LA CAMPAGNE ELECTORALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CAMPAGNE ELECTORALE"

Transcription

1 LA CAMPAGNE ELECTORALE INTRODUCTION L article 47 de la loi n du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin, définit la campagne électorale comme «l ensemble des opérations de propagande précédant une élection et visant à amener les électeurs à soutenir les candidats en compétition». C est une période durant laquelle les candidats à une élection font connaître leur programme politique aux électeurs dont ils sollicitent le suffrage. Elle est obligatoire pour tout candidat à une élection 1. Ainsi, tout événement susceptible d empêcher son déroulement est interdit. Par exemple, aux termes de l article 59 alinéa 2 du code électoral, «toutes les manifestations culturelles traditionnelles publiques ou toutes autres manifestations susceptibles de restreindre les libertés individuelles sont interdites pendant la période allant de l ouverture officielle de la campagne électorale au jour du vote sous peine de sanctions». De la même manière, «nul n a le droit d empêcher de faire campagne ou d intimider de quelque manière que ce soit, un candidat ou un groupe de candidats faisant campagne sur le territoire de sa circonscription électorale» (article 57 du code électoral). Une telle imposition peut aisément s expliquer dans un régime démocratique qui est celui auquel le peuple béninois a affirmé son attachement depuis 1990 à travers sa Constitution. En effet, dans un tel régime où la souveraineté appartient au peuple, il est normal que le peuple appelé à désigner ses représentants pour l exercice de la souveraineté dont il est investi, puisse opérer un choix éclairé. Or, il est évident qu il ne saurait le faire s il n a pas connaissance des différents programmes politiques que lui proposent les candidats. Les opérations de propagandes préélectorales sont donc menées à cette fin. Elles se déroulent sous forme de réunions électorales, de manifestations et rassemblements électoraux, de distribution de bulletins, circulaires ou autres documents de propagande, de 1 Article 47 in fine du code électoral.

2 pratiques publicitaires, d émissions radio ou télé à des fins de propagande Au vu de l importance de ces activités, la campagne électorale est soumise à une règlementation stricte. Il s agit notamment des articles 47 à 67 de la loi n du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin. Mais «les dispositions des lois et règlements en matière de presse et de communication audiovisuelle en vigueur en République du Bénin relatives à la propagande électorale» sont également applicables (article 143 alinéa 2 du code électoral). Il en est de même de la loi sur les réunions et manifestations publiques qui s appliquent aux manifestations et rassemblements électoraux sous réserve des dispositions contraires du code électoral (article 59 du code électoral). La règlementation touche aussi bien les actes préparatoires à la campagne électorale (I) que sa mise en œuvre proprement dite (II). I-Les actes préalables aux opérations de propagande Il s agit de l ouverture de la campagne (A) et de son financement (B). A- L ouverture de la campagne électorale Aux termes de l article 53 du code électoral : «La campagne électorale est déclarée ouverte par décision de la commission électorale nationale autonome (CENA)». C est donc la CENA et elle seule qui peut officiellement déclarer ouverte la campagne. Elle doit le faire dans la période indiquée par les textes. «Cette période court de la date de publication par la Commission électorale nationale autonome (CENA) des listes de candidats retenus et s achève à la clôture du scrutin» (article 48 alinéa 2). Elle est prévue pour durer 15 jours sauf dérogation prévue par la loi (article 53 alinéa1 du code électoral). Elle doit donc débuter seize jours avant la date programmée pour le scrutin puisqu elle doit nécessairement s achever «la veille du scrutin à 00 heure, soit vingt-quatre (24) heures avant le jour du 2

3 scrutin» (article 53 alinéa 2 du code électoral). Ce délai est de rigueur et en aucun cas, «nul ne peut, par quelque moyen ou sous quelque forme que ce soit, faire campagne électorale en dehors de la période prévue» (article 54 du code électoral). En conséquence, «les affiches électorales et autres moyens de propagande doivent être retirés concurremment par la Commission électorale nationale autonome (CENA) et les autorités communales et locales, un (01) jour franc avant le début du scrutin, sous peine des sanctions» (article 67 du code électoral). L ouverture de la campagne électorale par la CENA est l acte officiel qui lance les opérations de propagande électorale. Mais avant, il est nécessaire de mobiliser le financement. Ce financement est également soumis à une réglementation stricte. B- Le financement de la campagne électorale Il est soumis aux exigences des articles 107 à 114 du code électoral. Aux termes de l article 107 en son alinéa 7, «les dépenses engagées par les candidats, les partis ou alliances de partis politiques durant la campagne électorale sont à leur charge». Cependant, des remboursements peuvent leur être effectués par l Etat suivant des critères et des modalités bien précis. Ces critères varient en fonction du type d élection dont il s agit. C est ainsi que pour les élections législatives et locales, un forfait dont le minimum ne saurait être inférieur à cinq millions ( ) de francs dans le cadre des élections législatives est alloué aux candidats qui, seulement, ont été élus (article 113 alinéas 1 et 2). Par contre, pour l élection présidentielle, le remboursement est acquis pour tous les candidats ayant obtenu au moins 10% des suffrages exprimés. Le minimum remboursable est ici fixé à de francs (article 113 alinéa 3 du code électoral). Les remboursements doivent s effectuer dans un certain délai. Pour les élections législatives, ils doivent intervenir au plus tard six (06) mois après la date du scrutin (article 385 alinéa 3 du code électoral). Pour tous les autres types d élection, aucun 3

4 remboursement ne peut rester ineffectif avant le 31 décembre de l année des élections (article 113 alinéa 4 du code électoral). Par ailleurs, des limites sont fixées pour les dépenses relatives à la campagne électorale. Cette limitation s impose «à tout parti politique ou à tout individu prenant part aux élections du Président de la République, des membres de l Assemblée Nationale, des membres des conseils communaux ou municipaux et des membres des conseils de village ou de quartier de ville», que les dépenses soient engagées par eux-mêmes ou par des tierces personnes (article 110 du code électoral), et se présente comme suit : - cinq cent mille ( ) francs par candidat pour l élection des membres des conseils de village ou de quartier de ville ; - un million cinq cent mille ( ) de francs par candidat pour les élections communales ou municipales ; - quinze millions ( ) de francs par candidat pour les élections législatives ; - deux milliards cinq cent millions ( ) de francs pour l élection du Président de la République. (article 110 du code électoral). En conséquence, les candidats individuels régulièrement inscrits ainsi que les partis politiques prenant part à quelque type d élections sont tenus d établir un compte prévisionnel de campagne précisant l ensemble des ressources et des dépenses à effectuer à déposer à la chambre des comptes de la Cour suprême quarante (40) jours au moins avant la date des élections (article 111 du code électoral). II-Les opérations de propagande proprement dites Les actions à mettre en œuvre (A) ne peuvent être exécutées que par certaines personnes déterminées (B). A- Les actions de propagande Durant la période de la campagne électorale, les candidats, les partis politiques ainsi que les groupes ou alliances de partis politiques sont autorisés à organiser des réunions électorales 4

5 (article 55 du code électoral). «La réunion électorale est celle qui a pour but, l audition des candidats aux fonctions de Président de la République, de député à l Assemblée Nationale, de conseillers communaux, ou de conseillers de village ou de quartier de ville, en vue de la vulgarisation de leur programme politique ou de leur projet de société» (article 56 du code électoral). Elles sont libres mais ne peuvent se tenir sur les voies publiques. Elles sont aussi interdites entre vingt-trois (23) heures et sept (07) heures (article 57 alinéa 1). Avant la tenue de toute réunion sur un lieu public, une déclaration «doit être faite au maire ou au chef d arrondissement ou au chef de village ou de quartier de ville en son cabinet ou en sa permanence». La déclaration doit être faite par écrit et être signifiée au cours des heures légales d ouverture des services administratifs au moins quatre (04) heures à l avance (article 57 du code). Les candidats, partis politiques ou groupes ou alliances de partis politiques sont également autorisés à utiliser pour la campagne électorale, les médias d Etat à savoir la radiodiffusion, la télévision et la presse écrite (article 65 du code électoral). Ils y sont autorisés pour présenter leur programme aux électeurs «dans le respect des procédures et modalités déterminées par la Haute Autorité de l Audiovisuel et de la Communication (HAAC)» (article 48 alinéa 3 du code électoral. Les règles de déontologie de la presse s imposent plus qu ailleurs à la campagne médiatique. Des emplacements spécifiques sont réservés pour des affiches et lois électorales ainsi que pour des rassemblements à caractère politique. Ces emplacements sont déterminés par arrêté du maire de la commune en accord avec la Commission électorale nationale autonome (CENA) (article 50 et 52 du code électoral). En dehors de ces emplacements spéciaux déterminés, aucun affichage relatif aux élections ne peut être apposé à aucun autre endroit (article 50 alinéa 2 du code électoral). Les candidats désireux d exploiter les emplacements destinés à recevoir les affiches sont tenus d adresser une demande au maire de la Commune soixante-douze (72) heures avant l ouverture de la campagne électorale (article 51 du code électoral). 5

6 Il importe ici d indiquer que dans le processus de déroulement des opérations de propagande électorale, le principe d égalité est de rigueur. Il est affirmé à plusieurs reprises. Ainsi pour l accès aux médias par exemple l article 48 du code électoral dispose : «En période électorale, les candidats ou listes de candidats bénéficient d un accès équitable aux organes de communication audiovisuelle publics ou privés». La haute Autorité de l audiovisuel et de la communication est chargée de veiller à l accès équitable des candidats et partis politiques aux médias d Etat. En outre, pour les affiches à des fins publicitaires, une surface égale bien déterminée est attribuée à chaque candidat dans l emplacement réservé à cette fin (article 51 du code électoral). Dès lors, il est interdit à chaque candidat de procéder à un affichage dans l emplacement attribué aux autres candidats (article 49 dernier alinéa). Il est également interdit à tout agent public, de distribuer au cours de ses heures de service, des bulletins, circulaires ou autres documents de propagande et de porter ou d arborer des emblèmes ou des signes distinctifs des candidats (article 61 du code électoral). De même, «il est interdit de distribuer le jour du scrutin, des bulletins, circulaires ou autres documents de propagande et de porter ou d arborer des emblèmes ou des signes distinctifs des candidats sur les lieux de vote» (article 60 du code électoral). En outre, «les pratiques publicitaires à caractère commercial, l offre de tissus, de tee-shirts, de stylo, de porte-clefs, de calendrier et autres objets utilitaires à l effigie des candidats ou symbole des partis ainsi que leur port et leur utilisation, les dons et libéralités ou les faveurs administratives faits à un individu, à une commune ou à une collectivité quelconque de citoyens à des fins de propagande pouvant influencer ou tenter d influencer le vote sont et restent interdits six mois avant tout scrutin et jusqu à son terme». Dans la même logique, il est interdit d utiliser les attributs, biens ou moyens de l Etat, d une personne morale publique, des institutions ou organismes publics aux mêmes fins six mois avant tout scrutin. 6

7 B- Les personnes autorisées La campagne électorale est réservée exclusivement aux politiques. En effet, aux termes de l article 55 du code électoral, «Les partis politiques reconnus conformément aux dispositions de la charte des partis politiques, les groupes ou alliances de partis politiques ainsi que les candidats régulièrement inscrits sont seuls autorisés à organiser des réunions électorales». «En cas de nécessité, les candidats peuvent se faire représenter à ladite réunion» (article 56 alinéa 2 du code électoral). Le politique, candidat à l élection, peut agir seul ou par l intermédiaire de son groupe politique constitué en un seul parti politique ou en groupes ou alliances de partis politiques. Dès lors, le droit de faire campagne est incompatible avec certaines fonctions. C est ainsi qu «il est interdit à tout préfet et toute autorité non élue de l administration territoriale, à tout chef de représentation diplomatique et consulaire, à tout membre de la Commission électorale nationale autonome (CENA), à tout le personnel électoral en général de se prononcer publiquement d une manière quelconque sur la candidature, l éligibilité et l élection d un citoyen ou pour susciter ou soutenir sa candidature ou de s impliquer dans toute action ou initiative qui y concourt» (article 64 du code électoral). De même, «les associations et les organisations non gouvernementales légalement reconnues ne peuvent soutenir, ni tenir des propos visant à ternir l image des candidats ou des partis politiques sous peine de déchéance de leur statut» et des sanctions pénales prévues à l article 114 alinéa 1 er du code électoral «contre les personnes physiques en charge des associations ou organisations concernées» (article 66 du code électoral). 7

LA CAMPAGNE ELECTORALE

LA CAMPAGNE ELECTORALE LA CAMPAGNE ELECTORALE Aux termes de l article 47 de la Loi n 2013-06 du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin, «la campagne électorale est l ensemble des opérations de propagande

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG Article 1 Dénomination Inscription Il existe une association qui se dénomme «AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG».

Plus en détail

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés.

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FEDERALE, VU la Constitution du 1er Septembre 1961; VU le n 67/LF/67 du 12 Juin 1957 portant

Plus en détail

La communication en période préélectorale MAI 2016

La communication en période préélectorale MAI 2016 P R E M I E R M I N I S T R E La communication en période préélectorale MAI 2016 Mémento En période préélectorale, la communication gouvernementale doit, strictement, respecter le principe de la non utilisation

Plus en détail

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique STATUTS Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901, ayant pour dénomination : AIDUCE : Association Indépendante

Plus en détail

Affichage obligatoire

Affichage obligatoire Bordeaux, le 3 octobre 2014 Le Recteur de l Académie de Bordeaux Chancelier des universités d Aquitaine à Mesdames et Messieurs les Inspecteurs d Académie, Directeurs académiques des services de l Education

Plus en détail

Loi Organique relative aux élections et aux référendums

Loi Organique relative aux élections et aux référendums Loi Organique relative aux élections et aux référendums Titre I : Dispositions générales Article Premier : La présente loi a pour objet l organisation des élections et des référendums. Article 2 : Le suffrage

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

Sénégal. Code des investissements

Sénégal. Code des investissements Code des investissements Loi n 2004-06 du 6 février 2004 [NB - Loi n 2004-06 du 6 février 2004 portant Code des investissements Modifiée par la loi n 2012-32 du 31 décembre 2012] Titre 1 - Définitions

Plus en détail

Circulaire du 2 novembre 2010

Circulaire du 2 novembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTSF1024195C Circulaire du 2 novembre 2010 Relative aux modalités d accueil des élèves de l enseignement secondaire

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL Le code du travail impose un accord entre le chef d entreprise et les organisations syndicales sur un certain nombre de points pour encadrer l organisation des élections.

Plus en détail

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE I - CONTEXTE Les membres de l Eurorégion Pyrénées-Méditerranée souhaitent valoriser

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT PREAMBULE Le Comité Technique d Etablissement (C. T. E.) du Centre Hospitalier de SOMAIN est régi par les textes législatifs et réglementaires suivants

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Ordonnance n o 2015-1630 du 10 décembre 2015 complétant et précisant les règles financières et

Plus en détail

ÉLECTIONS DES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX À LA COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE TRANSITOIRE UNIQUE SOMMAIRE

ÉLECTIONS DES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX À LA COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE TRANSITOIRE UNIQUE SOMMAIRE République française Polynésie française www.cgf.pf ÉCTIONS DES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX À LA COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE TRANSITOIRE UNIQUE SOMMAIRE CORPS ÉCTORAL p. 2 S ÉCTIONS p. 3 S OPÉRATIONS

Plus en détail

Mémento «La loi sur les résidences secondaires»

Mémento «La loi sur les résidences secondaires» Mémento «La loi sur les résidences secondaires» Situation de départ Le 11 mars 2012, le peuple suisse acceptait l initiative sur les résidences secondaires. Depuis, la proportion de résidences secondaires

Plus en détail

Appel à Candidature. Entrepreneur social

Appel à Candidature. Entrepreneur social Appel à Candidature Entrepreneur social «Etude de faisabilité et création d un espace de co-working sur la commune de Tournefeuille» 1) Eléments de contexte Depuis 2006, La Maison de l emploi et de la

Plus en détail

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation.

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation. MESR 27 octobre 2006 Statuts-types de fondation de coopération scientifique «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation Article 1 er «Le réseau thématique de recherche avancée» 1

Plus en détail

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 05- /AU

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 05- /AU UNION DES COMORES Unité Solidarité Développement ------ ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 05- /AU Portant loi électorale Conformément aux dispositions de l Article 19 de la constitution de l Union des Comores

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/16/023 DÉLIBÉRATION N 16/008 DU 2 FÉVRIER 2016 RELATIVE À LA CRÉATION D'UNE BANQUE DE DONNÉES "TAMPON" AUPRÈS DE LA

Plus en détail

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT UNSA-territoriaux 21, rue Jules Ferry 93 177 Bagnolet Cedex elections@unsa-territoriaux.org 06 17 43 57 96 Circulaire électorale n 9 Le CHSCT Nous avons moins de trois semaines pour faire en sorte que

Plus en détail

CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE

CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE Être fonctionnaire La catégorie de fonctionnaire de l État regroupe tous les agents publics titulaires qui travaillent : pour l administration centrale (les ministères, dont

Plus en détail

Supprimer la dernière phrase

Supprimer la dernière phrase DECRET N 85-397 DU 3 AVRIL 1985 RELATIF A L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Modifié par : - Décret n 85-1230 du 23 novembre 1985 (J.O. du 24 novembre 1985) ; - Décret

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 - 1-411.200 Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu les articles 8, 43, 56, 58 et 59 de la loi sur le cycle

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana Loi n 95-028 portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS L Accord de subvention du Projet KEPEM (Knowledge and Effective

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

Chapitre premier : Des dispositions générales

Chapitre premier : Des dispositions générales REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ORDONNANCE N 2011-22 du 23 février 2011 Portant Charte d accès à l information publique et aux documents administratifs LE PRESIDENT DU CONSEIL SUPREME POUR

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : RDFF1517451C

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : RDFF1517451C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive x C.A. C.E. C.G. Direction générale Résolution 06-318-5.05 Direction x Nouveau document Amende

Plus en détail

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE.

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. Jean Claude BOUAL Secrétaire général adjoint EGALE Les deux concepts de laïcité et de service public ont été forgés à la même époque, la fin du 19ème siècle et

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DES DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DES TRAVERSIERS DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DES DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DES TRAVERSIERS DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DES DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DES TRAVERSIERS DU QUÉBEC SECTION 1 : Objet et champ d application 1.1 Le présent code a pour objet de préserver et

Plus en détail

La convention signée par les établissements d enseignements de la conduite

La convention signée par les établissements d enseignements de la conduite La convention signée par les établissements d enseignements de la conduite Article premier Objet de la convention L école de conduite est partenaire de l opération «permis à un euro par jour» mise en place

Plus en détail

Protocole concernant l organisation des élections des délégués à l Assemblée Générale de la Mutuelle SERVIR

Protocole concernant l organisation des élections des délégués à l Assemblée Générale de la Mutuelle SERVIR 1 Protocole concernant l organisation des élections des délégués à l Assemblée Générale de la Mutuelle SERVIR 2 Conformément aux statuts de la mutuelle, le présent protocole a pour objet d arrêter : -

Plus en détail

TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM

TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM TEXTES REGLEMENTAIRES ET LEGISLATIFS REGISSANT L OCCUPATION TEMPORAIRE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME GESTION, PROTECTION ET PRESERVATION DU DPM Ces textes sont relatifs au Processus Occupation Temporaire

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

NOUVELLE REGLEMENTATION PARASISMIQUE NOUVELLE REGLEMENTATION PARASISMIQUE

NOUVELLE REGLEMENTATION PARASISMIQUE NOUVELLE REGLEMENTATION PARASISMIQUE NOUVELLE REGLEMENTATION PARASISMIQUE TSUNAMI INDONESIE EDITION 2010 Journées Réplik / Semaine SISMIK RETOUR SUR L ESC-2010 CAMPAGNE ONU/ISDR NOUVELLE REGLEMENTATION PARASISMIQUE La France dispose depuis

Plus en détail

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG)

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) 1 STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) Chapitre I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Dénomination L «Union du corps enseignant secondaire genevois» (ci-après UNION) fédère

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS

CONVENTION DE STAGE MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS CONVENTION DE STAGE MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS Vu le code de l'éducation, notamment ses articles L. 611-2 et L. 611-3, Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles

Plus en détail

Adoptée : Le 25 février 2003. En vigueur : Le 25 février 2003. Amendement : Le 22 mars 2005 (CC-2005-080) Section 06

Adoptée : Le 25 février 2003. En vigueur : Le 25 février 2003. Amendement : Le 22 mars 2005 (CC-2005-080) Section 06 Dotation de personnel Adoptée : Le 25 février 2003 En vigueur : Le 25 février 2003 Amendement : Le 22 mars 2005 (CC-2005-080) Section 06 1. But de la politique Le but de la présente politique est de préciser

Plus en détail

Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix

Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix Dossier de consultation Cahier n 1 Règlement de consultation Date et heure limites de remise des dossiers

Plus en détail

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES A l attention des : Délégués Régionaux Secrétaires de Syndicats Délégués syndicaux MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES L élection des représentants du personnel au Comité d Entreprise permet : D obtenir

Plus en détail

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation)

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) STATUTS Art. 1 Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui

Plus en détail

COMMUNE D ALBIGNY SUR SAONE

COMMUNE D ALBIGNY SUR SAONE COMMUNE D ALBIGNY SUR SAONE COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 17 avril 2014 à 20 heures Date de la convocation : 11 avril 2014 Nombre de conseillers en exercice : 23 présents : 22 votants

Plus en détail

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES LANDES L ARCHIVAGE ELECTRONIQUE 2 e RENCONTRES LANDESPUBLIC ORGANISEES PAR L ALPI Jeudi 29 septembre 2005 Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016 (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article I-1 : Obtention du grade de

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE. Des Délibérations du Conseil Municipal. Séance ordinaire du 31 mars 2015. Convocation du 25 mars deux mil quinze.

EXTRAIT DU REGISTRE. Des Délibérations du Conseil Municipal. Séance ordinaire du 31 mars 2015. Convocation du 25 mars deux mil quinze. EXTRAIT DU REGISTRE Des Délibérations du Conseil Municipal Séance ordinaire du 31 mars 2015 Le trente-et-un mars deux mil quinze à vingt heures trente minutes, le Conseil Municipal s est réuni en séance

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME

AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME ARTICLE 1 er : FINALITES Règlement d Application La finalité de ce dispositif

Plus en détail

JORF n 0125 du 31 mai 2014. Texte n 14. ORDONNANCE Ordonnance n 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif NOR: FCPX1406454R

JORF n 0125 du 31 mai 2014. Texte n 14. ORDONNANCE Ordonnance n 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif NOR: FCPX1406454R Le 1 juin 2014 JORF n 0125 du 31 mai 2014 Texte n 14 ORDONNANCE Ordonnance n 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif NOR: FCPX1406454R Le Président de la République, Sur le rapport

Plus en détail

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis,

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis, Convention relative au versement d une Subvention d Investissement en faveur du Groupe Hospitalier du Centre Alsace à COLMAR pour l installation de 18 nouvelles places d EHPAD transférées du Centre Départemental

Plus en détail

Rédacteur territorial Rédacteur principal

Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours externe, interne, 3 e voie et examens professionnels Bruno Rapatout Formateur au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT),

Plus en détail

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel Texte approuvé

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/7 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL ENTRÉ EN VIGUEUR LE 15 OCTOBRE 1982 Le présent document contient la version la plus récente

Plus en détail

SEANCE DU 10 JUIN 2004 DECISION N 2

SEANCE DU 10 JUIN 2004 DECISION N 2 Annexe 4.1. Décision n o 2004-02 de la séance du 10 juin 2004 SEANCE DU 10 JUIN 2004 Référence : CP2 DECISION N 2 Lors de sa séance du 10 juin 2004, le Haut Conseil du commissariat aux comptes a délibéré,

Plus en détail

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) http://www2.assemblee-nationale.fr/questions/detail/14/qe/81439 14ème legislature Question N : 81439 De Mme Marie-Christine Dalloz ( Les Républicains - Jura ) Question

Plus en détail

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER

Plus en détail

SYNDICAT DES CHARGÉ-E-S DE COURS À L ÉDUCATION AUX ADULTES DE. MODIFICATIONS DE L ARTICLE 11 et 14 DE LA CONVENTION COLLECTIVE

SYNDICAT DES CHARGÉ-E-S DE COURS À L ÉDUCATION AUX ADULTES DE. MODIFICATIONS DE L ARTICLE 11 et 14 DE LA CONVENTION COLLECTIVE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL ENTENTE ENTRE : SYNDICAT DES CHARGÉ-E-S DE COURS À L ÉDUCATION AUX ADULTES DE L UNIVERSITÉ CONCORDIA (Ci-après «le Syndicat») ET : UNIVERSITÉ CONCORDIA (Ci-après

Plus en détail

ARRETE N 1763 Portant Règlement Intérieur de la salle de lecture des Archives Municipales de Colmar Le Maire de la Ville de Colmar

ARRETE N 1763 Portant Règlement Intérieur de la salle de lecture des Archives Municipales de Colmar Le Maire de la Ville de Colmar Service des Archives ARRETE N 1763 Portant Règlement Intérieur de la salle de lecture des Archives Municipales de Colmar Le Maire de la Ville de Colmar Vu le Code du Patrimoine ; Vu le Code Général des

Plus en détail

www.sgbv.dz SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS

www.sgbv.dz SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS www.sgbv.dz 3 Introduction 5 Définition de la PME / PMI 5 Avantages d un marché boursier dédié aux PME 7 Organisation de la cote officielle 9 Conditions d admission

Plus en détail

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»).

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»). Version 14 novembre 2014 Statuts 1 Art. 1 Dénomination et forme juridique 1 Sous la dénomination «esisuisse» est constituée une association au sens des articles 60 à 79 du Code civil suisse (CC) pour une

Plus en détail

Thème: RECRUTEMENT ET FORMATION DES AGENTS DE L OGE (Cas de la Guinée) Présenté Jacques GBONIMY, Directeur Formation et Accréditation CENI Guinée.

Thème: RECRUTEMENT ET FORMATION DES AGENTS DE L OGE (Cas de la Guinée) Présenté Jacques GBONIMY, Directeur Formation et Accréditation CENI Guinée. Thème: RECRUTEMENT ET FORMATION DES AGENTS DE L OGE (Cas de la Guinée) Présenté Jacques GBONIMY, Directeur Formation et Accréditation CENI Guinée. Plan Introduction I- Recrutement des agents II- Formation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente s appliquent, sans restriction ni réserve à l ensemble des ventes conclues par la SARL DOVRE FRANCE auprès d acheteurs professionnels

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Lot n 1 : Risques statutaires des agents titulaires du CCAS (y compris des CROCUS) de la commune d Orsay

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Lot n 1 : Risques statutaires des agents titulaires du CCAS (y compris des CROCUS) de la commune d Orsay AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Centre communal d action sociale d Orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Président du CCAS Adresse : 2 place du général

Plus en détail

DECLARATION 29/06/2016. AU 37 Traitements des données de santé par messagerie sécurisée

DECLARATION 29/06/2016. AU 37 Traitements des données de santé par messagerie sécurisée DECLARATION 29/06/2016 AU 37 Traitements des données de santé par messagerie sécurisée TRAITEMENTS DES DONNÉES DE SANTÉ PAR MESSAGERIE SÉCURISÉE (Déclaration N 37 ) L'autorisation unique AU-037 encadre

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE VAUCLUSE

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE VAUCLUSE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE VAUCLUSE 80, Rue Marcel Demonque AGROPARC CS 60508 84908 AVIGNON Cedex 9 Téléphone : 04.32.44.89.30 Télécopie : 04.90.31.32.74 Site internet :

Plus en détail

TITRE I : LES MISSIONS

TITRE I : LES MISSIONS STATUTS DU DÉPARTEMENT DE LA FORMATION CONTINUE Annexe 4 à la délibération n 39/10 du 23 juillet 2010 TITRE I : LES MISSIONS TITRE II : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT TITRE III : RÉVISION DES STATUTS -

Plus en détail

COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS

COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS COMITÉS STATUTAIRES COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS 1. Conseil d administration 2. Comité exécutif 3. Comité d'inspection professionnelle 4. Conseil de discipline 5. Comité de révision des plaintes 6. Comité

Plus en détail

Une Arrestation au Burkina Faso

Une Arrestation au Burkina Faso Une Arrestation au Burkina Faso Informations Générales Les informations contenues dans la présente circulaire sont fournies à titre indicatif seulement. Bien que certaines de ces informations portent sur

Plus en détail

R E G L E M E N T I N T E R N E. Dispositions finales. Fréquentation de l école

R E G L E M E N T I N T E R N E. Dispositions finales. Fréquentation de l école Etablissement primaire de La Sallaz av. de La Sallaz 38 00 Lausanne Tél : 0 35 6 80 Fax : 0 35 6 8 e-mail : sallaz@lausanne.ch site web : www.e-sallaz.ch R E G L E M E N T I N T E R N E Table des matières

Plus en détail

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt L Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ci-après l Autorité),

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné BIAT 2016» Sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné BIAT 2016» Sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE Société Anonyme au capital de 170.000.000 Dinars Siège Social : 70-72, Avenue Habib Bourguiba - Tunis Registre du Commerce

Plus en détail

Le régime juridique du commerce électronique à la lumière de loi pour la confiance dans l économie numérique :

Le régime juridique du commerce électronique à la lumière de loi pour la confiance dans l économie numérique : Bernard SAVONNET 1/5 Le régime juridique du commerce électronique à la lumière de loi pour la confiance dans l économie numérique : Leçon 1 : courrier électronique, publicité, prospection La loi n 2004-575

Plus en détail

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG)

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Accord de coopération 20-09-2012 M.B. 25-02-2012

Accord de coopération 20-09-2012 M.B. 25-02-2012 Docu 38512 p.1 Accord de coopération relatif au certificat de management public pour l'accès aux emplois soumis au régime des mandats au sein de la Communauté française et de la Région wallonne Accord

Plus en détail

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CCITT E.140 COMITÉ CONSULTATIF (08/92) INTERNATIONAL TÉLÉGRAPHIQUE ET TÉLÉPHONIQUE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE

Plus en détail

Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone

Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone ACTIONS IN THE FIELD OF URBAN MOBILITY Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone Le réseau CIVITAS des villes francophones pour la mobilité durable Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone

Plus en détail

CONVOCATIONS CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE PARIS ET D'ILE-DE-FRANCE

CONVOCATIONS CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE PARIS ET D'ILE-DE-FRANCE CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE PARIS ET D'ILE-DE-FRANCE Société Coopérative à capital variable. Etablissement de crédit. Société

Plus en détail

Appel à projets 2015 «MEDIAS CITOYENS EN MEDITERRANEE» E RDossier de demande de subvention

Appel à projets 2015 «MEDIAS CITOYENS EN MEDITERRANEE» E RDossier de demande de subvention Appel à projets 2015 «MEDIAS CITOYENS EN MEDITERRANEE» E RDossier de demande de subvention Cet appel à projets entend favoriser l expression d une parole libre, démocratique et solidaire des citoyens Méditerranéens

Plus en détail

Espagne - Spain. Le juge administratif et le droit communautaire de l environnement. National administrative courts And Community Environmental law

Espagne - Spain. Le juge administratif et le droit communautaire de l environnement. National administrative courts And Community Environmental law Le juge administratif et le droit communautaire de l environnement National administrative courts And Community Environmental law Espagne - Spain Réponse au questionnaire Answer to The questionnaire SEMINAIRE

Plus en détail

ASSOCIATION USEFULL GAMING. 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS

ASSOCIATION USEFULL GAMING. 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS ASSOCIATION USEFULL GAMING 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS Genèse de la création de l association Souhaitant crée une structure a vocation esportive*, il a été décidé par les membres

Plus en détail

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 Les droits et obligations liés aux activités numériques Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 La loi du 6 janvier 1978 dite «loi Informatique et Libertés» a été profondément remanié suite à la

Plus en détail

Le Ministre de l intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales Le Ministre de l écologie et du développement durable

Le Ministre de l intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales Le Ministre de l écologie et du développement durable MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DE L ECOLOGIE DE LA SECURITE INTERIEURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES LIBERTES LOCALES Direction des libertés publiques Direction générale de l administration, et

Plus en détail

Direction de Programme @ctes

Direction de Programme @ctes Le programme @ctes (Aide au Contrôle de légalité dématerialisé) Ministère de l intérieur Direction de Programme @ctes 1 Sensibilisation à la sécurité des systèmes d information @ctes et le RGS 2 Qu est-ce

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 FONCTION Le comité d audit (le «comité») aide le conseil d administration (le «conseil») à

Plus en détail

Membres du Bureau présents. Ordre du jour présenté par Tiffany FUKUMA-SCHAFRAN, chef de séance

Membres du Bureau présents. Ordre du jour présenté par Tiffany FUKUMA-SCHAFRAN, chef de séance Compte-rendu de la réunion du bureau d animation du Conseil de Quartier Bibliothèque-Dunois-Jeanne d Arc (CQ8 Marie du 13 e arrondissement de Paris) 14/02/2011 (19 :00 21 :00) Membres du Bureau présents

Plus en détail

OFFRE A PRIX FERME OPF ET ADMISSION AU MARCHE PRINCIPAL DE LA COTE DE LA BOURSE DES ACTIONS DE LA SOCIETE «Assurances SALIM»

OFFRE A PRIX FERME OPF ET ADMISSION AU MARCHE PRINCIPAL DE LA COTE DE LA BOURSE DES ACTIONS DE LA SOCIETE «Assurances SALIM» Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus a été établi par l émetteur et engage la responsabilité de ses signataires. Le visa n implique

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 12 FEVRIER 2015 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 12 FEVRIER 2015 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 12 FEVRIER 2015 POINT PERSONNEL Convention Industrielle de la Formation par la Recherche (CIFRE) EXPOSE DES MOTIFS En 2011, la Municipalité d Ivry-sur-Seine a été sollicitée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 19 décembre 2008 relatif à la formation professionnelle des commissaires aux comptes NOR : JUSC0828437A La garde des sceaux,

Plus en détail

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE Ville de CHARENTON 1 SOMMAIRE I PREAMBULE... 3.4 II Les engagements de la ville de Charenton... 5 Respecter la vie démocratique... 5 Garantir aux associations une écoute et

Plus en détail

VILLE DE VAL-D OR RÈGLEMENT 2005-22 REFONDU VERSION NON OFFICIELLE

VILLE DE VAL-D OR RÈGLEMENT 2005-22 REFONDU VERSION NON OFFICIELLE VILLE DE VAL-D OR RÈGLEMENT 2005-22 REFONDU VERSION NON OFFICIELLE Règlement concernant les colporteurs ou les vendeurs itinérants et les commerçants nonrésidents. PRÉAMBULE ATTENDU le pouvoir accordé

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * D I R E C T I V E S S U R L E C O N C E P T G É N É R A L D A F F I C H A G E

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * D I R E C T I V E S S U R L E C O N C E P T G É N É R A L D A F F I C H A G E C O M M U N E D E P R I L L Y * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * D I R E C T I V E S S U R L E C O N C E P T G É N É R A L D A F F I C H A G E But Le concept général d affichage

Plus en détail

Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010. Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations

Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010. Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010 Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations La HALDE a été saisie d une réclamation d un masseur-kinésithérapeute

Plus en détail

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL Réaffirmant notre attachement à la troisième République du Mali ; Réaffirmant également notre

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail