Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles. Séminaire final du 28 novembre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles. Séminaire final du 28 novembre 2013"

Transcription

1 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles Séminaire final du 28 novembre 2013

2 PROGRAMME Séminaire Final 1. Présentation générale du projet 2. Etat de l art des lignes d alerte et besoins des gestionnaires routiers 3. Mécanisme d accident et enjeux en France 4. Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai et sur route 5. Optimisation par design sonore 6. Développement et expérimentations sur simulateur de conduite 7. Expérimentations sur route - témoignages de maîtres d ouvrage 8. Méthodes d évaluation sur route 9. Conclusion, valorisation et perspectives

3 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 1. Présentation générale du projet (coordinateur) Pierre ANELLI AXIMUM Séminaire final du 28 novembre 2013

4 Projet AAP ANR VTT 2010 Labellisé Mov eo (Sécurité des Usagers de la Route) Cap Digital Budget total : 1803 k Aide ANR : 636 k Durée : 36 mois Projet ROADSENSE

5 Lignes d alerte audiotactiles (L2A) Alerte d une sortie involontaire de voie Dispositifs en relief positif (protubérants: barrettes, spots) ou en relief négatif (creusés)

6 Objectifs Améliorer l efficacité et la sécurité des routes hors agglomération Définir le domaine d emploi des lignes d alerte audio Concevoir et valider des équipements routiers d alerte de sortie de voie élaboration et évaluation psycho-acoustique des signaux simulateur de conduite sites d expérimentation in situ (piste/routes)

7 Points innovants Multidisciplinarité (psychologie, métrologie, acoustique, accidentologie, matériaux) Intégration des acteurs (industrie routière et gestionnaires de voirie, laboratoires de recherche) Acceptabilité/efficacité tous usagers Déployable pour un aménagement sûr des routes existantes sur un fort enjeu de sécurité routière

8 Démarche - Etapes 1. Analyse fonctionnelle mécanismes de sortie de voie et enjeux couverts 2. Design sonore et physique des lignes d alerte 3. Développement d un simulateur de conduite et expérimentation 4. Validations expérimentales sur piste 5. Outils, méthodes et expérimentations sur routes

9 Démarche - Qui 1. Etat de l art, analyse fonctionnelle, mécanismes de sortie de voie et enjeux couverts (CETE NC, CEESAR) 2. Design sonore et physique des lignes d alerte (Ircam, UTAC CERAM) 3. Développement d un simulateur et expérimentation (IFSTTAR, CETE NC, CETE Ouest) 4. Validations expérimentales sur piste (UTAC CERAM, CETE Ouest, Aximum, Colas) 5. Outils, méthodes et expérimentations sur routes (CETE NC, CG22, CG31, CG76, Aximum, Colas)

10 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 2. Etat de l art des lignes d alerte et besoins des gestionnaires routiers Florence ROSEY ERA 34 CETE Normandie Centre Séminaire final du 28 novembre 2013

11 Tâche 2 : État de l art et définition fonctionnelle, Accidentologie, trajectoires T2.1 : État de l art (CETE NC) Contexte En Europe, les accidents sans tiers (directement liés au contrôle de la trajectoire) représentent 32 % des accidents mortels (ERSO, 2011). En France, 40 % des tués sur la route le sont à la suite d un accident sans tiers, collisions sans tiers contre obstacle fixe, plus nombreuses sur les routes bidirectionnelles de rase campagne : 49 % surviennent sur routes départementales (ONISR, 2010).

12 T2.1 : État de l art (CETE NC) Contre-mesures Pays anglo-saxons (dédiées) Creusées (milled) «Bourrelets» (rolled) «Formées» (formed) Peuvent être implantées en rive, axe ou axe-rive «Épaisses» (raised) France (non dédiées : Marquages à protubérances ) alerte est une conséquence délimitation de B.A.U. (autoroute) années 90 études normalisation des pas et fréquence pour la fonction d alerte à barrettes à billes («spots»)

13 T2.2 : Accidentologie (CEESAR) (VOIR PRESENTATION 3)

14 T2.3 : Trajectoires Détecter et analyser les écarts de trajectoire à droite (CETE NC) 1- Observations sur RD : RD490 (Seine-Maritime, 76) Chaussée en toit

15 T2.3 : Trajectoires Détecter et analyser les écarts de trajectoire à droite (CETE NC) 2- Observations sur Autoroute : A1 (PR 130 vers Lille)* * Cete-Nc. (2012). Influence du dispositif d alerte en rive de type «rumble strip» sur les trajectoires sur autoroute. Département Infrastructures Transport Multimodales, groupe Exploitation de la route, Simulation dynamique, Métrologie, Grand-Quevilly, Seine-Maritime, France. 2x3 voies Section équipée d 1,5 km, courbe à droite, VNTP barrettes + BAS engravées Fort trafic PL PL seuls voie de droite = 10% débord (marquage, 90% ; intérieur BAU, 10%) VL seuls voie de droite = Pas de débord PL voie de droite, dépassés par VL = 8% débord (essentiellement marquage) PL voie de droite, dépassés par PL = 17% débord (essentiellement marquage)

16 T2.3 : Trajectoires Détecter et analyser les écarts de trajectoire à droite (CETE NC) 3- Compatibilité dispositif engravé (rumble strips) avec conduite 2RM * 3 agents CETE NC (1000 et 5000 km/an) Suzuki Bandit 650 Voie de droite de l autoroute neutralisée Conditions météo bonnes / chaussée sèche Passages successifs par paliers de vitesse (i.e., 50, 70, 90 km/h) sur le dispositif manœuvre «longitudinale» : simulation sur la voie de droite d un écart de trajectoire vers la rive entraînant une circulation sur les rumble strips sur plusieurs dizaines de mètres manœuvre «transversale» : simulation d un arrêt sur la B.A.U. avec franchissement du dispositif * Cete-Nc. (2012). Influence du dispositif d alerte en rive de type «rumble strip» sur les trajectoires sur autoroute. Département Infrastructures Transport Multimodales, groupe Exploitation de la route, Simulation dynamique, Métrologie, Grand-Quevilly, Seine-Maritime, France.

17 T2.3 : Trajectoires Détecter et analyser les écarts de trajectoire à droite (CETE NC) Résultats Manœuvre longitudinale vibrations importantes s atténuant avec la vitesse pas de sentiment de danger quelle que soit la vitesse (vit. Max. 90 km/h). Manœuvre transversale ne déstabilise pas la moto quelle que soit la vitesse (vit. Max. 90 km/h). ne provoque pas de sentiment de danger chez les conducteurs. L alerte en rive de type rumble strip n a pas été perçue comme dangereuse pour la conduite d une moto. Les essais ne révèlent pas de difficultés de maîtrise du véhicule.

18 T2.4 : Besoins des gestionnaires Identifier les besoins et contraintes des gestionnaires (CETE NC) Contexte du questionnaire Connaître les utilisations (ou non) des dispositifs audio-tactiles en France, Connaître les attentes (ou non) des gestionnaires envers ce type de dispositif, Identifier les pratiques, besoins et contraintes des gestionnaires Associer dès le départ les gestionnaires Souligner l aspect opérationnel, applicatif du projet Tous les CG et toutes les DIR ont été contactées 52% des CG 70% des DIR ont répondu

19 T2.4 : Besoins des gestionnaires Identifier les besoins et contraintes des gestionnaires (CETE NC) CG 70 % utilisent les dispositifs audio-tactiles dans 71 %, il s agit de marquage à barrettes BAS très peu utilisées (14 % BAS bourrelets ; 6 % BAS creusées) Implantation en rive (74%) > en axe (60%) VL cible principale (86%), PL (63%), 2RM (20%) DIR 86 % utilisent les dispositifs audio-tactiles dans 50%, il s agit de marquage à barrettes BAS très peu utilisées (17 % BAS bourrelets ; 0 % BAS creusées) Implantation en rive PL cible principale (83%), VL (67%), 2RM (33%)

20 T2.4 : Besoins des gestionnaires Identifier les besoins et contraintes des gestionnaires (CETE NC) CG : Implantation en rive (74%) > en axe (60%) DIR : Implantation rive

21 T2.4 : Besoins des gestionnaires Identifier les besoins et contraintes des gestionnaires (CETE NC) Organisation de la journée technique avec gestionnaires Nécessité d établir des recommandations d entretien précises (externalisation des interventions pour la viabilité hivernale ) Trouver une autre solution que le VNTP (marquage à protubérances) Trouver des solutions pérennes ne nécessitant pas de gros budgets Pas nécessaire d avoir un dispositif trop resserré (angle d incidence de sortie faible 4, à partir analyse accidento CEESAR) Fonction d alerte sonore et vibratoire pourrait être séparée de la fonction guidage pour les déployer sur des routes non marquées et sans obligation de les marquer. Cohérence sur un itinéraire Proposition de familles de solutions

22 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 3. Mécanisme d accident et enjeux en France Vuthy PHAN CEESAR Séminaire final du 28 novembre 2013

23 Tâche 2.2 Les mécanismes d accidents et les enjeux en France OBJECTIFS Evaluer les enjeux liés aux accidents par sortie de voie Comprendre les circonstances de la survenue de ces accidents Aide à la définition du audiotactile cahier des charges des lignes d alerte

24 SOMMAIRE 1- Sélection des accidents visés 2- Exploitation de la Base de données BAAC - Enjeux - Conditions des sorties de voies 3- Exploitation des Bases de données PV et EDA - Perte de contrôle / défaut de guidage - Typologies des sortie de voies - Déport latéral dans l accotement

25 1- Sélection des accidents visés 1- Accidents en rase campagne. 2- Accidents avec sortie de voie involontaire. Sont donc exclus les accidents : Avec dépassement ou changement de file En intersection 3- Accidents avec défaut de guidage transversal par rapport à l infrastructure. Sont donc exclus les accidents : Avec perte de contrôle en situation initiale

26 1- Sélection des accidents visés 1- Accidents en rase campagne. 2- Accidents avec sortie de voie involontaire. Sont donc exclus les accidents : Avec dépassement ou changement de file En intersection 3- Accidents avec défaut de guidage transversal par rapport à l infrastructure. Sont donc exclus les accidents : Avec perte de contrôle en situation initiale

27 1- Sélection des accidents visés 1- Accidents en rase campagne. 2- Accidents avec sortie de voie involontaire. Sont donc exclus les accidents : Avec dépassement ou changement de file En intersection 3- Accidents avec défaut de guidage transversal par rapport à l infrastructure. Sont donc exclus les accidents : Avec perte de contrôle en situation initiale

28 Les bases de données Macro accidentologie Micro accidentologie Base nationale SETRA BAAC accidents corporels en 2009 NC Accidents corporels CETE-NC PV 2150 accidents corporels Etudes détailéesd'accidents d'accidents LAB -CEESAR EDA 1144 accidents Niveau de détail descriptif et analytique +

29 2- Exploitation de la base de données BAAC (Tout accident corporel en France métropolitaine)

30 Répartition des accidents corporels avec perte de contrôle ou défaut de guidage en rase campagne

31 Répartition des tués en perte de contrôle ou défaut de guidage en rase campagne

32 2- Exploitation de la base de données BAAC (Tout accident corporel en France métropolitaine) Conditions des sorties de voies Les accidents se produisent : de jour (61% des cas), sur chaussée sèche (70% des cas), Avec une voiture (68% des cas), Sur routes départementales (64% des cas), En section rectiligne (51% des cas)

33 2- Exploitation de la base de données BAAC (Tout accident corporel en France métropolitaine) Les accidents avec pertes de contrôle ou défaut de guidage en France métropolitaine représentent en 2009 : 15% de l ensemble des accidents corporels (10619/72315), 43% de l ensemble des tués (1853/4273), 50% des accidents corporels en rase campagne (10619/21382), 61% des tués en rase campagne (1853/3016), Taux de gravité des accidents avec perte de contrôle ou défaut de guidage en rase campagne (France métropolitaine 2009) : 17,4 tués pour 100 accidents corporels Taux de gravité de l ensemble des accidents (France métropolitaine 2009) : 5,9 tués pour 100 accidents corporels

34 3- Exploitation des bases de données PV et EDA Répartition des accidents corporels avec perte de contrôle ou défaut de guidage en rase campagne

35 Extrapolation à la base BAAC Les accidents avec défaut de guidage visés par le projet ROADSENSE concerneraient en France métropolitaine : 5 à 7% de l ensemble des accidents corporels (3700 à 4800 accidents), 12 à 20% de l ensemble des tués (500 à 850 tués), 17 à 22 % des accidents corporels en rase campagne, 17 à 28% des tués en rase campagne, Coût économique de la mortalité routière : 630 million à 1 milliard d Euros

36 3- Exploitation des bases de données PV et EDA Typologies de sorties de voies problème de guidage initial 25% (40/158) 69% (108/158) Autres 6% (10/158) 64% (69/108) 36% (39/108)

37 Facteurs humains relevés dans la base EDA

38 Caractéristiques à la sortie de chaussée V d lat maxi α

39 BASE EDA 158 accidents avec défaut de guidage en rase campagne 44% en sortie à droite avec retour (69/158) Caractéristiques à la sortie % en sortie à gauche avec ou sans retour (40/158) α moy = 4,4 V moy = 92 km/h Déport lat. maxi (moy) = 1,2 m α moy = 12,2 V moy = 81 km/h Déport lat. maxi (moy) = 3,5 m 25% en sortie à droite sans retour (39/158) 39 6% autres (10/158) α moy = 8,8 V moy = 72 km/h Déport lat. maxi (moy) = 3,2 m α moy = 5,0 V moy = 83 km/h Déport lat. maxi (moy) = 1,5 m

40 Vitesse et angle à la sortie de chaussée (n=90)

41 Vitesse et déport maxi constaté à la sortie de chaussée (n=90) 100% 90% 80% Pourcentage 70% 60% 50% 40% 30% Sortie à droite avec retour (n=49) Sortie à droite avec retour (% cumulé) Sortie à droite sans retour (n=31) Sortie à droite sans retour (% cumulé) Sortie à gauche avec ou sans retour (n=24) Sortie à gauche avec ou sans retour (% cumulé) 20% 10% 0% Déport latéral maximum constaté à la sortie de chaussée (en mètre)

42 Mesure du déport latéral en fonction du temps de réaction du conducteur V long V Vlat α V lat = V sinα d lat = V lat t d lat = V sinα t

43 Déport latéral en fonction du temps de réaction du conducteur (n=90)

44 Nécessité d une sur-largeur revêtue

45 CONCLUSIONS Le projet ROADSENSE vise un potentiel de 3700 à 4800 accidents corporels, soit 5 à 7% de l ensemble des accidents corporels en France métropolitaine et 17 à 22% des accidents en rase campagne, Dans l hypothèse d une efficacité à 100% des bandes audio-tactiles routières, 500 à 850 tués pourraient être évités chaque année, soit 12 à 20% des tués annuels en France et 17 à 28% des tués en rase campagne, Pour être efficace, l installation d une bande audio-tactile routière doit s accompagner, dans l idéal, d une sur-largeur revêtue permettant au conducteur de redresser la trajectoire de son véhicule dans des conditions satisfaisantes Attention au temps de roulage sur bande audio tactile Exemple: temps de roulage d une voiture sur la bande 3u (15 cm) à 90 km/h < 1s

46 CONCLUSIONS Projet VOIESUR : analyse des sorties de voies involontaire via une expertise des PV Tendance identique à Roadsense sur les accidents 2011 (~20% des tués) (projet cofinancé par l ARN et la fondation MAIF)

47 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 4. Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai et sur route Louis-Ferdinand PARDO UTAC, Groupe UTAC-CERAM Séminaire final du 28 novembre 2013

48 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Sources de bruit et vibrations La vibration du pneu est causée par la macro-texture de la surface de la chaussée équipée du dispositif (ligne d alerte) audiotactile.

49 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Sources de bruit et vibrations Le bruit et les vibrations du pneu se transmettent alors à l intérieur ou à l extérieur du véhicule Transmission vibratoire Transmission acoustique

50 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Les essais et les mesures Objectif des essais : Faire l inventaire de bruit et vibrations des dispositifs existants et optimisés Analyser les sources et la propagation pour optimiser le design Essais sur route et sur le circuit routier de l UTAC Essais sur le banc vibratoire 4 vérins de l UTAC Essais dans la chambre semianéchoïque de l UTAC

51 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Les essais et les mesures Le bruit et les vibrations mesurées à l intérieur (oreille, volant, siège, ) ou à l extérieur du véhicule : Mesures sur une gamme représentative de véhicules :

52 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Les dispositifs expérimentaux implantés sur le circuit de l UTAC 14 dispositifs différents en motifs et en matériaux : Spots Barrettes Engravures

53 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Bruit intérieur véhicule des dispositifs Forte dispersion de l émergence sonore (différence de niveau sonore ligne d alerte/route) entre les dispositifs :

54 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Emergence sonore intérieur véhicule des dispositifs Forte dispersion de l émergence suivant le dispositif, le véhicule et la vitesse :

55 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Conclusions et recommandation pour le design des dispositifs Pour une meilleure détection des dispositifs, les paramètres suivants sont à prendre compte : Structure des lignes : structure continue, discontinue ou alternée Largeur des lignes d alerte Emergence sonore et vibratoire des dispositifs lignes d alerte optimisées par recommandation de texture (hauteur, distance inter-motif, ) Intolérable Désagréable Perceptible En fonction des cibles, des risques et des coûts, ces paramètres sont ajustables pour un meilleur usage des dispositifs.

56 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Conclusions et recommandation pour le design des dispositifs Exemples de 3 designs différents : Taille des bandes, hauteur des dispositifs et profil de texture :

57 Caractérisation des lignes d alerte sur piste d essai Conclusions et recommandation pour le design des dispositifs Estimation de la nuisance sonore extérieure véhicule : Les dispositifs engendrent une émergence sonore individuellement significative Environ 10 db(a) La pollution sonore estimée négligeable pour des usages limités sur une même localisation (< passages par heure). En fonction du risque d usage important ou de la proximité de riverains, des dispositifs moins sonores et une surveillance plus approfondie sont recommandés.

58 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 5. Optimisation par design sonore Nicolas MISDARIIS Institut de recherche et coordination acoustique / musique (Ircam) Séminaire final du 28 novembre 2013

59 Introduction Optimisation par Design Sonore T4.2 : influence perceptive de la composante vibratoire sur la composante sonore T3.1 : Inventaire d échantillons de lignes d alerte audiotactiles T3.2 : Constitution d une base de stimuli sonores élémentaires T3.3 : sélection signaux d alerte par procédure expérimentale O. Houix, N. Misdariis, P. Susini Stages : S. Bonnot, R. Ventura Publications : Houix, O., Bonnot, S., Vienne, F., Vericel, B., Pardo, L.-F., Misdariis, N., & Susini, P. (2012). Perceptual influence of the vibratory component on the audio component of alarms produced by rumble strips, by measuring reaction times. In CFA - Congres Français d Acoustique. Nantes, France Pardo, L.-F., Rosey, F., Houix, O., Vienne, F., & Anelli, P. (2012). ROADSENSE - Prevention of involuntary lane departure by road audio touch warning lines. In Conférence Automotive and Railroad Comfort Symposium - 7th edition. Le Mans: Société des ingénieurs de l automobile

60 T4.2 : influence vibration / son Expérience Objectif : étude de l influence des vibration sur la perception sonore des alertes associées aux bandes d alerte audiotactiles Environnement : conduite simplifiée simulateur de table + pédale > Protocole : mesure du temps de réaction (TR) - 2 conditions : - unimodale : son uniquement ( niveau vibration nulle) - bimodale : son + vibration (3 niveaux : faible, moyen, fort)

61 Constuction des stimuli T4.2 : influence vibration / son Extraction d un motif elementaire (référence: 130 km/h, barrette 0.7m) 1) IOI=40ms 25 Hz Pulse de 20ms IOI 2) 3) IOI=60ms 17Hz Même procédé pour signal sonore et vibratoire 3 IOI 4 niveaux de vibration IOI=90ms 11 Hz

62 Résultats T4.2 : influence vibration / son Effet significatif de l IOI sur le TR (p<0.01) TR le plus bas pour l IOI de 40 ms Une analyse de contraste montre: Temps de réaction en milliseconde - Différence significative entre IOI 40 ms et 90 ms et entre 60 ms et 90 ms - Pas de différence significative entre IOI 40 ms et IOI 60 ms En accord avec la littérature => TR diminue avec le IOI Pas d effet significatif du niveau de vibration sur le temps de réaction TR en ms IOI 40 ms IOI 60 ms IOI 90 ms Niv 0 Niv 1 Niv 2 Niv 3 Niveaux de vibration

63 T3.2 : base de stimuli sonores élémentaires Etat de l art sur les alarmes Patterson [1982, 1990] modèle d alarme sonore en trois parties imbriquées 1) Impulsion (pulse) : niveau sonore, contenu spectral 2) train d impulsions (burst) : rythme, harmonicité, contour mélodique et répétition 3) Les trains d impulsions se combinent en une alarme sonore Pulse IOI Burst Mesures d urgence par temps de réaction (modèle de Patterson) plus le niveau sonore est élevé plus le temps de réaction est court plus la fréquence fondamentale est élevée, plus temps de réaction est court plus le rythme est rapide (IOI court), plus le temps de réaction est court

64 T3.2 : base de stimuli sonores élémentaires Analyse acoustique Emergence (p/r au bruit de fond) Spot Barr Eng VL1 VL2 VL3 VU1 PL VL VU

65 T3.2 : base de stimuli sonores élémentaires Analyse acoustique Etude spécifique: VL1, VL2, VL3, VU1 AD4 AD5 AG3 AG4 E1 E3 Spot Barr Engr

66 Conclusions de T3.2 T3.3 : sélection de signaux d alerte Focalisation sur les VL Travail de caractérisation sur: VL1, VL2, VL3, VU1 Sur les aspects d émergence Sur les caractéristiques spectrales Choix des dispositifs: AG3, AG4, AD4, AD5, E1, E3 Sur l émergence avant tout Différentes géométries des pas VL2, VL3 : différence spectrale

67 Expérience T3.3 : sélection de signaux d alerte Objectif : étude de l influence des paramètres structurels des dispositifs sur le temps de réaction sélection de dispositifs et d échantillons sonores pour simulateur IFSTTAR (T4) Environnement : test d écoute en cabine audiométrique + casque Protocole : mesure du temps de réaction (TR) - tache principale : suivi de cible - tache secondaire : détection (appuyer le + vite.)

68 T3.3 : sélection de signaux d alerte Construction des stimuli 1) 2) 3) IOI

69 Plan d expérience T3.3 : sélection de signaux d alerte

70 T3.3 : sélection de signaux d alerte Résultats Effet significatif de l IOI > 80 ms 120 ms 160 ms barrettes. plutôt pour les barrettes : spots Par groupe de participants (ACP) - effet du véhicule engravures VL2 VL3 VL2 VL3

71 T3.3 : sélection de signaux d alerte Résultats Sélection d une proposition par type de dispositif Barrettes : AG4 plutôt que AG3 Spots : AD5 plutôt que AD4 Engravures : E1 plutôt que E3 Configurations avec des pas les plus rapprochés (IOI courts) VL2

72 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 6. Développement et expérimentations sur simulateur de conduite Fabrice VIENNE, IFSTTAR Florence ROSEY, CETE NC Stéphanie BORDEL, CETE Ouest Séminaire final du 28 novembre 2013

73 1. Rappel du contenu de la tâche 4 Développement d un simulateur et expérimentation (IFSTTAR) T4.1 : Élaboration d un simulateur de conduite ayant une restitution des stimuli sonore et vibratoire T4.2 : Influence perceptive de la composante vibratoire sur la composante sonore T4.3 : Paramétrage du simulateur pour test des stimuli : signaux sonores, vibratoires et élaboration de scénario de conduite T4.4 : Test des scénarios de conduite pour l expérimentation sur simulateur T4.5 : Sélection de scénarios d expérimentation à tester sur piste

74 1. Expérimentation sur simulateur de conduite IFSTTAR Comportements des usagers confrontés à un dispositif audiotactile 1- Conduite sur Simulateur Confrontation des participants à une ligne d alerte Dans différentes situations de conduites 2- Questionnaire Recueil de l avis et du ressenti des participants Questions Générales sur marquages, bruits etc., sans préciser l objectif de l étude, «Premières impressions» après avoir précisé l objectif de l étude et dans le cadre de la «première fois» Concernant les situations auxquelles les participants ont été confrontées (dispositif en rive, axe-rive, Engravures, Spot, Barrettes) rencontrés proprement dit durant la conduite «Age, sexe,»

75 6.1 Développement Simulateur de conduite Fabrice VIENNE IFSTTAR

76 A. Existant Afin de réaliser cette tâche : - nous avons mis à niveau un de nos simulateurs principalement au niveau des rendus acoustique et vibratoire, - nous avons mis à niveau nos logiciels afin de pouvoir simuler le fonctionnement de lignes d alerte audiotactiles, - nous avons créé un environnement de conduite virtuel (base 3D et lignes d alerte virtuelles).

77 B. Choix de la plateforme de simulation IFSTTAR UPSUD - UEVE Au début du projet

78 B. Choix de la plateforme de simulation IFSTTAR UPSUD - UEVE de champ de vision - 5 écrans de rétroprojection - Son spatialisé - Mode statique

79 C. Développement du simulateur Validé par UTAC Carte Carte

80 C. Développement du simulateur But : Mélanger les signaux de retour d effort volant et les signaux vibratoires Réalisation d une carte électronique analogique

81 D. Développement du rendu sonore - Utilisation des signaux IRCAM sélectionnés à la tâche précédente. - Synthèse sonore pour la simulation - Prise en compte aussi des vibrations dû au roulement (sur la chaussée ou sur l herbe).

82 E. Développement du logiciel de simulation IFSTTAR (Archisim/Sim²) 1. Simulation de l activation / désactivation des lignes d alerte audiotactiles (possibilité de types différents en rive et en axe) 2. Sélection du type de ligne d alerte (spots, barrettes noires et engravures) 3. Détermination du recouvrement pneu/bande 4. Action scénario de dérive 5. Création de fichiers de données spécifiques au projet

83 E. Développement du logiciel de simulation IFSTTAR (Archisim/Sim²) MAX/MSP SIM2 Présence sur bande de chacune des roues Vitesse du véhicule Pourcentage de recouvrement Route/Hors route UDP TCP Affichage des barrettes Affichage du pourcentage de recouvrement DR2

84 E. Développement du logiciel de simulation IFSTTAR (Archisim/Sim²) La zone rouge correspond au recouvrement de la ligne d alerte (test pour chaque roue) Test de la présence des roues sur l accotement (roue par roue) Légère vibration aléatoire sur le volant si hors voie (Max/MSP) Définition Ligne d Alerte Audiotactile (L2A) pour Dr2 : EspacementLigne (entre deux motifs) LongueurLigne DistBandeAxiale (position latérale) LargeurLigne (largeur motif)

85 E. Développement d objets 3D Barrettes noires Engravures Spots

86 E. Développement d une base 3D - 16 km de conduite (entre deux carrefours giratoires) - Route bidirectionnelle comprenant 3 virages à gauche - Décor visuel simple

87 Résultat

88 6.2. Expérimentation sur simulateur de conduite Florence ROSEY ERA34 CETE NC

89 6. Expérimentation 1- Conduite sur Simulateur Participants : 48 «données valides» / 58 venus (28 femmes, 30 hommes) Route simulée : Bidirectionnelle de type départementale : voie de 3,5m avec marquage en rive Bidirectionnelle IFSTTAR-LEPSIS 2012

90 3 dispositifs audiotactiles testés : Spots, Lignes d alerte sonore (LAS) type engravures ou barrettes noires 2 implantations : Rive (Barrettes noires et Engravures), Axe-Rive (Barrettes noires et Engravures) Spots en Axe associés aux Barrettes noires ou aux Engravures en Rive Engravures IFSTTAR-LEPSIS 2012 IFSTTAR-LEPSIS 2012 Barrettes noires IFSTTAR-LEPSIS 2012 Spots (Axe) Barrettes noires (Rive) IFSTTAR-LEPSIS 2012

91 3 situations de conduite : Référence : sans dispositif Neutre : dépassement d un 2RM (i.e., écart de trajectoire ne résulte pas du fait de l usager) Distraction : écriture du mot «juin» en texto (pendant que le participant écrit le mot «juin» le simulateur est amené sur le dispositif en axe ou en rive selon condition) Référence : sans dispositif Neutre : dépassement d un 2RM Distraction : écriture du mot «juin» IFSTTAR-LEPSIS 2012 IFSTTAR-LEPSIS 2012 IFSTTAR-LEPSIS 2012

92 Scénarii de conduite et contre-balancements : 8 scénarii (4 pour les deux principaux types de dispositifs Engravures vs. Barrettes noires) avec 3 sous-scénarii Exemple d un scénario avec ses 3 sous-scénarii Ref / Rive AVEC T Engravures / Rive AVEC N Engravures / Rive SANS N / Ref Ref / AxeRive SANS N / AxeRive AVEC N Engravures / AxeRive AVEC T Engravures / Ref Ref / AxeRive AVEC N Spot- Spot-Engravures / AxeRive AVEC TA Spot-Engravures / AxeRive SANS N / Ref / Axe SANS T Chaque participant réalisait un scénario donc était confronté soit aux Engravures et Spots, soit aux Barrettes Noires et aux Spots 24 participants Engravures et Spots 24 participants Barrettes noires et Spots

93 Premiers résultats : Vitesse Dispositifs Dispositif en rive : Engravures Barrettes noires ( p=.73, n.s.) même si vitesse moyenne avec Engravures > de 3 à 5 km/h Dispositif en Axe et Rive : Engravures - Engravures Barrettes Barrettes noires (p=.55, n.s.) Spots Engravures Spots Barrettes noires (p=.62, n.s.) Pas d effet des dispositifs sur les vitesses pratiquées

94 6.3 Enquête par questionnaire auprès des conducteurs testés sur simulateur Stéphanie BORDEL ERA33 CETE Ouest

95 6.3. Résultats des données subjectives (questionnaire post passation sur simulateur) Préambule : - Présentation de résultats marquants - Questionnaire constitué de 4 parties : 1) Questions générales sur marquages, bruits sans préciser l objectif de l étude ; 2) Questions «premières impressions» après avoir précisé l objectif de l étude et dans le cadre de la «première fois» ; 3) Questions concernant les situations auxquelles les participants ont été confrontées (dispositif en rive, axe et rive, rive + spots en axe) ; 4) Questions «signalétiques».

96 6.3.1 Résultats des données subjectives (questionnaire) Comparaison barrettes noires (+spots) / engravures (+ spots) : perception générale «Avez-vous entendu un bruit différent de celui émis habituellement par le moteur?» Type dispositifs Barrettes noires (+ spots) Engravures (+ spots) OUI NON 11 5 Non Réponse 3 3 χ 2 = 3,20, dl = 2, p =.20, C=.22 Que les sujets aient été confrontés aux barrettes (+spots) ou aux rumbles (+spots), ils se répartissent de la même manière : perception du bruit équivalente. On relèvera que 16 sujets n ont pas perçu de bruits

97 X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Comparaison barrettes noires (+spots) / engravures (+ spots) : perception générale Mais, parmi les sujets ayant répondu «OUI», on observe une attribution différente en fonction du dispositif : Type dispositifs Dispositif sur chaussée Barrettes noires (+ spots) χ 2 = 6,69, dl = 1, p <.05, C=.39 Les sujets confrontés aux engravures (+spots) attribuent davantage le bruit aux éléments sur la chaussée que ne le font les sujets confrontés aux barrettes noires (+spots) (dont bruit attribué à des problèmes de pneus) = engravures (+spots) moins d ambiguïté? Engravures (+ spots) Autres 6 1

98 «Avez-vous ressenti des vibrations dans le volant?» Type dispositifs Barrettes noires (+ spots) χ 2 = 2.48, dl = 1, p =.11, C=.20 Que les sujets aient été confrontés aux barrettes noires (+spots) ou aux engravures (+spots), ils se répartissent de la même manière, globalement, ils ont ressenti les vibrations. Parmi les sujets ayant répondu «OUI», on observe : Engravures (+ spots) OUI NON 4 9 Type dispositifs X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Barrettes noires (+ spots) Engravures (+ spots) Dispositif sur chaussée Autres 4 1 χ 2 = 1.6, dl = 1, p =.21, C=.19 Quel que soit le dispositif, les sujets attribuent pratiquement tous les vibrations aux éléments sur la chaussée.

99 X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Comparaison barrettes noires (+spots) /engravures (+spots) : premières impressions «Avez-vous remarqué ce dispositif avant de rouler dessus?» Type dispositifs Barrettes noires (+ spots) χ 2 =.10, dl = 1, p =.29, C=.14 Engravures (+ spots) OUI NON 11 1 Que les sujets aient été confrontés aux barrettes (+spots) ou aux rumbles (+spots), ils se répartissent de la même manière. La moitié environ des sujets n avaient pas vu le dispositif. Concernant la visibilité 1 du dispositif, parmi les sujets ayant répondu «OUI», on observe une moyenne de 1.5 (1.34) 2 pour les barrettes et de 1 (1.53) pour les rumbles. Le test t (t(29) = -0.97, p =.60) montre qu il n y a pas de différence entre les évaluations : les barrettes sont aussi visibles que les rumbles. 1 Mesurer sur une échelle en 7 points (de -3 à +3) 2 Ecarts types entre parenthèse et en italique

100 X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Comparaison barrettes noires (+spots) /engravures (+ spots) : premières impressions Evaluation lorsque le sujet a roulé pour la première fois sur le dispositif (barrettes (+spots)/engravures (+ spots)) : Type dispositifs Barrettes noires (+ spots) Surprise : t(53) = -1, p =.32 Alerte : t(51) = -0.85, p =.48 Quel que soit le dispositif, les sujets évaluent de la même manière les barrettes noires (+spots) et les engravures (+spots) en termes de surprise et d alerte Mesurer sur une échelle en 7 points (de -3 à +3) Engravures (+ spots) surprise 0.48 (1.78) 0.93 (1.51) alerte 1.38 (1.27) 1.70 (1.46)

101 X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Comparaison barrettes noires (+spots) /engravures (+spots) : premières impressions Evaluation de la compréhension (sortie de route) lorsque le sujet a roulé pour la première fois sur le dispositif (barrettes/rumbles) : Type dispositifs Barrettes noires (+ spots) χ 2 = 1.24, dl = 1, p =.27, C=.15 Engravures (+ spots) OUI NON 3 1 Quel que soit le dispositif, les sujets ont globalement bien compris que cela indiquait une sortie de route.

102 X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Comparaison barrettes noires (+spots) /engravures (+spots) : premières impressions Evaluation de leur réaction lorsque le sujet a roulé pour la première fois sur le dispositif (barrettes noires/engravures) : Type dispositifs Barrettes noires (+ spots) t(55) = -2.19, p =.03 Engravures (+ spots) adapté 0.54 (1.83) 1.48 (1.40) On observe une évaluation statistiquement différente. Les sujets déclarent avoir eu une réaction plus adaptée 1 en présence des engravures que des barrettes noires. 1 Mesurer sur une échelle en 7 points (de -3 à +3).

103 X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Evaluation 1 pour éviter les sorties en rive (barrettes noires/engravures) Type dispositifs Barrettes noires Engravures Utile 2.41 (0.93) 2.15 (1.03) t(52) = 0.97, p =.33 Efficace 1.77 (1.61) 1.86 (1.46) t(52) = -0.21, p =.83 Dangereux (1.32) -1.52(1.33) t(52) = -1.33, p =.19 Favorable 2.21 (0.92) 2.29 (1.18) t(54) = -0.25, p =.80 Aucune différence n apparaît entre les barrettes noires et les engravures. Quel que soit le dispositif, les sujets le trouvent utile, efficace, non dangereux y sont favorables. 1 Mesurer sur une échelle en 7 points (de -3 à +3).

104 X. Résultats des données subjectives (questionnaire) Evaluation 1 pour éviter les sorties en axe (barrettes noires/engravures/ spots) Type dispositifs Utile 1.82 (1.69) Efficace 1.59 (0.32) Dangereux (0.32) Favorable 1.75 (0.30) Barrettes Engravures Spots (barrettes) 2.24 (0.95) 1.29 (1.79) 1.68 (0.31) (0.30) 0.95 (0.35) (0.34) 1.76 (0.29) 1.46 (0.32) Spots (engravures) 1.27 (1.54) 0.83 (0.34) (0.33) 1.48 (0.29) F(3, 100) = 2.57 p =.05 F(3, 97) = 1.74 p =.16 F(3, 97) = 0.40 p =.75 F(3, 106) = 0.30 p =.83 La seule différence observée concerne l utilité: les tests post hoc montrent une différence entre les engravures et les spots (les barrettes noires apparaissent centrales). Les engravures sont jugées plus utiles que les spots. 1 Mesurer sur une échelle en 7 points (de -3 à +3).

105 6.4 Simulation : synthèse Donnée objective : vitesse Pas d effet des dispositifs sur les vitesses pratiquées Données subjectives par questionnaire Les sujets trouvent tous les dispositifs utiles, efficaces, non dangereux et y sont favorables Les engravures sont mieux comprises et leur composante vibratoire est mieux perçue.

106 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 7. Expérimentations sur route - témoignages de maîtres d ouvrage CG 22 Régis LE BERRE CG 31 Erick CONSTENSOU CG 76 Philippe CHAUVIN Séminaire final du 28 novembre 2013

107 7. Expérimentations sur route - témoignages de maîtres d ouvrage 7.1. Présentation du site expérimental sur les Côtes d Armor Régis LE BERRE CG 22

108

109 Les Côtes d Armor en chiffres habitants 373 communes Routes nationales 300 km RN 12, RN 176, RN 164 Routes départementales km 86 km de 2 x 2 voies

110 Section de 26 km de 2 x 2 voies Trafic de véh/j (7,7 % PL) Vitesse de référence : 110 km/h 2 chaussées de 6,50 à 7 m TPC variable de 3 à 6 m Pas de BAU, accotements 2,50 m Marquage T2 en rive + délinéateurs Une réalisation en 6 phases longitudinales sur 20 ans Un dispositif DAI de contresens et mesure de trafic sur 13 km 2 accidents /mois Présentation du site RD 767 Guingamp- Lannion

111 Les contraintes du site Les Contraintes Pas de réelle zone de récupération (accotement en grave sur une partie du projet), Des obstacles non protégés dans la zone de sécurité, De nombreuses sorties en courbe et particulièrement dans les courbes à gauche, Un marquage horizontal non VNTP, avec renouvellement tous les 2 ans suivant la technique du P2b. Les contraintes pour l expérimentation Intervention en dehors des périodes estivales et hivernales, Volonté politique de traiter l ensemble des courbes de l itinéraire, Déclaration au titre de la CNIL pour un suivi vidéo de l expérimentation avant/après.

112 L expérimentation Marquage routier audiotactile de type «barrette» avec semelle. Traitement de la bande de rive sur une section en courbe à gauche d une longueur d'environ 500 m. Dispositif posé sur la peinture de rive de la voie lente (de type T2 : 3,50 m de plein pour 3 m de vide) tous les 50 cm. Mise en œuvre par application par une machine automotrice en extrusion sabot. Produit VNTP de marquage Sérac : enduit à froid méthacrylate à 2 composants avec microbilles.

113 L expérimentation

114 7. Expérimentations sur route - témoignages de maîtres d ouvrage 7.2. Présentation des sites expérimentaux sur la Haute Garonne Erick CONSTENSOU CG 31

115 Sommaire 1 - La Haute-Garonne en quelques chiffres 2 -Pourquoi«ROADSENSE» 3 - Expérimentation terrain et moyens mis en œuvre 4 - Premières impressions et perspectives

116 La Haute-Garonne en quelques chiffres : habitants (recensement 2010) 1,430 Milliard d uros de budget km de RD (. 4ème réseau Français) 500 km de RD de moyenne ou haute montagne arbres d alignement répartis sur un peu plus de km de RD ouvrages d art (ouverture > 2 m.) murs de soutènement

117 Pourquoi «ROADSENSE» Constat : en % des tués contre obstacles latéraux Campagne protection obstacles latéraux (notamment arbres entre 2001 et Budget de 18 M ) Aujourd hui encore 1/3 des tués contre obstacles (fossés notamment) avec une répartition très diffuse. Analyse des accidents : Sortie de route. sans cause connue un usager seul en cause de jour ou de nuit pas de zone d accumulation Situation actuelle : budget collectivité en baisse moins de moyens alerter et prévenir les sorties de routes

118 RD 632 : Expérimentation terrain et mise en oeuvre Trafic de 1200 véh/j (10 % PL) Vitesse de référence : 90 km/h RD bi-directionnelle avec 1 chaussée variant de 6,50 à 7,00 m accotements enherbés + fossés présence de plantations d alignement Marquage T2 en rive 6 accidents entre 2008 et 2010 : 5 tués et 7 BH 2 BNH (aucun accident sur la période 2005 / 2007)

119 RD 632 : Expérimentation terrain et mise en oeuvre 1 ère Section : 2 km en alignement droit 2 ème Section : un virage et son approche sur la 1 ère section : mise en œuvre de lignes d alerte audiotactiles en rive pour les 2 sens de circulation sur la 2 ème section : mise en œuvre d une double ligne d alerte audiotactile en axe dans la courbe et 150 m avant phase de référence avant mise en place dispositifs évaluation après mise en œuvre

120 Expérimentation terrain et mise en oeuvre

121 Expérimentation terrain et mise en oeuvre

122 Premières impressions et Perspectives 2 mois après la mise en œuvre : 1 er retour favorable des Forces de l Ordre : pas d effet notable sur la position des véhicules vitesse «apaisée» sur les sections équipées coût mise en œuvre : environ pour près de 3000 ml. soit 5 /ml reste à vérifier l apport en sécurité sur la durée.?

123 7. Expérimentations sur route - témoignages de maîtres d ouvrage 7.3. Présentation du site expérimental sur la Seine Maritime Philippe CHAUVIN CG 76

124 Site d expérimentation RD 6014 Choix du site : - validé par le Collège Départemental de Sécurité Routière - site «neutre» (alignement droit sans élément particulier) -présence d une station pour la mesure des trajectoires Travaux (fin août 2013) : Mise en œuvre de la politique départementale d optimisation du profil en travers avec une alerte creusée en rive avec marquage associé : - effaçage du marquage initial en rive - creusement des bandes d alerte en rive - marquage sur les bandes d alerte

125 Aménagement retenu - sur RD 6014 sortie de Boos V/J (9% PL) - longueur de zone : 1,6 km / revêtement ES 10/14 - largeur roulable totale : 7,30 m environ - position des lignes creusées : 3 m de l axe de la chaussée - dimensions des motifs : 20 x 35 x 2 cm - pas élémentaire entre engravure : 1m - implantation continue - marquage sur les lignes d alerte Avant Après

126 Mise en œuvre

127 Mise en œuvre

128 Aménagement Ligne d alerte audiotactile - engravures

129 Aménagement final à évaluer En complément de l évaluation mené par le CETE NC : - Exploitation en viabilité hivernale - Rétroréflexion / blancheur du marquage - Entretien de chaussée (à terme)

130 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 8. Expérimentations sur route méthodes d évaluation sur route et premiers résultats Eric VIOLETTE CETE Normandie Centre Séminaire final du 28 novembre 2013

131 Sommaire Outils, méthodes et expérimentations sur route 1 Possibilité et faisabilité d'expérimenter sur route Les sites expérimentaux des CG 2 Impacts des L2A Impact Indicateurs Mesures Modes opératoires Outils mis en œuvre 3 Premiers résultats obtenus 4 Perspectives

132 Possibilité et faisabilité Une démarche de concertation locale en lien avec : - la caractérisation des lignes audio-tactiles - les essais sur piste - les expérimentations sur simulateur de conduite Site Profil en travers Tracé en plan Implantation Type CG22 2 x 2 Courbe à gauche Rive Marquage barrettes CG31 Bi-di Courbe (droite et gauche) Axe Barrettes noires CG31 Bi-di Alignement droit Rive Barrettes noires CG76 Bi-di +réduction largeur de voie Alignement droit Rive Engravures

133 Possibilité et faisabilité Illustrations des sites expérimentaux CG31 CG76 CG22

134 SR SR SR SR SR Impact des L2A Matrice (non exhaustive) des impacts attendus Thème Impact Indicateur Réduction des accidents corporels Réduction de la gravité des accidents Modification de la trajectoire des véh Réduction des intrusions hors de la voie de circulation Risque de manœuvre inappropriée Nombre et types d'accidents AV/AP Tués et blessés graves AV/AP Vitesse Position latérale AV/AP Nombre d'intrusions AV/AP Actions sur les commandes du véhicule - Trajectoire Acceptabilité Pour les différents types d'usager Questionnaires (VL, PL, 2RM, Vélos) Acceptabilité Pour les gestionnaires Questionnaires - Entretiens

135 Impact des L2A Impact sur les trajectoires pratiquées Indicateur Étendue Mesure Outil de mesure Occurrence Vitesse ponctuelle Analyseur trafic Tous véh Position latérale sur la voie ponctuelle Mesure de position ou Vidéo Tous véh Intrusion hors de la voie ponctuelle - zonale Mesure de position ou Vidéo Rare Manœuvre inappropriée ponctuelle - zonale Vidéo Très rare

136 Impact des L2A Impact sur les trajectoires pratiquées : outils Technique Zone Mesures Avantages Inconvénients Énergie Observatoire des trajectoires 100m Vitesse, Position Zonal, Tous les véhicules Mise en œuvre, Perturbateur Faible Précision Pas de contexte véhicules croiseurs Longue durée Oui Vidéo simple 150m Position, Contexte Simple à mettre en œuvre Discret, Zonal Évènements (manuel) Pas de vitesse, Longue durée Travail de dépouillement important Non Vidéo + «DAI» 150m Position, Contexte Simple à mettre en œuvre Discret, Zonal Traitement des Évènements (automatique) Pas de vitesse, Longue durée Oui Eureca 250m Événement Position Contexte Simple à mettre en œuvre Discret, Zonal Recueil optimisé des évènements (automatique) Pas de vitesse, Tenue dans le temps Longue durée Oui Station microscopique de trafic Spot Position Vitesse Position latérale Mesures qualité «métrologique» Contexte véhicules croiseurs Discret Tous les véhicules Mise en œuvre, intrusif Pas de contexte vidéo et événement Mesure ponctuelle Coût Oui FRAO Spot Position Vitesse Mesures qualité «métrologique» Contexte véhicules croiseurs Discret Tous les véhicules Mise en œuvre Pas de contexte vidéo et événement Plus d opérateur au CETE Est Non Analyseur trafic Spot Trafic Vitesse Mesures qualité «métrologique» Contexte véhicules croiseurs Discret, Tous les véhicules Pas de contexte vidéo et événement Mise en œuvre selon capteur utilisé (boucle) Intrusif si boucle Non Mixte vidéo + analyseur trafic 150m Spot Position Vitesse Contexte Simple à mettre en œuvre Discret, Zonal Mesures qualité «métrologique» Contexte véhicules croiseurs Tous les véhicules 2 systèmes à déployer Dépouillement des images vidéo (assistance AUTOSCOPE à envisager) Oui Non

137 Impact des L2A Moyens mis en œuvre Gestionnaire Profil en travers Moyen d'observation Mesures CG22 2 x 2 vidéo Position latérale + intrusions + manœuvre CG31 Bi-di vidéo Position latérale + intrusions + manœuvre CG31 Bi-di vidéo Position latérale + intrusions + manœuvre CG76 Bi-di Vidéo + Station analyse microscopique de trafic Position latérale + intrusions + manœuvre + Vitesses pratiquées

138 Premiers résultats Courbe (à gauche) CG22 Position latérale voie de droite (PL libres) Position latérale voie de droite (VL libres) 100,0 100,0 90,0 80,0 PL Avant PL Après 90,0 80,0 VL Avant VL Après 70,0 70,0 Pro p ortio n 60,0 50,0 40,0 30,0 20,0 10,0 Proportion 60,0 50,0 40,0 30,0 20,0 10,0 0,0 Marquage Rive A droite Centré A gauche Marquage Axe Débord Axe 0,0 Marquage Rive A droite Centré A gauche Marquage Axe Débord Axe Le débord en rive est un phénomène rare Les VL circulent à gauche Les PL circulent moins à gauche que les VL Pas d'impact sur les positions latérales des VL et des PL Pas d'observation de manœuvre inappropriée Effectifs avant : 636 VL, 100 PL Effectifs après : 561 VL, 149 PL

139 Premiers résultats Alignement droit CG31 Position latérale des VL libres 100,0 90,0 80,0 70,0 VL Avant VL Après (arbres) VL Après (sans arbres) Proportions 60,0 50,0 40,0 30,0 20,0 10,0 0,0 Marquage Rive A droite Centré A gauche Marquage Axe Débord Axe Le débord en rive est un phénomène rare Les VL circulent majoritairement à gauche Léger effet de recentrage après L2A en rive Pas de manœuvre inappropriée Effectifs VL : 634 AV, 336 AP

140 Premiers résultats Courbe (à gauche) CG31 Position latérale des VL libres 100,0 90,0 80,0 VL Avant VL Après 70,0 Proportions 60,0 50,0 40,0 30,0 20,0 10,0 0,0 Marquage Rive A droite Centré A gauche Marquage Axe Débord Axe Effectifs avant : 90 VL Effectifs après : 203 VL Le débord en rive n'existe pas - Le débord en axe est fréquent Les VL circulent majoritairement à gauche Effet significatif de décalage à à droite des trajectoires Pas d'observation de manœuvre inappropriée

141 Premiers résultats Alignement droit CG76 Station d'analyse microscopique de trafic (mesures à chaque véhicule) : - horodate - sens de circulation - position latérale - vitesse - type de véhicule - interactions : TIV, DIV, Croisement

142 Premiers résultats Alignement droit CG76 : vitesses pratiquées Pas d'impact sur les vitesses pratiquées globalement, mais aussi en distinguant : - Jour / Nuit - VL / PL - Tous véhicules / Libres / Isolés - La présence de véhicules croiseurs Effectifs avant : véh Effectifs après : véh

143 Premiers résultats Alignement droit CG76 : occupation de la voie Avant aménagement : - les véhicules (VL et PL) circulent de manière plutôt centrée Après aménagement : - les véhicules (VL et PL) se décalent vers l'axe de la route - de 10 cm en début de zone - de 20 cm en fin de zone - la dispersion des positions latérales diminue Effectifs avant : véh Effectifs après : véh

144 Premiers résultats Alignement droit CG76 : intrusions en rive Avant aménagement : - Peu ou pas d'intrusion des VL sur le marquage de rive : 0 à 2% (sens) - Intrusion plus fréquente pour les PL : 8 à 30% (sens) Après aménagement : - Pas d'intrusion des VL - Très forte diminution pour les PL Position de la roue droite (Paris --> Rouen) Position de la roue droite (Rouen --> Paris ) PL Avant PL Après PL Avant PL Après Proportion Touche le marquage >10 cm >20 cm >30 cm >35cm Pro po rtion Touche le marquage >10 cm >20 cm >30 cm >35cm

145 Premiers résultats Alignement droit CG76 : intrusions en axe Avant aménagement : - Pas d'intrusion des VL sur le marquage axial - Peu ou pas d'intrusion des PL sur le marquage axial : 0 à 2% Après aménagement : - Situation pratiquement inchangée : VL : 0 à 1% PL : 1 à 2% la réduction du profil en travers associée à la L2A en rive ne conduit pas les usagers à empiéter sur la voie opposée

146 Premiers résultats Alignement droit CG76 : cas des véhicules croiseurs Inter-distance moyenne (cm) VL / VL VL / PL PL / PL Avant Après Réduction de 30 cm de l'inter-distance entre véhicules après aménagement - Lors des croisements de PL entre-eux : situation de conduite collaborative pour maintenir l'inter-distance VL / VL : cas VL / PL : 155 cas PL / PL : 7 cas

147 Premiers résultats Synthèse des expérimentations sur site Faisabilité de mise en œuvre avec des cas d'application diversifiés précise des possibilités de domaines d'emploi nouveaux, notamment sur route bi-directionnelle Faisabilité d'évaluation des impacts sur les trajectoires utilisation de 2 outils : vidéo + analyse microscopique de trafic des résultats partiels plutôt conformes à la littérature et à l'expérimentation sur simulateur

148 Prévention des sorties involontaires de voie par lignes d alerte audiotactiles 9. Conclusion et perspectives Pierre ANELLI Coordinateur AXIMUM Séminaire final du 28 novembre 2013

Gestion du patrimoine d infrastructures. Direction des Routes Conseil Général de l Ain

Gestion du patrimoine d infrastructures. Direction des Routes Conseil Général de l Ain Gestion du patrimoine d infrastructures Direction des Routes Conseil Général de l Ain COTITA Gestion du patrimoine d infrastructures - CG 01-19 juin 2012 Le Département de l AIN Un département industriel,

Plus en détail

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode Identification des besoins : la méthode des Focus Group Définition et descriptif de la méthode Identifier les besoins des utilisateurs Le Focus Group Le Focus Group est une activité de groupe ayant pour

Plus en détail

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES LES PLÉNIÈRES 2009 DU LCPC AUBERLET - ROSEY Page 1/17 Utilisation d un simulateur de conduite pour l étude de l impact d un aménagement routier sur la conduite : application aux hauts de côte ( INRETS-LCPC

Plus en détail

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx Projet d action de prévention routière À l attention de: Le aa/aa/ 2013 la société xxxxxx Comité du VAL D OISE CATALOGUE DES ACTIONS EN ENTREPRISE Association Prévention Routière (APR) Crée en 1949 loi

Plus en détail

Fiche recherche. 2 3. Étude réalisée avec le simulateur de conduite... 2. Étude in situ réalisée par le CETE Normandie Centre...

Fiche recherche. 2 3. Étude réalisée avec le simulateur de conduite... 2. Étude in situ réalisée par le CETE Normandie Centre... Fiche recherche Décembre 2013 RACA La Route Autrement pour une Conduite Apaisée Comprendre le comportement des usagers pour concevoir les routes différemment La collection "fiche recherche" a pour vocation

Plus en détail

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires)

L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) janvier 2013 L accidentalité routière en 2012 Bilan sommaire (en estimations provisoires) Sommaire 1. Les résultats provisoires de 2012 2. Perspectives longues 3. L image globale de l année 2012 4. L année

Plus en détail

Conférence de presse. du 22 avril 2014

Conférence de presse. du 22 avril 2014 Conférence de presse du 22 avril 2014 Programme 1. Bilan des accidents de la route 2013 2. Lancement de la campagne de sensibilisation «Levez le pied!» 3. Présentation du guide «Passages pour piétons en

Plus en détail

Perception de l'infrastructure, vitesse et position latérale: cas d entrée d'agglo, sommet de côte et aménagements en général.

Perception de l'infrastructure, vitesse et position latérale: cas d entrée d'agglo, sommet de côte et aménagements en général. Perception de l'infrastructure, vitesse et position latérale: cas d entrée d'agglo, sommet de côte et aménagements en général. F. Rosey & O. Bisson Cété-Normandie Centre DITM - ERA 34 Journée technique

Plus en détail

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES L image de motards o Parfois mal vus par population (imprudents) o Accélération violentes o Faufile entre voitures o Circule sur trottoirs, bande arrêt d urgence

Plus en détail

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière Sécurité routière Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu de la Sécurité Routière ETE 2003 Sécurité routière Sommaire Communiqué d actualité A l occasion du second chassé croisé de l été 2003, la Sécurité

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Période 2012-2014 Direction Principale des Routes Sous Direction des Politiques de l Entretien et de la Sécurité Routière CG 77 - SDPESR -SCSR Service

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway

Observatoire des effets du tramway Observatoire des effets du tramway Modes doux Méthodologie Les modes doux désignent les déplacements effectués à pied, à vélo, en roller Dans cette étude sur les effets du tramway, il est proposé d évaluer

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique.

Bilan annuel des accidents corporels. les données. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique. Direction départementale des territoires et de la mer de la Loire-Atlantique Observatoire départemental de sécurité routière les données 29 Bilan annuel des accidents corporels Sommaire I - LE BILAN GLOBAL...4

Plus en détail

Descripteurs acoustiques des espaces paysagers. Quelques éléments

Descripteurs acoustiques des espaces paysagers. Quelques éléments Descripteurs acoustiques des espaces paysagers Quelques éléments Acoustique des espaces paysagers Le confort acoustique dans les espaces paysagers Éléments d appréciation Une ambiance sonore modérée mais

Plus en détail

Découverte de l accident. Découverte de l accident

Découverte de l accident. Découverte de l accident Découverte de l accident 1 Découverte de l accident Découverte de l accident Pour vous, un accident de la route, c'est quoi? 2 Découverte de l accident Pour certain un accident c est : Un fait divers dans

Plus en détail

Audit de sécurité N7. Conférence de presse du mardi 3 juin 2008

Audit de sécurité N7. Conférence de presse du mardi 3 juin 2008 Audit de sécurité N7 Conférence de presse du mardi 3 juin 2008 1 L infrastructure routière L infrastructure - La géométrie : rayons, dévers, visibilité - Le gabarit : nombre de voies - Le revêtement :

Plus en détail

Pourquoi les zones 30?

Pourquoi les zones 30? Introduction de la Sommaire Pourquoi les zones 30? 3 Distance de freinage réduite 4 Réduction du bruit 5 Perte de temps minimale 5 Prescriptions du Ministère du Développement durable et des Infrastructures

Plus en détail

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse

Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse Bilan et évolution de l accidentologie en Creuse mardi 9 décembre 0 Forum IDSR source Google (intervenants départementaux de sécurité routière) Observatoire Départemental de Sécurité Routière Direction

Plus en détail

L accidentalité dans l Orne en 2013

L accidentalité dans l Orne en 2013 08 juillet 2014 2009 2010 2011 2012 2013 provisoire Accidents 185 148 178 131 129 37 25 22 26 26 Blessés 228 186 272 180 152 L insécurité routière recule légèrement en 2013. Le nombre d accidents corporels

Plus en détail

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS Service Hygiène et sécurité VOIRIE Fiche 1 CHANTIERS Janvier 2009 LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE De nombreux travaux ou interventions réalisés au sein de la collectivité (élagage des arbres, réseaux d

Plus en détail

Le contrôle de la signalisation horizontale

Le contrôle de la signalisation horizontale Le contrôle de la signalisation horizontale LRPC Aix / CETE Méditerranée 01/07/2008 1 Contrôle de la qualité des marquages : ECODYN Définitions Principe et description de l ECODYN Incertitudes des mesures

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

LE VEHICULE UTILITAIRE LEGER. Page 1

LE VEHICULE UTILITAIRE LEGER. Page 1 LE VEHICULE UTILITAIRE LEGER Page 1 Sommaire Les statistiques Une étude nationale sur les VUL Les facteurs de risques Les moyens de prévention Page 2 Les statistiques 35 millions de véhicules légers en

Plus en détail

E-bike Bicyclette électrique. La nouvelle manière de pratiquer le vélo

E-bike Bicyclette électrique. La nouvelle manière de pratiquer le vélo E-bike Bicyclette électrique La nouvelle manière de pratiquer le vélo 1 Sommaire Introduction p. 3 Technique et équipement p. 4 Règles de la circulation p. 7 Quelle bicyclette électrique pour moi? p. 7

Plus en détail

Rues sans voie piétonne

Rues sans voie piétonne Rues sans voie piétonne Les réseaux piétonniers ne sont pas toujours continus. En l absence de trottoir ou autre voie qui leur est réservée, les piétons sont contraints à longer le bord de la chaussée

Plus en détail

DDTM 50 - Coordination sécurité routière

DDTM 50 - Coordination sécurité routière DDTM 50 - Coordination sécurité routière DDTM 50 - Coordination sécurité routière En France en 2012 : Accidentalité des motocyclistes ------------------- Les victimes Sur 843 personnes qui ont perdu la

Plus en détail

ISAUr Logiciel de prévision de l impact sonore des aménagements urbains ISAUr Un logiciel de prévision de l impact sonore des aménagements urbains

ISAUr Logiciel de prévision de l impact sonore des aménagements urbains ISAUr Un logiciel de prévision de l impact sonore des aménagements urbains ISAUr Un logiciel de prévision de l impact sonore des aménagements urbains Judicaël PICAUT Page 2/12 Constat - Problématique Bruit et aménagements urbains Les aménagements urbains et péri-urbains, mis

Plus en détail

Applications concrètes au Conseil général de Loire-Atlantique

Applications concrètes au Conseil général de Loire-Atlantique COTITA Ouest Contribution des systèmes de transports intelligents (IT) dans la gestion des infrastructures et le développement de l intermodalité Applications concrètes au Conseil général de Loire-Atlantique

Plus en détail

Incidence du type de véhicule croisé sur le comportement perceptivo-moteur de l automobiliste en Réalité Virtuelle

Incidence du type de véhicule croisé sur le comportement perceptivo-moteur de l automobiliste en Réalité Virtuelle Incidence du type de véhicule croisé sur le comportement perceptivo-moteur de l automobiliste en Réalité Virtuelle Encadrement : Catherine BERTHELON (directrice de recherche) Laboratoire Mécanismes D Accident,

Plus en détail

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération

Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Circulation motorisée et santé : des interventions pour mitiger ses impacts Routes en traversée d agglomération Edmonton, 11 juin 2012 Catherine Berthod, ing., urb. Direction de la sécurité en transport

Plus en détail

des Territoires Vaucluse Achat et installation d'un simulateur de conduite automobile DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Cahier des Charges

des Territoires Vaucluse Achat et installation d'un simulateur de conduite automobile DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Cahier des Charges 1 / 5 Maître d'ouvrage : Direction Départementale des Territoires Vaucluse Achat et installation d'un simulateur de conduite automobile DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Cahier des Charges Direction

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE. Présenté par : Mawoutoe FATONZOUN Directeur Général des Transports du TOGO

DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE. Présenté par : Mawoutoe FATONZOUN Directeur Général des Transports du TOGO DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE Présenté par : Mawoutoe FATONZOUN Directeur Général des Transports du TOGO DIAGNOSTIC GLOBAL DE SECURITE ROUTIERE INTRODUCTION Les accidents de la circulation sont

Plus en détail

Zones de rencontre et zones 30 en Suisse: quelle sécurité pour les PMR? Yasmine Bani-Hachemi Ville de Genève

Zones de rencontre et zones 30 en Suisse: quelle sécurité pour les PMR? Yasmine Bani-Hachemi Ville de Genève Zones de rencontre et zones 30 en Suisse: quelle sécurité pour les PMR? Yasmine Bani-Hachemi Ville de Genève VILLE DE GENEVE Département des constructions et de l aménagement Service de l aménagement urbain

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA VALISE PÉDAGOGIQUE POUR UNE SITUATION DE «CHANGEMENT TARDIF DE DIRECTION»

PRÉSENTATION DE LA VALISE PÉDAGOGIQUE POUR UNE SITUATION DE «CHANGEMENT TARDIF DE DIRECTION» PRÉSENTATION DE LA VALISE PÉDAGOGIQUE POUR UNE SITUATION DE «CHANGEMENT TARDIF DE DIRECTION» Changement tardif de direction [9] Ce document fait partie d une «valise pédagogique» destinée à la sensibilisation

Plus en détail

Le portail automobile de référence!

Le portail automobile de référence! Article Premier. - La route et ses dépendances. «Agglomération» : Toute surface sur laquelle ont été bâtis des immeubles rapprochés et dont l entrée et la sortie sont annoncées par une signalisation verticale

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain Sétra interurbain urbain Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Lieux accidentés - Milieu urbain et milieu interurbain Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information

Plus en détail

Guide : Recommandations pour la prise en compte des 2RM dans l aménagement et la gestion des infrastructures Hélène de SOLERE - CERTU

Guide : Recommandations pour la prise en compte des 2RM dans l aménagement et la gestion des infrastructures Hélène de SOLERE - CERTU Guide : Recommandations pour la prise en compte des 2RM dans l aménagement et la gestion des infrastructures Hélène de SOLERE - CERTU Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et

Plus en détail

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique

MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique MOTAC : Motorcycle accident causation, Belgique Mathieu ROYNARD, IBSR Journées Scientifiques "Deux-roues motorisés" 15 et 16 octobre 2013, Lyon-Bron Groupe d Échanges et de Recherche de l'ifsttar (GERI)

Plus en détail

Répondre aux défis du vieillissement démographique par une route durablement visible et lisible

Répondre aux défis du vieillissement démographique par une route durablement visible et lisible L'usager au cœur des réseaux d'infrastructures durables & innovantes Répondre aux défis du vieillissement démographique par une route durablement visible et lisible Catherine Gabaude IFSTTAR Jean-Luc Vincent

Plus en détail

Projet CSC-2RM Étude des Comportements Spontanés de Conduite des usagers 2RM dans le trafic urbain et périurbain

Projet CSC-2RM Étude des Comportements Spontanés de Conduite des usagers 2RM dans le trafic urbain et périurbain INSTITUT FRANCAIS DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DES TRANSPORTS, DE L AMMENAGEMENT ET DES RESEAUX Projet CSC-2RM Étude des Comportements Spontanés de Conduite des usagers 2RM dans le trafic urbain et périurbain

Plus en détail

Pascal Contremoulins. Pascal Contremoulins Colloque «Le transport interurbain et la sécurité routière» 22/06/2015

Pascal Contremoulins. Pascal Contremoulins Colloque «Le transport interurbain et la sécurité routière» 22/06/2015 22/06/2015 LE RESEAU CONCEDE Colloque «Le transport interurbain et la sécurité routière» 22/06/2015 2 LE TRAFIC Répartition du trafic VL et PL (y compris les bus) sur les autoroutes concédées en 2014:

Plus en détail

Marion Maestracci Alain Boulanger

Marion Maestracci Alain Boulanger Marion Maestracci Alain Boulanger La marche des seniors en milieu urbain dense : le cas de Paris Les éléments à connaître afin de promouvoir et sécuriser la marche Direction de la Voirie et des Déplacements

Plus en détail

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN Une ambition : généraliser les procédures d analyse de tous les accidents corporels de la circulation. Une démarche effective

Plus en détail

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles ATLANTIQUE Prescriptions & Procédures pour les Interventions d exploitation sur les Routes bi-directionnelles septembre 2008 2 Généralités Ce document a pour objet de définir les procédures de pose et

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire des vitesses : résultats de l année 2011 Extrait de «la sécurité routière en France Bilan de l année 2011» La vitesse pratiquée

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES L UEL, en partenariat avec l Association d assurance accident et forte de la participation d acteurs nationaux, a lancé une nouvelle version de

Plus en détail

Les accidents de la route dans le Rhône 2008-2012

Les accidents de la route dans le Rhône 2008-2012 Les accidents de la route dans le Rhône 2008-2012 Nombre d'accidents corporels Rhône-Alpes Année 2012 Le département du Rhône concentre plus de 40% des accidents de la région en raison de son caractère

Plus en détail

IV. CAPACITE ET VITESSE

IV. CAPACITE ET VITESSE IV. CAPACITE ET VITESSE EN FONCTION DE LA GEOMETRIE DES ROUTES ET DES TUNNELS ROUTIERS IV.1. Introduction Cette partie traite des différents mouvements de la circulation à l intérieur d un tunnel routier

Plus en détail

Les Français sur les routes

Les Français sur les routes Les Français sur les routes Institut CSA pour RTL et Auto Plus Décembre 2013 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA / RTL / AUTO PLUS réalisé par Internet du 17 au 19 décembre 2013. Echantillon

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique du département évaluation du SGMAP)

Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique du département évaluation du SGMAP) Intitulé de l évaluation : gestion du réseau routier national non concédé Date de la fiche : 16-avril 2015, revue 22-avril Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique du département évaluation

Plus en détail

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Claude MARIN-LAMELLET Marie-Christine CHEVALIER PFI Innovations dans les transports guidés urbains et régionaux Séminaire du 17/10/2006 Ergonomie, Confort et

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

Quels retours d'expérience des voies réservées sur autoroute? Séminaire EPSR Mardi 09 juin 2015

Quels retours d'expérience des voies réservées sur autoroute? Séminaire EPSR Mardi 09 juin 2015 Quels retours d'expérience des voies réservées sur autoroute? Séminaire EPSR Mardi 09 juin 2015 Contexte Le concept de développement des infrastructures par recherche de vitesse a montré ses limites (étalement

Plus en détail

t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html

t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html t-durable.gouv.fr/- L accessibilité Accessibilite-.html en détails www.developpement-durable.gouv.fr/-accessibilite-.html La règlementation sur l'accessibilité dans les ERP et IOP, quels que soient leur

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 4 : La maîtrise des techniques usuelles de l information et de la communication Contribution

Plus en détail

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012

Coutances Étude d'accidentologie 2008-2012 SERVICE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 23 Coutances Étude d'accidentologie 28-22 Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Manche . DONNÉES GÉNÉRALES

Plus en détail

MODÉLISATION ET GESTION DES BUS: SOLUTIONS INTERMÉDIAIRES ENTRE DES VOIES PARTAGÉES ET RÉSERVÉES

MODÉLISATION ET GESTION DES BUS: SOLUTIONS INTERMÉDIAIRES ENTRE DES VOIES PARTAGÉES ET RÉSERVÉES MODÉLISATION ET GESTION DES BUS: SOLUTIONS INTERMÉDIAIRES ENTRE DES VOIES PARTAGÉES ET RÉSERVÉES Journée «Voies réservées aux TC et au covoiturage» Jeudi 9 avril 2015 au CEREMA Centre-Est Etienne Hans

Plus en détail

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE Analyse vibratoire expérimentale : outil de surveillance et de diagnostic Dr Roger SERRA ENIVL / LMR 1 Contexte (1/2) Première publication de la charte

Plus en détail

Mesures de l état du réseau Domaine Voie Tendances, perspectives et innovations

Mesures de l état du réseau Domaine Voie Tendances, perspectives et innovations Mesures de l état du réseau Domaine Voie Tendances, perspectives et innovations Symposium Infra - Direction de la maintenance du réseau : Régis Ambert, Division Ingénierie de la Maintenance de la Voie

Plus en détail

Présentation de l étude. «Comportements des poids lourds»

Présentation de l étude. «Comportements des poids lourds» Présentation de l étude «Comportements des poids lourds» 1 Présentation de l étude Objectifs de l étude Cadres et données retenus Généralités Accidentologie des Poids Lourds en Auvergne Flux des Poids

Plus en détail

Intelligence à bord? Jusqu à 50 % d accidents graves en moins avec les systèmes d assistance à la conduite. www.qi-auto.ch

Intelligence à bord? Jusqu à 50 % d accidents graves en moins avec les systèmes d assistance à la conduite. www.qi-auto.ch Intelligence à bord? Jusqu à 50 % d accidents graves en moins avec les systèmes d assistance à la conduite. www.qi-auto.ch Systèmes d assistance à la conduite Les systèmes d assistance à la conduite offrent

Plus en détail

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010

SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd. 7 juin 2010 SCP d Architecture et d Aménagement du Territoire DESCOEUR F & C 49 rue des Salins, 63000 Clermont Fd Commune de Coulandon CONTRATT COMMUNAL D AMENAGEMENT DE BOURG FICHE ACTION 1 Aménagement de la route

Plus en détail

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie»

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Contrôle 2 roues-motorisés et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» le vendredi 24 mai 2013 au Grand Travers à Carnon Le Préfet de l Hérault

Plus en détail

Les conduites addictives

Les conduites addictives Les conduites addictives Depuis 2006, l alcool est le premier facteur d accidents au niveau national et est responsable de plus de 29 % des accidents mortels il est présent dans 9% des accidents corporels

Plus en détail

Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier. Observatoire Régional de Sécurité Routière

Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier. Observatoire Régional de Sécurité Routière Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier Observatoire Régional de Sécurité Routière Ministère de l Egalité des Territoires et du Logement - Ministère de l'ecologie,

Plus en détail

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien Débat Public VRAL Visite presse ASF Vedène - 17/05/2006 L A7 et l A9 en quelques chiffres Un des axes de liaison

Plus en détail

Classification et balisage des parcours VTT

Classification et balisage des parcours VTT Classification et balisage des parcours VTT Randonnée Enduro Descente Guide à l attention des clubs et des maîtres d ouvrage Sommaire Edito Page 2 1 : Parcours de randonnée et itinérance Page 3 A- Identification

Plus en détail

Gestion de l entretien en milieu urbain appliqué à la Chaux de Fonds. Marc Antoine Fénart LAVOC EPFL

Gestion de l entretien en milieu urbain appliqué à la Chaux de Fonds. Marc Antoine Fénart LAVOC EPFL Gestion de l entretien en milieu urbain appliqué à la Chaux de Fonds Marc Antoine Fénart LAVOC EPFL Déroulement de la présentation Démarche de la gestion de la maintenance Indices d état Auscultation Données

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Schéma Directeur Accessibilité

Schéma Directeur Accessibilité Schéma Directeur Des services régionaux de transport de voyageurs - Deuxième concertation en Gironde - Contenu de la présentation Rappel des étapes antérieures sur le réseau ferroviaire (Maillage, référentiel

Plus en détail

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL Le pour les I - Les cheminements extérieurs Article 2 «[ ] Lorsqu une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5 % doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs

Plus en détail

Etude géométrique d un tronçon de route

Etude géométrique d un tronçon de route Etude géométrique d un tronçon de route 1- Objet du rapport : Le rapport suivant est une synthèse du travail effectué par notre groupe. L étude consiste à concevoir un tronçon de route reliant deux points

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage 1. Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage Bordeaux, le 8 juin 2010 OBJET La réalisation d une ligne nouvelle entraine l interception ou le voisinage avec des réseaux

Plus en détail

Bienvenue 23/10/2014. Réseau wifi ouvert: t Godshuis

Bienvenue 23/10/2014. Réseau wifi ouvert: t Godshuis Bienvenue 23/10/2014 Réseau wifi ouvert: t Godshuis Tony De Mesel Sécurité et systèmes d aide à la conduite Senior editor technique automobile chez Fleet & Business et VAB Magazine Quels sont les systèmes

Plus en détail

PARTAGE Contrôle partagé entre conducteur et assistance à la conduite automobile pour une trajectoire sécurisée

PARTAGE Contrôle partagé entre conducteur et assistance à la conduite automobile pour une trajectoire sécurisée Séminaire de valorisation GO 2 «Sécurité routière» 22 mars 2010 - Paris PARTAGE Contrôle partagé entre conducteur et assistance à la conduite automobile pour une trajectoire sécurisée Coordinateur : Jean-Michel

Plus en détail

Pour une mobilité sure et durable des

Pour une mobilité sure et durable des Safe Move For older drivers Pour une mobilité sure et durable des conducteurs âgés Claude Marin-Lamellet IFSTTAR-TS2-LESCOT 2 Partenaires Projet miroir en Suède Financeurs 3 Personnes impliquées IFSTTAR

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42 1/ Lorsque nous marchons le long d une route avec un groupe d enfants, devons-nous le faire à gauche ou à droite de la chaussée? Quelles précautions particulières devons-nous prendre lors des déplacements

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

Dispositif de contrôle d'accès à la descente de Laffrey Les études phase 1

Dispositif de contrôle d'accès à la descente de Laffrey Les études phase 1 Dispositif de contrôle d'accès à la descente de Laffrey Les études phase 1 Commande et calendrier Etude et mise en place en amont du début de la descente, d'un portique à gabarit réduit et d'un passage

Plus en détail

RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL D UN VEHICULE UTILITAIRE LEGER

RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL D UN VEHICULE UTILITAIRE LEGER RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL DUREE 2 jours soit14 heures DATES 13 et 14 mars 2013 LIEU Site Centaure A62 Echangeur de Saint-Jory 31150 BRUGUIERES FRAIS PEDAGOGIQUES 540 / stagiaire Niveau

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP

ACCESSIBILITE DANS LES ERP ACCESSIBILITE DANS LES ERP SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 1ère partie La législation Accessibilité: le principe La

Plus en détail

NOTE D INFORMATION ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR

NOTE D INFORMATION ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR NOTE D INFORMATION Circulation Sécurité Equipement Exploitation Auteur : SETRA - CSTR 113 ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR Editeur : Mars 1998 Le logiciel SECAR est un système

Plus en détail

TRAFIC ROUTIER ET ACCIDENTOLOGIE

TRAFIC ROUTIER ET ACCIDENTOLOGIE TRAFIC ROUTIER ET ACCIDENTOLOGIE I II Le trafic routier sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Les chiffres de l accidentologie Les chiffres clés de la Communauté d Agglomération du Calaisis Carrefour

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Apport de la simulation de conduite dans le cadre de l'action 2

Apport de la simulation de conduite dans le cadre de l'action 2 Apport de la simulation de conduite dans le cadre de l'action 2 Lara Désiré Laboratoire Régional de Saint-Brieuc ERA33 «Comportement de l'usager et infrastructure PCI «Evaluation des politiques de sécurité

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Commune X Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Les cheminements

Plus en détail

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002 Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien 9 juin 2006 Claude GOT Deux ruptures brutales ont été observées Elles ont toutes les deux été provoquées par des décisions politiques Juillet

Plus en détail

Aide au stationnement

Aide au stationnement Aide au stationnement Aide au stationnement PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT MISE EN GARDE L aide au stationnement avant peut émettre des signaux sonores si elle détecte une tonalité de fréquence utilisant la

Plus en détail

MMinistère. UDirection AMENAGEMENTS DE CARREFOURS EN RASE CAMPAGNE ET SECURITE CEIE. Décembre 1996. Départementale de l'equipement

MMinistère. UDirection AMENAGEMENTS DE CARREFOURS EN RASE CAMPAGNE ET SECURITE CEIE. Décembre 1996. Départementale de l'equipement MMinistère de l'equipement, du Logement, des Transports et du Tourisme UDirection Départementale de l'equipement Seine Maritime CEIE AMENAGEMENTS DE CARREFOURS EN RASE CAMPAGNE ET SECURITE Décembre 1996

Plus en détail