Gestion des pelouses calcicoles sur le territoire transmanche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des pelouses calcicoles sur le territoire transmanche"

Transcription

1 P A R C N A T U R E L R É G I O N A L D E S C A P S E T M A R A I S D O P A L E Gestion des pelouses calcicoles sur le territoire transmanche Recueil d expériences Faune - Flore Histoire des coteaux Gestion conservatoire Pâturage D é c e m b r e

2 Éditorial Les coteaux calcaires constituent des éléments de diversité paysagère contribuant à la qualité du cadre de vie et à l intérêt touristique du territoire. Ils hébergent des habitats naturels qui comptent parmi les plus riches en nombre d espèces animales et végétales mais aussi parmi les plus menacés actuellement en France et en Europe. Ils ont une valeur inestimable. 80% des pelouses calcicoles de la région sont sur le territoire du Parc naturel régional. Afin de préserver le patrimoine naturel du territoire comme inscrit dans sa Charte, le Parc a donc lancé en 2004, en concertation avec ses partenaires, un plan d actions en faveur des pelouses calcicoles, qui concourt à l établissement de la Trame verte et bleue voulue par le Conseil Régional Nord-Pas de Calais afin de stopper la perte de biodiversité. Dans le Kent, la volonté est la même. C est pourquoi depuis de nombreuses années le PNR des Caps et Marais d Opale et le Kent Downs AONB se sont associés pour mettre en œuvre des moyens de préservation de la biodiversité de leur territoire dans le cadre des programmes Interreg. La préservation des pelouses calcicoles en sont le fil rouge! Daniel Percheron Président du PNR Avec leur géologie commune, les Kent Downs et le PNR des Caps et Marais d Opale détiennent d importantes superficies de coteaux crayeux. C est l un de nos habitats vitaux pour la faune et la flore. Le Kent détient environ 5% des pelouses calcicoles du Royaume-Uni et les Kent Downs environ 78% des pelouses calcicoles du Kent. Le programme Interreg IVa LNA a permis d acquérir une meilleure connaissance du patrimoine des pelouses calcicoles, en favorisant le partage des connaissances et des compétences techniques. Il a également soutenu la conservation et la valorisation des milieux naturels. Un des principaux outils offerts par les partenaires LNA est ce guide technique qui examine les questions de gestion des pelouses calcicoles afin de diffuser les expériences du territoire réunissant l AONB des Kent Downs et le Parc naturel régional des Caps et Marais d Opale. Il est important que nous diffusions les résultats du projet LNA. Nous vous encourageons à utiliser cette publication pour développer la conservation des pelouses calcicoles. Chris Raynold Président du KDAONB Sommaire I - Les coteaux calcaires du Kent DOWNS AONB ET DU PNR. un patrimoine naturel et des enjeux de biodiversité communs...p Géologie des coteaux du détroit...p Le Patrimoine naturel des coteaux calcaires...p Historique des usages, l exploitation des coteaux...p Protection et gestion conservatoire depuis les années P Les menaces et les enjeux (sites majeurs, corridors..., espèces)...p. 12 II - LA Gestion conservatoire des sites : approche transmanche de la conduite technique des opérations de gestion...p Les opérations de restauration des pelouses calcicoles...p Gestion conservatoire des pelouses calcicoles...p Opérations spécifiques de création de pelouses calcicoles et d introduction d espèces...p Évaluation de la gestion et valorisation des sites...p Actions de restauration de corridors écologiques...p. 22 III - LES Fiches d expériences de gestion par site...p. 23 sites du territoire du Kent downs aonb : Hills Reservoir...P. 24 Samphire Hoe...P. 26 Ladd s Farm...P. 28 High Meadow...P. 30 Ranscombe Farm Brockles...P. 32 Down Bank...P. 34 South Foreland Valley...P. 36 Western Heights...P. 38 Blue Bell Hill...P. 40 Rédacteurs : Pierre Levisse (Parc naturel régional des Caps et Marais d Opale), Josie Newman (White Cliff Countrysite Project) Suivi d édition : François Mulet, Claire-Hélène Garreau. Crédits photos : John Holyday, Julie-Anne Jorant, Pierre Levisse, François Mulet, Gaëtan Rey, Benoît Fritsch, Benoît Gallet, Xavier Douard, Hubert Brabant, Sébastien Mézière, Biotope. Remerciements à : Hubert Brabant, Xavier Douard, John Holyday, Gaëtan Rey, Benoît Gallet, Cédric Vanappelghem, Sue Young, John Shelton, Naomi Vincent, Christophe Blondel, Julien Moutaud. sites du territoire du PNR : Monts d Audrehem...P. 42 Blanc-Nez...P. 44 Coteaux de Dannes-Camiers...P. 46 Motte Castrale de Nesles...P. 48 Mont Pelé-Mont Hulin...P. 50 Molinet...P. 52 Côte de Breuil...P. 54 Coteau de Wavrans-sur-l Aa...P. 56 Annexes...P. 58 2

3 Programme Interreg LNA (Landscape and nature for all) Un levier prépondérant pour la connaissance et la préservation franco-anglaise des pelouses calcicoles Le programme Interreg LNA regroupe 18 partenaires français et anglais acteurs de la préservation des paysages et de la biodiversité du territoire transmanche. Le PNR CMO, chef de file s est associé au Kent Downs AONB pour développer un programme permettant de renforcer la préservation des différents milieux naturels du territoire transmanche. Pour assurer une diffusion large des expériences et des échanges techniques du programme Interreg, le Parc naturel régional a souhaité synthétiser dans ce guide technique, facile d accès par ses nombreuses illustrations techniques, les retours d expériences des acteurs de la préservation des pelouses calcicoles de chaque côté de la Manche afin d apporter les différentes approches, solutions et résultats pour inspirer de nouveaux projets. Territoires des coteaux calcaires du programme Interreg LNA 3

4 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR I. Un patrimoine naturel et des enjeux de biodiversité communs 4

5 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR 1. Géologie des coteaux du détroit Le Sud-Est de l Angleterre et le Nord-Ouest de la France ont été unifiés par un grand dôme de craie (un anticlinal) formé il y a plus de 30 millions d années qui s étend sur plus de 200 km. Le processus d érosion a mis à nu les couches les plus anciennes au cœur de la boutonnière : les zones du bassin du Weald en Angleterre et le Boulonnais en France. En Angleterre seul le jurassique terminal a été atteint car les formations du crétacé inférieur sont très épaisses tandis que dans le Boulonnais, ces formations étant moins épaisses, l érosion a entamé tout le jurassique. Il semble qu une crête de craie reliant les régions de Calais et de Douvres s est maintenue jusqu à il y a environ ans. Le sommet des cuestas Nord et Sud de l extrémité orientale de la boutonnière Weald- Boulonnais est constitué par les craies dures à silex du Turonien supérieur-coniacien. Le North Downs est un escarpement de craie, avec des versants souvent exposés au sud, de larges vallées alluviales et de nombreuses vallées sèches plus discrètes. Sur la côte, des sections, de basse, de moyenne et de craie supérieure peuvent être aperçues. Le territoire comprend deux complexes principaux de pelouses calcicoles (d après BOULLET, 1986), que nous détaillerons par la suite, se développant sur des niveaux géologiques différents : - un complexe sur craie du Sénonien, - un complexe sur craie marneuse du Turonien. Cette craie a pour origine des dépôts marins successifs datant de 65 à 97 millions d années. Le Boulonnais connaît une singularité géographique par rapport aux autres territoires du Nord de la France. Dans sa morphologie générale, il se présente comme une demiboutonnière, vaste dépression (le Bas Boulonnais), dominée vers l intérieur par le rebord escarpé du plateau crayeux (le Haut Boulonnais). L escarpement bordier forme un versant de type cuesta. Des boutonnières élémentaires échancrent le plateau crayeux, le Pays de Licques ou «Petit-Boulonnais», le bassin du Bléquin et la vallée de l Aa. L escarpement qui représente les coteaux résulte de l érosion plus ou moins profonde du plateau crayeux qui s est produite durant le quaternaire (moins de 2 millions d années) notamment lors des phases de déglaciation. Côté Boulonnais l érosion a été plus profonde jusqu à l assise jurassique, en témoigne les falaises du Cap Gris-Nez. Sur la roche très perméable, se développe un sol calcaire généralement peu épais. Il s agit d une couche enrichie en matière organique sur des affleurements calcaires bien drainés. Le sol est pauvre en éléments nutritifs ou oligotrophe. Il est appelé rendzine ou rendosol. Il existe différents types de rendzine caractérisés par la pente et donc la profondeur du sol. Sol et sous-sol des coteaux Cartes géologiques de la boutonnière du Boulonnais 5

6 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR 2. Le Patrimoine naturel des coteaux calcaires 2.1. Paysages des coteaux Le North Down domine les Kent Downs AONB offrant une vue sur les vallées fluviales, les villes et les villages, les zones boisées et les terres arables. Les North Downs se terminent à l Est sur le littoral par les célèbres falaises blanches de Douvres. Les pelouses étaient autrefois répandues dans la presque totalité des Kent Downs où de grandes superficies étaient en permanence pâturées par des moutons et du bétail. Depuis le début du 19 ème siècle, de nombreuses prairies ont été converties en terres arables. Les coteaux calcaires du territoire du Parc naturel régional peuvent se distinguer par leur géomorphologie et leur emprise dans le paysage. Ils se répartissent sur près de 70 km par entité locale avec la longue chaîne de la cuesta du Boulonnais, la Vallée de la Course plus étroite, le cirque du Pays de Licques, les coteaux de l Aa et de ses affluents. Tous dominent un paysage généralement bocager, un contrefort en culture et des fortes pentes pâturées ou localement boisées. Château Funquet à Boursin Folkestone Warren Les coteaux calcaires offrent aux promeneurs une variété de couleurs au fil des saisons de par la diversité des végétations et de leurs variations. Ils contituent l un des éléments les plus marquants du territoire transmanche offrant les meilleurs points de vue du littoral à l arrière-pays. 6 Aycliffe Dover Côte de Breuil à Samer Mont de Bonningues-les-Ardres

7 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR 2.2. Un peu de phytosociologie Les pelouses calcicoles qui se développent sur les coteaux existent dans une grande partie de l Europe, depuis la côte ouest de l Irlande jusqu à la frontière germano-polonaise et depuis le sud de la Scandinavie jusqu aux montagnes Nord-Méditerranéennes. Dans les régions plus septentrionales, ces formations deviennent rares. Elles sont progressivement remplacées par des pelouses steppiques vers l est du continent européen et par des pelouses xérophiles dans la région méditerranéenne. Les pelouses calcicoles, végétations rases sur les coteaux, qui comptent parmi les habitats naturels européens les plus riches en nombre d espèces animales et végétales, sont devenues relativement rares. Dans le Nord de la France on observe les transitions entre les pelouses Nord-Ouest européennes du Gentianello amarellae-avenulion pratensis et les pelouses Centre-Ouest européennes du Mesobromion erecti W.( ) Ces dernières sont largement plus répandues en France. La présence du Gentianello amarellae-avenulion pratensis dans le Nord de la France n a été reconnue que récemment (V. BOULLET, 1986) ; deux associations endémiques y ont été décrites : le Thymo britannici-festucetum hirtulae (mésoxérophile à mésophile sur craie sèche) et le Succiso pratensis-brachypodietum pinnati (mésohygrophile sur craie marnicole). Dans le secteur de l audomarois, subsiste plutôt un noyau intérieur thermophile que l on peut rattacher au Mesobromion erecti, que l on rencontre de manière mieux exprimée en vallée de l Authie (nous sommes en limite nord d extinction de ce groupement plutôt Thermophile). Plusieurs espèces telles qu Hippocrépide en ombelle (Hippocrepis comosa) ou Epipactis brun-rouge (Epipactis atrorubens) marquent ce caractère thermophile. Deux associations se retrouvent donc dans ces secteurs : la pelouse mésoxérophile de l Avenulo pratensis-festucetum lemanii et la pelouse mésohygrophile du Parnassia palustris-thymetum praecocis. Les groupements de dégradation trophique de ces pelouses et pelouses-ourlets ont été également décrits. Il s agit des prés calcicoles méso-eutrophes, des prairies eutrophes (amendées, surpâturées) et des arrhénathéraies. Ils sont apparemment communs aux deux zones géographiques et aux deux systèmes d hygrophilie. L étude typologique des pelouses du Boulonnais, du Pays de Licques et de l Audomarois, menée dans le cadre des opérations agri-environnementales (Toussaint et al., 1995 et Choisnet et al., 1995), a permis de mieux comprendre et d affiner la compréhension des enchaînements entre végétations. Les associations de pelouses et d ourlets retenues dans cette présentation se répartissent comme suit : «Sur la façade maritime (Boulonnais et Pays de Licques) l alliance du Gentianello amarellae-avenulion pratensis y tranche par son caractère boréal : il y manque de nombreuses espèces méridionales. L action des embruns y atténue la sécheresse des substrats calcaires et permet la présence de quelques espèces prairiales et acidoclines. Il s observe généralement en haut des coteaux au niveau des affleurements de craie blanche. Ce système méso-xérophile est relayé en bas de pente, sur les marnes ou sur les craies marneuses en exposition nord, par un système méso-hygrophile» (Choisnet et al., 1995). Relevé phytosociologique 7

8 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR Les habitats remarquables HABITAT Pelouse à Succise des prés et Brachypode penné (Succiso pratensis - Brachypodietum pinnati) Pelouse ouverte à Thym occidental et Fétuque hérissée (Thymo britannici-festucetum hirtulae) endémique du Boulonnais. STATUT Habitat assez rare (AR) et vulnérable en région Nord - Pas de Calais, mais considéré comme exceptionnel sur le plan national et européen Habitat très rare (RR) et en danger en région Nord - Pas de Calais et sur le plan national. Considéré comme exceptionnel en Europe CODE NATURA 2000 CODE CORINE Biotopes Ourlet à Séneçon à feuilles spatulées et Succise des prés (Senecioni helenitis - Succisetum pratensis) Habitat très rare (RR) et vulnérable en région Nord - Pas de Calais et sur le plan national. Considéré comme exceptionnel en Europe 6210 (si associé à la pelouse) Ourlet à Brachypode penné et Eupatoire chanvrine (Groupement à Brachypodium pinnatum et Eupatorium cannabinum / Trifolion medii). Habitat rare (R) en région Nord Pas de Calais 6210 (si associé à la pelouse) Ourlet à Centaurée des bois et Origan commun (Centaureo nemoralis Origanetum vulgaris). Habitat peu commun (PC) en région Nord Pas de Calais 6210 (si associé à la pelouse) Pelouse à Parnassie des marais et Thym couché (Parnassio palustris - Thymetum praecocis) Pelouse à Avenule des prés et Fétuque de Léman (Avenulo pratensis- Festucetum lemanii subass. blackstonietosum perfoliatae) Fourré à Ronce à feuilles d'orme et Genévrier commun (Rubo ulmifolii-juniperetum communis) Habitat très rare (RR) et gravement menacé d'extinction en région Nord - Pas de Calais Habitat très rare (RR) et vulnérable en région Nord - Pas de Calais Habitat assez rare (AR) et quasiment menacé en région Nord - Pas de Calais Flore des pelouses 8

9 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR 2.3. La connaissance naturaliste des coteaux calcaires Il n existe pas de synthèse faune-flore du territoire transmanche. Cependant voici quelques informations qui permettent d illustrer l effort entrepris pour la connaissance du milieu naturel. Dans le Kent, la densité du réseau des observateurs naturalistes permet d assurer un niveau d inventaire élevé. La flore, les oiseaux, les lépidoptères, les petits mammifères et l herpétofaune des zones naturelles accessibles au public sont bien documentées dans la majeure partie du Kent. Les plantes inférieures, les champignons et de nombreux groupes d invertébrés sont généralement insuffisamment recensés. Les descriptions de l habitat au sens large (milieu naturel) sont beaucoup plus souvent utilisées que les descriptions de communautés végétales telles qu effectuées en phytosociologie. Côté français, depuis plus de 30 ans la description des végétations s est considérablement affinée. Grâce aux études des sites Natura 2000 et à la réalisation de relevés phytosociologiques et des cartographies pour les plans de gestion, environ 75% des coteaux calcaires sont bien décrits. L avifaune est également bien connue. La connaissance des papillons de jour est assez ancienne dans la région, et a été récemment réactualisée permettant d évaluer la dégradation des peuplements de papillons de jour sur le réseau de coteaux mais également de mieux préciser la distribution de certaines espèces. Les orthoptères bénéficient d une connaissance plus récente. Le jeu des Atlas réalisé pour la région par le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord-Pas de Calais (GON) permet de dynamiser la collecte de ces informations. Les autres groupes sont étudiés de manière localisée par les naturalistes de la Société entomologique du Nord de la France (SENF) et du GON mais rarement sur les coteaux. Il existe des inventaires localisés de papillons de nuit (Ohrant, 1997), des coléoptères coprophages (Hubert, 2010), etc Il est vrai qu une plus grande diversité d espèces est présente sur le continent, on peut citer par exemple le Stenobothre nain (Stenobothrus stigmaticus) absent du Kent. Certaines espèces semblent cependant plus communes dans le Kent, quelques exemples pour les orchidées comme l Orchis homme-pendu (Aceras anthropophora), l Orchis pyramidal (Anacampis pyramidalis), l Orchis brûlé (Orchis ustulata). Les raisons peuvent être multiples : soit par la gestion conservatoire ciblée déjà ancienne de ces espèces, soit en raison des particularités climatiques et édaphiques, ou un état de conservation du milieu globalement meilleur du fait de la gestion menée. Il est difficile de tirer des conclusions puisqu il n existe pas d étude comparative précise. En complément des démarches Natura 2000, le programme Interreg LNA a contribué à l amélioration récente de la connaissance par le développement des diagnostics des plans de gestion et des études ciblées menées sur certains groupes d espèces ou espèces : mollusques, fonge, Vipère péliade (Vipera berus). Chaque spécialiste a entrepris de consulter les données britanniques pour initier des comparaisons. Pour la fonge, les prospections récentes ont permis de belles découvertes précisant la répartition de certaines espèces caractéristiques des coteaux. Par rapport aux données britanniques, les pelouses du territoire du PNR semblent se distinguer par la richesse en certaines espèces comme Cuphophyllus colemannianus et Entoloma bloxamii surtout, et pour le site du Blanc-Nez pour Hygrocybe fornicata ; toutes sont des espèces très rares de l autre côté de la Manche. A l inverse une espèce donnée souvent comme commune, est absente au Nord-Pas de Calais, il s agit de Cuphophyllus russocoriaceus ; elle est présente dans les départements de la Manche et de Haute Normandie (Huart, 2010). L étude des mollusques n avait été testée que sur quelques sites comme Wavrans-sur-l Aa. Désormais un spectre plus large de coteaux a été prospecté mettant en évidence 39 espèces vivantes de mollusques continentaux. Seule une espèce d intérêt patrimonial a été observée. Il s agit de Zenobiella subrufescens, observée sur les Monts d Audrehem. Majoritairement, la malacofaune des pelouses sèches étudiées est dominée par des espèces mésophiles, traduisant un embroussaillement des pelouses, et les espèces thermophiles et sub-thermophiles caractéristiques sont très localisées sur les sites. En revanche, certaines espèces observées sont jugées caractéristiques des pelouses sèches rases et/ou écorchées (Pupilla muscorum, Candidula gigaxii) et des pré-ourlets à Brachypode (Monacha cantiana). Helicella itala itala est la seule espèce inféodée aux habitats xériques qui semble avoir disparue des sites étudiés puisque retrouvée uniquement à l état de coquille (Cucherat, 2009). La composition en espèces observées ici avec celles observées en Grande-Bretagne peut être comparée. Les espèces qui ont été observées par Cameron & Morgan-Huws (1975) dans 10 sites de pelouses sèches dans le South Down, l ont également été ici. L étude indique la présence de limaces et de quelques espèces introduites, non considérées par les auteurs précédemment cités. Globalement, la faune diffère peu entre ces deux travaux, même s ils sont distants de plusieurs dizaines d années. La Vipère péliade est le reptile menacé à l échelle régionale lié en grande partie aux coteaux calcaires. Sa présence constitue un enjeu de conservation. Elle fait l objet de nombreuses mesures de gestion dans le Kent et semble se porter par ailleurs bien mieux. L étude des populations de Vipère péliade est menée depuis plus de 20 ans par le KRAG (Kent reptile and amphibian group). 9

10 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR Côté français, les études sont rares (Fracchia, 1997), Cependant les prospections se renforcent avec une étude animée par le Conservatoire des Espaces Naturels (CEN) qui permettra de faire un point sur sa distribution, de mieux comprendre les relations entre les populations actuelles et de déterminer les priorités d action en vue de leur conservation. Le programme Interreg LNA a permis de partager l expérience des gestionnaires français et du GON avec le Kent Reptile Amphibian Group (KRAG). Le CEN a entrepris l étude génétique des populations et la coordination d un plan d actions régional. Au vu des différentes synthèses réalisées, parmi les espèces patrimoniales qui font partie des enjeux du territoire transmanche en raison de leur statut de rareté ou de menace, on peut citer pour illustration : 3. historique des usages : l exploitation des coteaux Il faut attendre le développement de l agriculture au Néolithique pour voir s affirmer le rôle de l homme dans la modification du milieu naturel. Il s agissait sans doute alors d exploitations très extensives qui se sont probablement maintenues jusqu aux grands défrichements du Moyen Age. Si nos ancêtres conservaient de vastes pâturages, on devine que ceux-ci devaient remplir une fonction essentielle dans l économie rurale. En raison des faibles rendements agricoles et des techniques peu évoluées, les meilleures terres étaient réservées à la culture, tandis que les fonds de vallées humides étaient occupés par des prés de fauche, fournissant l indispensable fourrage d hiver pour le bétail. Ce dernier paissait les terres ingrates, pauvres ou au sol trop superficiel. Le bétail, essentiellement composé de moutons et de chèvres, était capable d exploiter les maigres ressources fournies par les pelouses sèches. Au printemps, par temps sec et légèrement venteux, les bergers et autres exploitants allumaient des feux courants (écobuage) appelé bourdi dans le Pas-de-Calais. Le feu détruisait la litière sèche et libérait les sels minéraux contenus dans les fanes, ce qui favorisait la repousse printanière de l herbe. Il détruisait sans doute aussi les jeunes plantules ligneuses et freinait la recolonisation forestière. Le berger était ainsi responsable de l entretien du paysage ouvert, propre aux régions connaissant ce type d activité. Flore Fonge Herminium monorchis Insectes, Orthoptères Insectes, Rhopalocères Reptiles Mollusques Plebejus argus Herminium monorchis, Gentianella amarella, Ophrys sphegodes ssp aranela, Spiranthes spiralis... Hygrocybe punicea, aurantiosplendens, Entoloma bloxamii, Microglossum olivaceum... Decticus verrucivorus, Stenobothrus stigmaticus, Stenobothrus lineatus, Omocestus viridulus... Euphydryas aurinia, Plebejus argus, Cupido minimus, Polyommatus bellargus, Spiala sertorius... Vipera berus. Helicella itala itala Pâturage itinérant à Audrehem avant 1950 Pâturage à Folkestone en Azuré de l ajonc (Plebejus argus) - Photographie de Gaëtan Rey

11 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR 4. Protection et gestion conservatoire depuis les années 1980 Dans le Nord de la France, la mise en évidence du patrimoine naturel des coteaux s est renforcée dans les années 1980 avec une description fine par les botanistes et phytosociologues de la région et la connaissance grandissante de la faune lépidoptérique. Les premières opérations menées côté français l ont été par Espace naturel régional (ENR). Celles-ci visaient les sites prioritaires bien décrits au début des années 1980 (Géhu, 1981) tels que les coteaux de Wavrans-sur-l Aa, aujourd hui en réserve naturelle nationale ou le site du Mont Dubert. Coteau de Licques vers 1900 Les anciens se souviennent des troupeaux de moutons parcourant les talus et les monts au printemps ainsi que les chaumes après la moisson. Jusque dans les années 1990, les derniers bergers emmenaient leur troupeau sur les rietz. Les anciens bergers ne sont plus que quelquesuns à pouvoir témoigner de la pratique ancestrale du pâturage itinérant (Carré, 2007). Ils étaient souvent fins connaisseurs des plantes et de leurs vertus. Mis en culture parfois, mais généralement non mécanisables, les coteaux restent en marge des exploitations. Depuis cinquante ans, le pâturage séculaire est progressivement abandonné car peu rentable ou intensifié par apports de fertilisants pour les sites mécanisables. Les troupeaux de moutons ont disparu peu à peu. Là où le pâturage a persisté, les moutons ont été généralement remplacés par des génisses Holstein. Plusieurs raisons vont provoquer la régression puis la disparition de ce mode d exploitation des ressources naturelles hérité des Celtes et des Romains. L utilisation des engrais chimiques, à partir de , et le droit d enclosure a permis la création de pâturages permanents aux dépens des anciens parcours. L importation de laines produites outremer et l apparition de nouvelles fibres textiles (coton) ont également précipité la disparition des troupeaux de moutons. Les activités de production se sont concentrées sur les sols les plus propices et les terrains les plus ingrats ont été abandonnés. Les contraintes de grands pâturages et les entraves que les règlements locaux apportent trop souvent à l exercice de la vaine pâture, comme la suppression presque générale des jachères, stoppent malheureusement le commerce de la laine et forcent les cultivateurs à renoncer à l élevage (Coll., 1996). Il existe 2000 ha de milieux ouverts sur coteaux. Les usages principaux : 55 % de pâturage intensif, 32 % de sites enfrichés et 10 % de pâturage extensif. Les grands ensembles sont reconnus au titre des Zone Naturelle d intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et certains coteaux, environ 75 % sont en Natura 2000 classés en Zone spéciale de conservation (ZSC). Seuls 840 ha de sites à pelouses et habitats associés persistent dont environ 53 % de sites protégés que ce soit en réserve naturelle, arrêté de protection de biotope (APB) ou sous maîtrise foncière. Une vingtaine de sites est également gérée et/ou protégée. Actuellement Eden 62, le Conservatoire des espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais et le Parc travaillent à la préservation de plus de 450 ha de pelouses calcicoles. Le Kent concentre environ 5% des pelouses calcicoles britanniques. Seul un tiers est désigné en tant que site d intérêt scientifique (SSSI). Cependant, quand on examine les pelouses calcicoles au sein de l AONB des Kent Downs on s aperçoit que le nombre de sites désignés comme SSSI s élève à 60%. Ces sites ont été identifiés depuis 1949 par le Nature Conservancy Council et sont désormais juridiquement protégés au niveau national par le Wildlife and Countryside Act (1981), le Countryside and Rights of Way Act (2000), et le Natural England and Rural Communities Act (2006). A ce jour, il n existe plus que 700 ha de pelouses calcicoles au sein de l AONB des Kent Downs. Il existe un réseau d organismes de gestion de la campagne à travers le Kent (countryside project) et une partie de leurs attributions consiste à préserver la biodiversité. Egalement prépondérant dans la gestion des pelouses calcicoles du Kent sont des organisations comme le Kent Wildlife Trust et le the National Trust. Tous ces organismes comptent sur le soutien de bénévoles locaux ; sur des subventions d organismes publics et, plus récemment de propriétaires terriens et du Natural England s Higher Level Stewardship, équivalent des mesures agro-environnementales (MAE) françaises. Les différents intervenants de la protection et de la gestion des pelouses calcicoles sont présentés en annexe. Panneau d information de la réserve naturelle régionale de Dannes-Camiers 11

12 Les coteaux calcaires du Kent Downs AONB et du PNR 5. Les menaces et les enjeux (sites majeurs, corridors, espèces...) 5.1. Les principales menaces La perte de ces milieux naturels est due principalement à l abandon du pâturage, ce qui occasionne le retour de la dynamique naturelle de colonisation par les arbustes et les arbres. Elle est due également aux plantations. Les pelouses calcicoles sont alors de plus en plus morcelées. Sur les parcelles encore exploitées, la fertilisation minérale ou organique, souvent employée lorsque les pentes sont accessibles, entraîne la perte des espèces calcicoles caractéristiques. Outre la question agricole, dans le Nord de la France, depuis quelques années les coteaux sont des terrains de chasse très appréciés. L apport financier important que représente la location de chasse pour les propriétaires est sans commune mesure avec les revenus du fermage, ce qui a pour conséquence d écarter les éleveurs. La gestion cynégétique consiste parfois à laisser l embroussaillement se développer, stoppé simplement par l entretien de layons. En résumé, la perte de biodiversité est due à : La fragmentation de l habitat : qui représente sans doute la plus grande menace. De nombreux sites petits et / ou mal connectés sont désormais des zones difficiles à gérer et très fragiles face aux variations de l environnement. L invasion par des broussailles : des coteaux entiers ont été perdus suite à l envahissement par les broussailles, en raison de la modification de l utilisation traditionnelle des terres. Le manque de pâturage : les parcelles petites ou éloignées des exploitations, peu rentables, présentent peu d intérêt pour les agriculteurs. Les intrants : au contraire, les parcelles qui sont gérées intensivement (fertilisation, surpâturage, traitements phytosanitaires) perdent toutes leurs qualités. Le changement climatique : pose un véritable défi pour les espèces des pelouses calcicoles, qui devront s adapter pour survivre. Mais ceci est compromis par le manque de connectivité entre les sites (BRANCH Report, 2007) Les enjeux de conservation Les pelouses calcicoles représentent à la fois un intérêt paysager, écologique et historique. Pour leur préservation, il s agit de concilier les différents usages, élevage, chasse et parfois d autres activités de loisir. Les problèmatiques de conservation Connaissance : l un des défis est d améliorer la connaissance du milieu pour mieux cibler la préservation de certaines espèces et prioriser les actions de renforcement de corridors. valorisation : des efforts sont faits pour faire connaître le patrimoine et argumenter de l intérêt de préserver ces milieux, notamment en zone périurbaine dans le Kent, comme zone «récréative» du cadre de vie. Le débroussaillement : le défi est de gérer l embroussaillement. Cela peut être très coûteux et il peut être difficile de gérer la perception de ce processus, en particulier concernant les opérations de grande envergure où celà peut prendre plusieurs années avant de retrouver des milieux de qualité. L approche éco-corridor : cette approche vise à relier des habitats en utilisant des schémas tels que le KWT s Roadside Nature Reserves pour créer des corridors adaptés à un large éventail d espèces. Comme l on s attend à l expansion généralisée des villes et villages dans les décennies à venir (en particulier dans le Kent qui subit l influence de Londres), le défi pour les écologues est de s assurer que la démarche d éco-corridor fait partie intégrante des nouveaux aménagements urbains. L évaluation de la gestion : attester de la réussite ou non de la conservation de sites naturels est un défi pour tous les gestionnaires afin d assurer l efficacité technique et financière. Ceci est important afin de pouvoir bien utiliser les fonds (limités) disponibles. Cependant le recueil des données et l analyse de celles-ci ont également des coûts non négligeables. Coteau planté 12

13 La gestion conservatoire des sites II. approche transmanche de la conduite technique des opérations de gestion. 13

14 La gestion conservatoire des sites Il s agit ici d illustrer les techniques et moyens employés sur nos territoires pour la gestion des pelouses calcicoles par un retour d expériences locales. En fin de document, les gestionnaires présentent différents sites illustrant les thématiques de gestion développées ci-dessous. Les principales notions qui ont fondé les orientations de gestion ne sont pas détaillées. Elles sont à rechercher dans les nombreux ouvrages publiés sur ce thème dont quelques références se trouvent dans la bibliographie. Les sites évoqués dans le texte sont pour la plupart repris dans la partie III. 1. Les opérations de restauration des pelouses calcicoles 1.1. Mise en œuvre du débroussaillage Des précautions sont à prendre pour maintenir un réseau de bosquets. Pour les passereaux (Pipit des arbres, Bruant jaune, Hypolais polyglotte,..) maintenir des arbres isolés en poste de chant est également utile. Certains papillons y sont aussi associés tel que le Thécla du bouleau qui a besoin de couvert arbustif, comme la Vipère péliade. La principale question est celle de la mécanisation ou du niveau d action. Faut-il agir massivement ou par tâches ponctuelles? Les actions massives de débroussaillage se révèlent difficiles à gérer les années suivantes en raison des rejets de souche à contenir, à moins de disposer d importants moyens d entretien. Certains gestionnaires ont eu recours à des traitements chimiques de souches au sulfate d ammonium. Les traitements sont désormais proscrits. Comme astuce, la réalisation de saignées dans les souches lors du tronçonnage favorise le pourrissement et la diminution des rejets, notamment pour l aubépine. La planification d interventions mécaniques ponctuelles et la bonne conduite du pâturage suffisent généralement et permettent de rationnaliser les coûts. Le débroussaillage est envisagé lorsque le taux de recouvrement est très important et en raison des enjeux faune-flore identifiés localement. De manière arbitraire, il est possible d établir une valeur seuil ou un seuil d alerte d embroussaillement de 15% du coteau. L environnement du site ou des parcelles gérées doit être bien sûr considéré. Le maintien d une certaine dynamique de végétation est à intégrer dans la gestion afin de ne pas figer à moyen ou long terme la physionomie du site. L intervention doit se mesurer afin de préserver une certaine mosaïque d habitats entre strates de végétation ou au sein de la strate herbacée en raison notamment des besoins des Orthoptères. Ces habitats pouvant révéler des enjeux pour d autres espèces dont la distribution n est pas spécifiquement liée aux coteaux, la connaissance des populations locales ou de l habitat favorable est à considérer. Chantier bénévole de réduction de l embroussaillement 1.2. Déboisement de coteaux Valorisation des broussailles en broyat Thécla du bouleau Vipère péliade La restauration de pelouses par une opération de déboisement peut s imposer notamment pour renforcer les corridors biologiques. Les acteurs du Kent développent ce type d actions de grande ampleur (KSCP, WCCP, VOV...). Ces opérations impliquent des procédures réglementaires (reboisement éventuel), des compétences techniques particulières et la prise en compte de la valorisation des produits à l échelle locale. Avant tout déboisement, la prise en compte des lisières forestières et leur bonne gestion peuvent être utiles au renforcement de la trame écologique des pelouses calcicoles. 14

15 La gestion conservatoire des sites 2. Gestion conservatoire des pelouses calcicoles 2.1. Fauche La fauche reste généralement une action de restauration sur les terrains enfrichés pour faciliter une exportation rapide de la matière, dans le cas d un taux de recouvrement important et d une forte densité de Bachypode penné (Brachypodium pinnatum) ou à un stade supérieur de Fromental élevée (Arrhenaterium eliatoris). Celle-ci est pratiquée de préférence par secteur les premières années de remise en gestion avant la première mise à l herbe. La fauche se déroule à l automne afin d exporter un maximum de matière, ou en fin d hiver pour maintenir le couvert végétal favorable à la petite faune. La période d intervention est tributaire des usages du site. Lorsque celui-ci est chassé, le gestionnaire français attend parfois la fermeture de la chasse, fin janvier, pour intervenir. En gestion conservatoire courante, la fauche est utilisée quand le pâturage est impossible ou non autorisé comme sur les sites de captage d eau comme au Molinet ou à Reservoir Hills (réglementation spécifique sur le périmètre rapproché). Sur de petites surfaces, la fauche apporte cependant une certaine finesse d intervention. Elle peut être utilisée sur des talus par exemple ou sur une station d espèce patrimoniale mise hors pâturage. Sur des surfaces de coteaux importantes, celle-ci ne peut se pratiquer en raison de la pente qui ne permet pas la mécanisation et induit une forte pénibilité d exécution en technique manuelle (débroussailleuse à dos). De plus, la fauche est coûteuse, en prestation ou en régie (temps et matériel), et a tendance à homogénéiser la végétation en maintenant essentiellement des ourlets Renaturation de sites anthropisés et sites historiques Sur nos territoires où l exploitation de la craie a été et reste une activité industrielle importante, la renaturation de site industriel peut constituer une opportunité. Les sites se recolonisent par le simple jeu de la dynamique naturelle. Parfois un coup de pouce est donné pour favoriser la création de milieux et favoriser une intégration paysagère plus grande de l ancien site industriel, comme au Mont Pelé. On compte actuellement deux cimenteries en activité sur le territoire du Parc naturel régional ; deux sites ont été fermés dans les années D autres carrières plus petites ont rapidement perdu leur rentabilité au 20 ème siècle. À Dannes-Camiers cohabite une carrière en activité et une décharge avec une réserve naturelle régionale. Des mesures compensatoires à ces activités ont permis d acquérir des terrains privés gérés aujourd hui par le Conservatoire des espaces naturels. La réapparition de pelouses calcicoles efface parfois une partie des traces du passé comme sur d anciennes décharges. C est le cas dans le Pays de Licques : au pied des coteaux persistent ou affleurent d anciennes décharges communales utilisées avant la mise en place du ramassage des déchets ménagers dans les années Même si leur emprise reste limitée à 1500 m² en moyenne, leur effet à long terme est difficile à juger et il se peut que leur présence soit peu à peu oubliée. Bien souvent celle-ci ont été recouvertes et la végétation a recolonisé le site avec parfois l expression d une flore caractéristique. Sur le territoire du détroit chargé d histoire, les coteaux ont constitué des promontoires naturels utiles aux opérations militaires du Moyen-Âge jusqu à la Seconde Guerre Mondiale comme la motte féodale de Nesles ou les coteaux de Douvres. Les trous de bombes du Blanc-Nez ou du Mont de Couple témoignent de ces heures sombres. On sait que l occupation des coteaux de Wavrans et Elnes a débuté à l époque du Paléolithique avec l implantation de villages préhistoriques au sommet du Mont Carrière. Il subsiste à cet endroit des vestiges sous forme de «mardelles» qui sont des excavations profondes de 3 à 4 mètres correspondant au fond des huttes. Les coteaux ont été exploités ensuite par le pâturage. L une des contraintes de la fauche est la valorisation des foins. Autant que possible, il est nécessaire de sortir les produits du site que ce soit à destination d un compost ou pour le bétail d un exploitant agricole local. L andainage est rarement possible mais il doit être réalisé dès que possible pour exporter en ballots. Le ratissage manuel est le préalable nécessaire après quelques jours de séchage. Le brûlage parfois inévitable, pour des questions techniques d accès, n est pas satisfaisant. Fauche mécanique Motte castrale de Nesles 15

16 La gestion conservatoire des sites Certaines zones (sommets et pentes plus douces) ont été épisodiquement cultivées, comme en témoigne ici et là, la persistance de plantes messicoles dans les pelouses. Quoiqu il en soit, il est alors nécessaire de concilier le patrimoine historique avec la gestion des habitats naturels. La valorisation de l histoire des sites est un argument pour leur préservation et la sensibilisation des habitants Modalités de gestion par pâturage Trous de bombes au cap Blanc-Nez Le pâturage représente la solution traditionnelle de gestion des pelouses calcicoles. Dans le Nord de la France, tous les troupeaux utilisés appartiennent à des éleveurs qui, par convention avec le propriétaire et le gestionnaire, doivent respecter un cahier des charges. Même maigre, la production en herbe est valorisable en élevage d autant plus que les gestionnaires réduisent alors les coûts au minimum pour l éleveur Aménagements des enclos de pâturage De nombreux sites nécessitent le réaménagement des éléments nécessaires au pâturage. Bien que difficile, le travail dans la craie est un atout pour renforcer la tenue des clôtures et des barrières parfois très lourdes comme les barrières traditionnelles en bois massif. L une des causes de l abandon des sites étant la difficulté à garantir l abreuvement du bétail, en condition d exploitation par un agriculteur local, il est nécessaire d apporter une solution pratique et durable : - l eau du réseau : solution la plus simple en fonction du réseau en place ; - la citerne enterrée de 3000 à 5000L : solution peu coûteuse ; - un forage : solution onéreuse et très réglementée mais qui réduit totalement les contraintes ; - la pompe solaire : coût modéré à étudier en fonction de la topographie et de la source (à partir du réseau ou d un forage). Quelques astuces existent pour garantir la pérennité des clôtures. La qualité de la pose est primordiale : alignement des piquets, tension (au tracteur ou au tire-fort), inversement des mailles des ursus pour faciliter la circulation de la faune (Lapin, Lièvre ), piquets de coin en chêne avec croisillon au pied. Les accords entre les gestionnaires des sites et les éleveurs peuvent varier. Certains resteront informels et d autres seront plus formels. Les conventions de pâturage formelles sont renouvelées périodiquement. Des problèmes peuvent survenir lorsque les gestionnaires n ont pas d influence sur la gestion du pâturage. Par exemple, des sites sont parfois sur-pâturés parce que l éleveur ne respecte par les chargements préconisés. Côté anglais, certains gestionnaires possèdent leurs propres animaux. Par exemple, le Kent Wildlife Trust possède une diversité d animaux qui peuvent être transportés de site en site. Les éleveurs extérieurs ne sont pas toujours des agriculteurs. Le WCCP, entre autres, fait pâturer certains sites par des poneys Konik du Wildwood Trust, un organisme de bienfaisance engagé dans la conservation et la réintroduction de mammifères en Grande- Bretagne. Parc de contention, un aménagement nécessaire à bien positionner Technique de pose de barrière boulonnaise sans béton, travaux APRT. 16

17 La gestion conservatoire des sites 2.5. Les races utilisées Le choix de la race de bétail est important localement pour la bonne gestion des sites. Lorsque l éleveur est en place, notamment dans le cadre d un bail agricole avec le propriétaire, la marge de manœuvre du gestionnaire est limitée. Si le terrain est libre d occupation, le gestionnaire peut tester différentes solutions comme ça a été le cas depuis 20 ans sur les coteaux du territoire transmanche. Bétail Ovin Bovin Race Boulonnais Romney Hebridean Scottish black face Suffolk Tête noire Holstein (génisses) Dexter Gestionnaire Eden 62, PNR, CEN VOV PNR WCCP PNR PNR, Eden 62 WCCP Effets positifs Ligneux Herbe sèche Très rustique Ligneux Herbe sèche Ligneux Herbe sèche Permet le maintien d une strate herbacée hétérogène sur les pentes fortes Petit gabarit agile sur les pentes Bémol Faire attention à l uniformisation de la strate herbacée Une expérience en pâturage intégral (stoppée en 1995) mauvais résultats sur Wavrans-sur-l Aa Faire attention à l uniformisation de la strate herbacée Peu adapté aux très fortes pentes Pelouses rases plus difficiles Consommation des ligneux faible Trop sélectif, peu d effet sur la broussaille Highland Eden 62, WCCP Grande rusticité Trop lourd Equin Konik WCCP Rusticité Pâturage trop hétérogène Caprin PNR, Eden 62, CEN, KWT, KSCP Consommation des ligneux efficace Difficile à contenir Clôtures à adapter Les informations sur l effet des différentes races sont valables en cas de conduite en faible pression de pâturage, adaptée aux caractéristiques du site naturel et aux orientations de gestion. Quel que soit le bétail, le surpâturage ou l hétérogénéité spatiale du pâturage au niveau de la parcelle reste un risque à prévenir. En raison de son statut de race locale menacée, le mouton Boulonnais a été largement soutenu par les organismes publics dans le Nord de la France. Cependant le bovin de race Holstein, majoritaire sur les pâturages, n est pas inintéressant. Ce sont généralement les génisses qui parcourent les coteaux. Une bonne pression permet de bien gérer la strate herbacée en maintenant une certaine hétérogénéité. La consommation des ligneux reste la principale faiblesse des bovins. Les équins apparaissent comme les moins efficaces sur les broussailles et les formations herbacées... Vaches Dexter Moutons Boulonnais 2.6. Prophylaxie et suivi sanitaire Chèvres Le suivi sanitaire est à la charge de l éleveur mais les techniciens peuvent interpeler celuici en cas de problème. Le cahier des charges que l éleveur doit suivre indique la nécessité de respecter des périodes pour le traitement vétérinaire des bêtes et seuls certains produits sont conseillés. Une enquête (Brasseur, 2007) a permis de préciser les pratiques des éleveurs. Les coteaux sont des milieux dits sains d un point de vue parasitaire. En réalité, la plupart des traitements sont réalisés en fin de saison lors du retour à l étable ou à la bergerie. Seules les tiques représentent parfois une inquiétude pour les éleveurs. L Ivermectine, utilisée en vermifuge, est la molécule qui pose le plus de problèmes en raison de sa rémanence. La moxidectine, moins rémanente, est conseillée en cas de nécessité. Le WCCP bénéficie du soutien de ses volontaires qui, sur certains sites comme à Douvres, effectuent une visite de contrôle des sites et des animaux chaque jour. 17

18 La gestion conservatoire des sites 2.7. Calendrier de pâturage et conduite des animaux Des approches différentes émanent des expériences anglaises et françaises de conduite de pâturage. Côté français, la clé d entrée habitat naturel est le plus souvent retenue quand, côté anglais, certaines espèces phares sont ciblées, comme c est le cas des orchidées ou parfois d une espèce de papillon. Ceci influence alors le calendrier de pâturage. La pression de pâturage s exprime de différentes manières : en UGB (Unité gros bétail) ou «Livestock unit» en Angleterre, normes issues de l élevage. Le plus simple à manier est le nombre de bêtes à l hectare par semaine et par an, en prenant bien en compte le gabarit de chaque race et la durée de pâturage. Nous ne disposons pas d analyse comparée sur l état de conservation des habitats en fonction des pressions de pâturage. Les expérimentations menées par les gestionnaires ont été nombreuses pour développer un pâturage extensif assurant un bon état de conservation des pelouses. Le pâturage intégral a montré ses limites en raison du suivi sanitaire nécessaire (cas du site de Wavrans-surl Aa dans les années 1990) et de la dégradation des pelouses en hiver. Le pâturage uniquement hivernal est parfois privilégié côté Kent avec un effet différent sur la strate herbacée et la physionomie de végétation. En France, le pâturage tournant est désormais privilégié dès que possible (surface du site, accord local ) entre avril et novembre. L absence de pâturage sur une partie de saison, voire sur une saison, peut renforcer l expression de certaines espèces. Le rôle du technicien est primordial pour ajuster au mieux les pressions de pâturage en fonction des préconisations théoriques, du comportement du bétail, de la quantité d herbe disponible et des enjeux faune-flore. La perception de l éleveur doit être écoutée. La prise en charge par les éleveurs constitue une forme de continuité de l exploitation ancestrale de ces milieux et une intégration des enjeux de biodiversité au-delà du réseau des gestionnaires et des collectivités. Il s agit de trouver l équilibre entre pression instantanée et temps de pâturage. Moutons du Blanc-Nez Cas unique, la restauration d un pâturage conduit par un berger d Eden 62 permet au Blanc-Nez l entretien depuis 2009 de près de 300 ha en une dizaine d enclos. L atout du berger est de diriger le troupeau sur les zones à restaurer en priorité notamment celles qui sont généralement délaissées car peu appétentes comme les zones à forte densité de Brachypode penné (Brachypodium pinnatum). Enclos de pâturage du Blanc-Nez, Eden

19 La gestion conservatoire des sites 3. opérations spécifiques de création de pelouses calcicoles et d introduction d espèces 3.1. Création de pelouses calcicoles Le terme de création correspond aux opérations visant à reconstituer l habitat sur des sites dégradés ou «neufs». L apparition spontanée d une pelouse calcicole est biensûr courante et souvent «involontaire». Il s agit d une recolonisation naturelle de substrats crayeux mis à nu dans des espaces de carrières ou sur des bords de route. Les créations volontaires constituent généralement une mesure compensatoire à des surfaces détruites par des aménagements ou infrastructures linéaires de transports. Deux exemples particuliers sur le territoire transmanche sont décrits dans la seconde partie du guide. En premier lieu, les sites jumeaux de Samphire Hoe et du Fond Pignon, sites d envergures (une trentaine d hectares chacun), créés à partir des craies extraites lors de la réalisation du tunnel sous la Manche. Le cas de l ancienne RN43 est un exemple des mesures liées à la réalisation de routes, puisque l ensemble de l opération a été conduit pour établir de nouvelles pelouses calcicoles sur des talus d une déviation. Des récoltes de graines et leur multiplication ont été nécessaires avant leur semis (Dhainne, 1998) Réintroduction d espèces Dans le Nord de la France, il n existe pas d exemple de réintroduction d espèces. À court terme, cette solution sera peut-être à envisager pour des espèces dont les populations locales semblent avoir disparu comme celle du Damier de la Succise (Euphrydryas aurinia) non revue depuis 2008 (GON, 2011). Dans le Kent, les expériences existent. Certains papillons en ont fait l objet comme l Azuré bleu céleste (Lysandra bellargus) ou une sauterelle, le Dectique verrucivore (Decticus verrucivorus), réintroductions menées par le KWT. Le cas du Genévrier commun est intéressant à South Foreland Valley. Cette solution envisagée côté français n a pas été mise en œuvre (Szwab, 2000). Il fut projeté de développer les populations afin de valoriser les baies pour le Genièvre local! Systématiquement le porteur de projet doit s associer avec les organismes spécialisés notamment pour établir la listes des espèces à semer et si nécessaire programmer une récolte de graines sur des sites sources. Ce type de procédé pourrait être renouvelé pour permettre le renforcement du réseau de sites. Ancienne carrière de craie en cours de recolonisation naturelle Talus de la RN43 (RD) ensemencé en

20 La gestion conservatoire des sites 4. évaluation de la gestion et valorisation des sites 4.1. Suivi de la biodiversité et suivi de gestion Les particularités mises en évidence dans ce thème ne sont pas propres aux pelouses calcicoles. Les plans de gestion par site doivent permettre d orienter et d établir des moments d évaluation. Dans le Kent, seules certaines espèces bénéficient d un suivi annuel particulier. Une attention particulière est portée aux orchidées. Côté français, la plupart des suivis s inspirent d expériences nationales (réseau des réserves naturelles), régionales et des partenariats scientifiques locaux. Le Conservatoire botanique national de Bailleul privilégie un suivi phytosociologique tous les 4 à 5 ans. Certaines espèces végétales bénéficient de suivis particuliers, c est le cas du Sysimbre couché (Sysimbrium supinum), espèce de la directive européenne habitats, à Dannes-Camiers. Le suivi du pâturage doit permettre d analyser l utilisation des sites par les troupeaux et leur effet au regard des objectifs de gestion. Certaines techniques de suivi s inspirent notamment des travaux réalisés par l INRA (Agreil, 2004) qui visent à optimiser la gestion des parcours embroussaillés et la conduite des troupeaux de manière extensive aux habitudes alimentaires du bétail. La prise en compte des habitudes du bétail comme les passages, les traces de broutage, les places de ruminage, permet d ajuster les opérations de gestion que ce soit la fauche ou le débroussaillage. Au-delà du suivi de l effet du pâturage pour l entretien et la restauration des pelouses calcicoles, une attention toute particulière est également apportée sur les zones ayant subi des opérations conséquentes de débroussaillage. La mise à nu des sols provoque le reveil et la colonisation par des espèces opportunistes très dynamiques tels que les chardons. Ceci est à suivre pour être le plus réactif. Zone débroussaillée dénudée Les évaluations de l état de conservation des pelouses calcicoles par Natural England Les sites d intérêt scientifique particulier (SSSI) engagé en Environmental Stewardship (ES) (équivalent au MAE) doivent être en état favorable ou récupérable tel qu évalué par Natural England. L état favorable des pelouses calcicoles défini par Natural England (tel qu initialement prévu par le Nature Conservancy Council) se base sur des critères structurels. Ce sont les suivants : - Pas de perte de superficie de l habitat - 30 à 90% de surface en herbe - Hauteur moyenne de végétation entre 2 et 20 cm - La litière ne doit pas couvrir plus de 25% - Le terrain nu ne doit pas couvrir plus de 10% - Au moins deux indicateurs positifs d espèces devraient être fréquents (41 60% de fréquence) et trois occasionnels (21-40% de fréquence) à travers la pelouse. - L abondance des espèces caractéristiques ne doit pas diminuer. - Les espèces «négatives» doivent couvrir moins de 5% de la surface en herbe. - Les arbustes et arbres indigènes (excluant le Juniperus communis), et la fougère devraient représenter 5% ou moins de couverture de la surface en herbe. Ces indicateurs sont un guide que Natural England peut affiner suivant les conditions locales. Si les SSSI se révèlent être en état défavorable, des objectifs et des échéances seront fixés par Natural England quant à la restauration de l état favorable. En l absence de résultats, Natural England peut prendre des mesures coercitives. De même, si le terrain, classé SSSI engagé en Environmental Stewardship se révèle être dans un état défavorable, après un laps de temps sous ES, le titulaire du contrat peut être tenu de rembourser tout ou partie des paiements reçus sous contrat. 20

SOMMAIRE. 1- Introduction P. 2. 2- Les objectifs du suivi scientifique... P. 5. 3- Les modalités du suivi des habitats calcicoles. P.

SOMMAIRE. 1- Introduction P. 2. 2- Les objectifs du suivi scientifique... P. 5. 3- Les modalités du suivi des habitats calcicoles. P. - 1 - SOMMAIRE 1- Introduction P. 2 2- Les objectifs du suivi scientifique.... P. 5 3- Les modalités du suivi des habitats calcicoles. P. 5 4- Les résultats de l année 2005 P. 6 5- Conclusion. P. 11 -

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

PAYSAGE ET NATURE POUR TOUS. Projet «Landscape and Nature for All» (LNA) Programme INTERREG IV A France (Manche) - Angleterre (2007-2013)

PAYSAGE ET NATURE POUR TOUS. Projet «Landscape and Nature for All» (LNA) Programme INTERREG IV A France (Manche) - Angleterre (2007-2013) PAYSAGE ET NATURE POUR TOUS Projet «Landscape and Nature for All» LNA) Programme INTERREG IV A France Manche) - Angleterre 2007-2013) Au coeur de L EurO-rEgiON, des paysages protégés A Sommaire Au coeur

Plus en détail

TERRITOIRE «SITE NATURA 2000 COTEAUX, VALLEE DE L EPTE» MESURE TERRITORIALISEE «HN_CEPT_PL3» CAMPAGNE 2010

TERRITOIRE «SITE NATURA 2000 COTEAUX, VALLEE DE L EPTE» MESURE TERRITORIALISEE «HN_CEPT_PL3» CAMPAGNE 2010 Direction départementale des territoires de l Eure MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE TERRITOIRE «SITE NATURA 2000 COTEAUX, VALLEE DE L EPTE» MESURE TERRITORIALISEE «HN_CEPT_PL3» CAMPAGNE 2010 1.

Plus en détail

MARAIS DE SACY LA PROPRIETE DEPARTEMENTALE

MARAIS DE SACY LA PROPRIETE DEPARTEMENTALE MARAIS DE SACY LA PROPRIETE DEPARTEMENTALE Historique 2002: Acquisition de 230ha au sein des marais de Sacy-le-Grand, constituée de diverses parcelles et dans laquelle s exerçait l élevage de bovins et

Plus en détail

années. Synthèse de la convention Fabrice Perriat Décembre 2009 CBNBP

années. Synthèse de la convention Fabrice Perriat Décembre 2009 CBNBP Bilan de l apport des gazoducs au réseau des continuités écologiques La réflexion sur les continuités écologiques a prouvé que les bandes de servitude des gazoducs peuvent contribuer à la sauvegarde et

Plus en détail

1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie

1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie 1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie L année 2015 marque le 20 ème anniversaire du programme agro-environnemental en Wallonie. A cette occasion, l asbl Natagriwal a

Plus en détail

La réserve naturelle nationale des vallées de la Grand-Pierre et de Vitain : présentation et objets remarquables

La réserve naturelle nationale des vallées de la Grand-Pierre et de Vitain : présentation et objets remarquables La réserve naturelle nationale des vallées de la Grand-Pierre et de Vitain : présentation et objets remarquables Claude LE DOUSSAL Vice-président du CDPNE de Loir-et-Cher 1979-2009, trente ans, déjà!.

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Commune de Bernin. Ala. Avril 2013

Commune de Bernin. Ala. Avril 2013 Ala EXPERTISE ZONES HUMIDES ET MILIEUX NATURELS Commune de Bernin Avril 2013 SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud.fr

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire CAUE 23/05/14 Présentation Agence zone UP Laurence BREGENT Clémence LECAPLAIN Caue 1 Définition

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

Notice d information du territoire «Carrière des Pieds Grimaud»

Notice d information du territoire «Carrière des Pieds Grimaud» Direction départementale des territoires de la Vienne Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice d information du territoire «Carrière des Pieds Grimaud» Campagne 2015 Accueil du public du

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Suaci Alpes du Nord Maison de l Agriculture et de la Forêt 40 rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél: 04 79 70 77 77 Réalisation d un recensement

Plus en détail

Etat initial de l environnement zoom sur la carrière de Guerville

Etat initial de l environnement zoom sur la carrière de Guerville Les sociétés Lafarge et SITA FD souhaitent réaliser une plateforme de tri, transit, traitement et valorisation de matériaux dont des terres polluées sur la carrière de Guerville. Pour se faire, le projet

Plus en détail

SITES DEPARTEMENTAUX DES COTEAUX DU MOULIN ET DE LARGOUNES PLAN DE GESTION 2007-2011. Résumé. Novembre 2006

SITES DEPARTEMENTAUX DES COTEAUX DU MOULIN ET DE LARGOUNES PLAN DE GESTION 2007-2011. Résumé. Novembre 2006 SITES DEPARTEMENTAUX DES COTEAUX DU MOULIN ET DE LARGOUNES PLAN DE GESTION 2007-2011 Résumé Novembre 2006 PREAMBULE Un plan de gestion est un document d analyse et de planification qui précise la nature

Plus en détail

Objectifs du programme MOH

Objectifs du programme MOH Projet «Maintien de la biodiversité des territoires ruraux du Massif central à travers la préservation de la qualité et la fonctionnalité des milieux ouverts herbacés» Restauration de landes et parcours

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

MAEC. Carrière des Pieds Grimaud Vallée de l Anglin Basse vallée de la Gartempe

MAEC. Carrière des Pieds Grimaud Vallée de l Anglin Basse vallée de la Gartempe MAEC Carrière des Pieds Grimaud Vallée de l Anglin Basse vallée de la Gartempe Conditions générales Pas de condition d âge, mais obligation de poursuivre le contrat sur 5 ans Mesures «Biodiversité» attention

Plus en détail

Domaines de Certes et de Graveyron (Gironde) : Création d un pôle de connaissance, de préservation et. de valorisation de la biodiversité Aquitaine

Domaines de Certes et de Graveyron (Gironde) : Création d un pôle de connaissance, de préservation et. de valorisation de la biodiversité Aquitaine Domaines de Certes et de Graveyron (Gironde) : Création d un pôle de connaissance, de préservation et de valorisation de la biodiversité Aquitaine Samedi 15 février 2014 Le site Le domaine de Certes-Graveyron

Plus en détail

Agriculture & biodiversité

Agriculture & biodiversité Agriculture & biodiversité L agriculture au secours des pelouses sèches Grenelle de l Environnement, Natura 2000, réglementations environnementales la question de la biodiversité est de plus en plus abordée

Plus en détail

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Contexte Comme toutes les lisières entre deux types de milieux (écotone), le littoral

Plus en détail

AGRICULTURE DURABLE DE MOYENNE MONTAGNE

AGRICULTURE DURABLE DE MOYENNE MONTAGNE AGRICULTURE DURABLE DE MOYENNE MONTAGNE «Optimisation des agroressources des territoires et amélioration de la valeur ajoutée des systèmes agricoles de moyenne montagne» Agriculture Durable de Moyenne

Plus en détail

Commission Particulière du Débat Public. Thématique milieux naturels et paysages. Etude faune - flore

Commission Particulière du Débat Public. Thématique milieux naturels et paysages. Etude faune - flore PROLONGEMENT DE LA FRANCILIENNE DE CERGY-PONTOISE À POISSY-ORGEVAL Commission Particulière du Débat Public Thématique milieux naturels et paysages Etude faune - flore Présentation du 6 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

Zones Humides et stratégie d'évitement Éléments de préconisation

Zones Humides et stratégie d'évitement Éléments de préconisation Zones Humides et stratégie d'évitement Éléments de préconisation Cotita 03/03/2014 Présentation de Dominique STEVENS Directeur de la Nature - Communauté Urbaine de Bordeaux Réserve Naturelle de Bruges

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Marais d Archine Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Un programme de gestion pour préserver la biodiversité La biodiversité constitue une ressource fondamentale pour la collectivité.

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Serre de la Fare Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Invités à la réunion Présidents des Commissions Prospective,

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

entretien durable des bords des routes départementales Le fauchage raisonné en lsère

entretien durable des bords des routes départementales Le fauchage raisonné en lsère ' entretien durable des bords des routes départementales Le fauchage raisonné en lsère Gentiana Societe botanique dauphinoise D. Villars ' Depuis décembre 2006, en s appuyant sur son agenda 21 et sa stratégie

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Des exemples d insertion environnementale d une Ligne Nouvelle, retour d expériences. Présentation au groupe géographique «Est Var» - 7 octobre 2011

Des exemples d insertion environnementale d une Ligne Nouvelle, retour d expériences. Présentation au groupe géographique «Est Var» - 7 octobre 2011 Des exemples d insertion environnementale d une Ligne Nouvelle, retour d expériences Présentation au groupe géographique «Est Var» - 7 octobre 2011 PAYSAGE BRUIT EAU 2 / MILIEUX NATURELS 3 / L insertion

Plus en détail

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne Diagnostic de la Tranche 1 du programme de restauration de la Sienne Méthodologie : - Choix du secteur géographique Le chiffrage a été fait à partir d un diagnostic global de la Tranche 1 du programme

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Politique de restauration des fortifications Vauban de Lille Exemple de la citadelle et du chantier de la Contregarde du Roy

Politique de restauration des fortifications Vauban de Lille Exemple de la citadelle et du chantier de la Contregarde du Roy Association des Villes Fortifiées - 17 décembre 2010 Politique de restauration des fortifications Vauban de Lille Exemple de la citadelle et du chantier de la Contregarde du Roy par François FREYTET, Yohan

Plus en détail

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire

Evaluation de l impact des MAEt sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Evaluation de l impact des MAET sur les pratiques et systèmes agricoles en région Pays de la Loire Restitution en territoires à enjeu eau Layon Aubance 16 avril 2014 Evaluation de l impact des MAEt sur

Plus en détail

De l état de référence à un cadre opérationnel pour la gestion des pollutions marines en Basse-Normandie

De l état de référence à un cadre opérationnel pour la gestion des pollutions marines en Basse-Normandie Projet ATRACTIV Vulnérabilité des espaces naturels littoraux aux pollutions marines De l état de référence à un cadre opérationnel pour la gestion des pollutions marines en Basse-Normandie Atelier GdR-Amure

Plus en détail

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy.

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy. o p Ex La BIOdiversité à Soisy! Flambé Espèce présente à Soisy. Qu est-ce que la Biodiversité? La biodiversité, contraction de «biologique» et de «diversité», représente la diversité des êtres vivants

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS 1 Les objectifs opérationnels de la Trame Verte et Bleue Connaître Observer Evaluer Restaurer, préserver et gérer les cœurs de nature La Trame Verte et Bleue,

Plus en détail

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve»

Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Gorges de la Loire Dossier pédagogique collège : Module 4 - La biodiversité Atelier «Méthode de suivi de la biodiversité de la réserve» Yv es T hon néri eux : asar ine cou ché e, h ê trai e- Mic ka ël

Plus en détail

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante)

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Origine : Sud est de l Asie Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Noms scientifiques Renouée du Japon Renouée du japon

Plus en détail

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Les crêtes gréseuses, couronnées de forêt, constituent l ossature du territoire des monts de Normandie et du Maine.

Plus en détail

Figure 12 : Sites NATURA 2000

Figure 12 : Sites NATURA 2000 Figure 12 : Sites NATURA 2000 THEMA Environnement 21 Figure 13 : Carte - sites naturels sensibles THEMA Environnement 22 2.5.1.5 Les arrêtés de protection de biotope En limite nord-ouest du territoire

Plus en détail

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA 20 juin 2011 Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA Annabelle Jaeger, Conseillère régionale déléguée à la Biodiversité 24 novembre 2011 Eléments de contexte Le constat : au rythme actuel,

Plus en détail

2 Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_N836_HE9»

2 Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_N836_HE9» Direction Départementale des Territoires de l Ariège NOTICE SPECIFIQUE DE LA MESURE MP_N836_HE9 MP_N836_HE9 : SOCLEH01 + HERBE_01 + HERBE_02 + HERBE_06 Gestion extensive de la prairie par la fauche (et

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

Les landes du plateau de Montselgues

Les landes du plateau de Montselgues Septembre 2007 Les landes du plateau de Montselgues Suivi de végétation 2007 Communes de Malarce-sur-la-Thines et Montselgues département de l Ardèche LIFE05NAT/F/000135 LIFE Nature «Préservation des landes,

Plus en détail

LA MARE DE ST MYON Rédaction du plan de gestion de la mare de St Myon restauration et la mise en valeur de sa mare communale.

LA MARE DE ST MYON Rédaction du plan de gestion de la mare de St Myon restauration et la mise en valeur de sa mare communale. LA MARE DE ST MYON Rédaction du plan de gestion de la mare de St Myon Chaque année, un projet est confié aux élèves de Term STAV par un partenaire professionnel du secteur de l aménagement des espaces

Plus en détail

Contexte général. La situation hydrologique du territoire

Contexte général. La situation hydrologique du territoire L EAU DANS L AUDOMAROIS Crédit Photo www.patrimoines-saint-omer.fr, Albert MILLOT, Albert MILLOT, PNR CMO, Carl Peterolff, Thibault GEORGES, www.labelimage.fr, La voix du Nord Contexte général La situation

Plus en détail

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD Commune de Alix Révision du PLU Réunion Publique du 22 Septembre 2011 Diagnostic et PADD Le cadre juridique pour élaborer un PLU - La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000 -

Plus en détail

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE Vieux trognes en milieu urbain, ville d Angers. Un patrimoine en voie de disparition préservé. GENERALITES Motifs de la formation L arbre n est pas

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques

Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques Contexte La Lagune de Bouin se trouve sur un polder créé à dans les années 1960. Il s'agit d'une propriété

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

Agissons ensemble pour la préservation de la nature

Agissons ensemble pour la préservation de la nature GREAT Med 6 novembre 2014 Le CEN PACA acteur régional reconnu Agissons ensemble pour la préservation de la nature Le CEN PACA et la préservation des milieux littoraux «Conservatoire d Espaces Naturels

Plus en détail

Le bec de Vienne. La Trame Verte et Bleue. Localisation de l unité paysagère. Les paysages

Le bec de Vienne. La Trame Verte et Bleue. Localisation de l unité paysagère. Les paysages P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Localisation de l unité paysagère La Trame Verte et Bleue Avoine Beaumont-en-Véron Candes-Saint-Martin Chinon Huismes Saint-Germain-sur-Vienne Savigny-en-Véron

Plus en détail

Proposition de stage 2011 Etude de fréquentation des dunes d Annoville

Proposition de stage 2011 Etude de fréquentation des dunes d Annoville Etude de fréquentation des dunes d Annoville Syndicat mixte «Espaces Littoraux de La Manche» (SyMEL), basé à St-Lô. Le Syndicat Mixte a pour objet principal d assurer la gestion des espaces naturels acquis

Plus en détail

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Journées mondiales des zones humides PNR de Camargue Vendredi 21 février 2014 agro-environnementale des zones humides 1.1

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré»

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» «Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» Calendrier de taille : Pour les arbustes à floraison printanière : Taille juste après la floraison. Pour les arbustes à floraison estivale

Plus en détail

Annemasse Agglo, Syndicat mixte et AFP du Mont Salève, Société d Economie Alpestre de la Haute Savoie

Annemasse Agglo, Syndicat mixte et AFP du Mont Salève, Société d Economie Alpestre de la Haute Savoie PROTECTION DE LA SOURCE DES EAUX BELLES : UN PARTENARIAT A L ECHELLE D UN MASSIF Annemasse Agglo, Syndicat mixte et AFP du Mont Salève, Société d Economie Alpestre de la Haute Savoie Une régie directe

Plus en détail

La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel

La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel Vincent Schricke ONCFS DER CNERA Avifaune Migratrice Colloque Zones humides, chasse et conservation de la nature Maison de la baie de Somme et de

Plus en détail

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014 STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR CRB 3 juin 2014 Une démarche de co-construction depuis 2010 : 1 - Diagnostic partagé (état de la biodiversité, relations homme-nature,

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE

LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE Projet AGORA Atelier de concertation avec les parties prenantes Rabat-ENFI le 1 er et 2 juin 2010 LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE Présenté par : MOKHTAR Ameur Sous Directeur des Aménagements

Plus en détail

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Expérience de la restauration écologique de sites sensibles dans les Pyrénées Paul Laurent 1 Résumé

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage»

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage» Direction départementale territoires de la «Nièvre» Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien pelouses sèches par le pâturage» du territoire

Plus en détail

Le Schéma Régional de Cohérence Ecologique

Le Schéma Régional de Cohérence Ecologique 10ème journée des pratiques du développement durable Vendredi 7 novembre 2014 Le Schéma Régional de Cohérence Ecologique J. SAINT-CAST C. LE NEVEU SRE DREAL HAUTE NORMANDIE Sommaire 1) Pourquoi un SRCE?

Plus en détail

Etat du peuplement des criquets et sauterelles

Etat du peuplement des criquets et sauterelles Biodiversité Fiche métadonnées et méthodes N X Etat du peuplement des criquets et sauterelles Contexte dans lequel s inscrit l indicateur Thème Sous-thème Axe Nature de l indicateur Etat Etat et évolution

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Sommaire Le contexte, les enjeux Les différents acteurs Les choix et méthodes de gouvernance La mise

Plus en détail

Centre de ressources Loire nature

Centre de ressources Loire nature Centre de ressources Loire nature Stéphanie Hudin Fédération des Conservatoires d espaces naturels Coordinateur : Avec le soutien de Contexte de mise en œuvre Loire nature Plan Loire Grandeur Nature Schéma

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Strasbourg PARTENARIAT PROTECTION ET GESTION DURABLE DU PATRIMOINE NATUREL. Communauté Urbaine de Strasbourg & Conservatoire des Sites Alsaciens

Strasbourg PARTENARIAT PROTECTION ET GESTION DURABLE DU PATRIMOINE NATUREL. Communauté Urbaine de Strasbourg & Conservatoire des Sites Alsaciens Dossier de presse PARTENARIAT Communauté Urbaine de Strasbourg & Conservatoire des Sites Alsaciens PROTECTION ET GESTION DURABLE DU PATRIMOINE NATUREL ELLO-RHÉNAN - LE BOHRIE, À OSTWALD Strasbourg Communauté

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 Par qui? Ce formulaire est à remplir par le porteur du projet, en fonction des informations

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Andréanne Blais biologiste, chargée de projet 4 décembre 2012 Ordre de la présentation

Plus en détail

les Plans Locaux d Urbanisme

les Plans Locaux d Urbanisme Colloque SAGE de la Canche Marconne- 22 mars 2012 Intégration 2015 Ι PROJET des zones INFORMATIQUE humides du SAGE du Compte Delta rendu de réunion l Aa du dans comité technique du 25 janvier 2010 les

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail