CVAE : définition de la valeur ajoutée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CVAE : définition de la valeur ajoutée"

Transcription

1 CVAE : définition de la valeur ajoutée Etude Fiscale 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) SOMMAIRE Article de présentation générale Le plus de l expert Annexe : Références législatives et jurisprudentielles Ordre des experts-comptables Région Paris Ile-de-France

2 Etude Fiscale 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) A compter du 1er janvier 2010, la taxe professionnelle est remplacée par la contribution économique territoriale (CET) composée d une cotisation foncière des entreprises (CFE) et d une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Cette seconde composante est égale à une fraction de la valeur ajoutée produite par l entreprise. La valeur ajoutée retenue pour le calcul de la CVAE est celle dégagée par l entreprise au cours de la période de référence, définie à l article 1586 quinquies du CGI. La valeur ajoutée est définie par l article sexies du CGI. La valeur ajoutée est égale à la différence entre le chiffre d affaires, augmenté de certains produits d exploitation et des charges dont la liste est définie par l article précité. En pratique, on constate que les contribuables ont des difficultés pour saisir la portée 2 de certaines définitions. L objectif de la présente étude est donc de préciser les éléments retenus pour le calcul de la valeur ajoutée qui posent problème : les transferts de charges, la production immobilisée, les plus-values dans le cadre d une gestion courante, les subventions d exploitation et les abandons de créances, les aides à l emploi, les loyers et les amortissements, la TVA, les taxes déductibles de la valeur ajoutée et les remboursements forfaitaires de frais. 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 2

3 Définition de la valeur ajoutée servant d assiette à la CVAE A compter du 1er janvier 2010, la taxe professionnelle est remplacée par la contribution économique territoriale (CET) composée d une cotisation foncière des entreprises (CFE) et d une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Cette seconde composante est égale à une fraction de la valeur ajoutée produite par l entreprise. La valeur ajoutée retenue pour le calcul de la CVAE est celle dégagée par l entreprise au cours de la période de référence définie à l article 1586 quinquies du CGI La valeur ajoutée est définie par l article sexies du CGI. La valeur ajoutée est égale à la différence entre le chiffre d affaires, augmenté de certains produits d exploitation et des charges dont la liste est définie par l article précité. Des règles spécifiques ont été posées pour les établissements de crédit, les entreprises financières, les GIE de financement et les entreprises d assurance. Par ailleurs, les titulaires de bénéfices non commerciaux et les intermédiaires de commerce, ainsi que les titulaires de revenus fonciers, se voient également appliquer des règles spécifiques quant au calcul de la valeur ajoutée.. 1. La période de référence 1.1. Le principe La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est déterminée en fonction du chiffre d affaires réalisé et de la valeur ajoutée produite : au cours de l année au titre de laquelle l imposition est établie ou au cours du dernier exercice de douze mois clos au cours de cette même année lorsque cet exercice ne coïncide pas avec l année civile Les cas particuliers Exercice de plus ou moins de douze mois Si l exercice clos au cours de l année au titre de laquelle l imposition est établie est d une durée de plus ou de moins de douze mois, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est établie à partir de la valeur ajoutée produite au cours de cet exercice. Aucun exercice n est clôturé au cours de l année Si aucun exercice n est clôturé au cours de l année au titre de laquelle l imposition est établie, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est établie à partir de la valeur ajoutée produite entre le premier jour suivant la fin de la période retenue pour le calcul de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises de l année précédente et le 31 décembre de l année d imposition , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

4 En cas de création d entreprise au cours de l année d imposition, la période retenue correspond à la période comprise entre la date de création et le 31 décembre de l année d imposition. Plusieurs exercices sont clôturés au cours d une même année. Lorsque plusieurs exercices sont clôturés au cours d une même année, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est établie à partir de la valeur ajoutée produite au cours des exercices clos, quelles que soient leurs durées respectives. Néanmoins, il n est pas tenu compte, le cas échéant, de la fraction d exercice clos qui se rapporte à une période retenue pour l établissement de l impôt dû au titre d une ou plusieurs années précédant celle de l imposition. 2. Définition de la valeur ajoutée pour la généralité des entreprises La valeur ajoutée est égale à la différence entre le chiffre d affaires, augmenté de certains produits d exploitation et des charges dont la liste est définie. 2.1 Le chiffre d affaires Le chiffre d affaires est égal à la somme : des ventes de produits fabriqués, prestations de services et marchandises (701 à 707) diminués des rabais, remises et ristournes (709), des redevances pour concessions, brevets, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires (751), des plus-values de cession d éléments d immobilisations corporelles ou incorporelles, lorsqu elles se rapportent à une activité normale et courante (différence positive entre les comptes 775 et 675), des refacturations de frais inscrits au compte de transfert de charges (y compris les frais de personnel) Les produits à rajouter au chiffre d affaires Au chiffre d affaires tel qu il est défini précédemment, il convient de rajouter les postes suivants : les autres produits de gestion courante (compte 75), à l exception d une part, de ceux déjà pris en compte dans le chiffre d affaires (compte 751), et d autre part, des quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun (compte 755), la production immobilisée, à hauteur des seules charges qui ont concouru à sa formation et qui figurent parmi les charges déductibles de la valeur ajoutée (compte 722), les subventions d exploitation et des abandons de créances à caractère financier, à la hauteur du montant déductible des résultats imposables de l entreprise qui les consent (comptes 74 et 7715), la variation positive des stocks (soldes créditeurs des comptes 603 et 713), les transferts de charges déductibles de la valeur ajoutée, autres que ceux pris en compte dans le chiffre d affaires (comptes 791, voire 797) Les charges déductibles Ensuite, pour le calcul de la valeur ajoutée, sont admises en déduction du chiffre d affaires les charges suivantes : les achats stockés de matières premières et autres approvisionnements (comptes 601 et 602), 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 4

5 les achats d études et prestations de services (compte 604), les achats de matériel, équipements et travaux (compte 605), les achats non stockés de matières et fournitures (compte 606), les achats de marchandises (compte 607), les frais accessoires d achat (compte 608), les rabais, remises et ristournes obtenus sur achats (compte 609), ceux-ci venant en diminution des charges déductibles, la variation négative des stocks (soldes débiteurs des comptes 603 et 713), les services extérieurs (comptes 611, 613 le cas échéant, 614 à 618 et 621 à 628), diminués des rabais, remises et ristournes obtenus (comptes 619 et 629), à l exception des loyers ou redevances afférents aux biens corporels pris en location ou en sous-location pour une durée de plus de six mois ou en créditbail ainsi que les redevances afférentes à ces biens lorsqu elles résultent d une convention de locationgérance ; toutefois, lorsque les biens pris en location par le redevable sont donnés en sous location pour une durée de plus de six mois, les loyers sont retenus à concurrence du produit de cette sous-location, les taxes sur le chiffre d affaires et assimilées, les contributions indirectes, la taxe intérieure sur les produits pétroliers et la taxe carbone sur les produits énergétiques, les autres charges de gestion courante (compte 65), autres que les quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun (compte 655), les abandons de créances à caractère financier, à la hauteur du montant déductible des résultats imposables, les dotations aux amortissements pour dépréciation afférentes aux biens corporels donnés en location ou sous-location pour une durée de plus de six mois, donnés en crédit-bail ou faisant l objet d un contrat de location-gérance, en proportion de la seule période de location, de sous- location, de crédit-bail ou de location-gérance ; ces dispositions ne s appliquent pas en cas de contrats de sous-location de plus de six mois lorsque le dernier sous-locataire n est pas assujetti à la cotisation foncière des entreprises,, les moins-values de cession d éléments d immobilisations corporelles et incorporelles lorsqu elles se rapportent à une activité normale et courante (différence négative entre les comptes 775 et 675 pour les seules cessions concernées). 3. Définition de la valeur ajoutée pour les titulaires de bénéfices non commerciaux Le chiffre d affaires des titulaires de bénéfices non commerciaux avec une comptabilité tenue en encaissements/décaissements s entend du montant hors taxes des honoraires ou recettes encaissés en leur nom, diminué des rétrocessions, ainsi que des gains divers (vente de médicaments pour un vétérinaire, par exemple). La valeur ajoutée est égale à la différence entre le chiffre d affaires et les dépenses de même nature que les charges admises en déduction de la valeur ajoutée pour la généralité des entreprises exposées ci-dessus, à l exception de la TVA déductible ou décaissée. 4. Définition de la valeur ajoutée pour les contribuables relevant de la catégorie des revenus fonciers La valeur ajoutée des contribuables relevant de la catégorie des revenus fonciers correspond à la différence entre le chiffre d affaires et les charges de la propriété admises en déduction des revenus fonciers. Dans le cas spécifique de l activité de location ou de sous-location d immeubles nus autres qu à usage d habitation réputée exercée à titre professionnel, les produits et les charges afférents ne sont pris en compte, pour le calcul de la valeur ajoutée, qu à raison de 10 % de leur montant en Ce taux augmentera de 10 points chaque année, pour aboutir à une imposition en totalité en , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

6 Les «Plus de l expert» Les modifications apportées par la loi de finances 2010 à la définition retenue en matière de taxe professionnelle ont consisté à actualiser la définition du chiffre d affaires et de la valeur ajoutée compte tenu, d une part, de l évolution du droit comptable et, d autre part, de la jurisprudence intervenue en la matière. 1. Les transferts de charges Dès lors que les entreprises peuvent valablement comptabiliser les refacturations de frais tant dans un compte de» produits des activités annexes» que dans un compte de «transferts de charges» selon leur choix, que les produits des activités annexes» sont valablement pris en compte dans le chiffe d affaires, et que de telles refacturations se rapportent à une activité normale et courante, ces produits doivent être pris en compte dans le chiffre d affaires afin d éviter que les entreprises n utilisent abusivement le compte de transferts de charges. Le compte de transfert de charges (compte 791 à 797) doit donc être maintenu dans la valeur ajoutée. Les transferts de charges non pris en compte dans le chiffre d affaires mais inclus dans la valeur ajoutée sont ceux qui ne constituent pas des refacturations de frais tout en contribuant à annuler des charges déductibles de la valeur ajoutée. Il est précisé, au regard des règles du droit comptable et par voie de conséquence au regard de la CVAE, que doivent être comptabilisés en transferts de charges les produits correspondant notamment aux opérations suivantes : les remboursements forfaitaires de charges engagées par l entreprise par l Etat ou toute autre entité de droit public, la perception d indemnité d assurances à la suite d un sinistre couvrant soit une immobilisation partiellement détruite soit un stock, soit un risque (par exemple : assurance-vol et assurance obligatoire dommage construction). Sont exclus les vols et les destructions totales d immobilisations pour lesquels les indemnités d assurances perçues constituent le prix de cession de l immobilisation. Ne sont pas admises dans le compte de transferts de charges les annulations de charges concourant à la production immobilisée (compte 72) ou à l acquisition d une immobilisation (utilisation des comptes de charges correspondants crédités). 2. La production immobilisée La production immobilisée est comptabilisée dans les comptes 721 et 722. Pour la généralité des redevables, la production immobilisée n est incluse dans le calcul de la valeur ajoutée qu à hauteur des charges qui, ayant servi à déterminer son montant, peuvent en être déduites. Exemple : une production immobilisées de 800 est composée de 500 de dépenses de personnel, charges non déductibles de la valeur ajoutée, et pour 300 de prestations externes déductibles de la valeur ajoutée. Elle sera retenue pour 300 dans la valeur ajoutée. Toutefois, les entreprises de production audiovisuelle ou cinématographique et de distribution cinématographique bénéficient d un régime spécifique. 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 6

7 3. Les plus-values dans le cadre d une gestion courante La cession d immobilisations constitue, en principe, une opération exceptionnelle dont le produit est exclu du calcul de la valeur ajoutée. Mais tel n est pas le cas lorsque la cession des biens constitue l objet même de l activité de l entreprise. Ainsi, dans un arrêt du 6 décembre 2006 n SA Algéco, le Conseil d Etat a-t-il jugé que les cessions de constructions mobiles préalablement affectées à la location par une société qui a pour activité la location, la vente directe et la vente après location de ces biens à destination polyvalente, constituent des ventes à comptabiliser en produits de l exercice pour la détermination de la valeur ajoutée servant au calcul du plafonnement de la taxe professionnelle, nonobstant le fait que ces constructions mobiles peuvent constituer des immobilisations corporelles si elles sont louées pour une durée supérieure à un an, dès lors que ces cessions revêtent, compte tenu de la spécificité de l activité de la société, un caractère habituel. Dans un arrêt (na) du 20 décembre 2006 n , le Conseil d Etat a étendu cette solution à une entreprise de location de véhicules. La nouvelle définition de la valeur ajoutée intègre cet apport de la jurisprudence. Le montant à rajouter au chiffre d affaires n est pas le prix de vente mais la plus-value, c est à dire la différence positive entre le montant des comptes 775 et 675 du PCG. Reste à déterminer quelle est la portée de ce dispositif. Dans son projet d instruction, l administration précise que ne sont pas visées les cessions d immobilisations réalisées par une entreprise parce qu elle n en a plus l usage, et à condition que la cession n entre pas dans son cycle de production. Exemples : cession d une machine-outil devenue obsolète par une entreprise industrielle, cession du matériel informatique utilisé pour l exercice de sa profession par une entreprise réalisant une activité d achatvente de biens. Le caractère normal et courant d une cession résulte de l appréciation de chaque situation de fait. Les critères tenant à l importance des plus-values en valeur (rapport entre les plus-values de cession et le montant total des produits) ne saurent être déterminants. Exemple : Une entreprise a pour activité la location de véhicules. A l issue de la période de location d environ trois ans, la société cède systématiquement ces véhicules. Les plus-values réalisées à l occasion de la cession des véhicules doivent être prises en compte dans le chiffre d affaires de la société. En conséquence, on peut en déduire que sont visées par le dispositif les entreprises de location qui vendent les biens précédemment donnés en location. En revanche, les entreprises de transports qui vendent systématiquement leurs camions à l issue d un kilométrage de nature à rendre le véhicule impropre à son usage dans l entreprise ne devraient pas être concernées. En effet, leur objet est le transport et non la vente des camions. Une analyse de la jurisprudence conforte cette analyse. En effet dans un arrêt du 21 juillet 2006 n et , 3e ch., min. c/ SA André Gaubert, la cour administrative d appel de Versailles a jugé qu une société ayant pour activité le transport routier de voyageurs, qui a comptabilisé en produits et charges d exploitation courante les sommes correspondant à des opérations de cession d autocars, est en droit de soutenir, nonobstant ce choix et la circonstance que ces , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

8 cessions représentent plus de 12 % des produits de la société, que les résultats de telles cessions revêtent, au regard du plan comptable en vigueur au moment des faits, le caractère de produits et charges exceptionnels et qu ils doivent donc être écartés du calcul de la valeur ajoutée à retenir pour le plafonnement de sa cotisation. Le Conseil d Etat, par un arrêt du 1er juillet 2009 n , 9e et 10e s.-s., min. c/ SA André, a confirmé cette jurisprudence.. Les produits ou charges constatés par une entreprise de transport routier de voyageurs à l occasion de la vente de véhicules affectés à l exploitation constituent des produits ou charges à caractère exceptionnel dès lors que ces cessions, qui ne pouvaient être regardées comme relevant de l activité habituelle et ordinaire de l entreprise, portent sur des éléments de l actif immobilisé. Par suite, ces produits ou charges doivent être écartés du calcul de la production de l exercice à retenir pour déterminer la valeur ajoutée produite par l entreprise, nonobstant le choix de celle-ci de les comptabiliser en produits et charges d exploitation courante aux comptes «autres produits» et «autres charges». 4. Les subventions d exploitation et les abandons de créances Une subvention d exploitation a pour objet de faire face soit à une insuffisance de recettes d exploitation soit à un excédent de charges d exploitation. Il est donc apparu cohérent de tenir compte de ces produits parmi les produits d exploitation nonobstant leur inscription dans un compte de produits exceptionnel. Corrélativement, de telles subventions sont déductibles de la valeur ajoutée de l entreprise qui les consent. La déduction est limitée au montant fiscalement déductible. Il n est pas tenu compte du mode de comptabilisation retenue par l entreprise. Les abandons à caractère financier sont également destinés à équilibrer le résultat d exploitation. Ils sont donc assimilés à des subventions d exploitation. Toutefois, ils ne sont pris en compte dans la valeur ajoutée, quel que soit leur mode de comptabilisation, qu à hauteur du montant déductible des résultats imposables à l impôt sur les bénéfices de l entreprise qui les consent. En revanche, les subventions d équipement n entrent pas dans le calcul de la valeur ajoutée. Les abandons de créances à caractère commercial, quant à elles, sont des produits exceptionnels, sous réserve que ces abandons ne présentent pas pour l entreprise qui en bénéficie un caractère fréquent ou régulier. Ils doivent donc être exclus de la production de l exercice à retenir pour déterminer la valeur ajoutée servant au calcul du plafonnement de la taxe professionnelle. 5. Les aides à l emploi L impact des aides à l emploi sur la valeur ajoutée est fonction de la comptabilisation de ces aides. Si elles s analysent en des subventions d exploitation, elles sont ajoutées au chiffre d affaires. Si elles sont comptabilisées en diminution du compte 64 ou en transferts de charges de personnel, elles ne sont pas retenues pour le calcul de la valeur ajoutée, les charges de personnel ne figurant pas dans la liste des charges déductibles. Exemple : Octroi à l entreprise de x euros pour l année, par chômeur embauché ou par emploi créé. Ces aides ou primes sont comptabilisées comme des subventions d exploitation, compte tenu de leur caractère global. 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 8

9 Versement à l entreprise de x euros par heure de formation et/ou un pourcentage d une somme de frais. Les remboursements forfaitaires par l Etat de charges de personnel supportées par l entreprise sont à comptabiliser par celle-ci au crédit du compte 791 «Transfert de charges d exploitation» par le débit du compte 443 «Opérations particulières avec l Etat» ou d un compte de trésorerie. cessions représentent plus de 12 % des produits de la société, que les résultats de telles cessions revêtent, au regard du plan comptable en vigueur au moment des faits, le caractère de produits et charges exceptionnels et qu ils doivent donc être écartés du calcul de la valeur ajoutée à retenir pour le plafonnement de sa cotisation. Le Conseil d Etat, par un arrêt du 1er juillet 2009 n , 9e et 10e s.-s., min. c/ SA André, a confirmé cette jurisprudence. Les produits ou charges constatés par une entreprise de transport routier de voyageurs à l occasion de la vente de véhicules affectés à l exploitation constituent des produits ou charges à caractère exceptionnel dès lors que ces cessions, qui ne pouvaient être regardées comme relevant de l activité habituelle et ordinaire de l entreprise, portent sur des éléments de l actif immobilisé. Par suite, ces produits ou charges doivent être écartés du calcul de la production de l exercice à retenir pour déterminer la valeur ajoutée produite par l entreprise, nonobstant le choix de celle-ci de les comptabiliser en produits et charges d exploitation courante aux comptes «autres produits» et «autres charges». 4. Les subventions d exploitation et les abandons de créances Une subvention d exploitation a pour objet de faire face soit à une insuffisance de recettes d exploitation soit à un excédent de charges d exploitation. Il est donc apparu cohérent de tenir compte de ces produits parmi les produits d exploitation nonobstant leur inscription dans un compte de produits exceptionnel. Corrélativement, de telles subventions sont déductibles de la valeur ajoutée de l entreprise qui les consent. La déduction est limitée au montant fiscalement déductible. Il n est pas tenu compte du mode de comptabilisation retenue par l entreprise. Les abandons à caractère financier sont également destinés à équilibrer le résultat d exploitation. Ils sont donc assimilés à des subventions d exploitation. Toutefois, ils ne sont pris en compte dans la valeur ajoutée, quel que soit leur mode de comptabilisation, qu à hauteur du montant déductible des résultats imposables à l impôt sur les bénéfices de l entreprise qui les consent. En revanche, les subventions d équipement n entrent pas dans le calcul de la valeur ajoutée. Les abandons de créances à caractère commercial, quant à elles, sont des produits exceptionnels, sous réserve que ces abandons ne présentent pas pour l entreprise qui en bénéficie un caractère fréquent ou régulier. Ils doivent donc être exclus de la production de l exercice à retenir pour déterminer la valeur ajoutée servant au calcul du plafonnement de la taxe professionnelle. 5. Les aides à l emploi L impact des aides à l emploi sur la valeur ajoutée est fonction de la comptabilisation de ces aides. Si elles s analysent en des subventions d exploitation, elles sont ajoutées au chiffre d affaires. Si elles sont comptabilisées en diminution du compte 64 ou en transferts de charges de personnel, elles ne sont pas retenues pour le calcul de la valeur ajoutée, les charges de personnel ne figurant pas dans la liste des charges déductibles , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

10 Exemple : Octroi à l entreprise de x euros pour l année, par chômeur embauché ou par emploi créé. Ces aides ou primes sont comptabilisées comme des subventions d exploitation, compte tenu de leur caractère global. Versement à l entreprise de x euros par heure de formation et/ou un pourcentage d une somme de frais. Les remboursements forfaitaires par l Etat de charges de personnel supportées par l entreprise sont à comptabiliser par celle-ci au crédit du compte 791 «Transfert de charges d exploitation» par le débit du compte 443 «Opérations particulières avec l Etat» ou d un compte de trésorerie. Ces remboursements n ont pas le caractère d une subvention, mais doivent être ajoutés au calcul de la valeur ajoutée étant comptabilisés en transferts de charges et ayant un caractère forfaitaire. Remboursements de sommes précises L Etat (ou un organisme paritaire) rembourse à l entreprise, en totalité ou partie, une charge bien précise qu elle a supportée dans le cadre de l emploi ou de la formation. Dans ce cas, l Etat prend à sa charge les allocations et participations versées par l entreprise et inscrites au compte 6414 «Indemnités et avantages divers». 6. Les loyers et les amortissements Les loyers et redevances, qui doivent être comptabilisés dans les comptes 612 et 613 afférents aux biens corporels pris en location ou en sous-location pour une durée de plus de six mois ou en crédit-bail ne sont pas admis en déduction de la valeur ajoutée. Il en va de même des redevances afférentes à ces biens lorsqu elles résultent d une convention de locationgérance. Pour que l exclusion du droit à déduction des loyers s applique, il convient que les conditions cumulatives suivantes soient remplies : la convention conclue par l assujetti doit être une convention de crédit-bail, de location ou de sous-location ou de location gérance ou tout autre convention de ce type; elle doit porter au moins en partie sur la mise à disposition de biens corporels ; elle doit avoir une durée de plus de 6 mois, sauf s il s agit d une convention de crédit-bail pour laquelle aucune durée minimale n est prévue. Toutefois, lorsque les biens pris en location par l assujetti à la CVAE sont donnés en sous-location pour une durée de plus de 6 mois, les loyers sont admis en déduction de sa valeur ajoutée à concurrence du produit de cette sous-location et ceci, quelle que soit la situation du sous-locataire au regard de la CFE ou de la CVAE. En revanche, aucune déduction n est admise au profit de l assujetti qui prend les biens en crédit-bail ou en location-gérance et les donne en sous-location. 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 10

11 En principe, les dotations aux amortissements pour dépréciation ne sont pas admises en déduction de la valeur ajoutée. Les dotations aux amortissements s entendent de celles qui doivent être comptabilisées au compte 681. Elles ne tiennent donc pas compte des dotations aux amortissements de nature fiscale (amortissement dégressif). Lorsque les biens sont donnés en crédit-bail ou en location pour plus de 6 mois à un locataire intermédiaire qui les sous-loue, le bailleur ne peut déduire les amortissements que lorsque la dernière sous-location est de plus de 6 mois et lorsque le dernier sous-locataire est un assujetti à la CFE. Ainsi, aucun droit à déduction des dotations aux amortissements ne s applique en présence d un ou plusieurs contrats de sous-location de plus de 6 mois lorsque le dernier sous-locataire n est pas un assujetti. Pour l application de ces dispositions, l assujetti s entend de toute personne située dans le champ d application de la CVAE, qu elle en soit exonérée ou non. Le droit à déduction ne s applique qu à proportion de la seule période de location ou de sous-location, de crédit-bail ou de location-gérance. Ainsi, un prorata de déduction doit être retenu lorsque la période de location ne couvre pas l intégralité de la période de référence. 7. La TVA Pour les entreprises industrielles, artisanales et commerciales ou toutes les personnes morales soumises à l impôt sur les sociétés, tous les éléments concourant au calcul de la valeur ajoutée doivent être retenus pour leur montant hors TVA, ce qui ne soulève pas de difficultés puisque les produits et charges portés sur les tableaux annexes aux déclarations de résultats sont présentés hors TVA. Par conséquent, la TVA collectée par les entreprises assujetties à cet impôt n entre pas dans le montant de la production, tandis que la TVA payée par ces mêmes entreprises à l occasion de leurs achats de biens et services, déductible de la TVA collectée, n entre pas dans le montant des charges venant en déduction de la production pour le calcul de la valeur ajoutée. En revanche, la TVA qui reste à la charge de l entreprise, soit parce qu elle est exclue du droit à déduction (par exemple, TVA supportée sur les frais d hébergement ou sur certains carburants...), soit parce qu elle se rapporte à des opérations non imposables (entreprises assujetties partielles ou redevables partielles, comme les établissements de crédit ou les sociétés d assurance par exemple), reste déductible de la valeur ajoutée quand elle est relative à des charges elles-mêmes déductibles de la valeur ajoutée. Les sommes correspondantes sont, en effet, à prendre en compte pour leur montant hors TVA déductible, ce qui signifie notamment TTC pour les non-redevables de TVA. Le traitement est le même pour les BNC. En effet, le chiffre d affaires des titulaires de bénéfices non commerciaux avec une comptabilité tenue en encaissements/décaissements s entend du montant hors taxes. Sont déductibles les dépenses de même nature que les charges admises en déduction de la valeur ajoutée pour la généralité des entreprises exposées ci-dessus, à l exception de la TVA déductible ou décaissée. 8. Les taxes déductibles de la valeur ajoutée Les impôts, taxes et versements assimilés, autres que les impôts sur les bénéficies et autres impôts assimilés, sont comptabilisés dans les comptes 631 à 638. Ces charges ne sont pas, en principe, déductibles de la valeur ajoutée , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

12 Par exception, sont admises en déduction de la valeur ajoutée : les taxes sur le chiffre d affaires et assimilées les contributions indirectes Seuls les impôts et taxes qui frappent directement le prix des biens et services sont déductibles pour la détermination de la valeur ajoutée servant au calcul du plafonnement de la taxe professionnelle. Il faut donc distinguer les taxes qui frappent le producteur et augmentent de ce fait le coût du produit de celles qui frappent en réalité le consommateur à travers une augmentation du prix de vente du produit mais qui sont seulement collectées par le contribuable en vue de leur reversement à leur destinataire final et qui de ce fait sont exclues de la valeur ajoutée, par exemple l éco-contribution. Sont donc exclus du calcul de la valeur ajoutée les impôts et taxes qui constituent une charge pour l entreprise, et qui sont comptabilisés en tant que tels Exemple : taxe sur les véhicules de tourisme, taxe sur les salaires, participation à l effort de construction, participation à l effort de formation professionnelle continue, taxe d apprentissage, droits d enregistrement, CET. Dès lors, la contribution sociale de solidarité perçue par l Organic qui, bien qu assise sur le chiffre d affaires annuel, ne frappe pas directement le prix des biens et services n est pas déductible de la valeur ajoutée. S agissant des taxes parafiscales (contributions à caractère économique ou social perçues au profit d organismes divers), l administration a précisé qu elles demeurent incluses dans la valeur ajoutée. En revanche, la cour administrative d appel Bordeaux, dans un arrêt en date du 4 septembre 2007 n , a considéré que l exploitant d une installation d élimination et de traitement des déchets qui répercute sur ses clients la taxe générale sur les activités polluantes prévue à l article 266 sexies du Code des douanes peut déduire cette taxe de la valeur ajoutée à retenir pour la calcul du plafonnement de la taxe professionnelle bien que légalement il ne soit pas obligé de la répercuter dans le prix facturé au client. Les droits indirects supportés par l acheteur et les droits de douane ont un traitement différent dans la mesure où ils viennent en augmentation du prix du bien ou du service acheté. Ils viennent donc en déduction de la valeur ajoutée dans la mesure où le coût du bien ou du service est lui-même déductible de la valeur ajoutée. Exemples : les achats de marchandises effectués en provenance de l étranger se déduisent droits de douane compris et les carburants se déduisent pour leur prix incluant les droits indirects sur les produits pétroliers. 9 Les remboursements forfaitaires de frais Les éléments à prendre en compte pour le calcul de la valeur ajoutée sont pris pour leur valeur comptable réelle, à l exclusion de toute évaluation forfaitaire. Dès lors, un médecin n est pas fondé à soutenir que fait partie des éléments déductibles un montant correspondant à une catégorie de frais forfaitaires dont la déduction est admise pour la détermination des bénéfices non commerciaux (CE n 62840). 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 12

13 L administration en a conclu que les remboursements de frais kilométriques ne pouvaient pas être déduits de la valeur ajoutée, ayant un caractère forfaitaire comprenant notamment une part d amortissement. Mais, dans un arrêt du 26 décembre 2008 n , le Conseil d Etat a jugé que les remboursements de frais de déplacement versés aux salariés d un cabinet d architecte, qui ont été déterminés sur le fondement du barème kilométrique publié par l administration fiscale et comptabilisés à la valeur exacte des charges exposées à ce titre par ce cabinet, doivent, en application du plan comptable général, être inscrites au crédit du compte 625 «déplacements, missions et réceptions», qui retrace des dépenses qui correspondent aux frais de transports et de déplacements, et ne peuvent, compte tenu de leur objet, faire l objet d une comptabilisation au compte 6414 «indemnités et avantages divers». Par suite, ces indemnités de déplacement doivent être déduites pour le calcul de la valeur ajoutée. Par ailleurs, les entreprises qui tiennent une comptabilité super-simplifiée en application de l article 302 septies A ter A du CGI peuvent opter pour une évaluation forfaitaire des frais relatifs aux carburants consommés lors de leurs déplacements professionnels. Ces frais viennent en diminution de la valeur ajoutée pour calculer le plafonnement des cotisations de taxe professionnelle , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

14 Annexes Références législatives : Article 1586 quinquies du CGI Article 1586 sexies du CGI Références jurisprudentielles CE 6 décembre 2006 n CE 1er juillet 2009 n CE 17 février 1988 n CE 26 décembre 2008 n CAA Bordeaux 4 septembre 2007 n CAA Versailles 21 juillet 2006 n et , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 14

15 Références législatives Article 1586 quinquies du Code général des impôts I. Sous réserve des 2, 3 et 4, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est déterminée en fonction du chiffre d affaires réalisé et de la valeur ajoutée produite au cours de l année au titre de laquelle l imposition est établie ou au cours du dernier exercice de douze mois clos au cours de cette même année lorsque cet exercice ne coïncide pas avec l année civile. 2. Si l exercice clos au cours de l année au titre de laquelle l imposition est établie est d une durée de plus ou de moins de douze mois, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est établie à partir du chiffre d affaires réalisé et de la valeur ajoutée produite au cours de cet exercice. 3. Si aucun exercice n est clôturé au cours de l année au titre de laquelle l imposition est établie, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est établie à partir du chiffre d affaires réalisé et de la valeur ajoutée produite entre le premier jour suivant la fin de la période retenue pour le calcul de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises de l année précédente et le 31 décembre de l année d imposition. En cas de création d entreprise au cours de l année d imposition, la période retenue correspond à la période comprise entre la date de création et le 31 décembre de l année d imposition. 4. Lorsque plusieurs exercices sont clôturés au cours d une même année, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est établie à partir du chiffre d affaires réalisé et de la valeur ajoutée produite au cours des exercices clos, quelles que soient leurs durées respectives. Néanmoins, il n est pas tenu compte, le cas échéant, de la fraction d exercice clos qui se rapporte à une période retenue pour l établissement de l impôt dû au titre d une ou plusieurs années précédant celle de l imposition. II. Le montant du chiffre d affaires déterminé conformément aux 2, 3 et 4 du I du présent article est, pour l application du premier alinéa du I de l article 1586 ter et pour l application de l article 1586 quater, corrigé pour correspondre à une année pleine , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

16 Article 1586 quinquies sexies du Code général des impôts I. Pour la généralité des entreprises, à l exception des entreprises visées aux II à VI : 1. Le chiffre d affaires est égal à la somme : - des ventes de produits fabriqués, prestations de services et marchandises ; - des redevances pour concessions, brevets, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires ; - des plus-values de cession d éléments d immobilisations corporelles et incorporelles, lorsqu elles se rapportent à une activité normale et courante ; - des refacturations de frais inscrites au compte de transfert de charges. 2. Le chiffre d affaires des titulaires de bénéfices non commerciaux qui n exercent pas l option mentionnée à l article 93 A s entend du montant hors taxes des honoraires ou recettes encaissés en leur nom, diminué des rétrocessions, ainsi que des gains divers. 3. Le chiffre d affaires des personnes dont les revenus imposables à l impôt sur le revenu relèvent de la catégorie des revenus fonciers définie à l article 14 comprend les recettes brutes au sens de l article La valeur ajoutée est égale à la différence entre : a) D une part, le chiffre d affaires tel qu il est défini au 1, majoré : - des autres produits de gestion courante à l exception, d une part, de ceux pris en compte dans le chiffre d affaires et, d autre part, des quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun ; - de la production immobilisée, à hauteur des seules charges qui ont concouru à sa formation et qui figurent parmi les charges déductibles de la valeur ajoutée ; il n est pas tenu compte de la production immobilisée, hors part des coproducteurs, afférente à des œuvres audiovisuelles ou cinématographiques inscrites à l actif du bilan d une entreprise de production audiovisuelle ou cinématographique, ou d une entreprise de distribution cinématographique pour le montant correspondant au versement du minimum garanti au profit d un producteur, à condition que ces œuvres soient susceptibles de bénéficier de l amortissement fiscal pratiqué sur une durée de douze mois ; - des subventions d exploitation et des abandons de créances à caractère financier à la hauteur du montant déductible des résultats imposables à l impôt sur le revenu ou à l impôt sur les sociétés de l entreprise qui les consent ; - de la variation positive des stocks ; - des transferts de charges déductibles de la valeur ajoutée, autres que ceux pris en compte dans le chiffre d affaires ; 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 16

17 b) Et, d autre part : - les achats stockés de matières premières et autres approvisionnements, les achats d études et prestations de services, les achats de matériel, équipements et travaux, les achats non stockés de matières et fournitures, les achats de marchandises et les frais accessoires d achat ; - diminués des rabais, remises et ristournes obtenus sur achats ; - la variation négative des stocks ; - les services extérieurs diminués des rabais, remises et ristournes obtenus, à l exception des loyers ou redevances afférents aux biens corporels pris en location ou en sous-location pour une durée de plus de six mois ou en crédit-bail ainsi que les redevances afférentes à ces biens lorsqu elles résultent d une convention de location-gérance ; toutefois, lorsque les biens pris en location par le redevable sont donnés en sous-location pour une durée de plus de six mois, les loyers sont retenus à concurrence du produit de cette sous-location ; - les taxes sur le chiffre d affaires et assimilées, les contributions indirectes, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par la décision du Conseil constitutionnel n DC du 29 décembre 2009] ; - les autres charges de gestion courante, autres que les quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun ; - les abandons de créances à caractère financier, à la hauteur du montant déductible des résultats imposables à l impôt sur le revenu ou à l impôt sur les sociétés ; - les dotations aux amortissements pour dépréciation afférentes aux biens corporels donnés en location ou sous-location pour une durée de plus de six mois, donnés en crédit-bail ou faisant l objet d un contrat de location-gérance, en proportion de la seule période de location, de sous-location, de crédit-bail ou de location-gérance ; ces dispositions ne s appliquent pas en cas de contrats de sous-location de plus de six mois lorsque le dernier sous-locataire n est pas assujetti à la cotisation foncière des entreprises ; - les moins-values de cession d éléments d immobilisations corporelles et incorporelles, lorsqu elles se rapportent à une activité normale et courante. 5. La valeur ajoutée des contribuables mentionnés au 2 est constituée par l excédent du chiffre d affaires défini au 2 sur les dépenses de même nature que les charges admises en déduction de la valeur ajoutée en application du 4, à l exception de la taxe sur la valeur ajoutée déductible ou décaissée. 6. La valeur ajoutée des contribuables mentionnés au 3 est égale à l excédent du chiffre d affaires défini au 3 diminué des charges de la propriété énumérées à l article 31, à l exception des charges énumérées aux c et d du 1 du I du même article La valeur ajoutée définie aux 4, 5 et 6 du présent I ne peut excéder un pourcentage du chiffre d affaires mentionné respectivement aux 1, 2 et 3 égal à : 80 % pour les contribuables dont le chiffre d affaires est inférieur ou égal à 7, 6 millions d euros ; 85 % pour les contribuables dont le chiffre d affaires est supérieur à 7, 6 millions d euros , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

18 II.-Par exception au I, les produits et les charges mentionnés au même I et se rapportant à une activité de location ou de sous-location d immeubles nus réputée exercée à titre professionnel au sens de l article 1447 ne sont pris en compte, pour le calcul de la valeur ajoutée, qu à raison de 10 % de leur montant en 2010, 20 % en 2011, 30 % en 2012, 40 % en 2013, 50 % en 2014, 60 % en 2015, 70 % en 2016, 80 % en 2017 et 90 % en III.-Pour les établissements de crédit et, lorsqu elles sont agréées par l Autorité de contrôle prudentiel, les entreprises mentionnées à l article L du code monétaire et financier : 1. Le chiffre d affaires comprend l ensemble des produits d exploitation bancaires et des produits divers d exploitation autres que les produits suivants : a) 95 % des dividendes sur titres de participation et parts dans les entreprises liées ; b) Plus-values de cession sur immobilisations figurant dans les produits divers d exploitation autres que celles portant sur les autres titres détenus à long terme ; c) Reprises de provisions spéciales et de provisions sur immobilisations ; d) Quotes-parts de subventions d investissement ; e) Quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun. 2. La valeur ajoutée est égale à la différence entre : a) D une part, le chiffre d affaires tel qu il est défini au 1, majoré des reprises de provisions spéciales ; b) Et, d autre part : - les charges d exploitation bancaires autres que les dotations aux provisions sur immobilisations données en crédit-bail ou en location simple ; - les services extérieurs, à l exception des loyers ou redevances afférents aux biens corporels pris en location ou en sous-location pour une durée de plus de six mois ou en crédit-bail ainsi que les redevances afférentes à ces biens lorsqu elles résultent d une convention de location-gérance ; toutefois, lorsque les biens pris en location par le redevable sont donnés en sous-location pour une durée de plus de six mois, les loyers sont retenus à concurrence du produit de cette sous-location ; - les charges diverses d exploitation, à l exception des moins-values de cession sur immobilisations autres que celles portant sur les autres titres détenus à long terme et des quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun. IV.-Pour les entreprises, autres que celles mentionnées aux III et VI, qui ont pour activité principale la gestion d instruments financiers au sens de l article L du code monétaire et financier : 1. Le chiffre d affaires comprend : - le chiffre d affaires tel qu il est déterminé pour la généralité des entreprises au 1 du I du présent article ; 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 18

19 - les produits financiers, à l exception des reprises sur provisions pour dépréciation de titres et de 95 % des dividendes sur titres de participation ; - et les produits sur cession des titres, à l exception des plus-values de cession de titres de participation. 2. La valeur ajoutée est égale à la différence entre : -d une part, le chiffre d affaires tel qu il est défini au 1 du présent IV ; - et, d autre part, les services extérieurs mentionnés au 4 du I ; les charges financières, à l exception des dotations aux amortissements et des provisions pour dépréciation de titres, et les charges sur cession de titres autres que les titres de participation. Les entreprises ayant pour activité principale la gestion d instruments financiers sont celles qui remplissent au moins une des deux conditions suivantes : - les immobilisations financières ainsi que les valeurs mobilières de placement détenues par l entreprise ont représenté en moyenne au moins 75 % de l actif au cours de la période mentionnée à l article 1586 quinquies ; - le chiffre d affaires de l activité de gestion d instruments financiers correspondant aux produits financiers et aux produits sur cession de titres réalisé au cours de la période mentionnée à l article 1586 quinquies est supérieur au total des chiffres d affaires des autres activités. Sauf pour les entreprises dont au moins 50 % des droits de vote sont détenus, directement ou indirectement, par une entreprise mentionnée aux III ou VI du présent article ou conjointement par des entreprises mentionnées aux mêmes III ou VI, les conditions mentionnées aux deux alinéas précédents s apprécient, le cas échéant, au regard de l actif et du chiffre d affaires du groupe auquel appartient la société au sens de l article L du code de commerce sur la base des comptes consolidés prévus au I du même article. V.-Pour les sociétés créées pour la réalisation d une opération unique de financement d immobilisations corporelles : a) Qui sont détenues à 95 % au moins par un établissement de crédit et qui réalisent l opération pour le compte de l établissement de crédit ou d une société elle-même détenue à 95 % au moins par l établissement de crédit ; b) Ou qui sont soumises au 1 du II de l article 39 C ou aux articles 217 undecies ou 217 duodecies : 1. Le chiffre d affaires comprend : - le chiffre d affaires tel qu il est déterminé pour la généralité des entreprises au 1 du I du présent article ; - les produits financiers et les plus-values résultant de la cession au crédit-preneur des immobilisations financées dans le cadre de l opération visée au premier alinéa du présent V. 2. La valeur ajoutée est égale à la différence entre : - d une part, le chiffre d affaires tel qu il est défini au 1 ; , 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

20 - et, d autre part, les services extérieurs et les dotations aux amortissements mentionnés au 4 du I, les charges financières et les moins-values résultant de la cession au crédit-preneur des immobilisations financées dans le cadre de l opération visée au premier alinéa du présent V. VI. Pour les mutuelles et unions régies par le livre II du code de la mutualité, les institutions de prévoyance régies par le titre III du livre IX du code de la sécurité sociale ou par le titre VII du livre VII du code rural et les entreprises d assurance et de réassurance régies par le code des assurances : 1. Le chiffre d affaires comprend : - les primes ou cotisations ; - les autres produits techniques ; - les commissions reçues des réassureurs ; - les produits non techniques, à l exception de l utilisation ou de reprises des provisions ; et les produits des placements, à l exception des reprises de provisions pour dépréciation, des plusvalues de cession et de 95 % des dividendes afférents aux placements dans des entreprises liées ou avec lien de participation, des plus-values de cession d immeubles d exploitation et des quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun. 2. La valeur ajoutée est égale à la différence entre : a) D une part, le chiffre d affaires tel qu il est défini au 1, majoré : - des subventions d exploitation ; - de la production immobilisée, à hauteur des seules charges qui ont concouru à sa formation et qui sont déductibles de la valeur ajoutée ; - des transferts ; b) Et, d autre part, sous réserve des précisions mentionnées aux alinéas suivants, les prestations et frais payés, les achats, le montant des secours exceptionnels accordés par décision du conseil d administration ou de la commission des secours lorsque celle-ci existe, les autres charges externes, les autres charges de gestion courante, les variations des provisions pour sinistres ou prestations à payer et des autres provisions techniques, y compris les provisions pour risque d exigibilité pour la seule partie qui n est pas admise en déduction du résultat imposable en application du 5 du 1 de l article 39, la participation aux résultats, les charges des placements à l exception des moins-values de cession des placements dans des entreprises liées ou avec lien de participation et des moins-values de cession d immeubles d exploitation. Ne sont toutefois pas déductibles de la valeur ajoutée : - les loyers ou redevances afférents aux biens corporels pris en location ou en sous-location pour une durée de plus de six mois ou en crédit-bail ainsi que les redevances afférentes à ces immobilisations lorsqu elles résultent d une convention de location-gérance ; toutefois, lorsque les biens pris en location par le redevable sont donnés en sous-location pour une durée de plus de six mois, les loyers sont retenus à concurrence du produit de cette sous-location ; 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) 20

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 59 DU 3 JUIN 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 6 E-1-10 INSTRUCTION DU 25 MAI 2010 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CALCUL DU CHIFFRE D AFFAIRES

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Dégrèvement pour réduction d activité. Taxes annexes

Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Dégrèvement pour réduction d activité. Taxes annexes Quand ils ne disposent d aucun local ou terrain : les redevables domiciliés en application d un contrat de domiciliation commerciale ou de tout contrat équivalent sont redevables de la cotisation minimum

Plus en détail

GENERALITES PERIODE ET CHIFFRE D'AFFAIRES DE REFERENCE

GENERALITES PERIODE ET CHIFFRE D'AFFAIRES DE REFERENCE DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES 1330-CVAE-NOT-SD COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES Formulaire obligatoire n 51409#05 Articles 1586 ter à 1586 nonies du CGI Notice de la Déclaration

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance Association Française pour les Professions Libérales 34, rue de Laborde 75008 PARIS 01.53.42.62.10 01.55.30.07.87 info@afpl.fr Identification Fiscale 2 07 756 SIRET 331 089 748 00031 DOSSIER INDIVIDUEL

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES DÉDUCTIBLES RAPPEL Pour être déductibles des recettes, les dépenses effectuées par les titulaires de revenus non commerciaux doivent répondre aux conditions suivantes : être nécessitées par l exercice

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Loi de Finances et actualité fiscale

Loi de Finances et actualité fiscale Plus-values Transmission Mécénat Lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux Contribution économique territoriale Intégration fiscale Actualité de la TVA Loi de Finances et actualité fiscale

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

Autres impôts, taxes et versements assimilés

Autres impôts, taxes et versements assimilés Comptes 635/637 Autres impôts, taxes et versements assimilés 635 Autres impôts, taxes et versements assimilés (administrations des impôts). 6351 Impôts directs (sauf impôts sur les bénéfices). 63511 Contribution

Plus en détail

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Avis portant plan et règles de fonctionnement des comptes et présentation des états financiers des entités d assurances et /ou de réassurances.

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT

LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT LES AMORTISSEMENTS I- NOTION D AMORTISSEMENT La plupart des immobilisations corporelles qui figurent à l actif de l entreprise se déprécient soit à cause de l usure qu elles subissent (c est le cas des

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 11 janvier 2008 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Master 1 Droit

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2)

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2) DEMANDE D ATTESTATION ET SES ANNEXES MODELE ADHERENT DOCUMENTS A NOUS ADRESSER OBLIGATOIREMENT SUR SUPPORT PAPIER OU EN DEMATERIALISATION EDI-TDFC Demande d attestation et renseignements complémentaires

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

PLAN COMPTABLE NORMALISE

PLAN COMPTABLE NORMALISE PLAN COMPTABLE NORMALISE Classe 1 : COMPTES DE CAPITAUX, DE PROVISIONS ET DE DETTES FINANCIERES 10 Capital ou dotation des succursales et comptes de l exploitant 101 Capital souscrit (Sociétés de capitaux

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Titre 2 : Imposition des résultats de l entreprise

Titre 2 : Imposition des résultats de l entreprise Titre 2 : Imposition des résultats de l entreprise L entreprise est un rassemblement de moyens financiers matériels et humains en vue de créer des biens et des services qui seront vendus. A/ Distinction

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot Exercices d analyse financière avec corrigés détaillés Béatrice et Francis Grandguillot 5 e édition 2010-2011 Béatrice et Francis GRANDGUILLOT sont professeurs de comptabilité-gestion et de fiscalité dans

Plus en détail

Pactivités de bureau on entend des activités principalement

Pactivités de bureau on entend des activités principalement Étude comparative des dispositifs de financement locatif des équipements bureautiques Au regard du coût de certains matériels et de leur rapide obsolescence, il peut être intéressant, pour les personnes

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES 02/08/2012 Le droit fiscal réserve aux sociétés réunies au sein d un même groupe un régime optionnel et particulier d imposition. Ce régime permet à une société, la

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2).

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2). Secrétariat Général Direction des finances NOT99R315DFI Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les Chefs des services financiers sous couvert de Mesdames et Messieurs les Délégués régionaux et Directeurs

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2005-04 relative à la surveillance complémentaire des conglomérats financiers

COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2005-04 relative à la surveillance complémentaire des conglomérats financiers COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2005-04 relative à la surveillance complémentaire des conglomérats financiers La Commission bancaire, Vu la directive du Conseil n 2000/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur CN 24/G/2006 04 décembre 2006 Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit Le gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL 1. La Contribution Globale Unique (CGU) Régime de fiscalité global représentant les impôts suivants : impôt sur le revenu assis sur les bénéfices industriels et commerciaux, impôt

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 D-3-06 N 161 du 2 OCTOBRE 2006 REVENUS FONCIERS. DEDUCTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES LOGEMENTS VACANTS REMIS EN LOCATION. ARTICLE 46 DE LA LOI

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

Plan comptable marocain www.lacompta.org

Plan comptable marocain www.lacompta.org Plan comptable marocain www.lacompta.org Comptabilité pour étudiants et professionnels Raccourcies : cliquez sur un compte pour afficher ses sous comptes CLASSE 1 : COMPTES DE FINANCEMENT PERMANENT 11

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail