PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE"

Transcription

1 PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE du jeudi 4 juillet 2013

2 959 PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE TERRITORIALE DE MAINE-ET-LOIRE DU JEUDI 4 JUILLET 2013 PRÉSENTS : Mmes BARTHELEMY, CAILLEAU, GATE, MM. ANGER, BILLIARD, BOISRAME, BORJON-PIRON, CAMUS, CHATEAU, CHOQUET, CLISSON, FILLON, FOUACHE, FOUCHE, GRELIER, GROUD, HOUDOU, JOUSSELIN, LE BARS, MAHOT, MARCHAND, MARTINEZ, MENET, PATRON, RIME, ROCHOUANE, TELLIER, Membres Titulaires. Mme DUTILLEUL-FRANCOEUR, MM. CREUZE, FLAMANT, ILLIEN, MONTECOT, POLLONO, Membres Associés. Mmes BURET (représentant DCF), LE BOTT (France Télécom - Directrice des relations avec les collectivités locales du Maine-et-Loire), MONTANIER (Représentant Club Créateurs CIDES Saumur), MM. BORON (Directeur du Comité Départemental du Tourisme de l Anjou), CHIMIER (Président Incubateur Angers Technopole), GUINOIS (Relations Ecoles/Entreprises), LE MONNIER (Président Comité Local des Banques), MARTIN (Représentant Club Créateurs ACREA Angers), RAISON (Président Banque de France), ROUSSELLE (Président Union Départementale des Commerçants Non Sédentaires), Conseillers Techniques. EXCUSÉS : Mmes BEALU, GALLARD, TRIDON, MM. BAUDOUIN, BEILLOUET, BODET, BRANGEON, CESBRON, DE LA HAUTIERE, DRAPEAU, DUPRE, ECHASSERIAU, FRADIN, FREUCHET, GONCALVES, LEFRANCQ, LEVAVASSEUR, MARSAC, MERCIER, MORILLON, PINEAU, REYNOUARD, SCHAUPP, Membres Titulaires. Mmes HACHET, ROBIN, MM. BERDUGO, BOISSEAU, BONNEAU, BRAULT, DE MIJOLLA, DEVILLE, FLAMAND, JACROT, LIGONNIERE, MERIGNAC, OGER, PAPIN, PASQUIER, PORTIER, RICHER, RICHOU, SINQUIN, Membres Associés. Mmes LAVA (Présidente Destination Anjou), MEUNIER (Directrice Services des Douaniers), MM. BARBIEUX (Président Vitrines d Angers), BECHU (Président Conseil Général), BEAUPERE (Président Chambre d Agriculture 49), BESSIN (Directeur Départemental des Territoires), BLANDIN, BOUKOBZA (Directeur DIRECCTE Pays de la Loire), BRAULT (Président Interloire), CAILLEAU (Représentant le CJD), CALMEL (Vice-président des Vitrines de Saumur), CESBRON (Président Végépolys), COINTREAU (Société Rémy

3 960 Cointreau), d ARTOIS (Directeur Institut Français du Cheval et de l Equitation), DAVY (Président de l Association des Maires de Maine-et-Loire), GUITTET (Président des Vitrines de Cholet), LACOMBE (Directeur du Pôle Touristique International de Saumur et sa Région), LECLERC-DOUCHKINE (Représentant l ACEC), M. MELLIER (Représentant l Ordre des Avocats), MOREL (La Poste), MUSSET (Représentant Comité Départemental d Expansion), PETITEAU (représentant JCE), ROBLEDO (Représentant Université d Angers), SARRAZIN (Président SAS Anjou Amorçage), SOULARD (Président Pôle Enfant), TOUCHE (Directeur Electricité Réseau Distribution France), VERMERSCH (Recteur de l Université Catholique de l Ouest), Conseillers Techniques. INVITÉS : M. BURDEYRON Préfet de Maine-et-Loire représenté par M. François-Xavier VEYRIERES, M. ABALAIN, Administrateur des Finances Publiques M. Pascal LELEU, Président ESSCA Mme Catherine LEBLANC, Directrice Générale ESSCA M. Philippe MARCHAND, Directeur Pédagogique ESSCA INVITÉ EXCUSE : M. Pierre MATHIEU, Directeur Départemental des Finances PARTICIPENT ÉGALEMENT : M. LAHEURTE Cyrille, Directeur Général M. AUREGAN Philippe, Direction Développement du Territoire Mme GERMAIN Myriam, Direction Communication Marketing M. HOUEIX Christophe, Direction Développement des Entreprises M. NEVEU Bruno, Direction Formation M. RATOUR Alain, Direction Publications M. RONDOUIN Rémy, Direction Administrative et Financière Mme SAMSON Pascale, Directrice ESIAME Mme VERDIER Corinne, Direction Générale Mlle Christine CARMES, Conseiller Innovation, Mme GOURRONC Christelle, Direction Communication et Marketing Mme DAMOUR Monique, Direction Générale

4 961 ASSEMBLEE GENERALE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE TERRITORIALE DE MAINE- ET-LOIRE SEANCE DU JEUDI 4 JUILLET 2013 Ordre du jour 1. ACCUEIL A L ESSCA DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES ExpreCCIon n Tour de conjoncture DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES Mise en place de la BPI et outils financiers AFFAIRES GENERALES Approbation du procès-verbal Agenda consulaire Les communications du Président Désignations Conventions CCI Pays de la Loire : budget rectificatif simplifié ANNEXES Calendrier des Clubs et manifestations des mois de juillet à septembre Conventions 1000

5 962 Cette Assemblée se déroule à l ESSCA, école supérieure de commerce à Angers. Le Président GROUD ouvre la séance à 16h15. Il présente les excuses de M. BURDEYRON, Préfet de Maine-et-Loire, représenté par M. VEYRIERES, Directeur de l interministérialité et du développement durable. Le Président GROUD remercie tout particulièrement M. LELEU et Mme LEBLANC, respectivement Président et Directrice de l ESSCA, d avoir accepté d accueillir cette séance ainsi que la cérémonie des Espoirs de l Economie qui commence en ce moment même par une série d ateliers et qui devrait se poursuivre tard dans la soirée. Cette édition 2013 des «Espoirs de l Economie» vient consacrer le talent et la réussite de jeunes entrepreneurs. C est un axe fort de l action de la CCI et le Président GROUD est particulièrement sensible au fait que cette cérémonie se déroule à l ESSCA, dont la vocation est aussi de faire émerger de futurs jeunes créateurs d entreprise. Le quorum étant atteint, le Président GROUD propose de débuter l Assemblée et cède la parole à Mme LEBLANC. 1. ACCUEIL A L ESSCA Mme LEBLANC salue l Assemblée. L ESSCA reçoit la CCI dans ses locaux avec beaucoup de plaisir. L école souhaite se rapprocher des entreprises pour l aider dans la construction de son programme et lui permettre de remplir sa mission : accueillir et former des étudiants pendant cinq ans de façon concrète. Le marché de l emploi est difficile en 2013 et le sera encore en Néanmoins, l école enregistre un bon taux d insertion puisque 93% des étudiants sortant de l école sont en poste en moins de 4 mois. Les entreprises les apprécient pour leur pragmatisme, leur adaptabilité, leur humilité et la dimension internationale de leur profil. L ESSCA a décerné 418 diplômes en Elle recense personnes en formation sur deux sites : Angers et Paris (les effectifs ont doublé en 10 ans). Sur le site parisien, des salles sont à disposition des chefs d entreprise de province pour leur permettre d organiser des rendez-vous. L école est aussi présente à Shanghai et Budapest ce qui facilite les échanges. Elle compte 163 universités partenaires dans 46 pays. Le Président GROUD remercie Mme LEBLANC, il précise qu il a lui-même eu le plaisir d être enseignant vacataire à l ESSCA pendant 30 ans. Il propose de présenter la convention de partenariat pédagogique ESIAME / ESSCA puis de procéder à sa signature. Convention de partenariat pédagogique ESIAME/ESSCA Dans le cadre de la collaboration engagée depuis 2008 entre l ESSCA et l ESIAME, une convention de partenariat pédagogique lie la CCI à l ESSCA. Celle-ci arrive à échéance au 1 er septembre 2013 et il est proposé de la reconduire et de l adapter au regard du développement du contenu pédagogique et de la gestion des activités internationales de l ESIAME.

6 963 La CCI a souhaité faire passer la durée de la convention de trois à quatre ans, afin de se caler sur la durée du Visa ministériel de l ESIAME et d avoir ainsi une meilleure visibilité et cohérence sur les programmes. La convention s articule autour de trois types d actions : - des actions d ingénierie pédagogique avec le suivi du programme en considération du Visa, et le développement du programme pédagogique, - des actions dites de «gestion de l international» : il s agit de l assistance à l expatriation (organisation de séjours d études à l étranger) et d inscription d étudiants internationaux à l ESSCA, - quelques actions spécifiques. La principale nouveauté consiste dans la création et la mise en œuvre à l ESIAME d une nouvelle option de 3 ème année intitulée International Business Developer (IBD). Les étudiants seront accueillis sur le site même de l ESSCA. Cette option vise à former de futurs cadres occupant des fonctions de développement commercial et de gestion de projets dans un environnement international. Le programme se compose de 315 heures de face à face pédagogique, d un stage de fin d étude de six mois en entreprise et de la soutenance d un mémoire. Plus de la moitié des enseignements seront dispensés en anglais. Le coût global pour la CCI s élève à TTC (mise à disposition de salles, d équipements et d intervenants). La convention est jointe en annexe du présent procès-verbal Le Président GROUD propose à l Assemblée de valider cette convention. Assentiment unanime des Membres Titulaires Il invite Mme SAMSON, Directrice de l ESIAME et M. MARCHAND, Directeur pédagogique de l ESSCA, à se joindre à eux pour la signature officielle de la convention. Mme LEBLANC et le Président GROUD procèdent à la signature de la convention. 2. DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES 2.1. ExpreCCIon n 5 Le questionnaire «ExpreCCIon n 5» a été adressé à l ensemble des Membres élus et à un panel élargi. Ce processus d enquête en ligne a permis de recueillir la perception des chefs d entreprise sur des questions de conjoncture et d actualité, à partir d un panel représentatif. Le Président GROUD donne la parole à M. AUREGAN afin qu il restitue les résultats adressés très prochainement par mail aux Membres élus. M. AUREGAN débute sa présentation par des données sur la conjoncture.

7 964 Conjoncture DIAPOSITIVE N 1 La baisse de l indice de confiance est de 0,7 point en trois mois, et de 1,7 point en 1 an, en particulier dans le commerce et les services. Quelques différences : Baisse plus importante dans le Segréen, mais moins importante sur le Saumurois / Vallées d Anjou. 88 % des entreprises interrogées donnent une note inférieure à 10/20 ; elles étaient 62 % en mars DIAPOSITIVE N 2 Plus de 40 % donnent une note inférieure à 5/20.

8 965 DIAPOSITIVE N 3 L évolution du chiffre d affaires est : - stable pour le commerce, - en régression de 3 % dans l industrie BTP, - en régression de 5 % dans le commerce de gros / services aux entreprises. DIAPOSITIVE N 4

9 966 DIAPOSITIVE N 5 Les chutes du chiffre d affaires se confirment dans tous les secteurs. DIAPOSITIVE N 6

10 967 DIAPOSITIVE N 7 L emploi reste stable malgré la diminution du chiffre d affaires. DIAPOSITIVE N 8

11 968 DIAPOSITIVE N 9 DIAPOSITIVE N 10 Le niveau des investissements ne cesse de chuter, mais devrait se stabiliser dans les prochains mois grâce aux différents dispositifs mis en place.

12 969 DIAPOSITIVE N 11 Pour 43 % des entreprises interrogées, tous secteurs confondus, la situation financière se détériore. DIAPOSITIVE N 12 Le commerce touché en premier se stabilise, la situation financière se détériore dans les autres secteurs.

13 970 DIAPOSITIVE N 13 Malgré les difficultés, 65 % des entreprises estiment que leurs fonds propres sont suffisants. DIAPOSITIVE N 14

14 971 DIAPOSITIVE N % des entreprises interrogées estiment que les conditions d obtention de prêts sont plus difficiles. Opinion Avis et utilisation des aides publiques DIAPOSITIVE N 16 Les aides publiques concernent l innovation, l international, le commerce.

15 entreprises ont bénéficié du dispositif ORAC dans les deux dernières années (soutien à l investissement et à la modernisation du commerce) soit 10 millions d investissements réalisés par les entreprises avec un soutien à hauteur de 25 %. DIAPOSITIVE N 17 Ces aides sont efficaces et utiles pour la majorité des entreprises. Pacte national pour la compétitivité, la croissance et l emploi DIAPOSITIVE N 18

16 973 Il est encore nécessaire de communiquer sur les dispositifs, 65 % des entreprises interrogées considèrent être mal informées. DIAPOSITIVE N 19 Peu d entreprises ont confiance en l efficacité du pacte national pour la compétitivité. Mais dans ce cas, qu est-ce qui peut restaurer la confiance et relancer la croissance? Cette question pourra être posée lors d une prochaine enquête. DIAPOSITIVE N 20

17 974 Les entreprises sont favorables à l utilisation des nouveaux dispositifs qui seront mis en place comme le crédit d impôt. Accord sur la sécurisation de l emploi DIAPOSITIVE N 21 Concernant l accord sur la sécurisation de l emploi, l avis semble défavorable, mais est en réalité assez partagé. La marque «Produit en Anjou» DIAPOSITIVE N 22

18 975 Quelle utilisation les entreprises peuvent-elles faire de la marque Produit en Anjou? Les entreprises sont-elles prêtes à soutenir le projet? 63 % y sont favorables notamment dans le commerce. DIAPOSITIVE N 23 Ce dispositif intéresse près de entreprises sur le département du Maine-et-Loire. M. AUREGAN donne la parole à M. ANGER. Pour M. ANGER, les indicateurs confirment la tendance, mais une fois le constat posé que fait-on? Ces résultats ont été présentés aux personnalités politiques du département, il faut maintenant agir Tour de conjoncture M. ANGER propose de faire un tour de conjoncture et de donner la parole aux membres présents afin qu ils présentent des indicateurs sur leur secteur d activité. M. FLAMANT confirme la tendance. La chute de la consommation perdure et la baisse des coûts des produits n est pas la solution, même si le consommateur en veut plus pour moins cher. Le monde a changé et ne sera plus ce qu il était. Le secteur du textile détruit de l emploi tous les jours et aucune amélioration n est à attendre d ici Bien sûr, quelques grands passent à travers la crise. Le message à faire passer à ceux qui gouvernent est d aider la consommation et de redonner confiance.

19 976 M. POLLONO souligne l importance de l apprentissage et de la formation. Toutefois, les fonds pour l apprentissage provenant des entreprises, il est important que celles-ci gardent la main et ne se fassent pas écarter par la Région. Mme LEBLANC explique qu il y a trois ans, l ESSCA a présenté à la Région des Pays de la Loire, avec l appui de la CCI, un dossier de demande pour des formations en apprentissage. Elle n a pas obtenu de réponse positive. Ce même dossier a été présenté à la Région Ile-de-France : l école a obtenu les autorisations en huit mois. Mme LEBLANC doit rencontrer M. AUXIETTE ; ce sera l occasion d évoquer ce sujet. L apprentissage est une bonne chose, les entreprises parisiennes qui emploient des étudiants de l ESSCA en alternance envisagent toutes de leur proposer un contrat. M. POLLONO évoque ensuite la situation des travaux publics. La situation ne baisse pas davantage. Ce secteur est soutenu par quelques grands projets en cours et grâce aux investissements des municipalités qui, en année pré-électorale, continuent d investir. Toutefois, la rentabilité diminue, les entreprises baissant leur prix pour conserver un peu d activité s annonce très difficile. Selon M. GRELIER, les points de vente enregistrent une baisse de la fréquentation. Le panier moyen chez le fleuriste est en augmentation. Les plus gros consommateurs consomment encore plus, mais ceux qui consommaient peu ou moyennement consomment encore moins. Le mot d ordre est consommer le moins possible et exiger plus. Les enseignes résistent mieux à la crise que les petits commerces traditionnels. M. CREUZÉ explique qu il faut cesser de parler de crise économique, mais plutôt de mutation économique. La perte de confiance est totale et les changements de cap du gouvernement ne rassurent pas (reforme ISF quelques jours avant l échéance pour la déclaration de revenus, changement de règle pour les assurances-vie, les impôts ). M. GROUD confirme les propos de M. CREUZÉ et précise que, depuis un an, 14 impôts ont été modifiés ou instaurés. M. CREUZÉ ajoute que les effets de seuil, dont parlent souvent les organisations patronales, sont néfastes. Une entreprise dont l effectif passe de 10 à 10,01 salariés (il suffit d un salarié qui passe d un temps partiel à un temps complet) devient éligible à de nouvelles taxes. Rien n est possible sans la confiance des chefs d entreprise, des salariés et de l épargnant. Le Président GROUD précise qu il faut encourager les PME à grandir. Mais dans le même temps plus une entreprise grandit, plus elle doit payer de taxes. M. CHATEAU constate que les consommateurs reçoivent plus et sortent moins. Cela peut expliquer l augmentation du panier moyen chez le fleuriste. Concernant l enquête, elle permet de montrer des tendances et de s appuyer sur des éléments concrets face aux personnalités politiques de la région qui s appuient souvent uniquement sur les chiffres du chômage. Ces indicateurs doivent permettre de faire de la pédagogie et du lobbying. Sur l activité des services aux particuliers, les petits consommateurs disparaissent. Par contre les revenus importants continuent de maintenir leurs prestations. Le marché de la dépendance est en hausse. M. CAMUS présente quelques diapositives pour illustrer la situation du tourisme dans les Pays de la Loire.

20 977 DIAPOSITIVE N 1 Depuis deux ans, l Observatoire Régional du Tourisme constate un manque de confiance des professionnels, mais la météo n explique pas tout, le tourisme suit la tendance générale. DIAPOSITIVE N 2 En 2013, la fréquentation touristique sera inférieure à Le littoral et le Maine-et-Loire font le même constat, seuls les gestionnaires de sites réalisent une avant-saison stable. Les restaurateurs sont les plus touchés et les plus impactés par la météo (baisse des emplois saisonniers et étudiants).

21 978 DIAPOSITIVE N 3 Pour le Maine-et-Loire : 1 professionnel sur 5 a connu un meilleur début de saison que l an dernier, 1 professionnel sur 2 a connu un début de saison inférieur à 2012, 1 hôtelier sur 6 constate une augmentation de la clientèle étrangère. En restauration, la baisse du ticket moyen constaté depuis déjà plusieurs années, est le fait des changements de comportement des consommateurs. M. CAMUS partage l analyse de M. CREUZÉ ; des mutations sont en cours. L e-tourisme tire les prix vers le bas, les consommateurs réservent au dernier moment et les conditions climatiques sont défavorables, même si l Anjou s en sort mieux que le littoral. M. ABALAIN évoque la situation des finances publiques. Concernant les rentrées fiscales, les ressources liées à la TVA sont en baisse, suite à la chute de la consommation, ainsi que celles liées à l impôt sur les sociétés (baisse de l activité et de la rentabilité et donc du chiffre d affaires des entreprises). Les investissements sont largement en chute en Anjou. Les délais de paiement accordés aux entreprises pour faire face aux charges sociales et autres, sont de plus en plus nombreux. Les saisines en cours concernent aujourd hui de plus grandes entreprises (en nombre de salariés). Les efforts des professionnels ; experts comptables, CCI, doivent permettre au Pacte Compétitivité Emploi de se déployer à travers le Crédit d Impôt. Suite à ces constats, M. ANGER propose d intensifier l action d information et de pédagogie vers les acteurs politiques. Le Président GROUD a déjà eu l occasion de présenter ces données aux parlementaires de la Région, mais chacun doit s y employer. Le Président GROUD ajoute que la situation impose de changer les pratiques, de sensibiliser davantage les élus qui ne sont pas toujours conscients de la gravité de la situation. La mise en place de la BPI et autres outils financiers devraient apporter un peu de soutien. ***

22 DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES 3.1. Mise en place de la BPI et outils financiers La Banque Publique d Investissement (BPI) est le nouvel outil de l État, mis en place en début d année, pour redresser l'économie du pays. Elle faisait partie des engagements du Président de la République. En Région, la volonté des institutions, entrepreneurs et partenaires sociaux des Pays de la Loire, a été très forte de se saisir pleinement de ce nouvel outil et de l adapter aux spécificités du territoire régional au service de la croissance et de l emploi durables. Le Président GROUD propose de faire le point sur les dispositifs d appui au financement des entreprises en Pays de la Loire et donne la parole à Mme CARMES, Conseillère Innovation Ingénierie Financière. Mme CARMES présente donc la BPI et le nouveau fonds régional CCI Pays de la Loire en cours de constitution. DIAPOSITIVE N 1

23 980 DIAPOSITIVE N 2 DIAPOSITIVE N 3 Demain, la BPI fédérera l ensemble des acteurs du financement : OSEO, Business Angels, fonds de capital

24 981 DIAPOSITIVE N 4 Trois outils sont gérés directement par la CCI. Anjou Amorçage intervient sur l amorçage de projets innovants sortant de l incubateur d Angers Technopole. Les fonds sont présidés par la CCI, mais en partenariat avec les entreprises, les banques et le Conseil Général. Le Club des Business Angels ABAB est animé par les CCI de Nantes et de Maine-et-Loire. Il intervient sur la création et le développement. ABAB investit entre euros et 1 million d euros par an sur les différents projets. Le fonds régional CCI Pays de la Loire est en cours de création. DIAPOSITIVE N 5

25 982 Sur cette cartographie apparaissent les différentes étapes d un projet avec les financements possibles et les acteurs qui dispensent ces financements. Pour les projets de création jusqu à plusieurs outils existent : Anjou Amorçage, ABAB, et les plateformes locales comme Anjou Initiative. Le post-développement est financé par le fonds créé par le Comité d Expansion : Anjou Initiative Développement. La BPI va fédérer les métiers du financement et de l investissement. DIAPOSITIVE N 6 bpifrance financement Avec deux implantations en Pays de la Loire, «bpifrance» financement s appuie sur une équipe de 67 personnes à Nantes et 8 personnes au Mans au service du financement des PME. Reprenant l ensemble des activités d OSEO, ce pôle sera dédié au financement de l innovation, au cofinancement bancaire et à la garantie de prêts. bpifrance investissement : un interlocuteur unique sur tout le territoire. Issu de l apport du FSI, de CDC Entreprises et de FSI Régions, ce pôle sera chargé du financement en fonds propres et quasi-fonds propres des entreprises. bpifrance investissement s appuie pour cela sur les implantations régionales de FSI Régions, les fonds d investissement directs du FSI et de CDC Entreprises et son réseau de 250 fonds affiliés (160 nationaux et 90 régionaux) qui couvrent l ensemble du territoire. En Pays de la Loire, les six principaux fonds régionaux ou interrégionaux de bpifrance investissement qui interviennent sur le territoire sont : Sodero Participations, Pays de la Loire Développement, Ouest Ventures, Ouest Ventures 2, GO Capital Amorçage, UI Cap Ouest. L ensemble de ces outils permet de couvrir le financement en fonds propres et quasifonds propres de l innovation (capital amorçage et risque), du développement et de la transmission des entreprises. D ici à la fin 2013, le nombre de conseillers fonds propres dans les régions aura doublé.

26 983 Bpifinancement : nouveautés Oseo. Début 2013, Oseo, future branche financement de BPIfrance, a mis en place différents dispositifs : - Fonds de garantie crédit de renforcement de trésorerie de PME (fonds de 350 M, pour des prêts de deux à sept ans pouvant aller jusqu à 3 M / entreprise). - Préfinancement CICE (Crédit Impôt pour la Compétitivité et l Emploi) : préfinancement jusqu à 85 % du CICE anticipé. Pour 2013, le CICE équivaut à 4 % de la masse salariale pour les salaires inférieurs à 2,5 fois le Smic. Il est ouvert à toutes les entreprises quelle que soit leur taille. Les banques peuvent également bénéficier de la garantie OSEO lorsqu elles accordent un préfinancement CICE. - Préfinancement du Crédit Impôt Recherche : pour 80 % du CIR, le taux de prêt est de 4,8 %, sur deux ans avec 18 mois de différé. - Maintien des contrats de développement participatif permettant de financer les investissements immatériels. - Lancement du Prêt Pour l Innovation (PPI) qui permettra de financer les phases de financement du passage «état de recherche» à la production industrielle. Ce prêt s adresse aux entreprises innovantes de plus de trois ans et ayant obtenu depuis moins de trois ans une aide directe ou indirecte d innovation : Crédit Impôt Recherche (CIR), Jeune Entreprise Innovante (JEI). Le montant évolue entre 30 K et 1,5 M, sans caution personnelle, dans la limite du double des fonds propres. Le crédit court sur sept ans, avec un différé d amortissement capital de deux ans. Le taux est fixe ou variable. La retenue de garantie est de 5 %. Dispositifs en cours de réflexion : - Annonce d une étude pour le lancement d un fonds Pays de Loire Croissance dont la priorité sera d accompagner le développement de PME des filières stratégiques régionales et d apporter des réponses à des besoins non encore couverts. Partenariat public / privé : il sera doté d au moins 50 M. La région a prévu d y allouer entre 10 et 12 M. - Une réflexion est également en cours sur la création de nouveaux produits. L inauguration officielle de la BPI a eu lieu le 2 juillet Le Président GROUD précise qu une partie des ressources supplémentaires, dont a bénéficié la CCI, seront affectées au fonds régional Pays de la Loire pour soutenir les entreprises.

27 984 DIAPOSITIVE N 7 Le fonds régional Pays de la Loire est un outil financier d aide aux entreprises pour soutenir celles engagées dans un parcours innovant. Les Chambres de Commerce et d Industrie ont une mission de soutien et d appui aux entreprises. Dans un contexte conjoncturel difficile, les entreprises de l industrie, des services et du commerce rencontrent des difficultés croissantes de financement de leurs projets innovants. Les encours de crédit aux entreprises ont stagné depuis un an et pourraient devenir négatifs pour la deuxième fois en trois ans. Le financement des entreprises constitue un levier de compétitivité majeur pour leur développement. Ce nouvel outil financier régional interviendra en articulation avec les missions d appui aux entreprises du réseau consulaire avec une intervention de l outil conditionnée à un accompagnement structurant de l entreprise.

28 985 DIAPOSITIVE N 8 DIAPOSITIVE N 9 Le choix pourrait s orienter vers une intervention en garantie de concours bancaires jusqu à permettant d atteindre un effet de levier important et une bonne articulation avec les outils existants. Une intervention en garantie jusqu à Cette garantie

29 986 permettrait d avoir un effet d entraînement sur le prêt octroyé par la banque à l entreprise, (impact direct et visibilité de l action fonds CCI). Le fonds consulaire régional pourrait viser également à garantir un financement bancaire complémentaire permettant de renforcer les fonds propres de l entreprise (prêt Mezzanine, garantie de prêts avec différé de remboursement, voire prêt participatif..). Le ciblage de cet outil, son positionnement et sa gouvernance seront affinés avec les élus du territoire, les entreprises régionales et la place financière régionale de manière à construire un outil au plus près de besoins des entreprises. DIAPOSITIVE N 10 Le fonds pourrait accompagner des entreprises en développement pendant la phase de mise sur le marché d un produit ou d un service, l homologation, la certification d un produit ou d un service. Par les investissements souvent immatériels qu elle génère, cette phase est plus difficilement finançable par les outils bancaires classiques. Il pourrait également accompagner une entreprise temporairement décotée dans un projet innovant. La numérisation des commerces vers le magasin du futur est un enjeu important pour le secteur. Ce fonds pourrait intervenir en soutien des projets lourds de numérisation (création de sites marchands, investissements lourds en systèmes d information, innovation marketing, bornes physiques, étiquettes sans contact..).

30 987 DIAPOSITIVE N 11 DIAPOSITIVE N 12

31 988 DIAPOSITIVE N 13 Le premier besoin de l entreprise engagée dans un projet innovant n est pas toujours le manque de financement, mais un besoin d accompagnement dans la transformation du projet innovant et du projet de développement. La BPI s étant recentrée sur ses missions de financeur, elle n intervient plus en appui direct à l entreprise, elle s appuie sur ses réseaux partenaires RDI et CCI. Les volets juridiques (propriété intellectuelle), gestion de l innovation et performance commerciale sont décisifs dans la concrétisation d une innovation en produit ou service. Le réseau consulaire a développé une offre d appui et une expertise sur ces sujets avec un service comme l ARIST ou des programmes d accompagnement individualisés et stratégiques de l entreprise comme Dinamic (appui à la structuration de l innovation, à l amélioration de la performance commerciale de l entreprise et à la structuration de son développement international). Sur l enjeu de la numérisation des commerces, le réseau consulaire a mis en place des outils d accompagnement de l entreprise (analyse du besoin, parcours marketing et innovation, création de plateforme départementale Commerce diffusant de l information de proximité et regroupant sur les sites internet, vitrines et sites marchands des entreprises de commerce locales). Le fonds régional CCI Pays de la Loire sera construit avec les élus, les chefs d entreprise et la place financière régionale. Un capital patient pour les entreprises financera les projets porteurs de valeur ajoutée pour le territoire et pourra intervenir en appui et en synergie avec des fonds privés et/ou publics. Le financement sera conditionné par un accompagnement structurant de l entreprise par le réseau consulaire et fera l objet d une convention. Les options seront validées en fin d année pour être opérationnelles dès Le Président GROUD remercie Mme CARMES. Il est favorable au prêt participatif qui comblerait une faille dans la chaîne de financement et au versement d au moins une partie des recettes supplémentaires afin de participer à la redynamisation des entreprises.

32 989 Il donne la parole à l Assemblée. M. PATRON émet quelques réserves quant à l accès au prêt participatif. Si telle est la solution retenue, une convention est nécessaire. Toutes les entreprises n ont pas besoin d accompagnement et il lui semble excessif que l accès au prêt soit conditionné par un accompagnement obligatoire. Le Président GROUD explique que l accompagnement, certes obligatoire, dépendra du besoin de l entreprise et pourra dans certains cas être un simple contact pour s assurer de la bonne marche de l entreprise. Dans d autres cas, il sera plus important. Construire le budget de financement pour le développement d une entreprise n est pas simple. L objectif est de proposer un appui à l entreprise et non de contrôler. M. CHIMIER demande comment sera gouvernée la BPI, quelles seront les contraintes d accès au prêt participatif, seront-elles les mêmes que celles imposées par la Région, c està-dire présenter un bilan des relations avec les syndicats, le climat social de l entreprise etc? M. LAHEURTE précise qu il ne s agit pas de créer un dispositif d aides soumis à d innombrables conditions. OSEO a été choisi comme partenaire privilégié car il permet un effet de levier important. Le réseau consulaire souhaite rester maître du jeu et mettre en place cinq comités d investissement locaux, un par bassin, comprenant chacun des chefs d entreprises issus de la chambre consulaire et un représentant d OSEO. OSEO accordera les prêts, mais la CCI sera garante de la doctrine d investissement définie. Le schéma est encore à affiner. Il doit rester le plus léger possible dans l instruction et dans l accord donné. Le but n est pas de s inscrire en défaut des banques, mais de travailler avec elles car les leviers de financements seront d autant plus efficaces si les banques suivent. Sur les cibles identifiées, les banques ont quelques appréhensions à proposer seules des financements. Le prêt participatif peut permettre de lever les craintes. L outil peut intervenir sans elles, mais ce n est pas le but. Concernant la gouvernance, Mme CARMES ajoute que le Comité Régional d Orientation est Présidé par M. AUXIETTE, pour la partie stratégie. La partie opérationnelle regroupera les représentants de Nantes Atlantique place financière, la Fédération Française des Banques, de la BPI, de la CCIR. Tout n est pas encore défini sur la gouvernance. Le Président GROUD explique qu il est difficile de trouver un équilibre. Derrière la BPI, se trouve la Caisse des Dépôts et Consignations, parisienne et centralisatrice, alors que la CCI souhaite que les décisions soient prises au plus près du terrain avec une vraie connaissance des enjeux et des entreprises. Le Conseil Régional souhaite participer à la gouvernance avec un risque de dérive politique. Il est nécessaire que les acteurs locaux et les collectivités locales soient impliqués, mais l équilibre est difficile à trouver. M. CHIMIER demande si la stratégie des filières sera respectée. Le Président GROUD indique que la CCI a dû insister pour que la région considère le végétal dans une logique de filière et ne l enferme pas dans l industrie agroalimentaire. M. CHIMIER ajoute qu il ne faudrait pas non plus freiner le développement d une entreprise parce qu elle ne s inscrit pas dans le cadre d une filière. Le Président GROUD remercie Mme CARMES pour cette présentation et son appui quotidien aux entreprises. ***

33 AFFAIRES GENERALES 4.1. Approbation du procès-verbal Les Membres élus ont reçu par l Intranet le procès-verbal de l Assemblée Générale qui s est déroulée le 30 mai Sans observations des Membres, le procès-verbal de l Assemblée Générale du 30 mai 2013, est adopté à l unanimité Agenda consulaire Le Président GROUD présente le calendrier des Clubs et manifestations des mois de juillet à septembre. Il met l accent sur un rendez-vous important : La soirée de mi-mandat des Membres élus et du Codir Elargi le jeudi 5 septembre au Domaine de Châtillon. Le Président GROUD souhaite une large participation des Membres élus à cette manifestation. Le calendrier des Clubs et manifestations est joint en annexe du présent procès-verbal Les communications du Président - Demandes d ouverture de formation auprès du Conseil Régional La CCI a transmis au Conseil Régional ses lettres d intention pour la rentrée 2014 concernant l offre de formation professionnelle initiale par apprentissage. Le retour de l instruction des demandes interviendra d ici mi-juillet. La Commission Permanente du Conseil Régional statuera en dernier lieu en décembre. Ainsi, pour le CFA, les demandes portent sur les formations suivantes : - Brevet de Technicien Supérieur «Enveloppe du Bâtiment», - Licence Professionnelle «Génie Civil et construction, spécialité Management et Conduite de Travaux», - Responsable en «Production et Maîtrise Energétique des Installations Industrielles», - Responsable Logistique, - Master Management de la Supply Chain. La Région ne souhaite pas augmenter l offre de formation en apprentissage, elle préfère attribuer des fonds pour les niveaux IV et V. La CCI sollicite pourtant des formations au plus près des besoins des entreprises. - Appel d offres Région sur les formations qualifiantes Toutes les formations JE ME QUALIFIE, JE M ORIENTE et JE CREE JE REPRENDS déposées en réponse aux appels d offre de la région ont été étudiées.

34 991 La CCI a été rejetée sur les formations suivantes : Conseiller financier (Angers), Attaché commercial (Angers Cholet), Vendeur conseiller commercial (Angers Cholet), Employé commercial (Cholet), Plateforme de découverte de métiers vente commerce (Angers), Découverte des métiers en HR (Angers), Action de préparation ou favorisant l accès à l alternance et négociation de contrat (Angers Cholet Saumur), Action de recherche de contrat en alternance ou préparation formation qualifiante (Cholet). Elle n a pas eu de réponse pour les stages suivants : Assistant manager en HR (Angers), Repreneurs d entreprise généraliste (Angers Cholet), Créateur d entreprise généraliste (Saumur), Créateur/repreneur en HR (Angers), Plateforme de découverte industrie (Cholet). Cette décision entraîne une perte de chiffre d affaires de près de L impact sera plus faible sur 2013, mais plus important sur La CCI doit adapter sa structure à cette nouvelle réalité. Le Président GROUD précise que ces appels d offres ont été remportés pour partie par des structures nationales gravement déficitaires qui n ont pas les équipements permettant d assurer les formations, la CCI s interroge sur l objectivité des choix du prestataire. La CCI a néanmoins anticipé cette situation. En effet, les heures de production sont en grande partie liées à des vacataires et pour celles qui ne le sont pas elles sont réintégrées au sein du CFA (en substitution d heures de vacation). Pour autant, cela ne suffira pas pour passer Un point plus précis sera fait prochainement. - Lancement du campus de l électronique Le campus de l électronique sera officiellement lancé le 12 juillet à l ESEO. Il s agit de faire des Pays de la Loire et du Grand Ouest un territoire d excellence industrielle à l échelle européenne dans le domaine de l électronique professionnelle. Un comité de suivi s est mis en place depuis le début de l année autour d une équipe projet comprenant Angers Technopole, l ESEO, le Conseil Régional, la CCI, Angers Loire Métropole et Loire Electronic Applications Valley (LEAV). M. HOUDOU a particulièrement suivi ces travaux. Ce lancement est orchestré autour d un programme détaillé qui se déroulera sur toute la matinée du 12 juillet. Le Président GROUD interviendra à cette occasion, aux côtés de MM BEATSE, ANTONINI, LOISEAU et CLERGEAU. La 2 ème partie de matinée sera consacrée à une conférence de presse. Le Président GROUD ajoute que M. HOUDOU fera une présentation du Campus de l électronique à la prochaine Assemblée Générale.

35 992 - Ressources des CCI de France Le Premier Ministre a confié, en février dernier, à M. QUEYRANNE, Président du Conseil Régional Rhône-Alpes, la mission de modernisation des aides publiques aux entreprises. Cette mission a étudié la politique des aides publiques aux entreprises afin de proposer des pistes pour rendre leur distribution plus lisible et pour accroître l efficacité de la dépense publique. Dans le cadre de la Modernisation de l Action Publique (MAP), la mission devait analyser de manière partenariale une enveloppe d aides aux entreprises de plus de 55 milliards d euros d aides publiques, provenant à la fois de l Etat et des collectivités territoriales, avec l objectif de dégager un milliard d euros d économies en 2014 et un milliard supplémentaire en 2015, tout en suggérant des simplifications et des actions de coordination afin de mieux répondre aux attentes des entreprises. Le rapport a été rendu public le 18 juin (868 pages!). Dans le rapport qui a été rendu, les rédacteurs mettent en avant l empilement de près de 660 dispositifs d aides (subventions, prêts, garanties, avances, réductions ) à l efficacité discutable. Ils proposent donc de ne conserver que les 12 permettant de maintenir réellement la compétitivité des entreprises. Les auteurs du rapport jugent en particulier faible la pertinence des aides de moins de cinq millions d euros par an. En effet, ils émettent des doutes sur leurs effets incitatifs et leurs coûts de gestion excessifs. Par ailleurs, leurs propositions de réformes visent à soutenir davantage l'investissement, l innovation et le développement à l international. "Il s agit principalement des interventions de BPI France en matière de fonds propres, de prêts, de garanties", indique le rapport. Mais aussi les missions relevant du programme " Investissement d avenir" en faveur des industries innovantes et des soutiens financiers de Coface et d Ubifrance. Bercy vise une économie de deux milliards d euros pour 2014 et 2015, sur les 46 milliards dépensés, dont 40 à la charge de l Etat. Au final, les 12 mesures proposées mènent à des économies de trois milliards en deux ans, dont la moitié en économie budgétaire et l autre en réduction de niches fiscales. Au final, les dépenses de l Etat seraient allégées de 2,6 milliards et ceux des collectivités territoriales de 400 millions d euros. Le milliard d économie supplémentaire pourrait être redéployé sur d autres interventions jugées plus efficaces par Bercy. M. de MONTEBOURG doit évoquer les actions retenues lors du Comité Interministériel pour la modernisation de l action publique du 17 juillet. Au niveau des CCI, cette mission fait des recommandations sur le niveau des taxes qui leur sont affectées. Afin de réagir au plus vite sur le terrain, CCI France a réalisé un argumentaire sur la réalité des ressources fiscales affectées au réseau ainsi que sur les fonds de roulement dont il dispose. Il a notamment été mis en avant un certain nombre de contre-vérités énoncées dans ce rapport. Ce dernier s appuie sur une analyse totalement erronée de la situation des CCI : - d une part pour justifier le transfert de l essentiel de leurs prérogatives aux Conseils Régionaux,

36 993 - et d autre part pour confisquer une partie substantielle des ressources du réseau pour alimenter le budget de l Etat et/ou de certaines collectivités, sans qu il ne soit envisagé une diminution des charges sur les entreprises. Cette situation est totalement inacceptable à un moment où les entreprises du pays ont besoin d être accompagnées et soutenues dans leur développement. Il s agit pour le réseau de peser sur les arbitrages qui seront rendus sur le projet de loi de finances pour 2014 par le gouvernement. La phase de négociations s engage dès lors, sur la base de ce rapport QUEYRANNE, et comme l avait souligné le Premier Ministre dans son discours devant l Assemblée Générale de CCI France le 28 mai. Elle est déterminante pour l avenir du réseau. La CCI a mobilisé les élus parlementaires afin de les sensibiliser sur les enjeux de ce rapport et leur rappeler le contexte pour la CCI49. Ces éléments ont été transmis aux Membres élus en début de semaine. Le Président GROUD précise que les mesures annoncées entraineront une baisse de 20 % des budgets. Les CCI disposent de trésoreries qui résultent des provisions qu elles doivent faire pour les indemnités de fin de carrière des collaborateurs et des deux à trois mois de fonds de roulement d avance demandés par la tutelle. L Etat souhaite utiliser cette trésorerie pour combler ses déficits. Les CCI semblent toutefois soutenues par le Premier Ministre et le Président de la République. Le Président GROUD tiendra informé les Membres élus des suites de ce rapport, mais il faut s attendre à des restrictions budgétaires pour les prochaines années. - Les ouvertures dominicales La CCI, par l intermédiaire de M. GRELIER, a œuvré auprès des commerçants pour obtenir de la Mairie la possibilité d ouvrir deux dimanches avant Noël. La Mairie a accepté cette requête. Elle a compris les arguments des commerçants : ouverture des chalets, difficultés économiques, ouvertures dominicales autorisées sur les villes proches. Le Président GROUD se félicite de cette décision Désignations Remplacement d un Conseiller Technique : Comité Local des Banques M. DOS, Conseiller Technique représentant le Comité Local des Banques, quitte ses fonctions professionnelles et doit donc céder sa place de Conseiller Technique au sein de l Assemblée. Son successeur, M. LE MONNIER, vient de prendre ses fonctions en tant que Directeur régional / Région Maine-et-Loire de la Banque Populaire Atlantique. Le Président GROUD propose de le nommer Conseiller Technique et lui donne la parole. M. LE MONNIER indique que la Banque Populaire Atlantique regroupe 37 agences. Il va donc diriger les 33 agences grand public du 49, les agences d entreprises, l agence banque privée et l agence agri d Angers. C est un beau challenge. Le Président GROUD lui souhaite la bienvenue.

37 994 Mme GATÉ demande ce qu est le Comité Local des Banques. Le Président GROUD explique que les banques d un même bassin se réunissent et échangent mensuellement sur leurs pratiques et les dispositifs qu ils ont à mettre en place. La CCI a souhaité qu un représentant de cette instance et de préférence une banque régionale soit présente aux Assemblées Générales. Le Président GROUD a eu lui-même l occasion de participer en tant qu invité à une réunion de ce comité et il a ainsi pu exprimer l avis de la Commission Entrepreneuriat pour laquelle il travaillait à l époque. Mme GATÉ souhaiterait que les chefs d entreprise puissent présenter les enjeux de leur secteur d activité à ce comité, afin que les banques comprennent mieux leurs problématiques et soient plus ouvertes à leurs demandes. Le Président GROUD propose de regrouper les différentes fédérations professionnelles le temps d une réunion de travail avec les représentants des banques. M. LE MONNIER regrette que les entreprises considèrent les banques «frileuses», alors qu elles prennent des risques tous les jours. Leur métier est de faire du crédit, mais elles sont aujourd hui en grande difficulté, elles subissent : - des contraintes règlementaires, - des difficultés avec les entreprises en situation financière délicate, - les mutations notamment avec Internet qui entrainent une baisse de la fréquentation des agences. M. LE MONNIER précise qu en tant qu ancien dirigeant de centre d affaires, il connait bien les difficultés des entreprises. La Banque Populaire continue d accompagner de nombreuses entreprises dans des secteurs très différents. Il est tout à fait favorable à la participation des chefs d entreprise aux réunions du Comité Local des Banques. Mme GATÉ pense qu une meilleure communication entre banques et chefs d entreprises est souhaitable. Elle a eu l occasion de participer à une réunion au Crédit Agricole pour expliquer les difficultés du marché automobile et surtout celles des réseaux moins connues que celles des constructeurs. Le Président GROUD remercie les intervenants et partage l idée d échanges entre les banques et les entreprises. Assentiment unanime des Membres Titulaires Mouvement Français Qualité et Management (MFQM) : remplacement de M. BODET M. BODET est le représentant de la CCI auprès du Mouvement Français Qualité et Management (MFQM). Il est membre du Conseil d Administration. Il a informé le Président GROUD qu il ne pouvait, compte tenu d un agenda très chargé et de diverses obligations, continuer d assurer régulièrement cette représentation. Il souhaiterait, par conséquent, être remplacé dans cette fonction. C est un mandat important dans la mesure où il y a une remobilisation forte des acteurs et des pouvoirs publics sur la question des certifications Qualité. M. ANGER est désigné à l unanimité pour assumer cette représentation.

38 995 Angers Technopole : renouvellement des administrateurs du collège institutionnel Les nouveaux administrateurs d Angers Technopole ont été désignés lors de leur Assemblée Générale qui s est tenue la semaine dernière. M. HOUDOU et le Président GROUD ont été reconduits dans le collège institutionnel au titre de la CCI et au sein du Bureau : M. HOUDOU comme Trésorier, le Président GROUD en tant que 1 er vice-président. Au titre du collège «Entreprises», ont été désignés : - M. WERQUIN, AFONE, - M. ROCHOUANE, Groupe MEDIAPILOTE, - M. FOUCHÉ en remplacement de M. VELÉ. M. LELIEVRE, DANTAURUM Ceramics et M. CHIMIER, REM Ressorts ont été reconduits. Assentiment unanime des Membres Titulaires Destination Anjou Le nouveau Conseil d Administration de Destination Anjou a été élu lors de son Assemblée Générale le 17 juin. Le nouveau Bureau a désigné M. BOUYER, Hôtel de France à Angers, comme son nouveau Président, en remplacement de Mme LAVA. Le Président GROUD propose de le nommer Conseiller Technique. Assentiment unanime des Membres Titulaires Union Départementale des Commerçants non Sédentaires M. ROUSSELLE a quitté la présidence de l Union Départementale des Commerçants non Sédentaires. Le nouveau Président est M. WOLLE, commerçant non sédentaire à Saumur. Le Président GROUD propose de le désigner Conseiller Technique. Assentiment unanime des Membres Titulaires Vitrines de Cholet A l occasion de son Assemblée Générale du jeudi 6 juin, l association les Vitrines de Cholet a renouvelé son équipe. En remplacement de M. GUITTET, Président, les membres du nouveau bureau ont opté à l unanimité pour une co-présidence. Il s agit de : - M. NIEDLAND, Super U, - M. MARTINEAU, photographe.

39 996 Le Président GROUD propose de maintenir le mandat de Conseiller Technique pour les Vitrines de Cholet et de procéder au remplacement de M. GUITTET par l un ou l autre co- Président. Assentiment unanime des Membres Titulaires 4.5. Conventions Convention de partenariat pédagogique ESIAME/ESSCA Point abordé en début de séance Angers Technopole : convention pluriannuelle de partenariat La convention pluriannuelle de partenariat avec l association Angers Technopole est arrivée à échéance au 30 juin. Il convient donc de la renouveler pour la période Cette convention a pour objet de fixer les conditions d utilisation de la subvention octroyée au bénéfice de l association pour les années 2013 à Le Président GROUD rappelle que la subvention de fonctionnement s élève à la somme maximum de par année et couvre l ensemble des missions généralistes de l association : - le soutien à la recherche et à l enseignement supérieur, - l incubation de projets et l appui à la création d entreprises innovantes, - le développement et l accélération des projets d innovation dans les entreprises, - le soutien des démarches collectives d innovation des pôles et filières du territoire. La CCI de Maine-et-Loire met notamment à disposition de l association : - un cadre spécifique spécialiste de l'innovation, pour les missions d animation entreprises/enseignement/recherche et de conseil aux entreprises innovantes, - un appui en termes d'ingénierie financière pour les projets incubés ou accompagnés dans le cadre du Centre Européen d'entreprise et d'innovation (CEEI), limité à cinq projets maximum et à trois jours maximum par projet. Cette mise à disposition est effectuée à titre gracieux, et ne donne lieu à aucun flux financier. Elle est toutefois valorisée dans la présentation du bilan financier de la Technopole. Parallèlement, une convention sera également signée entre Angers Technopole et la CCI pour la mise à disposition du collaborateur CCI. La durée de sa mise à disposition couvre celle de la convention de partenariat. Développement des collaborations recherche entreprises Le Président GROUD indique qu un programme va être mis en œuvre par Angers Technopole et il souhaiterait qu il soit soutenu par la CCI. Ce projet porte sur le développement des collaborations Recherche Entreprises à travers des projets partenariaux d innovation. Cette proposition vient renforcer l offre de la Technopole en matière de valorisation / transfert vers les PME locales.

40 997 Pour la CCI, il s agit de conforter l action d Angers Technopole et de contribuer au renforcement d un lien très opérationnel, orienté projet, entre les acteurs de la recherche et les PME du département. Cette mission spécifique et complémentaire serait confiée à Angers Technopole avec un double objectif : - sourcer les projets d entreprises, - construire et accompagner les partenariats. L intérêt de cette démarche est qu elle répond à une problématique exprimée par les PME. Un accompagnement à la maturation du projet d innovation est prévu ainsi que la construction avec l entreprise d une réponse qui s appuie sur un partenariat académique. La logique est ainsi inversée par rapport à ce qui prévaut en général dans les démarches collectives. Ce soutien exceptionnel s inscrit dans le cadre des produits fiscaux exceptionnels. Le Bureau a validé cette orientation ainsi qu un abondement à hauteur de 60 K sur ce programme (en une seule fois). Le Président GROUD donne la parole à M. CHIMIER avant de soumettre cette proposition à l approbation de l Assemblée. M. CHIMIER précise qu habituellement ce sont les laboratoires qui recherchent des entreprises, mais sur ce projet, les entreprises vont chercher des laboratoires et proposer des contrats CIFRE. Le but est de proposer à un doctorant de travailler pour l entreprise sur des projets dormants ou nouveaux. Assentiment unanime des Membres Titulaires CCIR / CCI49 : convention concernant la mise à disposition d agents et convention de délégation de compétence Depuis le 1 er janvier 2013, les agents de droit public sous statut employés par les CCIT ont été transférés à la CCIR qui en est devenue l employeur. Ces agents ont de droit été mis à la disposition de la CCIT qui les employait à la date du transfert. Le Président GROUD porte donc à la connaissance des Membres élus la convention entre la CCIR et la CCI de Maine-et-Loire qui détermine les modalités de mise en œuvre du transfert des collaborateurs et des mises à disposition concomitantes. Selon les termes de la loi, c est à la CCI de Région qu il revient de recruter et gérer la situation statutaire des collaborateurs, ainsi que la mise à disposition des CCIT. La CCI de Région peut déléguer aux CCIT le recrutement et la gestion de la situation personnelle des agents mis à disposition (pour une durée n excédant pas la mandature). La CCIR des Pays de la Loire s est prononcée, par délibération en date du 18 avril 2013, en faveur d une telle délégation de compétence au profit de chacune des CCIT. Les Membres élus disposent de la convention qui détermine le périmètre, la durée et les modalités de cette délégation. Il convient, dès lors, au regard de ces deux conventions, de mettre en place les délégations de signatures qui en découlent. Celles-ci seront mises à jour et présentées lors de l Assemblée Générale de rentrée.

41 998 Assentiment unanime des Membres Titulaires Les conventions sont jointes en annexe du présent procès-verbal 4.6. CCI Pays de la Loire : budget rectificatif simplifié 2013 La CCI des Pays de la Loire a adopté en Assemblée Générale la semaine dernière la nouvelle répartition prévisionnelle des ressources fiscales des CCI Territoriales pour l année DIAPOSITIVE N 1 DIAPOSITIVE N 2

PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE

PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE du jeudi 22 mai 2014 1191 PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE TERRITORIALE DE MAINE-ET-LOIRE DU JEUDI 22 MAI 2014 PRÉSENTS :

Plus en détail

PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE. du jeudi 16 octobre 2014

PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE. du jeudi 16 octobre 2014 PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE du jeudi 16 octobre 2014 1376 PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE TERRITORIALE DE MAINE-ET-LOIRE DU JEUDI 16 OCTOBRE 2014 PRÉSENTS

Plus en détail

PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE

PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE PROCES-VERBAL ASSEMBLEE GENERALE du jeudi 17 octobre 2013 1001 PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE TERRITORIALE DE MAINE-ET-LOIRE DU JEUDI 17 OCTOBRE 2013 PRÉSENTS

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT. Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00

PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT. Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00 PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00 Pourquoi une intervention publique? Pour garantir les banques dans leurs interventions les plus risquées

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE

LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE 310 N U M É R O Vendredi 4 juillet 2008 LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE RAPPORTEUR : ANDRÉ MARCON AU NOM DE LA SECTION DES ÉCONOMIES RÉGIONALES ET DE

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Dans le cadre du Schéma Régional de l Economie et de l Emploi Durables et de la Stratégie régionale à l international

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES Entre : - L Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, Ministre de l économie, de l industrie et de l emploi, - La Médiation du crédit aux

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

>> Dossier de presse. Octobre 2014

>> Dossier de presse. Octobre 2014 Octobre 2014 >> Dossier de presse Contact : Estelle Barré, Chargée de communication I Angers Technopole Tel : 02.41.72.14.13 / 06.46.10.14.74 estelle.barre@angerstechnopole.com 2 Au programme 1. > Contexte

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Le 24 Septembre 2013 CMA Melun PRÉSENTATION DE LA Créée par la loi du 31 décembre 2012, le groupe Bpifrance est

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 %

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 % COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JANVIER 2014 LA NOUVELLE DONNE DE L INNOVATION PAR BPIFRANCE : NOUVEAUX MOYENS, NOUVEAUX DISPOSITIFS, NOUVEAUX PRODUITS 1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014,

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI REUNION DU 7 FEVRIER 2014 RAPPORT N CR-14/17.030 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'innovation dans

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Piloter un projet innovant : comment s y prendre? Animé par : Delphine LEGRAS, BPI France Stéphane BUNOUF, MELYAD Michel TILLON, RENNES ATALANTE

Piloter un projet innovant : comment s y prendre? Animé par : Delphine LEGRAS, BPI France Stéphane BUNOUF, MELYAD Michel TILLON, RENNES ATALANTE Piloter un projet innovant : comment s y prendre? Animé par : Delphine LEGRAS, BPI France Stéphane BUNOUF, MELYAD Michel TILLON, RENNES ATALANTE Les missions de Rennes Atalante Accompagner les créateurs

Plus en détail

Objet : Renforcement de l'accès à l'apprentissage dans les métiers de l'industrie, partenariat avec l'ecole de Production de l'icam

Objet : Renforcement de l'accès à l'apprentissage dans les métiers de l'industrie, partenariat avec l'ecole de Production de l'icam REGION NORD - PAS DE CALAIS COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL REGIONAL Délibération n 20122337 Réunion du 15 octobre 2012 Exercice Budgétaire : 2012 Programme : 12 Apprentissage Imputation Autorisation

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

I- Les dispositifs sans critères géographiques

I- Les dispositifs sans critères géographiques LE MEMENTO DES AIDES A LA CRÉATION ET A LA REPRISE D ENTREPRISE Plusieurs dispositifs ont été mis en place par les Pouvoirs Publics et les Collectivités Territoriales pour faciliter la création et la reprise

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). 2014-09 Séance du 12 février 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRÉSENTATION DU PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI Mardi 5 mars 2013, à 9 heures 30 Préfecture de l Ardèche - Salle Jean Moulin CONTACTS PRESSE : Cabinet

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment Maj : 13 novembre 2012 Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment L artisanat du bâtiment enregistre pour le second trimestre consécutif une baisse de son activité. Les

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Contact Presse : Eric Thiercelin 01 53 70 88 30 ethiercelin@fieec.fr. Actualité fiscale et financement des PME

Contact Presse : Eric Thiercelin 01 53 70 88 30 ethiercelin@fieec.fr. Actualité fiscale et financement des PME Contact Presse : Eric Thiercelin 01 53 70 88 30 ethiercelin@fieec.fr Actualité fiscale et financement des PME Sommaire Le CICE et son financement Préfinancement du Crédit d Impôt Recherche et la question

Plus en détail

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014 Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME CISIT 6 novembre 2014 01. Qui sommes-nous? Bpifrance plus près des entrepreneurs 42 implantations régionales 90% des décisions prises dans les

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

11 e Forum de la Création & Reprise d entreprise

11 e Forum de la Création & Reprise d entreprise 11 e Forum de la Création & Reprise d entreprise en Loir-et-Cher Vendredi 5 octobre 2012 de 9h à 18h Maison des Entreprises 16 rue de la Vallée Maillard à Blois Une opération organisée conjointement par

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Communiqué de presse Le 26 mai 2015 La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Des résultats financiers en progression

Plus en détail

Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL

Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL SOMMAIRE OBJET DE L APPEL D OFFRE P. 3 LE CONTEXTE DE L APPEL D

Plus en détail

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE START UP Challenge DOSSIER PARTENAIRE Sommaire MBway Start Up Challenge L édition 2015 en chiffres Devenir partenaire Vos contacts MBway Eduservices Fiche Partenaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 9 PAGE 11

Plus en détail

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE Les objectifs de la réforme Faire progresser le nombre d apprentis de 435 000 à 500 000, Développer, en priorité, l apprentissage aux premiers

Plus en détail

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1 Le guide de l apprentissage 2014-2015 Page 1 Bienvenue au CFA Sport et Animation Rhône-Alpes Le CFA* Sport et Animation Rhône-Alpes est, depuis 1996, l acteur régional unique de la formation par l apprentissage

Plus en détail

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Séance du 21 novembre 2014 Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Préambule La qualité et l efficacité

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale?

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? La création reprise d entreprise artisanale Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? 2 Editorial L artisanat, première

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

17DEPARTEMENT DES VOSGES

17DEPARTEMENT DES VOSGES Pôle Développement du Territoire Service moyens techniques et gestion administrative du Territoire 17DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET

Plus en détail

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire Présentation Bpifrance Janvier 2014 Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire 01. Qui sommes-nous? 02. Le financement bancaire 03. Le soutien à l innovation Titre de la présentation 2 01.

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Thierry RIGAUX. Expériences professionnelles. 21 rue St Louis - BP 774 62327 Boulogne Sur Mer

Thierry RIGAUX. Expériences professionnelles. 21 rue St Louis - BP 774 62327 Boulogne Sur Mer Thierry RIGAUX 21 rue St Louis - BP 774 62327 Boulogne Sur Mer Email : thierry.rigaux@univ-littoral.fr Tél. : 0033 321 994 103 Expériences professionnelles Depuis décembre 2010 : Directeur du site universitaire

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%)

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%) COMMUNIQUE DE PRESSE 12 MARS 2015 BPIFRANCE BILAN 2014 FORTE CROISSANCE DE L ACTVITE : 14 MD DE FINANCEMENTS AU TOTAL VS 11 MD EN 2013 RENFORCEMENT DU FINANCEMENT DE L INNOVATION, DE LA TEE ET DE L EXPORT

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design NB : L objectif de ce document n est pas d être exhaustif mais de présenter les aides les plus adaptées

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Pour verser votre taxe, nous sommes à vos côtés et simplifions votre démarche : Vous calculez en ligne le montant de votre taxe d apprentissage

Pour verser votre taxe, nous sommes à vos côtés et simplifions votre démarche : Vous calculez en ligne le montant de votre taxe d apprentissage NOTICE EXPLICATIVE BORDEREAU JOINT TAXE D APPRENTISSAGE Date limite de versement 28 Février 2015 Madame, Monsieur, Vous versez chaque année votre taxe d apprentissage à un organisme collecteur agréé. En

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMUNE D'ALET LES BAINS (AUDE) COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 6 NOVEMBRE 2013 Date de convocation : 31 octobre 2013 Le six novembre deux mille treize à vingt et une

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail