CONSEIL GÉNÉRAL DE LA GIRONDE Nouvelles Formes d Emploi et d Organisations du Travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL GÉNÉRAL DE LA GIRONDE Nouvelles Formes d Emploi et d Organisations du Travail"

Transcription

1 CONSEIL GÉNÉRAL DE LA GIRONDE Nouvelles Formes d Emploi et d Organisations du Travail Maison de la Promotion Sociale Artigues-près-Bordeaux 9 décembre 2008

2 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Introduction Monsieur Jean-Luc GLEYZE Vice-Président du Conseil Général de la Gironde chargé de l'economie Solidaire

3 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 État des lieux des nouvelles formes d emploi et organisations du travail en Gironde INNEF - INSTITUT NATIONAL DES NOUVELLES FORMES D EMPLOI Jöelle MACCIONI

4 Nouvelles formes d emploi d & nouvelles organisations du travail en Gironde Etat des lieux INNEF 2008

5 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde Comment mutualiser et coopérer? La méthodem Partager des personnels Partager du tutorat Partager des moyens, des lieux Partager des moyens techniques et humains à l échelle europ Partager des objectifs dans le secteur Médico M Social chelle européenne GE GEIQ GIE enne GEIE Partager une entreprise collective et coopérative en portant et en s exers activité personnelle CAE GCSMS exerçant à une Partager une entreprise collective et coopérative à fort ancrage territorial dont l utilité sociale est avérée SCIC

6 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde METHODE DE REPERAGE ET D ANALYSE - FICHES IDENTITAIRES - SOLLICITATION DES PARTENAIRES - CROISEMENT DES INFORMATIONS - SYNTHESES PAR MODELE RESULTATS Quantitatifs Qualitatifs Méthodologiques Prospectifs

7 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde La MUTUALISATION Dispositifs permettant de partager Groupement d employeurs GE Association loi 1901 On partage les personnels qui sont mis à disposition exclusivement des membres Groupement pour l insertion l et la qualification GEIQ Association loi 1901 On y partage l accompagnement de parcours d insertion pour des publics sans formation. Partage de tutorat 137 GE en Gironde dont une majorité agricoles ou viticoles 660 à 680 salariés GE génériques dits à plateforme de gestion mais assez peu de microge Des plans de développement, la Recherche d une meilleure pérennité des Emplois, mais de l inquiétude quant à la stabilité financière et aux sources de financements - 7 GEIQ sur les 13 régionaux 10% du stock national à l origine du mouvement salariés dont 11 permanents - Les GEIQ affichent 75 % de sorties positives - Les GEIQ ont besoin, compte tenu de leur fonctionnement d une lisibilité financière à long terme leur permettant de mieux étoffer leur périmètre d employeurs. 6 7

8 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde La MUTUALISATION Dispositifs permettant de partager Groupement d int intérêt économique - GIE Structure d ordre civil ou commercial On partage des moyens ou/et objectifs économiques. Parmi ceux-ci les moyens humains. Néanmoins, dans un GIE les personnels ne sont pas mis à disposition, ils sont collectivement partagés De nombreux GIE en Gironde dans des secteurs très variés et diffus, dont le recencement précis n a pas été fait. Groupement européen en d int intérêt économique GEIE Groupement défini par un règlement européen On partage des moyens et/ou des objectifs économiques, sociaux, associatifs, humanitaires entre membres d au moins deux pays européens D après les listes de la Chambre européenne d enregistrement des GEIE, 4 seulement en Gironde, à ce jour. Groupement de Coopération Sociale et Médico-sociale GCSMS On partage des personnels, des moyens, des objectifs, des missions entre membres fondateurs relevant des articles L312.1 et L311.1 du Code de l action sociale etdes familles, élargi à l ensemble des partenaires intervenants dans le champ Social et médico social pour les membres associés. - 1er département de France en nombre de GCSMS. - 6 GCSMS à ce jour - Services aux personnes et aux familles

9 Autres modèles Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde Portage salarial Entreprise SA ou SARL Textes de Juin 2008 Transformation de marchés en fonctions salariales Entreprise de travail à temps partagé ETTP Libre choix de la forme Amendement d août 2005 On partage des personnels missionnés auprès de tiers - 8 entreprises de portage salarial - CDI pour un grand nombre d entre elles - Public cadre et d encadrement - Recherche de pratique éthique - En total autofinancement Aucune ETTP en Gironde Multisalariat salarié à employeurs multiples Partage des temps de travail entre plusieurs employeurs, lesquels contractualisent indépendamment les uns des autres Pluriactivité Partage de statuts plusieurs statuts simultanément Repérage impossible mais forte représentation de ces pratiques comme partout Option ou cause d insécurité sociale / Du débat autour de celà

10 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde La COOPERATION Dispositifs permettant d entreprendre autrement Coopérative d activités et d emploi CAE Entreprise SARL ou SA, sous forme de SCOP Accompagnement de porteurs de projets, salariés en CDI, en apprentissage de leur propre entreprise. Mise en commun, synergie et échanges au sein de l entreprise collective, de moyens, de compétences, de savoir faire Société coopérative d intérêt collectif SCIC Entreprise SARL ou SA, sous forme de SCIC Elle réunit autour d un intérêt partagé collectivement, tous ceux qui y participent, dans un outil de structuration coopérative. Structure à fort ancrage territorial 2 CAE en Gironde structures jeunes 25 salariés pour 198 porteurs accueillis Une montée en charge très rapide Des acteurs territoriaux utiles et stratégiques Isolement, manque de rconnaissance par les publics, Besoins de stabilité et de perennité des financement publics 2 SCIC en Gironde RESCOLL structure d excellence Besoin de partenariats financiers plus conscients des spécificités des SCIC

11 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde Plus d infos : INNEF Institut National des Nouvelles Formes d Emploi 1/3 rue d Enghien PARIS

12 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Mutualiser des compétences en Gironde Les Groupements d Employeurs Animation : Claude DEROSIER Intervenants: Vincent LASSALLE SAINT JEAN, Jean de GUERRY, Christophe PAPIN, Elvira SANZ, Virginie PELEGRY, Wolf JL STOLPNER.

13

14 Les groupements d employeurs UNION DES GROUPEMENTS D EMPLOYEURS DE FRANCE 9 décembre 2008 UGEF 14

15 LE GE : la réponse à 2 besoins Besoin permanent à temps plein : CDI Besoin permanent à temps partiel : CDI temps partiel ou GE Besoin saisonnier récurrent : CDD, intérim ou GE Besoin occasionnel : CDD ou Intérim UGEF 15

16 2 conditions des besoins proches et maillables des compétences analogues des temps complémentaires des employeurs d accord pour partager Le GE, une formule qui bâtit des emplois à temps plein à partir de morceaux d emplois UGEF 16

17 le schéma du GE entreprise création adhésion entreprise mise à disposition GE contrat de travail contrat de mise à disposition salarié du GE UGEF 17

18 Quelques rappels association Loi 1901 avec une Convention Collective des adhérents solidairement responsables UGEF 18

19 Quatre lois 1985 : création du GE 1993 : GE 2000 : Loi Aubry : Loi sur les Territoires Ruraux développement des GE dans l agriculture développement dans tous les secteurs d activité modification du seuil d effectif provision défiscalisée adhésion des collectivités territoriales à travers les EPIC délégations de pouvoirs UGEF 19

20 Quelques chiffres 4000 GE agricoles environ 300 GE hors agriculture dont 100 GE IQ Entre et personnes salariées de GE ce sont des ordres de grandeur approximatifs! UGEF 20

21 une grande diversité de GE la taille de 1 à plus de 250 salariés les secteurs agriculture industrie, services commerce, artisanat, santé, professions libérales associations les emplois de peu qualifiés à très qualifiés UGEF 21

22 GE et GE IQ : la même formule juridique Le GE : Le GE IQ : partage durable de compétences CDI multi sectoriel insertion par la qualification CDD mono sectoriel deux finalités différentes UGEF 22

23 GE et travail temporaire : des concurrents? Le GE une Association d entreprises une réponse à des besoins récurrents à temps partiel ou saisonniers Le T.T. une Société de service une réponse à des besoins occasionnels deux formules complémentaires, et de nature différente UGEF 23

24 la valeur ajoutée du GE pour les employeurs Du personnel compétent et fidélisé Des compétences «pointues» à temps partiel une gestion administrative du personnel assumée par le GE une prestation de services ne rentrant pas dans la masse salariale UGEF 24

25 la valeur ajoutée du GE pour les salariés Les salariés d un GE bénéficient : d un contrat de travail unique d un emploi stable et durable d une diversité d activités qui évite la monotonie et permet de développer leurs compétences professionnelles UGEF 25

26 L Union des Groupements d Employeurs de France le champ : les GE, hors agriculture une tête de réseau, avec 3 missions promouvoir représenter professionnaliser, avec éthique UGEF 26

27 10/12/

28 Qu est-ce qu un Groupement d Employeurs? C est une association qui regroupe des entreprises qui mutualisent leur personnel Association loi 1901 (loi de 1985) 10/12/

29 Quel est le fonctionnement d un Groupement d Employeurs? Le salarié est embauché sous contrat par le Groupement d Employeurs Puis il est «mis à disposition» dans une entreprise où il travaille à temps partiel, pour une durée déterminée ou indéterminée Une autre entreprise est intéressée par les compétences du salarié: son travail peut passer à temps complet 10/12/

30 Les avantages d un Groupement d Employeurs? Pour le salarié: La possibilité d un CDI, à temps partiel ou à temps plein Arrêter de cumuler CDD et missions intérim: sécurisation du parcours professionnel Un salaire fixe tous les mois 10/12/

31 Les avantages d un Groupement d Employeurs? Les avantages d une vraie entreprise: Comité d Entreprise, suivi personnalisé des salariés Une activité professionnelle plus riche Les mêmes avantages qu un salarié permanent de la société où l on travaille 10/12/

32 Les avantages d un Groupement d Employeurs? Pour les entreprises: Bénéficier de compétences spécifiques «à la juste mesure» Fidélisation du personnel à temps partiel ou saisonnier Gestion du personnel par le Groupement Esprit associatif 10/12/

33 Le Groupement d Employeurs Aquitain Sigle utilisé: GEA Implanté depuis 1996 à Léognan Groupement multisectoriel: industrie, services, professions libérales 30 adhérents répartis sur la Gironde 10/12/

34 Le Groupement d Employeurs Aquitain 64 salariés ETP en % des salariés sont en CDI Président du Conseil d Administration: M. Vincent LASSALLE SAINT JEAN (PDG de la Maison MENEAU à Saint Loubès) 10/12/

35 Le Groupement d Employeurs Aquitain Une équipe administrative de 4 personnes: Direction: Mathilde POITEVINEAU Relations RH / Entreprises: Florence BENARD Paie/Comptabilité: Danièle JOLY Paie/Comptabilité (Gironde Emploi Agricole): Carine IBARGUCHI 10/12/

36 Le Groupement d Employeurs Aquitain Pour plus de renseignements, notre site internet: 10/12/

37 Nouvelles formes d emploi et d'organisations du travail Mardi 9 décembre 2008 Pierre Dazens Président du CRCE GEIQ AQUITAINE

38 Qu est ce qu un GEIQ? Un GEIQ est un dispositif de ressources humaines à la croisée de plusieurs dispositifs de droit commun 1 / Une organisation support : le Groupement d Employeurs 2 / Une mission unique : l organisation de parcours d insertion et de qualification, 3 / Un label annuel attribué par une commission paritaire et basé sur un cahier des charges en cours de validation par l Etat

39 Les GEIQ en Gironde : Etat des Lieux 6 secteurs professionnels / 7 GEIQ (Agriculture/ Bâtiment / Hôtellerie de Plein-Air, Propreté / Spectacle Vivant et Travaux Publics) 260 entreprises adhérentes 160 salariés en insertion 75% de sortie positive en emploi à la sortie du GEIQ dont +50% chez les adhérents

40 7 GEIQ ❸ ❶ GEIQ Bâtiment du Libournais ❸ ❸ ❷ ❷❹❺ ❷ 1 1 ❶ ❶ ❻ ❻ ❶ ❼ ❷ GEIQ Filières Pro ❸ GEIQ HPAA ❹ GEIQ Propreté Bordeaux ❺ GEIQ Spectacle Vivant ❻ GEIQ Val de Garonne ❼ GEIQ Viticole du Libournais

41 Typologie des entreprises adhérentes des GEIQ Taille des entreprises adhérentes des GEIQ d'aquitaine (en nbre salariés) > <10 0.0% 10.0% 20.0% 30.0% 40.0% 50.0% 60.0% 70.0% 80.0%

42 Les financements des GEIQ en 2007 Financement de l'activité des GEIQ d'aquitaine en 2007 (7,58 M ) Ressources marchandes (entreprises + OPCA) 93% - 7,5 millions Etat (aides aux postes) 4% - 0,25 M Conseils Généraux (aides aux postes) 2% Autres aides aux postes (Agefiph, Assedic) <1.5%

43 Les financements d actions spécifiques en 2007 Financements des Projets (création, développements, actions spécifiques) Etat - 46% euros 19% Région - 26% % 26% 45% Autres collectivités (CG, communes, Agglo, PLIE) - 10 % FARE et Fondations - 19%

44 Les sorties en emploi 2007 Près de 8 personnes sur 10 soit 228 personnes étaient en emploi à la sortie du GEIQ (CDI, CDD, Formation, Intérim choisi) dont 79,5% avec un contrat de travail supérieur à 6 mois (CDD+6mois ou CDI) 9/10 ont obtenu la qualification visée en entrée de GEIQ

45 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 De nouveaux modèles pour mutualiser L exemple du Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale André BONNEILH ACCUEIL FAMILIAL DU SUD OUEST

46 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Mutualiser des compétences Échanges

47 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Coopérer en Gironde Coopérative d Activités et d Emploi Société Coopérative d Intérêt Collectif Animation : Philippe LE BRETON Intervenants: Marie-Josée DAUBIGEON, David LE NORCY, José ALCORTA

48 1, avenue de la libération Lormont T / F/ Nouvelles formes d'emploi et d'organisations du travail 9 Décembre 2008 Scop ARL à capital variable - RCS Bordeaux Siret APE 741G - N TVA FR OF N

49 COOP'ALPHA intervient en amont de la création d'entreprise cf. Paysage de la création d'entreprise en Gironde COOP'ALPHA outil de développement d'un territoire Maillage territorial

50 Organisme de formation ADIE Élaboration du CCI PLIE projet Chambre de Métiers CIBC Espace gestion Service Emploi des communes Assistante sociale Chargé d insertion Creder CREDE R ANPE Phase test COOP'ALPHA Pépinières d entreprise Coopérative Création Gironde Initiative Chambre de Métiers Espace gestion CCI d Emplois ADIE

51 La Coopérative d'activités 33 POUR TESTER la viabilité économique du projet avant installation SE FORMER aux compétences entrepreneuriales CRÉER son propre emploi

52 Pour qui? Ceux et celles qui hésitent à se lancer qui n'ont pas de culture entrepreneuriale qui font le choix d'entreprendre autrement

53 Comment? Un parcours de professionnalisation Un appui dans le pilotage de l'activité Une gestion comptable de l'activité Un statut social Une dynamique collective

54 En coopérative d'activités le P.P. : Confronte son projet au marché Crée sa clientèle et développe son portefeuille client Se forme S'autonomise

55 Un cadre légal et sécurisé Hébergement juridique de l'activité Statut d'entrepreneur-salarié

56 SORTIES Création d'entreprise Retour à l'emploi salarié Entrepreneur/Associé (C.E.) Réorientation

57 Les Chiffres 600 Accueils 120 entrepreneurs accompagnés Actuellement : 60 entrepreneurs accompagnés dont 38 entrepreneurs salariés (13 ETP)

58 Une coopérative d Activité d entrepreneurs salariés Du Sud Gironde et du Pays des Landes de Gascogne 3 pl 8 Mai CAPTIEUX Tél.: Courriel: Avec le soutien du Réf. : Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble

59 Un Objet Simple Aujourd'hui, les techniques, les marchés et les Hommes sont les facteurs incontournables du succès d'un projet qu il faut faire constamment cohabiter! Aussi redonner toute sa dimension à l Humain dans un entrepreneuriat choisi et solidaire est l objet de CO-ACTIONS OXALIS! Une action d Economie Sociale et Solidaire qui permet de stabiliser les TTPA et TPE dans un territoire rurale et vaste. Sécuriser son entrepreneuriat en se regroupant Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 59

60 Accompagnement de Créateurs La création d entreprise oblige aujourd hui les créateurs à passer directement d une «situation de préparation» à une «situation d activité normale», et ce sans aucune transition d apprentissage. Permettre à chacun de réaliser son projet personnel professionnel par la coopération Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 60

61 Entrepreneur Autonome Responsable de son activité Démarches commerciales Clientèle Nom commercial Chiffre d affaires Salarié Protection sociale Protection juridique Progressivité installation Impôt sur le revenu Salaire + cotis salariales et patronales Une posture Un statut social Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 61

62 Coopératives Activités et Entrepreneur-Salariés Tester et Valider son projet, Etre accompagner, Pérenniser son activité dans le temps pour sécuriser son emploi, Partager et s impliquer dans la vie démocratique de la coopérative pour lui permettre de répondre aux attentes des entrepreneurs Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 62

63 Une entreprise coopérative Coûts mutualisés Moyens humains Compta Gestion Accompagnement Formations Moyens juridiques responsabilités Moyens économiques Coûts de structure Une vie coopérative Relations de confiance Synergies entre les personnes et activités Groupes porteurs (territoire, métiers ) Communication (site) Réseau Participation à la gestion de l entreprise (formation, comm, gestion ) Sociétariat Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 63

64 Une solidarité économique Chacun contribue financièrement à la vie coopérative Une répartition des bénéfices individuelle et collective Une mutualisation de moyens économiques intérêt individuel intérêt collectif Une solidarité humaine La vie coopérative Des compétences échangées et partagées Une prise de risque commune La concurrence transformée en coopération Une participation à la gestion de l entreprise Un lieu de formation et d évolution personnelle Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 64

65 en Chiffre et Zone Actions Etablissement créé le 10/01/08 Chiffre à 30/11/2008: 19 porteurs de projets accompagnés dont 3 déjà en CDI (4 en décembre) 70 personnes reçus Plus de 39 en 1 er accueil Objectif 2008 : Accompagner entre 20/25 personnes Développer action avec un réseau d acteurs de la création d activité et d entreprise sur le territoire Une capillarité territoriale efficace proximité du soutien et de l accompagnement. Etre un acteur complémentaire du tissu économique territorial Développer des actions communes avec les autres acteurs pour assurer la pérennisation économique Développer la proximité sur les Pays en localisant nos actions et réunion au plus proche des porteurs de projet Pérenniser l emploi d entrepreneur autour de cette coopération Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 65

66 MERCI pour votre Attention Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 66

67 R E S C O L L (Centre Technologique des Matériaux) Société de Recherches sous Contrat R&D Polymères Assemblage par collage Traitement des surfaces Comportement au feu Analyses Tests Caractérisation Fourniture de services technologiques aux entreprises

68 RESCOLL, Centre Technologique Société Coopérative d Intérêt Collectif (SCIC) * Société SARL classique, droit commercial, responsabilité limitée * Coopérative Salariés actionnaires, fonctionnement démocratique, non captable * Intérêt Collectif Agrément Préfectoral * SCIC Multipartenariat : Shareholders / Stakeholders + chez RESCOLL L O I Personnel Clients Bénévoles Institutionnels Chambres Consulaires Scientifiques Environnement scientifique.. Statuts : * Bénéfices 100% en réserve Non lucrativité RESCOLL est une société commerciale à but non lucratif

69 Différences entre RESCOLL et une entreprise classique 1.- RESCOLL n appartient pas à son dirigeant * A son départ, il sera remplacé 2.- Le pouvoir n est pas indexé sur le capital * 1 homme (ou une femme), 1 voix 3.- RESCOLL réalise des actions d intérêt collectif * Appui technologique aux PMI

70 RESCOLL réalise des actions d Intérêt Collectif Les SCIC s adressent à un public de personnes en difficulté physiques morales Problème des entreprises en Europe : Coût de la main d œuvre trop cher Réalisation des fabrications classiques pas rentable Impossible de résister «Si on s assoit derrière les mêmes machines que les chinois, on est foutus» Claude MARQUET, PDG de MARQUET SA à Villars (24) Seule solution pour leur survie : I N N O V E R

71 Seule solution pour leur survie : I N N O V E R Nouveaux produits Nouveaux procédés Les grandes entreprises l ont compris....les PMI n ont pas les moyens en interne.. surtout lorsqu elles sont au fin fond de la Dordogne (par exemple)!!!!! RESCOLL met à la disposition des PMI : les moyens humains les moyens matériels les moyens financiers (en partenariat avec les organismes ad-hoc) une veille permanente son réseau. pour permettre aux PMI Aquitaines d innover

72 Différences entre RESCOLL et une entreprise classique 1.- RESCOLL n appartient pas à son dirigeant * A son départ, il sera remplacé 2.- Le pouvoir n est pas indexé sur le capital * 1 homme (ou une femme), 1 voix 3.- RESCOLL réalise des actions d intérêt collectif * Appui technologique aux PMI 4.- On ne peut pas vendre RESCOLL au plus offrant * Emplois sauvegardés * Technologie sauvegardée 5.- Les bénéfices enrichissent la structure * Pas les dirigeants * Pas des actionnaires

73 Méritons-nous l agrément SCIC? 1.- RESCOLL répond à des besoins insatisfaits, d intérêt collectif et présentant un caractère d utilité sociale important. RESCOLL participe au développement local 2.- RESCOLL a une démarche d entreprise 3.- RESCOLL engage des partenaires multiples 4.- RESCOLL crée des emplois pérennes 5.- RESCOLL a des valeurs coopératives

74 Différences entre RESCOLL et une association classique RESCOLL est une SCIC, * agrée par le Préfet * pour 5 ans Contrairement aux associations 1901, l intérêt pour la collectivité des activités d une SCIC n est ni éternel, ni autoproclammé!! RESCOLL est une société commerciale, à but non lucratif.. dont les activités présentent un intérêt pour la collectivité!!!!

75 Personnel A qui appartient RESCOLL? Scientifiques RESCOLL Centre Technologique Société Coopérative d Intérêt Collectif Institutionnels Institutionnels 9% Personnel 43% Utilisateurs Clients 37% Scientifiques 11%

76 Espoir de l Industrie 2005 Prix Ingénieur de l Année 2006 Prix Potier 2007 : La chimie au service de l environnement

77 10/12/ :25

78 SOCIETE MARQUET création employés 1 Million d articles chaussants/an Elimination de 90% des émissions de solvants Amélioration des conditions de travail des employés Élimination ou Simplification des différentes étapes de fabrication Automatisation des étapes de collage par l acquisition d une ligne robotisée Amélioration de la productivité dans un secteur aux marges déjà très réduites

79 Élaboration de pièges spécifiques pour oxydes de ruthénium lors de la filtration des effluents gazeux de l industrie nucléaire Étude bibliographique Dégagement des voies d étude Synthèse de produits Caractérisation Tests sur site

80 Usure constatée TRAMWAY de Bordeaux A.P.S. Juillet 2005 «Il faut qu ALSTOM fasse appel à des labos bordelais!!!» «Ultimatum d Alain Rousset»

81 Usure constatée TRAMWAY de Bordeaux A.P.S. AVANT APRES Nouvelle ligne Place Paul DOUMER

82 Mai 2006 Alain Rousset (CUB) et Philippe Mellier (Alstom) ont fait ensemble le point sur l évolution du tramway et du système d alimentation par le sol (APS) «L'objectif de 99% de disponibilité est atteint et la fréquentation a été exceptionnellement élevée»

83 Performance globale de RESCOLL Bénéfices sur 5 exercices Réinvestis dans la société Structure consolidée, privée et indépendante Création 30 emplois (effectif x 6 en 5 ans)

84

85 La démarche entrepreneuriale de RESCOLL a été récompensée en 2005 par la Fondation MACIF. Ce prix vient en reconnaissance de l émancipation des porteurs de projets par rapport aux collectivités publiques, lesquelles peuvent être dispensatrices de subventions, mais dans le même temps génératrices de dépendance, fragilisantes pour la pérennité du projet. C'est donc bien pour reconnaître la solvabilisation de l'activité de RESCOLL, dont la consolidation des emplois créés relèvent de l'économie marchande, que la Fondation MACIF entend apporter son soutien par une dotation financière.

86 «L imagination est plus importante que la connaissance»

87 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 ATELIERS Atelier 1 : «Culture» Émilie PEYTAVIN (CRESS) Virginie PELEGRY (RAMAGE) Atelier 2 : «Parcours professionnel, choix de vie et adaptation des entreprises aux aléas économique» Guillaume SCHNAPPER (DDTEFP GIRONDE) Isabelle CARLIER (GARIE) Atelier 3 : «Nouvelles formes d organisation du travail et enjeux territoriaux» Jean Philippe AURIGNAC (SGAR AQUITAINE) Thierry GROLIER (URSCOP)

88 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 L Europe et les nouvelles formes d emploi et d organisations du travail Les Groupements Européen d Intérêt Économique Hans-Juergen ZAHORKA

89 EEIG EWIV GEIE -... Les groupements européens ens d intérêt économique un cadre de nouvelles formes d emploi et d organisations du travail? Hans-Jürgen Zahorka, Rangendingen/Allemagne Centre européen d information de G.e.i.e. (site en 4 langues: INNEF - 8./

90 Pourquoi coopérer parmi les organisations de travail au plan européen? Pour obtenir une vue plus élargie, pour apprendre des collègues européens Pour échanger des expériences; évaluation commune Pour obtenir des fonds européens (Fonds social européen; projets régionaux, Leonardo, environnement, énérgie etc.) Pour mieux préparer les clients aux besoins du Marché unique compétitivité individuelle élargie INNEF - 8./

91 Le Centre européen d information de G.e.i.e.: existe depuis 1991, comme initiative privée auprès LIBERTAS Institut européen GmbH, un think tank (virtuel) sur l économie européenne et internationale comme alliance de travail souple entre des juristes, économistes, experts de fiscalité etc. organise de temps en temps des conférences publie un journal électronique multilingue INNEF - 8./

92 EWIV = EEIG = GEIE... Europäische wirtschaftliche Interessenvereinigung (EWIV) = DE European Economic Interest Grouping (EEIG) = EN Groupement européen d intérêt économique (GEIE) = FR Gruppo europeo di interesse economico (GEIE) = IT INNEF - 8./

93 Europees economisch samenwerkingsverband (EESV) = NE Agrupación Europea de interés económico (AEIE) = ES Ευρωπαϊκού Οµίλου ΟικονοµικούΣκοπού (ΕΟΟΣ) = GR Europejskiego zgrupowania interesów gospodarczych (EZIG) = PL etc. - en 23 langues de l UE! Le nom/l abbréviation n est pas harmonisé, comme pour la S.E., la S.C.E. etc. INNEF - 8./

94 Première forme légale transnationale dans l UE exclusivement pour la coopération entre des organisations / entreprises Origine: le G.i.e. français: Airbus, Carte Bleue, Arianéspace etc.; environ G.i.e. en France Le G.i.e. existe aussi en Afrique: dans le cadre d OHADA Premières considérations dans l UE sur inititiative française - depuis 1970; 1985 Règlement UE (ne peut être changé que sur décision unanime!) entré en vigueur le INNEF - 8./

95 Base légale Règlement UE 2137/85: (à télécharger dans tous les langues de l UE sur le site du Centre européen d information de G.e.i.e., + lois de transformation nationale (sur enregistrement, liquidation etc.) Sur le site il y a aussi une statistique (env G.e.i.e.) et une liste de tous les G.e.i.e. dans toute l UE Les G.e.i.e. sont enregistrés comme chaque autre entreprise et publiés dans le JO-S de l UE INNEF - 8./

96 Faits juridiques: Deux membres de deux états différents de l UE (ou de l EEE), au moins Les membres peuvent avoir une structure totalement différente: par exemple collectivité locale/régionale, profession libérale, société, chambre de commerce, association/1901 etc. Peut être fondé avec ou sans capital (99% sont fondé sans capital) Peut toujours changer son siège dans toute l UE (ou EEE) L objet: une sorte de coopération transfrontalière INNEF - 8./

97 Quelques autres faits juridiques: Responsabilité solidaire et illimitée (mais subsidiaire!) peut être limitée par contrat (p.e. limite pour les dépenses sans vote général) ou vers des tiers particuliers, ou par la forme des membres (s.a.r.l.?) Avantage: réputation de solvabilité,crédit G.e.i.e. ne peut pas être discriminé dans les marchés publics et à des programmes financés par des fonds publics (Communication de la Commission 97/C 285/10) INNEF - 8./

98 Seules instances obligatoires: Assemblé générale, gérant (Managing Director, ou bien Sécretaire général ) Des autres instances sont possibles: Comité de supervision, de gouvernance, comité scientifique etc. INNEF - 8./

99 Taxation / Imposabilité Le G.e.i.e. ne paie pas des taxes sur le profit Le G.e.i.e. finit sa comptabilité annuelle zero/zero, sans profits En effet, le G.e.i.e. paie normalement des profits à ses membres qui paient des taxes dans leur législation (France, Italie, Autriche, etc.) Mais, Le G.e.i.e. peut créér des reserves, sur décision entre les membres (important, si le G.e.i.e. veut devenir pérenne, qu il ait des revenues propres) Sont à payer toutes les autres taxes (TVA, si contribuable; taxes sur les salaires etc) INNEF - 8./

100 Le G.e.i.e. n est pas très réglementé les membres sont libres de décider leur coopération Malgré l enregistrement comme entreprise: moins de publicité qu une s.a.r.l. (ou sans publicité) Dans beaucoup de pays UE: pas de nécéssité de dresser un bilan Comptabilité très simple Attention: à cause du vieux exemple du G.i.e. en France quelques conditions sont plus sévères que dans des autres pays UE! INNEF - 8./

101 Participation des pays tiers est possible: Gérant, Managing Director Comme membre associé le mode habituel - sans droit de vote, mais avec des votes consultatifs - sans responsabilité à l exterieur (mais à l intérieur!) - consensus management Avec bureau de liaison dans l UE Chaque troisième G.e.i.e. a associé un partenaire d un pays tiers! INNEF - 8./

102 Membres des pays AELE (EFTA): Des membres (non seulement des membres associés, mais titulaires) sont possible s ils viennent de l Espace économique européen (EEE) des pays AELE: - Norvège - Islande - Liechtenstein comme membre d un G.e.i.e. avec son siège dans l UE comme siège d un G.e.i.e. La Suisse n étant pas dans l EEE est exclue INNEF - 8./

103 Mega Trends Tendances pour les G.e.i.e. G.e.i.e. entre des PME, des professions libérales, pour marketing/achats communs G.e.i.e. entre des organismes de recherche (6ème/7ème programme cadre de recherche de l UE) G.e.i.e. de coopération transfrontalière (programmes Interreg) G.e.i.e. du secteur informatique (réseaux virtuels, sociétés virtuelies) G.e.i.e. entre des partenaires des projets complexes (ARTE, Alpetunnel Lyon- Torino, tunnel chemin de fer Autriche- Italie/Brenner INNEF - 8./

104 mais aussi: Des G.e.i.e. sur nouvelles formes d emploi CARITAS G.e.i.e. (Luxembourg/Trèves) Y.E.S. (projets de la jeunesse protestante en Europe), Stuttgart Coopération syndicale pour la formation (syndicats italiens en D / I / E / F / CH) Production/vente des pommes de qualité (Luxembourg/Rhénanie-Palatinat Allemagne) Central European Cultural Cooperation coopération culturelle entre des communes tcheques et autrichiennes Musées d écoles (D / A / CH / N etc. ) Le G.e.i.e. est, lui-même, une nouvelle forme d emploi! INNEF - 8./

105 Des autres exemples de G.e.i.e.: ARTE TV (canal télévision franco-allemand), des G.e.i.e. de production des films et des B.D., European Federation of Harley-Davidson Clubs (NL), G. pour l amélioration des standards des chats de race (B) coopération transfrontalière: G.e.i.e. des autobus (F/D aéroport Mulhouse), pour les radio de sécurité des trains/tgv (A), pour l exploitation des satéllites météo - NL dans le tourisme (Allgäu/Tirol Vitales Land EWIV marketing intérrégional), Soft Tourism EWIV Vienne / Autriche, Tourismus-Marketing Belgique - Haute Vagne / Région Eifel en Allemagne G.e.i.e. de recherche: Essays cliniques de vaccins contre des maladies de pauvreté (EDCTP) avec la participation de l Institut Pasteur Paris, Centre de recherche contre la maladie Parkinson etc. G.e.i.e. des aéroports régionaux (dont Nantes, Liège, Salzburg, Palma de Mallorca etc.) G.e.i.e. CIN Cuneo Imperia Nice (chambres de commerce, pour démarrer de nouvelles entreprises) INNEF - 8./

106 Merci de votre attention et si après de longues nuits sans sommeil vous avez encore des questions vous pouvez toujours envoyer un à INNEF - 8./

107 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 L Europe et les nouvelles formes d emploi et d organisations du travail La prise en compte des Groupements d Employeurs avec le Programme PROGRESS Sigrid WÖLFING

108 La prise en compte des GE dans le programme européen PROGRESS Sigrid Wölfing, tamen. GmbH Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

109 Le transfert du modèle GE Projets Regards croisés sur la gestion collective d emploi, Art 6 FSE: transfert d un modèle de flexicurité Financement du Land Brandebourg: structures d appui aux PME 2008 Mise en place d une ligne budgétaire du Land BRB: création des réseaux d entreprises Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

110 Les GE en Allemagne Création de 4 GE depuis 2005 Diverses études de faisabilité Création de la fédération nationale des GE en Allemagne Mise en place du Centre Européen de Ressources des GE avec les partenaires français Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

111 Les GE en Allemagne soumis à la législation de mise à disposition du personnel (intérim) Création en forme de coopérative ou SARL Mise en place d une charte de qualité Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

112 Le programme PROGRESS Soutien de mise en oeuvre des objectifs de l agenda social par les États membres en 5 sections Emploi Protection et inclusion sociale Conditions de travail Antidiscrimination Égalité entre les femmes et les hommes Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

113 Le programme PROGRESS Appel à propositions «Projets contribuant à l application des principes communs de flexisécurité dans le cadre des programmes nationaux de réforme» Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

114 Objectifs Mettre au point et / ou exécuter dans le cadre des PNR des politiques de flexisécurité favoriser le processus d apprentissage mutuel...par l élaboration de parcours vers la fs que d autres états membres peuvent partager émettre des... Méthodes permettant de suivre le processus d élaboration et/ou d exécutions de politiques de fs associer les partenaires sociaux Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

115 Le projet GE-Transfer Porteur de projet: Fédération nationale des PME Allemagne et tamen Partenaires: Conseil Général Gironde Centres de Ressources des GE Poitou-Charentes, Bretagne, Midi-Pyrénées, Confédération Européenne des Associations des PME Fédération nationale des GE allemands Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

116 Objectifs du projet Promouvoir le modèle GE comme modèle de «flexisécurité vécue» au niveau local dans les structures du BVMW au niveau national allemand dans le programme national de réforme au niveau européen Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

117 Activités Capitalisation des modèles de GE existants développement d une méthodologie de transfert et d un guide élaboration de préconisations politiques (PNR) Diffusion au niveau européen Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

118 Modèle de transfert CEA PME Europe EU 27 CERGE Nation Bund BVMW PNR BV AGZ CRGE PC Région Land CRGE BR GEMIP CG 33 Département Kreis 250 agences locales du BVMW Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

119 Merci de votre attention Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

LA MUTUALISATION DES EMPLOIS DANS LE SECTEUR ARTISTIQUE ET CULTUREL

LA MUTUALISATION DES EMPLOIS DANS LE SECTEUR ARTISTIQUE ET CULTUREL LA MUTUALISATION DES EMPLOIS DANS LE SECTEUR ARTISTIQUE ET CULTUREL La mutualisation des emplois dans le secteur artistique et culturel semble avoir acquis une importance certaine depuis quelques années

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Quelques éléments de cadrage

Quelques éléments de cadrage La prise en compte du développement durable passe par la prise en compte de l achat vert qui vise au respect de l environnement mais également de l achat éthique qui veille au respect des droits sociaux

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes?

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Animé par : ADIE Association des CIGALES de Bretagne BCS BGE Ille & Vilaine Bretagne Active Les CAE d Ille & Vilaine PRESOL Huit acteurs de

Plus en détail

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs La mutualisation de l emploi dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs Définitions La mutualisation : néologisme, construit sur le terme de mutualité.

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Étude de préfiguration Restitution aux acteurs 15 octobre 2008 Dossier remis aux participants 1 Version n 3 Sommaire Méthodologie Priorités

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon

Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon Mutualisation, structuration et emploi dans le secteur culturel Rencontre le 15 janvier 2010 à Lyon Modération par Gentiane Guillot (HorsLesMurs) et Christophe Dubois Intervention de Réjane Sourisseau/

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Le portage salarial Isabelle DEJEAN, AGC Groupe PROMAN - Besançon Qui est

Plus en détail

Portage salarial, couveuse, incubateur : entreprendre différemment

Portage salarial, couveuse, incubateur : entreprendre différemment Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre - Rennes - Le Liberté Portage salarial, couveuse, incubateur : entreprendre différemment Animé par : Anne-Marie DURAND Ad missions Laurent

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE Conseil d orientation pour l emploi 2 avril 2013 Michel Senaux, chargé de mission fédéral de la CFDT-F3C Jacques Fauritte, secrétaire

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Règlement du prix OCTOBRE 2014

Règlement du prix OCTOBRE 2014 Règlement du prix OCTOBRE 2014 Avec l'ambition de faire progresser la qualité de l emploi associatif et dans le cadre de la Grande cause nationale 2014, Le Mouvement associatif en partenariat avec l UDES,

Plus en détail

Les solutions pour amorcer et héberger son entreprise

Les solutions pour amorcer et héberger son entreprise Les solutions pour amorcer et héberger son entreprise Animé par: Malo BOUESSEL DU BOURG - PRODUIT EN BRETAGNE Christine LEGAUD - CCI RENNES Annie LAUNAY - AD MISSIONS Différentes solutions pour accueillir

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

Les Champs des Possibles

Les Champs des Possibles Les Champs des Possibles Association Loi 1901 Lancée en 2009 1 salarié Région Île-de-France Activité L association Les Champs des Possibles accompagne des porteurs de projet à l installation en agriculture

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 PROJET SENIOR COMPETENCE Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 3. ACTIONS ET CALENDRIER DU PROJET...5 3.1. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC (1 ER

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

entreprendre pour soi, réussir ensemble

entreprendre pour soi, réussir ensemble entreprendre pour soi, réussir ensemble Une CAE rassemble des professionnels de métiers différents, qui souhaitent développer leur propre activité tout en évoluant dans un cadre collectif et en bénéficiant

Plus en détail

«Coopérer pour entreprendre : de l expérience de Cap Services à la création d un réseau de promotion de l entrepreunariat collectif»

«Coopérer pour entreprendre : de l expérience de Cap Services à la création d un réseau de promotion de l entrepreunariat collectif» Article «Coopérer pour entreprendre : de l expérience de Cap Services à la création d un réseau de promotion de l entrepreunariat collectif» Dominique Giacometti Revue internationale de l'économie sociale

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural C.R.I.T.E.R. Languedoc-Roussillon (Siège social) Parc d Activités Le Millénaire Bruyère 2000 - Bat 1-650, rue Henri Becquerel 34000 MONTPELLIER

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation?

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation? Quel avenir pour l intérim dans un marche du travail en pleine mutation? Les mutations économiques intervenues au cours des 35 dernières années ont fait naitre de nouvelles organisations du travail 1980

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte :

Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte : 1/9 Implantée sur TOULOUGES, dans les Pyrénées Orientales, la société ACTIV PORTAGE vous apporte : - Pour vous tous : Devenez indépendant avec un statut salarié : Saisissez toutes les opportunités de mission

Plus en détail

2 ème COLLOQUE DE LA CARROSSERIE EN AQUITAINE

2 ème COLLOQUE DE LA CARROSSERIE EN AQUITAINE DOSSIER DE PRESSE 2 ème COLLOQUE DE LA LIBRE CHOIX DE SON REPARATEUR, REGROUPEMENT DES COMPAGNIES D ASSURANCES, REGLEMENT DIRECT DES REPARATIONS AUX CARROSSIERS CONSOMMATEURS, CARROSSIERS : LA LIBERTE

Plus en détail

Association pour la Gestion des Emplois Partagés en Loire Atlantique

Association pour la Gestion des Emplois Partagés en Loire Atlantique Association pour la Gestion des Emplois Partagés en Loire Atlantique ASSEMBLEE GENERALE 30 AVRIL 2015 RAPPORT D ACTIVITE - exercice 2014 AGEPLA AG 30 avril 2015 Page 1 I NOS MISSIONS Le Groupement d Employeurs

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL MANIFESTE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000

Plus en détail

Licence Professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat

Licence Professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat Licence Professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat BAC+3 Domaine : Droit, Economie, Gestion Dénomination nationale : Management des organisations Organisation : Ecole

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Février 2010. Un autre regard sur les formes d emploi et d organisations du travail

Février 2010. Un autre regard sur les formes d emploi et d organisations du travail Février 2010 PLUS DE FLEXIBILITÉ POUR LES ENTREPRISES PLUS DE PÉRENNITÉ POUR LES EMPLOIS Un autre regard sur les formes d emploi et d organisations du travail DÉVELOPPER une stratégie partagée ANIMER la

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs, ce n est pas :

Le Groupement d Employeurs, ce n est pas : Le Groupement d Employeurs, ce n est pas : - De l intérim ; - Du consulting ; - Une société de portage-salariale ; - Du multi salariat ; Alors le GE, c est quoi au juste? Alors le GE, c est quoi au juste?

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le numérique transforme en profondeur les modes de vie, bouleverse l organisation et les marchés des entreprises traditionnelles,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

PluS by Delta S.I Société de portage salarial et d accompagnement professionnel de consultants

PluS by Delta S.I Société de portage salarial et d accompagnement professionnel de consultants Dossier de presse PluS by Delta S.I Société de portage salarial et d accompagnement professionnel de consultants 1 Juin 2009, Delta S.I, cabinet conseil national reconnu en stratégie et management des

Plus en détail

AIDES A LA CREATION REPRISE D ENTREPRISE

AIDES A LA CREATION REPRISE D ENTREPRISE AIDES A LA CREATION REPRISE D ENTREPRISE FINANCEMENT SUBVENTIONS COTISATIONS SOCIALES DE L EXPLOITANT AIDES A L EMPLOI EXONERATIONS FISCALES AIDES AU CONSEIL PCE (Prêt à la Création d Entreprise) FINANCEMENT

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013

Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013 Des formes d emploi atypiques, mutualisation et relations sociales Compte-rendu Atelier 4 du 21 mars 2013 Bilan quantitatif 61 participants (dont 15 entreprises 18 institutionnels 21 consultants et universitaires

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Cadre achat de prestation du PLIE année 2015. Cahier des charges

Cadre achat de prestation du PLIE année 2015. Cahier des charges Cadre achat de prestation du PLIE année 2015 Action préparatoire à une entrée en parcours qualifiant Cahier des charges INTRODUCTION... 2 CONTEXTE GENERAL... 2 OBJECTIFS ET RESULTATS ATTENDUS... 2 DEROULEMENT

Plus en détail

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années.

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années. Les franchises solidaires Une nouvelle filière économique innovante, dynamique, éthique et durable vecteur de développement/créatrice d emplois pour tous les territoires 08/02/2010 1 Les franchises solidaires

Plus en détail

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2 1 - Objectifs de la formation La formation MOSSS vise à former les cadres managers, au sein d établissements privés ou publics des secteurs sanitaires, sociaux, médico-sociaux ou d organismes d insertion

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

Plan d action 2013-2015 du Volet Economie Sociale et Solidaire du Plan Local de Développement Economique de la Communauté d Agglomération du Douaisis

Plan d action 2013-2015 du Volet Economie Sociale et Solidaire du Plan Local de Développement Economique de la Communauté d Agglomération du Douaisis Plan d action 2013-2015 du Volet Economie Sociale et Solidaire du Plan Local de Développement Economique de la Communauté d Agglomération du Douaisis Page n 1/56 Politique du Conseil Régional Plan d action

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

www.rh-solutions.com

www.rh-solutions.com www.rh-solutions.com Les Entreprises et Vous Les Entreprises externalisent leurs compétences ; se spécialisent, s adaptent, mutualisent, se transforment, exportent, innovent. Vous souhaitez retrouver une

Plus en détail

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Associations, Syndicats, Ordre Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Trois systèmes complémentaires aux fonctions et missions bien définies : Associatif regroupement de personnes

Plus en détail

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès Nom de l association Sigle Numéro SIRET APE DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2016 Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports Service des Sports Bâtiment Pyrène 1,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

ANNEXE 1 «CONTRAT REGIONAL EMPLOI TREMPLIN» REGLEMENT : BOURSE REGIONALE DESIR D'ENTREPRENDRE (BRDE)

ANNEXE 1 «CONTRAT REGIONAL EMPLOI TREMPLIN» REGLEMENT : BOURSE REGIONALE DESIR D'ENTREPRENDRE (BRDE) «CONTRAT REGIONAL EMPLOI TREMPLIN» REGLEMENT : BOURSE REGIONALE DESIR D'ENTREPRENDRE (BRDE) Objectif Favoriser la création ou la reprise d activité par des porteurs de projet qui souhaitent créer leur

Plus en détail