ENQUETE MODES DE DEPLACEMENT, ACCES AU PERMIS B et SECURITE ROUTIERE AUPRES DES JEUNES DES RESIDENCES HABITAT JEUNES DE BRETAGNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE MODES DE DEPLACEMENT, ACCES AU PERMIS B et SECURITE ROUTIERE AUPRES DES JEUNES DES RESIDENCES HABITAT JEUNES DE BRETAGNE"

Transcription

1 ENQUETE MODES DE DEPLACEMENT, ACCES AU PERMIS B et SECURITE ROUTIERE AUPRES DES JEUNES DES RESIDENCES HABITAT JEUNES DE BRETAGNE décembre 2008/avril2009

2 SOMMAIRE Introduction p3 LES ELEMENTS DE L ENQUETE Caractéristiques des jeunes enquêtés Modes de déplacements Accès au permis B et aux véhicules motorisés Les conduites à risques p5 p8 p14 p21 SYNTHESE ET AXES DE TRAVAIL ET DE REFLEXION p24 2

3 INTRODUCTION LE RESEAU URHAJ EN BRETAGNE BREST 4 MORLAIX LANNION 1 GUINGAMP 1 1 ST-BRIEUC Plérin / mer 2 Lamballe Plancoët ST-MALO DINAN 1 2 Dol de Bretagne St-Etienne en Cogles FOUGERES 1 QUIMPER Plonéour-Lanvern 2 Ergué-Gabéric Concarneau RENNES Guichen 5 VITRE 1 Noyal Châtillon/Seiche LORIENT 2 VANNES 3 REDON 1 27 Résidences sociales FJT (nombre sur la ville) gérés par 19 associations et 2 CCAS 10 mini-résidences sociales FJT implantée sur des communes environnantes au FJT central 16 foyers soleil : dans des quartiers de la ville du FJT central 4 Services Habitats : information, intermédiation, orientation, accompagnement En 2008, jeunes ont été accueillis par les différentes structures Habitats Jeunes. 3

4 ORIGINES ET OBJECTIFS DE L ENQUETE En 2008, le groupe Régional sécurité routière a souhaité orienter et élargir son action sur la thématique mobilité. En effet, dans le contexte économique et écologique de notre époque, il nous est apparu important de dépasser la seule question du permis, de la voiture et des risques qui y sont associés. Si la voiture reste le mode de transports dominant, notamment hors des grandes agglomérations, tout le monde et d autant plus les jeunes, n a pas les moyens d accéder au permis et de financer un véhicule et les charges associées. Après avoir élaboré un guide intitulé «Se déplacer malin et citoyen» qui sensibilise les jeunes au choix du mode de transport le plus adapté et informe sur les règles de sécurité et obligations liées à chaque mode de transport, le groupe a souhaité avant d élaborer de nouvelles actions, faire le point sur les pratiques des jeunes en terme de déplacements et actualiser l enquête réalisée en 2006 concernant l accès au permis B, au véhicule et les conduites à risques sur la route. Nous avons donc actualisé l enquête de 2006 et nous l avons complétée d un volet «Mode de déplacements» afin de : -Recueillir des éléments de connaissance des situations et des pratiques des jeunes des résidences habitat jeunes -Définir les besoins - Partager avec les partenaires notre analyse pour construire ensemble des actions favorisant la mobilité notamment à travers le développement de modes de transports alternatifs et des actions de prévention routière. METHODE : - Envoi d un questionnaire aux résidences habitat jeunes de Bretagne pour diffusion à leurs résidents (questionnaire en annexe) - Traitement et analyse par les membres du groupe «Mobilité - Sécurité Routière». - Réalisation, diffusion et présentation d un document de synthèse aux adhérents de l URHAJ et aux partenaires concernés. 4

5 CARACTERISTIQUES DES JEUNES ENQUETES 5

6 456 personnes ont répondu au questionnaire. Elles étaient réparties dans 19 structures différentes elles-mêmes implantées sur 13 communes différentes (Brest, Rennes, Saint-Malo, Saint-Brieuc, Lorient, Vannes, Morlaix, Lannion, Fougères, Vitré, Redon, Dinan, Dol de Bretagne). Une sur représentation des hommes, conforme à la tendance régionale au sein des résidences habitat jeunes. FEMME HOMME 35% 65% Une sur représentation des jeunes en apprentissage 70% des jeunes enquêtés étaient actifs pour une moyenne régionale 2008 au sein des résidences habitat jeunes de 67%. Les autres étaient étudiants/scolaires ou stagiaires de la formation professionnelle. Les actifs étaient pour la plupart en phase d insertion, ils se répartissaient de la manière suivante : - 46% en apprentissage (moyenne régionale résidences habitat jeunes : 38%) - 21% en CDD ou contrat d intérim (moyenne régionale résidences habitat jeunes : 32%) - 16% en recherche d emploi (moyenne régionale résidences habitat jeunes : 13%) - 15% en CDI (moyenne régionale résidences habitat jeunes : 17%) 75% sont âgés de ans : la tranche d âge la plus touchée par l insécurité routière. Globalement la répartition par âge est similaire à celle observée régionalement en En raison d une représentation plus forte des apprentis on observe toutefois une légère sur représentation des moins de 22 ans par rapport à la moyenne régionale et aux jeunes enquêtés en moins de 18 ans ans ans plus de 30 ans % 43% 32% 8% 2% 6

7 Des niveaux de qualification diversifiés VI V IV III II I % 38% 24% 14% 6% 5% Les jeunes enquêtés se répartissaient de manière quasi identique entre le niveau bac et plus et les niveaux inférieurs au bac. A nouveau, la présence plus importante d apprentis conduit à une proportion des niveaux inférieurs au bac un peu plus importante que la moyenne régionale des résidents des résidences habitat jeunes en Des niveaux de ressources faibles De manière plus marquée que la moyenne régionale des jeunes des résidences habitat jeunes en 2007, un peu plus des ¾ des résidants enquêtés percevaient moins du smic. Des ressources faibles mais aussi incertaines au regard des statuts socioprofessionnels des jeunes où seuls 11% sont en CDI. Parmi les jeunes en CDD ou contrat d intérim, près de la moitié perçoivent moins du SMIC. Parmi les jeunes en recherche d emploi, un certain nombre n ont pas suffisamment travaillé pour ouvrir droit à l allocation chômage ou pour un niveau très faible. ¼ perçoivent moins de 150 par mois et 68% perçoivent entre 150 et 915 euros. Enfin, les jeunes en formation professionnelle percevaient pour plus des ¾ moins de 765 euros par mois. Les jeunes résidents en FJT sont donc pour beaucoup au début de leur parcours professionnel et en phase d insertion. L accès à l emploi nécessite d être mobile, une mobilité géographique dans un premier temps (quitter son lieu d origine) puis dans un second temps une mobilité quotidienne pour se rendre à son travail. On sait aussi qu un certain nombre d emploi nécessite d être titulaire du permis de conduire. Or, les jeunes ne sont pas tous égaux face à cette réalité. Pour des questions de moyens, d ordre financier lorsqu on pense au permis de conduire mais aussi d ordre territorial car en fonction des territoires, les modes de transports alternatifs à la voiture individuelle sont plus ou moins existants et performants. De plus, la mobilité n est pas qu une question de transports tous les jeunes n ont pas la même aptitude à être mobile et à se déplacer. 7

8 LES MODES DE DEPLACEMENTS 8

9 Nous avons extrait les apprentis de l analyse des modes de déplacement étant donné que ces jeunes ont des lieux d emploi et de formation différents qui rendent difficile la réponse à certaines des questions et pouvait biaiser l analyse. Les distances lieu de résidence et 0-2km Plus de 2-5 km Plus de 5 à 10 km Plus de 10 à 20 km Plus de 20 km Travail-formation 40% 31% 12% 10% 7% Courses Loisirs semaines Loisirs week-end 59% 32% 6% 1% 2% 47% 28% 16% 3% 6% 25% 24% 13% 13% 37% Très majoritairement l aire de déplacement des jeunes autour de leur lieu de résidence ne dépasse pas les 5 km. C est pour les loisirs du week-end et dans une moindre mesure pour se rendre à leur travail ou à leur formation que les jeunes doivent effectuer le plus de kilomètre. De ce fait, plus d un tiers des jeunes enquêtés se déplacent essentiellement à pied, vient ensuite la voiture puis les transports en commun. Mode de déplacements utilisés pour : Se rendre à pied sur ses lieux de loisirs et de courses est rendu possible par la situation d implantation des structures habitat jeunes en général au centre de la commune ou à proximité immédiate. Les lieux d emploi sont eux plus dispersés sur le territoire et peuvent se situer au-delà de la commune d implantation de la structure habitat jeunes, de plus se rendre au travail ou en formation est un acte quotidien. Se rendre au travail à pied n est donc peut-être pas toujours un choix. Parmi ceux qui vont à pied au travail, plus de la moitié n ont pas le permis. On peut penser que pour certain, le choix de l emploi est contraint par l absence de véhicule personnel, les jeunes sans véhicule priorisent la proximité. Ainsi les jeunes qui possèdent un véhicule sont 43% à travailler ou à se former à plus de 5 km de leur lieu de résidence et seulement 20% parmi ceux qui n ont pas de véhicule. 9

10 En Bretagne, 73.9% de la population utilisent sa voiture pour se rendre au travail, 62% travaillent en dehors de leur commune de résidence. Un phénomène qui s explique en partie par un éloignement des individus des pôles d emploi pour accéder à la propriété. Les véhicules individuels motorisés et essentiellement la voiture sont très utilisés pour les loisirs du weekend, beaucoup de jeunes rentrent dans leur commune d origine, ils ont pour la moitié d entre eux plus de 10 km à parcourir. Le co-voiturage, situé en 4 ème position, est essentiellement mobilisé pour les activités de loisirs, car il est plus facile à organiser avec son cercle d amis qu avec des collègues qui n habitent pas toujours au même endroit et n ont pas toujours les mêmes horaires. Les transports en commun représentent le troisième mode de transports utilisé, d abord pour se rendre à son travail puis pour les loisirs. Globalement le vélo et les deux roues sont peu utilisés. Les jeunes en insertion ou au début de leur parcours professionnel sont dans des situations différentes des actifs occupés plus âgés et/ou plus stabilisés en matière de distances et de mode de déplacement domiciletravail. En effet en moyenne un actif occupé parcours 15 km pour se rendre à son emploi et utilise ainsi majoritairement sa voiture. Pour réduire le trafic automobile mais aussi permettre aux jeunes de choisir leur emploi sans la contrainte de la distance à parcourir en l absence de véhicule, deux éléments complémentaires : - rapprocher les zones d emploi et d habitat : le réseau habitat jeunes y contribue - développer des modes de transports alternatifs Le mode de déplacements des jeunes dépend beaucoup de ce qu ils ont à leur disposition que ce soit la possession ou non d un véhicule personnel ou les modes de transports disponibles sur leur lieu de vie. Mode de déplacements des jeunes possédant un véhicule : Pour se rendre au travail/en formation 0-2km Plus de 2 à 5 km Plus de 5 à 10 km Plus de 10 à 20 km Plus de 20 km 34% 23% 17% 16% 10% voiture Covoiturage 2 roues motorisés Transports en commun vélo A pied 63% 5% 0 7% 5% 19% 10

11 Il apparaît que posséder un véhicule permet de rechercher un emploi dans un périmètre plus large car si globalement 71% des jeunes travaillent ou se forment à moins de 5 km de leur lieu de résidence, ils ne sont plus que 57% parmi ceux qui possèdent un véhicule. Dans le même temps, 63% prennent leur véhicule pour se rendre au travail contre seulement 27% parmi l ensemble des jeunes enquêtés et parmi eux près de la moitié font moins de 5 km et la moitié habitent dans une agglomération équipée de transports collectifs. Disposer d un véhicule personnel incite donc à recourir de manière plus systématique à la voiture. Un constat d autant plus fort si on regarde les distances réalisées et les modes de déplacement utilisés pour les courses et les loisirs en semaine. Les jeunes ont tendance à se déplacer plus loin, sans doute vers les zones commerciales et zones d activités en périphérie des villes, ils utilisent pour ce faire leur voiture. pour faire les courses et pour les loisirs en semaine 0-2km Plus de 2 à 5 km Plus de 5 à 10 km Plus de 10 à 20 km Plus de 20 km courses 48% 38% 9% 3% 3% loisirs en semaine 38% 21% 26% 4% 10% voiture Co-voiturage 2 roues motorisés Transports en commun vélo A pied courses 66% 5% 0 7% 1% 21% loisirs en semaine 65% 7% 2% 6% 2% 19% Lorsqu on dispose d un véhicule la tendance est de prendre la voiture de manière plus systématique mais c est aussi la possibilité de se déplacer plus loin, notamment pour le travail. Mode de déplacement en fonction du territoire de vie Les jeunes qui résident hors agglomération dotées d un réseau de transports et notamment en secteur semi-rural possèdent plus fréquemment une voiture. Part des jeunes qui possèdent un véhicule en fonction de leur lieu de résidence : Secteur 1 : Agglomérations dotées d un réseau de transports en commun performant 1 Secteur 2 : Villes de à habitants dotées d'un réseau de bus urbain 2 Secteur 3 : Villes de moins de habitants sans réseau de bus urbain 3 36% 38% 44% 1 Rennes métropole, Brest métropole, Saint-Brieuc agglomération Saint-Malo Agglomération, Lorient agglomération, Vannes agglomération 2 Fougères, Vitré, Morlaix, Lannion 3 Dinan, Redon, Dol de Bretagne 11

12 Pour se rendre au travail/en formation Distance domicile-travail/formation Plus les jeunes résident dans des secteurs «ruraux» plus la distance entre leur résidence et leur lieu de travail ou de formation est courte (principalement moins de 2km). Soulignons toutefois, que la part de jeunes réalisant entre 10 et 20 km est certes minoritaire mais est supérieure au secteur 1. En secteur 2, si la proximité reste forte, près d 1/4 des jeunes travaillent ou se forment en dehors de la commune centre. Concernant les jeunes résidants en secteur 1, la distance principale se situe entre 2 et 5 km. Modes de déplacements Les jeunes du secteur 3 se rendent principalement à pied à leur travail ou à leur formation. On constate aussi que le vélo et le co-voiturage sont davantage pratiqués que dans les autres secteurs. De par une offre de transports en commun de qualité, les jeunes du secteur 1, qui pour l essentiel ont moins de 11km pour se rendre à leur travail/formation utilisent pour près d un tiers les transports en commun, ce qui en fait le premier mode de transport. C est dans le secteur 2, secteur intermédiaire, que la voiture est le mode de transports principal plusieurs raisons peuvent être avancées : - des distances domicile-travail plus importantes que dans le secteur 3 en raison d un étalement urbain - des transports en commun dont la portée reste souvent limité car la plupart ne desservent que la ville centre et leur fonctionnement est avant tout à destination des personnes captives, scolaires et personnes âgées, ce qui ne permet pas de véritablement concurrencer la voiture. - une certaine fluidité du trafic qui incite davantage à prendre sa voiture qu en secteur 1. 12

13 Pour les courses et les loisirs en semaine. Distances 0-2 km Plus de 2 à 5 km Plus de 5 à 10 km Plus de 10 à 20 km Plus de 20 km Secteur 1 55% 29% 10% 2% 4% Les courses Les loisirs Secteur 2 60% 40% 0% 0% 0% Secteur 3 75% 25% 0% 0% 0% Ensemble 59% 32% 6% 1% 2% Secteur 1 45% 29% 16% 4% 6% Secteur 2 53% 23% 19% 0% 5% Secteur 3 58% 14% 14% 2% 12% Ensemble 47% 28% 16% 3% 6%. Modes de déplacement voiture co-voiturage 2 roues motorisés transports en commun vélo à pied Secteur 1 23% 6% 2% 23% 3% 43% Les courses Secteur 2 37% 8% 5% 8% 2% 40% Secteur 3 32% 7% 5% 1% 9% 45% Ensemble 27% 16% 3% 7% 4% 4% Secteur 1 22% 13% 3% 27% 6% 29% Les loisirs Secteur 2 42% 7% 5% 7% 2% 37% Secteur 3 33% 11% 4% 6% 7% 39% Ensemble 27% 11% 4% 19% 6% 32% Pour faire les courses et pour les loisirs la voiture est plus utilisée en secteurs 2 et 3 qu en secteur 1, mais elle n est pas le 1 er mode de transports à l exception du secteur 2 concernant les déplacements pour les loisirs. Les transports en commun détrônent la voiture individuelle en secteur 1, alors qu elle reste plus présente en secteur 2 et 3, pour des distances qui sont pourtant globalement plus courtes. Faute de transports en commun ou insuffisants, 60% des jeunes qui résident sur les secteurs 2 et 3 prennent la voiture lorsque la distance à parcourir dépasse 2km quand ils sont 34% en secteur 1. C est au-delà de 10 km que quel que soit le type de territoire, la voiture est le mode de déplacement le plus utilisé. On l a vu lorsque les individus disposent d une voiture si d une part son utilisation n est pas toujours raisonnée au regard de la distance à parcourir, elle offre d autre part une certaine liberté de choix dans la localisation de son emploi, dans le lieu de réalisation des courses et des loisirs notamment à ceux qui habitent hors des agglomérations dotées de transports collectifs. Si la voiture n est pas indispensable aux jeunes enquêtés qui résident dans les FJT situés à proximité des différents centres d activité. Il n empêche que posséder le permis B favorise l accès à l emploi de son choix que ce soit pour trouver un emploi ou s y rendre. Nous allons le voir, ce sont les jeunes les moins insérés qui ont le moins souvent le permis et qui ont le plus de mal à y accéder. 13

14 L ACCES AU PERMIS B et AU VEHICULE MOTORISE 14

15 ACCES ET OBTENTION DU PERMIS B 273 JEUNES POSSEDENT LE CODE DE LA ROUTE SOIT 60% DE L ECHANTILLON Lorsqu on compare la répartition par niveaux de formation des jeunes majeurs titulaires du code et de l ensemble des jeunes majeurs de l échantillon, on constate que les jeunes de niveau inférieur au bac rencontrent plus de difficulté d accès au permis. Ils sont sous-représentés par rapport à leur poids dans l ensemble des jeunes enquêtés. Un constat conforté par le profil des jeunes qui échouent à l examen du code de la route. 24 jeunes se sont présentés à l examen du code et ne l ont pas obtenu : - 13 l ont passé une fois -6 deux fois -5 trois fois et plus Plus des ¾ ont un niveau de formation inférieur à IV et plus de la moitié sont en apprentissage. 226 JEUNES MAJEURS SONT TITULAIRES DU PERMIS DE CONDUIRE SOIT 58% DES MAJEURS ENQUETES. Part des jeunes détenteurs du permis dans chaque tranche d âge ans ans ans 51% 62% 70% Il apparaît normal que plus on avance dans les tranches d âge et plus la part de jeunes titulaires du permis soit forte. Toutefois, il est important de noter que plus de 65% des jeunes titulaires du permis, l ont obtenu à l âge de 18 ans et avant 21 ans pour les autres. Des âges auxquels les jeunes ont une forte aspiration d accès à l autonomie, qui passe notamment par l obtention du permis. En effet, lorsqu on demande aux jeunes les avantages qu offre le permis, l autonomie arrive en premier devant l accès à l emploi. A ces âges accéder à l autonomie à travers le permis suppose souvent une aide parentale. 15

16 Ainsi on peut penser qu un jeune non titulaire du permis à 21 ans (67 jeunes concernés dans l enquête) rencontre des difficultés d accès au permis. Sans permis, son insertion peut-être plus difficile et faute de ressources suffisantes l accès au permis est rendu compliqué. Part des jeunes majeurs détenteurs du permis en fonction de leur situation socio-professionnelle Les jeunes en recherche d emploi et en formation professionnelle sont ceux qui sont le moins nombreux à être titulaires du permis B, ce sont aussi ces jeunes qui à la fois disposent de ressources faibles et souvent d un soutien familial moins important. Ces chiffres indiquent aussi la nécessité du permis pour accéder à l emploi. 97 JEUNES ONT BENEFICIE DE LA CONDUITE ACCOMPAGNEE SOIT 43% DES TITULAIRES DU PERMIS. La conduite accompagnée contribue nettement à réduire le nombre de leçons de conduite nécessaires à l obtention du code et à l obtention du permis au premier passage de l examen. Si la grande majorité des jeunes bénéficiaires de la conduite accompagnée ne réalise que 24h de formation, les autres ont majoritairement besoin de plus de 24h de leçons de conduites. Pour autant ils sont aussi moins nombreux à obtenir leur permis dés le premier examen que ceux qui ont réalisé la conduite accompagnée. Nombre de leçons de conduite nécessaire à l obtention du permis de conduire et nombre de passage de l examen. 7 fois sur 10 les jeunes qui ont recours à la conduite accompagnée ont bénéficié d une aide parentale exclusive. La conduite accompagnée est davantage suivie par le public étudiant/scolaire et les apprentis, respectivement 57% et 47% de ces jeunes titulaires du permis ont bénéficié de la conduite accompagnée. Ce sont à nouveau les jeunes en formation professionnelle et les jeunes en recherche d emploi qui sont sous-représentés. Rappelons aussi qu outre l obtention facilitée du permis, la conduite accompagnée permet de réduire le coût de l assurance et réduit la durée du permis probatoire à 2 ans au lieu de 3 ans. 16

17 61% DES TITULAIRES DU PERMIS ONT BENEFICIE D UNE AIDE PARENTALE L aide parentale représente le mode de financement principale du permis de conduire. Rappelons qu elle est encore plus présente dans le financement de la conduite accompagnée. Mode de financement du permis B Pour 83% des jeunes qui ont reçu une aide parentale ou familiale, celle-ci à couvert l ensemble du coût du permis. Les autres ont financé en partie ou totalement leur permis par leur propre moyen. On constate que très peu de jeunes ont bénéficié d une aide publique pour financer leur permis. Le soutien parental est donc essentiel, car lorsque les jeunes ne peuvent compter que sur leur ressources propres pour financer leur permis, un certain nombre, faute de ressources stables ne vont pas au bout de leur formation et n obtiennent donc pas le permis ou après plusieurs années. Lorsqu on regarde la situation socio-professionnelle des jeunes qui ont reçu un soutien financier de leurs parents ou de leur famille on constate que les jeunes en formation professionnelle et en recherche d emploi sont à nouveau sous représentés. 22 jeunes ont passé l examen de la conduite et ne l ont pas obtenu. Un chiffre qui reste faible pour une véritable analyse des situations d échec. On constate toutefois, que si les moins formés restent les plus concernés, on observe que le niveau de formation et l échec à l examen du permis ont moins de corrélation que pour l examen du code. 17

18 LES JEUNES MAJEURS NON INSCRITS A LA FORMATION DU PERMIS B (CODE ET CONDUITE) Répartition par situations socioprofessionnelles des jeunes non inscrits à la formation du permis B On retrouve le cercle vertueux d absence d emploi pour financer le permis et de l absence de permis pour accèder à l emploi. Répartition par niveaux de ressources des jeunes non inscrits à la formation du permis B Ce sont essentiellement les jeunes qui perçoivent moins de 765 par mois qui sont les plus concernés, ils représentent 80% de ceux qui ne sont pas inscrits à la formation du permis alors que parmi l ensemble des jeunes enquêtés les jeunes percevant moins de 765 représentent 62%. Lorsqu on interroge les jeunes sur la raison principale de non inscription à la formation du permis, le manque d argent est donc sans surprise la raison la plus citée. Raisons de non inscription à la formation au permis de conduire Si l absence de financement reste la raison principale de non inscription au permis, une pondération doit néanmoins être apportée au regard du lieu de résidence. En effet, plus les communes sont dotées en transports collectifs et plus les jeunes qui y résident sont représentés parmi les non inscrits à la formation du permis B qui comme on l a vu précédemment devient moins indispensable pour accéder à l emploi. Secteur 1 Secteur 2 Secteur 3 Répartition par secteur de l ensemble des enquêtés 68% 15.5% 16.5% Répartition par secteur des jeunes non inscrits à la formation du permis B 72.5% 16.5% 11% Part des jeunes non titulaire du permis B dans chaque secteur 45% 36% 35% 18

19 L ACCES A UN VEHICULE MOTORISE 296 JEUNES POSSEDENT UN VEHICULE MOTORISE SOIT 65% DES JEUNES ENQUETE ont une voiture : 46% des jeunes enquêtés majeurs ont un 2 roues de moins de 125 cm3 : ¼ des jeunes enquêtés - 12 ont un 2 roues de plus de 125 cm3 Les possesseurs de 2 roues motorisés sont essentiellement âgés de moins de 22 ans. PRES D UN QUART DES JEUNES TITULAIRES DU PERMIS N ONT PAS DE VOITURE. C est parmi les ans que l écart entre les titulaires du permis et les propriétaires d un véhicule est le plus important. Soit ces jeunes ont eu un véhicule mais suite à une défaillance de ce dernier, ils n ont pas pu en racheter un autre, soit ils n ont pas besoin d un véhicule. On constate que près de la moitié des jeunes concernés travaillent à moins de 2km de leur lieu de résidence. 40% DES VOITURES SONT ACQUISES POUR MOINS DE 2000 AVEC UNE AIDE PARENTALE TOUJOURS FORTEMENT PRESENTE MAIS MOINS EXCLUSIVE. Quel que soit le coût du véhicule, il est quasi exclusivement acheté d occasion. Si 62% des jeunes on reçu une aide parentale pour financer leur voiture, la plupart ont en plus participé à son financement à l aide de leurs ressources personnelles. Mode de financement de la voiture Le crédit reste assez peu utilisé mais plus fréquemment que pour le financement du permis. Les jeunes recours au crédit essentiellement pour l achat de voiture dont le coût est supérieur à Les véhicules acquis à l aide d un apport personnel sont pour 65% d entre eux d une valeur inférieure à % des jeunes ont acquis leur voiture pour moins de 1000 euros, un taux qui s il reste encore trop important, permet de penser que peu de jeunes acquiert des voitures en mauvais état qui les mettent en insécurité et engendrent des coûts de réparation importants. 19

20 LES CONDUITES A RISQUES 20

21 140 DES JEUNES ENQUETES DISENT AVOIR CONDUIT AU MOINS UNE FOIS SANS PERMIS Soit 30.7%, un chiffre en légère augmentation par rapport à l enquête de Les raisons de la conduite sans permis Parmi les 40 personnes qui ont indiqués une «autre raison», 11 ont conduit sans permis lors de l apprentissage de la conduite. Plusieurs indiquent un retour de soirée où ils ont conduit à la place du conducteur officiel qui était alcoolisé. Parmi les conducteurs sans permis, 8 ont déjà possédé le permis mais se l ont vu retirer. Il apparaît que la conduite sans permis est le fait des plus jeunes (moins de 22 ans). Au moins 19% des jeunes concernés étaient mineurs au moment des faits. Des risques pris par les moins de 18 ans essentiellement dans le cadre des loisirs et pour se rendre au travail. Les apprentis sont sur représentés (47%) Répartition par situations socioprofessionnelles des individus ayant conduit au moins une fois sans permis 21

22 DES PRISES DE RISQUES DIFFERENTES EN 2 ROUES ET EN VOITURE En deux roues, pour l essentiel de moins de 125 cm3, les 3 conduites à risques principales sont : - non respect des limitations de vitesse -l état d ébrièté - le non respect des priorités En voiture, l excès de vitesse reste l infraction principale mais les 2 autres conduites à risques les plus cités sont différentes (somnolence et téléphone au volant). Notons que la somnolence est fortement indiquée et concerne un peu plus de la moitié des titulaires du permis. Si la conduite en état d ébrièté est moins fréquente qu en deux roues, un peu plus d un quart des titulaires du permis ont conduit sous l emprise de l alcool. De plus, le taux d alcoolémie qui amène l individu à estimer qu il a conduit en état d ébrièté ne correspond pas forcément à la limite légale autorisée. On peut donc penser qu un nombre supérieur de jeunes a conduit en étant au dessus du taux légal d alcoolémie. Nombre et type de conduites à risques prises en voiture pas les titulaires du permis B Moins d un quart des jeunes disposant d une voiture ont conduit sans ceinture contre plus d 1/4 de conducteurs sans casque parmi les 2 roues motorisés de moins de 125 cm2 et près d un 1/3 des deux roues de plus de 125 cm3. Les prises de risques plus importantes en deux roues sont-elles le fait de l âge des conducteurs pour la plupart âgés de moins de 21 ans et parfois mineurs? Le deux roues est il vécu comme moins dangereux et moins souvent l objet de contrôle? Le permis probatoire des jeunes conducteurs incitent aussi sans doute à plus de prudence. SEULS 33 JEUNES TITULAIRES DU PERMIS N ONT JAMAIS EU UNE CONDUITE A RISQUE Ainsi, si les infractions commises en voiture sont différentes de celles commises en deux roues, il reste que 85% des titulaires du permis B ont eu au moins conduite à risque sans êtres systématiquement sanctionnés, la moyenne de l échantillon étant de 2.4 conduites à risques par jeune. Une relative faible part de jeunes conducteurs a été sanctionnée : 77 personnes soit 39%. 22

23 DES CONDUITES A RISQUES QUI PEUVENT MENER A DES ACCIDENTS D AUTANT PLUS NOMBREUX EN 2 ROUES Globalement les accidents matériels sont plus nombreux que les accidents corporels. Un accident matériel pour lequel le conducteur est en tort conduit à une augmentation de l assurance automobile, plus en cas d assurance au tiers à la couverture des frais de réparation de sa voiture par le jeune conducteur. Les accidents sont plus fréquents en 2 roues et ont plus souvent des conséquences corporelles. Plus les prises de risques sont importantes et plus les accidents sont nombreux. 23

24 SYNTHESE ET AXES DE TRAVAIL ET DE REFLEXION 24

25 1. LES DEPLACEMENTS Eléments clés : - La majorité des déplacements se réalise dans un rayon de 5 km à partir de la résidence des jeunes. - Une proportion un peu plus forte de déplacements au-delà de 5 km pour l emploi ou la formation. - Une pratique des jeunes différente : 27% des jeunes en résidence habitat jeunes utilisent leur voiture pour se rendre au travail ou en formation contre 74% des la population française. 83% des jeunes en résidence habitat jeunes parcours moins de 10 km pour se rendre à leur travail ou à leur formation alors qu en moyenne la distance domicile travail des actifs en province est de 15 km. Plusieurs raisons peuvent être avancées :. Les résidences habitats jeunes sont situées à proximité des pôles d emploi. La proportion de jeunes disposant du permis et d un véhicule est moindre que parmi les individus plus âgés, ce qui contraint à utiliser un autre mode de déplacements et contraint le choix de l emploi ou de la formation. - Posséder une voiture conduit à une utilisation qui n est pas toujours raisonnée -.Les jeunes résidant en secteur intermédiaire sont les plus concernés par le besoin d un véhicule pour se rendre à leur emploi. - Les transports en commun lorsqu ils sont efficaces sont le premier mode de déplacement des jeunes (secteur 1). Besoins : - Sensibiliser les jeunes possédant un véhicule dans leur façon de se déplacer. - Favoriser le développement de transports alternatifs à la voiture hors des grandes agglomérations - Réduire les inégalités dans l aptitude de chacun à être mobile et à se déplacer Pistes d actions et de réflexion: - Encourager et organiser le co-voiturage au sein des FJT - Organiser des interventions autour de l éco-conduite - Réunir par Pays en dehors de s grandes agglomération, les acteurs sociaux et les institutionnels pour inventorier les besoins en terme de déplacements et réfléchir à la mise en place d un mode de transports adaptés. - Organiser des ateliers mobilité - Développer un jeu autour de la mobilité - Diffuser largement le guide «se déplacer malin et citoyen» réalisé par l URHAJ Bretagne 25

26 2. L ACCES AU PERMIS B ET VEHICULE MOTORISE Eléments clés de l enquête : -42% des jeunes majeurs enquêtés ne sont pas titulaires du permis B alors qu ils sont principalement actifs. - l obtention du code est rendue difficile pour les jeunes de faibles qualifications - l absence de moyens financiers suffisant est le principal frein à l inscription au permis - L aide parentale est un facteur déterminant pour financer le permis - Un permis qui s obtient majoritairement avant 21 ans. - La conduite accompagnée facilite l obtention du permis avec moins de leçons et lors du premier passage de l examen. - Les jeunes en formation professionnelle et les demandeurs d emplois et/où ceux qui perçoivent moins de 765 euros par mois sont les plus éloignés du permis - la voiture reste le véhicule motorisé principal - ¼ des jeunes titulaires du permis B n ont pas de voiture - une aide parentale qui reste fortement présente dans le financement d un véhicule - un recours au crédit bancaire plus fréquent pour l achat d un véhicule Besoins : - Inclure davantage de pédagogie dans l apprentissage du code de la route - Soutenir le financement du permis de conduire -Favoriser l accès à une voiture et son entretien - encourager la conduite accompagnée et diversifier le profil des accompagnateurs Pistes d actions et de réflexion: - essaimer le dispositif d aide au financement du permis du Conseil Général 35 sur les autres départements de bretagne -poursuivre les soirées code organisées au sein des FJT et les ouvrir aux jeunes en insertion non résident. - développer le partenariat avec les auto-écoles et auto-écoles sociales (préparation à la formation) -développer le prêt de véhicule à faible coût - constituer une ressource d accompagnateur bénévole à la conduite accompagnée en partenariat avec des structures de location de voiture à double commande ou non. - développer des partenariats avec des associations de type «garage solidaire» ou d auto-entretien et/ou impulser leur création. 26

27 3. LES CONDUITES A RISQUES Eléments clés de l enquête : jeunes ont conduit au moins une fois sans permis - 85% des titulaires du permis ont commis au moins une infraction. - une moyenne de 2.4 infractions et/ou conduite à risques par jeunes - 39% ont été sanctionnées. - des conduites à risques plus fortes chez les conducteurs de deux roues et les plus jeunes - des accidents plus fréquents en 2 roues Besoins : - Renforcer les actions de sensibilisation et de prévention sur l ensemble des usagers de la route - Créer les conditions pour éviter que les jeunes conduisent sans permis en situation d apprentissage ou en situation d alcoolémie du conducteur légal. Pistes d actions et de réflexion: - Créer un espace d échanges et de création par les jeunes d actions de prévention routière par exemple à travers l organisation d assises de la sécurité routière. 27

28 MEMBRES DU GROUPE MOBILITE/SECURITE ROUTIERE : Sylvie AUBRY, Animatrice FJT Fougères François BRIENS, Animateur FJT Igloo Saint-Brieuc Vincent CLERC, Animateur FJT Madame Molé Vannes Gildas CADUDAL, Animateur FJT Polygone Lorient Germaine CHANU, Animatrice FJT Steredenn Dinan Jérôme CHESNEAU, Animateur FJT Varangot Saint-Malo Sandrine COATRIEUX, Animatrice FJT Le Marronnier Sain-Bireuc Sylvie DENIS, Directrice FJT Ker Héol Brest Vanessa JACSUCK, CESF FJT Mapar Redon David RIOPEL, Animateur FJT Marie la Chambre Saint-Malo Marion TROUSSEY, Animatrice FJT Tremplin Vitré 28

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS Principaux résultats de l enquête ménages déplacements de la Communauté urbaine d Arras - 2014 Introduction Cette enquête a été réalisée de janvier à février

Plus en détail

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI

MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI LA MOBILITÉ UN ATOUT POUR L EMPLOI MOBILITÉ, INSERTION ET ACCÈS L EMPLOI BILAN Première année d activité Juillet 2014 Tmobil : Un service d accompagnement à la mobilité Ce dispositif a pour but d intégrer

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 On ne peut parler parking sans parler de Déplacement. Le besoin de places n est que la résultante du mode de transports

Plus en détail

Les Français au volant

Les Français au volant Les Français au volant Juillet 2012 Date : Juillet 2012 A : Benoît Dutartre - Entre Nous Soit Dit De : Sylvie Lacassagne / Oriane Léti - OpinionWay OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél

Plus en détail

Domicile-Lycée Quelles sont nos pratiques de déplacement?

Domicile-Lycée Quelles sont nos pratiques de déplacement? Domicile-Lycée Quelles sont nos pratiques de déplacement? La Fête du Lycée, le 22 décembre 2006 a été le point d ancrage d une réflexion de notre établissement sur le thème du DEVELOPPEMENT DURABLE où

Plus en détail

Les Français sur les routes

Les Français sur les routes Les Français sur les routes Institut CSA pour RTL et Auto Plus Décembre 2013 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA / RTL / AUTO PLUS réalisé par Internet du 17 au 19 décembre 2013. Echantillon

Plus en détail

Enquête Ménages Déplacements du Calvados 2010-2011 - Conférence publique - en partenariat avec :

Enquête Ménages Déplacements du Calvados 2010-2011 - Conférence publique - en partenariat avec : Enquête Ménages Déplacements du Calvados 2010-2011 - Conférence publique - en partenariat avec : 1 Introduction Étude réalisée en groupement de commande et en partenariat (75% du financement) avec : Budget

Plus en détail

PLAN DE DÉPLACEMENTS. Synthèse > Résultats de l enquête des personnels 2011. www.univ-bpclermont.fr

PLAN DE DÉPLACEMENTS. Synthèse > Résultats de l enquête des personnels 2011. www.univ-bpclermont.fr PLAN DE DÉPLACEMENTS Synthèse > Résultats de l enquête des personnels 2011 www.univ-bpclermont.fr Objectif de l enquête Mieux connaître la mobilité des personnels dans leurs trajets domicile - travail,

Plus en détail

EDVM SCoT Nord 54 et CCPHVA

EDVM SCoT Nord 54 et CCPHVA EDVM SCoT Nord 54 et CCPHVA Rapport intermédiaire 16 décembre 2014 Landres Méthodologie L enquête :» Réalisée par téléphone du 7 novembre 2013 au 15 janvier 2014» 124 communes» 22 secteurs de tirage» Selon

Plus en détail

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Jusqu en 2009, le code du travail stipulait qu en Ile de France, les employeurs publics et privés ont obligation de rembourser

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Quelles Valeurs? L humanisme et la non discrimination. Le professionnalisme, qui vise accompagnement et pédagogie adaptés

Quelles Valeurs? L humanisme et la non discrimination. Le professionnalisme, qui vise accompagnement et pédagogie adaptés Pédagogie adaptée pour une automobilité citoyenne Passer le permis en Ecole de Conduite à Statut Associatif - 8/10/2015 Quelles Valeurs? L humanisme et la non discrimination Le professionnalisme, qui vise

Plus en détail

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS?

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? Résultats de l enquête menée en 2013 www.provelo.org Table des matières Introduction...3 Méthodologie...3 Récolte des données... 3 Traitement des données...3 Résultats...4

Plus en détail

Les conduites addictives

Les conduites addictives Les conduites addictives Depuis 2006, l alcool est le premier facteur d accidents au niveau national et est responsable de plus de 29 % des accidents mortels il est présent dans 9% des accidents corporels

Plus en détail

LA PREVENTION ROUTIERE ET AREAS ASSURANCES. - Rapport d étude -

LA PREVENTION ROUTIERE ET AREAS ASSURANCES. - Rapport d étude - LA PREVENTION ROUTIERE ET AREAS ASSURANCES - Rapport d étude - LA METHODOLOGIE 2 LA METHODOLOGIE Cible : - Conducteurs principaux ou occasionnels d un véhicule à moteur (voiture, camion, deux-roues) parmi

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 20 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Week-end Les déplacements du week-end Samedi Transports collectifs Voiture 3,33 déplacements par jour et par personne 35,3 millions

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

Association TRANSPORT MOBILITE SOLIDARITE

Association TRANSPORT MOBILITE SOLIDARITE Association TRANSPORT MOBILITE SOLIDARITE Avenue Frédéric Mistral - 13330 PELISSANNE Téléphone : 04.90.55.17.09 / Fax : 04.90.55.25.28 E-mail : tms.pelissanne @free.fr / Site Web : tms-mobilite.org Contacts

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE Retours d expériences Ce rapport présente les résultats des projets saisis dans l outil Effinergie Ecomobilité. Il détaille également une analyse des principaux

Plus en détail

MOBILITÉ. n 4. ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par :

MOBILITÉ. n 4. ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par : dequestions Janvier 2010 MOBILITÉ n 4 Comment et pourquoi se déplacent les habitants? Des différences selon les communes? ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par : Comment

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

CCI Nord Isère Communauté de communes des Vallons de la Tour

CCI Nord Isère Communauté de communes des Vallons de la Tour CCI Nord Isère Communauté de communes des Vallons de la Tour Plan de déplacements inter-établissements des Vallons de la Tour Comité de pilotage 9 décembre 2013 Les objectifs et attentes du PDIE CONSEIL

Plus en détail

Usages des flottes de véhicules dans les entreprises et intégration de véhicules électriques Synthèse des résultats de l enquête Mai Juin 2011

Usages des flottes de véhicules dans les entreprises et intégration de véhicules électriques Synthèse des résultats de l enquête Mai Juin 2011 Usages des flottes de véhicules dans les entreprises et intégration de véhicules électriques Synthèse des résultats de l enquête Mai Juin 2011 SOMMAIRE Démarche Description de l échantillon Réflexion des

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage TEST D'ACCÈS AU DALF CO. ÉPREUVE ÉCRITE 1 : COMPRÉHENSION ÉCRITE Lisez attentivement le document ci-dessous, puis répondez aux questions : Sécurité routière : les Français amorcent un virage Systématisation

Plus en détail

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Enquête Ménages Déplacements 213 Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Le poids de l histoire L avènement de la voiture s est accompagné d une offre

Plus en détail

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique Synthèse Les employés et opérateurs de l informatique sont chargés des manipulations sur ordinateurs et leurs périphériques, ou de l information des utilisateurs.

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 353 - Avril 11 Population Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail Les Franciliens utilisent autant la voiture

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention

Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention Présentation des résultats 2005 Contact AXA France : Valérie LESELBAUM 01 47 74 32 21 Présentation de l étude La sécurité routière progresse rapidement

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

rapport d activité 2010

rapport d activité 2010 rapport d activité 2010 Formation Orientation Santé Emploi Logement Mobilité 34/35 mobilité La capacité à se déplacer est un critère important d employabilité : c est ce que permet le moyen de locomotion

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Sommaire

SECURITE ROUTIERE. Sommaire SECURITE ROUTIERE Sommaire 1 BILAN DE L ACCIDENTOLOGIE 2 - ENGAGEMENT DES FORCES DE L ORDRE 3 LA PREVENTION ACCIDENTOLOGIE 30 tués (+2 par rapport à 2013) 119 accidents corporels 177 blessés dont 134 hospitalisés

Plus en détail

Mobilité quotidienne des étudiants du Pays de Montbéliard

Mobilité quotidienne des étudiants du Pays de Montbéliard LES ÉTUDES DE L ADU Mobilité quotidienne des étudiants du Pays de Montbéliard Mieux connaître les déplacements des 2 000 étudiants du Pays de Montbéliard Des habitudes de mobilité spécifiques aux étudiants

Plus en détail

L accidentalité dans l Orne en 2013

L accidentalité dans l Orne en 2013 08 juillet 2014 2009 2010 2011 2012 2013 provisoire Accidents 185 148 178 131 129 37 25 22 26 26 Blessés 228 186 272 180 152 L insécurité routière recule légèrement en 2013. Le nombre d accidents corporels

Plus en détail

Centrale de Mobilité Cahier des charges relatif à l accompagnement à la conduite. Contexte

Centrale de Mobilité Cahier des charges relatif à l accompagnement à la conduite. Contexte Centrale de Mobilité Cahier des charges relatif à l accompagnement à la conduite Contexte La Centrale de Mobilité est un dispositif destiné à faciliter l accès à l emploi en agissant sur la mobilité géographique.

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon

Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Synthèse de l enquête covoiturage auprès des entreprises du bassin d emploi d Alençon Maison de l Emploi et de la Formation d Alençon 6/8 rue des Filles Notre-Dame 61 000 ALENÇON Tél : 02.50.9042.00 PÉRIMÈTRE

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

Conseil National de la Sécurité Routière. Commission «Jeunes et éducation routière»

Conseil National de la Sécurité Routière. Commission «Jeunes et éducation routière» Conseil National de la Sécurité Routière Objectif général : Réduire de 50% le nombre de tués sur les routes et passer à moins de 2000 d ici 2020. Commission «Jeunes et éducation routière» Objectif : Réduire

Plus en détail

Matinée conférence. La mobilité : l atout pour l inser tion et l emploi. Etat des lieux statistique. CESW - Liège - 6 juin 2012

Matinée conférence. La mobilité : l atout pour l inser tion et l emploi. Etat des lieux statistique. CESW - Liège - 6 juin 2012 Matinée conférence La mobilité : l atout pour l inser tion et l emploi Etat des lieux statistique CESW - Liège - 6 juin 2012 Les sources statistiques Les sources statistiques Les Enquêtes Socio Economiques

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne

Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne Le 28 novembre 2006. Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne Michel Mathy I NTRODUCTION L article 10 de la loi du 20 juillet 2001, visant à favoriser le développement de services

Plus en détail

Etude sur la réalité de lʼégalité professionnelle entre les hommes et les femmes en Guadeloupe"

Etude sur la réalité de lʼégalité professionnelle entre les hommes et les femmes en Guadeloupe Fonds social Européen Etude sur la réalité de lʼégalité entre les hommes et les femmes en Guadeloupe" - Synthèse des premiers résultats Phase 1 COPIL du 17 juillet 2012! 1! CONTEXTE Au regard de la méconnaissance

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

les ateliers vélo mode d emploi

les ateliers vélo mode d emploi les ateliers vélo mode d emploi un service à la mobilité et à l autonomie, des lieux participatifs et solidaires pour encourager la pratique individuelle Comment ça marche? Comment s y prendre? Qui contacter?

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

Les jeunes conducteurs en Europe

Les jeunes conducteurs en Europe Les jeunes conducteurs en Europe Association Prévention Routière Fédération française des sociétés d assurances - FFSA - - Introduction MÉTHODOLOGIE 2 Étude «Les jeunes conducteurs européens» Méthodologie

Plus en détail

COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY Plateforme mobilité Transport et qualité de service Ce projet se construit autour de cinq dispositifs : le dispositif mobilité «IMAGINE» qui propose une plateforme mobilité,

Plus en détail

Le transport routier de personnes à la Réunion

Le transport routier de personnes à la Réunion Le transport routier de personnes à la Réunion Sous l effet de la croissance démographique et de l étalement urbain, les déplacements à la Réunion ne cessent de croître au regard des besoins d accès aux

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 378 rectifié bis SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2007-2008 Annexe au procès-verbal de la séance du 10 juin 2008 PROPOSITION DE LOI tendant à assurer une plus grande équité dans notre politique de sécurité

Plus en détail

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques sur les familles en horaires atypiques Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a retenu un axe d étude : les modes de garde en horaires atypiques. Il s agit de rendre

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU

DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU DU-SUD Sommaire Le DGO... 4 Analyse de l accidentalité... 5 Localisation des accidents en Corse du Sud... 7 Enjeux de la sécurité routière pour 2013/2017...

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Après-guerre, la voiture était un

Après-guerre, la voiture était un N 418 - DÉCEMBRE 1995 PRIX : 14F Un ménage sur quatre dispose d une deuxième voiture Marceline Bodier et Garance Rennes, Division conditions de vie des ménages, Insee Après-guerre, la voiture était un

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS Selon l enquête de satisfaction et de devenir des bénéficiaires

Plus en détail

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise : premiers résultats généraux

Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise : premiers résultats généraux DOSSIER DE PRESSE Enquête ménages déplacements 2006 de l aire métropolitaine lyonnaise : premiers résultats généraux Lundi 19 mars 2007 L EMD en chiffres sur le territoire du Grand Lyon L EMD en chiffres

Plus en détail

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE PREFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE Le 17 janvier 2011 PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE par Monsieur Jean DAUBIGNY, préfet de la région Pays de la Loire,

Plus en détail

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Juillet 2014 Date : juillet 2014 Etude Assureurs Prévention réalisée par OpinionWay Le contexte et les objectifs de l étude Contexte et objectifs Assureurs

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Filiale du COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 16 novembre 2009 La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Alors que le

Plus en détail

Près d une heure quotidienne de transport : les disparités se réduisent mais demeurent

Près d une heure quotidienne de transport : les disparités se réduisent mais demeurent Près d une heure quotidienne de transport : les disparités se réduisent mais demeurent Thomas Le Jeannic et Tiaray Razafindranovona* La mobilité locale des personnes résidant en France métropolitaine est

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Observatoire départemental de l'opinion

Observatoire départemental de l'opinion Observatoire départemental de l'opinion Enquête thématique "Les Finistériens et le logement" - Présentation générale - Juin 2009 RAPPEL DE LA METHODOLOGIE RAPPEL DE LA METHODOLOGIE 500 ménages de 18 ans

Plus en détail

LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL. Constats et Éléments de réflexions

LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL. Constats et Éléments de réflexions LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL Constats et Éléments de réflexions Direction Cadre de Vie, Octobre 2009 L ENQUETE DEPLACEMENTS 2006 : ELEMENTS DE CADRAGE SUR LA MOBILITE Les «Enquêtes Ménages

Plus en détail

Questionnaire d enquête. 1. Identification de l unité d établissement et répartition globale des travailleurs

Questionnaire d enquête. 1. Identification de l unité d établissement et répartition globale des travailleurs Questionnaire d enquête Envoyé après avis du conseil d entreprise (cocher uniquement l organe adéquat) du comité de concertation de la représentation syndicale I ou communication aux II donné le repris

Plus en détail

Note de synthèse Enquête déplacements vers les salles de spectacle du

Note de synthèse Enquête déplacements vers les salles de spectacle du Note de synthèse Enquête déplacements vers les salles de spectacle du Mars 2011 11 janvier 2011 Vincent GRAIL Olivier OUDIN Hussain Ali SYED SHUJA Claire TISSOT Synthèse, résumé Profil des spectateurs.

Plus en détail

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Ordre du jour Définition des objectifs Acteurs locaux présents Albert KRAFFT Jérémy RIEGEL Jean

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2014 DU PÔLE MOBILITÉ

RAPPORT D ACTIVITÉ 2014 DU PÔLE MOBILITÉ Mise à disp véhicule RAPPORT D ACTIVITÉ 214 DU PÔLE MOBILITÉ I. LE CADRE D INTERVENTION 1) Les missions du Pôle Mobilité Créé en 212, fruit d un Marché À Procédure Adaptée (MAPA) et géré par l Association

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N

D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N D É P A R T E M E N T D E S S T A T I S T I Q U E S, D E S É T U D E S E T D E L A D O C U M E N T A T I O N Infos migrations Secrétariat général à l immigration et à l intégration Numéro 21 - février

Plus en détail

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 «Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 Enquête Réalisée par Nouveaux Armateurs 24 rue Sénac de Meilhan 17000 La Rochelle Page 1 IDENTIFICATION

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway

Observatoire des effets du tramway Observatoire des effets du tramway Modes doux Méthodologie Les modes doux désignent les déplacements effectués à pied, à vélo, en roller Dans cette étude sur les effets du tramway, il est proposé d évaluer

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

ENCOURAGER ET DYNAMISER LE COVOITURAGE DANS VOS ENTREPRISES. Interrogations et freins à lever (yc questions de sécurité et responsabilités)

ENCOURAGER ET DYNAMISER LE COVOITURAGE DANS VOS ENTREPRISES. Interrogations et freins à lever (yc questions de sécurité et responsabilités) ENCOURAGER ET DYNAMISER LE COVOITURAGE DANS VOS ENTREPRISES Interrogations et freins à lever (yc questions de sécurité et responsabilités) Le co-voiturage : un mode de transport alternatif de forte notoriété

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

CONTEXTE. Cet outil de planification à moyen et long terme doit permettre de traiter l ensemble des problématiques de déplacements et de mobilité.

CONTEXTE. Cet outil de planification à moyen et long terme doit permettre de traiter l ensemble des problématiques de déplacements et de mobilité. Plus qu un simple mode de transport, TediCov offre une solution facile, économique, écologique et fiable pour se déplacer. C est surtout une manière pratique et conviviale de partager ces trajets et les

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Les déplacements à Nantes Métropole : la pole position de la voiture contestée

Les déplacements à Nantes Métropole : la pole position de la voiture contestée Pays de la Loire Les déplacements à Nantes Métropole : la pole position de la voiture contestée Sébastien Seguin, Insee Laurent Fouin, Yan Le Gal, Auran Bruno Tisserand, Semitan Dominique Godineau, Amélie

Plus en détail