Controlling avancé. Mesure et management de la performance. Méthodes avancées de calcul des coûts. Gestion prospective et analyse d écarts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Controlling avancé. Mesure et management de la performance. Méthodes avancées de calcul des coûts. Gestion prospective et analyse d écarts"

Transcription

1 Controlling avancé Mesure et management de la performance Méthodes avancées de calcul des coûts Gestion prospective et analyse d écarts Gestion du temps et de la qualité Alain Boutat-Ortwein von Molitor

2 Objectifs du cours Acquérir les notions fondamentales, les concepts essentiels et les techniques d analyse permettant de se familiariser avec une panoplie d outils d aide au contrôle de gestion avancé. Appliquer et connaître les conditions d exploitation des tableaux de bord, des méthodes de calcul des coûts, des instruments de pilotage et de maîtrise des organisations. Interpréter les informations financières et économiques dans une double optique de gestion prospective et de management de la performance intégrale.

3 Enseignant Alain Boutat est Docteur en sciences économiques, Postgrade en épidémiologie et en santé publique, Master of Science in Business Information Systems, Master of Arts in Political Science et Master of Science HEC. Auteur d ouvrages sur la comptabilité de gestion, l économie d entreprise, le management de technologie et le système de santé, il a exercé des responsabilités de direction dans diverses organisations, avant de se consacrer à l activité académique.

4 Méthode d enseignement La préparation des étudiants s effectue notamment au moyen du support de cours fourni par l enseignant et de la bibliographie de référence. Durant les séances, la matière est approfondie sur la base de discussions, d exemples, d applications thématiques, de questions de compréhension à choix multiples et de cas pratiques. L évaluation des connaissances est réalisée à partir d une épreuve écrite d examen, proposée par l enseignant à l issue de la formation, qui porte spécifiquement sur les thèmes abordés. La solution de l épreuve est soumise par chaque candidat pour correction et attribution d une note individuelle.

5 Programme de cours Management et mesure de la performance No Thème Contenu Bibliographie Support de cours 1 Gouvernance des organisations et contrôle de gestion 2 Construction des indicateurs de la performance Fondements du système d aide à la décision managériale Instruments de pilotage et tableaux de bord Indicateurs de performance financière Indicateurs de performance non financière Robert Kaplan et David Norton. Le tableau de bord prospectif, Editions d Organisation, Paris, Concepts Méthodes Exemples Applications QCM Cas pratiques Pages 7 à 99 Méthodes avancées de calcul des coûts No Thème Contenu Bibliographie Support de cours 3 Comptabilité analytique de gestion et coûts marginaux 4 Méthodes de calcul des coûts complets Principes de la comptabilité de gestion Calcul analytique des coûts marginaux Coûts complets selon le modèle CACI Coûts complets selon le modèle ABC Alain Boutat et Jean-Marc Capraro. Comptabilité analytique de gestion, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 3 e édition, Concepts Méthodes Exemples Applications QCM Cas pratiques Pages 100 à 212 5

6 Programme de cours Gestion prospective et analyse d écarts No Thème Contenu Bibliographie Support de cours 5 Gestion prospective et contrôle de gestion 6 Contrôle par exception et analyse d écarts Analyse stratégique et gestion prospective Budgétisation à base d activités et par centre de responsabilité Écarts sur flux d entrée et sur flux de sortie Écarts sur coûts internes selon les critères de destination et de variabilité Charles Horngren, Alnoor Bhimani, Srikant Datar et George Foster. Contrôle de gestion et gestion budgétaire, Pearson Education, Paris, Concepts Méthodes Exemples Applications QCM Cas pratiques Pages 213 à 288 Gestion du temps et analyse de la qualité No Thème Contenu Bibliographie Support de cours 7 Organisation à flux tirés et en juste-à-temps 8 Gestion de la qualité et des opérations critiques Gestion optimale de l approvisionnement Organisation de la production en juste-à-temps Identification et évaluation de la qualité Mesure et contrôle des coûts cachés Henri Savall et Véronique Zardet. Maîtriser les coûts et les performances cachées, Economica, Paris, Concepts Méthodes Exemples Applications QCM Cas pratiques Pages 289 à 372 6

7 Management & Mesure de la performance Fondements du système d aide à la décision Instruments de pilotage et tableaux de bord Indicateurs de performance financière Indicateurs de performance non financière

8 Prise de décision managériale et contrôle de gestion Le processus de prise de décision comprend au moins trois phases selon le modèle IMC (Intelligence Modélisation Choix) de Herbert Simon : perception et identification du problème, conception et recherche de solutions, sélection de la meilleure. La phase de perception et d identification permet de prendre conscience du problème et de le mettre en évidence, tandis que la phase de conception et de recherche est nécessaire à l inventaire et à la formulation des différentes solutions possibles. La phase de sélection consiste à choisir la meilleure solution parmi les alternatives en présence, mais devrait être précédée par l évaluation approfondie des variantes au regard de leur contribution aux critères d efficacité et d atteinte des objectifs visés. La programmation des activités peut représenter une phase complémentaire et préalableàlamiseenœuvredelasolutionretenue,sousréservedel examena priori de sa faisabilité multidimensionnelle et des exigences a posteriori de contrôle. La prise de décision managériale suit un enchaînement itératif et ajustable à l aide des boucles de rétroaction (feedback correctif), destiné à assurer le choix et la réalisation de la solution satisfaisante, sur la base des impératifs de contrôle. 8

9 Principales étapes du processus de prise de décision Rétroaction corrective Critères de faisabilité financière, commerciale, technique, économique ou sociopolitique Identification et définition du problème à résoudre Inventaire et formulation des solutions possibles Évaluation approfondie des solutions envisageables Sélection de la solution satisfaisante parmi les variantes en présence Programmation et mise en œuvre de la solution retenue Rétroaction corrective Critères d efficacité et d atteinte des objectifs Source : Adapté de Alain Boutat. Les transferts internationaux de technologie, PUL, Lyon,

10 Démarche de contrôle de gestion La démarche repose sur la définition a priori d un état de fonctionnement désiré (prévisions, scénarios, standards, objectifs d exploitation), qui sera comparé à l état de fonctionnement constaté a posteriori (réalité mesurée sur la base d observations). Les écarts significatifs entre l état de fonctionnement désiré et l état de fonctionnement constaté sont appelés à susciter des actions correctives, entre deux logiques de régulation extrêmes : l hétérorégulation formelle et l autorégulation informelle. L hétérorégulation formelle consiste à agir selon des directives préétablies ou des règles strictes, des conseils centralisés ou des sanctions incitatives, notamment dans un contexte réputé stable et domptable par la direction de l organisation. L autorégulation informelle se caractérise par une démarche systématiquement ascendante et participative, en particulier dans un contexte instable et fort incertain, qui laisse une large initiative et une latitude décisionnelle aux acteurs concernés. La mesure des résultats, l analyse des écarts et l introduction des actions correctives sont généralement associées à la fixation des standards d évaluation ou des objectifs à atteindre, quelle que soit la logique de régulation et de contrôle adoptée. 10

11 Contrôle de gestion et régulation de l organisation Prévisions ou standards associés à des objectifs (état de fonctionnement désiré) Situation ou réalité observée (état de fonctionnement constaté) Rapprochement - Comparaison Analyse des écarts Hétérorégulation Diagnostic et pronostic Autorégulation Actions correctives Retour d information et d expérience Retour d information et d expérience Subtil dosage à opérer entre l hétérorégulation formelle et l autorégulation informelle. Source : Alain Boutat et Jean-Marc Capraro, Comptabilité analytique de gestion, PPUR, Lausanne, 3 e édition,

12 Appréciation du potentiel financier La démarche analytique consiste à poser un diagnostic sur la situation financière de l organisation et à émettre un pronostic sur la poursuite de sa mission, en apportant des réponses appropriées aux questions fondamentales des parties prenantes. L organisation a-t-elle, sur la base de l évaluation de ses états financiers, dûment obligatoires dans le pays, une assise financière compatible avec les préoccupations et les desseins de solvabilité, de rentabilité et de liquidité d exploitation? Comment parvient-elle à faire face aux besoins de financement qui découlent de son cycle d investissement (acquisition d immobilisations) et de son cycle d exploitation (approvisionnement, production, distribution des prestations finales)? La gestion des ressources financières (fonds de roulement, capacité d autofinancement, trésorerie nette ) est-elle saine et quels sont les risques de déséquilibre encourus dans la perspective d une continuité ou d un développement de l activité? L objectif est de disposer d une opinion fondée sur les flux et les états financiers de l organisation (comptes de résultat, bilans périodiques...), à travers l élaboration et l interprétation d indicateurs susceptibles de révéler les risques de défaillance. 12

13 Domaines d analyse de la performance financière Activité périodique Cycle d exploitation Cycle d investissement Cycle de financement Trésorerie finale TABLEAU DE BORD FINANCIER Les informations obtenues sur les différents domaines d analyse de la performance financière permettent d élaborer un tableau de bord contenant des indicateurs de gestion financière. 13

14 Représentation des cycles d opérations économiques à partir du bilan comptable ACTIF PASSIF CYCLE D INVESTISSEMENT À ROTATION LENTE CYCLE D EXPLOITATION À ROTATION RAPIDE ACTIF STABLE Emplois à long terme corporels incorporels etc. ACTIF CIRCULANT Emplois à court terme stocks débiteurs etc. PASSIF DURABLE Ressources à long terme avoirs non exigibles dettes à plus d un an etc. PASSIF CIRCULANT Ressources à court terme fournisseurs avances de clients etc. Flux CYCLE DE FINANCEMENT À ROTATION PLUS OU MOINS RAPIDE Flux PORTEFEUILLE D EMPLOIS POOL DE RESSOURCES Le cycle de financement correspond aux opérations sur les apports de capitaux (ressources provisoires) permettant de réaliser les opérations du cycle d investissement et les opérations du cycle d exploitation (emplois provisoires). 14

15 Mesure de la performance financière La mesure de la performance financière est fondée sur l évaluation des risques tels que l insolvabilité, l absence de liquidité, la chute de la rentabilité financière à la suite d une diminution de la rentabilité économique ou d un défaut de productivité. La mesure de la solvabilité et de l équilibre financier revient essentiellement à mettre en évidence, à partir du bilan de fin de période, la capacité de l organisation à réunir les fonds nécessaires et à maîtriser les contraintes de son financement. La mesure de la liquidité d exploitation et de l efficacité de gestion consiste à déterminer, à partir du compte de résultat périodique, les soldes intermédiaires de gestion et les flux de trésorerie (capacité d autofinancement et autofinancement). La mesure de la rentabilité et de la productivité repose sur l appréciation, à partir des éléments du bilan et du compte de résultat, des avantages monétaires dégagés par rapport à l activité et aux moyens engagés au sein de l organisation. La mesure du risque global de défaillance est fondée sur l identification intégrale des signes précurseurs de vulnérabilité, notamment sur la base d une synthèse des différents résultats de l analyse de la performance financière. 15

16 Démarche générale d analyse de la performance financière BILANS PÉRIODIQUES L analyse de la performance financière consiste à formuler un diagnostic et un pronostic financiers sur une organisation. SOLVABILITÉ ÉQUILIBRE Atouts, limites et perspectives de l organisation COMPTES DE RÉSULTAT PÉRIODIQUES Analyse des états financiers RENTABILITÉ PRODUCTIVITÉ LIQUIDITÉ EFFICACITÉ Appréciation du potentiel financier Opportunités et contraintes de l environnement AUTRES INFORMATIONS FINANCIÈRES Les indicateurs financiers permettent de disposer d une opinion fondée sur les états financiers d une organisation. 16

17 Relation entre le bilan et le compte de résultat. Les effets conjugués des flux monétaires, représentés à la fois par les dépenses (décaissements) et les recettes (encaissements), déterminent la trésorerie finale (liquidités ou disponibilités monétaires) qui se retrouve à l actif du bilan, avec le solde du compte de résultat au passif du bilan (bénéfice ici), pour la photo de fin d exercice. Actif immobilisé Actif circulant hors trésorerie Trésorerie finale BILAN COMPTE DE RÉSULTAT ACTIF PASSIF CHARGES PRODUITS Capitaux propres Résultat Capitaux étrangers (dettes) Trésorerie initiale Produits et éléments du bilan encaissés LIQUIDITÉS Charges décaissées Charges non décaissées Résultat Charges et éléments du bilan décaissés Trésorerie finale Produits encaissés Produits non encaissés 17

18 Évaluation de la performance à partir des états financiers BILAN COMPTE DE RÉSULTAT Actif Passif Charges Produits Moyens économiques Moyens Financiers Consommation définitive de ressources Production définitive de ressources Résultat Solvabilité Équilibre financier Liquidité d exploitation Efficacité de gestion Rentabilité Productivité La mesure de la performance financière s articule essentiellement autour de la solvabilité, de l équilibre financier, de la rentabilité, de la productivité, de la liquidité d exploitation et de l efficacité de gestion. 18

19 Structure du compte de résultat Alors que le bilan est une «photographie» datée des ressources et des emplois provisoires, le compte de résultat est un «film» en continu qui présente les flux définitifs de ressources (production) et d emplois (consommation) d une période. À la différence des actifs qui sont des emplois provisoires de ressources (créances de débiteurs, stocks constitués...), il existe des charges qui représentent des emplois définitifs de ressources (biens et/ou services consommés sur une période). Contrairement aux passifs qui sont des ressources provisoires (créances de fournisseurs, emprunts contractés ), il existe des produits qui constituent des ressources définitives (biens et/ou services vendus, production stockée sur une période). La production et la consommation de ressources définitives entraînent respectivement un enrichissement et un appauvrissement qui modifient la valeur du patrimoine, à travers la comparaison périodique des produits et des charges. Les charges sont assimilées à des emplois définitifs de ressources, tandis que les produits sont considérés comme des ressources définitives dont la différence par rapport aux charges correspond au résultat de la période (bénéfice ou perte). 19

20 Représentation du compte de résultat ACTIVITÉ PÉRIODIQUE L activité périodique permet d établir le solde du compte de résultat : la comparaison de la production de ressources définitives (produits) et de leur consommation (charges) fait ressortir un bénéfice ou une perte en fin de période (bénéfice illustré ici). Consommation de ressources Charges Salaires et charges sociales Achats de biens et services Variations des stocks Dotations aux amortissements Dotations aux provisions Intérêts sur les capitaux Pertes de change Pénalités et amendes fiscales Indemnités sur procès et litiges Etc. Production de ressources Produits Ventes de marchandises Production vendue Production stockée Production immobilisée Subventions d exploitation Intérêts sur les placements Gains de change Rétrocessions fiscales Avoirs sur procès et litiges Etc. Résultat = Produits - Charges. Alain Boutat 20

21 Charges et produits du compte de résultat Les charges d exploitation sont par nature : salaires et charges sociales, achats de biens et services, variation des stocks correspondants, dotations ordinaires aux amortissements et/ou aux provisions pour dépréciation d actifs, etc. Aux charges d exploitation susmentionnées peuvent s ajouter les charges d opérations financières (intérêts dus, escomptes accordés, frais sur titres...) et d opérations exceptionnelles (pénalités fiscales, indemnités versés sur procès, pertes sur vols ). Les produits d exploitation sont par nature : ventes de marchandises, production vendue (biens et/ou services), production stockée (variation des stocks destinés à la clientèle), production immobilisée (autoproduction d immobilisations), etc. Aux produits d exploitation indiqués supra peuvent s ajouter les produits d opérations financières (intérêts perçus, escomptes reçus, gains sur titres...) et d opérations exceptionnelles (rétrocessions fiscales, cessions d immobilisations à l actif ). Il est possible de détailler la formation du résultat périodique et de déterminer les résultats successifs des différents types d opérations ayant cours au sein de l organisation : résultat d exploitation, résultat financier, résultat exceptionnel, etc. 21

22 Niveaux intermédiaires de formation du résultat périodique La différence entre les produits (ressources définitives) et les charges (emplois définitifs) permet de dégager des résultats successifs à différents niveaux intermédiaires et d en déduire le résultat net final de la période considérée. Produits d exploitation Charges d exploitation Résultat d exploitation Produits financiers Charges financières Produits exceptionnels Résultat courant Charges exceptionnelles = = = + Résultat financier Résultat exceptionnel Résultat brut avant intéressement des salariés (bonus) et avant impôts éventuels Intéressement des salariés aux résultats et impôts éventuels - = + RÉSULTAT NET. 22

23 Application Formation du résultat d une entreprise de services Une société de conseils et de services offre deux gammes de prestations à sa clientèle : les prestations de conseils d entreprise et les prestations à caractère informatique (réalisation de logiciels et audit des systèmes d information). Pour l exercice écoulé, les charges et les produits se présentent de la manière ci-après (montants en milliers de francs). Produits : chiffre d affaires de subventions publiques de pour occupation de chômeurs Charges : services fournis par les tiers de salaires de charges sociales de dotations aux amortissements de intérêts passifs de 700 intéressement et participation des salariés de 800 impôts sur les sociétés de 900 Veuillez présenter les résultats par type d opérations de cette entreprise de services. 23

24 Solution Formation du résultat d une entreprise de services Produits d exploitation Chiffre d affaires : /. Charges d exploitation Services fournis par les tiers : Salaires et charges sociales : Dotations aux amortissements : Résultat d exploitation Produits financiers 0./. Charges financières Résultat financier Produits exceptionnels /. Charges exceptionnelles 0 Résultat total avant intéressement des salariés et impôts : Résultat exceptionnel /. Intéressement des salariés aux résultats Bénéfice de /. Impôts sur les sociétés Résultat de l exercice

25 Analyse de la performance à partir du compte de résultat La mise en lumière des soldes intermédiaires de gestion (SIG) traduit les résultats transitoires significatifs de l organisation sur une période donnée, susceptibles de révéler le niveau de la liquidité d exploitation autogénéré et l efficacité de gestion. Les SIG sont assimilables à une cascade de variables d activité et de résultat, calculées à partir des charges et des produits, qui constituent autant de paliers successifs dans la formation du résultat final au cours d une période déterminée. Le compte de résultat de l exercice est ainsi découpé en blocs d analyse déterminants, propres à favoriser l utilisation des variables d activité et de résultat à des fins de construction et d interprétation des indicateurs de performance financière. La gamme classique des variables comptables de l organisation se trouve ainsi élargie, en y introduisant des paramètres de gestion proches de certains agrégats qui sont usuellement retenus en comptabilité nationale (à l instar de la valeur ajoutée). Les SIG sont présentables dans une perspective analytique séquentielle : marge commerciale, production, valeur ajoutée, excédent brut d exploitation, résultat d exploitation, résultat courant, résultat exceptionnel, résultat net, autofinancement. 25

26 Variables financières découlant du compte de résultat Le diagnostic financier repose notamment sur l analyse des variables d activité et de résultat, propres à témoigner du potentiel de l organisation à dégager les moyens internes de son financement. VARIABLES D ACTIVITÉ Chiffre d affaires Marge commerciale Production de l exercice Valeur ajoutée CAPACITÉ D AUTOFINANCEMENT VARIABLES DE RÉSULTAT Excédent brut d exploitation Résultat d exploitation Résultat courant Résultat net AUTOFINANCEMENT 26

27 Variables financières d activité et de résultat Variables d activité Marge commerciale sur l activité de négoce = Chiffre d affaires HT sur les marchandises vendues Coût d achat HT des marchandises vendues Production de l exercice = Production vendue HT (chiffre d affaires sur les biens fabriqués et/ou les services fournis) + Production stockée (variation des stocks) + Production immobilisée Valeur ajoutée = Production de l exercice Consommation de biens et/ou services en provenance de tiers + Marge commerciale sur l activité de négoce Variables de résultat Excédent brut d exploitation = Valeur ajoutée + Subventions d exploitation Redevances et taxes d exploitation (non compris la TVA et l impôt sur les sociétés) Charges de personnel Résultat d exploitation = Excédent brut d exploitation Dotations aux amortissements et provisions de l exercice = Produits d exploitation Charges d exploitation Résultat financier = Produits financiers Charges financières Résultat courant = Résultat d exploitation + Résultat financier Résultat exceptionnel = Produits exceptionnels Charges exceptionnelles Résultat net = Résultat courant + Résultat exceptionnel Participation et intéressement des salariés au résultat Impôts sur les sociétés 27

28 Variables financières d autofinancement et de trésorerie Variables d autofinancement Capacité d autofinancement = Excédent brut d exploitation + autres produits encaissés (sauf les produits des cessions d immobilisations à des tiers) Autres charges décaissées (sauf les valeurs comptables des immobilisations cédées à des tiers) = Résultat net + Dotations aux amortissements et aux provisions Reprises sur amortissements et provisions + Valeurs comptables des immobilisations cédées à des tiers Autofinancement Produits des cessions d immobilisations à des tiers = Capacité d autofinancement Dividendes payés = Bénéfices non distribués à des tiers + Dotations aux amortissements et provisions Reprises sur amortissements et provisions Variables de trésorerie Fonds de roulement = Actif à moins d un an Passif à moins d un an = Passif à plus d un an Actif à plus d un an Besoin en fonds de roulement = (Actif à moins d un an Trésorerie à l actif) (Passif à moins d un an Trésorerie au passif) Solde net de trésorerie = Fonds de roulement Besoin en fonds de roulement = Trésorerie à l actif Trésorerie au passif 28

29 Tableau de bord des soldes intermédiaires de gestion Production ou produits de la période N Consommation ou charges de la période N Soldes intermédiaires de gestion N N-1 Ventes de marchandises Coût d achat des marchandises vendues Marge commerciale. Production vendue Production stockée Production déstockée Production immobilisée Total Total Production de l exercice. Production de l exercice Consommation en provenance de tiers Marge commerciale Total Total Valeur ajoutée. Valeur ajoutée Taxes et versements assimilés Subventions d exploitation Charges de personnel Total Total Excédent brut d exploitation. Excédent brut d exploitation Reprises sur dépréciations d actif Dotations amortissements et provisions Total Total Résultat d exploitation. Résultat d exploitation Produits financiers Charges financières Total Total Résultat courant. Produits exceptionnels Charges exceptionnelles Résultat exceptionnel. Résultat courant Intéressement et participation des salariés Résultat exceptionnel Impôts Total Total Résultat net de l exercice. 29

30 Application Détermination des soldes intermédiaires de gestion La Société METEX fournit des machines-outils et réalise accessoirement des opérations de distribution de composants auprès d entreprises clientes. Elle présente les comptes ci-après pour l exercice comptable écoulé (montants en milliers). Ventes de machines-outils Ventes de composants Achats de composants Achats de matières Autres achats et charges externes Salaires Charges sociales Amortissements Revenus des placements Intérêts sur emprunts Revenus des années antérieures Charges années antérieures 800 Intéressement des salariés Impôts sur les sociétés Par ailleurs, les informations sur les stocks de la période sont les suivantes : Stock initial de composants 500 Stock final de composants 600 Stock initial de matières Stock final de matières Stock initial de produits finis Stock final produits finis Pour la période considérée, veuillez déterminer les soldes intermédiaires de gestion (SIG) et la capacité d autofinancement (CAF) de la Société METEX. 30

31 Solution Détermination des soldes intermédiaires de gestion Marge commerciale Production de l exercice Ventes de composants Ventes de machines-outils ou Achats de composants Production vendue Variation de stocks ( ) Variation stock produits finis ou Coût d achat des composants vendus Production stockée ( ) Consommations externes Valeur ajoutée Achats de matières Marge commerciale Variation stocks de matières ( ) 500 Production de l exercice Autres achats et charges externes Consommations externes Excédent brut d exploitation Résultat d exploitation Valeur ajoutée Excédent brut d exploitation Charges de personnel Dotations aux amortissements Résultat courant avant impôts Résultat net de l exercice Résultat d exploitation Résultat courant avant impôts Produits financiers Résultat exceptionnel 900 Charges financières Participation + Impôts Capacité d autofinancement (CAF) : Résultat net + Dotations de l exercice = =

32 Retraitements des soldes intermédiaires de gestion Soldes intermédiaires de gestion (SIG) Ajustements ou retraitements Causes des ajustements ou retraitements Production de l exercice + Subventions d exploitation Subventions d exploitation considérées comme compléments du chiffre d affaires Valeur ajoutée + Subventions d exploitation Subventions d exploitation augmentant la valeur ajoutée + Redevance de crédit-bail Crédit-bail assimilé à une acquisition d immobilisation financée par un emprunt + Personnel intérimaire ou externe Personnel intérimaire intégré dans les charges de personnel./. Taxes et versements assimilés Inclusion des taxes et versements assimilés à des consommations de l exercice Excédent brut d exploitation + Redevance de crédit-bail Redevance de crédit-bail modifiant l excédent brut d exploitation./. Intéressement et participation salariés Intéressement des salariés aux résultats considéré comme des charges de personnel Résultat d exploitation + Charges financières de crédit-bail Redevance de crédit-bail scindée en dotations aux amortissements et en charges d intérêt./. Intéressement et participation salariés Charges de personnel modifiant le résultat d exploitation Résultat courant avant impôts./.intéressement et participation salariés Charges de personnel liées aux prestations de l organisation en faveur des salariés Retraitements destinés à donner aux soldes intermédiaires de gestion un caractère plus économique 32

33 Comptes d actif et de passif du bilan ACTIF IMMOBILISÉ Emplois à moyen et long termes : terrains, constructions, équipements, brevets, fonds de commerce, frais d établissement, titres de participation financière, etc. ACTIF CIRCULANT Emplois à court terme : stocks, clients, avances versées sur prestations, valeurs mobilières de placement, disponibilités monétaires, etc. FONDS PROPRES Ressources à moyen et long termes : apports en capital social ou individuel, primes d émission, réserves accumulées, résultat de l exercice, etc. FONDS ÉTRANGERS Ressources à court, moyen et long termes : emprunts bancaires, avances reçues sur prestations, créances de fournisseurs, dettes fiscales et sociales, etc. La composition du bilan de fin de période fait apparaître, de manière condensée, deux catégories de ressources (capitaux propres, capitaux étrangers) et deux catégories d emplois (actif immobilisé, actif circulant). 33

34 Analyse de la performance financière à partir du bilan patrimonial Le passif et l actif du bilan, à un moment donné, conduisent à l évaluation comparative, d une part, du degré d exigibilité des ressources (capacité à les rembourser) et, d autre part, du degré de liquidité des emplois (capacité à les monnayer). Les fondements du bilan patrimonial reposent sur la rapidité plus ou moins grande de l actif à se transformer en disponibilités monétaires et sur l horizon temporel (durée) qui reste à courir jusqu à l échéance des remboursements à honorer. Les éléments de l actif et du passif à moins d un an, ainsi que ceux de l actif et du passif à plus d un an sont mis en évidence, afin d évaluer l adéquation entre les emplois et les ressources en valeurs nettes sur la base de leur vitesse de rotation. La différence entre le montant total de l actif et celui des dettes correspond à la situation nette comptable ou à la valeur des capitaux propres, appelée à couvrir les engagements et à servir de garantie financière ultime vis-à-vis de tiers. L analyse du bilan patrimonial est souvent utile pour poser un diagnostic sur la solvabilité par rapport aux dettes rapidement exigibles, évaluer la viabilité sur la base de l actif net ou apprécier le risque global de défaillance de l entreprise. 34

35 Représentation du bilan patrimonial ACTIF / EMPLOIS Actif net à plus d un an Immobilisations corporelles Immobilisations incorporelles Immobilisations financières Actif net à moins d un an Stocks d exploitation Débiteurs et créances de clients Titres négociables et disponibilités PASSIF / RESSOURCES Passif net à plus d un an Capitaux propres Provisions pour risques et charges futures Dettes financières à long et à moyen termes Passif net à moins d un an Fournisseurs Dettes fiscales et sociales Dettes financières à court terme Liquidité croissante Exigibilité croissante L analyse du bilan patrimonial (approche «liquidité - exigibilité») privilégie l appréciation de la capacité à faire face aux échéances de remboursement, en particulier grâce à la liquidité libérée par les emplois à l actif pour contrer l exigibilité des ressources au passif. 35

36 Principaux indicateurs de l analyse du bilan patrimonial ACTIF / EMPLOIS NETS Actif à plus d un an Actif à moins d un an PASSIF / RESSOURCES NETTES Passif à plus d un an Passif à moins d un an Fonds de roulement patrimonial = Actif à moins d un an Passif à moins d un an = Passif à plus d un an Actif à plus d un an Besoin en fonds de roulement patrimonial = Actif à moins d un an (sauf la trésorerie) Passif à moins d un an (sauf le découvert en compte courant) Trésorerie nette = Fonds de roulement patrimonial Besoin en fonds de roulement patrimonial = Trésorerie à l actif Découvert en compte courant Plus la situation nette comptable (actif total épuré de dettes) et le fonds de roulement patrimonial sont significatifs, plus l entreprise est en mesure de faire face aux accidents de parcours et de préserver son indépendance financière grâce à la trésorerie dégagée. 36

37 Application Analyse du bilan patrimonial Les bilans de la Société EWEN AG, distributrice de matériels et de fournitures de bureau, se présentent schématiquement de la manière suivante à la fin des années N-1 et N : Bilans résumés (montants en milliers) Année N-1 Année N Actif immobilisé net Valeurs d acquisition Amortissements Actif circulant Stocks de marchandises Créances de clients Titres de placement Disponibilités Capitaux propres Capital social Réserves Résultat de l exercice après répartition Capitaux étrangers Emprunts bancaires (dont emprunts hors exploitation de 50%) Fournisseurs Dettes fiscales et sociales (dont impôts sur les sociétés de 1/5) Compte courant bancaire Dividendes à distribuer Veuillez analyser, sur la base de ces données, les bilans patrimoniaux de la société. 37

38 Solution Analyse du bilan patrimonial 1 Présentation des bilans patrimoniaux (montants en milliers) Année N-1 Année N Actif net à plus d un an Valeurs d acquisition des immobilisations /. Amortissements Actif net à moins d un an Stocks de marchandises Créances de clients Titres de placement Disponibilités Total de l actif Passif net à plus d un an Capitaux propres avant répartition du résultat /. Dividendes à distribuer Emprunts bancaires Passif net à moins d un an Fournisseurs Dettes fiscales et sociales Compte courant bancaire Dividendes à distribuer Total du passif

39 Solution Analyse du bilan patrimonial 2 Principaux indicateurs du bilan patrimonial (en milliers) Année N-1 Année N Situation nette comptable ou valeur des capitaux propres Actif net à plus d un an (immobilisations nettes) Actif net à moins d un an (valeurs réalisables et disponibles) / Passif net à plus d un an (emprunts bancaires) / Passif net à moins d un an (dettes à court terme) = Total de l actif Dettes : et Fonds de roulement (FR) Actif net à moins d un an (actif circulant net) / Passif net à moins d un an (dettes à court terme) = Passif net à plus d un an Actif net à plus d un an Besoin en fonds de roulement (BFR) et trésorerie finale (TF) Actif net à moins d un an (sauf disponibilités et titres de placement) / Passif net à moins d un an (sauf découvert en compte courant) = Fonds de roulement Trésorerie Trésorerie finale : Disponibilités + Titres Découvert = FR BFR Variation de la trésorerie : FR Δ BFR = Δ TF 0-80 Conclusion : La valeur des capitaux propres augmente de 31,4%, soit une croissance supérieure à l inflation, et l actif à court terme permet de faire face aux engagements à brève échéance. Par ailleurs, le fonds de roulement (FR) couvre intégralement le besoin en fonds de roulement (BFR) et laisse une trésorerie positive. 39

40 Retraitements du bilan patrimonial ACTIF NET RÉEL À PLUS D UN AN Actif immobilisé net PASSIF NET RÉEL À PLUS D UN AN Capitaux propres après répartition du bénéfice + Plus-values latentes + Plus-values latentes./. Moins-values latentes./. Moins-values latentes./. Part de l actif immobilisé net à moins d un an./. Actif fictif net./. Actif fictif net Les postes de l actif fictif net à éliminer sont les suivants : Frais d établissement Frais de recherche sur des projets non réalisables Primes de remboursement des obligations Charges à répartir sur plusieurs exercices Part de l actif circulant à plus d un an ACTIF NET RÉEL À MOINS D UN AN Actif circulant net Dettes et provisions pour risques et charges futures Dettes financières + Provisions pour risques et charges futures./. Part de dettes et provisions pour risques à moins d un an + Part du passif circulant à plus d un an PASSIF NET RÉEL À MOINS D UN AN Passif circulant net./. Part de l actif circulant à plus d un an./. Part du passif circulant à plus d un an + Effets escomptés non échus + Effets escomptés non échus Part de l actif immobilisé net à moins d un an Part de dettes et provisions pour risques à moins d un an Les retraitements permettent notamment d intégrer les éléments hors bilan (plusvalues latentes, moins-values latentes, effets escomptés non échus) et d éliminer les éléments du bilan dont la valeur vénale est nulle (actif fictif). 40

41 Analyse de la performance financière à partir du bilan fonctionnel La fonction économique des grandes masses du bilan est mise en évidence ici : ressources d exploitation (REX) et hors exploitation (RHE), emplois d exploitation (EE) et hors exploitation (EHE), trésorerie active (TA) et trésorerie passive (TP) Les rubriques de l actif sont généralement présentées en valeurs brutes historiques, les fonds d amortissements et de provisions pour dépréciation d éléments de l actif figurant au passif du bilan fonctionnel comme capitaux propres d origine interne. Les ressources et les emplois en valeurs brutes sont regroupés par cycle d opérations économiques, le bilan fonctionnel constituant une photographie du cycle d exploitation, du cycle d investissement et du cycle de financement. Il y a lieu de recourir aux concepts d emplois stables (ES) et de ressources durables (RD), la règle de base étant de s assurer du financement des emplois stables (immobilisations) par des ressources durables (capitaux à long et à moyen termes). L analyse du bilan fonctionnel est utile pour évaluer les décisions relatives au financement du cycle d investissement et à celui du financement du cycle d exploitation, en portant ainsi l attention à la destination des ressources du passif. 41

42 Représentation du bilan fonctionnel L analyse du bilan fonctionnel se préoccupe de l origine et de la destination des ressources, selon qu il s agit des moyens structurels du cycle d investissement (emplois stables) et du cycle de financement (ressources durables) ou des moyens du cycle d exploitation (débiteurs, stocks, créanciers, etc.) et du cycle hors exploitation, à travers une question fondamentale : d où proviennent les fonds et à quoi servent-ils? EMPLOIS EMPLOIS STABLES Immobilisations brutes Mise en œuvre des moyens d investissement EMPLOIS D EXPLOITATION EN VALEUR BRUTE Mise en œuvre des moyens d exploitation EMPLOIS HORS EXPLOITATION EMPLOIS DE TRÉSORERIE Disponibilités RESSOURCES RESSOURCES DURABLES Capitaux propres d origines externe et interne, dettes à moyen et à long termes (dont partie à moins d une année) RESSOURCES D EXPLOITATION RESSOURCES HORS EXPLOITATION RESSOURCES DE TRÉSORERIE Concours bancaires courants 42

43 Principaux indicateurs de l analyse du bilan fonctionnel ACTIF / EMPLOIS BRUTS Emplois stables (immobilisations) Actif circulant Emplois d exploitation Emplois hors exploitation Emplois de trésorerie PASSIF / RESSOURCES BRUTES Ressources durables (fonds propres et dettes à LT) Passif circulant Ressources d exploitation Ressources hors exploitation Ressources de trésorerie Fonds de roulement net global (FRNG) = Ressources durables Emplois stables = Actif circulant Passif circulant Besoin en FR d exploitation (BFRE) Besoin en FR hors exploitation (BFRHE) = Emplois d exploitation Ressources d exploitation = Emplois hors exploitation Ressources hors exploitation Trésorerie nette (SNT) = Fonds de roulement net global Besoin en fonds de roulement global = Emplois de trésorerie Ressources de trésorerie Le besoin en fonds de roulement global (BFRG) comprend le besoin en fonds de roulement d exploitation et le besoin en fonds de roulement hors exploitation (non lié directement à la mission et au chiffre d affaires), tandis que la trésorerie nette traduit l équilibre financier de l entreprise. 43

44 Relation entre les SIG et les indicateurs de l approche du bilan fonctionnel Le fonds de roulement net global (FRNG) détermine la trésorerie finale ou le solde net de trésorerie (SNT) à travers le besoin en fonds de roulement global (BFRG) et, le cas échéant, les concours bancaires courants. Coût d achat des marchandises vendues Consommations externes Consommations internes «décaissables» Autres charges «décaissables» Dividendes versés Investissements Remboursements d emprunts Besoin en fonds de roulement net global Chiffre d affaires commercial Marge commerciale Production de l exercice Valeur ajoutée Excédent brut d exploitation Capacité d autofinancement FRNG final Solde net de trésorerie Subventions d exploitation Autres produits encaissables FRNG initial Augmentation du capital Nouveaux emprunts contractés Concours bancaires courants 44

45 Application Analyse du bilan fonctionnel En reprenant les bilans finaux ci-après de la Société EWEN AG, distributrice de matériels et de fournitures de bureau, il est désormais question de les étudier par cycle d opérations significatives. Bilans résumés (montants en milliers) Année N-1 Année N Actif immobilisé net Valeurs d acquisition Amortissements Actif circulant Stocks de marchandises Créances de clients Titres de placement Disponibilités Capitaux propres Capital social Réserves Résultat de l exercice après répartition Capitaux étrangers Emprunts bancaires (dont emprunts hors exploitation de 50%) Fournisseurs Dettes fiscales et sociales (dont impôts sur les sociétés de 1/5) Compte courant bancaire Dividendes à distribuer Veuillez analyser, sur la base de ces données, les bilans fonctionnels de la société. 45

46 Solution Analyse du bilan fonctionnel 1 Présentation des bilans fonctionnels (montants en milliers) Année N-1 Année N Emplois stables (immobilisations brutes) Emplois d exploitation Stocks de marchandises Créances de clients Emplois hors exploitation (titres de placement) Trésorerie active (disponibilités) Total de l actif Ressources durables Capitaux propres avant répartition du résultat Fonds d amortissements et de provisions Emprunts bancaires (sauf emprunts hors exploitation) Dettes d exploitation (ressources d exploitation) Fournisseurs Dettes fiscales et sociales (sauf impôts sur les sociétés) Dettes hors exploitation (ressources hors exploitation) Emprunts hors exploitation Impôts sur les sociétés 6 8 Trésorerie passive (compte courant bancaire) Total du passif

47 Solution Analyse du bilan fonctionnel 2 Principaux indicateurs du bilan fonctionnel (en milliers) Année N-1 Année N Fonds de roulement net global (FRNG) Ressources durables brutes (RD) / Emplois stables bruts (ES) = RD-ES = (EE+EHE+TA) (REX+RHE+TP) : et Besoin en fonds de roulement d exploitation (BFRE) Emplois d exploitation bruts (EE) / Ressources d exploitation brutes (REX) = EE - REX Besoin en fonds de roulement hors exploitation (BFRHE) Emplois hors exploitation (EHE) / Ressources hors exploitation (RHE) = EHE - RHE Besoin en fonds de roulement global : BFRG = BFRE + BFRHE Solde net de trésorerie : SNT = FRNG BFRG = TA TP = TF Equilibre financier : FRNG = BFRG + SNT Conclusion : Le besoin en fonds de roulement d exploitation est important, bien qu il soit décroissant. Le financement est toutefois trouvé dans l excédent de ressources des opérations hors exploitation. 47

48 Actif immobilisé brut EMPLOIS STABLES (ES) Retraitements du bilan fonctionnel Capitaux propres RESSOURCES DURABLES (RD) + Valeur d origine des équipements en crédit-bail + Amortissements et provisions pour dépréciation d actif + Charges brutes à répartir sur plusieurs exercices + Amortissements du crédit-bail./. Primes de remboursement des obligations + Provisions pour risques et charges futures./. Intérêts courus non échus sur prêts Dettes financières À l actif du bilan, les intérêts courus sur prêts sont reclassés en créances hors exploitation; tandis que les équipements en crédit-bail sont considérés comme des immobilisations financées par un emprunt. ACTIF CIRCULANT (AC) + Valeur nette des équipements en crédit-bail./. Primes de remboursement des obligations./. Intérêts courus non échus sur emprunts./. Soldes créditeurs en compte courant bancaire PASSIF CIRCULANT (PC) Emplois d exploitation en valeur brute (EE) Ressources d exploitation (REX) Stocks + Avances et acomptes aux fournisseurs Avances et acomptes reçus sur commandes de clients + Créances de clients + Effets escomptés non échus + Dettes fournisseurs, sociales et fiscales d exploitation + Charges d exploitation constatées d avance + Produits d exploitation constatés d avance Emplois hors exploitation (EHE) Ressources hors exploitation (RHE) Créances de débiteurs hors exploitation Impôts sur les sociétés et dettes hors exploitation + Charges hors exploitation constatées d avance + Produits hors exploitation constatés d avance + Intérêts courus non échus sur prêts + Intérêts courus non échus sur emprunts Trésorerie active (disponibilités) Trésorerie passive (banque + effets escomptés non échus) 48

49 Analyse de la performance financière à partir du bilan et du compte de résultat Outre les ratios de rentabilité et de productivité fondés sur des rapports entre les SIG et les éléments d analyse du bilan, il existe des indicateurs courants tels que le taux de retour sur investissement, le résultat résiduel ou la valeur ajoutée économique. Le taux de retour sur investissement (ROI) est le rapport entre une variable paracomptable de résultat et les moyens économiques au bilan, soit : ROI = Résultat / Actif total, Actif d exploitation, Actif immobilisé + Besoin en fonds de roulement Le résultat résiduel (RR) correspond à une variable de résultat diminuée par le coût d opportunité des capitaux investis (y compris les intérêts sur les fonds propres), soit : RR = Résultat (Taux de rendement minimal exigé x Capitaux investis) La valeur ajoutée économique (EVA) mesure le surplus d exploitation qui rémunère les ressources durables au coût moyen pondéré du capital, soit : EVA = Résultat d exploitation net d impôts [Coût moyen pondéré du capital x (Actif total Passif circulant)] Les indicateurs comme le ROI, le RR et l EVA tiennent compte des capitaux investis et peuvent notamment être utilisées pour comparer la performance financière des divisions d une organisation selon une périodicité prédéfinie (mensuel, trimestriel, semestriel ). 49

50 Retour sur l investissement selon le modèle de Dupont de Nemours Chiffre d affaires Ventes Rentabilité globale des capitaux Rendement du chiffre d affaires Bénéfice net Chiffre d affaires Chiffre d affaires - Charges totales Charges d approvisionnement + Charges de production + Charges de distribution Stocks Rotation des capitaux Actif net Actif circulant + + Débiteurs + Trésorerie RSI = Rendement du chiffre d affaires x Rotation des capitaux = Bénéfice net / Actif net Actif immobilisé Immobilisations 50

51 Application Analyse de la performance financière des divisions d entreprise Un groupe publicitaire est constitué de trois entités, dont les activités d exploitation sont régionalement déployées respectivement en Romandie (Entité 1), au Tessin (Entité 2) et en Suisse alémanique (Entité 3). Le siège central n impute pas à ces entités les intérêts moyens de 5 % sur les dettes financières de la société, ni le coût d opportunité de 7 % sur les capitaux propres dont la valeur de marché est de milliers. Il apparaît, dans le tableau ci-dessous, que la Suisse alémanique enregistre le meilleur résultat opérationnel (EBIT). Les éléments du bilan y sont présentés en valeurs nettes moyennes pour la période étudiée. Données comptables résumées (montants en milliers) Entité 1 Entité 2 Entité 3 Groupe Chiffre d affaires Charges d exploitation Résultat d exploitation Intérêts sur les dettes financières Résultat net après impôts de 30 % Actif immobilisé Actif circulant Capitaux propres Dettes financières Passif circulant Quelle est l entité qui réalise la meilleure performance financière sur la base des capitaux investis? 51

52 Solution Analyse de la performance financière des divisions d entreprise La solution consiste ici à comparer les entités sur la base d indicateurs tenant compte des capitaux investis. Éléments d analyse Entité 1 Entité 2 Entité 3 Groupe Taux de rotation des capitaux investis 144,80% (1) 63,21% 108,11% 99,25% Taux de rendement du chiffre d affaires 21,25% 20,00% 16,11% (2) 18,18% Taux de retour sur investissement (RSI ou ROI) 30,77% 12,64% 17,42% 18,05% Capitaux moyens investis 1 105, , , ,00 Capitaux moyens investis au taux minimal de 7% 77,35 155,05 (3) 233,10 465,50 Résultat résiduel au taux de rendement exigé de 7% 262,65 124,95 (4) 346,90 734,50 Résultat d exploitation après impôts de 30% 238,00 196,00 406,00 840,00 Ressources durables au coût moyen pondéré de 4,5% (5) 47,25 92,25 135,00 274,50 (6) Valeur ajoutée économique (EVA) 190,75 103,75 271,00 565,50 (1) Taux de rotation des capitaux investis = Chiffre d affaires / (Actif net immobilisé + Actif net circulant) = 1600 / ( ) = 1,4480 (2) Taux de rendement du chiffre d affaires = Résultat d exploitation / Chiffre d affaires = 580 / 3330 = 0,1611 RSI = 1,0811 x 0,1611 = 0,1742 (3) Capitaux moyens investis au taux de rendement exigé = (Actif net immobilisé + Actif net circulant) x Taux i = ( ) x 7% = 155,05 (4) Résultat résiduel = Résultat d exploitation Capitaux moyens investis au taux de rendement exigé = ,05 = 124,95 (5) Coût moyen pondéré des capitaux investis = [(5% x 70% x 5000) + (7% x 2000)] / ( ) = 4,50% (6) Ressources durables au coût moyen pondéré des capitaux investis = 4,50% x ( ) = 274,50 EVA = (1200 x 70%) 274,50 = 565,50 Conclusion : la Romandie (Entité 1) réalise une plus forte rentabilité sur la base du RSI, tandis que la Suisse alémanique (Entité 3) présente une meilleure performance selon les critères du résultat résiduel et de l EVA. 52

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Analyse financière 215/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Auto-entrepreneur Droit de l immobilier Droit des sociétés Droit du travail Droit du Web 2. Fiscalité La

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Corrigé Cas «Les Applications Oléo Mécaniques de Paris»

Corrigé Cas «Les Applications Oléo Mécaniques de Paris» www.thauvron.com mise à jour : 12/09/2005 Corrigé Cas «Les Applications Oléo Mécaniques de Paris» Soldes intermédiaires de gestion retraités 2004 Ventes de marchandises - Coût d achat des marchandises

Plus en détail

- 07 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DE LA CENTRALE DE BILANS DE LA BANQUE DE FRANCE (C.B.B.F.)

- 07 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DE LA CENTRALE DE BILANS DE LA BANQUE DE FRANCE (C.B.B.F.) - 07 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DE LA CENTRALE DE BILANS DE LA BANQUE DE FRANCE (C.B.B.F.) Objectif(s) : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement,

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Exercices de Gestion en vidéo - BTS MUC & BTS NRC. Liste des tableaux. (Consultez également «Liste des formules»)

Exercices de Gestion en vidéo - BTS MUC & BTS NRC. Liste des tableaux. (Consultez également «Liste des formules») Liste des tableaux (Consultez également «Liste des formules») Table des matières Le bilan comptable... 2 Le bilan fonctionnel... 3 Le compte de résultat... 4 Les soldes intermédiaires de gestion (SIG)...

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Fondamentaux de la Finance L3 Econométrie

Fondamentaux de la Finance L3 Econométrie Fondamentaux de la Finance Travaux dirigés par Rim AYADI 2013-2014 Université Lumière Lyon2 2013/2014-1- Feuille de TD n 1 Exercice1 Sur la base de la balance après inventaire fournie en Annexe 1 pour

Plus en détail

P6C14 Structure financie re et rentabilite s

P6C14 Structure financie re et rentabilite s P6C14 Structure financie re et rentabilite s Remarque préalable : L article 23 de la loi de finances pour 2013 restreint la déductibilité des charges financières pour les entreprises assujetties à ls :

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT. Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable.

LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT. Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable. LE BILAN FONCTIONNEL - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Pré-requis : Approfondir l'analyse du bilan fonctionnel : retraitements du bilan comptable. o Principes d'analyse du bilan fonctionnel : Modalités

Plus en détail

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Eléments du cours INTRODUCTION ANALYSE DE L EXPLOITATION ÉTUDE DU BILAN Numérisation & Conception Mr Mohamed-Fadil

Plus en détail

Présentation du cours de trésorerie

Présentation du cours de trésorerie Présentation du cours de trésorerie Chapitres étudiés : 1. Budget de trésorerie et BFR normatif 2. Environnement financier et bancaire de l entreprise 3. Gestion des liquidités en date de valeur 4. Instruments

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL L entreprise PODENSAC ( SARL au capital de 13 000 ), fabriquant de produits exotiques, est actuellement en pleine croissance. Elle vient de réaliser de nouveaux investissements qui lui permettront d augmenter

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN PASSIF. Du 01/07/2011 au 31/07/2012

9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN PASSIF. Du 01/07/2011 au 31/07/2012 19/10/2012 9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN ACTIF ACTIF Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISÉ Immobilisations incorporelles Frais d'établissement Frais de développement Concessions, brevets

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

2 ème Partie : ANALYSE COMPTABLE 1- Analyse du Bilan. Résumé du cours

2 ème Partie : ANALYSE COMPTABLE 1- Analyse du Bilan. Résumé du cours 2 ème Partie : ANALYSE COMPTABLE 1- Analyse du Bilan Résumé du cours 1- Passage du Bilan Comptable au Bilan financier (bilan liquidité) Bilan comptable CORRECTIONS Bilan financier Il est établi suivant

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Rôle de la fonction finance

Rôle de la fonction finance La fonction finance Rôle de la fonction finance Assurer aux décideurs qu ils disposent des fonds nécessaires à l instant T pour financer les investissements nécessaires à la croissance et au développement

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

Pratique du Droit et du système comptable OHADA

Pratique du Droit et du système comptable OHADA Jacques Njampiep Pratique du Droit et du système comptable OHADA Volume 1 : Solutions aux Exercices & Etudes de cas de Comptabilité générale Editions ECC/RFA Du même auteur Déjà parus : Pratique du Droit

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Objectifs et attributs du tableau de financement

Objectifs et attributs du tableau de financement TABLEAU DE FINANCEMENT II 2 1: Objectifs et attributs du tableau de financement On a vu que le bilan permet de fonder une opinion sur l équilibre financier et la situation de trésorerie de l entreprise

Plus en détail

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN VISION FONCTIONNELLE DU BILAN Par opposition à l'approche financière qui se place dans une hypothèse d'évaluation, voire de liquidation, l'approche fonctionnelle définie

Plus en détail

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement - 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement Objectif(s) : o Capacité d'autofinancement et autofinancement. Pré-requis : o Connaissance de l'ebe et de la Valeur Ajoutée. Modalités : o Principes.

Plus en détail

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL 17 parazit - Fotolia.com Étape 3 > Mes prévisions financières > Mon plan de financement > Mon compte de résultat prévisionnel > Mon seuil de rentabilité > Mon

Plus en détail

UE6 Finance d entreprise

UE6 Finance d entreprise 1210006 SESSION 2012 UE6 Finance d entreprise Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante

Plus en détail

Synthèse 25 Fiche de vocabulaire 25 Les budgets et le compte de résultat prévisionnel

Synthèse 25 Fiche de vocabulaire 25 Les budgets et le compte de résultat prévisionnel Synthèse 25 Fiche de vocabulaire 25 Les budgets et le compte de résultat prévisionnel 1 La démarche budgétaire La démarche budgétaire repose sur trois phases : l analyse, l action puis le contrôle. 11

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable...

Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21. 2.1. Système comptable... 22 2.2. Normes comptables... 22 2.3. Plan comptable... TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 PARTIE 1 - CADRE GÉNÉRAL DU SYSCOHADA... 19 Chapitre 1 - Généralités sur la comptabilité... 21 Section 1 - Définitions, objectifs et champs d application de la comptabilité...

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

TXCOM. 10, avenue Descartes 92350 LE PLESSIS ROBINSON. SITUATION au 30 juin 2012

TXCOM. 10, avenue Descartes 92350 LE PLESSIS ROBINSON. SITUATION au 30 juin 2012 10, avenue Descartes 92350 LE PLESSIS ROBINSON SITUATION au 30 juin 2012 1 TXCOM BILAN ACTIF Brut Amort./Provis. 30/06/2012 31/12/2011 Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE Immobilisations incorporelles

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

LE BILAN FONCTIONNEL

LE BILAN FONCTIONNEL LE BILAN FONCTIONNEL Le bilan fonctionne est établi à partir du bilan comptable avant affectation du résultat. Il est un outil d'analyse de l'entreprise. 1. LES OBJECTIFS DE L ANALYSE FONCTIONNELLE DU

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Analyse Financière. Séance 1/ L'information comptable et la lecture financière du bilan

Analyse Financière. Séance 1/ L'information comptable et la lecture financière du bilan Analyse Financière Module de 27h. Projets de groupe ( analyse financière de quelques entreprises du CAC40 ). CC : 40% Participation (20%), contrôle intermédiaire (40%), projet à rendre ( 40% ) CF : 60%

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

Chapitre I : L analyse statique du bilan

Chapitre I : L analyse statique du bilan Chapitre I : L analyse statique du bilan Toute entreprise se trouve devant l impératif de solvabilité c-à-d d effectuer sans interruption des règlements qui résultent, soit : - d engagements antérieurement

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC 21 RUE HENRI DUPARC Dossier financier de l'eercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Activité principale de l'association : Autres hébergements sociau Nous vous présentons ci-après le dossier

Plus en détail

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 GROUPE COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 Bilan consolidé ACTIF 31/12/2012 31/12/2011 Ecarts d'acquisition I 3 833 125 4 477 527 Capital souscrit non appelé IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement

Plus en détail

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 12981 DIGITECH Société anonyme au capital de 408 000 e. Siège social avenue Fernand Sardou, Z.A.C. de Saumaty, 13016 Marseille. B 384 617 031 R.C.S. Marseille. Passif 2003 Produits constatés d avance..............

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (30 semaines + 4 semaines de stage) POLE 1 COMPTABILITE ET DES L ENTREPRISE. Notions générales sur l. Les principes

Plus en détail

Corrigé des exercices. 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats.

Corrigé des exercices. 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats. Corrigé des exercices 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats. On utilise le bilan. A. Calcul du FR Objectif : On veut évaluer si la structure dispose de ressources stables

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Classe 1-Comptes de capitaux

Classe 1-Comptes de capitaux Classe 1-Comptes de capitaux 10 Capital et réserves 101 Capital 1 1011 Capital souscrit non versé 1012 Capital souscrit - versé 1015 Patrimoine des régies 1016 Patrimoine public 104 Primes liées au capital

Plus en détail

Introduction aux documents financiers

Introduction aux documents financiers Introduction aux documents financiers 3 questions ==> 3 documents Une photo instantanée : quelle est la situation actuelle de l entreprise? Bilan Deux films : L entreprise a-t-elle vendu à profit? Compte

Plus en détail

ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié)

ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié) ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié) CLASSE 1: COMPTES DE CAPITAUX 10 Capitaux propres 101 Capital souscrit 106 Réserves 1061 Réserve légale 1063 Réserves statutaires 1069 Autres réserves 11 Résultat

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

ASSOCIATION FRAGIL LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS. du 01/09/2009 au 31/08/2010

ASSOCIATION FRAGIL LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS. du 01/09/2009 au 31/08/2010 ASSOCIATION FRAGIL Numéro SIRET : 48206926700029 LA FABRIQUE DES DERVALLIERES 19 RUE JEAN MARC NATTIER 44100 NANTES COMPTES ANNUELS du 01/09/2009 au 31/08/2010 Sommaire Attestation de Présentation 1 Bilan

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DCG session 2009 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif 1. Définir la normalisation comptable. DOSSIER 1 - Normalisation comptable La normalisation comptable consiste à : - produire des normes

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot Exercices d analyse financière avec corrigés détaillés Béatrice et Francis Grandguillot 5 e édition 2010-2011 Béatrice et Francis GRANDGUILLOT sont professeurs de comptabilité-gestion et de fiscalité dans

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, commerciales et Sciences de Gestion Examen du premier semestre Module : Analyse Financière Durée : 3H00 Deuxième année Questions de cours : (4pts) 1- Quelles

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail