UEMOA 2009 BENCHMARKING ET ANALYSE DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE. Un rapport du Microfinance Information Exchange (MIX) Mars 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UEMOA 2009 BENCHMARKING ET ANALYSE DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE. Un rapport du Microfinance Information Exchange (MIX) Mars 2010"

Transcription

1 2009 BENCHMARKING ET ANALYSE DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE Un rapport du Microfinance Information Exchange (MIX) Mars 2010 Introduction Dans un contexte de crise économique mondialisée, il s avère encore difficile de mesurer précisément les impacts de celle-ci sur le secteur de la microfinance en zone en Au niveau de l activité crédit, le secteur ne semble que peu ressentir les impacts de cette crise à l image du volume de prêts qui continue une croissance soutenue (+ 22 pourcent sur notre échantillon tendance ) et un portefeuille à risque à 30 jours certes toujours élevé mais qui reste stable. En revanche, une nouvelle tendance se dessine au niveau de la portée des IMF : le nombre d emprunteurs entre 2007 et 2008 a stagné. Cette tendance peut s expliquer par les trois facteurs suivants qui seront développés dans cette étude : (1) les difficultés rencontrées par certaines IMF (non inhérentes à la crise) les poussent à ralentir leurs activités, (2) l application du principe de prudence visà-vis de conséquences possibles de la crise, les entraine à appliquer une politique de renforcement de l existant plutôt que de développer l activité crédit, (3) le recul progressif des produits de prêts de groupe au sein de certaines IMF au profit des crédits individuels. Au niveau de l activité épargne, une tendance de fond bien encrée demeure depuis plusieurs années même si celle-ci semble avoir été quelque peu remise en cause par les effets de la crise : la propension des populations à faire confiance aux IMF pour collecter leur épargne puisque le nombre d épargnants continue de croître dans les mêmes proportions que le volume d épargne. L étude détaillée des performances de cet échantillon de 46 IMF nous permettra aussi de mieux entrevoir dans quel contexte va se mettre en place le nouveau cadre réglementaire régissant le secteur et de mesurer les premiers effets «indirects» de la crise sur le secteur en Zoom sur la méthodologie Afin de mieux comprendre l approche et les résultats de cette étude, voici un bref zoom sur les échantillons et méthodologie utilisés : Pour la première fois depuis la première parution de cette étude en 2006, 7 des 8 pays de la zone sont représentés avec l intégration d une IMF provenant de Côté d Ivoire. L échantillon intègre désormais les données de plus de 46 IMF en 2008 (contre 37 l année dernière et 26 en 2006). L échantillon Tendance qui réunit les IMF ayant partagées leurs données pour la période de 3 ans 2006 à 2008 est composé de

2 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance Union Economique et Monétaire Ouest Africaine: Indicateurs clés 2008 La microfinance en zone en un clin d œil (Tendances ) Evolution en % Bureaux 1,015 1,068 0,999 5% -6% -2% Personnel 4,543 5,195 5,816 14% 12% 28% Emprunteurs 634, , ,244 4% 0% 4% Portefeuille de prêts (en millions de CFA) 185, , ,978 19% 22% 45% Portefeuille de prêts (M EUR) Total Actif (en millions CFA) 293, , ,097 21% 14% 37% Total Actif (en millions EUR) Rendement de l'actif 1.2% 0.6% 1.1% -50% 80% -10% Epargnants 2,127,189 2,613,563 2,891,100 23% 11% 36% Epargne (en millions CFA) 173, , ,541 26% 11% 39% Epargne (en millions EUR) PAR % 5.8% 5.8% -14% -1% -15% PAR % 4.0% 3.3% 3% -18% -16% Taux radiation de prêts 1.2% 1.1% 2.0% -5% 78% 69% NB: Les résultats sont les médianes de notre échantillon tendance ; Source: Microfinance Information Exchange, Inc., 2008 Benchmarks Financement de l actif 110% 90% 70% 50% 30% 10% -10% Afrique sans forte IF Faible FI non IF grande moyenne petite ASF Non ASF Capital/Actif Epargne/Actif Epargne/encours brut de prêts Microfinance Information Exchange

3 2009 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance 3 21 IMF provenant de 5 pays : le Sénégal, le Togo, le Bénin, le Burkina Faso et le Mali. La méthode de calcul des groupes de pairs retenue est la «médiane» afin de lisser les trop fortes disparités au sein des échantillons. Les évolutions «volume» ont été effectuées en monnaie locale afin de prendre en compte les effets des taux de change (dollars/franc CFA). Aussi depuis cette année les données touchant à l épargne tiennent compte de l ensemble des épargnants et de l épargne collectée, alors que les années précédentes, seules les données sur l épargne volontaire étaient considérées. Pour la région, l impact reste faible au niveau de l interprétation des ratios touchant l épargne compte tenu du poids prédominant de l épargne volontaire dans l épargne totale. Pour plus d informations sur la méthodologie, merci de vous reporter à la partie «collecte et traitement des données» en fin de rapport. Historique et dernières avancées de la nouvelle réglementation 1 [ Loi PARMEC: des carences règlementaires reconnues [ Un nouveau cadre règlementaire pour accompagner le développement du secteur Depuis l adoption en 1993 de la première loi-cadre portant réglementation des institutions d épargne et de crédit (ou «Loi PARMEC»), le secteur de la finance décentralisée dans l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (), ne cesse de se développer, touchant un nombre toujours croissant de clients participant ainsi au développement économique de la région. La mise en œuvre de cette loi a vu une prolifération d institutions de toutes tailles. Plusieurs centaines 1 Sources : ont été soit agréées (les institutions mutualistes d épargne et de crédit ou «IMCEC»), soit reconnues (groupement d épargne et de crédit) ou soit autorisées sous convention (association et SA). Cette forte croissance du nombre d IMF n en a pas moins révélé certaines lacunes et dysfonctionnements de la réglementation «Parmec» constatés au niveau des : (1) autorités de contrôle : forte augmentation du nombre d autorisations d exercice non-pérennes, insuffisances des contrôles effectués, difficulté dans la prise et l application de sanctions en cas de non respect des prescriptions réglementaires, et insuffisance dans la collecte de l information financière. (2) IMF : non respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, faiblesse du contrôle interne, manque de systèmes d information et de gestion (SIG) remettant en cause la fiabilité des états financiers, faiblesse des procédures d analyse de crédit. Ces lacunes étant un frein au développement du secteur sur des bases saines, la BCEAO et l ensemble des acteurs de la microfinance ont initié une mise à jour du cadre légal qui a été adopté au Conseil des Ministres de l lors d une réunion tenue 06 avril 2007 à Lomé au Togo. Cette nouvelle loi qui doit être adoptée par les différents parlements des différents pays de la zone (ce qu ont déjà fait la Guinée Bissau et le Sénégal), vise essentiellement deux objectifs : (1) assoir la stabilité du secteur (agrémentation pour les associations et SA / meilleure protection de la clientèle) (2) renforcer la supervision des IMF dans leur ensemble et à tous les niveaux. Si cette loi s accompagne implicitement d un resserrement des conditions d entrée dans le secteur et d un accroissement du pouvoir des sanctions des autorités, elle n en reste pas moins «façonnée» pour Mars 2010

4 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance ne pas entraver la poursuite de la diversification du paysage financier dans l espace. Ainsi les principales innovations apportées dans la nouvelle réglementation portent sur : l uniformisation du régime d autorisation d exercice (agrément) quelque soit la forme juridique des IMF, le partage de la supervision entre les ministères des finances, la BCEAO et la commission bancaire avec une intervention directe de la BCEAO dans le contrôle des IMF d une certaine taille, l avis de non objection de la BCEAO pour toute nouvelle autorisation d exercice, l obligation faîte aux structures faîtières de constituer en leur sein un fonds de sécurité et de signer des conventions avec les caisses de base affiliées, un renforcement des normes prudentielles, notamment de nouveaux ratios de solvabilité pour les IMF non mutualistes, l adhésion obligatoire des IMF autorisées à collecter l épargne, à tout futur système de garantie des dépôts qui viendrait à être mis en place dans le secteur de la microfinance, enfin dans la continuité de la loi PARMEC, des exonérations fiscales pour les seules mutuelles et coopératives. A noter que cette nouvelle législation n est néanmoins pas encore totalement «figée» puisqu elle reste à être complétée par une réforme des instructions BCEAO adoptée sous l emprise de l ancienne loi PARMEC, instructions d application visant à fixer les modalités de calcul des normes prudentielles, ainsi que le seuil à partir duquel la BCEAO reprend la main pour la supervision des IMF. Par ailleurs elle risque d être également impactée par la future adoption et entrée en vigueur du projet d Acte Uniforme (OHADA), notamment au niveau des champs relatifs à l organisation et à la constitution des IMCEC. Echelle et portée [ Une évolution de l épargne en croissance ralentie [ Des volumes de prêts grandissants plus vite que le nombre d emprunteurs Si le nombre d épargnants est en augmentation dans la zone à pourcent, sa croissance est moindre que les années précédentes (22.9 pourcent en 2007) et se situe dans la lignée de celle du volume d épargne (+11 pourcent). La crise semble être venue ralentir la forte croissance de l activité épargne de ces dernières années (11 pourcent d augmentation entre 2007 et 2008 contre 26 pourcent entre 2006 et 2007), sans pour autant l enrayer puisque le volume d épargne a augmenté en «volume cumulé» de 39 pourcent sur ces deux dernières années. Graphique Baisse des montants d épargne moyens par pays (FCFA) BENIN MALI SENEGAL TOGO NB: Les résultats sont les médianes de notre échantillon tendance ; Source: Microfinance Information Exchange, Inc., 2008 Benchmarks Ce ralentissement de la croissance de l activité épargne des IMF marque une autre tendance qui est la baisse entre 2007 et 2008 du montant moyen épargné (graphique 1). Ce constat peut s expliquer par Microfinance Information Exchange

5 2009 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance 5 le contexte économique ambiant consécutif à la crise économique, ayant eu pour corollaire une moindre capacité à épargner compte tenu du cumul des facteurs suivants : Un taux d inflation galopant entre 2007 et 2008 (graphique 2) dans l ensemble des pays de la région (exception faite du Sénégal mais qui enregistrait le plus fort taux d inflation en 2007 à 5.8 pourcent) ayant pour conséquence directe une baisse de la capacité d épargne). Une baisse de l activité économique engendrant une baisse des revenus d activités, laissant moins de place à l épargne pour les ménages. La nécessité pour une frange d épargnants de puiser dans leur épargne pour faire face aux effets de la crise. Cette capacité amoindrie d épargner se fait aussi ressentir de façon indirecte au niveau des fonds issus des transferts d argent. Les ménages afin de faire face à la crise, ont rogné la partie des transferts historiquement réservée à l épargne afin de faire face aux dépenses quotidiennes qui ont augmenté par effet d une inflation importante. Graphique Burkina Faso Evolution du taux d inflation dans la région (%) Source : fields/2092.html Togo Bénin Côte d'ivoire Mali Chad Sénégal Au niveau de l activité crédit, le nombre d emprunteurs est stable par rapport à l année dernière (22,000 en médiane), alors que le portefeuille de prêt connaît, cette année encore, une augmentation soutenue (+17 pourcent par rapport à 2007). Sur deux ans la croissance est encore plus marquée puisque si le nombre d emprunteurs n a que légèrement augmenté (+3.6 pourcent), le volume des prêts a quant à lui cru de plus de 52 pourcent. Graphique 3 550,000 Número de Prestatarios 500, , ,000 80, , ,000 60, ,000 40, ,000 20, ,000 0 Portefeuille moyen de prêts par emprunteur (FCFA) Cartera Bruta (Mill. USD) CRE CNR ONG ORE ECU LNE Grande Número de Prestatarios Moyenne Cartera Bruta (Mill. USD) Petite NB: Les résultats sont les médianes de notre échantillon tendance ; Source: Microfinance Information Exchange, Inc., 2008 Benchmarks A travers l analyse tendance pays 06-08, le Togo affiche la plus forte croissance en termes de volume de portefeuille avec + 74 pourcent sur 3 ans pour un total volume d augmentation de 35 millions USD. Le Sénégal marque quant à lui une croissance de 60 pourcent avec la plus forte croissance de volume d activité en valeur absolue de 93 millions USD. Avec 21 millions USD d augmentation représentant une croissance de 44 pourcent le Mali se hisse à la troisième position laissant le Benin fermer ce classement à 6 pourcent de croissance sur un volume de +4.5 millions USD. On note cependant qu uniformément au sein de ces quatre pays de la région le développement du portefeuille en volume s est ralenti entre 2007 et Mars 2010

6 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance marquant certainement ici les premières actions initiées par les IMF et guidées par le principe de prudence afin de se prémunir des effets possibles de la crise. Enfin les tendances pays vis-à-vis du nombre d emprunteurs sont quant à elles très variées, le Togo marquant un fort développement de sa portée avec une croissance de plus de 64 pourcent du nombre d emprunteurs (+ 33,500), le Bénin 22 pourcent (+20,000), le Sénégal 3 pourcent (+5,000) et le Mali 3 pourcent avec 4,700 emprunteurs à l image d un secteur en manque de liquidité et dont certaines IMF ont initié des restructurations. Concernant le groupe de pairs «portée», le groupe «Grande» voit en médiane et dans la continuité de l an passé, son nombre d emprunteurs diminuer (-6.7 pourcent), et en même temps son portefeuille de prêt connaître une croissance de 22 pourcent (+60 pourcent par rapport à 2006). Cette dernière tendance s explique davantage par l augmentation du montant moyen de prêt accordé (+21 pourcent / cf graphique 3) que par une augmentation du nombre de prêts accordés (+4 pourcent). La diminution du nombre d emprunteurs peut quant à elle s expliquer par la politique de renforcement de l existant de la part de certaines grandes IMF afin de mieux maitriser leur portefeuille de prêts et la gestion de leurs activités. Le groupe «Petite» connaît une croissance du portefeuille du même ordre (24.4 pourcent) mais pour des raisons totalement inverses puisque c est le nombre d emprunteurs qui augmente en moyenne de prés des 2/3 alors que le montant moyen accordé par emprunteur lui, baisse de 17 pourcent (Graphique 3). Ces deux tendances peuvent s expliquer par le fait que ces groupes IMF présentent des caractéristiques d activités très différentes, suivant leur clientèle cible et le type de produits offerts. Ainsi dans le cas des IMF «grande» la clientèle est majoritairement urbaine et de plus en plus ciblée sur des prêts individuels de montant croissant. A contrario, les IMF du groupe «petite», plutôt rurales, offrent davantage de prêts de groupe répondant à un besoin de financement d une activité commune. Les femmes sont les principales bénéficiaires de ces produits et malgré une moindre rentabilité, les prêts les concernant, enregistrent les meilleurs taux de recouvrement comme le montre l étude suivante. Etude «Genre» : Les femmes de moins en moins représentées Une mutation déjà partiellement visible au sein de groupes de pairs l an passé se confirme au niveau de l étude «genre» des emprunteurs. La part des femmes emprunteurs est en diminution dans l ensemble des groupes de pairs «portée» de l échantillon tendance avec une part de représen- Tableau 1 Evolution du nombre de femmes emprunteurs ( ) Groupe de pair Grande (portée) Moyenne (portée) Petite (portée) Nombre d'emprunteurs % de variation (06-07 et 07-08) 634, , , , , , , , ,000 7,000 9,500 16,000 4% 0% -2% -7% 10% -3% 40% 65% Nombre de femmes 336, , , , , ,000 87,500 85,500 67,500 6,500 8,000 12,000 % de variation (06-07 et 07-08) 5% -14% 2% -31% -2% -21% 21% 54% % de femmes 53% 54% 46% 41% 43% 32% 72% 64% 52% 95% 82% 76% NB: Les résultats sont les totaux des groupes de pairs de l échantillon tendance Microfinance Information Exchange

7 2009 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance 7 tativité de 46 pourcent des emprunteurs contre 54 pourcent en Cette baisse n est pas seulement «relative» au seul fait que le nombre d emprunteurs hommes aurait augmenté plus vite. Le nombre des femmes baisse en terme de valeur absolue, de prés de 15 pourcent, soit femmes en moins sur un total de Cette baisse est particulièrement visible chez les IMF «Grande» où les femmes étaient déjà minoritaires. Elles se sont détournées des grandes et moyennes IMF pour se rediriger vers les petites puisque ces dernières ont vu leur nombre d emprunteurs femmes augmenter significativement. Pour autant leur part relative au sein de ces petites structures baisse également (95 pourcent en 2006 contre 76 pourcent en 2008) compte tenu de la plus forte croissance d emprunteurs chez les hommes (tendance générale au sein de tous les groupes de pairs). Au sein des structures qui ciblent les femmes comme clientèle principale, le nombre de femmes emprunteuses a augmenté et leur part relative est toujours extrêmement prépondérante puisqu elle se stabilise entre 80 et 90 pourcent. En revanche au sein des mutuelles, les femmes ne représentent en 2008 qu à peine un peu plus de 30 pourcent des emprunteurs (32.7 pourcent) avec une baisse spectaculaire de 30 pourcent de leur effectif sur 1 an (baisse deux fois plus importante que celle de l échantillon ). Deux principales raisons semblent pouvoir expliquer cette dernière tendance : Le secteur faisant face à une concurrence de plus en plus sévère dans l offre de produits en milieu urbain, le besoin de rentabilité et de différenciation pousse les IMF à développer leur offre de crédit individuel. Ce choix stratégique des IMF de cibler des emprunteurs capables d emprunter des montants plus élevés pour optimiser les marges bénéficiaires s est mis en place au détriment de la clientèle «femme» qui ne répond pas aux critères d éligibilité. Ces femmes, qui en général empruntent des montants beaucoup plus faibles et sous forme de prêt solidaires, se trouvent peu à peu marginalisées puisqu elles apparaissent comme une clientèle moins rentable, phénomène accentué par la diminution des crédits «bonifiés» alloués à des populations cibles telles que les femmes. La fin de certains programmes destinés directement aux femmes et qui leur accordaient des conditions commerciales attractives (parfois hors du marché), ainsi que des conditions d accessibilité au crédit moins contraignantes (notamment en termes de garantie). En effet à partir du moment où ces femmes qui pouvaient emprunter avec des contraintes de garanties limitées, n ont pu plus le faire, elles se sont détournées tout d abord des grandes IMF et mutuelles devenues plus exigeantes pour se rediriger vers les plus petites, et même parfois vers les voies informelles d obtention de crédits (usure). Selon certains experts, le passage progressif du crédit de groupe au crédit individuel que l on a voulu instaurer au sein de nombreuses IMF ne s est pas forcément toujours concrétisé avec les résultats escomptés en raison de l inadéquation entre l offre de produits et la demande. Compte tenu de cette évolution forte au niveau de l accessibilité des femmes au crédit, il a été constitué un nouveau groupe de pairs appelé «Femme» comprenant les IMF qui axent leur politique de crédit exclusivement ou majoritairement sur cette population féminine. Le critère de sélection retenu pour définir ce groupe de pairs est qu un minimum de 75 pourcent des emprunteurs actifs soit des femmes. Six IMF répondant à ce critère pour les 3 années 2006 à 2008 ont été retenues. Il s agit essentiellement d ONG qui ont bien souvent mis en œuvre des programmes orientés vers les femmes. Elles restent d une taille modeste puisque qu elles font partie Mars 2010

8 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance Tableau 2 Etude des performances du groupe de pairs «Femmes» Femmes (6 IMF) sans femmes (15 IMF) Données de portée Nombre total d'emprunteurs 71,500 98, , , , ,500 Nombre total d'emprunteuses 66,000 85,000 97, , , ,500 Portefeuille de prêts (M FCFA) 8,798 12,395 16, , , ,508 Montant de prêt moyen (FCFA) 133, , , , , ,500 Nombre total d'épargnants 80, , ,500 2,127,000 2,613,500 2,891,000 Total dépôts (M FCFA) 3,697 5,703 6, , , ,541 Dépôt moyen (FCFA) 46,000 43,000 43,500 82,000 83,500 84,000 Performance financière Rendement de l'actif 0.0% 0.0% 0.0% 1.1% 1.4% 2.1% Auto-suffisance opérationnelle 91.5% 101.6% 102.8% 115.6% 114.4% 117.3% Revenus et dépenses Revenu financier / Actif 22.6% 20.1% 21.1% 15.4% 15.5% 16.0% Ratio de ch. totales 24.8% 20.2% 19.8% 14.2% 13.7% 13.4% Ratio de ch. financières 2.0% 2.9% 3.5% 1.3% 1.4% 1.4% Ratio de ch. d'exploitation 23.1% 16.6% 15.3% 11.1% 11.9% 11.7% Ratio de ch. de personnel 8.0% 6.7% 6.9% 4.7% 4.7% 4.9% Efficacité Coût par emprunteur (FCFA) 24,000 22,500 27,500 52,000 67,000 75,500 Productivité Emprunteurs par effectif du personnel Risque PAR 30j 4.4% 4.6% 4.4% 8.6% 7.9% 6.2% Taux de radiation de prêts 1.4% 0.0% 1.9% 1.4% 2.1% 2.2% Taux de change utilisé $US/ FCFA 2006 : 478 FCFA, 2007 : 437 FCFA, 2008 : 454 FCFA, source Source: Microfinance Information Exchange, Inc., Benchmarks des groupes de pairs «Petite» (moins de 10,000 emprunteurs) ou «Moyenne» (entre 10,000 et 30,000 emprunteurs). Au niveau de l analyse des données de portée, il est tout d abord intéressant de noter qu alors que le groupe de pairs «Femmes» continue de développer son portefeuille d emprunteurs total, marquant ainsi une croissance de 8 pourcent entre 2007 et 2008, le groupe de pairs «sans femmes» est quant à lui en baisse de 2.7 pourcent entre 2007 et Au niveau de l analyse de l évolution des emprunteurs femmes, on note une augmentation de 14 pourcent (soit 12,000 emprunteuses supplémentaires) pour le premier groupe de pairs et un recul de 33 pourcent (soit 63,500 emprunteuses en moins) pour le groupe de pairs «sans femme». Cette dernière tendance, déjà marquée au niveau des groupes de pairs précédemment étudiés, est ici particulièrement accentuée attestant par là même des mutations que subit le secteur dans la région. Microfinance Information Exchange

9 2009 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance 9 La baisse du nombre d emprunteurs total pour les IMF qui ne ciblent pas principalement les femmes est due aux choix stratégiques des IMF de se dégager des produits de prêts de groupe et de s orienter majoritairement vers les prêts individuels dont la clientèle principale est masculine. Ainsi, le nombre d emprunteurs total baissant de 9,500 entre 2007 et 2008, couplé à la baisse de 63,500 du nombre de femmes sur la même période, induit que ces IMF ont vu le nombre d emprunteur hommes croitre de la différence (+ 54,000) et ce au profit des produits individuels plus rentables. Au niveau de l analyse du portefeuille et en médiane, les IMF «Femmes» ont une meilleure maîtrise de leur portefeuille de crédits avec un PAR stabilisé autour de 4.5 pourcent ces trois dernières années. Elles affichent une plus forte productivité par salarié du fait de leur pratique de prêt de groupe (211 emprunteurs par salarié contre 150) et par conséquent un coût par emprunt le plus faible (60 dollars contre 166). Pour autant si leur performance financière s améliore avec un rendement sur l actif qui passe en médiane de -2.6 pourcent à 0.6 pourcent, elle reste bien plus faible que celles de leur consœurs de la zone compte tenu du fait qu elles présentent à la fois des coûts opérationnels supérieurs (11.7 contre 15.3 pourcent) et un coût de financement plus élevé (ratio de charges financières de 3.5 contre 1.4 pourcent). Cette dernière tendance peut en partie s expliquer par leur moindre capacité à collecter l épargne, le rapport entre nombre Epargnant/Emprunteur étant de 1.5 (autour de 4 pour ) et sur des montants plus réduits. De plus et à l instar de leurs consœurs de la région (exception faite des IMF leaders), l accès aux emprunts commerciaux est très limité tant il est difficile d apporter les garanties nécessaires pour la levée de prêts. Structure de financement [ Mutuelle: des structures de financement caractéristiques suivant la taille de l IMF. [ Dettes : 69% des fonds prêtés aux IMF sont issus du groupe «institutions financières» et le taux d intérêt moyen pondéré régional est de 7%. Le portefeuille des institutions de microfinance de la région reste majoritairement financé par l épargne volontaire et obligatoire des clients (63 pourcent). Celle-ci représente en médiane près de 42 pourcent du total passif des IMF et constitue la ressource financière la moins coûteuse de par sa faible ou non rémunération. Le graphique 4 montre que, plus une institution de microfinance à un niveau d activité élevé à l image du groupe de pairs «Grande» (plus de 30,000 emprunteurs actifs), plus sa capacité à capter l épargne est forte. Ceci s explique notamment par la notoriété, la taille et la portée de ces IMF qui leur permettent une croissance soutenue en termes de couverture de part de marché, majoritairement urbaine. Ces IMF touchent en médiane 10 fois plus d épargnants que les IMF du groupe «Moyenne» et 85 fois plus que les IMF «Petite». En outre au cours de ces dernières années, certains grands réseaux mutualistes fournissent des services de transfert d argent, contribuant indirectement par ce biais à accroitre le volume d épargne de ce groupe d IMF. Une fois reçus, ces transferts sont souvent déposés pour partie directement sur des comptes d épargne afin de sécuriser la somme, l autre partie étant utilisée pour les besoins de consommation et/ ou comme fonds de roulement pour les activités professionnelles. Pour le reste du financement, il s équilibre entre les capitaux propres et les emprunts, respectivement à hauteur de 18 et 19 pourcent. Mars 2010

10 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance Concernant les deux autres groupes de pairs de ce groupe «Portée», les IMF de portée moyenne financent 41 pourcent de leur actif à l aide de l épargne et lèvent 35 pourcent de leur financement sous forme d emprunt. Même si le niveau d épargne est relativement similaire pour les deux groupes, 37 pourcent pour les IMF «Petite», ce dernier groupe peine davantage à lever des emprunts de par la taille de ces institutions et le caractère «à risque» d une clientèle majoritairement rurale. Il est important de noter aussi que ce groupe de pairs regroupe 7 ONG sur un total de 22 IMF qui ne sont pas autorisées à collecter l épargne. Si on les exclu de notre échantillon, le ratio Epargne/Actif s élève alors à 52 pourcent et celui des Fonds Propres stagne à 34 pourcent, ce qui démontre la plus grande difficulté qu ont les petites mutuelles à lever des fonds extérieurs (Dettes/ Actif = 14 pourcents). Graphique 4 Structure du passif du groupe de pairs «Portée» 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 18% 63% 19% 24% 41% 35% 35% 37% 28% Au niveau de notre échantillon de 29 IMF ayant partagé le détail de leur structure de financement au niveau des emprunts, le taux d intérêt moyen pondéré est de 7 pourcent. Soixante neuf (69) pourcent des fonds total alloués sur cet échantillon d IMF proviennent du groupe «institution financière» qui comprend les banques commerciales, les banques publiques et les coopératives (graphique 5). Elles prêtent le plus souvent à des taux de marché autour de 8 pourcent et se tournent principalement vers les IMF de grandes tailles qui sont en mesure d offrir des garanties importantes. Avec 19 pourcent de fonds alloués au secteur, le second groupe «IFD/Gouvernement» qui regroupe les catégories «IFD» (Institutions de Financement du Développement), «Gouvernement», «Programme de Développement» et la «Coopération bi/multilatérales» ; octroie des prêts à des taux très faibles qui vont de 2.1 à 4.2 pourcent en moyenne pondérée. Enfin le groupe «Fonds» composé des catégories «Capitaux Privés» et «ONG/Fondation» ne prête qu à hauteur de 9 pourcent, ce groupe ayant une stratégie d investissement majoritairement en capital et recevable par une seule catégorie d IMF les Institutions Financières Non Bancaires (IFNB). Graphique 5 Parts d investissement par groupe de prêteurs 3% 0% Grande Moyenne Petite Fonds propre Epargne Emprunts (autres dettes) Source: Microfinance Information Exchange, Inc., 2008 Benchmarks 9% 19% IFD/Gouvernement Le besoin grandissant de financement et la limitation des ressources de type épargne poussent les IMF de toutes tailles à s orienter vers la levée de fonds sous forme d emprunt. Le graphique 6 regroupe les taux moyens pondérés que pratiquent les différentes catégories de prêteurs et qui s échelonnent entre 2 et 10 pourcent. 69% Autres Source: Microfinance Information Exchange, Inc., 2008 Benchmarks Microfinance Information Exchange

11 2009 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance 11 Focus : De nouveaux entrants, les Institutions Financières Non Bancaires (IFNB) La nouvelle loi régissant les IMF dans la zone prévoit notamment un agrément unique pour toutes les IMF, quelle que soit leur forme juridique (Coopérative, Sociétés Anonymes (SA) / Sociétés à Responsabilité Limitée (SARL) ou Association. Cette unicité d agrémentation pourrait faciliter l arrivée de nouveaux entrants à vocation lucrative (IMF de type SA et SARL) avec des structures de financement différentes et des politiques commerciales plus agressives sur les produits de prêts. Certaines sont déjà opérationnelles grâce notamment à la signature de convention cadre leur permettant d exercer. Pour l heure ces structures que l on retrouve au sein de notre groupe de pairs IFNB, connaissent des performances financières trop inégales pour pouvoir en tirer une tendance générale tant leur jeunesse, leur stratégie de croissance et leur niveau de développement sont disparates. Certaines présentent des résultats financiers prometteurs, d autres sont encore très jeunes et doivent faire face à d importantes pertes souvent inhérentes à leur business model, ce dernier visant à croître de manière accélérée afin d atteindre le plus rapidement possible la rentabilité par des économies d échelle qui permettront de résorber petit à petit les lourds frais fixes consacrés au démarrage et au développement de l activité des premières années. On peut néanmoins s accorder pour dire que ces structures sont aujourd hui dans leur ensemble mieux capitalisées que leurs consœurs, comme en attestent les ratios Capital/Actif supérieur à 40 pourcent en médiane (41 pourcent contre 25 pourcent pour la médiane, et 22 pourcent pour les mutuelles) et Dettes/Fonds Propres d à peine 1.4 (contre 2 pour la médiane et plus de 3 pour celle du groupe de pairs des mutuelles). Cette tendance risque de s intensifier de par la demande de Fonds d investissement de rentrer directement dans le capital des IMF. Graphique % 10.0% 8.0% 6.0% 4.0% 2.0% 0.0% Org. Bi/Multilatéral Taux d intérêt moyen pondéré de prêts aux IMF par catégorie de prêteurs 2.1% Gouvernement 3.0% Progr. développement 3.4% 4.2% 7.9% IFD ONG/Fondation Banque commerciale 8.1% 8.2% 8.6% Banque publique Coopérative Capitaux privés Source: Microfinance Information Exchange, Inc., 2008 Benchmarks 10% Un secteur toujours en quête de rentabilité [ L épargne, source de rentabilité [ Un développement des produits individuels qui baisse la productivité des IMF Les IMF des pays de la zone n opèrent pas cette année de franche amélioration de leur autosuffisance financière puisque celle-ci stagne en médiane autour de 96 pourcent (96.5 pourcent contre 96.2 en 2007) alors qu elle avait connu une nette amélioration entre 2006 et Les plus grandes IMF qui sont pour la plupart les plus matures, sont très proches de l équilibre avec une autonomie financière de 99.5 pourcent. L étude de la décomposition du rendement de l actif (Graphique 7) montre cependant de fortes disparités au sein des différents groupes de pairs. Mars 2010

12 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance Graphique Décomposition du rendement sur l actif en 0 et 20 pourcent) même si c est dans une moindre mesure. En revanche, les IMF de type association/ ONG qui ne peuvent collecter l épargne n atteignent pas en médiane cette rentabilité compte tenu des coûts de ressources supérieurs issus des emprunts et des charges d exploitation plus importantes Af. sans U U forte IF faible IF non IF Source: Microfinance Information Exchange, Inc., 2008 Benchmarks Le ratio de produits financiers pour la zone reste cette année encore le plus faible au monde à 17.4 pourcent alors que le reste de l Afrique atteint 28.3 pourcent (avec une médiane mondiale située à 25.8 pourcent). Cette situation s explique non seulement par le plafonnement à 27 pourcent du taux d intérêt auquel doivent se conformer les IMF sur leurs produits de prêts, mais aussi par la proportion du portefeuille de prêt sur l actif, principal actif productif de l IMF, qui est parmi les plus faibles au monde avec 68.4 pourcent (64.5 pourcent pour Afrique sans et 78 pourcent en médiane mondiale) et qui plus est, en baisse de deux points par rapport à Au niveau de l étude du groupe de pairs «intermédiaire financier» on note que plus une IMF à la capacité de collecter l épargne plus son niveau de rentabilité est élevé, l épargne étant une ressource financière à moindre coût. A titre d exemple, les IMF qui collectent l épargne à hauteur de plus de 20 pourcent de l actif ( forte IF) atteignent en médiane l équilibre financier, tout comme le groupe «faible IF» (ratio «épargne/ actif» compris Le développement de l offre de produit individuel répondant à une demande croissante de la part d une clientèle plutôt masculine avec des besoins de financements plus importants se reflète au niveau de la productivité des IMF. Ces institutions, principalement issues du groupe de pairs IMF «grande» (portée), ont enregistré une baisse de productivité de 28% avec un ratio emprunteurs par effectif de personnel passant de 129 à 93 entre 2006 et A l inverse les IMF du groupe «petite» dont fait partie le groupe de pairs «Femme» ont enregistré une forte hausse de leur productivité passant de 108 à 165 sur cette même période, ceci s expliquant par un doublement en médiane du nombre de clients. Au niveau des coûts des opérations, il semblerait que les IMF de ce groupe maitrisent leurs charges puisqu à la fois les ratios de charges totales et de charges d exploitation sont en médiane en baisse constante depuis 3 ans passant respectivement de 24.8 à 19.8 pourcent et de 23.1 à 15.3 pourcent. La dégradation du portefeuille pour ce type d institution reste limitée grâce à la méthodologie de groupe solidaire qui protège les créances. En revanche, pour les IMF qui ont choisi d offrir davantage de produits individuels, le risque de dégradation du portefeuille et en particulier sur les nouveaux produits en phase de lancement demeure plus important. Microfinance Information Exchange

13 2009 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance 13 Portefeuille à risque et taux de couverture [ Un portefeuille à risque élevé avec un taux de couverture faible. Le taux de couverture du portefeuille à risque de notre échantillon est en médiane de 51 pourcent, soit exactement au même niveau que l année dernière. Ce taux reste très bas comparé aux autres régions du globe de par l obligation de ne provisionner qu à partir de 90 jours. Il est même encore plus faible au sein des IMF «Grande», qui se trouvent être, avec les IMF «jeune», celles qui maîtrisent le moins bien leur PAR à 30 jours (respectivement 7 et 9 pourcent). Ce faible taux de couverture conjugué à un PAR 30j élevé fait donc courir un risque important aux grandes mutuelles du secteur, d autant plus que ce sont celles qui connaissent, aves les jeunes IMF, les taux de radiation les plus élevés. Sur notre échantillon Trend composé de 21 IMF contre 46 pour l échantillon annuel, le PAR de la zone en médiane ressort pour 2008 à 5.8 pourcent, stable par rapport à 2007 et en amélioration par rapport à 2006 où il était proche de 7 pourcent. Compte tenu des incertitudes liées à la crise, la plupart des grandes IMF ont resserré leurs conditions d octroi du crédit, ce qui s est traduit par une amélioration significative de leur PAR au regard de 2007, revenant ainsi à leur niveau de Les petites ont en revanche eu des difficultés à maîtriser leur PAR qui a fortement augmenté pour atteindre finalement le même niveau que celui des grandes, alors qu historiquement celui-ci était nettement plus bas. Cette tendance est due à la fois au développement mal maitrisé du portefeuille mais aussi à la forte augmentation des prix et à l avènement de la crise qui ont grevé le pouvoir d achats des ménages. CONCLUSION Les systèmes financiers africains sont peu connectés au système financier international (exception faite des opérations de commerce), et n ont donc pas été affectés (avec la même intensité que les autres régions) directement par la crise qu a subit le système financier global. S il est vrai que le secteur bancaire a été relativement protégé de la crise bancaire internationale, il n en reste pas moins que celui-ci s est naturellement protégé d éventuelles conséquences économiques issues de la crise, en limitant par souci de précaution leurs décaissements. En revanche, indirectement, il semblerait que la crise ait eu un impact significatif au sein de l économie réelle : forte inflation dans la région entrainant une augmentation des prix, diminution des investissements étrangers et coupes budgétaires au sein des programmes de développement. Au niveau du secteur de la microfinance, de nombreuses IMF ont «profité» de cette période pour sécuriser leurs actifs, se focalisant sur le renforcement de la qualité de leur portefeuille dont les effets devraient se faire ressentir dès Dans un contexte international toujours morose, on peut s attendre à ce que les IMF continuent cette même stratégie avant de se relancer dans le développement et la diversification de leur portefeuille. La levée de fonds sous forme de dettes étant encore réduite, les difficultés dans la recherche de financement que rencontrent déjà les IMF petites et moyennes risquent de s intensifier. Afin de pérenniser leurs activités et dans ce contexte économique, on peut penser que ces IMF ont tout intérêt à consolider leurs actifs en fusionnant leurs activités. Ces rapprochements bien orchestrés entraineraient l atteinte d un niveau d activité qui leur permettrait d effectuer des économies d échelle, d attirer de nouveaux partenaires, d accroitre la professionnalisation et l offre de services. De telles initiatives sont en cours au Sénégal et devraient se développer dans les autres états membres. Mars 2010

14 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance Collecte et traitement des données Pour les besoins du benchmarking, le MIX collecte et retraite les données financières et de portée des IMF conformément aux standards internationaux de la microfinance tels qu ils sont appliqués pour le MicroBanking Bulletin. Les données brutes sont collectées auprès des IMF, reformatées selon les normes de présentation IFRS (International Financial Reporting Standards) et vérifiées à l aide des états financiers audités, des rapports de rating ou d autres rapports d évaluation et de contrôle disponibles. Les indicateurs de performance sont alors retraités en utilisant les standards du secteur en matière de retraitement afin d éliminer les effets des subventions, des différences de politique de provisionnement des créances douteuses, et intégrer l impact de l inflation sur les performances de l institution. Ce processus permet de comparer les performances entre les institutions. Le MIX souhaite remercier les institutions ayant participé aux benchmarks du secteur. Charles Cordier Analyste MIX Afrique Francophone Julien Corroy Analyste associé Benchmarks 2008 (46 IMF) Tendances (21 IMF) En Italique Bénin Burkina Faso Mali Niger Sénégal Côte d Ivoire Togo IMF participantes- Zone ACFB, Alidé, FECECAM, PADME, Vital Finance, FIDEVIE, CMMB, PAPME, CBDIBA/RENANCA GRAINE sarl, RCPB, CVECA SOUM, LSK, Micro Start CVECA Kita/Bafoulabé, Kafo Jiginew, Kondo Jigima, Miselini, Nyèsigiso, Soro Yiriwaso, PASECA Kayes, UCCEC GY, CVECA Koro, Jigiyaso Ba, MECREF, Kokari, ASUSU CIIGABA, COOPEC Hinfani Dosso ACEP Sénégal, CMS, DJOMEC, MEC FEPRODES, PAMECAS, U-IMCEC, Caurie SARL, MEC AFER, MECBAS, Microcred, SEM Fund, UMECDES UNACOOPEC-CI CECA, FUCEC, WAGES, MGPCC Dekawowo, Mutuelle Akwaba Groupe de pairs Définition Description Rentabilité ASF (16 IMF) IMF ayant une autosuffisance financière 100% Non ASF (20 IMF) IMF ayant une autosuffisance financière < 100% petite (11 IMF) Nombre d'emprunteurs < 10,000 Portée moyenne (13 IMF) Nombre d'emprunteurs 10,000 et 30,000 grande (22 IMF) Nombre d'emprunteurs > 30,000 Afrique (46 IMF) Pays représentés : Bénin, Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Côte d Ivoire Région Intermédiation financière Afrique sans 149 IMF) Pays représentés : Afrique du sud, Angola, Cameroun, Congo, Congo RDC, Ethiopie, Gambie, Ghana, Kenya, Madagascar, Malawi, Mozambique, Nigeria, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Uganda, Zambie forte IF (35 IMF) Epargne volontaire/ Actif total 20% faible IF (8 IMF) Epargne volontaire/ Actif total > 0 et < 20% non IF (3 IMF) Epargne volontaire/ Actif total = 0 Microfinance Information Exchange

15 2009 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance 15 CARACTÉRISTIQUES INSTITUTIONELLES Nombre d'imf Age Total de l'actif Bureaux Effectifs du personnel STRUCTURE DE FINANCEMENT Capital/ Actif Ratio Dettes/ Fonds Propres Epargne sur encours de prêts Epargne sur actif total Encours de prêts sur actif total INDICATEURS DE PORTÉE Nombre d'emprunteurs actifs Pourcentage d'emprunteurs femmes Nombre de crédits en cours Encours brut de prêts Solde moyen de crédit par emprunteur Solde moyen de prêt par emprunteur/ RNB par habitant Solde de prêt moyen Solde de prêt moyen/ RNB par habitant Nombre d'épargnants Nombre de comptes d'épargne Épargne Montant moyen d'épargne par épargnant Montant moyen d'épargne par épargnant / RNB par habitant Montant d'épargne moyen Solde d'épargne moyen / RNB par habitant INDICATEURS MACRO-ÉCONOMIQUES RNB par habitant Taux de croissance du PIB Taux d'intérêt sur comptes de dépôts Taux d'inflation Pénétration des circuits financiers PERFORMANCE FINANCIÈRE GLOBALE Rendement de l'actif Rendement des fonds propres Auto-suffisance opérationnelle Auto-suffisance financière PRODUITS D'EXPLOITATION Produits financiers/ Actif Marge bénéficiaire Rendement nominal du portefeuille brut Rendement réel du portefeuille brut CHARGES D'EXPLOITATION Ratio de ch. Totales Ration de ch. financières Ratio de dotations aux provisions pour prêts irrécouvrables Ratio de ch. d'exploitation Ratio de ch. de personnel Ratio de ch. administratives Ratio de ch. d'ajustement EFFICIENCE Ratio de ch. d'exploitation au portefeuille Ratio de ch. de personnel au portefeuille Salaire moyen/ RNB par habitant Coût par emprunteur Coût par prêt PRODUCTIVITÉ Emprunteurs par effectif du personnel Prêts par effectif du personnel Emprunteurs par agent de crédit Prêts par agent de crédit Epargnants par effectif du personnel Comptes d'épargne par effectif du personnel Distribution du personnel RISQUES ET LIQUIDITÉ Portefeuille à risque > 30 jours Portefeuille à risque > 90 jours Taux de radiation de prêts Taux de pertes sur prêts Taux de couverture du risque Actifs non productifs en pourcentage de l'actif total Définitions des Indicateurs Effectifs du groupe Années d'existence Actif Total, ajusté pour l'inflation, le provisionnement pour prêts irrécouvrables et la radiation de prêts Nombre (incluant le siège) Nombre total d'employés Total fonds propres ajustés/ Total actif ajusté Total dettes, ajusté/ Total fonds propres, ajusté Total de l'épargne / Encours brut de prêts, ajusté Total de l'épargne / Total actif, ajusté Encours brut de prêts, ajusté/ Total de l'actif, ajusté Nombre d'emprunteurs avec un prêt en cours, ajusté pour la radiation normalisée de prêts Nombre d'emprunteurs actifs femmes/ Nombre d'emprunteurs actifs, ajusté Nombre de prêts en cours, ajusté pour la radiation normalisée de prêts Encours brut de prêts, ajusté pour la radiation normalisée de prêts Encours brut de prêts, ajusté/ Nombre d'emprunteurs actifs, ajusté Solde moyen de prêt par emprunteur, ajusté/ RNB par habitant Encours brut de prêts, ajusté/ Nombre de prêts en cours, ajusté Solde de prêt moyen, ajusté/ RNB par habitant Nombre total d'épargnants Nombre total de comptes d'épargne Montant total des comptes d'épargne Total de l'épargne/ Nombre d'épargnants total Montant moyen d'épargne par épargnant / RNB par habitant Total de l'épargne/ Nombre total de comptes d'épargne Solde d'épargne moyen,/ RNB par habitant Revenu total généré par les ressortissants d'un pays / Nombre total des ressortissants (World Development Indicators) Croissance annuelle du total des produits et services sur l'ensemble du territoire d'un pays donné (World Development Indicators) Taux d'intérêt proposé aux clients nationaux pour les dépôts à vue ou à terme (FMI/International Financial Statistics) Changement dans le cours des prix à la consommation (FMI/International Financial Statistics) Masse monétaire comprenant les devises, les dépôts, et les devises électroniques (M3) / PIB, et qui mesure la monétisation de l'économie (FMI/International Financial Statistics) Résultat opérationnel ajusté, après impôts/ Montant moyen de l'actif Résultat opérationnel ajusté, après impôts/ Montant moyen des fonds propres Produits financiers/ (Ch. financières + Dot. nettes aux Prov. pour prêts irrécouv. + Ch. d'exploitation) Produits financiers, ajustés/ (Ch. financières + Dot. nettes aux Provisions pour prêts irrécouvrables + Ch. d'exploitation) ajustées Produits financiers, ajustés/ Actif moyen Résultat opérationnel, ajusté/ Produits financiers, ajustés Intérêts, frais et commissions perçus sur le portefeuille de crédits/ Encours de crédits brut moyen, retraité (Rendement nominal du portefeuille brut - Taux d'inflation)/ (1 + Taux d'inflation) (Gastos financieros + Gasto de Provisión para Cartera de Préstamos, neta + Gastos operacionales) Ajustado/ Activo Total Promedio Ajustado Gastos Financieros Ajustados/ Activo Total Promedio Ajustado Gasto de Provisión para Cartera de Préstamos, neta Ajustada/ Activo Total Promedio Ajustado (Gastos operacionales)/ Activo Total Promedio Ajustado Gasto de Personal Ajustado/ Activo Total Promedio Ajustado Gastos Administrativos Ajustados/ Activo Total Promedio Ajustado (Resultado operacional neto No Ajustado - Resultado operacional neto Ajustado)/ Activo Total Promedio Ajustado Charges d'exploitation, ajustées/ Encours brut moyen de prêts Ch. de personnel, ajustées/ Encours brut moyen de prêts Montant moyen des ch. de personnel, ajusté/ RNB par habitant Charges opérationnelles, ajustées/ Nombre moyen d'emprunteurs actifs, ajusté Charges opérationnelles, ajustées/ Nombre moyen de prêts en cours, ajusté Nombre d'emprunteurs actifs, ajusté/ Effectifs du personnel Nombre de prêts en cours, ajusté/ Effectifs du personnel Nombre d'emprunteurs actifs, ajusté/ Nombre d'agents de crédit Nombre de prêts en cours, ajusté/ Nombre d'agents de crédit Nombre d'épargnants./ Effectifs du personnel Nombre de comptes d'épargne / Effectifs du personnel Nombre d'agents de crédit/ Effectifs du personnel Capital restant dû pour prêts avec montants échus > 30 jours/ Encours brut de prêts, ajusté Capital restant dû pour prêts avec montants échus > 90 jours/ Encours brut de prêts, ajusté Valeur des prêts radiés, ajustée/ Encours brut moyen de prêts Valeur des prêts radiés, ajustée et diminuée des reprises de capital/ Encours brut moyen de prêts Provision pour prêts irrécouvrables, ajustée/ PAR > 30 jours Caisses et disponibilités bancaires/ Total actif, retraité Mars 2010

16 Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance Benchmarks Région Intermédiation financière Afrique sans forte IF faible IF non IF CARACTÉRISTIQUES INSTITUTIONELLES Nombre d'imf Age Total de l'actif 5,202,858 4,153,003 4,034,230 5,585,321 5,223,937 Bureaux Effectifs du personnel STRUCTURE DE FINANCEMENT Capital/ Actif 26.7% 24.4% 24.1% 60.2% 51.9% Ratio Dettes/ Fonds Propres Epargne sur encours de prêts 50% 63.3% 73.6% 18.6% 0.0% Epargne sur actif total 32.6% 41.7% 50.6% 13.7% 0.0% Encours de prêts sur actif total 64.0% 68.4% 66.8% 72.7% 78.9% INDICATEURS DE PORTÉE Nombre d'emprunteurs actifs 9,128 11,140 10,076 12,213 19,967 Pourcentage d'emprunteurs femmes 60% 49.7% 43.9% 63.7% 74.8% Nombre de crédits en cours 9,375 11,140 10,076 12,213 19,967 Encours brut de prêts 2,702,357 2,992,615 5,332,061 2,584,810 4,779,774 Solde moyen de crédit par emprunteur Solde moyen de prêt par emprunteur/ RNB par habitant 66.2% 71.7% 122.8% 56.1% 110.2% Solde de prêt moyen Solde de prêt moyen/ RNB par habitant 64.0% 64.0% 122.8% 56.1% 110.2% Nombre d'épargnants 17,776 19,379 17,110 26, Nombre de comptes d'épargne 18,434 17,825 15,532 26, Épargne 1,383,429 1,333,664 2,011, ,637 0 Montant moyen d'épargne par épargnant Montant moyen d'épargne par épargnant / RNB par habitant 19.0% 23.5% 23.5% 6.0% 116.0% Montant d'épargne moyen Solde d'épargne moyen / RNB par habitant 18.5% 22.0% 22.0% 6.0% 116.0% INDICATEURS MACRO-ÉCONOMIQUES RNB par habitant Taux de croissance du PIB 6.4% 3.6% 3.6% 4.1% 4.6% Taux d'intérêt sur comptes de dépôts 8.7% 3.5% 3.5% 3.5% 3.5% Taux d'inflation 9.8% 1.4% 1.4% 1.3% 1.4% Pénétration des circuits financiers 22.6% 33.4% 33.4% 32.2% 33.4% PERFORMANCE FINANCIÈRE GLOBALE Rendement de l'actif -1.1% 0.0% 0.1% 0.5% 0.0% Rendement des fonds propres -4.2% 0.0% 0.3% -0.9% 0.0% Auto-suffisance opérationnelle 108.3% 111.4% 106.6% 124.1% 216.8% Auto-suffisance financière 95.7% 96.5% 96.5% 113.8% 64.7% PRODUITS D'EXPLOITATION Produits financiers/ Actif 28.3% 17.4% 17.1% 17.3% 19.8% Marge bénéficiaire -3.9% -3.7% -3.7% 12.2% % Rendement nominal du portefeuille brut 39.8% 21.3% 20.9% 22.1% 24.6% Rendement réel du portefeuille brut 27.3% 19.3% 17.9% 21.2% 23.0% CHARGES D'EXPLOITATION Ratio de ch. Totales 31.0% 18.7% 16.1% 17.6% 19.8% Ration de ch. financières 6.3% 2.1% 2.1% 3.0% 2.6% Ratio de dotations aux provisions pour prêts irrécouvrables 1.6% 1.0% 1.2% 0.9% 1.9% Ratio de ch. d'exploitation 21.2% 12.6% 12.6% 13.1% 15.3% Ratio de ch. de personnel 10.3% 5.4% 5.1% 6.1% 8.2% Ratio de ch. administratives 10.8% 7.1% 7.7% 6.9% 7.1% Ratio de ch. d'ajustement 2.7% 1.2% 1.3% 0.6% 0.4% EFFICIENCE Ratio de ch. d'exploitation au portefeuille 37.8% 20.0% 19.9% 20.0% 58.0% Ratio de ch. de personnel au portefeuille 16.5% 8.5% 7.6% 8.6% 31.5% Salaire moyen/ RNB par habitant Coût par emprunteur Coût par prêt PRODUCTIVITÉ Emprunteurs par effectif du personnel Prêts par effectif du personnel Emprunteurs par agent de crédit Prêts par agent de crédit Epargnants par effectif du personnel Comptes d'épargne par effectif du personnel Distribution du personnel 43.7% 36.9% 33.3% 44.7% 60.0% RISQUES ET LIQUIDITÉ Portefeuille à risque > 30 jours 4.8% 4.7% 4.7% 4.2% 4.6% Portefeuille à risque > 90 jours 1.9% 2.7% 2.7% 2.9% 2.6% Taux de radiation de prêts 1.4% 2.1% 2.2% 1.6% 2.0% Taux de pertes sur prêts 0.9% 1.8% 1.8% 1.3% 2.0% Taux de couverture du risque 60.4% 51.0% 50.8% 66.0% 42.2% Actifs non productifs en pourcentage de l'actif total 17.3% 12.9% 13.3% 9.7% 11.2% Microfinance Information Exchange

Enda. Tendances des performances. Tendances 2004. Microfinance Information exchange (MIX) Tendances clés. Nombre d'emprunteurs actifs

Enda. Tendances des performances. Tendances 2004. Microfinance Information exchange (MIX) Tendances clés. Nombre d'emprunteurs actifs Tendances des performances Microfinance Information exchange (MIX) Enda Tendances 24 26 Tendances clés 5 4 3 2 1 Ratio de ch. d'exploitation Ratio de dotations aux provisions pour prêts Ratio de ch. financières

Plus en détail

MIX Microfinance World: UEMOA 2010- Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance

MIX Microfinance World: UEMOA 2010- Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance MIX Microfinance World: UEMOA 2010- Benchmarking et Analyse du Secteur de la Microfinance i. Introduction Depuis 2008 et après plus d une décennie de forte croissance, le secteur de la microfinance au

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

Benchmarking et analyse du secteur de la microfinance en Afrique 2008

Benchmarking et analyse du secteur de la microfinance en Afrique 2008 Benchmarking et analyse du secteur de la microfinance en Afrique 2008 Un rapport du Table des matières Résumé Tendances clés de la croissance Cadre légaux et réglementaires: Environnement et évolutions

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar D A K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Service Régional de la Statistique et de la

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT

COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT (CPEC BENIN) Agrément n L.99.0004.A MFE du 05/052011 Tel : (229) 21385007 / 97 49 92 75 Email : cpecp@yahoo.fr RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES 2011 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT Présenté par: Mme Vololomanitra RAKOTONDRALAMBO DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE LA BOA-MADAGASCAR 1 PARTIE I: RAPPEL

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA

HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA HISTORIQUE ET PRESENTATION DU CADRE JURIDIQUE DES SFD DANS LA ZONE UMOA -> Existence préalable de textes régissant les coopératives et mutuelles de façon générale, incluant celles faisant des opérations

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine

Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine Documents de prêt standardisés en Bosnie Herzégovine L industrie de la microfinance en Bosnie Herzégovine est régie par l une des politiques les plus progressistes au monde en matière d information sur

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Communiqué de presse 6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Le Groupe Crédit Coopératif a connu en 2014 une activité commerciale de bon niveau qui a permis d obtenir

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives UNIVERSITE HASSAN II JOURNEES D ETUDES Faculté des Sciences Juridiques, 20 Mars 2015 Economiques, et Sociales Casablanca Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Plus en détail

La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD

La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD SANOFI / AFD 29 Octobre 2015 www.cidr.org RETOUR DE 20 ANS D EXPÉRIENCES DU CIDR DANS 14 PAYS D AFRIQUE

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ;

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ; 1 Etat des lieux 2 Qu est-ce que c est? La Microfinance est l offre permanente de services financiers à grande échelle aux populations démunies. La Microfinance est apparue vers les années 1970 en Afrique

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Le financement du Dividende Universel

Le financement du Dividende Universel affiliée au Basic Income European Network Le financement du Dividende Universel Le plan de financement ici proposé a été mis au point par le professeur Yoland Bresson (président de l Aire). Il prouve que

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 %

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % Épargne RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % CHIFFRES CLÉS DU GROUPE AGRICA 1,4 million 157 400 786 400 de cotisants entreprises adhérentes retraités Sommaire 04 05 06 AGRICA,

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION PLAN DE PRESENTATION INTODUCTION Partie I : 1. QUELQUES FAITS HISTORIQUES Partie II : PROGRAMME NATIONAL D'ASSAINISSEMENT ET DE RESTRUCTURATION

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

L Analyse financière

L Analyse financière L Analyse financière 1. Définition L analyse financière est un outil de gestion indispensable pour toute entreprise et en particulier l institution de microfinance. L importance de cette manière nous amène

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail