l accidentologie routière Etude de des jeunes lors des sorties nocturnes dans les Bouches-du-Rhône Document de synthèse cg13.fr

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l accidentologie routière Etude de des jeunes lors des sorties nocturnes dans les Bouches-du-Rhône Document de synthèse cg13.fr"

Transcription

1 Etude de l accidentologie routière des jeunes lors des sorties nocturnes dans les Bouches-du-Rhône Document de synthèse Cette synthèse présente les passages importants de l étude sur l accidentologie routière des jeunes lors des sorties nocturnes. Toutes les données du rapport ne sont pas reprises, il est donc conseillé au lecteur de s y reporter. cg13.fr

2 Etude de l accidentologie routière des jeunes lors des sorties nocturnes dans les Bouches-du-Rhône Contexte de l étude La population des jeunes reste surreprésentée dans les accidents de la route dans le département des Bouches-du-Rhône. Sur la période , 2802 accidents de la route ont été enregistrés dans le département pour la population des jeunes de 15 à 24 ans : le risque résidant essentiellement dans l usage de l automobile. Le département des Bouches-du-Rhône est dynamique du fait d une importante population étudiante. Il est «solliciteur» avec près de 78 établissements festifs nocturnes (boites de nuit, pubs, cafés ). L Etude En 2009, le Conseil général a donc décidé de faire réaliser une étude spécifique par le bureau d études Egis- Mobilité pour la phase 1 (analyse statistique) et par le cabinet de sociologue et psychologue Cyria pour la phase 2 (analyse sociologique des comportements des jeunes). Elle consiste en l analyse précise de l organisation des rituels festifs lors des sorties nocturnes des jeunes de 15 à 24 ans et de leurs déplacements. Objectif L objectif est d évaluer les pratiques et les habitudes des jeunes en matière de fête et d en faire ressortir les principaux enseignements. Mieux connaitre le contexte, c est mieux adapter les messages de prévention. Méthode Phase 1 : Analyse statistique : Le bureau d études Egis-Mobilité a été chargé de présenter le contexte statistique de l évolution des accidents des jeunes en Europe, en France et dans les Bouches du Rhône sur tous les axes routiers confondus, en agglomération et hors agglomération. Durant la période , dans les Bouches-du- Rhône parmi les 2802 accidents corporels déplorés, 113 procès verbaux (PV) d accident de gendarmerie ont fait l objet d une analyse séquentielle découpant le déroulement complet de l accident (méthode INRETS). Des facteurs «accidentogènes» ont été identifiés et ont permis de mettre en avant des scénarios types d accidents. Phase 2 : Analyse sociologique : Plus de 100 jeunes ont été interrogés par le cabinet Cyria. Ces jeunes ont été rencontrés sur les secteurs d Aix-en- Provence, de Marseille, de Salon de Provence, les villages environnants, en agglomération ou en dehors, à différents moments de la journée et de la nuit. Le cabinet Cyria est allé à la rencontre de ces jeunes aux abords des établissements festifs nocturnes et au hasard dans la rue. Certains sont déjà mariés, d autres célibataires, ont le permis et leur véhicule, d autres ne conduisent pas, certains travaillent et d autres continuent leurs études Phase 3 : Pistes d actions : Après mise en concordance des données chiffrées et de l analyse des entretiens avec ces jeunes, des préconisations ont été présentées au comité de pilotage du Conseil général, ayant suivi l ensemble des phases de l étude. Chaque phase de l étude a été présentée au comité de Pilotage constitué : des techniciens de la direction des routes du Conseil Général et des représentants des associations de lutte contre la violence routière.

3 Phase 1 : Analyse statistique Analyse statistique des 2802 accidents Type de secteurs «accidentogènes» : (sur l ensemble des accidents) 74% des accidents ont lieu en agglomération mais 63% des accidents mortels se passent hors agglomération Les impliqués sont : 71% des automobilistes 78% des victimes de sexe masculin Périodes les plus «accidentogènes» : De la rentrée universitaire à la fin d année (octobre, novembre, décembre, janvier) Les week-ends : - nuit de vendredi au samedi (pointe entre 21h et 23h), - nuit de samedi au dimanche (pointe entre 0h et 6h du matin) Les jours fériés Causes majeures des accidents des jeunes dans les Bouches-du-Rhône : Sur la période Egis-Mobilité a dégagé de cette approche 5 familles d accidents. (un même accident peut appartenir à plusieurs familles) Famille 1 : Accidents liés à des soirées en boîte de nuit Famille 2 : Accidents de retour de soirée à proximité du domicile Famille 3 : Conflit entre VL et 2 Roues motorisées Famille 4 : Comportement inadapté au contexte et défaut de maîtrise Famille 5 : Inexpérience du jeune conducteur Analyse approfondie des 113 PV, Reconstitution des circonstances des accidents «jeune conducteur» L accident arrive après minuit sur une route connue à proximité de son domicile. L accident est causé par un comportement à risque, fatigue ou alcool ou conduite rapide ou cumule les 3 facteurs. L accident est causé par l inexpérience de la conduite du jeune conducteur : méconnaissance des limites de son véhicule ou mauvais réflexes. Le conducteur ne parvient pas à maîtriser son véhicule et ne peut éviter l accident. Le jeune conducteur est souvent auteur de l accident et victime, causant également des blessures à d autres passagers du véhicule ou usagers de la route. Interdistance non respectée Masque visuel 3% 3% 16% Mauvais diagnostic 13% Perte de contrôle 11% 18% Vitesse Non Manoeuvre respect dangereuse priorité 11% 16% Alcool Stupéfiant 4% 2% 3% Fatigue Chahut Défaut d éclairage

4 Phase 2 : Analyse sociologique Méthode d observation spécifique + de 100 jeunes rencontrés par les psychologues! Ces entretiens ont permis de mettre en relief des profils de jeunes à risque en tenant compte des variables suivantes : Représentativité du jeune rencontré Milieu social, familial et culturel Relation avec l environnement social et familial Formation au permis et antécédents d accident Un deuxième volet s est concentré sur la perception individuelle et collective du danger, la prise en compte du contexte individuel et social de la soirée, les habitudes de chacun, le rapport à la route comme à la loi, afin de cerner les logiques qui animent ces jeunes. Points centraux Rajeunissement de l âge des 1 ères ivresses Puissance de conviction du groupe qui inhibe les volontés individuelles Comportement à risque poussé par la volonté de «faire comme» et d entrer en communication avec les jeunes Démocratisation de la consommation de drogue Rituel festif type La plupart des jeunes interrogés (98 sur 100) ont l habitude de sortir les soirs de week-end. Certains se retrouvent en boites de nuit ou en avant-boites. Ils recherchent sur Internet ou par le bouche à oreille les «Happy hours» (heure de l apéritif, cinq à sept) ou les «Open bars» (soirées où l on peut consommer de l alcool à volonté) pour cause de budget. D autres se donnent rendez-vous dans des parcs ou à leur domicile lorsque les parents n y sont pas. Ils lancent l invitation lors de la soirée précédente et la confirment par sms ou par messagerie électronique, l idée reposant sur les retrouvailles. «Dès le début de la soirée, on s amuse et quels que soient le lieu et l âge, la fête s accompagne presque toujours d alcool.» Les jeunes et la fête! L appartenance à un groupe : La totalité des jeunes rencontrés se retrouvent en groupe. Il existe un réel poids du groupe sur les comportements individuels : beaucoup nous ont dit que «ne pas boire, c est nul». Diversification des consommations : L alcool est appréhendé comme seul moyen d arriver à communiquer. Notons l arrivée plus massive et plus avancée dans l âge de la drogue et des phénomènes de mode comme le «binge drinking» (consommation de grandes quantités de boissons alcoolisées sur une courte période de temps). Nouveaux modes de communication impersonnels : Les réseaux sociaux sur Internet développent la mise en place de joutes : au départ invitation puis défi lancé avant la fête. Pour les jeunes, ce défi est un nouvel espace de liberté. Guerre des sexes? : Même s il subsiste toujours une différence de consommation entre garçons et filles, elle est en voie de s estomper. Les filles interrogées sont plus sensibles au danger et celles qui ne consomment pas sont perçues par les garçons, soit comme «moyens sécurisés» de se déplacer (SAM systématique) soit à contrario comme «brises fête». «Perception» de la loi : Plus de la moitié des jeunes admettent ne pas se sentir concernés par la législation en vigueur ni par le code de la route à fortiori lorsqu ils ne conduisent pas ou s ils n ont pas le permis. Rapport à la route : Les conducteurs ne se séparent pas de leur véhicule, souvent seul moyen de rentrer pour les jeunes habitants hors agglomération. 40% des jeunes interviewés ont plus d une heure de conduite pour rentrer chez eux. Ceux qui ne conduisent pas à l aller comme au retour ne vérifient pas l état de sobriété du conducteur. «Perception» du danger : Peu de jeunes ont été capables de citer au moins 2 campagnes de sensibilisation au risque routier et pensent que ça n arrive qu aux autres Les plus retenues ont été celles auxquelles ils ont pu s identifier.

5 Phase 3 : Pistes d actions Les actions de communication devraient être orientées principalement sur l âge et l appartenance à un groupe. Elles devraient s adapter aux «modes et outils de communication» de ces jeunes, utiliser dès que possible leur langage et leurs codes, sans tabou et sans complexité. Les mineurs Les plus jeunes ne perçoivent pas le danger et sont en recherche de leurs propres limites : ils ne se disent pas assez sensibilisés sur le risque routier lors de la formation du BSR et lors des ASSR1 et ASSR2. Il faudrait personnaliser les messages les concernant : insister sur les risques lorsqu on est passager, lorsqu on est piéton Les jeunes de sexe masculin Les pratiques de consommation d alcool et de drogue sont perçues : Comme un moyen de se valoriser Comme un moyen de communiquer Comme un moyen de braver la peur, l interdit ou le danger L enquête a montré que ce public reste un public prioritaire dont la conduite et les pratiques festives sont à grand risque. Sur la boisson, les drogues et la conduite L opération SAM est plutôt connue - 72% des jeunes connaissent le slogan «SAM, c est celui qui ne boit pas» toutefois la personne qui ne boit pas reste encore trop marginalisée au sein du groupe. Il est important de «valoriser» au sein du groupe, l image de la pesonne qui est en charge du retour. Sur la fatigue et la conduite Les jeunes qui ont au moins 40 minutes de trajet pour rentrer à leur domicile sont les premiers visés. Pour les jeunes, un des aspects importants de la conduite est de «ramener la voiture» appartenant le plus souvent à leurs parents. Le message à diffuser doit aussi permettre de sensibiliser les parents qui doivent plutôt encourager par exemple les jeunes à dormir sur place plutôt que de reprendre la route à tous prix (en référence à l heure exigée de retour). Des actions plus spécifiques proposent d agir en priorité sur des profils à risque et des comportements mis en évidence lors de l étude. Campagne choc La perception du vécu de l accident d un proche ou d un ami est un outil de sensibilisation particulièrement approprié aux jeunes. Il faut également personnaliser la campagne lieu connu du jeune, endroit fréquenté de la région car cela reste l un des moyens les plus «marquants» pour faire passer un message de prudence. Pour les jeunes, les images parlent toujours mieux que les mots. Concentration et vigilance au volant Conduire est un acte compliqué : attention à la musique, le téléphone et le chahut entre amis. Rappeler que la voiture n est pas un espace pour faire la fête. La conduite positive et ringardisation de la vitesse Respect des règles sociétales à travers le respect du code de la route favoriser la cohabitation des différents usagers (2 roues et VL). Rappeler que Conduire = Agir de façon positive, sans agressivité, avec courtoisie, prudence Transmettre des messages d exemplarité comportementale. Proposer de «nouveaux» modes de déplacement Encourager l emprunt des transports en commun et co-voiturage, accepter de donner les clefs à un ami ou à un parent plus responsable. Action de répression Crainte plus marquée pour la sanction financière lors d une arrestation que par le danger encouru. Suivre les contrôles, les répressions et la pression financière. Personne ressource Savoir résister à la pression du groupe et savoir dire non. Proposer au jeune un «référent» ou un «parrain» ou un «grand frère» joignable à toute heure et sans jugement permettant au jeune de rentrer en toute sécurité. Conception/Réalisation : Service de la Communication, studio graphique - Illustrations : Daniel Poirson Etude réalisée par le bureau d études EGIS-MOBILITE - - tél et le cabinet de psychologues CYRIA - - tél. : cg13.fr CONSEIL GÉNÉRAL DES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction des Routes - http//www.cg13.fr/developpement/routes.html Hôtel du Département - 52, av. de St-Just Marseille cedex 20

6 Profils à risque rencontrés Ceux qui n ont pas le permis (systématiquement passagers) Ceux qui ont plus d une heure de route pour rentrer à leur domicile Ce qui signifie que près d un jeune sur deux (43%) de moins de 24 ans ne se sent pas concernés par la législation d une part, et d autre part ne pensent pas au danger lors du retour. 70% des conducteurs sont concernés (lieu d habitation éloigné). Le risque de chahut dans le véhicule est accru, la fête se poursuit dans la voiture. Ils n ont pas ou peu d autres moyens pour renter et ne mesurent pas leur état de fatigue et d excitation. Ceux qui adoptent des comportements plutôt risqués 39% associent la fête à la boisson, 57% sont encouragés à consommer dont 51% par leurs amis, 31% avouent ne pas avoir été en état de conduire (ivresse ), 88% sont de jeunes hommes, 62% ne connaissent pas l aspect répressif de la loi, 72% ne connaissent pas les effets majeurs de la drogue, et se laissent emporter par l effet pervers et provocateur du groupe. Faire la fête pour eux implique de consommer (drogues ou alcool) ce qui engendre une perte totale de leur repère au moment de la fête Récapitulatif des comportements à risque Banalisation de l alcool, y compris chez les mineurs Effets Consommation d alcool 56% chez les mineurs 64% chez les plus âgés Eléments explicatifs Consommation d alcool vécue sans conséquence Alcool = drogue légale : incompréhension de la législation entre alcool et drogues Accès à un domaine de liberté Transgression de l interdit des parents Moindre consommation de drogue chez les plus jeunes 12% des mineurs interrogés se disent concernés par la marijuana contre 41% chez les plus âgés Méconnaissance des effets des produits Effet du groupe sur l individu Accès facilité par les coûts d achats Zoom sur Zoom sur les groupes à risques (différents de la phase 1) 1/ Les mineurs 2/ Les groupes 3/ Les jeunes hommes 4/ Les jeunes en rupture parentale les raisons 1/ Les jeunes consomment pour faciliter les échanges. 2/ Leur tolérance à la frustration est réduite : il leur faut posséder tout de suite, ils adoptent le comportement de «l ado roi» dans une société de consommation exacerbée. 3/ Effet pervers de la séduction de l alcool : sentiment de toute puissance, anxiolytique et désinhibiteur de l alcool, répondant précisément à la problématique de l adolescent et du jeune adulte. 4/ Accès facilité à l alcool et la drogue par la facilité de la provenance et les prix abordables. 5/ Manque d offre de transport collectif nocturne qui encourage les jeunes à prendre leur véhicule

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Faites partie des solutions

Faites partie des solutions COMMENCE PAS TA VIE PAR LA FIN! Faites partie des solutions Vos jeunes et l alcool au volant Il y a plusieurs solutions pour éviter que nos jeunes prennent le volant sous l effet de l alcool. Découvrez-les

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute SECURITE ROUTIERE : QUELQUES ELEMENTS A RETENIR Pour réviser, vous pouvez vous entrainez sur le site : http://eduscol.education.fr/cid46889/preparation-auxepreuves-securite-routiere.html L ASSR est l attestation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE 5 janvier 2005 Original : FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail sécurité et circulation

Plus en détail

Campagnes de prévention Information aux enseignants

Campagnes de prévention Information aux enseignants Information aux enseignants 1/6 Ordre de travail Objectif Diverses campagnes ont été réalisées pour augmenter la sécurité routière. En nous appuyant sur l exemple d une campagne actuelle (turbosieste),

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 18 avril 2013 2 SOMMAIRE INTRODUCTION...4 DEMARCHE...5 LES CARACTERISTIQUES GENERALES DE L ACCIDENTALITE...6 LES ENJEUX...7 LES JEUNES... 7 LES

Plus en détail

Les jeunes conducteurs en Europe

Les jeunes conducteurs en Europe Les jeunes conducteurs en Europe Association Prévention Routière Fédération française des sociétés d assurances - FFSA - - Introduction MÉTHODOLOGIE 2 Étude «Les jeunes conducteurs européens» Méthodologie

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Sommaire

SECURITE ROUTIERE. Sommaire SECURITE ROUTIERE Sommaire 1 BILAN DE L ACCIDENTOLOGIE 2 - ENGAGEMENT DES FORCES DE L ORDRE 3 LA PREVENTION ACCIDENTOLOGIE 30 tués (+2 par rapport à 2013) 119 accidents corporels 177 blessés dont 134 hospitalisés

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

Baromètre mensuel avril 2015

Baromètre mensuel avril 2015 SECURITE ROUTIERE TOUS RESPONSABLES Meurthe-et-Moselle Observatoire Départemental de la Sécurité Routière Baromètre mensuel avril 2015 www.meurthe-et-moselle.gouv.fr DONNÉES DÉPARTEMENTALES Bilan de l

Plus en détail

Les accidents de la route : une minorité de jeunes prend tous les risques

Les accidents de la route : une minorité de jeunes prend tous les risques - 1 - Les accidents de la route : une minorité de jeunes prend tous les risques Pierre Le Quéau, Christine Olm Si le nombre des jeunes âgés de 15 à 24 ans qui se tuent ou se blessent chaque année sur la

Plus en détail

Bilan sécurité routière 2014

Bilan sécurité routière 2014 CABINET DU PREFET BUREAU DE LA COMMUNICATION INTERMINISTERIELLE PREFECTURE DE L'AUDE Bilan sécurité routière 2014 Conférence de presse du 6 février 2015 Sommaire 1) L'accidentalité en 2014 2) Les actions

Plus en détail

Les Français, sommaire. Plus que quelques heures pour choisir comment #RentrerEnVie lors du Réveillon. 30 décembre 2014

Les Français, sommaire. Plus que quelques heures pour choisir comment #RentrerEnVie lors du Réveillon. 30 décembre 2014 Les Français, Le Réveillon et l alcool au volant 30 décembre 2014 Plus que quelques heures pour choisir comment #RentrerEnVie lors du Réveillon sommaire Communiqué de presse - Les Français, Le Réveillon

Plus en détail

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Juillet 2014 Date : juillet 2014 Etude Assureurs Prévention réalisée par OpinionWay Le contexte et les objectifs de l étude Contexte et objectifs Assureurs

Plus en détail

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite Les produits psychoactifs Prev Prévention des 2 r Risques Routiers Les produits psychoactifs L alcool Les contrôles préventifs, Les contrôles lors des accidents corporels, Les contrôles lors des accidents

Plus en détail

Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret

Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret SOMMAIRE I - Bilan de l accidentalité en 2015 : 1-1 les principales données 1-2 les principaux enseignements de l étude

Plus en détail

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx Projet d action de prévention routière À l attention de: Le aa/aa/ 2013 la société xxxxxx Comité du VAL D OISE CATALOGUE DES ACTIONS EN ENTREPRISE Association Prévention Routière (APR) Crée en 1949 loi

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

Mémento Prévention routière

Mémento Prévention routière EOGN Mémento Prévention routière École des officiers Gendarmerie Nationale L'organisation d'un événement festif par une association n'est pas sans conséquence. Cette dernière possède une part de responsabilité,

Plus en détail

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest!

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! Communiqué de presse Juin 2009 Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! AlcooTel, le test d alcoolémie pour mobile le plus performant du marché, simple ergonomique et gratuit est désormais

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

Bilan des actions août 2015

Bilan des actions août 2015 Ministère de l Intérieur Le 13 août 2015 Sécurité routière : 26 mesures pour une nouvelle mobilisation Présentées le 26 janvier 2015 par Bernard CAZENEUVE, ministre de l Intérieur. Bilan des actions août

Plus en détail

Comment «s amuser sans abuser» lors des fêtes en ville? La Ville d Angers agit.

Comment «s amuser sans abuser» lors des fêtes en ville? La Ville d Angers agit. Comment «s amuser sans abuser» lors des fêtes en ville? La Ville d Angers agit. Contexte Des débordements importants depuis quelques années, avec une recrudescence depuis 2008 sur quelques rues du centre

Plus en détail

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Direction des Services du Cabinet de la Préfecture Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture Aveyron P Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Bilan décembre

Plus en détail

Le risque routier professionnel et la mobilité durable

Le risque routier professionnel et la mobilité durable pour Le risque routier professionnel et la mobilité durable N 19832 Vos contacts Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge / Danielle Feldstein flore-aline.colmet-daage@ifop.com Décembre 2011 1 La méthodologie 2

Plus en détail

Journées francophones de sécurité routière 22-23 novembre 2010 Lyon

Journées francophones de sécurité routière 22-23 novembre 2010 Lyon Journées francophones de sécurité routière 22-23 novembre 2010 Lyon Comment agir pour que les changements nécessaires s inscrivent dans la durée? 23 e Entretiens du Centre Jacques Cartier Au Québec: jeunes

Plus en détail

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie La consommation excessive d alcool et les conduites à risque associées sont des

Plus en détail

Éducation à la sécurité routière et préparation aux ASSR

Éducation à la sécurité routière et préparation aux ASSR Éducation à la sécurité routière et préparation aux ASSR Répertoire des connaissances et des comportements des usagers de l espace routier Éducation à la Sécurité Routière - Enjeux et perspectives Séminaire

Plus en détail

À pied, au travail, adoptez la bonne conduite! www.cmaic.fr VÉHICULE HUMAIN ENVIRONNEMENT ORGANISATION

À pied, au travail, adoptez la bonne conduite! www.cmaic.fr VÉHICULE HUMAIN ENVIRONNEMENT ORGANISATION À pied, au travail, La fatigue, l inattention, les conduites addictives (alcool, tabac, drogues, médicaments), l utilisation de moyens de communication sont des facteurs Utiliser les trottoirs et les passages

Plus en détail

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30 Cabinet du préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 2015 Dossier de presse Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015 Conférence de presse Vendredi 13 février

Plus en détail

Alcool Les dangers cachés

Alcool Les dangers cachés Alcool Les dangers cachés L alcool, dangereux ami L alcool, produit familier des soirées étudiantes, donne l'impression d'être bien, d'être capable de plus de choses et d'avoir confiance en soi. Mais tout

Plus en détail

La perte de vigilance ou l'attention perturbée

La perte de vigilance ou l'attention perturbée ANNEXE F La perte de vigilance ou l'attention perturbée I Perte de vigilance II Attention perturbée ou «distraction» DGO / étude des accidents corporels 2007-2011 1 DGO / étude des accidents corporels

Plus en détail

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE PREFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE Le 17 janvier 2011 PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE par Monsieur Jean DAUBIGNY, préfet de la région Pays de la Loire,

Plus en détail

Quelques éléments pour réviser l ASSR

Quelques éléments pour réviser l ASSR Quelques éléments pour réviser l ASSR En 2007, en moyenne, chaque jour en France, plus de 13 personnes sont décédées des suites d un accident de la route. Si l on prend uniquement en considération le nombre

Plus en détail

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention COMMUNIQUE DE PRESSE Paris - 19 mai 2011 Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Embouteillages, problèmes

Plus en détail

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Le 29 janvier 2015 Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Campagne conducteur-d-elite.ch: suivre des cours, c est avoir une conduite plus sûre. L objectif de la campagne

Plus en détail

CASSETTES VIDEO. TITRE Éditeur THEME CONTENU Contact Max dans la rue

CASSETTES VIDEO. TITRE Éditeur THEME CONTENU Contact Max dans la rue CASSETTES VIDEO MATERNELLE : Max dans la rue Enfant piéton 35 épisodes sous forme de dessin animé mettant en scène Max et des enfants confrontés aux risques encourus dans la circulation. Léo et Margot

Plus en détail

LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Département du Morbihan

LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Département du Morbihan LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Durant l'année scolaire, l'éducation routière cycliste Dans les écoles : Chaque année, le comité intervient auprès des élèves de CM des écoles

Plus en détail

Marion Maestracci Alain Boulanger

Marion Maestracci Alain Boulanger Marion Maestracci Alain Boulanger La marche des seniors en milieu urbain dense : le cas de Paris Les éléments à connaître afin de promouvoir et sécuriser la marche Direction de la Voirie et des Déplacements

Plus en détail

Baromètre mensuel avril 2014

Baromètre mensuel avril 2014 Meurthe-et-Moselle Observatoire Départemental de la Sécurité Routière Baromètre mensuel avril 214 www.meurthe-et-moselle.gouv.fr DONNÉES DÉPARTEMENTALES Bilan de l accidentologie par mois (provisoire)

Plus en détail

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants La consommation excessive d alcool et les conduites

Plus en détail

Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière

Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière Dossier de presse... Petit déjeuner - sécurité routière Mercredi 1er juillet 2015 Bilan de l accidentologie en Saône-et-Loire Évolution des ATBH 2015/2014 pour la période du 1er janvier au 28 juin Période

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars.

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. ADDICTIONS = DEPENDANCE = DANGER : Nos entreprises assurent

Plus en détail

Alcool et drogues dans le trafic routier conséquences et risques www.fachstelle-asn.ch

Alcool et drogues dans le trafic routier conséquences et risques www.fachstelle-asn.ch boire ou conduire Alcool et drogues dans le trafic routier conséquences et risques www.fachstelle-asn.ch Que se passe-t-il quand on boit de l alcool? Que se passe-t-il dans le corps? Un petit pourcentage

Plus en détail

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

PRÉFET DE SAÔNE-ET-LOIRE

PRÉFET DE SAÔNE-ET-LOIRE PRÉFET DE SAÔNE-ET-LOIRE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Mâcon, le 17 octobre 2012 Service Circulation et Sécurité Routières affaire suivie par : JJ Franc Tél. : 03 85 21 29 51 Fax : 03 85 38

Plus en détail

Dossier de Presse Présentation du bilan du

Dossier de Presse Présentation du bilan du Grand-Duché de Luxembourg Ministère des Transports Conférence de presse Dossier de Presse Présentation du bilan du Permis à points Présentation de la campagne de sensibilisation De Kick? Awer net op der

Plus en détail

s invite dans les HAUTES PYRENEES en Septembre 2013 www.vigicarotte.com COMMUNIQUE DE PRESSE

s invite dans les HAUTES PYRENEES en Septembre 2013 www.vigicarotte.com COMMUNIQUE DE PRESSE s invite dans les HAUTES PYRENEES en Septembre 2013 www.vigicarotte.com COMMUNIQUE DE PRESSE LA TOURNEE VIGICAROTTE DANS LES HAUTES PYRENEES (65) C A L E N D R I E R 06 et 07 septembre LE GRAND DUC 56

Plus en détail

SORTIES, ALCOOL ET CONDUITE : LES FRANÇAIS PRENNENT ENCORE TROP DE RISQUES

SORTIES, ALCOOL ET CONDUITE : LES FRANÇAIS PRENNENT ENCORE TROP DE RISQUES le 12 décembre 2014 SORTIES, ALCOOL ET CONDUITE : LES FRANÇAIS PRENNENT ENCORE TROP DE RISQUES Les associations Prévention Routière et Assureurs Prévention dévoilent les résultats d'une grande enquête

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45 L ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE NIVEAU 3 L attestation scolaire de sécurité routière comporte : - une attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) de premier niveau qui se passe en 5 e

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

COMPTE- RENDU CONDUITES A RISQUES AU JAPON 18 MARS 2013 Docteur Claudine Bliah Monsieur Thierry Sabot

COMPTE- RENDU CONDUITES A RISQUES AU JAPON 18 MARS 2013 Docteur Claudine Bliah Monsieur Thierry Sabot COMPTE- RENDU CONDUITES A RISQUES AU JAPON 18 MARS 2013 Docteur Claudine Bliah Monsieur Thierry Sabot Le Japon : Exception criminologique, ce pays a toujours eu une criminologie extrêmement basse, qui

Plus en détail

www.ove-national.education.fr

www.ove-national.education.fr Sommaire Présentation de l enquête................................. 4 Champ de l enquête....................................... 5 Le rappel des origines..................................... 6 Différences

Plus en détail

Connaissances à retenir

Connaissances à retenir Connaissances à retenir Le cyclomoteur et sa réglementation : Le cyclomoteur est un véhicule à deux roues équipé d'un moteur ne dépassant pas cm3. La vitesse maximale autorisée est 45 Km/h. Les cyclomoteurs

Plus en détail

PREFECTURE DE VAUCLUSE

PREFECTURE DE VAUCLUSE 1 PREFECTURE DE VAUCLUSE DGO rédigé en décembre 2008 par la coordination sécurité routière de Vaucluse 2 Page 3 : Préambule Page 5 : Les caractéristiques de l'insécurité routière du département de Vaucluse

Plus en détail

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1

Les accidents de la route en lien avec le travail. Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Les accidents de la route en lien avec le travail Barbara Charbotel, MCU-PH UMRESTTE, Université Claude Bernard Lyon 1 Sources de données pour l étude des accidents de la route liés au travail Régimes

Plus en détail

Prendre des risques : besoin? danger?

Prendre des risques : besoin? danger? LA LETTRE AUX PARENTS N o 6 Prendre des risques : besoin? danger? Cher-s parent-s, Nous avons sous les yeux tous les jours des images de jeunes qui prennent des risques : en faisant du sport, en surfant

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi!

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! Accident avec arrêt Accident avec incapacité temporaire Accident avec incapacité permanente 2.000 à 4.000 25.000 86.000 Accident mortel

Plus en détail

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES SECTION 8.3 : LA GESTION DES BIENS MEUBLES ET IMMEUBLES PAGE : 1 POLITIQUE SUR LES TRANSPORTS AVEC UN VÉHICULE LOURD Adoptée : CAD-8927 (14 10 08) Modifiée :

Plus en détail

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Conseil national de la sécurité routière Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Sommaire 27 novembre 2012 : Manuel Valls, ministre de l Intérieur, relance le Conseil national de la sécurité routière (CNSR)

Plus en détail

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l'étude GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l étude L association GEMA

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

Les Français au volant

Les Français au volant Les Français au volant Juillet 2012 Date : Juillet 2012 A : Benoît Dutartre - Entre Nous Soit Dit De : Sylvie Lacassagne / Oriane Léti - OpinionWay OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél

Plus en détail

Médiathèque de Marennes

Médiathèque de Marennes Médiathèque de Marennes Règlement Article 1 Dispositions générales La Médiathèque municipale de la ville de Marennes est un service de lecture publique chargé de contribuer à l information, à la documentation,

Plus en détail

Les Accidents de la Voie Publique Chez les Jeunes de 18 à 24 ans

Les Accidents de la Voie Publique Chez les Jeunes de 18 à 24 ans Les Accidents de la Voie Publique Chez les Jeunes de 8 à ans INTRODUCTION Selon l observatoire interministériel de sécurité routière, les jeunes de 8- ans ne constituent que 9% de l ensemble de la population

Plus en détail

N O S L I M I T E S?!

N O S L I M I T E S?! NOS LIMITES?! Cette brochure contient des informations essentielles sur l alcool et peut vous permettre de calculer votre. L alcool L alcool est une drogue licite et réglementée dont la substance psychoactive

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

Ressources pour mieux comprendre et prévenir le risque routier des jeunes

Ressources pour mieux comprendre et prévenir le risque routier des jeunes > Ressources pour mieux comprendre et prévenir le risque routier des jeunes Les facteurs psycho-sociologiques du risque routier des jeunes... p. 27 Les accidents mortels des jeunes conducteurs de véhicules...

Plus en détail

La lettre de l Ét@t en Dordogne

La lettre de l Ét@t en Dordogne N 1 - Janvier - Février 2013 La lettre de l Ét@t en Dordogne LE DOSSIER DU MOIS LE BILAN DE LA DELINQUANCE 2012 Sommaire L'éditorial Je vous présente le premier numéro de l année 2013 de la lettre des

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

L impact des pots d entreprise sur les risques routiers auprès des salariés et des chefs d entreprise

L impact des pots d entreprise sur les risques routiers auprès des salariés et des chefs d entreprise pour Département Opinion et Stratégies d Entreprise L impact des pots d entreprise sur les risques routiers auprès des salariés et des chefs d entreprise 18 décembre 2008 1 La méthodologie 2 Note méthodologique

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

La matrice GDE (Goals for Driver Education) comme référentiel de la recherche scientifique, de la formation des conducteurs et de l évaluation des

La matrice GDE (Goals for Driver Education) comme référentiel de la recherche scientifique, de la formation des conducteurs et de l évaluation des La matrice GDE (Goals for Driver Education) comme référentiel de la recherche scientifique, de la formation des conducteurs et de l évaluation des compétences 11/05/2011 L objectif à atteindre Réduire

Plus en détail

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer la protection et la sécurité

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007.

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007. LA SEMAINE EUROPEENNE de la SECURITE ROUTIERE et de la MOBILITE En 2010 comme en 2009, la semaine nationale de la sécurité routière s associe avec la semaine européenne de la mobilité et devient ainsi

Plus en détail

ENCOURAGER ET DYNAMISER LE COVOITURAGE DANS VOS ENTREPRISES. Interrogations et freins à lever (yc questions de sécurité et responsabilités)

ENCOURAGER ET DYNAMISER LE COVOITURAGE DANS VOS ENTREPRISES. Interrogations et freins à lever (yc questions de sécurité et responsabilités) ENCOURAGER ET DYNAMISER LE COVOITURAGE DANS VOS ENTREPRISES Interrogations et freins à lever (yc questions de sécurité et responsabilités) Le co-voiturage : un mode de transport alternatif de forte notoriété

Plus en détail

Les grandes données de l accidentologie. Caractéristiques et causes des accidents de la route

Les grandes données de l accidentologie. Caractéristiques et causes des accidents de la route Les grandes données de l accidentologie Caractéristiques et causes des accidents de la route Mai 24 SÉCURITÉ ROUTIÈRE - LES GRANDES DONNÉES DE L ACCIDENTOLOGIE Préambule Ce document d information conçu

Plus en détail

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse Sommaire Le communiqué de presse Page 3 Quelle ampleur et quelle évolution? Page 5 Quel est le profil des non-assurés? Page

Plus en détail

CENTRES DE GESTION SPECIALITE CONDUITE DE VEHICULES

CENTRES DE GESTION SPECIALITE CONDUITE DE VEHICULES CENTRES DE GESTION EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES AU GRADE D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE CONDUITE DE VEHICULES Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE TOUS RESPONSABLES. Réunion PDASR. Mardi 3 février 2015

SECURITE ROUTIERE TOUS RESPONSABLES. Réunion PDASR. Mardi 3 février 2015 Réunion PDASR Mardi 3 février 2015 1 Accidentologie Données 2014 et évolutions 2010/2014 (source ODSR de la Meuse, données consolidées) 2 3 Département de la Meuse Direction Départementale des Territoires

Plus en détail

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques sur les familles en horaires atypiques Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a retenu un axe d étude : les modes de garde en horaires atypiques. Il s agit de rendre

Plus en détail

PUBLIC : CHEFS D ENTREPRISE, GÉRANTS, SALARIES DELEGATAIRES DE POUVOIRS

PUBLIC : CHEFS D ENTREPRISE, GÉRANTS, SALARIES DELEGATAIRES DE POUVOIRS CREER, ACCOMPAGNER, DEVELOPPER UN CAFE, HOTEL, RESTAURANT, DISCOTHEQUE PACK OUVERTURE PERMIS D EXPLOITATION DE LICENCES & HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURATION COMMERCIALE ---------- * ---------- Arrêté

Plus en détail

Si seulement j avais su. Informations sur les effets de l alcool sur la conduite automobile.

Si seulement j avais su. Informations sur les effets de l alcool sur la conduite automobile. Si seulement j avais su Informations sur les effets de l alcool sur la conduite automobile. Chère lectrice, cher lecteur Consommation d alcool et conduite automobile ne font pas bon ménage. On le sait

Plus en détail

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR

OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR OUTILS DE SENSIBILISATION : PIÉTON / CYCLISTE / AUTOMOBILISTE / CYCLOMOTEUR Piétons Les causes possibles d'accidents impliquant des piétons et des véhicules sont bien connues. La négligence, l'inattention

Plus en détail

Chapitre 2 Les enfants

Chapitre 2 Les enfants Chapitre 2 Les enfants Si vous avez un ou des enfants, c est le problème capital de votre séparation. Que vous soyez marié, pacsé ou en concubinage, les enfants qui sont nés de votre union, enfants dits

Plus en détail

La sécurité routière dans le Bas-Rhin

La sécurité routière dans le Bas-Rhin La sécurité routière dans le Bas-Rhin Juin 2015 Dans le Bas-Rhin, le nombre de personnes décédées et le nombre de personnes blessées dans un accident de la route en juin 2015 ont baissé, par rapport à

Plus en détail