Quels outils de développement économique pour le territoire du Libournais?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quels outils de développement économique pour le territoire du Libournais?"

Transcription

1 Quels outils de développement économique pour le territoire du Libournais? 1er semestre 2012 Rédacteur : Virginie Puech : Consultante du Libournais

2 Sommaire PREAMBULE... 3 TOUR D HORIZON SUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE TERRITORIAL... 4 L ACTION ECONOMIQUE DES AGGLOMERATIONS FRANÇAISES... 4 L ACTION DES AGENCES DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DES COMITES D EXPANSION AU NIVEAU LOCAL UN EXEMPLE : LE COMITE D EXPANSION DU VAL DE GARONNE HABITANTS LES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DU LIBOURNAIS LA CALI ( COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU LIBOURNAIS ) LA CCI DE LIBOURNE LE PAYS DU LIBOURNAIS LES ENTREPRISES LES PROBLEMATIQUES DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DU LIBOURNAIS DES PISTES A EXPLORER UNE ETUDE PREALABLE? CONCLUSION QUI SOMMES-NOUS? NOUS CONTACTER ANNEXES ORGANIGRAMME, BUDGETS ET CONVENTION DE VAL DE GARONNE EXPANSION Les Fleurs du Silence page 2 / 29

3 Préambule A l heure ou la crise économique touche l Europe, la compétition se fait sentir entre les territoires qui cherchent, en fonction de leurs ressources et leurs particularités, à maintenir et à attirer les acteurs du monde de l entreprise. La nouvelle communauté d agglomération du Libournais, la CALI, peut offrir au territoire libournais, de nouveaux outils et une nouvelle organisation collective du développement économique, en complémentarité et en collaboration avec les autres acteurs, que sont la CCI de Libourne et le Pays du Libournais. Cette présentation s attache à étudier les modes d actions et les moyens des agglomérations, et des agences de développement économique en France. En effet, tout en consolidant leurs stratégies en matière de foncier et d immobilier d entreprises, les agglomérations investissent d autres secteurs clés du développement économique local, comme l animation de réseaux ou la création d entreprises. De plus, cette étude fait le tour des positionnements des principaux acteurs publics locaux du Libournais quant au développement économique et du rôle stratégique qu ils souhaitent jouer. L objectif de cette présentation est de faire un premier état des lieux et d être une amorce à des réflexions et des diagnostics plus poussés. Les Fleurs du Silence page 3 / 29

4 Tour d horizon sur le développement économique territorial L action économique des agglomérations françaises Les agglomérations ne réduisent pas leur compétence en matière de développement économique à une offre immobilière d entreprises. Elles étoffent au fur et à mesure leurs interventions. Le développement économique est souvent une compétence centrale des communautés, pour autant, il existe des caractéristiques spécifiques, liées notamment à la taille des communautés. L état des lieux réalisé en 2005 par l Observatoire de l intercommunalité de l ADCF - Assemblée des communautés de France nous permet d en cerner quelques éléments principaux. Les moyens dédiés à l action économique Les moyens humains La taille des services de développement économique est très variable : de 1 à 50 agents pour une moyenne approchant 8 agents par communauté. Les jeunes communautés (moins de 2 ans d existence) axent leurs premières interventions sur de l étude, du diagnostic et de la prise de contact avec les autres opérateurs du développement économique. Les services économiques de ces agglomérations sont certainement amenés à prendre de l ampleur dans les prochaines années. De manière générale, on trouve les plus faibles effectifs au sein des communautés les moins peuplées. Toutefois la corrélation entre la taille des services et la taille démographique n est pas automatique. Cela s explique parfois par le fait que ces agglomérations ont externalisé une partie significative de leur action économique à des agences de développement Les moyens financiers consacrés à l action économique Si les montants des budgets consacrés au fonctionnement peuvent être mis en relation avec la taille des services (salaires, fournitures), l analyse des budgets consacrés à l investissement recoupe en revanche des situations diverses : Les Fleurs du Silence page 4 / 29

5 Les budgets consacrés à l investissement doivent être observés sur le moyen terme (une période de 3 ans pour cette enquête). En effet d une année à l autre, le niveau d investissement peut varier sensiblement. Un exemple : la communauté d agglomération de Nice Côte d Azur (CANCA) déclare avoir consacré en 2005 pour les acquisitions et les aménagements fonciers, les réalisations d'équipements, les hôtels d'entreprises et ateliers relais. En revanche 7,34 millions d'euros y seront consacrés au sein du budget prévisionnel de Un autre biais est celui de l imputabilité des dépenses d investissement : dans certains cas des dépenses d aménagement pour une ZAC à vocation économique seront imputées sur le budget du développement économique, dans d autres cas sur le budget de l aménagement de l espace. Le graphique ci-dessus montre le lien entre le niveau d investissement des agglomérations et leur taille démographique. Logiquement, les plus petites consacrent des budgets plus modérés en matière de foncier et d immobilier d entreprises. Mentionnons également les Les Fleurs du Silence page 5 / 29

6 variables du statut (certaines communautés urbaines consacrent des sommes spécifiquement importantes au vue de leur taille) et de l ancienneté de l EPCI, qui influe sur la montée en puissance de l action économique. En 2004, les dépenses totales pour l action économique atteignaient ainsi 958 millions d euros (soit 19,84 /hab). Bien entendu, les 176 agglomérations sont largement contributrices à cet effort soutenu. Notons la place prépondérante des dépenses d équipement (aménagement de zones, aménagements fonciers et hydrauliques, infrastructures de production d énergie, équipements touristiques) en matière d investissement : 36% du total des dépenses des communautés pour l action économique. Les actions économiques relevant de l intérêt communautaire Ces résultats illustrent la diversité de l action économique locale. Ainsi, le développement économique local est aujourd hui bien loin de se résumer aux seuls aménagements de zones d activités ou au développement d une offre immobilière. Les chiffres parlent d eux-mêmes : le portage de l immobilier d entreprises n arrive qu en 6e position des secteurs d intervention relevant de la compétence développement économique, loin derrière la promotion économique du territoire et derrière l accompagnement des actions collectives de filières. Aujourd hui, les agglomérations orientent donc davantage leur action vers le marketing territorial, l animation économique du territoire et l appui au développement des activités existantes. Les Fleurs du Silence page 6 / 29

7 Outils et modes d action des agglomérations concourant au développement économique Les agences de développement économique : profil et missions Les agences de développement connaissent un développement récent mais régulier à l échelle intercommunale. Le recours à cet outil n est donc plus seulement réservé aux grandes agglomérations. - 43% des agglomérations dotées d une agence contribuent au financement de celle-ci à plus de 50% (taux de réponse : 82%) - Leur pilotage est davantage exercé par des élus communautaires que par des représentants du monde économique. - Des périmètres d intervention à géographie variable : sur les 28 agences recensées par l enquête, 15 intervenaient sur le périmètre de l EPCI, 13 sur un périmètre élargi (bassin d emploi, pays, aire urbaine). - Des domaines d intervention axés sur l animation économique du territoire (fourniture de services, mise en réseau, veille) et sur la prospection/marketing Les modes d action des agglomérations en faveur du développement économique En élargissant le champ de la compétence économique, les agglomérations ont diversifié leur mode d action. Elles remplissent désormais un rôle important d animation, sollicitant de multiples acteurs et outils du développement économique local. Les Fleurs du Silence page 7 / 29

8 Actions en faveur de l animation économique du territoire - Près de 2/3 des agglomérations organisent des événements réguliers sur le développement économique de leur territoire. Les forums, rencontres et grands événements contribuent au décloisonnement entre les différents opérateurs de l action économique (Chambres de Commerce et d Industrie, notamment) mais aussi à l animation économique du territoire. - Plus de 50% des agglomérations ont un support de communication destiné aux acteurs économiques. Les formats de ces supports sont divers : plaquettes et lettres d information économique à destination des entreprises et du monde économique, sites Internet dédiés, banques de données sur les entreprises et même observatoires économiques consultables sur Internet. Domaines d actions partagés entre agences et communautés et domaines d actions exclusifs Lorsque l agglomération s est dotée d une agence de développement, trois modes d action sont possibles : 1 L agglomération conserve l exclusivité du domaine d action 2 L agglomération agit conjointement avec l agence 3 L agglomération délègue entièrement le domaine d action à l agence Les choix effectués dépendent naturellement des domaines d action comme l illustrent les deux graphiques suivants. Les Fleurs du Silence page 8 / 29

9 L action foncière ou le portage de l immobilier d entreprises ne sont quasiment jamais externalisés aux agences de développement, puisqu ils nécessitent des moyens d intervention et une maîtrise d ouvrage publique qui ne peuvent être confiés à des structures associatives. Ces secteurs d intervention demeurent par conséquent le «coeur de métier» des services économiques des agglomérations ou d outils dédiés (SEM, Etablissements publics). De même, l emploi, la formation, l insertion et l aide au recrutement restent, globalement, un domaine réservé des services internes des communautés. En revanche, les politiques d attractivité, de services aux entreprises, et surtout d aide à la création sont davantage déléguées aux agences de développement. Coopération économique Les projets de coopération économique peuvent contribuer à la mise en oeuvre d une gouvernance élargie. Ces coopérations peuvent être menées à l échelle du bassin d emploi ou du pays, voire d une aire métropolitaine, pour les agglomérations les plus importantes. Les Fleurs du Silence page 9 / 29

10 L action des agences de développement économique et des comités d expansion au niveau local Assez généralement, les collectivités territoriales travaillent avec l appui de structures associatives, placées sous leurs tutelles, les agences de développement économique ( ou les comités d expansion ). Une centaine sont présentes sur le territoire national. Nous reprenons ici les résultats d une enquête réalisée par le CNER (conseil national des économies régionales - fédération des comités d'expansion et des agences de développement économique ) au 1er semestre De cette enquête, nous n avons gardé que les données relevant du niveau local, c est-à-dire avec une population moyenne de habitants. 23 organismes au niveau local ont répondu à l étude. Parmi eux, 11 agences de développement ( ou comités d expansion ) satisfont une population de à habitants, ce qui constitue un échantillon significatif en comparaison de la population libournaise. Structure Répartition par type d Agence ou de Comité des membres du Conseil d Administration au niveau local (en pourcentage du nombre de membres au Conseil d administration) en 2007 Communautés d agglomération et/ou communes 30,2% Chefs d entreprise 28,3% Autres 26,5% Villes et/ou communes 18,4% CCI 11,8% Personnalités qualifiées 8,6% Conseil général 7,9% Représentants de l Etat 7,4% Chambres de métiers et/ou d agriculture 6,0% Conseil régional 2,0% Syndicats patronaux 0,0% Syndicats de salariés 0,0% Moyens Evolution du budget sur l ensemble des organismes au niveau local (au vu de l enquête 2007) Moyenne Minimum Maximum Médiane Nombre (en K ) (en K ) (en K ) (en K ) de réponses ,2 200, ,9 798, ,2 200, ,6 774, ,8 182, ,4 800,0 23 Les Fleurs du Silence page 10 / 29

11 Analyse du budget par tête en 2007 (calculé à partir du nombre d habitants du territoire de l Agence ou du Comité, en euros). Parts relatives du fonctionnement et des actions (pourcentage moyen du budget des années 2005, 2006 et 2007), enquête Répartition de l origine des financements en 2007 au niveau local (pourcentage moyen du budget global) Communautés d agglomérations et/ou communes 68,7% Villes et/ou communes 14,7% CCI 14,3% Etat 13,0% Conseil général 8,6% Entreprises 7,3% Autres sources de financement 5,4% Conseil régional 5,1% Union Européenne 3,9% Chambres des métiers et/ou d agriculture 0,2% Les Fleurs du Silence page 11 / 29

12 Composition du personnel permanent au niveau local nombre total de salariés en dont cadres 5 nombre total de salariés en dont cadres 5 nombre total de salariés en dont cadres 6 Sur 23 organismes au niveau local, seul 1 a été agréé au titre du décret du 5 mai 1995 Activités du Comité ou de l Agence Nombre d Agences ou de Comités par catégorie d activité au niveau local Actions en faveur du territoire, travail sur l offre territoriale 23 Promotion-communication 23 Prospection, accueil d investisseurs en France 22 Actions en direction des entreprises du territoire 21 Gestion de l information 20 Prospection, accueil d investisseurs à l international 17 Autres actions internationales 9 Détail des activités Détail des activités en direction des entreprises du territoire (en nombre total d Agence ou de Comités) Actions en direction des entreprises du territoire 21 Dont appui au développement des entreprises 19 Dont appui à la création d entreprise 16 Appui à la création d entreprise (en nombre total d Agence ou de Comités) : Aide au montage des projets 14 Premier accueil des créateurs 13 Accompagnement des créateurs 13 Travail avec des structures de capital-risque 10 Création ou animation de pépinières, incubateurs 8 Création et/ou animation de clubs de business angels 6 Création et/ou gestion de plates formes d initiative locale 4 Les Fleurs du Silence page 12 / 29

13 Appui au développement des entreprises (en nombre total d Agence ou de Comités) Conseil en développement des entreprises 16 Travail sur le financement du développement 16 Actions de structuration et/ou animation de filières 16 Participation à des pôles de compétitivité 13 Soutien aux entreprises en difficulté 12 Financement de l immobilier d entreprises 11 Développement des éco-entreprises 10 Reprise ou transmission d entreprises 10 Accompagnement de systèmes productifs localisés 6 Actions de transferts de technologies 5 Détail des activités en faveur du territoire, travail sur l offre territoriale (en nombre total d Agence ou de Comités Activités en faveur du territoire, travail sur l offre territoriale 23 dont travail sur l offre territoriale 23 dont conseil aux collectivités 21 dont autres actions en faveur du territoire 13 Conseil aux collectivités Elaboration de stratégies de développement 20 Rôle de conseil de développement 14 Appui à l intercommunalité 14 Appui aux pays 11 Actions inter-territoires 13 Détail des activités de gestion d information (en nombre d organismes concernés) Création et gestion d un fichier de terrains et locaux disponibles 22 dont fichier en ligne sur Internet 10 Travaux d évaluation, ou de benchmarking 18 Création et gestion d une banque de données 17 Suivi de filières 15 Anticipation des difficultés des entreprises 12 Exercices de prospective, de planification 12 Réalisation d études économiques 11 Travaux d intelligence économique 8 Mise en place et la gestion d un SIG 7 Les Fleurs du Silence page 13 / 29

14 Détail des activités de promotion et de communication Site Internet propre 21 Organisation des rencontres de chefs d entreprises 20 Organisation des événements ou des salons 18 Publication de lettre périodique 15 Un exemple : le comité d expansion du Val de Garonne habitants Val de Garonne Agglomération de habitants, a signé une convention de partenariat avec le Comité d'expansion Val de Garonne afin de lui confier la gestion de ce domaine de compétence. Cette association a pour aire d action Le PAYS VAL DE GARONNE GASCOGNE ( habitants ) Le comité d expansion s occupe : - des différentes pépinières et zones d activités - du régime d aides mis en place - de l organisation de réunions thématiques auprès des entreprises - de la bourse du patrimoine de l immobilier - de l aide à la modernisation du commerce de l artisanat et de l agriculture ( 60 K de subventions attribuées ) - de la participation aux travaux du Pays ( actualisation du schéma développement économique du Pays, et Observatoire socio-économique en partenariat avec Pôle Emploi, Chambres Consulaires, ) - du Centre d Information sur la Prévention des difficultés des entreprises - du Centre de Médiation et d Arbitrage - du suivi d une étude stratégique engagée en avril 2011, sur le développement d une filière Agro ressources ( Copil, réunions, groupes de travail, 42 entreprises interrogées, rédaction plan d actions, ) - de l assistance à la Ville de Marmande pour la maîtrise d ouvrage pour la fonction économie ( avis sur les demandes de la CDAC, accompagnement des projets de développement, ) et l Opération Urbaine Collective - de la gestion d une société de prêts participatifs de 15 à 75 K - fonds de départ 400 K - de la création d une lettre numérique bimestrielle pour tous types d entreprises Une association Val de Garonne Initiatives, Plate Forme d Initiatives Locales (PFIL) s occupe pour le compte du comité : - de l évaluation de la faisabilité du projet - de la gestion de prêts d honneur ( 300 K prêtés ) Les Fleurs du Silence page 14 / 29

15 - de l accompagnement individuel des créateurs d entreprises - de l organisation de petits-déjeuners, de déjeuner débats, de formation organisée Vous trouverez en annexes : - l organigramme du Comité - le prévisionnel et comparaison charges 2011/ le prévisionnel et comparaison recettes 2011/ le projet de convention pour le développement économique en Val de Garonne Les Fleurs du Silence page 15 / 29

16 Les acteurs du développement économique du Libournais La CALI ( Communauté d Agglomération du Libournais ) La CALI représente actuellement habitants et parmi ses compétences obligatoires, exerce celle du développement économique. Les actions de développement économique intéressant la CALI sont notamment : - la création, l aménagement et la gestion/entretien des zones d activités d intérêt communautaire et la participation à la création, l aménagement et à la gestion des zones d activités relevant de l entente intercommunautaire - les études, soutien, recherche de financement pour les projets de développement économique - les actions de promotion économique, industrielle et agricole - le soutien financier à l association artisanale du Libournais, aux entreprises dans le cadre de dispositifs collectifs ( ex : OCMAC ) - le soutien financier aux entreprises dans le cadre d aides à l immobilier d entreprises et d aides individuelles en cofinancement La Communauté, en affichant sa priorité à l attractivité du territoire, a pour objectif de favoriser le développement économique, et la création d emplois en son sein. La CCI de Libourne La CCI a notamment retenu dans ses orientations stratégiques , les axes de travail suivants : - intensifier la présence de la CCI auprès des entreprises existantes - développer les partenariats avec les collectivités et les réseaux professionnels - soutenir la dynamique entrepreneuriale - adapter le tissu d entreprises existant, afin de basculer dans l économie du 21 ème siècle - mettre en place un accompagnement d excellence sur le champ de la création/ transmission d entreprises - créer de nouvelles structures d accueil d entreprises dans le programme de l immobilier d entreprises - étudier l émergence d un nouveau projet de réseaux d entreprises Les Fleurs du Silence page 16 / 29

17 - mettre en place un programme d accompagnement stratégique pour les entreprises en croissance - monter 5 actions dans le cadre du développement collectif des entreprises - accompagner les collectivités dans leur projet économique ( réalisation de 15 études auprès des collectivités ) - intervenir dans le SCOT du Pays du Libournais ( rédaction d un livre blanc ) La CCI s interroge également sur l existence de plus en plus nombreuses des structures d appui. Le Pays du libournais Le pays du Libournais, dans le cadre de son diagnostic ( SCOT ), conclut notamment sur le rôle que peut jouer le Pays dans un environnement économique plus large, et notamment : - la création et la gestion et requalification des ZAE - la mise en place d un maillage des espaces d accueil de proximité sur l ensemble du territoire - la promotion active du territoire Dans la charte du Pays du Libournais, les objectif du projet économique sont en outre, de : - valoriser le développement des petites et moyennes entreprises - encourager le rapprochement des entreprises libournaises de la filière viti-vinicole - renforcer la vocation identitaire du libournais Parmi les orientations touchant au développement économique, on peut également citer : - renforcer l animation économique territoriale en s appuyant sur des partenariats entre collectivités territoriales et compagnies consulaires : encourager l action collective des acteurs économiques locaux ( ex : créer un club des développeurs ) développer le réseau des agents de développement pour la mise en œuvre d une stratégie globale du territoire - réaliser un schéma local de développement économique, et notamment concevoir un accueil et un suivi de proximité des porteurs de projets économiques, à travers la mutualisation des moyens des collectivités locales et des chambres consulaires - développer les transversalités, et les échanges porteurs d innovations et de progrès - observer et mettre en perspective les données dans tous les champs du développement - confier les missions d observation locale à des institutionnels du territoire et renforcer leurs moyens si nécessaire - attirer et fédérer les entreprises emblématiques du Libournais autour de la notion de territoire et d un programme d actions commun Les Fleurs du Silence page 17 / 29

18 Enfin, dans le journal d information du SCOT de mars 2011, on retrouve les projets suivants : - conforter la place économique de Libourne et du Pays du Libournais - veiller à équilibrer le développement économique - améliorer l organisation et la gestion de l accueil économique - renforcer l identité économique du Pays du Libournais Les entreprises Les entreprises libournaises ont été interrogées lors d une étude de faisabilité pour l ORAC ( ancien nom pour l OCMAC ) en juillet 2004, voici quelques unes de leurs attentes quant au développement économique du territoire : - Promouvoir les activités économiques du territoire - Favoriser la diversification du tissu économique - Aider à l investissement - Favoriser les échanges d expérience entre les entreprises - Mieux informer les entreprises - Privilégier les entreprises du territoire On peut également souligner ici que selon l ORSE ( Observatoire sur la Responsabilité Sociale des entreprises ), de plus en plus d entreprises souhaitent s engager en faveur du développement du territoire ou elles sont implantées, que ce soit à l échelle d un quartier, d une ville ou d un bassin d emploi. Son ancrage territorial peut influer sur sa capacité à poursuivre ses activités dans les territoires et les thématiques clés sont les suivantes : - Dialogue avec les communautés locales - Développement économique des territoires ( sous-traitance et achats locaux, ) - Développement social ( insertion sociale et professionnelle, ) De plus, pour le professeur J. W. Meester, la motivation d un entrepreneur de s installer dépend moins des avantages ou attributs d une région donnée que de la perception qu il se fait sur ses présumées caractéristiques. Enfin, les entrepreneurs de la nouvelle génération, de par leur formation et leur sensibilisation à l action collective semble présenter un comportement moins individualiste et moins replié sur soi que la génération précédente. En conséquence, le territoire où ils s implantent pourra représenter bien davantage qu un simple lieu où ils jugent utile d exercer leurs activités, étant bien conscients des retombées positives qui émanent des interrelations entre les acteurs locaux. Les Fleurs du Silence page 18 / 29

19 Les problématiques du développement économique du Libournais La CALI, vient tout juste de se créer et devrait progressivement prendre de l ampleur dans le champ du développement économique. Comme les autres agglomérations, elle s appuiera sans doute, sur des études, du diagnostic et de la prise de contact avec les autres opérateurs du développement économique pour compléter les actions de développement économique, qu elle mène déjà seule ou en partenariat. Pour la CALI, comme pour la CCI ou le Pays du Libournais, la question économique est primordiale, car les territoires peuvent soit amplifier ou amortir la crise européenne. En effet, les entreprises ne sont pas les seules actrices, et la présence active des acteurs publics permet de développer la compétitivité d un territoire en fonction de son identité et de ses ressources. D ailleurs, on peut lire dans l intercommunalités, mensuel de l AdCF de novembre 2011, revenant sur sa 22 ème convention, que les participants insistent notamment sur l importance de : - La mise en réseaux et le rôle de facilitateur des collectivités - La recherche d un tissu de PME/PMI Des pistes à explorer Au regard de ce qui peut se faire sur d autres territoires, et dans l absolue nécessité de développer l attractivité économique du territoire, des problématiques peuvent par exemple être étudiées : - Quels outils mettre en place pour affronter les défis économiques actuels? Que faire pour conforter, renforcer et diversifier le tissu économique local? - Quel mode de coopération intercommunale à finalité économique, au-delà de l OCMAC, et des zones d activités? - Quels sont les avantages et inconvénients d une agence de développement économique, d un groupe d action économique, d une Plate-Forme d Initiative Locale (PFIL),? Les Fleurs du Silence page 19 / 29

20 - Quelles actions leur seraient confiées, sur quelle zone d intervention, en complémentarité des actions déjà menées? - Quelle animation économique, quelles actions collectives, en collaboration ou en complément de la CCI? - Quel accompagnement et soutien aux entreprises implantées, en collaboration ou en complément de la CCI ( ingénierie financière, participation à l accueil et l information des entreprises, contribution au maintien des entreprises, aides économiques, )? - Y a-t-il un besoin d analyses et d études complémentaires ( audit de filières, détection des projets innovants, analyse des besoins des entreprises, mise au point d'outils d'évaluation et d'impact économique, anticipation, veille stratégique, )? - Comment utiliser au mieux les dispositifs existants et en faire l animation sur le territoire? - Comment envisager le soutien à l innovation, le portage de grand projet en s appuyant sur les acteurs et dispositifs existants? - Y a-t-il besoin d outils, de moyens supplémentaires pour la promotion du territoire? - Quelle serait la portée effective des nouveaux moyens déployés, quels indicateurs de résultat pourraient leur être attribués, relevant de l attractivité du territoire ( création d emplois, d entreprises, sphère de compétitivité, potentiels sectoriels en développement, )? Une étude préalable? Pour répondre à ces questions et avancer la réflexion, une étude pourrait permettre de poser les bases, d une gouvernance économique du territoire : ses modes d actions, ses moyens, ses outils. Le Conseil Général de la Gironde dispose d une ligne d aide pour soutenir le fonctionnement des agences de développement économique girondines. Il peut être intéressant de lui présenter un projet d étude de faisabilité dans ce sens. Il soutient également, le fonctionnement de structures concourrant à l'animation économique du Département, ainsi que la mise en place d'opérations ou de manifestations à vocation économique, individuelles ou collectives, bénéficiant aux entreprises girondines ou au territoire girondin. Les Fleurs du Silence page 20 / 29

21 Conclusion Aujourd hui, les collectivités locales et leurs différents outils, sont des acteurs essentiels de la vie économique locale en France. Dans l enquête «Prospective Agglomérations 2015», de l AdCF, les directeurs de services relaient désormais à travers leurs réponses une volonté forte de positionner les communautés sur le champ du développement économique des territoires. Avec la création de la CALI, l ensemble des acteurs locaux publics du Libournais, vont de fait, adapter leur gouvernance dans le champ du développement économique. Cette présentation avait pour objectif de participer à cette réflexion. L étude évoque notamment l agence de développement économique, mais la prôner aujourd hui sans s interroger sur son utilité ou sa complémentarité avec des dispositifs existants, ou sans étudier des outils ou des modes d organisation plus souples et évolutifs serait trop hâtif. Une étude de faisabilité sur de nouveaux outils de développement économique, leurs modes de gouvernance et leurs aires d action, permettrait de : - faire le tour des avantages et inconvénients des différentes actions et animations locales existant sur d autres territoires - étudier leurs complémentarités avec les dispositifs actuels du Libournais - proposer de manière concertée, de nouveaux outils, et leurs modes d action, en tenant compte de l histoire, des ressources et de l identité du Libournais, et aussi de la toute jeune existence de la CALI. Réfléchir au rôle économique des acteurs publics locaux du Libournais est primordial pour l attractivité du territoire, et pour sa valorisation au regard des territoires limitrophes. Les Fleurs du Silence page 21 / 29

22 Qui sommes-nous? Virginie Puech, la rédactrice de ce rapport, est consultante installée en tant que profession libérale en libournais, depuis C est au titre de citoyenne et d agent de développement économique de son territoire, qu elle a souhaité réfléchir au lien entre territoire et entreprises. De formation généraliste, Diplômée d Ecole Supérieure de Commerce ( option finance ), elle a la connaissance du fonctionnement de l entreprise, et une expérience dans la gestion de projet et l ingénierie financière, notamment auprès de l économie sociale et solidaire girondine. Elle travaille également auprès des entreprises, associations et collectivités territoriales girondines, pour des missions d organisation et de gestion du changement, de réalisation d'études de faisabilité, économiques et financières pour obtention de financements externes et de gestion de projets délégués. Elle est également accréditée Coach titulaire de l EMCC France L Association Européenne de Coaching et pratique le coaching et les bilans professionnels depuis maintenant plus de 8 ans. Quelques Références : Sud Ouest, France Télécom, Opel, Verspieren, Unibéton, Société Générale, Bouygues Telecom, RSI, Accenture, PME girondines de 5 à 200 salariés, collectivités territoriales, secteur social et médico-social, monde associatif, mission locale, professions libérales, artisans, propriétaires viticoles, personnes en recherche d emploi, étudiants, Elle est amenée sur certains dossiers, à travailler en collaboration avec Christian Puech, Expert- Comptable Consultant, qui a notamment rédigé un livre blanc sur le développement du territoire du Libournais ( disponible sur demande par mail : ). Les Fleurs du Silence page 22 / 29

23 Nous contacter Si vous souhaitez nous contacter pour une question, un commentaire ou une demande d'informations, vous pouvez nous joindre : - par téléphone : ( Virginie Puech ) ou ( Christian Puech ) - par fax : par courrier : les Fleurs du Silence - 13, lieu dit rambaud est LUSSAC - par mail : et sur internet : Copyright 2012 Les Fleurs du Silence. Tous droits réservés. Toute reproduction ou transmission partielle ou totale du présent document sous quelque forme que ce soit est formellement interdite sans l'accord préalable des Fleurs du Silence. Par ailleurs, les éléments contenus dans le présent document peuvent être modifiés sans préavis et sont fournis à titre d information uniquement. Les Fleurs du Silence page 23 / 29

24 Annexes Organigramme, Budgets et Convention de Val de Garonne Expansion Les Fleurs du Silence page 24 / 29

25 Les Fleurs du Silence page 25 / 29

26 Les Fleurs du Silence page 26 / 29

27 Les Fleurs du Silence page 27 / 29

28 Les Fleurs du Silence page 28 / 29

29 Les Fleurs du Silence page 29 / 29

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Alsace 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques géographiques

Plus en détail

Financement Haut de Bilan

Financement Haut de Bilan Financement Haut de Bilan Renforcer les fonds propres et quasi-fonds propres des entreprises régionales pour les accompagner dans leurs projets de développement. Personnes physiques créateurs et repreneurs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION La mutualisation Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION Contexte Agglo Région : 3 249 815 Hab Département : 601 027 Hab Communauté d Agglomération de St-Brieuc :

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

Centre d Animation d Information et Relais Economique

Centre d Animation d Information et Relais Economique www.caire-haguenau.fr Campanile Hôtel LES PINS 84 route de Strasbourg - BP 70273 F-67500 HAGUENAU Cedex Tél 0033 (0) 3 88 63 39 00 Fax 0033 (0) 3 88 63 39 01 Email : caire@ville-haguenau.fr Les voies d

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Anne de Richecour Directeur Interrégional Adjoint CDC Ile de France 8 juin 2010 - Nanterre 1 Le développement

Plus en détail

Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE

Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE ACTION 9 DEMARCHES D ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES Dernière approbation 17/09/2015 OBJECTIFS : Quoi?

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective Plate-forme RSE Commissariat Général à la stratégie et la prospective «La Région Languedoc-Roussillon accélérateur de compétitivité et de responsabilité sociale pour les entreprises» Josick Paoli Directrice

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes

Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes Les Les CDDRA, c'est quoi? Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes (CDDRA) constituent la nouvelle génération de Contrats de Développement. Ce dispositif s inscrit dans la continuité de la stratégie

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE 23 juin 2006 Polytech Lille Forum i-trans SYNTHESE Forum i-trans 2 Sommaire Table ronde/ Le financement de l innovation... 3 Débat...5 Conclusion d Yves Ravalard...5 Sigles... 6 Intervenants Yves RAVALARD...

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Guide des prestations

Guide des prestations SOMMAIRE Guide des prestations Ensemble, construisons votre développement page 3 Créer, reprendre, une entreprise TRANSMETTRE UNE ENTREPRISE page 4 Connaître votre marché, VOtre territoire FORMER, GÉRER

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

AIDES AUX ENTREPRISES. artisanat commerce tourisme. Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes

AIDES AUX ENTREPRISES. artisanat commerce tourisme. Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes AIDES AUX ENTREPRISES artisanat commerce tourisme Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes Le Conseil régional de Picardie participe activement au développement économique

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise Cette enquête du réseau FormaClub95 est destinée à engager notre action sur les besoins en recrutement et formation

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : QUELLES ACTIONS POUR DEVELOPPER L ARTISANAT ET LE COMMERCE SUR LE PAYS DE CHAUMONT?

TROISIEME PARTIE : QUELLES ACTIONS POUR DEVELOPPER L ARTISANAT ET LE COMMERCE SUR LE PAYS DE CHAUMONT? TROISIEME PARTIE : QUELLES ACTIONS POUR DEVELOPPER L ARTISANAT ET LE COMMERCE SUR LE PAYS DE CHAUMONT? 3.1 Mettre en place une démarche qualité commerce : Pour fidéliser la clientèle outre la qualité des

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

forum transmission reprise

forum transmission reprise La rencontre entre cédants et repreneurs d ents haute gironde forum JEUDI SALLE FÊTES DES 15H-20HPugnac 21 octobre haute gironde forum Le Syndicat Mixte du Pays de la Haute Gironde (plus de 80 000 habitants,

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Expérience du Royaume du Maroc Présentée par M. El Hassane BENMOUSSA, Secrétaire Général du Ministère de la Formation Professionnelle

Expérience du Royaume du Maroc Présentée par M. El Hassane BENMOUSSA, Secrétaire Général du Ministère de la Formation Professionnelle Séminaire organisé par la Banque Européenne d Investissement les 18 et 19 Novembre 2008 sur le thème: Adaptation des compétences aux besoins du marché Expérience du Royaume du Maroc Présentée par M. El

Plus en détail

RECRUTEMENT D'UNE CELLULE D ANIMATION ET DE GESTION POUR LE GAL LEADER «SEINE NORMANDE»

RECRUTEMENT D'UNE CELLULE D ANIMATION ET DE GESTION POUR LE GAL LEADER «SEINE NORMANDE» Contexte : RECRUTEMENT D'UNE CELLULE D ANIMATION ET DE GESTION POUR LE GAL LEADER «SEINE NORMANDE» Dans le cadre de la programmation FEADER 2014-2020, le Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande,

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE

Information presse. + de 130 exposants INFORMATION PRESSE Information presse + de 130 exposants 1 11 ème édition des Rendez-vous de l Emploi, de la formation et de la création d entreprise RENDEZ-VOUS A MÂCON vendredi edi 17 octobre 2014 de 9h à 17h PARC DES

Plus en détail

Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE

Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE 14 novembre 2007 Le contexte La Région Guadeloupe a mis en place son Schéma Régional de Développement Economique (S.R.D.E). Ce schéma

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

Effectifs : 3 personnes

Effectifs : 3 personnes DÉLÉGATION RÉGIONALE AU COMMERCE ET À L'ARTISANAT Déléguée : Mme Dominique DURAND (depuis janvier 2007) Madame Joselyne FORTEA SANZ (jusqu en décembre 2006) 39 boulevard de la Trémouille 21 000 DIJON Tél.

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Fonction CR/Service Cadre d emploi de recrutement Nature des fonctions Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Annexe 1 Sous la responsabilité du responsable du service

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise»

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» Mardi 9 octobre 2012 CONTACTS PRESSE : CG74 ALEXANDRA CARRAZ 04 50 33 50 02 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU FONCTIONNEMENT ET AU FINANCEMENT DU SERVICE PETITE ENFANCE

CONVENTION RELATIVE AU FONCTIONNEMENT ET AU FINANCEMENT DU SERVICE PETITE ENFANCE CONVENTION RELATIVE AU FONCTIONNEMENT ET AU FINANCEMENT DU SERVICE PETITE ENFANCE ENTRE Le Conseil général des Vosges, 8 rue de la Préfecture, 88000 EPINAL, représenté par le Président du Conseil général

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 24 MAI 2013 DELIBERATION N CR-13/20.283 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DES RESSOURCES HUMAINES Stratégie régionale de développement d'une gestion prévisionnelle des emplois

Plus en détail

Au cœur des Yvelines Votre projet Votre CC Votre succès

Au cœur des Yvelines Votre projet Votre CC Votre succès Au cœur des Yvelines Votre projet Votre CC Votre succès Présentation de la CCI Versailles-Yvelines Club des Entrepreneurs de la Plaine de Versailles 1 PATRICK BERNHEIM Membre du Bureau de la CCI Versailles-Yvelines

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail