Budget Primitif rapport de présentation. M. Pascal BOLO Adjoint aux finances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Budget Primitif rapport de présentation. M. Pascal BOLO Adjoint aux finances"

Transcription

1 Budget Primitif rapport de présentation M. Pascal BOLO Adjoint aux finances 2013

2 Rapport de présentation du Budget

3 I. Stratégie financière et équilibre du budget II. Equilibre du budget de fonctionnement LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT 2013 : 413,3 M LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT 2013 : 367,1 M...10 III. Equilibre du budget d investissement LES DEPENSES D INVESTISSEMENT 2013 : 116,8 M LES RECETTES D INVESTISSEMENT 2013 : 70,6 M...15 IV. Répartition sur 100 du budget V. Les ratios légaux VI. BUDGET 2013 PAR POLITIQUE PUBLIQUE HANDICAP SOLIDARITE LUTTE CONTRE LA PRECARITE SOLIDARITE ACTIONS EN FAVEUR DES RETRAITES ET DES PERSONNES AGEES ACCUEIL DE L USAGER SECURITE ET TRANQUILLITE PUBLIQUE SPORTS SANTE PUBLIQUE EDUCATION COOPERATION & SOLIDARITE INTERNATIONALES PETITE ENFANCE ENFANCE & JEUNESSE FAMILLE ET PARENTALITE ETABLISSEMENTS CULTURELS DEVELOPPEMENT CULTUREL PATRIMOINE ET ARCHEOLOGIE EGALITE ET INTEGRATION DES POPULATIONS IMMIGREES CITOYENNETE & TERRITOIRES VIE ASSOCIATIVE DEVELOPPEMENT DURABLE AGENDA MAITRISE DES ENERGIES ESPACES VERTS & ENVIRONNEMENT DEVELOPPEMENT URBAIN, LOGEMENT, COMMERCE & ARTISANAT GESTION DES SERVICES PUBLICS

4 I. Stratégie financière et équilibre du budget 2013 La prospective financière pour la période , présenté lors du débat d orientations budgétaires, a été établie dans le respect des engagements financiers annoncés en début de mandat et rappelés ci-dessous : 1/ Le maintien d un haut niveau d épargne garant d une structure financière saine : L objectif retenu pour les années est de garantir un taux d épargne brute supérieure à 10%. Rappelons que le taux d épargne brute exprime la part des ressources de fonctionnement non mobilisée pour la couverture des charges courantes. 2/ La conduite d une fiscalité équitable et maîtrisée : 4/ La mise en œuvre d un programme d investissement ambitieux : Il s agit d assurer le financement d un programme d investissement conséquent compris entre 440 millions d euros et 490 millions d euros sur la durée du mandat, soit un objectif annuel moyen de 63 millions d euros de dépenses et une priorité donnée à l entretien durable du patrimoine. Le schéma de prospective financière ainsi établi a servi à court terme de référence et de guide pour l élaboration du budget Sur la fiscalité directe, la municipalité s est engagée à maîtriser la fiscalité sur le mandat et à assurer une répartition plus équitable des impôts locaux en renforçant sa politique d abattements. 3/ La poursuite du désendettement : L objectif de désendettement de 48,5 millions d euros fixé initialement sur la durée du mandat a été atteint dès 2011 et se chiffre à plus de 73 millions d euros fin Toutefois, compte tenu des effets bénéfiques d une telle politique la Ville souhaite poursuivre cet effort et s est fixé initialement comme objectif un désendettement au minimum de 3 millions d euros en Le budget 2013 avec 483,9 M de crédits inscrits allie à la fois rigueur et volontarisme et permet de financer de manière saine et durable le service public d aujourd hui et de construire la Ville de demain. 3

5 EQUILIBRE BUDGETAIRE ,9M * 367,1 M 413,3M 116,8 M 70,6 M * hors mouvements neutres de trésorerie et opérations d ordre budgétaires. En intégrant l ensemble des inscriptions budgétaires, y compris les mouvements neutres de trésorerie et les opérations d ordre budgétaires, le budget primitif 2013 s élève à 580 M. 4

6 II. Equilibre du budget de fonctionnement 2013 Budget de fonctionnement 2013 : En 2013, la maitrise de l épargne, seule garante de la solidité des équilibres financiers, reste un objectif de la municipalité. Ainsi, le budget 2013 affiche un niveau d épargne de gestion de 58,1M et un taux d autofinancement de 11,2%. Malgré certaines contraintes externes liées au contexte économique difficile la municipalité ne renonce à aucun engagement, la solidarité et l amélioration du cadre de vie restent au cœur des priorités du budget BP 2012 BP 2013 % évolution TOTAL RECETTES DE FONCTIONNEMENT (1) 403,3 413,3 2,5% TOTAL DEPENSES DE GESTION (2) 345,9 355,3 2,7% TOTAL EPARGNE DE GESTION COURANTE(3) = (1)-(2) 57,3 58,1 1,3% FRAIS FINANCIERS (4) 13,5 11,8-12,6% TOTAL DEPENSES DE FONCTIONNEMENT(5) = (2)+(4) 359,4 367,1 2,1% TOTAL EPARGNE BRUTE (5) = (3)-(4) 43,8 46,2 5,3% TAUX D'EPARGNE BRUTE= (5) / (1) 10,9% 11,2% Taux d autofinancement BP 2013 (taux d épargne brute) Rapport entre les recettes réelles et la capacité d autofinancement (épargne brute). Il mesure la part des recettes disponible pour le financement de l investissement. 11,2 % 5

7 1. LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT 2013 : 413,3 M Répartition des recettes de fonctionnement 23% 15% 17% 45% Impôts ménages Dotations Etat Dotations CU Autres recettes Les recettes de fonctionnement 2013 comprennent : BP 2012 BP 2013 % évolution TOTAL RECETTES DE FONCTIONNEMENT 403,3 413,3 2,5% PRODUIT FISCAL (impôts ménages) 180,4 186,9 3,6% DOTATIONS ETAT 96,3 96,2-0,1% DOTATIONS CU (AC budgétaire + DSC + frais financiers CU+ fonds de concours+autres produits de fonct.) 60,8 61,2 0,7% AUTRES RECETTES 65,7 69,0 5,0% Le budget de fonctionnement 2013 se caractérise par : - des taux de fiscalité stabilisés pour la 3 ème année consécutive, - des dotations d Etat maintenues, - un soutien continu de Nantes Métropole, - les autres recettes qui affichent un dynamisme. 6

8 La fiscalité directe locale 186,9 M Pour la troisième année consécutive la Ville de Nantes fait le choix de ne pas augmenter ses taux d imposition en Ainsi, la Ville compte exclusivement sur le dynamisme de ses bases pour améliorer son produit fiscal. Evolution des bases fiscales Bases 2012 définitives Bases 2013 prévisionnelles % évolution Taxe d'habitation ,8% Taxe foncière sur le bâti ,4% Taxe foncière sur le non bâti ,8% TOTAL ,6% Le montant prévisionnel des bases de la fiscalité directe est estimé en 2013 à 726 Millions d euros. Cette estimation comprend une actualisation des valeurs locatives estimée à 1,8% et une variation physique des bases à savoir le développement de nouveaux quartiers et la construction de nouveaux logements évaluée à +1%. Le produit de la fiscalité directe BP 2013 Somme des trois taxes directes locales (taxe d habitation et taxes foncières) payées par les contribuables nantais en ,9 M Fixation des taux de fiscalité Afin de respecter l engagement de la municipalité sur la maîtrise de la fiscalité durant ce mandat, en 2013 les taux de fiscalité seront stabilisés. Taux de taxe d habitation : 24,04% Taux de taxe foncière sur le bâti : 27.51% Taux de taxe foncière sur le non bâti : 62,48% Produit fiscal Produit fiscal 2012 définitif produit fiscal 2013 prévisionnel % évolution Taxe d'habitation ,8% Taxe foncière sur le bâti ,4% Taxe foncière sur le non bâti ,7% TOTAL ,6% Compte tenu de ces éléments, le produit fiscal 2013 est estimé à 186,9 Millions d euros soit une évolution de + 2,6% par rapport au produit fiscal définitif perçu en Ce produit tient compte de la politique d abattements volontariste mise en place par la Ville en 2009 et qui contribue à une plus grande équité fiscale. Prélèvement au titre du FPIC Pour la seconde année, le produit fiscal sera ponctionné en 2013 au titre du FPIC (Fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales). Comme prévu initialement par la loi, 360 M d euros seront prélevés en 2013 sur les collectivités contributrices puis répartis entre les différentes collectivités bénéficiaires. Sur l ensemble métropolitain nantais le prélèvement devrait s élever à 306 K et pour la Ville de Nantes la contribution est estimée à hauteur de 100K pour

9 Les concours financiers de l Etat 96,2 M En 2013, les collectivités locales sont associées à l effort de redressement des comptes de la Nation. Cela se traduit par un gel des concours financiers de l Etat aux collectivités locales mais par un renforcement de la péréquation et donc de la solidarité entre les collectivités locales. Ainsi en 2013, pour le budget de la Ville de Nantes les concours financiers de l Etat se chiffrent à 96,2 M et sont donc stabilisés par rapport au BP 2012 (96,3 M ). Pour mémoire la perte sur les dotations d Etat entre 2002 et 2012 est de 5,5 M se traduisant par une perte de pouvoir d achat cumulée de plus de 23M. Les ressources en provenance de l Etat attendues en 2013 se décomposent comme suit : Dotation globale de fonctionnement * BP 2012 BP 2013 % évolution ,1% Compensations fiscales ,1% Dotation Générale de décentralisation ,0% Autres recettes Etat** ,4% TOTAL ,1% * La dotation globale de fonctionnement comprend : la dotation forfaitaire, la dotation de solidarité urbaine, la dotation nationale de péréquation et la dotation des permanents syndicaux ** Les autres recettes Etat comprennent la dotation spéciale instituteurs, la dotation recensement, les autres participations... Les compensations fiscales 8,6 M montant perçu en 2012 BP 2013 % évolution Compensation exonération taxe d'habitation ,0% Compensation exonération taxe foncière ,9% Dotation unique des compensations spécifiques taxe professionnelle (ex ,4% compensation CET) TOTAL ,9% Les compensations fiscales perçues par la Ville en contrepartie de la perte de ressources consécutives aux exonérations fiscales accordées par l Etat en matière de fiscalité directe locale connaîtront une baisse en Seule la compensation sur la taxe d habitation fait l objet d un reversement calculé sur le montant des exonérations accordées l année précédente. Les autres compensations (compensation spécifique à la TP et exonération de taxe foncière) servant de variable d ajustement à l enveloppe normée devraient diminuer de -14,4%. Les dotations de la Communauté Urbaine 61,2M BP 2012 BP 2013 % évolution Attribution de compensation ,5% Dotation de Solidarité Communautaire ,7% Remboursement des intérêts de la dette transférée ,1% Fonds de concours Château des Ducs et autres participations ,6% TOTAL DOTATIONS COMMUNAUTAIRES ,7% La dotation globale de fonctionnement 84,2 M montant perçu en 2012 BP 2013 % évolution L ensemble des concours et dotations versé par Nantes Métropole à la Ville évolue au BP 2013 de + 0,7% par rapport au BP Dotation forfaitaire ,5% Dotation de solidarité urbaine ,0% Dotation nationale de péréquation ,0% TOTAL ,4% En 2013, la Ville devrait connaître une baisse de sa dotation forfaitaire de - 0,5%. Cette baisse est la conséquence de l écrêtement sur la part garantie estimé à -1% pour la Ville, principal levier de financement de la péréquation verticale. L attribution de compensation 44,7 M En contrepartie du produit de la fiscalité économique transféré par la Ville, la communauté urbaine lui reverse une attribution de compensation. La Commission Locale d Evaluation des Transferts de Charges a fixé pour 2013 le montant de cette attribution à 44,7 M. Par ailleurs, compte tenu de son rang d éligibilité à la Dotation de Solidarité Urbaine (DSU), la Ville de Nantes devrait conserver un montant identique à 2012 soit 5,7 M. 8

10 La dotation de solidarité communautaire 13,7 M Afin d opérer un partage équitable des richesses fiscales sur le territoire, Nantes Métropole verse aux communes une Dotation de Solidarité Communautaire. Cette recette doit notamment permettre de compenser d une part l absence d indexation de l Attribution de Compensation (AC) et également de garantir une répartition juste et équitable des ressources fiscales entre les villes et l agglomération. Le remboursement des intérêts de la dette transférée 1,2 M En 2001, lors de la création de la Communauté Urbaine, il a été convenu de laisser aux communes le statut de contractant en contrepartie de l existence d une créance sur la Communauté Urbaine à concurrence de la dette retenue. Au 1 er janvier 2001, la dette transférée s élevait à 127,5 M. Cette dette est amortie de façon dégressive sur une durée de 16 ans et les frais financiers sont calculés sur la base d un taux fixe de 5,29%. En 2013, le remboursement par Nantes Métropole des intérêts de la dette transférée sera de 1,2 M. Les fonds de concours Communauté Urbaine 1,7 M La Communauté Urbaine participe également au financement de certains projets d intérêt communautaire par l intermédiaire des fonds de concours. Ces derniers s élèvent au BP 2013 à 1,7 M et concernent pour une grand part l exploitation du Château des Ducs et du Mémorial de l Abolition de l Esclavage. Les reversements de fiscalité de la Communauté Urbaine Attribution de compensation (AC) + dotation de solidarité communautaire (DSC) 58,4 M Les autres recettes de gestion Les autres recettes de gestion sont prévues à hauteur de 69 M soit en augmentation de 5%. BP 2012 BP 2013 % évolution Recettes tarifaires ,9% Autres impôts et taxes ,5% Autres participations ,6% Autres recettes ,3% TOTAL AUTRES RECETTES DE GESTION ,0% Les recettes tarifaires 27,4 M Les recettes tarifaires qui comprennent notamment les recettes des accueils périscolaires, des multi-accueils petite enfance, les droits d entrée des équipements sportifs et culturels, les droits de stationnement, évoluent de +5% par rapport aux crédits inscrits en Ce dynamisme est en partie lié à la hausse de la fréquentation dans les accueils périscolaires induite notamment par des tarifs plus équitables mais aussi par les recettes des droits de stationnement. Les autres impôts et taxes 20,5 M Les autres impôts et taxes comprenant notamment la taxe additionnelle sur les droits de mutation (14,2 M ), la taxe sur la consommation finale d électricité (4,6 M ), la taxe sur la publicité extérieure (1M ),, évoluent de + 0,5% par rapport à Ce faible dynamisme s explique essentiellement par un ralentissement des transactions immobilières sur le marché nantais constaté ces derniers mois et sa répercussion sur les droits de mutation. Les taxes sur la consommation finale l électricité (+1,7%) et sur la publicité extérieure (+14,4%) dont les indexations sont encadrées sont anticipées à la hausse. Les autres participations et autres recettes 21 M Ce poste de recettes comprend essentiellement les participations d autres collectivités ou organismes (Département, Région, Caisse d Allocations Familiales ). Il est en hausse de + 10% soit + 370K par rapport au budget Celle-ci s explique notamment par une augmentation attendue sur le Contrat Enfance Jeunesse de + 263K. 9

11 2. LES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT 2013 : 367,1 M Répartition des dépenses de fonctionnement 46% depenses de gestion 13% 4% 29% 3% 9% 3% frais financiers 42% Masse salariale refacturation personnel mutualisé Charges liées à la structure Charges liées à l'activité 51% depenses de personnel Subventions et transferts divers Frais financiers BP 2012 BP 2013 % évolution TOTAL DEPENSES DE FONCTIONNEMENT 359,4 367,1 2,1% DEPENSES DE PERSONNEL* 180,7 185,6 2,7% AUTRES DEPENSES DE GESTION 165,2 169,7 2,7% FRAIS FINANCIERS 13,5 11,8-12,6% * y compris le remboursement du personnel mutualisé à Nantes Métropole Les dépenses de personnel 185,6 M Le maintien durable d une capacité d autofinancement élevée passe par une nécessaire maîtrise de la masse salariale, premier poste de dépenses du budget de la Ville avec 185,6 M de crédits inscrits en 2013 (dont 32,2 M de dépenses de refacturation du personnel mutualisé). Les efforts d optimisation et de recherche de marges de manœuvre pour maintenir un service public de qualité et financer les besoins nouveaux restent donc une priorité en Plusieurs facteurs expliquent l évolution maîtrisée des dépenses de personnel de +2,7% de BP à BP: L impact des mesures sociales et salariales nationales : - la revalorisation au 1 er janvier du taux de contribution employeur à la C.N.R.A.CL (1,1 M ), - la refonte de la catégorie B avec un impact estimé de 300 K, - la prime de garantie individuelle de pouvoir d achat (GIPA) est reconduite en 2013 pour un coût estimé à 317 K, - le gel de la valeur du point est à nouveau prévu en

12 L impact des mesures salariales et sociales décidées au niveau local : - La participation financière de l employeur à la complémentaire santé (947 K ), - L extension à la tranche d âge des 3 à 6 ans de la participation financière aux frais de garde des jeunes enfants (140 K ) - L augmentation de la valeur faciale du titre restaurant de 8,10 à 8,30 au 1er janvier 2013 (64K ). Par ailleurs, le budget 2013 prévoit un gel des effectifs, le nombre de postes ouverts est de dont pourvus au 1 er janvier Enfin, la Ville de Nantes et Nantes Métropole entendent jouer un rôle d impulsion en faveur du dispositif d emploi d avenir avec un objectif minimum de 400 postes sur le territoire soit 120 directement dans les collectivités (Ville, CCAS et Nantes Métropole) et en soutien pour 280 postes auprès des partenaires notamment du tissu associatif. Le coût de ce dispositif est estimé au BP 2013 pour la Ville à 974 K. A noter que la participation de l Etat est prévue à hauteur de 584 K en L impact de la mutualisation des services avec Nantes Métropole : La mutualisation répond à une recherche d amélioration de la qualité de service pour la Ville et Nantes Métropole notamment grâce au renforcement des coopérations et à une optimisation progressive des moyens. Après une accélération des mutualisations notamment en 2011 et 2012, le mouvement va se stabiliser à compter de 2013 pour consolider l organisation. L affectation des agents de la Ville à Nantes Métropole fait l objet d une convention. La Ville reverse à Nantes Métropole une contribution financière, selon des clés de répartition définies dans les différents avenants de la convention. Au 1 er janvier 2013, 903 agents sont mutualisés. Le montant pour la refacturation relative aux agents mutualisés depuis 2008 est prévu en 2013 à 28,7 M. Par ailleurs, la refacturation des services mutualisés antérieurement à 2008 (DGRN et Parc auto) est estimée à 3,5 M. La composition du budget du personnel - 144,9 M pour le personnel permanent (titulaires, stagiaires, contractuels) - 32,2 M pour la refacturation du personnel mutualisé - 6 M pour les temporaires et intervenants - 2,5 M pour les autres dépenses (dont Emplois d avenir, assistantes maternelles, indemnités des enseignants ) Les dépenses de gestion 169,7M Ces dépenses comprennent des charges liées à la structure (énergie, maintenance, assurance, charges locatives, impôts et taxes, etc.), des subventions de fonctionnement et transferts divers (subventions et cotisations aux diverses associations et aux organismes partenaires de la Ville tels que le CCAS, l ACCOORD, le SMANO, Voyage à Nantes (VAN), ) et enfin les charges liées à l activité (achat de petit équipement ou de prestation de service, alimentation, déplacement, frais de mission, frais d affranchissement, etc.) BP 2012 BP 2013 % évolution TOTAL DEPENSES DE GESTION 165,2 169,7 2,7% CHARGES LIEES A LA STRUCTURE 14,2 14,8 3,9% CHARGES LIEES A L'ACTIVITE 45,9 48,9 6,6% SUBVENTIONS DE FONCTIONNEMENT ET TRANSFERTS DIVERS 105,1 106,0 0,9% 11

13 Les charges liées à la structure 14,8 M Au budget 2013, les charges liées à la structure sont estimées à 14,8 M soit en légère augmentation de 0,6 M par rapport au BP La poursuite des actions visant à réduire les consommations d énergie permet de limiter la croissance des dépenses de fluide. Les charges liées à l activité 48,9 M Ces dépenses sont inscrites à hauteur de 48,9 M soit en évolution de +6,6% par rapport au BP Outre le financement des activités récurrentes de service public rendu aux nantais, les charges liées à l activité concourent aux dépenses induites par l ouverture de nouveaux équipements (groupe scolaire Aimé Césaire, Multi-accueil Nantes Sud ) et à la mise en œuvre de nouvelles actions A ce titre on peut citer en 2013 l évènement «Nantes Capitale Verte». Le label «Capitale Verte Européenne» décerné par l union européenne pour l année 2013 récompense Nantes pour son engagement dans le domaine de l environnement et du développement durable. Différents temps forts rythmeront 2013 avec notamment le retour à Nantes de la serre volante en septembre prochain. Par ailleurs, la Municipalité a fait le choix d inscrire pleinement la Ville de Nantes dans le projet de refondation de l école porté par le gouvernement. Elle mettra en œuvre la réforme des horaires scolaires dès la rentrée 2013, en assurant la continuité de la prise en charge des enfants, avec la volonté de ne pas créer de rupture dans l organisation des familles. Cela se traduira essentiellement par la mise en place d une demi-journée de classe supplémentaire (le mercredi matin) et la réduction des temps scolaires les autres jours (Environ 1h/jour - compensée par des activités périscolaires à construire). Ces changements d horaires vont avoir des effets importants, tant sur les services de la Ville de Nantes que sur ses partenaires (NAP, ACCOORD, associations sportives et culturelles) et bien évidemment sur les familles. Notons que l Etat a d ores et déjà annoncé qu il contribuerait, à hauteur de 50 par enfant scolarisé, au coût de la mise en œuvre de cette réforme pour les collectivités qui s y engageraient en septembre Les subventions et transferts divers 106 M Les subventions de fonctionnement et les transferts divers sont stabilisés à 106 M soit + 0,9% par rapport au budget En 2013, la Ville poursuit son soutien à ses nombreux partenaires dans tous les secteurs. Ainsi dans le domaine éducatif, les prestations assurées par Nantes Accueil Périscolaire sont prévues pour 6,9 M (6 M au budget 2012) en lien avec l augmentation de la fréquentation. Dans le secteur de la Petite Enfance, la Ville renforce son soutien aux crèches associatives avec des subventions prévues à hauteur de 6,1 M soit en augmentation de 495 K par rapport au BP La subvention versée à l ACCOORD dans le cadre de la mise en œuvre de la Délégation de Service Public (DSP) «Accueils de loisirs et séjour de vacances» est inscrite à hauteur de 14,4 M (13,7 M au budget 2012) et prévoit la mise en œuvre de places supplémentaires. Concernant la politique sportive, la Ville apportera son soutien à hauteur de 11 M (10,9 M au budget 2012) tant pour les clubs de proximité que pour les clubs de haut niveau. Enfin, dans le secteur culturel le soutien au tissu associatif ou aux partenaires institutionnels (SMANO, Folle Journée, ONPL, ESBAMN, ) sont prévues pour 22,7 M (24,4 M au budget 2012). Une seconde édition du Voyage à Nantes accompagnera en 2013 l évènement «Nantes Capitale Verte». Les frais financiers 11,8 M Les frais financiers en 2013 sont prévus en baisse de 1,7 M par rapport au budget En 2013, la Ville devrait à nouveau profiter des effets bénéfiques de sa politique de désendettement et des résultats de sa gestion active de dette en cohérence avec le contexte actuel de taux faibles. 12

14 III. Equilibre du budget d investissement 2013 En 2013, la municipalité maintient sa politique volontariste en matière d investissement. Plus de 77 millions d euros seront investis sur le territoire nantais afin de répondre à plusieurs objectifs : maintenir le haut niveau de qualité du service public local, offrir des équipements de proximité à l échelle des quartiers, activer la dynamique économique locale en soutenant l activité et enfin construire la Ville de demain. Pour autant la Ville poursuivra sa politique de désendettement pour la 19 ème année consécutive. 1. LES DEPENSES D INVESTISSEMENT 2013 : 116,8 M Les dépenses d équipement 77,1 M Au même titre que 2012, l année 2013 marquera la montée en puissance du programme pluriannuel d investissement avec la livraison de nombreux équipements. Au total, le budget fixe un montant prévisionnel de dépenses d équipement de 77,1M. La répartition des dépenses d équipement est décrite ci-dessous : Ventilation des dépenses d'équipement 77,1 M ,2 6,2 10,5 7,7 38,4 Moyens de gestion Opérations individualisées Travaux d amélioration Entretien durable du patrimoine Subventions d équipement L effort d investissement concernera tous les domaines d activités sur tous les quartiers de la Ville. Ainsi sur le plan sportif, 16,6 M de travaux sont programmés marquera la fin des travaux de la nouvelle base nautique de la Jonelière avec une livraison prévue en octobre prochain, l ouverture du Gymnase Malakoff prévue en juin ainsi que la création de deux terrains synthétiques de football sur les sites Noé Lambert et Saint Joseph. Dans le domaine éducatif, 13,3 M seront notamment consacrés à la poursuite des travaux de la réhabilitation de l école du Baut et à la livraison de l extension du groupe scolaire Henri Bergson au sein du GPV Malakoff prévue pour la rentrée en septembre En 2013, 12,2 M seront dédiés au secteur culturel. La nouvelle Médiathèque Lisa-Bresner sur le quartier de Bellevue sera ouverte au public à l automne prochain et les travaux d extension et de rénovation du Grand Musée d Art seront poursuivis. 13

15 Dans le domaine de la Petite Enfance, la Ville achèvera en début d année la construction du multi-accueil municipal Chêne des Anglais (création de 20 places) et livrera en septembre le multi-accueil municipal intégré au Pôle de services publics Viviani (création de 8 places). Dans le cadre de la politique de développement associatif, les travaux d extension des équipements du Baut et de la Jonelière seront effectifs avec une livraison prévue en août. Le pôle associatif des Marsauderies sera livré en juin prochain. Concernant les espaces verts de la Ville, 6,3 M y seront consacrés. On peut notamment citer l ouverture du parc des Oblâtes en mai prochain dont le réaménagement a été travaillé en concertation avec un groupe d habitants. Par ailleurs, la Ville poursuivra en 2013 la réalisation de son programme d entretien durable du patrimoine municipal. Cette programmation initiée en début de mandat vise une double finalité : assurer la pérennité des bâtiments municipaux et réaliser des économies d énergie. Ainsi plus de 14 M seront dédiés en 2013 à l entretien, la mise aux normes, la rénovation du patrimoine existant et à la prise en compte des nouvelles normes environnementales et durables pour les nouveaux programmes et ceci dans les nombreux équipements de proximité sur tous les quartiers de la Ville. Enfin, 6,3 M de subventions d équipement et de fonds de concours seront versés par la Ville aux différents partenaires publics ou associatifs. Ces subventions concerneront notamment le CCAS, les crèches associatives, l aide aux ravalements etc. Le remboursement de la dette 39,7 M Le remboursement de la dette se chiffre en 2013 à 39,7 M compte tenu des échéances d emprunts contractés sur les exercices antérieurs. Les dépenses d équipement Elles correspondent aux dépenses réelles d investissement à l exclusion du remboursement du capital de la dette 77,1 M soit 263 par habitant Ventilation des dépenses d'équipement par politique publique 77,1 M ,2 M 8,2 M 9,3 M 13,3 M 16,3 M 12,2 M 16,6 M Education Sports Culture Aménagement, patrimoine & cadre de vie Solidarité et vie sociale * Relation aux usagers & sécurité Gestion des services publics 14

16 2. LES RECETTES D INVESTISSEMENT 2013 : 70,6 M Les recettes d équipement 23,2 M Outre le montant du FCTVA calculé sur les dépenses de l exercice 2012 et évalué à 8,3 M ainsi que le produit des cessions foncières estimé à 7,5 M, la Ville devrait également bénéficier en 2013 de subventions d équipement de ses principaux partenaires : Europe, Etat, Région Pays de la Loire, Département de la Loire Atlantique, CAF. Ainsi l Etat participera au financement d opérations d investissement pour 3,3 M dans le cadre de la politique culturelle et patrimoniale : aide à l acquisition d œuvres d art, travaux de l église Saint Nicolas, participation aux travaux d extension et de rénovation du Grand Musée d Art et du groupe scolaire Henri Bergson. La Ville devrait aussi percevoir des participations régionales pour 2,3 M. Concernant le Contrat Régional d Agglomération une dotation forfaitaire de 3,7 M a été attribuée à la Ville. Cette enveloppe, soit 1,8 M en 2013, concerne notamment la Médiathèque Lisa Bresner, le Pôle associatif des Marsauderie et la Base Nautique de la Jonelière. D autres financements régionaux sont attendus au titre du Fonds Régional d Accompagnement du Logement Social (FRALS) pour la Médiathèque Lisa Bresner et des participations financières sur le Grand Musée d Art, l Eglise Saint Nicolas et le groupe scolaire Aimé Césaire. Le Département de Loire Atlantique dans le cadre du Contrat Territorial Départemental troisième génération devrait apporter son concours sur la période à hauteur de 2,6 M. En 2013, le Département devrait également solder sa participation au titre du Fonds Communal d Aménagement pour les travaux effectués sur l Eglise Saint Nicolas Enfin la Ville bénéficiera également du concours financiers de la Caisse d Allocations Familiales de 1,1 M pour la réalisation de travaux dans les domaines de la Petite Enfance et de la Jeunesse. Le besoin de financement 32,9 M et la structure de dette Pour financer les dépenses d investissement 2013, la Ville devrait recourir à l emprunt à hauteur de 32,7 M. Le remboursement de capital de la dette étant estimé à 39,7 M, le montant du désendettement prévisionnel se chiffre à 7 M en L objectif de désendettement fixé pour le mandat à 48,5 M, déjà atteint depuis fin 2011, sera donc largement dépassé en Avec un désendettement de 16,4 M à fin 2012, le désendettement cumulé depuis 2008 s élève en effet 73,8 M. Le besoin de financement 2013 est déjà en partie couvert par un emprunt de 5,6 M contracté en 2012 auprès du Crédit Agricole dans le cadre d une enveloppe provenant de la Banque Européenne d Investissement. Cette enveloppe destinée au financement des opérations d investissement respectant des normes énergétiques et environnementales supérieures aux standards en vigueur permet d emprunter à des conditions financières bonifiées. L emprunt du Crédit Agricole contracté en Euribor + 1,89% sur 15 ans finance donc des programmes réalisés en BBC (Bâtiment Basse Consommation), à savoir la construction de la base nautique de la Jonelière, la construction du pôle de services publics Viviani, la construction du centre de loisirs Sarah Bernhardt, la réhabilitation du Pôle associatif des Marsauderies et la construction et réhabilitation des vestiaires à la plaine de jeux des Bernardières. 15

17 Au 31 décembre 2012, l encours de dette de la Ville de Nantes s élève à 253,4 M et se répartit ainsi : Répartition de l'encours de dette au 31/12/2012 par type de taux 15% 39% 46% Taux fixe Taux variable Structurés Pour 2013, l un des objectifs de la stratégie de dette consiste à privilégier les emprunts à taux variable compte tenu des taux d intérêt qui devraient se maintenir à des niveaux très bas au moins sur la première partie de l année en raison du contexte économique. Par ailleurs, la part en produits structurés ne doit pas dépasser 20% de l encours total. Un autre objectif de dette consiste à diversifier les prêteurs afin de limiter les risques. Au 31 décembre 2012, la répartition de la dette par prêteur est la suivante : Répartition de l'encours de dette au 31/12/2012 par prêteur Dexia 10% 11% 7% 4% 2%1% 48% Groupe BPCE (Caisse d'epargne, Crédit coopératif) Société Générale Groupe Crédit Agricole 17% BNP Paribas CDC Nantes Métropole Divers (NEF, CAF, CRAM) 16

18 Par ailleurs, selon la classification Gissler, au 31/12/2012, 87% de la dette de la Ville de Nantes est considérée comme faiblement risquée. Classification des risques des emprunts au 31/12/2012 E 3% 5% Structures D C B 2% 5% A 85% Indices sous-jacents Tableaux des risques Indices sous-jacents Structures 1 Indices zone euro A Echange de taux fixe contre taux variable ou inversement. Echange de taux structuré contre taux variable ou taux fixe (sens unique). Taux variable simple plafonné (cap) ou encadré (tunnel) 2 Indices inflation française ou inflation zone B Barrière simple. Pas d effet de levier euro ou écart entre ces indices 3 Ecart d indices zone euro C Option d échange (swaption) 4 Indices hors zone euro. Ecart d indices dont l un est un indice hors zone euro D Multiplicateur jusqu à 3 ; multiplicateur jusqu à 5 capé 5 Ecart d indices hors zone euro E Multiplicateur jusqu à 5 17

19 Après un désendettement durant 19 années consécutives, l encours de dette par habitant se chiffre fin 2012 à 874 et est inferieur à la moyenne des grandes villes françaises. Encours de dette par habitant en euros constants (valeurs 2012) En Eu ro s co n stan ts valeu r au 31/12/ au 31/12/ CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA CA Le remboursement du capital de la dette transférée à Nantes Métropole 6,1 M En 2013, Nantes Métropole versera à la Ville 6,1 M au titre du remboursement du capital de la dette ancienne liée au patrimoine transféré à la Communauté Urbaine lors de sa création en Capacité de désendettement Elle exprime la durée nécessaire pour rembourser la dette de la Ville si la totalité de l autofinancement dégagé sur la section de fonctionnement y est consacré. Mesuré en année, elle est égale au rapport entre l encours de dette au 31/12 et l épargne. 4,7 ans au BP 2013 Emprunt avant reprise de résultat 8,5M Dans l attente de la reprise du résultat de l exercice 2012 et de son affectation qui sera réalisée lors du budget supplémentaire, il est proposé d inscrire un emprunt avant reprise de résultat pour équilibrer le budget Cet emprunt sera annulé lors du vote d affectation du résultat 2012, après adoption du Compte Administratif

20 Mode de financement des investissements 2013 Le mode prévisionnel de financement des investissements 2013 est détaillé ci-dessous : Part de la ressource en M Part de la ressource en % Autofinancement (1) 21,1 27,4% Recettes d'investissement 23,2 30,1% Emprunts 32,7 42,5% TOTAL DEPENSES INVESTISSEMENT 77,0 100,00% (1) la notion d'autofinancement est égale à l'épargne brute - remboursement du capital de la dette + remboursement du capital de la dette CU + recours à l'excédent Emprunts 42,5% Mode de financement des dépenses d'équipement au BP2013 Autofinancement (1) 27,4% Recettes d'investissement 30,1% Grâce à un niveau d épargne conséquent, la Ville de Nantes autofinance une grande proportion de ses dépenses d investissement par des ressources propres. Le recours à l emprunt reste limité et couvre 42,5% du financement. 19

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Plan de mandat 2014-2020. Conseil Municipal du 9 juillet 2015

Plan de mandat 2014-2020. Conseil Municipal du 9 juillet 2015 Plan de mandat 2014-2020 Conseil Municipal du 9 juillet 2015 3 enjeux majeurs vont irriguer le mandat De l agenda 21 à la transition énergétique La requalification du quartier de l Esplanade L optimisation

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE ANTONAVES, CHATEAUNEUF DE CHABRE, RIBIERS CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE VAL BUËCH-MÉOUGE - HAUTES ALPES - PRINCIPES FONDATEURS Une commission d élus des communes d Antonaves, Châteauneuf de Chabre, Ribiers

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

www.nantes.fr Le budget 2010

www.nantes.fr Le budget 2010 www.nantes.fr Le budget 2010 Chiffres clés du territoire Nantes : 283 025 habitants, 6 e ville de France, 571 km de voirie ; Superficie : 6 519 ha, 142 064 ménages, 163 474 emplois,. 153 139 résidences

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN DOSSIER de PRESSE AGENDA Juin 2015 >PROJET : La Commune Nouvelle Dossier de Presse : VIE PRATIQUE >Pourquoi une commune nouvelle entre Les Avenières et Veyrins-Thuellin? Les communes des Avenières et de

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

CONSEIL DÉPARTEMENTAL

CONSEIL DÉPARTEMENTAL CONSEIL DÉPARTEMENTAL DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES, DE L ASSEMBLEE ET DE LA DOCUMENTATION Secrétariat général de l assemblée départementale Session des 10 et 11 décembre 2015 consacrée au budget primitif

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Compte administratif et rapport sur la dette 2014

Compte administratif et rapport sur la dette 2014 Vendredi 10 avril 2015 Compte administratif et rapport sur la dette 2014 La Région maintient le cap d une gestion financière ambitieuse et responsable au service de l investissement et du pouvoir d achat

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013 Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales Synthèse Paris, le 19 février 2013 1 SOMMAIRE 1. Pourquoi mettre en place ou actualiser un Pacte Financier

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Direction Générale Organisation et Ressources Humaines Direction des Ressources Humaines Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Personnel municipal - Adaptation du tableau des effectifs -

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2010 195 528 301

BUDGET PRIMITIF 2010 195 528 301 BUDGET PRIMITIF 2010 195 528 301 FONCTIONNEMENT INVESTISSEMENT TOTAL DEPENSES REELLES 102 562 842 73 569 563 176 132 405 DEPENSES D'ORDRE 18 949 674 446 222 19 395 896 TOTAL 121 512 516 74 015 785 195

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE PACTE FINANCIER ET FISCAL Conseil Communautaire du 10 Juin 2013 SOMMAIRE 1. Préambule au Pacte 2. La Méthodologie d Elaboration du Pacte 3. Les Objectifs du Pacte

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne

Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne Réunion annuelle d information Direction régionale Midi-Pyrénées Josselin KALIFA Directeur des prêts et de l habitat Toulouse 20 mai

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE. Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1

BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE. Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1 BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE CM du 12/02/2009 Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1 POURQUOI? Réussir le contrat d action municipale élaboré avec les habitants Promouvoir

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 Pour 2012, 4 axes majeurs Pour soutenir la consommation des ménages, Ne pas augmenter les impôts locaux. Pour soutenir I activité économique, Investir

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013

Ville de Maisons-Laffitte Budget Primitif 2013 1 Introduction : les caractéristiques du Budget 2013 Les dépenses de fonctionnement Les recettes de fonctionnement Les recettes d investissement Les dépenses d investissement Conclusion générale 2 Les

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction Travaux des assemblées/affaires juridiques Service Travaux des assemblées/courrier MDT/CM ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France

avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France avis Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission Finances et plan par Michel GIORDANO Le compte administratif 2014 de la Région Ile-de-France 11 juin 2015 Avis n 2015-06 présenté au nom de la commission

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016

Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016 Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016 Depuis 2006, la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin a repris les activités de l association Vièvre Lieuvin Enfance

Plus en détail

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE Conseil municipal du 16 décembre 2013 1 - Evolution de l encours de la dette de 2013 à 2014 : Encours de la dette au 01/01/2013

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 Séance du Conseil municipal du 16 décembre 2014 Chaque année, dans les deux mois qui précèdent le vote du budget primitif, un débat sur les orientations budgétaires

Plus en détail