Les meilleurs. établissements p." Soi ner le cancer. 28 réfrigérateurscongélateu. au oanc d'essai p.31. Pièces détachées auto Pourquoi 20 TEST

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les meilleurs. établissements p." Soi ner le cancer. 28 réfrigérateurscongélateu. au oanc d'essai p.31. Pièces détachées auto Pourquoi 20 TEST"

Transcription

1 , i Pièces détachées auto Pourquoi sont-elles si chères? p.35 EXPERT INDÉPENDANT SANS PUBLICITÉ N 49 - avril TEST jus d'orange 00% pur jus, Soi ner le cancer Les meilleurs, établissements p." 3 TEST imprimantes nultifonctions Antivirus TEST et sécurité Internet p.53 Intolérances alimentaires Des tests douteux p.38 lm surface: 5,20E DOM avion 5,60E TOM:6 28 réfrigérateurscongélateu rs TE5Ij p.27 TEST 32 pneus au oanc d'essai p.3

2 Traitement du cancer Faute de pouvoir publier l'ensemble du palmarès Santéclair, nous avons retenu trois des cancers les plus fréquents - le poumon, le sein et la prostate -, qui représentent à eux seuls près de 40 % des nouveaux cas annuels. Où recevoir les Malgré les avancées majeures du Plan cancer, l'égalité d'accès à des soins de qualité n'est pas encore réalisée partout en France. Comme le prouve le palmarès des établissements de soins les plus performants pour trois types de cancer parmi les plus fréquents, réalisé par Santéclair. QUE CHOISIR,enligne wwwquechoislr.org/forum Exprimez une opinion lors de notre forum du 22 mars au 5avril. 6 - Que Choisir 49 - avril 20 Quel sera l'établissement le plus performant et le mieux adapté à mon cas? Où me faire soigner? Telles sont les questions qui se bousculent dans la tête de toute personne apprenant qu'elle a un cancer. «La période d'indécision qui a suivi l'annonce du diagnostic a été la plus pénible. C'est pire que la douleur physique», se souvient Jean-Yves, qui a été atteint en 2008 d'un cancer de la vessie. «Les conseils viennent de toutes parts sans que l'on sache vraiment à qui se fier.» Le plus souvent, les patients suivent les préconisations de leur médecin traitant ou de leurs proches. Des préconisations qui ne reposent pas forcément sur des bases objectives. Car, comme le montre notre enquête publiée le mois dernier (OC n 490), l'accès à des soins de qualité en cancérologie n'est pas encore une réalité partout en France. Avec pour corollaire une inégalité des chances de guérison. Manque de repères Une situation d'autant plus angoissante pour les patients qu'ils ne disposent pas de suffisamment de repères pour faire un choix éclairé. «/ n'y a que 5 %d'initiés qui savent où il faut aller. C'est injuste», déplore le Dr Étienne Minvielle, directeur qualité et sécurité des soins à l'institut Gustave- Roussy, et responsable du projet Compaqh (Coordination pour la mesure de la performance et l'amélioration de la qualité hospitalière), menée sous l'égide de l'inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Pour les autres, l'opacité est totale. Certes, les pouvoirs publics ont mis en place une série d'indicateurs de la qualité et de la sécurité dans les établissements hospitaliers. On peut consulter ces données sur le site du ministère (www. Platines. sante.gouv.fr), mais elles sont difficilement décryptables pour le grand public. D'où le succès des palmarès dont les médias font leurs choux gras. Ils offrent une vision comparative des établissements de soins, en traitant des informations complexes et difficiles d'accès, mais restituées de façon simple et compréhensible. Peut-on leur faire confiance? Tout dépend de la pertinence des critères d'évaluation.«les fabricants de palmarès piochent parmi les indicateurs officiels, constate Raymond Le Moign, directeur de l'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins à la Haute Autorité de santé (HAS). La démarche est légitime à condition de respecter certaines règles, à commencerparla transparence : les critères d'évaluation doivent être tracés et recevoir l'aval d'un conseil scientifique. La HA5 va d'ailleurs publier cette année un guide des bonnes pratiques pour ce type de classement.» En attendant, deux palmarès dédiés au cancer ont été mis à disposition du public, lin 200: l'un par Carte blanche via l'hebdomadaire L'Express, l'autre par SantéclairCll, dont nous publions ici de larges extraits (lire pages suivantes) car il nous est apparu comme étant le plus complet et le plus rigoureux. Sa méthodologie a reçu la caution d'un comité d'experts scientifiques,

3 --:---:--u,.'l./......j..r 407r, '_.. INTERVIEW «Il faut jouer la transparence» C'est l'avis du Dr Philippe Santéclair a essayé plus de chances. Quand Bergerot, radiothéra- de faire la synthèse de un médecin vous oriente peute et vice-président données objectives. vers un spécialiste, il y a de la Ligue contre le C'est plutôt rassurant. toujours un petit doute. cancer: «Contrairement Lorsqu'une personne Est-ce que c'est un copain à d'autres palmarès qui apprend qu'elle est ou pas? D'une façon plus se basentsur des critères atteinte d'un cancer, ce générale, l'intérêt des assez discutables tels qui /'intéresse avant tout palmarès est de montrer que la notoriété, celui de c'est de savoir où elle a le qu'à proximité de chez meilleurs soins composé de représentants des Fédérations des hôpitaux publics, des cliniques privées, des centres de lutte contre le cancer et présidé par Alain Coulomb, ancien président de la HAS. L'importance du volume d'activité Cun des principaux atouts du palmarès de Santéclair réside dans son exhaustivité: toutes les thérapies utilisées pour traiter le cancer, chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, ont été prises en compte. «Contrairement aux autres palmarès, les données concernant les performances des centres libéraux de radiothérapie, qui représentent plus de 50 %de l'offre en France, ont été intégrées à notre travail», précise le Dr Frédérick Cosnard, directeur des études à Santéclair. Autre singularité de ce palmarès: les hôpitaux et les cliniques ne sont pas classés par notes, mais regroupés dans trois grandes catégories: les pôles d'excellence (or), les très bons (argent) et les bons (bronze). Une démarche approuvée par le Dr Étienne Minvielle: «Les médias classent les établissements de à 50 comme à lëcole. Or il n'y a pas de différence entre un établissement noté 6,5/20 et un autre noté 6,3/20.» Enfin, et pour la première fois, tous les critères d'évaluation disponibles sur le traitement du cancer ont été passés au crible. «Une première sélection a été réalisée selon le volume d'activité (nombre d'interventions ou de patients traités en 2009 dans lëtablissemeno», explique Frédérick Cosnard. La littérature existante sur le sujet montre que le volume a un impact positif sur la qualité des soins, en particulier dans les procédures chirurgicales mises en œuvre pour le traitement du cancer. Clnstitut national du cancer (INCa) a d'ailleurs fixé des seuils d'activité aux établissements pour être habilités à exercer des soins de cancérologie (par exemple, 30 interventions par an pour la chirurgie du sein, 80 pour la chimiothérapie, etc.). «Le comité d'experts a fixé la barre plus haut, considérant que ces seuils n'offraient pas de garanties suffisantes», précise Frédérick Cosnard. Le volume d'activité de chaque établissement a été comparé à la moyenne nationale. Pour figurer dans le palmarès, un établissement doit afficher un niveau d'activité au moins supérieur ou égal à la moyenne nationale. Et plus le niveau d'activité est supérieur à cette moyenne, plus la note est élevée, de même que les chances pour l'établissement de figurer en tête du palmarès. Le comité d'experts a également intégré certains indicateurs utilisés par la Haute Autorité de santé pour certifier les établissements. La certification comporte quatre niveaux de classements selon le niveau de qualité constatée. Les meilleurs sont certifiés sans réserve, d'autres le sont avec des recommandations ou avec des réserves, ou sous condition d'améliorer leurs pratiques. Ces données sont disponibles sur le site de la HAS. Santéclair les a consultées en ciblant les critères susceptibles de jouer un rôle spécifique dans la prise en charge du -+ soi, il y a des établissements qui respectent les critères d'autorisation de nstitut national du Cancer (INCa) et qui travaillent en réseau. Il faut se battre contre /'idée qu'on doit aller loin pour être bien soigné. Ces palmarès, cela ne serait pas choquant que l'état les fasse au lieu d'en laisser /'initiative au privé. La transparence sur le fonctionnement des établissements de santé, tout le monde y a intérêt, les malades comme les professionnels. )} Toutes les thérapies utilisées ont été prises en compte avril 20 - Que Choisir 49-7

4 CANCER DU POUMON Traitement du cancer cancer: organisation de l'accueil du patient et de son entourage, traitement de la douleur, continuité des soins après la sortie, etc. Mais la principale originalité du palmarès est d'avoir pris en considération les nouveaux critères qualité exigés par l'inca (voir QC n 490), par exemple le dispositif d'annonce du diagnostic au patient ou l'organisation d'une réunion de concertation pluridisciplinaire pour déterminer le meilleur protocole thérapeutique. Ce cahier des charges deviendra opposable aux établissements en juin. Mais qu'en est-il aujourd'hui sur le terrain? Pour le savoir, les experts ont consulté tous les dossiers de demandes d'autorisation que les établissements avaient envoyés fin 2009 à leurs agences régionales de santé (ARS) respectives. Un travail de bénédictin qui ne s'est pas fait sans difficulté puisque Santéclair a dû saisir la Cada (Commission d'accès aux documents administratifs) pour pouvoirconsulter ces données. Mais le jeu en valait la chandelle. «La lecture de ces dossiers a été très instructive. Chacun d'eux décrivait, avec plus ou moins de précisions, ses pratiques et comment il prévoyait de se conformer aux exigences de l'inca, déclare Frédérick Cosnard. Alors que certains établissements sëtaient contentés de cocher des cases, d'autres identifiaient les points névralgiques ou avaient déjà audité leurs premiers résultats. " Les limites des palmarès La note finale attribuée à chaque établissement résulte de la synthèse des trois paramètres. Résultat: sur les 88 établissements autorisés à pratiquer des soins en cancérologie, le palmarès en élimine plus de la moitié, dessinant en creux ceux qui seraient plutôt «à éviter». Ce focus multicritères sur les meilleurs établissements de chaque région devrait donc permettre aux patients de mieux s'y retrouver. Pour autant l'outil reste perfectible. «Certains indicateurs, comme le taux de complications liées à la chirurgie, ne sont pas encore intégrés à notre évaluation, mais devraient l'être lors de la prochaine mise à jour, fin 20 ", admet Frédérick Cosnard. D'autres paramètres déterminants dans la prise en charge de la maladie, par exempie le délai d'accès aux soins, ne peuvent être pris en compte dans les palmarès, faute de données disponibles. Enfin, aussi précis et fiables soientils, ces classements issus de données statistiques, ne peuvent prétendre prendre en considération la singularité de la pathologie de chacun. Malgré ces bémols, ils ont le mérite de tirer la qualité vers le haut, en incitant les établissements mal classés ou exclus à se remettre en question. D Florence Humbert 8 - Que Choisir 49 - avril 20 Cancer du poumon Malgré de réels progrès thérapeutiques, le cancer du poumon reste l'un des plus meurtriers: le taux de survie après cinq ans ne dépasse pas 5 %. Neuf cancers sur dix étant liés au tabac, il est évident que la meilleure façon de limiter les risques de contracter la maladie est de ne pas fumer. Lorsque la tumeur est décelée à un stade précoce, son ablation chirurgicale peut toute- fois permettre, dans certains cas, d'obtenir la guérison. Quelques services de pointe proposent une nouvelle technique opéra- toire à thorax fermé, dont les suites sont beaucoup moins traumatisantes que l'intervention traditionnelle à thorax ouvert. Outre la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie font partie des armes utilisées. Enfin les thérapies ciblées, qui ont considérablement amélioré la prise en charge de certaines formes de leucémie et de cancer du sein, commencent à enregistrer des résultats encourageants pour certaines tumeurs broncho-pulmonaires. Médailles:. or argent bronze Temporairement en accès libre Il est possible de consulter l'intégralité du palmarès sur jusqu'à fin mai. Ensuite, son accès sera réservé aux quelque six millions de titulaires d'un contrat de complémentaire santé auprès des assureurs adhérents de Santéclair (Maaf, MMA, MGP, MGC, Verspieren, etc.). () Carte Blanche et Santéc!air sont des plates-formes d'information et d'orientation des consommateurs de soins. La première est une filiale de Swiss Lite, la seconde, une filiale de plusieurs complémentaires santé dont la Maaf, MMA, Allianz, MGP et Ipeca.

5 .6, 0 i5 QI 0 CANCER DU POUMON CANCER DU POUMON.2 CANCER DU POUMON :ii!.5:.5 :a 2 'Ë.2._._ "'a oc oc.. oc oc.. ;5 ;5 U U "" U U ""..'.- '. '. St-Herblain St-Nazaire _ Picardie.J l.l r-. -. ete -.r-..' ;;.,. (RlCC: cenne r/{jional de lutte conne le cancer. CHI: cenne hospitalier intercommunal. : centre hospitalier universitaire. HIA: Hôpital dnstruction des armées. rastérisque signifie que le centre de radklthérapie est une entité jundique distincte et aun nom différent de celui de l'établissement auquel il est rattaché. avri20 - Que Choi 5ir 49-9

6 0... ï :;; :c... Le cancer du sein doit être traité le plus vite possible. Dans les meilleurs services de sénologie, le délai entre l'annonce du diagnostic définitif et le début des soins ne dépasse pas quatre semaines. Une prise en charge optimale suppose l'existence d'une équipe pluridisciplinaire autour de la patiente, rassemblant à la fois chirurgiens, anatomopathologistes, radiothérapeutes, oncologues médicaux, psychologues, assistantes sociales, kinésithérapeutes, etc. La technique du ganglion sentinelle doit y être pratiquée, car elle permet d'éviter de retirer la totalité des ganglions quand ce n'est pas nécessaire. Médailles:. or argent bronze.. Institut Fran ois-baclesse Pol cini ue du Parc * C. H. public du Cotentin Cancer de la prostate cas de cancer de la prostate sont dépistés chaque année en France. Faut-il pour autant les traiter systématiquement? La question fait débat entre urologues. Car certaines.. tumeurs dites «indolentes» évoluent très lentement et n'influeront pas sur la durée de vie des patients, surtout s'ils sont âgés. Dans ce cas, une surveillance active de la lésion tumorale peut permettre de différer, voire d'éviter des thérapies dont les effets secondaires peuvent s'avérer très invalidants (troubles de l'érection et incontinence urinaire). En revanche, lorsque la tumeur est décelée à un stade avancé, le traitement de référence consiste en l'ablation chirurgicale de la prostate, qui peut être associée à des séances de radiothérapie. Quant à la chimiothérapie, elle est très peu utilisée pour traiter ce type de tumeur. Elle ne figure donc pas dans le palmarès. Médailles:. or argent bronze 20 - Que Choisir 49 - avril 20 * rastérisque signifie que le centre de radiothérapie est une entité juridique distincte et aun nom différent de celui de l'établissement auquel il est rattaché.

7 .l::ll',li:ffli Nom ijlljbi,fj.ffliq,j,j. Polyclinique des Ursulines CRLCC Jean-Godinot Polycl. St-André-Ies Bleuets Polyclinique de Courlancy *... "!' co ;: 'E :;; ;5 :c "" '.'., :. Clinique Lanroze * Polyc. de Keraudren Quimper CHI Cornouaille-Concarneau Clin. St-Michel et Ste-Anne ICesson-Sévigné Polyclinique Sévigné. i i IRennes Institut Eugène-Marquis rst-grégoire CH privé St-Grégoire *!.: i ( ISt-Malo CI. de la Côte-d'Emeraude ILorient C. hospitalier Bretagne-Sud -, CI. Mutu. Porte-de-l'Onent Ploemeur Clinique du Ter Pontivy Pol clinique de Pontivy Vannes Clinique Océane * St-Doulchard Clinique G.-de-Varye * l-,- Chartres CI. N.-Dame-du-Bon-Secours Chamb.-Iès-Tours Pôle Santé L.-de-Vinci * St-Cyr-sur-Loire Clinique de l'alliance Tours Blois Polyclinique * Orléans CH régional Charleville-Méz. Reims Centre hosoitalier Institut Jean-Godinot - J. - l., Paris - Cini ue Georges-Bizet Cini ue St-Jean-de-Dieu Gr. H. Diacon.-Croix-St-Simon C. H. La n /Marne-Ia-Vallée CI. médico-chir. St-Faron * Pol clinique St-Jean * C. hosoitalier intercommunal Polycl.St-André-les-Bleuets Polyclinique de Courlancy *. Polyclinique Clinique St-Vincent Polycl. de Franche-Comté Polyclinique du Parc AP-HP Bichat/CL-Bernard AP-HP Cochin/St-V.-de-Paul AP-HP Pitié-Salpêtrière AP-HP G.-Pompidou AP-HP Necker-Enfants-Mal. AP-HP Saint-Louis AP-HPTenon Institut Curie Gr. H. Diacon.-Croix-St-Simon.!!.è 2' co ;: 'E :;; :c :c "" 5 $.-.t. i..'. i Limousin.l.. ':0 i..,... i..' l!,.... Clini ue Saint-Germain Clinique Chénieux * Clinique des Clinique du Colombier. t co ;: 'E :;; :c... :c "".:...l.' Polyclinique Majorelle Polycl. Gentilly et cl. St-Don * CRLCC Alexis-Vautrin C. H. régional Hôpital-clinique CL-Bernard Hospitalor Hôpital l. Polyclinique la Ligne-Bleue... :. Clinique de l'union Institut Caudius-Regaud Clinique Ambroise-Paré Clinique Pasteur * Clinique Sarrus-Teinturiers Clinique St-Jean-Lanouedoc Clinique du cours Dillon PolvcliniQue du Parc..... Hopital Saint-Joseph HIA du Val-de-Grâce Institut mut. Montsouris Clinique Turin Dammarie-les-Lys Cini ue de l'ermitage Fontainebleau Polycl. de la Forêt avril 20 - Que Choisir 49-2

8 Traitement du cancer QI 'ë'..: Os :;; :c :c \J \J.ll! QI 2 :c \J..: 5 0 Os :;; :c III \J "" Centre de lutte contre le cancer Paul-Strauss àstrasbourg (67), appareil de radiochirurgie. Médailles:. or argent bronze..... Pol clinique St-Jean Pôle de cancérolo ie Centre hos italier C. médico-chirur. Les Cèdres Clini ue Saint-Germain.. Clini ue Chénieux * Clinique des 22 - Que Choisir 49 - avril 20

9 "ni- Centre hosditalier Clinique Ste-Marie Centre Clinical Clinique du Mail C. H. de Saintonge Polyclinique d'inkermann ;' 'j"'q;( fifu' [ - :. ":i PALMARÈS des centres libéraux t-ttienne '" 0 'c;, '" 0 2 s :;; :c... :c... CI: '".l. l!j :;; Dépt. Nom CI: '" Roanne Radiothérapie Les performances des établissements de soins en radiothérapie ne sont pas segmentées par types de cancer, contrairement à la chirurgie et à la chimiothérapie. Pour des questions de lisibilité, les cabinets libéraux dédiés exclusivement à la radiothérapie sont présentés ici séparément. ONFONDUS Nom C. d'oncologie et radiothérapie de hte-éneraie du Pays basque C. radiothérapie de la Baie Centre St-Yves CH BA C. d'onco-radiothérapie d'eure elloir-corel Centre de radiothérapie Clinique Lambert * Neuilly-sur-Seine Centre Hartmann Insl. des Hautes-Eneraies Centre de cancérologie 'nr:::r'htcla.- OncoQard-Rochebelle Oncodoc..c :;;,. C. de radiothérapie Iridis-Nord Centre de Haute-Ëneraie C. radiothérapie du Pavs-d'AixiLocarad C. radioth.st-louis Croix-Rouae GCS radioth. du Sud-de-l'Aisne ".ne. OliTi"iT;!J!.liT. * rastérisque signifie que le centre de radiothérapie est une entité juridique distincte et aun nom différent de celui de l'établissement auquel il est rarraché. avril 20 - Que Choisir 49-23

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Contact presse : Ministère de la Santé et des Sports - 01 40 56 40 14 Sommaire I.

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR

Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR L appel à projet INCa (juin 2014) Promouvoir l éducation thérapeutique

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS?

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS? POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESIT... http://www.fmc-tourcoing.org/spip/print-article-mb.php3?id_article=45 POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE L hôpital de jour de chimiothérapie accueille les patients des services d oncologie, d hépato-gastro-entérologie et d hématologie, nécessitant des séances de chimiothérapie. Article 1 : Organisation de

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

CERTIFICATION ISO 9001 EN RÉSEAU DES CLCC

CERTIFICATION ISO 9001 EN RÉSEAU DES CLCC CERTIFICATION ISO 9001 EN RÉSEAU DES CLCC Formation «Management de la qualité» 19/11/2015 Elise Villers Assureur Qualité-Auditeur Groupe des Centres de lutte contre le cancer CONSTATS DÉMARCHE DE CERTIFICATION

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

Ville par ville, les meilleurs

Ville par ville, les meilleurs Page: 1-3 Rubrique: Le fait du our CANCER Le palmarès des meilleurs hôpitaux Notre ournal publie en exclusivité le premier classement des hôpitaux français dans la prise en charge et le traitement des

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie - Programme de développement continu - Date : février 2014 Auteurs : CCECQA, RCA Contacts CCECQA Sandrine DOMECQ 05 57 65 61 35 sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr

Plus en détail

Recherche clinique dans les établissements privés

Recherche clinique dans les établissements privés Documentation AFC-U N H P C Recherche clinique dans les établissements privés Sondage AFC - UNHPC, en collaboration avec la FHP-MCO Avril 2015 La recherche clinique va devenir de plus en plus complexe,

Plus en détail

Qu'est-ce que le cancer? Un guide pour les patients et les familles What is Cancer? A guide for patients and families Qu'est-ce que le cancer?

Qu'est-ce que le cancer? Un guide pour les patients et les familles What is Cancer? A guide for patients and families Qu'est-ce que le cancer? Qu'est-ce que le cancer? Un guide pour les patients et les familles What is Cancer? A guide for patients and families Qu'est-ce que le cancer? Le cancer peut apparaître à n'importe quel endroit du corps.

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie 1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie Rapport de résultats Octobre 2015 Contact Presse Nicolas Pineau Consultant spécialisé - fondateur Eurodentaire Email : nicolas@eurodentaire.com

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

Les Comités de Thérapie du Cancer

Les Comités de Thérapie du Cancer Les Comités de Thérapie du Cancer L expérience des sarcomes au CUSM Robert E. Turcotte MD FRCSC Chaire Maurice E. & Marthe Muller Université McGill Professeur titulaire et Directeur, Division de chirurgie

Plus en détail

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes Des Réseaux, des Réponses. Panorama Pr Romain Moirand Rennes Objectifs Décrire les actions concrètes proposées par les réseaux existants sur la thématique des addictions Faire le lien entre ces actions

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS RAPPORT FINAL - PERIODE DU 01 JANVIER 2006 AU 31 OCTOBRE 2006 - COORDONNEES DU SISD : SISD de la région

Plus en détail

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE SENS DE L EVALUATION INTERNE DANS L ETABLISSEMENT La démarche qualité Depuis 2005, implication de la Direction, Implication du personnel

Plus en détail

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011 Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire Avril 2011 Méthodologie L'étude s est déroulée par Internet du 24 février au 25 mars 2011. 1 691 professionnels

Plus en détail

RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR. www.santeclair.fr ROST1209-007

RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR. www.santeclair.fr ROST1209-007 _ RÈGLEMENT DE L APPEL D OFFRES DU RÉSEAU D OSTEOPATHES SANTÉCLAIR www.santeclair.fr ROST1209-007 SOMMAIRE 1. DEFINITIONS... 2 2. PREAMBULE... 3 3. MAILLAGE DU RESEAU DES OSTEOPATHES PARTENAIRES... 3 4.

Plus en détail

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Quelle protection pour le consommateur? Communication à l Académie nationale de pharmacie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie La

Plus en détail

Swiss santé, l assurance reconnue et certifiée pour sa qualité de service

Swiss santé, l assurance reconnue et certifiée pour sa qualité de service Swiss santé, l assurance reconnue et certifiée pour sa qualité de service Résumé du référentiel de certification de service «excell santé» Les engagements «excell santé» sont certifiés par BVQI pour les

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : ASSOCIATION NATIONALE DE PREVENTION EN ALCOOLOGIE ET ADDICTOLOGIE. Coordonnées

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE. Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie

ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE. Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie Mylène Fillion Responsable de l'hôpital de jour des Peupliers

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES CONTEXTE Contexte Surveillance quotidienne par l EOH des BMR et autres germes nécessitant la mise en place

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Dépistage du cancer de la prostate chez les populations d hommes présentant des facteurs de risque Questions / Réponses Quelques données sur le cancer de la prostate en France Nombre de nouveaux cas estimés

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

1 re structure HAD de province

1 re structure HAD de province Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation à domicile

Plus en détail

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé»

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» Comité consultatif du secteur financier Paris, mardi 18 novembre 2008 Assurance emprunteur

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du testicule

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du testicule G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du testicule Juillet 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Chimiothérapie à domicile partenariat HAD MSP Bagatelle et 3C Institut Bergonié

Chimiothérapie à domicile partenariat HAD MSP Bagatelle et 3C Institut Bergonié Logo HAD Chimiothérapie à domicile partenariat HAD MSP Bagatelle et 3C Institut Bergonié Dr. E. Reich-Pain, médecin coordonnateur HAD Dr. O. Duguey-Cachet, médecin coordonnateur 3C 29 novembre 2013 Contexte

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Votre système de gestion organisationnel pour un management optimal de votre cabinet médical

Votre système de gestion organisationnel pour un management optimal de votre cabinet médical Votre système de gestion organisationnel pour un management optimal de votre cabinet médical Sommaire Evolution de l environnement du cabinet médical Analyse SWOT pour cabinets médicaux Mediqual en bref

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 Enquête de satisfaction réalisée en 2012 auprès de 1231 patients du Centre Hospitalier Intercommunal Amboise Château-Renault Qualité /Risques Avril

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP?

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? Philippe SCHERPEREEL Consultant Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille 59037 LILLE 2007 p-scherpereel@chru-lille.fr 1 PRINCIPE DYNAMIQUE

Plus en détail

Droits et responsabilités du patient

Droits et responsabilités du patient Droits et responsabilités du patient Vos droits Quel objectif? Le but de ce dépliant est de vous présenter brièvement vos droits et responsabilités. Nous vous invitons également à poser toutes vos questions

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Questionnaire général (court)

Questionnaire général (court) 1 sur 6 29/12/2014 10:00 Questionnaire général (court) Il peut bien entendu être diffusé à des professionnels de votre connaissance pouvant être s par le projet. Les informations renseignées ont vocation

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

TEXTES DE LOI. REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL Partie II. Dr Jacques Darmon Dr Jean-Michel Sterdyniak

TEXTES DE LOI. REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL Partie II. Dr Jacques Darmon Dr Jean-Michel Sterdyniak TEXTES DE LOI REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL Partie II Dr Jacques Darmon Dr Jean-Michel Sterdyniak 1 LES THEMES ABORDES Préambule : deux textes issus de la loi de réforme des retraites et deux textes

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 Centre de Soins de Suite et de Réadaptation 87430 Verneuil sur Vienne Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 «Analyse de la pertinence des prescriptions conditionnelles de paracétamol

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail