Evaluation des éléments organique et minérale de dix (10) variétés de patate douce Ipomoea batatas (L.) Lam cultivées en champ à Bongor (Tchad)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation des éléments organique et minérale de dix (10) variétés de patate douce Ipomoea batatas (L.) Lam cultivées en champ à Bongor (Tchad)"

Transcription

1 Evaluation des éléments organique et minérale de dix (10) variétés de patate douce Ipomoea batatas (L.) Lam cultivées en champ à Bongor (Tchad) Alain Ignassou DJINET 1, Rasmata NANA 1, Zoumbiéssé TAMINI 1 1 Laboratoire d Ecophysiologie végétale, Université de Ouagadougou, 09 BP 848 Ouagadougou 09, Burkina Faso. Auteur pour la correspondance : Résumé L objectif de l étude a été de déterminer les caractéristiques nutritionnelles des tubercules de dix(10) variétés de patate douce Ipomea batatas (L.) Lam. Des analyses réalisées au laboratoire ont permis de déterminer les teneurs en sucres, en protéine, en vitamine A, en sels minéraux et en cendres. Il ressort que la variété Jewel qui enregistre 24,76 % de sucres totaux, 10,16 % de sucres réducteurs et 1991,13 µg/g de β carotène est la plus importante comparativement aux autres. La variété BF 139 se distingue aussi des autres par une teneur plus importante en protéine soit 2,20 %. Par contre, la variété BF 108 a montré une teneur en calcium (303,20 mg/ 100 g) et phosphore (435,66 mg/100g) plus grande. Par ailleurs, la variété BF 142 s est montrée plus intéressante en fer (27,27 mg/100 g), en Zinc (3,04 mg/100 g) et en potassium (1729 mg/100g de matière sèche). La variété BF 140 a une teneur plus élevée en cendres. This study was conducted to highlight the nutritional characteristics of tubers of ten (10) varieties of sweet potato Ipomea batatas(l.) Lam. Analyzes performed in the laboratory were used to determine the levels of sugars, protein, vitamin A, mineral and ash. Results, it appears that the Jewel variety registering % total sugars, reducing sugars % and µg/g of β-carotene is most important compared to other. BF 139 variety is distinguished from others by higher protein content is 2.20 %. As against the variety BF 108 showed calcium content ( mg/100g) and the phosphorus ( mg/100 g) larger. Moreover, the BF 142 variety was more interesting iron (27.27 mg/100 g), Zinc (3.04 mg/100 g) and potassium (1729 mg/100 g dry matter). BF 140 variety has higher ash content. Keywords: Ipomea batatas, Bongor, variety, mineral matter, organic matter. Mots clés : Ipomea batatas, Bongor, Variété, Matière minérale, Matière organique. Abstract

2 I- Introduction La patate douce est une plante à racines tubérisées qui présente un intérêt économique considérable dans les zones tropicales et même dans certaines zones tempérées d Europe du Sud et des Etats-Unis [1]. Elle est cultivée comme plante annuelle, pour la consommation de ses tubercules, notamment en alimentation humaine [2]. Depuis longtemps, la patate douce est considérée comme une culture pouvant servir à préserver de la famine. Par exemple au Congo, la patate douce est exploitée à petite échelle par les femmes surtout. Elle joue un rôle prépondérant dans la sécurité alimentaire familiale, notamment dans le Bushi (région de la province orientale du sud Kivu) où elle porte le nom de «Cilera Bana» qui signifie gardien des enfants car sa présence permet d'assurer la survie des enfants [3]. L identification des variétés qui possèdent des éléments nutritifs importants pourrait contribuer efficacement à pallier certaines carences observées dans les pays africains en général et en particulier au Tchad. L objectif de ce travail est d évaluer quelques éléments organique et minéral des tubercules de dix (10) variétés de patate douce afin de fournir un outil de base pour une amélioration variétale. II-Matériel et méthodes II.1- Matériel végétal Les boutures de patate douce utilisées dans cette étude provenaient de la station de l Institut National de l Environnement et de la Recherche Agricole (INERA) de Kamboinsé (Burkina Faso). Dix (10) variétés ont servi de matériel de base. Il s agit des variétés BF 139, Jewel, BF 13, BF 11, TIB, BF 59, BF 142, BF 108, BF 140 et BF 40 (Tableau I). Tableau 1 : Caractéristiques essentielles de dix (10) variétés de patate douce expérimentées Variétés Or LC TP AGLF NLF CPT CP BF 139 Burkina 3 mois déployé triangulaire 5 Orange Orange Jewel Pérou 3-4 mois déployé triangulaire 7 Orange Orange foncé BF 13 Burkina 3 mois Très déployé triangulaire 3 Blanche Jaune pâle BF11 Burkina 3 mois déployé triangulaire 5 Rouge Jaune pâle TIB Pérou 3-4 mois déployé hasté 5 Orange Orange BF 59 Burkina 3 mois Très déployé triangulaire 9 Crème Jaune pâle BF 142 Burkina 3 mois Semi érigé triangulaire 1 Rose Blanche BF 108 Burkina 3 mois Très déployé triangulaire 3 Rouge Blanche BF 140 Burkina 3 mois déployé hasté 5 Crème Blanche BF 40 Burkina 3 mois Très déployé triangulaire 9 Rouge Jaune pâle Or : origine, LC : longueur du cycle, TP : type de plante, AGLF : aspect général du limbe foliaire, NLF : nombre de lobes Foliaires, CPT : couleur de la peau du tubercule, CP : couleur de la pulpe.

3 II.2- Site expérimental L expérimentation a été conduite du 06 janvier 2012 au 26 avril 2012 soit 110 jours de cycle, dans le jardin expérimental de l Ecole Normale Supérieure de Bongor ( latitude Nord et à longitude Est) au Tchad. Les boutures obtenues ont été cultivées dans des conditions de culture standard au champ. II.3-Dispositif expérimental Les boutures utilisées pour les expérimentations avaient sensiblement 3 à 4 entre nœuds. Elles ont été plantées sur des billons préalablement préparés. Trois(3) billons ont été utilisés pour chaque variété et ceci a été répété 3 fois, formant ainsi trois(3) blocs. Pour chaque variété, 4 boutures ont été retenues soit 360 boutures pour les dix(10) variétés. La distance entre les boutures d une même variété sur le billon a été de 50 cm, l espacement entre les billons a été de 1 m et l espace entre les blocs de 1m également. La densité à l hectare a été de plants. II.4- Méthodes Les analyses des éléments ont été faites au Bureau National de Sol du Burkina Faso Analyse des éléments organique et minéral La méthode de Miller [4] a été utilisée pour la détermination des sucres réducteurs et celle de [5] a été utilisée pour doser les sucres totaux. Par contre les protéines totales ont été déterminées suivant la méthode de [6]. La vitamine A (β-carotène) a été déterminée par la méthode de la Chromatographie Liquide Haute Performance (HPCL). Le Principe consiste à analyser l échantillon qui traverse une colonne remplie d une phase stationnaire et est entraîné par un solvant vecteur appelé phase mobile. Les principes actifs de l échantillon migrent de manière différentielle en fonction de leur polarité et de leur masse volumique. A la sortie de la colonne, chaque principe actif est quantifié par un détecteur. Sur le chromatogramme, le principe actif est matérialisé par une courbe qui est caractérisée par son aire et son temps de rétention. Pour obtenir la teneur, il est donc nécessaire de disposer d un standard de caroténoïde. La méthode décrite dans AFNOR [7] a permis de déterminer les cendres totales. Les éléments minéraux tels que le fer, le zinc et le calcium ont été dosés par la méthode d absorption atomique. Cette méthode consiste à mélanger l échantillon à de l acide nitrique concentré avec évaporation sur bain-marie. Les teneurs totales en ces éléments minéraux sont déterminées dans une solution diluée. L élément phosphore total est déterminé directement à l auto-analyseur Pour cette méthode d auto-analyseur Skallar, l échantillon est soumis à une minéralisation avec du H 2 SO 4 et du C 7 H 6 O 3 en présence de H 2 O 2. Le sélénium est utilisé comme catalyseur. Après cette minéralisation, la solution aqueuse est mélangée à du carbone actif et filtré par la suite. Pour la détermination du potassium la méthode de photomètre à flamme a été utilisée, le principe est le même que celui du phosphore. II.5-Traitement et analyse statistiques. Les résultats relatifs aux paramètres évalués ont été soumis à une analyse de variance (ANOVA). Les tests de comparaison des moyennes ont été effectués selon la méthode de Fisher au seuil de 5%. Le logiciel utilisé pour traiter les données est XLSAT version III- Résultats et discussions III.1- Résultats III.1.1- Eléments organiques Les teneurs en sucres totaux, sucres réducteurs et les protéines totales ont été différents selon les variétés (Figure 1). Il existe une différence significative au seuil de 5% avec P < 0,0001 entre les variétés pour la teneur en sucres totaux. Les teneurs en sucres totaux des variétés ont varié de 11% à 24,76%.

4 La plus grande valeur est obtenue chez la variété Jewel (24,76 %) et la plus faible est enregistrée chez la variété BF 40 (11 %). Pour les sucres réducteurs des variétés, les teneurs ont varié de de 4,28 % à 10,16 % avec une différence hautement significative (P < 0,0001) entre les variétés. La teneur la plus élevée est observée chez la variété Jewel et la plus faible chez la variété BF 142. Cependant les protéines totales ont varié entre 1,57 % et 2,20 % avec une différence hautement significative entre les variétés au seuil de 5 % avec P < 0,0001. La variété BF 139 a une teneur supérieure. Par contre, la variété BF 59 a la faible teneur en protéine. Les quantités de vitamine A notées chez trois variétés à la chair orange (BF 139, Jewel et Tib) ont été respectivement de 498,15 µg, 1991,135µg et 168,42µg pour 100g de matière sèche. Figure 1 : Teneurs en matières organiques des dix(10) variétés de patate douce expérimentées à Bongor (Tchad) III.1.2-Eléments minéraux Quant à la teneur en phosphore, elle a varié de 137,66 mg/ 100 g à 435,66 mg/ 100 g de matière sèche. Les variétés ayant plus de phosphore sont la BF 108 et TIB (435,66 mg /100 g) et celle ayant moins de phosphore est Jewel (137,66 mg /100 g). Les résultats statistiques montrent qu il existe une différence significative (P < 0,0001) entre les variétés. Concernant, la teneur en potassium total, elle a varié de 998,33 mg/100 g à 1729,50 mg/100 g de matière sèche. La valeur la plus élevée est observée chez la variété BF 142(1729,50 mg/100 g) et la plus faible est rencontrée chez la variété BF 11 (998,33 mg/100 g). La différence entre les variétés a été hautement significative (P < 0,0001). Il existe également une différence significative (P < 0,0001) entre les variétés pour la teneur en fer. Cette teneur en fer a varié de 19,83 mg/100 g à 27,27 /100 g de matière sèche. La plus grande teneur est constatée chez la variété BF 142 (27,27 mg/ 100 g). Par contre, la teneur la plus faible est enregistrée chez la variété TIB (19,83 mg/ 100 g). Pour la teneur en zinc, elle a varié de 1,89 mg/100 g à 3,04 mg/100 g de matière sèche. La teneur la plus élevée est observée chez la variété BF 142 (3,04 mg/100 g) et la plus faible chez la variété BF 11 (1,89 mg/ 100 g). Entre les variétés il existe une différence significative ( P < 0,0001). La teneur en cendre a varié de 3,08 % à 6,26 %. La valeur la plus élevée est observé chez la variété BF140 (6,26 %) et la plus faible chez la variété BF 11(3,08 %). L analyse des variances a montré qu il existe une différence significative entre les variétés (P < 0,0001). Il existe une différence hautement significative (p < 0,0001) entre les variétés pour la teneur en calcium (Tableau II). Les teneurs ont varié de 178,2 mg /100g à 303,2mg/100 g de matière sèche. La teneur la plus faible est observée chez la variété TIB (178,2 mg/100 g) et la plus élevée chez la variété BF 108(303,2 mg/100 g).

5 Tableau II : Teneur en minéraux des tubercules de patate douce expérimentée à Bongor (Tchad) Variétés Ca P K Fe Zn Cendres (mg/100g MS) (mg/100g MS) (mg/100g MS) (mg/100g MS) (mg/100g MS) (%) BF ,53 d 332,66 d 1540,33 b 26,06 b 2,87 b 3,43 ef Jewel 241,80 c 137,66 f 1426,33 c 22,15 d 2,81 b 3,99 de BF ,46 e 367,00 bc 1511,66 b 22,58 d 2,07 e 4,63 bc BF ,46 d 344,00 cd 998,33 f 22,37 d 1,89 f 3,08 f TIB 178,20 h 435,66 a 1254,66 e 19,83 e 2,42 d 4,10 cd BF ,06 g 367,00 bc 1226,33 e 20,06 e 2,15 e 4,96 b BF ,75 f 231,00 e 1729,50 a 27,27 a 3,04 a 4,35 bcd BF ,20 a 435,66 a 1340,33 d 26,76 a 2,62 c 6,18 a BF ,36 d 390,00 b 1540,33 b 26,76 a 2,50 cd 6,26 a BF ,10 b 374,66 b 1311,66 d 24,70 c 2,14 e 3,09 f Ca: calcium; P: phosphore; K: potassium; Fe: Fer; Zn: zinc Il manque la légende expliquant les chiffres en exposants selon les colonnes ou les lignes???????

6 III.2- Discussion La teneur en sucres totaux et réducteurs a varié de façon significative d une variété à une autre. Pour les sucres totaux, les quantités obtenues se rapprochent de celles obtenues (5,88 à 25,85 %) par Van der Veken et De Lannoy [8] sur la variété du Centre pour le Développement de l Horticulture N 1(CDH N 1) de la patate douce cultivée au Sénégal. Ces auteurs ont montré que la teneur en sucres était fonction du cycle de la variété et de la période pendant laquelle la récolte a été effectuée. S agissant des sucres réducteurs de ces variétés de patate douce, nos résultats sont supérieurs à ceux obtenus par Ouédraogo [9] pour des teneurs de l ordre de 5,14 et 6,08 % chez deux autres variétés de patate douce. Parmi les variétés exploitées, la variété Jewel semble, la meilleure en termes de sucres totaux et de sucres réducteurs. Les teneurs en protéines obtenues sont proches de celles obtenues par Ouédraogo [9] (1,73 à 1,96 %) et Van der Veken et De Lannoy [8] (1,03 à 4,4%) sur autres variétés de patate douce et la variété CDH N 1. Ces derniers auteurs ont montré que cette teneur en protéines varie également en fonction du cycle de la variété CDH N 1car des analyses faites sur des tubercules récoltés à 80 jours, 100 jours, 120 jours et 140 jours, ont donné des résultats différents. De façon générale, la teneur en protéine de la patate douce est nettement faible comparativement aux autres plantes connues telles que l igname Dioscorea dumetorum (Kunth) pax qui a une teneur de l'ordre de 9,6g/ 100 g de matière sèche [10]. Les teneurs en β-carotène (vitamine A) obtenues sont comparables à celles obtenues [11] sur les variétés de patates douces cultivées au Rwanda. Ces valeurs sont obtenues chez les variétés à chair orange et ont varié entre 1,68 et 1,85 %. Par ailleurs, ce même auteur a signalé l'absence de la β-carotène (vitamine A) chez les variétés à chair blanche. Les teneurs en sels minéraux et en cendres ont varié également d une variété à une autre. En effet, pour la teneur en calcium, nos résultats sont supérieurs de ceux obtenus [12] sur le tubercule non conventionnel de Tacca leontopetaloides (L.) Kuntze, une plante de la famille des dioscoreacées dont la valeur est estimée à 83,65 mg/ 100 g de matière sèche. Sur les feuilles de la patate douce, les valeurs obtenues par certains autres [13] et [14] sont respectivement de 8,83 µg / g et 27,99 mg / 100 g de matière sèche. Cependant, les valeurs obtenues sur Dioscorea bulbifera sont de l ordre de 11,04 et 13,1 % [15]. Parmi toutes les variétés étudiées, BF 108 a présenté une teneur plus importante en calcium. La teneur en phosphore est plus importante chez les dix variétés de patate douce étudiées. Les valeurs obtenues sont proches de celles obtenues sur différentes variétés d igname [16]. En effet, ces valeurs sont de l ordre de 158,4 et 294,5 mg/ 100g de matière sèche. Tandis que les études de Libra et al. [15] donnent des valeurs de l ordre de 65,98 et 66,18 mg / 100 g. Sur les feuilles de la patate douce, la teneur en phosphore est de l ordre de 2590 à 5250 µg/ g de matière sèche [13]. Ce résultat montre que, les tubercules ont une teneur en phosphore beaucoup plus importante que les feuilles. Par ailleurs, les variétés BF 108 et TIB se sont montrées plus riches en phosphore. La teneur en potassium est proche de celle obtenus sur Discorea bulbifera qui a varié de 403 à 451,9 mg / 100g de matière sèche et de celle trouvée par [16], entre 475 et 1475 mg/ 100 g de matière sèche [15]. Par contre, les proportions obtenues par Lu Te Chuang et al. [13] vont de 18,5 à 25,2 µg/g. La teneur en potassium la plus importante a été observée chez la variété BF 142. De plus, les teneurs en fer ont été plus grandes que celles trouvées par Lu Te Chuang et al. [13]. Ces quantités varient entre 233 et 626 µg/ g alors que la teneur en fer obtenue dans le tubercule de patate

7 douce préparé est de 8,82 mg / 100g de matière sèche [14]. Mais, la valeur obtenue dans les tubercules non conventuel de Tacca leontopetaloides est de 317,12 mg/100 g de matière sèche [12]. Ce résultat montre que la patate douce, de façon générale a une teneur non négligeable en fer. Des dix (10) variétés étudiées, la BF 142 s est révélée avoir des tubercules plus riche en fer. Quant à la teneur en zinc, elle reste faible chez toutes les variétés de patate douce utilisées. Ces résultats se rapprochent de ceux obtenus chez des variétés d igname et qui sont de l'ordre 5,40 à 7,80 mg pour 100 g [16]. Néanmoins, parmi les variétés, la BF 142 a montré une teneur relativement importante. S agissant de la teneur en cendres totales, les résultats sont proches de ceux obtenus par [14] qui estiment la valeur à 8,83 % [14]. Conclusion L étude a montré que la variété BF 142 est plus riche en potassium, fer et zinc. En vitamine A et en sucres, la variété Jewel avait la teneur la plus élevée. S agissant de la teneur en phosphore, la variété BF 108 et TIB ont été plus riches. Par contre, la variété BF 108 présente une teneur en calcium et protéine la plus importante. Les teneurs en ces éléments obtenus permettront d'apprécier les différentes variétés afin de pouvoir amorcer un travail de sélection en vue d une éventuelle amélioration de la plante. Cependant, les variétés BF 108, BF 142 et Jewel sembles prometteuses pour le travail de sélection grâce à leurs teneurs plus importantes respectivement en éléments minéraux et organiques et peuvent être utilisé en complément dans les farines pour la préparation de la bouillie destinée aux malnutris. Remerciements Nous tenons à remercier la Coopération française, l Institut National de l Environnement et de la Recherche Agricole (INERA) de Kamboinsé, l Université de Ouagadougou et l Ecole Normale Supérieure de Bongor (ENSB) qui ont soutenu financièrement, matériellement et moralement ce travail. Bibliographies 1. Sihachakr D. et Ducreux G Regeneration of plants from protoplasts of sweet potato(ipomoea batatas(l) Lam.). In: Bajaj YPS, ed. Biotechnology in agriculture and forestry Vol. 23, Plant protoplast and genetic engineering IV. Springer-Verlag, Berlin, Heidelberg: Huatc.,Mateille T. et Huat J Etude de la sensibilité de la patate douce (Ipomoeabatatas) aux nématodes phytoparasites du genre Meloidogyne au Sénégal. Document interne IRD, PSI. Saint- Louis. Sénégal. 44p. 3. Mutombo T., Phemba P., Feruzi M., Lutaladio N.B. et Ewel P Pomme de terre et patate douce au Bushi. Edition du Centre d Etudes et de Recherche pour la Promotion Rurale. Institut Supérieur du Développement Rural, Bukavu. République Démocratique du Congo. 57 p. 4. Miller G.L Use of dinitrosalicylic acid reagent for determination of reducing sugar.analyticalchemistry. 31, Fox J.D. et Robyl J.F Miniaturization of three carbohydrate analyses using a microsample plate reader.analytical Biochemistry. 195, Bradfort M.M A rapid and sensitive method for the quantification of microgram quantities of protein utilizing the principle of protein- Dye Binding.Analytical Biochemistry 72,

8 7. AFNOR (Association Française de Normalisation) Recueil des normes française des produits dérivés des fruits et légumes. In jus de fruits. 1 ère édition. Paris, France. 327 P. 8. Van der Veken H. et De Lannoy G Synthèse de quelques aspects de la culture de la patate douce. Centre pour le Développement de l Horticulture. CAMSERENE- DAKAR 9. Ouédraogo N Valorisation des déchets de tubercule (patate douce et Igname) par laproduction de protéine d intérêt. Mémoire de DEA en Biotechnologie microbienne et cellulaire. Université de Ouagadougou. 55p. 10. Medoua N. G. J Potentiels nutritionnels et technologique des tubercules durcis de l igname Discoreadumetorum (Kunth) pax : etude du durcissement post-récolte et desconditions de transformation des tubercules durcis en farine. Thèse de Doctorat /PhD.254 p. 11. Ingabire M.R et Vasanthakaalam H Comparison of the nutrient composition of four sweet potato variéties cultivated in Rwanda.American Journal of Food and Nutrition. Print ISSN , doi: / ajfn Collinlaw J.N., Aba R.E., Aboubakar, Facho B., Yanou N.N., Mohamadou B.A etmbofung C.M Valeur nutritive de Tacca leontopetaloides (L) Kuntz, tubercule non conventionnel. Revue de Génie Industriel 3 : Lu Te Chuang, Glew R.H., Yuan C.W., Pei W.Y., Chih C.L., PreslyJ.M.,Schulze J et Chien W.H Comparison of the fatty acid, amino acid, mineral and antioxidant content of sweet potato leaves grown on Matsu islan and Mainland Taiwan. Global Science Books. X (Y): Il manqué le volume et la série???? 14. Olayiwola O.I., Abubakar H.N., Adebayo G.B et Oladipo Study of sweet potato (Ipomeabatatas Lam) foods for indigenous consumption through chemical and anti-nutritive analysis in Kwara, Nigeria. Pakistan Journal of Nutrition 8(12):. Il manqué les pages???? 15. Libra M.A., Gonnety J.T., Ahi A.P., Dabonne S., Ahipo E.D et Kouame L.P Physicochimical changes in Bulbils of two cultivars of Discoreabulbifera during the Ripening Period. Advance Journal of Food Science and Technology 3(5): Polycarp D., Afoakwa E.O., Budu A.S and Otoo E Characterization of chemical composition and anti-nutritional factor in seven species within the Ghanaian yam ( Discorea) germplasm. International Food Research Journal 19(3):

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2014

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2014 ISSN 1920-9037 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2014 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Laboratoire de recherches sur les grains Commission canadienne des grains

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION Première caractérisation du secteur (données 2012) SYNTHESE Etude du secteur des sauces condimentaires-oqali Données 2011-Edition 2013 EDITION 2014 Synthèse de l

Plus en détail

Procédés appliqués à l agro-alimentaire Vs Santé du consommateur

Procédés appliqués à l agro-alimentaire Vs Santé du consommateur Procédés appliqués à l agro-alimentaire Vs Santé du consommateur 2ièmes Journées Scientifiques du Réseau de Chercheurs GP3A de l'agence Universitaire de la Francophonie Université Laval, Québec, Canada

Plus en détail

Etude du séchage par infrarouge de feuilles d olivier d origine tunisienne

Etude du séchage par infrarouge de feuilles d olivier d origine tunisienne Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 111 116 Etude du séchage par infrarouge de feuilles d olivier d origine tunisienne Partie 2: Influence du séchage et du blanchiment sur les composés

Plus en détail

LA PREMIÈRE GAMME D ALOE VERA CONCENTRÉE LA NATURE 2X PLUS EFFICACE

LA PREMIÈRE GAMME D ALOE VERA CONCENTRÉE LA NATURE 2X PLUS EFFICACE LA PREMIÈRE GAMME D ALOE VERA CONCENTRÉE LA NATURE 2X PLUS EFFICACE L ALOE VERA UNE PLANTE CAPABLE DE RÉGULER SA PROPRE HYDRATATION L aloe vera, ou Aloe Barbadensis Miller est une plante succulente vivace

Plus en détail

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Les recommandations pour l alimentation

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

L analyse foliaire, cet outil inconnu

L analyse foliaire, cet outil inconnu Journée d information sur l asperge Une initiative de l Atelier asperge du Comité légumes Le mercredi 10 décembre 2003 Hôtel-Motel le 4-saisons Notre-Dame-du-Bon-Conseil L analyse foliaire, cet outil inconnu

Plus en détail

PCB ET DIOXINES DANS LES TRUITES LACUSTRES DU LÉMAN PCBS AND DIOXINS IN LAKE GENEVA TROUT

PCB ET DIOXINES DANS LES TRUITES LACUSTRES DU LÉMAN PCBS AND DIOXINS IN LAKE GENEVA TROUT Rapp. Comm. int. prot. eaux Léman contre pollut., Campagne 2014, 2015, 98-102 PCB ET DIOXINES DANS LES TRUITES LACUSTRES DU LÉMAN PCBS AND DIOXINS IN LAKE GENEVA TROUT CAMPAGNE 2014 PAR Patrick EDDER SERVICE

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2012 ISSN 920-9037 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 202 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personne-ressource : Ning Wang Gestionnaire de programme, Laboratoire de

Plus en détail

Etude minceur Etude d efficacité. Rapport

Etude minceur Etude d efficacité. Rapport Etude minceur Etude d efficacité Rapport Promoteur : Société AGETI 55 avenue Roger Salengro 13 003 MARSEILLE Moniteur : BIOFORTIS 42 rue la Tour d Auvergne 44200 NANTES Rapport clinique Essai n 3604 Ce

Plus en détail

Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre

Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre RESUME Journée Nationale sur la valorisation des Résultats de la Recherche Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre Dalel Toumi Azouz (1) & Mohamed Lassoued (2) (1) : IRESA (2)

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail

Stage d accompagnement de la mise en place du B2i (mars 2003) 1

Stage d accompagnement de la mise en place du B2i (mars 2003) 1 Stage d accompagnement de la mise en place du B2i (mars 2003) 1 PRESENTATION DU FRUIT Le fruit à pain est de la grosseur d un melon vert et on le récolte deux fois par an. Sa peau est mince et sa chair

Plus en détail

Composition nutritionnelle des feuilles de Moringa oleifera

Composition nutritionnelle des feuilles de Moringa oleifera 1 http://www.moringanews.org Composition nutritionnelle des feuilles de Document räalisä par MÄlanie Broin, PROPAGE Financement : Centre Technique de CoopÄration Agricole et rurale (CTA) ACP-UE On trouve

Plus en détail

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive.

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive. (Solanum tuberosum) Dénomination proposée: AAC Alta Cloud Numéro de la demande: 12-7520 Date de la demande: 2012/02/22 Requérant: Colorado State University Research Foundation, Fort Collins, Colorado (États-Unis)

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2011 par les autorités cantonales d exécution

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2011 par les autorités cantonales d exécution Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique (OFSP) Unité de direction Protection des consommateurs Berne, juin 2012 Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des

Plus en détail

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2012 par les autorités cantonales d'exécution

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2012 par les autorités cantonales d'exécution Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique (OFSP) Unité de direction Protection des consommateurs Berne, juillet 2013 Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINEE LE CAFE DU MONT ZIAMA

REPUBLIQUE DE GUINEE LE CAFE DU MONT ZIAMA REPUBLIQUE DE GUINEE LE CAFE DU MONT ZIAMA Présenté par : Mme SANOUSSI Marie Antoinette HABA, point focal Indications géographiques Atelier sur les indications géographiques Kampala, Ouganda 10 et 11 novembre

Plus en détail

Discussion entre experts sur les boissons énergisantes au Nouveau-Brunswick Le 1 er octobre 2013

Discussion entre experts sur les boissons énergisantes au Nouveau-Brunswick Le 1 er octobre 2013 Discussion entre experts sur les boissons énergisantes au Nouveau-Brunswick Le 1 er octobre 2013 Programme 1. À notre sujet 2. Au sujet des boissons énergisantes Les boissons énergisantes au Canada Les

Plus en détail

Données numériques des exemples et des exercices

Données numériques des exemples et des exercices Statistique théorique et appliquée Tome 1 et tome 2 Pierre Dagnelie Données numériques des exemples et des exercices Les données numériques des exemples et des exercices des deux tomes de Statistique théorique

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

BIO. " Plaisir et Santé au Naturel " Boisson P tit Dej Dessert Crème Cuisine. Français. Fabricant. 100% Végétal. Naturellement Sans %

BIO.  Plaisir et Santé au Naturel  Boisson P tit Dej Dessert Crème Cuisine. Français. Fabricant. 100% Végétal. Naturellement Sans % INSTANTAÉÉ - LIQUIDE INSTANTANÉ - LIQUIDE PROCÉDÉ BREVETÉ Naturellement Sans 0 % LACTOSE GLUTEN SOJA Fabricant Français Spécialiste du lait d'amande Depuis 1989 BIO 100% Végétal Boisson P tit Dej Dessert

Plus en détail

KIT COMPOSITION DU LAIT A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION (pour 10 binômes)

KIT COMPOSITION DU LAIT A RECEPTION DU COLIS : COMPOSITION (pour 10 binômes) : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ :sordalab@wanadoo.fr KIT COMPOSITION DU LAIT Ref: CPLAI A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en page 1 Stocker l ensemble

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie XI. En Normandie Parmi ses produits phares on se doit de citer la crème et le, dotés d une AOC, qui évoquent le terroir d Isigny : les méthodes de fabrication, la qualité de l herbe et le climat tempéré

Plus en détail

COMPARER L EFFICACITE DE DIFFERENTS PIGMENTS ROUGES SUR LA PIGMENTATION DU JAUNE D OEUF

COMPARER L EFFICACITE DE DIFFERENTS PIGMENTS ROUGES SUR LA PIGMENTATION DU JAUNE D OEUF COMPARER L EFFICACITE DE DIFFERENTS PIGMENTS ROUGES SUR LA PIGMENTATION DU JAUNE D OEUF Aureli Raffaella 1, Philipps Petra 1, Fru Fidelis 1, Schierle Joseph 2, Gadient Martin 2 1 DSM Nutritional Poducts

Plus en détail

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices

obs.4 Couleur et quantité de matière exercices obs.4 Couleur et quantité de matière exercices Savoir son cours Mots manquants Une solution colorée se comporte comme un filtre coloré. La grandeur permettant d évaluer l intensité de la lumière absorbée

Plus en détail

La qualité des blés panifiables en agriculture biologique

La qualité des blés panifiables en agriculture biologique Qualité La qualité des blés panifiables en agriculture biologique Par Bruno Taupier-Létage (ITAB) Maîtrise de la production de blé en agriculture biologique et des procédés de mouture adaptés à la fabrication

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Les substances nutritives Fiche de travail

Les substances nutritives Fiche de travail Information aux enseignants 1/7 Ordre de travail L enseignant(e) demande aux élèves de dessiner un cercle et d en faire un diagramme circulaire pour lequel ils estiment les proportions de substances nutritives:

Plus en détail

Market Nutrition Program) de Seattle

Market Nutrition Program) de Seattle Augmentation de la consommation de fruits et légumes chez les aînés et confinés à domicile : Programme pilote de nutrition du marché des fermiers Senior (Senior Farmers' Fiche No 13 Market Nutrition Program)

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

HABITUDES ALIMENTAIRES ET D HYGIENE ORALE DES ETUDIANTS Enquête auprès de 150 étudiants en résidence universitaire

HABITUDES ALIMENTAIRES ET D HYGIENE ORALE DES ETUDIANTS Enquête auprès de 150 étudiants en résidence universitaire HABITUDES ALIMENTAIRES ET D HYGIENE ORALE DES ETUDIANTS Enquête auprès de 150 étudiants en résidence universitaire CISSE D., KANE A. W., FAYE B., TOURE B., SARR. M., DIOP M., DIALLO B. I - INTRODUCTION

Plus en détail

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS 1 CAC/GL 4-1989 DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS CAC/GL 4-1989 1. OBJET Fournir des orientations pour une utilisation appropriée et

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

Durabilité de la Nutrition Mondiale. U. Ruth Charrondiere, PhD FAO, Rome

Durabilité de la Nutrition Mondiale. U. Ruth Charrondiere, PhD FAO, Rome Durabilité de la Nutrition Mondiale U. Ruth Charrondiere, PhD FAO, Rome Où en sommes-nous aujourd hui (1) La population mondiale augmente. Aujourd hui 7 milliards. Dans beaucoup de pays, le pourcentage

Plus en détail

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE

EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE EFFETS ZOOTECHNIQUES D UNE BAISSE DE LA TENEUR EN PROTEINES DES REGIMES ALIMENTAIRES DINDES AVEC OU SANS ENRICHISSEMENT EN THREONINE Chevalier Denis 1, Gerfault Vincent 1, Relandeau Claire 2 1 MG2MIX,

Plus en détail

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff Revue des Energies Renouvelables Vol. 10 N 4 (2007) 583 588 Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff F. Boukli Hacène 1, N. Kasbadji Merzouk 2 et L. Loukarfi 1 1 Faculté

Plus en détail

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Théo Efstathiou Laboratoire d Analyses et Recherche NUTRINOV Sommaire Corrélations entre la

Plus en détail

Influence des modes de cuisson sur les qualités nutritionnelles des légumes

Influence des modes de cuisson sur les qualités nutritionnelles des légumes Influence des modes de cuisson sur les qualités nutritionnelles des légumes Les légumes sont essentiels à notre santé pour leur apport en fibres, en vitamines, en sels minéraux et oligo-éléments, ainsi

Plus en détail

Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique

Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique Denis Lairon,Directeur de recherche INSERM UMR 1260-INRA / 1025-INSERM Université de la Méditerranée Nutrition humaine Marseille,

Plus en détail

Les polyphénols de la pulpe de café

Les polyphénols de la pulpe de café Les polyphénols de la pulpe de café M.A. RAMIREZ-CRNEL 2, S. GUYT 1, C. AUGUR 2. 1 INRA, UR 117, Cidricoles et biotransformation des fruits et legumes, INRA, 35653 Le Rheu, France 2 IRD-Unité Biotrans

Plus en détail

Jus de pomme. 1 portion d HC. 51 kcal / 215 kj. 115 ml ± 1 verre à moitié rempli IG = 44

Jus de pomme. 1 portion d HC. 51 kcal / 215 kj. 115 ml ± 1 verre à moitié rempli IG = 44 Boissons Boissons Il est indispensable de boire suffisamment pour maintenir un bon état de santé général. Si nous examinons attentivement la pyramide alimentaire, force est de constater que les boissons

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

Les Bénédictines de Koubri

Les Bénédictines de Koubri 1/ Présentation de la Communauté Le monastère des Bénédictines, Notre Dame, est situé dans la province de Kadiogo, à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou, la capitale du Burkina-Faso en Afrique sub-saharienne.

Plus en détail

ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL 9

ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL 9 ALLAITEMENT ET ÉTAT NUTRITIONNEL 9 Soumaila Mariko La malnutrition est l un des principaux problèmes de santé et de bien-être qui affecte les enfants dans les pays en développement en général et au Burkina

Plus en détail

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè.

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. Photo : M.Seelow / Cedus Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. LES CONFITURES TABLE DES MATIERES DYNAMIQUE INTRODUCTION I. DEFINITION DES CONFITURES

Plus en détail

Qualité des pois de l Ouest canadien 2015

Qualité des pois de l Ouest canadien 2015 ISSN 1920-9053 Qualité des pois de l Ouest canadien 2015 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Laboratoire de recherches sur les grains Commission canadienne des grains 303,

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

très peu de calories riches en vitamines et minéraux source de fibres Inventaire des qualités nutritionnelles des produits normands

très peu de calories riches en vitamines et minéraux source de fibres Inventaire des qualités nutritionnelles des produits normands X. FRUITS ET LEGUMES En Normandie La Normandie propose tout au long de l'année une vaste gamme de légumes frais d'excellente qualité. En effet, la région représente 3% de la production légumière française

Plus en détail

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Anne-Blandine Hélias 28 juin 2007 BBV Nos objectifs Performance des variétés végétales Qualité : traçabilité génétique

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Dossier chimie Niveau 1 ère à 4 ème secondaire

Dossier chimie Niveau 1 ère à 4 ème secondaire Dossier chimie Niveau 1 ère à 4 ème secondaire La chimie au service de l alimentation Composition des aliments De Bont Adélaïde Delvigne Martine Speliers Nadine Faculté des Sciences Diffusé par l Antenne

Plus en détail

Démystifions les engrais naturels

Démystifions les engrais naturels Démystifions les engrais naturels Journée sur les méthodes BIO LOGIQUES en horticulture ornementale 22 janvier 2009 Martin Trépanier, Ph.D., agr. Centre de Recherche en Horticulture La fertilisation des

Plus en détail

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2)

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2) POSTER 8 Développement d une méthode de détermination du diagramme de solubilité énantiomères - solvant en vue de leur séparation par cristallisation couplée à la chromatographie préparative O. Ludemann-Hombourger

Plus en détail

Fruits d octobre : les courges d hiver Historique Valeur nutritive

Fruits d octobre : les courges d hiver Historique Valeur nutritive Fruits d octobre : les courges d hiver Historique Bien que la culture des courges remonte à très loin dans l histoire de l Amérique précolombienne, leur évolution et leur multiplicité, telles qu on les

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

working in partnership

working in partnership Les boissons pour les enfants de moins de 5 ans working in partnership Ce dépliant contient des informations relatives aux types de boissons que l on doit donner aux enfants jusqu à l âge de cinq ans.

Plus en détail

COMPARAISON DE L'EFFET DE DEUX SOURCES D'OMEGA 3 SUR LA QUALITE NUTRITIONNELLE DES ŒUFS DE CONSOMMATION

COMPARAISON DE L'EFFET DE DEUX SOURCES D'OMEGA 3 SUR LA QUALITE NUTRITIONNELLE DES ŒUFS DE CONSOMMATION COMPARAISON DE L'EFFET DE DEUX SOURCES D'OMEGA 3 SUR LA QUALITE NUTRITIONNELLE DES ŒUFS DE CONSOMMATION Mathlouthi Nejib 1,2, Fourati Hichem 1, Ouerghi Emna 1, Bergaoui Ridha 2 1 Ecole Supérieure d'agriculture

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)

Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Rapport de TP Phytochimie : Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M S2 VRV) I) Introduction L eugénol (ou 4-allyl-2-méthoxyphénol) est une molécule naturelle trouvée en

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Rédaction équipe technique RECA

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

RAPPORT D ÉTAPE. SECTION 2 CALENDRIER DE RÉALISATION (tel que prévu dans l acceptation du projet)

RAPPORT D ÉTAPE. SECTION 2 CALENDRIER DE RÉALISATION (tel que prévu dans l acceptation du projet) PRO PROGRAMME INNOV ACTION AGROALIMENTAIRE SECTION 1 IDENTIFICATION DU PROJET RAPPORT D ÉTAPE Numéro de projet : Projet - IA213080 Date de remise : 12 janvier 2015 Établissement d'une régie de fertilisation

Plus en détail

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Préambule : Depuis la plus haute Antiquité, l homme utilise des colorants, des parfums et des arômes. Ceux-ci ont d abord été extraits de produits

Plus en détail

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX 99 100 1. Assistance aux réseaux pour l obtention de l accréditation 1.1. Programme ACQEN Le programme ACQEN a pour but de fournir des outils d assistance à l accréditation

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 38 SOMMAIRE Le soja Les chiffres clés Quelques précisions Les qualités nutritionnelles Les produits à base de soja Focus sur les isoflavones Le soja dans les

Plus en détail

La boîte à outils des serriculteurs

La boîte à outils des serriculteurs Produit par le Syndicat des producteurs en serre du Québec Vol. 1 nº 5c Système de recyclage des eaux de lessivage Aspect rééquilibrage des solutions nutritives Modèle pour entreprises de production de

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Dosage ph-métrique d un polyacide. L acide phosphorique (E338) dans une boisson au cola

Dosage ph-métrique d un polyacide. L acide phosphorique (E338) dans une boisson au cola 3 2 4 1 11 8 9 3 2 4 1 10 8 9 http://theobromine.uchini.be Dosage ph-métrique d un polyacide. L acide phosphorique (E338) dans une boisson au cola La manipulation Les boissons au cola (style coca cola)

Plus en détail

Doit-on se méfier des eaux et boissons / IR?

Doit-on se méfier des eaux et boissons / IR? Doit-on se méfier des eaux et boissons / IR? Eliane Graff : Diététicienne Etienne Bérard : Professeur Gisèle Bus:CS Diététicienne CHU de Nice Etude & Recherche Eaux et boissons envahissent et inondent

Plus en détail

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage Fertilisation 2014/2015 Maraîchage Notre expertise agronomique Les besoins des cultures maraîchères Plusieurs facteurs entrent en considération pour le pilotage de la fertilisation des sols en maraîchage

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

La composition nutritionnelle. des pains français

La composition nutritionnelle. des pains français Sommaire > Pourquoi cette étude? P.2 > Protocole d étude P.2 > Résumé des résultats et commentaires P.4 > Un apport calorique homogène > Une source intéressante de protéines végétales > L atout des glucides

Plus en détail

RENFORCEMENT DE CAPACITES EN ALIMENTATION ET NUTRITION : CAS DE LA FINSAAU BENIN:

RENFORCEMENT DE CAPACITES EN ALIMENTATION ET NUTRITION : CAS DE LA FINSAAU BENIN: RENFORCEMENT DE CAPACITES EN ALIMENTATION ET NUTRITION : CAS DE LA FINSAAU BENIN: Prof. Noël AKISSOE Prof. Romain DOSSA Prof. Joseph HOUNHOUIGAN Prof. Eric A. ATEGBO Ir. Sam BODJRENOU FSA/UAC 01 BP 526

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne EVOLUTION DES PRIX DANS LES ETATS MEMBRES D AFRISTAT DE 1970 A 1999 SERIE ETUDES N 4 Février 2001 PREFACE La Direction générale d AFRISTAT

Plus en détail

UNE NUTRITION POUR CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE.

UNE NUTRITION POUR CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE. UNE NUTRITION POUR CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE. 1 PUPPY pour chiot, afi n de soutenir une croissance et un développement en bonne santé. Convient aux chiennes en période de estation ou de lactation, ainsi qu

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Aperçu sur les principales variétés de tomate locale cultivées dans le sud du Bénin Olga. FAGBOHOUN et Denis. G. KIKI'

Aperçu sur les principales variétés de tomate locale cultivées dans le sud du Bénin Olga. FAGBOHOUN et Denis. G. KIKI' Aperçu sur les principales variétés de tomate locale cultivées dans le sud du Bénin Olga. FAGBOHOUN et Denis. G. KIKI' Résumé: La caractérisation de quelques variétés locales de tomate rencontrées dans

Plus en détail

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés Introduction I. Les besoins alimentaires de la plante Pour se nourrir les plantes supérieures ont, comme tout être vivant, besoin d'énergie et de matières. La plante supérieure a la propriété fondamentale

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone FICHE N GÉNÉRALITÉS La chlordécone Cet insecticide organochloré a été utilisé de 1972 à 1993 contre le charançon du bananier en application sous forme de poudre en cercle au pied du tronc. La molécule

Plus en détail