 43,7 Loyer 9,4 Habillement 15,9 Chauffage, éclairage 6,8 Divers 24,2 Budget ouvrier en 1974 En % Nourriture 29,2 Loyer 13,4 Habillement 10,7 Chauffage, éclairage 5,3 Divers 41,4 Extrait de L industrialisation de la Belgique de 1750 à nos jours, exposition Muséobus du Ministère de la Communauté française, Budget ouvrier en 1995 En % Nourriture 17,5 Loyer 21,2 Habillement 6,1 Chauffage, éclairage 5,2 Divers 50,00 42

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN UTOPIA : MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Projet à destination des classes de cycle 3 des écoles élémentaires de Strasbourg Les objectifs : Permettre aux enfants de : Découvrir «activement» le Strasbourg

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Ça va barder! L univers des débardeurs du port de Montréal FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES

Ça va barder! L univers des débardeurs du port de Montréal FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES Ça va barder! BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA, E000760632 FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES Programme scolaire en Univers social pour les élèves du 3 e cycle du primaire SVPM

Plus en détail

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation Nom : foyer : Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation École secondaire Jean-Grou 0 1- La révolution industrielle Avant la révolution industrielle, les produits étaient fabriqués dans de

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

II- L'environnement matériel des séances d histoire

II- L'environnement matériel des séances d histoire Magali Chapelet-Guirriec - Pierrick Friquet Circonscription de Brest - Nord - Novembre 2012 Enseigner l'histoire en cycle 3 «Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

Etude du passé éloigné «Au temps des premiers chemins de fer» (séquence de découverte du monde)

Etude du passé éloigné «Au temps des premiers chemins de fer» (séquence de découverte du monde) Etude du passé éloigné «Au temps des premiers chemins de fer» (séquence de découverte du monde) 1. Place dans le programme de découverte du monde du cycle 2 : CE1 : Les élèves prennent conscience de l

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION COMPETENCES

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

Présentation de ce document :

Présentation de ce document : Préconisations et propositions Présentation de ce document : La mise en place du nouvel enseignement STI2D en spécialité présente plusieurs difficultés : - Un référentiel de formation modifié contenant

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

«Check-list» visite. Par Empruntis

«Check-list» visite. Par Empruntis «Check-list» visite Par Empruntis 1 A l arrivée INTITULE Observation de la rue (bruyant, calme, résidentiel, ) Stationnement facile dans la rue Présence d une place de parking (couvert ou non) Proximité

Plus en détail

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES.

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES ET DES ATELIERS DE GROUPES DÉCOUVREZ LE CATALOGUE DES VISITES ET ATELIERS DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. En

Plus en détail

Les sources d énergie. Comment utiliser une source d énergie naturelle pour concevoir des objets utiles à l homme.

Les sources d énergie. Comment utiliser une source d énergie naturelle pour concevoir des objets utiles à l homme. Les sources d énergie Comment utiliser une source d énergie naturelle pour concevoir des objets utiles à l homme. Un scénario déclencheur Ibla, 2067... Les énergies fossiles sont presque épuisées. Les

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Retenons: Colorie en fonction de la source d énergie utilisée :

Retenons: Colorie en fonction de la source d énergie utilisée : Objectifs : Recueil des conceptions et des connaissances initiales des élèves sur l énergie. Identifier différentes sources d énergie. Définir une énergie Comprendre leur nécessité pour chauffer, éclairer,

Plus en détail

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre.

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Contenu : Un mode d emploi Un panneau 50/70 cm Un rouleau de papier collant 30

Plus en détail

Le ciel et la Terre : lumière et ombres.

Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Fiche De Préparation Séance Discipline : SCIENCES / Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Niveau : Cycle 3 / CM1. Séance 1 Durée : 1h. Pour l enseignant : OBJECTIFS Prise de représentations sur la lumière

Plus en détail

De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen

De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen 2010 VILLE D ARGENTAN PROJET PEDAGOGIQUE L enfant est le centre d intérêt d un projet pédagogique qui tient compte de : - Sa vie quotidienne

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Guide pour la constitution du dossier de déclaration préalable de travaux nécessaire à l installation d un loft my Garden Loft

Guide pour la constitution du dossier de déclaration préalable de travaux nécessaire à l installation d un loft my Garden Loft 1 Guide pour la constitution du dossier de déclaration préalable de travaux nécessaire à l installation d un loft my Garden Loft Avant d engager toute démarche administrative, mieux vaut vous assurer que

Plus en détail

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Un communiqué de presse de Fribourg, le 26 août 2010 "Open Days Rénover selon MINERGIE " Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Bon nombre de propriétaires se contentent

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE Le MuséAl a ouvert ses portes au début du mois d Octobre 2013. Il permet d accueillir les élèves dans un cadre contemporain

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Retour sur les mesures de températures Quelques infos pour commencer Afin de mesurer les différents phénomènes liés à la consommation d énergie dans les logements un enregistreur USB de température est

Plus en détail

Le circuit de l eau domestique

Le circuit de l eau domestique 7 Le circuit de l eau domestique L approvisionnement en eau, autrefois et aujourd hui On pourra utiliser les ressources documentaires du CDI ou celles d internet 1. Réalisation de dossiers documentaires

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Logements. en Île-de-France

Logements. en Île-de-France Logements collectifs en Île-de-France FORMATION 2014 Un cycle de formation proposé par les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE

AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE Activités éducatives pour les élèves de 12 à 17 ans AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE NIVEAU : SECONDAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 12 À 17 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre par la pratique permet d accroître

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE :

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : 1. DANS LA PEAU D UN ARCHEOLOGUE Tu vas te glisser dans la peau d un archéologue pour

Plus en détail

Programme Bâtiments. Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat!

Programme Bâtiments. Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat! Programme Bâtiments Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat! Décidez-vous à entreprendre une rénovation! Nous vous soutenons dans cet effort. En vue d une contribution durable à une

Plus en détail

Voir mon village autrement : Reconnaître les anciennes cités ouvrières

Voir mon village autrement : Reconnaître les anciennes cités ouvrières Voir mon village autrement : Reconnaître les anciennes cités ouvrières 1. Description rapide, contexte, motivation : Ce travail a été mené dans une classe de CE1 CE2 à Chamouilley(52). Il s agit de faire

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

RÉNOVER JUDICIEUSEMENT SON HABITATION, GRÂCE AUX 8 PLAQUETTES RÉNOVATION GRATUITES DE L AQC

RÉNOVER JUDICIEUSEMENT SON HABITATION, GRÂCE AUX 8 PLAQUETTES RÉNOVATION GRATUITES DE L AQC Service de presse RÉNOVER JUDICIEUSEMENT SON HABITATION, GRÂCE AUX 8 PLAQUETTES RÉNOVATION GRATUITES DE L AQC Un jour ou l autre, tout particulier soucieux du devenir de son patrimoine, ou simplement désireux

Plus en détail

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE Annexe 1 Page 1 1. FINALITES DE L UNITE DE FORMATION 1.1. FINALITES GENERALES Dans le respect de l article 7 du décret de la Communauté française du 16 avril 1991 organisant l enseignement de promotion

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Voir en annexe 1 la liste de vocabulaire «milieux géographiques»

Voir en annexe 1 la liste de vocabulaire «milieux géographiques» à soi-même S éveiller à sa responsabilité de citoyen au monde Remarques : - on construit l espace en le vivant, en le représentant (maquette et plan), - les faits humains doivent être appréhendés simultanément

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement!!! Créé Par Ben De Bourse Ensemble http://www.bourseensemble.com! À Lire - Très Important Je sais que vous avez envie de vous plonger

Plus en détail

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire.

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Éduquer à l environnement urbain : le bruit, l air, l architecture, l énergie et la mobilité La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Dominique Gillet, Inspectrice de

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Les énergies. Les énergies et le socle commun Pilier 3 : principaux éléments de culture scientifique et technologique Connaissances.

Les énergies. Les énergies et le socle commun Pilier 3 : principaux éléments de culture scientifique et technologique Connaissances. Les énergies Les énergies et le socle commun Pilier 3 : principaux éléments de culture scientifique et technologique Connaissances Exemples simples de sources d énergie (fossile ou renouvelable) Besoins

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

TACTIQUE PRO Serious Game

TACTIQUE PRO Serious Game TACTIQUE PRO Serious Game Choisir et construire IFMV-VALDOCCO 102, rue Henri Barbusse 95100 Argenteuil 09.61.28.12.57 Responsable du projet : Christine MARY projet.valdocco@gmail.com Le Valdocco est une

Plus en détail

MÉTIER ET FORMATION MODULE 1

MÉTIER ET FORMATION MODULE 1 MÉTIER ET FORMATION MODULE 1 Les précisions A. Connaître la réalité du métier et des normes régissant celui-ci avec le souci de l éthique professionnelle. Milieu de travail : milieu de la construction

Plus en détail

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace Licence professionnelle Assistant à chef de projet en aménagement de l espace ATELIER DE SYNTHÈSE 2014-2015 La formation La licence professionnelle «assistant à chef de projet en aménagement de l espace»

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Construis Ta Ville Où se passe «CTV»? Qu est-ce que «CTV»?

Construis Ta Ville Où se passe «CTV»? Qu est-ce que «CTV»? Construis Ta Ville Où se passe «CTV»? Qu est-ce que «CTV»? Le collège Joliot-Curie est situé dans le quartier Croix Rouge à Reims. Il est en REP+ car c est un collège dans lequel les élèves ont besoin

Plus en détail

Projet pédagogique (Classe de découvertes dans les Pyrénées) (extrait projet sortie école Haut Mauco Mme Marsan)

Projet pédagogique (Classe de découvertes dans les Pyrénées) (extrait projet sortie école Haut Mauco Mme Marsan) Projet pédagogique (Classe de découvertes dans les Pyrénées) (extrait projet sortie école Haut Mauco Mme Marsan) Ce voyage est organisé pour les élèves de soit élèves, parents nous accompagneront. Le lieu

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège.

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège. FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 150 Février 2013 HISTOIRE RUBRIQUE l histoire de l école en France DOMAINES D ACTIVITÉS histoire, instruction civique et TUIC OBJECTIFS ET COMPÉTENCES * Objectifs * : en privilégiant

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015 Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables mars 2015 Préambule : Certains guides et fiches non imprimés sont disponibles uniquement en ligne. L ensemble des guides et fiches (imprimés

Plus en détail

OPEN STREET MAP Devenir contributeur

OPEN STREET MAP Devenir contributeur OPEN STREET MAP Devenir contributeur 1 / 14 SOMMAIRE 1 OPEN STREET MAP? 3 LES PROJETS AUTOUR D OSM 3 OSM ET L ASSISTANCE HUMANITAIRE 3 2 COMMENT PARTICIPER? 4 INSCRIPTION A OSM 4 MODIFIER LA CARTE DANS

Plus en détail

La prise en main d une équipe de HANDBALL

La prise en main d une équipe de HANDBALL La prise en main d une équipe de HANDBALL Quelles sont les différentes tâches de l entraineur de club? * L aspect administratif et ses outils * L aspect technique et sa pédagogie. Comment réussir une bonne

Plus en détail

Le XIX ème siècle : L Age industriel

Le XIX ème siècle : L Age industriel Le XIX ème siècle : L Age industriel L exemple de Béziers Au XVIIIème siècle, la ville de Béziers est encore fortifiée. C est une cité fermée par ses remparts. Ces remparts sont détruits en 1827. La ville

Plus en détail

Enseigner le développement durable

Enseigner le développement durable Les enjeux Enseigner le développement durable Catalogue de nos outils pédagogiques Édition : octobre 2014 DES RESSOURCES PÉDAGOGIQUES pour les enseignants, animateurs de centres de loisirs et associations.

Plus en détail

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique :

Les effets constatés. Pour l équipe pédagogique : Dans notre quatrième Newsletter nous vous présentons l évaluation intermédiaire réalisée par l évaluatrice externe du projet Mélanie Latiers de l organisation Orchis. Pour rappel en mai 2014 se sont déroulées

Plus en détail

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance AGEA 2010 Préparez votre dossier assurance Préambule Dans le cas d une création ou d une reprise d entreprise, plusieurs questions doivent être posées : Comment bien assurer mes biens professionnels? Que

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

I M M O B I L I E R I M M O S C O P E

I M M O B I L I E R I M M O S C O P E market.ch mars 2011 L ARCHITECTURE EN MODE 3D Marie-Albéric Martin Entre art et technologie, l architecture a passé un cap et aborde une approche plus moderne avec l utilisation de nouveaux outils comme

Plus en détail

Appel à projet 2003/2004 Réalisation d un carnet de voyage en ligne

Appel à projet 2003/2004 Réalisation d un carnet de voyage en ligne Appel à projet 2003/2004 Réalisation d un carnet de voyage en ligne Montant du projet : 6617 Montant du soutien du projet : 2300 MPT MJC HARTELOIRE 39 AVENUE CLEMENCEAU BP 18311 29283 BREST CEDEX TEL :

Plus en détail

II- ETUDE DE CAS 1) Habiter une ville de pays riche : Paris

II- ETUDE DE CAS 1) Habiter une ville de pays riche : Paris II- ETUDE DE CAS 1) Habiter une ville de pays riche : Paris Je situe Paris : continent, pays, richesse PARIS SITUER (continent/ pays/ type de société) TYPE DE VILLE HABITAT DECRIRE MOBILITES ACTIVITES

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN AUTRE REGARD Charleroi - Section de Dampremy Cette étude est réalisée dans le cadre du projet européen interreg IIIb «Septentrion, de la ville forte à la ville durable»

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2016

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2016 COMPRENDRE VOTRE OBLIGATION DE MISE EN PLACE DE LA GARANTIE FRAIS DE SANTE DANS 3 4 VOTRE ENTREPRISE 2 5 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2016 Votre salarié a l obligation de

Plus en détail

Remplacement / Agrandissement du Centre de formation d Aarberg

Remplacement / Agrandissement du Centre de formation d Aarberg Annexe relative à la prise de décisions : Assemblée générale de l Association professionnelle construction métallique Assemblée générale de l Association professionnelle technique agricole Le 6 novembre

Plus en détail

Quelle nature de local choisir sur la déclaration?

Quelle nature de local choisir sur la déclaration? Quelle nature de local choisir sur la déclaration? La nature du local est à choisir obligatoirement parmi l une des 4 rubriques présentes au sein du cadre 2 de la déclaration n 6650-H-Rev, à savoir : -

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Partie IV Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Forum santé et environnement 24/11 et 25/11 Pour chaque intervention, notez ce que vous avez retenu. Les addictions : Le don d organes

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Les outils de la classe

Les outils de la classe Les outils de la classe Outils collectifs, MS et GS FICHE DE SÉQUENCE Domaine disciplinaire : découvrir le monde des objets Niveaux dans le cycle : MS/GS Titre de la séquence : mes outils d écolier Période

Plus en détail

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) NAÏMA PAGE, PROFESSEURE D HISTOIRE-GEOGRAPHIE LYCEE SAINT-EXUPERY MARSEILLE 15 e 1. Objectifs généraux de la séance Niveau Classe de seconde

Plus en détail

Appel à projet Jeune Création Métiers d Art Exposition

Appel à projet Jeune Création Métiers d Art Exposition Les modalités : 17 grande rue 58310 Saint-Amand-en-Puisaye tél. : 06 62 63 27 76/03 86 39 63 72 mail. : galeriesaintam@gmail.com mail : contact@galerielartetlamatiere.com Appel à projet Jeune Création

Plus en détail

Objet : Projet départemental «Objectif Rando»

Objet : Projet départemental «Objectif Rando» Evreux, le 20 octobre 2011 L Inspecteur d Académie Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale de l Eure à Mesdames et Messieurs les Directeurs des écoles maternelles et élémentaires

Plus en détail