Exercices corrigés de physique, IUT génie biologique, première année. Serge Mora

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exercices corrigés de physique, IUT génie biologique, première année. Serge Mora (smora@univ-montp2.fr)"

Transcription

1 Exercices corrigés physique, IUT génie biologique, première année Serge Mora 4 août 0

2 Table s matières Analyse dimensionnelle 3. Ordres granur Systèmes d unités Décroissance exponentielle Chute d une bille Ressort Réfraction 8. Spectre s ons électromagétiques Loi la réfraction Prisme Utilisation la loi Descartes Reflexion totale Fibre optique Indice d un liqui Formation d images 6 3. Formule conjugaison et construction graphique Image virtuelle Lentille plan-convexe Utilisation s formules conjugaison et grandissement Doublet lentilles Microscope Radioactivité 4 4. Atomes Décroissance radioactive d une source plutonium Décroissance radioactive Production et désintégration du technetium 99m T c Pério physique et pério biologique Dispersion s photons dans l espace Hydrostatique 3 5. Pressions océaniques Poussée d Archimè Pression artérielle Ballon météorologique Ludion Barrage

3 TABLE DES MATIÈRES 6 Tension superficielle Traction d une barre rectiligne Loi Jurin Flottabilité Arrachement d un anneau : métho Wilhelmy mesure la tension surface Fluis parfaits Conservation du débit Flui dans une canalisation Etu d un siphon Vidange d un réservoir Ecoulements visqueux Ecoulement dans une seringue Transfusion sanguine Vidange d un réservoir Viscosimètre capillaire vertical Vases communiquants Gaz parfaits Masse volumique d un gaz Masse dioxygène dans une bouteille Bulle d oxygène Variation la masse d air sous une serre Evolution d un gaz parfait dans un cylindre Atmosphère isotherme Premier principe la thermodynamique Gaz parfait Paroi mobile entre gaz parfaits Mélange gaz parfaits Respiration Gaz van r Waals Détente gaz réels Compression d un gaz parfait A Formulaire (mathématiques) 7 A. Logarithme et exponentielle A. Trigonométrie A.3 Surfaces et volumes A.4 Dérivée A.5 Intégrales

4 Chapitre Analyse dimensionnelle. Ordres granur ) Le kilogramme étalon est réalisé en platine sous la forme d un cylindre droit, à base circulaire, ) Il faut environ 8 minutes à la lumière pour se propager du Soleil jusqu à la Terre. Quelle est la distance approximative Terre-Soleil? dont le diamètre est égal à la hauteur. Quelle est cette hauteur sachant que la masse volumique ρ P t du platine est, 4 g.cm 3? 3) Sachant que la Terre compte environ 6 milliards d habitants que son rayon est 6400 km et que les océans occupent les /3 la surface terrestre, calculer l aire disponible par habitant sur les continents. Quelle est la nsité moyenne population? 4) Calculer le volume moyen occupé par une molécule H O dans l eau, à 98 K et à la pression atmosphérique. En déduire la distance moyenne entre molécules (masse molaire l eau : M = 8 g.mol, nombre d Avogadro : N A = 6, mol ). ) distance = vitesse temps = (8 60) 3, 4 0 m ) La masse volumiqe du cuivre vaut, 4 g cm 3 =, 4 (0 3 kg) (0 m) 3 =, kg.m 3. V olume d un cylindre = (Surface la base) (hauteur) V olume = π Soit M la masse du cylindre (M = kg). On a : ( ) h h = πh3 4. ρ = Masse V olume ρ = M πh 3 4 h 3 = 4M πρ h = ( 4M πρ ) 3 = ( 4 π, ) /3 0, 039 m = 3, 9 cm. 3) La surface totale disponible est égale aux ux tiers la surface la sphère = 3 4πR = 4π 3 ( ) 3, m. La surface disponible par habitant est donc : s = surface totale disponible nombre d habitants La nsité est le nombre d habitant par m : = 3, m. d = nombre d habitants surface totale disponible, habitants m. 3

5 CHAPITRE. ANALYSE DIMENSIONNELLE 4 4) On considère un volume v d eau. Soit m sa masse. On note M H O la masse molaire l eau, et N A le nombre d Avogadro. Dans la masse m, il y a N = N A molécules d eau.on en déduit que le volume occupé par une m M H 0 molécule vaut : V H 0 = v N = vm H 0. mn A En prenant V = m 3, alors m = 0 3 kg. On trouve : V H 0 = m 3. a a a En supposant que les molécules d eau sont sur un réseau carré (ce qui n est pas la réalité, mais ce qui est une hypothèse raisonnable pour calculer un ordre granur), chaque molécule occupe un volume a 3, où a est la longueur l arrête d un carré. Donc : V H 0 a 3 a = V /3 H 0 = ( m 3) 3, 0 0 m.. Systèmes d unités On note [X] la dimension physique la granur X. On l exprime dans la base L, M, T, I, θ (longueur, masse, temps, intensité et température). Ainsi, pour une vitesse v : [v] = L.T. ) Quelles sont les unités dans le système international s granurs la base L, M, T, I, θ? Donner la dimension et l unité : d une force, d une puissance, d une pression, d une charge électrique. ) Montrer que les unités suivantes corresponnt à une seule dimension : N.m, kw.h, e.v, g.cm.s. Par quels facteurs numériques passe-t-on l un à l autre? 3) Quelle est la dimension d un angle α? Pourquoi dit-on que l unité naturelle d un angle est le radian? Comparer la dimension et l unité d une fréquence ν et la pulsation associée ω = πν. 4) A l ai d arguments dimensionnels, discuter la validité s égalités suivantes et proposer une La distance entre ux molécules d eau est donc l ordre 0, 3 nm. écriture correcte : x = (l d)/d, où les trois granurs sont s distances. x = x 0 exp( t/τ), où t et τ sont s temps. E = mv F, où E est une énergie, v une vitesse, m une masse et l une longueur et F une force. l v = g cos[ω(t + π )], où l est une longueur, g l accélération la pesanteur et ω une pulsation. l 4 ) Unité L : m (mètre) ; unité M : kg (kilogramme) ; unité T : s (secon) ; unité I : A (ampère) ; unité θ : K (Kelvin). [force] = [masse] [acceleration] = M L T [puissance] = [energie] [temps] = [masse] [vitesse] [temps] = M L T T = M L T 3

6 CHAPITRE. ANALYSE DIMENSIONNELLE 5 [pression] = [force]/[surface] = M L T L = M L T [charge] = [intensit] [temps] = I T. ) [N.m] = [force] [longueur] = (M L T ) L = M L T. [kw.h] = [puissance] [temps] = (M L T 3 ) T = M L T. puissance { }} { [e.v ] = [charge] [tension] = [charge] [ tension intensite] [intensite] = [charge] [puissance] [intensite] = (I T ) (M L T 3 ) I = M L T [g.cm.s ] = [masse] [longueur] [temps] = M L T. N.m = kg m s kw.h = W.s = 3, kg m s e.v =, C.V =, kg m s g.cm.s = kg m s = 0 7 kg m s 3) L angle α est le rapport entre la longueur l arc cercle correspondant à l angle α, et su rayon du cercle. DOnc : [α] = L L =. Un angle n a donc pas dimension. Le rapport entre la longueur l arc et le rayon n a donc pas d unité. Cependant, si la longueur l arc est égale au rayon, on appelle cette angle un radian. Si ce rapport vaut, par exemple /, l angle est ux fois plus petit qu un radian, on dit donc que l angle vaut 0, 5 radian. En conclusion, en faisant le rapport, on obtient directement le nombre d angle un radian contenu dans cet angle. [ω] = [πν] = [π] [ν]. π étant la valeur d un angle (en radian), π n a pas dimension. Donc : [ω] = [ν]. L unité ω est l untié ν multipliée par l unité π. 4) x = (l d)/d est faux car on ne peut pas ajouter une granur ayant s dimensions différentes ([l ] = L et [d] = L). Une écriture correcte serait plutôt : x = (l d )/d (le membre droite a alors la même dimension que le membre gauche). x = x 0 exp( t/τ) est possible : l argument l exponentielle est bien sans dimension, et le membre gauche a la même dimension que le membre droite. E = mv F est faux car [ mv ] = M L T et [ F ] = M T. Une écriture correcte serait plutôt : l l E = mv F l. Tous les termes ont alors la dimension d une énergie. v = g cos[ω(t + π )] est faux : on ajoute au temps une granur que n a pas la dimension d un temps, l 4 et la dimension du membre droite n est pas la même que celle du membre gauche. Une écriture correcte serait par exemple : v = g l cos[ωt + π 4 ].

7 CHAPITRE. ANALYSE DIMENSIONNELLE 6.3 Décroissance exponentielle La concentration d un médicament introduit dans le sang à l instant t = 0 varie suivant la loi : C(t) = C 0 e λt ) Vous disposez d un certain nombre mesures expérimentales, c est-à-dire couples valeurs (t i, C(t i )). Quelle est la meilleure façon représenter graphiquement les points pour montrer que vos points obéissent à cette loi et extraire du graphe la valeur λ? ) Si t est exprimé en heures, quelle est l unité λ? Calculer la constante temps du phénomène sachant que λ = h. ) C(t) = C 0 e λt ln (C(t)) = ln ( C 0 e λt) = ln(c 0 ) + ln ( e λt) = ln C 0 λt. Si on trace ln(c(t)) en fonction du temps, on obtient un droite d ordonnée à l origine ln C 0 et pente λ. ) L argument l exponentielle étant sans dimension, [λ] = T. Si t est exprimé en heure, il faut que λ soit exprimée en h. Si λ = h, le temps caractéristique du phénomène est /( h ) = 0, 5 h..4 Chute d une bille Dans un flui, une bille rayon r animée d une vitesse v est soumise à une force frottement donnée par F = 6πηrv, où η est la viscosité du flui. ) Quelle est la dimension η? ) Lorsque la bille est lâchée sans vitesse initiale à l instant t = 0, sa vitesse s écrit pour t > 0 : v = )), où a et b sont ux granurs qui dépennt s caractéristiques du flui. Quelles sont les dimensions a et b? 3) Si ρ désigne la masse volumique du flui, trouver une combinaison simple Re = ρ α v β r γ η δ qui soit sans dimension (parmi les différents choix possibles on prendra α = ). On obtient ainsi le nombre Reynolds qui permet caractériser le régime d écoulement d un flui (laminaire ou turbulent). a( exp( t b ) F = 6πηrv η = F 6πrv [η] = [F ] [r][v] = [masse] [acceleration] [r][v] = M (L T ) L (L T ) = M L T. ) L argument l exponentielle est sans dimension donc [b] = T. Le membre droite a la dimension d une vitesse donc [a] = L T. 3) Re = ρ α v β r γ η δ [Re] = [ρ] α [v] β [r] γ [η] δ = ( M L 3) α ( L T ) β L γ ( M L T ) δ [Re] = M α+δ L 3α+β+γ δ T β δ Re étant sans dimension (d après l énoncé), en prenant α =, on en déduit : + δ = β + γ δ = 0 β δ = 0 δ = β = γ = En conclusion : Re = ρvr/η.

8 CHAPITRE. ANALYSE DIMENSIONNELLE 7.5 Ressort Une masse m oscille à l extrémité d un ressort horizontal constante raiur k avec une amplitu X 0. En admettant que sa pério T ne dépen que m, k et X 0, déterminer l expression littérale T. On suppose que la pério T est la forme T = C m a k b X0 c où C est une constante sans dimension. On a donc : d où : [T ] = [m] a [k] b [X 0 ] c = M a ( [force] [longueur] ) b L c = M a M b L b T b L b L c a + b = 0 T = M a+b L c T b c = 0 b = b = a = c = 0 La pério s exprime donc sous la forme : T = C m / k / = C m/k.

9 Chapitre Réfraction données - vitesse la lumière dans le vi : c m.s, constante Planck : h 6, J.s, longueur d on du rouge : λ R 750 nm, longueur d on du violet : λ v 400 nm. Spectre s ons électromagétiques Compléter le tableau ci-ssous : λ 0 (nm) f (Hz) ω (rad.s ) On utilise les relations : Energie (J) Domaine Rayon x Ultra-violet λ 0 f = c = m s ω = πf et Energie = h f avec h = 6, J.s λ 0 (nm) f (Hz), 5 0 6, , , ω (rad.s ) 9, , , 4 0 5, 0 5, Energie (J) 9, , 6 0 9, 3 0 9, Domaine Rayon x Ultra-violet visible infra-rouge infra-rouge. Loi la réfraction Une particule passe du point M (coordonnées x, y ) situé dans le milieu au point M (coordonnées x, y ) situé dans le milieu. Sa trajectoire est une ligne droite dans chaque milieu. La vitesse la particule vaut v dans le milieu et v dans le milieu. On appelle M (coordonnées x, 0) le point passage la particule entre les milieux et (voir figure ci-ssous, à gauche). 8

10 CHAPITRE. RÉFRACTION 9 M y M i O M M x ) Calculer (en fonction x, y, x et v ) le temps t mis par la particule pour aller du point M au point M. ) Calculer (en fonction x, y, x et v ) le temps t mis par la particule pour aller du point M au point M. 3) En déduire (en fonction x, y, x, y, x, v et v ) le temps t mis par la particule pour aller du point M au point M. 4) Etablir (en fonction x, y, x, y, v et v ) une équation portant sur x telle que le temps t soit le plus petit possible. 5) On appelle i l angle entre M M et la verticale, et i l angle entre MM et la verticale (voir la figure ci-ssus, à droite). Exprimer sin(i ) en fonction x, y et x, puis sin(i ) en fonction x, y et x. 6) En déduire que sin i v = sin i v. 7) Faire le lien avec la loi Descartes (n sin i = n sin i ). ) M M = ) Rappel : si f(x) = Ceci est une èquation dont l inconnue est x. Pour la valeur x solution cette équation, le temps parcourt t est minimum. M (x x ) + y t = distance vitesse = i M (x x ) + y v (x x M M = (x x ) + y ) + y t = v 3) t = t + t donc : (x x ) + y (x x ) + y t = + v v 4) t vient infini lorsque x = ±. Il passe par un minimum pour une certaine valeur x. Cette valeur x est telle que dt/dx = 0. Donc, g(x) alors f (x) = g (x)/( g(x)). En utilisant cette formule : dt dx = (x x ) + (x x ) v (x x ) + y v (x x ) + y dt dx = 0 (x x ) = (x x) v (x x ) + y v (x x ) + y 5) côté opposé sinus = hypothénuse = x x v (x x ) + y = x x. v (x x ) + y

11 CHAPITRE. RÉFRACTION 0 x x vitesse v j M i M x x vitesse v x i i x x M sin(i ) = x x (x x ) + y 6) D aprés les résultats s question 4 et 5, on déduit que : et sin(i ) = x x (x x) + y sin(i ) v = sin(i ) v. 7) Si les particules sont s photons, alors leur vitesse est reliée à l indice réfraction : vitesse = c/n. Donc = n v c et = n v c. Donc : n sin i = sin i sin i v v c = sin i n c n sin i = n sin i Ceci montre que la loi Descartes est une conséquence ce que, pour aller d un point à un autre, la lumière choisit le chemin qui lui prend le moins temps possible..3 Prisme Le tableau ci-ssous donne les valeurs s indices réfraction, pour quelques substances, et pour les ux couleurs extrêmes du spectre visible. Ces valeurs montrent que l on peut en général négliger la variation l indice l air, vant celles du verre ou l eau. n Air Verre Eau Violet,00078,680,3435 Rouge,00076,596,33 Un rayon lumière blanche arrive sur la face d un prisme isocèle, avec un angle d incince i = 60 o. Le prisme est taillé dans du verre ordinaire. Reproduire le prisme avec une base 5 cm. Tracer soigneusement la marche ce rayon lumineux dans le prisme, avec l hypothèse qu il s agit lumière violette, puis lumière rouge. Les données nécessaires sont regroupées dans le tableau ci-ssus. Conclure quant au comportement d un faisceau lumière blanche, et retrouver les positions relatives s bans violettes et rouge sur l écran d observation, telles que constaté lors l expérience décomposition la lumière blanche par un prisme, dite expérience Newton.

12 CHAPITRE. RÉFRACTION On traite d abord le cas du rayon violet. Première réfraction à l entrée du prisme : sin i = n sin i sin i = ( ) sin(60) n sin i i = sin = 3, 03 o, 68 Pour calculer l angle d incince i la uxième refraction (sortie du prisme), on écrit que la somme s angles d un triangle vaut 80 o. L angle i sortie vérifie : 60 + (90 i ) + (90 i ) = 80 i = 60 i = 8, 97 o. n sin i = sin i i = sin (, 68 sin(8, 97)) 54, 46 o. Pour le rayon rouge, on trouve même : i = 3, 86 o, i = 7, 4 o, i = 46, 7 o i i 54,46.4 Utilisation la loi Descartes Une substance inconnue possè un angle critique α = 4 o lorsque le uxième milieu est l eau. Sachant qu un faisceau lumineux provenant cette substance possè un angle d incince i = 8 o, quel sera l angle réfraction dans l eau? On note n inc l indice réfraction la substance inconnue. L angle critique lorsque le uxième milieu est l eau étant α, on en déduit que : n inc sin(α) = n eau = { }} { sin(90) = n eau n inc = n eau sin(α). En appliquant la loi Descartes lorsque l angle d incince est i, on obtient, en notant i l angle réfraction : n inc sin(i ) = n eau sin(i ) sin(i ) = n inc sin(i ) = n eau n eau sin(α) ( ) ( ) i = sin sin(i ) sin(8) = sin 44, 6 o. sin(α) sin(4) sin(i ) = sin(i ) n eau sin(α).

13 CHAPITRE. RÉFRACTION.5 Reflexion totale On fixe une tige longueur L au centre d un disque en liège rayon R et perpendiculairement au disque (figure ci-ssous). On le place à l envers (tige en bas) à la surface l eau. Exprimer (en fonction R et n eau, l indice l eau) la longueur maximale la tige pour que cette rnière ne soit jamais visible l extérieur l eau. Application numérique : calculer le rapport L/R maximal en prenant n eau =, 33. Les rayons issus la tige qui ne sont pas arrétés par le disque sont s rayons faisant avec la vertical un angle supérieur à α = sin (R/ L + R ). L α R L rayon emergent reflexion totale R La tige ne sera pas visible puis la surface si pour tous ces rayons (ayant un angle d incince supérieur à α), il y a réflexion totale (donc pas rayon réfracté). Soit i l angle d incince d un rayon. Il y a réflexion totale lorsque : n eau sin i > sin i > Donc, pour que la tige ne soit pas visible, il faut que : sin α > n eau sin (sin ( )) R > L + R n eau Application numérique : n eau R L + R > n eau ( L R On en déduit que la longueur maximale L max la tige pour qu elle ne soit pas visible est : L max = R n eau. L max R =, 33 = 0, 88. La longueur la tige ne doit pas excér 88% du rayon du disque. ) ( ) L + < n eau < n R

14 CHAPITRE. RÉFRACTION 3.6 Fibre optique ) On considère une fibre optique constituée par un cylindre centrale (le cœur) d indice n et d une gaine cylindrique d indice n < n. Montrer que tout rayon situé dans un plan méridien la fibre et faisant un angle θ avec l axe reste prisonnier la fibre si θ < β où est β un angle que l on exprimera en fonction n et n. ) Soit L la longueur la fibre et c la vitesse la lumière dans le vi ; calculer la différence temps mis par le rayon mettant le moins temps pour parcourir la fibre et celui mettant le plus temps. 3) Application numérique : n =.6, n =, c = m/s et pour L prendre successivement L = m, 00 m et 0 km. ) D après la formule Descartes, l angle α que fait le rayon réfracté avec la perpendiculaire à la surface la fibre vérifie : : =cos θ { ( }} ){ π n sin θ = n sin(α) sin α = n cos θ n θ π/ θ α n n Pour que le faisceau reste prisonnier dans la fibre, il ne faut pas qu il y ait rayon réfracté. Le faisceau réfracé existe si sin α <. Donc, pour qu il n existe pas, il faut que : n n cos θ > cos θ > n n θ < =β { }} ){ cos ( n n (on a inversé le sens l inégalité car la fonction cos est décroissante). En conclusion, pour que le faisceau reste prisonnier dans la fibre, il faut que l angle θ soit inférieur à : ( ) β = cos n. ) θ L n θ θ θ θ d d d 3 d 4 d 5

15 CHAPITRE. RÉFRACTION 4 D après la figure ci-ssus, la distance D parcourue par le rayon est : D = d cos θ + d cos θ + d 3 cos θ + d 4 cos θ + d 5 cos θ + = cos θ (d + d + d 3 + d 4 + d 5 + ) = Le temps mis par ce rayon dans la fibre vaut donc t = D = c/n n L c cos θ. L cos θ. Le temps le plus court correspond à cos θ le plus grand. Puisque 0 < θ < β, cela correspond à cos θ = (θ = 0). Donc : t min = n L c. Le temps le plus long correspond à la valeur la plus petite pour cos θ, c est-à-dire à cos θ = cos β = n /n. Donc : La différence temps vaut donc : t max = n L c t max t min = n L c Remarque : si on envoie un flash durée δt dans la fibre, la durée du flash en sortie sera δt+t max t min. Ce flash s est donc étalé dans le temps. Pour que ux flash ne se superposent pas en sortie, il faut donc qu ils soit espacés d une durée supérieure à t max t min. Ce qui montre que le flux d information transmis par un fibre est nécessairement limité. 3) Application numérique : Un faisceau laser placé en S traverse une cuve transparente remplie d un liqui d indice n, avant frapper un écran en S. Dans cette cuve, on plonge une petite cuve faite d un verre d indice n > n, les faces cette petite cuve sont parallèles et très étroites. Elles délimitent un volume d air dont l indice sera pris égal à. Les faces la petite cuve étant primitivement perpendiculaires à l axe SS, on fait tourner cette petite cuve d un angle θ dans un sens ou dans l autre, autour d un axe perpendiculaire au plan la figure. On constate que l image S disparaît pour θ > θ 0. Expliquer ce phénomène, et montrer que la mesure θ 0 permet déterminer n. n n. ). n ( n Si L = m, t max t min =, 6 (, 6 ) 3, 0 9 s Si L = 00 m, t max t min = 00, 6 (, 6 ) 3, 0 7 s Si L = 0 4 m, t max t min = 04, 6 (, 6 ) 3, 0 5 s Indice d un liqui Cela vient l existence l angle critique réflexion totale : pour arriver dans le cube rempli d air, le rayon passe d un milieu d indice plus élevé vers un milieu d indice plus faible. indice n θ Laser S S θ Ecran indice n

16 CHAPITRE. RÉFRACTION 5 L angle d incince du faisceau sur la surface liqui/verre vaut θ. Il pénètre dans le verre avec l angle α (par rapport à la perpendiculaire à la surface). D après la loi Descartes : n sin θ = n sin α sin α = n sin θ. n Le faisceau pénètre ensuite dans l air, en faisant un angle β avec la perpendiculaire. D après la loi Descartes : {}}{ n air sin β = n sin α sin β = n n sin θ = n sin θ. n Puisque sin α doit être inférieur à, pour que le faisceau pénètre dans l air, il faut que n sin θ < θ < sin (n). Ensuite, le faisceau pénètre à nouveau dans le verre, puis dans le liqui. Il passe alors toujours vers un milieu d indice plus grand, ce qui fait que le rayon réfracté existe toujours. En conclusion : θ 0 < sin (n).

17 Chapitre 3 Formation d images 3. Formule conjugaison et construction graphique h =, 0 cm et situé à d = 6, 0 cm la lentille. ) Rappeler les conditions Gauss relatives à une lentille. ) A l ai d une lentille convergente vergence C = +5 δ, on observe un objet hauteur a) Par application la formule conjugaison, déterminer la position l image, sa taille et comparer son sens par rapport à celui l objet. b) Retrouver ces résultats à l ai d une construction graphique à l échelle. Comparer l image obtenue à l objet observé (grandissement et sens). L image est-elle réelle? Pourquoi? ) Condition Gauss : tous les rayons lumineux pénétrant dans les lentilles sont peu inclinés sur l axe principal et restent au voisinage cette axe. a) La vergence vaut C = 5 δ, la distance focale image la lentille vaut donc f = /5 = 0, 04 = 4 cm. Par application la formule conjugaison : OA OA = = OF OA OA + OF L objet étant situé à 6 cm à droite la lentille, OA = 6 cm. La distance focale vaut 4 cm donc OF = 4 cm. Donc : OA = = OA = cm. L image est donc située à cm à droite la lentille. Pour connaître la taille l image, utilise : A B AB = OA OA A B = AB OA OA On suppose AB > 0 (objet vers le haut) : AB = cm. On trouve : A B = 6 L image est donc inversée et taille cm. 6 = cm.

18 CHAPITRE 3. FORMATION D IMAGES 7 b) Le schéma ci-ssous est fait à l échelle /. Pour trouver la position et la taille l image, on trace un premier rayon issu du point B et partant parallèlement à l axe optique. Le rayon émergeant coupe l axe optique en F. On trace ensuite le rayon issu B et pasant par le point 0 (centre optique). Ce rayon n est pas dévié par la lentille et coupe le premier au point B. B A A F O F 3. Image virtuelle A l ai d une lentille convergente vergence C = +0 δ, on observe un objet hauteur h =, 0 cm et situé à d = 3, 0 cm la lentille. ) Par application la formule conjugaison, déterminer la position l image, sa taille et son sens. ) Retrouver ce résultat à l ai d une construction graphique à l échelle. 3) L image est-elle réelle? Pourquoi? 4) Dans ces conditions, la lentille constitue une loupe : expliquer pourquoi. ) C = +0 δ f = /0 = 0, 05 m = 5 cm. OA OA = = OF OA OA + = OF = 5. Donc, OA = 7, 5 cm. L image est donc située à 7, 5 cm à gauche la lentille. A B AB = OA OA A B = AB OA OA = 7, 5 3 L image est donc orienté vers le haut et mesure, 5 cm. B =, 5 cm. ) Le schéma ci-ssous est fait à l échelle /. Pour trouver la position et la taille l image, on trace un premier rayon issu du point B et partant parallèlement à l axe optique. Le rayon émergeant coupe l axe optique en F. On trace ensuite le rayon issu B et pasant par le point 0 (centre optique). Ce rayon n est pas dévié par la lentille. Il ne coupe pas le premier rayon ssiné. Cependant, en prolongeant le premier vers la gauche, on trouve, à l intersection, le point B.

19 CHAPITRE 3. FORMATION D IMAGES 8 B F A 3) Les rayons émergeants la lentille ne se coupent pas. Il n y a pas moyen d observer l image sur un écran (un écran est éclairé par les photons qui arrivent et convergent pour former l image. Ici, il n y a pa photons qui convergent pour former une image). Par contre, un œil situé à droite la lentille et obervant du côté la lentille va recevoir s rayons lumineux. Ces rniers sont (pour l œil) intiques à s rayons qui viendraient du point B : l œil a donc l impression voir s rayons venant d un objet situé en B. Alors que cet objet n existe pas. C est la raison pour laquelle A B est une image virtuelle. 4) L image A B est agrandie : la lentille fonctionne comme une loupe. 3.3 Lentille plan-convexe Une lentille plan-convexe est un bloc verre d indice n (placé dans l air d indice ), limité par une face plane et une face sphérique rayon R et centre C. Elle reçoit sur sa face plane un rayon lumineux parallèle à une distance h l axe optique (figure ci-ssous). ) Rappeler la loi Descartes sur la réfraction. ) Pourquoi le rayon n est-il pas dévié à la traversée la surface plane? 3) On suppose que les angle i et r sont suffisamment faible pour que leurs sinus et tangente soient C F B A O peu différents l angle exrimé en radian. Montrer que i = h/r. En déduire l expression r en fonction h, R et n. rayon R h i a O F 4) Calculer l angle a en fonction h, R et n. 5) En supposant que la lentille est mince, déduire la question 4) l expression la distance focale f la lentille, en fonction R et n. 6) Que vaut f lorsque n? Est-ce normal? 7) Déduire la question 5) que la lentille est d autant plus convergente que le rayon est petit et que l indice n est grand. r

20 CHAPITRE 3. FORMATION D IMAGES 9 ) n sin i = n sin i, où i est l angle que fait le rayon lumineux incint (milieu d indice n ) avec la normale du plan se séparation, et i l angle que fait le rayon refracté (milieu d indice n ) avec cette même normale. ) L angle d incince est i = 0, donc sin i = 0 et donc, d aprés la loi Descartes, sin i = 0, ce qui implique i = 0. i = i = 0 : le rayon n est pas dévié. 3) sinus = (côté opposé) / (Hypoténuse) sin i = h/r. i étant petit, sin i i et donc i = h/r. Loi Descartes n sin i = sin r n i = r. En conclusion : r = nh R. 4) Il apparaît, d après la figure ci-ssous, que a = r i. C i O i r r i a Or, r = nh R nh et i = h/r donc a = h/r. En conclusion : R a = h R (n ). 5) Le foyer image est le point où convergent les rayons incints parallèles à l axe optique. En considérant le triangle formé par O,F et le point où le rayon émergent sort la lentille, on obtient h = tan(a) a, car vu que la lentille est mince, on peut assimiler le point 0 à l intersection la OF verticale du point où le rayon émerge avec l axe optique. Donc : OF = h a = h R h (n ) = R n. OF est indépendant h, donc tous les rayons incints parallèles à l axe optique (quelle que soit leur hauteur h) convergent en F. La distance focale vaut donc : f = R n. 6) n = f = R =. Cela était prévisible : si n =, la lentille n existe pas, et donc les rayons incints parallèles entre eux se coupent... à l infini. 7) Une lentille est d autant plus convergente que sa distance focale est petite (ou que sa vergence, C = /f, est gran). D après la relation f = R, on constate que plus R est petit, plus f est petit (plus C n est grand). De même, plus n est grand, plus f est petit (plus C est grand).

21 CHAPITRE 3. FORMATION D IMAGES Utilisation s formules conjugaison et grandissement On observe sur un écran l image d un objet perpendiculaire à l axe optique, dimension cm. L objet est situé à 5 cm vant la lentille et l écran est placé à 30 cm celle-ci. ) En utilisant la formule conjugaison, calculer la distance focale la lentille. En déduire sa vergence. ) Calculer la taille l image. 3) On rapproche l objet précént la lentille : l image est maintenant droite et trois fois plus gran que l objet. Donner la valeur du grandissement transversal du montage, et en déduire une relation entre les granurs algébriques OA et OA. 4) En utilisant la formule conjugaison s lentilles minces, exprimer OA en fonction la distance focale la lentille. Faire l application numérique. 5) Où est placé l objet par rapport à la lentille? ) = OF OA OA = 30 5 = 0. La distance focale la lentille vaut f = 0 cm. ) A B AB = OA OA A B = AB OA OA = ) La valeur du grandissement transversal est A B /AB = 3 = cm OA OA = A B AB = +3 OA = 3 OA. 4) = OF OA OA = 3OA OA = 3 OA On en déduit que f = 3 OA et donc que OA = 3 f 6, 7 cm. 5) L objet est donc situé entre le foyer objet et la lentille (6, 7 cm avant la lentille). Il est à noter que l image est dans ce cas une image virtuelle. 3.5 Doublet lentilles ) Soit A B l image AB par la lentille L. Calculer O A puis O A. Deux lentilles L et L distances focales images f et f sont placées sur le même axe, respectivement aux points O et O. La lentillel est située avant L. On appelle e la distance entre O et O. On place un objet AB à la distance d vant la lentille O. ) Soit A B l image A B par la lentille L. Calculer O A. 3) Soit d 0 la valeur la distance d telle que l image A B soit à l infini. Calculer d 0 en fonction e, f et f. 4) On suppose que la distance d est infinie (c est-à-dire qu elle est beaucoup plus gran que e, f et f ). Que vient O A? 5) Toujours dans le cas où d est infinie, montrer qu il existe une certaine valeur e telle que O A est aussi infinie. Calculer cette valeur. 6) Que vaut alors d 0 (calculée à la question 3)?

22 CHAPITRE 3. FORMATION D IMAGES ) O A O A = O F O A = d + f O A = /d + /f O A = d = e { }} { O 0 +O A = e e. /d + /f B A A A F O F F O F B B ) De même qu à la question, on trouve : O A = /O A + /O F =. /O A + /f En remplaçant O A par son expression calculée à la question, on trouve : O A = /d+/f e + f 3) O A = /d 0 +/f e + f d 0 + f = 0 = e f d 0 = f 4) d = /d = 0. D après la question, on obtient : /d 0 +/f e = f + f e d 0 = /d 0 + /f f +. f e e = f O A = 5) 0+/f e + f = f e + f O A = f e + = 0 f f = e f e = f + f. 6) En prenant e = f + f dans la formule donnant d 0, trouvée à la question 3, on obtient : d 0 = f = + f (f +f ) f + f = 0 =. Il est logique trouver d 0 = car le cas où e = f + f correspond (d après la question 5) au cas où (objet à l infini) (image à l infini)

23 CHAPITRE 3. FORMATION D IMAGES 3.6 Microscope Un microscope possè un objectif L (O, f = 0, 5 cm) et un oculaire L (O, f = cm). Un objet lumineux AB est observé. On définit la distance par = F F =, 3 cm. ) A quelle position placer AB, par rapport à l instrument, pour obtenir une vision à l infini. Déterminer la puissance intrinsèque P i du microscope (rapport entre l angle sous lequel on voit l objet en sortie et la taille l objet). ) On observe désormais les globules du sang humain dimension 7 µm. Quel est l angle sous lequel on voit un globule à travers l instrument, pour une visée à l infini? 3) Du fait la structure granulaire la rétine, l œil ne peut distinguer ux points que si l angle sous lequel il les voit est au moins égal à ɛ =, 5. Trouver en fonction ɛ, f et f, la taille l du plus petit objet dont les points A et B sont vus distinctement à travers le microscope. Calculer l et comparer cette valeur à la longueur d on moyenne du rayonnement utilisé. Conclure. ) Pour obtenir une vision à l infini, il faut que l image donnée par l oculaire L soit située à l infini. Or une lentille donne une image à l infini lorsque l objet est situé dans son plan focal objet. Il faut donc que l image intermédiaire A B se trouve dans le plan focal objet L. Donc 0 A = f +. B A F objectif 0 F F 0 F (L ) A oculaire α B (L ) En appliquant la formule conjugaison : O A O A = O F O A = = O A O F f + O f A = Par ailleurs A B f f + f Pour calculer l angle α sous lequel on voit l objet en sortie, on calcule d abord la taille (algébrique) A B l image intermédiaire : A B AB = O A 0 A A B = AB O A = tan(α ) α d où : La puissance P i = α /AB vaut donc : ( O A = AB (f + ) f + ) f α = AB f = AB. f f f = AB. f. P i = f f =, , 5 0 = 30 m. ) α = AB P i = = 8, rad. 3) α = ɛ AB = ɛ/p i = ɛf f.

24 CHAPITRE 3. FORMATION D IMAGES 3 On en déduit que la taille minimale visible avec le microscope vaut : l = ɛf f. Application numérique : ɛ =, 5 =, 5/60 gres =, 5/60 π/80 0, rad. Donc : l = 0, , 5 0 3, m = 0, 36 µm., 3 0 La longueur d on moyenne est l ordre λ 600 nm = 0, m. Cette longueur d on fixe l ordre granur la taille du plus petit objet visible, en raison du phénomène du diffraction. Puisque λ > l, on en déduit que ce qui est limitant pour voir petits objet n est pas la valeur ɛ, mais la diffraction. Il serait donc vain chercher à améliorer la résolution en prenant par exemple s lentille plus convergentes ( plus faibles distances focales).

25 Chapitre 4 Radioactivité données : masse d un électron : m e = 9,.0 3 kg, masse d un proton : m p =, kg, masse d un neutron : m n =, kg 4. Atomes Indiquer le nombre protons, neutrons et d électrons présents dans chacun s atomes suivants : 40 0Ca 5 4Cr 3 54 Xe Un noyau comportant Z protons et N neutrons est noté sous la forme : A ZX N. A est le nombre nucléons, c est-à-dire le nombre protons et neutrons : A = Z + N. 40 0Ca : Z = 0 protons et N = 40 0 = 0 neutrons. L atome étant neutre, il y a autant d électrons que protons, soit 0 électrons. 4Cr : Z = 4 protons et N = 5 4 = 8 neutrons. Il y a donc aussi 4 électrons Xe : Z = 54 protons et N = 3 54 = 78 neutrons. Il y a donc aussi 54 électrons. 4. Décroissance radioactive d une source plutonium Une masse m d élément radioactif contenu dans une source scellée diminue au cours du temps selon la loi exponentielle suivante : m(t) = m 0 exp( λt) où m 0 est la masse initiale d élément radioactif, λ est la constante radioactive reliée à la pério T l élément. ) La pério T décroissance radioactive se définissant comme l intervalle temps au cours, montrer duquel statistiquement la moitié s noyaux subiront une désintégration, N(t + T ) = N(t) que la constante radioactive λ est reliée à la pério l élément par l expression : λ = ln ) Un container renferme une source radioactive constituée par m 0 = 50 mg plutonium 39 P u provenant d un réacteur nucléaire. La pério radioactive T du plutonium est ans. Tracer dans un graphe ln m(t) en fonction t sur ans. 3) Combien d années faut-il attendre pour que la masse plutonium radioactif ne soit plus que % la masse initiale? 4) Combien noyaux y a-t-il dans un échantillon cet isotope à l instant t = 0? 5) En déduire l activité l échantillon. 6) Combien noyaux reste-t-il ans plus tard? Quelle est alors l activité l échantillon? 4 T.

26 CHAPITRE 4. RADIOACTIVITÉ 5 ) N(t + T ) = N(t) m(t + T ) = m(t) exp ( λ(t + T )) = exp( λt) exp( λt) exp( λt ) = exp( λt) exp( λt ) = λt = ln = ln. λ est donc reliée à T par la relation : λt = ln ) La constante radiactive vaut λ = ln /4000, an. m(t) = m 0 exp( λt) ln(m(t)) = ln(m 0 ) λt = ln(m 0 ) ln() t : il faut donc tracer une droite T d ordonnée à l origine ln(m 0 ) = 3, 9 et passant au point coordonnées : (00000, ln(m 0 ) ln() 00000)=(00000;, 04) 4000 ln (m(t)) temps (an) ) m(t) = 0, 0 m 0 0, 0 = exp( λt) ln(0, 0) = λt t = ln(00) λ, ans. = 4000 ln(00) ln() 4) Pour 39 P u, le nombre nucléons vaut A = 39. En négligeant la différence entre la masse d un proton et d un neutron, et en négligeant la masse s électrons vant celle s protons, on trouve que la masse d un atome plutonium 39 vaut m pu 39 m p. Le nombre noyaux (à l instant t = 0) vaut donc : N P u = m 0 = m P u , 67 0 =, ) L activité est le nombre désintégration par unité temps, c est-à-dire λ N pu =,89 0 5,5 0 0, Bq. 6) Au bout ans, il reste :, exp (, ) 9, noyaux. L activité vaut donc, , , Bq Décroissance radioactive Un échantillon l isotope 3 53 I a eu son activité divisée par 6 en 3 jours. ) Tracer qualitativement sur un graphe à ux échelles linéaires la décroissance l activité en fonction du temps : l unité temps sera la pério T l isotope ; on indiquera a(t = 0) = a 0 ; ainsi que les valeurs a(t = nt ) pour n =,, 3 et 4, en fonction a 0, n et s puissances. ) En déduire la pério T 3 53 I 3) Quelle est la masse du radio-isotope 3 53 I correspondant à une activité, Bq? ) L activité est divisée par chaque fois que la durée s est écoulée : a 0 T T a 0 a 0 a 0 a T T

27 CHAPITRE 4. RADIOACTIVITÉ 6 activite a o 0 a / o a o/4 a o/8 a /6 o T T 3T 4T 5T temps ) L activité est divisée par 6 au bout la durée 4T. On en déduit que 4T = 3 jours et donc que T = 8 jours. 3) L activité est le nombre désintégration par unité temps : a = λn = ln()/t n où n est le nombre noyaux. Donc : n = a T ln(). La masse d un atome 3 53 I est égale à : m I = (nombre protons) m p +(nombre neutrons) m n +(nombre d électrons) m e (nombre nucléons) où l on a négligé la masse s électrons, et la différence masse entre un proton et un neutron. On en déduit que la masse l échantillon vaut : a T m = 3 m p ln() = 3, 67, , 04 0 kg ln() 4.4 Production et désintégration du technetium 99m T c Le technétium 99m T c (état excité 99 T c), est émetteur rayons γ utilisés en mécine nucléaire pour détecter les tumeurs cervicales (γ caméra) : 99m 43 T c T c + γ La pério désintégration T 99m T c est 6 heures. Le 99m T c est lui-même produit par la désintégration β du molybdène 99 Mo, dont la pério T est 66,5 heures : 99 4Mo 99m 43 T c + e + ν. On désignera avec l indice les paramètres radioactifs (pério, constante radioactive, activité) relatifs à l élément 99 Mo, qui subit la réaction désintégration à l origine la production du 99m T c, et ceux relatifs au technétium 99m T c seront désignés avec l indice. Les réactions nucléaires filiation peuvent alors se schématiser : 99 Mo 99m T c 99 T c () () (3) λ λ

28 CHAPITRE 4. RADIOACTIVITÉ 7. Variation en fonction du temps du nombre noyaux N (t) 99 Mo et activité a (t) a) Exprimer la variation dn du nombre N noyaux () pendant l intervalle temps dt (expression littérale en fonction N, λ ). b) En déduire l expression littérale la variation da l activité a en fonction a, λ. c) Résoudre l équation différentielle la question b) pour retrouver la loi variation a en fonction du temps (on posera a 0 = activité du radioélément () au temps initial). a) Le nombre noyaux qui se désintègrent pendant la durée dt est proportionnel au nombre noyaux présents (N ) et à la durée dt. Le facteur proportionalité est la constante radioactive λ. La variation du nombre noyau est égale à moins le nombre noyaux qui se sont désintégrés, donc : b) L activité vaut a = λ N donc dn = λ N dt. da = λ dn = λ ( λ N dt) = λ a dt. c) t 0 dt = [t]t 0 = t 0 = t da = λ a dt da. Variation en fonction du temps du nombre noyaux N (t) 99m T c et activité a (t) a) Exprimer la variation dn du nombre N noyaux () pendant l intervalle temps dt en fonction N, λ, N, λ ). dt, donc il apparaît λ N dt noyaux pendant dt, a = λ dt a a 0 da a = [ln(a )] a a 0 = ln(a ) ln(a 0 ) = ln a a 0. On en déduit que : b) L activité s noyaux est le nombre noyaux qui se désintègrent par unité temps : a = λ N. On en déduit que da = λ dn et donc : a da = a 0 a t 0 t λ dt = λ dt. ln a a 0 = λt a a 0 = exp ( λ t) a = a 0 exp ( λ t). b) Trouver l expression da l activité a en fonction a, a, λ, que l on arrangera sous la forme d une équation différentielle : da K dt + K a = f(t) où K et K s constantes. c) Vérifier que la solution l équation différentielle (question b) est : a (t) = a 0 λ λ λ ( e λ t e λ t ). a) Il y a ux contributions pour la variation N : les noyaux qui se désintègrent viennent s noyaux. Il se désintègre λ N dt noyaux pendant les noyaux se désintègrent (et donc disparaissent). La variation du nombre noyaux pendant la durée dt ; dûe à leur désintégration, vaut λ N dt. La variation totale du nombre noyau pendant la durée dt vaut donc : dn = λ N dt λ N dt. da = a dt a dt da = λ (a a ) dt. λ 0

29 CHAPITRE 4. RADIOACTIVITÉ 8 En divisant par dt on obtient : da dt + λ a = λ a = λ a 0 exp ( λ t). En conclusion : da dt + λ a = λ a 0 exp ( λ t). c) On dérive la soultion proposée dans l énoncé : da dt = a ( 0 λ e λt + λ e ) λ t. λ λ On y ajoute λ a, toujours en utilisant la solution proposée dans l énoncé : ce qui correspond à la condition initiale. et tracer sur un même graphe les variations a et a. d) Si, pour que cette source soit utilisable en Mécine nucléaire, il faut que l activité a l échantillon soit supérieure ou égale à 5 Ci, estimer à l ai la courbe dans quel intervalle temps cette source peut être utilisée. c) λ da dt + λ a = a 0 λ λ λ ( λ e λ t + λ e λ t ) + a 0 λ λ λ ( λ e λ t λ e λ t ) = a 0 λ λ λ ( λ e λ t + λ e λ t ) = a 0 λ e λ t. On constate donc que l expression proposée par l énoncée est bien une solution l équation différentielle da dt + λ a = λ a 0 exp ( λ t). Par ailleurs, en prenant t = 0 dans cette expression, on trouve a = 0, 3. Tracés s variations a (t) et a (t) A l instant initial on dispose d une source 99 Mo dont l activité vaut a 0 = 8, 5 Ci. Cette source ne contient pas technétium : a (t = 0) = 0. a) Calculer l activité a du 99 Mo et l activité a du 99m T c au temps t = 0 h. b) L activité a du 99m T c passe par un maximum. Déterminer le temps t max pour lequel le maximum est atteint et les valeurs a (t max ) et a (t max ). On rappelle qu une fonction admet un extremum quand sa dérivée s annule (Sachant qu au départ l activité est nulle, l activité va commencer par croître, donc le premier extremum sera un maximum) c) Compléter le tableau valeurs : t (h) a (t) (Ci) 8,5 a (t) (Ci) 0 a) a (t = 0 h) = 8, 5 exp( 0 a (t = 0 h) = 8, 5 66,5 /6 /6 /66,5 b) La dérivée a (t) a déjà été calculée : ln()) 7, 66 Ci. 0 (exp( ln()) exp( 0 ln())) = 5, 48 Ci 66,5 6 da dt = a λ ( 0 λ e λt + λ e ) λ t. λ λ Elle s annule lorsque λ exp( λ t) = λ exp( λ t), c est-à-dire lorsque : λ λ = exp ((λ λ )t) t max = ln(λ /λ ) λ λ = 6/66, 5 ln()/66, 5 ln()/6, 9 h

30 CHAPITRE 4. RADIOACTIVITÉ 9 t (h) a (t) (Ci) 8,5 7,66 6,90 6, 5,60 5,05 4,55 4,0 3,69 3,33 3,00 a (t) (Ci) 0 5,48 6,66 6,54 6,07 5,5 4,99 4,50 4,06 3,66 3,9 a (t) activite (Ci) temps (h) 0 40 La totalité l io la source précénte est en fait injectée dans la thyroï d un patient. La ) L activié est divisée par chaque fois d une durée égale à la pério radioactive T p s écoule : elle passe 60 d) l activité a (t) est supérieure à 5 Ci pour 8, h < t < 60 h. L examen vra donc survenir entre 8, h et 60 h aprés l injection. ) dn = λn N(t) = N dt 0 exp( λ p t). L activité est le nombre désintégrations par unité temps : a = λ p N. On en déduit que a(t) = a 0 exp( λ p t). Puisque λ = ln()/t p, il vient : a (t) 4.5 Pério physique et pério biologique L io 3 53 I a une pério décroissance radioactive T p = 8 jours. L activité initiale d une source radioactive constituée 3 53 I est a 0 = 400 µci. ) Pour que l activité la source s abaisse à 00 µci, combien temps faut-il attendre? ) Donner l expression (en fonction T p et a 0 ) l évolution l activité la source en fonction du temps. diminution l activité l io contenu dans la thyroï résulte alors à la fois la décroissance radioactive et l élimination biologique (qui satisfait elle aussi à une loi exponentielle caractérisée par une pério décroissance T b ). La pério effective décroissance l io dans la thyroï est alors T. 3) La pério effective T est-elle supérieure ou inférieure à T p? Justifier votre réponse. 4) Donner l expression la variation du nombre noyaux pendant dt. 5) Donner l expression (en fonction du temps, T b, T p et a 0 ), l évolution l activité l io contenu dans la thyroï. 6) L activité l io dans la thyroï mesurée 6 jours après l injection est 00 µci. Calculer la pério T b d élimination biologique. donc a 0 = 400 µci à a 0 / = 00 µci au bout la durée T p = 8jours, puis a 0 / = 00 µci à a 0 /4 = 00 µci au bout d une autre durée T p. En conclusion, il faut attendre la durée T p = 6 jours pour que l activité s abaisse à 00 µci. ( a(t) = a 0 exp ln()t ). T p 0 40.

31 CHAPITRE 4. RADIOACTIVITÉ 30 3) La pério effective est le temps au bout duquel la moitié l io radiactif a disparu. Il y a ux origines à cette disparition : la désintégration et l élimination biologique. L io radiactif disparît plus vite que s il n y avait pas d élimination biologique. Donc : T < T p. 4) L élimination biologique satisfait à une décroissance exponentielle donc le nombre noyaux dn b éliminés par le processus biologique est proportionnel au nombre total noyaux (N), la constante proportionnalité étant λ b = ln()/t b : dn b = λ b N = ln() N dt. De même, le nombre noyaux qui se désintègrent vaut dn p = ln() T p N dt. La variation totale du nombre noyaux est donc dn b dn p. Et donc : dn = ln() T b N ln() T p 5) L équation différentielle précénte (question 4) est la même forme que celle la question, à condition prendre comme constante λ eff = ln()(/t b + /T p ). Donc : En conclusion : T b λ eff { ( }} { N = ln() + ) N dt. T b T p ( N(t) = N 0 exp( λ eff t) = N 0 exp( ln() + ) t). T b T p l activité est le nombre désintégration par unité temps : a(t) = λ p N(t) = ln()/t p N(t) = a 0 ( ( { }} { λ p N 0 exp ln() + ) ) t T b T p ( ( a(t) = a 0 exp ln() + ) ) t. T b T p 6) L activité passe 400 Ci à 00 Ci en 6 jours : elle est donc divisée par ux en six jours. On en conclut que T eff = ln()/λ eff = 6 jours, ln() λ eff = ln() ln() ( ) = T b + T p T b + T p = 6 jours, T b + T p = 6 T b = 6 T p = 6 8 = 4. La pério d élimination biologique vaut donc T b = 4 jours.

32 CHAPITRE 4. RADIOACTIVITÉ Dispersion s photons dans l espace On considère une source ponctuelle émettant façon isotrope N particules par secon. Imaginons que cette source soit placée au centre d une sphère rayon r. ) Combien particules sortent par la surface totale la sphère par secon? ) Combien particules sortent d une surface δs la sphère par secon? (on rappelle que la surface d une sphère rayon r vaut 4πr.) 3) Si δs représente la surface d entrée d un détecteur, en déduire la loi théorique donnant le taux comptage en fonction la distance r (distance source-détecteur). 4) Une source radioactive ponctuelle, localisée à cm profonur dans le tissu musculaire, émet façon isotrope s photons. Combien photons sortiraient par secon d une sphère muscle centrée sur la source cm rayon sachant que la moitié s photons est absorbés par le muscle et que l activité la source correspond à l émission N 0 = photons par secon. 5) Un détecteur fenêtre surface 5 cm, est placé à 0 cm la source précénte. Calculer le nombre photons qui arrivent chaque secon sur la fenêtre du détecteur (on négligera l atténuation s photons dans l air). ) N photons sont émis la source chaque secon. Tous ces photons vont traverser la sphère. Il y a donc N photons qui traversent la surface chaque secon. ) Le nombre n photons traversant une surface δs est proportionnel à cette surface : si cette surface est ux fois plus gran, ux fois plus photons vont la traverser. On a donc : n = kδs où k est une constante. Pour déterminer k, on prend δs = 4πr (la surface totale d une sphère rayon r). D après la question, n vaut alors N. Donc : n = kδs N = k 4πr k = N 4πr. En conclusion : le nombre particules sortant la surface par secon vaut : n = N 4πr δs. 3) Si le détecteur est suffisamment loin, on peut l assimiler à une portion spère rayon r centrée sur la source ponctuelle. D après la question, le taux comptage vaut donc : n = N 4πr δs. 4) La moitié s photons est absorbée. Il sort donc cette sphère N = N 0 / photons par secon. 5) n = N δs = N 4πr 0 δs = πr 8 π 0, détecteur. 8, 4. 8,4 photons arrivent chaque secon sur la fenêtre du

33 Chapitre 5 Hydrostatique Valeurs numériques : On donne : ρ Hg = 3.6 g/cm 3, ρ air =.6 kg/m 3, ρ He = 0.60 kg/m 3 et ρ eau = 0 3 kg/m Pressions océaniques Quelle est la pression dans l océan à une profonur h? Vérifier l homogénéïté cette formule. Application numérique : pour h = 0 m, h = 000 m, h = 035 m (fosse s Mariannes, Pacifique Est). On prendra g = 0 m.s et P 0 = 0 5 P a pour la pression atmosphérique. On utilise la formule P = ρg h entre la surface l eau (hauteur h 0 = 0 et pression P = P 0 ). On obtient P P 0 + ρg(h h 0 ) P = P 0 + ρgh. [pression] = [force]/[surface] = [masse][acceleration]/[surface] = M.LT.L = M.L.T. [ρgh] = [ρ][g][h] = [masse]/[volume].[acceleration].[longueur] = M.L 3.L.T.L = M.L.T. L équation est donc bien homogène. Pour h = 0 m : P = = 0 5 P a. Pour h = 000 m : P = =, P a. Pour h = 035 m : P = , 0 8 P a. 5. Poussée d Archimè présence sel dans les océans modifie la masse volumique l eau mer : l eau s océans a une Un iceberg est constitué d eau douce provenant s glaciers (contrairement à la banquise qui est constituée d eau salée congelée). Sa masse volumique est donc intique à celle d un glaçon. La masse volumique plus importante que l eau du robinet. En prenant ρ glace = 0.9 kg/l et ρ ocean =.05 kg/l, calculer le rapport entre le volume émergé (V e ) et le volume immergé (V i ) d un iceberg dans l océan. La masse totale l iceberg est : m totale = ρ glace (V e + V i ). Le poids l iceberge est donc : P oids = ρ glace (V e + V i ) g La poussée d archimè est égale au poids l eau mer déplacée par le glaçon = ρ ocean V i g. 3

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

TD d optique n o 3 Lentilles sphériques minces

TD d optique n o 3 Lentilles sphériques minces Lycée rançois Arago Perpignan M.P.S.I. - TD d optique n o Lentilles sphériques minces Exercice - Constructions de rayons émergents. Représenter les rayons émergents correspondants aux rayons incidents

Plus en détail

Cours S6. Formation d une image

Cours S6. Formation d une image Cours S6 Formation d une image David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Le miroir plan 1 1.1 Le miroir plan...............................................

Plus en détail

Feuille d'exercices : optique géométrique

Feuille d'exercices : optique géométrique Feuille d'exercices : optique géométrique P Colin 2015/2016 Formulaire : Rappel des relations de conjugaison pour une lentille mince L de centre O, de foyer objet F, de foyer image F et de distance focale

Plus en détail

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES

XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES page XII- XII. ASSOCIATIONS DE LENTILLES SPHERIQUES MINCES Le but de ce chapitre est de rencontrer quelques-unes des nombreuses associations de lentilles sphériques minces tout en manipulant les connaissances

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 1. Œil, lentilles minces et images. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 1. Œil, lentilles minces et images. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono!. Mots manquants a. transparents ; rétine b. le centre optique c. à l'axe optique d. le foyer objet e. OF ' f. l'ensemble des milieux transparents; la

Plus en détail

O 2 Formation d images par un système optique.

O 2 Formation d images par un système optique. par un système optique. PCS 2015 2016 Définitions Système optique : un système optique est formé par une succession de milieux homogènes, transparents et isotropes (MHT) séparés par des dioptres (et /

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1. Introduction à l optique géométrique...1. Chapitre 2. Formation des images... 13. Chapitre 3

Table des matières. Chapitre 1. Introduction à l optique géométrique...1. Chapitre 2. Formation des images... 13. Chapitre 3 Cours d'optique non linéaire Table des matières Chapitre 1 Introduction à l optique géométrique...1 Chapitre 2 Formation des images... 13 Chapitre 3 Lentilles minces sphériques... 21 1. Propagation de

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr)

MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) 1 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 2 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 3 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 4 MONJAUD Robin (monjaud@efrei.fr) Mme L Hernault 5

Plus en détail

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir Question O1 Vous mesurez 180 cm, vous vous tenez debout face à un miroir plan dressé verticalement. Quelle doit être la hauteur minimale du miroir pour que vous puissiez vous y voir des pieds à la tête,

Plus en détail

Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille. Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille. Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Définition : Les miroirs sphériques Un miroir sphérique est une

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 1 : Formation des images par une lentille Cours 1. Vision d un objet : Un objet ne peut être vu que s il émet de la lumière et que celle-ci pénètre dans l

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

LES LENTILLES MINCES

LES LENTILLES MINCES LES LENTILLES MINCES I. GÉNÉRALITÉS Une lentille est un milieu transparent, homogène et isotrope limité par deux dioptres sphériques ou un dioptre sphérique et un dioptre plan. n distingue deux types de

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

OA = 1 f. OA = 1 f Relation de grandissement : γ = A B OA. AB = OA

OA = 1 f. OA = 1 f Relation de grandissement : γ = A B OA. AB = OA Lentille f = 0 cm Lentille f = 20 cm 5,0 20,0 25,0 30,0 25,0 30,0 35,0 40,0 (cm ) 0,0667 0,0500 0,0400 0,0333 (cm ) 0,0400 0,0333 0,0286 0,0250 30,0 20,0 6,7 5,0 00,0 60,0 47,0 40,0 (cm ) 0,0333 0,0500

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Partiel PHY121 Mécanique du point

Partiel PHY121 Mécanique du point Université Joseph Fourier Grenoble Licence Partiel PHY2 Mécanique du point Vendredi 23 mars 202 Durée h30 Calculatrices et documents non-autorisés Pour chaque question, 4 réponses sont proposées dont ou

Plus en détail

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel)

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Octobre 2014 Table des matières Spectre électromagnétique... 3 Rayons lumineux... 3 Réflexion... 3 Réfraction... 3 Lentilles convergentes...

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

TP 02 - Production et repérage d une image (partie 1)

TP 02 - Production et repérage d une image (partie 1) 1 TP 02 - Production et repérage d une image (partie 1) Le but de ce TP est de savoir réaliser une image de bonne qualité et de taille voulue sur un écran, mais aussi de savoir utiliser un viseur pour

Plus en détail

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique

Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Collège des Soeurs des Saints Coeurs Classe : EB9 ( A B ) Bauchrieh Date : mercredi 24 novembre 2010. Durée : 60 min. Physique Nom et numéro d ordre :. I. Réfraction de la lumière. ( 5 pts ) On donne :

Plus en détail

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES X LENTILLES SPHERIQUES MINCES Exercices de niveau Dans ces exercices vous apprendrez à manipuler correctement les relations de conjugaison et de grandissement, d abord dans des cas très simples puis plus

Plus en détail

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale Automne 2011 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Une lentille convergente dont l indice de réfraction est de 1,5 initialement

Plus en détail

Formation des images dans les conditions de Gauss

Formation des images dans les conditions de Gauss ormation des images dans les conditions de Gauss Table des matières 1 Définitions 3 1.1 Système optique............................... 3 1.2 Objet-Image................................. 3 1.2.1 Objet................................

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS YTÈME ENTRÉ DAN LE ONDITION DE GAU Table des matières 1 ystèmes centrés focaux 2 1.1 oyer image Plan focal image................................ 2 1.2 oyer objet Plan focal objet.................................

Plus en détail

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php 3LESLENTILLESMINCES Cette fiche de cours porte sur les lentilles minces. L approche est essentiellement descriptive et repose sur la maîtrise de la construction des rayons lumineux. Ce chapitre est accessible

Plus en détail

Exercices, dioptres sphériques et lentilles

Exercices, dioptres sphériques et lentilles 1 exercices, dioptres sphériques et lentilles Exercices, dioptres sphériques et lentilles 1 Lentille demi-boule Considérons une lentille demi-boule de centre O, de sommet S, de rayon R = OS = 5cm, et d'indice

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss SP4 Formation des images & Approximation de Gauss Objectifs de cette leçon : Définitions d un objet, d une image et d un système optique. Notions d objets et d images étendues Notions d objets et d images

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Devoir Surveillé n 3

Devoir Surveillé n 3 Devoir Surveillé n 3 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Exercice n 1 : Les taches solaires

Exercice n 1 : Les taches solaires Vendredi 14 octobre Contrôle de physique TS spé Sauf indication contraire, tout résultat doit être justifié. Calculatrice autorisée Exercice n 1 : Les taches solaires On se propose d étudier une lunette

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu P a g e 1 TS Physique Eercice résolu Enoncé -34 avant JC : Aristote déclare qu une masse d or, de plomb ou de tout autre corps pesant tombe d autant plus vite qu elle est plus grosse et, en particulier,

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Thème : Modèle et modélisation. Problématique : Comment fonction les lentilles optiques et à quoi servent-elles?

Thème : Modèle et modélisation. Problématique : Comment fonction les lentilles optiques et à quoi servent-elles? PENET François LAMARCQ Simon DELAHAYE Nicolas Les lentilles optiques Thème : Modèle et modélisation. Problématique : Comment fonction les lentilles optiques et à quoi servent-elles? Sommaire : Introduction

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave MPSI2, Louis le Grand ormation des images, instruments d optique Semaine du 8 au 15 octobre On prendra n = 1 pour l air dans tous les exercices. On produira une figure soignée pour chaque situation étudiée.

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

FICHE 5A LES LENTILLES MINCES. 1. Définition d une lentille. 2. Différents types de lentilles. Lentilles à bords minces. Lentilles à bords épais

FICHE 5A LES LENTILLES MINCES. 1. Définition d une lentille. 2. Différents types de lentilles. Lentilles à bords minces. Lentilles à bords épais FICHE 5A LES LENTILLES MINCES. Définition d une lentille Une lentille est un milieu transparent limité par deux dioptres dont l'un au moins est sphérique. D: diamètre d'ouverture. e: épaisseur. Une lentille

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section : i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa annuel - 61 Chapitre 7 : Chute d une bille dans un fluide I. Deux nouvelles forces : a) la Poussée d Archimède : Tout corps

Plus en détail

TP Physique n 1. Spécialité TS. I. Généralités sur les lentilles minces: Convention:

TP Physique n 1. Spécialité TS. I. Généralités sur les lentilles minces: Convention: TP Physique n 1 Spécialité TS Convention: Dans cet exposé, la lumière est supposée se déplacer de la gauche vers la droite. I. Généralités sur les lentilles minces: Une lentille est un milieu transparent

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002 Séance de TP 4 Lentilles minces Romain BEL 3 janvier 2002 1 Table des matières 1 Lentilles minces, stigmatisme, relations de conjugaison 3 1.1 Lentilles minces............................. 3 1.2 L'approximation

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL eercices SAVOIR SON COURS ❶ Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de

Plus en détail

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012 DS le er octobre 202 OPTIQUE ATOMISTIQUE NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Les copies illisibles ou mal présentées seront

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

obs.4 Un modèle pour l œil exercices

obs.4 Un modèle pour l œil exercices obs.4 Un modèle pour l œil eercices Savoir son cours Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de l

Plus en détail

Le modèle des lentilles minces convergentes

Le modèle des lentilles minces convergentes 1 Le modèle des lentilles minces convergentes LES LENTILLES MINCES CNVERGENTES résumés de cours Définition Une lentille est un milieu transparent limité par deux faces dont l'une au moins est sphérique.

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE

UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE TS Spécialité-ptique 1-formation d une image T.P-cours de Physique n 1 : IMGE RMEE PR UNE LENTILLE MINCE CNVERGENTE Partie : Produire des Il faudra être capable de : images et observer Positionner sur

Plus en détail

Nom :... Prénom :... Section :... No :... Exercice 1 (6 points) EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 2010-2011 Examen 14.01.2011

Nom :... Prénom :... Section :... No :... Exercice 1 (6 points) EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 2010-2011 Examen 14.01.2011 EPFL, Physique Générale I SIE & SMX, 200-20 Examen 4.0.20 Nom :... Prénom :... Section :... No :... Les seuls objets autorisés sont: Le formulaire "résumé mécanique" disponible sur le moodle une feuille

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

TP01 IMAGE FORMEE PAR UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE

TP01 IMAGE FORMEE PAR UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE TP0 IMAGE FORMEE PAR UNE LENTILLE MINCE CONVERGENTE I. QU EST-CE QU UNE LENTILLE CONVERGENTE?. Caractéristiques des lentilles disponibles avec le matériel d optique: Définitions : Une lentille est un solide

Plus en détail

Chapitre 4 Statique des fluides

Chapitre 4 Statique des fluides Chapitre 4 Statique des fluides Un fluide est corps liquide (état compact et désordonné) ou gazeux (état dispersé et désordonné). On ne s intéresse ici qu à une partie de la statique des fluides : la notion

Plus en détail

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil Manuel pages 19 à 34 Choix pédagogiques Les conditions de visibilité d un objet étant posées et la présentation de l œil réalisée, il s agit d étudier maintenant les mécanismes optiques de fonctionnement

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Opt 3 : LENTILLES SPHERIQUES MINCES DANS LES

Opt 3 : LENTILLES SPHERIQUES MINCES DANS LES Opt 3 : LENTILLES SPHERIQUES MINCES DNS LES CONDITIONS D PPROXIMTION DE GUSS. Les lentilles sont des systèmes optiques destinés à former des images par transmission et non par réflexion (contrairement

Plus en détail

Chapitre III : lentilles minces

Chapitre III : lentilles minces Chapitre III : lentilles minces Les lentilles minces sont les systèmes optiques les plus utilisés, du fait de leur utilité pour la confection d instruments d optique tels que microscopes, télescopes ou

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente Première S Chapitre mages formées par les systèmes optiques.. mage donnée par un miroir.. Lois de la réflexion Soit un rayon lumineux issu dun point lumineux S et qui rencontre en le miroir plan M. l donne,

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées.

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées. UNIVERSITÉ CHEIKH NT DIOP DE DKR /5 6 G 8 Durée : heures OFFICE DU BCCLURET Séries : S-S3 Coef. 8 Téléfax () 8 65 8 - Tél. : 8 95 9-8 65 8 Epreuve du er groupe SCIENCES PHYSIQUES Les tables et calculatrices

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé.

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. TP focométrie Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. Objectifs : déterminer la distance focale de divers lentilles minces par plusieurs méthodes. 1 Rappels 1.1 Lentilles... Une lentille

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE / CARACTERISTISQUES GENERALES DES INSTRUMENTS D OPTIQUE / Page 1 sur 26 PLAN DU COURS 1. DEFINITIONS... 2

OPTIQUE GEOMETRIQUE / CARACTERISTISQUES GENERALES DES INSTRUMENTS D OPTIQUE / Page 1 sur 26 PLAN DU COURS 1. DEFINITIONS... 2 OPTIQUE GEOMETRIQUE / CARACTERISTISQUES GENERALES DES INSTRUMENTS D OPTIQUE / Page 1 sur 26 PLAN DU COURS 1. DEFINITIONS.... 2 2. GRANDISSEMENT TRANSVERSAL... 3 3. DISTANCE FOCALE DE GAUSS... 3 4. PUISSANCE...

Plus en détail

ETUDE DES LENTILLES MINCES

ETUDE DES LENTILLES MINCES ETUDE DES LENTILLES MINCES I ) Définitions Une lentille est un milieu transparent limité par deux surfaces dont l une au moins n est pas plane. Parmi les lentilles minces, on distingue deux catégories

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail