INTERVENANTS. BARBARA ALLEN, psychosociologue, directrice de recherche au CSTB. JOËL LACHAUD, maire adjoint, ville d Angoulême

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTERVENANTS. BARBARA ALLEN, psychosociologue, directrice de recherche au CSTB. JOËL LACHAUD, maire adjoint, ville d Angoulême"

Transcription

1

2 INTERVENANTS BARBARA ALLEN, psychosociologue, directrice de recherche au CSTB JOËL LACHAUD, maire adjoint, ville d Angoulême JACQUELINE HERE, vice-présidente de la communauté urbaine de Brest SYLVIE LE BERRE, déléguée du préfet, préfecture de Loire Atlantique PHILIPPE VAREILLES, président de l Union sociale pour l Habitat, région Centre CÉCILE DUBLANCHE, directrice de Villes au Carré ANNE-LAURE MAUBERT, coordinatrice tranquillité publique GUSP, ville d Angoulême CATHERINE PELLEN-POTIN, responsable de la mairie de quartier de l Europe Brest métropole océane, ville de Brest MADANI BELKHEIR, chargé de mission, Atlantiques Habitations BRIGITTE JALLET, directrice de l Union Sociale pour l Habitat de la région Centre ALAIN BELLANGER, directeur de Pôle de Proximité de Nantes métropole JÉRÉMY BENOIST, directeur du patrimoine Les résidences de l Orléanais JEAN PHILIPPE SURIAM, chargé de mission département ANRU, cadre de vie au SG CIV CLAUDINE PICHERIE, chargée de mission RésO Villes CHANTAL TALLAND, IFMO écoles de la rénovation urbaine et de la gestion des quartiers ISABELLE NAU, déléguée au préfet de Niort ROBIN DEGREMONT, chargé de mission DSU - mairie de Niort DIDIER GENDRON, directeur des relations clients Atlantique Habitations ÉRIC LENOIR, agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances ACSE MARIE COUROUBLE, agence nationale pour la rénovation urbaine ISABELLE SERY, responsable du département gestion urbaine et sociale des quartiers à l Union sociale pour l habitat BRUNO BARON, conseiller municipal délégué aux solidarités et à la politique de la ville d Angers

3 Introduction Marie Tavernier, conseillère en formation à l INSET d Angers a ouvert ce séminaire en remerciant les partenaires ayant permis son organisation : les centres de ressources des Pays de la Loire et Bretagne et du Poitou-Charentes et Centre, RésO Villes, Villes au Carré, et l école de la rénovation urbaine. Ceux-ci partagent la conviction que la Gestion Urbaine de Proximité (GUP) peut être étendue au-delà de la politique de la rénovation urbaine. Cette démarche, en effet, renvoie plus largement à la question de la modernisation de la mise en œuvre de l action publique. 3

4 CONFÉRENCE D une représentation d un dispositif urbain à une démarche. Dans le cadre de cette conférence d ouverture, Barbara Allen, psychosociologue et directrice de recherche au CSTB s'est attelée à montrer que la GUP constitue un enjeu fondamental pour le devenir des quartiers d habitat social et de l ensemble des espaces urbains. L organisation spatiale d une ville exprime une vision sociétale. Souvent, les responsables politiques accordent plus d importance à l organisation de l espace qu à sa gestion, considérée comme une activité technique. Or celle-ci joue un rôle structurant en matière de cohésion sociale ; l image de l action publique et sa visibilité auprès des habitants dépendent de sa qualité. Un espace dégradé alimente un sentiment de dévalorisation des habitants et constitue un frein à la mixité sociale. Or à ce jour, les moyens alloués à la gestion urbaine sont nettement inférieurs à ceux dédiés à la rénovation. Par ailleurs, Barbara Allen a souligné que la GUP ne concerne pas uniquement les agents de terrain, mais l ensemble du fonctionnement des organisations. Ainsi, la démarche GUP s avère d une extrême complexité. La gestion urbaine n est pas une simple question de coordination des différentes organisations, elle dépend également du fonctionnement interne de celles-ci. Enfin, La GUP constitue un véritable support d évolution des organisations. Aussi, pour être pérennisées, les expérimentations effectuées à petite échelle doivent être inscrites dans les organisations. À ce jour, les conventions de GUP n apportent pas toujours la plus-value attendue. Trop souvent, la dimension curative prend le pas sur la dimension préventive. Or au contraire, il convient de concevoir la GUP dans une logique d anticipation, inscrite dans une vision stratégique de l action. La gestion urbaine, c est le fonctionnement et la qualification de l espace dans le temps. Dans les quartiers ayant connu des PRU, le cadre de vie des habitants a été transformé. La démarche GUP est tenue d opérer le suivi du fonctionnement des espaces ainsi créés et d en détecter les dysfonctionnements. Aussi, en cas de second PRU, une enveloppe spécifique doit être dédiée à la correction des erreurs identifiées. 4

5 TABLE RONDE Mieux prendre en compte le quotidien des habitants? À travers son intervention, Joël Lachaud, maire adjoint d Angoulême, a témoigné de l importance de l implication des habitants dans la démarche de GUP. La GUP engendre deux approches distinctes. La première, «technique», est illustrée par les «diagnostics en marchant». Ceux-ci confrontent les services techniques à la réalité du terrain. À Angoulême, un coordonnateur est chargé d animer cette gestion technique. La seconde approche, «sociale», est tout aussi importante. En effet, ayant bousculé l espace public, il convient d accompagner les habitants dans son appropriation. Pour ce faire, Angoulême a financé, au sein des centres socioculturels et sportifs, des missions d accompagnement social, et créé un poste de coordonnatrice sociale. Ainsi, à partir de la GUP, s est développée une «gestion urbaine et sociale de proximité» (GUSP). En outre, les bailleurs, le Grand Angoulême, la médiation sociale, le délégué du préfet, les centres sociaux et les services de la ville travaillent de concert, dans le cadre de réunions de veille sociale. Enfin, La GUSP s imbrique dans un processus plus large, notamment via les conseils de quartier, la commission extramunicipale sur l Agenda 22 local et le CUCS. À Angoulême, l expertise d usage des habitants est considérée comme une ressource primordiale. Ainsi, les conseillers de quartiers participent aux diagnostics en marchant. Tous les 3 mois, le coordonnateur technique et la coordinatrice sociale font le point sur les besoins exprimés lors de ces diagnostics. Par ailleurs, chaque année, les tableaux de bord résultants de ces diagnostics sont présentés aux conseils de quartier, afin d évaluer les actions mises en œuvre. Dans un souci d équité, cette démarche est appliquée dans chaque quartier de la ville, quel que soit son statut. En sa qualité de président de l Union sociale pour l Habitat (région Centre), Philippe Vareilles a présenté le rôle des bailleurs dans les démarches de GUP. Ainsi, celui-ci a rappelé qu en raison des contrats qui les lient avec les habitants, les organismes de HLM sont directement concernés par la qualité de vie dans les quartiers. Aujourd hui, une grande majorité de ces organismes s inscrit dans la culture de la GUP. Beaucoup d entre eux ont créé un service spécifique, dédié à la rénovation, et disposent d agences décentralisées, notamment dans les quartiers en difficulté. Parfois, cette agence y représente l unique service public opérationnel. La participation des habitants n est pas aisée à organiser et connaît des fortunes diverses. Les organismes de HLM ont mis en place des conseils de concertation locative auxquels participent les représentants des locataires élus au conseil d administration. Au sein de ces conseils, les projets d entretien, de rénovation ou d investissement sont débattus. Certains organismes disposent, en outre, de comités locaux de concertation, à l échelle d un quartier, ainsi que de correspondants d immeuble. Ces structures de démocratie participative, qui traitent de problématiques très concrètes (propreté, tranquillité...), relèvent de la GUP. Pour finir, Philippe Vareilles a souligné que 75 % du salaire d un gardien peut-être récupéré par les organismes HLM lorsque celui-ci cumule des fonctions de nettoyage et de sortie des 5

6 conteneurs. Or les bailleurs réunis à l USH entendent faire de leurs gardiens des interlocuteurs à plein temps, pour les locataires. Il a fait observer que cette volonté, louable, représente un coût pouvant mettre en péril les équilibres de gestion de certains organismes. Après la ville d Angoulême et les bailleurs sociaux, Jacqueline Here, vice-présidente de la communauté urbaine de Brest, a expliqué comment la ville de Brest s était investie dans la démarche de GUP, en y associant les habitants. Depuis longtemps, Brest a fait le choix de la proximité en développant des mairies de quartiers aux compétences élargies, qui participent à la GUP. Chacune d entre elles est pourvue d un inspecteur du domaine public, chargé de relever les éventuels dysfonctionnements. Dans chaque quartier, une cellule de veille (policiers, médiateurs, bailleurs, partenaires de quartiers...) se réunit pour traiter les problèmes de relations entre habitants, les dégradations, etc. Par ailleurs, un logiciel RA, destiné à relever les requêtes des habitants, a été mis en place. Par la mise en œuvre du dispositif «gouvernance de l espace publique», la ville de Brest a étendu le principe de la GUP à l ensemble du territoire urbain. Ce dispositif favorise le travail transversal, avec tous les partenaires des quartiers. À l avenir, ce dispositif pourrait être élargi aux autres communes de la communauté urbaine. Enfin, la ville de Brest s évertue à associer ses habitants à la démarche de GUP et travaille à l évaluation de cette participation citoyenne. Les délégués du préfet jouent le rôle d interface entre les habitants et la puissance publique. Exemple à l appui, Sylvie Le Berre, déléguée du préfet de Loire Atlantique, a illustré sa fonction de référent GUP. Lorsque Sylvie Le Berre exerçait ses fonctions à Saint-Nazaire, 3 quartiers étaient en cours de rénovation urbaine. Une fois la convention GUP signée, celle-ci a proposé d effectuer un diagnostic sur l organisation des différents partenaires, ainsi qu un diagnostic en marchant, en y associant une dizaine d habitants par quartier. Lors des diagnostics en marchant, ceux-ci ont fait part de leurs préoccupations et de leurs projets. Ainsi, ces déambulations ont notamment abouti à la création d une association organisant des échanges de services entre habitants. Pour mesurer les besoins des habitants, la déléguée du préfet a insisté sur la nécessité de s appuyer sur les associations et les adultes relais. Ainsi, dans un quartier nantais, ces derniers ont proposé de créer un atelier bien-être pour atténuer le stress occasionné par le chantier. Sylvie Le Berre a également souligné la nécessité d expérimenter des initiatives (jardins en pied d immeuble, ateliers de réhabilitation d encombrants, etc.) différenciées, selon les quartiers. Enfin, en cas de litige, le rôle du délégué du préfet consiste à organiser des rencontres entre les différents partenaires (locataires, bailleurs, mairie...) dans un esprit collaboratif inhérent à la démarche de GUP. 6

7 ATELIER 1 La gouvernance de la démarche GUP sur un territoire Animation : CÉCILE DUBLANCHE, directrice de Villes au Carré Cécile Dublanche, directrice de Villes au Carré, a rappelé que la démarche de GUP est au cœur des réflexions menées, depuis 3 ans, avec l Union Sociale pour l Habitat en région Centre et dans le cadre d un réseau de coordonnateurs et de gestionnaires de la proximité en Poitou-Charentes. Ce sujet renvoie à la notion de «faire ensemble» et implique une nouvelle manière d appréhender la prise en compte des besoins des habitants. La GUP suppose l impulsion d expérimentations, d innovations et de démarches exploratoires et renvoie aux notions de transversalité, de participation et d innovation sociale et urbaine. L objectif des ateliers consiste à faire remonter des préconisations, des conseils, des idées à partager avec ceux qui n auront pu participer aux travaux. Le premier atelier entend croiser les points de vue de deux villes-agglomération, d un bailleur et d une déléguée du préfet. Jacqueline Here et Catherine Pellen-Potin, responsable de la mairie de quartier de l Europe Brest métropole océane, ont expliqué comment la démarche de GUP initiée sur les quartiers ZUS a mené à la création du dispositif de la «gouvernance de l espace public». Dans le cadre d une évaluation des charges de GUP, menée en 2009, l intérêt des diagnostics en marchant, du travail en inter service et de la mobilisation des habitants, à travers les commissions «cadre de vie», a été mis en exergue. Dès lors, il s est avéré que ces méthodes pouvaient être généralisées à l ensemble des territoires brestois. Ainsi, la «gouvernance de l espace public» a été mise en place en janvier Ce dispositif se concrétise par 3 réunions annuelles, pilotées par les responsables des mairies et les adjoints. Durant celles-ci, les agents de terrains (catégorie B et C) et des membres des commissions «cadre de vie» des différents conseils de quartier font le point sur l actualité des quartiers et réfléchissent aux modalités d association des habitants. Cette instance implique également les bailleurs sociaux. Brest est l une des communautés urbaines les plus intégrées de France : tous les services municipaux liés à l espace public y ont été mutualisés. Ces services opérationnels s appuient constamment sur l expertise d usage des mairies de quartier en matière de concertation avec les habitants, et plus particulièrement sur les «chargés de développement quartier». Par ailleurs, les budgets ne sont pas alloués au prorata de la population de chaque commune, mais en fonction des besoins identifiés dans les quartiers. Une enveloppe GUP de euros est consacrée à des démarches visant à répondre à un déficit de conception ou de qualité de l espace public ou à un usage inapproprié de celui-ci. Cette somme permet également d expérimenter des projets qui, s ils s avèrent pertinents, sont intégrés au droit commun. Au sein des quartiers, les inspecteurs du domaine public et tous les agents intervenants sur l espace public alimentent le logiciel de «relation aux administrés». Une typologie des 7

8 demandes exprimées par les habitants est réalisée, en vue d identifier les services concernés. Ce logiciel constitue également un outil d analyse et de cartographie des dysfonctionnements. En outre, l ouverture du logiciel aux habitants est expérimentée dans deux quartiers, avec plus ou moins de succès selon le territoire concerné. Le travail collaboratif mis en œuvre dans le cadre de la GEP a permis d améliorer la qualité des espaces publics. En effet, un partage d information plus efficace permet une meilleure coordination des services et des gains de temps pour chacun. Après ce témoignage sur la «gouvernance de l espace public» mise en œuvre à Brest, Sylvie Le Berre a indiqué que le rôle du service de l état consistait à donner l impulsion. La loi d orientation 2003 rappelle ainsi l obligation d établir une convention GUP dans les ZUS et dans les quartiers liés à une convention de rénovation urbaine. Cette convention doit être intégrée dans les conventions d utilité sociale des bailleurs. Par ailleurs, la circulaire de l ANRU du 26 octobre 2011 demande à l état d apporter un éclairage sur la répartition des rôles dans la mise en œuvre de la GUP. Au niveau de la Loire Atlantique, l animateur départemental est le sous-préfet à la ville. Il dispose d un référent dans chaque quartier politique de la ville : le délégué en charge du quartier. La DTM intervient sur le suivi des conventions et des sorties de conventions ANRU. Elle assure également le suivi des plans stratégiques locaux. La DDSP dispose, en son sein, d un référent sûreté pouvant préconiser des aménagements liés à la sécurité publique. La Direction de la cohésion sociale gère les budgets de l Agence pour la cohésion sociale. L ANRU apporte son soutien via son pôle opérationnel d expertise (diagnostics en marchant, formation des acteurs de la GUP...). Ainsi, les différents services de l état travaillent en partenariat. Par ailleurs, une expérimentation est menée par le SG CIV. Il s agit de former, en commun, des binômes composés d un agent de l État et d un agent des collectivités. Cette formation se décline en 3 modules et concerne 3 départements des Pays de la Loire : Loire Atlantique, Maine et Loire et Sarthe. Après la déléguée du préfet, ce fut autour de Madani Belkheir, chargé de mission au sein d Atlantiques Habitations, d apporter son point de vue sur la place des habitants dans la démarche de GUP. Atlantiques Habitations est une entreprise sociale pour l habitat, qui gère logements en Loire Atlantique au sein de laquelle Madani Belkheir occupe un poste dédié à la coordination de l ensemble des engagements en faveur de la GUP. Sa mission consiste notamment à diffuser la philosophie de la GUP au sein de l entreprise. Par ailleurs, celui-ci prône l instauration d une relation participative avec les habitants et impulse des actions innovantes. De la sorte, il a initié le dispositif «encombrants solidaires» sur 4 résidences, situées en ZUS, en lien avec un acteur de l insertion professionnelle. Dans ce cadre, 5 habitants (les «opérateurs») ont été recrutés et formés. Ceux-ci sont chargés de sensibiliser les autres habitants à la problématique des encombrants et de rendre visite aux locataires entrants et sortants. De plus, ce dispositif favorise la revalorisation des encombrants abandonnés, en partenariat avec 3 associations. Enfin, celui-ci a vocation à s élargir aux problématiques du développement durable et à être rebaptisé «environnement solidaire». Les économies de gestion engendrée par le dispositif «encombrant solidaire» correspondent au montant dû, auparavant, au prestataire chargé de l évacuation. Madani Belkheir a insisté sur le fait que ce dispositif est déclinable à l envi, au sein d autres territoires. 8

9 Enfin, pour clôturer ce premier atelier, Joël Lachaud et Anne-Laure Maubert, coordinatrice Tranquillité Publique, ont exposé le cas de la ville d Angoulême, au sein de laquelle la démarche de GUP puis de GUSP a été initiée en Joël Lachaud a fortement insisté sur l importance du portage politique de cette démarche et indiqué être en charge des animations ORU, de la GUSP, des conseils des quartiers, du volet handicap, des comités de quartier, des centres sociaux, etc. De ce fait, il dispose d une vision d ensemble de tous les acteurs de la GUSP et se trouve en constante collaboration avec les adjoints en charge des travaux, de l urbanisme et de la circulation et du stationnement. Ainsi, dans la construction de la direction «citoyenneté et développement social», les chargées de mission ORU, GUSP, «conseil de quartier», handicap, «tranquillité publique» ont été intégrés. Cette transversalité constitue un gage d efficience. Tout Comme Brest, Angoulême a mis en place un comité de pilotage avec des élus-référents et des techniciens-référents. En outre, la ville dispose d un référent technique GUP au service technique et d une coordinatrice GUP faisant le lien avec l ensemble des centres sociaux. Par ailleurs, la direction «citoyenneté et développement social» organise régulièrement une réunion de veille GUP par secteur et une réunion de veille tranquillité publique sur la même matinée, en présence du délégué du préfet. Dans un souci d équité, la ville d Angoulême mène les diagnostics en marchant sur l ensemble des 14 quartiers qui couvrent son territoire. Les informations recueillies dans ce cadre sont remontées vers les mairies de proximité. De plus, une plateforme téléphonique («Allo Travaux») a été mise en place. 9

10 ATELIER 2 Les métiers de la gestion urbaine de Proximité Animation : BRIGITTE JALLET, directrice de l Union Sociale pour l Habitat de la région Centre Lors de ce second atelier, l importance du pilotage politique de la GUP a été soulignée. Les intervenants ont également insisté sur la nécessaire transversalité des démarches de GUP. Ces démarches impliquent une modification des pratiques, induite notamment par l implication des habitants. Aussi, l évolution des organisations rend nécessaire l adaptation des métiers existants, moyennant la mise en œuvre de formations. Pour ouvrir ce second atelier, Alain BELLANGER, est revenu sur l organisation du pôle de proximité de Nantes métropole, dont il est le Directeur. Au sein de ce pôle, deux quartiers un nantais et un orvaltais, sont liés à une convention de GUP. Ces conventions favorisent la coordination des différents acteurs (services techniques et sociaux, commerçants, habitants...) et l amélioration du cadre de vie. Selon Alain Bellanger, la GUP est une démarche permettant de coordonner des métiers préexistants : agents des services techniques du pôle de proximité, agents «espaces verts», police, transports La GUP a donc formalisé des démarches existantes et a apporté une méthode de travail aux équipes déjà en place. Sur les différents quartiers nantais, le pilotage de la GUP est porté par le chargé de quartier et le correspondant vie quotidienne. Quant au pôle de proximité, il intervient pour la mise en œuvre des financements. Ainsi, deux niveaux de coordination coexistent : le quartier et la Métropole. Au niveau de la Métropole, le vice-président, appuyé par un service dédié, coordonne les interventions sur les 13 quartiers liés à une convention GUP. Le comité de pilotage GUP est composé d élus, de techniciens et d adjoints de quartier. Jérémy Benoist, des Résidences de l Orléanais, a évoqué la convention GUP menée au sein du quartier de la Source et signée en Cette convention est venue renforcer une habitude de travail partenarial entre le bailleur et la ville, en favorisant la coordination des différents acteurs, notamment en matière d intervention sur le cadre de vie, de collecte des ordures et d implication des habitants lors de la mise en œuvre des chantiers. Pour les Résidences de l Orléanais, la mise en œuvre de la GUP s est traduite par la création d agences décentralisées. Celles-ci s articulent autour de deux pôles distincts. Le premier, chapeauté par un responsable de secteur et un technicien, réuni l ensemble des gardiens. Ce pôle constitue l interlocuteur privilégié des locataires. Le second pôle assure la gestion locative proprement dite (attribution de logements, litiges...). Le responsable d agence est devenu l interlocuteur unique des institutions, au niveau d un quartier. La GUP a notamment fait évoluer le métier de gardien. D abord purement technique, celui-ci s est élargi aux tâches administratives (relation aux locataires, reporting qualité et réclamations). 10

11 Cette évolution touche également les responsables de secteur qui peuvent dorénavant manager les gardiens sur le terrain. Jean-Philippe SURIAM, chargé de mission département ANRU et cadre de vie au SGCIV estime que la GUP n est pas toujours bien comprise par les collectivités qui soit veulent y intégrer un trop grand nombre d actions, soit, au contraire, manquent d ambition. À ce titre, une note nationale a été envoyée en mai 2012 pour rappeler le bien-fondé du dispositif. En outre, Jean-Philippe SURIAM a présenté l appel à projet «structures inter-bailleurs» de mutualisation pour les personnels de proximité qui exercent dans les quartiers politiques de la ville. Cet appel à projets vise à favoriser le travail en réseau des agents de proximité (gardiens, personnel technique et personnel d entretien), à consolider leurs pratiques professionnelles et à mutualiser leurs compétences. Cette démarche peut être élargie aux agents des collectivités intervenant quotidiennement dans les quartiers sensibles. 11

12 ATELIER 3 La place des habitants dans la démarche GUP Animation : CLAUDINE PICHERIE, chargée de mission RésO Villes Le troisième atelier s est penché sur la question de la place des habitants dans la démarche de gestion urbaine. Les intervenants se sont accordés sur la nécessaire différenciation des pratiques, au regard de l hétérogénéité des publics. De plus, le dialogue avec les habitants suppose d éviter toute démagogie, toute condescendance et toute posture «institutionnelle». Enfin, sans la participation des habitants, il est apparu impossible d adapter les projets à la singularité des territoires. Il s agit donc de réconcilier l «urbain» et le «social». Dans un premier temps, Claudine Picherie (RésO Villes) a rappelé que ce troisième atelier portait sur l intérêt ou non de la participation des habitants dans les démarches de GUP et sur les freins et les leviers éventuels à cette implication. Elle a ajouté que si la gestion urbaine de proximité n était pas en mesure de régler les problèmes de précarité, elle devait néanmoins permettre aux habitants de conserver leur estime propre et leur cadre de vie. La démarche de GUP implique un triptyque citoyens/politiques/techniciens. Il s agit donc d organiser la rencontre entre ces trois domaines, notamment moyennant des formations. Isabelle Nau déléguée du préfet et Robin Degremont chargé de mission DSU à la ville de Niort ont présenté une expérience de diagnostic en marchant effectuée avec une classe de 5ème. La ville de Niort est découpée en 9 quartiers comportant des conseils de quartier. Elle est engagée dans un programme de rénovation urbaine concernant deux quartiers proches du centre-ville (Clou Bouchet et Tour Chabot - Gavacherie) rencontrant les difficultés sociales (chômage, précarité) Le Clou Bouchet bénéficie de beaucoup de services et d équipements de proximité : lycée, collège et trois groupes scolaires. Les conseils de quartier de Niort sont majoritairement composés de retraités, très investis dans les associations de quartier. Il a donc été décidé d associer une population peu présente et peu écoutée : les jeunes scolarisés au collège. Le projet s est déroulé en trois temps. D abord, il s agissait de donner aux jeunes des clés de compréhension en matière d urbanisme. Ensuite, il convenait de préparer les enseignants, sur site. Enfin, le diagnostic en marchant, associant les jeunes collégiens, a été effectué. Dans ce cadre, les défauts de signalétique et l absence d un plan de quartier ont été pointés du doigt. Ce point a particulièrement retenu l attention lors de la livraison des premiers nouveaux équipements du quartier et la signalétique est devenue, sur ces sites, beaucoup plus lisible. Ce projet a permis aux jeunes de mesurer l ampleur des projets de rénovation urbaine et le nombre de personnes impliquées dans ces chantiers. Didier Gendron (Atlantique Habitation) a expliqué la façon dont un dispositif de dialogue a été mis en place avec les habitants d un ensemble immobilier à Orvault, en 2007, suite à des conflits générationnels et des dégradations. Après avoir écouté les doléances et les préoccupations des habitants, organisé un diagnostic en marchant et associé les jeunes à l élaboration du plan de quartier, les conflits se sont apaisés. Ce projet initial a engendré des 12

13 démarches similaires sur plusieurs autres bâtiments du patrimoine d Atlantique Habitations. Cette démarche vise à ce que le bailleur cesse d être considéré uniquement comme un percepteur de loyer, mais également comme un créateur de lien social, en partenariat avec le centre social. Cette manière de procéder a vocation à essaimer. Atlantique Habitation est également à l origine du projet, «encombrants solidaires», détaillé dans le cadre du premier atelier. Dans le cadre de son intervention, Chantal Talland a indiqué que les Écoles de la rénovation urbaine proposent une offre de formation pour permettre aux bailleurs, puis aux collectivités locales d acquérir les fondamentaux de la rénovation urbaine. Par ailleurs, l ANRU, l ACSE et l USH, réunis au sein du conseil d orientation, ont mis en œuvre une formation gratuite visant à donner à l habitant les compétences de maître d usage. Ces formations se déclinent en deux séquences de 3 jours. Ainsi, à ce jour, une centaine d habitants ont été formés. Cette année, l utilité de cette formation va être évaluée par un prestataire extérieur. Selon Chantal Talland, cette formation ne sera réellement utile qu en cas de réel changement de culture, en faveur de la participation des habitants dans les démarches de GUP. 13

14 TABLE RONDE Quelle perspective pour la gestion urbaine de proximité? Dans le cadre de son intervention, Éric Lenoir, de l ACSE, a rappelé que la GUP constitue un des axes portés par les contrats urbains de cohésion sociale. Par ailleurs, la démarche de gestion urbaine est transversale et ne se limite pas aux territoires en rénovation urbaine. Lors des ateliers, les enjeux de la réintégration de cette démarche dans le droit commun et de l équité de traitement ont été soulignés. Il s agit d inscrire la participation citoyenne dans la continuité des projets pour faire de l expertise d usage, un complément utile à l expertise d ouvrage. Au regard des diagnostics GUP, la question de la participation s impose comme un principe fort. De ce point de vue, l exemple d Atlantique Habitation est particulièrement intéressant. La question de l inscription des démarches de GUP dans la durée est également particulièrement importante. La formation des habitants et des acteurs concourant à la mise en œuvre de la GUP est primordiale. La formation «interacteurs»expérimentée depuis cette année vise précisément à consolider la culture du partenariat, en partant des problématiques inhérentes à chaque territoire. Représentant l ANRU, Marie Courouble a insisté sur le fait que la mise en œuvre de la GUP nécessitait d être adaptée aux spécificités de chaque territoire et de bénéficier d un portage politique fort. La GUP doit être perçue comme un véritable enjeu économique, et non comme une mesure d accompagnement du PRU. Les projets mis en œuvre dans le cadre des PRU doivent se traduire par une adaptation des organisations de tous les acteurs. La notion de «coût global» doit être au centre de la démarche GUP. Il convient d une part d envisager l enjeu économique que constitue la mise en œuvre d une démarche de GUP, et, d autre part, d évaluer le coût qu occasionnerait d un déficit de gestion. Pour sa part, Isabelle Sery, de l USH, estime que la dynamique partenariale, mise en œuvre dans les démarches de rénovation urbaine, doit irriguer la gestion quotidienne de l espace public. En outre, selon elle, la présence permanente dans les quartiers la veille constitue un enjeu majeur de la GUP. Pour se faire, les diagnostics en marchant doivent être effectués de façon collaborative (services de la ville, bailleurs...), afin de poser un regard neuf sur les quartiers. Bruno Baron, conseiller municipal délégué aux solidarités et à la politique de la ville, à Angers, a souligné que la GUP constituait un véritable enjeu démocratique. De son point de vue, la GUP contribue à la cohésion sociale. Ainsi, il situe la GUP bien au-delà de l objectif de pérennisation des investissements qui est celui de l ANRU. La GUP ne peut donc s envisager sans une posture politique forte. 14

15 La participation des habitants est l un des ingrédients indispensables à cette démarche. La démocratie participative doit contribuer au renouvellement de l action publique. L humilité des acteurs politiques, par rapport aux enjeux globaux de la politique de la ville et de la GUP, est essentielle. Aussi, les expertises d usage, technique et politique doivent être placées sur un pied d égalité. À Angers, le parti a été pris de considérer la GUP comme une politique de droit commun, applicable à tous les quartiers de la ville. En outre l action publique y est «territorialisée», afin de s adapter aux spécificités des territoires et à l histoire des acteurs territoriaux. Selon Bruno Baron, il convient d adapter les métiers existants plutôt que d en créer de nouveaux et d irriguer le champ du développement social par une culture nouvelle. La question de l association des habitants aux politiques menées, constitutive de la nouvelle démocratie lui apparaît comme prépondérante. 15

16 Edité par l INSET - rue du Nid de Pie - CS Angers Cedex Directeur de publication : Patrick DEBUT, directeur de l INSET d Angers Chef de projet : Marie TAVERNIER, Conseiller formation Communication - diffusion : Laurence RABASSE, responsable de communication Assistante : Fabienne HOUDEMON Couverture de l évènement et conception-rédaction : Résumémo Décembre 2012 CNFPT/ INSET D ANGERS

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Grand Projet de Ville d Orléans

Grand Projet de Ville d Orléans Grand Projet de Ville d Orléans quartier de La Source La Gestion Urbaine de Proximité Signature d un convention de Gestion urbaine de proximité autour de 7 thématiques 1 - Veiller à la qualité des investissements

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE Le 14 Mai 2014 USH Service Politiques urbaines et sociales L architecture des contrats de ville Contrat de ville : projets territoriaux intégrés

Plus en détail

Abattement. TFPB en QPV

Abattement. TFPB en QPV Abattement TOURS - 3 février 2015 TFPB en QPV Rencontre «Habitat, Cadre de vie et Gestion urbaine de proximité» Abattement TFPB en ZUS L enjeu Une ressource d environ 150 M par an pour les organismes HLM.

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain. Élaboration des projets de renouvellement urbain dans le cadre des contrats de ville

Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain. Élaboration des projets de renouvellement urbain dans le cadre des contrats de ville Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain Élaboration des projets de renouvellement urbain dans le cadre des contrats de ville François Pupponi, Président de l Agence Nationale pour la Rénovation

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF

CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF Fortement occupés par le parc social, les quartiers de la politique de la ville (QPV) de Sénart représentent un véritable

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : 1 Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 6 Parc de logement social dans l agglomération : 18 354 au 1 er janvier 2011 Aide financière

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Contexte Réaffirmés par le Comité Interministériel des Villes (CIV) du 19 février 2013, l engagement citoyen

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Comité d animation des sites préfigurateurs des contrats de ville - 18 juin 2013 - Paris La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Éléments de cadrage Le comité interministériel des

Plus en détail

Point d étape Note méthodologique

Point d étape Note méthodologique Point d étape Note méthodologique Avril 2008 Avril 2008 SOMMAIRE... Préambule : Enjeux et objectifs des points d étape... 4 Partie 1 : Réalisation des points d étape pour les projets de rénovation urbaine

Plus en détail

De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local. Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé

De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local. Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé Opération de Renouvellement Urbain Quartier du Grand Bellevue Ville de Trélazé Les chiffres de

Plus en détail

L IMPLICATION GESTION URBAINE DE PROXIMITĒ ET PROJETS DE RĒNOVATION URBAINE. Impliquer les habitants. Fiche d expérience n 1 SEPTEMBRE 2006

L IMPLICATION GESTION URBAINE DE PROXIMITĒ ET PROJETS DE RĒNOVATION URBAINE. Impliquer les habitants. Fiche d expérience n 1 SEPTEMBRE 2006 Fiche d expérience n 1 SEPTEMBRE 2006 GESTION URBAINE DE PROXIMITĒ ET PROJETS DE RĒNOVATION URBAINE Impliquer les habitants Cette série de fiches repères est constituée d une fiche de cadrage sur les enjeux

Plus en détail

Enquête sur les plans de lutte contre les discriminations en Rhône-Alpes - Juin 2015 -

Enquête sur les plans de lutte contre les discriminations en Rhône-Alpes - Juin 2015 - Enquête sur les plans de lutte contre les discriminations en Rhône-Alpes - Juin 2015 - CONTEXTE Dans le cadre du numéro des cahiers du Développement Social Urbain sur les liens entre la politique de la

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES BORDEAUX 23 ET 30 MARS CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 10 FÉVRIER 2014. L Office de la tranquillité publique

ÉLECTIONS MUNICIPALES BORDEAUX 23 ET 30 MARS CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 10 FÉVRIER 2014. L Office de la tranquillité publique ÉLECTIONS MUNICIPALES BORDEAUX 23 ET 30 MARS 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 10 FÉVRIER 2014 L Office de la tranquillité publique L office de la tranquillité publique Comme toute grande ville, Bordeaux

Plus en détail

Directeur, chargé de la mission dialogue citoyen Mission Dialogue Citoyen Administrateur

Directeur, chargé de la mission dialogue citoyen Mission Dialogue Citoyen Administrateur Annexe 1 Cadre d emploi de recrutement Directeur, chargé de la mission dialogue citoyen Mission Dialogue Citoyen Administrateur Le pôle «politiques publiques et prospective» a en charge l accompagnement

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

LES services de la Direccte

LES services de la Direccte Dynamiques territoriales en Pays de la Loire Séminaire organisé par le pôle 3 E Angers 29 juin 2012 Jérôme Migne directeur régional adjoint de la Direccte, responsable du Pôle 3 E (entreprises, emploi,

Plus en détail

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France Panorama des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable en France Décembre 2009 TERRITOIRES AYANT DÉCLARÉ UN AGENDA 21 LOCAL - SEPTEMBRE 2009 En 2009, l Observatoire s est

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine

Projet. Schéma d Orientation Régional pour. la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Projet Schéma d Orientation Régional pour la mise en œuvre des Emplois d Avenir en Aquitaine Vu la Loi N 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création de l Emploi d Avenir Vu le Décret N 2012-1210 du 31

Plus en détail

Les pôles régionaux de compétences en EPS/PS Bilan des actions réalisées en 2012

Les pôles régionaux de compétences en EPS/PS Bilan des actions réalisées en 2012 Les pôles régionaux de compétences en EPS/PS Bilan des actions réalisées en 2012 Décembre 2013 Source : outil de reporting des pôles 2012 Les pôles régionaux de compétences en EPS/PS sont un dispositif

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique

Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique 1 Une structure inédite fortement partenariale sa gouvernance, ses moyens L'Agence Parisienne du climat

Plus en détail

Compte-rendu SEMINAIRE METIER DES CONSEILLERS SOCIAUX

Compte-rendu SEMINAIRE METIER DES CONSEILLERS SOCIAUX Compte-rendu SEMINAIRE METIER DES CONSEILLERS SOCIAUX TRANQUILLITE RESIDENTIELLE DANS LES QUARTIERS COMMENT PROFESSIONNALISER UNE MISSION DEVENUE INCONTOURNABLE? PROGRAMME Paris les 27 et 28 novembre 2014

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Mars 2013 Ville de Rosny sous Bois Programme d actions PLH 2013 2018 Page 2 Sommaire 1 Déclinaison du programme d actions selon

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE L AGGLOMERATION RENNAISE VILLE DE RENNES. GESTION URBAINE DE PROXIMITE : Convention Cadre.

CONTRAT DE VILLE DE L AGGLOMERATION RENNAISE VILLE DE RENNES. GESTION URBAINE DE PROXIMITE : Convention Cadre. CONTRAT DE VILLE DE L AGGLOMERATION RENNAISE VILLE DE RENNES GESTION URBAINE DE PROXIMITE : Convention Cadre. ENTRE : L ETAT, représenté par le Préfet de la Région Bretagne, Préfet d Ille-et-Vilaine, Monsieur

Plus en détail

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Hélène Duclos Trans-Formation 1 er février 2013 - Brest Auto-évaluation de l utilité sociale d une structure Auto-évaluation dans le cadre d un accompagnement

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

02 Avril 2014. Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine de Lille Métropole

02 Avril 2014. Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine de Lille Métropole 02 Avril 2014 Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine de Lille Métropole 1/12 Dans le cadre de l élaboration du Contrat de Ville préfigurateur de Lille Métropole Communauté

Plus en détail

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations?

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations? APPEL A COMMUNICATIONS 7 ème édition Rencontres territoriales de la santé publique CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PREFET DE LA REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Pôle Cohésion sociale Territoriale Montpellier, le 19 juin 2015 Dossier suivi par Rodolphe

Plus en détail

ETAT d AVANCEMENT DES RELOGEMENTS ET PREMIERS BILANS

ETAT d AVANCEMENT DES RELOGEMENTS ET PREMIERS BILANS ETAT d AVANCEMENT DES RELOGEMENTS ET PREMIERS BILANS 1.1 Un cadre formalisé Le GPV de Lyon La Duchère Les objectifs ambitieux du Projet Urbain - Démolition/reconstitution de 1600 logements d ici 2012 pour

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 1 Soutenu par Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 Ce document a vocation à clarifier le contexte de l intervention des prestataires DLA, à faciliter

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Dans le cadre de la rédaction du futur Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées, le Collectif

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

Développement économique et emploi

Développement économique et emploi Angers Loire Métropole Ville d Angers Développement économique et emploi Plan d actions territorial 2009 Sommaire I - Un plan d action territorial d urgence de soutien aux entreprises et à l emploi : Un

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Contexte de l expérimentation

Contexte de l expérimentation CAHIER DES CHARGES Objet de la prestation : Assistance à maîtrise d ouvrage auprès de l Agence nationale de lutte contre l illettrisme relatif à l accompagnement en région Rhône-Alpes, des CFA du CCCA

Plus en détail

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté 1 - RELATION AU CONTRAT CADRE Afin de préciser les actions qui seront mises en place jusqu en 2003, les partenaires du contrat de ville

Plus en détail

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés Contacts : Hélène Bernard, architecte, Audiar. Céline Racapé, chargée de mission aux formes urbaines, Rennes Métropole. L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

erritoires ruraux et périurbains d Île-de France

erritoires ruraux et périurbains d Île-de France erritoires ruraux et périurbains d Île-de France Comment construire et mettre en place un projet de territoire? Module de formation 1 26.06.2010 Mobilisation, animation, gouvernance: les différentes étapes

Plus en détail

Une ville socialement responsable

Une ville socialement responsable Angoulême, une ville dynamique, attractive, apprenant et solidaire Une ville socialement responsable Des moyens nouveaux pour soutenir la recherche d emploi 5 objectifs : le soutien actif, la (re)motivation

Plus en détail

LES DÉMOLITIONS sont des opérations longues et complexes.

LES DÉMOLITIONS sont des opérations longues et complexes. Fiche d expérience n 3 SEPTEMBRE 2006 GESTION URBAINE DE PROXIMITĒ ET PROJETS DE RĒNOVATION URBAINE En attendant la démolition, Quelle gestion urbaine de proximité? Cette série de fiches repères est constituée

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 Vendredi 15 mars 2013 Dossier de presse CONTACTS presse Grand Nancy : Élise FRISONI - 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00- elise.frisoni@grand-nancy.org

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT. Tremplin pour l emploi des bénéficiaires du RMI

PROTOCOLE DE PARTENARIAT. Tremplin pour l emploi des bénéficiaires du RMI PROTOCOLE DE PARTENARIAT Tremplin pour l emploi des bénéficiaires du RMI ----------------------------------------------------- ENTRE La Région des Pays de la Loire - Hôtel de la Région 1 Rue de la Loire

Plus en détail

LA STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE? Simple volet d une Stratégie d Entreprise

LA STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE? Simple volet d une Stratégie d Entreprise LA STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE? Simple volet d une Stratégie d Entreprise REVE PROJET Objectifs Moyens Actions Freins Indicateurs Résultats Attentes des parties prenantes Bilan global Diagnostic stratégique

Plus en détail

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE CONVENTION PARTENARIALE INTERBAILLEURS POUR LE RELOGEMENT DES LOCATAIRES CONCERNES PAR LES PROGRAMMES DE DEMOLITION ET DE RENOUVELLEMENT URBAIN SUR LE TERRITOIRE

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT. Une réponse. pour les ménages. La Maîtrise d ouvrage d insertion

LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT. Une réponse. pour les ménages. La Maîtrise d ouvrage d insertion u La Maîtrise d ouvrage d insertion LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT Une réponse u pour les ménages qui n entrent pas dans les standards habituels du logement social. La Maîtrise

Plus en détail

Définition d un espace de concertation

Définition d un espace de concertation Définition d un espace de concertation La grande diversité des initiatives rend difficile d arrêter une définition. Entre la définition idéale (ce qu on attend, ce qu on projette d un Espace de concertation)

Plus en détail

Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine d ARRAS. 22 janvier 2014

Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine d ARRAS. 22 janvier 2014 22 janvier 2014 Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine d ARRAS Contribution hlm au contrat de ville de la CUA Page 1 sur 9 Contribution hlm au contrat de ville de la

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

ORGANISATION DES REVUES DE PROJET Note méthodologique

ORGANISATION DES REVUES DE PROJET Note méthodologique ORGANISATION DES REVUES DE PROJET Note méthodologique I. PRINCIPES GENERAUX...2 L intérêt et le caractère de l intervention...2 Objectifs et apports de la revue de projet...2 Le rythme des revues de projet...3

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES? L e s C a h i e r s d e l O b s e r v a t o i r e - n 7 CHAPITRE 3 QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES? Dans quelle mesure, les initiatives, expérimentations, réflexions, présentées dans les chapitres

Plus en détail

Classe en entreprise : un nouveau dispositif pour les collégiens

Classe en entreprise : un nouveau dispositif pour les collégiens Classe en entreprise : un nouveau dispositif pour les collégiens Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Sommaire Classe en entreprise : un nouveau dispositif pour les collégiens a Des cours en entreprise

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Note méthodologique LA LOGIQUE DU CADRE NATIONAL D UTILISATION DE L ABATTEMENT TFPB

Note méthodologique LA LOGIQUE DU CADRE NATIONAL D UTILISATION DE L ABATTEMENT TFPB Direction des politiques urbaines et sociales Note méthodologique ABATTEMENT DE LA TFPB DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES DE LA POLITIQUE DE LA VILLE : CONSTITUTION DES INDICATEURS DES MOYENS DE GESTION

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC)

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

MAISON DES ASSOCIATIONS

MAISON DES ASSOCIATIONS MAISON DES ASSOCIATIONS ESPACE CLÉMENT-MAROT PLACE BESSIÈRES 2 Situé au cœur de la ville à l espace Clément- Marot, la Maison des associations a pour vocation de promouvoir et de faciliter la vie associative.

Plus en détail