CONSEIL GÉNÉRAL DE LA GIRONDE Nouvelles Formes d Emploi et d Organisations du Travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL GÉNÉRAL DE LA GIRONDE Nouvelles Formes d Emploi et d Organisations du Travail"

Transcription

1 CONSEIL GÉNÉRAL DE LA GIRONDE Nouvelles Formes d Emploi et d Organisations du Travail Maison de la Promotion Sociale Artigues-près-Bordeaux 9 décembre 2008

2 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Introduction Monsieur Jean-Luc GLEYZE Vice-Président du Conseil Général de la Gironde chargé de l'economie Solidaire

3 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 État des lieux des nouvelles formes d emploi et organisations du travail en Gironde INNEF - INSTITUT NATIONAL DES NOUVELLES FORMES D EMPLOI Jöelle MACCIONI

4 Nouvelles formes d emploi d & nouvelles organisations du travail en Gironde Etat des lieux INNEF 2008

5 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde Comment mutualiser et coopérer? La méthodem Partager des personnels Partager du tutorat Partager des moyens, des lieux Partager des moyens techniques et humains à l échelle europ Partager des objectifs dans le secteur Médico M Social chelle européenne GE GEIQ GIE enne GEIE Partager une entreprise collective et coopérative en portant et en s exers activité personnelle CAE GCSMS exerçant à une Partager une entreprise collective et coopérative à fort ancrage territorial dont l utilité sociale est avérée SCIC

6 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde METHODE DE REPERAGE ET D ANALYSE - FICHES IDENTITAIRES - SOLLICITATION DES PARTENAIRES - CROISEMENT DES INFORMATIONS - SYNTHESES PAR MODELE RESULTATS Quantitatifs Qualitatifs Méthodologiques Prospectifs

7 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde La MUTUALISATION Dispositifs permettant de partager Groupement d employeurs GE Association loi 1901 On partage les personnels qui sont mis à disposition exclusivement des membres Groupement pour l insertion l et la qualification GEIQ Association loi 1901 On y partage l accompagnement de parcours d insertion pour des publics sans formation. Partage de tutorat 137 GE en Gironde dont une majorité agricoles ou viticoles 660 à 680 salariés GE génériques dits à plateforme de gestion mais assez peu de microge Des plans de développement, la Recherche d une meilleure pérennité des Emplois, mais de l inquiétude quant à la stabilité financière et aux sources de financements - 7 GEIQ sur les 13 régionaux 10% du stock national à l origine du mouvement salariés dont 11 permanents - Les GEIQ affichent 75 % de sorties positives - Les GEIQ ont besoin, compte tenu de leur fonctionnement d une lisibilité financière à long terme leur permettant de mieux étoffer leur périmètre d employeurs. 6 7

8 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde La MUTUALISATION Dispositifs permettant de partager Groupement d int intérêt économique - GIE Structure d ordre civil ou commercial On partage des moyens ou/et objectifs économiques. Parmi ceux-ci les moyens humains. Néanmoins, dans un GIE les personnels ne sont pas mis à disposition, ils sont collectivement partagés De nombreux GIE en Gironde dans des secteurs très variés et diffus, dont le recencement précis n a pas été fait. Groupement européen en d int intérêt économique GEIE Groupement défini par un règlement européen On partage des moyens et/ou des objectifs économiques, sociaux, associatifs, humanitaires entre membres d au moins deux pays européens D après les listes de la Chambre européenne d enregistrement des GEIE, 4 seulement en Gironde, à ce jour. Groupement de Coopération Sociale et Médico-sociale GCSMS On partage des personnels, des moyens, des objectifs, des missions entre membres fondateurs relevant des articles L312.1 et L311.1 du Code de l action sociale etdes familles, élargi à l ensemble des partenaires intervenants dans le champ Social et médico social pour les membres associés. - 1er département de France en nombre de GCSMS. - 6 GCSMS à ce jour - Services aux personnes et aux familles

9 Autres modèles Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde Portage salarial Entreprise SA ou SARL Textes de Juin 2008 Transformation de marchés en fonctions salariales Entreprise de travail à temps partagé ETTP Libre choix de la forme Amendement d août 2005 On partage des personnels missionnés auprès de tiers - 8 entreprises de portage salarial - CDI pour un grand nombre d entre elles - Public cadre et d encadrement - Recherche de pratique éthique - En total autofinancement Aucune ETTP en Gironde Multisalariat salarié à employeurs multiples Partage des temps de travail entre plusieurs employeurs, lesquels contractualisent indépendamment les uns des autres Pluriactivité Partage de statuts plusieurs statuts simultanément Repérage impossible mais forte représentation de ces pratiques comme partout Option ou cause d insécurité sociale / Du débat autour de celà

10 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde La COOPERATION Dispositifs permettant d entreprendre autrement Coopérative d activités et d emploi CAE Entreprise SARL ou SA, sous forme de SCOP Accompagnement de porteurs de projets, salariés en CDI, en apprentissage de leur propre entreprise. Mise en commun, synergie et échanges au sein de l entreprise collective, de moyens, de compétences, de savoir faire Société coopérative d intérêt collectif SCIC Entreprise SARL ou SA, sous forme de SCIC Elle réunit autour d un intérêt partagé collectivement, tous ceux qui y participent, dans un outil de structuration coopérative. Structure à fort ancrage territorial 2 CAE en Gironde structures jeunes 25 salariés pour 198 porteurs accueillis Une montée en charge très rapide Des acteurs territoriaux utiles et stratégiques Isolement, manque de rconnaissance par les publics, Besoins de stabilité et de perennité des financement publics 2 SCIC en Gironde RESCOLL structure d excellence Besoin de partenariats financiers plus conscients des spécificités des SCIC

11 Nouvelles formes d emploi & nouvelles organisations du travail en Gironde Plus d infos : INNEF Institut National des Nouvelles Formes d Emploi 1/3 rue d Enghien PARIS

12 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Mutualiser des compétences en Gironde Les Groupements d Employeurs Animation : Claude DEROSIER Intervenants: Vincent LASSALLE SAINT JEAN, Jean de GUERRY, Christophe PAPIN, Elvira SANZ, Virginie PELEGRY, Wolf JL STOLPNER.

13

14 Les groupements d employeurs UNION DES GROUPEMENTS D EMPLOYEURS DE FRANCE 9 décembre 2008 UGEF 14

15 LE GE : la réponse à 2 besoins Besoin permanent à temps plein : CDI Besoin permanent à temps partiel : CDI temps partiel ou GE Besoin saisonnier récurrent : CDD, intérim ou GE Besoin occasionnel : CDD ou Intérim UGEF 15

16 2 conditions des besoins proches et maillables des compétences analogues des temps complémentaires des employeurs d accord pour partager Le GE, une formule qui bâtit des emplois à temps plein à partir de morceaux d emplois UGEF 16

17 le schéma du GE entreprise création adhésion entreprise mise à disposition GE contrat de travail contrat de mise à disposition salarié du GE UGEF 17

18 Quelques rappels association Loi 1901 avec une Convention Collective des adhérents solidairement responsables UGEF 18

19 Quatre lois 1985 : création du GE 1993 : GE 2000 : Loi Aubry : Loi sur les Territoires Ruraux développement des GE dans l agriculture développement dans tous les secteurs d activité modification du seuil d effectif provision défiscalisée adhésion des collectivités territoriales à travers les EPIC délégations de pouvoirs UGEF 19

20 Quelques chiffres 4000 GE agricoles environ 300 GE hors agriculture dont 100 GE IQ Entre et personnes salariées de GE ce sont des ordres de grandeur approximatifs! UGEF 20

21 une grande diversité de GE la taille de 1 à plus de 250 salariés les secteurs agriculture industrie, services commerce, artisanat, santé, professions libérales associations les emplois de peu qualifiés à très qualifiés UGEF 21

22 GE et GE IQ : la même formule juridique Le GE : Le GE IQ : partage durable de compétences CDI multi sectoriel insertion par la qualification CDD mono sectoriel deux finalités différentes UGEF 22

23 GE et travail temporaire : des concurrents? Le GE une Association d entreprises une réponse à des besoins récurrents à temps partiel ou saisonniers Le T.T. une Société de service une réponse à des besoins occasionnels deux formules complémentaires, et de nature différente UGEF 23

24 la valeur ajoutée du GE pour les employeurs Du personnel compétent et fidélisé Des compétences «pointues» à temps partiel une gestion administrative du personnel assumée par le GE une prestation de services ne rentrant pas dans la masse salariale UGEF 24

25 la valeur ajoutée du GE pour les salariés Les salariés d un GE bénéficient : d un contrat de travail unique d un emploi stable et durable d une diversité d activités qui évite la monotonie et permet de développer leurs compétences professionnelles UGEF 25

26 L Union des Groupements d Employeurs de France le champ : les GE, hors agriculture une tête de réseau, avec 3 missions promouvoir représenter professionnaliser, avec éthique UGEF 26

27 10/12/

28 Qu est-ce qu un Groupement d Employeurs? C est une association qui regroupe des entreprises qui mutualisent leur personnel Association loi 1901 (loi de 1985) 10/12/

29 Quel est le fonctionnement d un Groupement d Employeurs? Le salarié est embauché sous contrat par le Groupement d Employeurs Puis il est «mis à disposition» dans une entreprise où il travaille à temps partiel, pour une durée déterminée ou indéterminée Une autre entreprise est intéressée par les compétences du salarié: son travail peut passer à temps complet 10/12/

30 Les avantages d un Groupement d Employeurs? Pour le salarié: La possibilité d un CDI, à temps partiel ou à temps plein Arrêter de cumuler CDD et missions intérim: sécurisation du parcours professionnel Un salaire fixe tous les mois 10/12/

31 Les avantages d un Groupement d Employeurs? Les avantages d une vraie entreprise: Comité d Entreprise, suivi personnalisé des salariés Une activité professionnelle plus riche Les mêmes avantages qu un salarié permanent de la société où l on travaille 10/12/

32 Les avantages d un Groupement d Employeurs? Pour les entreprises: Bénéficier de compétences spécifiques «à la juste mesure» Fidélisation du personnel à temps partiel ou saisonnier Gestion du personnel par le Groupement Esprit associatif 10/12/

33 Le Groupement d Employeurs Aquitain Sigle utilisé: GEA Implanté depuis 1996 à Léognan Groupement multisectoriel: industrie, services, professions libérales 30 adhérents répartis sur la Gironde 10/12/

34 Le Groupement d Employeurs Aquitain 64 salariés ETP en % des salariés sont en CDI Président du Conseil d Administration: M. Vincent LASSALLE SAINT JEAN (PDG de la Maison MENEAU à Saint Loubès) 10/12/

35 Le Groupement d Employeurs Aquitain Une équipe administrative de 4 personnes: Direction: Mathilde POITEVINEAU Relations RH / Entreprises: Florence BENARD Paie/Comptabilité: Danièle JOLY Paie/Comptabilité (Gironde Emploi Agricole): Carine IBARGUCHI 10/12/

36 Le Groupement d Employeurs Aquitain Pour plus de renseignements, notre site internet: 10/12/

37 Nouvelles formes d emploi et d'organisations du travail Mardi 9 décembre 2008 Pierre Dazens Président du CRCE GEIQ AQUITAINE

38 Qu est ce qu un GEIQ? Un GEIQ est un dispositif de ressources humaines à la croisée de plusieurs dispositifs de droit commun 1 / Une organisation support : le Groupement d Employeurs 2 / Une mission unique : l organisation de parcours d insertion et de qualification, 3 / Un label annuel attribué par une commission paritaire et basé sur un cahier des charges en cours de validation par l Etat

39 Les GEIQ en Gironde : Etat des Lieux 6 secteurs professionnels / 7 GEIQ (Agriculture/ Bâtiment / Hôtellerie de Plein-Air, Propreté / Spectacle Vivant et Travaux Publics) 260 entreprises adhérentes 160 salariés en insertion 75% de sortie positive en emploi à la sortie du GEIQ dont +50% chez les adhérents

40 7 GEIQ ❸ ❶ GEIQ Bâtiment du Libournais ❸ ❸ ❷ ❷❹❺ ❷ 1 1 ❶ ❶ ❻ ❻ ❶ ❼ ❷ GEIQ Filières Pro ❸ GEIQ HPAA ❹ GEIQ Propreté Bordeaux ❺ GEIQ Spectacle Vivant ❻ GEIQ Val de Garonne ❼ GEIQ Viticole du Libournais

41 Typologie des entreprises adhérentes des GEIQ Taille des entreprises adhérentes des GEIQ d'aquitaine (en nbre salariés) > <10 0.0% 10.0% 20.0% 30.0% 40.0% 50.0% 60.0% 70.0% 80.0%

42 Les financements des GEIQ en 2007 Financement de l'activité des GEIQ d'aquitaine en 2007 (7,58 M ) Ressources marchandes (entreprises + OPCA) 93% - 7,5 millions Etat (aides aux postes) 4% - 0,25 M Conseils Généraux (aides aux postes) 2% Autres aides aux postes (Agefiph, Assedic) <1.5%

43 Les financements d actions spécifiques en 2007 Financements des Projets (création, développements, actions spécifiques) Etat - 46% euros 19% Région - 26% % 26% 45% Autres collectivités (CG, communes, Agglo, PLIE) - 10 % FARE et Fondations - 19%

44 Les sorties en emploi 2007 Près de 8 personnes sur 10 soit 228 personnes étaient en emploi à la sortie du GEIQ (CDI, CDD, Formation, Intérim choisi) dont 79,5% avec un contrat de travail supérieur à 6 mois (CDD+6mois ou CDI) 9/10 ont obtenu la qualification visée en entrée de GEIQ

45 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 De nouveaux modèles pour mutualiser L exemple du Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale André BONNEILH ACCUEIL FAMILIAL DU SUD OUEST

46 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Mutualiser des compétences Échanges

47 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 Coopérer en Gironde Coopérative d Activités et d Emploi Société Coopérative d Intérêt Collectif Animation : Philippe LE BRETON Intervenants: Marie-Josée DAUBIGEON, David LE NORCY, José ALCORTA

48 1, avenue de la libération Lormont T / F/ Nouvelles formes d'emploi et d'organisations du travail 9 Décembre 2008 Scop ARL à capital variable - RCS Bordeaux Siret APE 741G - N TVA FR OF N

49 COOP'ALPHA intervient en amont de la création d'entreprise cf. Paysage de la création d'entreprise en Gironde COOP'ALPHA outil de développement d'un territoire Maillage territorial

50 Organisme de formation ADIE Élaboration du CCI PLIE projet Chambre de Métiers CIBC Espace gestion Service Emploi des communes Assistante sociale Chargé d insertion Creder CREDE R ANPE Phase test COOP'ALPHA Pépinières d entreprise Coopérative Création Gironde Initiative Chambre de Métiers Espace gestion CCI d Emplois ADIE

51 La Coopérative d'activités 33 POUR TESTER la viabilité économique du projet avant installation SE FORMER aux compétences entrepreneuriales CRÉER son propre emploi

52 Pour qui? Ceux et celles qui hésitent à se lancer qui n'ont pas de culture entrepreneuriale qui font le choix d'entreprendre autrement

53 Comment? Un parcours de professionnalisation Un appui dans le pilotage de l'activité Une gestion comptable de l'activité Un statut social Une dynamique collective

54 En coopérative d'activités le P.P. : Confronte son projet au marché Crée sa clientèle et développe son portefeuille client Se forme S'autonomise

55 Un cadre légal et sécurisé Hébergement juridique de l'activité Statut d'entrepreneur-salarié

56 SORTIES Création d'entreprise Retour à l'emploi salarié Entrepreneur/Associé (C.E.) Réorientation

57 Les Chiffres 600 Accueils 120 entrepreneurs accompagnés Actuellement : 60 entrepreneurs accompagnés dont 38 entrepreneurs salariés (13 ETP)

58 Une coopérative d Activité d entrepreneurs salariés Du Sud Gironde et du Pays des Landes de Gascogne 3 pl 8 Mai CAPTIEUX Tél.: Courriel: Avec le soutien du Réf. : Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble

59 Un Objet Simple Aujourd'hui, les techniques, les marchés et les Hommes sont les facteurs incontournables du succès d'un projet qu il faut faire constamment cohabiter! Aussi redonner toute sa dimension à l Humain dans un entrepreneuriat choisi et solidaire est l objet de CO-ACTIONS OXALIS! Une action d Economie Sociale et Solidaire qui permet de stabiliser les TTPA et TPE dans un territoire rurale et vaste. Sécuriser son entrepreneuriat en se regroupant Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 59

60 Accompagnement de Créateurs La création d entreprise oblige aujourd hui les créateurs à passer directement d une «situation de préparation» à une «situation d activité normale», et ce sans aucune transition d apprentissage. Permettre à chacun de réaliser son projet personnel professionnel par la coopération Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 60

61 Entrepreneur Autonome Responsable de son activité Démarches commerciales Clientèle Nom commercial Chiffre d affaires Salarié Protection sociale Protection juridique Progressivité installation Impôt sur le revenu Salaire + cotis salariales et patronales Une posture Un statut social Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 61

62 Coopératives Activités et Entrepreneur-Salariés Tester et Valider son projet, Etre accompagner, Pérenniser son activité dans le temps pour sécuriser son emploi, Partager et s impliquer dans la vie démocratique de la coopérative pour lui permettre de répondre aux attentes des entrepreneurs Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 62

63 Une entreprise coopérative Coûts mutualisés Moyens humains Compta Gestion Accompagnement Formations Moyens juridiques responsabilités Moyens économiques Coûts de structure Une vie coopérative Relations de confiance Synergies entre les personnes et activités Groupes porteurs (territoire, métiers ) Communication (site) Réseau Participation à la gestion de l entreprise (formation, comm, gestion ) Sociétariat Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 63

64 Une solidarité économique Chacun contribue financièrement à la vie coopérative Une répartition des bénéfices individuelle et collective Une mutualisation de moyens économiques intérêt individuel intérêt collectif Une solidarité humaine La vie coopérative Des compétences échangées et partagées Une prise de risque commune La concurrence transformée en coopération Une participation à la gestion de l entreprise Un lieu de formation et d évolution personnelle Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 64

65 en Chiffre et Zone Actions Etablissement créé le 10/01/08 Chiffre à 30/11/2008: 19 porteurs de projets accompagnés dont 3 déjà en CDI (4 en décembre) 70 personnes reçus Plus de 39 en 1 er accueil Objectif 2008 : Accompagner entre 20/25 personnes Développer action avec un réseau d acteurs de la création d activité et d entreprise sur le territoire Une capillarité territoriale efficace proximité du soutien et de l accompagnement. Etre un acteur complémentaire du tissu économique territorial Développer des actions communes avec les autres acteurs pour assurer la pérennisation économique Développer la proximité sur les Pays en localisant nos actions et réunion au plus proche des porteurs de projet Pérenniser l emploi d entrepreneur autour de cette coopération Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 65

66 MERCI pour votre Attention Le Désir de Créer et de Coopérer Ensemble 66

67 R E S C O L L (Centre Technologique des Matériaux) Société de Recherches sous Contrat R&D Polymères Assemblage par collage Traitement des surfaces Comportement au feu Analyses Tests Caractérisation Fourniture de services technologiques aux entreprises

68 RESCOLL, Centre Technologique Société Coopérative d Intérêt Collectif (SCIC) * Société SARL classique, droit commercial, responsabilité limitée * Coopérative Salariés actionnaires, fonctionnement démocratique, non captable * Intérêt Collectif Agrément Préfectoral * SCIC Multipartenariat : Shareholders / Stakeholders + chez RESCOLL L O I Personnel Clients Bénévoles Institutionnels Chambres Consulaires Scientifiques Environnement scientifique.. Statuts : * Bénéfices 100% en réserve Non lucrativité RESCOLL est une société commerciale à but non lucratif

69 Différences entre RESCOLL et une entreprise classique 1.- RESCOLL n appartient pas à son dirigeant * A son départ, il sera remplacé 2.- Le pouvoir n est pas indexé sur le capital * 1 homme (ou une femme), 1 voix 3.- RESCOLL réalise des actions d intérêt collectif * Appui technologique aux PMI

70 RESCOLL réalise des actions d Intérêt Collectif Les SCIC s adressent à un public de personnes en difficulté physiques morales Problème des entreprises en Europe : Coût de la main d œuvre trop cher Réalisation des fabrications classiques pas rentable Impossible de résister «Si on s assoit derrière les mêmes machines que les chinois, on est foutus» Claude MARQUET, PDG de MARQUET SA à Villars (24) Seule solution pour leur survie : I N N O V E R

71 Seule solution pour leur survie : I N N O V E R Nouveaux produits Nouveaux procédés Les grandes entreprises l ont compris....les PMI n ont pas les moyens en interne.. surtout lorsqu elles sont au fin fond de la Dordogne (par exemple)!!!!! RESCOLL met à la disposition des PMI : les moyens humains les moyens matériels les moyens financiers (en partenariat avec les organismes ad-hoc) une veille permanente son réseau. pour permettre aux PMI Aquitaines d innover

72 Différences entre RESCOLL et une entreprise classique 1.- RESCOLL n appartient pas à son dirigeant * A son départ, il sera remplacé 2.- Le pouvoir n est pas indexé sur le capital * 1 homme (ou une femme), 1 voix 3.- RESCOLL réalise des actions d intérêt collectif * Appui technologique aux PMI 4.- On ne peut pas vendre RESCOLL au plus offrant * Emplois sauvegardés * Technologie sauvegardée 5.- Les bénéfices enrichissent la structure * Pas les dirigeants * Pas des actionnaires

73 Méritons-nous l agrément SCIC? 1.- RESCOLL répond à des besoins insatisfaits, d intérêt collectif et présentant un caractère d utilité sociale important. RESCOLL participe au développement local 2.- RESCOLL a une démarche d entreprise 3.- RESCOLL engage des partenaires multiples 4.- RESCOLL crée des emplois pérennes 5.- RESCOLL a des valeurs coopératives

74 Différences entre RESCOLL et une association classique RESCOLL est une SCIC, * agrée par le Préfet * pour 5 ans Contrairement aux associations 1901, l intérêt pour la collectivité des activités d une SCIC n est ni éternel, ni autoproclammé!! RESCOLL est une société commerciale, à but non lucratif.. dont les activités présentent un intérêt pour la collectivité!!!!

75 Personnel A qui appartient RESCOLL? Scientifiques RESCOLL Centre Technologique Société Coopérative d Intérêt Collectif Institutionnels Institutionnels 9% Personnel 43% Utilisateurs Clients 37% Scientifiques 11%

76 Espoir de l Industrie 2005 Prix Ingénieur de l Année 2006 Prix Potier 2007 : La chimie au service de l environnement

77 10/12/ :25

78 SOCIETE MARQUET création employés 1 Million d articles chaussants/an Elimination de 90% des émissions de solvants Amélioration des conditions de travail des employés Élimination ou Simplification des différentes étapes de fabrication Automatisation des étapes de collage par l acquisition d une ligne robotisée Amélioration de la productivité dans un secteur aux marges déjà très réduites

79 Élaboration de pièges spécifiques pour oxydes de ruthénium lors de la filtration des effluents gazeux de l industrie nucléaire Étude bibliographique Dégagement des voies d étude Synthèse de produits Caractérisation Tests sur site

80 Usure constatée TRAMWAY de Bordeaux A.P.S. Juillet 2005 «Il faut qu ALSTOM fasse appel à des labos bordelais!!!» «Ultimatum d Alain Rousset»

81 Usure constatée TRAMWAY de Bordeaux A.P.S. AVANT APRES Nouvelle ligne Place Paul DOUMER

82 Mai 2006 Alain Rousset (CUB) et Philippe Mellier (Alstom) ont fait ensemble le point sur l évolution du tramway et du système d alimentation par le sol (APS) «L'objectif de 99% de disponibilité est atteint et la fréquentation a été exceptionnellement élevée»

83 Performance globale de RESCOLL Bénéfices sur 5 exercices Réinvestis dans la société Structure consolidée, privée et indépendante Création 30 emplois (effectif x 6 en 5 ans)

84

85 La démarche entrepreneuriale de RESCOLL a été récompensée en 2005 par la Fondation MACIF. Ce prix vient en reconnaissance de l émancipation des porteurs de projets par rapport aux collectivités publiques, lesquelles peuvent être dispensatrices de subventions, mais dans le même temps génératrices de dépendance, fragilisantes pour la pérennité du projet. C'est donc bien pour reconnaître la solvabilisation de l'activité de RESCOLL, dont la consolidation des emplois créés relèvent de l'économie marchande, que la Fondation MACIF entend apporter son soutien par une dotation financière.

86 «L imagination est plus importante que la connaissance»

87 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 ATELIERS Atelier 1 : «Culture» Émilie PEYTAVIN (CRESS) Virginie PELEGRY (RAMAGE) Atelier 2 : «Parcours professionnel, choix de vie et adaptation des entreprises aux aléas économique» Guillaume SCHNAPPER (DDTEFP GIRONDE) Isabelle CARLIER (GARIE) Atelier 3 : «Nouvelles formes d organisation du travail et enjeux territoriaux» Jean Philippe AURIGNAC (SGAR AQUITAINE) Thierry GROLIER (URSCOP)

88 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 L Europe et les nouvelles formes d emploi et d organisations du travail Les Groupements Européen d Intérêt Économique Hans-Juergen ZAHORKA

89 EEIG EWIV GEIE -... Les groupements européens ens d intérêt économique un cadre de nouvelles formes d emploi et d organisations du travail? Hans-Jürgen Zahorka, Rangendingen/Allemagne Centre européen d information de G.e.i.e. (site en 4 langues: INNEF - 8./

90 Pourquoi coopérer parmi les organisations de travail au plan européen? Pour obtenir une vue plus élargie, pour apprendre des collègues européens Pour échanger des expériences; évaluation commune Pour obtenir des fonds européens (Fonds social européen; projets régionaux, Leonardo, environnement, énérgie etc.) Pour mieux préparer les clients aux besoins du Marché unique compétitivité individuelle élargie INNEF - 8./

91 Le Centre européen d information de G.e.i.e.: existe depuis 1991, comme initiative privée auprès LIBERTAS Institut européen GmbH, un think tank (virtuel) sur l économie européenne et internationale comme alliance de travail souple entre des juristes, économistes, experts de fiscalité etc. organise de temps en temps des conférences publie un journal électronique multilingue INNEF - 8./

92 EWIV = EEIG = GEIE... Europäische wirtschaftliche Interessenvereinigung (EWIV) = DE European Economic Interest Grouping (EEIG) = EN Groupement européen d intérêt économique (GEIE) = FR Gruppo europeo di interesse economico (GEIE) = IT INNEF - 8./

93 Europees economisch samenwerkingsverband (EESV) = NE Agrupación Europea de interés económico (AEIE) = ES Ευρωπαϊκού Οµίλου ΟικονοµικούΣκοπού (ΕΟΟΣ) = GR Europejskiego zgrupowania interesów gospodarczych (EZIG) = PL etc. - en 23 langues de l UE! Le nom/l abbréviation n est pas harmonisé, comme pour la S.E., la S.C.E. etc. INNEF - 8./

94 Première forme légale transnationale dans l UE exclusivement pour la coopération entre des organisations / entreprises Origine: le G.i.e. français: Airbus, Carte Bleue, Arianéspace etc.; environ G.i.e. en France Le G.i.e. existe aussi en Afrique: dans le cadre d OHADA Premières considérations dans l UE sur inititiative française - depuis 1970; 1985 Règlement UE (ne peut être changé que sur décision unanime!) entré en vigueur le INNEF - 8./

95 Base légale Règlement UE 2137/85: (à télécharger dans tous les langues de l UE sur le site du Centre européen d information de G.e.i.e., + lois de transformation nationale (sur enregistrement, liquidation etc.) Sur le site il y a aussi une statistique (env G.e.i.e.) et une liste de tous les G.e.i.e. dans toute l UE Les G.e.i.e. sont enregistrés comme chaque autre entreprise et publiés dans le JO-S de l UE INNEF - 8./

96 Faits juridiques: Deux membres de deux états différents de l UE (ou de l EEE), au moins Les membres peuvent avoir une structure totalement différente: par exemple collectivité locale/régionale, profession libérale, société, chambre de commerce, association/1901 etc. Peut être fondé avec ou sans capital (99% sont fondé sans capital) Peut toujours changer son siège dans toute l UE (ou EEE) L objet: une sorte de coopération transfrontalière INNEF - 8./

97 Quelques autres faits juridiques: Responsabilité solidaire et illimitée (mais subsidiaire!) peut être limitée par contrat (p.e. limite pour les dépenses sans vote général) ou vers des tiers particuliers, ou par la forme des membres (s.a.r.l.?) Avantage: réputation de solvabilité,crédit G.e.i.e. ne peut pas être discriminé dans les marchés publics et à des programmes financés par des fonds publics (Communication de la Commission 97/C 285/10) INNEF - 8./

98 Seules instances obligatoires: Assemblé générale, gérant (Managing Director, ou bien Sécretaire général ) Des autres instances sont possibles: Comité de supervision, de gouvernance, comité scientifique etc. INNEF - 8./

99 Taxation / Imposabilité Le G.e.i.e. ne paie pas des taxes sur le profit Le G.e.i.e. finit sa comptabilité annuelle zero/zero, sans profits En effet, le G.e.i.e. paie normalement des profits à ses membres qui paient des taxes dans leur législation (France, Italie, Autriche, etc.) Mais, Le G.e.i.e. peut créér des reserves, sur décision entre les membres (important, si le G.e.i.e. veut devenir pérenne, qu il ait des revenues propres) Sont à payer toutes les autres taxes (TVA, si contribuable; taxes sur les salaires etc) INNEF - 8./

100 Le G.e.i.e. n est pas très réglementé les membres sont libres de décider leur coopération Malgré l enregistrement comme entreprise: moins de publicité qu une s.a.r.l. (ou sans publicité) Dans beaucoup de pays UE: pas de nécéssité de dresser un bilan Comptabilité très simple Attention: à cause du vieux exemple du G.i.e. en France quelques conditions sont plus sévères que dans des autres pays UE! INNEF - 8./

101 Participation des pays tiers est possible: Gérant, Managing Director Comme membre associé le mode habituel - sans droit de vote, mais avec des votes consultatifs - sans responsabilité à l exterieur (mais à l intérieur!) - consensus management Avec bureau de liaison dans l UE Chaque troisième G.e.i.e. a associé un partenaire d un pays tiers! INNEF - 8./

102 Membres des pays AELE (EFTA): Des membres (non seulement des membres associés, mais titulaires) sont possible s ils viennent de l Espace économique européen (EEE) des pays AELE: - Norvège - Islande - Liechtenstein comme membre d un G.e.i.e. avec son siège dans l UE comme siège d un G.e.i.e. La Suisse n étant pas dans l EEE est exclue INNEF - 8./

103 Mega Trends Tendances pour les G.e.i.e. G.e.i.e. entre des PME, des professions libérales, pour marketing/achats communs G.e.i.e. entre des organismes de recherche (6ème/7ème programme cadre de recherche de l UE) G.e.i.e. de coopération transfrontalière (programmes Interreg) G.e.i.e. du secteur informatique (réseaux virtuels, sociétés virtuelies) G.e.i.e. entre des partenaires des projets complexes (ARTE, Alpetunnel Lyon- Torino, tunnel chemin de fer Autriche- Italie/Brenner INNEF - 8./

104 mais aussi: Des G.e.i.e. sur nouvelles formes d emploi CARITAS G.e.i.e. (Luxembourg/Trèves) Y.E.S. (projets de la jeunesse protestante en Europe), Stuttgart Coopération syndicale pour la formation (syndicats italiens en D / I / E / F / CH) Production/vente des pommes de qualité (Luxembourg/Rhénanie-Palatinat Allemagne) Central European Cultural Cooperation coopération culturelle entre des communes tcheques et autrichiennes Musées d écoles (D / A / CH / N etc. ) Le G.e.i.e. est, lui-même, une nouvelle forme d emploi! INNEF - 8./

105 Des autres exemples de G.e.i.e.: ARTE TV (canal télévision franco-allemand), des G.e.i.e. de production des films et des B.D., European Federation of Harley-Davidson Clubs (NL), G. pour l amélioration des standards des chats de race (B) coopération transfrontalière: G.e.i.e. des autobus (F/D aéroport Mulhouse), pour les radio de sécurité des trains/tgv (A), pour l exploitation des satéllites météo - NL dans le tourisme (Allgäu/Tirol Vitales Land EWIV marketing intérrégional), Soft Tourism EWIV Vienne / Autriche, Tourismus-Marketing Belgique - Haute Vagne / Région Eifel en Allemagne G.e.i.e. de recherche: Essays cliniques de vaccins contre des maladies de pauvreté (EDCTP) avec la participation de l Institut Pasteur Paris, Centre de recherche contre la maladie Parkinson etc. G.e.i.e. des aéroports régionaux (dont Nantes, Liège, Salzburg, Palma de Mallorca etc.) G.e.i.e. CIN Cuneo Imperia Nice (chambres de commerce, pour démarrer de nouvelles entreprises) INNEF - 8./

106 Merci de votre attention et si après de longues nuits sans sommeil vous avez encore des questions vous pouvez toujours envoyer un à INNEF - 8./

107 Nouvelles formes d emploi et d organisations du travail en Gironde 9 décembre 2008 L Europe et les nouvelles formes d emploi et d organisations du travail La prise en compte des Groupements d Employeurs avec le Programme PROGRESS Sigrid WÖLFING

108 La prise en compte des GE dans le programme européen PROGRESS Sigrid Wölfing, tamen. GmbH Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

109 Le transfert du modèle GE Projets Regards croisés sur la gestion collective d emploi, Art 6 FSE: transfert d un modèle de flexicurité Financement du Land Brandebourg: structures d appui aux PME 2008 Mise en place d une ligne budgétaire du Land BRB: création des réseaux d entreprises Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

110 Les GE en Allemagne Création de 4 GE depuis 2005 Diverses études de faisabilité Création de la fédération nationale des GE en Allemagne Mise en place du Centre Européen de Ressources des GE avec les partenaires français Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

111 Les GE en Allemagne soumis à la législation de mise à disposition du personnel (intérim) Création en forme de coopérative ou SARL Mise en place d une charte de qualité Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

112 Le programme PROGRESS Soutien de mise en oeuvre des objectifs de l agenda social par les États membres en 5 sections Emploi Protection et inclusion sociale Conditions de travail Antidiscrimination Égalité entre les femmes et les hommes Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

113 Le programme PROGRESS Appel à propositions «Projets contribuant à l application des principes communs de flexisécurité dans le cadre des programmes nationaux de réforme» Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

114 Objectifs Mettre au point et / ou exécuter dans le cadre des PNR des politiques de flexisécurité favoriser le processus d apprentissage mutuel...par l élaboration de parcours vers la fs que d autres états membres peuvent partager émettre des... Méthodes permettant de suivre le processus d élaboration et/ou d exécutions de politiques de fs associer les partenaires sociaux Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

115 Le projet GE-Transfer Porteur de projet: Fédération nationale des PME Allemagne et tamen Partenaires: Conseil Général Gironde Centres de Ressources des GE Poitou-Charentes, Bretagne, Midi-Pyrénées, Confédération Européenne des Associations des PME Fédération nationale des GE allemands Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

116 Objectifs du projet Promouvoir le modèle GE comme modèle de «flexisécurité vécue» au niveau local dans les structures du BVMW au niveau national allemand dans le programme national de réforme au niveau européen Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

117 Activités Capitalisation des modèles de GE existants développement d une méthodologie de transfert et d un guide élaboration de préconisations politiques (PNR) Diffusion au niveau européen Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

118 Modèle de transfert CEA PME Europe EU 27 CERGE Nation Bund BVMW PNR BV AGZ CRGE PC Région Land CRGE BR GEMIP CG 33 Département Kreis 250 agences locales du BVMW Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

119 Merci de votre attention Rencontre à Bordeaux, 9 Décembre 2008

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs

La mutualisation de l emploi. dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs La mutualisation de l emploi dans les champs du sport, de l animation socio-éducative et culturelle, du tourisme et des loisirs Définitions La mutualisation : néologisme, construit sur le terme de mutualité.

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012

Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012 Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012 Introduction : Eléments de définition de l ESS Des statuts : associations, coopératives, mutuelles et fondations Des pratiques et valeurs communes

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs (GE),

Le Groupement d Employeurs (GE), Le Groupement d Employeurs (GE), une solution de recrutement et d emploi adaptée à des besoins spécifiques Intervenants Nadine PRADIER Responsable RESO 13 83 Pierre SANCHO Directeur Général Hôtel Dolce

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes»

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» FORMA-CLLAJ formation 2012 / /Directeurs // Responsables // Élus // Cadres administratifs // Agents de collectivités territoriales

Plus en détail

GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE

GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DOSSIER D INFORMATION Session du 23 janvier au 22 juin 2015 Date limite des candidatures : Mardi 13 janvier 2015 Unité culture de Cépière

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs Couveuse d Activités et d Entreprises Sécuriser le parcours des créateurs Besoin d un appui au démarrage? Un créateur d entreprise, même s il a très bien préparé son projet, a en tête beaucoup de questions

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Devenir chef d entreprise

Devenir chef d entreprise Devenir chef d entreprise CATALOGUE DE FORMATION pour les créateurs et repreneurs d entreprise Édito Opérateur Nacre 1 2 3 Prêter une oreille attentive à chaque idée, développer l esprit créatif, encourager

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Demain s écrit aujourd hui

Demain s écrit aujourd hui exigence INSTITUT RÉGIONAL D ÉTUDES DE TECHNIQUES APPLIQUÉES implication résultats Demain s écrit aujourd hui www.irta.fr Pour un jeune, choisir IRTA c est adopter un état d esprit responsable et s impliquer

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations MIFE LOIRE SUD Dans le parcours de la création d entreprise, la MIFE Loire Sud se positionne

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

LE L E CH C E H Q E U Q E U E EM E PL P O L I O SE S R E V R I V CE C E UN U I N VE V R E S R E S L E Logo financeur

LE L E CH C E H Q E U Q E U E EM E PL P O L I O SE S R E V R I V CE C E UN U I N VE V R E S R E S L E Logo financeur LE CHEQUE EMPLOI SERVICE UNIVERSEL Le CESU pour quoi? Aider les familles, les salariés dans leur quotidien avec des solutions pratiques et concrètes. Maintenir les personnes âgées à leur domicile et respecter

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR EN ALTERNANCE

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR EN ALTERNANCE INTRODUCTION LES h LIEUX D EXERCICES DU METIER a Les entreprises connaissent actuellement de profonds changements organisationnels notamment le recentrage sur les métiers et les missions de l entreprise.

Plus en détail

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013 Charte Automobile 2012-2015 CPREFP 7 mai 2013 1 Bilan de la Charte Automobile 2008 2011 2 L UIMM est engagée depuis 2008 dans le pilotage de la charte automobile avec les branches qui constituent cette

Plus en détail

Pépinière d entreprise Cap Nord

Pépinière d entreprise Cap Nord Pépinière d entreprise Cap Nord Nouvel outil d aide à la création d entreprises sur le nord de l agglomération UDossier de Presse 12 décembre 2007 Projet développé dans le cadre de : Mobilisant : EGEE

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Quelques constats pour commencer! Les associations, un acteur majeur de la vie sociétale Près de 1,1 million d associations en France 20

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services Cette fiche a été réalisée dans le cadre du groupe de collectivités franciliennes pour une commande publique

Plus en détail

Quelques éléments de cadrage

Quelques éléments de cadrage La prise en compte du développement durable passe par la prise en compte de l achat vert qui vise au respect de l environnement mais également de l achat éthique qui veille au respect des droits sociaux

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

ID CUBE. Incubateur d innovation sociale et économique

ID CUBE. Incubateur d innovation sociale et économique ID CUBE Incubateur d innovation sociale et économique InnoVales - 1011 rue des Glières 74800 Saint-Pierre-en-Faucigny Tél. 04 50 03 25 62 Email : entrepreneuriat@innovales.fr SOMMAIRE 1. QU EST-CE-QUE

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT :

Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : U N I V E R S I T É P A R I S 1 P A N T H É O N - S O R B O N N E Institut d Administration des Entreprises de Paris Diplôme d Université «ENTREPRENEURIAT : DIRIGER, CREER OU REPRENDRE UNE ENTREPRISE»

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire L conomie sociale et solidaire regroupe un ensemble d entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d. -Entreprise d insertion de menuiserie

Plus en détail

Organisation administrative des services de santé au travail

Organisation administrative des services de santé au travail Plan Organisation administrative des services de santé au JDV Nancy juillet 2006 Complément de cours Contexte réglementaire évolutif Les différents types de services de santé au conditionnés par leurs

Plus en détail

Nos solutions & prestations RH

Nos solutions & prestations RH Nos solutions & prestations RH 2 solutions RH Préparation Opérationnelle à l Emploi (POE) Contrat de Professionnalisation 2 prestations RH Pré-recrutement Recrutement 5 rue Condorcet - CS 20312-38093 Villefontaine

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective Plate-forme RSE Commissariat Général à la stratégie et la prospective «La Région Languedoc-Roussillon accélérateur de compétitivité et de responsabilité sociale pour les entreprises» Josick Paoli Directrice

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

PUBLIC Porteurs de projets réels à court et moyen terme de création ou reprise d entreprise

PUBLIC Porteurs de projets réels à court et moyen terme de création ou reprise d entreprise PUBLIC Porteurs de projets réels à court et moyen terme de création ou reprise d entreprise OBJECTIFS Aider le porteur de projet à évaluer sa capacité à entreprendre dans l activité envisagée, Présenter

Plus en détail

Comment développer l Esprit entrepreneurial aujourd hui en France

Comment développer l Esprit entrepreneurial aujourd hui en France Comment développer l Esprit entrepreneurial aujourd hui en France Tour d horizon des pistes et structures existantes et Présentation de «Cap Coop», Nouvelle Association de Formation et de Soutien aux Porteurs

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Le portage salarial Isabelle DEJEAN, AGC Groupe PROMAN - Besançon Qui est

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

Guide de la structure de stage

Guide de la structure de stage DEUST AGAPSC parcours ADECS Agent de Développement de Club Sportif Guide de la structure de stage Qu est-ce que le DEUST Agent de développement de club sportif? Les contenus de formations La place et le

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

L Enseigne CNP Services à la personne

L Enseigne CNP Services à la personne «Profession: Faciliteur de vie» Laboratoire Assurance Banque Offres de services à la personne Impact des services à la personne sur le marketing-mix mix L Enseigne CNP Services à la personne Christophe

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Problématique et public concerné I.

Problématique et public concerné I. FORMATION INTERENTREPRISES MANAGERS DE PROXIMITE 2015 Département de la Marne performance durable ressources humaines santé - sécurité qualité management sécurité alimentaire Proposition rédigée par Graziella

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales»

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Franck MOREL Chargé d affaires

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

OGACA. Les sessions thématiques de l OGACA. 2ème trimestre 2010 Strasbourg. Agence conseil auprès des entreprises culturelles

OGACA. Les sessions thématiques de l OGACA. 2ème trimestre 2010 Strasbourg. Agence conseil auprès des entreprises culturelles OGACA Agence conseil auprès des entreprises culturelles Les sessions thématiques de l OGACA 2ème trimestre 2010 Strasbourg /P2 L Ogaca accompagne depuis 1984 les acteurs culturels régionaux en leur proposant

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

GRILLE D IDENTIFICATION A COMPLETER PAR LE CANDIDAT

GRILLE D IDENTIFICATION A COMPLETER PAR LE CANDIDAT GRILLE D IDENTIFICATION A COMPLETER PAR LE CANDIDAT Raison sociale Adresse Téléphone Fax Mail Site Internet Identité structure Forme juridique/statuts N SIRET Code NAF Date de création Territoire d'intervention

Plus en détail

DES SERVICES A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE SOURCING RECRUTEMENT PROPRETÉ BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D EMPLOI & MOBILITÉ

DES SERVICES A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE SOURCING RECRUTEMENT PROPRETÉ BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D EMPLOI & MOBILITÉ L EMPLOI A UN NOM DES SERVICES AUX O C C U P A N T S E T A U X B Â T I M E N T S A PORTÉE DE MAIN PILOTAGE MAINTENANCE PROPRETÉ SOURCING RECRUTEMENT BILAN DE COMPÉTENCES HYGIÈNE DE L AIR/3D SÉCURITÉ /

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN ACCORD SIGNE LE 12/09/2005 PAR LES SYNDICATS CFDT, CFTCAM CFTC, SNECA CGC, FNSF CGT, FO. ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN Entre les soussignés : La CAISSE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail