OUTLINE. Voitures de collection : de la passion à l investissement?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OUTLINE. Voitures de collection : de la passion à l investissement?"

Transcription

1 OUTLINE ING Private Banking Magazine AVRIL 2013 Voitures de collection : de la passion à l investissement? Investir : Les États-Unis changent la donne pétrolière Fiscalité : Les mesures fiscales du gouvernement Di Rupo Evénement : The Art society : 10 ans, 100 activités

2 Édito Sommaire De plus en plus de clients optent pour nos formules de gestion. Les investissements ont à nouveau la cote! Nos spécialistes en investissements travaillent donc sans relâche à de nouvelles solutions. Notre ambition est de proposer un éventail de possibilités à chaque profil d'investissement et de vous aider à trouver la formule qui vous convient le mieux. L'offre d'ing en matière d'investissements est l'une des plus variées du marché et elle affiche d'ailleurs de très belles prestations. Ce n'est pas pour rien que nous continuons à bénéficier de la confiance de nos clients, même en temps de crise! ING Private Banking a récemment regroupé plusieurs domaines d'expertises dans un nouveau département baptisé «Wealth Engineering». De meilleures synergies, une analyse plus pointue ainsi qu une meilleure coordination de l information en interne et en externe contribueront à faire d ING Private Banking un véritable pôle d excellence et de croissance dans les années futures., Nous voulons apporter des solutions aux dirigeants d'entreprise : l aide à l optimalisation de la rémunération, la gestion des positions concentrées en actions, l aide et l accompagnement lors de la vente de leur société. De même les problématiques liées à la structuration, la protection et la transmission du patrimoine, qu il soit mobilier, immobilier et/ou lié à une entreprise familiale, seront suivies attentivement. L actualité, notamment en matière juridique et fiscale, est en perpétuel mouvement. Informer rapidement nos Private Bankers et nos clients en apportant des solutions concrètes aux questions posées est un de nos objectifs. Le gouvernement Di Rupo, par exemple, a profondément modifié le paysage fiscal. De nombreuses mesures ont été introduites. Parlez-en avec votre Private Banker, il ou elle est en contact permanent avec nos experts. Bonne lecture! Philippe Wallez General Manager ING Private Banking Belgium Marchés 4/ Quand l histoire se répète Investir 8/ Les États-Unis changent la donne pétrolière Business 14/ Phosphates : l incroyable histoire d EcoPhos 18/ L Académie des Successeurs : une école pour la génération montante Outline magazine ING Private Banking avril 2013 Comité de rédaction : Jean-Philippe Bonte, Sandra Crokaert, Luc Charlier, Caroline De Moor, Marie Helsmoortel, Thierry Masset, Philippe Wallez, Jaan Wouters Ont participé à la réalisation de ce numéro : Business Writers (Chantal Samson, Philippe Engels et Hendrik Mertens), Luc Charlier, Séverine Delen, Caroline De Moor, Lieven Haesaert, Philippe Hennebert, Philip Kantor, Julien Manceaux, Thierry Masset, Charlotte Swenters, Mohamed Takhim, Christophe Van Cutsem, Henry, Dimitri en Anaîs Van Heyghen Coordination / Rédaction : Sandra Crokaert Maquette et mise en pages : Isabelle Van Brussel Édition : Mireille Staelens, Anniek Christiaens Production : Patrick Bataillie Photos : Belga Picture, Shutterstock, Raf Willems, The Art Society, Corbis, Bonhams Motor Cars Éditeur responsable : Inge Ampe, Cours Saint-Michel 60 B-1040 Bruxelles Z45213F 04/13 Fiscalité 22/ Les mesures fiscales du gouvernement Di Rupo : un aperçu Lifestyle 26/ Voitures de collection : de la passion à l investissement? Reportage 30/ Internet mobile : les nouvelles tendances décryptées Evénement 34/ The Art Society o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

3 Marchés Julien Manceaux, Senior Economist, Economic Research, ING Belgium Quand l histoire se répète En janvier 2012, le Président de la Banque centrale européenne décrivait comme suit son scénario pour l an dernier : la BCE «s attend à ce que l activité économique reprenne dans la zone euro, même si ce sera très graduellement, dans le courant de l année 2012, supportée par une amélioration de la demande mondiale, des taux d intérêt très faibles et toutes les mesures prises pour soutenir le secteur financier». Un an plus tard (une année ou le PIB de la zone s est contracté de 0,5 %), les économistes se surprennent à tenir le même discours. Quelles raisons aurait-on d y croire cette année, tant hors de l eurozone qu en son sein? Les Etats-Unis dans l imbroglio budgétaire Les Etats-Unis connaissent depuis l an dernier une reprise faible, même trop faible par rapport à la profondeur de la récession de (les créations d emplois depuis 2010 compensent à peine la moitié des emplois détruits en ). Le marché immobilier s est stabilisé et les prix reprennent leur croissance (après une correction de près de 30 %) mais c est un autre risque qui s est profilé : la situation budgétaire est en effet délicate à plusieurs titres, en premier lieu pour la croissance. Se négocient actuellement au Congrès et entre le Congrès et la Maison Blanche deux choses : le programme budgétaire décennal ( ) et le budget Dans la première négociation, un accord sur le volet des revenus (nouvelles taxes) est intervenu au premier janvier (l American Tax Relief Act) reportant l accord sur le volet dépenses au 28 février. A cette date, comme il n y avait pas d accord, les coupes budgétaires automatiques prévues dans le scénario de la «falaise fiscale» se sont mises en place (85 milliards d USD pour 2013, frappant pour moitié la défense et pour moitié les autres postes). Cela représente respectivement des baisses de 8 % du budget défense et de 4,6 % des autres dépenses qui seront répétées chaque année s il n y a pas d accord d ici l an prochain. Cumulées aux taxes décidées le premier janvier, ces coupes budgétaires devraient réduire la croissance de 1 pp en Si on tient compte de ces coupes dans le futur, on s aperçoit que le scénario de la «falaise fiscale» n est évité qu au prix de déficits plus élevés (le déficit est ainsi réduit de 7 % à 5,3 % en 2013 au lieu de 4 % dans le scénario de «falaise fiscale») dans le futur, et d un ratio dette/pib qui continuera de croître pour atteindre un maximum de 107 % en L autre négociation en cours est celle du budget 2013 pour lequel aucun accord n a encore été engrangé à l heure d écrire ces lignes. C est lui qui est lié à la négociation du relèvement du plafond de la dette. À ce sujet, pour forcer un accord, le Président Obama a signé le «No Budget No Pay Act» le 4 février dernier : à partir du 27 mars, faute d accord, le salaire des parlementaires serait versé sur un compte bloqué jusqu à ce qu un accord soit atteint et la décision sur le relèvement du plafond de la dette est reporté jusqu au 18 mai. Faute d accord, le Président se réserve le droit d augmenter le plafond de la dette dès le 19 mai du montant 4 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

4 Marchés «Il n'y a pas de quoi attendre une reprise spécialement dynamique en Europe...» Times Square, Manhattan, New York, Songquan Deng, Shutterstock «nécessaire pour assurer les obligations du Gouvernement Fédéral qui requièrent un paiement». Depuis le 27 mars, à moins que les Représentants ne décident de prolonger le budget 2012 encore quelques mois, il est possible qu un certain nombre de services fédéraux non essentiels ne soient plus assurés. Le coût pour la croissance de ces nouvelles diminutions de dépenses n est pas encore connu, mais, si elles se prolongent, l effet pourrait être significatif, des milliers de fonctionnaires étant mis au chômage technique et les lenteurs administratives mettant du temps à s atténuer même en cas d accord. Plus que jamais, l économie américaine a donc besoin que cesse l incertitude budgétaire afin que les investissements puissent se reprendre à une heure où la probabilité de voir les carnets de commandes à l exportation se remplir à nouveau grâce à la reprise en Asie et un USD relativement faible. Le besoin de croissance ne se pose en effet pas seulement en termes d emplois mais aussi de poids de la dette publique, que les Américains ont décidé de diminuer moins vite. La prévision de croissance 2013 (1,6 % seulement pour ING après 2,2 % en 2012) reflète donc surtout les risques liés à l ajustement budgétaire malgré une politique monétaire dont le pied va rester au plancher jusque l an prochain. Cependant, certaines forces se manifestent clairement dans le secteur privé via les créations d emplois et nous pensons que la croissance devrait dès lors se rapprocher de son potentiel en 2014, même si l ajustement budgétaire devra se poursuivre. La très connue rue piétonnière Dongmen Street à Shenzen en Chine, Shutterstock Le réveil asiatique est père de tous les espoirs A l heure où la machine européenne est enrayée et où le consommateur américain lutte contre le chômage, le fait que la transition politique chinoise se soit effectuée sans heurt a été un soulagement. Cependant, l administration ne prévoit pas de plan de relance particulier comme cela avait été le cas à la fin Aussi, même si la reprise des investissements se dessine et que le marché immobilier chinois s est stabilisé, l effet d aubaine pour les partenaires occidentaux de la Chine sera moindre qu en 2010 où ils avaient pleinement profité de la reprise chinoise via leur commerce extérieur. Certes, nous nous attendons à ce que la Chine batte cette année son objectif de croissance de 7,5 % (à 8,5 % pour ING) mais cela ne sera sans doute pas suffisant pour tirer une reprise mondiale aussi dynamique que celle de De plus, les perspectives de croissance à plus long terme de la Chine commencent à diminuer : en effet, en 2012, la Chine a vu pour la première fois une baisse de sa population active, ce qui implique qu elle devra de plus en plus compter sur sa productivité, encore très basse, pour assurer sa croissance à l avenir. La zone euro n est pas près d une sortie de crise Si le Sommet européen de juin 2012 a amené beaucoup de choses sur la table pour résoudre la crise, force est de constater que l effet d annonce positif s est dilué dans les premiers mois, poussant la BCE à suppléer aux aides européennes dès le mois de septembre. Ainsi si le Mécanisme européen de stabilité pouvait déjà acheter des titres de la dette à long terme des états membres sous programme d ajustement européen, la BCE se proposait d acheter des titres à court terme. Il lui a suffi d ajouter que l Euro était irréversible pour restaurer la confiance pour un temps. Un temps seulement car les propositions de juin 2012, notamment celle d une Union Bancaire, seront sans doute moins ambitieuses dans leur réalisation, laissant des pans entiers de problèmes irrésolus. Par exemple, un élément clé de l annonce de juin pour les marchés financiers était que le MES pourrait recapitaliser directement les systèmes bancaires nationaux dans le besoin (à commencer par l Espagne) en difficultés dès qu un mécanisme européen de supervision bancaire serait mis en place. Ce dernier a bien été créé mais les problèmes nés en dehors de sa supervision (et donc dans le passé) ne concerneront pas le MES. De quoi raviver les tensions. D un simple point de vue de croissance économique, des trois moteurs de l eurozone, seule l Allemagne montre des signes de reprise (et encore celle-ci dépend de la vigueur de la reprise asiatique décrite plus haut). En effet, la France, coincée dans une impasse budgétaire dont la seule issue est une amélioration de la compétitivité qui n occupe pas encore assez le haut de l agenda politique, n a plus contribué à la croissance européenne en 2012, et ce ne sera pas encore le cas cette année (0 % de croissance attendue en 2012 et 2013). Enfin, l Italie pèse principalement sur la croissance européenne et les résultats des élections de février ne laissent pas véritablement envisager une sortie de la récession avant l an prochain. Quant au quatrième poids lourd de l eurozone, l Espagne n a toujours pas souscrit à un plan d aides européennes en dehors d une aide à la recapitalisation de son système bancaire et est donc à la merci d une dégradation de sa dette. Pas de quoi attendre une reprise spécialement dynamique en Europe donc, il n est même pas exclu que l eurozone connaisse encore une croissance négative en 2013 (après -0,5 % en 2012, ING table sur -0,3 % cette année). Pour la BCE enfin, le problème reste entier. Après avoir tout tenté pour résoudre le problème de la fragmentation des marchés financiers européens (c'est-à-dire le fait que sa politique monétaire n a pas les mêmes effets partout dans la zone), la BCE va devoir trouver de nouvelles pistes d intervention, d autant que la résolution de la crise chypriote a eu pour effet de renforcer la fragmentation des marchés européens (à cause des contrôles de capitaux notamment). Pour l instant, elle va laisser la balle dans le camp des politiques (son programme d achats de titres est prêt, et les conditions d intervention sont connues) mais combien de temps encore peut-elle laisser revenir les doutes sans intervenir? Ce qui est certain est que son taux directeur n est pas prêt de remonter. Comme l an dernier à la même époque, une reprise se dessine qui profitera surtout au cœur de l eurozone et elle ne pourra se mettre en place durablement sans une résolution politique de la crise européenne. 6 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

5 Investir Le gaz de schiste, également appelé gaz de roche-mère ou gaz de shale est un gaz naturel contenu dans des roches marneuses ou argileuses riches en matières organiques, roches qui peuvent avoir une structure litée de schiste. Le pétrole ou huile de schiste est une expression assez générale décrivant tous les types de roche sédimentaire contenant plus de 3,5 % de matière organique et dont on peut espérer tirer une huile de schiste. Luc Charlier Investment Specialist ING Belgium, Private Banking, Investment Office Les États-Unis changent la donne pétrolière Que le baril de brut coûte 60 dollars ou le double, les États-Unis n en ont cure car ils dépendent de moins en moins des importations d'énergie. Déjà autosuffisants en gaz, ils sont en passe, grâce au pétrole de schiste, de supplanter l'arabie saoudite en tant que premier producteur mondial d or noir. Un grand bouleversement pour l économie US qui s accompagne paradoxalement d une remise en cause de la suprématie du baril de pétrole US (WTI) sur celui de la Mer du nord (Brent) Un chevalet de pompage dans un champ pétrolifère du Texas de l Ouest aux EU, Mike Flippo Les Etats-Unis, qui n'avaient plus été énergétiquement autosuffisants depuis l'époque d Harry Truman en 1952, ont, d'après le département de l'énergie américain, assuré près de 85 % de leurs besoins en La production US journalière moyenne a augmenté de 14 % l an passé, grâce essentiellement à l'exploitation de nouveaux gisements de pétrole de schiste par des groupes comme Anadarko Petroleum et Chesapeake Energy. S inscrivant dans le sillage du boom que connaît le gaz de schiste, le pétrole de schiste devrait représenter, à lui seul, 0,72 million de barils par jour (mbj) cette année, selon l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Une production qui pourrait même atteindre 1,2 mbj en 2020, soit 18 % de la production de brut du pays. Le bassin de Bakken, à cheval sur le Dakota du Nord et le Montana, mais aussi le Texas (champ d'eagle Ford), la Californie, le Colorado ou l'utah recèlent des ressources considérables : au moins 24 milliards de barils selon les dernières estimations. Espérant surmonter l'opposition des ONG environnementales, qui dénoncent les risques liés aux produits chimiques et aux gros volumes d'eau nécessaires à l'extraction du pétrole de schiste, les industriels souhaitent suivre le chemin emprunté pour le gaz de schiste et exporter une partie de cette nouvelle manne. Alors que le pays produisait encore 30 % de barils de moins que l'arabie saoudite au mois de novembre 2012 (6,8 millions de barils par jour contre 9,7 millions), l'agence internationale de l'énergie estime que les États-Unis n'auront pratiquement plus besoin d'importer d'hydrocarbures du Moyen-Orient d'ici à o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

6 Investir Les Etats-Unis sont en passe de supplanter l'arabie saoudite en tant que premier producteur d'or noir Une révolution pour les Etats-Unis Faut-il, dès lors, anticiper une redistribution massive des cartes à l échelle mondiale ou cette évolution, aussi importante soit-elle, restera-t-elle limitée aux seuls Etats-Unis? La question fait débat. Si la production nord-américaine contribuera de façon positive à l'économie américaine, il n est cependant pas certain qu elle changera la face du monde. Les secteurs de l automobile et des biens d équipement US connaissent effectivement une «réindustrialisation», comme en témoignent la relance de l investissement productif et de l emploi manufacturier, ainsi qu un redressement de la production manufacturière nettement plus rapide que dans la zone euro. Un processus imputable essentiellement à un regain de compétitivité des entreprises industrielles US qui bénéficient d un coût du travail plus faible qu en Europe et d un coût de l énergie moindre grâce aux gaz et pétrole de schiste. L avantage compétitif induit par une énergie bon marché est manifeste lorsque l on sait, par exemple, que le prix moyen du prix du diesel à la pompe avoisine les 3,4 USD, contre un sommet de 3.95 USD/gallon (3,78 litres) en avril Ceci étant, il convient aussi de constater que l'extraction de pétrole conventionnel est en déclin depuis 40 ans sur le sol américain, et dans le Golfe du Mexique, elle est proche d'un plateau. Quant au potentiel de croissance de la production des huiles de schistes, elle devra passer par une multiplication du nombre de puits. Ce qui n est pas chose gagnée Le bassin de Bakken, qui avait atteint en septembre 2012 un nombre record de 240 puits en exploitation est tombé à 214 et la croissance de la production pétrolière du site s est contractée chaque mois au cours du dernier semestre. Il faut, certes, reconnaître que sans les 0.72 mbj fournis l année passée Production pétrolière US (trimestrielle, millions de barils/jour) Production pétrolière saoudienne (trimestrielle, millions de barils/jour) OPRDSARB Index (BP Statistical Review Saudi Arabia Crude Oil Production) Copyright 2013 Bloomberg Finance L.P. 29-Jan :28: par le pétrole de schiste nord- américain, le marché mondial serait encore plus tendu et le pétrole plus cher aujourd'hui! Mais de là à anticiper à moyen terme une hausse de la production pétrolière US suffisante pour répondre à la croissance de la demande mondiale, il y a un pas qu il ne faut sans doute pas franchir. D autant que la dernière fois que les États-Unis ont fait jeu égal avec l'arabie saoudite, cela a plongé l'industrie pétrolière américaine et le royaume saoudien dans une situation désastreuse. Entre 1976 et 1985, la production américaine avait augmenté de 10 %, pour atteindre son niveau le plus élevé depuis l'embargo de À la fin de 1985, l'arabie saoudite avait alors augmenté ses volumes d'extraction afin de conserver sa position dominante sur le marché. Conséquence, le baril WTI ne coûtait plus que 10 dollars en mars La production américaine s'est alors repliée au cours de 21 des 22 années qui ont suivi, pour ne finalement repartir à la hausse qu'à partir de Il est donc peu probable que les deux nations veuillent à nouveau se livrer à une surenchère du même type En outre, le pétrole de schiste, plus léger que le brut traditionnellement extrait aux Etats-Unis, ne peut être raffiné par les raffineries américaines qui sont équipées pour traiter du brut plus lourd. L'Asie ou l'amérique latine pourraient constituer des destinations naturelles à ce pétrole léger, davantage que l'europe, qui est un débouché proche pour le pétrole africain, de même qualité. Mais, pour l'instant, les infrastructures pour le transporter vers les côtes sont seulement en cours de développement. Et, de surcroît, il n'est pas certain que le gouvernement américain accorde beaucoup de licences d'exportation, alors qu'il est obsédé par son indépendance énergétique. Dans le cas du gaz, le gouvernement a d'ailleurs bloqué certains projets pour le moment, craignant l'effet négatif que pourraient avoir les exportations sur les prix domestiques. Remise en cause de la suprématie du WTI sur le Brent? A moins que le législateur américain ne décide de supprimer la loi limitant les exportations pétrolières par le biais de l obtention de licences, les États-Unis resteront confrontés à un problème de surproduction qui pourrait amplifier les pressions baissières sur le baril de pétrole US (le West Texas Intermediate ou WTI). Les stocks aux États-Unis ont grimpé de 13 % en 2012, la production ayant, selon le département de l'énergie, pratiquement atteint son niveau le plus élevé en 19 ans sur fond d'essor des activités de forage horizontal et de fracturation hydraulique (injection sous très haute pression d un fluide destiné à fissurer la roche) qui devraient permettre au pays de devenir autosuffisant sur le plan énergétique. Cette augmentation des réserves constitue une des raisons pour lesquelles le baril WTI s'est échangé avec une décote moyenne de 17 dollars par rapport au Brent en 2012, comparé à une prime moyenne de seulement 95 cents entre 2000 et Faut-il en déduire la fin de la suprématie du WTI sur le marché pétrolier? Une chose est sûre, même le département de l'énergie américain ne considère plus le brut de référence américain comme le meilleur baromètre pour rendre compte de l'évolution des cours mondiaux, la hausse de la production US provoquant un gonflement des réserves nationales. L'Administration de l'information sur l'énergie à Washington a décidé de remplacer le WTI par le Brent de mer du Nord pour ses prévisions de cours dans ses perspectives annuelles sur l'énergie («Annual Energy Outlook 2013»). C'est la première fois que le département utilise le Brent, signe d'un décalage de plus en plus grand entre le WTI et les cours mondiaux du brut. Alors que le WTI a baissé pavillon de quasi 10 % en 2012, le Brent, qui sert de cours de référence de l'arabie saoudite à la Russie, a augmenté de 1,65 % et pourrait terminer 2013, pour la troisième année consécutive, à plus de 100 USD/baril, en raison de l'accroissement de la demande en Asie, des craintes de ruptures d'approvisionnement en mer du Nord et en Libye et des sanctions internationales prises à l'encontre des exportations iraniennes (lire l encadré). Les réserves de pétrole ont atteint en 2012 un sommet de 13 % aux États-Unis et le différentiel Brent / WTI s'est accentué Mar Jun Sep Dec Mar Jun Sept Dec Mar Jun Sep Dec DOESCRUD Index (DOE Crude Oil Total Inventory Data (excluding Strategic Petrole) Copyright 2013 Bloomberg Finance L.P. 02-Jan :28:38 Stocks US de pétrole hors réserves stratégiques (échelle de droite, millions de barils) Indice générique du baril de Brent (échelle de gauche, USD/baril) Indice générique du baril WTI (échelle de gauche, USD/baril) 390M 380M M 370M 360M 350M 340M 330M 320M 10 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

7 Investir Un baril de Brent au-dessus de 100 USD pour la troisième année consécutive? La consommation de pétrole des économies émergentes devrait, et ce pour la première fois de l histoire, être supérieure à celle des pays développés cette année. Une évolution majeure qui souligne la dominance industrielle croissante des pays asiatiques. Des nations émergentes comme la Chine, l'inde et l'indonésie seront, en effet, à l'origine de l'intégralité de la croissance de la demande en pétrole. La Chine représentera à elle seule plus de 30 % de la hausse mondiale, selon des estimations de l'agence internationale de l'énergie (AIE). La consommation de pétrole brut dans le monde émergent va atteindre une moyenne de 45,72 millions de barils par jour en 2013, dépassant les 45,15 millions de barils utilisés dans les pays de l'ocde. Et «cette tendance ne va probablement pas s'inverser», dixit l'aie. La demande pétrolière des marchés émergents pourrait, pour la première fois, excéder celle des pays de l OCDE La surperformance du Brent par rapport au WTI est donc tout à fait logique dans la mesure où le Brent reflète mieux l'évolution de l'offre et de la demande mondiales de pétrole que le WTI. Comme évoqué précédemment, ce dernier n'est désormais plus un indicateur fiable pour mesurer l'évolution mondiale des cours. Demande de pétrole de l OCDE (millions barils / jour) Demande de pétrole des pays non-ocde (millions barils / jour)... alors que l OPEP ajuste son offre pour soutenir les cours du brut Offre de l OPEP (millions barils / jour, échelle de droite) Cours générique du baril de Brent (USD / baril, échelle de droite) OPCBREST Index (Energy Intelligence Group Oil Products Non-OECD Rest of World D Copyright 2013 Bloomberg Finance L.P. 16-Jan :25:55 Comme le Brent est en train de prendre le pas sur le WTI, nous pensons que les positions et les transactions sur le Brent vont s'accroître par rapport au WTI dans les indices représentatifs du marché énergétique. Les flux de capitaux favorisent davantage le baril de Brent que le baril WTI Le baril de Brent, qui a affiché un prix moyen annuel record de 112 dollars en 2012, a également été dopé par les sanctions américaines et européennes à l'encontre de l'iran. Bloomberg a évalué l'impact de ces sanctions à 1 million de barils par jour, soit 1,1 % de la production mondiale. Compte tenu des tensions persistantes au Moyen Orient, cette prime liée au risque géopolitique ne disparaîtra pas du jour au lendemain Plateforme pétrolière en Mer de Chine méridionale, Mark Hall Enfin, nous continuons à préférer le Brent au WTI, car nous restons persuadés que l'arabie saoudite va réduire unilatéralement sa production de brut afin de maintenir le baril au-dessus de 100 dollars. Les Saoudiens ont besoin d'un baril de pétrole avoisinant les 95 dollars pour garder leur budget en équilibre. L'Arabie saoudite, qui n'avait plus autant pompé de pétrole depuis près de 30 ans, commence à réduire sa production pour infléchir la baisse des cours. Un niveau de production inégalé depuis au moins 1980! % (+2.85 % ann.) , % (-7.08 % ann.) Cours générique du Brent (USD / baril) Cours générique du WTI (USD / baril) Mar Jun Sep Dec Mar Jun Sep Dec Mar Jun Sep Dec C01 Comdty (Generic 1st 'C0' Future) wti/brent FR Daily 04JAN DEC2012 Copyright 2013 Bloomberg Finance L.P. 03-Jan :26: Production pétrolière de l'arabie saoudite (millions de barils par jour, échelle de gauche) Cours générique du Brent (USD / baril, échelle de droite) C01 Comdty (Generic 1st 'C0' Future) brent saoud offr FR Monthly 30JUN J Copyright 2013 Bloomberg Finance L.P. 16-Jan :58: o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

8 Business Mohamed Takhim Phosphates : l incroyable histoire d EcoPhos Lorsque Mohamed Takhim a créé EcoPhos, il n avait pas encore 21 ans et a dû faire venir son père du Maroc pour signer les actes de constitution de la société. Dix-sept ans plus tard, son entreprise est devenue un centre d excellence mondial dans le domaine de la purification des phosphates. Certains diront que c était écrit. Fils d un agronome travaillant comme paysagiste pour le compte de l Office Chérifien des Phosphates (OCP), l une des plus grandes entreprises publiques du Maroc, Mohamed Takhim a grandi à Khouribga, à une centaine de kilomètres au sud-est de Casablanca, une ville minière considérée comme la principale zone de production de phosphates au monde. Et voilà que notre homme est aujourd hui aux commandes d une entreprise spécialisée dans la purification des phosphates. «Ce n est pas cet environnement qui a guidé mon choix, se défend Mohamed Takhim. Depuis ma plus tendre enfance, je suis fasciné par la chimie minérale.» Cette passion pour la matière va le conduire, à 19 ans à peine, au Salon des inventeurs de Bruxelles, et c est donc chez nous que s écrira l incroyable success story d EcoPhos. L idée qui va révolutionner l industrie des phosphates Alors qu il était encore étudiant en chimie, Mohamed Takhim a développé une nouvelle technologie permettant de raffiner les phosphates naturels pauvres en phosphore afin de permettre leur utilisation industrielle. Les principaux consommateurs de phosphates sont l industrie des engrais, le secteur de l alimentation animale, l agroalimentaire et l industrie pharmaceutique. Les lessives, par qui le scandale des phosphates est arrivé (lire encadré), ne représentaient, même à l époque, qu une part limitée des débouchés. «Lorsque j ai démarré mes recherches, l industrie des phosphates ne subissait pas encore de réelle contrainte économique ou environnementale. Une matière première de bonne qualité, riche en phosphore, était toujours disponible en quantités suffisantes un peu partout dans le monde. Les prix étaient donc relativement bas, ce qui n encourageait pas le développement de nouveaux procédés d exploitation des phosphates moins purs ou concentrés. La pression écologique, quant à elle, se cantonnait à des arguments éthiques, sans contrainte légale», raconte Mohamed Takhim. «Mais le monde industriel s est rendu compte assez soudainement que les ressources se raréfiaient, avec une disparition programmée de cette matière première dans 50 ans environ. Les prix ont flambé en conséquence. Le prix à la tonne a grimpé de 30 dollars avant 2006 à dollars aujourd hui, avec un pic à 400 dollars en Sachant que le prix de revient des engrais est constitué à 80 % des matières premières, on imagine l impact sur cette industrie, principal débouché des producteurs de phosphates.» L usine UCCI en Syrie a démarré ses activités en 2010 contrat de licence EcoPhos signé en 2006 Les processus conventionnels ne permettent pas l utilisation industrielle de phosphates présentant une faible teneur en matière utile. En revanche, la technologie développée par Mohamed Takhim autorise cet approvisionnement alternatif. C est plutôt une bonne nouvelle pour les industries clientes puisque les phosphates de moindre qualité sont disponibles à profusion aux quatre coins de la planète, avec un effet naturellement positif sur leur prix d achat. C est aussi un plus pour l environnement car la technologie EcoPhos présente des atouts écologiques par rapport aux procédés conventionnels de purification (lire encadré). Des venture capitalists qui y croient Cet avantage compétitif est pourtant loin d être acquis lorsque Mohamed Takhim débarque au salon Eureka en 1995, son invention sous le bras. Plusieurs venture capitalists belges vont décider, malgré tout, de faire confiance à ce jeune homme animé, comme il le dit, d une «conviction ultime». Dans le tour de table d EcoPhos, constituée un an plus tard, on trouvera donc Capricorn Venture Partners, la GIMV, Stonefund (famille Colruyt) et Mitiska. Ils seront suivis par le groupe Solvay en Basée à Louvain-la-Neuve, EcoPhos a investi plus de 35 millions d euros en recherche et développement en l espace de quinze ans. Depuis 2008, l entreprise contrôle à 100 % un producteur bulgare de phosphates, DecaPhos : cette acquisition lui a permis de valider industriellement sa technologie. Et aujourd hui, les sollicitations des acteurs industriels consommateurs de phosphates affluent du monde entier «L histoire peut paraître idyllique, mais personne ne vous fait de cadeau. De 50 % à l origine, ma participation au capital d EcoPhos a été diluée à près de 5 % par le jeu des augmentations de capital, avant que je ne puisse retrouver une place confortable dans l actionnariat. Je détiens aujourd hui plus de 14 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

9 Business 78 % des parts, le solde étant aux mains de Solvay et d un investisseur privé. Les fonds de capital à risque sont sortis en 2009 et ne se plaignent pas, je pense, de leur investissement. Il était très important pour moi que les Belges qui m avaient fait confiance, à moi jeune émigré marocain, soient satisfaits.» Mohamed Takhim évoque avec le sourire ces années trépidantes où il alternait en permanence le costume cravate du chef d entreprise et la tenue décontractée de l étudiant. «Ayant un permis de séjour professionnel en Belgique, je ne pouvais pas y poursuivre mes études. Après une année préparatoire aux grandes écoles au Maroc, année durant laquelle j ai pulvérisé tous les records de miles sur Royal Air Maroc, j ai effectué un master spécialisé en Project management, puis un MBA à la Skema Business School, à Lille/Paris. C était parfois très dur» Mohamed Takhim et Philippe Hennebert, ING Private Banker «Depuis ma plus tendre enfance, je suis fasciné par la chimie minérale.» L utilisation massive d engrais phosphatés dans l agriculture traditionnelle cause d importants problèmes environnementaux. EcoPhos plaide pour une optimisation de l utilisation des phosphates, mais peut difficilement agir à ce niveau-là. En revanche, elle a développé et validé une technologie permettant d extraire les phosphates contenus dans les cendres volantes issues de l incinération des boues dans les stations d épuration des eaux usées. EcoPhos a le projet de construire, en Belgique, une usine utilisant cette source alternative d approvisionnement dans les deux ans qui viennent. Les lessives ont diabolisé les phosphates Personne n a oublié l énorme battage médiatique autour de l utilisation des phosphates comme tensioactifs dans les produits de lessive. Ces substances, qui ont la propriété de neutraliser l action du calcaire et rendent donc les détergents plus efficaces, ont été pointées du doigt car elles contribuent à l eutrophisation du milieu aquatique (prolifération des algues qui privent d oxygène la faune et la flore aquatiques). Depuis, les phosphates ont été interdits d utilisation dans les produits lessiviels au sein de l Union européenne. «C est le coût très bas des phosphates qui avait conduit les fabricants de détergents à s en servir comme agent nettoyant, alors qu il y avait des composants alternatifs tout aussi efficaces. Il s agissait d un mauvais choix, dicté par une volonté de rentabilité à court terme. Cette ressource doit être préservée car elle est essentielle à la vie, tout comme l eau et l oxygène. Sans phosphates, aucun organisme vivant ne peut survivre et se développer. La charge minérale de nos os est constituée à 80 % de phosphate tricalcique. Et toute l énergie du corps fonctionne avec des enzymes à base de phosphates», argumente Mohamed Takhim. Un double modèle de développement Campé devant un chevalet dont les feuilles blanches sont couvertes de chiffres et de flèches, Mohamed Takhim dresse les contours de son business model. «D une part, EcoPhos vend sa technologie sous licence à des producteurs de phosphates, auxquels elle propose aussi des services complémentaires : études d ingénierie, design de l équipement, livraison de l équipement core process. Notre objectif est de signer un ou deux contrats de licence par an, générant des rentrées de l ordre de 20 à 40 millions d euros. D autre part, EcoPhos se positionne lui-même comme producteur, soit via DecaPhos, soit en joint-venture avec un partenaire disposant d un atout stratégique tel que l accès aux matières premières, une bonne localisation, des débouchés intéressants, etc. La condition sine qua non d un tel partenariat est que nous détenions la majorité du capital de la joint-venture. Notre objectif, pour ce second volet, est de bâtir cinq usines en dix ans, chaqu une d elles allant générer un chiffre d affaires de 50 à 150 millions d euros. Ce sont les revenus des contrats de licence qui vont alimenter en capital les investissements en projets propres.» Deux importants contrats de licence ont été signés depuis 2011, l un au Pérou pour une extension de capacité (un contrat de 32 millions d euros), l autre en Namibie pour la construction d une usine pilote. Mohamed Takhim : «La Namibie a découvert des réserves de phosphates de plus d un milliard de tonnes au fond de l océan. Ils ne sont pas parvenus à les valoriser en recourant aux procédés conventionnels de raffinage. Des tests audités par un bureau d études externe ont confirmé la performance de notre procédé. Ils ont donc passé commande d une usine pilote un contrat de 7,6 millions d euros. Ce pilote anticipe la construction d un vaste complexe chimique. Le projet total est estimé à près de 600 millions d euros. Nos revenus vont dépendre du périmètre de l offre que nous ferons.» Simultanément, EcoPhos développe donc ses propres projets, en partenariat avec des acteurs réputés. «Des études de projets ont été initiées en Europe (notamment en Allemagne avec le groupe Bayer), en Arabie saoudite, en Amérique latine et en Asie. Nous avons également un très gros projet à l étude en Belgique, qui démontrera tous les avantages économiques et écologiques de la technologie EcoPhos. Il ne m est malheureusement pas possible d en dire plus pour le moment.» Une chose est sûre : la locomotive EcoPhos est lancée. Son CEO vise une croissance de 20 % à 25 % par an, et compte générer un chiffre d affaires de l ordre de 500 millions d euros d ici dix ans. Lorsqu il sera devenu le leader mondial dans la technologie de valorisation des phosphates, il aura, dit-il, rempli sa mission : aider à résoudre le problème mondial de la raréfaction d une ressource indispensable à la vie. De nouvelles recherches prometteuses Les phosphates naturels contiennent des éléments dangereux tels que des métaux lourds (cadmium, chrome, mercure, plomb), ainsi que d autres éléments dits pénalisants : fluor, argile, sable, etc. Jusqu ici, les métaux lourds sont isolés, stabilisés, puis mis en décharge. Mais EcoPhos recherche des solutions à ce problème environnemental. Elle poursuit des recherches visant, notamment, à exploiter le fluor ou les terres rares contenus dans les phosphates. Les terres rares, qui ne sont ni terres ni rares, sont des matières premières métalliques très convoitées, entre autres par les fabricants de téléphones portables et d écrans plats. Les 4 atouts verts d EcoPhos > > Environ 75 % des roches phosphatiques extraites du sol sont rejetées car inexploitables. Ces roches constituent le gisement de matières premières d EcoPhos. En permettant l exploitation industrielle de phosphates moins riches en matière utile, l entreprise réduit l impact environnemental dans les sites miniers et contribue aussi à préserver les réserves de phosphates naturels, promises à un épuisement rapide. > > La consommation énergétique dans le processus de production est réduite d environ 50 % par rapport aux processus conventionnels. > > En parvenant à séparer les impuretés contenues dans les phosphates et le gypse (sous-produit généré par le processus de purification), EcoPhos permet la valorisation du gypse, notamment dans l industrie cimentière. La masse de déchets et les coûts de traitement de ceux-ci s en trouvent fortement réduits. > > Les nouvelles unités de production équipées de la technologie EcoPhos correspondent aux normes environnementales actuelles, qui visent notamment une réduction des émissions de particules fines dans l atmosphère. 16 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

10 Business L Académie des Successeurs : une école pour la génération montante Qui pourra reprendre la direction le moment venu? Cette question, nombre d entrepreneurs familiaux se la posent. Heureusement les Académies des Successeurs préparent la génération montante. Anaïs, Dimitri et leur père Henry Van Heyghen Audace et vision Henry Van Heyghen a fondé Van Heyghen Staal SA en 1981 et s est spécialisé dans le coil processing, la première transformation de l acier plat en rouleaux. Le jeune entrepreneur a fait preuve d audace et de vision. Après avoir passé six ans à Gand, l entreprise a construit son propre hall de production sur un terrain de 10 hectares, au Westbekesluis à Evergem (Flandre Orientale). Cinq ans plus tard, les bâtiments étaient déjà agrandis. Ce ne serait pas la dernière fois. Aujourd hui, tonnes d acier transitent chaque année par les lignes de production. Les cages de laminoir qu utilise Van Heyghen sont uniques en Europe. «L acier revêt une très grande importance pour l économie, mais la production quitte l Europe. Nous achetons, dès lors, des rouleaux sur le marché mondial. Notre quai peut accueillir des allèges et des petits bateaux de mer allant jusqu à tonnes. Nous nous concentrons sur le traitement et la distribution. Nous livrons nos produits à des stockistes, autrement dit des revendeurs, et à des secteurs comme l automobile et la construction mécanique.» En l an 2000, Henry Van Heyghen a fondé Europickling SA, une société sœur logée dans son propre bâtiment adjacent. Europickling est spécialisée dans le décapage chimique de l acier plat et possède une capacité annuelle de tonnes. Jusqu il y a peu, aucun concurrent européen n était actif sur ce marché. Europickling travaille surtout pour Van Heyghen Staal. Une société holding a été constituée au-dessus des deux entités. En Flandre, 40 % des entreprises familiales assisteront à un transfert des pouvoirs au cours des dix prochaines années. Pour une société familiale sur cinq, ce transfert aura même lieu endéans les cinq ans. En Wallonie et à Bruxelles, 28 % des entreprises familiales se doteront, dans les dix ans, d un nouveau CEO et/ou changeront de propriétaires. Bien entendu, cette évolution s explique en partie par le fait que la génération du baby-boom commence à se retirer. La succession est donc un thème très actuel dans le monde des entreprises familiales. Tant l Institut de l Entreprise familiale (IEF) établie à Liège que l Instituut voor het Familiebedrijf (IFB) basé à Courtrai ont créé une Académie des Successeurs, avec le soutien d ING. Philippe Wallez, General Manager ING Private Banking, nous explique pourquoi la banque soutient activement cette initiative : «ING reconnaît l importance des entreprises familiales dans l économie belge et a développé une stratégie spécifique à leur intention. En nous impliquant dans l Académie des Successeurs, une caisse de résonance pour de très nombreuses expériences, nous continuons à enrichir notre connaissance et à nous profiler encore plus clairement comme partenaire des entreprises familiales. L objectif d ING est de continuer à soutenir l Académie des Successeurs à l avenir et de pouvoir l offrir à nos clients.» Outline a rencontré deux participants flamands à l Académie des Successeurs, Anaïs et Dimitri Van Heyghen. Frère et sœur qui, si tout se déroule comme prévu, prendront un jour les rênes d une entreprise sidérurgique active dans la zone portuaire de Gand et à Stettin, en Pologne. Ils sont jeunes. Henry, leur père, leur donne le temps de grandir. Les années ont passé à toute vitesse Henry Van Heyghen appartient à une famille d entrepreneurs gantois. «Prendre des risques est inscrit dans mes gènes», explique-t-il. Pas étonnant donc qu après des études en sciences économiques et deux années passées au service de Sidmar, il ait décidé de suivre sa propre voie. C était en 1981 (voir encadré Audace et vision). Aujourd hui, Henry Van Heyghen réalise un chiffre d affaires annuel de 100 millions d euros et fournit un gagne-pain à 120 collaborateurs. «Les années ont passé à toute vitesse», raconte-t-il. «J ai aujourd hui 60 ans, il est logique que je me préoccupe de l avenir de l entreprise. J ai trois enfants, dont deux sont intéressés : mon fils Dimitri et ma fille Anaïs, tous deux âgés de 25 ans. Ils ont rejoint l entreprise il y a peu. J espère qu ils seront atteints par le virus de l acier, c est une activité qui a de l avenir. Lorsque j ai annoncé aux collaborateurs de l entreprise que j espérais que Dimitri et Anaïs reprennent un jour les rênes de l entreprise, tant les ouvriers que les cadres se sont montrés soulagés. Soulagés que j aie opté pour la continuité familiale.» Le fondateur aurait pu choisir une option plus facile : «Oui, j aurais pu vendre l affaire», reconnaît-il. «Mais l argent n est pas tout. J ai vu des cas où l entrepreneur regrettait d avoir vendu. J aurais aussi pu jeter directement les successeurs dans le bain et m installer dans une villa à la Côte d Azur. Mais de telles histoires ne se terminent pas toujours bien. De plus, ce n est pas un bon exemple pour la jeunesse.» 18 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

11 Business «Travailler dans un environnement où l on n est pas le fils du patron est une bonne chose.» «J apprends sans cesse, dans l entreprise et à l Académie.» Les 15 étapes de la succession L Académie des Successeurs de l Institut de l Entreprise Familiale (Liège) organise à partir de septembre 2013, et pour la quatrième fois, une formation pour futurs dirigeants d entreprises familiales. La formation, soutenue par ING, s étale sur une année académique. Au programme : 15 sessions de travail interactives de 6 heures, traitant chacune d un thème précis. On peut citer notamment l équilibre entre entreprise, famille et individu, la stratégie de l entreprise familiale, le selfcoaching, la gestion du changement, le facteur humain, les finances, la communication, la gouvernance, les relations avec le monde du travail (syndicats, etc.). Chaque thème est introduit par un expert. Dimitri Van Heyghen Ne pas laisser se perdre la tradition familiale Pendant ses études en gestion d entreprise à la Karel de Grote Hogeschool à Anvers, Dimitri Van Heyghen s intéressait déjà à l aspect international. Il a effectué un stage de six mois dans une entreprise de conteneurs à Hambourg, consacré son mémoire au transport international (de l acier surtout) par bateau et, une fois son diplôme en poche, il est entré au service d un armateur belge assurant un important trafic de détail (acier et marchandises en sacs) vers l Afrique occidentale. Travailler dans un environnement où l on n est pas le fils du patron est une bonne chose, estime-t-il : on acquiert un esprit adéquat, on apprend à respecter les managers et on est confronté à ses propres limites. «J ai commencé à réfléchir à l entreprise de mon père. La tradition et un patrimoine familial : voilà des choses que l on ne peut pas laisser se perdre. L intérêt pour l acier m a été inculqué depuis le plus jeune âge. Quand j étais adolescent, je faisais des jobs de vacances dans l entreprise de mon père, comme emballeur ou au service d entretien. Lorsque mon père a proposé de venir travailler chez lui, je n ai pas hésité. Aujourd hui, je suis responsable des ventes sur le marché néerlandais et je rapporte au directeur commercial. Je me prépare à collaborer au développement d un projet important. Van Heyghen Staal a acheté 12 hectares de terrain dans la ville portuaire de Stettin, en Pologne, et nous allons y établir une implantation.» Son père, Henry, intervient : «En Pologne, Dimitri ne pourra pas marcher dans mes pas. Il devra prouver ce dont il est capable et produire des résultats.» C est Henry qui attira l attention de son fils sur l existence de l Académie des Successeurs. Dimitri n a pas regretté un seul instant d avoir donné suite à cette suggestion. «On y côtoie des jeunes gens qui font face aux mêmes grands défis. On apprend les uns des autres, on s instruit beaucoup au contact des enseignants, on prend conscience de l aventure dans laquelle on se lance. J ai déjà discuté avec mon père de sujets abordés à l Académie.» Anaïs Van Heyghen Peser le pour et le contre Anaïs, la fille d Henry, a étudié les sciences de la communication à Bruxelles avant d y travailler dans un bureau d organisation événementielle. Un job agréable, dans lequel elle s est investie avec passion. «Un jour, mon père m a demandé ce que je dirais de jouer un rôle dans sa succession», se souvient-elle. «J ai longtemps pesé le pour et le contre. J ai finalement dit oui et je suis venue travailler dans l entreprise. Si cette voie ne me convient pas, je peux toujours faire autre chose. Mais je n aurai pas de regrets de ne pas avoir essayé.» Anaïs parcourt presque tous les départements. «Je savais que le travail serait intéressant. Autrefois, j ai travaillé ici comme étudiante et quand nous étions enfants, nous accompagnions souvent papa le samedi lorsqu il venait faire le tour de l entreprise. Actuellement, je travaille au planning de la production. Je cherche à savoir quelles sont les tâches qui me conviennent le mieux. Comme j avais fait d autres études, j ai suivi entre-temps une formation en gestion d entreprise. Au travail, je ne vois pratiquement pas mon père, et c est très bien comme ça. Notre rapport n a pas changé, nous arrivons à bien séparer vie professionnelle et vie privée.» Anaïs s est inscrite, elle aussi, à l Académie des Successeurs. Elle y a rejoint dans son parcours Dimitri, qui avait commencé un an plus tôt. Le frère et la sœur suivent donc le programme de formation ensemble. L an prochain, Anaïs suivra les séances restantes. «J apprends sans cesse, dans l entreprise et à l Académie.» Henry Van Heyghen «J'espère qu ils seront atteints par le virus de l acier, c est une activité qui a de l avenir.» Il faut qu un et un fassent trois L Académie des Successeurs donne à ces jeunes gens l occasion unique de bénéficier de l expérience tant des spécialistes et des enseignants que d autres entrepreneurs et candidats successeurs. L autre ingrédient du succès, l affinité avec le business l acier dans leur cas, Dimitri et Anaïs l ont hérité de leur père. Comment Henry Van Heyghen explique-t-il son succès? La réponse ne se fait pas attendre : «Il s explique par un bon sens pratique, et par l engagement et la motivation des collaborateurs. Par une structure horizontale qui engendre peu de frais généraux et par l importance accordée à la logistique et aux niches qui présentent un potentiel. Par ailleurs, j ai toujours attaché une grande importance à la solidité de la structure financière. Dans des périodes difficiles sur le plan économique, cet aspect s avère très utile. À mes yeux, une bonne entreprise est une entreprise qui fait du bénéfice chaque année, et non de temps à autre. Il faut aussi investir malin : il faut qu un et un fassent non pas deux, mais trois.» Comme nous l explique Laurent Weerts, CEO de l Institut de l Entreprise Familiale, le programme s inspire pour une bonne partie du livre «Que doit faire le fiston pour reprendre la place de papa?» de Nathalie Marly. Laurent Weerts : «Ce livre, dont l IEF a soutenu la réalisation et qui connaît un franc succès, dresse la liste des qualités du successeur idéal. Notre Académie des Successeurs s attache à développer les qualités essentielles qui font le plus souvent défaut. En limitant notre formation à 15 participants, nous sommes en mesure d adapter les sessions à la situation de chaque successeur.» Plus d infos Institut de l Entreprise Familiale : Le formulaire de contact vous permet d obtenir toutes les informations pratiques concernant l Académie des Successeurs. Demandez la brochure 77 % des sociétés belges sont des entreprises familiales. Ce constat a amené ING à rédiger une brochure consacrée à la croissance et à la succession au sein de l entreprise familiale. Demandez la brochure «ING, partenaire des entreprises familiales» à votre Private Banker ou commandez-la sur 20 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

12 Fiscalité Sarah Joos Conseillère Wealth Analysis & Planning Les mesures fiscales du gouvernement Di Rupo : un aperçu. Zoom sur les modifications annoncées en matière de régularisation fiscale Le gouvernement Di Rupo a redessiné le paysage fiscal à de nombreux niveaux. Différentes mesures nous ont été servies : la modification des tarifs du précompte mobilier, la cotisation supplémentaire de 4 %, la constitution d'un Point de contact central auprès du Service Public Fédéral Finances, le devoir de notification des banques et l'obligation pour le contribuable de déclarer ses revenus mobiliers, constituaient autant d'éléments d'un ensemble complexe. Mais dans l'intervalle, le gouvernement a fait partiellement machine arrière et la pilule sera finalement moins difficile à avaler que prévu. La Tour des Finances, bâtiment principal du Service Public Fédéral Finances à Bruxelles Belga Photo, Pierre Havrenne France Out Néanmoins, le gouvernement n'est pas encore à bout de ressources et nourrit encore un projet qui en interpelle plus d'un. Il envisage en effet de revoir fondamentalement la réglementation existante, qui crée un cadre pour régulariser les revenus non déclarés. Les textes de loi concernant la nouvelle approche ne sont pas tout à fait définitifs. Nous tenons toutefois à partager avec vous les informations dont nous disposons déjà, sous réserve de confirmation sur la base de la législation définitive en la matière. Pour ceux qui ne savent plus précisément ce qu'il en est exactement, Sarah Joos, Conseillère Wealth Analysis & Planning chez ING Private Banking, dresse un état des lieux et un récapitulatif. La régularisation/amnistie fiscale «nouveau style» En novembre 2012, le gouvernement avait déjà annoncé qu il voulait abolir d'ici fin 2013 la réglementation existante concernant la régularisation fiscale. Dans le même temps, il voulait laisser aux fraudeurs une dernière chance de régulariser leurs avoirs immobilisés à l'étranger, tant au niveau fiscal que pénal. Dans l'intervalle, plusieurs mois se sont écoulés sans qu'un texte de loi définitif n'ait été élaboré. Nous avons certes appris qu'un texte était en préparation et, si tout se passe comme prévu, la nouvelle réglementation entrerait en vigueur le 1 er juillet prochain. Pour l'heure et (telles que les choses se présentent) jusque fin mai au moins, il est toujours possible de procéder à une régularisation sur la base du régime de régularisation actuel que nous connaissons depuis Les lignes directrices de la procédure de régularisation actuelle Le système actuel permet de régulariser les revenus professionnels, la TVA et autres revenus (en ce compris notamment les revenus mobiliers et les capitaux issus d'une succession). Le contribuable peut s'adresser à cet effet au Point de contact Régularisations. Le prix qu'il paiera consistera essentiellement en l'impôt éludé. En ce qui concerne les revenus mobiliers et les capitaux provenant 22 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

13 Fiscalité de successions, ce montant sera par ailleurs majoré d'une amende de dix points de pourcentage. À titre d'exemple, celui qui a omis de déclarer des intérêts paiera 15 % (tarif applicable jusque fin 2011), plus une amende de 10 %, soit un total de 25 %. Les modifications prévues : deux modules 1. Revenus fiscalement non prescrits issus d une fraude simple : amendes plus nombreuses et plus élevées D'une manière générale, cela revient à dire que ce qui peut être régularisé sous le régime actuel pourra toujours l'être dans le cadre du premier volet de la nouvelle réglementation (à partir du 1 er juillet). Avec cette différence que : > > l'amende actuelle de 10 % pour la fraude fiscale simple sera augmentée pour atteindre 15% ; > > l'amende sera également applicable à la régularisation des revenus professionnels et de la TVA ; > > la déclaration de régularisation doit contenir une explication concernant l'ampleur du capital et le mécanisme de fraude utilisé ; > > une intervention plus active de la cellule de blanchiment est prévue. 2. Fraude grave et organisée : nouvelle amnistie fiscale Celui qui a commis une fraude grave ne trouve aucune issue sous le régime actuel. Une possibilité sera prévue dans le deuxième volet de la nouvelle réglementation à partir du 1 er juillet. Il n'est pas facile de répondre à la question de savoir ce qui relève précisément de la fraude grave et organisée. Mais il est généralement admis que cette dénomination recouvre notamment l'abus de biens sociaux, la falsification des comptes annuels... Le deuxième volet de la nouvelle réglementation permet de régulariser les revenus non prescrits issus de la fraude fiscale grave et organisée, moyennant le paiement d'une amende de 20 % outre les droits éludés. Pour les capitaux prescrits, une amnistie fiscale est prévue pour autant que l'on soit disposé à payer 35 % du capital, outre les droits éludés. Celui qui régularise à ces conditions, s avère également libéré sur le plan pénal. L'auteur d'une fraude de grande ampleur reçoit de cette manière une dernière chance de donner une seconde vie à ses capitaux occultés. Conclusion Pour la régularisation des avoirs qui relèvent de la "fraude fiscale simple", le client a tout intérêt à introduire encore un dossier de régularisation sous le régime actuel. Même si nous n'avons pas encore une certitude absolue concernant tous les détails du nouveau régime, il est certain qu'il sera plus coûteux et plus rigoureux. Le message est clair : vitesse et précipitation sont de mise cette fois! Outre cette nouvelle évolution importante dont nous ne voulions pas vous priver, nous nous pencherons ci-après sur un certain nombre d'autres thèmes fiscaux, dont nous pensons qu'ils vous intéresseront. Taxe sur la conversion des titres au porteur en titres nominatifs ou titres dématérialisés 1 Pour rappel, la loi du 14 décembre 2005 portant suppression des titres au porteur prévoit la conversion des titres au porteur (tels que les actions, par exemple) en titres nominatifs ou titres dématérialisés d'ici le 31 décembre 2013 au plus tard : il s'agit donc de la dernière année. Depuis le 1er janvier 2012, cette conversion fait l'objet d'une taxe : cette taxe sur la conversion de titres au porteur en titres nominatifs ou titres dématérialisés (qui s'élevait à 1 % pour les conversions effectuées dans le courant de 2012) a été portée à 2 % le 1er janvier Selon le cas, cette taxe doit être retenue par l'institution financière auprès de laquelle vous déposez les titres ou par l'émetteur (la société elle-même) à qui vous remettez les titres en vue de les inscrire dans le registre des titres nominatifs. Attention : cette taxe s'applique à la fois aux titres des sociétés cotées en Bourse et aux titres des sociétés non cotées en Bourse, notamment un grand nombre de PME. Vous trouverez d'autres informations utiles à ce sujet sur le site Internet de la Dmat Task Force 2 Précompte mobilier et cotisation supplémentaire de 4 % Bonne nouvelle! À partir du 1er janvier 2013, les règles ont été considérablement simplifiées. > > À quelques exceptions près (notamment le tarif du précompte mobilier sur les intérêts des comptes d'épargne réglementés et les bons d'état "Leterme" qui est maintenu à 15 %), le tarif du précompte mobilier a été augmenté uniformément à 25 %. > > La retenue du précompte mobilier est à nouveau libératoire. Autrement-dit, le contribuable n'a plus l'obligation de déclarer ses revenus mobiliers dans sa déclaration fiscale concernant les revenus de l'année 2013 et les années suivantes. > > La cotisation supplémentaire de 4 % due sur la partie des intérêts et des dividendes excédant un montant total de euros a été supprimée. Elle ne s'applique donc plus qu'aux revenus mobiliers de > > Le Point de contact central, qui était chargé de collecter les informations concernant les montants de certains revenus mobiliers encaissés par les contribuables, n'a pas été constitué et ne le sera jamais. Par conséquent, l'obligation notamment pour les banques d'informer ce Point de contact central est également supprimée. En d'autres mots, aucune information n'a et ne sera transmise par les banques à ce Point de contact central, ni en ce qui concerne les revenus mobiliers de 2012, ni en ce qui concerne les revenus mobiliers des années suivantes. 1 Les titres qui n'existent pas physiquement mais dont la propriété est enregistrée dans un registre nominatif. 2 La Dmat Task Force est un groupe de travail et d'étude qui se penche sur l'application de la nouvelle réglementation. «La régularisation a un coût, c'est certain, mais peut-être est-ce le prix à payer pour obtenir en échange une certaine tranquillité d'esprit.» Déclaration à l'impôt des personnes physiques concernant les revenus de 2012 exercice d imposition 2013 En ce qui concerne les revenus mobiliers encaissés en 2012, les obligations de déclaration du contribuable peuvent être résumées brièvement comme suit : > > Le contribuable ne doit pas mentionner dans sa déclaration les intérêts et dividendes encaissés en 2012 qui ont été soumis au précompte mobilier, pour autant que : la cotisation supplémentaire de 4 % ait été retenue à la source ; ou que le montant total des intérêts et dividendes encaissés en 2012 ne dépasse pas euros, ou qu'il s'agisse d'intérêts ou de dividendes qui ne sont pas soumis à la cotisation supplémentaire. Dans ce cas, le contribuable devra cocher une case spécifique dans sa déclaration fiscale, afin de déclarer qu'il se trouve dans cette situation (sorte de "déclaration sur l'honneur"). > > Dans les autres cas, le contribuable doit mentionner dans sa déclaration tous les revenus mobiliers encaissés en 2012 (sauf les intérêts et les dividendes sur lesquels la cotisation supplémentaire de 4 % a été retenue à la source, les bonis de liquidation et les intérêts des bons d'état "Leterme"). Ceci doit permettre la retenue de la cotisation supplémentaire de 4 % sur la partie des intérêts et dividendes qui excède le montant de euros via la déclaration à l'impôt des personnes physiques. Augmentation de la taxe sur les assurancesvie et obligation de mentionner les assurances-vie étrangères dans la déclaration. Depuis le 1 er janvier 2013 : > > la taxe due à la souscription d'assurances-vie a augmenté de 1,1 % à 2 % sur les primes versées ; > > les résidents belges, qui ont souscrit des assurances-vie à l'étranger (branches 21 et 23), doivent mentionner l'existence de ces contrats d'assurance étranger par analogie avec les comptes bancaires étrangers dans leur déclaration fiscale et ce, pour la première fois, dans la déclaration des revenus de 2012 (exercice d imposition 2013). Premier ministre belge Elio Di Rupo et président de la Chambre des Représentants André Flahaut Benoit Doppagne Cette nouvelle obligation s'inscrit dans le cadre d'une tendance générale à l'amélioration de la transparence au-delà des frontières. Il est évident que les choses évoluent énormément à ce niveau, non seulement en Belgique mais également dans nos pays voisins et, d'une manière générale, en Europe. Voire même en dehors, au-delà des sommets des Alpes. Nous constatons que différentes mesures sont prises, qui ont pour effet de compliquer de plus en plus la dissimulation d'avoirs au fisc. La nouvelle réglementation prévue en matière de régularisation fiscale offrira peut-être, jusqu'à la fin de cette année, une dernière chance d'officialiser les capitaux cachés à ce jour. La régularisation a un coût, c'est certain, mais peut-être est-ce le prix à payer pour obtenir en échange une certaine tranquillité d'esprit. Votre ING Private Banker se tient à votre entière disposition pour de plus amples informations. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés par le biais de ce magazine des nouvelles évolutions dans ce domaine et dans d'autres matières fiscales. 24 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

14 Lifestyle Philip Kantor, International Director Business Development de Bonhams Motor Cars La valeur de cette Ferrari Dino 246 GT Berlinette de 1973 a triplé en trois ans. Voitures anciennes : de la passion à l'investissement «Exposer une voiture de manière statique et silencieuse dans un musée, c est un peu tristounet. La route est le plus beau musée de l automobile au monde.» La crise n a pas freiné l envolée des prix sur le marché des automobiles anciennes. Comment ce marché évolue-t-il? Voit-il apparaître de nouveaux profils d investisseurs? Quel type de voiture a la cote? Pour décrypter cet univers particulier, Outline a rencontré Philip Kantor, International Director Business Development de Bonhams Motor Cars. Une encyclopédie vivante de l oldtimer! Ce cabriolet Aston Martin a été adjugé pour euros en février dernier, au Grand Palais, soit deux fois l estimation moyenne de Bonhams. Il est tombé dedans dès le berceau. Né dans une famille de collectionneurs de voitures anciennes (oldtimers), Philip Kantor ne pouvait que devenir collectionneur lui-même et, sa passion s étant muée en expertise professionnelle, la cheville ouvrière de Bonhams Motor Cars, la division spécialisée dans les automobiles de collection du numéro trois mondial des ventes aux enchères. Depuis le retrait de Christie s en 2007, Bonhams a consolidé sa position de leader, avec un millier de voitures vendues aux enchères en Pour la première fois de son histoire, Bonhams Motor Cars organisera deux ventes en Belgique dans le courant de cette année. Depuis l éclatement de la crise financière, le marché des automobiles anciennes a-t-il suivi la même courbe ascendante que le marché de l art? Philip Kantor : Absolument puisque, dans les deux cas, il s agit de biens tangibles. Sortons même du contexte de la crise : en 2003, un de mes amis a acquis une Ferrari 250 GTO pour 8 millions de dollars ; il l a revendue 35 millions de dollars à la fin de l année dernière. Une superbe plus-value non taxable! Faut-il rappeler que l automobile est un bien mobile, qui peut donc être acheté et vendu n importe où dans le monde. Cette caractéristique en fait un produit d investissement de premier choix. Évidemment, il y a des poussées de fièvre et des accalmies comme sur n importe quel marché. Le marché de l automobile ancienne n est pas aussi monolithique que celui de l or. Les prix des pièces de qualité vont continuer à monter. La Ferrari GTO dont je viens de parler se vendra, dans quelques années, beaucoup plus cher encore, car il n existe que 39 exemplaires de ce modèle : ceux qui les possèdent constituent donc un club très exclusif! Par contre, seuls les meilleurs modèles des MGB (MG type B) ou des Jaguar type E verront leur cote s apprécier parce que ces voitures ont été produites en dizaines de milliers d exemplaires. Ce qui fait la différence, c est la série, le niveau d équipement, l historique de la voiture Le fait d avoir été produit en un nombre limité d exemplaires ne suffit pas à justifier un prix élevé, l aspect qualitatif joue un grand rôle également. Se faire bien conseiller est, dès lors, d une importance primordiale. Il ne suffit pas d acheter une voiture de collection, il faut acheter la bonne! Cela revient-il à dire que le collectionneur passionné cède progressivement la place à l investisseur pur et dur? Il est exact que l évolution du marché a fait apparaître une nouvelle clientèle d investisseurs, présentant des degrés de passion variables. Prenons l exemple le plus mythique : Ferrari. Ferrari, c est la clé qui donne accès à un monde élitiste, même s il y a peu de choses en commun entre l acheteur d une Ferrari montée aujourd hui à Maranello et d une Ferrari ancienne. De plus en plus d investisseurs raisonnent de la manière suivante : sur un patrimoine de 5 millions d euros, je souhaite investir euros dans une Ferrari car c est un rêve de jeunesse, que puis-je 26 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

15 Lifestyle acheter pour ce prix-là? Il existe, en fait, une catégorie de Ferrari pour chaque catégorie d investisseurs : que vous soyez prêt à investir euros ou plus d un million d euros, vous trouverez chaussure à votre pied. A contrario, certains passionnés traquent le modèle qu ils convoitent depuis toujours et ne veulent acquérir que celui-là, mais c est une clientèle qui se raréfie à cause de l envolée générale des prix. Les anciens collectionneurs passionnés ont peine à croire aux prix actuels. Même s ils disposent d un patrimoine confortable, ils n ont plus forcément les moyens d assouvir leur passion. Aujourd hui, certains véhicules anciens grimpent à 4, 5, voire 6 millions d euros et plus. C est le prix de plusieurs hôtels particuliers dans le plus beau quartier de Bruxelles! L automobile ancienne est devenue pour certains une commodité, au même titre que les grands crus : elle n est pas consommée, mais destinée à être revendue quelques années plus tard. Le phénomène spéculatif reste toutefois plus limité sur notre marché à cause des difficultés de stockage. Au surplus, une voiture non utilisée s abîme, au contraire du vin qui ne fait que bonifier s il est stocké dans des conditions optimales. Ces deux catégories d acheteurs correspondent-elles aux profils classiques new money et old money? Dans une certaine mesure, oui. S il en a les moyens, l investisseur old money aura plutôt tendance à conserver sa collection de voitures anciennes, malgré la forte hausse du marché, car elle fait partie du patrimoine familial. Un investisseur new money a d autres motivations : il veut participer à des événements très sélectifs pour lesquels c est la voiture plutôt que son propriétaire - qui tient lieu de ticket d entrée (rire). Mais je ne voudrais pas généraliser ou caricaturer les choses. Dans cette nouvelle clientèle, il y a aussi d authentiques passionnés. De nouveaux acteurs commencent-ils à jouer un rôle prééminent sur le marché des voitures anciennes? Je pense notamment à la Chine ou à la Russie. Les États-Unis continuent de dominer le marché mondial. L automobile est inscrite dans les gènes de tous les Américains : même s ils n avaient pas beaucoup d argent, leurs aïeux ont possédé une Ford Modèle T. Les Américains ont donc grandi avec le produit, les Russes ou les Chinois absolument pas. Bien que Lénine ait possédé une Rolls, ce n est pas ce que la postérité retiendra de lui Au début du XXe siècle, une très grande majorité de la population russe n avait jamais vu d automobile alors qu une à deux décennies plus tard, les voitures étaient produites à la chaîne aux États-Unis. Je ne m attends donc pas à une explosion des ventes dans ces pays. En Russie, en Chine comme au Moyen-Orient, les personnes fortunées préfèrent acheter des supercars modernes, avec des équipements dernier cri, et si elles décident d investir dans les automobiles anciennes, elles le font de manière très rationnelle. Il y a deux ans, j ai organisé la première vente de voitures anciennes à Dubaï : 20 % des ventes ont été conclues avec des acheteurs locaux. La majorité des lots a donc été acquise par des collectionneurs internationaux, y compris des Belges d ailleurs. Nous ne comptons pas renouveler l expérience dans un futur proche car, sauf exception rare, il n y a pas de culture pour l automobile ancienne sur ces marchés pour l instant. Ce que vous nous dites, c est que le succès de l oldtimer est avant tout une question de nostalgie! Absolument. Ce que les collectionneurs recherchent, ce sont les voitures qui ont bercé leur enfance ou leur jeunesse. Lors de notre grande vente de février au Grand Palais, à Paris, nous avons mis en vente une Ferrari Dino 246 GT Berlinette de Celui qui avait 15 ans cette année-là est aujourd hui bien engagé dans la cinquantaine. S il en a les moyens, il s offre son rêve de jeunesse, et l enchère a d ailleurs été très disputée! Propriété de Jacques Swaters (importateur officiel de Ferrari en Belgique), cette superbe Dino a été adjugée pour plus de euros. Il y a trois ans, sa cote atteignait à euros. Ceci explique pourquoi il devient très difficile de vendre des automobiles d avant-guerre. Ceux qui les ont connues ne sont plus là, tout simplement. Au Grand Palais, nous avons, par exemple, vendu une Packard Standard Eight 833. Elle a fait partie de la célébrissime collection Harrah aux États-Unis, puis a changé deux fois de mains en Europe. C est une belle limousine des années 1930, mais extrêmement difficile à vendre car elle présente une allure très formelle. Elle a été acquise pour euros alors que, sur papier, elle devrait valoir beaucoup plus. Pour cette période, il est plus facile de vendre des modèles dotés d une carrosserie ouverte, comme la Rolls-Royce Phantom I Playboy Roadster, qui évoque les années fastes de Gatsby le Magnifique 1. Celle-ci a trouvé acquéreur pour euros. Les modèles de cette période sont typiquement destinés à des musées privés, aux mains de très grands collectionneurs. Dans vos catalogues, on découvre l historique de chacun des modèles que Bonhams met aux enchères. Cette traçabilité est-elle importante pour l acheteur? Très importante. Les collectionneurs recherchent des produits qui ont une histoire limpide, un passé connu. Comme pour tout objet d art, la provenance est un gage de qualité. Racontez-nous une belle histoire J ai été très touché par l histoire du cabriolet Aston Martin DB4 vendu cette année au Grand Palais. Cette voiture a été commandée neuve aux usines Aston Martin en version full options, au début des années 1960, par un médecin de Zermatt, qui l a conservée durant sa vie. Il y avait fait aménager un emplacement de la taille d un parapluie pliable, qu il déployait aux premières gouttes de pluie car il refusait obstinément de capoter son cabriolet. Ce médecin, qui côtoyait les membres de la famille royale de Belgique lors qu ils étaient de passage en Suisse, avait une personnalité excentrique. Ses enfants m ont montré une photo de 1 Le héros du roman éponyme de Francis Scott Fitzgerald, publié en Les modèles des années 30 sont typiquement destinés à des musées privés, aux mains de très grands collectionneurs. lui traversant un lac sur un fil! Son Aston Martin a été adjugée pour euros, soit deux fois l estimation moyenne de Bonhams, et elle est retournée en Suisse, après une franche bataille. L autre voiture mise en vente par les héritiers, un cabriolet Bentley de 1947, a également été adjugée pour un montant deux fois supérieur à l estimation. Certaines voitures actuelles se retrouveront-elles un jour ou l autre dans une vente aux enchères de Bonhams? Certains modèles exclusifs, sans aucun doute. La McLaren F1, qui est pour moi l icône des années 1980, en fait partie. Elle valait 1 million de dollars en 2000 et est estimée à 4 millions aujourd hui. Le talon d Achille des voitures actuelles sur la durée, c est l électronique. Une voiture centenaire, un mécanicien moyennement doué pourra la faire rouler tant qu il y aura de l huile et de l essence disponibles dans le monde. Une voiture moderne est un ordinateur sur roues et sitôt sortie du garage, sa technologie est déjà dépassée. Tout est une question d argent, bien sûr, mais les collectionneurs seront-ils motivés à faire rouler des voitures dont la technologie n est plus à jour? Ceci m amène à penser que le marché va s orienter de plus en plus vers les voitures sportives, que leurs propriétaires piloteront sur circuit ou en rallye. Quel bilan tirez-vous de la vente du 7 février dernier au Grand Palais, qui est l événement le plus attendu des collectionneurs sur le continent européen? Nous sommes très satisfaits puisque 80 % des 122 véhicules mis en vente ont trouvé preneur, pour un montant global supérieur à 13 millions d euros. La vente aux enchères est la méthode la plus transparente pour connaître la vraie valeur d une automobile. Chaque modèle est scrupuleusement examiné et décrit, et son prix de vente est public. Pour la première fois, nous allons organiser non pas une mais deux ventes aux enchères en Belgique. La première aura lieu à Spa-Francorchamps les 24, 25 et 26 mai, lors du Spa-Classic organisé par Patrick Peter : une cinquantaine de voitures, surtout d après-guerre, seront mises en vente et, spécificité du lieu oblige, l accent sera mis sur les voitures sportives. La McLaren F1 fait partie de ces modèles exclusifs dont le prix peut grimper jusqu au ciel. La seconde vente se déroulera au Zoute le 11 octobre, en partenariat avec Le Zoute Grand Prix, parallèlement à un rallye et un concours d élégance. Là encore, une cinquantaine de modèles seront mis aux enchères. Je souhaite développer les marchés du Nord de l Europe où, en dehors de l Angleterre, il existe moins de ventes aux enchères spécialisées en automobiles anciennes. La Belgique fait donc partie du périmètre de développement de nos activités. ING Ardenne Roads : élégance et sportivité ING Private Banking est le partenaire privilégié de l ING Ardenne Roads depuis sa première édition au printemps Comme chaque année, les équipages prendront le départ à Spa, berceau du sport automobile belge, pour une course de régularité réservée aux voitures de sport et de prestige construites avant Cette 11 ème édition aura lieu les 27 et 28 avril ING Private Banking est également sponsor du «Rallye de la Littéraire» le dimanche 9 juin 2013 à Liège. 28 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

16 Reportage Internet mobile : les nouvelles tendances décryptées Les réseaux sociaux sont devenus incontournables. On ne se sépare de son smartphone que pour dormir. Les achats en ligne progressent. La banque suit ses clients pas à pas. Voici 4 tendances à épingler en matière d Internet mobile. Antenne parabolique pour la transmission de data Smartphone, tablette ou phablet? Un téléphone mobile ne sert plus avant tout à téléphoner. Mais à écouter de la musique en streaming, à se détendre grâce à une kyrielle de jeux téléchargeables gratuitement ou à très faible coût, à consulter des journaux en ligne, etc. La quasi-totalité des détenteurs de smartphones ne s en séparent que pour dormir. On dîne au restaurant, on fait du shopping, on se rend chez ses amis avec ce précieux objet bien calé dans la main ou glissé dans la poche la plus accessible. Ce nouveau réflexe conditionné serait, du reste, plutôt féminin, d après l étude Télécom 2012 de Deloitte France. Les tablettes numériques, dont le taux de pénétration connait une croissance rapide, ébranlent toutefois la toute fraîche suprématie des smartphones. Près d un foyer belge sur quatre en possèderait déjà une. Selon la dernière étude du bureau d études de marché Forrester, le nombre de tablettes en circulation en Europe de l Ouest devrait passer de 33 millions en 2012 à 147 millions en 2017! Dans l intervalle, les phablets modèles hybrides entre le smartphone et la tablette - pourraient connaître une gloire éphémère. C est du moins ce qui s est dit au dernier Mobile World Congress, fin février dernier, à Barcelone. Allô, vous êtes toujours connecté? Je partage, tu partages, il partage L explosion des smartphones et des tablettes couronne le succès grandissant des réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google +, LinkedIn, Viadeo, Pinterest, etc. La Belgique suit le mouvement, avec plus de 4,4 millions d internautes connectés à Facebook (chiffres de janvier ). Au niveau mondial, le réseau le plus couru pour le partage social de contenus a franchi le cap du milliard d utilisateurs en octobre 2012! Résultat : les entreprises ne peuvent plus se permettre d ignorer cet incroyable vivier de clients potentiels, qui deviennent, du même coup, des consommacteurs. La preuve? 90 % des internautes font confiance aux recommandations de leurs pairs alors que 14 % seulement croient aux publicités. C est l une des statistiques les plus percutantes de la dernière vidéo de l auteur américain Erik Qualman, qui dit tout sur les grandes tendances et les chiffres-clés des médias sociaux. À visionner sur YouTube, bien sûr. ¹ Source : E-net Business, qui a recoupé plusieurs études externes. 30 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

17 Reportage Les clients Private Banking curieux des nouvelles tendances Depuis octobre 2012, tous les Private Bankers et gestionnaires de portefeuilles d ING Private Banking sont équipés d une tablette numérique, avec une carte 3G leur permettant de se «logger» sans avoir besoin d un réseau WiFi. «Les clients sont impressionnés par les potentialités des tablettes», confie Michel Godding, Private Banker de la zone Sud. «Pour autant qu ils ne la connaissent pas encore, nous commençons toujours par leur faire une démo simple des services de Home Bank (Plus) l application Internet classique - et nous leur expliquons ensuite les avantages de l application MyING.be, qui n exige plus ni carte bancaire ni ING Card Reader. Au passage, nous en profitons pour convaincre nos clients des autres avantages de la digitalisation au niveau professionnel (PDF Expert, Bloomberg, etc.). Inutile de préciser que bon nombre de nos clients se montrent très curieux de découvrir ces nouvelles tendances» ING Private Banking fonde beaucoup d espoirs sur la digitalisation, explique Raphaël Vannitsen, Head of Business Support chez ING Private Banking. La banque mise sur la pénétration rapide des smartphones et des tablettes pour favoriser un usage actif de Home Bank. «Actuellement, 68 % des clients Private Banking sont abonnés à Home Bank, mais 44 % seulement s en servent de manière active. D ici à la fin de l année, nous espérons franchir le cap des 60 %.» Outre les fonctionnalités classiques, Home Bank permet notamment de suivre au jour le jour l évolution de son portefeuille de placement, alors qu auparavant les clients recevaient trimestriellement (ou sur demande) un rapport papier. Selon les constats d ING, la grande différence entre les smartphones et les tablettes se situe au niveau du moment et du lieu de l utilisation. Les smartphones sont utilisés de façon impulsive, à n importe quel moment, alors que les tablettes s inscrivent plus dans la temporalité «relax», en particulier le soir. Cette différence d usage est importante dans la conception de l application, raison pour laquelle les experts d ING étudient actuellement avec beaucoup de soin les fonctionnalités qu un utilisateur de tablette attend d une application telle que celle qui est proposée par la banque. La percée de l e-commerce Longtemps à la traîne en Belgique, les achats en ligne progressent fortement. Selon le baromètre 2012 du SPF Économie, 43 % des Belges auraient effectué en 2011 des achats à distance. La Belgique se rapproche ainsi d un objectif européen fixé à 50 % déjà atteint par neuf autres pays. Sur base des statistiques de la plateforme de paiement Ogone, les transactions en ligne continuent de progresser sur le marché belge (+ 25 % en valeur en 2012), en particulier au départ d appareils mobiles. A l ère de l e-commerce, les habitudes des consommateurs changent, elles aussi. Ils testent l heure d ouverture des magasins via leur téléphone, s informent des caractéristiques des produits ou services avant de passer à l acte ou utilisent des applications permettant de comparer les prix. La banque mobile séduit Pour s inscrire dans ce nouvel environnement technologique, les institutions financières ont développé des services de Mobile Banking de plus en plus sophistiqués. La stratégie d ING «Direct when possible, advice when needed» apporte une réponse à ces évolutions. Le but d ING est de faciliter la gestion financière au niveau de l expérience client, mais aussi en termes de disponibilité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Pour ce faire, ING a investi dans «La stratégie d'ing Direct when possible, advice when needed apporte une réponse à ces évolutions.» l application gratuite MyING.be, destinée aux smartphones et tablettes Apple et Androïd. Depuis son lancement, celle-ci a été téléchargée plus de fois et elle est particulièrement appréciée des utilisateurs puisqu elle obtient un score de 4 sur 5 dans l App Store et Google Play. MyIng offre un éventail de possibilités : consulter les soldes des comptes et des transactions, les achats effectués par cartes de crédit, et passant par les transferts entre les comptes et/ou les bénéficiaires ainsi que l'ouverture d'un compte épargne. Actuellement, plus de virements sont effectués quoti diennement via ce canal. ING suit de très près les évolutions technologiques et les nouveaux besoins exprimés par ses clients afin d adapter en permanence ses nouveaux canaux de distribution (lire ci-contre). Peut mieux faire En novembre 2012, le SPF Économie a publié un baromètre de la société de l information démontrant l important chemin qui reste à accomplir par la Belgique. Le réseau 3G couvre 98 % de la population et 92 % du territoire, mais notre pays ne se classe qu à la 24 ème place européenne en matière de consommation d Internet mobile, aux côtés de la Bulgarie et de la Roumanie Cela devrait prochainement s améliorer. La Belgique a, en effet, désigné son «digital champion» en la personne de Saskia Van Uffelen, CEO de Bull Belux. Cette fonction est née de l initiative de Neelie Kroes, commissaire européenne chargée de la société numérique, afin de sensibiliser le grand public et le patronat aux nouvelles techno logies de l information. Johan Vande Lanotte, ministre fédéral de l Economie, a, quant à lui, annoncé un plan d action visant à affirmer le potentiel de notre société de l information en devenir. 32 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

18 Evénement Séverine Delen Directrice, The Art Society The Art Society : 10 ans, 100 activités Sélection des meilleurs moments En septembre 2002, The Art Society voyait officiellement le jour. Dix ans plus tard, en 2012, le club célèbre avec fierté son dixième anniversaire! Chatsworth, Jean Dubuffet The Art Society est une initiative d'ing Private Banking. Elle a été constituée en asbl et confiée à une jeune femme dyna mique âgée d'à peine trente ans passionnée par l'art contemporain : Séverine Delen. Club d'amateurs et de collectionneurs d'art, The Art Society se veut une plateforme d'échanges permettant rencontres et discussions. Dès le départ, la sculpture contemporaine y occupe une place centrale. Le club compte deux cents membres enthousiastes et convaincus, qui jouent un rôle actif dans le domaine de l'art actuel. Ce nombre ne peut être dépassé si l'on veut garantir la qualité de l'offre. The Art Society propose à ses membres des activités exclusives et des rencontres aussi exceptionnelles que passionnantes. Les activités mensuelles et le magazine désormais semestriel en constituent les pierres angulaires. Il faut remarquer que cette initiative la création, à l'instigation d'une banque, d'un groupe de collectionneurs d'art contemporain est jusqu'à ce jour unique en Belgique! Outre ING Private Banking, initiateur du projet, The Art Society bénéficie aujourd'hui du soutien de trois autres éminents partenaires : Hiscox (compagnie d'assurances anglaise spécialisée dans l'assurance des objets de valeur), Sotheby's (société américaine de vente aux enchères) et PwC (cabinet d'audit, d'expertise comptable et de conseil fiscal et juridique). Ces partenaires sont les garants de l'existence de The Art Society et permettent à ses membres de bénéficier de toute une gamme de services grâce à un vaste réseau d'experts dans des domaines très variés: conseils en matière légale et fiscale et en assurance, planning patrimonial et successoral, valorisation et expertise d'œuvres d'art Dix fois par an, le club organise une activité exclusive ment réservée à ses membres : aux visites d'ateliers d'artistes et de collections privées s'ajoute un voyage annuel de plusieurs jours (Chatsworth, Istanbul, Turin, Porto ), de fréquentes excursions d'un jour à l'étranger (Paris, Londres, Amsterdam ), des visites de galeries d'art, de grands musées, des avant-premières, des conférences, etc. 34 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

19 Evénement «Peu à peu, une constante est apparue dans notre programme : les visites d'ateliers d'artistes et de collections privées en Belgique et à l'étranger.» Chatsworth, Dale Chihuly Quelques temps forts, anecdotes et autres souvenirs Le coup d'envoi eut lieu en septembre Le tout premier événement organisé par The Art Society fut la visite de ForwArt. A choice, une biennale bruxelloise d'art contemporain (la première édition avait eu lieu en 2000 à l'initiative de l'ancienne BBL). On pouvait y découvrir les œuvres de 14 artistes, sélectionnées par quatre commissaires : des noms relativement inconnus à l'époque, mais qui comptent désormais parmi les valeurs sûres de la scène artistique contemporaine. C'est Chris Dercon qui guida les participants, qui étaient près de 300 à avoir répondu à l'invitation de The Art Society. Premier événement, premier succès! De nombreuses conférences ont été organisées pendant les deux ou trois premières saisons, comme celle de Flavie Mouraux Durand-Ruel (directrice chez Sotheby s à Paris) en 2004 et celle de Robert Hiscox, la même année. Nous avons ensuite pris la bonne habitude d'organiser chaque année différentes excursions d'un ou plusieurs jours en Belgique et à l'étranger. Les premières collections privées sont venues s'ajouter au programme. La deuxième saison s'est clôturée en mai 2004 par la visite du musée en plein air d'insel Hombroich (près de Düsseldorf) : une véritable balade sensorielle! L'architecture, le jardin et les sculptures y sont à couper le souffle. Tout l'aménagement de ce lieu propice aux créations et aux rencontres artistiques est parti de l'idée que l'art et la nature poursuivent des chemins parallèles. Pour la troisième saison, le programme s'est élargi à d'autres disciplines artistiques comme le design ou l'architecture et nous avons même assisté à un spectacle de danse au Concertgebouw de Bruges. En octobre 2004, nous avons pu découvrir, avant même le vernissage officiel, l'exposition monographique Melancholia consacrée à l'artiste plasticien Anish Kapoor. Et cela, lors d'une nocturne exceptionnelle au MAC s (Le Grand-Hornu), en présence de l'artiste et du directeur de musée, Laurent Busine. En avril 2005, nous visitions la Maison Rouge ou Fondation Antoine de Galbert à Paris, où nous étions accueillis par Antoine de Galbert lui-même, un collectionneur très actif qui a créé sa propre fondation. Un autre collectionneur parisien nous a ensuite ouvert les portes de son antre : le très brillant Jean Chatelus. Cette visite fut inoubliable à plus d'un titre. Les membres présents se souviennent sans doute encore de cet appartement parisien quelque peu encombré. Et le souvenir semble réciproque. Dans le livre 'Collectionneurs', Jean Chatelus évoque la visite de notre groupe, lequel, contrairement aux nombreux autres collectionneurs qu'il a rencontrés, lui a manifestement laissé un très bon souvenir «J ai reçu chez moi des groupes de collectionneurs, j ai donc pu comparer les Français et les Belges. Les membres du Projet d art contemporain de Beaubourg étaient incapables de reconnaître que cette photo était de Cindy Sherman alors que les Belges de l Art Society m ont donné sur mes œuvres des précisions que je n imaginais même pas. D une érudition, d une compétence ils savent tout.» (Collectionneurs, par Anne-Marie Fugier, éd. Actes-Sud, p. 135.) Peu à peu, une constante est apparue dans notre programme : les visites d'ateliers d'artistes et de collections privées (dont les propriétaires ne seront pas cités pour des raisons de confidentialité, à l'exception du collectionneur mentionné ci-dessus). En mars 2006, The Art Society, désormais bien lancée, emmenait ses membres au Ludwig Forum à Aix-la-Chapelle, où ils étaient accueillis par le directeur Harald Kunde pour une visite guidée de l'exposition Matthias Weischer. Le même jour, notre groupe admirait les jardins et la collection d'art contemporain du Château de Wijlre (près de Valkenburg aux Pays-Bas) et rencontrait les propriétaires et collectionneurs, le couple Eijck. Une partie de leur collection est installée dans la "Hedge House", un pavillon à l'architecture discrète qui respecte à la fois la nature et l'art. Un mois plus tard nous attendait une autre rencontre au sommet, au sens propre comme au sens figuré : la conférence à l'atomium. Une table ronde y avait été organisée avec les collectionneurs Harald Falckenberg et Cédric Liénart de Jeude. Le même jour, nos membres étaient conviés à une avant-première de la foire Art Brussels, un rendez-vous qui deviendra habituel au fil des ans. En mai, nous avons pris un grand bol d'air marin en arpentant le littoral entre La Panne et Ostende au gré des œuvres phares de Beaufort La saison s'est ouverte avec deux exclusivités : la visite de l Atelier Van Lieshout et celle de la Caldic Collectie. A Rotterdam, nous avons eu la chance d'être accueillis par Joep Van Lieshout en personne, et à Wassenaar, c'est Joop Van Caldenborgh (propriétaire de la société Caldic) qui nous a reçus à son domicile, où il possède une belle collection et un grand jardin de sculptures. La saison s'est poursuivie par des visites d'ateliers tout aussi passionnantes : ceux de Dirk Braeckman et de Wim Delvoye, des artistes de renommée internationale. Lors d'une excursion d'un jour chez nos voisins du nord en septembre 2007, nous avons découvert la Fondation De Appel (Amsterdam), dont la directrice, Ann Demeester, nous a guidés dans l'exposition Veldwerk de Michaël Borremans. Au programme de cette même journée figurait aussi De Ateliers un institut indépendant pour artistes, dirigé par des artistes plasticiens. C'est au cours de cette saison qu'a eu lieu notre première excursion de plusieurs jours à l'étranger et plus précisément en Angleterre, où nous avons visité le château de Chatsworth et ses collections d'art classique. Nous avons ensuite déambulé dans les jardins et dans l'exposition Beyond Limits, guidés par des experts de Sotheby s. Toujours à Chatsworth, nous avons été conviés à un dinner with the Duke dans la Burlington room. Le lendemain, nous visitions Initial Access (The Frank Cohen Collection) à Wolverhampton, où nous attendait une visite de l'exposition inaugurale Unholy Truths en compagnie du conservateur en chef David Thorp. Cette saison somme toute très internationale s'est clôturée par un autre temps fort : notre escapade en France. Première étape : Les Mesnuls, près de Paris, où nous avons découvert la Fondation d art contemporain Daniel et Florence Guerlain, des collectionneurs dont la passion a pour principal objet le dessin. Le couple nous a aussi chaleureusement accueillis dans sa propre demeure (le domaine familial du célèbre parfumeur se trouve dans la même commune que sa Fondation). Nous avons ensuite visité Traces du Sacré au Centre Pompidou, en compagnie de Jean de Loisy, commissaire de l'exposition. Ceux qui ont participé au festival Design September 2008 à Bruxelles, s'en souviendront longtemps. Nous ne faisons pas Takashi Murakami au Château de Versailles seule ment allusion aux expositions et ateliers visités mais aussi à une petite anecdote. Alors qu'une voiture mal garée gênait les manœuvres de notre bus, quelques gentlemen sportifs ont entrepris de dé placer l'automobile gênante à la seule force de leurs bras (un acte qui n'a pas manqué d'être applaudi par nos dames assises dans le bus). Cette saison nous a aussi permis de vivre l'ouverture longuement attendue du Musée Magritte, où nous avons été accueillis et guidés par Michel Draguet, directeur-général des Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles et figure bien connue de la scène artistique belge. 36 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

20 Evénement Haut : les créations de Ted Noten à la Villa De Bondt à Gand Bas : l'atelier de Tony Cragg à Wuppertal Le véritable climax de la huitième saison fut sans aucun doute le voyage à Istanbul en octobre La visite de la 11 ème Biennale d'istanbul qu'on peut considérer comme une des plus prestigieuses et celles de diverses collections privées nous ont permis d'enfin découvrir le marché de l'art turc qui, malgré une percée tardive au niveau international, est aujourd'hui très florissant. Istanbul fut d'ailleurs capitale européenne de la culture en Grâce à un programme très dense, nous avons pu profiter au maximum de cette ville mythique! En janvier 2010, nos pas nous ont conduits à Gand, jusqu'à l'atelier de Sofie Muller. Mais nous ne nous sommes pas arrêtés en si bon chemin. Un mois plus tard, en effet, nous étions accueillis, à Londres, dans l'atelier d'anthony Gormley. Il va sans dire que toutes ces visites ont eu lieu en présence des artistes. En , les visites de collections privées ont fait l'objet d'une innovation : nous avons sélectionné dix collections privées de Belgique et chaque membre a pu choisir quelle collection il/elle désirait découvrir. L'essai fut concluant et la nouvelle formule a été définitivement adoptée. Le grand moment qui reste inscrit dans toutes les mémoires fut l'excursion au château de Versailles. Nous avions choisi un lundi, jour de fermeture, de sorte que c'est en toute tranquillité que nous avons pu admirer les magnifiques installations de l'artiste japonais mondialement connu Takashi Murakami, dont un grand nombre avaient été spécialement conçues pour cette exposition. Murakami s'inspire de l'art japonais traditionnel et du Pop art, et son art est souvent le résultat d'une fusion entre 'culture haute' et 'culture basse'. C'est Laurent Le Bon, commissaire de l'exposition, qui nous a guidés. Nous avons ensuite mis le cap sur Paris, où Jean-Michel Othoniel nous a reçus dans son atelier. En novembre 2010, nous étions à Turin. Au programme : la foire internationale Artissima en avant-première et les plus grandes institutions consacrées à l'art contemporain : le Castello di Rivoli, la Galleria Tucci Russo et la fascinante collection privée Collezione La Gaia. Ce voyage aura satisfait les plus exigeants, tant sur le plan artistique que sur le plan culinaire. Je songe à notre déjeuner dans le restaurant étoilé Combal Zero et à la profusion de truffes qui nous a été servie le lendemain. En janvier 2011 c'est Angel Vergaraqui nous a fait les honneurs de son atelier, lui qui, quelques mois plus tard, allait représenter la Belgique à la 54 ème Biennale de Venise. En mai, Paris nous tendait à nouveau les bras pour une visite de l'atelier du célèbre artiste Wang Du et la découverte, dans la nef du Grand Palais, de l'œuvre réalisée par Anish Kapoor pour Monumenta Wang Du, né en Chine, s'est installé à Paris en La critique des médias n'est qu'un des nombreux thèmes de son œuvre. Les sculptures monumentales dans lesquelles il exprime sa vision de la réalité sont absolument saisissantes. Nous voici déjà arrivés à la saison Vous avez certaine ment encore en mémoire le parcours artistique Kunst & Zwalm, notre escapade à Chatsworth (Angleterre), l'exposition Koekoekschmuck 2 à Gand ou encore la visite de l'atelier de Tony Cragg. Dans le Miljoenenkwartier de Gand, plusieurs belles résidences de l'entre-deux-guerres nous ont ouvert leurs portes et permis de découvrir les créations de l'artiste hollandais Ted Noten. En mars 2012, The Art Society a invité ses membres à une rencontre avec Tony Cragg à Wuppertal, où le sculpteur anglais s'est établi en Il y a non seulement installé ses ateliers, mais aussi une fondation, logée dans un magnifique parc de sculptures. Nous avons eu la chance rare de rencontrer ce grand artiste à l'endroit où son œuvre prend forme. Dans son atelier, un ancien kiosque rénové, on peut effectivement voir de véritables professionnels à l'œuvre. Les sculptures sont presque entièrement faites 'à la main', quoique avec l'aide physique de quelques assistants. Cragg utilise divers médiums, mais jamais par hasard. Le Skulpt urenpark Waldfrieden permet à l'artiste de concrétiser un rêve, celui de pouvoir exposer ses sculptures en plein air dès leur achèvement. Elles y sont parfaitement mises en valeur, pour le plus grand plaisir du visiteur. Celui-ci est invité à en faire le tour, à s'en approcher et à les observer sous tous les angles. Serralves : Les Jardins et La Casa Serralves Art Déco Nous voici en , la saison en cours! Notre dernier voyage annuel, en 2012, a eu pour destination Porto. Nous y avons visité le centre historique (patrimoine mondial de l'unesco), découvert l'architecture de la Casa da Música (avec un concert de Jean- Efflam Bavouzet), visité la Galeria Mário Sequeira à Braga, fait le tour des meilleures galeries d'art contemporain de Porto, sans oublier la mondialement célèbre Fundação de Serralves (dont nous avons aussi visité les jardins ainsi que la Casa de Serralves, bel exemple du style Art Déco). En octobre, nous avons eu droit à un exposé d'alfredo Jaar à l'occasion de son exposition personnelle Let There Be Light à Bruxelles. En novembre, nous nous sommes rendus à Paris. Au programme : la foire Paris Photo au Grand Palais la première foire au monde dédiée à la photographie historique et contemporaine et le Palais de Tokyo, où nous avons fait un tour des nombreuses expositions tout en découvrant les dernières métamorphoses de ce musée. Par un beau dimanche de décembre, notre groupe a pris la direction des Ardennes flamandes pour visiter trois ateliers situés autour d'audenarde, ceux de Johan Tahon, de Patrick Van Caeckenbergh et de Matthieu Ronsse. Notre excursion s'est terminée par la visite de Shoes Or No Shoes? (SONS) à Kruishoutem, une histoire de souliers qui sort de l'ordinaire! Une superbe construction y abrite une collection de chaussures léguées par des artistes contemporains, une collection ethnographique (la plus grande du monde) et une collection de créations de designers. S'agit-il de chaussures ou d'œuvres d'art? A vous d'en décider. Comme vous le savez, lorsqu'un musée (r)ouvre ses portes, The Art Society est souvent de la partie. La visite du Stedelijk Museum à Amsterdam ne pouvait donc manquer à notre programme. Ce musée a lui aussi connu de gigantesques et longs travaux de rénovation et d'agrandissement, qui ont été confiés au bureau d'architectes Benthem Crouwel. En raison de son étonnante silhouette, le nouveau bâtiment a reçu le surnom familier de 'Badkuip' (la baignoire). L'importante rétrospective que cette mecque de l'art contemporain a consacrée à Mike Kelley n'était-elle pas l'occasion idéale de prendre la direction d'amsterdam? Art Icle La cohésion de notre club repose aussi sur notre newsletter, un magazine semestriel baptisé Art Icle. Les membres de The Art Society s y voient proposer divers articles illustrés relatifs aux activités passées et à venir, des textes leur prodiguant des conseils avisés, etc. Le premier numéro de ce magazine (édité séparément en néerlandais et en français) est sorti de presse en janvier La formule a fait ses preuves et est restée inchangée jusqu en septembre 2011, date à laquelle le magazine a été profondément remanié. Doté d une nouvelle mise en page et d un nouveau look, il est désormais proposé dans une version bilingue. The Art Society a aussi eu droit aux honneurs de la presse. Des articles lui ont en effet été consacrés dans des quotidiens comme De Tijd et L Echo et dans des magazines spécialisés comme Collect Arts Antiques Auctions. Dîner de Gala Afin de fêter dignement son dixième anniversaire, The Art Society a convié ses membres à un dîner de gala qui a eu lieu Place Royale à Bruxelles. À cette occassion, nous avons également visité la magnifique exposition Yves Saint Laurent. Visionnaire, où nous attendait un exceptionnel ensemble de créations, dont la majeure partie n avait jamais été exposée auparavant. Cette soirée de gala fût en outre organisée au profit de l œuvre caritative Le Pont des Arts. Cette asbl, qui propose diverses activités artistiques dans les services pédiatriques de différents hôpitaux belges, fût fondée il y a maintenant 13 ans. À travers le dessin, la peinture, la dance, la musique, le conte, la poésie ou encore la magie, les artistes de cette organisation offrent aux enfants malades un espace de création et un moment de détente. Nous nous réjouissons de pouvoir supporter leur action et remercions nos membres de leurs dons généreux. Plus d'infos sur 38 o u t l i n e / A V R I L o u t l i n e / A V R I L

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Les questions économiques autour du gaz de schiste

Les questions économiques autour du gaz de schiste Les questions économiques autour du gaz de schiste Une des questions fondamentales lorsqu on parle de l exploitation des hydrocarbures de schiste reste l intérêt économique. Comme nous allons le voir,

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

elle devrait bientôt débarquer en Belgique. Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la Way-C est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville), elle devrait bientôt débarquer en Belgique. C est

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

qui correspond au niveau le plus bas des 20 A partir des niveaux de prix actuel, le déséquilibre

qui correspond au niveau le plus bas des 20 A partir des niveaux de prix actuel, le déséquilibre LA DÉCHÉANCE DE L OR NOIR Comment en sommes-nous arrivés là? Les plus hauts du prix du pétrole atteints en 2011, 2012, 2013 et 2014 se situaient chaque fois aux alentours de 110 USD / baril. Depuis lors,

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Lerôledel énergie danslaréindustrialisationaméricaine

Lerôledel énergie danslaréindustrialisationaméricaine Lerôledel énergie danslaréindustrialisationaméricaine Le rôle de l énergie dans la réindustrialisation américaine Depuis que les Etats Unis ont décidé d exploiter massivement les gaz et pétrole de schiste

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich Le texte prononcé fait foi. Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich «Les défis 2009» Exposé de Monsieur le Conseiller national Johann Niklaus Schneider-Ammann, président de

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement International Parking Institute Résumé En tant que grand frère du secteur du parking,

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Pensions: idées pour une réforme réussie

Pensions: idées pour une réforme réussie Pensions: idées pour une réforme réussie Jean Hindriks Les constats Un système sous haute tension Notre système de pension subit une triple pression : démographique, sociale et budgétaire. Entre 1967 et

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Rabat, le 21 mai 2015

Rabat, le 21 mai 2015 Allocution d ouverture de Monsieur le Wali, Abdellatif Jouahri, au séminaire de haut niveau sur le thème «Défis de la politique monétaire dans la région MENA et avantages de l adoption d un dispositif

Plus en détail

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Hong Kong / Bruxelles, 9 mars 2015 Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Une croissance plus faible et une augmentation des prêts non performants attendues en 2015 Une

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Quatrième grand prix V.I.E Europe du Sud Est

Quatrième grand prix V.I.E Europe du Sud Est Quatrième grand prix V.I.E Europe du Sud Est Grand Prix V.I.E EDSE Innovation Grand Prix V.I.E EDSE Performance commerciale Grand Prix V.I.E EDSE Prix Spécial Nom du candidat : Florent GERARD Responsable

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 ALI AL-NAIMI (MINISTRE SAOUDIEN DU PÉTROLE) EN 2015 : «NO ONE CAN SET THE PRICE OF OIL IT S UP TO ALLAH» 100 90 80 70 60 50 40 30 20 novembre

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Nouveau site Nouvelles offres... s étend sur l Hexagone! Contact presse : Jean-Marc FERNANDEZ Tel : 04 72 40 09 09 E-Mail : jean-marc@privateimmo.com

Plus en détail

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement!!! Créé Par Ben De Bourse Ensemble http://www.bourseensemble.com! À Lire - Très Important Je sais que vous avez envie de vous plonger

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE A la conférence ministérielle africaine sur l économie verte Oran, Algérie 22 février 2014 Votre Excellence,

Plus en détail

RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO

RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO RAPPORT T3 2014 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JUILLET SEPTEMBRE 2014 PÉTROLE ET GAZ NATUREL Données sur le pétrole et le gaz naturel Troisième trimestre de 2014 Prix au détail moyens de l essence ordinaire

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Talents Office Top Namur

Talents Office Top Namur Talents Office Top Namur Ne cherchez plus, nous avons trouvé LE talent! N hésitez pas à nous contacter afin de pouvoir fixer un rendez-vous avec ces candidats! Vous pouvez nous joindre par téléphone au

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril avril N - Le prix du pétrole dans ans : dollars/baril Les observateurs et les institutions internationales font des hypothèses très conservatrices en ce qui concerne le prix du pétrole dans les dix prochaines

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total intégrer le climat à notre stratégie - 5 «Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» ENTRETIEN AVEC PATRICK POUYANNÉ Président-Directeur général de Total Le

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

ASSOCIATION DE LA VILLE ET

ASSOCIATION DE LA VILLE ET Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Section CPAS Vereniging van de Stad en de Gemeenten van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Afdeling OCMW AFDELING OCMW'S Nos réf.

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration Notes d allocution Paul Cantor Président du Conseil d administration Assemblée publique annuelle Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Le 10 décembre 2009 Salle Sussex Centre

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail