UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE"

Transcription

1 UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La Campagne UN sur CINQ a été lancée à Rome (Italie) les 29 et 30 novembre La campagne a pour objectif de relever le niveau d engagement et d action nécessaire pour mettre fin à la violence sexuelle à l égard des enfants. Par ce biais, le Conseil de l'europe veut donner des moyens d agir aux gouvernements, aux parlements, aux réseaux professionnels, aux universitaires, aux milieux d affaires, à la société civile, aux parents et aux enfants de manière à ce qu ils prennent les mesures voulues pour mettre un terme à la violence sexuelle à l égard des enfants. Le but de la campagne est double : promouvoir la signature, la ratification et la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l'europe sur la protection des enfants contre l exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote) ; sensibiliser les enfants, les familles et les personnes s occupant d enfants à l étendue des violences sexuelles infligées aux enfants et les doter des connaissances et des outils de prévention et de signalement nécessaires. QUI DIRIGE LA CAMPAGNE? Au niveau international, la campagne est coordonnée par l équipe du Conseil de l'europe chargée du Programme «Construire une Europe pour et avec les enfants». L équipe du Conseil de l'europe soutient le déroulement de la campagne à l échelon national. Ce soutien comporte : des conseils sur la façon de constituer une équipe de campagne ; des conseils et un soutien aux partenaires du Conseil de l'europe dans la campagne ; l autorisation d utiliser, entre autres, le matériel et le logo de la campagne ; l aide à la production de supports de sensibilisation dans la/les langue(s) des différents pays ; la mise à disposition de services d experts destinés à faciliter la ratification et la mise en œuvre de la Convention de Lanzarote.

2 DIMENSION PARLEMENTAIRE DE LA CAMPAGNE L Assemblée parlementaire du Conseil de l'europe (APCE) a créé un réseau actif de parlementaires de référence pour encourager la ratification de la Convention de Lanzarote. Un manuel a été publié pour sensibiliser les parlementaires à la Convention. Le Secrétariat de l APCE coordonne la dimension parlementaire de la campagne. Pour des informations complémentaires, veuillez consulter le site : PARTENAIRES DE LA CAMPAGNE Le Conseil de l'europe espère toucher le public le plus vaste possible et se félicite, par conséquent, de sa large assise partenariale : des gouvernements, ministères et parlements nationaux aux associations locales de la société civile et aux réseaux professionnels. La Campagne UN sur CINQ s attache à promouvoir la voix des enfants et des jeunes, de manière à ce qu elle soit entendue et pleinement prise en compte ; c est là une autre caractéristique tout aussi importante de la campagne. Les partenaires de la campagne sont encouragés à faire en sorte que cet engagement soit honoré dans leur propre campagne. Les gouvernements doivent non seulement axer la campagne sur les parents, les personnes s occupant d enfants et les enfants eux-mêmes mais ils sont aussi encouragés à constituer des équipes de campagne comprenant les acteurs concernés ci-après : les ministères responsables des affaires sociales, de la justice, de la santé, de l éducation, de l enfance et de la jeunesse, des technologies de l information et de la communication ; les parlements et parlementaires ; les autorités locales et régionales ; les défenseurs des enfants ; les organisations de la société civile ; les associations de parents ; et les réseaux professionnels : médecins, enseignants, bureaux d aide sociale, santé, justice, personnes s occupant d enfants, par exemple. Les partenariats publics et privés sont un moyen particulièrement fructueux de soutenir la campagne en contribuant à la sensibilisation du public grâce à leurs propres circuits soit pour faire passer des messages, soit pour financer l adaptation, la production et la diffusion des supports de sensibilisation. Les partenaires de la campagne sont encouragés à établir des partenariats publics ou privés avec les ministères, les autorités nationales et locales, les médias, les maisons d édition, les entreprises de transports publics et d autres partenaires privés. Il existe de nombreuses méthodes innovantes de collecte de fonds ; cette activité peut être menée grâce à des réseaux, partenariats et alliances déjà constitués ou nouvellement créés. Les initiatives en la matière ne doivent, cependant, pas sortir du cadre et des buts de la Campagne UN sur CINQ ; elles doivent servir à promouvoir la signature, la ratification et la mise en œuvre effective de la Convention de Lanzarote. COMMENT DEVENIR UN PARTENAIRE OFFICIEL DE LA CAMPAGNE? Faire campagne en coopération avec le Conseil de l'europe est un processus comportant plusieurs étapes et il convient de garder à l esprit quelques points très importants. Avant de faire d un organisme un partenaire officiel de la campagne, le Conseil de l'europe peut lui demander des informations complémentaires afin d évaluer sa capacité d ensemble à promouvoir la campagne. 2

3 Un «Accord de partenariat» qui décrit les modalités de coopération avec le Conseil de l'europe doit être signé par ceux qui souhaitent lancer une campagne. Une copie signée de cet accord, renvoyée au Conseil de l'europe pour contresignature, engage le partenaire de la campagne à respecter les instructions qui régissent l utilisation du matériel du Conseil de l'europe, protégé par des droits d auteur. Le Conseil de l'europe conclut cette étape en envoyant au partenaire de la campagne lesdites instructions tout en lui accordant l autorisation de promouvoir et d adapter le matériel de l Organisation. Le Secrétariat du Conseil de l'europe est prêt à examiner tous les plans de campagne, à apporter des conseils avant, pendant et après la campagne et à donner des exemples d initiatives de campagne officielle UN sur CINQ en cours ou déjà menées à bonne fin. Veuillez nous contacter à l adresse électronique LOGO, MATERIELS ET OUTILS DE SENSIBILISATION DE LA CAMPAGNE Le logo UN sur CINQ (cinq fleurs sur un carré bleu) est l identité visuelle de la campagne. Un certain nombre d illustrations de l artiste espagnole Gemma Aguasca Solé sont aussi disponibles pour accompagner certains des principaux messages de la campagne. Le manque d outils à la disposition des parents et des professionnels pour aborder la question avec les jeunes enfants constitue l un des principaux obstacles à une prévention efficace de la violence sexuelle. Le Conseil de l'europe a demandé à l Agence de publicité internationale GREY Amsterdam de concevoir un outil approprié. Partie intégrante, désormais, de la Campagne UN sur CINQ, la règle «on ne touche pas ici», avec ses personnages Kiko et la Main, aide les parents et les personnes s occupant d enfants à parler aux enfants, d une manière concrète et adaptée à leur âge, de leur droit de fixer eux-mêmes les limites de leur intimité et de dire «Non» ainsi que des moyens d obtenir de l aide. Une large gamme de supports, correspondant aux divers messages et groupes cibles, est disponible sur le site web de la campagne et peut être utilisée, en tenant compte des instructions sur l emploi du matériel, par toute organisation, groupe ou individu désireux de promouvoir la campagne. Le matériel disponible comprend : les objectifs et la présentation générale de la Campagne UN sur CINQ ; le texte de la Convention de Lanzarote ainsi que les guides et brochures sur la convention qui aident les partenaires de la campagne à militer en faveur de la signature, de la ratification et de la mise en œuvre de cet instrument juridique ; les publications, rapports et études thématiques qui mettent en évidence l état de la recherche, les bonnes pratiques et les moyens novateurs de combattre la violence sexuelle à l égard des enfants, qu elle se manifeste sous la forme d exploitation sexuelle, de sollicitation à des fins sexuelles («grooming»), de sévices sexuels ou de traite ; le matériel conçu à l usage d autres groupes particuliers (parlementaires, médias, enseignants, travailleurs sociaux, autorités locales, etc.) ; Tous ces supports sont disponibles sur la page web de la Campagne UN sur CINQ à l adresse Dans le cadre de la règle «on ne touche pas ici», le matériel de sensibilisation est présenté sous les formes suivantes : un guide destiné aux parents pour les aider à expliquer à leurs enfants quelles sont les parties de leur corps où l on ne doit pas essayer de les toucher, comment réagir et auprès de qui chercher de l aide ; 3

4 un livre pour enfants intitulé KIKO ET LA MAIN que les parents peuvent lire à leurs enfants âgés de 4 à 7 ans. Le livre comprend 20 pages et est disponible en ligne via Issuu : ; des affiches et des cartes postales : 4 affiches et imprimés différents peuvent être téléchargés sur le site web : ; le jeu Kiko : activités et jeux amusants pour les enfants ; la carte Kiko pour recueillir les signatures des personnes soutenant la campagne ; un spot télévisé : un dessin animé de 30 secondes mettant en scène les personnages Kiko et la Main : L ensemble des matériels de sensibilisation est disponible sur le site web consacré à la règle «on ne touche pas ici» : MESSAGES CLES Voici quelques-uns des principaux messages véhiculés par les outils de sensibilisation : Près d un enfant sur cinq est victime d abus sexuels, commis le plus souvent par quelqu un qu il connaît : empêchez que cela arrive à votre propre enfant ; Ecoutez votre enfant et soyez réceptif à ce qu il ressent ; Apprenez-lui la Règle «On ne touche pas ici». Une règle simple qui dit clairement où il est permis et où il est interdit de le toucher. Les autres messages sont : Les bons secrets vous rendent heureux. Pas les mauvais. Parlez à vos enfants et assurez-vous qu ils se confient à vous. Si tu n aimes pas qu on te touche, c est que ce n est pas bien. TRADUCTION DES MATERIELS DE CAMPAGNE Plusieurs versions linguistiques des matériels de campagne existent déjà. Toute nouvelle traduction ne peut être entreprise qu avec l autorisation du Conseil de l'europe et en coopération avec lui. Les partenaires sont invités à prouver leur capacité d assurer la qualité en matière de traduction/préparation du texte pour la publication et/ou correction des épreuves. Le Conseil de l'europe se réserve le droit d approuver in fine les matériels traduits. Pour savoir quelles versions linguistiques des matériels de campagne existent déjà, veuillez consulter la page web ou adresser une demande à l adresse INSTRUCTIONS POUR L UTILISATION DES MATERIELS Le support relatif à la Règle «On ne touche pas ici» est protégé par des droits d auteur et toute modification non autorisée du logo, des imprimés, des illustrations et du spot télévisé est strictement interdite. L utilisation et l adaptation de ces matériels requièrent l accord préalable du Conseil de l'europe. Les partenaires de la campagne doivent prendre bonne note de ce qui suit : Logo UN sur CINQ Le logo est disponible en haute et basse résolution dans plusieurs langues et les formats peuvent être envoyés pour adaptation dans d autres langues. 4

5 Illustrations L emploi des illustrations de la campagne fait l objet d instructions distinctes qui, sur demande, peuvent être envoyées aux partenaires de la campagne. Imprimés (le livre pour enfants KIKO ET LA MAIN, le guide destiné aux parents, les affiches et les cartes postales). Une fois définis les besoins des partenaires de la campagne, le Conseil de l'europe peut adapter ces matériels. Il peut envoyer aux partenaires de la campagne des fichiers PDF des supports demandés pour impression dans d autres pays. Spot télévisé Toutes les adaptations du spot télévisé sont effectuées par le Conseil de l'europe et les demandes d adaptation du spot télévisé en vue de sa diffusion à la télévision, au cinéma, etc. peuvent être adressées aux partenaires de la campagne dans des formats appropriés. EN RESUME Les matériels de campagne ne peuvent être diffusés qu avec l autorisation expresse du Conseil de l'europe. Les pages web de la Campagne UN sur CINQ et de la règle «on ne touche pas ici» montrant des images ou des supports de campagne ne peuvent être publiées, diffusées ou imprimées qu avec l autorisation expresse du Conseil de l'europe. Les matériels de campagne adaptés ne peuvent être publiés qu avec l accord du Conseil de l'europe. Une campagne ne devrait pas être lancée avant que les organisateurs aient pris contact et conclu un accord avec le Conseil de l'europe. * * * COMMENT REUSSIR UNE CAMPAGNE? Organiser une campagne, c est vouloir faire bouger les choses et, dans le cas de la Campagne UN sur CINQ du Conseil de l'europe pour combattre la violence sexuelle à l égard des enfants, l objectif est de sensibiliser l opinion et de favoriser une évolution positive durable de la situation pour le bien-être des enfants et des jeunes. Sont données ci-dessous quelques indications pour faciliter le déroulement de la campagne. ETABLISSEMENT D UN LARGE CADRE DE CAMPAGNE La campagne devrait être lancée et mise en œuvre dans un large cadre national. Il faut donc concevoir des stratégies nationales en gardant à l esprit ce qui suit : Il faut consacrer suffisamment de temps à la planification, à l étude des aspects sociaux, culturels et politiques de la violence sexuelle à l égard des enfants et à la collecte d informations nationales (recherche, rapports, politiques et programmes, par exemple). Il convient de procéder à une évaluation du cadre juridique et politique national concernant la signature, la ratification et la mise en œuvre de la Convention de Lanzarote. 5

6 PARTENAIRES DE CAMPAGNE Il peut être utile de conclure des accords de partenariat définissant les buts et objectifs de la campagne et présentant un plan de mise en œuvre. Les objectifs de la campagne doivent être clairs, précis et réalistes et faire l unanimité parmi les partenaires qui collaborent à la promotion de la campagne. Il convient de définir clairement ce que les partenaires attendent les uns des autres et pour quelles activités ils sont à la recherche de synergies et de valeur ajoutée. Afin d optimiser le potentiel de la campagne, la collaboration devrait toujours rassembler une multiplicité de partenaires et de disciplines recouvrant divers domaines de compétence, de connaissances et d expérience. Si un même but unit les partenaires, la collaboration peut s avérer très fructueuse. Il est donc important de s exprimer d une seule voix, de mettre en commun les ressources et d adopter une stratégie coordonnée. PLANIFICATION DE LA CAMPAGNE Après avoir défini une vision et fixé d un commun accord une stratégie, il faut élaborer un plan de campagne qui soit «SMART» (intelligent), à savoir Spécifique, Mesurable, Atteignable, Raisonnable et Temporellement défini (Specific, Measurable Achievable, Realistic and Time bound), en gardant à l esprit : les actions prioritaires à court et à long termes pour atteindre les buts de la campagne ; la participation d acteurs stratégiques et puissants (décideurs, réseaux de la société civile, associations professionnelles, guides d opinion, partenaires du secteur privé, etc.) ; l utilité de mobiliser et d exploiter les ressources de campagne (humaines, budgétaires, matérielles) ; l élaboration d un plan de communication adapté et de messages ciblés en fonction des publics ; comment et quand évaluer et célébrer les succès obtenus. FINANCEMENT DE LA CAMPAGNE Si l on veut toucher les 150 millions d enfants des Etats membres du Conseil de l'europe et leurs parents, il faut diffuser largement les supports de sensibilisation. Le Conseil de l'europe n est malheureusement pas en mesure de fournir les fonds nécessaires. Ses partenaires de campagne officiels ont, toutefois, la possibilité de demander une lettre de recommandation qui peut faciliter la recherche de fonds pour la production de matériels dans les Etats membres. Cette démarche est possible une fois que le plan de campagne proprement dit est établi. C est utile pour entrer en relation avec des bailleurs de fonds potentiels comme les ministères ou d autres organes gouvernementaux ou encore des institutions privées ou publiques. GESTION DE LA CAMPAGNE La gestion et la coordination d une campagne devraient inclure : la gestion du budget ; la documentation et la communication interne, les rôles et responsabilités au sein de l équipe de campagne ; une communication aisée et un partage des responsabilités et des rôles au sein des réseaux et plateformes d ONG ; 6

7 une promotion active de la campagne par une prise de contact avec divers organes officiels et institutions pour s assurer leur soutien ; des démarches auprès des chaînes de télévision, des stations de radio et des journaux pour obtenir une couverture médiatique ; l organisation d une «conférence de presse», l invitation de représentants des médias et la présentation de la campagne et des futures activités. ACTIVITES DE COMMUNICATION Sauvegarder et archiver tous les documents et articles des médias couvrant la campagne. Constituer un dossier de presse/médias regroupant tout ce qui a été publié en rapport avec la campagne ; prendre des photos et produire des vidéos lors de l organisation d événements et d activités ; le matériel audiovisuel peut être utilisé sur les sites web, les réseaux et médias sociaux, les blogs, etc. SUIVI ET EVALUATION Suivre les progrès de la campagne et évaluer dans quelle mesure les objectifs de la campagne sont atteints représentent la phase la plus importante du déroulement de la campagne. Néanmoins, lorsque la campagne bat son plein, le suivi et l évaluation peuvent avoir, pour les responsables de la campagne, un degré de priorité faible. Voici quelques exemples de suivi et d évaluation de la campagne : retour d informations ; formulaires et instruments d auto-évaluation ; décompte du nombre de supports de campagne distribués ; analyses et informations concernant le pourcentage de groupes cibles qui ont eu recours aux matériels de campagne et leurs réactions ; détermination du nombre de visiteurs sur le site web de la campagne nationale et informations générales les concernant ; description d initiatives et de moyens de campagne novateurs par un nombre déterminé de bénévoles ; analyses de la couverture des médias et de son impact dans la promotion des buts de la campagne ; changements politiques et législatifs favorisant les buts de la campagne ; exemples concrets et témoignages de mise en œuvre efficace de la législation. Après avoir évalué la campagne, il convient d établir un rapport sur les succès de la campagne : ce document devrait reconnaître les contributions des participants et acteurs clés qui se sont engagés à promouvoir la campagne. Il devrait aussi décrire l évolution de la campagne : comment elle a commencé et comment elle s est déroulée phase par phase. Le Conseil de l'europe apprécierait que le rapport en question et les succès enregistrés lui soient communiqués. Le site web de la campagne (www.coe.int/1in5) est constamment mis à jour et contient toutes les coordonnées, informations et matériels nécessaires pour organiser une campagne ou une activité de sensibilisation au niveau national. Ce site web contient aussi des liens vers plusieurs autres sites web de la campagne et des rapports sur les projets et progrès réalisés. 7

8 CONTACTER LE CONSEIL DE L EUROPE POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS Programme du Conseil de l'europe : «Construire une Europe pour et avec les enfants» F Strasbourg Site web : Adresse électronique : Fax : +33.(0) Dimension parlementaire de la campagne Secrétariat de l APCE : Commission des questions sociales, de la santé et de la famille Conseil de l'europe F Strasbourg Site web : Adresse électronique : Fax : +33.(0)

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL

GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL 1 Guide pour l établissement d un PEL Qu est-ce que le Portfolio européen des langues? Le PEL est un instrument permettant aux personnes qui étudient ou ont étudié

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

Idées de campagnes pour Mardi je donne. Boîte à outils pour les organismes de bienfaisance

Idées de campagnes pour Mardi je donne. Boîte à outils pour les organismes de bienfaisance Idées de campagnes pour Mardi je donne Boîte à outils pour les organismes de bienfaisance Choisir un objectif pour Mardi je donne constitue la première étape d une campagne fructueuse. Voici quelques idées

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

FORMULAIRE DE NOMINATION POUR LE PRIX INNOVATION MARKETING

FORMULAIRE DE NOMINATION POUR LE PRIX INNOVATION MARKETING FORMULAIRE DE NOMINATION POUR LE PRIX INNOVATION MARKETING Le prix INNOVATION MARKETING honorera une personne, un organisme, un regroupement ou une municipalité qui aura mené une campagne de promotion

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Adoptée le 31 mars 2006 Table des matières Introduction 3 Contexte 3 Engagements d Arrimage (principes directeurs) 4 Objectifs 5 Clientèle visée et champs de formation 6

Plus en détail

Programme Mémoire du monde de l UNESCO. Directives concernant l utilisation du logo

Programme Mémoire du monde de l UNESCO. Directives concernant l utilisation du logo CONSIDERATIONS GÉNÉRALES Programme Mémoire du monde de l UNESCO Directives concernant l utilisation du logo Afin de mettre en évidence leur lien avec l UNESCO, les comités régionaux ou nationaux du Programme

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Programme Jeunesse 2007-2013 Jeunesse en Action

Programme Jeunesse 2007-2013 Jeunesse en Action Programme Jeunesse 2007-2013 Jeunesse en Action 1 Les objectifs : Promotion de la citoyenneté active des jeunes en général et de leur citoyenneté européenne en particulier; Développement de la solidarité

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II. PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II Les programmes de bourses et de formation examinés dans le présent chapitre ont été instaurés par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits

Plus en détail

Troisième session Siège de l UNESCO, Paris, Salle XI 28-30 septembre 2015

Troisième session Siège de l UNESCO, Paris, Salle XI 28-30 septembre 2015 3 SC C70/15/3.SC/7 Paris, juillet 2015 Original : anglais Distribution limitée Troisième session du Comité subsidiaire de la Réunion des États parties à la Convention concernant les mesures à prendre pour

Plus en détail

MANUEL DE LA COMMISSION RELATIONS PUBLIQUES DU CLUB

MANUEL DE LA COMMISSION RELATIONS PUBLIQUES DU CLUB MANUEL DE LA COMMISSION RELATIONS PUBLIQUES DU CLUB 226-FR (706) C Cette édition 2006 sera utilisée pour les années 2007-2008, 2008-2009 et 2009-2010. Les informations contenues dans cette publication

Plus en détail

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT CBD CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/COP/3/4 Le 18 septembre 1996 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Troisième

Plus en détail

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE PAGE DE GARDE DU FORMULAIRE DE DEMANDE NOM DE LA JURIDICTION : TITRE DU PROGRAMME : CITE/VILLAGE : ETAT/ PROVINCE/PAYS : DIRECTEUR DU PROGRAMME : ADRESSE

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

Safer Internet Day - Dossier de présentation

Safer Internet Day - Dossier de présentation Safer Internet Day - Dossier de présentation UN MOIS D ACTIONS POUR APPRENDRE A MAITRISER SON IMAGE EN LIGNE 1 Safer Internet Day 2010 9 février 2010 Le Safer Internet Day - Journée pour un Internet plus

Plus en détail

PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE (COMEDAF IV+) 11-13 MAI 2011 NAIROBI (KENYA)

PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE (COMEDAF IV+) 11-13 MAI 2011 NAIROBI (KENYA) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 251 11 5517700 Fax: 251 11 5 517844 website: www.africa-union.org DEPARTEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA

Plus en détail

CAMPAGNE DE COMMUNICATION 2014-2015

CAMPAGNE DE COMMUNICATION 2014-2015 CAMPAGNE DE COMMUNICATION 2014-2015 Développer la notoriété de l association en valorisant le rôle spécifique du papier au cœur des échanges sociétaux d aujourd hui et de demain. AVEC QUI AVEZ-VOUS PASSÉ

Plus en détail

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Réussir sa collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 MENU // P.3 P.6 INTRODUCTION COLLECTER TOUT AU LONG DE L ANNÉE Étape 1 : Offrir la possibilité de vous soutenir tout au long de

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/CONF.5/1 17 mars 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUES

Plus en détail

2 e escale : plan d action (partie 2)

2 e escale : plan d action (partie 2) 2 e escale : plan d action (partie 2) 10- Activités à mettre sur pied Au cours de la réalisation de votre projet, vous serez amené à mettre sur pied une ou plusieurs activités de sensibilisation, de financement

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

La légalité du marketing viral

La légalité du marketing viral Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Le SPF Economie vous informe! La légalité du marketing viral La légalité du marketing viral Auteur et traduction La version d origine

Plus en détail

LE 28 NOVEMBRE 2015. Un événement qui soutient les petites entreprises et qui encourage le commerce local

LE 28 NOVEMBRE 2015. Un événement qui soutient les petites entreprises et qui encourage le commerce local LE 28 NOVEMBRE 2015 Un événement qui soutient les petites entreprises et qui encourage le commerce local Participez gratuitement en tant que commerçant, association de commerçants ou consommateur. Joignez-vous

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse La période prise en compte s'étend du 1 er septembre 2009 au 1 er septembre 2010 Donner autant d exemples que possibles

Plus en détail

Obtenez la licence. d information-communication de l université Bordeaux 3 (France) Université Galatasaray

Obtenez la licence. d information-communication de l université Bordeaux 3 (France) Université Galatasaray Obtenez la licence d information-communication de l université Bordeaux 3 (France) Université Galatasaray Bordeaux 3 en bref Un double cursus franco-turc dans votre université Avec plus de 15 000 étudiants,

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE Fonction de service émergente NUEL PROFESSIONNEL (dont la mutualisation entre CPIE ou structures locales pourrait être pertinente) COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE P R É A L A B L E À L A M I S

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Ébauche datée du 22 mai 2002 Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada,

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives 1 Ce document a été réalisé par la Direction du développement régional et de l économie sociale du ministère des Affaires municipales,

Plus en détail

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace LA SÉCURITÉ DES CITOYENS PAR LA PROTECTION DES VICTIMES DE LA CRIMINALITÉ DANS L UE UE Muriel RAMBOUR Université de Haute-Alsace 18 mai 2011 présentation par la Commission européenne de ses propositions

Plus en détail

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Descriptif : Mise en place d une campagne de communication visant à promouvoir

Plus en détail

Des solutions adaptées à vos besoins! PORTFOLIO COMMUNICATION ET MARKETING

Des solutions adaptées à vos besoins! PORTFOLIO COMMUNICATION ET MARKETING Des solutions adaptées à vos besoins! FONDÉE EN MAI 2012, VOICI QUELQUES-UNES DE NOS RÉALISATIONS. FONDATION DOCTEUR-JACQUES-PARADIS PROJET : BORÉAL SUPER 8, ÉDITION 2013 ET 2014 Plan de communication,

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1 Grille rentrée 2010 / 11 GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU / = Palier 1 Depuis 2006, le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) a été adopté dans les programmes de Langues

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

PLAN D INFORMATION ET DE COMMUNICATION

PLAN D INFORMATION ET DE COMMUNICATION PLAN D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Programme Opérationnel ITALIE-FRANCE MARITIME 2007 2013 Sommaire 1. Préambule 3 2. Objectifs et destinataires 4 3. Stratégie 6 4. Actions de communication 9 5. Calendrier

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

ISO 9001:2015 mode d emploi

ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 est une norme qui établit les exigences relatives à un système de management de la qualité. Elle aide les entreprises et organismes à gagner en efficacité

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise?

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? 4 Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? à quoi sert une newsletter? Objectifs et atouts Fabriquer sa newsletter Gérer vos envois

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137 N 137 NOVEMBRE 2011 LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE HISTOIRE ET TUIC SÉANCES D APPRENTISSAGE nombre de séances 5 durée de l activité 4h30 Séance 1 : le départ des soldats à la guerre en 1914 (durée : 1 heure)

Plus en détail

Aspirations et valeurs

Aspirations et valeurs Communiquer avec les électeurs Un exposé consiste d'un énoncé de cinq à sept paragraphes qui offre une rationale complète et cohérente en faveur du candidat et qui établit un lien entre l'histoire personnelle

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

SPONSORING DES SÉMINAIRES ET FORMATIONS DE L UIA

SPONSORING DES SÉMINAIRES ET FORMATIONS DE L UIA SPONSORING DES SÉMINAIRES ET FORMATIONS DE L UIA UIA 25 rue du Jour 75001 Paris France T +33 1 44 88 55 66 F +33 1 44 88 55 77 uiacentre@uianet.org www.uianet.org L UIA, une valeur sûre PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF

Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF Spécialiste en relations publiques avec brevet fédéral BF Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF Spécialiste en relations publiques avec brevet fédéral BF Le ou la spécialiste

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : TV5MONDE joue la diversité Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l'école,

Plus en détail

Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada

Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada PROJETS Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada, 2011 N o de catalogue

Plus en détail

marmaille des musées à vivre en famille! Plan d actions de communication et de promotion 2016

marmaille des musées à vivre en famille! Plan d actions de communication et de promotion 2016 & marmaille des musées à vivre en famille! co Plan d actions de communication et de promotion 2016 Communication globale Communication globale Axe 1: Papier Création, impression et diffusion d une brochure

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015

Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015 Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015 Introduction Le présent document d analyse met en exergue quelques éléments clés du suivi et de l

Plus en détail

Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour

Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour Aperçu du processus de consultation et d engagement Société financière internationale 26 août 2009

Plus en détail

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Durant cette session le Conseil national traitera plusieurs infractions concernant les droits de l enfant. Le postulat Bilan de la mise

Plus en détail

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud Thèmes : la famille, les rapports avec les autres. Parcours niveaux B1 : en bref Après une mise en route autour

Plus en détail

Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC)

Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC) Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC) I. Rappel 1. Pourquoi a. permettre aux utilisateurs de tirer effectivement profit de l accessibilité accrue

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Programme d Initiatives Spécifiques

Programme d Initiatives Spécifiques . Programme d Initiatives Spécifiques Appel à projets 2015 Thématique : Activités citoyennes Territoire de la commission subrégionale du Sud Luxembourg PROGRAMME FSE 2014-2020 PROGRAMME D INITIATIVES SPECIFIQUES

Plus en détail

3. Exemple de budgets ventilés

3. Exemple de budgets ventilés 3. Exemple de budgets ventilés La présente section donne des exemples de divers genres de postes budgétaires que vous pouvez utiliser lorsque vous présentez votre projet à un donateur. Le premier exemple

Plus en détail

Le droit d auteur, les normes et l Internet

Le droit d auteur, les normes et l Internet Le droit d auteur, les normes et l Internet En bref L Internet a facilité la possibilité de trouver et d obtenir des Normes internationales ISO et CEI. Cette brochure a pour but d aider les utilisateurs

Plus en détail

Apple Music. Guide d utilisation pour les affiliés. Juin 2015

Apple Music. Guide d utilisation pour les affiliés. Juin 2015 Apple Music Aperçu La clef d une campagne marketing de qualité réside en un message clair et efficace. Pour vous assurer de respecter les conditions définies par Apple et d obtenir des retombées significatives,

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen QUESTIONNAIRE CONCERNANT LES INSTANCES PARLEMENTAIRES POUR LE COMMERCE INTERNATIONAL Voyant

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

VOUS ÊTES MEMBRE? SACD et Scam, vade-mecum et liens essentiels. La Maison des Auteurs abrite la SACD, la Scam, la SOFAM et deauteurs.

VOUS ÊTES MEMBRE? SACD et Scam, vade-mecum et liens essentiels. La Maison des Auteurs abrite la SACD, la Scam, la SOFAM et deauteurs. VOUS ÊTES MEMBRE? SACD et Scam, vade-mecum et liens essentiels La Maison des Auteurs abrite la SACD, la Scam, la SOFAM et deauteurs. Elle est située au 87, rue du Prince Royal 1050 Bruxelles T. +32(2)

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION DE CONSULTATION SUR LA SANCTION DES DROITS. Genève, 11 13 septembre 2002

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION DE CONSULTATION SUR LA SANCTION DES DROITS. Genève, 11 13 septembre 2002 OMPI WIPO/CME/INF/1 ORIGINAL : anglais DATE : 5 juillet 2002 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION DE CONSULTATION SUR LA SANCTION DES DROITS Genève, 11 13 septembre 2002

Plus en détail