JUSTICE SOCIALE? Acquis de première : État-providence, prélèvements obligatoires, revenus de transfert.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JUSTICE SOCIALE? Acquis de première : État-providence, prélèvements obligatoires, revenus de transfert."

Transcription

1 On s'interrogera sur les fondements des politiques de lutte contre les inégalités en les reliant à la notion de justice sociale ; on rappellera à ce propos que toute conception de la justice doit répondre à la question : «L'égalité de quoi?». On distinguera égalité des droits, égalité des situations et égalité des chances. On analysera les principaux moyens par lesquels les pouvoirs publics peuvent contribuer à la justice sociale : fiscalité, redistribution et protection sociale, services collectifs, mesures de lutte contre les discriminations. On montrera que l'action des pouvoirs publics s'exerce sous contrainte et qu'elle fait l'objet de débats quant à son efficacité et aux risques de désincitation et d'effets pervers. Acquis de première : État-providence, prélèvements obligatoires, revenus de transfert. Notions à connaitre: Égalité, équité, discrimination, méritocratie, assurance/ assistance, services collectifs, fiscalité, prestations et cotisations sociales, redistribution, protection sociale. COMMENT LES POUVOIRS PUBLICS PEUVENT-ILS CONTRIBUER À LA JUSTICE SOCIALE? 1. LES FONDEMENTS DES POLITIQUES DE JUSTICE SOCIALE A. LES FONDEMENTS DE LA JUSTICE SOCIALE: «quelle égalité? Des droits, des situations, des chances? B. L EQUITÉ EST-ELLE UN MOYEN D ATTEINDRE L ÉGALITÉ? 2. PAR QUELS MOYENS LES POUVOIRS PUBLICS PEUVENT-ILS CONTRIBUER À LA JUSTICE SOCIALE A. RÉDUIRE LES INÉGALITÉS PAR la redistribution et la protection sociale. B. RÉDUIRE LES INÉGALITÉS PAR la fiscalité, et les services collectifs, C. RÉDUIRE LES INÉGALITÉS PAR La discrimination positive 2. LES DÉBATS AUTOUR DE L ACTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE LA JUSTICE SOCIALE A. LES RÉSULTATS DE CES POLITIQUES ET LES CONTRAINTES B. EST-IL NÉCESSAIRE DE RÉDUIRE LES INÉGALITÉS?

2 COURS EN VIDEOS Poser la question de la contribution des pouvoirs publics à la réalisation de la justice sociale, exige de définir le juste et l injuste et donc la justice sociale...or ces critères varient selon les écoles de pensées, mais aussi selon la place qu on occupe sur l échelle sociale...l idée même que des mesures de politique publique puissent rendre la société plus juste ne fait pas consensus. Elle est critiquée par des penseurs héritiers de Marx, qui considèrent que c est le fondement même de la société capitaliste qui est injuste. Elle est aussi critiquée par un penseur comme Hayek qui dénonce «le mirage de la justice sociale» VIDEO ALEXIS DE TOCQUEVILLE Qu entend-on par «justice sociale? Quels sont les moyens dont disposent les Etats pour promouvoir cette justice sociale? Sont-ils efficaces? Ne nuisent-ils pas à la compétitivité économique? L Etat doit-il même intervenir? Nous essaierons d abord de bien cerner cette notion de justice sociale, puis nous analyserons les moyens dont disposent les pouvoirs publics pour y contribuer et enfin nous nous interrogerons sur les avantages et les possibles limites. VIDEO JOHN RAWLS «théorie de la justice» VIDEO ETAT PROVIDENCE VIDEO POUVOIRS PUBLICS ET JUSTICE SOCIALE

