Malgré une croissance économique réelle de. De 1981 à 2006, le taux de croissance annuel moyen LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Malgré une croissance économique réelle de. De 1981 à 2006, le taux de croissance annuel moyen LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS"

Transcription

1 LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC : CONSTATS ET DÉFIS Marcel Boyer Les problèmes dont souffre le Québec, entre autres sur le plan des services de santé, de l éducation, de la recherche et du développement industriels, du soutien aux industries culturelles et du développement durable, sont des phénomènes interreliés qui découlent en bonne partie de la sous-performance relative du Québec en termes de croissance démographique, de développement économique et de création d emploi, affirme Marcel Boyer, titulaire de la Chaire Bell Canada en économie industrielle de l Université de Montréal. Cette situation dure depuis 25 ans, dit-il, et il est temps d y mettre fin. Pour ce faire, il propose une nouvelle «social-démocratie concurrentielle» qui repose sur cinq grands chantiers concernant le rôle des secteurs public et privé, la fiscalité, l utilisation des mécanisme de marché, la responsabilité individuelle et l évaluation des programmes et politiques publics. Québec s problems in areas like heath care, education, research and development, support for its cultural industry, and sustainable development are all interrelated, says Marcel Boyer, holder of the Bell Canada Chair in Industrial Economy. They all stem in good measure from the province s relative underachievement in population growth, economic development and job creation. This situation has persisted for 25 years, and it s time to put an end to it, he says. To do so, he proposes a new competitive social democracy based on major changes in the role of the public and private sectors, taxation, the use of market mechanisms, individual responsibility, and the evaluation of public programs and policies. Malgré une croissance économique réelle de 2,3 p. 100 par an depuis le début des années 1980, la situation relative du Québec se dégrade et il deviendra de plus en plus difficile, voire impossible, pour ce dernier de maintenir des services de qualité comparables à celles de ses partenaires économiques immédiats. Le Québec a un urgent besoin de réformes importantes et courageuses pour sortir du sillon de la sous-performance systématique. Cette situation dure depuis 25 ans : il est temps d y mettre fin. De 1981 à 2006, le taux de croissance annuel moyen du produit intérieur brut (PIB) réel québécois a été de 2,3 p. 100 comparativement à 3,0 p. 100 dans le reste du Canada. Ceci représente une augmentation du PIB réel de 76,6 p. 100 au Québec par rapport à 109,9 p. 100 dans le reste du Canada. Le PIB réel québécois ne représentait plus en 2006 que 20,5 p. 100 du PIB réel canadien, soit une diminution de 2,9 points de pourcentage depuis Si le rythme de la croissance des sept dernières années ( ) se maintient, l économie du Québec ne représentera plus que 17,5 p. 100 de l économie canadienne dans 25 ans. La part des investissements privés dans le PIB réel est systématiquement plus faible au Québec que dans le reste du Canada. L écart est de 2,75 points de pourcentage, ce qui correspond à un déficit d investissements privés au Québec de 6,8 milliards $ en En dépit d investissements publics plus importants, la part des dépenses totales d investissement reste plus faible au Québec. Ceci implique une dégradation continuelle des capacités de production et d innovation, et donc éventuellement de la position concurrentielle et de la compétitivité du Québec. Cette situation est d autant plus préoccupante que le Québec exportait en près de 60 p. 100 de sa production (ainsi, trois emplois 32 OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

2 sur cinq dépendent de débouchés extérieurs), dont les deux tiers à l international. Entre 1981 et 2006, le nombre total d emplois a augmenté de 34,9 p. 100 au Québec, de 49,5 p. 100 dans le reste du Canada et de 43,8 p. 100 aux États-Unis. Pendant cette période, le Québec a créé 18,8 p. 100 des emplois au Canada (16,6 p. 100 des emplois à temps plein et 25,3 p. 100 des emplois à temps partiel). Ainsi l économie du Québec a créé systématiquement moins d emplois, et surtout moins d emplois à temps plein, en proportion de sa population (23,5 p. 100 de la population canadienne en 2006). Si le Québec avait créé des emplois au même rythme que le reste du Canada et les États-Unis, ce sont emplois de plus (ou 26,8 p. 100) qui auraient été effectivement créés. Le taux d emploi, mesuré par la proportion de la population de 15 ans et plus détenant un emploi, s est établi en moyenne à 56,5 p. 100 au Québec, à 61,3 p. 100 dans le reste du Canada et à 62 p. 100 aux États- Unis de Pour , le taux d emploi a été de 59,4 p. 100 au Québec et de 63 p. 100 dans le reste du Canada et aux États-Unis. Pour réaliser la même performance, il faudrait au Québec emplois de plus (ou 5,1 p. 100) que ceux qu il comptait en Ces résultats impliquent que l écart «véritable» entre les taux de chômage au Québec (8 p. 100 en 2006), dans le ROC La performance économique du Québec : constats et défis On peut affirmer cependant qu il n est pas évident que le Québec ait un sérieux problème de dette publique. On pourrait certes préférer que la dette soit encore plus faible, mais le niveau actuel de cette dette reste fort probablement bien raisonnable par rapport à la valeur des actifs financiers et immobiliers qui la supportent : la valeur de la maison québécoise est de toute évidence très largement supérieure au montant de l hypothèque! En fait, c est au niveau des mécanismes de choix d immobilisations ou d investissements, qui conditionnent l évolution de la dette, que le bât blesse davantage. (5,8 p. 100) et aux États-Unis (4,6 p. 100) est en réalité plus important que ce que les chiffres officiels laissent voir. En effet, une création d emplois trop faible peut amener plusieurs individus à prendre leur retraite ou simplement à cesser leur recherche d emploi, auquel cas ils ne sont plus chômeurs sans pour autant travailler. Le véritable taux de chômage au Québec en 2006 est probablement plus près de 11 p. 100 que du taux officiel de 8 p Le taux d emploi des hommes de 55 à 64 ans vient d une certaine manière corroborer cette hypothèse. Ce taux a baissé de manière significative au Québec (66,8 p. 100 en 1981 et 55,9 p. 100 en 2006) par rapport au reste du Canada (71,6 p. 100 et 65,2 p. 100) et aux États-Unis (68,1 p. 100 et 67,5 p. 100). Ainsi, le Québec accusait en 2006 un retard de 9,3 points par rapport au ROC et de 11,6 points par rapport aux États- Unis. Ce fait est troublant dans la mesure où cette classe de travailleurs représente une importante source d expérience et de savoir-faire sousutilisée, soit l équivalent en 2006 de emplois. Au niveau des prestataires d assurance-emploi, la situation peu enviable du Québec au sein du Canada ne s est guère améliorée au cours des 25 dernières années. Bon an mal an, environ le tiers des prestataires d assurance-emploi au Canada proviennent du Québec, ce qui se traduit par un taux de prestataires nettement supérieur au Québec qu ailleurs au Canada : 61,3 prestataires par 1000 habitants (de 20 à 64 ans) au Québec comparativement à 47,8 dans le reste du Canada en 1986 ; 37,4 au Québec et 22,3 dans le reste du Canada en Ainsi, les taux de prestataires étaient supérieurs au Québec par rapport au reste du Canada de 28,2 p. 100 en 1986 et de 67,7 p. 100 en En ce qui concerne la rémunération hebdomadaire moyenne (incluant le temps supplémentaire), la position du Québec par rapport au reste du Canada s est dégradée depuis 15 ans. Alors que le niveau relatif de la rémunération hebdomadaire moyenne au Québec par rapport au Canada était près de 98 p. 100 en , ce taux n atteint plus que 95 p. 100 en et 94,1 p. 100 en En 25 ans, la population âgée de 15 ans et moins a diminué de 11,8 p. 100 au Québec alors qu elle a augmenté de 6,8 p. 100 dans le reste du Canada et de 20,3 p. 100 aux États- Unis. La population de 15 à 64 ans a augmenté de 16,8 p. 100 au Québec comparativement à 40,4 p. 100 dans le reste du Canada. Ainsi, les données sur le PIB par habitant cachent une réalité complexe et troublante : en termes relatifs, le Québec perd sa population. De plus, le vieillissement de la population est beaucoup plus rapide ici que dans le reste du Canada et aux États-Unis. L évolution du PIB par habitant, c est-à-dire le PIB réel divisé par la population totale, suit une tendance plutôt différente de celle du PIB. En effet, puisque la population du Québec augmente plus lentement que celle du reste du Canada, le PIB réel par habitant au Québec suit à peu près le même rythme que celui des autres provinces : une augmentation de 51,1 p. 100 au Québec comparativement à 53,6 p. 100 dans le reste du POLICY OPTIONS JULY-AUGUST

3 Marcel Boyer Canada entre 1981 et 2006 (voir le graphique 1). Certains peuvent se réconforter de ce fait. C est une grave erreur : les taux de croissance sont similaires mais les niveaux diffèrent. En conséquence, le fossé s accroît sur le plan du niveau de vie. Ainsi, l écart entre le PIB réel par habitant au Québec et celui du reste du Canada pour une famille de quatre personnes a augmenté (en dollars constants de 1997) de $ ou 68 p. 100 entre 1981 et Malgré une performance économique positive mais relativement décevante depuis 1981, le Québec a pu, grâce à la faible croissance de sa population, maintenir la croissance de son PIB par habitant de manière semblable à celle du reste du Canada. Or, le coût total des biens et services publics comprend à qualité donnée une part fixe non négligeable. Ainsi, de nombreux types d infrastructures ne sont pas proportionnellement moins dispendieux lorsque la population augmente moins rapidement. Par conséquent, on peut s attendre à ce que le Québec rencontre des difficultés croissantes à maintenir dans l avenir la même qualité de biens et services publics et sociaux que celle que le reste du Canada pourra s offrir. La sous-performance du Québec au chapitre de la création d emplois n est pas sans lien avec sa faible croissance démographique. Une croissance plus faible des emplois implique une croissance plus faible de la population dans la mesure où cette population est suffisamment mobile pour réagir rapidement aux différences dans le nombre et la qualité des emplois créés. Dans une économie ouverte comme celle du Québec, on peut raisonnablement affirmer que la faible croissance relative des emplois au Québec explique la faiblesse relative de sa croissance démographique, tant dans sa composante «reproduction» que dans sa composante «immigration». C aractériser l évolution comparée de la dette du Québec est une opération délicate dans la mesure où il existe plusieurs outils différents pour la mesurer. En fait, chaque gouvernement provincial utilise un cadre financier ou périmètre comptable qui lui est propre pour calculer sa dette «officielle». La diversité des cadres financiers donne lieu à des manipulations comptables plus ou moins douteuses de la part des gouvernements, rendant difficile tout effort d analyse rigoureuse et transparente. Une situation que le vérificateur général du Québec décrie depuis plusieurs années. La «dette totale du gouvernement» du Québec, telle que calculée par le ministère des Finances dans son Plan budgétaire , rendu public en février 2007, comprend les dettes directes et le passif net au titre des régimes de retraite des employés de l État. Elle s élevait à 118,3 milliards (43,2 p. 100 du PIB) au 31 mars 2006, une augmentation de 17,0 p. 100 de 1999 à 2006 (7 ans) ; elle atteint 122,4 milliards (préliminaire) au 31 mars Pour obtenir la «dette à long terme du secteur public» du Québec, il faut ajouter la dette des réseaux de l éducation et de la santé et des services sociaux (14,2 milliards en 2007), d Hydro-Québec (32,7 milliards), des municipalités (18,9 milliards) et des autres entreprises du gouvernement (3,5 milliards). Cette mesure donnait une dette de 182,7 milliards au 31 mars 2005, de 185,6 milliards au 31 mars 2006 et de 191,7 milliards (préliminaire) au 31 mars Pour obtenir un meilleur portrait de l acuité du problème de la dette, il faudrait ajouter plusieurs autres éléments du passif du gouvernement, qui ne sont pas comptabilisés dans les mesures actuelles, possiblement de manière modulaire, tel que l'a suggéré Jean-Pierre Aubry au congrès de l'association des économistes québécois en mai dernier. Cette formulation donnerait l heure juste et éviterait bien des conflits. Ensuite, il faudrait soustraire de cette dette brute non seulement la valeur des actifs financiers mais aussi la valeur des actifs immobiliers, cette dernière étant de toute évidence considérable si on pense à l ensemble des infrastructures et équipements publics qui supportent la dette gouvernementale, publique ou sociale. À défaut de pouvoir compter sur une valeur marchande (impossible ou très difficile à obtenir dans bien des cas vu l absence quasi générale de GRAPHIQUE 1. COMPARAISON DE LA CROISSANCE DU PIB RÉEL : QUÉBEC, ROC, ÉTATS-UNIS ( ) Indice (1981=100) Québec Reste du Canada États-Unis Source : Statistique Canada : CANSIM, tableau (PIB en terme de dépenses) ; Bureau of Economic Analysis, mai Site internet : 34 OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

