UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE"

Transcription

1 UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La Campagne UN sur CINQ a été lancée à Rome (Italie) les 29 et 30 novembre La campagne a pour objectif de relever le niveau d engagement et d action nécessaire pour mettre fin à la violence sexuelle à l égard des enfants. Par ce biais, le Conseil de l'europe veut donner des moyens d agir aux gouvernements, aux parlements, aux réseaux professionnels, aux universitaires, aux milieux d affaires, à la société civile, aux parents et aux enfants de manière à ce qu ils prennent les mesures voulues pour mettre un terme à la violence sexuelle à l égard des enfants. Le but de la campagne est double : promouvoir la signature, la ratification et la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l'europe sur la protection des enfants contre l exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote) ; sensibiliser les enfants, les familles et les personnes s occupant d enfants à l étendue des violences sexuelles infligées aux enfants et les doter des connaissances et des outils de prévention et de signalement nécessaires. QUI DIRIGE LA CAMPAGNE? Au niveau international, la campagne est coordonnée par l équipe du Conseil de l'europe chargée du Programme «Construire une Europe pour et avec les enfants». L équipe du Conseil de l'europe soutient le déroulement de la campagne à l échelon national. Ce soutien comporte : des conseils sur la façon de constituer une équipe de campagne ; des conseils et un soutien aux partenaires du Conseil de l'europe dans la campagne ; l autorisation d utiliser, entre autres, le matériel et le logo de la campagne ; l aide à la production de supports de sensibilisation dans la/les langue(s) des différents pays ; la mise à disposition de services d experts destinés à faciliter la ratification et la mise en œuvre de la Convention de Lanzarote.

2 DIMENSION PARLEMENTAIRE DE LA CAMPAGNE L Assemblée parlementaire du Conseil de l'europe (APCE) a créé un réseau actif de parlementaires de référence pour encourager la ratification de la Convention de Lanzarote. Un manuel a été publié pour sensibiliser les parlementaires à la Convention. Le Secrétariat de l APCE coordonne la dimension parlementaire de la campagne. Pour des informations complémentaires, veuillez consulter le site : PARTENAIRES DE LA CAMPAGNE Le Conseil de l'europe espère toucher le public le plus vaste possible et se félicite, par conséquent, de sa large assise partenariale : des gouvernements, ministères et parlements nationaux aux associations locales de la société civile et aux réseaux professionnels. La Campagne UN sur CINQ s attache à promouvoir la voix des enfants et des jeunes, de manière à ce qu elle soit entendue et pleinement prise en compte ; c est là une autre caractéristique tout aussi importante de la campagne. Les partenaires de la campagne sont encouragés à faire en sorte que cet engagement soit honoré dans leur propre campagne. Les gouvernements doivent non seulement axer la campagne sur les parents, les personnes s occupant d enfants et les enfants eux-mêmes mais ils sont aussi encouragés à constituer des équipes de campagne comprenant les acteurs concernés ci-après : les ministères responsables des affaires sociales, de la justice, de la santé, de l éducation, de l enfance et de la jeunesse, des technologies de l information et de la communication ; les parlements et parlementaires ; les autorités locales et régionales ; les défenseurs des enfants ; les organisations de la société civile ; les associations de parents ; et les réseaux professionnels : médecins, enseignants, bureaux d aide sociale, santé, justice, personnes s occupant d enfants, par exemple. Les partenariats publics et privés sont un moyen particulièrement fructueux de soutenir la campagne en contribuant à la sensibilisation du public grâce à leurs propres circuits soit pour faire passer des messages, soit pour financer l adaptation, la production et la diffusion des supports de sensibilisation. Les partenaires de la campagne sont encouragés à établir des partenariats publics ou privés avec les ministères, les autorités nationales et locales, les médias, les maisons d édition, les entreprises de transports publics et d autres partenaires privés. Il existe de nombreuses méthodes innovantes de collecte de fonds ; cette activité peut être menée grâce à des réseaux, partenariats et alliances déjà constitués ou nouvellement créés. Les initiatives en la matière ne doivent, cependant, pas sortir du cadre et des buts de la Campagne UN sur CINQ ; elles doivent servir à promouvoir la signature, la ratification et la mise en œuvre effective de la Convention de Lanzarote. COMMENT DEVENIR UN PARTENAIRE OFFICIEL DE LA CAMPAGNE? Faire campagne en coopération avec le Conseil de l'europe est un processus comportant plusieurs étapes et il convient de garder à l esprit quelques points très importants. Avant de faire d un organisme un partenaire officiel de la campagne, le Conseil de l'europe peut lui demander des informations complémentaires afin d évaluer sa capacité d ensemble à promouvoir la campagne. 2

3 Un «Accord de partenariat» qui décrit les modalités de coopération avec le Conseil de l'europe doit être signé par ceux qui souhaitent lancer une campagne. Une copie signée de cet accord, renvoyée au Conseil de l'europe pour contresignature, engage le partenaire de la campagne à respecter les instructions qui régissent l utilisation du matériel du Conseil de l'europe, protégé par des droits d auteur. Le Conseil de l'europe conclut cette étape en envoyant au partenaire de la campagne lesdites instructions tout en lui accordant l autorisation de promouvoir et d adapter le matériel de l Organisation. Le Secrétariat du Conseil de l'europe est prêt à examiner tous les plans de campagne, à apporter des conseils avant, pendant et après la campagne et à donner des exemples d initiatives de campagne officielle UN sur CINQ en cours ou déjà menées à bonne fin. Veuillez nous contacter à l adresse électronique LOGO, MATERIELS ET OUTILS DE SENSIBILISATION DE LA CAMPAGNE Le logo UN sur CINQ (cinq fleurs sur un carré bleu) est l identité visuelle de la campagne. Un certain nombre d illustrations de l artiste espagnole Gemma Aguasca Solé sont aussi disponibles pour accompagner certains des principaux messages de la campagne. Le manque d outils à la disposition des parents et des professionnels pour aborder la question avec les jeunes enfants constitue l un des principaux obstacles à une prévention efficace de la violence sexuelle. Le Conseil de l'europe a demandé à l Agence de publicité internationale GREY Amsterdam de concevoir un outil approprié. Partie intégrante, désormais, de la Campagne UN sur CINQ, la règle «on ne touche pas ici», avec ses personnages Kiko et la Main, aide les parents et les personnes s occupant d enfants à parler aux enfants, d une manière concrète et adaptée à leur âge, de leur droit de fixer eux-mêmes les limites de leur intimité et de dire «Non» ainsi que des moyens d obtenir de l aide. Une large gamme de supports, correspondant aux divers messages et groupes cibles, est disponible sur le site web de la campagne et peut être utilisée, en tenant compte des instructions sur l emploi du matériel, par toute organisation, groupe ou individu désireux de promouvoir la campagne. Le matériel disponible comprend : les objectifs et la présentation générale de la Campagne UN sur CINQ ; le texte de la Convention de Lanzarote ainsi que les guides et brochures sur la convention qui aident les partenaires de la campagne à militer en faveur de la signature, de la ratification et de la mise en œuvre de cet instrument juridique ; les publications, rapports et études thématiques qui mettent en évidence l état de la recherche, les bonnes pratiques et les moyens novateurs de combattre la violence sexuelle à l égard des enfants, qu elle se manifeste sous la forme d exploitation sexuelle, de sollicitation à des fins sexuelles («grooming»), de sévices sexuels ou de traite ; le matériel conçu à l usage d autres groupes particuliers (parlementaires, médias, enseignants, travailleurs sociaux, autorités locales, etc.) ; Tous ces supports sont disponibles sur la page web de la Campagne UN sur CINQ à l adresse Dans le cadre de la règle «on ne touche pas ici», le matériel de sensibilisation est présenté sous les formes suivantes : un guide destiné aux parents pour les aider à expliquer à leurs enfants quelles sont les parties de leur corps où l on ne doit pas essayer de les toucher, comment réagir et auprès de qui chercher de l aide ; 3

4 un livre pour enfants intitulé KIKO ET LA MAIN que les parents peuvent lire à leurs enfants âgés de 4 à 7 ans. Le livre comprend 20 pages et est disponible en ligne via Issuu : ; des affiches et des cartes postales : 4 affiches et imprimés différents peuvent être téléchargés sur le site web : ; le jeu Kiko : activités et jeux amusants pour les enfants ; la carte Kiko pour recueillir les signatures des personnes soutenant la campagne ; un spot télévisé : un dessin animé de 30 secondes mettant en scène les personnages Kiko et la Main : L ensemble des matériels de sensibilisation est disponible sur le site web consacré à la règle «on ne touche pas ici» : MESSAGES CLES Voici quelques-uns des principaux messages véhiculés par les outils de sensibilisation : Près d un enfant sur cinq est victime d abus sexuels, commis le plus souvent par quelqu un qu il connaît : empêchez que cela arrive à votre propre enfant ; Ecoutez votre enfant et soyez réceptif à ce qu il ressent ; Apprenez-lui la Règle «On ne touche pas ici». Une règle simple qui dit clairement où il est permis et où il est interdit de le toucher. Les autres messages sont : Les bons secrets vous rendent heureux. Pas les mauvais. Parlez à vos enfants et assurez-vous qu ils se confient à vous. Si tu n aimes pas qu on te touche, c est que ce n est pas bien. TRADUCTION DES MATERIELS DE CAMPAGNE Plusieurs versions linguistiques des matériels de campagne existent déjà. Toute nouvelle traduction ne peut être entreprise qu avec l autorisation du Conseil de l'europe et en coopération avec lui. Les partenaires sont invités à prouver leur capacité d assurer la qualité en matière de traduction/préparation du texte pour la publication et/ou correction des épreuves. Le Conseil de l'europe se réserve le droit d approuver in fine les matériels traduits. Pour savoir quelles versions linguistiques des matériels de campagne existent déjà, veuillez consulter la page web ou adresser une demande à l adresse INSTRUCTIONS POUR L UTILISATION DES MATERIELS Le support relatif à la Règle «On ne touche pas ici» est protégé par des droits d auteur et toute modification non autorisée du logo, des imprimés, des illustrations et du spot télévisé est strictement interdite. L utilisation et l adaptation de ces matériels requièrent l accord préalable du Conseil de l'europe. Les partenaires de la campagne doivent prendre bonne note de ce qui suit : Logo UN sur CINQ Le logo est disponible en haute et basse résolution dans plusieurs langues et les formats peuvent être envoyés pour adaptation dans d autres langues. 4

5 Illustrations L emploi des illustrations de la campagne fait l objet d instructions distinctes qui, sur demande, peuvent être envoyées aux partenaires de la campagne. Imprimés (le livre pour enfants KIKO ET LA MAIN, le guide destiné aux parents, les affiches et les cartes postales). Une fois définis les besoins des partenaires de la campagne, le Conseil de l'europe peut adapter ces matériels. Il peut envoyer aux partenaires de la campagne des fichiers PDF des supports demandés pour impression dans d autres pays. Spot télévisé Toutes les adaptations du spot télévisé sont effectuées par le Conseil de l'europe et les demandes d adaptation du spot télévisé en vue de sa diffusion à la télévision, au cinéma, etc. peuvent être adressées aux partenaires de la campagne dans des formats appropriés. EN RESUME Les matériels de campagne ne peuvent être diffusés qu avec l autorisation expresse du Conseil de l'europe. Les pages web de la Campagne UN sur CINQ et de la règle «on ne touche pas ici» montrant des images ou des supports de campagne ne peuvent être publiées, diffusées ou imprimées qu avec l autorisation expresse du Conseil de l'europe. Les matériels de campagne adaptés ne peuvent être publiés qu avec l accord du Conseil de l'europe. Une campagne ne devrait pas être lancée avant que les organisateurs aient pris contact et conclu un accord avec le Conseil de l'europe. * * * COMMENT REUSSIR UNE CAMPAGNE? Organiser une campagne, c est vouloir faire bouger les choses et, dans le cas de la Campagne UN sur CINQ du Conseil de l'europe pour combattre la violence sexuelle à l égard des enfants, l objectif est de sensibiliser l opinion et de favoriser une évolution positive durable de la situation pour le bien-être des enfants et des jeunes. Sont données ci-dessous quelques indications pour faciliter le déroulement de la campagne. ETABLISSEMENT D UN LARGE CADRE DE CAMPAGNE La campagne devrait être lancée et mise en œuvre dans un large cadre national. Il faut donc concevoir des stratégies nationales en gardant à l esprit ce qui suit : Il faut consacrer suffisamment de temps à la planification, à l étude des aspects sociaux, culturels et politiques de la violence sexuelle à l égard des enfants et à la collecte d informations nationales (recherche, rapports, politiques et programmes, par exemple). Il convient de procéder à une évaluation du cadre juridique et politique national concernant la signature, la ratification et la mise en œuvre de la Convention de Lanzarote. 5

6 PARTENAIRES DE CAMPAGNE Il peut être utile de conclure des accords de partenariat définissant les buts et objectifs de la campagne et présentant un plan de mise en œuvre. Les objectifs de la campagne doivent être clairs, précis et réalistes et faire l unanimité parmi les partenaires qui collaborent à la promotion de la campagne. Il convient de définir clairement ce que les partenaires attendent les uns des autres et pour quelles activités ils sont à la recherche de synergies et de valeur ajoutée. Afin d optimiser le potentiel de la campagne, la collaboration devrait toujours rassembler une multiplicité de partenaires et de disciplines recouvrant divers domaines de compétence, de connaissances et d expérience. Si un même but unit les partenaires, la collaboration peut s avérer très fructueuse. Il est donc important de s exprimer d une seule voix, de mettre en commun les ressources et d adopter une stratégie coordonnée. PLANIFICATION DE LA CAMPAGNE Après avoir défini une vision et fixé d un commun accord une stratégie, il faut élaborer un plan de campagne qui soit «SMART» (intelligent), à savoir Spécifique, Mesurable, Atteignable, Raisonnable et Temporellement défini (Specific, Measurable Achievable, Realistic and Time bound), en gardant à l esprit : les actions prioritaires à court et à long termes pour atteindre les buts de la campagne ; la participation d acteurs stratégiques et puissants (décideurs, réseaux de la société civile, associations professionnelles, guides d opinion, partenaires du secteur privé, etc.) ; l utilité de mobiliser et d exploiter les ressources de campagne (humaines, budgétaires, matérielles) ; l élaboration d un plan de communication adapté et de messages ciblés en fonction des publics ; comment et quand évaluer et célébrer les succès obtenus. FINANCEMENT DE LA CAMPAGNE Si l on veut toucher les 150 millions d enfants des Etats membres du Conseil de l'europe et leurs parents, il faut diffuser largement les supports de sensibilisation. Le Conseil de l'europe n est malheureusement pas en mesure de fournir les fonds nécessaires. Ses partenaires de campagne officiels ont, toutefois, la possibilité de demander une lettre de recommandation qui peut faciliter la recherche de fonds pour la production de matériels dans les Etats membres. Cette démarche est possible une fois que le plan de campagne proprement dit est établi. C est utile pour entrer en relation avec des bailleurs de fonds potentiels comme les ministères ou d autres organes gouvernementaux ou encore des institutions privées ou publiques. GESTION DE LA CAMPAGNE La gestion et la coordination d une campagne devraient inclure : la gestion du budget ; la documentation et la communication interne, les rôles et responsabilités au sein de l équipe de campagne ; une communication aisée et un partage des responsabilités et des rôles au sein des réseaux et plateformes d ONG ; 6

7 une promotion active de la campagne par une prise de contact avec divers organes officiels et institutions pour s assurer leur soutien ; des démarches auprès des chaînes de télévision, des stations de radio et des journaux pour obtenir une couverture médiatique ; l organisation d une «conférence de presse», l invitation de représentants des médias et la présentation de la campagne et des futures activités. ACTIVITES DE COMMUNICATION Sauvegarder et archiver tous les documents et articles des médias couvrant la campagne. Constituer un dossier de presse/médias regroupant tout ce qui a été publié en rapport avec la campagne ; prendre des photos et produire des vidéos lors de l organisation d événements et d activités ; le matériel audiovisuel peut être utilisé sur les sites web, les réseaux et médias sociaux, les blogs, etc. SUIVI ET EVALUATION Suivre les progrès de la campagne et évaluer dans quelle mesure les objectifs de la campagne sont atteints représentent la phase la plus importante du déroulement de la campagne. Néanmoins, lorsque la campagne bat son plein, le suivi et l évaluation peuvent avoir, pour les responsables de la campagne, un degré de priorité faible. Voici quelques exemples de suivi et d évaluation de la campagne : retour d informations ; formulaires et instruments d auto-évaluation ; décompte du nombre de supports de campagne distribués ; analyses et informations concernant le pourcentage de groupes cibles qui ont eu recours aux matériels de campagne et leurs réactions ; détermination du nombre de visiteurs sur le site web de la campagne nationale et informations générales les concernant ; description d initiatives et de moyens de campagne novateurs par un nombre déterminé de bénévoles ; analyses de la couverture des médias et de son impact dans la promotion des buts de la campagne ; changements politiques et législatifs favorisant les buts de la campagne ; exemples concrets et témoignages de mise en œuvre efficace de la législation. Après avoir évalué la campagne, il convient d établir un rapport sur les succès de la campagne : ce document devrait reconnaître les contributions des participants et acteurs clés qui se sont engagés à promouvoir la campagne. Il devrait aussi décrire l évolution de la campagne : comment elle a commencé et comment elle s est déroulée phase par phase. Le Conseil de l'europe apprécierait que le rapport en question et les succès enregistrés lui soient communiqués. Le site web de la campagne (www.coe.int/1in5) est constamment mis à jour et contient toutes les coordonnées, informations et matériels nécessaires pour organiser une campagne ou une activité de sensibilisation au niveau national. Ce site web contient aussi des liens vers plusieurs autres sites web de la campagne et des rapports sur les projets et progrès réalisés. 7

8 CONTACTER LE CONSEIL DE L EUROPE POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS Programme du Conseil de l'europe : «Construire une Europe pour et avec les enfants» F Strasbourg Site web : Adresse électronique : Fax : +33.(0) Dimension parlementaire de la campagne Secrétariat de l APCE : Commission des questions sociales, de la santé et de la famille Conseil de l'europe F Strasbourg Site web : Adresse électronique : Fax : +33.(0)

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Semaine européenne de la démocratie locale

Semaine européenne de la démocratie locale Semaine européenne de la démocratie locale TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LA SEDL 8 Vos contacts 1 Le contexte général et les objectifs de la SEDL 2 Participer à la SEDL Qui et comment? 7 Les formulaires

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE PAGE DE GARDE DU FORMULAIRE DE DEMANDE NOM DE LA JURIDICTION : TITRE DU PROGRAMME : CITE/VILLAGE : ETAT/ PROVINCE/PAYS : DIRECTEUR DU PROGRAMME : ADRESSE

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Information Appel à participant e s

Information Appel à participant e s DDCP YD/NHSM (2015) 26 FR Strasbourg, le 3 décembre 2015 en coopération avec l Unité Egalité de genre Combattre le discours de haine sexiste Un séminaire réunissant des militant e s, chercheuses, chercheurs

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Programme Mémoire du monde de l UNESCO. Directives concernant l utilisation du logo

Programme Mémoire du monde de l UNESCO. Directives concernant l utilisation du logo CONSIDERATIONS GÉNÉRALES Programme Mémoire du monde de l UNESCO Directives concernant l utilisation du logo Afin de mettre en évidence leur lien avec l UNESCO, les comités régionaux ou nationaux du Programme

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire

ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire ORGANISER UNE FÊTE SCOLAIRE Guide pour le coordonnateur scolaire Il existe différentes façons pour votre école de participer au programme des Fêtes du patrimoine du Nouveau-Brunswick. Idéalement, votre

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL.

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL. Quel statut choisir? es partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SED. es associations des pouvoirs locaux et régionaux, ainsi

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA)

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 17 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.10 29 août 2011 Français

Plus en détail

STRATEGIES PROMOTIONNELLES POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES

STRATEGIES PROMOTIONNELLES POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES Conseil International des Archives Section des associations professionnelles de records management et d archivistique STRATEGIES PROMOTIONNELLES POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES Contenu 1. Introduction

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES»

CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS DE MANIFESTATIONS DE LA CAMPAGNE «ANNEE DU JARDIN 2016 ESPACE DE RENCONTRES» GARTENJAHR ANNEE DU JARDIN ANNO DEL GIARDINO ONN DAL CURTIN 2016 RAUM FÜR BEGEGNUNGEN ESPACE DE RENCONTRES SPAZIO PER INCONTRI SPAZI PER INSCUNTERS CONDITIONS GENERALES DE PARTICIPATION POUR LES ORGANISATEURS

Plus en détail

La gestion par objectifs: le développement de la qualité scolaire au Luxembourg

La gestion par objectifs: le développement de la qualité scolaire au Luxembourg La gestion par objectifs: le développement de la qualité scolaire au Luxembourg Démarche, accompagnement et outils Amina KAFAÏ-AFIF Plan de la présentation I. Démarche du développement scolaire I. 1. Démarche

Plus en détail

CLOUT Recueil de jurisprudence

CLOUT Recueil de jurisprudence CNUDCI Commission des Nations Unies pour le droit commercial international Présentation de CLOUT Recueil de jurisprudence concernant les textes de la CNUDCI Une base de données juridiques sur les décisions

Plus en détail

Afin de matérialiser la 1 ère des 21 actions concrètes contenues dans ce Plan d Action, la Commission européenne a mis au point une campagne

Afin de matérialiser la 1 ère des 21 actions concrètes contenues dans ce Plan d Action, la Commission européenne a mis au point une campagne CAMPAGNE DE PROMOTION DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE Présentation de Vlassios SFYROERAS Chef d unité adjoint Unité: Promotion des produits agricoles DG Agriculture et développement rural Commission européenne

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse»

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» 1. Objectifs supérieurs... 2 2. Candidats admis au concours... 2 3. Cadre financier... 3 4. Dépôt de la demande... 3 5. Évaluation de la demande... 3 6. Calendrier

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Assistant(e) Administratif et Financier G4 Mbuji Mayi 4 Administration et Finances OIM Kinshasa, RDC SVN 2015-14-RDC Oui Non

Assistant(e) Administratif et Financier G4 Mbuji Mayi 4 Administration et Finances OIM Kinshasa, RDC SVN 2015-14-RDC Oui Non TERMES DE REFERNCES CANDIDATURES INTERNES&EXTERNES I. RENSEIGNEMENTS SUR LE POSTE Titre Grade Lieu d affectation Tranche d ancienneté Famille d emplois Unité administrative Numéro du poste Position Classifié

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Lignes directrices sur la promotion de la campagne à l usage des pays membres

Lignes directrices sur la promotion de la campagne à l usage des pays membres Lignes directrices sur la promotion de la campagne à l usage des pays membres 1 INTRODUCTION... 2 2 POURQUOI UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION?... 2 3 THEMES DE LA CAMPAGNE... 2 4 PUBLICS CIBLES... 3 5 SITE

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Economie des Transports

Economie des Transports «Economie des Transports». Vision Macro et Stratégique La formation se situe au niveau des relations entre Transports, Territoires et Société. Différentes matières sont interactives comme celles en relation

Plus en détail

DDCP-YD/CHS (2014) 24 Strasbourg, le 16 avril 2014. Connexions

DDCP-YD/CHS (2014) 24 Strasbourg, le 16 avril 2014. Connexions DDCP-YD/CHS (2014) 24 Strasbourg, le 16 avril 2014 Connexions Stage régional de formation de formateurs et animateurs pour combattre le discours de haine par l éducation aux droits de l homme 15-19 octobre

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Pourquoi un plan de communication? Si vous voulez améliorer la qualité, l accessibilité et la gamme des services

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

PROCEDURE DE DESIGNATION

PROCEDURE DE DESIGNATION PROCEDURE DE DESIGNATION Appel à candidatures de 2015 1. À travers le programme des villes créatives, l UNESCO reconnaît l engagement manifeste des villes pour mettre la créativité au centre de leurs stratégies

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Bourse Charles Foix édition 2015 Le dossier est à retourner avant le vendredi 24 juillet 2015 à minuit par mail ou par courrier (le cachet faisant foi) à : S I L V E R V A L L E

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE RECHERCHE D UNE AGENCE DE COMMUNICATION POUR ASSURER UNE MEILLEURE VISIBILITE DES ACTIONS DE FORMATION

Plus en détail

HPCBIG DATASIMULATION

HPCBIG DATASIMULATION INNOVATION BY SIMULATION SIMULER POUR INNOVER le rendez-vous international The international meeting HPCBIG DATASIMULATION 23 & 24 juin/june 2015 ECOLE POLYTECHNIQUE PALAISEAU - FRANCE www.teratec.eu DOSSIER

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC Programme : «Développement économique, social et humain de groupes vulnérables, femmes,

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Le Bureau des Traités. M o d e d e m p l o i

Le Bureau des Traités. M o d e d e m p l o i Le Bureau des Traités M o d e d e m p l o i Depuis sa création, en 1949, le Conseil de l Europe contribue par la conclusion de traités à la réalisation d une union plus étroite entre ses 47 Etats membres

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

Concepteur ou agence Web pour développer un site Web adaptatif (responsive web design) pour le Répertoire des services en français au Yukon.

Concepteur ou agence Web pour développer un site Web adaptatif (responsive web design) pour le Répertoire des services en français au Yukon. APPEL D OFFRES Concepteur ou agence Web pour développer un site Web adaptatif (responsive web design) pour le Répertoire des services en français au Yukon. Whitehorse, Yukon Date de circulation : 5 décembre

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

CAHIER DE GESTION OBJET

CAHIER DE GESTION OBJET CAHIER DE GESTION POLITIQUE DE COMMUNICATION DU COTE 71-01-00.01 OBJET Cette politique propose à toute la communauté collégiale un cadre de référence et des procédures détaillées visant à coordonner et

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION POLITIQUE LINGUISTIQUE IDENTIFICATION SECTION MISES À JOUR SIGNATURES REQUISES CP-DG-21. RÉSOLUTION CC-10-11-23-03 23 novembre 2010

RECUEIL DE GESTION POLITIQUE LINGUISTIQUE IDENTIFICATION SECTION MISES À JOUR SIGNATURES REQUISES CP-DG-21. RÉSOLUTION CC-10-11-23-03 23 novembre 2010 IDENTIFICATION CP-DG-21 TITRE : POLITIQUE LINGUISTIQUE Direction générale SECTEUR DE GESTION ADOPTION RÉSOLUTION DATE CC-10-11-23-03 SECTION MISES À JOUR CADRE RÉFÉRENTIEL CADRE JURIDIQUE RÉSOLUTION DATE

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations Directives du Programme 20-1 Volume 1 Affaires indiennes et inuit Chapitre 6 Installations fixes et services communautaires DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises L Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) a obtenu des fonds de l Agence de la santé publique du Canada afin de promouvoir

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail