Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires"

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services Direction générale de la santé et des consommateurs Document de travail des services de la Commission Consultation sur les comptes bancaires Les informations contenues dans le présent document sont uniquement destinées à des fins de consultation et ne prétendent pas représenter ou préjuger de la position finale que la Commission adoptera concernant les trois thèmes abordés. Sauf indication contraire (par exemple un compte de paiement de base), le présent document concerne les comptes courants. La présente consultation ne porte donc pas sur les comptes d épargne, les comptes de titres, les placements, les crédits et les assurances. Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie, B-1049 Brussel - Belgium. Telephone: (32-2)

2 INTRODUCTION Les structures du marché bancaire de détail diffèrent considérablement selon les États membres et demeurent fragmentées par les frontières nationales. L enquête de 2007 sur la banque de détail 1 a souligné l existence d obstacles entravant le choix du client et la mobilité. Il s agit notamment du manque de transparence et de comparabilité des frais bancaires et des coûts de transfert élevés pour les consommateurs qui changent d établissement bancaire. Un troisième problème connexe concerne les difficultés rencontrées par un certain nombre de citoyens de l UE pour accéder aux services bancaires de base. Au cours des dernières années, un certain nombre d initiatives ont été prises au niveau national pour: a) accroître la transparence des frais liés au fonctionnement des comptes bancaires, b) aider les consommateurs à changer facilement d établissement bancaire et c) faciliter l accès des consommateurs aux comptes bancaires de base. Cependant, ces initiatives ont suivi des approches différentes et ont connu des degrés de réussite variables. Par conséquent, les consommateurs bénéficient de niveaux de protection différents selon le pays, qui se soldent par une mosaïque de règles et de codes de conduite qui compliquent davantage la mobilité transfrontalière des acteurs du marché. Les consommateurs doivent avoir accès aux services bancaires partout dans l UE, quel que soit l État membre où ils ont établi leur résidence permanente et doivent pouvoir changer facilement d établissement bancaire, y compris d'un pays à l'autre. Tout cela nécessite de disposer d informations transparentes et comparables sur les frais liés aux comptes bancaires. Le rapport Monti 2 met l accent sur la nécessité d améliorer la transparence des frais bancaires, afin d assurer la disponibilité d informations normalisées et comparables concernant les produits financiers de détail et de faciliter la mobilité des clients des banques. Pour faire suite à cette recommandation, la Commission a annoncé, dans le cadre de l Acte pour le marché unique, son intention de poursuivre les travaux sur la protection des consommateurs dans le domaine des services financiers de détail, en mentionnant tout particulièrement la transparence des frais bancaires. Le présent document de consultation a donc pour objet d évaluer s il est nécessaire d agir au niveau de l UE et, si oui, les mesures qui pourraient être prises concernant l une ou les trois questions mentionnées ci-dessus. 1 2 Rapport sur l'enquête par secteur sur la banque de détail, Document de travail des services de la Commission, 2007, Une nouvelle stratégie pour le marché unique, , p. 42, 2

3 1. TRANSPARENCE ET COMPARABILITE DES FRAIS BANCAIRES Des informations claires, facilement accessibles et comparables concernant les frais bancaires constituent un élément clé pour permettre au consommateur de faire un choix éclairé entre les offres de compte de paiement disponibles sur le marché. La directive concernant les services de paiement (2007/64/CE) a introduit certaines obligations de transparence pour les prestataires de services de paiement de l UE. Avant la réalisation d un service de paiement, le prestataire de services de paiement doit notamment fournir à l utilisateur les modalités et les conditions détaillées, y compris des informations sur le prestataire de services de paiement lui-même, les caractéristiques du service de paiement et les frais qui y sont liés. Après chaque paiement, l utilisateur doit être informé du montant du paiement, de sa date et des frais connexes. Toutefois, la directive concernant les services de paiement ne comporte aucune exigence spécifique quant à la manière de présenter ou de comparer ces frais. Les éléments de preuve recueillis par les services de la Commission au cours de ces dernières années permettent d identifier des problèmes persistants concernant le niveau d information offert sur les frais bancaires et la manière dont ces informations sont présentées par les banques de l UE. Des études ont indiqué que les consommateurs ne connaissent souvent pas le montant des frais bancaires qu ils paient 3. L utilisation de barèmes de frais opaques empêche les consommateurs de comparer les différentes offres 4. Les faits indiquent une corrélation entre la hausse des frais et le manque de clarté concernant la présentation des informations sur les frais bancaires 5. Les organisations de consommateurs indiquent que l utilisation de termes bancaires différents est l une des raisons qui expliquent la complexité et le manque de transparence des frais bancaires 6. La difficulté à comprendre et à comparer les frais bancaires peut entraver la mobilité des consommateurs, à la fois au niveau national et européen. Une récente enquête Eurobaromètre a révélé que l une des principales raisons invoquées par les consommateurs qui s abstiennent d acheter des produits financiers (tels que les comptes courants) dans un autre pays de l UE était le manque d informations claires 7. Ainsi, les consommateurs peuvent se trouver «enfermés» dans une relation avec leur banque, payer des tarifs trop élevés et «bénéficier» de services dont ils n ont pas toujours besoin. Selon un récent sondage réalisé par une organisation de consommateurs français 8, les consommateurs français qui utilisent peu les services bancaires paieraient jusqu à Par ex. Les comptes courants des particuliers au Royaume-Uni, Office of Fair Trading, juillet 2008, Recueil de données sur les tarifs des comptes courants fournis aux consommateurs, Van Dijk Management Consultants, 2009, Voir note de bas de page 4. Sommet européen de la consommation 2010, atelier sur les frais des comptes bancaires, commentaires du BEUC. Eurobaromètre spécial sur les services financiers de détail, Commission européenne, février 2012, Tarification Bancaire: L'enquête annuelle, CLCV Mieux vivre votre argent,

4 195 % de plus pour un forfait que s ils pouvaient choisir individuellement les services bancaires qui répondent le mieux à leur besoins. Afin de remédier à ces problèmes, en 2010, la Commission a demandé au secteur bancaire européen (EBIC) de mettre au point des solutions pratiques et conviviales pour aider le consommateur à accéder, à comprendre et à comparer les informations sur les frais bancaires. Un certain nombre d efforts publics et privés avaient été déployés au niveau national avec des degrés de réussite variables et l EBIC a été invité à tirer les leçons de ces expériences pour proposer des solutions pratiques concrètes. Malheureusement, fin 2011, cette initiative d autoréglementation n a pas pu être conclue par l EBIC. Il semble qu un certain nombre de mesures et d instruments pourraient permettre de contribuer à surmonter les problèmes identifiés. Par exemple, l élaboration de glossaires terminologiques pourrait permettre de répondre au problème des différences et de la complexité de la terminologie utilisée par les banques pour décrire des services bancaires identiques. Des glossaires ont été élaborés dans un certain nombre d États membres, mais de différentes manières et suivant des approches distinctes. Dans certains pays, ils sont rédigés au niveau des banques, dans d autres, en Belgique par exemple, un glossaire commun comprenant des termes normalisés pour l ensemble du secteur financier est en cours d élaboration. Toutefois, les glossaires existants sont rarement spécifiques aux comptes courants et généralement ils n ont pas été élaborés ou testés en collaboration avec les consommateurs. Afin de faciliter la compréhension et la comparabilité des frais bancaires, des listes normalisées de frais ont également été mises au point. Les banques devraient alors utiliser le même format pour fournir aux consommateurs des informations sur les frais bancaires. Par exemple, en France, les banques utilisent une liste normalisée pour les dix frais les plus courants. Une extension de cette liste est actuellement à l étude. Des outils de comparaison, tels que des sites web, peuvent également aider le consommateur à évaluer la meilleure offre disponible sur le marché en fournissant des informations sur les frais liés aux comptes courants dans différentes banques. Ces outils existent dans presque tous les États membres. Il est toutefois difficile pour certains consommateurs d évaluer ex ante les fonctionnalités d un compte dont ils auront le plus besoin. D autres peuvent ne pas réaliser à quel point les coûts liés à la survenance d événements futurs peuvent être élevés, notamment les découverts non autorisés ou les chèques sans provision. Les exemples représentatifs constituent un moyen de fournir des estimations indicatives du coût de la tenue d un compte bancaire en fonction de profils d utilisation qui tentent de refléter le comportement du client classique (par exemple un utilisateur actif ou passif). Les banques les établissent généralement selon des critères différents, comme le fait de disposer d un solde mensuel minimum sur le compte ou de faire verser votre salaire sur le compte ou de l utiliser pour payer un nombre minimum de factures par mois par prélèvement automatique. 4

5 Un autre moyen pour les banques d assurer la clarté et la comparabilité des frais liés aux comptes est de réaliser des simulations de coûts personnalisées. La simulation prend en compte les informations sur les habitudes bancaires du client. Cela permet d estimer le coût probable de la tenue d un compte en fonction du type de services qui lui sont liés et de la fréquence à laquelle le client les utilisera. Dans certains pays, des informations a posteriori, c est-à-dire des détails sur les frais bancaires réellement facturés, sont fournies. Par exemple, au Royaume-Uni, les banques se sont engagées à présenter des relevés annuels indiquant le montant de frais bancaires facturés aux clients au cours des douze mois précédents. Enfin, les initiatives de surveillance, telles que l Observatoire des tarifs bancaires créé en France, ou les mesures d application viennent compléter la gamme des mesures identifiées. Question 1: considérez-vous que les informations fournies par les banques concernant les frais bancaires sont présentées aux consommateurs d une manière suffisamment claire et facile pour comparer les banques? Quelles bonnes pratiques pouvez-vous identifier? Quelles sont les problèmes qui persistent? Pensez-vous que la modification des obligations de transparence dans la directive concernant les services de paiement (2007/64/CE) pourrait permettre de remédier à ces problèmes? Question 2: pensez-vous que la normalisation de la terminologie liée aux frais bancaires pourrait contribuer à améliorer la transparence et la comparabilité des informations concernant ces frais? Si la terminologie devait être normalisée, cette normalisation devrait-elle concerner tous les frais ou seulement certains d entre eux? Si seuls certains d entre eux doivent l être, selon quels critères devraient-ils être choisis? La terminologie devrait-elle être normalisée au niveau national ou européen? Question 3: pensez-vous que des glossaires terminologiques et des listes normalisées de frais bancaires permettraient de faciliter la comparabilité? Si oui, quel devrait être le format et le contenu de ces informations? Quel organisme/forum jugeriez-vous approprié pour élaborer un tel glossaire ou une telle liste normalisée de frais? Question 4: dans le but d améliorer la transparence et la comparabilité des frais liés aux comptes bancaires, parmi les outils suivants, lesquels devrait-ils être envisagés: i) sites de comparaison gérés par les pouvoirs publics ii) iii) iv) simulations de coûts normalisées fournies par les banques exemples normalisés fournis par les banques enquêtes réalisées par des organisations de consommateurs ou le médiateur financier v) tout autre outil que vous jugez pertinent? L un de ces outils devrait-il être rendu obligatoire? Quels en seraient les coûts probables? 5

6 Question 5: quel devrait-être le niveau de détail des informations sur les frais réellement facturés et à quelle fréquence le titulaire du compte devrait-il les recevoir? Le fait de disposer d informations comparables sur les frais effectivement payés favoriserait-il la mobilité des consommateurs, y compris à l échelon transfrontalier? Question 6: quelles autres mesures et instruments doivent-ils être pris en compte pour améliorer la transparence et la comparabilité des frais bancaires? Veuillez les décrire et indiquer à quel niveau (national ou de l UE) vous jugez qu ils doivent intervenir. 2. CHANGEMENT D ETABLISSEMENT BANCAIRE En 2007, après que l enquête sur le secteur bancaire de détail a révélé des obstacles à la mobilité de la clientèle, la Commission a demandé au secteur bancaire européen (EBIC) de faciliter, pour les consommateurs, le transfert de leur compte vers une autre banque établie dans le même pays. En réponse, en 2008, le secteur bancaire européen a élaboré un «modèle» de mécanisme de transfert défini par un ensemble de principes communs pour le changement de compte bancaire 9. Ces principes ont été mis en œuvre par les associations bancaires nationales fin Ce mécanisme s applique au transfert des comptes courants au sein d un État membre, c est-à-dire aux transferts nationaux, et concerne en particulier le transfert des prélèvements, les ordres permanents pour les virements et les virements entrants récurrents. Tel que défini par le secteur bancaire européen, il ne s applique pas à d autres produits ou services, tels que les cartes, les découverts, l épargne ou le crédit. Toutefois, certaines associations bancaires ont décidé d adopter une couverture plus large, comprenant par exemple le transfert d une carte de débit. Ces principes communs définissent les rôles des deux banques impliquées dans le processus de transfert et fournissent des informations sur les tâches et les mesures nécessaires qui sont liées à ce processus. Les consommateurs qui souhaitent changer de banque peuvent choisir la nouvelle banque en tant qu interlocuteur principal. En particulier, la nouvelle banque obtiendra auprès de l ancienne banque les informations nécessaires sur les paiements récurrents du consommateur et demandera à cette dernière de mettre fin à ces paiements sur l ancien compte. Elle programmera ces paiements récurrents sur le nouveau compte puis informera les tierces parties des nouvelles coordonnées bancaires du consommateur ou l aidera à le faire. Elle aidera également le consommateur à demander à la banque d origine de fermer l ancien compte et de transférer le solde restant. Le consommateur peut cependant choisir de garder son ancien compte ouvert. Des délais précis sont fixés pour l ancienne banque et la nouvelle. L ancienne banque doit fournir toutes les informations disponibles concernant les paiements récurrents du consommateur dans les sept jours ouvrables qui suivent la réception de la demande émanant de la nouvelle banque ou du consommateur. La nouvelle banque doit mettre en place les paiements récurrents sur le nouveau compte dans les sept jours qui suivent la réception des informations nécessaires. Dans ce même délai de sept jours, la nouvelle banque transmettra aux tierces parties (par exemple les services publics ou l employeur) 9 6

7 les nouvelles coordonnées bancaires du consommateur ou l aidera à le faire en lui fournissant des lettres types. L ancienne banque doit fournir gratuitement les informations sur les paiements récurrents au consommateur et à la nouvelle banque. La fermeture de l ancien compte doit également être gratuite, conformément à la directive concernant les services de paiement. Le cas échéant, les frais liés aux autres services de transfert doivent être appropriés et correspondre aux coûts engagés. Afin d évaluer la façon dont les banques aident les consommateurs à transférer leurs comptes bancaires et la mesure dans laquelle elles offrent le service de transfert tel que défini dans les principes communs, la Commission a commandé une enquête anonyme 10 en Au total, les clients-mystère 11 ont réalisé demandes de renseignements dans 27 États membres: 945 demandes de renseignements concernaient uniquement la disponibilité et la fourniture d informations sur le service de transfert de compte bancaire, mais 405 clients-mystère ont dépassé le cadre de l enquête et ont en fait essayé de changer de banque. En ce qui concerne la disponibilité et la fourniture d informations sur les transferts, l étude a révélé que 86 % des clients-mystère qui se sont renseignés à ce sujet, dans une succursale bancaire, en ligne ou par téléphone, ont reçu des informations à partir d une source au moins. Cependant, le niveau de disponibilité des informations était très variable: 32 % des clients-mystère n ont pas trouvé d informations sur le changement de banque sur le site web de leur banque. 45 % des clients-mystère n ont pas reçu de renseignements détaillés de la part du personnel de la banque. 80 % d entre eux n ont pas reçu de documentation sur le transfert. 14% d entre eux n ont reçu aucune information sur le service de transfert. Parmi les clients qui ont effectivement tenté de changer de banque: 19 % sont parvenus à ouvrir un nouveau compte bancaire et à transférer un ordre permanent (certains problèmes concernaient l ouverture d un compte bancaire et non le service de transfert tel que défini dans les principes communs). Dans 71 % des cas, la nouvelle banque ne fournit pas le service de transfert et n a donc pas suivi la procédure décrite dans les principes communs Étude de marché sur les expériences des consommateurs en matière de transfert de compte bancaire en référence aux principes communs sur le changement de compte bancaire, GfK, février 2012, Les enquêtes anonymes sont un outil utilisé dans le cadre des études de marché pour mesurer la qualité d'un service ou sa conformité à la réglementation. Il est demandé à des clients-mystère d effectuer des tâches spécifiques et de commenter leurs expériences. Dans le cadre de cette enquête, il a été demandé aux clients-mystère de prendre des renseignements sur le transfert de compte bancaire ou de changer de compte, en personne, en ligne ou par téléphone. 7

8 Parmi les autres problèmes rencontrés par les clients-mystère, citons: Dans 7 % des cas, les banques n ont pas ouvert de compte (et par conséquent n ont pas effectué le transfert) dans les quatorze jours ouvrables. Dans 3 % des cas, la nouvelle banque a refusé d ouvrir un compte bancaire standard tel que demandé ou a exigé un paiement pour réaliser l ouverture du compte et le transfert. En général, l étude a conclu que 8 clients sur 10 sont confrontés à des difficultés lors d un transfert de compte bancaire. Question 7: les banques établies dans l État membre où vous disposez d un compte bancaire proposent-elles un service de transfert? Si tel est le cas, est-il conforme aux principes communs sur le changement de compte bancaire décrits ci-dessus? Les informations sur les conditions de transfert sont-elles présentées d une manière qui est favorable au consommateur? Question 8: si un service de transfert conforme aux principes communs est proposé par les banques de l État membre où vous disposez d un compte bancaire, élimine-t-il tous les obstacles entravant le changement de compte bancaire? Si tel n est pas le cas, quels sont les obstacles qui subsistent? Fournissez des exemples de bonnes pratiques et d obstacles persistants que vous avez rencontrés. Question 9: les principes communs doivent-ils rester volontaires? Selon vous, quels sont les avantages ou les inconvénients liés au fait de les rendre obligatoires au niveau européen? Quels en seraient les coûts probables? Question 10: les principes/les mesures en matière de transfert doivent-ils aussi concerner les changements de compte bancaire à l échelon transfrontalier? Question 11: selon vous, quelle importance le risque que des reçus, des factures et des paiements soient mal acheminés représente-il en cas de changement de compte bancaire? Quelles mesures pourraient être envisagées pour rendre le processus de transfert plus sûr? Question 12: le cas échéant, quels sont les obstacles auxquels sont toujours confrontés les établissements bancaires de petite taille ou ceux qui sont établis dans un autre État membre pour élargir leur clientèle ou pénétrer de nouveaux marchés? S agit-il de problèmes liés aux mécanismes de transfert? Question 13: quelles autres mesures convient-il d envisager pour améliorer le changement de compte bancaire? Veuillez les décrire. 8

9 3. ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE L accès aux services financiers de base permet de garantir que les consommateurs bénéficient de tous les avantages du marché intérieur et participent pleinement à la vie économique et sociale de la société moderne d aujourd hui. Toutefois, une étude réalisée en 2010 estime que 30 millions d Européens de plus de 18 ans n ont pas de compte bancaire 12. Certaines de ces personnes peuvent ne pas avoir de compte bancaire parce qu elles n en ont pas besoin ou parce qu elles ne le souhaitent pas 13. Selon une étude récente de l UK Financial Inclusion Task Force, 52 % des personnes interrogées qui ne bénéficient pas des services bancaires aimeraient disposer d un compte 14. L absence de compte bancaire implique généralement des coûts plus élevés liés à l utilisation des espèces aussi bien pour les consommateurs que pour les administrations (par exemple, pour le paiement des salaires ou des prestations). En outre, il limite aussi l accès des consommateurs à la plus grande diversité de biens et de services disponibles en ligne et à des réductions potentielles, notamment à celles qu offrent les entreprises de services publics lorsque les paiements sont effectués par prélèvement automatique. Les consommateurs peuvent également faire face à des difficultés en matière d emploi ou de location d un bien. Même si ce sont généralement les consommateurs «vulnérables» qui ont le plus de problèmes pour accéder à un compte bancaire, les personnes mobiles qui se déplacent à l étranger (par exemple les étudiants, les travailleurs migrants, etc.) sont également confrontés à ces difficultés, lorsqu on leur refuse l accès à un compte bancaire, par exemple pour des motifs de résidence. La liberté de circulation des citoyens ainsi que la libre fourniture de biens et de services au sein du marché intérieur sont donc entravées. Afin de remédier à cette situation, la Commission a adopté en juillet 2011 une recommandation 15 destinée aux États membres qui énonce les principes fondamentaux qui devraient être mis en place pour garantir l accès des consommateurs aux comptes de paiement de base dans l ensemble de l UE. Ce compte de base permettrait de déposer de l argent et d en retirer. Il permettrait également au consommateur d effectuer des opérations de paiement essentielles, telles que le versement des revenus ou des prestations, le règlement des factures ou des impôts et l achat de biens et de services, y compris par prélèvement automatique, virement entrant et carte de paiement. Selon la recommandation, le compte de base pourrait également permettre au consommateur de réaliser des ordres de paiement via le service de banque en ligne de l établissement bancaire lorsque cela est techniquement possible. Toutefois, l accès au crédit n a pas été Étude relative aux coûts et avantages des différentes options de politique envisagées pour garantir l'accès à un compte bancaire de base, CSES, 2010, La même étude en 2010 estime que sur les 30 millions d Européens qui n ont pas de compte bancaire, seuls environ 18 millions (60 %) risquaient de se trouver en situation d exclusion financière. Les services bancaires et les ménages les plus démunis, Financial Inclusion Task Force, décembre 2010, p. 6, Recommandation de la Commission 2011/442/UE sur l accès à un compte de paiement de base, , 9

10 considéré comme un aspect ou un droit automatiquement lié à un compte de paiement de base. La recommandation a affirmé le droit de tout consommateur résidant dans l Union, indépendamment de sa situation financière, d ouvrir et d utiliser un compte de paiement de base, même dans un État membre dans lequel il ne réside pas de façon permanente. La date limite à laquelle les États membres devaient prendre les mesures nécessaires était le 21 janvier Les services de la Commission analysent en ce moment les informations reçues à ce jour concernant les mesures prises. De nombreux États membres doivent cependant encore transmettre les informations à ce sujet. De plus, tous les États membres sont présumés fournir des informations statistiques sur les comptes bancaires de base, d'ici au mois de juin Les services de la Commission estiment pertinent, dans ce contexte, de poser les questions suivantes. Question 14: êtes-vous au courant que des consommateurs rencontrent des difficultés pour accéder à un compte bancaire de base? Quels sont les types d obstacles que les consommateurs signalent et qui les empêchent d avoir accès à un compte bancaire de base? Question 15: avez-vous connaissance de toutes les mesures prises par les banques ou les autres établissements de l État membre où vous résidez afin de faciliter l accès à un compte de paiement de base? Ces initiatives ont-elles été correctement appliquées? Question 16: ces mesures facilitent-elles également l accès à un compte de paiement de base pour les non-résidents? Question 17: si les consommateurs rencontrent encore des difficultés pour ouvrir un compte bancaire, quelles en sont les raisons? Question 18: si des efforts supplémentaires doivent être fournis, quelles mesures convient-il d envisager? Le problème doit-il être abordé au niveau national ou européen? 4. OBSERVATIONS FINALES Les personnes intéressées peuvent envoyer leurs réponses à ce document de consultation jusqu au 12 juin Les contributions doivent être adressées à Dans leur contribution, les personnes intéressées sont également invitées à indiquer s il convient d aborder d autres aspects pour garantir le bon fonctionnement et la compétitivité du marché des banques de détail. Les réponses seront publiées sur le site web de la Commission européenne. Il est possible de demander qu une communication reste confidentielle. Dans ce cas, il incombe à l auteur de la contribution d indiquer explicitement sur la première page de sa réponse qu il ne souhaite pas que sa contribution soit publiée. Nous vous remercions d avoir pris le temps de répondre à cette consultation. 10

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

GUIDE LUXEMBOURGEOIS DE LA MOBILITE BANCAIRE

GUIDE LUXEMBOURGEOIS DE LA MOBILITE BANCAIRE GUIDE LUXEMBOURGEOIS DE LA MOBILITE BANCAIRE I. But du guide Le présent guide vous explique les démarches à suivre en cas de changement de compte courant à l intérieur du Luxembourg. Il décrit les services

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Sondage complémentaire de l étude

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire

Guide de la mobilité bancaire Guide de la mobilité bancaire Service communication SwissLife Banque Privée 10/2009 SwissLife Banque Privée -Siège social : 7, place Vendôme - 75001 Paris - SA au capital de 36.470.960 382 490 001 RCS

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

GUIDE LUXEMBOURGEOIS DE LA MOBILITE BANCAIRE

GUIDE LUXEMBOURGEOIS DE LA MOBILITE BANCAIRE GUIDE LUXEMBOURGEOIS DE LA MOBILITE BANCAIRE I. But du guide Le présent guide vous explique les démarches à suivre en cas de changement de compte courant à l intérieur du Luxembourg. Il décrit les services

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Synthèse de Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie

Plus en détail

À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LES COMPTES BANCAIRES

À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LES COMPTES BANCAIRES RÉPONSE DES AUTORITÉS FRANÇAISES À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LES COMPTES BANCAIRES I- TRANSPARENCE ET COMPARABILITE DES FRAIS BANCAIRES Question 1 : considérez-vous que les informations

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

Tarification. Compte de transaction GÉRER. Compte Travailleurs autonomes ($ CA) Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes

Tarification. Compte de transaction GÉRER. Compte Travailleurs autonomes ($ CA) Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes GÉRER TARIFICATION 01 Tarification Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes En vigueur à compter du 29 juillet 2013 Vous cherchez plus que jamais des services bancaires adaptés à vos besoins

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Les packs de prestations bancaires VP Bank SA, en vigueur à partir du 1 er octobre 2015

Les packs de prestations bancaires VP Bank SA, en vigueur à partir du 1 er octobre 2015 Les packs de prestations bancaires VP Bank SA, en vigueur à partir du 1 er octobre 2015 Les packs de prestations bancaires de la VP Bank Votre patrimoine mérite ce qu il y a de meilleur : un partenaire

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

JANVIER 2014. Vous avez un emprunt hypothécaire? À quoi vous attendre dans le cadre des règlements fédéraux

JANVIER 2014. Vous avez un emprunt hypothécaire? À quoi vous attendre dans le cadre des règlements fédéraux JANVIER 2014 Vous avez un emprunt hypothécaire? À quoi vous attendre dans le cadre des règlements fédéraux Nous sommes là pour vous aider lorsque vous cherchez des informations ou avez besoin d assistance.

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Sous-comptes Manuvie Un

Sous-comptes Manuvie Un Sous-comptes Sous-comptes Manuvie Un L un des principaux avantages du compte Manuvie Un, c est qu il permet de consolider vos dettes et de leur appliquer un ou plusieurs taux d intérêt peu élevés concurrentiels.

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN. Allons à l essentiel

GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN. Allons à l essentiel GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN Allons à l essentiel Votre conseiller avec vous, jour après jour Le Conseil global pour mieux vous conseiller Votre parcours de vie est unique. Tant sur le plan professionnel

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES

Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite QU EST-CE QU UN RVER? ET SURTOUT POUR DES RAISONS FINANCIÈRE SUN LIFE POUR DES RAISONS FINANCIÈRES G UI D E EMPL YÉ POUR DES RAISONS FINANCIÈRES Plein de bonnes raisons d épargner pour la retraite Dans certaines grandes entreprises, des milliers de Québécois participent déjà à un régime d épargneretraite

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

Our success is measured by how well we meet your needs

Our success is measured by how well we meet your needs Grâce à l ensemble HSBC Premier, recevez un soutien personnalisé pour vous aider à gérer votre économie personnelle. Our success is measured by how well we meet your needs 1 Pour être admissible à l ensemble

Plus en détail

Carte MasterCard BMO pour voyage prépayé La carte de paiement pour vos voyages

Carte MasterCard BMO pour voyage prépayé La carte de paiement pour vos voyages GUIDE DES AVANTAGES Carte MasterCard BMO pour voyage prépayé La carte de paiement pour vos voyages BIENVENUE! PRÉPAREZ-VOUS À UTILISER VOTRE CARTE AVEC UNE PARFAITE TRANQUILLITÉ D ESPRIT. Vous venez de

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 19/10/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir

Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir 01 Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir Vous disposez d un vaste choix : il existe plus de cent forfaits bancaires offerts par plus de vingt banques au Canada. Vous pouvez comparer

Plus en détail

Orientations sur le traitement des réclamations par les intermédiaires d assurance

Orientations sur le traitement des réclamations par les intermédiaires d assurance EIOPA(BoS(13/164 FR Orientations sur le traitement des réclamations par les intermédiaires d assurance EIOPA WesthafenTower Westhafenplatz 1 60327 Frankfurt Germany Phone: +49 69 951119(20 Fax: +49 69

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Forfait Bienvenue au Canada de RBC. Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement

Forfait Bienvenue au Canada de RBC. Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement Forfait Bienvenue au Canada de RBC Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement Bienvenue au Canada 3 Lorsque vous choisissez RBC Banque Royale, vous obtenez : n n Un accès

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Comptes bancaires selon vos besoins Ce que vous devez savoir

Comptes bancaires selon vos besoins Ce que vous devez savoir 02 Comptes bancaires selon vos besoins Ce que vous devez savoir Vous disposez d un vaste choix : il existe près de 100 forfaits offerts par plus de 20 banques au Canada. Vous pouvez comparer les caractéristiques

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)»

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)» «Identités numériques et gestion (IDm)» Enquête du CTIE, été 2012 auprès des cantons au sujet de : Résultats de l enquête auprès des cantons au sujet numériques 1. Observations générales concernant l enquête

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA Les présentes conditions s appliquent au programme de Récompenses MasterCard de La Banque Wal-Mart du Canada

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire

Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire Pour la plupart des gens, un compte-chèques est un bon moyen de gérer leurs opérations bancaires courantes. Les banques, les coopératives

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE 1 ER AOÛT 2014 1 ER AOÛT 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

CONVENTION DE L OFFRE e.lcl A LA CARTE

CONVENTION DE L OFFRE e.lcl A LA CARTE Loi informatique et Libertés du 06/01/1978 modifiée et secret professionnel : Je reconnais avoir été informé(e) que le Crédit Lyonnais pourra utiliser les coordonnées électroniques (adresse e-mail, n de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Ma gestion FLOTTE. Foire aux questions Souscripteurs en automobile commerciale PARTIES IMPLIQUÉES INTACT ASSURANCE, FLEET COMPLETE ET TELUS

Ma gestion FLOTTE. Foire aux questions Souscripteurs en automobile commerciale PARTIES IMPLIQUÉES INTACT ASSURANCE, FLEET COMPLETE ET TELUS Ma gestion de FLOTTE Foire aux questions Souscripteurs en automobile commerciale PARTIES IMPLIQUÉES INTACT ASSURANCE, FLEET COMPLETE ET TELUS 1. Pouvez-vous m en dire plus sur Fleet Complete? Fleet Complete

Plus en détail

Politique d accessibilité du RREO

Politique d accessibilité du RREO Politique d accessibilité du RREO Date d entrée en vigueur : Le 1 er janvier 2014 Révision : 16 décembre 2014 Date de la prochaine révision : Le 1 er janvier 2017 Responsables : Vice-présidente principale,

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 13 Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE juillet 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 15/01/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

le 17 octobre 2011 MC

le 17 octobre 2011 MC le 17 octobre 2011 MC Solution recommandée Votre objectif en matière de réduction de dettes : Accroître mes liquidités en réduisant le montant de mes paiements de dettes. Vous avez dit vous sentir plutôt

Plus en détail

CONVENTION de souscription du forfait «AGIR 18/28» CONDITIONS PARTICULIERES

CONVENTION de souscription du forfait «AGIR 18/28» CONDITIONS PARTICULIERES CONVENTION de souscription du forfait «AGIR 18/28» CONDITIONS PARTICULIERES Réservé Banque Agence : Code agence : ICC : LE CLIENT Mme Mlle M Nom : Nom de jeune fille : Prénoms Né (e) le : à : Nationalité

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail