Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés )."

Transcription

1 Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

2 Plan Comment évaluez la durabilité d un système agricole? Quelle durabilité des systèmes «grandes cultures» (en système polyculture élevage ou en système grandes cultures spécialisées uniquement?) en Agriculture Biologique, comparée à d autres modes de production (intensif, raisonné, intégré ) Quelques aspects agronomiques qui posent un problème de durabilité en AB Quels bilans économique pour les différents systèmes 27/11/2012 Séminaire AB Angers 2

3 Que comparer? Les principes ou la réalité? En conventionnel il n y a pas de principes explicites! (produire plus?) La majorité des exploitations françaises peut être qualifiée d intensive En système intégré (SI) Les principes existent (OILB, 3 ième voie) Pas de ferme certifiée SI (sauf Suisse) IDEA > 50 points? En AB Les principes existent Il y a des exploitations certifiées AB Mais la réalité se situe entre les règles minimales du CC et les principes Implique une grande variabilité de situation Pour une comparaison rigoureuse il faut disposer d essais système 27/11/2012 Séminaire AB Angers 3

4 Comparer la durabilité entre exploitations ne peut se faire qu avec une batterie d indicateurs Sur la liste des indicateurs à prendre en compte il existe un certain consensus Mais la pondération entre indicateurs basée sur un consensus social Nous utilisons IDEA Système normé Pondération fixe Facile d utilisation 27/11/2012 Séminaire AB Angers 4

5 Développement Agricole Durable les 10 composantes d IDEA ECONOMIGUE Viabilité Indépendance Transmissibilité Efficience AGRO - ECOLOGIQUE Diversité Organisation de l espace Pratiques culturales Qualité des produits Emploi et service Éthique et développement humain SOCIAL E & TERRITORIALE 27/11/2012 Séminaire AB Angers 5

6 70 60 Durabilité totale 65 exploitations grandes cultures (France) PD CM JYG PCMG 3 BIO 7 1 BIO JMA8 PM 6 BIO BIO Durabilité des exploitations B 1011AJCC3B 6B15B 12 7B9B13A 2 5B2A7A12A 12B1A6A 13B8A16AOHCC1114B14A 1B4B10A JMVEDMDPLJV9A15A 910B 5 8B11B 5AABJCB13 PC4A XA3A 2B VL /11/2012 Séminaire AB Angers 6

7 Zoom sur le groupe de Saint Jean d Angély Durabilité des exploitations 100 Niveau de durabilité Durabilité Agroécologique Durabilité Socio-territoriale Durabilité économique 90 BIO BIO BIO BIO /11/2012 Séminaire AB Angers 7

8 Exemple Saint Jean d Angély Exploitation n 13 moyenne du groupe EFFICIENCE TRANSMISSIBILITE DIVERSITE ORGANISATION DE L'ESPACE PRATIQUES AGRICOLES INDEPENDANCE QUALITE DES PRODUITS VIABILITE EMPLOI et SERVICE ETHIQUE et DVT HUMAIN 150 ha en BIO ; 85 Vaches allaitantes 100 % herbes ; un salarié 27/11/2012 Séminaire AB Angers 8

9 Exemple Saint Jean d Angély Exploitation n 8 TRANSMISSIBILITE EFFICIENCE DIVERSITE ORGANISATION DE L'ESPACE PRATIQUES AGRICOLES moyenne du groupe INDEPENDANCE QUALITE DES PRODUITS VIABILITE EMPLOI et SERVICE ETHIQUE et DVT HUMAIN 110 ha en BIO (12 ha de Luzerne [vendu en foin)+ 15 ha de trèfle (broyé) dans la rotation] + lapin (non BIO) ; 2 salariés pour les lapins 27/11/2012 Séminaire AB Angers 9

10 AB Ile de France Centre grande culture (moyenne 11 exp) polyculture élevage (moyenne 12 exp) ,9 91,3 65,4 68,5 grande culture polyculture élevage Durabilité agroécologique Durabilité socioterritoriale Durabilité économique Source : Compte-rendu 2006 du Projet ONIC-ONIOL «Acquisition de références techniques et technico-économiques en grandes cultures biologiques dans les régions Centre et Ile de France» 27/11/2012 Séminaire AB Angers 10

11 AB Ile de France Centre grande culture (moyenne 11 exp) Grandes cultures Transmissibilité Indépendance Efficience Diversité Organisation de l'espace Pratiques agricoles Qualité des produits et du territoire Viabilité Emplois et services Ethique et développement humain Source : Compte-rendu 2006 du Projet ONIC-ONIOL «Acquisition de références techniques et technico-économiques en grandes cultures biologiques dans les régions Centre et Ile de France» 27/11/2012 Séminaire AB Angers 11

12 AB Ile de France Centre polyculture élevage (moyenne 12 exp) type III Transmissibilité Indépendance Efficience Diversité Organisation de l'espace Pratiques agricoles Qualité des produits et du territoire Viabilité Emplois et services Ethique et développement humain Source : Compte-rendu 2006 du Projet ONIC-ONIOL «Acquisition de références techniques et technico-économiques en grandes cultures biologiques dans les régions Centre et Ile de France» 27/11/2012 Séminaire AB Angers 12

13 Conclusion 1 Les systèmes AB ne sont pas plus durables que les autres systèmes de production Cette constatation est logique car : Les principes de l AB ne concernent que l agronomie (les «pratiques agricoles» dans IDEA) Si on se concentre sur la dimension agroécologique les systèmes AB sont-ils meilleurs? Tous les principes de AB sont-ils appliqués? Le CC AB est-il suffisant? Tous les principes retenus en AB sont-ils vraiment durables? 27/11/2012 Séminaire AB Angers 13

14 Comparaison principes/réalité Principes Systèmes AB Principe Réalité Mixité (culture +élevage) oui +/- Rotation longue oui +/- Aménagement (parcellaire, haies, etc.) oui +/- Maintien ou amélioration de la «fertilité organique» du sol Labour Labour Fertilisation Pas d engrais de synthèse +++ Protection des cultures Préventive Pas de produits de synthèse Irrigation raisonnée? +/- +++/- Traitements avec des produits chimiques 27/11/2012 Séminaire AB Angers 14

15 Les grands principes de l agriculture durable, non explicites dans le CC (mixité, rotation aménagement de l espace), sont-ils mieux respectés en AB qu en système conventionnel ou en système intégré? 27/11/2012 Séminaire AB Angers 15

16 Organisation de l espace Exploitations AB (77) Composante Organisation de l'espace (maxi: 33) Organisation de l'espace Moyenne Organisation de l'espace /11/2012 Séminaire AB Angers 16

17 Organisation de l espace Exploitations AB (77) Gestion des surfaces fourragères Chargement animal Actions en faveur du patrimoine naturel Zones de régulation écologique Gestion des matières organiques Dimension des parcelles Assolement /11/2012 Séminaire AB Angers 17

18 35 30 Organisation de l espace 65 exploitations grandes cultures ou mixtes (France) AB AB /11/2012 Séminaire AB Angers 18

19 Organisation de l espace Indicateur d Assolement 10 9 AB AB /11/2012 Séminaire AB Angers 19

20 Maintien de la teneur en carbone et l activité biologique : Effet du travail du sol AB labour Dilution de la matière organique de la minéralisation Consommation d énergie importante SI sans labour Matière organique en surface la minéralisation de l activité biologique Vers de terre Microarthropodes Biomasse microbienne Etc. Consommation d énergie réduite (- 50 % pour l implantation d une culture) Le non labour est plus durable! 27/11/2012 Séminaire AB Angers 20

21 Fertiliser sans engrais de synthèse Est-ce durable? Possible pour N Mixité recyclage Pertes (exportation et lessivage ) compensées par la fixation symbiotique des légumineuses Mais l absence de N minéral Limite les possibilités d ajustement de la disponibilité en azote / besoins des plantes Au printemps limite le rendement des cultures d hiver Pas de problème pour K : Car pas de traitement chimique des engrais naturels Pertes et exportations sont compensables par des apports Probablement difficile pour P Phosphates naturels ne peuvent pas être valorisés dans certains sols Conséquence baisse des teneurs en P biodisponible des sols en AB Comment compenser les exportations? Mycorhizes? Meilleure valorisation du P du sol? Cette règle limite-t-elle les rendements des grandes cultures? 27/11/2012 Séminaire AB Angers 21

22 Le cas du phosphore Comparaison de couples de parcelles AB et Conventionnelles en grandes cultures Sol Mode Ant. P total P-Dyer P-Olsen années mgp/kg mgp/kg 4(S) Conv 377 a 205 a 55 a 4(S) Bio a 189 a 59 a 1(ALS) Conv 597 a 48 a 20 b 1(ALS) Bio a 43 a 12 a 6(LSA) Conv 865 a 228 a 29 b 6(LSA) Bio a 147 b 10 a 7(AL) Conv 776 a 155 a 49 b 7(AL) Bio a 136 b 12 a 8(AL) Conv 789 a 159 b 46 b 8(AL) Bio a 122 a 8 a Plus la conversion est ancienne plus la teneur en P biodisponible est faible Mais le stock de P dans le sol est inchangé Source : C. Morel, B. Le Clech, M. Linères, S. Pellerin, (2007) rapport final feriagribio ; gestion de la fertilité phosphopotassique en agriculture biologique Pour chaque couple de parcelles, des lettres différentes désignent une différence statistique significative au seuil de P=0.05 entre les deux modes de conduite. 27/11/2012 Séminaire AB Angers 22

23 Lutte contre les vivaces (chiendents, chardons, liserons, etc En AB Labour Maitrise par de nombreux travaux du sol chaque année Consommation d énergie importante Efficacité limitée rendement fortement limité dans certain cas En système intégré Pas de labour Maitrise par un traitement herbicide tous les 3 ou 4 ans si nécessaire Consommation d énergie réduite (- 50 % qu avec labour) 27/11/2012 Séminaire AB Angers 23

24 Lutte contre les annuelles Labour En AB Maitrise préventive par la rotation, etc. En curatif : désherbage mécanique Maitrise difficile en cas de printemps et d été humide rendement pénalisé certaines années En système intégré Pas de labour Maitrise préventive par la rotation, etc. En curatif : désherbage mécanique en priorité Maitrise par des traitements herbicides si nécessaire (années humides) 27/11/2012 Séminaire AB Angers 24

25 Conclusion 2 Les principes AB non repris dans le CC ne sont souvent pas appliqués faible durabilité / intégré Rotation longue souvent non appliquée les rotations de 3 ans sont fréquentes partout en France en AB Organisation de l espace en AB pas différente / exp conventionnelle Les principes AB repris dans le CC peuvent poser des problème de durabilité Phosphore Pas de possibilité de désherbage chimique des vivaces Mais si on regarde la durabilité agro-écologique les systèmes AB sont parmi les plus durables 27/11/2012 Séminaire AB Angers 25

26 Coûts de production moyens par culture en AB /t Coût de production à la tonne , Fermage ACF Main d'œuvre Irrigation Méca Intrants 0 féverole tournesol Luzerne Colza triticale Maïs irrigué Maïs sec Pois blé Rendement t/ha Calcul 2008 Exploitation AB Pays de la Loire et Ile France ACF = autres charges fixes 27/11/2012 Séminaire AB Angers 26

27 Comparaison de 5 systèmes de production Fermes de Boigneville :91 AB 1 Intégré raisonné Intensif Monoculture (de blé) Moy 1 Moy CV % ( ) Moy CV % Moy CV % Moy CV % Effet année Effet système Coût de production du blé ( /t) Balance globale azotée (kg N/ha ) IFT exploitation Impact énergétique (MJ/ha) Energie brute produite (MJ/ha) Efficience économique des intrants S** S** S** S** 0 2, , , ,88 19 NS S** S** S** S** S** 5,78 2,2 44 1, , ,25 71 S** S** ( 1 ) : ne fait pas partit de l analyse statistique /11/2012 Séminaire AB Angers 27

28 Conclusions Aujourd hui les AB sont souvent sur le plan agronomique plus durables que les conventionnels ; La comparaison avec des systèmes intégrés est plus difficile Pour que le Bio devienne plus durable.. Modifier certains principes discutables Pas de produit chimique de synthèse (pour les végétaux ) Et si on autorisait certains traitements en production végétale? Combler des lacunes dans le cahier des charges AB Obliger la mixité grande culture + élevage Introduire une obligation de résultat (qualité) Rapprocher la réalité des principes Aménagement du parcellaire (taille des parcelles, haies, etc.) Rotation longue (minimum 4 ans?) Anticiper le verdissement de la PAC Rotation, éléments topographiques, mixité. 27/11/2012 Séminaire AB Angers 28

29 FIN /11/2012 Séminaire AB Angers

30 LA MÉTHODE IDEA 3 Les 10 composantes et 42 indicateurs Agro-écologique 18 Diversité 4 Organisation de l espace 7 Pratiques agricoles 7 Socio territoriale 18 Qualité des produits 6 Emploi et services 6 Ethique et dév. Humain 7 Économique 6 Viabilité 2 Indépendance 2 Transmissibilité 1 Efficience 1 30

31 IDEA : Durabilité agro-écologique Valeur maximale de l'indicateur A1 Diversité des cultures annuelles ou temporaires 14 A2 Diversité des cultures pérennes 14 A3 Diversité animale 14 A4 Valorisation et conservation du patrimoine génetique 6 A5 Assolement 8 A6 Dimension des parcelles 6 A7 Gestion des matières organiques 5 A8 Zones de régulation écologique 12 A9 Contribution aux enjeux environnnementaux du territoire 4 A10 Valorisation de l'espace 5 A11 Gestion des surfaces fourragères 3 A12 Fertilisation 8 A13 Effluents organiques liquides 3 A14 Pesticides 13 A15 Traitements vétérinaires 3 A16 Protection de la ressource des sols 5 A17 Gestion de la ressource en eau 4 A18 Dépendance énergétique 31 10

32 DURABILITE SOCIO-TERRITORIALE Valeur maximale de l'indicateur B1 Démarche de qualité 10 B2 Valorisation du patrimoine bâti et du paysage 8 B3 Traitement des déchets non organiques 5 B4 Accessibilité de l espace 5 B5 Implication sociale 6 B6 Valorisation par filières courtes 7 B7 Autonomie et valorisation des ress locales 10 B8 Services, pluriactivté 5 B9 Contribution à l emploi 6 B10 Travail collectif 5 B11 Pérennité probable 3 B12 Contribution à l équilibre alimentaire mondial 10 B13 Bien-être animal 3 B14 Formation 6 B15 Intensité de travail 7 B16 Qualité de vie 6 B17 Isolement 3 B18 Accueil, hygiène et sécurité 32 4

33 «Les Fermes de Boigneville» à Arvalis Marges directes par systèmes Marges directes - moyennes par système Période Marge directe ( /ha) MD ( /ha) Coef V MD (%) BIO BIO INTEGRE Intégré RAISONNE Raisonné A MACH prioriii Mono Blé BLE Coef V MD (%) Des marges directes équivalentes entre systèmes, entre 2001 et 2008 Académie d Agriculture de France 2 février

34 Fermes de Boigneville : résultats Résultats des indicateurs techniques ( ) NS : Non significatif S* : significatif au seuil de 5% S** : significatif au seuil de 1% NS : Non significatif S* : significatif au seuil de 5% S** : significatif au seuil de 1%

35 Fermes de Boigneville : résultats Résultats des indicateurs économiques ( ) * : hors aides PAC NS : Non significatif S* : significatif au seuil de 5% S** : significatif au seuil de 1%

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014 Objectifs du plan d action 2011-2020 Dans le domaine agricole, le plan d action vise principalement à réduire les apports en phosphore dans les eaux par ruissellement ou érosion et à limiter les apports

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

Programme Régional «Enseigner à Produire Autrement» En Provence-Alpes-Côte d Azur (PREPA)

Programme Régional «Enseigner à Produire Autrement» En Provence-Alpes-Côte d Azur (PREPA) Programme Régional «Enseigner à Produire Autrement» En Provence-Alpes-Côte d Azur (PREPA) 5 ème conférence annuelle de l'agriculture régionale Lundi 16 février 2015 L'enseignement agricole en Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPACT ENVIRONNEMENTAL DES PRATIQUES AGRICOLES

ÉVALUATION DE L IMPACT ENVIRONNEMENTAL DES PRATIQUES AGRICOLES ÉVALUATION DE L IMPACT ENVIRONNEMENTAL DES PRATIQUES AGRICOLES Philippe GIRARDIN Responsable de l équipe «Agriculture durable» UMR «Agriculture - Environnement» Nancy-Colmar L ÉVALUATION ÉVALUATION DES

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre 2014 1 Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 Y. CAREL - Pôle Economie Systèmes de production - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Enjeux de la biodiversité pour la durabilité de l agriculture biologique

Enjeux de la biodiversité pour la durabilité de l agriculture biologique Colloque SIFEE 2010 Biodiversité et évaluation environnementale Enjeux de la biodiversité pour la durabilité de l agriculture biologique Jean-Luc Favreau Mohamed Gafsi Bernard Mondy Ecole Nationale de

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

14 déc Agriculture biologique et environnement. pas si simple! Philippe Viaux

14 déc Agriculture biologique et environnement. pas si simple! Philippe Viaux Agriculture biologique et environnement pas si simple! Philippe Viaux 1 Impact de l agriculture l sur l environnement Utilisation de ressources naturelles: Energie Minières (P, K) Eau d irrigation Sol

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Théme 1: matière organique et biodiversité

Théme 1: matière organique et biodiversité Théme 1: matière organique et biodiversité Jan Valckx Provincie Limburg (B) Union européenne - Europese Unie Fonds Européen de Développement Régional Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Interreg

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure

Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure Maintenir le revenu des céréaliers et diminuer leur contribution au réchauffement climatique : Deux objectifs conciliables? Étude de cas dans l Eure PERRIN O. ; MERLE F. Contexte sociétal et économique

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

Le verdissement de la Politique agricole commune

Le verdissement de la Politique agricole commune Jean Claude VAN SCHINGEN Direction des surfaces agricoles Département des Aides Le verdissement de la Politique agricole commune en Région wallonne Présentations Septembre octobre 2014 1. Limite de l exposé

Plus en détail

Les Services de la Chambre d'agriculture

Les Services de la Chambre d'agriculture Les Services de la Chambre d'agriculture Dénomination du Service ATE (Aide Technique à l Épandage des effluents d élevage) Département PRODUCTIONS VÉGÉTALES Agent(s) en charge du dossier Emilie SAVOURAT

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Une évaluation des stocks de carbone et des évolutions possibles

Une évaluation des stocks de carbone et des évolutions possibles Une évaluation des stocks de carbone et des évolutions possibles Exemples en Poitou-Charentes M. Vigot Chambre Régionale d Agriculture Poitou-Charentes NOM DE L AUTEUR 03 / 12 / 2013 Pourquoi s intéresser

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL GÉRER L ÉTAT L ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL 8émes rencontres GEMAS -COMIFER Blois - 20 & 21 novembre 2007 Annie Duparque GESTION ET CONSERVATION DE L ETAT L

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

«Outil d aide à la décision» Rendements Equivalents Bio / conventionnel

«Outil d aide à la décision» Rendements Equivalents Bio / conventionnel Journée e technique Grandes Cultures biologiques ITAB / Arvalis-Institut du Végétal «Outil d aide à la décision» «outil à palabres» Rendements Equivalents Bio / conventionnel Journée technique Grandes

Plus en détail

Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte 2007

Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte 2007 Journée technique Grandes cultures biologiques ITAB/Arvalis Institut du végétal 23 mars 2009 - Paris Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Solagro. Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture

Solagro. Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture Solagro Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture Association Loi 1901 75 Voie du TOEC - 31076 TOULOUSE Cedex 3! 0 (+33) 5 67 69 69 69 - Fax 0 (+33) 5 67 69 69 00 Email : solagro@solagro.asso.fr

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

La territorialisation des scénarios de gestion de la biodiversité

La territorialisation des scénarios de gestion de la biodiversité La territorialisation des scénarios de gestion de la biodiversité Xavier Poux, Jean-Baptiste Narcy, Blandine Ramain AScA Laurent Godé, Anne Philipczyk, Anne Vivier, PNRL Séminaire final DIVA 2 5-7 avril

Plus en détail

Les aides en agriculture biologique

Les aides en agriculture biologique Cette fiche présente quelques informations essentielles pour les exploitations en agriculture biologique : la notification et les différentes aides disponibles. Note : les informations présentées ici datent

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou»

Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou» Plan d Action Territorial «Hers-Mort/ Girou» Journée Arbres, Eau et Cours d eau 26 avril 2012 Aurin Avec le concours financier de Présentation de la zone d étude Superficie : 1555 km² Population : 250

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Françoise Vertès, Marie-Hélène Jeuffroy, Eric Justes Pascal Thiébeau, Michael Corson, INRA. Légumineuses et agriculture durable

Françoise Vertès, Marie-Hélène Jeuffroy, Eric Justes Pascal Thiébeau, Michael Corson, INRA. Légumineuses et agriculture durable Connaître et maximiser les bénéfices environnementaux liés à l azote chez les légumineuses, à l échelle de la culture, de la rotation et de l exploitation. Françoise Vertès, Marie-Hélène Jeuffroy, Eric

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

PAC 2014-2020 : les nouveaux outils à caractère national. 10 juillet 2014

PAC 2014-2020 : les nouveaux outils à caractère national. 10 juillet 2014 PAC 2014-2020 : les nouveaux outils à caractère national 10 juillet 2014 Plan d'intervention 1. Les paiements directs 2 Le developpement rural 3 L'OCM unique 4 La mention «produit de montagne» Les paiements

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

PROJET AGRO-ÉCOLOGIQUE POUR LA FRANCE

PROJET AGRO-ÉCOLOGIQUE POUR LA FRANCE PROJET AGRO-ÉCOLOGIQUE POUR LA FRANCE Un changement dans les modes de production est enclenché, dont sont acteurs des agricultrices et des agriculteurs qui adoptent et appliquent les principes de l agro-écologie.

Plus en détail

Certification environnementale des exploitations agricoles

Certification environnementale des exploitations agricoles Certification environnementale des exploitations agricoles Afin de vous adresser une proposition sans engagement de votre part, nous vous remercions de bien vouloir remplir ce document et de nous le retourner

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE Programme Performances économiques des élevages bovins viande. Julien Belvèze Institut de l Elevage Evolution

Plus en détail

AGIR 1248 INRA/INPT & UE

AGIR 1248 INRA/INPT & UE Conception et évaluation expérimentale de prototypes de systèmes de culture à très bas niveaux d intrants Application en systèmes pluvial et irrigué du SO Eric Justes, Didier Raffaillac, Grégory Véricel,

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Base de connaissances effluents d élevage GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Ce document est issu du projet Caractérisation des

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver?

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations?

Plus en détail

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17 Colza d hiver «associé» : technique et intérêts Vincent Trotin CA17 Le colza associé : une technique innovante pour réduire engrais et phytos Principe : semis simultané du colza d hiver + couvert gélif

Plus en détail

Les nouvelles applications de l agriculture de précision

Les nouvelles applications de l agriculture de précision Démonstration «Agriculture de précision et désherbage mécanique» Les nouvelles applications de l agriculture de précision «Outils actuels et perspectives» Définition L'agriculture de précision est un concept

Plus en détail

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales»

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Version du 10 février 2015 SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Sous-mesure : 10.1 paiement au titre d engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description

Plus en détail

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Un contexte à la recherche d outils pour aider à piloter les systèmes agricoles

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 Partenaires Département de l économie Service de l agriculture Direction générale de l environnement Géologie, sols et déchets

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Présentation des priorités soussectorielles québécoises en recherche et innovation Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Mise en contexte Rencontres préalables des

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

DISPONIBILITE EN PROTEINES DANS DIFFERENTS PAYS D EUROPE

DISPONIBILITE EN PROTEINES DANS DIFFERENTS PAYS D EUROPE DISPONIBILITE EN PROTEINES DANS DIFFERENTS PAYS D EUROPE Roinsard Antoine 1, Barbara Früh 2, Bernhard Schlatter 2 1 Institut Technique de l Agriculture Biologique, 9 rue André Brouard, 49105, Angers Cedex

Plus en détail