UE 7: Sciences biologiques Immuno-hématologie : Groupes sanguins et règles de transfusions

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UE 7: Sciences biologiques Immuno-hématologie : Groupes sanguins et règles de transfusions"

Transcription

1 UE 7: Sciences biologiques Immuno-hématologie : Groupes sanguins et règles de transfusions Semaine : n 13 (du 28/11/2016 au 2/12/2016) Date : 30/11/2016 Cours complété par les diapos du Professeur. Heure : de 8h00 à 9h00 Professeur : Pr. Tagzirt Binôme : n 48 Correcteur : n 56 Remarques : - Examen blanc sur moodle avec 20 QCM et 2 questions rédactionnelles - Heure du vendredi 18 novembre sera rattrapée après les vacances PLAN DU COURS I) Introduction A) Historique B) Les systèmes de groupes sanguins C) Définitions 1) Groupe sanguin 2) Antigène 3) Anticorps II) Le système ABO B) La génétique C) Du phénotype au génotype D) La transmission III) Biochimie B) Cas particuliers 1) Les sujets Bombay 2) Les groupes faibles IV) Répartition dans l'organisme V) Détermination du système ABO B) Épreuve de Beth-Vincent ou globulaire C) Épreuve Simonin-Michon ou sérique VI) Règles de transfusion 1/8

2 I) Introduction A) Historique A l'époque de Harvey (1928), on avait découvert la circulation sanguine et les voies intraveineuses. Au fil du temps, les techniques de transfusion se sont améliorées. B) Les systèmes de groupes sanguins On parle de groupes sanguins, de systèmes sanguins. Le plus décrit est le groupe A,B,O mais il en existe plus de 33 décrits dans la littérature uniquement pour les GR. On a le système Lewis, Rhésus Kell, Duffy. Tous ces systèmes sont importants notamment au niveau des transfusions sanguines. Dans certaines situations, elles sont nécessaires notamment au cours d'une anémie, d'une chirurgie, d'une implantation rénale ou suite à une greffe de tissus et d'organes. C'est important dans la prévention des incompatibilités foeto-maternelles C) Définitions 1) Groupe sanguin Ensemble des antigènes allotypiques sur une membrane du GR et dont le type est génétiquement déterminé. 2) Antigène Ce sont des molécules spécifiques qui se présentent à la surface du GR. Elles sont membranaires. Les antigènes sont présents à la surface des membranes des GR. Ils sont capables de provoquer une réponse immunitaire. Plus un antigène est immunogène, plus le risque d'apparition d'anticorps dirigés contre lui est élevé. 3) Anticorps Ils sont circulants : présents dans le plasma ou le sérum. Ce sont des immunoglobulines produites par le système immunitaire qui peuvent se lier à des antigènes de surface. On parlera d'interactions spécifiques entre les antigènes et les anticorps. Les propriétés des AC dépendent du système où les anticorps se trouvent. On a différents anticorps : Les anticorps naturels, ils existent en absence de toute stimulation antigénique Les anticorps induits, ils font suite à une simulation d'un antigène étranger. Exemple : suite à une erreur de transfusion, d'une infection chronique, la vaccination. Ces AC peuvent être réguliers ou irréguliers. Ils sont capables de se fixer sur un antigène spécifique pour former un complexe anticorps-antigène. On a des anticorps anti-a et anti-b pour le système ABO. II) Le système ABO 2/8

3 Le système ABO est découvert en 1901 par Karl Landsteiner. Il prenait le sang de différents patients et les mélangait. Certains mélanges présentaient des agglutinats. D'autres mélanges n'avaient pas d'agglutination. Cette technique est encore utilisée pour la transfusion et la transplantation. Le système ABO est basé sur la présence ou l'absence des antigènes A et B à la surface des membranes. Par convention : le groupe sanguin ABO est défini par le ou les AG présents à la surface des GR : l'antigène A groupe A. Un antigène B groupe B. Un GR qui présente les deux antigènes groupe AB S'il y en a aucun groupe O. Il existe 4 groupes : A, B, O, AB Groupe A Groupe B Groupe AB Groupe O B) La génétique Il existe 3 allèles A, B, O. Les allèles A et B ont une homologie importante (99%), la différence se fait uniquement sur 4 AA. L'allèle O code pour une protéine tronquée, non fonctionnelle. Elle est de type récessive. Les allèles A et B sont codominantes. Si le sujet a les deux, les deux vont s'exprimer. Ils sont dominants sur O. Il existe 4 phénotypes : A, B, AB et O qui correspondent à 6 génotypes : AA Groupe A AB Groupe AB BB Groupe B BO Groupe B AO Groupe A OO Groupe O C) Du phénotype au génotype A partir du phénotype on ne peut pas toujours déduire le génotype. Un patient du groupe A peut être soit AA soit AO. Mais on peut toujours passer du génotype au phénotype : si un patient possède le génotype AO, il sera forcément du groupe A. D) Transmission des groupes sanguins ABO On a un père de type A, de génotype AO et une mère de génotype BO : les enfants seront à 25% AB, 25% AO, 25% B ou 25% de type O. III) Biochimie 3/8

4 Les AG ne sont pas les produits primaires des gènes ABO. On a un intermédiaire. Les produits des gènes sont des enzymes : glycosyl transférase. Les antigènes sont des sucres terminaux de chaînes glycolipidiques ou glycoprotéines fixées sur un sucre qui sera le fucose et correspond au gène H ou substance H. Les gènes A et B codent pour des enzymes qui entraînent la formation des antigènes A et B. Ces antigènes vont être associés au gène H. L'enzyme qui code pour le gène H est une glycosyl transférase : fucosyl-transérase. Il permet d'accrocher un fucose sur une substance de base à la surface des GR. Pour le gène A, c'est un autre sucre et c'est l'enzyme N- acétyl galactosamine transférase. Il accroche un N acétyl galactosamine sur la substance H. Ca permet de former l'antigène pour le groupe A. Pour le gène B, c'est la D-galactose transférase qui accroche le D-galactose sur la substance H. Si un sujet présente les deux enzymes, ça permettra la formation des antigènes de groupe A et B, c'est un patient de type AB. Un patient de groupe O aura uniquement le fucose. Résumé : (A savoir par cœur) Gène Groupe Enzyme Sucre immunodominant O O Fucosyl transférase Fucose (substance H) A A N-acétylgalactosamine-transférase N-acétylgalactosamine B B D-galactosyl transférase D-galactose B) Cas particuliers 1) Sujets Bombay Le premier cas particulier a été découvert en Inde à Bombay. Le fucosyl transférase permet d'accrocher la substance H. Au niveau du gène H, on a 2 types d'allèles : un H dominant (H) un H récessif (h) Ces sujets de type Bombay ont 2 allèles récessifs. Ces patients ne vont pas présenter de fucosyl transférase et de substance H. S'ils n'ont pas de substance H, ils ne peuvent pas être considérés comme O. Ils ne peuvent pas recevoir de sucre terminal des gènes A et des gènes B. Avant, on pensait qu'ils étaient de groupe O, mais ce n'est pas le cas car ils n'ont pas la substance de base. 4/8

5 Concernant la transfusion, ces patients ne peuvent pas recevoir de sang de groupe A ou B ni de groupe O. Ils ne peuvent recevoir que du sang Bombay. On a eu de nombreuses erreurs de transfusion. 2) Groupes faibles L'expression de certains AG notamment A est faible. Dans l'allèle de type A. on a : un allèle dominant 80% : allèle de type A1 un allèle de type A2 : 20%. On a une différence qualitative et quantitative. Il y a une différence structurale. L'allèle A2 présente une délétion d'un nucléotide au niveau de son extrémité N terminale. Les patients ayant des allèles de type A2 vont coder moins d'antigènes A que les allèles de type A1. S'ils codent moins d'antigènes, tous les sites de substances H ne seront pas couverts par les antigènes de groupe A. Donc les sites de groupe H libres seront plus importants. La performance de l'enzyme A2 sera moins importante par rapport à l'enzyme A1. Lorsqu'on veut faire des réactions pour déterminer le groupe sanguin, la réactivité du groupe A2 est plus faible. Cela peut entraîner des difficultés de groupage. IV) Répartition dans l'organisme A) Les antigènes Les antigènes A et B sont présents dans tous les tissus sauf au niveau des cellules nerveuses, de l'os et de la cornée. Les greffes de cornée n'entraînent pas de complication, pas de rejet systématique. Ces AG de type A et B sont nombreux au niveau des liquides biologiques : salive, plasma. Ils sont présents sous forme soluble pour 80% des sujets. 20% des sujets sont non sécréteurs. La sécrétion de la forme soluble est contrôlée par le gène Se (dominant) et se( récessif). Le sujet est sécréteur quand le gène Se est présent. Dans 80% des cas, on peut trouver le groupe sanguin avec la salive. Les substances H, A et B sont largement réparties dans la nature : bactérie, cellules végétales. Certaines situations pathologiques présentent certaines modifications acquises des antigènes A et B au cours des myélodysplasies et des leucémies aiguës. On a une perte des antigènes à la surface des hématies. B) Les anticorps Ils sont plasmatiques. Dans le système ABO, les anticorps correspondant aux antigènes absents de la surface de l'hématie sont toujours présents dans le sérum. Ce sont des anticorps naturels. Un patient de groupe A présente à sa surface des antigènes de type A. D'un point de vue du génotype, il est soit AA soit AO. Il présente des anticorps anti B. Pour le groupe B, il a des anticorps de type anti-a. Pour le groupe AB, il n'a pas d'anticorps. 5/8

6 Dans le groupe O, il a des anticorps anti-a et anti-b. Ces anticorps apparaissent de manière spontanée et sont de types réguliers. Ils sont présents de façon constante et sont toujours retrouvés en fonction de l'absence d'antigène. Ces anticorps peuvent apparaître secondairement à la stimulation antigénique de l'environnement (ex : bactéries, flore intestinale). Chez les nouveaux-nés, les anticorps ne sont pas présents avant l'âge de 3 ou 6 mois. Les nouveaux-nés ont un groupage sanguin provisoire à cause de l'immaturité des AG et des AC. Ces anticorps sont de type IgM. Ces IgM ne traversent pas la barrière foeto-placentaire. Ils sont agglutinants, ils permettent d'agglutiner les GR en milieu salin et à température ambiante. Ils sont spécifiques à un antigène donné. Ils sont dits hémolysants. Lorsque l'anticorps se lie à l'antigène correspondant, il est capable d'induire la lyse du GR et donc être responsable d'accidents hémolytiques de transfusions. La prévention est de transfuser uniquement dans le système ABO compatible. V) Détermination du système ABO La répartition géographique de ces groupes est variable. Le groupe B est surtout présent en Asie. Le groupe A est essentiellement au niveau de l'europe et le bassin méditerranéen. Le groupe 0 est en Amérique latine. En France, le groupe dominant est le groupe A à 45% et le groupe O à 43%, les plus rares sont les sujets du groupe AB. Intérêts : Transfusion sanguine pour éviter accident hémolytique Transplantation rénale Suivi des femmes enceintes Recherche des anémies hémolytiques auto-immunes (AHAI) Recherche de paternité Les erreurs liées à une mauvaise transfusion sont rares. Une erreur de transfusion dans le système ABO peut tuer : 2 erreurs mortelles par an en France. La détermination du système ABO est toujours réalisée par 2 méthodes : Épreuve globulaire ou de Beth-Vincent : déterminer les AG présents à la surface du GR Épreuve sérique ou de Simonin-Michon : déterminer les AC naturels sériques Il faut absolument une concordance entre les 2 épreuves. 6/8

7 La détermination définitive du phénotype ABO nécessite obligatoirement les 2 épreuves sur 2 prélèvements différents. Chacun examiné par 2 techniciens différents (sauf si automates) à des temps différents. Le sang est anti coagulé avec du citrate ou l'edta. Ce prélèvement sanguin est centrifugé pour séparer le plasma des cellules. Au niveau du sérum on trouve de nombreuses protéines avec les AC du groupe sanguin. B) Épreuve de Beth-Vincent ou globulaire Elle nécessite l'utilisation des GR du patient + ajout d'anticorps anti A, anti B ou anti AB connus et si possible anti H pour les sujets Bombay. Si on a une agglutination entre le GR du patient et les anticorps déterminés, on a présence des antigènes sur le GR du sujet. C) Épreuve Simonin- Michon ou sérique Elle permet de mettre en évidence les anticorps du patient. Elle nécessite l'utilisation du sérum du patient qui contient des anticorps ou non. On met les anticorps en contact avec des GR tests de type A, B ou O. S'il y a une agglutination, on a présence de l'anticorps dans le sérum du sujet. Une réaction d'agglutination est caractérisée par la réunion en amas «agglutinats» d'antigènes particulaires ou cellulaires après fixation d'anticorps agglutinats. Les agglutinats peuvent être visualisés à l œil nu. Agglutination Pas d'agglutination Exercice : Pour déterminer le groupe sanguin, on réalise les deux épreuves 7/8

8 On a un sujet chez qui on a fait une épreuve globulaire. Le patient présente des antigènes de type A car il réagit avec les anticorps anti-a et aussi quand on met les anticorps anti A et anti B. On prend son sérum. Le patient présente des anticorps de type anti B. Le patient est de groupe A.On valide cette détermination. Le patient présente des antigènes de type B et des anticorps de type anti A. Le patient est de groupe B. Le patient présente des hématies de type AB. Il y a une absence d'anticorps. Le patient est de groupe AB. Le patient n'a pas d'ag sur ses hématies. Pour le second test, il a des anticorps anti-a et anti-b. Il est de groupe O. Il faut des témoins négatifs obligatoires : Témoin auto : GR à tester + sérum à tester Témoin AB : Sérum AB + GR à tester Témoin «allo» : GRO + sérum à tester VI) Règles de transfusion Un patient de groupe O peut recevoir du sang de groupe O. Un patient de groupe B peut recevoir du B Un patient de A peut recevoir du A Un patient AB peut recevoir du AB. Les sujets de type AB sont receveurs universels car ils n'ont pas d'anticorps. Au niveau de la transfusion on donne des GR et pas de sérum. Les sujets de type O sont donneurs universels car il n'y a pas d'antigènes de surface qui peuvent être reconnus par le receveur. Lorsqu'on fait une transfusion, il y a toujours des vérifications effectuées en amont sur le receveur et la poche de sang à transfuser. On a une vérification ultime au lit du patient obligatoire et réglementaire fait juste avant la transfusion. On vérifie l'identité du patient, sa date de naissance et la compatibilité du patient avec la poche de sang à transfusée. On met dans une case le sang du patient, dans une autre le sang de la poche. Il doit y avoir une concordance totale entre les deux colonnes. Exemple : Réaction négative d'antigène A pour le patient. Réaction positive pour le culot. Le patient est de groupe O. La poche est de groupe A. On ne peut pas transfuser la poche de sang chez le patient. On parle d'incompatibilité entre ces 2 phénotypes. 8/8

LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD

LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD ETSL LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD TP 2 GABIN-GAUTHIER 11/11/2009 I. HISTORIQUE... 2 II. GENERALITES SUR LES GROUPES ABO (H)... 2 1. DEFINITION... 2 2. NATURE ET SYNTHESE DES AG ERYTHROCYTAIRES...

Plus en détail

Chap.4 LES GROUPES SANGUINS

Chap.4 LES GROUPES SANGUINS Chap.4 LES GROUPES SANGUINS O B B O A A AB A B AB O O A A O AB AB I- I-Le Système ABO A) A) Historique B) B) Principe du du Système ABO : 1) 1) Des Des Antigènes nes àla la surface des des hématies ::

Plus en détail

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus I. Introduction 1. Principe La réaction antigène-anticorps lorsqu'elle met en œuvre

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900.

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900. 04.01.00. GROUPES SANGUINS Dr Deschamps 1 ) DEFINITION : a) Groupe : Ensemble d individus qui ont un caractère en commun et se distinguent ainsi des autres. b) Sanguin : Concerne une cellule ou une molécule

Plus en détail

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né né Dr Marie-José STELLING Musée des grenouilles à Estavayer-le-Lac Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un

Plus en détail

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT ET SA GÉNÉTIQUE Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon I/ LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT Le système de groupe sanguin du

Plus en détail

LES GROUPES SANGUINS

LES GROUPES SANGUINS LES GROUPES SNGUINS Coordination Régionale d émovigilance Docteur Mahdi TZEROUT Madame Yolande GLINIER Direction Régionale des ffaires Sanitaires et Sociales Midi-Pyrénées 10 Chemin du Raisin 31050 TOULOUSE

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales. Thème 3A2 L immunité adaptative. Le groupage sanguin ABO

Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales. Thème 3A2 L immunité adaptative. Le groupage sanguin ABO édusol accalauréat général Sciences de la vie et de la Terre nnale zéro Sciences de la vie et de la Terre Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales Thème 32 L immunité adaptative Sujet

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Épreuve B (durée 3h) La membrane plasmique des globules rouges

Épreuve B (durée 3h) La membrane plasmique des globules rouges Épreuve B (durée 3h) La membrane plasmique des globules rouges Les globules rouges ou hématies sont des cellules sanguines qui contiennent l hémoglobine, et par conséquent transportent l O 2 dans le sang.

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

Montbéliard Strasbourg

Montbéliard Strasbourg Vesoul Besançon Belfort Montbéliard Strasbourg Colmar Lons-le-Saunier Mulhouse Contrôle ultime pré-transfusionnel Travail interrégional Alsace - Franche-Comté Version 1-2008 Ont participé à la réalisation

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Contrôle Ultime AU LIT DU MALADE V4-1003

Contrôle Ultime AU LIT DU MALADE V4-1003 Contrôle Ultime AU LIT DU MALADE Contrôle ultime au lit du malade Pour augmenter la sécurité transfusionnelle en évitant les incompatibilités de groupe sanguin : Ayez le bon réflexe avec la Safety Card

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE

FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE Réunion du 21 octobre 2004 Site de Médipole Dr Marc MENU Médecin Biologiste Directeur scientifique Diamed France Institut Jacques BOY A. INDICATIONS Les

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Les groupes sanguins chez les chats

Les groupes sanguins chez les chats Les groupes sanguins chez les chats Texte de Florence RICHARD Un peu d historique : C est en 1912, que le professeur Ingebrigtsen découvrit l'existence d'isoagglutinines sériques qui réagissent avec les

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

Renseignements importants concernant la révision des formulaires de commande de produits sanguins. Lettre aux clients n o 2008-03 revue et corrigée

Renseignements importants concernant la révision des formulaires de commande de produits sanguins. Lettre aux clients n o 2008-03 revue et corrigée 1800 Alta Vista Ottawa, ON K1G 4J5 T 613.739.2300 F 613.731.1411 www.blood.ca www.sang.ca Renseignements importants concernant la révision des formulaires de commande de produits sanguins Lettre aux clients

Plus en détail

Anémie hémolytique du nouveau-né

Anémie hémolytique du nouveau-né Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un anticorps anti-érythrocytaire dans le plasma maternel passage de cet anticorps dans le sang fœtal par voie placentaire

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

Validation d'une méthode pour les isoagglutinines en gel

Validation d'une méthode pour les isoagglutinines en gel Travail de diplôme Validation d'une méthode pour les isoagglutinines en gel Carole Jaccoud ESSanté, 53 ème volée CHUV, Unité de Médecine Transfusionnelle Stage en immunohématologie du 21.10.2013 au 28.03.2014

Plus en détail

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments.

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments. Origine et devenir des nutriments (corrigé du prof) 5 ème Acquis : - 6 ème : végétaux et animaux servent à produire des aliments constitués de lipides, glucides et protéines. Mise en évidence de l amidon

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

Liste des codes produit d'immunohématologie

Liste des codes produit d'immunohématologie Liste des codes produit d'immunohématologie Canada N de pub. : J55734 Révision : 2014-08-27 Le tableau ci-dessous répertorie les réactifs et consommables utilisés en immuno-hématologie et référencés au

Plus en détail

Technologie d analyses biomédicales (140.B0)

Technologie d analyses biomédicales (140.B0) Technologie d analyses biomédicales (140.B0) Description - cours de la formation générale Éducation physique (109) 109-101-MQ Activité physique et santé Le cours vise à analyser sa pratique de l activité

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Etablissement de Soins

Etablissement de Soins Sécurité transfusionnelle au niveau d un Etablissement de Soins 1 Sur prescription médicale prélever en deux temps, en deux points de ponction et par deux opérateurs différents la première puis la seconde

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT Recommandations de l ASMT et de T-CH CRS à l attention du personnel de laboratoire et des établissements de soin sur les analyses immuno-hématologiques

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

Les protéines fibreuses:

Les protéines fibreuses: D- Hiérarchie dans la conformation des protéines Les protéines fibreuses: Le collagène: Le derme de la peau est formé d'un dense treillis de fibres de collagène La kératine : Les ongles, la couche cornée

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien.

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien. 1 CHAPITRE II Des protéines actives dans la catalyse : les enzymes 2 L ensemble des caractères observables ou non d un individu constitue son phénotype. Ces caractères sont observables directement sur

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Contrôle de Qualité en Biologie Médicale Formation Qualité et Biosécurité Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Projet RESAOLAB Thiès, Août 2012 Eviter la Camisole de Force Essayer d être un Praticien

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

REFERENCE : B.O N 4336-13 rejeb 1416 (6-12-95).

REFERENCE : B.O N 4336-13 rejeb 1416 (6-12-95). REFERENCE : B.O N 4336-13 rejeb 1416 (6-12-95). Décret n 2-94-20 (22 joumada II 1416) 16 novembre 1995 pris pour l'application de la loi n 03-94 relative au don, au prélèvement et à l'utilisation du sang

Plus en détail

LICENCE BIOLOGIE-BIOCHIMIE- TERRE-ENVIRONNEMENT

LICENCE BIOLOGIE-BIOCHIMIE- TERRE-ENVIRONNEMENT LICENCE BIOLOGIE-BIOCHIMIE- TERRE-ENVIRONNEMENT Domaine ministériel : SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTÉ Mention : BIOLOGIE-BIOCHIMIE-TERRE-ENVIRONNEMENT Présentation La première année de la licence Biologie-Biochimie-Terre-

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

SUVI DE LA FEMME ENCEINTE. Suivi de la RAI positive : Titrage microtitrage Prise en charge clinique et biologique de la femme immunisée

SUVI DE LA FEMME ENCEINTE. Suivi de la RAI positive : Titrage microtitrage Prise en charge clinique et biologique de la femme immunisée SUVI DE LA FEMME ENCEINTE Suivi de la RAI positive : Titrage microtitrage Prise en charge clinique et biologique de la femme immunisée INCOMPATIBILITES FOETO-MATERNELLES ERYTHROCYTAIRES Epidémiologie Incidence

Plus en détail

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Préparation à l Agrégation Interne Paris VI 2009-2010 Séances des 19 et 23 septembre LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Les mots clés : Lipide, glucide, protide, acide nucléique, monomère, polymère,

Plus en détail

Titre : Manuel de prélèvement des examens réalisés au laboratoire d Immuno-hématologie. Approbateur : V. Ferrera

Titre : Manuel de prélèvement des examens réalisés au laboratoire d Immuno-hématologie. Approbateur : V. Ferrera LAB IHE PR 002 G 12 EFS Alpes-Méditerranée 1/13 Titre : Manuel de prélèvement des examens réalisés au laboratoire d Immuno-hématologie érythcahier Erythrocytaire des charges Revue de Contrat prélèvements

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

LES DIFFERENTES CONSTANTES BIOLOGIQUES DU SANG ET DES URINES

LES DIFFERENTES CONSTANTES BIOLOGIQUES DU SANG ET DES URINES LES DIFFERENTES CONSTANTES BIOLOGIQUES DU SANG ET DES URINES I) Le sang : I-1) La numération formule sanguine (NFS) : Les hématies ou globules rouges : On en compte 3,5 à 5,5 millions/mm3. Cet examen isolé

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT Recommandations de l ASMT et de T-CH CRS à l attention du personnel de laboratoire et des établissements de soin sur les analyses immuno-hématologiques

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

D evoir de contrôle n 3

D evoir de contrôle n 3 Lycées G aafour 2 Professeur: M E SSA O U D I M ohsen D evoir de contrôle n 3 25/04/201 2014 4 èm e èm e Sc.E xp E preuve : sciences de la vie et de la terre D urée : 2 H Coefficient : 4 Partie I (12 points)

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2 Convention N 889 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-1285 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Transfusion: Methode de Lewisohn

Transfusion: Methode de Lewisohn Transfusion: Methode de Lewisohn TRANSFUSION SANGUINE I - RAPPEL groupe ABO groupage ABO groupe Rhésus RAI contrôle ultime II - PRODUITS DERIVES DU SANG et LEURS INDICATIONS A - LE SANG TOTAL B - CONCENTRES

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Notice : information de l utilisateur. VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa

Notice : information de l utilisateur. VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa B. NOTICE 1 Notice : information de l utilisateur VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES CATALOGUE DES FORMATIONS Formation continue Formation universitaire Développement Professionnel

Plus en détail

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Simulation Quizz d éd évaluation 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Unité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance CHU de Bordeaux La sécurits curité transfusionnelle

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES ED IMMUNOLOGIE L3

TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES ED IMMUNOLOGIE L3 TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES ED IMMUNOLOGIE L3 UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES Pr INWOLEY Pr DEMBELE PLAN INTRODUCTION I. GENERALITES SUR LES REACTIONS ANTIGENES-ANTICORPS II. REACTIONS DE PRECIPITATION

Plus en détail