3 1. LES FONDEMENTS DES POLITIQUES DE JUSTICE SOCIALE A. LES FONDEMENTS DE LA JUSTICE SOCIALE: «quelle égalité? Des droits, des situations, des chances? Dans le cadre des sociétés démocratiques, il est difficile pour des pouvoirs publics de prétendre contribuer à une société plus juste sans en même temps affirmer une égale considération pour tous les citoyens. Mais cette aspiration à l égalité peut revêtir des contenus différents. On peut, distinguer les différentes dimensions de l égalité : égalité des droits, égalité des situations ou égalité des chances. Ces différentes formes d égalité renvoient à des conceptions différentes de la justice sociale. MERITOCRATIE D i s p o s i t i f i n s t i t u t i o n n e l p a r l e q u e l o n s é l e c t i o n n e l e s meilleurs pour en faire une élite en se basant sur l égalité des chances. JUSTICE SOCIALE Ensemble de principes découlant d e s v a l e u r s o u d e s c h o i x collectifs d une société régissant la répartition JUSTE des droits et des devoirs. La justice sociale est donc une c o n s t r u c t i o n m o r a l e e t politique => en ce sens elle est le résultat d'une série de choix collectifs sur ce que doivent ê t r e l e s c l e f s d e r é p a r t i t i o n entre les membres d'une société => point de vue normatif. a. Egalité des droits (égalité formelle et juridique) On peut chercher d abord à assurer l égalité des droits, c est-à dire, l égalité devant la loi, qui est largement garantie dans les sociétés démocratiques même si des débats subsistent (extension des droits de l enfant, droits de vote pour les étrangers, mariage pour tous, à travail égal, salaire égal...etc.) Pour Tocqueville, l égalité des droits favorise un sentiment d égale considération et une égalisation des conditions (égalité sociale), c est à dire le droit d occuper une autre position que celle des parents. b. Egalité des chances: Dans une société où les positions sont inégales, on peut aussi souhaiter que la distribution de ces positions ne se fasse pas de façon arbitraire mais qu elle se fasse sur la seule base des mérites individuels. Dans cette perspective, l idéal d égalité des chances a toujours un lien avec l idéal méritocratique : les positions dominantes doivent être réservées à ceux qui les doivent à leur seul mérite individuel, à leurs talents et à leurs efforts et non pas à des privilèges. Ainsi, tout individu ayant la même probabilité d accéder à l ensemble des positions sociales, l inégalité des positions devient JUSTE.

4 c. Egalité de situation: L égalité des situations reste un objectif important des politiques publiques. Dans c e r t a i n s c a s, l e s p o l i t i q u e s v i s e n t à r é d u i r e l e s i n é g a l i t é s d e s i t u a t i o n (redistribution des revenus, politiques de développement des régions défavorisées, accès égal aux soins médicaux quel que soit le revenu ou le lieu de résidence...etc) =>Ceci n implique pas l égalité des situations: revenus, patrimoine, positions sociales...la justice sociale est la somme des principes regroupant ces différentes EGALITÉS. B. L EQUITÉ EST-ELLE UN MOYEN D ATTEINDRE L ÉGALITÉ? THÉORIE DE RAWLS JOHN RAWLS Philosophe américain, , rendu célèbre par sa «théorie of justice» écrite en L égalité est-elle toujours juste? Toutes les inégalités sont-elles injustes? Quelle différences y-a-t-il entre égalité et équité? a. Dans «une théorie de la justice», le philosophe américain Rawls développe en 1971, une théorie de la justice sociale comme «équité» et non pas comme «égalité». Pour lui, l inégalité de la répartition des richesses peut être compatible avec la justice sociale. (ex: il est juste que celui qui travaille plus, gagne plus...) Mais comment déterminer le degré d inégalité «juste»? Pour cela, il imagine un «voile d ignorance» qui consisterait à demander à une personne qui ignorerait quel serait son statut social dans une nouvelle société à venir, quel degré d inégalité elle accepterait. Comme elle ignore, si elle serait en haut ou en bas de l échelle sociale, elle doit tenir compte de ces 2 possibilités avant de répondre ( par ex quel écart elle accepterait entre le salarié le mieux payé d une entreprise et les salarié de base...).

5 b. L inégalité juste ou équité repose sur des principes: Principe d égale liberté vise à garantir des libertés et des droits égaux pour tous. " Chaque personne doit avoir un droit égal au système le plus étendu de libertés (liberté de base : droit de vote, liberté d'expression etc...) Principe d égalité des chances. Les positions sociales doivent être ouvertes à tous Principe de différence: Les inégalités socioéconomiques ne sont justifiées que si elles contribuent à améliorer le sort des membres les moins avantagés de la société. Pour Rawls une société juste est donc une société qui accorde à chaque individu les mêmes libertés et les mêmes droits d accéder aux différentes positions sociales et qui ensuite, distribue les autres biens valorisés de façon à maximiser la situation des plus défavorisés. Cette conception de la justice sociale permet de comprendre les politiques de discrimination positive qui consiste donc en un traitement différencié et inégalitaire (dérogatoire au droit commun) au profit de certains groupes sociaux afin de leur donner les mêmes chances d'accéder aux différentes positions sociales. 2. PAR QUELS MOYENS LES POUVOIRS PUBLICS PEUVENT-ILS CONTRIBUER À LA JUSTICE SOCIALE? Il existe des différences idéologiques sur les inégalités et la pauvreté. Par ex, les américains considèrent que la compétition sociale est équitable et que les pauvres le sont donc par leur faute: ils sont moins méritants ou moins travailleurs. L Etat doit donc intervenir le moins possible pour ne pas fausser la répartition des ressources. Les européens considèrent, eux, que la pauvreté est déterminée par les conditions de départ qui ne sont pas les mêmes pour tous. Il y a donc une injustice qu il faut réparer grâce à une intervention de l Etat. Le débat se situe au niveau des valeurs d une société puisqu une même inégalité peut être considérée comme injuste dans une société et tolérable dans une autre...la société ne luttera donc que contre les inégalités qu elle perçoit comme «injustes». Dans une même société les mesures proposées peuvent être très différentes: en matière de revenus, par exemple,en France: - les programmes de «gauche» tendent à relier la thématique de la justice sociale à un principe de partage des richesses et prônent la revalorisation des salaires, la taxation des revenus issus du capital ou des plus hauts revenus. - Les programmes situés à «droite» de l échiquier politique associent plutôt la justice sociale à un principe de récompense individuelle pour la valeur produite sous forme de redistribution au mérite (primes...) et de l allègement de la fiscalité sur les entreprises.

6 Protection sociale : ensemble des organismes et des mécanismes de solidarité permettant aux individus de faire face aux «risques sociaux» (chômage, maladie, vieillesse, Assistance : principe selon lequel certains individus considérés dans le besoin reçoivent une protection minimale sans contrepartie de leur part (financement par l impôt). Assurance : principe selon lequel un individu est couvert contre certains risques sociaux grâce à un mécanisme de prestations dès lors qu il participe au financement de la couverture par un mécanisme de cotisations. A. RÉDUIRE LES INÉGALITÉS PAR la protection sociale et la redistribution. La volonté d assurer une solidarité collective face aux aléas économiques et sociaux ( maladie, accident, chômage..) a poussé les Etats à mettre en place une protection sociale. Il s agit alors d un «Etat Providence», mais tous les Etats n ont pas assuré le même degré de protection sociale, ni la même logique: a. La logique d assistance: Le modèle beveridgien. (lord Beveridge) Mis en place en Grande Bretagne après le rapport de lord Beveridge sur le welfare state. Il s agit au départ (1942) d un système «universel» : Tous les citoyens sont couverts s ils en ont besoin quelle que soit leur situation professionnelle (c'est le principe d'universalité)...mais ces prestations sont minimales...c est l impôt qui soutient le système. Ce modèle a été amélioré par les états socio-démocrates scandinaves. Le niveau de prestation est élevé et garanti à tous les citoyens. Ce système repose sur la volonté d'assurer la plus grande égalité possible entre tous les citoyens. b. La logique de l'assurance : modèle bismarkien; (du nom du Chancelier Bismarck, qui mit en place le système d'assurances sociales en Allemagne à la fin du XIX siècle). Chaque actif cotise proportionnellement à son revenu et il reçoit des prestations proportionnelles à ses cotisations. Ici, il n'y a donc pas a priori de volonté de réduire les inégalités mais seulement d assurer un bien-être. Le versement des prestations est "sous condition de cotisation", c'est-à -dire qu'il faut avoir cotisé pour en bénéficier. c. En France, le système mis en place combine les deux logiques, assurance et assistance logique d'assistance: ( ETAT= redistribution verticale) depuis peu, grâce à la C.M.U. (Couverture Maladie Universelle), des personnes qui ne cotisent pas peuvent bénéficier d'une couverture sociale en cas de maladie. Le RSA ou Revenu de Solidarité Active a remplacé le RMI. Il se divise en 2 dispositifs: le RSA «socle» versé aux personnes sans emploi et sans ressources; et le RSA «chapeau» qui s ajoute

7 au précédent pour les personnes ayant trouvé un emploi faiblement payé. Il s agit de rendre le travail plus attractif que les minima sociaux. Les bourses scolaires font partie de ce dispositif d assistance. VIDEO Etat Providence la logique de l'assurance: ( SÉCURITÉ SOCIALE= redistribution horizontale)c'est le travail qui est à la source de la protection sociale: La protection sociale est liée aux cotisations sociales versées : pour bénéficier de prestations, il faut avoir cotisé, c'està -dire avoir travaillé. On cotise pour chacun des risques: vieillesse, maladie, maternité-famille, chômage, accidents du travail. C est le système de «Sécurité Sociale» qui gère ces prestations. Les assurés sociaux peuvent compléter leur protection personnelle en souscrivant des assurances privées ou en adhérant à des mutuelles. B. RÉDUIRE LES INÉGALITÉS PAR la fiscalité, et les services collectifs, Fiscalité : ensemble des impôts et des taxes perçus par une collectivité publique. a. La fiscalité sur le revenu est progressive pour diminuer les inégalités La fiscalité sur les revenus est proportionnelle dans certains pays, c est à dire que les contribuables paient tous un certain % de leur revenu en impôts. En France, elle est progressive. Plus le revenu est élevé, plus la «tranche d impôt» est importante. Le résultat apparait dans le graphique ci-contre: - les 5% les + riches (en bleu) ont 24% des revenus et paient 64% des impôts. - Les 50% les moins riches (orange) ont 20% des revenus et ne paient pas d impôts.

8 Services collectifs : activités d intérêt général considérées comme indispensables à la cohésion sociale dont les pouvoirs publics assurent la mise en œuvre. Ils peuvent être assurés par une administration publique, une entreprise publique (services publics) ou encore par une entreprise privée (ex. concession de la distribution d eau). b. Les services publics permettent de diminuer les inégalités Ils sont financés par impôts ou les taxes locales, et visent à réduire les inégalités de situation.les ménages qui ont des revenus primaires faibles contribuent peu ou pas au financement de ces services financés par l impôt, mais ils en bénéficient dans des proportions aussi importantes que les ménages qui paient des impôts.ils sont financés par impôts. Ces services publics visent à réduire les inégalités de situation. C est le cas de l éducation, des équipements publics gratuits (ex squares, aires de jeux, médiathèques, piscine...) des postes, commissariats... Les inégalités diminuent puisque l indice interdécile passe de 6,86 avant l action de l Etat à 2,59 après prélèvements, redistribution et services publics. Ces derniers à eux seuls représentent 69% de la réduction des inégalités! Ils ont donc un effet redistributif massif

9 C. RÉDUIRE LES INÉGALITÉS PAR La discrimination positive Discrimination : différence de traitement en raison d un critère prohibé par la loi, comme l âge, le sexe, l origine ethnique ou sociale, la préférence sexuelle, le handicap ou encore l apparence physique. a. Parité hommes/ femmes Loi sur la parité des salaires, sur la p a r i t é e n p o l i t i q u e... I l r e s t e e n c o r e beaucoup de travail!.. b. D i s c r i m i n a t i o n p o s i t i v e d a n s l enseignement: Ex de Sciences-po (voir video ci-contre e t l e g r a p h i q u e ) + l e s Z E P ( z o n e d éducation prioritaire) VIDEO ZEP ET SCIENCES PO G r â c e à l a c o n v e n t i o n é d u c a t i o n p r i o r i t a i r e, l e r e c r u t e m e n t a é t é légèrement modifié: les étudiants issus d e s c a t é g o r i e s ; o u v r i e r s, e m p l o y é s, a g r i c u l t e u r s s o n t p a s s é s d e 5 % d e s étudiants à 13%... Les enfants de cadres supérieurs représentent encore 50% des étudiants... D e p l u s p o u r c e r t a i n s c e t t e discrimination positive peut sembler être une stigmatisation. Quant aux ZEP, elles regroupent trop d élèves ayant des difficultés scolaires graves. Regrouper les problèmes en un seul lieu n est peut être pas le moyen le + simple de les résoudre...

10 3. LES DÉBATS AUTOUR DE L ACTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE LA JUSTICE SOCIALE A. LES RÉSULTATS DE CES POLITIQUES ET LES CONTRAINTES a. La crise de l Etat Providence (de la protection sociale) L évolution de l économie et les transformations sociales remettent en cause le fonctionnement de l Etat Providence alors que le chômage, la précarisation du travail et l exclusion nécessiteraient une solidarité collective accrue; Toutefois on se demande aujourd'hui jusqu'où doit aller le rôle de l'etat, et où commence la responsabilité individuelle? En fait l Etat providence subit 3 crises: Une crise financière: le trou de la sécu» VIDEO: crise de l E.P. pas assez de cotisations (donc de recettes) à cause du chômage, de la précarité du travail, du faible taux d activité (difficulté d emploi des seniors), de la faiblesse de l augmentation des salaires, des baisses répétées des charges sociales pour les entreprises... plus de dépenses: - vieillissement de la population et allongement de l espérance de vie => poids des retraites mais aussi des dépenses de santé; - progrès technique => renchérissement des dépenses de santé - montée du chômage => + allocations - des dépenses mal régulées: ex: puisque les médicaments sont remboursés pourquoi se limiter? Certains patients poussent même les médecins à allonger la liste des médicaments prescrits.. des solutions difficile à mettre en oeuvre: il faudrait faire payer + de cotisations aux actifs ou réduire les allocations ou encore augmenter les impôts...

11 Une crise d efficacité: faible réduction des inégalités alors que c était l un des buts de la protection sociale. - le système de sécurité sociale français repose sur le travail... qui est actuellement en crise..il a fallu la création du RSA et de la CMU pour faire face à ce problème. Est-il possible de faire reposer les cotisations sur une assiette plus large que le seul travail? la CSG (cotisation sur toutes les formes de revenus) en est la préfiguration. Une crise de légitimité:...disent les libéraux - Développement de l assistanat et de la dé- responsabilisation des individus qui attendent tout de l Etat. - démotivation désincitation au travail (trappes à inactivité) si le revenu minimum et +ou- égal au SMIC => la création du RSA - augmentation de l individualisme: pourquoi se soucier des autres puisque l Etat s en charge... pourquoi payer pour les autres si on risque peu la maladie, le chômage... - Baisse de la compétitivité de l économie: ce qui est dépensé pour la protection sociale ne l est pas pour soutenir la croissance économique; de plus le charges sociales pénalisent les entreprises d a n s l a mondialisation où de nombreux pays n ont pas ou peu de charges sociales à payer... - Pour les libéraux la privatisation de la protection sociale par des assurances privées serait plus efficace car elle se ferait par les mécanismes du marché entre sociétés d assurance mises en concurrence. On assiste donc à une remise en cause assez radicale de la solidarité collective. Que peut-on en penser? Il y a incontestablement des dérives de l'etat providence, des profiteurs, mais les résultats obtenus dans les pays en pointe pour le recul de la protection sociale publique, comme la Grande-Bretagne, laissent sceptiques. Dans ces pays, en effet, des coupes claires ont été opérées dans les budgets sociaux. Dans le même temps, les inégalités et le nombre des gens sans protection sociale s'est fortement accru, ce qui se traduit par des conditions de vie plus précaires. L augmentation de la pauvreté, de la précarité et des inégalités est-elle acceptable dans les pays riches? Faut-il réduire les dépenses de protection sociale pour arriver au 3% de déficit public souhaité par l UE?

12 b. La crise des services publics. Face à la volonté de l Etat de limiter ses dépenses, certains proposent la libéralisation (privatisation) des services publics soutenus par l Union Européenne qui croit aux vertus de la concurrence. Or nous avons vu leur rôle primordial dans la réduction des inégalités.. c. L effet désincitatif de l augmentation des prélèvements obligatoires? L exil fiscal des riches en Belgique, en Suisse ou ailleurs fait la une des journaux. L économiste américain LAFFER l avait prédit lorsqu il proposa sa célèbre courbe (qui en fait ne reposait sur aucune statistique...) Cette courbe est censé démontrer que lorsque le taux d imposition augmente, les rentrées fiscales (recettes) diminuent. Les contribuables considèrent que les taux sont dissuasifs. Ils vont moins travailler, chercher à frauder ou partir...en français on dit: «trop d impôt tue l impôt»! Mais on n a jamais pu déterminer avec exactitude à quel niveau de taux apparaissait la «dissuasion»... Aux Etats Unis comme en Grande Bretagne le taux maximum d imposition a dépassé par moment les 80%! (voir ci-dessous) Le taux d imposition aux USA est passé de 70% en 1980 à 35% actuellement...et le déficit public est abyssal... De même pour la Grande Bretagne dont le taux maximum est passé de 98% en 1980 à 40%, sans réduire le déficit.. En fait le problème de l exil fiscal des grandes fortunes reste marginal. Le problème se situe plutôt au niveau des classes moyennes, dont l effectif est beaucoup plus important, et qui risque de ne plus supporter le poids de la fiscalité.

13 B. EST-IL NÉCESSAIRE DE RÉDUIRE LES INÉGALITÉS? a. Pour les ultra libéraux comme HAYECK, prix Nobel en 1974, «la justice sociale est un mirage» Pour lui, le marché permet une «allocation optimale des ressources». Chacun reçoit une rétribution en fonction de sa participation à l économie. Les inégalités sont justifiées par le talent et le travail. Les + productifs sont récompensés. Les riches sont ceux qui épargnent donc qui permettent aux entreprises d investir. Leur faire payer + d impôts pour aider les pauvres, ferait baisser l épargne, donc le financement de l investissement, donc la compétitivité du pays. Les inégalités agissent comme un aiguillon, poussant les actifs à faire + d études, à mieux se former pour gagner +, elles sont une incitation à la performance, alors que l intervention de l Etat crée une «désincitation au travail» et une population d assistés. b. Pour d autres économistes, la justice sociale est un moteur économique et social. La période de forte croissance des 30 glorieuses a coïncidé avec une importante réduction des inégalités. Ce n est donc pas incompatible. De trop faibles revenus freinent la progression de la demande, donc de la production, donc de la croissance. Les inégalités scolaires qui en découlent compromettent le niveau général des actifs et donc la compétitivité du pays. Un faible niveau de protection de la santé peut amoindrir la productivité des individus` De trop fortes inégalités de revenus peuvent provoquer des frustrations et des conflits sociaux qui désorganisent la production. La faiblesse de la solidarité collective peut fragiliser la société: émeutes, incivilités, délinquance... CONCLUSION Elle nous est donnée par ROBERT CASTEL, sociologue français mort le 12 mars 2013: L insécurité sociale explique-t-il, a été la condition courante de ce que l'on appelait autrefois le peuple. " Vivre au jour la journée ", déployer des efforts permanents pour arriver à " joindre les deux bouts ", s'épuiser à essayer de " gagner son pain " Tels ont été pendant des siècles les problèmes quotidiens de ceux qui n'avaient que le fruit de leur travail pour vivre ou pour survivre. L'insécurité sociale, c'est cette impossibilité de sécuriser l'avenir, parce que la maîtrise de cet avenir dépend de conditions qui vous échappent. La sécurité sociale généralisée avait fait disparaitre ces problèmes...mais l'insécurité sociale revient. Ce retour est la conséquence d'une précarisation du travail et du chômage de longue durée dû à la crise, de la volonté de réduire rapidement les déficits publics ou de concentrer les efforts sur la compétitivité nationale au coeur de la mondialisation.» Doit-on accepter le retour de cette insécurité sociale? Ou doit-on insister pour que, dans des pays riches, comme ceux de l UE, l Etat continue à jouer un rôle «protecteur»?

14 VIDEO INTERVIEW DE ROBERT CASTER Mort le 12 mars 2013 VIDEO Intéressante et sous titrée

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales. Terminale ES Enseignement spécifique Champ scientifique (Regards croisés) Thème n 1 : Justice sociale et inégalités

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

Chapitre 13 Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale?

Chapitre 13 Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 janvier 2015 à 22:39 Chapitre 13 Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale? Introduction Depuis la Révolution de 1789 et l adoption

Plus en détail

Salaire et protection sociale. Les éléments principaux

Salaire et protection sociale. Les éléments principaux Les éléments principaux 1 En France, la LOI fixe le montant du salaire minimal que tout employeur doit verser au salarié pour chaque heure de travail réalisée. 2 Ce salaire s appelle le (Salaire Minimum

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Sondage Viavoice pour le CISS - Octobre 2010 MIEUX COMPRENDRE L OPINION POUR AGIR INSTITUT VIAVOICE Contacts : Arnaud ZEGIERMAN Aurélie

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Stratification sociale et inégalités. Travail et emploi

Stratification sociale et inégalités. Travail et emploi 2002 Pondichery avril 2002 Liban Juin 2002 Antilles Juin 2002 Am. Nord Juin 2002 Polynésie Juin avantages du passage à l'euro, 2002 Métropole Juin croissance permet-elle de réduire les? (D., nat., juin

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI De quoi parle-t-on? La protection sociale est l'ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent de faire face financièrement aux aléas de la vie.

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

La réduction des inégalités. Impot : participation financière obligatoire aux dépenses de l Etat, d une région, d un département ou d une commune.

La réduction des inégalités. Impot : participation financière obligatoire aux dépenses de l Etat, d une région, d un département ou d une commune. La réduction des inégalités I Comment réduire les inégalités par l impôt? Impot : participation financière obligatoire aux dépenses de l Etat, d une région, d un département ou d une commune. A) Comment

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

L évolution de la sécurité sociale et ses principaux facteurs

L évolution de la sécurité sociale et ses principaux facteurs Séminaire sur la liberté de circulation - CIRE 11 et 12 décembre 2014 L évolution de la sécurité sociale et ses principaux facteurs Atelier 2 du 11 décembre : Migration, sécurité sociale et finances publiques

Plus en détail

Notre système légal de pensions est confronté

Notre système légal de pensions est confronté [PENSIONS] Pensions: QUELLES SOLUTIONS? Le système légal de nos pensions pose assurément problème... Est-il encore viable à long terme? Quel constat tire-t-on actuellement? Quelles sont les solutions envisageables?

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

La couverture sociale universelle au Costa Rica

La couverture sociale universelle au Costa Rica La couverture sociale universelle au Costa Rica A retenir : Une couverture sociale qui offre les mêmes prestations à toute la population sans condition de revenus Des cotisations établies en fonction de

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE RESOLUTION N 3

NOTE TECHNIQUE RESOLUTION N 3 NOTE TECHNIQUE RESOLUTION N 3 Suite à l examen des amendements par les Conseils nationaux d octobre et de novembre, 8 sujets de débats ont été dégagés sur la résolution n 3 1 er débat (paragraphe 1.16)

Plus en détail

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants

100 de plus par mois pour 55 000 étudiants Le gouvernement investit pour la réussite de tous les étudiants avec 318 millions supplémentaires entre 2013 et 2014. Revalorisation des bourses des 30 000 étudiants aux revenus les plus faibles Jeunes

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

«Situation de bien-être» en Belgique

«Situation de bien-être» en Belgique «Situation de bien-être» en Belgique David Natali Observatoire social européen (OSE) Conférence de clôture de L Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations 27 novembre

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Franck von Lennep Directeur de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques 17/09/2014 1 Un

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne Le financement de la Sécurité Sociale Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, CRESS PACA Date & Lieu : 20 avril 2011, Marseille Nombre de participant-e-s

Plus en détail

Une vision très pessimiste de la Commission.

Une vision très pessimiste de la Commission. Note de synthèse sur le livre blanc de la Commission européenne relatif à la stratégie européenne en matière de retraite (Février 2012) 1 La commission européenne vient de publier son livre blanc sur les

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Les grandes lignes du régime fiscal suisse

Les grandes lignes du régime fiscal suisse IREF : Le régime fiscal suisse 1 Les grandes lignes du régime fiscal suisse Par Andrea CUOMO Université de Genève. Introduction Avant toute chose, il convient au préalable de rappeler que la Suisse - la

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Allemagne. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Allemagne Merci de citer ce

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise ALBI - 10 janvier 2014 Fabrice Henry Petit état des lieux au travers de la loi de financement de la Sécurité Sociale La loi

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002)

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) V. Halley des Fontaines Psychomotricité oct 2006 Plus un pays est riche, plus il dépense pour la santé de la population

Plus en détail

Cotisation sociale : outil de solidarité

Cotisation sociale : outil de solidarité Cotisation sociale : outil de solidarité Cotisation sociale : outil de solidarité? Cotisation sociale : outil de solidarité? Ou Cotisation patronale: un modèle pour sortir du capitalisme grâce au salaire

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Quel financement de la protection sociale pour un développement de qualité?

Quel financement de la protection sociale pour un développement de qualité? Quel financement de la protection sociale pour un développement de qualité? Jean-Marie Harribey 2008 http://harribey.u-bordeaux4.fr Ce diaporama complète celui qui est à : http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/retraites/diapo-retraites.pdf

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE?

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? Analyse du sujet Type de sujet Dissertation Question de synthèse Contexte historique Contexte géographique Consigne Cœur

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat Epargne Handicap Base juridique Art.199 septies I 2 du code général des impôts

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales L ÉVALUATION DES POLITIQUES SOCIALES EN FRANCE Une évaluation des politiques sociales incontournable 2 1990 : Evaluation inscrite au cœur des administrations

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Protection sociale des salariés et non salariés. www.creassur.org

Protection sociale des salariés et non salariés. www.creassur.org Protection sociale des salariés et non salariés www.creassur.org La Retraite dans l Entreprise Robert Jeanneret Responsable Prévoyance Gras Savoye S.A. L environnement de la retraite Constat L évolution

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES THEME 1 LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES 1.3 : Comment répartir les revenus et les richesses? L'économie est définie comme la «science qui étudie le comportement humain dans la relation

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50 Calcul de l impôt Le décumul des revenus des conjoints est total mais l imposition est établie au nom des deux conjoints. La loi assimile les cohabitants légaux aux conjoints. Les cohabitants de fait font

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique?

Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique? Séminaire International Justice sociale et lutte contre l exclusion dans un contexte de transition démocratique Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique?

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail