Diagnostic Environnemental et Paysager 4 - L ARBRE AU CŒUR DE LA CAMPAGNE ET DE L AMENAGEMENT RURAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic Environnemental et Paysager 4 - L ARBRE AU CŒUR DE LA CAMPAGNE ET DE L AMENAGEMENT RURAL"

Transcription

1 Diagnostic Environnemental et Paysager Pays Portes de Gascogne JUIN L ARBRE AU CŒUR DE LA CAMPAGNE ET DE L AMENAGEMENT RURAL Introduction Axes stratégiques transversaux 1 - Gouvernance et citoyenneté 2 - Le Paysage au service de l action territoriale 3 - Planification territoriale, urbanisme et maîtrise foncière 4 - L arbre au cœur de la campagne et de l aménagement durable 5 - La ressource en eau Axes stratégiques opérationnels 6 - Agriculture et aménagement rural 7 - Commune et gestion durable des espaces collectifs 8 - Routes chemins et itinéraires 9 - Rivière, cours d eau et ripisylves 10 - Patrimoine rural et architecture de Pays 11 - Patrimoine naturel, milieux remarquables et espaces sensibles 12 La maison, aménagements, espaces et économie domestiques 1/15

2 CONTEXTE Depuis une cinquantaine d années, la modernisation de l agriculture et le développement urbain ont largement transformé la perception et la présence de l arbre dans nos territoires. Autrefois intégrés dans le système de production agricole, l entretien et la gestion des cours d eau, des voiries, dans l économie communale et domestique, l arbre était reconnu comme un élément plurifonctionnel (Paysager, Protéger, Produire, les "3P") : - un équipement (haies de clôture, ancrage des talus, etc.) - une ressource (bois d œuvre, de travail, de chauffe, et de fertilité, biomasse, fruits et autres produits ) - un prestataire de service environnemental et paysager : protection climatique, biologique et mécanique des cultures, de la faune, de l eau, du sol, des constructions. Tous ces services pouvant être temporairement assurés par l artificialisation des pratiques et la substitution d autres ressources notamment le pétrole l arbre qui est fondamentalement nécessaire à la viabilité de nos territoires, la pérennité de l agriculture, et à l équilibre biologique du milieu dont dépend entièrement l existence même de notre espèce est devenu le parent pauvre de notre économie et de nos actions territoriales. Ses contributions multiples et transversales, sa polyvalence et sa criante utilité font que l arbre est passé paradoxalement au second plan de nos préoccupations et de nos pratiques d aménagement. Utile partout, l arbre n est revendiqué par personne si ce n est dans le cadre de l exploitation forestière. L utilisation et la gestion des arbres, qui étaient la pratique banale et quotidienne des agriculteurs, mais aussi de tout un chacun, se sont progressivement étiolées et ont laissé l inculture et la méconnaissance s installer. Les arbres domestiques, choyés et cultivés sont aujourd hui ignorés, considérés comme une gène, ils sont trop souvent maltraités, détruits, pourchassés. C est ainsi que la trame arborée du Pays s est sensiblement desserrée, que de nombreux arbres, bosquets, haies et alignements ont disparu au fil de l agrandissement des parcelles et des remembrements qui prennent localement des proportions inquiétantes. Le Miradouzin, le Pays de Gaure et certaines zones du Savès notamment ont été fortement «désarbrées» et connaissent des problèmes environnementaux et donc économiques dont on ne peut plus ignorer l ampleur : stress hydriques, désertification des sols, érosion et coulées de boue, appauvrissement du paysage, de la faune et de la biodiversité. C est ainsi que malgré une prise de conscience réelle, beaucoup de travail reste à accomplir en termes de diffusion de la connaissance et de réalisations concrètes, de reconquête de l arbre dans l espace et dans les esprits. Bien que différents programmes de plantations de haies, d agroforesterie, de reboisements soient développés depuis une quinzaine d années, bien que la Région et le Département soutiennent fortement ces actions, un travail de longue haleine doit être initié, dans la durée, à l échelle temporelle que l arbre et nos territoires nécessitent. Axe de développement et de l aménagement durables de nos territoires par l excellence, l arbre souffre de sa transversalité : s il n est exclus d aucune des directives politiques et démarches de productivité et de qualité environnementale, il est ignoré en tant que véritable priorité ou programmation dédiée. L arbre forestier et sylvicole, qui jusque là bénéficiaient d un certain 2/15

3 développement, manque de moyen et «l arbre hors forêt» qui n a jamais été administré - puisque directement géré par les agriculteurs et les propriétaires fonciers - ne bénéficie pas d une réelle légitimité et d une dynamique suffisante, nécessaire à relever les enjeux du développement durable. Dans le cadre de ce diagnostic, l arbre sera évoqué dans chaque axe stratégique (agriculture, rivière, collectivités, etc.) où des actions sectorielles pourraient être menées. Pour autant, il reste indispensable et urgent de soutenir une politique de l arbre localement, au niveau du Pays, démontrant qu avec des principes simples et des moyens limités, on peut s en réapproprier la connaissance et les techniques et mener dans la durée une reconquête de l arbre dans toute sa diversité. Aux niveaux départementaux et locaux certaines actions novatrices mises en place ou en cours d élaboration s avèrent d une grande utilité et font la preuve de leur intérêt économique ; elles méritent de se reproduire ou de se généraliser : - préverdissement de lotissements - diagnostics arbres de routes et d itinéraires - diagnostic communal et diagnostic "embellissement durable" ; plan de gestion, de renouvellement - diagnostic d exploitation "agriculture durable" - diagnostic et valorisation de chemins de randonnées - programme expérimental et recherche-développement en agroforesterie dont deux placettes pilotes à Mauvezin et à Noilhan - mise en place du programme route-arbre-biodiversité sur les routes départementales - programme de conseil aux communes, agriculteurs, particuliers. ENJEUX "une juste mesure entre forêt et désert, à toutes le échelles de territoire" La problématique «arbre» repose sur quelques principes essentiels : - L évolution et la présence d arbres, l arbrement d un territoire, n est pas une fatalité et doit être décidé au niveau des politiques d urbanisme et de planification foncière. Les élus et les collectivités ont à ce titre une grande responsabilité, et peuvent par ailleurs montrer l exemple dans le cadre de l aménagement et de la gestion de leur territoire. - Une bonne gestion de l arbre repose sur une veille et des interventions qui doivent intégrer des objectifs à la fois spatiaux et temporels de continuité : Une répartition équilibrée dans l ensemble des territoires, constituant une trame homogène par laquelle la présence de l arbre est la plus diffuse et la mieux connectée possible. Un étalement des actions de plantation, de préservation de la végétation spontanée, de régénération ou d entretien, visant à assurer un renouvellement continu de la trame arborée, et la coexistence de plusieurs générations ou classes d âge de manière synchrone et permanente. La ressource «arbre» peut être inépuisable, si on veille à son renouvellement. 3/15

4 - La diversité des compositions (formations végétales variées), des formes, des espèces végétales (essences en association) de manière mesurée et adaptée à la diversité, la complexité, les potentialités des situations écologiques, des terroirs et des différents usages de l arbre présents sur territoire. Absolument nécessaire, cette diversité révèle qu il n y a pas de hiérarchie de valeur entre les espèces, pas d ordinaire ou d exceptionnel. - Le recours à l arbre «de pays», c est-à-dire aux essences naturellement présentes ou adaptées aux conditions des terroirs, et de souche locale, donc reproduit à partir de géniteurs locaux, ce qui est un gage d acclimatation et d épanouissement. - La connaissance de l arbre doit être réappropriée par tout un chacun, et la sensibilisation et l éducation doivent être orientés vers tous : les jeunes, les agriculteurs, les élus, les particuliers. L arbre ne peut être qu un objet réservé aux seuls spécialistes et chacun doit être capable d agir à son échelle. L arbre : une assurance pour la pérennité des territoires Un agent général d équilibre Outre la production de bois et de produits sylvicoles, l arbre est un enjeu planétaire dans la mesure ou il influe et contribue grandement aux grands cycles biologiques et climatiques mondiaux : - Régulation et épuration de l eau - Amortisseur climatique et accumulateur d énergie - Modérateur des phénomènes de crise : sécheresse, inondation, tempête, excès thermiques, - Gisement de biodiversité, - Améliorateur du sol et facteur de la santé et de la vitalité des terres et plantes cultivées - production de biomasse, de bois, et de bio-ressources diverses - Instrument d harmonisation esthétique et qualité du cadre de vie 4/15

5 Ces enjeux mondiaux ne peuvent que se répercuter à l échelon local, car on ne peut consigner la présence de l arbre que dans des zones réservées qui ne sauraient compenser et équilibrer des espaces totalement desarbrés et déforestés. D où l importance de se préoccuper localement des arbres, chacun devant sa porte, sous peine de participer à un vaste phénomène de désertification qu attise, outre Pyrénées et en France méditerranéenne, le changement climatique. Car sur le plan climatique et hydrique, la couverture arborée joue un rôle d amortisseur considérable et plus généralement, celui d agent stabilisateur de nos territoires, fixant et modérant leur évolution naturelle. Dans toutes ces contributions, l arbre dispose d un double statut : il est à la fois une composante, un élément constituant, mais aussi un générateur, un acteur pourvoyeur. La présence d un arbre va générer l installation d une flore et d une faune considérable, mais lui-même fait partie de cette diversité Autre exemple d interdépendance et d interférence dû à l existence d un arbre : En un an, un arbre moyen produit de l oxygène pour 4 personnes, mais en échange est capable de fixer le carbone émis par une automobile pour faire km. DIAGNOSTIC ARBRE ET TERRITOIRES Comme toutes les trames représentées dans nos espaces, la trame arborée se décompose en trois types de morphologie constituant des masses plus ou moins fournies : - les points : arbre isolé ou bouquet individualisé - les lignes : haies, bandes boisées, ripisylves - les surfaces : boisements ou parcelles arborées de toutes dimensions La présence de l arbre dans la mosaïque (agraire) du territoire doit être représentée sous ces 3 aspects, de manière diffuse, équilibrée et connectée pour une bonne complémentarité dans l intégration des flux biophysique et dans l organisation paysagère du territoire. La trame arborée (homogène) contribue ainsi à enrichir une nécessaire hétérogénéité de l espace et une complexité souhaitable des milieux. Ici encore l arbre peut revêtir un double statut : - celui de «tâche» ou de morceau de la mosaïque à part entière - celui de «liant» et de jonction entre les différentes parcelles lorsqu il est agencé en linéaire. Il joue alors un rôle de ciment entre les pièces de la mosaïque et de connexion entre les différents milieux par les couloirs naturels (corridors) qu il peut former : haies, ripisylves, etc. Boisements et peuplement forestiers La forêt gersoise est extrêmement morcelée, tant sur le plan de sa répartition spatiale qu en termes du nombre de propriétaires : propriétaires pour environ ha. A l origine forêt paysanne ou s intégrant à une gestion polycole de l espace rural, la forêt qui était à 75 % détenue par des agriculteurs il y a trente ans est aujourd hui dans la main de non agriculteurs à 80 %. Cet éclatement de la propriété, l éloignement des propriétaires de leur patrimoine ne permet pas une valorisation véritable du patrimoine forestier et l organisation d une filière performante. L exploitation du bois est essentiellement développée en Armagnac et au sud du département, mais en Lomagne et en Savès, où le potentiel de production est moindre du fait d une pluviométrie limitée, la valorisation du bois est plus anecdotique. Ceci pose différents problèmes : la Lomagne qui a été localement très remembrée, comme le Savès qui dispose d un taux de boisement extrêmement faible (5 %), ne sont pas des contrées d un grand intérêt forestier. Pourtant les potentialités existent, notamment dans les plaines alluviales où finalement les peupleraies se sont développées avec une certaine mesure. 5/15

6 En Pays Portes de Gascogne, les boisements sont sans doute plus fragilisés que dans le reste du département par : - la pression urbaine - la pression agricole, qui menace quelques bosquets - la crise énergétique, qui participe indirectement à une gestion au coup par coup : coupes intempestives pour la vente de bois de chauffage - l absence de gestion et de délaissement de boisements, certains propriétaires n ayant pas dans certains cas connaissance de leur patrimoine. - la présence de peu de massifs d envergure, représentatifs des potentialités offertes. Depuis une trentaine d années le CRPF tente de développer dans le Gers une politique de plantation et de gestion du patrimoine forestier, en se heurtant au problème du morcellement foncier. Jusqu en 2005, la forêt privée bénéficiait d aide à la plantation, aujourd hui supprimée, et orientée en partie vers les taillis à courte rotation, dont l eucalyptus. Le développement de l eucalyptus ne semble pas menacer le département, car il s agit bien d une menace sur le plan environnemental en termes d épuisement des sols, de la biodiversité, du risque d incendie. Ainsi en deux années le volume de plantation est passé de 300 ha à 5 ha au niveau du département. En termes de gestion durable des forêts, beaucoup de choses devraient être mises en place mais les moyens disponibles sont nettement insuffisants pour sensibiliser et améliorer la situation : - Certains massifs mériteraient d être gérés de manière concertée entre propriétaire, par le biais de Plan de Développement de massif ou de Plan de gestion concertée, ce qui demande un travail amont d animation considérable. - Quelques propriétaires se sont engagés dans une demande de gestion durable par la mise en œuvre d un PSG (Plan Simple de Gestion) ou par la signature d un CBPS : Code de Bonne Pratique Sylvicole, mais ici encore, beaucoup reste à faire. La forêt publique, domaniale ou communale, gérées par l ONF, stagne : pas d augmentation de surfaces boisées, pas d acquisition car pas de moyens. Le Développement s oriente vers l extension de la gestion publique auprès des communes qui le demandent et sur des objectifs qualitatifs de production. Essentiellement tournée vers la production de bois, la forêt joue d autres rôles environnementaux et paysagers qui ne peuvent être remplis que par une gestion utilitaire du milieu. Certains boisements identifiés comme ZNIEFF ou contenant des milieux remarquables méritent d être gérées avec précaution au regard des prestations improductives immatérielles qu elles offrent. En règle générale, les forêts restent relativement bien valorisées par d autres activités : chasse, randonnée, découverte (cf. Voiries et itinéraires, Patrimoines et milieux naturels, ) Pour autant certaines améliorations peuvent être apportées : gestion des lisières, des clairières et gestion des emprises sous les lignes de transport électrique qui peuvent être des espaces de valorisation faunistique et cynégétique. L Arbre hors forêt Par définition la dénomination «Arbre hors-forêt» désigne tous les arbres qui ne sont pas rassemblés en massif et qui ne sont pas directement destinés à l exploitation sylvicole. Ce qui représente une grande diversité de situations spatiales, esthétiques et fonctionnelles : arbres des villes et arbres des champs, arbre utilitaire ou arbre pauvre, arbre ordinaire ou arbre remarquable, arbre sauvage ou arbre cultivé. Quelle que soit leur situation ou leur destination, ces arbres présentent les mêmes 6/15

7 enjeux et les mêmes intérêts : - ils sont à proximité de nous et participent à notre quotidien, ce qui devrait permettre théoriquement de les gérer de manière rapprochée et optimale mais du fait de leur «banalité» sont perdus de vue ; - ils sont de fait une composante incontournable de nos espaces aménagés ou cultivés, et devraient faire l objet d une valorisation intégrée - ils sont directement accessibles, ce qui est un argument économique non négligeable, lorsqu on souhaite choisir et exploiter un arbre. En terme de valorisation en bois, le marché de l énergie et des matériaux a conduit à négliger voire à abandonner l exploitation de l arbre hors forêt, alors qu il est pour ces différentes raisons, un gisement d intérêt d autant qu il regroupe de nombreuses essences précieuses reconnues (fruitiers sauvages, cèdre, ) ou temporairement délaissés (frêne, tilleul, ) L arbre hors forêt ne peut se résoudre à une simple politique de paysagement ou de décoration du territoire, mais peut combiner, comme cela a toujours été : aménités environnementales, contributions techniques, productions de bois et de biomasse, paysage diversifié et de qualité, auquel il apporte une durabilité. A ce titre, si l arbre hors forêt est un matériau d aménagement polyvalent et multiservices, que nous retrouvons dans toutes les thématiques-actions du diagnostic, on doit agir auprès de quatre catégories essentielles d aménageurs gestionnaires : - les agriculteurs - les communes et intercommunalités - les propriétaires particuliers - les acteurs économiques Ensembles, ils peuvent valoriser un patrimoine diversifié, à la fois traditionnel mais aussi moderne que l on retrouve dans différents types de configuration : - les arbres isolés - les alignements, près des routes, chemins, champs - les arbres fruitiers et les vergers domestiques ou communaux - les arbres urbains : entrées de ville, places, mail, foirail, etc. - les bouquets et bosquets - les haies champêtres, à la ville comme à la campagne - les ripisylves près des cours d eau : alignements, haies, boisements - les formations agroforestières : parcours semi-boisés d élevage ou agro-sylviculture moderne - les arbres cultivés : têtards, trognes, émondes qui ont une grande productivité et une forte présence paysagère - les arbres morts ou dépérissants, et arbre à cavités jouant un grand rôle dans l équilibre des chaines trophiques et la biodiversité en général. 7/15

8 Gestion et Aménagement durables du territoire par l arbre Intervenir de manière durable et raisonnée sur l arbre demande un certain nombre de connaissances et d expérience techniques. Si certaines réalisations demandent une maîtrise véritable du génie végétal, voire une compétence en bio-ingéniérie, beaucoup de principes sont simples et directement assimilables par les propriétaires. Autrement dit un travail de sensibilisation et de formation suffit à rendre autonome la plupart, ce qui est souhaitable, vue la nécessaire dispersion de l arbre dans le territoire, et sachant que certains travaux délicats doivent rester de la compétence de professionnels. Il est nécessaire de diffuser la connaissance pour contrecarrer les phénomènes de mode et de marché qui sont généralement préjudiciables sur le plan technique et esthétique : - Généralisation des sapinettes ou des laurières en tour de maison - Développement forestier basé sur la plantation monoculturale privilégiant certaines essences (enrésinement, peupliers de culture, jusqu en 2000, et l après tempête principalement) - Matériel végétal mal conformé ou nécessitant des soins considérables et inutiles parce que les plants sont trop développés. - Choix des essences sur des critères esthétiques (plants horticoles) et non pas techniques (inadaptation) - Pratiques culturales et mise en œuvre des plantations sur-artificialisées : arrosage, engrais - Mauvaises interventions dans la taille, l entretien et la valorisation du patrimoine arboré. Domaines d intervention Intervenant sur le domaine de l arbre consiste à observer différentes opérations techniques : - Renouveler l existant, soit par régénérations des individus ou des formations végétales en place soit par l anticipation de leur remplacement. - Valoriser la végétation spontanée, pionnière dans le cas de l installation naturelle de nouveaux végétaux, ou déjà établie, lorsqu on laisse se développer les végétaux en place (recrutement) - Faciliter le développement de la végétation par des aménagements mixtes «semi spontanés», qui combinent la faculté d autogénération naturelle et l aménagement d équipements qui la favorise ou la complète ; - Entretien des arbres et des haies - Réhabilitation des arbres ou des haies délaissées - Restauration des arbres ou des haies dégradées - Plantation neuves d arbres ou de haies - Plantation neuves d arbres développés - Création d arbres d émondes ou de têtards (trognes) - Entretien ou restauration de trognes - Valorisation intégrée des produits de l arbre : bois d œuvre pour les billes, bois de chauffe ou de travail pour les ramures, bois déchiqueté en plaquette-énergie ou en BRF pour les perches et les rameaux. 8/15

9 En termes d ingénierie et d organisation, différentes actions sont nécessaires à développer une politique de l arbre qui puisse à la fois gérer un patrimoine, créer de nouveaux aménagements et anticiper sur l avenir : - Diagnostic «arbres et aménagements» pour les exploitations, communes, particuliers, etc. - Diagnostic thématique : haies, arbres, ripisylves, voieries, chemins de randonnées, patrimoine trognes, cimetières, bourgades, parcs arborés, allées plantées, etc. - Plan de gestion ou de renouvellement - Plan de préverdissement d aménagements neufs - Plan d abattage, d éclaircie ou de dépressage - Accompagnement de chantiers de plantation, d entretien, de réhabilitation et de restauration. ARBRE EN PORTES DE GASCOGNE : "Une pression double, urbaine et agricole" Bien que peu densément boisé, le territoire de Pays Portes de Gascogne détient un arbrement considérable. Si statistiquement les surfaces en arbres de plus de 4 ha sont rares, l arbre champêtre reste omniprésent en Lomagne comme en Savès, à l exception de quelques zones, localement très prélevées. Ce constat est un encouragement à multiplier les actions de sensibilisation et à accompagner les volontés de réalisation. Pour autant on ne peut que déplorer le désinvestissement de la plupart des propriétaires et des gestionnaires pour le maintien et le renouvellement de ce patrimoine. L arbre est directement confronté à la double pression urbaine et agricole exercée sur le territoire. Si le Pays ne dispose pas d'un fort potentiel forestier, celui-ci est loin d'être négligeable, notamment en matière d'arbre champêtre. Déjà parce qu il dispose de sols corrects, mais aussi parce qu il doit se préoccuper, à son échelle des futurs besoins en arbres et en bois qu il devra mobiliser. Dans le domaine des arbres, cette réflexion s opère en dizaines d années, et c est justement en quelques dizaines d années que notre contexte économique va fortement évoluer, sur des logiques de proximité et d approvisionnement en bois, notamment en bois «précieux» qui ne sont pas produits de manière industrielle dans les grands pays exportateurs. Il est certain que les conditions économiques actuelles soient bouleversées à moyen terme par le changement climatique, le coût de l énergie et par les pressions et urgences environnementales. Un potentiel mésestimé La valorisation de l espace agricole par la production de céréales et d oléoprotéagineux a éloigné le monde agricole de l arbre, et globalement le patrimoine arboré résiste mieux dans les secteurs d élevage et de fortes contraintes topographiques, ou perdurent des bocages, des formations et des arbres remarquables. En zone céréalière, la situation n est pas catastrophique mais beaucoup d ensembles dépérissent ou sont véritablement maltraités : haies dégradées, détériorées par un entretien agressif, arbres mutilés ; quelques arbres «remarqués» sont conservés dans les champs ou en bordure, parce qu ils «forcent le respect» ou décourage la dent du broyeur ou de la tronçonneuse. De nombreuses haies sont réduites à leur plus simple expression, de rangées d arbres à peine épargnées et beaucoup ne sont pas assez étoffées pour être considérées comme telles. En ce qui concerne les collectivités, la gestion des espaces collectifs pèche par l inconsidération des contributions que l arbre amène sur le plan technique : l arbre joue de nombreux rôles sur les abords routiers, maintient les talus, ombrage les circulations et les stationnements, agit sur les mouvement d eau, la biodiversité Les personnels en charge des services techniques sont rarement formés ou sensibilisés à ces aspects, et l arbrement communal par exemple s inscrit essentiellement 9/15

10 dans une approche de fleurissement et non pas d aménagement ou d embellissement durables. Le soin à porter aux entrées de ville et de villages est une thématique extrêmement sensible. Dans le domaine de l urbanisme opérationnel et des prescriptions paysagères, l arbre est généralement cantonné à un rôle de cache misère, d élément de décor, ou de prétexte paysager, dans le meilleur des cas, à l effacement d un aménagement trop intensif. Aucune recommandation pour la conservation et l utilisation de la végétation existante n est généralement anticipée dans le cadre de travaux neufs où la table rase reste de mise. Les propriétaires particuliers ignorent bien souvent les enjeux liés à l arbrement de leur propriété et sont victimes d un manque d information et d alerte flagrants : dépérissement des parcs et des allées plantées des grandes demeures, pas de conseil avisés pour l aménagement des bords de maison, du jardin, des haies de clôtures ou se généralisent murets et «béton vert». Enfin, de manière générale, la préservation et le renouvellement d arbres identitaires semble un enjeu paysager prioritaire : arbres de pays, mais aussi pin parasols, chênes verts, cèdres, et cyprès qui ont fait de la Gascogne et de sa partie orientale essentiellement, une «Toscane égarée». PROPOSITION D UNE STRATEGIE D ACTION Comme cela a été évoqué, la place que l on réservera à l arbre dépend en premier lieu de la prise en compte de formations arborées dans les documents d urbanisme et dans chaque domaine opérationnel 1. Il s agit de replacer l arbre au centre des actions d aménagement (outil et matériau d équipement) et de lui réattribuer les différentes fonctions qui lui reviennent sur nos territoires : - reconsidérer la relation eau-sol-climat et arbre - repositionner la relation biodiversité-agriculture-paysage - recréer un réseau d espaces non directement productifs, et en réserver une partie protégée et «naturelle» à des fins d observation des dynamiques végétales. S il est nécessaire que les collectivités puissent réglementer, protéger et agir dans la gestion de leur patrimoine, elles ont la responsabilité de montrer l exemple. A cet effet plusieurs actions sont envisageables. Mais à enjeu collectif, réponse collective : il s agit de mener une action transversale auprès de l ensemble de la population pour que l arbre soit reconsidéré et géré de manière intégrée, et qu il ne soit pas relégué comme une affaire de lointains spécialistes. A cet effet des opérations de foresterie urbaine ou communale sont à envisager avec urgence. Il est souhaitable que le Pays puisse participer à initier diverses actions autour de l arbre en fonction du diagnostic réalisé précédemment : 1 cf. Axes stratégiques 10/15

11 Arbre en général et arbre hors forêt - Sensibiliser et éduquer tous les publics sur l arbre de pays et donc de proximité : «Arbres à nos Portes» : Informer et former les élus. Retisser les liens agriculture-arbre et forêt. Eveiller et éduquer le public jeune interventions et chantiers pédagogiques. Former les gestionnaires et opérateurs : agriculteurs, Cuma, agents - Diagnostiquer finement le potentiel du territoire. - Développer le conseil rapproché et individualisé auprès des collectivités, particuliers, agriculteurs, qui est un service existant et proposé par Arbre & Paysage 32 et le CRPF mais qui n est pas directement rémunéré. - Soutenir le diagnostic ou l audit territorial (commune, exploitation, gestionnaires). - Informer et agir sur le patrimoine remarquable ou paysager. - Impulser ou prolonger des opérations pilotes : aménagements urbains, arbres têtards et arbres à cavités, agroforesterie, valorisations BRF et bois. Forêt en particulier - Baser la sylviculture et la foresterie sur le fonctionnement naturel des écosystèmes forestiers et se départir des logiques du productivisme agricole actuel basé sur la monoculture. - Développer des actions exemplaires et significatives, sur l ensemble du territoire pour redynamiser l exploitation forestière. 11/15

12 12/15

13 13/15

14 14/15

15 15/15

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Les objectifs de gestion assignés aux forêts

Les objectifs de gestion assignés aux forêts Les objectifs de gestion assignés aux forêts On distingue : les objectifs d intérêt général les objectifs du propriétaire FOGEFOR 2009/2010 Extraits du SRGS I. LES OBJECTIFS D INTERET GENERAL Pour la forêt

Plus en détail

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale»

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» SYNDICAT MIXTE DU PAYS MIDI-QUERCY «Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» VISITES SUR SITE ET ECHANGES AUTOUR DU PROJET

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS 1 Les objectifs opérationnels de la Trame Verte et Bleue Connaître Observer Evaluer Restaurer, préserver et gérer les cœurs de nature La Trame Verte et Bleue,

Plus en détail

Les Contrats Paysages Ruraux en Vendée. Outil de valorisation et de gestion de l espace rural. Colloque DREAL 10 Janvier 2014 Paysages, tous acteurs!

Les Contrats Paysages Ruraux en Vendée. Outil de valorisation et de gestion de l espace rural. Colloque DREAL 10 Janvier 2014 Paysages, tous acteurs! Colloque DREAL 10 Janvier 2014 Paysages, tous acteurs! Contrat Les Contrats Paysages Ruraux en Vendée Outil de valorisation et de gestion de l espace rural I. Enjeux des Contrats Paysages Ruraux. Une démarche

Plus en détail

Le Parc naturel régional des Ardennes. Syndicat mixte de préfiguration du Parc naturel régional des Ardennes

Le Parc naturel régional des Ardennes. Syndicat mixte de préfiguration du Parc naturel régional des Ardennes Le Parc naturel régional des Ardennes Qu est-ce qu un PNR? Un Parc naturel régional (PNR) est : Un territoire aux patrimoines naturel, culturel et paysager riches et fragiles Faisant l objet d un projet

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline 2, COLSON François 2

MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline 2, COLSON François 2 Aménagement et gestion des espaces verts pour produire, sous contraintes réglementaires, des bouquets de services écosystémiques : Témoignage de la ville de Rennes MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline

Plus en détail

Introduction. Manifeste pour les territoires «naturbains» naturba / Séminaire de clôture 1 er et 2 décembre 2011 / Le manifeste

Introduction. Manifeste pour les territoires «naturbains» naturba / Séminaire de clôture 1 er et 2 décembre 2011 / Le manifeste Le manifeste 3 Introduction Manifeste pour les territoires «naturbains» Ce livret a été réalisé à l occasion du séminaire de clôture naturba. Il fait parti d un coffret remis aux participants. L espace

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Syndicat Mixte Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Annexe 6: Fiche n 6 à 9 = Fiches actions de mobilisation

Plus en détail

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 1 Election Présentation I) Les orientations de nos partenaires - Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau 1 Direction générale opérationnelle de l'agriculture, des Ressources naturelles et de l'environnement Département de l'agriculture Département de la Nature et des Forêts Département de la Ruralité et des

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Le bec de Vienne. La Trame Verte et Bleue. Localisation de l unité paysagère. Les paysages

Le bec de Vienne. La Trame Verte et Bleue. Localisation de l unité paysagère. Les paysages P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Localisation de l unité paysagère La Trame Verte et Bleue Avoine Beaumont-en-Véron Candes-Saint-Martin Chinon Huismes Saint-Germain-sur-Vienne Savigny-en-Véron

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014 STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR CRB 3 juin 2014 Une démarche de co-construction depuis 2010 : 1 - Diagnostic partagé (état de la biodiversité, relations homme-nature,

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Les Vendredis du Bois-Energie

Les Vendredis du Bois-Energie Agence Locale de l Energie des Ardennes ALE 08 Les Vendredis du Bois-Energie Colloque 16 mars 2007 Présentation ALE 08 La forêt sur la zone urowood L exemple de deux chaufferies 1 Présentation Agence Locale

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Communauté d agglomération du Val Maubuée Le Schéma de cohérence et d orientation paysagère Une approche innovante du paysage

Communauté d agglomération du Val Maubuée Le Schéma de cohérence et d orientation paysagère Une approche innovante du paysage Communauté d agglomération du Val Maubuée Le Schéma de cohérence et d orientation paysagère Une approche innovante du paysage 1 Les enjeux du SCOP La Communauté d agglomération du Val Maubuée (CAVM) est

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Présentation du projet

Présentation du projet Séminaire mi-parcours SNB du 28/11/2013 à Paris Présentation du projet «Mise en œuvre d une animation territoriale en faveur de l intégration de la biodiversité dans les Chartes Forestières de Territoire

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE REBOISEMENT DU NORD-PAS-DE-CALAIS. «Aidez nous à reboiser le Nord Pas de Calais!» www.pochecocanopeereforestation.

ASSOCIATION POUR LE REBOISEMENT DU NORD-PAS-DE-CALAIS. «Aidez nous à reboiser le Nord Pas de Calais!» www.pochecocanopeereforestation. ASSOCIATION POUR LE REBOISEMENT DU NORD-PAS-DE-CALAIS «Aidez nous à reboiser le Nord Pas de Calais!» www.pochecocanopeereforestation.org POCHECO CANOPEE REFORESTATION Créée en Décembre 2009 avec le soutien

Plus en détail

Les outils de l EPFIF en faveur de la Biodiversité

Les outils de l EPFIF en faveur de la Biodiversité Les outils de l EPFIF en faveur de la Biodiversité Quel foncier pour la biodiversité? 9 octobre 2014 Judith Cubertafond / Nina Fernandez 1 UN METIER : OPERATEUR FONCIER Créé en 2007 Pour le compte des

Plus en détail

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Cette création illustre : I - Le partenariat exemplaire entre la ville d Olonne et l Office National des Forêts II - Le projet municipal

Plus en détail

Des haies à maintenir pour leur rôles positifs

Des haies à maintenir pour leur rôles positifs Des haies à maintenir pour leur rôles positifs Besoin : Gérer qualitativement la ressource, de façon pérenne Une demande croissante en bois déchiqueté Besoin : Gérer quantitativement la ressource, de façon

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat»

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX (du 6 au 8 octobre 2010 à Angerville l Orcher) «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» Intervenant : Katy Carville Animatrice du Contrat Global

Plus en détail

Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM

Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM «Optimiser la production de biens et services par les écosystèmes boisés méditerranéens dans un contexte de changements globaux» 18-21 septembre

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE ORIGINAL EAU & ENVIRONNEMENT AGENCE DE PAU Hélioparc 2 Avenue Pierre Angot 64053 PAU CEDEX 9 Tel. : +33 (0)5 59 84 23 50 Fax : +33 (0)5 59 84 30 24 COMMUNE

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

Perception et adoption de l agrosylviculture :

Perception et adoption de l agrosylviculture : Perception et adoption de l agrosylviculture : résultats des enquêtes menées en Gaspésie auprès des agriculteurs, des propriétaires de terres agricoles et de la population résidente Bertrand Anel, coordonnateur

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

Un exemple de programme de valorisation du carbone forestier. CRPF Rhône-Alpes

Un exemple de programme de valorisation du carbone forestier. CRPF Rhône-Alpes Un exemple de programme de valorisation du carbone forestier Le programme carbone Forêt privée Les forestiers privés impliqués depuis longtemps sur le thème du carbone : - FPF et le CNPF membres fondateurs

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Serre de la Fare Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Invités à la réunion Présidents des Commissions Prospective,

Plus en détail

LES PROJETS «NATU RE» GRAND LYON

LES PROJETS «NATU RE» GRAND LYON LES PROJETS DU «NATU RE» GRAND LYON LES PROJETS NATURE DU GRAND LYON lyonnaise bénéficie d un environnement de qualité, avec des paysages diversifiés. La moitié du L agglomération territoire est composé

Plus en détail

EQUIPEMENT ET ENVIRONNEMENT

EQUIPEMENT ET ENVIRONNEMENT ASSAINISSEMENT COLLECTIF FICHE N 4 Favoriser l équipement en dispositif d assainissement des collectivités et maîtres d ouvrages publics Vauclusiens au travers du contrat Départemental d Assainissement.

Plus en détail

Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains

Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains Conférence régionale sur la Gestion Durable de la Ressource Bois Energie 11 au 13 juin 2013 Emilien

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Les Parcs naturels régionaux

Les Parcs naturels régionaux Les Parcs naturels régionaux Des collectivités territoriales engagées pour la préservation de la biodiversité Thierry MOUGEY - Fédération des PNR de France DÉFINITION D UN PARC NATUREL RÉGIONAL Peut être

Plus en détail

Le développement urbain

Le développement urbain Le développement urbain CARACTÉRISER LE DÉVELOPPEMENT URBAIN Les multiples approches convergent pour montrer sous divers angles (l interprétation orthophotographique, satellitaire, données cadastrales,

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Philippe CLERGEAU Muséum National d Histoire Naturelle Journée Adaptation aux Changements Climatiques et Trames Vertes

Plus en détail

Pour un aménagement de votre territoire cohérent, durable et concerté

Pour un aménagement de votre territoire cohérent, durable et concerté Élus locaux Pour un aménagement de votre territoire cohérent, durable et concerté La Safer vous accompagne dans la mise en œuvre de vos projets Constat Besoins alimentaires et énergétiques croissants Altération

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

Modalités de la compensation des impacts sur la biodiversité en forêt

Modalités de la compensation des impacts sur la biodiversité en forêt Modalités de la compensation des impacts sur la biodiversité en forêt Atelier Recherche et Gestion Forestières 2011 14 juin 2011 1 Les bases réglementaires de la compensation La loi de 1976 sur les études

Plus en détail

Jeudi 5 juillet 2007 à L Orgerie (Le Pin) Signature du Contrat Régional de Développement Durable Région Pays du Bocage Bressuirais 2007 2013

Jeudi 5 juillet 2007 à L Orgerie (Le Pin) Signature du Contrat Régional de Développement Durable Région Pays du Bocage Bressuirais 2007 2013 Jeudi 5 juillet 2007 à L Orgerie (Le Pin) Signature du Contrat Régional de Développement Durable Région Pays du Bocage Bressuirais 2007 2013 La Région proche de vous La politique territoriale de la Région

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations Exemple du développement d un mode de gestion des risques côtiers adaptés à Ouvéa, îles

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec Nouveauté 2013 en partenariat avec Formation par apprentissage Ingénieur-e en performance énergétique ÉCOLE PUBLIQUE D INGÉNIEUR-E-S Institut National des Sciences Appliquées de Rouen Performance énergétique

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

Commune de Lys-Saint-Georges (36)

Commune de Lys-Saint-Georges (36) PLAN LOCAL D URBANISME Commune de Lys-Saint-Georges (36) 2 Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Version provisoire n 4 : octobre 2013 Elaboration du PLU prescrite le : Étude lancée

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Les toitures végétalisées et les défis de l urbanisme vert

Les toitures végétalisées et les défis de l urbanisme vert Les toitures végétalisées et les défis de l urbanisme vert Les défis de l éco conception urbaine Les défis de la biodiversité et de la nature en ville Les défis de la construction d une filière économique

Plus en détail

Convention-cadre de partenariat entre

Convention-cadre de partenariat entre D O S S I E R D E P R E S S E Convention-cadre de partenariat entre le Syndicat intercommunal de rivière du Calavon-Coulon, le Conservatoire d espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d Azur et le Parc

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales 1 COMMUNE D UCEL PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME DEPARTEMENT : CANTON : COMMUNE : Ardèche Vals les Bains Ucel P.A.D.D ( Projet d A ménagement et de Développement D urable) Les orientations

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

C ntex e t x e D u e x x h ist s oire r s e Les e s a r a b r re r s e s et e la a PA P C S at a ut f isc s a c l a et e juri r dique

C ntex e t x e D u e x x h ist s oire r s e Les e s a r a b r re r s e s et e la a PA P C S at a ut f isc s a c l a et e juri r dique REGLEMENTATIONS Contexte Deux histoires Les arbres et la PAC Statut fiscal et juridique Une perte de paysages arborés en Europe Des arbres considérés comme des «aliens» REGLEMENTATIONS Contexte Deux histoires

Plus en détail

La montée en puissance des productions forestières à l est de l Europe: quels enjeux pour le territoire UE?

La montée en puissance des productions forestières à l est de l Europe: quels enjeux pour le territoire UE? La montée en puissance des productions forestières à l est de l Europe: quels enjeux pour le territoire UE? Une montée en puissance du secteur forestier dans les PECO et CEI Une augmentation des prélèvements

Plus en détail

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère DESCRIPTION DU PROJET Le jardin de la cure, planté de quelques très beaux arbres remarquables, témoigne de l élégance discrète des propriétés de notables d autrefois. La commune a le souhait de préserver

Plus en détail

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Les enjeux des trames vertes et bleues Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris 1 Pourquoi prendre en compte la nature? pour conserver un patrimoine pour une éthique par

Plus en détail

Bilan de la concertation. Plan Local d Urbanisme. de SAINTE-MARGUERITE-SUR-MER. Un Projet de Village. Le Maire, Claude Ferchal

Bilan de la concertation. Plan Local d Urbanisme. de SAINTE-MARGUERITE-SUR-MER. Un Projet de Village. Le Maire, Claude Ferchal Plan Local d Urbanisme de SAINTE-MARGUERITE-SUR-MER Un Projet de Village Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du : Le Maire, Claude Ferchal P.L.U. prescrit par délibération

Plus en détail

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix Dans le prolongement de ses précédents avis sur la Charte de l Environnement qui portait sur la

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION APPLICABLE DANS LE PERIMETRE

PROGRAMME D ACTION APPLICABLE DANS LE PERIMETRE PROGRAMME D ACTION APPLICABLE DANS LE PERIMETRE DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DES ESPACES AGRICOLES ET NATURELS PERIURBAINS DE VELAUX ADOPTE PAR DELIBERATION DU CONSEIL GENERAL EN DATE DU 20 MAI 2011

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré»

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» «Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» Calendrier de taille : Pour les arbustes à floraison printanière : Taille juste après la floraison. Pour les arbustes à floraison estivale

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail