Consommations d énergie et émissions de GES du secteur agricole Communauté d Agglomération de Niort

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consommations d énergie et émissions de GES du secteur agricole Communauté d Agglomération de Niort"

Transcription

1 Les synthèses de l AREC Consommations d énergie et émissions de GES du secteur agricole Communauté d Agglomération de Niort Sources de données et méthodologie L état des lieux des consommations d énergie et des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur agricole de la Communauté d Agglomération de Niort () a été réalisé à l aide d un outil nommé «ClimAgri» développé par l ADEME. Il s appuie sur les données du Recensement Agricole 2010, fournies par la DRAAF, ainsi que sur des données issues de l IGN (Institut Géographique et Forestier National) pour la partie forestière. Ces données ont été complétées quand cela s avérait nécessaire par des informations locales ou des avis d experts émanant de la chambre d agriculture ou du CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière). Les données de cadrage générales proviennent de l AREC et s appuient sur des chiffres issus des ministères, de l INSEE et du CITEPA (Centre Interprofessionnel Technique d Etudes de la Pollution Atmosphérique). Spécificités et limites de la méthode Le diagnostic couvre l ensemble des consommations d énergie et des émissions des GES, qu elles soient directes ou indirectes. Les consommations et émissions directes sont générées par l activité agricole du territoire. Les impacts indirects sont essentiellement dus à la fabrication et au transport des intrants (engrais azotés, aliments pour bétail, ). L état des lieux s arrête à la porte des fermes du territoire. Il ne prend donc pas en compte les consommations et les émissions générées par la transformation ou la distribution des produits agricoles. La mise en œuvre de circuits courts, par exemple, ne peut pas être prise en compte par l outil ClimAgri. Profil agricole et forestier La Communauté d Agglomération de Niort est un territoire de plus de ha comprenant une zone urbaine développée et une zone rurale. Rapportée à l habitant, la SAU (Surface Agricole Utile ha) n est que de 0,35 ha / hab, alors qu elle est respectivement de 0,95 et 0,43 aux niveaux régional et national. Les 425 exploitations agricoles du territoire emploient 130 salariés permanents (hors emplois familiaux), soit 0,31 salarié par exploitation, ratio légèrement supérieur à celui constaté en région (0,29). Le nombre de salariés monte à 340 en intégrant les emplois saisonniers. La surface moyenne d une exploitation est de 84 ha. La forêt est peu présente sur la, avec un taux de boisement bien inférieur aux niveaux régional et national. Le boisement est essentiellement composé de peupliers, Répartition des surfaces 66% 7% 27 % Surfaces Agricoles Utiles 64% 17% 19% Surfaces Boisées 51% 28% 21% Autres surfaces 1

2 Répartition des surfaces agricoles 79,7% 6,2% 14,0% Grandes cultures 67,2% 15,8% 5,1% 11,5% Prairies naturelles Prairies temporaires 49,9% 35,3% 3,6% 10,3% Viticulture-arboriculture Maraichage-horticulture Les surfaces agricoles de la sont majoritairement exploitées en grandes cultures. Sur 425 exploitations agricoles recensées en 2010, 190 sont spécialisées en grandes cultures, soit 45%. Les surfaces de prairies ne représentent que 20% de la SAU, caractérisant le faible développement de l élevage en pâturage. 110 exploitations sont spécialisées en élevage, dont 45 en caprins ou ovins, et 15 en hors sol. Près de 90 exploitations sont classées «polyculture et élevage». Les surfaces agricoles consacrées à la viticulture et au maraîchage sont négligeables. Effectifs d'animaux (UGB/hectare de SAU) Equidés Volailles-Lapins Porcins Ovins Caprins Bovins - 0,20 0,40 0,60 0,80 UGB : Unité Gros Bétail Unité permettant de comparer le cheptel à l aide d un facteur normalisé. Par exemple : 1 vache = 1 UGB 1 brebis traite = 0,25 UGB 1 chèvre traite = 0,2 UGB Même si la ne peut pas être considérée comme un territoire d élevage, la densité de cheptel par hectare de SAU est supérieure aux niveaux régional et national pour l ensemble des catégories hormis les ovins. Les bovins, principalement pour la viande, se trouvent dans le secteur du Marais, tout comme les porcins, alors que les caprins et les volailles se concentrent sur le secteur sud du territoire. Consommations énergétiques Consommations directes totales Point méthodologique Afin de pouvoir mettre en regard les consommations énergétiques des principaux secteurs, il est indispensable de travailler à partir des consommations directes. En effet, comme énoncé précédemment, les consommations indirectes de l agriculture proviennent essentiellement de la fabrication et du transport des intrants, consommations déjà prises en compte dans les secteurs «Industrie» et «Transport-Déplacements». tep : tonne équivalent pétrole 1 tep = kwh 2

3 Répartition des consommations énergétiques directes par secteur d'activité Résidentiel-Tertiaire Industrie Agriculture-Pêche Les consommations énergétiques directes pour les trois secteurs identifiés s élèvent à tep (1 775 GWh). Le caractère urbain de la ressort au travers de la répartition des consommations sectorielles : Une part importante (75%) du secteur résidentiel et tertiaire L impact de l activité tertiaire très développée sur le territoire niortais Une part imputable à l industrie inférieure au niveau régional (20%) Une faible part (5%) consommée par le secteur agricole Consommations directes de l agriculture Répartition des consommation d'énergie directe par usage Cultures Prairies Bois Serres Séchage et conservation Irrigation Pratiques d'élevage Les consommations d énergie directes du secteur agricole (et forestier) représentent tep (82 GWh). Elles sont marquées par l orientation «grandes cultures» de l agriculture du territoire. Les consommations liées aux pratiques culturales, mais aussi au séchage et à la conservation des grains ainsi qu à l irrigation, correspondent à 70% des consommations directes de l agriculture de la. A contrario, les consommations liées aux pratiques d élevage sont proportionnellement plus faibles qu aux niveaux régional et, surtout, national. Même si le maraîchage n est pas très développé, les consommations des serres en font un enjeu non négligeable pour l énergie. La consommation d énergie liée à la forêt est presque négligeable au regard des pratiques agricoles. Consommations indirectes de l agriculture Répartition des consommations d'énergie par type 46% 48% 49% 54% 52% 51% L intégration des consommations d énergie indirectes (8 500 tep, soit 100 GWh) revient à plus que doubler les consommations d énergie directe sur la. Energie directe Energie indirecte 3

4 Répartition des consommations énergétiques indirectes par usage Fabrication produits azotés Autres fertilisants et amendements Produits phytosanitaires Fabrication du matériel Aliments pour bétail Une part prépondérante des consommations indirectes induites par les pratiques agricoles (70%) est directement imputable aux grandes cultures, dont plus de 60% provenant de la fabrication des engrais azotés. Consommations énergétiques totales de l agriculture Emissions de gaz à effet de serre (GES) Emissions directes totales Consommations énergétiques ramenées à la surface agricole et boisée (en tep/ha) - 0,10 0,20 0,30 0,40 En intégrant les consommations d énergie indirectes, le secteur de l agriculture et de la forêt engendre une consommation globale annuelle de tep (185 GWh). Ramenée à la surface agricole et boisée, cette consommation est supérieure de 30% à celle engendrée au niveau régional. Pour le niveau national, la prise en compte de zones de montagne ou très boisées (massif des Landes par exemple) explique le faible ratio enregistré, au contraire de la où le taux de boisement est très faible. Point méthodologique Afin de pouvoir comparer les émissions de GES des principaux secteurs, il est indispensable de travailler à partir des consommations directes. En effet, les émissions indirectes de l agriculture proviennent essentiellement de la fabrication et du transport des intrants, émissions déjà imputées aux secteurs «Industrie» et «Transport-Déplacements». Spécificités du secteur agricole Les émissions des autres secteurs d activités proviennent essentiellement des consommations énergétiques, sous forme de gaz carbonique (CO 2 ). Le secteur agricole émet quant à lui deux autres gaz à effet de serre : Le méthane (CH 4 ) généré principalement par la fermentation entérique des ruminants et la décomposition anaérobie de la matière organique, notamment des déjections animales Le protoxyde d azote (N 2 O) issu en majorité de la fertilisation azotée et des transformations de l azote minéral Le pouvoir de réchauffement global (PRG) de ces trois gaz est différent. Pour pouvoir les cumuler, une unité de comptabilisation des émissions de GES a été définie : la tonne-équivalent CO 2 : 1 tonne de CO 2 = 1 t éq CO 2 1 tonne de CH 4 = 25 t éq CO 2 1 tonne de N 2 O = 298 t éq CO 2 4

5 Répartition des émissions de GES par secteur 52% 18% 28% 1% Résidentiel-tertiaire Industrie manufacturière 27% 23% 1% 46% 3% Industrie de l'énergie Agriculture-sylviculture 25% 28% 19% 26% 3% Traitement de déchets Les émissions directes de GES (hors secteur transport-déplacements) s élèvent à t éq CO 2. La répartition des émissions de GES est assez similaire à celles des consommations énergétiques, à quelques nuances près : Le secteur résidentiel et tertiaire est un secteur très émetteur (52%) L industrie locale demeure en retrait (12%) Les émissions d origine non énergétique (CH 4 et N 2 O) entraine le secteur agricole (28%) bien au-dessus de l industrie Emissions de GES de l agriculture Emissions de GES ventilées par type de gaz et par origine N2O : 38% CH4 : 31% CO2 : 31% N2O : 33% CH4 : 40% CO2 : 27% N2O : 33% CH4 : 41% CO2 : 26% N2O (émissions directes des sols) N2O (émissions lessivage + NH3) N2O (fabrication des engrais azotés) N2O (effluents d'élevage) CH4 (fermentation entérique) CH4 (effluents d'élevage) CO2 (consommation d'énergie) CO2 (engrais azoté) CO2 (autres postes) Le bilan des émissions de GES du secteur agricole de la est marqué par les grandes cultures : 26% des émissions sont directement issues des sols 15% proviennent de la fabrication des engrais azotés 11% sont générées par la consommation énergétique, du machinisme agricole principalement Les émissions liées à l élevage sont proportionnellement bien plus faibles que pour les autres niveaux territoriaux de référence. 5

6 Emissions de GES du secteur agricole ramenées à la surface agricole et boisée (en t éq CO 2 /ha) Poitou- Charentes - 1,00 2,00 3,00 4,00 Sur le territoire de la, le secteur de l agriculture et de la forêt engendre des émissions globales de GES (directes et indirectes) de t éq CO 2. Ramenées à la surface agricole et boisée, les émissions du territoire sont supérieures à celles engendrées aux niveaux régional et national. Le faible taux de boisement en est une des principales causes. Stockage annuel de carbone Point méthodologique Les émissions de GES présentées dans le paragraphe précédent sont des émissions brutes qui ne tiennent pas compte du stockage annuel de carbone dans les espaces boisés ou les sols agricoles. Stockage annuel de carbone, y compris déstockage pour prélèvement de bois (en kt éq CO2) Stockage Haies -1 Stockage Forêt Stockage sols agricoles Stockage total annuel Emissions agricoles annuelles La forêt engendre très peu de consommations énergétiques, et encore moins d émissions de gaz à effet de serre. Par contre, elle permet un stockage annuel important de carbone, compensant ainsi les émissions générées sur le territoire. Le bois prélevé en forêt ou haies pour une utilisation en industrie ou en énergie participe au déstockage du carbone, tandis que le bois d œuvre est considéré comme prolongeant ce stockage. Le stockage annuel cumulé dans les haies, les forêts et les sols agricoles (prairies) correspond à 25% des émissions annuelles brutes de l agriculture (et de la forêt). La gestion durable des espaces boisés, ainsi que la bonne gestion de la matière organique présente dans les sols, sont des leviers intéressants pour limiter l impact des activités humaines sur le climat. Si le stockage réalisé dans les haies et les sols agricoles peut être entièrement imputé à l agriculture, il convient d être plus prudent sur le domaine de la forêt : le stockage dans les bois participe à la compensation de l ensemble des émissions du territoire, qu elles soient d origine agricole ou non. 6

7 Potentiel nourricier Préambule L agriculture n est pas une activité qui ne fait que consommer de l énergie et émettre des GES, sa vocation première demeure de produire des denrées pour nourrir les populations de son territoire, ou d autres contrées plus lointaines. Afin de définir, pour le territoire concerné, la capacité à nourrir des êtres humains, deux types d informations ont été intégrées dans l outil ClimAgri : les besoins moyens quotidiens d un individu de référence (sexe masculin, 70 kg, activité physique moyenne) en calories, protéines et protéines animales, et les consommations moyennes du même individu en (sources FAO). Nombre de personnes nourries annuellement par rapport aux besoins moyens par rapport à la consommation moyenne d'un français population de la Besoins en énergie (Kcal) Besoins en protéines végétales Besoins en protéines animales En se référant uniquement à la consommation moyenne d un français, l agriculture de la Communauté d Agglomération de Niort peut nourrir environ 3 fois sa population en calories et 8 fois en protéines végétales. La territoire est par contre déficitaire en protéines animales. 7

8 Axes d amélioration, suites à donner L agriculture et la forêt étant basées sur des processus biologiques naturels, les marges de progrès pour réduire les consommations d énergie et les émissions de GES du secteur agricole sont relativement minces, sauf à opérer de profondes mutations. Cependant, des actions relatives aux économies d énergie, au développement des énergies renouvelables, à l optimisation de la fertilisation ou à l alimentation animale semblent possibles. Les actions envisageables seront à construire en concertation avec les structures agricoles œuvrant sur le territoire de la (chambre d agriculture, fédération des CUMA, CIVAM, syndicats agricoles, ). Elles devront demeurer en cohérence avec les autres enjeux environnementaux (eau, sol, biodiversité, santé, ). La concertation pourrait par exemple se conduire sous forme d ateliers thématiques articulés autour des grands axes de travail suivants : Axe I : Carburation et travail du sol Axe II : Optimisation de la fertilisation azotée Axe III : Autonomie alimentaire du cheptel Axe IV : Economies d énergie Energies renouvelables Axe V : gestion durable des espaces boisés Conclusions Sur la Communauté d Agglomération de Niort, l agriculture c est : Une consommation énergétique de tep (y compris consommations indirectes) Des émissions de GES de t éq CO 2 (y compris émissions indirectes) Une production agricole annuelle de t de protéines, dont t de protéines animales La définition d un plan d actions local devra être menée en concertation avec l ensemble des structures et des acteurs du monde agricole du territoire. Agence Régionale d Evaluation environnement et Climat 60, rue Jean Jaurès CS POITIERS Cedex Tél : Fax : Pour en savoir plus : 8

Diagnostic des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre sur le Pays Mellois

Diagnostic des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre sur le Pays Mellois Diagnostic des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre sur le Pays Mellois Réalisé à l aide de l outil ClimAgri (ADEME) Février 2013 Document rédigé avec l appui technique :

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

Certification environnementale des exploitations agricoles

Certification environnementale des exploitations agricoles Certification environnementale des exploitations agricoles Afin de vous adresser une proposition sans engagement de votre part, nous vous remercions de bien vouloir remplir ce document et de nous le retourner

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Etude préalable à la mise en œuvre du Plan Climat-Energie Territorial de la Communauté d Agglomération de Castres Mazamet LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Castres, jeudi 29 mars 2012 Obligation

Plus en détail

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 Guide réalisé par : Sylvain Doublet, SOLAGRO (sylvain.doublet@solagro.asso.fr) Contact ADEME

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Mars 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre

Plus en détail

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes 14 ème journée d étude des productions porcines et avicoles,

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Novembre 213 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire

Plus en détail

Inventaire des émissions de GES région Poitou-Charentes 2008. Comité de pilotage OREGES 29 nov 2011

Inventaire des émissions de GES région Poitou-Charentes 2008. Comité de pilotage OREGES 29 nov 2011 Inventaire des émissions de GES région Poitou-Charentes 2008 Comité de pilotage OREGES 29 nov 2011 Approche territoire régional (CITEPA) EMISSIONS DIRECTES Synthèse des émissions du territoire régional

Plus en détail

Visions ADEME 2030-2050

Visions ADEME 2030-2050 Visions ADEME 2030-2050 Méthodologie générale 2 approches différentes: 2030 : exploratoire - volontariste 2050: normatif - facteur 4 Tous secteurs (énergie mais aussi agriculture) Transversalité Cohérence

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

Le Plan de performance énergétique des exploitations agricoles. Présentation et perspectives pour les élevages porc et volaille

Le Plan de performance énergétique des exploitations agricoles. Présentation et perspectives pour les élevages porc et volaille Le Plan de performance énergétique des exploitations agricoles Présentation et perspectives pour les élevages porc et volaille Conseil spécialisé Viandes blanches 7 juin 2011 Christine FORTIN et Vincent

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Lionel LAUNOIS Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Journée nationale APCA

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013 L essentiel de la filière viande bovine française 2013 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n 1249/2008

Plus en détail

Références PLANETE 2010 Fiche 1 - Généralités : présentation des exploitations et résultats globaux

Références PLANETE 2010 Fiche 1 - Généralités : présentation des exploitations et résultats globaux Références PLANETE 2010 Fiche 1 - Généralités : présentation des exploitations et résultats globaux Décembre 2010 Réalisée avec le soutien de l ADEME Suivi du dossier : Solagro : Jean-Luc BOCHU, Charlotte

Plus en détail

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC

OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC OBSERVATOIRE BAS-NORMAND DE L ENERGIE ET DU CLIMAT - OBNEC Production d énergie et consommations finales en Basse-Normandie Etat des lieux 2010 Evolution 2004-2010 Unité de méthanisation de Cavigny (50),

Plus en détail

Diagnostic Energie-Climat

Diagnostic Energie-Climat Diagnostic Energie-Climat Syndicat d Agglomération Nouvelle de Sénart Cabinet EXPLICIT 1 Les émissions de l'agglomération de Sénart s'élèvent à 478 000 tonnes équivalent CO2 Emissions de gaz à effet de

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

Du bilan énergétique au bilan carbone et plus si affinité

Du bilan énergétique au bilan carbone et plus si affinité Ministère de l Agriculture de la Pêche et de l Alimentation CFPPA - CFA 57, avenue Charles de Gaulle BP15 38261 la Côte Saint André Cedex tél: 4 74 2 44 66 PSP Développement durable Du bilan énergétique

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION Année de référence : 211 Page : 1 / 12 SOMMAIRE I. GENERALITES... 3 A. INTRODUCTION 3 B. OBJECTIFS 3 II. LA METHODE BILAN CARBONE... 4 A.

Plus en détail

Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets

Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets Introduction Investi depuis de nombreuses années dans la réduction de l impact environnemental de ses activités, le groupe SPhere développe

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

La consommation d énergie directe des exploitations agricoles

La consommation d énergie directe des exploitations agricoles La consommation d énergie directe des exploitations agricoles Commission Environnement et développement durable 16 juin 2009 Les sources d informations au SSP Enquête sur la consommation d énergie des

Plus en détail

Aéroport Nice Côte d Azur, sur la voie de la neutralité carbone. Forum Plan Climat Alpes-Maritimes 15 novembre 2013

Aéroport Nice Côte d Azur, sur la voie de la neutralité carbone. Forum Plan Climat Alpes-Maritimes 15 novembre 2013 Aéroport Nice Côte d Azur, sur la voie de la neutralité carbone Forum Plan Climat Alpes-Maritimes 15 novembre 2013 Sommaire Nice Côte d Azur en quelques chiffres Nice Côte d Azur et qualité de l air Son

Plus en détail

Année de référence 2005 - Edition 2011

Année de référence 2005 - Edition 2011 Etat des lieux Climat-Air-Energie de la Haute-Normandie Inventaire énergétique et des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques secteur tertiaire Année de référence 2005 - Edition

Plus en détail

Atelier Bruxelles. Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne : Collecte des données et mise en œuvre des méthodes

Atelier Bruxelles. Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne : Collecte des données et mise en œuvre des méthodes Cluster Francophone partie prenante du Partenariat International sur l Atténuation et le MRV Atelier Bruxelles Jeudi 30 octobre 2014 Mise en œuvre d un système d inventaire des émissions de GES pérenne

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Systèmes de production et itinéraires techniques agricoles

Systèmes de production et itinéraires techniques agricoles Agriculture Énergie 2030 CENTRE D ÉTUDES ET DE PROSPECTIVE Fiche-variable Systèmes de production et itinéraires techniques agricoles Dominique Tristan1, Xavier Cassedane2, Marie-Aude Even3, Julien Vert4

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Forum d ouverture du Plan Climat 4 décembre 2012 Enjeux Climat Energie La demande mondiale en énergie ne cesse d augmenter pas de solution «miracle»

Plus en détail

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter En 2007, un groupe d experts réunis par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a publié un rapport soulignant

Plus en détail

Enquête agricole mai

Enquête agricole mai Produit Statistique Enquête agricole mai Informations générales SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie Ces statistiques sont directement issues des enquêtes annuelles de mai (l'ancien recensement).

Plus en détail

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Juillet 2013 Panorama de l agriculture en Vienne 2012 1 Sommaire Page Utilisation de l espace agricole... 1 Les surfaces agricoles en 2012... 2 Les exploitations

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Plan Climat Energie de Puisaye-Forterre

Plan Climat Energie de Puisaye-Forterre Plan Climat Energie de Puisaye-Forterre SYNTHESE DU BILAN «GAZ A EFFET DE SERRE ENERGIE» La Puisaye-Forterre 8 communautés de communes 36 000 habitants 1 674 Km² 1 TABLE DES MATIERES CONTEXTE 3 BILAN «ENERGIE

Plus en détail

Bilan Carbone Informatique CDC

Bilan Carbone Informatique CDC Bilan Carbone Informatique CDC Abdelfattah Bekkali Département Logistique Générale - Développement Durable Sommaire : I. BILAN CARBONE LES OBJECTIFS... 3 Pourquoi un bilan carbone à Informatique CDC...

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Commission régionale de l économie agricole et du monde rural 17 Mai 2011 Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Ordre du jour COREAM 17 mai 2011 Volet agricole et forestier

Plus en détail

PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION L AGRICULTURE ET L ENERGIE : UNE PREOCCUPATION CROISSANTE OBJECTIF ET METHODE

PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION L AGRICULTURE ET L ENERGIE : UNE PREOCCUPATION CROISSANTE OBJECTIF ET METHODE PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION AGRICOLE ET L EVALUATION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE. Jean-Luc BOCHU SOLAGRO, 75 voie du TOEC, 31076 TOULOUSE Cedex 3 (France) Membre

Plus en détail

DYNAMIQUE DES PLANS AGRICOLES REGIONAUX CAMPAGNE AGRICOLE 2013/2014 REGION: TANGER TETOUAN

DYNAMIQUE DES PLANS AGRICOLES REGIONAUX CAMPAGNE AGRICOLE 2013/2014 REGION: TANGER TETOUAN DYNAMIQUE DES PLANS AGRICOLES REGIONAUX CAMPAGNE AGRICOLE 2013/2014 REGION: TANGER TETOUAN CONTEXTE REGIONAL 2008/2009 2013/2014 Ecart % SAU TOTALE (en hectares) 451920 563650 25% * dont SAU irriguée 60386

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

Le nombre de cotisants solidaires s élève à 108 000 en 2012, en baisse de 1,9 % par rapport à 2011.

Le nombre de cotisants solidaires s élève à 108 000 en 2012, en baisse de 1,9 % par rapport à 2011. Synthèses Juillet 2013 L Observatoire Economique et Social Les cotisants de solidarité en 2012 Conformément aux dispositions de l article L.731-23 du code rural et de la pêche maritime, les personnes qui

Plus en détail

SYNTHESE 08 Novembre 2012

SYNTHESE 08 Novembre 2012 SYNTHESE 08 Novembre 2012 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Synthèse - 08/11/2012 2 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Synthèse

Plus en détail

PROGRAMME II CONTRIBUTION DE LA REGION RHÔNE-ALPES A LA REDUCTION DE L EMPREINTE CARBONE DES ACTEURS DU TERRITOIRE

PROGRAMME II CONTRIBUTION DE LA REGION RHÔNE-ALPES A LA REDUCTION DE L EMPREINTE CARBONE DES ACTEURS DU TERRITOIRE 2013-2017 PROGRAMME II CONTRIBUTION DE LA REGION RHÔNE-ALPES A LA REDUCTION DE L EMPREINTE CARBONE DES ACTEURS DU TERRITOIRE Mars 2013 Document 4/6 INTRODUCTION SOMMAIRE 1 BILANS DES EMISSIONS DE GAZ A

Plus en détail

Consommation Energétique Finale de l Algérie

Consommation Energétique Finale de l Algérie Données & Indicateurs Ministère de l Energie et des Mines Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Consommation Energétique Finale de l Algérie Edition 2007

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN

DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN SEPTEMBRE / NOVEMBRE 2011 AUDITEURS GROUPE AGENA : MAURICE LACROIX :

Plus en détail

CER FRANCE ADHEO : la comptabilité se met au vert!

CER FRANCE ADHEO : la comptabilité se met au vert! Association de Gestion et de Comptabilité ADHEO 109 CER FRANCE ADHEO : la comptabilité se met au vert! L Association de Gestion et de Comptabilité ADHEO 109, membre du réseau CER FRANCE, a imaginé et développé

Plus en détail

Atlas agricole de l Auvergne

Atlas agricole de l Auvergne Atlas agricole de l Auvergne 5 ème assemblée des utilisateurs CRAIG 4 décembre 2012 Seán HEALY Nicolas VENY DRAAF Auvergne Service Régional de l'information Statistique et Economique (S.R.I.S.E.) PLAN

Plus en détail

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire Année de référence : 2011 2 Sommaire 1 CONTEXTE... 3 2 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE... 3 3 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ

Plus en détail

FBI? Les agrocarburants. (Fausse Bonne Idée)

FBI? Les agrocarburants. (Fausse Bonne Idée) Les agrocarburants FBI? (Fausse Bonne Idée) Le déclin annoncé des énergies fossiles comme le pétrole et le gaz, la lutte contre les émissions de CO 2, le développement des sources d énergies renouvelables,

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

GAZ A EFFET DE SERRE ET DES CONSOMMATIONS BILAN DES EMISSIONS DE CHAPITRE N 1 D ENERIGE PROFIL CLIMAT DE QUIMPER COMMUNAUTE

GAZ A EFFET DE SERRE ET DES CONSOMMATIONS BILAN DES EMISSIONS DE CHAPITRE N 1 D ENERIGE PROFIL CLIMAT DE QUIMPER COMMUNAUTE Bilan 2010 des émissions de gaz à effet de serre et consommations d énergie QUIMPER COMMUNAUTE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ET DES CONSOMMATIONS D ENERIGE CHAPITRE N 1 CONTACT Jocelyne L

Plus en détail

Chiffres clés air-énergie-climat 2012 Situation du territoire alsacien aux regard des objectifs pour l air, le climat et l énergie

Chiffres clés air-énergie-climat 2012 Situation du territoire alsacien aux regard des objectifs pour l air, le climat et l énergie Chiffres clés air-énergie-climat 2012 Situation du territoire alsacien aux regard des objectifs pour l air, le climat et l énergie CREA Alsace du 16 avril 2014 Association pour la Surveillance et l étude

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants - février 2012 Agreste février 2012 Pays de la Loire L emploi agricole : la place accrue des coexploitants En 2010, l ensemble de l agriculture ligérienne emploie 73 500 personnes travaillant de manière

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

- Rapport final - Collection Résultats

- Rapport final - Collection Résultats Septembre 2011 Compte-rendu n 001133005 Département Technique d Elevage et Qualité Service Bâtiment Environnement Jean-Baptiste DOLLÉ, Vincent MANNEVILLE, Armelle GAC, Alicia CHARPIOT Emissions de gaz

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE

CHANGEMENT CLIMATIQUE Réseau REAGRI Groupe «Agriculture et Energie» Novembre 2006 Agriculture et Changement Climatique CHANGEMENT CLIMATIQUE I. Principe de l effet de serre L effet de serre est un phénomène naturel dû à certains

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Situation 2010 Janvier 2014 Conseil général du Direction générale des territoires, de l économie et de l innovation Service développement durable Hôtel du département

Plus en détail

La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013

La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013 Les synthèses de l AREC La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013 Juin 2015 AREC POITOU-CHARENTES www.arecpc.com oreges@arecpc.com 05 49 30 31 57 PRÉAMBULE PRÉAMBULE

Plus en détail

L agriculture dans la Marne

L agriculture dans la Marne L agriculture dans la Marne Edition 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE CHAMPAGNE-ARDENNE ET DE LA MARNE Service Régional

Plus en détail

CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE :

CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE : CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE : Monsieur, Madame, Vous souhaitez réaliser un projet de construction en zone agricole, à protéger en raison de son potentiel agronomique, biologique ou économique.

Plus en détail

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements PREFET DE LA REGION LIMOUSIN Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements A remplir par tous les demandeurs sauf les JA et les CUMA/ASA DEMANDEUR Numéro OSIRIS :...

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre de la base ENERGIF : sources et méthodologie de calculs

Consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre de la base ENERGIF : sources et méthodologie de calculs Consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre de la base ENERGIF : sources et méthodologie de calculs Date de mise à jour : 24/11/2015 1 Généralités de précautions d usage L inventaire

Plus en détail

Rapport Phase 1 : Etat des lieux Mai 2014. Pour : SYNDICAT MIXTE DU PAYS D ARLES

Rapport Phase 1 : Etat des lieux Mai 2014. Pour : SYNDICAT MIXTE DU PAYS D ARLES DIAGNOSTIC ET PROSPECTIVE ENERGIE ET GAZ A EFFET DE SERRE POUR L ELABORATION DU PLAN CLIMAT ENERGIE TERRIORIAL DU PAYS D ARLES Lot 2 : Diagnostic énergie et gaz à effet de serre du secteur Agricole et

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES ET ORDRES DE

NOTES TECHNIQUES ET ORDRES DE CONSTATS ET ENJEUX CHAPITRE 1 - NOTES TECHNIQUES ET ORDRES DE GRANDEURS - CDDRA DE LA DRÔME DES COLLINES - - Juin 2011 POINT INFORMATION ENERGIE 44 RUE FAVENTINES, BP 1022, 26010 VALENCE CEDEX tél. 04

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2011 1 1. INTRODUCTION 1.2. Cadre réglementaire 3 1.3. Méthodologie retenue. 3 2. BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2.1. Description

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Situation 2010 Janvier 2014 nseil général du ection des territoires rvice développement durable Hôtel du département 2 rue de Saint-Tropez

Plus en détail

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique En surveillant et étudiant les principaux indicateurs de pollution industrielle,

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Rendez-vous Pro Énergie

Rendez-vous Pro Énergie Rendez-vous Pro Énergie La performance énergétique dans les exploitations du Tarn Julien NEDELLEC Conseiller énergie Siège Social 96 rue des agriculteurs BP 89 81003 ALBI Cedex Tél : 05 63 48 83 83 Fax

Plus en détail

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales»

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Version du 10 février 2015 SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Sous-mesure : 10.1 paiement au titre d engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description

Plus en détail

groscope INOSYS : une nouvelle description des systèmes d exploitation agricole Agreste Midi-Pyrénées

groscope INOSYS : une nouvelle description des systèmes d exploitation agricole Agreste Midi-Pyrénées N 2 Décembre 2013 groscope INOSYS : une nouvelle description des systèmes d exploitation agricole Initié en 2011, le projet INOSYS des Chambres d Agriculture a abouti à la construction d une typologie

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Les décès des non-salariés agricoles suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle en 2010, 2011 et 2012

Les décès des non-salariés agricoles suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle en 2010, 2011 et 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques ETUDE avril 2014 Les décès des non-salariés agricoles suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle en 2010, 2011 et 2012 Données

Plus en détail

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne

énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne énergie et climat : l essentiel du bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre en seine-et-marne seine-et-marne.fr fo p03 Édito p04 Les émissions de gaz à effet de serre (GES) en Seine-et-Marne

Plus en détail

Fiche Synthèse - Métier 2004

Fiche Synthèse - Métier 2004 Fiche Synthèse - Métier 2004 Agriculteurs, éleveurs ( FAP n 01) Points-clés : Les tensions et les demandes d emploi des personnes handicapées Le marché du travail L emploi Le chômage : caractéristiques

Plus en détail

Sols et service de régula1on du climat

Sols et service de régula1on du climat Sols et service de régula1on du climat GIEC 2013 S. Pellerin, J. Balesdent et B. Mary Emissions anthropiques mondiales de Gaz à Effet de Serre (GIEC, 2014) CO 2 (Dioxyde de carbone) 72 % CH 4 (Méthane)

Plus en détail

PARC NATUREL REGIONAL

PARC NATUREL REGIONAL PARC NATUREL REGIONAL DES MONTS D ARDECHE Synthèse du bilan de gaz à effet de serre du territoire 1. Eléments de contexte Les derniers travaux du GIEC (Groupe d Experts Intergouvernemental sur l Evolution

Plus en détail

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Communauté Urbaine du Grand Toulouse Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Juin 2011 Table des matières 1 Introduction 3 1.1. Les défis énergétiques et climatiques 3 1.1.a. Les émissions

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Analyse économique de la périurbanisation des villes. Jean Cavailhès A L I M E N T A T I O N A G R I C U L T U R E E N V I R O N N E M E N T

Analyse économique de la périurbanisation des villes. Jean Cavailhès A L I M E N T A T I O N A G R I C U L T U R E E N V I R O N N E M E N T Analyse économique de la périurbanisation des villes Jean Cavailhès L espace périurbain : de quoi parle-t-on? La définition statistique Pôle urbain = commune centre + banlieue Couronne périurbaine = =

Plus en détail

L emploi en production agricole

L emploi en production agricole agir ensemble L emploi en production agricole Chiffres 2011 - Département d Ille-et-Vilaine La brochure est téléchargeable sur les sites de la MSA : www.msaportesdebretagne.fr et de l AEF : www.ille-et-vilaine.anefa.org

Plus en détail

Les aides en agriculture biologique

Les aides en agriculture biologique Cette fiche présente quelques informations essentielles pour les exploitations en agriculture biologique : la notification et les différentes aides disponibles. Note : les informations présentées ici datent

Plus en détail

ENJEUX ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE EN VITICULTURE CLIMAGRI PACA

ENJEUX ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE EN VITICULTURE CLIMAGRI PACA ENJEUX ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE EN VITICULTURE CLIMAGRI PACA Journée technique viti oeno AREDVI Avignon le 17 février 2015 Le ClimAgri PACA en bref Qui? La Région PACA Quoi? Démarche ClimAgri Par qui?

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Année de référence : 2011 Alpha Santé Document {auxilia} Novembre 2012 SOMMAIRE 1. Contexte et objectif du rapport 3 2. Méthodologie

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail