L ARN : de la Séquence à la Structure

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ARN : de la Séquence à la Structure"

Transcription

1 Projet Soutenu en 2003 L ARN : de la Séquence à la Structure LE CONTEXTE SCIENTIFIQUE Les grands projets de décryptage des génomes, ainsi que les premières années qui ont vu l'exploitation des données, ont permis de mettre davantage en évidence la complexité des systèmes biologiques. Plutôt que de fonctionner indépendamment, les produits des gènes sont impliqués dans la formation de "machineries moléculaires multi-partites" qui sont les réels acteurs des réseaux de régulation des fonctions biologiques. Parallèlement à cela, la complexité et le degré d'évolution d'un organisme sont reliés à l'existence de centaines de milliers d'arn non-codants, de petites et de grandes tailles, et qui sont des éléments clés de ces machineries moléculaires. Ainsi, de "simple" acteur dans les mécanismes de traduction (via les ARNm, ARNt et ARNr), de nombreuses études montrent que l'arn participe à un nombre toujours croissant de mécanismes régulant les grandes fonctions biologiques et, par voie de conséquence, de mécanismes les perturbant et impliqués dans les phénomènes de cancer, d infections virales et d affections neurologiques. En conséquence, on assiste depuis quelques années au développement de nombreux outils permettant l'identification de nouveaux ARN non-codants au sein des génomes séquencés. Ils ont permis de découvrir un nombre très important de nouveaux candidats dans les organismes modèles. Malheureusement, il est très difficile de les valider dans le contexte du système biologique qu'ils sont censés réguler. En effet, les limites de l'approche expérimentale et celles des formalismes utilisés par les algorithmes actuels ne permettent d'étudier qu'un aspect d'un mécanisme biologique. La démarche actuelle consiste alors à multiplier les approches et à recouper les résultats produits à chaque niveau d'analyse. Face à la richesse des concepts biologiques, à la diversité des méthodologies, aux erreurs expérimentales et aux incertitudes, ce recoupement ne peut se faire que dans le cadre d'une infrastructure informatique adaptée où l'expertise humaine restera prévalente dans la validation et le rejet des hypothèses biologiques. Fabrice Jossinet IBMC/CNRS, Strasbourg (Maître de Conférences, ULP, Strasbourg) Thomas Ludwig (Doctorant, Les participants Financement Human Frontier) Eric Westhof, (Professeur, ULP, Strasbourg) BIA/INRA, Toulouse Christine Gaspin (INRA, Toulouse) [1]

2 L'existence d'une telle infrastructure permettrait, en retour, d'optimiser l'identification de nouveaux ARN non-codants dans les génomes. En effet, celle-ci est fortement limitée par notre compréhension des règles évolutives s'appliquant à l'arn. Les récents résultats expérimentaux montrent très clairement que l'arn est une molécule extrêmement malléable dont les évolutions ne peuvent pas s'expliquer en se limitant aux seules données de séquences, structures secondaires et structures tridimensionnelles. En conséquence, le biologiste a un urgent besoin d'outils "de plus haut niveau" permettant le replacement et l'interconnexion de l'ensemble de ces résultats (qu'ils soient structuraux, biochimiques, génétiques ou bioinformatiques) dans une vue davantage "intégrative", à la hauteur de la complexité du système analysé. Le support financier dont nous avons pu bénéficier pendant 3 ans nous a permis de jeter les premières bases d une infrastructure qui devra, dans l avenir, nous permettre de réaliser une analyse systémique du rôle des ARN non-codants impliqués dans les maladies humaines et centrée sur leurs propriétés structurales. Nous avons décidé de construire les bases de cette infrastructure en nous intéressant d abord à l interconnexion des données de séquences, de structures secondaires et de structures tridimensionnelles, cette simple interconnexion restant encore bien au-delà de la quasi-totalité des approches bioinformatiques actuelles. LE LOGICIEL S2S : IDENTIFIER LES REGLES EVOLUTIVES DES ARCHITECTURES D ARN S2S permet la construction d alignements structuraux pour une famille d ARN orthologues est couplé à l algorithme RNAVIEW créé par la Nucleic Acid Database et permettant d annoter automatiquement les structures 3D d ARN a f a i t l o b j e t d u n e publication dans le journal Bioinformatics en juillet 2005 (Jossinet et al, 2005) disponible sur bioinformatics.org/s2s L accumulation de génomes séquencés au cours de ces dernières années à permis l identification de nouveaux gènes d ARN non-codants orthologues au sein d une famille moléculaire donnée. Chaque famille d ARN non-codant étant associée à une fonction biologique bien précise et donc à une structure tridimensionnelle apte à réaliser cette fonction, l existence de nombreuses séquences au sein d une même famille nous permet d étudier les règles évolutives s appliquant à l architecture de ces ARNs. L identification de ces règles nous permettrait en retour d optimiser l identification de nouveaux gènes orthologues voir de nouvelles familles. L identification de ces règles est un processus itératif lourd. Le logiciel S2S a donc été pensé afin de réaliser ce processus dans un seul et même environnement informatique. En conséquence, il permet de réaliser les étapes suivantes : une session de travail avec S2S commence par l ouverture d un fichier contenant une information de structure pour un ARN donné. S il s agit d une structure tridimensionnelle au format PDB, S2S fait appel à l algorithme RNAVIEW (Yang et al, 2003) pour annoter automatiquement cette structure et identifier les objets biologiques de types hélices, simple-brins et interactions base-base selon la classification Leontis-Westhof (figure 1 et encart sur cette classification) [2]

3 Figure 1 Cette capture d écran représente l affichage de la grande sous-unité ribosomique de Haloarcula marismortui (RR0033) dans le logiciel S2S. Sur la partie gauche est représentée la structure tridimensionnelle telle qu elle est stockée dans le fichier PDB. Sur la partie droite est représentée la structure secondaire des ARN ribosomiques contenus dans cette sous-unité et annotées par l algorithme RNAVIEW. Les modules 2D et 3D étant en interconnexion, une structure de cette taille peut donc être facilement analysée et manipulée en se servant de sa carte 2D. au moyen du module graphique RNAlign, l utilisateur peut ensuite construire un alignment structural. Pour cela, il peut rajouter de nouvelles séquences dans sa session de travail qu il aligne contre la molécule de référence liée à l information de structure. à n importe quelle étape de cette construction, l utilisateur visualise le contexte structural et ceci de deux manières : le module RNAlign est en interconnexion avec les modules de visualisation 2D (RNA2DViewer) et 3D (RNA3DViewer) (figure 2) le module RNAlign affiche la conservation des paires de bases d après les matrices d isostérie de la classification Leontis-Westhof (voir l encart sur cette classification) Figure 2 Cette capture d écran représente la construction d un alignement structural avec le logiciel S2S. A n importe quelle étape de cette construction, l utilisateur visualise le contexte structural en 2D (module RNA2DViewer en haut à droite) et 3D (module RNA3DViewer en haut au centre) pour la molécule de référence dans cet alignement. [3]

4 La classification Leontis-Westhof (Leontis et al, 2002) Les molécules d ARN présentent des structures tridimensionnelles complexes stabilisées notamment par un réseau d interactions faisant intervenir les bases des ribonucléotides (ou interactions base-base). L étude visuelle de structures cristallographiques à haute résolution a permis de confirmer la présence des 12 familles géométriques potentielles classées d après le côté de la base en interaction (Watson-Crick, Hoogsteen ou Sugar Edge) et l orientation des liaisons glycosidiques reliant la base à son sucre (cis ou trans). Les matrices d isostérie Pour chacune des 12 familles de cette classification, il est possible d identifier des sous-familles où chaque membre peut se substituer à un autre sans perturbation locale de la structure tridimensionnelle. Tous les membres de ces sous-familles sont donc isostériques les uns par rapport aux autres. L utilisation de ces règles permettent d identifier des régions conservant localement la structure de référence alors que les résidus ne le sont pas nécessairement. Le module graphique RNAlign de l application S2S permet d afficher ces conservations. Il réutilise la notation pointée des éditeurs d alignements multiples pour indiquer, non plus une conservation en séquence, mais en structure. La figure ci-dessous montre notamment l affichage produit par RNAlign pour une interaction de type trans Hoogsteen-Sugar Edge observée dans la structure 3D entre une adénine et une guanine (en rose). Cette famille d interaction présente trois sous-familles d isostéries (en vert, bleu et blanc). Le masque structural indique qu une telle interaction peut se réaliser sans perturbation locale de la structure entre une cytosine et une guanine et non entre une uracile et une cytosine. ((<...>)) GCAUGAGGC CUCUGAUAG GAUUGACUG A C G U A C G U ((<...>)) GCAUGAGGC... G.U...C.G [4]

5 LE LOGICIEL ASSEMBLE : LA CONSTRUCTION ab initio D ARCHITECTURES D ARN Une fois l alignement structural réalisé, l étape suivante consiste dans la construction d un modèle théorique 3D pour une séquence d ARN pour laquelle aucune structure tridimensionnelle n existe. Cette construction est un processus itératif complexe qui peut complètement être réalisé dans le logiciel Assemble. A partir d une définition de structure secondaire (construite de novo dans le logiciel ou importée), Assemble scinde cette structure en blocs correspondant chacun à une hélice et la région simple brin attachée à son extrémité 3 (si elle existe). Dans le premier jet du modèle, ces blocs ont une conformation hélicoïdale caractéristique des hélices régulières d ARN (figure 3). Les hélices du modèle 2D sont en général repliées correctement dès cette première étape alors que les régions en simple brin nécessitent des étapes de construction supplémentaires. Figure 3 Le logiciel Assemble propose un module graphique permettant de construire et/ou de retoucher interactivement une structure secondaire pour la molécule d intérêt. Au fur et à mesure de cette construction, un module graphique dessine cette structure secondaire de manière non-recouvrante. Une fois cette structure secondaire validée, Assemble génère un premier jet du modèle 3D en faisant appel à l algorithme NAHELIX. Ces dernières présentent souvent un repliement caractéristique d un motif structural observé de manière récurrente dans les structures tridimensionnelles (boucle GNRA, Kink-turn, boucle E, récepteur à GNRA,...). Si l utilisateur pense avoir identifié un tel motif au moyen des informations dont il dispose, il peut appliquer son repliement à la région sélectionnée grâce à une librairie de motifs navigable depuis l interface du logiciel Assemble (figure 4). Figure 4 Assemble est couplé à une banque de motifs structuraux retrouvés de manière récurrente dans les structures d ARN résolues. Chaque motif est associé à une fiche d identification présentant notamment ses représentations 2D et 3D. Une fois le motif choisi par l utilisateur, il peut très facilement s appliquer à une région sélectionnée dans le modèle en cours de construction. [5]

6 Figure 5 Chaque résidu du modèle 3D peut être manipulé plus finement grâce à l utilisation d un boite à boutons virtuelle. Chaque bouton permet d agir sur un des angles de torsion le long de la chaîne sucre-phosphate ainsi que sur l angle chi reliant la base à son ribose. Parallèlement à ces repliements automatiques, Assemble propose une boite à boutons virtuelle permettant de modifier chaque angle de torsion d un résidu donné (figure 5). Assemble permet également de couper, lier, appliquer une rotation et une translation sur n importe quel élément moléculaire, depuis quelques atomes, jusqu à une chaîne moléculaire complète. Une fois le modèle achevé, il subsiste généralement des erreurs accumulées au cours des différentes étapes de construction. En conséquence, Assemble propose un module permettant d affiner les coordonnées du modèle (plissement des sucres, distances atomiques, stoechiométrie,...). Chaque étape de la construction détaillée ci-dessus fait appel à un algorithme qui est accessible de manière transparente via l interface graphique d Assemble : l algorithme JESSA (Chetouani et al, 1997) qui permet de produire le représentation 2D non recouvrante pendant la construction de la structure secondaire d ARN, l algorithme NAHELIX (Massire and Westhof, 1998) qui applique la conformation hélicoïdale par défaut à l ensemble des résidus dans le premier jet du modèle 3D, l algorithme FRAGMENT (Massire and Westhof, 1998) utilisé pour replier automatiquement une région sélectionnée d après un motif structural stocké dans la banque de motifs, l algorithme RNART (Massire and Westhof, 1998) qui assure l affinement de coordonnées une fois le modèle achevé. Assemble permet la construction de m o d è l e s t h é o r i q u e s tridimensionnels pour l ARN est couplé à une banque de motifs tridimensionnels applicables au modèle en construction peut superposer l affichage d une carte de densité électronique à un modèle en construction développé avec le language Java repose sur une architecture distribuée de type système multi-agents exploite des algorithmes découplés de l interface g r a p h i q u e e t d o n c réutilisables dans d autres applications disponible sur bioinformatics.org/assemble en cours de publication [6]

7 Ces algorithmes pouvant être très lourds, nous avons décidé de les dissocier de l interface graphique proprement-dite en faisant reposer Assemble sur une architecture distribuée, et plus particulièrement sur un système multi-agents (Merelli et al, 2007). Il est ainsi possible d installer la partie graphique sur une machine alors que les algorithmes peuvent être déployés sur un autre ordinateur localisé dans le même réseau local. Une telle configuration offre deux avantages supplémentaires : pouvoir faire évoluer les potentialités d Assemble sans avoir à faire évoluer les pré-requis pour la machine de l utilisateur rendre ces algorithmes accessibles à d autres applications graphiques LE LOGICIEL ASSEMBLE COMME SOLUTION LOGICIELLE POUR LA RESOLUTION D ARCHITECTURES D ARN Très souvent, les informations fournies par un alignement structural restent insuffisantes pour parfaire un modèle tridimensionnel. En particulier si la séquence d intérêt que l on souhaite modéliser présente des caractéristiques structurales uniques au sein de sa famille. Il faut alors pouvoir bénéficier d informations fournies par d autres type d analyses : sondages et pontages chimiques en solution, SELEX,... Assemble sera amélioré afin de pouvoir intégrer et afficher ce type d informations permettant ainsi à l utilisateur d en tenir compte dans la construction de son modèle. Récemment, nous nous sommes plus particulièrement intéressé à l affichage des données de cartes de densité électronique (figure 6). Alors que l existence de données de cristallographie pour une molécule d intérêt semble rendre la construction d un modèle désuet ou inutile, ces deux approches deviennent complémentaires lorsque s agit de molécules de tailles importantes. Figure 6 Assemble permet d afficher une carte de densité électronique en parallèle d un modèle tridimensionnel en cours de construction. Assemble permet ainsi de résoudre plus facilement une structure d ARN à partir des données de cristallographie. L engouement suscité par cette nouvelle fonctionnalité auprès de groupes de cristallographie nous a motivé à interfacer d autres programmes utilisés couramment dans la résolution de structures tridimensionnelles d ARN. Ces programmes sont en général très lourds et justifient d autant plus le choix d une architecture distribuée pour Assemble. [7]

8 LA PLATEFORME P.A.R.A.DIS.E. : PRODUIRE, INTERCONNECTER ET ANALYSER LES ANNOTATIONS DE SEQUENCES D ARN Si les outils S2S et Assemble permettent d identifier, de visualiser et d analyser les règles évolutives de l architecture des ARNs au sein d une famille moléculaire, ils ne permettent pas de comprendre les mécanismes biologiques qui ont favorisé ces évolutions architecturales : pourquoi un motif structural est-il conservé? pourquoi un motif structural apparaît-il ou disparaît-il pour certaines séquences orthologues? pourquoi un motif structural se substitue-t il à un autre au cours de l évolution? Répondre à ces questions nécessite le recoupement des observations effectuées avec S2S et Assemble avec l ensemble des données (ou annotations ) disponibles pour chaque molécule d ARN présente dans la famille d intérêt. En général, ces annotations sont fournies par des banques de données bioinformatiques ou générées au besoin par différents algorithmes. Le type de ces annotations devra être le plus large possible pour espérer comprendre la relation entre la structure et la fonction de la molécule étudiée : contexte génomique, localisation et taux d expression cellulaire et tissulaire, localisation dans les réseaux d interactions moléculaires, groupe phylogénique,... Afin de pouvoir répondre efficacement à ces futures exigences, nous avons construit une plateforme sur laquelle nous avons fait migrer les outils S2S et Assemble et qui sert actuellement au développement de nouveaux outils graphiques (figure 7). Figure 7 : L infrastructure P.A.R.A.DIS.E. dans son état actuel de développement [8]

9 Nommée P.A.R.A.DIS.E (pour Platform to Analyze RNA Annotations over a DIStributed Environment ), cette plateforme remplit les critères suivants : fournir un modèle informatique extensible et souple pour l ensemble des concepts ARN à analyser fournir une couche de communication entre les banques de données/algorithmes ( producteurs d annotations) et les outils graphiques ( consommatteurs d annotations) permettre l interconnexion entre les différents outils graphiques La création d un modèle informatique pour la manipulation d objets biologiques en mémoire est à la base d un certain nombre d initiatives. On peut notamment citer l ensemble des projets Bio* (BioJava, BioPerl, BioPython, BioRuby,...) (Mangalam 2002). Pourtant, plutôt que de faire reposer P.A.R.A.DIS.E. sur une infrastructure comme BioJava, nous avons préféré réécrire notre propre modèle. La raison principale est que ces infrastructures ont été pensées avant tout pour la manipulation d objets génomiques. L incorporation de concepts structuraux se fait le plus souvent par l introduction de nouveaux objets informatiques totalement déconnectés (à notre sens) de ceux servant à la manipulation des séquences biologiques et de leurs alignements. Un autre aspect important de notre modèle est qu il privilégie l intégration, la comparaison et la mise en cohérence des annotations ARN plutôt que leur calculabilité. Il s agit d un moteur d annotations ARN servant de couche intermédiaire entre les objets manipulés dans les modules graphiques et les données produites par les algorithmes et les bases de données bioinformatiques. La couche de communication de P.A.R.A.DIS.E. est une extension du système multi-agents déjà utilisé pour le logiciel Assemble. La platforme P.A.R.A.DIS.E. peut donc se subdiviser en deux parties : une partie serveur sur laquelle sont déployés les agents interfaçant les algorithmes et les dépôts de données, une partie cliente constituée de plusieurs modules graphiques interconnectés et aptes à visualiser et manipuler les annotations produites par la partie serveur. L interconnexion entre les outils graphiques est quant à elle une extension du mécanisme évènementiel qui était déjà utilisé dans S2S pour la communication du module RNAlign avec les modules de visualisation 2D et 3D. La prochaine évolution majeure de P.A.R.A.DIS.E. portera sur l ajout d un dépôt central de données à la partie serveur. Actuellement, chaque utilisateur peut sauvegarder dans un fichier local les annotations qu il a produites et validées. Il s agit plus particulièrement d un fichier au format OWL (Web Ontology Language) dont la sémantique est décrite dans une ontologie (Bodenreider and Stevens, 2006 ; Leontis et al, 2007). Nous avons choisi ce format pour deux raisons : la structuration des données au format OWL sous forme de graphe est davantage adaptée à notre modèle en mémoire en comparaison de l arborescence d un fichier XML de type RNAML (Waugh et al, 2002) par exemple (utilisé jusque là par S2S) en plus de leur fournir un contexte sémantique, les ontologies rendent ces données intelligibles pour un ordinateur qui peut alors raisonner dessus en utilisant des algorithmes issus de la recherche en intelligence artificielle. Par raisonnement, il faut comprendre la capacité à rajouter automatiquement des informations implicites à partir de règles explicites décrites dans l'ontologie. [9]

10 Nous souhaitons donc permettre à chaque utilisateur de sauvegarder ses données au format OWL dans un dépôt central afin d en constituer une base de connaissances sur les ARN non-codants au sein d un laboratoire (figure 8). Des algorithmes de raisonnement et de fouille de données s exécuteront de manière récurrente sur cette base de connaissances. Chaque fois que de nouvelles informations seront produites automatiquement, l'infrastructure se servira de sa couche de communication pour alerter les expérimentateurs en cours de session de travail. Ces derniers pourront alors exploiter visuellement ces nouveaux résultats et valider leur pertinence pour les incorporer dans la construction de leurs hypothèses. Figure 8: L évolution du projet P.A.R.A.DIS.E. comme plateforme de biologie systémique des ARN non-codants au sein d un laboratoire [10]

11 Le support financier de l ACI IMPBIO a permis les réalisations suivantes : Publications avec comité de lecture Affiches présentées à des congrès Jossinet F, Ludwig TE, Westhof E. (2007) Bioinformatic structural analysis of non-coding RNAs. Curr Opin Microbiol. 12, Leontis NB, Altman RB, Berman HM, Brenner SE, Brown JW, Engelke DR, Harvey SC, Holbrook SR, Jossinet F, Lewis SE, Major F, Mathews DH, Richardson JS, Williamson JR, Westhof E. (2006). The RNA Ontology Consortium: an open invitation to the RNA community. RNA 12, Jossinet F, Westhof E. (2005). Sequence to Structure (S2S): display, manipulate and interconnect RNA data from sequence to structure. Bioinformatics. 21, Communications orales sur invitation "S2S : une plateforme d'analyse des données de l'arn de la séquence à la structure". Invité le 26 janvier 2006 par le Pr. Alain Denise pour le Laboratoire de Recherche en Informatique, UMR 8623, Université Paris-Sud, Orsay (France). "S2S : visualiser, manipuler et interconnecter les données de l ARN de la séquence à la structure". Présentée aux "Journées Ouvertes Biologie Informatique Mathématiques (JOBIM) 2005" et à la réunion satellite ACI IMPBIO. Lyon (France) 6-8 juillet 2005 Collaborations Organisation à Strasbourg du groupe de réflexion sur la construction, la visualisation et l exploitation des alignements multiples effectuées sur des séquences d ARN. Ce groupe rentre dans le cadre du RNA Ontology Consortium (29-31 mai, 2006) Participation aux réunions du RNA Ontology Consortium (Banff, Canada mai 2005 et Seattle, Washington juin 2006) Déplacement de Thomas Ludwig dans le laboratoire de Christine Gaspin dans le cadre de "AReNa : Groupe de travail pluridisciplinaire sur la structure et la fonction des ARN". Toulouse (France) 7-9 décembre 2005 Communications orales à des congrès "S2S : visualiser, manipuler et interconnecter les données de l ARN de la séquence à la structure". Présentée à "AReNa : Groupe de travail pluridisciplinaire sur la structure et la fonction des ARN". Strasbourg (France) avril 2005 "S2S : un environnement d'annotation, de visualisation et de manipulation des données bioinformatiques de l'arn". Présentée aux "Journées Ouvertes Biologie Informatique Mathématiques (JOBIM) 2004". Montréal (Canada) juin 2004 Matériel stations de travail pour Thomas Ludwig et Fabrice Jossinet serveur UNIX servant au déploiement et au test de la plateforme P.A.R.A.DIS.E. dans le laboratoire serveur UNIX de backup pour l ensemble des projets développés licenses logiciels (environnements intégrés de développement (IDE), license MATHEMATICA,..) livres et petits matériels informatiques Vacations financement d un CDD 1er mars au 31 août 2005 pour Thomas Ludwig [11]

12 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. Bodenreider O, Stevens R. Bio-ontologies: current trends and future directions. Brief Bioinform. 2006;7: Chetouani F, Monestie P, Thebault P, Gaspin C, Michot B. ESSA: an integrated and interactive computer tool for analysing RNA secondary structure. Nucleic Acids Res. 1997;25: Jossinet F, Westhof E. Sequence to Structure (S2S): display, manipulate and interconnect RNA data from sequence to structure. Bioinformatics. 2005;21: Leontis NB, Stombaugh J, Westhof E. The non-watson-crick base pairs and their associated isostericity matrices. Nucleic Acids Res. 2002;30: Leontis NB, Altman RB, Berman HM, et al. The RNA Ontology Consortium: an open invitation to the RNA community. RNA. 2006;12: Mangalam H. The Bio* toolkits--a brief overview. Brief Bioinform. 2002;3: Massire C, Westhof E. MANIP: an interactive tool for modelling RNA. J Mol Graph Model. 1998;16: , Merelli E, Armano G, Cannata N, et al. Agents in bioinformatics, computational and systems biology. Brief Bioinform. 2007;8: Waugh A, Gendron P, Altman R, et al. RNAML: a standard syntax for exchanging RNA information. RNA. 2002;8: Yang H, Jossinet F, Leontis N, et al. Tools for the automatic identification and classification of RNA base pairs. Nucleic Acids Res. 2003;31: [12]

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Développement d un environnement bioinformatique dédié à la construction d architectures d ARN

Développement d un environnement bioinformatique dédié à la construction d architectures d ARN THÈSE présentée à l Université Louis Pasteur de Strasbourg UPR N 9002 du CNRS : Architecture & Réactivité de l ARN Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire Pour l obtention du grade de Docteur de

Plus en détail

Soutenance de mi-stage

Soutenance de mi-stage Supervisée par : Mireille RÉGNIER & Yann PONTY 30 juin 2015 1/29 1 Structure 3D de l ARN et objectifs Notions sur la structure 3D de l ARN Intérêts de la comparaison de structures 3D Qu est ce que la comparaison

Plus en détail

Structure secondaire d une molécule d ARNt. Groupe de travail : BATUT Bérénice, BLEIN Sophie, CHEVALIER Manuel, PARISOT Nicolas et VERNISSE Léa

Structure secondaire d une molécule d ARNt. Groupe de travail : BATUT Bérénice, BLEIN Sophie, CHEVALIER Manuel, PARISOT Nicolas et VERNISSE Léa Structure secondaire d une molécule d ARNt Groupe de travail : BATUT Bérénice, BLEIN Sophie, CHEVALIER Manuel, PARISOT Nicolas et VERNISSE Léa Plan Généralités sur l ARN Moyens de prédiction des structures

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

MABioVis. Bio-informatique et la

MABioVis. Bio-informatique et la MABioVis Modèles et Algorithmes pour la Bio-informatique et la Visualisation Visite ENS Cachan 5 janvier 2011 MABioVis G GUY MELANÇON (PR UFR Maths Info / EPI GRAVITE) (là, maintenant) - MABioVis DAVID

Plus en détail

Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments»

Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments» Master In silico Drug Design Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments» 30NU01IS INITIATION A LA PROGRAMMATION (6 ECTS) Responsables : D. MESTIVIER,

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Parcours: Master 1 : Bioinformatique et biologie des Systèmes dans le Master

Plus en détail

L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus

L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus J. Phys. IV France 130 (2005) 203 207 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2005130014 L exemple de la détermination de la structure cristallographique de la nucléocapside du bluetongue virus P. Gouet

Plus en détail

IMA promotion 2009. Rapport de stage de première année. Stage industriel au Crédit du Nord

IMA promotion 2009. Rapport de stage de première année. Stage industriel au Crédit du Nord DUBRULLE Alain ENSEEIHT IMA promotion 2009 Rapport de stage de première année Stage industriel au Crédit du Nord Sommaire Présentation de l entreprise Le Crédit du Nord 3 La Direction des Systèmes d'information

Plus en détail

TD5 : Prédiction de la structure tridimensionnelle d une protéine Modélisation moléculaire

TD5 : Prédiction de la structure tridimensionnelle d une protéine Modélisation moléculaire TD5 : Prédiction de la structure tridimensionnelle d une protéine Modélisation moléculaire Vous aurez besoin des programmes suivant : d un éditeur de séquence d un visualiseur de structure 3D (PyMOL) Avant-propos

Plus en détail

VI. Domaines protéiques

VI. Domaines protéiques Chapitre 1 Structure des protéines I. Rappels Définitions II. La Protein Data Bank (PDB) III. Angles dièdres et diagramme de ramachandran IV. Structures secondaires V. Structures supersecondaires VI. Domaines

Plus en détail

Outils de gestion des ressources biologiques

Outils de gestion des ressources biologiques Le Cahier des Techniques de l INRA 2015 (84) N 1 Outils de gestion des ressources biologiques Frédéric Sanchez 1 *, Tou Cheu Xiong 1 Résumé. Les recherches en biologie génèrent un grand nombre d échantillons

Plus en détail

Les Biolangages. Thierry Lecroq. Université de Rouen FRANCE. university-logo. Thierry Lecroq (Univ. Rouen) MB2 2008 2009 1 / 16

Les Biolangages. Thierry Lecroq. Université de Rouen FRANCE. university-logo. Thierry Lecroq (Univ. Rouen) MB2 2008 2009 1 / 16 Les Biolangages Thierry Lecroq Université de Rouen FRANCE 2008 2009 Thierry Lecroq (Univ. Rouen) MB2 2008 2009 1 / 16 BioPerl Ensemble de modules Perl Utilise la programmation objet L objectif est de mettre

Plus en détail

ENVIRONNEMENT DE WORKFLOW SCIENTIFIQUE

ENVIRONNEMENT DE WORKFLOW SCIENTIFIQUE ENVIRONNEMENT DE WORKFLOW SCIENTIFIQUE VALIDATION ET CONFORMITÉS Yuan LIN, Isabelle MOUGENOT, Thérèse LIBOUREL, LIRMM, 161 rue Ada, Montpellier Espace DEV, 500 rue JF Breton - Université de Montpellier

Plus en détail

Vos traitements bioinformatiques avec GALAXY. Sarah Maman Maria Bernard École Bioinformatique AVIESAN 2015

Vos traitements bioinformatiques avec GALAXY. Sarah Maman Maria Bernard École Bioinformatique AVIESAN 2015 Vos traitements bioinformatiques avec GALAXY Sarah Maman Maria Bernard École Bioinformatique AVIESAN 2015 Galaxy Project Equipe Galaxy project : Le Center for Comparative Genomics and Bioinformatics -

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Fida KHATER & Abdoulaziz MOUSSA 03 mars 2012 - Journée Portes Ouvertes à l'um2

Fida KHATER & Abdoulaziz MOUSSA 03 mars 2012 - Journée Portes Ouvertes à l'um2 DEVELOPPEMENT D UNE INTERFACE GRAPHIQUE : LOCAL WEB GUI FOR BLAST (LWBG), POUR LES TRAITEMENTS DE DONNEES BIOLOGIQUES Fida KHATER & Abdoulaziz MOUSSA 03 mars 2012 - Journée Portes Ouvertes à l'um2 Plan

Plus en détail

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab notre compétence d'éditeur à votre service créée en juin 2010, Scilab enterprises propose services et support autour

Plus en détail

BIO-INFORMATIQUE PROJET ANCESTROME

BIO-INFORMATIQUE PROJET ANCESTROME PROJET ANCESTROME Approche de phylogénie intégrative pour la reconstruction de "-omes" ancestraux FINANCEMENT TOTAL 2 200 000 Université Claude Bernard Lyon 1 SCRIPTION Biologie évolutive, écologie, écotoxicologie,

Plus en détail

Premier projet (Thèse) : Étude des mécanismes dinteraction protéineligand par une approche couplant la simulation moléculaire et la chimie quantique

Premier projet (Thèse) : Étude des mécanismes dinteraction protéineligand par une approche couplant la simulation moléculaire et la chimie quantique Parmi les projets en cours sur la thématique Bioinformatique du Laboratoire de Biochimie et Génétique Moléculaire (LBGM), deux d entre eux seront présentés ici et sont orientés uniquement vers l utilisation

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008 Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant Colloque SFIB/CTIE 2008 Jean Zahnd / P.-O. Vallat Points traités Modalités de l expérimentation 1 Aspects techniques et

Plus en détail

Openfexo: une plate-forme dédiée à la modélisation multi-facettes. Sylvain Guérin sylvain.guerin@agilebirds.com

Openfexo: une plate-forme dédiée à la modélisation multi-facettes. Sylvain Guérin sylvain.guerin@agilebirds.com Openfexo: une plate-forme dédiée à la modélisation multi-facettes Sylvain Guérin sylvain.guerin@agilebirds.com Petit historique... 5 années de développement sur un projet interne: fexo, outil de modélisation

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

Compte-rendu re union Campus AAR 3 mars 2015

Compte-rendu re union Campus AAR 3 mars 2015 Compte-rendu re union Campus AAR 3 mars 2015 Table des matières Liste d actions... 2 I. Environnement d analyse : INA, Armadillo... 3 a. Connexion de l outil INA avec API Armadillo... 3 b. Outil d analyse

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION L.M.D.

OFFRE DE FORMATION L.M.D. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OFFRE DE FORMATION L.M.D. MASTER PROFESSIONNEL ET ACADEMIQUE Systèmes d Information

Plus en détail

École Doctorale «Sciences de la Vie et de la Santé»

École Doctorale «Sciences de la Vie et de la Santé» École Doctorale «Sciences de la Vie et de la Santé» Établissement principal : Université de la Méditerranée (AM II) Établissements cohabilités : Université de Provence (AM I) Université d Aix-Marseille

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

DOCUMENT ELEVE. Etapes) de votre activité

DOCUMENT ELEVE. Etapes) de votre activité DOCUMENT ELEVE 2 nde ACT La Terre dans l univers la vie et l évolution du vivant : une planète habitée > Les molécules du vivant > L'unité chimique du vivant > L ADN à l Echelle moléculaire Compétences

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

ASA-Advanced Solutions Accelerator. Solution pour la gestion des données des laboratoires et des plateformes de service

ASA-Advanced Solutions Accelerator. Solution pour la gestion des données des laboratoires et des plateformes de service ASA-Advanced Solutions Accelerator Partenaire informatique des Laboratoires de Recherche 100lims Solution pour la gestion des données des laboratoires et des plateformes de service Parce que vous cherchez

Plus en détail

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes LA TRANSCRIPTION Introduction I. Modalité générale de la transcription II. Transcription chez les Procaryotes 1. L'ARN polymérase 2. Etapes de la transcription a. Initiation b. Elongation c. Terminaison

Plus en détail

Analyses bioinformatiques pour le PCIM

Analyses bioinformatiques pour le PCIM Analyses bioinformatiques pour le PCIM Journée de rencontre des utilisateurs du Pôle de calcul intensif pour la mer 17 janvier 2014 La bioinfo, késaco? Approche in silico de la biologie L'organisation,

Plus en détail

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB...

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB... Formavie 2010 Les fichiers PDB Les fichiers PDB contiennent les informations qui vont permettre à des logiciels de visualisation moléculaire (ex : RasTop ou Jmol) d afficher les molécules. Un fichier au

Plus en détail

Département Informatique 5ème année 2008-2009. Cahier des Charges

Département Informatique 5ème année 2008-2009. Cahier des Charges École Polytechnique de l Université de Tours 64, Avenue Jean Portalis 37200 TOURS, FRANCE Tél. +33 (0)2 47 36 14 14 Fax +33 (0)2 47 36 14 22 www.polytech.univ-tours.fr Département Informatique 5ème année

Plus en détail

Offre de formation de troisième cycle (LMD)

Offre de formation de troisième cycle (LMD) Offre de formation de troisième cycle (LMD) (Arrêté n 250 du 28 juillet 2009, fixant l organisation de la formation de troisième en vue de l obtention du diplôme de doctorat) Etablissement Faculté / Institut

Plus en détail

LES ACIDES NUCLEIQUES

LES ACIDES NUCLEIQUES LES ACIDES NUCLEIQUES INTRODUCTION Les acides nucléiques sont des macromolécules présentes dans toutes les cellules vivantes et également chez les virus. Ils constituent le support de l'information génétique

Plus en détail

Franck VALENTIN franck_valentin@yahoo.fr. 29 septembre 2004

Franck VALENTIN franck_valentin@yahoo.fr. 29 septembre 2004 Conception et programmation d un gestionnaire graphique de processus bioinformatiques d analyse de séquences et application à l identification des résidus encodant la spécificité de la reconnaissance de

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

VISUAL PARADIGM. C. Présentation de Visual Paradigm For UML TRANSFORMATION DE MCD EN MLD ITÉRATIVE. Document version 1

VISUAL PARADIGM. C. Présentation de Visual Paradigm For UML TRANSFORMATION DE MCD EN MLD ITÉRATIVE. Document version 1 HEG Arc - Haute école Arc Gestion Travail de Bachelor d'informaticien de gestion VISUAL PARADIGM TRANSFORMATION DE MCD EN MLD ITÉRATIVE C. Document version 1 Créé le : 17.06.2012 Modifié le : 01.07.2012

Plus en détail

BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES

BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES SCEANCE 4 BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES LA REPLICATION Nous avons vu lors de la séance précédente de biomol les caractéristiques de l ADN et des différents ARN. Nous allons aujourd hui voir la réplication.

Plus en détail

Manuel d utilisation du progiciel ELODIE V1.1.004. Pour la version de démonstration du progiciel. Version du 4 Mars 2011. Réf : DESE/ENV - 11.

Manuel d utilisation du progiciel ELODIE V1.1.004. Pour la version de démonstration du progiciel. Version du 4 Mars 2011. Réf : DESE/ENV - 11. Manuel d utilisation du progiciel ELODIE V1.1.004 Pour la version de démonstration du progiciel. Version du 4 Mars 2011. Réf : DESE/ENV - 11.024 2 Table des matières 1. INTRODUCTION... 4 2. CONNEXION A

Plus en détail

Security Center Plate-forme de sécurité unifiée

Security Center Plate-forme de sécurité unifiée Security Center Plate-forme de sécurité unifiée Reconnaissance automatique de plaques d immatriculation Vidéosurveillance Contrôle d accès Solutions innovatrices Tout simplement puissant. Le Security Center

Plus en détail

Dans la peau d'un Biologiste Computationnel?

Dans la peau d'un Biologiste Computationnel? Dans la peau d'un Biologiste Computationnel? Plusieurs casquettes : (Nature Biotechnology, Vol. 31, Number 11, Nov. 2013) «- data analyst - data curator - database developer - statistician - mathematical

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21 IODAA de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage IODAA Informations générales 2 Un monde nouveau Des données numériques partout en croissance prodigieuse Comment en extraire des connaissances

Plus en détail

VLAN Virtual LAN. Introduction. II) Le VLAN. 2.1) Les VLAN de niveau 1 (Port-based VLAN)

VLAN Virtual LAN. Introduction. II) Le VLAN. 2.1) Les VLAN de niveau 1 (Port-based VLAN) VLAN Virtual LAN. I) Introduction. Ce document présente ce qu est un VLAN, les différents types de VLAN ainsi que les différentes utilisations possibles. II) Le VLAN. Un VLAN est un réseau logique et non

Plus en détail

Catalogue des formations Edition 2015

Catalogue des formations Edition 2015 Antidot - Formations Catalogue des formations Edition 2015 : catalogue_formation_2015 Révision du 06.01.2015 Sommaire!!"##$%&'( )! $*$+,(-'(."##'+.'&( /!,'.0+"1"2%'( /!!."3'( /! $(3&"3"!(-4(5(.$,$1"24'(-'!(6"&#$,%"+!(7('-%,%"+()89:(;(

Plus en détail

Utilisation des diagrammes de Voronoï et des algorithmes génétiques pour l'étude des complexes protéine-protéine.

Utilisation des diagrammes de Voronoï et des algorithmes génétiques pour l'étude des complexes protéine-protéine. Utilisation des diagrammes de Voronoï et des algorithmes génétiques pour l'étude des complexes protéine-protéine. Anne Poupon Biologie et Bioinformatique des Systèmes de Signalisation INRA - Nouzilly France

Plus en détail

Etude de l image dans l enseignement scientifique

Etude de l image dans l enseignement scientifique Scénario 4 : Etude de l image dans l enseignement scientifique 1/6 Etude de l image dans l enseignement scientifique Module n : 4 Auteurs: Jean-Pierre Blanc et Pierre Moser Date: 13 décembre 2001 Version:

Plus en détail

Bioinformatique BTV Alignement de Séquences

Bioinformatique BTV Alignement de Séquences 1 / 60 Bioinformatique BTV Alignement de Séquences Jean-Michel Richer jean-michel.richer@univ-angers.fr http://www.info.univ-angers.fr/pub/richer Juillet 2008 2 / 60 Plan Plan 1 Rappels 2 Alignement multiple

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction CEC André-Chavanne BIO 3 OS La synthèse des protéines transcription code génétique traduction I. La «Transcription» : de l ADN à l ARNm. L'adresse suivante permet d accéder à une ANIMATION sur la TRANSCRIPTION.

Plus en détail

Pharmacopée européenne

Pharmacopée européenne I. Description Pharmacopée européenne La Pharmacopée Européenne est élaborée sous l égide du conseil de l Europe en application de la Convention relative à l Elaboration d une Pharmacopée Européenne. Cette

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Programmation paresseuse et causale des architectures orientées services

Programmation paresseuse et causale des architectures orientées services LABORATOIRE D INFORMATIQUE DE NANTES-ATLANTIQUE UMR 6241 ÉCOLE DOCTORALE STIM, N. 503 «Sciences et technologies de l information et des mathématiques» Sujet de thèse pour 2016 Programmation paresseuse

Plus en détail

Master Informatique Aix-Marseille Université

Master Informatique Aix-Marseille Université Aix-Marseille Université http://masterinfo.univ-mrs.fr/ Département Informatique et Interactions UFR Sciences Laboratoire d Informatique Fondamentale Laboratoire des Sciences de l Information et des Systèmes

Plus en détail

Figure 1 : page d accueil pour le professeur

Figure 1 : page d accueil pour le professeur Démonstration de Maple T.A., un environnement pour les examens et devoirs en ligne avec correction Automatique Benoit Vidalie, Maplesoft (bvidalie@maplesoft.com) Résumé : Le logiciel de calcul mathématique

Plus en détail

Cognit Ive Cas d utilisation

Cognit Ive Cas d utilisation Cognit Ive Cas d utilisation 96-98, rue de Montreuil - 75011 Paris _ opicot@ _ + 33 (0)1 40 09 71 55 Sommaire Présentation de la plateforme Cognit Ive SemanticMail : Traitement sémantique des mails Projets

Plus en détail

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit v 1.0.0 PD 20 mars 2008 Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit Fonctionnalités L application Gestion des mouvements d arrivée / départ de Requea permet la gestion collaborative

Plus en détail

Expérimentation de quelques outils auteurs Utilisation dans ARCHE

Expérimentation de quelques outils auteurs Utilisation dans ARCHE Expérimentation de quelques outils auteurs Utilisation dans ARCHE Partie 3 : Travaux pratiques sur la production de ressources, leur mise en place et diffusion dans ARCHE Plan Production d une ressource

Plus en détail

Projet DataCity. Documentation Utilisateur. Version 4

Projet DataCity. Documentation Utilisateur. Version 4 Projet DataCity Documentation Utilisateur Version 4 Cyril Moralès Marc Soufflet Lionel Hamsou Cédric Merouani Cyntia Marquis Ryan Legasal Guillaume de Jabrun morale_c souffl_m hamsou_l meroua_c marqui_c

Plus en détail

Journée SITG, Genève 15 octobre 2013. Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR Doctorant, Laboratoire de systèmes d information géographique

Journée SITG, Genève 15 octobre 2013. Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR Doctorant, Laboratoire de systèmes d information géographique Monitorint spatio-temporel intégré de la mobilité urbaine Monitoring spatio-temporel de l ADN urbain Une réponse aux défis, problèmes, enjeux et risques des milieux urbains Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR

Plus en détail

Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique

Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique Variation génétique de la couleur des grains de maïs. Chaque grain représente un individu de constitution génétique distincte. La sélection

Plus en détail

Réseau Sociaux Plan. 1. Historique. 2. Définition et fonctionnalités. 3. Usages actuels. 4. Tendances. 5. Problématiques de recherche

Réseau Sociaux Plan. 1. Historique. 2. Définition et fonctionnalités. 3. Usages actuels. 4. Tendances. 5. Problématiques de recherche Réseaux Sociaux Révolution des usages sur Internet, et nouvelles problématiques de recherche Pierre Maret, Laboratoire Hubert Curien, St-Etienne Adrien Joly, Alcatel-Lucent Bell Labs France, Villarceaux

Plus en détail

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Jihed Touzi, Frédérick Bénaben, Hervé Pingaud Thèse soutenue au Centre de Génie Industriel - 9

Plus en détail

Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq

Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq Influence du nombre de réplicats dans une analyse différentielle de données RNAseq Statisticiens: Sophie Lamarre Steve Van Ginkel Sébastien Déjean - Magali San Cristobal Matthieu Vignes Biologistes: Stéphane

Plus en détail

Introduction aux bases de données: application en biologie

Introduction aux bases de données: application en biologie Introduction aux bases de données: application en biologie D. Puthier 1 1 ERM206/Technologies Avancées pour le Génome et la Clinique, http://tagc.univ-mrs.fr/staff/puthier, puthier@tagc.univ-mrs.fr ESIL,

Plus en détail

La plate-forme de modélisation et simulation

La plate-forme de modélisation et simulation La plate-forme de modélisation et simulation Hélène Raynal U-MIAT, INRA, Toulouse 1 / 25 Plan Eléments de contexte Les spécifications qui ont prévalu à la mise en place de la solution Principaux services

Plus en détail

Sybase PowerAMC 16. Guide des nouvelles fonctionnalités générales. www.sybase.fr/poweramc DOCUMENTATION

Sybase PowerAMC 16. Guide des nouvelles fonctionnalités générales. www.sybase.fr/poweramc DOCUMENTATION Sybase PowerAMC 16 Guide des nouvelles fonctionnalités générales DOCUMENTATION 2 2 www.sybase.fr/poweramc A propos de PowerAMC 16 PowerAMC est une solution de modélisation d'entreprise graphique qui prend

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Comparatif CMS. Laurent BAUREN S Bérenger VIDAL Julie NOVI Tautu IENFA

Comparatif CMS. Laurent BAUREN S Bérenger VIDAL Julie NOVI Tautu IENFA Comparatif CMS Laurent BAUREN S Bérenger VIDAL Julie NOVI Tautu IENFA Sommaire Introduction : Dans le cadre de notre projet de master première année, il nous a été demandé de développer un moteur de recherche

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Demande d information

Demande d information RFI Demande d information Réf. : RFI_OMAT_final.doc DIT - SIAM Page 1/14 Request For Information - Outil de Modélisation des ArchiTectures SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 2. PÉRIMÈTRE

Plus en détail

Solid Edge ST3 l avenir de la modélisation 3D

Solid Edge ST3 l avenir de la modélisation 3D Solid Edge ST3 l avenir de la modélisation 3D RESUME ET COMMENTAIRES Un rapport technique sur les produits préparé par Collaborative Product Development Associates, LLC pour Siemens PLM Software La toute

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Big data et sciences du Vivant L'exemple du séquençage haut débit

Big data et sciences du Vivant L'exemple du séquençage haut débit Big data et sciences du Vivant L'exemple du séquençage haut débit C. Gaspin, C. Hoede, C. Klopp, D. Laborie, J. Mariette, C. Noirot, MS. Trotard bioinfo@genopole.toulouse.inra.fr INRA - MIAT - Plate-forme

Plus en détail

Chapitre 4 Les Servlets. 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation. 1.2 Requêtes HTTP

Chapitre 4 Les Servlets. 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation. 1.2 Requêtes HTTP 210 Les Servlets 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation Les Servlets sont la base de la programmation Java EE. La conception d'un site Web dynamique en Java repose sur ces éléments. Une Servlet

Plus en détail

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder

L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder L'analyse protéomique et les sciences -omiques: des données massives à interpréter et sauvegarder Christine CARAPITO, Alexandre BUREL, Patrick GUTERL, Alexandre WALTER, Jérôme PANSANEL, Fabrice VARRIER,

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE D UNE CLASSE VIRTUELLE CENTRA

GUIDE TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE D UNE CLASSE VIRTUELLE CENTRA rectorat mission formation division de la formation GUIDE TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE D UNE CLASSE VIRTUELLE CENTRA 1 TYPES DE FORMATION (Individuelle, d équipe) L objet de ce document est de présenter

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

Développez une application Android Programmation en Java sous Android Studio

Développez une application Android Programmation en Java sous Android Studio Environnement de développement 1. Architecture d Android 9 1.1 Présentation d Android 9 1.2 Architecture 12 1.3 Play Store 13 2. Android Studio 14 2.1 Installation sous Windows 14 2.2 Installation sous

Plus en détail

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose REPLICATION DE L ADN et CYCLE CELLULAIRE quantité d'adn 4C 2C G 1 S G 2 M G 1 5 12 15 16 duplication de l'adn mitose temps heures CYCLE

Plus en détail

e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées

e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées Emilie MANON, Joanna JANIK, Gabrielle FELTIN e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées 1 Introduction : La recherche

Plus en détail

Utiliser un logiciel libre de gestion bibliographique: Zotero

Utiliser un logiciel libre de gestion bibliographique: Zotero Utiliser un logiciel libre de gestion bibliographique: Zotero David Vivarès URFIST Strasbourg 03/11/2008 1 1. Définition Les logiciels de gestion bibliographiques sont des outils spécialisés permettant

Plus en détail

Artisans et conjoints d artisans, salariés et tout autre public

Artisans et conjoints d artisans, salariés et tout autre public Public : Pré-requis : Artisans et conjoints d artisans, salariés et tout autre public Aucun Objectif(s) : Améliorer l utilisation de l outil informatique en acquérant progressivement les compétences clés.

Plus en détail

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Livre blanc Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Présentation Ce document examine la prise en charge de la programmabilité sur l'infrastructure axée

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE INTRODUCTION d'après le cours du Dr NEHRBASS L enveloppe nucléaire renferme l ADN et défini le compartiment nucléaire. Elle est formé de 2 membranes concentriques

Plus en détail