4

5 Marcel Boyer marchés pour plusieurs de ces équipements et infrastructures), on pourrait utiliser la valeur aux livres (valeur non encore amortie, selon les règles comptables généralement reconnues). Par exemple, la valeur marchande des immobilisations (actifs corporels) d Hydro-Québec est très largement supérieure a leur valeur aux livres : de 50,4 milliards en 2005 et de 51,8 milliards en 2006 ; certains l évaluent entre 100 et 150 milliards. Plusieurs autres actifs immobiliers du gouvernement et de ses organismes devraient également être comptabilisés et soustraits de la dette brute. Malheureusement, on ne dispose pas encore d un cadre suffisamment détaillé et crédible du passif et des actifs «gouvernementaux» ou «publics» pour procéder à une analyse comparative rigoureuse de la situation relative des gouvernements provinciaux (et de leurs organismes affiliés). Il faut espérer que les divers gouvernements en viendront à définir un tel cadre et ce, pour favoriser la transparence et mettre fin aux manipulations comptables aussi habituelles qu affligeantes. On peut affirmer cependant qu il n est pas évident que le Québec ait un sérieux problème de dette publique. On pourrait certes préférer que la dette soit encore plus faible, mais le niveau actuel de cette dette reste fort probablement bien raisonnable par rapport à la valeur des actifs financiers et immobiliers qui la supportent : la valeur de la maison québécoise est de toute évidence très largement supérieure au montant de l hypothèque! En fait, c est au niveau des mécanismes de choix d immobilisations ou d investissements, qui conditionnent l évolution de la dette, que le bât blesse davantage. C omment combler les écarts de sous-performance relative et Il faut recentrer le rôle des gouvernements et des administrations publiques sur trois volets : identifier les besoins des citoyens en biens et services publics et sociaux, tant en qualité qu en quantité ; faire les arbitrages nécessaires, et gérer les contrats et partenariats public-privé ou public-concurrentiel de production et de distribution de ces biens et services publics et sociaux au meilleur coût possible. La réalisation de ce programme exigera une réduction de l envergure actuelle de plusieurs institutions publiques, en particulier dans la production et la distribution des biens et services publics et sociaux, voire un véritable démantèlement de l appareil fonctionnarisé. placer le Québec dans le peloton de tête des économies régionales en Amérique du Nord? Il faut réaffirmer d abord et avant tout qu il n y a aucune raison de croire que les Québécois diffèrent des autres Nordaméricains dans leur désir individuel et collectif de bonifier leur niveau de vie et celui de leurs enfants et dans leur capacité d y arriver. Mais plusieurs défis devront être relevés. Nous sommes d une certaine manière condamnés à être plus efficaces et plus innovateurs que nos principaux concurrents, en particulier dans les vingt prochaines années durant lesquelles il faudra renverser la tendance actuelle. Avant de présenter les cinq grands programmes qui sont les principes sous-jacents à cette nouvelle «socialdémocratie concurrentielle» (SDC), véritable colonne vertébrale de la nouvelle révolution tranquille, il faut réaffirmer que l objectif premier et ultime de la SDC est l amélioration optimisée dans le temps et dans l espace du bien-être des individus. Pour atteindre cet objectif, il faut redonner aux individus des incitations au travail et redonner aux entreprises la volonté et le pouvoir de créer des emplois, en augmentant la rentabilité personnelle, entrepreneuriale et sociale de ces emplois. Le but est ici d éviter les pertes de croissance et de richesse qu entraîne inéluctablement un taux d emploi trop faible, résultant d un calcul qui amène GRAPHIQUE 2. ÉVOLUTION DU PIB RÉEL PAR HABITANT : QUÉBEC, ROC ( ) Dollars 40,000 38,000 36,000 34,000 32,000 30,000 28,000 26,000 24,000 22,000 20,000 Québec Reste du Canada Source : Statistique Canada : CANSIM, tableau (PIB en terme de dépenses), tableau OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

6 trop d individus à conclure qu il est préférable et plus payant de ne pas travailler, et qui incite trop d entreprises à sous-investir et à s abstenir ainsi de créer des emplois de qualité, bien adaptés à l énorme potentiel socioéconomique du Québec. Un premier programme SDC devra viser le développement et le maintien de compétences-clés bien définies dans le secteur public et dans le secteur concurrentiel. Il faut ainsi recentrer le rôle des gouvernements et des administrations publiques sur trois volets : identifier les besoins des citoyens en biens et services publics et sociaux, tant en qualité qu en quantité ; faire les arbitrages nécessaires, et gérer les contrats et partenariats public-privé ou publicconcurrentiel de production et de distribution de ces biens et services publics et sociaux au meilleur coût possible. La réalisation de ce programme exigera une réduction de l en- La performance économique du Québec : constats et défis vergure actuelle de plusieurs institutions publiques, en particulier dans la production et la distribution des biens et services publics et sociaux, voire un véritable démantèlement de l appareil fonctionnarisé. Cela doit se faire et peut se faire dans le respect des personnes en favorisant, de manière incitative, l adaptation et le redéploiement des ressources humaines et matérielles concernées. D autre part, l entrepreneuriat public et concurrentiel est une ressource trop importante pour l avenir de la social-démocratie pour que l on se mette à la gaspiller en confondant les rôles. On peut, à titre d exemple, mentionner les entreprises publiques dans les domaines de la santé et de la finance. S il est du ressort des autorités politiques de définir des paniers de biens et services de santé et de les proposer à la population par l intermédiaire de la concurrence électorale, il ne s ensuit pas qu il soit du ressort de ces autorités de produire et distribuer ces biens et services directement par des organisations fonctionnarisées du secteur public. De manière générale, il sera beaucoup plus efficace de faire produire ces paniers de biens et services par le secteur concurrentiel grâce à des mécanismes eux-mêmes concurrentiels, ouverts, transparents, et incitant la performance et à l expérimentation créatrice. Il faut, grâce à un deuxième programme SDC, favoriser la formation, la libéralisation, la dissémination et la compréhension des informations, développements et rouages économiques ; favoriser le recours systématique aux mécanismes concurrentiels non seulement dans les sphères traditionnelles des secteurs non gouvernementaux, mais aussi dans toutes les sphères possibles des secteurs public et parapublic ; et enfin, il faut s abstenir de manipuler indûment et au nom, trop souvent, d un paternalisme primaire non avoué les signaux de rareté ou valeur relative que sont les prix concurrentiels des biens et services tant publics (éducation, santé) que privés (électricité, produits agricoles, eau). Cela permettra d éviter les gaspillages de ressources, ou la production de trop de ressources dans certains secteurs et pas suffisamment dans d autres. Cela permettra également de favoriser l émergence de solutions innovantes aux problèmes et défis qui se posent dans tous les secteurs, la transparence dans l évaluation financière et économique des subventions aux entreprises, et le développement et la mise en pratique d un droit à la contestation économique qui donnera à tous les citoyens la possibilité de contester et, le cas échéant, de remplacer les producteurs et distributeurs actuels des biens et services publics et sociaux. On devrait, en troisième lieu, favoriser la prise en charge par chaque individu du développement et du maintien de son portefeuille de compétences. Pour ce faire, il faut développer les outils et les instruments de gestion de risques face aux changements inéluctables dans l environnement économique des individus (fermeture d usine, déplacement des emplois, création de nouveaux emplois et de nouvelles opportunités, délocalisation, etc.). Pareillement, il faut impliquer de manière crédible les entreprises et les organisations privées et publiques dans les programmes de S il est du ressort des autorités politiques de définir des paniers de biens et services de santé et de les proposer à la population par l intermédiaire de la concurrence électorale, il ne s ensuit pas qu il soit du ressort de ces autorités de produire et distribuer ces biens et services directement par des organisations fonctionnarisées du secteur public. De manière générale, il sera beaucoup plus efficace de faire produire ces paniers de biens et services par le secteur concurrentiel grâce à des mécanismes eux-mêmes concurrentiels, ouverts, transparents, et incitant à la performance et à l expérimentation créatrice. formation des compétences aux niveaux collégial et universitaire en favorisant la formation en entreprise des compétences techniques, en exigeant d elles des analyses rigoureuses et crédibles de leurs besoins futurs, en favorisant le travail supervisé (stages) durant les études. Il faut aussi revoir de fond en comble les mécanismes actuels de financement public et privé des institutions d enseignement (écoles, collèges et universités) pour les soumettre à des mécanismes incitatifs puis- POLICY OPTIONS JULY-AUGUST

7 Marcel Boyer sants et crédibles, mettant l accent sur l efficacité et la compétence avec lesquelles elles s acquittent de leur mission de produire et de former une relève scientifique et professionnelle qualifiée. Finalement, il faut accueillir un plus grand nombre d immigrants et accélérer leur insertion économique et social non seulement dans le tissu social québécois mais aussi dans leurs domaines respectifs de compétence. Un quatrième programme SDC devra s attaquer à la structure fiscale. On devrait notamment diminuer les taux marginaux implicites de taxation lorsque des chômeurs ou des assistés sociaux réussissent à dénicher des emplois à temps plein ou à temps partiel ; diminuer les taux marginaux de taxation des hauts salariés, pour rentabiliser davantage l emploi et l acquisition de compétences ; réduire les taux d imposition sur le revenu et leur complexité (déductions, nombre de paliers) en englobant tous les revenus dans la base d imposition et en imposant un taux minimum applicable sur le revenu global afin de favoriser l inclusion sociale ; remplacer graduellement, si nécessaire, ces sources d impôts par des taxes à la consommation ; et combattre le maintien des personnes à faible revenu dans un état quasi permanent de dépendance en substituant aux manipulations plus ou moins paternalistes des prix un programme de redistribution directe des revenus fortement incitatif à l autonomie des personnes. En dernier lieu, il faut mettre sur pied des processus et méthodes d évaluation rigoureuse, transparente, indépendante et crédible des programmes et politiques publics. La difficulté de l évaluation des programmes et politiques ne doit pas être sous-estimée. Il peut s avérer nécessaire de créer à cet effet un organisme indépendant responsable de veiller au développement de ces méthodes d évaluation. On doit malheureusement constater que, dans la très grande majorité des cas, les évaluations courantes des divers programmes et politiques sont superficielles et sans fondements analytiques sérieux et ne résisteraient pas à une analyse économique quelque peu rigoureuse. Ces évaluations courantes ont souvent pour but d apporter une caution «morale» à des interventions mal conçues et mal orientées des pouvoirs publics. C est donc une véritable nouvelle révolution tranquille que représente pour le Québec la nouvelle social-démocratie concurrentielle par rapport à la social-démocratie traditionnelle, devenue au fil des ans tributaire d une pensée et d un discours politiques et d un modèle social usé, vieilli et dépassé. Les sociétés où l esprit original de la social-démocratie demeure vivant ne peuvent plus se satisfaire des demi-vérités et de la langue de bois dont on les afflige trop souvent sous le couvert de grands et nobles sentiments. Elles doivent faire face, sans se leurrer, à la nouvelle réalité, au nouveau monde actuel et aux années exigeantes qui s annoncent. Atermoiements et palabres au sommet ne rejouant que les mêmes rengaines usées, dépassées et non crédibles ou n apportant que des palliatifs de court terme, inefficaces et coûteux (sauf pour les groupes de pression qui les défendent et en profitent aux dépens de l ensemble des citoyens), ne feraient qu empirer la situation et reporter à plus tard des décisions qui deviendront encore plus douloureuses parce qu imposées plutôt que choisies. La poursuite d un idéal socialdémocrate au Québec passe par la définition d objectifs ambitieux, mesurables et réalisables et par une remise en question courageuse de ses institutions. Au niveau des objectifs, on pourrait entre autres viser à : atteindre, d ici 15 ans, le niveau moyen de PIB par habitant au Canada. En supposant que le PIB par habitant du ROC croîtra au taux observé en 2006, soit 1,7 p. 100 pour les 15 prochaines années, il faudra que le PIB par habitant du Québec augmente à un taux de 2,9 p. 100 par an ; sortir, d ici sept ans, du groupe des provinces récipiendaires de paiements de péréquation ; atteindre, d ici cinq ans, le taux d emploi moyen au Canada ; rappelons qu en 2006 ces taux étaient de 60,2 p. 100 au Québec et de 63,0 p. 100 au Canada. Pour y arriver, il faudrait créer quelque emplois de plus que dans la situation alternative, soit un ajout de emplois par an ; atteindre, d ici cinq ans, le taux moyen de prestataires d assuranceemploi (en 2006, le taux était de 37,4 au Québec et de 22,3 au ROC). Ces objectifs sont exigeants, mais réalisables. Pour y arriver, il faudra compter sur l esprit reconnu de créativité, d innovation et d entrepreneuriat des Québécois, tant des individus que des groupes sociaux et des entreprises corporatives et autres, faire confiance à leur capacité d adaptation et de compréhension des enjeux, et cesser de jouer aux apprentis-sorciers en voulant régler d en haut tous les problèmes, une forme pernicieuse d infantilisation de la population. Il faut au premier chef avoir l intelligence et le courage de nos ambitions, l intelligence pour imaginer et définir des moyens et processus efficaces pour atteindre nos objectifs et réaliser nos ambitions, et le courage de les mettre résolument en application. Marcel Boyer est professeur au département de sciences économiques à l Université de Montréal et titulaire de la Chaire Bell Canada en économie industrielle. Il est également vice-président et économiste en chef de l Institut économique de Montréal (IEDM), Fellow du CIRANO, du CIREQ et de l Institut C.D. Howe. Cet article est tiré de son rapport CIRANO, paru en mai 2007, sur la performance économique du Québec depuis un quart de siècle. Il peut être téléchargé à publication/2007s-12.pdf. 38 OPTIONS POLITIQUES JUILLET-AOÛT 2007

8

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION?

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? L épargne, la fiscalité et les régimes de retraite Congrès 2012 de l ASDEQ, Session 1, conférence 3, A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? Jean-Pierre Aubry, fellow

Plus en détail

Le déficit structurel est colmaté

Le déficit structurel est colmaté Le déficit structurel est colmaté QUÉBEC BUDGET 2015 Groupe Économie et Stratégie 26 mars 2015 Faits saillants Pour l année financière en voie de se terminer, le déficit prévu est de 2,35 milliards $,

Plus en détail

La performance économique du Québec : constats et défis (III)

La performance économique du Québec : constats et défis (III) 2007s-12 La performance économique du Québec : constats et défis (III) Marcel Boyer Série Scientifique Scientific Series Montréal Mai 2007 2007 Marcel Boyer. Tous droits réservés. All rights reserved.

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

CADRE FINANCIER 2014

CADRE FINANCIER 2014 CADRE FINANCIER 2014 Ce cadre financier présente les mesures budgétaires qui permettront de mettre en œuvre la vision économique et sociale de Québec solidaire lors du prochain mandat. Le résultat était

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Cadre budgétaire Élections 2012

Cadre budgétaire Élections 2012 Cadre budgétaire Élections 2012 Introduction Ce cadre budgétaire démontre qu il existe des voies alternatives aux politiques d austérité défendues par le Parti libéral. Un gouvernement qui fait preuve

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE

Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE Transparence budgétaire : Les meilleures pratiques de l OCDE OECD, 2002. Software: 1987-1996, Acrobat is a trademark of ADOBE. All rights reserved. OECD grants you the right to use one copy of this Program

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf Financement public des écoles privées : le collégial est-il également touché? Réflexion sur le financement public des collèges privés suite à la déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion

Plus en détail

Débat sur les frais de scolarité Quelques statistiques et arguments pour vous aider à faire un choix éclairé

Débat sur les frais de scolarité Quelques statistiques et arguments pour vous aider à faire un choix éclairé Débat sur les frais de scolarité Quelques statistiques et arguments pour vous aider à faire un choix éclairé Marc Frappier, Ph.D. Professeur titulaire Département d informatique Université de Sherbrooke

Plus en détail

Environnement Économique. Sommet immobilier de Québec

Environnement Économique. Sommet immobilier de Québec Environnement Économique Sommet immobilier de Québec Le 27 Mai 2014 Clément Gignac Vice-président principal et économiste en chef Président, Comité d allocation d actifs 1 Mise en garde Les opinions exprimées

Plus en détail

2014-2015. Analyse des états financiers

2014-2015. Analyse des états financiers 2014-2015 Analyse des états financiers Analyse des états financiers Introduction On trouvera une analyse plus poussée des résultats financiers du gouvernement dans le Rapport financier annuel du gouvernement

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Annuaire québécois des statistiques du travail

Annuaire québécois des statistiques du travail INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC TRAVAIL ET RÉMUNÉRATION Annuaire québécois des statistiques du travail Portrait des principaux indicateurs du marché et des conditions de travail, 2004-2014 Volume

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

La démographie, l économie et les finances publiques : où est-ce qu on s en va?

La démographie, l économie et les finances publiques : où est-ce qu on s en va? La démographie, l économie et les finances publiques : où est-ce qu on s en va? Colloque Retraites et placements Cercle Finance du Québec et Association CFA Québec Québec, novembre 2014 Pierre Fortin (alias

Plus en détail

Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Décembre 2013

Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Décembre 2013 1 Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Décembre 2013 Introduction La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick (FTTNB) est la plus importante centrale

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Mise à jour économique et financière

Mise à jour économique et financière 2010-2011 Mise à jour économique et financière L hon. Blaine Higgs Ministre des Finances Le 26 novembre 2010 Mise à jour économique et financière 2010-2011 Publié par : Ministère des Finances Province

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

SIMTAX SIMTAX : SIMULATEUR D IMPÔTS ET DE TRANSFERTS DOCUMENT TECHNIQUE TECHNICAL DOCUMENT. Luc Bissonnette, Arnaud Blancquaert et Steeve Marchand

SIMTAX SIMTAX : SIMULATEUR D IMPÔTS ET DE TRANSFERTS DOCUMENT TECHNIQUE TECHNICAL DOCUMENT. Luc Bissonnette, Arnaud Blancquaert et Steeve Marchand SIMTAX SIMTAX : SIMULATEUR D IMPÔTS ET DE TRANSFERTS DOCUMENT TECHNIQUE TECHNICAL DOCUMENT Luc Bissonnette, Arnaud Blancquaert et Steeve Marchand Décembre 2014 La Chaire de recherche Industrielle Alliance

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Productivité : le Québec est-il en retard?

Productivité : le Québec est-il en retard? Institut de recherche et d informations socio-économiques Mai 2014 Note socio-économique Productivité : le Québec est-il en retard? Dans l espace public, plusieurs intervenant e s s inquiètent d une présumée

Plus en détail

régime de retraite supplémentaire 1,24%

régime de retraite supplémentaire 1,24% rapport de gestion 2011 CCPMA Prévoyance régime de retraite supplémentaire 1,24% CCPMA Prévoyance, auprès de vous à chaque instant Le 1,24% en chiffres 271 502 5 175 cotisants entreprises adhérentes 108

Plus en détail

CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013. Nos clients, les déposants

CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013. Nos clients, les déposants CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013 15 CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RA 2013 16 DES DÉCISIONS STRATÉGIQUES ET PORTEUSES À LONG TERME L approche client de la Caisse repose sur l écoute

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec

Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec Le 26 mars 2015 N o 2015-13 Aujourd hui, le ministre des Finances et de l Économie du Québec, M. Carlos Leitão, a déposé le budget 2015-2016. Ce budget indique

Plus en détail

Il est temps de réinventer l assurance emploi

Il est temps de réinventer l assurance emploi 1 Conférence IRPP de Diane Bellemare Is it time to reinvent employment insurance? Introduction Au Canada, l assurance chômage a subi plusieurs réformes depuis son adoption en 1940. L objectif du régime

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Dans le but d écrire cette chronique trimestrielle, j ai pris connaissance de la plus récente analyse de la performance financière de l

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

L heure juste sur la dette du gouvernement du Québec. Auteurs Jonathan Deslauriers Robert Gagné Jonathan Paré

L heure juste sur la dette du gouvernement du Québec. Auteurs Jonathan Deslauriers Robert Gagné Jonathan Paré Créé en 2009, le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal mène une double mission. Il se consacre d abord à la recherche sur la productivité et la prospérité en ayant comme principaux

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Points de vue 2002 Contenu

Points de vue 2002 Contenu Points de vue 2002 Contenu Environ 1 200 gestionnaires et dirigeants syndicaux des secteurs et ont participé à l enquête Points de vue 2002. Cette enquête particulière est menée par le CSPC tous les deux

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Politique de gestion de la dette à long terme

Politique de gestion de la dette à long terme Politique de gestion de la dette à long terme Ville de Waterloo Mise en vigueur 16 septembre 2013 1 POLITIQUE D UNE SAINE GESTION DE LA DETTE PRÉAMBULE : Le conseil municipal, le comité des finances et

Plus en détail

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens le 23 mars 2004 «De la gestion avec intégrité, les Canadiens n en mérite pas moins.» Le ministre des Finances, Ralph Goodale Le discours du budget de 2004 Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États?

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Nicolas Marceau, CIRPÉE et UQÀM mai 2003 Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? 1 Plan de la présentation 1. Équivalence ricardienne 2.

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000 Sherbrooke West / Ouest Bureau 800 Montréal,QC H3A 3R2 Tél: 1 877 786 3999 (Toll Free / Sans frais)

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011

Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Direction générale de la recherche économique et de l analyse des politiques 18 mai 2011 Utilisation d une expérience naturelle pour estimer l impact du crédit d impôt à la R-D sur les dépenses en R-D

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Table des matières. Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5

Table des matières. Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5 Table des matières Chapitre 1 Commentaire d introduction Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5 Chapitre 2 Commentaires sur la situation financière de la province Des

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011

Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011 1 Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011 La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick apprécie cette occasion de présenter les priorités budgétaires

Plus en détail

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE Position du Regroupement des jeunes gens d'affaires du Québec sur le projet de loi no 140 Loi sur l assurance parentale Document soumis

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Réponse du parti Libéral au questionnaire du Syndicat canadien des communications, de l énergie et du papier

Réponse du parti Libéral au questionnaire du Syndicat canadien des communications, de l énergie et du papier Réponse du parti Libéral au questionnaire du Syndicat canadien des communications, de l énergie et du papier INDUSTRIE FORESTIÈRE Près de 300 000 Canadiens et Canadiennes gagnent leur vie grâce à notre

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Perspectives économiques et financières 2014

Perspectives économiques et financières 2014 Banque Nationale au 1155 Metcalfe, Montréal Perspectives économiques et financières 2014 Cercle finance du Québec Le 16 janvier 2014 Stéfane Marion Économiste et stratège en chef 1 Perspective sur la croissance

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Investir pour assurer notre prospérité

Investir pour assurer notre prospérité BUDGET 2013-2014 Investir pour assurer notre prospérité La vision économique du gouvernement NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne aussi bien les femmes que les hommes. Elle n est utilisée

Plus en détail