Malgré une croissance économique réelle de. De 1981 à 2006, le taux de croissance annuel moyen LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Malgré une croissance économique réelle de. De 1981 à 2006, le taux de croissance annuel moyen LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS"

Transcription

1 LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS Marcel Boyer Les problèmes dont souffre le Québec, entre autres sur le plan des services de santé, de l éducation, de la recherche et du développement industriels, du soutien aux industries culturelles et du développement durable, sont des phénomènes interreliés qui découlent en bonne partie de la sous-performance relative du Québec en termes de croissance démographique, de développement économique et de création d emploi, affirme Marcel Boyer, titulaire de la Chaire Bell Canada en économie industrielle de l Université de Montréal. Cette situation dure depuis 25 ans, dit-il, et il est temps d y mettre fin. Pour ce faire, il propose une nouvelle «social-démocratie concurrentielle» qui repose sur cinq grands chantiers concernant le rôle des secteurs public et privé, la fiscalité, l utilisation des mécanisme de marché, la responsabilité individuelle et l évaluation des programmes et politiques publics. Québec s problems in areas like heath care, education, research and development, support for its cultural industry, and sustainable development are all interrelated, says Marcel Boyer, holder of the Bell Canada Chair in Industrial Economy. They all stem in good measure from the province s relative underachievement in population growth, economic development and job creation. This situation has persisted for 25 years, and it s time to put an end to it, he says. To do so, he proposes a new competitive social democracy based on major changes in the role of the public and private sectors, taxation, the use of market mechanisms, individual responsibility, and the evaluation of public programs and policies. Malgré une croissance économique réelle de 2,3 p. 100 par an depuis le début des années 1980, la situation relative du Québec se dégrade et il deviendra de plus en plus difficile, voire impossible, pour ce dernier de maintenir des services de qualité comparables à celles de ses partenaires économiques immédiats. Le Québec a un urgent besoin de réformes importantes et courageuses pour sortir du sillon de la sous-performance systématique. Cette situation dure depuis 25 ans : il est temps d y mettre fin. De 1981 à 2006, le taux de croissance annuel moyen du produit intérieur brut (PIB) réel québécois a été de 2,3 p. 100 comparativement à 3,0 p. 100 dans le reste du Canada. Ceci représente une augmentation du PIB réel de 76,6 p. 100 au Québec par rapport à 109,9 p. 100 dans le reste du Canada. Le PIB réel québécois ne représentait plus en 2006 que 20,5 p. 100 du PIB réel canadien, soit une diminution de 2,9 points de pourcentage depuis Si le rythme de la croissance des sept dernières années ( ) se maintient, l économie du Québec ne représentera plus que 17,5 p. 100 de l économie canadienne dans 25 ans. La part des investissements privés dans le PIB réel est systématiquement plus faible au Québec que dans le reste du Canada. L écart est de 2,75 points de pourcentage, ce qui correspond à un déficit d investissements privés au Québec de 6,8 milliards $ en En dépit d investissements publics plus importants, la part des dépenses totales d investissement reste plus faible au Québec. Ceci implique une dégradation continuelle des capacités de production et d innovation, et donc éventuellement de la position concurrentielle et de la compétitivité du Québec. Cette situation est d autant plus préoccupante que le Québec exportait en près de 60 p. 100 de sa production (ainsi, trois emplois 32 OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

2 sur cinq dépendent de débouchés extérieurs), dont les deux tiers à l international. Entre 1981 et 2006, le nombre total d emplois a augmenté de 34,9 p. 100 au Québec, de 49,5 p. 100 dans le reste du Canada et de 43,8 p. 100 aux États-Unis. Pendant cette période, le Québec a créé 18,8 p. 100 des emplois au Canada (16,6 p. 100 des emplois à temps plein et 25,3 p. 100 des emplois à temps partiel). Ainsi l économie du Québec a créé systématiquement moins d emplois, et surtout moins d emplois à temps plein, en proportion de sa population (23,5 p. 100 de la population canadienne en 2006). Si le Québec avait créé des emplois au même rythme que le reste du Canada et les États-Unis, ce sont emplois de plus (ou 26,8 p. 100) qui auraient été effectivement créés. Le taux d emploi, mesuré par la proportion de la population de 15 ans et plus détenant un emploi, s est établi en moyenne à 56,5 p. 100 au Québec, à 61,3 p. 100 dans le reste du Canada et à 62 p. 100 aux États- Unis de Pour , le taux d emploi a été de 59,4 p. 100 au Québec et de 63 p. 100 dans le reste du Canada et aux États-Unis. Pour réaliser la même performance, il faudrait au Québec emplois de plus (ou 5,1 p. 100) que ceux qu il comptait en Ces résultats impliquent que l écart «véritable» entre les taux de chômage au Québec (8 p. 100 en 2006), dans le ROC La performance économique du Québec : constats et défis On peut affirmer cependant qu il n est pas évident que le Québec ait un sérieux problème de dette publique. On pourrait certes préférer que la dette soit encore plus faible, mais le niveau actuel de cette dette reste fort probablement bien raisonnable par rapport à la valeur des actifs financiers et immobiliers qui la supportent : la valeur de la maison québécoise est de toute évidence très largement supérieure au montant de l hypothèque! En fait, c est au niveau des mécanismes de choix d immobilisations ou d investissements, qui conditionnent l évolution de la dette, que le bât blesse davantage. (5,8 p. 100) et aux États-Unis (4,6 p. 100) est en réalité plus important que ce que les chiffres officiels laissent voir. En effet, une création d emplois trop faible peut amener plusieurs individus à prendre leur retraite ou simplement à cesser leur recherche d emploi, auquel cas ils ne sont plus chômeurs sans pour autant travailler. Le véritable taux de chômage au Québec en 2006 est probablement plus près de 11 p. 100 que du taux officiel de 8 p Le taux d emploi des hommes de 55 à 64 ans vient d une certaine manière corroborer cette hypothèse. Ce taux a baissé de manière significative au Québec (66,8 p. 100 en 1981 et 55,9 p. 100 en 2006) par rapport au reste du Canada (71,6 p. 100 et 65,2 p. 100) et aux États-Unis (68,1 p. 100 et 67,5 p. 100). Ainsi, le Québec accusait en 2006 un retard de 9,3 points par rapport au ROC et de 11,6 points par rapport aux États- Unis. Ce fait est troublant dans la mesure où cette classe de travailleurs représente une importante source d expérience et de savoir-faire sousutilisée, soit l équivalent en 2006 de emplois. Au niveau des prestataires d assurance-emploi, la situation peu enviable du Québec au sein du Canada ne s est guère améliorée au cours des 25 dernières années. Bon an mal an, environ le tiers des prestataires d assurance-emploi au Canada proviennent du Québec, ce qui se traduit par un taux de prestataires nettement supérieur au Québec qu ailleurs au Canada : 61,3 prestataires par 1000 habitants (de 20 à 64 ans) au Québec comparativement à 47,8 dans le reste du Canada en 1986 ; 37,4 au Québec et 22,3 dans le reste du Canada en Ainsi, les taux de prestataires étaient supérieurs au Québec par rapport au reste du Canada de 28,2 p. 100 en 1986 et de 67,7 p. 100 en En ce qui concerne la rémunération hebdomadaire moyenne (incluant le temps supplémentaire), la position du Québec par rapport au reste du Canada s est dégradée depuis 15 ans. Alors que le niveau relatif de la rémunération hebdomadaire moyenne au Québec par rapport au Canada était près de 98 p. 100 en , ce taux n atteint plus que 95 p. 100 en et 94,1 p. 100 en En 25 ans, la population âgée de 15 ans et moins a diminué de 11,8 p. 100 au Québec alors qu elle a augmenté de 6,8 p. 100 dans le reste du Canada et de 20,3 p. 100 aux États- Unis. La population de 15 à 64 ans a augmenté de 16,8 p. 100 au Québec comparativement à 40,4 p. 100 dans le reste du Canada. Ainsi, les données sur le PIB par habitant cachent une réalité complexe et troublante : en termes relatifs, le Québec perd sa population. De plus, le vieillissement de la population est beaucoup plus rapide ici que dans le reste du Canada et aux États-Unis. L évolution du PIB par habitant, c est-à-dire le PIB réel divisé par la population totale, suit une tendance plutôt différente de celle du PIB. En effet, puisque la population du Québec augmente plus lentement que celle du reste du Canada, le PIB réel par habitant au Québec suit à peu près le même rythme que celui des autres provinces : une augmentation de 51,1 p. 100 au Québec comparativement à 53,6 p. 100 dans le reste du POLICY OPTIONS JULY-AUGUST

3 Marcel Boyer Canada entre 1981 et 2006 (voir le graphique 1). Certains peuvent se réconforter de ce fait. C est une grave erreur : les taux de croissance sont similaires mais les niveaux diffèrent. En conséquence, le fossé s accroît sur le plan du niveau de vie. Ainsi, l écart entre le PIB réel par habitant au Québec et celui du reste du Canada pour une famille de quatre personnes a augmenté (en dollars constants de 1997) de $ ou 68 p. 100 entre 1981 et Malgré une performance économique positive mais relativement décevante depuis 1981, le Québec a pu, grâce à la faible croissance de sa population, maintenir la croissance de son PIB par habitant de manière semblable à celle du reste du Canada. Or, le coût total des biens et services publics comprend à qualité donnée une part fixe non négligeable. Ainsi, de nombreux types d infrastructures ne sont pas proportionnellement moins dispendieux lorsque la population augmente moins rapidement. Par conséquent, on peut s attendre à ce que le Québec rencontre des difficultés croissantes à maintenir dans l avenir la même qualité de biens et services publics et sociaux que celle que le reste du Canada pourra s offrir. La sous-performance du Québec au chapitre de la création d emplois n est pas sans lien avec sa faible croissance démographique. Une croissance plus faible des emplois implique une croissance plus faible de la population dans la mesure où cette population est suffisamment mobile pour réagir rapidement aux différences dans le nombre et la qualité des emplois créés. Dans une économie ouverte comme celle du Québec, on peut raisonnablement affirmer que la faible croissance relative des emplois au Québec explique la faiblesse relative de sa croissance démographique, tant dans sa composante «reproduction» que dans sa composante «immigration». C aractériser l évolution comparée de la dette du Québec est une opération délicate dans la mesure où il existe plusieurs outils différents pour la mesurer. En fait, chaque gouvernement provincial utilise un cadre financier ou périmètre comptable qui lui est propre pour calculer sa dette «officielle». La diversité des cadres financiers donne lieu à des manipulations comptables plus ou moins douteuses de la part des gouvernements, rendant difficile tout effort d analyse rigoureuse et transparente. Une situation que le vérificateur général du Québec décrie depuis plusieurs années. La «dette totale du gouvernement» du Québec, telle que calculée par le ministère des Finances dans son Plan budgétaire , rendu public en février 2007, comprend les dettes directes et le passif net au titre des régimes de retraite des employés de l État. Elle s élevait à 118,3 milliards (43,2 p. 100 du PIB) au 31 mars 2006, une augmentation de 17,0 p. 100 de 1999 à 2006 (7 ans) ; elle atteint 122,4 milliards (préliminaire) au 31 mars Pour obtenir la «dette à long terme du secteur public» du Québec, il faut ajouter la dette des réseaux de l éducation et de la santé et des services sociaux (14,2 milliards en 2007), d Hydro-Québec (32,7 milliards), des municipalités (18,9 milliards) et des autres entreprises du gouvernement (3,5 milliards). Cette mesure donnait une dette de 182,7 milliards au 31 mars 2005, de 185,6 milliards au 31 mars 2006 et de 191,7 milliards (préliminaire) au 31 mars Pour obtenir un meilleur portrait de l acuité du problème de la dette, il faudrait ajouter plusieurs autres éléments du passif du gouvernement, qui ne sont pas comptabilisés dans les mesures actuelles, possiblement de manière modulaire, tel que l'a suggéré Jean-Pierre Aubry au congrès de l'association des économistes québécois en mai dernier. Cette formulation donnerait l heure juste et éviterait bien des conflits. Ensuite, il faudrait soustraire de cette dette brute non seulement la valeur des actifs financiers mais aussi la valeur des actifs immobiliers, cette dernière étant de toute évidence considérable si on pense à l ensemble des infrastructures et équipements publics qui supportent la dette gouvernementale, publique ou sociale. À défaut de pouvoir compter sur une valeur marchande (impossible ou très difficile à obtenir dans bien des cas vu l absence quasi générale de GRAPHIQUE 1. COMPARAISON DE LA CROISSANCE DU PIB RÉEL : QUÉBEC, ROC, ÉTATS-UNIS ( ) Indice (1981=100) Québec Reste du Canada États-Unis Source : Statistique Canada : CANSIM, tableau (PIB en terme de dépenses) ; Bureau of Economic Analysis, mai Site internet : 34 OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

4

5 Marcel Boyer marchés pour plusieurs de ces équipements et infrastructures), on pourrait utiliser la valeur aux livres (valeur non encore amortie, selon les règles comptables généralement reconnues). Par exemple, la valeur marchande des immobilisations (actifs corporels) d Hydro-Québec est très largement supérieure a leur valeur aux livres : de 50,4 milliards en 2005 et de 51,8 milliards en 2006 ; certains l évaluent entre 100 et 150 milliards. Plusieurs autres actifs immobiliers du gouvernement et de ses organismes devraient également être comptabilisés et soustraits de la dette brute. Malheureusement, on ne dispose pas encore d un cadre suffisamment détaillé et crédible du passif et des actifs «gouvernementaux» ou «publics» pour procéder à une analyse comparative rigoureuse de la situation relative des gouvernements provinciaux (et de leurs organismes affiliés). Il faut espérer que les divers gouvernements en viendront à définir un tel cadre et ce, pour favoriser la transparence et mettre fin aux manipulations comptables aussi habituelles qu affligeantes. On peut affirmer cependant qu il n est pas évident que le Québec ait un sérieux problème de dette publique. On pourrait certes préférer que la dette soit encore plus faible, mais le niveau actuel de cette dette reste fort probablement bien raisonnable par rapport à la valeur des actifs financiers et immobiliers qui la supportent : la valeur de la maison québécoise est de toute évidence très largement supérieure au montant de l hypothèque! En fait, c est au niveau des mécanismes de choix d immobilisations ou d investissements, qui conditionnent l évolution de la dette, que le bât blesse davantage. C omment combler les écarts de sous-performance relative et Il faut recentrer le rôle des gouvernements et des administrations publiques sur trois volets : identifier les besoins des citoyens en biens et services publics et sociaux, tant en qualité qu en quantité ; faire les arbitrages nécessaires, et gérer les contrats et partenariats public-privé ou public-concurrentiel de production et de distribution de ces biens et services publics et sociaux au meilleur coût possible. La réalisation de ce programme exigera une réduction de l envergure actuelle de plusieurs institutions publiques, en particulier dans la production et la distribution des biens et services publics et sociaux, voire un véritable démantèlement de l appareil fonctionnarisé. placer le Québec dans le peloton de tête des économies régionales en Amérique du Nord? Il faut réaffirmer d abord et avant tout qu il n y a aucune raison de croire que les Québécois diffèrent des autres Nordaméricains dans leur désir individuel et collectif de bonifier leur niveau de vie et celui de leurs enfants et dans leur capacité d y arriver. Mais plusieurs défis devront être relevés. Nous sommes d une certaine manière condamnés à être plus efficaces et plus innovateurs que nos principaux concurrents, en particulier dans les vingt prochaines années durant lesquelles il faudra renverser la tendance actuelle. Avant de présenter les cinq grands programmes qui sont les principes sous-jacents à cette nouvelle «socialdémocratie concurrentielle» (SDC), véritable colonne vertébrale de la nouvelle révolution tranquille, il faut réaffirmer que l objectif premier et ultime de la SDC est l amélioration optimisée dans le temps et dans l espace du bien-être des individus. Pour atteindre cet objectif, il faut redonner aux individus des incitations au travail et redonner aux entreprises la volonté et le pouvoir de créer des emplois, en augmentant la rentabilité personnelle, entrepreneuriale et sociale de ces emplois. Le but est ici d éviter les pertes de croissance et de richesse qu entraîne inéluctablement un taux d emploi trop faible, résultant d un calcul qui amène GRAPHIQUE 2. ÉVOLUTION DU PIB RÉEL PAR HABITANT : QUÉBEC, ROC ( ) Dollars 40,000 38,000 36,000 34,000 32,000 30,000 28,000 26,000 24,000 22,000 20,000 Québec Reste du Canada Source : Statistique Canada : CANSIM, tableau (PIB en terme de dépenses), tableau OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

6 trop d individus à conclure qu il est préférable et plus payant de ne pas travailler, et qui incite trop d entreprises à sous-investir et à s abstenir ainsi de créer des emplois de qualité, bien adaptés à l énorme potentiel socioéconomique du Québec. Un premier programme SDC devra viser le développement et le maintien de compétences-clés bien définies dans le secteur public et dans le secteur concurrentiel. Il faut ainsi recentrer le rôle des gouvernements et des administrations publiques sur trois volets : identifier les besoins des citoyens en biens et services publics et sociaux, tant en qualité qu en quantité ; faire les arbitrages nécessaires, et gérer les contrats et partenariats public-privé ou publicconcurrentiel de production et de distribution de ces biens et services publics et sociaux au meilleur coût possible. La réalisation de ce programme exigera une réduction de l en- La performance économique du Québec : constats et défis vergure actuelle de plusieurs institutions publiques, en particulier dans la production et la distribution des biens et services publics et sociaux, voire un véritable démantèlement de l appareil fonctionnarisé. Cela doit se faire et peut se faire dans le respect des personnes en favorisant, de manière incitative, l adaptation et le redéploiement des ressources humaines et matérielles concernées. D autre part, l entrepreneuriat public et concurrentiel est une ressource trop importante pour l avenir de la social-démocratie pour que l on se mette à la gaspiller en confondant les rôles. On peut, à titre d exemple, mentionner les entreprises publiques dans les domaines de la santé et de la finance. S il est du ressort des autorités politiques de définir des paniers de biens et services de santé et de les proposer à la population par l intermédiaire de la concurrence électorale, il ne s ensuit pas qu il soit du ressort de ces autorités de produire et distribuer ces biens et services directement par des organisations fonctionnarisées du secteur public. De manière générale, il sera beaucoup plus efficace de faire produire ces paniers de biens et services par le secteur concurrentiel grâce à des mécanismes eux-mêmes concurrentiels, ouverts, transparents, et incitant la performance et à l expérimentation créatrice. Il faut, grâce à un deuxième programme SDC, favoriser la formation, la libéralisation, la dissémination et la compréhension des informations, développements et rouages économiques ; favoriser le recours systématique aux mécanismes concurrentiels non seulement dans les sphères traditionnelles des secteurs non gouvernementaux, mais aussi dans toutes les sphères possibles des secteurs public et parapublic ; et enfin, il faut s abstenir de manipuler indûment et au nom, trop souvent, d un paternalisme primaire non avoué les signaux de rareté ou valeur relative que sont les prix concurrentiels des biens et services tant publics (éducation, santé) que privés (électricité, produits agricoles, eau). Cela permettra d éviter les gaspillages de ressources, ou la production de trop de ressources dans certains secteurs et pas suffisamment dans d autres. Cela permettra également de favoriser l émergence de solutions innovantes aux problèmes et défis qui se posent dans tous les secteurs, la transparence dans l évaluation financière et économique des subventions aux entreprises, et le développement et la mise en pratique d un droit à la contestation économique qui donnera à tous les citoyens la possibilité de contester et, le cas échéant, de remplacer les producteurs et distributeurs actuels des biens et services publics et sociaux. On devrait, en troisième lieu, favoriser la prise en charge par chaque individu du développement et du maintien de son portefeuille de compétences. Pour ce faire, il faut développer les outils et les instruments de gestion de risques face aux changements inéluctables dans l environnement économique des individus (fermeture d usine, déplacement des emplois, création de nouveaux emplois et de nouvelles opportunités, délocalisation, etc.). Pareillement, il faut impliquer de manière crédible les entreprises et les organisations privées et publiques dans les programmes de S il est du ressort des autorités politiques de définir des paniers de biens et services de santé et de les proposer à la population par l intermédiaire de la concurrence électorale, il ne s ensuit pas qu il soit du ressort de ces autorités de produire et distribuer ces biens et services directement par des organisations fonctionnarisées du secteur public. De manière générale, il sera beaucoup plus efficace de faire produire ces paniers de biens et services par le secteur concurrentiel grâce à des mécanismes eux-mêmes concurrentiels, ouverts, transparents, et incitant à la performance et à l expérimentation créatrice. formation des compétences aux niveaux collégial et universitaire en favorisant la formation en entreprise des compétences techniques, en exigeant d elles des analyses rigoureuses et crédibles de leurs besoins futurs, en favorisant le travail supervisé (stages) durant les études. Il faut aussi revoir de fond en comble les mécanismes actuels de financement public et privé des institutions d enseignement (écoles, collèges et universités) pour les soumettre à des mécanismes incitatifs puis- POLICY OPTIONS JULY-AUGUST

7 Marcel Boyer sants et crédibles, mettant l accent sur l efficacité et la compétence avec lesquelles elles s acquittent de leur mission de produire et de former une relève scientifique et professionnelle qualifiée. Finalement, il faut accueillir un plus grand nombre d immigrants et accélérer leur insertion économique et social non seulement dans le tissu social québécois mais aussi dans leurs domaines respectifs de compétence. Un quatrième programme SDC devra s attaquer à la structure fiscale. On devrait notamment diminuer les taux marginaux implicites de taxation lorsque des chômeurs ou des assistés sociaux réussissent à dénicher des emplois à temps plein ou à temps partiel ; diminuer les taux marginaux de taxation des hauts salariés, pour rentabiliser davantage l emploi et l acquisition de compétences ; réduire les taux d imposition sur le revenu et leur complexité (déductions, nombre de paliers) en englobant tous les revenus dans la base d imposition et en imposant un taux minimum applicable sur le revenu global afin de favoriser l inclusion sociale ; remplacer graduellement, si nécessaire, ces sources d impôts par des taxes à la consommation ; et combattre le maintien des personnes à faible revenu dans un état quasi permanent de dépendance en substituant aux manipulations plus ou moins paternalistes des prix un programme de redistribution directe des revenus fortement incitatif à l autonomie des personnes. En dernier lieu, il faut mettre sur pied des processus et méthodes d évaluation rigoureuse, transparente, indépendante et crédible des programmes et politiques publics. La difficulté de l évaluation des programmes et politiques ne doit pas être sous-estimée. Il peut s avérer nécessaire de créer à cet effet un organisme indépendant responsable de veiller au développement de ces méthodes d évaluation. On doit malheureusement constater que, dans la très grande majorité des cas, les évaluations courantes des divers programmes et politiques sont superficielles et sans fondements analytiques sérieux et ne résisteraient pas à une analyse économique quelque peu rigoureuse. Ces évaluations courantes ont souvent pour but d apporter une caution «morale» à des interventions mal conçues et mal orientées des pouvoirs publics. C est donc une véritable nouvelle révolution tranquille que représente pour le Québec la nouvelle social-démocratie concurrentielle par rapport à la social-démocratie traditionnelle, devenue au fil des ans tributaire d une pensée et d un discours politiques et d un modèle social usé, vieilli et dépassé. Les sociétés où l esprit original de la social-démocratie demeure vivant ne peuvent plus se satisfaire des demi-vérités et de la langue de bois dont on les afflige trop souvent sous le couvert de grands et nobles sentiments. Elles doivent faire face, sans se leurrer, à la nouvelle réalité, au nouveau monde actuel et aux années exigeantes qui s annoncent. Atermoiements et palabres au sommet ne rejouant que les mêmes rengaines usées, dépassées et non crédibles ou n apportant que des palliatifs de court terme, inefficaces et coûteux (sauf pour les groupes de pression qui les défendent et en profitent aux dépens de l ensemble des citoyens), ne feraient qu empirer la situation et reporter à plus tard des décisions qui deviendront encore plus douloureuses parce qu imposées plutôt que choisies. La poursuite d un idéal socialdémocrate au Québec passe par la définition d objectifs ambitieux, mesurables et réalisables et par une remise en question courageuse de ses institutions. Au niveau des objectifs, on pourrait entre autres viser à : atteindre, d ici 15 ans, le niveau moyen de PIB par habitant au Canada. En supposant que le PIB par habitant du ROC croîtra au taux observé en 2006, soit 1,7 p. 100 pour les 15 prochaines années, il faudra que le PIB par habitant du Québec augmente à un taux de 2,9 p. 100 par an ; sortir, d ici sept ans, du groupe des provinces récipiendaires de paiements de péréquation ; atteindre, d ici cinq ans, le taux d emploi moyen au Canada ; rappelons qu en 2006 ces taux étaient de 60,2 p. 100 au Québec et de 63,0 p. 100 au Canada. Pour y arriver, il faudrait créer quelque emplois de plus que dans la situation alternative, soit un ajout de emplois par an ; atteindre, d ici cinq ans, le taux moyen de prestataires d assuranceemploi (en 2006, le taux était de 37,4 au Québec et de 22,3 au ROC). Ces objectifs sont exigeants, mais réalisables. Pour y arriver, il faudra compter sur l esprit reconnu de créativité, d innovation et d entrepreneuriat des Québécois, tant des individus que des groupes sociaux et des entreprises corporatives et autres, faire confiance à leur capacité d adaptation et de compréhension des enjeux, et cesser de jouer aux apprentis-sorciers en voulant régler d en haut tous les problèmes, une forme pernicieuse d infantilisation de la population. Il faut au premier chef avoir l intelligence et le courage de nos ambitions, l intelligence pour imaginer et définir des moyens et processus efficaces pour atteindre nos objectifs et réaliser nos ambitions, et le courage de les mettre résolument en application. Marcel Boyer est professeur au département de sciences économiques à l Université de Montréal et titulaire de la Chaire Bell Canada en économie industrielle. Il est également vice-président et économiste en chef de l Institut économique de Montréal (IEDM), Fellow du CIRANO, du CIREQ et de l Institut C.D. Howe. Cet article est tiré de son rapport CIRANO, paru en mai 2007, sur la performance économique du Québec depuis un quart de siècle. Il peut être téléchargé à publication/2007s-12.pdf. 38 OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

8

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION?

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? L épargne, la fiscalité et les régimes de retraite Congrès 2012 de l ASDEQ, Session 1, conférence 3, A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? Jean-Pierre Aubry, fellow

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS

LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS CIRANO Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations RAPPORT BOURGOGNE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS MARCEL BOYER Président-directeur général, CIRANO Professeur

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

CADRE FINANCIER 2014

CADRE FINANCIER 2014 CADRE FINANCIER 2014 Ce cadre financier présente les mesures budgétaires qui permettront de mettre en œuvre la vision économique et sociale de Québec solidaire lors du prochain mandat. Le résultat était

Plus en détail

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010 Consultation pré-budgétaire 2010 Introduction L (AFIC) est heureuse de l occasion de faire cette présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes alors que le Comité entreprend

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Cadre budgétaire Élections 2012

Cadre budgétaire Élections 2012 Cadre budgétaire Élections 2012 Introduction Ce cadre budgétaire démontre qu il existe des voies alternatives aux politiques d austérité défendues par le Parti libéral. Un gouvernement qui fait preuve

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Séminaire sur les perspectives démographiques, économiques et financières du Québec, 2009-2030 27 novembre 2009 Hôtel Plaza, Québec Marie-Christine

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC SUPPLÉMENT ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC RAPPORT-SYNTHÈSE LE LOGEMENT SOCIAL ET COMMUNAUTAIRE : DES INTERVENTIONS PAYANTES

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec et au ministre des Finances du Canada, lors

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances :

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances : Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion Consultations prébudgétaires en direct pour le budget de 2006 et par la suite 19 avril 2006 800 1188

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Évaluation de l efficience des mesures actives offertes aux individus par Emploi-Québec

Évaluation de l efficience des mesures actives offertes aux individus par Emploi-Québec Évaluation de l efficience des mesures actives offertes aux individus par Emploi-Québec ou Étude sur le rendement de l investissement relié à la participation aux mesures actives offertes aux individus

Plus en détail

TITRE : États financiers exercice 2013-2014. Service des ressources financières SIGNATURE SERVICE :

TITRE : États financiers exercice 2013-2014. Service des ressources financières SIGNATURE SERVICE : A-31-2694 INSTANCE CONCERNÉE : Conseil des commissaires TITRE : États financiers exercice 2013-2014 UNITÉ : Service des ressources financières DATE : 7 novembre 2014 NOM DES AUTEURS : Nathalie Blanchard,

Plus en détail

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens le 23 mars 2004 «De la gestion avec intégrité, les Canadiens n en mérite pas moins.» Le ministre des Finances, Ralph Goodale Le discours du budget de 2004 Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Plus en détail

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales

Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Investir dans l avenir : le financement des infrastructures municipales Financement municipal : prendre l équité au sérieux Congrès de 2015 de la Fédération canadienne des municipalités Edmonton (Alberta),

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

Mise à jour économique et financière

Mise à jour économique et financière 2010-2011 Mise à jour économique et financière L hon. Blaine Higgs Ministre des Finances Le 26 novembre 2010 Mise à jour économique et financière 2010-2011 Publié par : Ministère des Finances Province

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Figure 1 Figure 2 3 PORTRAIT DE LA POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Direction de la planification et de l information sur le marché du travail

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale No 0402 Série Documents de Travail sur la Protection Sociale Impacts des programmes actifs du marché du travail : Mise à jour des leçons tirées de leurs évaluations, et leur application possible aux pays

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA 1 L ensemble des concepts élaborés n ont pas pour but de remplacer l expertise de vos professionnels dont votre fiscaliste.

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Commerce électronique et impact économique

Commerce électronique et impact économique Commerce électronique et impact économique 11 juin 2015 En collaboration avec : Croissance des ventes au détail La valeur des ventes au détail 2013 (en milliards) 2014 (en milliards) Total des ventes au

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes)

La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes) La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes) Conférence présentée à la 2 e Journée d études sur la qualité de l emploi ISQ/INRS-UCS Montréal, 23 avril

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM PAR COURRIEL : Consultation-en-cours@lautorite.qc.ca Montréal, le 12 juillet 2013 M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail