Novembre Nº 112 La gestion des moyens sur tous les fronts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Novembre Nº 112 La gestion des moyens sur tous les fronts"

Transcription

1 Novembre Nº 112 La gestion des moyens sur tous les fronts En service : les antibiotiques repartent en campagne RH : le choix des sites déconcentrés Profil : Frédérique Pernin Après la Cnamts : Philippe Vacheyrout

2 Actualité 3 ème édition Dijon accueille les journées nationales des juristes Pour la troisième année consécutive, les journées nationales des juristes vont se décliner sur trois jours, les 21, 22 et 23 novembre 2005 au Palais des congrès de Dijon en collaboration avec la Caisse primaire de la Côte d Or. Assemblées plénières et tables rondes alterneront avec des ateliers. Parmi les thèmes retenus cette année, citons : la prévention des risques dans l entreprise, le Sommaire Parlons-en 4 Comment maîtrisez-vous les sigles utilisés à la Cnamts? En service 4-5 Les antibiotiques repartent en campagne Grand angle 6 La gestion des moyens sur tous les fronts Ressources humaines 8 Le choix des sites déconcentrés Mouvements 11 Profil 12 Frédérique Pernin Le chiffre du mois La Capeb représente entreprises et véhicules. Durant cette semaine, il a été distribué aux entreprises kits de sensibilisation, comprenant des autocollants à apposer sur les véhicules professionnels ainsi que des dépliants sur quatre thèmes : la vigilance au volant, l équipement des véhicules, l organisation du travail, le téléphone portable. Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, le télétravail, la Commission nationale de l informatique et des libertés, la détection et la répression des fraudes, et le contentieux stratégique de l Assurance Maladie. Plus de 400 personnes provenant des Caisses Médecin conseil national, adjoint au directeur général : Directeur des négociations et des relations avec l Union nationale des caisses d assurance maladie et l Union nationale des organismes complémentaires d assurance maladie : Directeur de la stratégie, des études et des statistiques : Hubert Allemand Sylvie Lepeu Dominique Polton Directeur délégué à la gestion et à l organisation des soins :Jean-Marc Aubert Directeur délégué aux opérations : Directeur du contrôle contentieux et de la répression des fraudes : Directeur des risques professionnels : Directeur délégué des systèmes d information : Directeur des finances et de la comptabilité : Directeur de la communication et du marketing : Directeur de l audit général, du reporting et du contrôle de gestion : 48 primaires, des Unions pour la gestion des établissements des caisses d'assurance maladie, des Caisses régionales d'assurance maladie et des Unions régionales des caisses d'assurance maladie, sont attendues à ces journées nationales. D.M. Point sur la nouvelle organisation Une nouvelle organisation implique de nouvelles directions. Voici les noms des responsables des directions, nouvelles ou déjà existantes, pour se repérer en cette période de changements. Olivier de Cadeville Pierre Fender Gilles Evrard Alain Folliet Joël Dessaint Agnès Denis François Meurisse Secrétaire général : Charles-Marie Portelli Sous-directeur de la mission achats de l Assurance Maladie : Patrice Heraud En décembre, paraîtra un hors-série de Passerelles consacré à la nouvelle organisation. J.M. c est le nombre de départements ayant participé à l action lancée par les caisses régionales d assurance maladie (Cram) et les caisses générales de sécurité sociale (CGSS), dans le cadre de la semaine de la sécurité routière qui s est tenue du 17 octobre au 24 octobre Cette démarche a été réalisée en partenariat avec la Confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb). L édito La DGM sur tous les fronts Le bilan 2005 de la Direction de la gestion des moyens au sein du Secrétariat général est aussi volumineux que diversifié. En tant que prestataire de services, elle a su montrer durant toute l année sa réactivité et se mettre au service des autres directions. L installation du siège de la Caisse nationale porte de Montreuil et l emménagement des équipes de Grenoble sur un nouveau site ont généré de nouveaux et importants chantiers pour la DGM. Des moyens de grande envergure ont été utilisés pour un emménagement dans des conditions optimales. Ce n était qu un début. Aujourd hui les équipes sont mobilisées pour assurer l organisation logistique nécessaire au regroupement des directions qui se met en place avec la nouvelle organisation de la Cnamts. La DGM s occupe également des «Prestataire de services» D.M. achats qui concernent le fonctionnement du siège avec le souci constant d optimiser les dépenses et de rationaliser les achats. Du gardiennage à l électricité, en passant par la bureautique, la DGM est sur tous les fronts : les opérations immobilières, le budget de l établissement public, l imprimerie, la visioconférence, les frais de déplacements professionnels et la gestion des sites déconcentrés font aussi partie de ses prérogatives. Une nouvelle mission lui a été confiée : l établissement du «Document unique». Au-delà du caractère obligatoire de ce document, il est essentiel de mesurer l importance des risques professionnels dans l ensemble des sites de la Cnamts et de préconiser des mesures de prévention. Le développement de l lancé au printemps dernier, permet d optimiser la communication et la Rougeole, oreillons, rubéole La campagne de vaccination reprend À l initiative du département prévention et information de la Direction déléguée à la gestion et à l offre de soins, la campagne nationale d information sur la vaccination rougeole, oreillons, rubéole va se dérouler de la mi-novembre à la fin de l année. Un spot TV est diffusé du 14 novembre au 11 décembre sur la plupart des chaînes hertziennes avec comme message «n attendez pas que cela devienne méchant, vaccinez votre enfant avant un an». Une annonce est prévue pour la presse parentale et féminine. La presse professionnelle fait également partie du dispositif afin de sensibiliser les médecins généralistes, les pédiatres, les pharmaciens et les professionnels de la petite enfance. Les Caisses diffuseront des dépliants destinés aux parents (environ 1 million) et des affiches ( ) via les crèches et les centres de protection maternelle et infantile. L objectif est d augmenter la couverture vaccinale, qui n était que de 86,3 % pour les enfants de 2 ans en Un taux encore loin des 95 % qui devraient permettre à terme de protéger complètement les enfants de ces maladies sur le territoire national. D.M. Dolorès Thibaud, Directrice de la gestion des moyens relation client établie avec l ensemble des salariés de la Cnamts. Plusieurs projets seront mis en chantier en 2006 : la création au rez-dechaussée d une salle d activités pluridisciplinaires à caractère sportif pour les salariés du siège et la mise en place dans les sous-sols de locaux de stockage pour l ensemble des directions. Enfin, le projet d emménagement des équipes d Evreux dans un nouvel immeuble sera poursuivi pour début

3 Parlons-en Comment maîtrisez-vous les sigles utilisés à la Cnamts? S il fallait résumer d une phrase votre «recette» pour maîtriser les sigles utilisés à la Cnamts, ce pourrait être : «seuls la mémoire, et le temps permettent de maîtriser les sigles». Dialectique du signe Pour une majorité d entre vous, ce n est pas chose aisée, sauf pour les sigles «identifiant de grands projets tels que la CMU*, la CCAM** ou PROGRES***». Un collègue a chiffré approximativement son taux de mémorisation, «après 6 ans dans l institution, j ai appris à peu près une cinquantaine de sigles». Certains font référence à une langue dans la langue, comme d un métalangage Cnamien qui «s apparente au jargon ou au dialecte», pour expliquer leur difficulté à les retenir. La connaissance des sigles passe par la mémorisation. Pour que celle-ci soit efficace, il faut du temps, gage de certitude pour les retenir, «baignant dedans depuis plus de 10 ans, et ayant changé trois fois de direction, je maîtrise maintenant une très grande partie des sigles utilisés à la Cnamts». «Heureusement qu il y a L outil indispensable que vous préconisez, «il faut absolument que nous ayons un lexique (je suggère une fiche cartonnée que l on pourrait garder près de soi)». Plusieurs d entre vous ont su le trouver et le conseillent, «je recommande vivement le lexique de la documentation sur il y a quasiment tout», «heureusement que la documentation a réalisé et tient à jour un index des sigles sur Attention aux quiproquos! Le grand ennemi du sigle s appelle nouvelle organisation, «avec celle qui arrive, il va falloir revoir nos copies et apprendre les nouveaux», «le temps de les apprendre et on assiste à de nouvelles organisations qui en entraînent d autres». Sans compter les quiproquos qu ils peuvent susciter, «la première fois qu on m a parlé des journées CCR****, il a fallu m expliquer car pour moi ce sigle signifiait l organisme que je venais de quitter, qui gérait les chèques restaurants»! Trop de sigles tuent le sigle! D.M. Trouvez tous les sigles sur : * Couverture maladie universelle ** Classification commune des actes médicaux *** Production et gestion des remboursements de santé **** Correspondants communication régionaux Dans le prochain numéro Comment avez-vous décoré votre bureau? Pour répondre, adressez votre témoignage par à : Ces informations proviennent des réponses communiquées par 50 salariés représentant chacune des directions de la Caisse nationale. En service Communication Geneviève Chapuis, responsable du département études et campagnes D irigé par Geneviève Chapuis, le département études et campagnes travaille à la conception et à la production de programmes de communication portant sur les médicaments. Anne de Warren, chargée de communication sur le programme médicaments/antibiotiques , assure la coordination avec les agences et le réseau. Elle est aidée par Ilham Halib et Marie-Christine Delière. «Au départ, toutes nos actions s appuient sur des études qualitatives et quantitatives pour bien comprendre les enjeux, note Anne de Warren. Ainsi l élaboration du programme antibiotiques lancé en hiver s est appuyée sur les résultats d une étude menée par l institut Ipsos sur les perceptions et les comportements face à ces médicaments». La première campagne télé consistait à remettre en cause un réflexe courant avec le slogan «les antibiotiques, c est pas automatique». Inscrire le bon usage dans le quotidien des français Aujourd hui, il faut aller plus loin : la nouvelle campagne télé et radio doit aider chacun à inscrire le bon usage dans son quotidien, car la tentation de recourir à l antibiotique reste forte. Les antibiotiques repartent en campagne Télé, radio, brochures, affichettes À la croisée des campagnes de communication, comme celle des antibiotiques, on trouve le département études et campagnes de la Direction de la communication et du marketing. Pour créer, produire et associer le réseau à la diffusion de ces éléments de communication, ce département de sept personnes mobilise sur plusieurs mois de nombreux acteurs, en interne et en externe, au national comme au local. Plusieurs axes de communication ont été définis, en fonction des cibles prioritaires. Pour ce faire, la Cnamts travaille avec l agence Australie pour la publicité et I&E Consultants pour les relations publiques et presse. «30 secondes de film, cela paraît très court et pourtant c est la somme de beaucoup de détails importants, souligne Anne de Warren. Le choix d un réalisateur qui saura créer la comédie, la sélection des acteurs, le dialogue dont chaque mot est pesé pour être juste scientifiquement mais aussi refléter la «vraie vie» Notre rôle est de veiller à la cohérence de tous ces éléments pour que le film suscite l adhésion du public». La campagne TV et radio est diffusée entre le 22 octobre et février 2006 ; elle donnera un écho national essentiel à toutes les actions de proximité menées par les caisses. Des outils pour la petite enfance Le département travaille aussi sur la cible «petite enfance», incontournable car les enfants sont les plus gros consommateurs d antibiotiques. Le réseau a joué un rôle majeur sur cette cible depuis 3 ans, en menant des tables rondes dans les caisses où professionnels de la petite enfance se sont rencontrés pour partager leurs besoins. C est sur ces résultats «de terrain» que la réflexion s est appuyée au niveau national. De nouveaux outils ont donc été développés en 2005 pour répondre aux questions des parents : une exposition à destination des parents et jeunes enfants (Microbes en questions) est ainsi proposée aux caisses pour poursuivre leurs actions et une nouvelle brochure donne au public des repères sur l action des antibiotiques. «Bien sûr, les agences nous ont aidés dans la création graphique de ces supports, précise Anne de Warren. Mais leur contenu a été conçu par des infectiologues, médecins généralistes et pédiatres et validé par le Service médical». Les médecins : cible prioritaire L Assurance Maladie veut également faciliter la pratique médicale : des mémos pratiques ont par exemple été développés*, en lien étroit avec les praticiens conseils et en partenariat avec l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Et la Lettre aux médecins d octobre traite des antibiotiques. Ces différents outils de communication ont pour objectif de soutenir la relation que tissent, dans chaque caisse, les médecins L équipe du département études et campagnes conseils et les délégués de l Assurance Maladie avec les professionnels de santé. «Il est important que chaque caisse s approprie ce programme national, où enjeux de santé publique et enjeux économiques sont liés, insiste Geneviève Chapuis. La transversalité des actions au sein de différents services des caisses et l articulation entre le national et le local sont les deux clés du succès». Car l objectif est de taille : faire baisser la consommation des antibiotiques de 25 % entre 2001 et Les résultats de ce programme sont encourageants, puisqu à mi-parcours, la baisse est de 12,8 %. Des chiffres qui devraient encore évoluer dans le bon sens grâce à la poursuite de cette campagne! E.L. * mémo sur l angine et la rhino-pharyngite et mémo d information sur le coût des molécules dans le traitement de l angine aiguë 4 5

4 Grand angle DGM La Direction de la gestion des moyens sur tous les fronts «La Direction de la gestion des moyens est une direction support qui doit sans cesse adapter son organisation et ses moyens aux priorités de la Caisse nationale. Prestataire de services pour le fonctionnement des directions, la DGM veut placer le client au centre de ses missions», précise Roselyne Bagot-Migeon, attachée de direction à la DGM. Jusqu au déménagement dans nos nouveaux locaux, ces notions de prestataire de services et de relation clients étaient culturellement faibles à la DGM qui exerçait plutôt un rôle de gestionnaire des moyens. Avec l emménagement au Frontalis, la notion de qualité de service est devenue un élément essentiel dans sa relation avec chaque collaborateur de la Cnamts, au siège et au sein des sites déconcentrés. Pour cela, un inventaire des neuf situations professionnelles principales liant la DGM et les autres Roselyne Bagot-Migeon, attachée de direction Moyens organisationnels à disposition des salariés, prévention des risques professionnels, la Direction général est sur tous les fronts. Gros plan sur une l optimisation de sa communication et de sa relation directions a été réalisé fin 2004 par le cabinet d audit Acémis. Pour chaque situation, les points forts, les points faibles et les pistes d amélioration ont été déterminés afin d optimiser chaque offre de service de la Direction. Nouvelle organisation En 2005, la DGM a donc réorganisé ses ressources en tenant compte des préconisations formulées dans le rapport d audit. Ainsi, notamment, deux co-référents uniques DGM sont au service des salariés de la Cnamts pour l organisation d une réunion. Il en est de même pour l organisation d un événement et l aménagement des espaces de travail. Le périmètre d *14 a été étendu à l ensemble des demandes de maintenance, de logistique et de livraison de consommables informatiques. Si l emménagement dans notre nouveau siège a fortement mobilisé les équipes de la DGM tout au long de l année 2004, des ajustements se sont avérés nécessaires en 2005 comme par exemple le renforcement de la sécurité de l immeuble et l harmonisation des prestations entre les trois bâtiments de Bagnolet, Gallieni et Montreuil. Aujourd hui, la DGM doit réagir aux conséquences induites par la nouvelle organisation de la Cnamts. «Il s agit d assurer la logistique du regroupement des nouvelles équipes de travail», indique Roselyne Bagot-Migeon. Une cellule DGM est d ailleurs dédiée à cette nouvelle organisation depuis l été 2005 pour mieux préparer le déplacement de près de 500 d entre nous. Les multi-facettes de la DGM Les dépenses de fonctionnement du siège font également partie du périmètre de travail de la DGM et concernent principalement la maintenance généralisée, le gardiennage, le nettoyage et l électricité : «dans ce cadre, la DGM établit des indicateurs et statistiques de consommation significatifs pour ajuster, au fur et à mesure, les conditions d intervention des prestataires externes», explique Roselyne Bagot-Migeon. Quant au Comité bureautique, présidé par la DGM, il définit la politique d achats de la Cnamts en matière de bureautique et détermine les règles concernant le renouvellement et le déploiement des équipements. Ainsi, a- t-il été décidé qu il y aurait dorénavant une seule imprimante réseau pour les bureaux de 2 à 5 personnes. La gestion des sites déconcentrés, les optimisation des achats de la Caisse nationale, de la gestion des moyens au sein du Secrétariat direction multifonctionnelle qui mise désormais sur clients. Avec un leitmotiv : le service! opérations immobilières (sites déconcentrés, vente des anciens sites d Ourcq et d Issy-les-Moulineaux ), les marchés d assurances et le budget de l établissement public relèvent également des missions de la DGM. Le «document unique» qui recense et analyse les risques professionnels dans l ensemble des sites de la Caisse nationale et propose un plan de prévention pour pallier ces risques est en cours de réalisation. «C est un outil indispensable pour la sécurité au travail», remarque Roselyne Bagot-Migeon. Une partie de l équipe de la DGM Pour ce faire, la DGM a installé un Comité de pilotage 1 qui s appuie sur un réseau de «correspondants document unique» en charge d une unité de travail : il y en a une par direction 2 pour le siège de la Cnamts et une par site déconcentré. Les correspondants ont démarré la phase de recueil et d analyse qui s achèvera fin novembre. Les frais de déplacements professionnels sont également gérés par la DGM : que ce soit en terme d organisation, de modalités de remboursement, et de suivi des dépenses. «En collaboration avec la Direction déléguée au système d information (DDSI), les tâches des agents chargés de la billetterie vont être rationalisées, les circuits et les imprimés simplifiés. Les directions clientes ont désormais des outils de suivi des dépenses», développe Roselyne Bagot-Migeon. Par ailleurs, pour ce qui concerne les salles de visioconférence, quatre objectifs définissent la nouvelle stratégie de la DGM : «il s agit d élargir le périmètre des connexions, d améliorer la qualité de télétransmission, de diminuer les frais de déplacements et d intégrer les contraintes liées aux conséquences de la réduction du temps de travail. La DGM est un prestataire de services qui doit avoir une capacité de réactivité Dolorès Thibaud, Directrice de la gestion des moyens structurelle et organisationnelle par rapport aux autres directions, conclut Roselyne Bagot-Migeon. Ainsi, pour vérifier que l offre de services correspond aux attentes de ses clients internes, des questionnaires de satisfaction sur certaines situations professionnelles, comme par exemple l organisation d une réunion, seront diffusés auprès des directions courant J.M. * composé d experts en risques professionnels, en organisation, en sécurité, en relations sociales, d un membre du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et du médecin du travail ** Au sein de certaines directions des unités plus spécifiques ont été mises en place, comme par exemple l imprimerie, l infirmerie ou encore le courrier Le domaine DGM de l L comporte l ensemble des informations utiles sur les services de la Direction de la gestion des moyens. Huit rubriques la composent pour faciliter la vie des salariés de la Caisse nationale. - Nos services (réservation des salles, de parking, accueil visiteur, logistique Frontalis et événementiel) - Les déplacements professionnels - La sécurité - Le Comité bureautique - Les brèves DGM - Le budget de l'etablissement public - Les achats - La restauration à Frontalis Il suffit de taper : 6 7

5 Ressources humaines Œuvres sociales Le choix des sites déconcentrés Neuf sites déconcentrés de la Cnamts ont choisi l indépendance et la proximité pour gérer leurs œuvres sociales. Coup d œil sur l organisation et les activités particulières de ces associations. P récédemment Centres de traitements informatiques régionaux (CTIR), les sites déconcentrés sont rattachés à la Cnamts depuis le 1 er janvier Sur le plan des œuvres sociales, ils ont, en revanche, choisi de ne pas adhérer à une grosse association comme l Ascanama, mais de créer leur structure et de gérer leur budget (2,75 % de la masse salariale). Souvent de taille modeste, ces associations n ont pas de salarié permanent et rarement un site Internet. Le dialogue entre adhérents et élus se fait essentiellement par messagerie ou tableau d affichage. Les titulaires disposent de 10 à 30 h par mois pour exercer leur activité. «Avant, indique Pierre Monteillet, président de Pangée 26 à Valence, chaque CTI avait son comité d entreprise (CE). Maintenant, nous appartenons à un service public. Du coup, il a fallu transformer le CE en association de gestion des œuvres». C est ainsi qu a été créée Pangée 26. Un tiers du budget est consacré au financement d une mutuelle. Sa particularité : une enveloppe globale annuelle d environ 400 par adhérent et 120 par enfant pour un libre choix de loisirs-culture. Une autre partie pour des activités collectives comme un repas festif, un Les associations des sites déconcentrés enfants) reverse le montant de la masse salariale vers deux associations gérées localement : le CCOEN pour les agents du Credi Ouest de Nantes et le Cacco pour les agents du Credi Ouest d Angers. week-end canyoning, réservation d un gymnase. Pour Jean-Marc Hurvois, président de l AOCSN, association pour la gestion des œuvres sociales et culturelles du CSN de Bordeaux, «c est ce qu on peut vraiment appeler un CE de proximité, avec des chèques vacances, des sorties kart, des weekends montagne et voile. Nous proposons ce que les gens ne pourraient pas se payer individuellement». La mutuelle représente 28 % du budget, contre 47 % pour les vacances et les Pangée 26 à Valence : six élus pour 31 adhérents et 100 ayants droits Budget : en PRÉSIDENT : PIERRE MONTEILLET AOCSN CSN Bordeaux : six élus pour 50 adhérents et 83 ayants droits Budget : en PRÉSIDENT : JEAN-MARC HURVOIS Adi'geon au CNQD de Dijon : six élus pour 52 adhérents et autant d ayants droits Budget : en PRÉSIDENT : PHILIPPE MORIN Alpes (CNQD et Credi de Grenoble) : Dix élus pour 113 adhérents et 201 ayants droits Budget : en PRÉSIDENT : FRÉDÉRIC BIANCHI Cosinus - CSN Troyes : six élus, 41 adhérents pour 94 ayants droits Budget : en PRÉSIDENT : ANTHONY BERNAL Agosan - Valenciennes et Villeneuve d Ascq : Huit élus pour 91 adhérents et plus de 250 ayants droits Budget : en PRÉSIDENT : YANN IMBERT Apco à Angers et Nantes : Six élus pour 173 adhérents et 346 ayants droits Budget : en PRÉSIDENT : STÉPHANE LANGLET Aloès 2004 à Lyon : six élus pour 31 adhérents et une centaine d ayants droits Budget : en PRÉSIDENTE : SYLVIE PAUTET Apaisaen à Caen : Six élus et 115 ayants droits dont 47 adhérents Budget : en PRÉSIDENT : PATRICK GUILLOUET c est le budget consacré par l Apco aux prêts à l habitat qui fait de l Apco une singularité parmi les CE de la Cnamts. C est la plus grosse dépense de l Apco (Nantes et Angers) contre de budget mutuelle, activités diverses et loisirs, soit 35 % du budget consacré à l habitat. L Apco qui regroupe 173 adhérents et 346 ayants droits (conjoints et E.L. loisirs adultes et 25 % pour l enfance. Au CNQD de Dijon, l Adi geon, créée en 2003, verse près de 80 % de son budget au Comité interrégional de Dijon qui en reverse plus du tiers à la mutuelle et gère les locations de vacances, les remboursements culturels et de loisirs, les prêts Les 20 % restants permettent à l Adi geon d'organiser l événementiel (Noël, fête des mères,...) «et parfois une sortie», ajoute le président, Philippe Morin. Côté Aloès à Lyon, 20 % du budget est gardé en fonds de roulement. Le reste est alloué aux agents, soit 960 par agent, quelle que soit sa charge familiale. «C est notre politique, souligne-t-on chez Aloès. 60 % de cette somme sont dédiées aux vacances, 40 % à la culture, aux sports et aux loisirs». Enfin, Cosinus* (CSN de Troyes) utilise en grande partie son budget pour des voyages organisés tous les deux ans et finance une part importante de la mutuelle des agents. Cosinus participe à la vie culturelle et sportive locale et possède un centre de loisirs en copropriété avec la Caf et la Cpam de l Aube. Son Intranet est en refonte. Une richesse de diversités issues des particularités locales de ces neuf sites déconcentrés. E.L. * Comité des œuvres sociales de l informatique nationale unité de support Après la Cnamts Philippe Vacheyrout Insatiable entrepreneur P hilippe Vacheyrout est entré à la Caisse nationale en Il est à l initiative de la création des Centres de traitement électronique inter-caisses et des Centres de traitement informatique de Saint-Etienne, Troyes et Rouen. Il a aussi été notamment responsable de la maîtrise d œuvre Intranet et Internet de la branche. Ancêtre de «La période la plus marquante pour moi à la Cnamts a été l informatisation de la branche maladie, quand on est entré de plain pied dans l ère Internet, à partir de Nous avons anticipé cette nouvelle période. Nous avons mis en place de l hypertexte en vidéotexte pour la banque de données de la branche : c était l ancêtre de remarque-t-il. Période qui a totalement modifié la gestion interne, en permettant de généraliser l accès à l information pour tous. Une sorte de mini révolution, constate Philippe Vacheyrout. En 1999, je venais de travailler sur le référentiel de Vitale 1, cela m a donné l idée de faire le schéma de Vitale 2». Un esprit innovant Parti à la retraite en 1999, il réalise que La photo du mois ce projet peut être utile ailleurs. La carte à puce citoyenne, Capucine comme diminutif, est désormais une marque déposée. «Cette carte a pour objet de favoriser les usages Internet de façon simple, sécurisée, éthique et équitable, dans une perspective de développement durable, explique-t-il non sans fierté. La solution technique labellisée est une carte sans contact, acoustique. À l aide de celle-ci, on entre dans une sorte d Intranet et le son est différent à chaque fois, donc impossible à décrypter». En juin 2005, à 68 ans, Philippe Vacheyrout a créé son entreprise pour développer ce concept en phase de démarrage. Quand âge et innovation vont de pair J.M. La nouvelle organisation de la Cnamts est en route! 8 9

6 Autour de nous En direct de Montreuil Un salon sous le signe du Brésil et des animaux Le salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, se tient du 30 novembre au 5 décembre L invité en est le Brésil et le thème : la parade des animaux. L occasion d y faire un tour à l heure du déjeuner ou après le bureau. Et, pourquoi pas, d y emmener les enfants durant le week-end! D epuis vingt ans qu existe ce salon, jamais une édition ne ressemble à une autre. Chaque année le thème choisi est nouveau, comme le pays invité, ce qui permet d aborder des horizons différents. Ainsi, il donne la possibilité aux enfants de plonger dans les littératures et dans les formes de création les plus inventives. En 2004, 257 exposants (dont 217 éditeurs) étaient présents. Pour les très jeunes sont prévues des lectures à haute voix, des rencontres avec des auteurs, des ateliers avec des illustrateurs. Lectures et rencontres d auteurs Un espace «Tout-petit tu lis», chaleureux et préservé de la foule, est ouvert aux bébés lecteurs. Le «Comptoir des adolescents» ouvre grands ses livres aux collégiens et lycéens. Ces derniers peuvent rencontrer des auteurs de romans ou de bandes dessinées, des auteurscompositeurs, des chanteurs. Des ateliers de créations multimédia (réalisés avant ou pendant le salon) sont également proposés et donnent lieu à une publication en ligne. Cette année, ces ateliers proposent à des jeunes de construire leur autoportrait en animal, fil conducteur de cette édition. Les ouvrages proposés aux enfants sont sélectionnés par un comité de spécialistes regroupant l équipe du salon, des bibliothécaires de Montreuil et Bagnolet, des pédopsychiatres, des responsables d associations, des membres du service petite enfance du Conseil général de Seine-Saint-Denis. Un salon riche artistiquement Le salon accorde une place centrale à la mise en valeur de la découverte de l illustration, point fort de la littérature jeunesse en France. Le salon pratique Horaires pour tous Mercredi 30 novembre de 9h à 18h Jeudi 1er décembre de 9h à 18h Vendredi 2 décembre de 9h à 22h Samedi 3 décembre de 9h à 20h Dimanche 4 décembre de 10h à 19h Lundi 5 décembre de 9h à 18h Tarifs : 4 euros pour les individuels Gratuit pour les enfants Accès : entrée rue Étienne Marcel Métro : ligne 9, station Robespierre Bus : ligne 102 (Place Gambetta - Gare de Rosny Bois Perrier : arrêt Sorins) Voiture : accès fléchés dès les portes de Bagnolet et Montreuil L enjeu est de permettre aux enfants et aux jeunes de se confronter à la création et à l exigence artistique, leur montrer le rôle complémentaire et autonome de l image par rapport au texte. L équipe du salon s attache aussi à soutenir les jeunes créateurs. Pendant ces six jours, chaque illustrateur débutant peut présenter son book à des directeurs artistiques de maisons d édition. Il se passe toujours quelque chose au salon Le salon ne connaît pas de temps mort. Au kiosque presse, enfants et adolescents peuvent rencontrer des journalistes, des rédacteurs en chef et ainsi dialoguer avec eux et satisfaire leur curiosité sur le métier de la presse. Dans «l archipel BD», les nombreux auteurs invités du salon, échangent, dialoguent et signent des autographes. À l espace «Tout-petit tu lis» des conteurs lisent des histoires au fil de la journée. Chaque moment est propice à une rencontre, une lecture, une exposition. Comme le dit Sylvie Vassalo, directrice du salon, «la présence du Brésil va être très riche du point de vue artistique tant l art y est diversifié du fait du métissage de ce pays. Et puis la thématique de l animal devrait ravir notre jeune public, tant il est omniprésent dans les livres de jeunesse». D.M. C est à lire La sélection du mois Obésité A. Basdevant - Revue du praticien - Monographie n 13 / 15 septembre pp à 1462 L obésité est traitée comme maladie chronique, avec ses aspects épidémiologiques et sa prise en charge de l'enfance à l âge adulte en passant par l'adolescence. La question de la prévention est également étudiée et une fiche patient aborde les questions diététiques avec «les dix erreurs à ne pas commettre». 60 ans de sécurité sociale : le temps du politique - L'Œuvre collective II Espace social européen, n hors-série - octobre pages Espace social européen retrace l'évolution de la Sécurité sociale au cours de la décennie écoulée. Chaque année est abordée à travers un thème spécifique et des acteurs et experts livrent leurs points de vue sur le passé et l'avenir de la Sécurité sociale. Contrôle des organismes et évaluation des politiques : le rôle de l'inspection générale des affaires sociales Informations sociales n 126 / août 2005 pp. 104 à 111 Contrôle, évaluation, appui, conseil... Tels sont les maîtres mots du rôle de l'inspection générale des affaires sociales (Igas). Par le contrôle d'établissements et d'organismes placés dans son champ de compétences, l'igas s'assure de l'efficacité et de l'effectivité de la mise en œuvre des politiques. Il s'agit de fournir à l'état des éléments de diagnostic et d'appréciation pour la conduite de ses actions : Le modèle social français, de l âge d or à la crise Liaisons sociales, n hors-série d octobre pages Le numéro spécial de Liaisons sociales, rétrospectif et prospectif, retrace les soixante ans de la Sécurité sociale en France à travers deux périodes : - les «trente glorieuses» de 1945 à 1975 : la création de l institution, le développement des droits sociaux, la santé au travail, le SMIG*, le financement de la formation, - les «trente piteuses» de 1976 à nos jours : la montée du chômage, le RMI**, le plan Juppé et la maîtrise des dépenses de santé, la réduction du temps de travail et la réforme des retraites. * Salaire minimum interprofessionnel garanti ** Revenu minimum d insertion Fonds sociaux et gouvernance de la protection sociale J. Bichot, C. Wrazen - Droit social n 9-10 / Septembre-octobre 2005 pp. 893 à 906 Les pouvoirs publics français ont créé nombre de fonds dans le domaine de la protection sociale. Il s'agit ici des fonds extérieurs aux caisses, qui, de ce fait, s'ajoutent à elles pour former l'ensemble des organismes de protection sociale. Les auteurs déterminent les raisons de l'importance du phénomène, d'abord en ce qui concerne les fonds sociaux financiers, puis en examinant une plus grande variété des cas, et ils posent enfin le problème du contrôle des fonds sociaux. Ces documents sont mis à disposition par le Département ressources documentaires : 10 11

7 Profil 2/4 À l occasion du 60 ème anniversaire de la Sécurité sociale, nous vous proposons de mieux connaître les métiers emblématiques de l Assurance Maladie. Après le métier de praticien conseil en octobre, voici celui de délégué de l Assurance Maladie. Vous trouverez en page centrale deux métiers emblématiques d autres branches de la Sécurité sociale : le technicien conseil allocataires et l inspecteur. Bonne lecture! Frédérique Pernin, déléguée de l Assurance Maladie Porter la régulation de l offre de soins auprès des professionnels de santé? Oui, mais pas seulement. Le délégué se doit d être curieux et persuasif pour être au fait de l actualité de l Assurance Maladie et être à même de répondre à toute question susceptible de lui être posée pendant ses visites quotidiennes. Dam : un métier de terrain mais aussi de recherche documentaire. À 38 ans, Frédérique Pernin est, depuis 9 mois, l une des six déléguées de l Assurance Maladie (Dam) de la Caisse primaire de Besançon (Doubs). Dans ce cadre, elle gère un portefeuille de 260 professionnels de santé : «je dois répondre à leurs attentes, les informer sur la réforme, la maîtrise médicalisée et le parcours de soins», explique-t-elle. Frédérique, comme tous les Dam, a suivi une formation sur la Convention médicale et sur les techniques de prise de rendez-vous et d entretiens lui permettant d aborder sereinement son nouveau métier. Écoute et transmission La visite de trois à quatre professionnels de santé par jour est son lot quotidien. La rencontre, issue d un rendez-vous pris auparavant par téléphone, dure généralement de 20 minutes à une heure. «Je peux notamment être amenée Pour en savoir plus : Sur le site dans l espace Services, cliquez sur Répertoire des métiers et sélectionnez l appellation recherchée. Vous trouverez une présentation ainsi que les activités et compétences caractéristiques de chaque métier. à visiter un pharmacien pour l inciter à délivrer davantage de génériques», indique Frédérique. À la sortie du rendez-vous, le Dam remplit une «fiche bilan» avec les commentaires formulés par le professionnel de santé. «Par exemple, si un pharmacien rencontre des difficultés à «génériquer», je vais noter quelles sont les causes de refus». Ces données font l'objet d'une remontée hebdomadaire à la Caisse nationale et permettent à cette dernière de suivre et d analyser les visites réalisées. Documentation et persuasion Si le Dam travaille principalement sur le terrain, il se documente également beaucoup par le biais de l Intranet et du site Internet de l Assurance Maladie «Il est nécessaire d être très bien informé pour pouvoir répondre au mieux aux questions des professionnels de santé : nous nous devons de connaître toutes les nouveautés liées à l Assurance Maladie». Lorsque la question dépasse son champ de compétences, le délégué devient la «courroie de transmission» entre le professionnel de santé, la Caisse primaire et le Service médical. Des relations avec les professionnels de santé, à la gestion du risque, en passant par la documentation, la télétransmission et le service médical, le délégué est en lien avec de multiples services en interne. «Ce qui me plaît c est la relation avec les professionnels de santé qui nécessite beaucoup d écoute. Les rapports peuvent être parfois difficiles si pour diverses raisons ils sont mécontents de la caisse. L intérêt réside dans la possibilité de les faire changer d avis! C est un véritable travail de contact et de persuasion», conclut Frédérique enthousiaste. J.M. Passerelles Directeur de la publication : F. van Roekeghem Directeur de la publication délégué : Agnès Denis Rédactrice en chef : Julia Manzat - Direction de la Communication et du marketing Comité de rédaction : Rose-Marie Baranski, Patrick Daugeron-Mijoin, Pierre Fradin, Alain Gaillard, Catherine Honsia, Catherine Le Bouquin, Sylvaine Lefebvre, Lysiane Maillet, Bertrand Mersch, Alexandra Perez, Claude Robert, Jean-Yves Simon Photographe : Équipe de rédaction : Évelyne de Lestrac, Julia Manzat, Didier Montironi Conception et réalisation technique : Division Imprimerie et Arts Graphiques de la Cnamts Maquettiste : Monique Forges Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs Salariés - 50 Avenue du Professeur André Lemierre Paris cedex 20 ISSN : / 2500 exemplaires Contact :

8 Mouvements Ils sont arrivés depuis peu Claire Dufour, est chargée de communication au département presse de la Direction de la communication et du marketing, après avoir occupé la même fonction à la Cité des sciences et de l'industrie et à la Cnamts en contrat à durée déterminée. Elle a travaillé pendant 5 ans dans le secteur culturel (milieu associatif et établissements publics à caractère administratif dont le Centre des monuments nationaux). Natacha Lemaire est sous-directeur «pathologies lourdes», responsable du département pathologies lourdes à la Direction des assurés, rattachée à la Direction déléguée à la gestion et à l organisation des soins. De juillet 2001 à septembre 2005, elle était chef du bureau de l'organisation générale de l'offre régionale de soins à la Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins au ministère de la Santé et des solidarités. Geneviève Motyka est médecin-conseil à la Direction du contrôle contentieux et de la répression des fraudes, mise à disposition par la Direction régionale du service médical d'ilede-france. Auparavant, elle exerçait la fonction de médecin-conseil à l'échelon local du service médical du Val-de-Marne depuis 1997 après l'échelon local du service médical de Seine-et- Marne depuis Alain Folliet est directeur délégué des systèmes d information. Il était, depuis 1984, directeur du système d'information à la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf). Il était entré à la Cnaf en Emmanuel Lhez est contrôleur de gestion au département du contrôle de gestion réseaux, rattaché à la Direction déléguée aux opérations où il étudie notamment l'évolution de la production des feuilles de soins papiers et électroniques et son implication sur la charge de travail dans les caisses. Il assure aussi le suivi de la réforme au niveau des délégués de l'assurance Maladie, des conciliateurs, des médecins traitants et de la participation forfaitaire. De 2003 à 2004, il travaillait à la cellule pilotage d Axa France support au sein de la Direction des encaissements des fonds. Dominique Polton est directrice de la stratégie, des études et des statistiques. Auparavant, elle était depuis 1997 directrice de l'institut de recherche, d'études et de documentation en économie de la santé. Karine Turpin, est consultante projet maîtrise d ouvrage métier à la Direction des risques professionnels. Auparavant, elle occupait un poste d ingénieur d étude au sein de Groupecyber, une société de conseil en ingénierie informatique. Et ce depuis décembre Mervet Karaoui est consultante projet conception maîtrise d ouvrage à la Direction des risques professionnels, mutée de l Agence centrale des organismes de Sécurité sociale, où elle était chef de projet adjoint maîtrise d ouvrage depuis novembre Karine Monflier est chargée de communication au sein du département communication interne et réseau de la Direction de la communication et du marketing. Elle a exercé la même fonction de chargée de communication au sein de la Direction de la communication nationale de l Établissement français du sang de 1997 à Jean-François Tipaka, est l adjoint de Laurence Leheup à la fonction pilotage du système d information (SI) au sein de la Direction de la maîtrise d ouvrage branches, rattachée à la Direction déléguée des systèmes d information. Auparavant, il était consultant senior en organisation et a piloté plusieurs projets SI : mission chez Renault-Nissan, à la Direction des systèmes financiers de la Poste, chez Contact Coms (ONG). Il a aussi été notamment directeur de la stratégie du SI européen chez Completel Europe (opérateur télécoms).

9 Profils Le monde de l entreprise évolue La branche du recouvrement? C est un service public de collaborateurs exerçant plus d une quarantaine de métiers. Parmi ceux-ci, l inspecteur. O livier Maupas a 44 ans. Depuis 1990, il est inspecteur à l Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales de Paris (département des Yvelines). Quelle définition donnez-vous de votre métier? Contrôler la bonne application de la législation sociale par les cotisants en matière d assiette de cotisations et de taxes et de contributions diverses. Quelles évolutions avez-vous constaté depuis 15 ans? Trois séries d évolution : - une complexification des textes réglementaires (nombreux dispositifs d allègement ou d exonération de cotisations ). Cela implique une expertise de plus en plus pointue, et notamment en matière de lutte contre le travail illégal. - le monde de l entreprise évolue (utilisation de progiciels de gestion ) C est allé de pair avec le développement par le recouvrement de logiciels, d outils de calcul, de méthodes d extrapolation et d échantillonnage pour le contrôle et pour aider à la décision. Parallèlement, les attentes des entreprises évoluent. Aujourd hui, elles attendent de l inspecteur des conseils, une expertise en matière de réglementation (le recouvrement a d ailleurs lancé une offre de service «visite conseil en entreprise» pour répondre à ce besoin). C est évidemment une valorisation de notre métier. - une politique d équité de traitement du cotisant et de garantie de ses droits se développe : signature de conventions d objectifs et de gestion État- Agence centrale des organismes de sécurité sociale, diffusion d une charte du cotisant La formation même des inspecteurs a évolué, avec notamment la mise en place d une formation initiale associant «théorie» et stages «sur le terrain». Zoom sur le métier de technicien conseil «allocataires» exercé dans les 123 Caisses d allocations familiales Que doit faire un technicien conseil? Réaliser un diagnostic de la situation de l allocataire, repérer les situations nécessitant un traitement spécifique et déterminer les droits potentiels. Traiter et suivre le dossier de l allocataire jusqu à sa résolution. Renseigner, orienter et conseiller l allocataire pour lui faciliter l accès à ses droits et effectuer des recherches complémentaires pour mettre à jour sa situation. Informer, conseiller et coopérer avec le réseau des partenaires impliqués dans la gestion des dossiers des allocataires. Interview Le technicien conseil exerce une activité qui rencontre une grande diversité de situations : précarité, maternité, études, famille monoparentale, handicap Il développe de multiples compétences, relationnelles et techniques : réactualise ses connaissances législatives, utilise les outils informatiques, répond aux allocataires et travaille avec les partenaires. Son «travail de liquidation» consiste à traiter les dossiers, avec la nécessité de donner leurs droits à des personnes qui attendent beaucoup de lui. Ce qu ils en disent «Un bon technicien conseil est un technicien polyvalent». «L'étude d'un dossier n'est pas une simple saisie informatique ; il faut y réfléchir, faire des recherches...» Notre rôle est également d'informer, de renseigner (et parfois de rassurer!) les allocataires». On mesure l impact de notre action rapidement, le résultat est immédiat». «Il faut aussi faire preuve de patience, de clarté et de psychologie avec le sentiment d'accomplir quelque chose d'utile : aider les gens dans leur quotidien». Y ves Hirrien, responsable du pôle métiers à la Direction des ressources humaines de la Caisse nationale d allocations familiales «Ce qui a changé, ces dernières années dans la relation des allocataires à leur Caf et donc aux techniciens conseil, c est une communication plus directe en termes de quantité, de qualité, de rapidité et d interactivité. Cela passe bien sûr par l accueil au guichet et par le téléphone. Mais Internet se développe : plus de 180 % d augmentation des connexions en Ces évolutions entraînent des changements d organisation pour mieux traiter les flux téléphoniques, notamment au travers de plates-formes. Cela requiert aussi de nouveaux savoir-faire des techniciens, comme de répondre à des mails».

10 La nouvelle organisation de la Cnamts : nouvelles appellations, nouveaux sigles DIRECT CTIONN GÉNÉRALE (DG) Mission cabinet du directeur général (CABDIR) Mission cabinet du président (CABPRES) Mission cabinet du médecin-conseil national (CABMCN) Mission pilotage des projets de branche (MPPB) Mission des relations européennes internationales et de la coopération (MREIC) Mission conciliation (MC) Mission veille législative (MVL) Secrétariat du conseil scientifique (SCS) DIRECTION CTION DÉLÉGUÉE À LA GESTION ETE T À L ORGANIS GANISATION DES SOINS (DDGOS) Direction des assurés (DAS) Direction de l offre de soins (DOS) Département de la réglementation (DREGL) Département de l évaluation des politiques (DEP) Mission maîtrise d ouvrage informatique (MMOI) DIRECTION DÉLÉGUÉE AUXA X OPÉRATIONS (DDO) Mission de coordination et d appui à la DDO (CABDDO) Mission évaluation des directeurs (MED) Mission accompagnement des régimes partenaires d assurance maladie obligatoire (MARP) Mission des établissements et des oeuvres (MEO) Mission de mise en oeuvre de la réforme de l assurance maladie (MRAM) Direction du réseau médical (DRMED) Direction du réseau administratif (DRADM) Direction des ressources humaines des réseaux (DRHR) Département du contrôle de gestion réseaux (DCGR) Département des contrats pluriannuels de gestion (DCPG) Département développement services aux publics (DDSP) Département de la maîtrise d ouvrage «production» (DMOP) Département opérationnel de la gestion du risque (DOGR) Novembre 2005

11 DIRECTION DÉLÉGUÉE DES SYSTÈMES D INFORMATION (DDSI) Département du contrôle de gestion du système d information (DCGSI) Mission SESAM-Vitale (SESAM) Mission dossier médical personnel (DMP) Direction des systèmes d'information (DSI) Direction de la maîtrise d'ouvrage branches (DMOB) Direction de la production informatique (DPI) DIRECTION DÉLÉGUÉE DES FINANCES ETE T DE LA COMPTABILITÉ (DDFC) AUTRES DIRECTIONS Direction des négociations et des relations UNCAM et UNOCAM (DNR) Direction de la stratégie, des études et des statistiques (DSES) Direction du contrôle-contentieux et de la répression des fraudes (DCCRF) Direction de la communication et du marketing (DICOMMA) Direction de l'audit général, du reporting et du contrôle de gestion (DAGRCG) Direction des risques professionnels (DRP) SECRÉT CRÉTARIATT GÉNÉRAL (SG) Direction des affaires juridiques et institutionnelles (DAJI) Direction de la gestion des moyens (DGM) Direction des ressources humaines de l'établissement public (DRHEP) Novembre 2005

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-20/2013. Document consultable dans Médi@m. Date : 26/12/2013 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les

CIRCULAIRE CIR-20/2013. Document consultable dans Médi@m. Date : 26/12/2013 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les CIRCULAIRE CIR-20/2013 Document consultable dans Médi@m Date : 26/12/2013 Domaine(s) : dossier client assurés à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables Nouveau

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours Mot du président Le vieillissement de la population associé à une évolution défavorable de la démographie médicale ont conduit l État

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur.

Agent comptable. Référentiels métier des personnels d encadrement. des établissements publics d'enseignement supérieur. Référentiels métier des personnels d encadrement des établissements publics d'enseignement supérieur et de recherche Agent comptable Sous-direction de la gestion prévisionnelle et des missions de l encadrement

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail FONDS NATIONAL DE SOUTIEN RELATIF A LA PENIBILITE Cahier des charges de l appel à projet Date de lancement : jeudi 12 avril 2012 Date limite de dépôt des dossiers : lundi 2 septembre 2013 1 Appel à projets

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 24 MAI 2013 DELIBERATION N CR-13/20.283 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DES RESSOURCES HUMAINES Stratégie régionale de développement d'une gestion prévisionnelle des emplois

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises conseil recherche sélection intégration www.pole-emploi.fr Pour connaître les coordonnées de nos sites. Pour plus d informations sur : Les services qui vous sont proposés Les mesures pour l emploi TBWA\CORPORATE

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) DU MARCHE CONCEPTION, COORDINATION, COMMUNICATION DE LA JOURNÉE DU 21 NOVEMBRE 2009 Pouvoir adjudicateur : Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation)

Secteur de la santé, le métier et la fonction L environnement territorial sanitaire et médico-social (liée au poste d affectation) Secrétaire Médicale - MEDICO-SOCIALE Titre enregistré par le Ministre au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) par arrêté publié au journal officiel de la République Française

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Fonction CR/Service Cadre d emploi de recrutement Nature des fonctions Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Annexe 1 Sous la responsabilité du responsable du service

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Préparé par Reda MITALI Lalla Nouama EL JAOUHARI

Préparé par Reda MITALI Lalla Nouama EL JAOUHARI Rapport de la mission d Echange et développement des compétences au CESE Français Préparé par Reda MITALI Lalla Nouama EL JAOUHARI Octobre 2013 REMERCIEMENT On tient à remercier dans un premier temps,

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM 14/09/95 Les Directeurs et Agents Comptables Origine : CABDIR - des CPAM - des CTI

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Portage salarial immobilier

Portage salarial immobilier Portage salarial immobilier w w w. f c i - i m m o b i l i e r. c o m La relation avec les agences Optimisez votre force de vente LE PORTAGE SALARIAL EN IMMOBILIER, particulièrement adapté aux besoins

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL Direction des Ressources humaines SECRETAIRE MEDICO-SOCIALE H SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction des

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE NOM DE LA STRUCTURE : Fondation d entreprise Bouygues Telecom ADRESSE : 82, rue H. Farman 92130 Issy-les-Moulineaux TITRE DE L EVENEMENT : Les

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME

DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME Signature du protocole entre l Etat et la société Icade Jeudi 22 décembre

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. Les outils d informations

Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. Les outils d informations Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. L expertise ESEF International AVEC HUMANIS, VOTRE ENTREPRISE PROFITE D UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ SIMPLE ET EFFICACE.

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

L IRA de Metz à votre service

L IRA de Metz à votre service L IRA de Metz à votre service Les IRA, outre leur vocation première qui est de recruter et de former des fonctionnaires de catégorie A d administration générale, ont aussi pour mission de développer la

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE Poste tenu par : Responsable hiérarchique : Le Directeur DRHRS 1) DENOMINATION DU POSTE : DESCRIPTION DE POSTE Chef du Service Carrière et Rémunération Grade et filière ATTACHE ou ATTACHE PRINCIPAL / ADMINISTRATIVE

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

ANIMATEUR LUDOTHEQUE

ANIMATEUR LUDOTHEQUE ANIMATEUR LUDOTHEQUE Renseignements relatifs à l agent : Nom : Prénom : Catégorie : B Coefficient : 255 Sous la responsabilité et l autorité de la directrice de l Association Enfance du Biollay et de son

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

RÉUSSIR vos Séminaires de Direction & vos Conventions d entreprise

RÉUSSIR vos Séminaires de Direction & vos Conventions d entreprise RÉUSSIR vos Séminaires de Direction & vos Conventions d entreprise Equinox vous aide à mobiliser les énergies qui feront de l évènement un jalon clé dans la vie de votre entreprise. Nous assurons une maîtrise

Plus en détail

[FICHE DE POSTE COMPTABLE ET GESTIONNAIRE DE CARRIERES] 13 mai 2014

[FICHE DE POSTE COMPTABLE ET GESTIONNAIRE DE CARRIERES] 13 mai 2014 FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE Comptable et gestionnaire de carrières CADRE STATUTAIRE Agent titulaire de la Fonction Publique Territoriale Catégorie : B Filière : Administrative Cadre d emploi : Rédacteur

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 COORDONNATEUR D ADMINISTRATION GÉNÉRALE Code : ADM01 Coordonnateur d administration générale FPEADM01 Il organise, coordonne et supervise le

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail